13 Mar

Envie de prendre le large ? Une sélection de BD SF pour rêver… ou pas !

Monter dans la première navette, changer de planète, fuir cette fichue pandémie, combien sommes-nous à en rêver ? Mais l’ailleurs n’est pas toujours meilleur, la preuve…

On commence avec une nouvelle série réalisée par les auteurs de Centaurus, un nouveau cycle plus exactement baptisé Europa du nom de la lune glacée de Jupiter. Là-bas, une mission scientifique est venue se poser pour étudier son sol et surtout son sous-sol qui abriterait un océan interne (véridique!) dans lequel la science place de grands  espoirs. Mais cette mission ne répond plus. Un silence radio inquiétant, d’autant qu’une première mission avait été victime d’un terrible accident. Une nouvelle expédition est organisée en urgence avec pour pilote de navette la jeune et réputée peu sociable Suzanne Saint-Loup et pour commandant Paul Douglas, alcoolique assumé. Un bon scénario, un dessin réaliste efficace, des personnages aux caractères trempés, du mystère à toutes les pages… Que du bon ! (Europa, de Léo, Rodolphe et Janjetov. Delcourt. 12€)

Blade Runner est de retour, version 2019, une séquelle « officielle » au film de Ridley Scott, lui-même adapté du roman de Philip K. Dick Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? avec notamment aux manettes Michael Green qui a été co-scénariste sur le film Blade Runner 2049 de Denis Villeneuve. L’action se situe toujours à Los Angeles mais le fameux chasseur de réplicants Rick Deckard (joué par Harrison Ford) a laissé place à Aahna Ashina, Ash pour les intimes, l’une des premières Blade Runners… Dystopique à souhait ! (Blade Runner 2019, tome 2, de Green, Johnson et Guinaldo. Delcourt. 15,50€)

Colonisation nous embarque dans un futur où l’homme a dû quitter la Terre surpeuplée pour coloniser d’autres planètes. Un exode de masse à bord d’une multitude de vaisseaux spatiaux dont certains se sont perdus dans l’immensité de l’espace et sont sujets à des pillages. Retrouver ces vaisseaux, c’est précisément la mission de Milla Aygon et de son équipe, une mission dangereuse qui les entraîne dans des recoins inhospitaliers de l’univers. Dans ce cinquième volet, l’escouade de Milla rejoint la mystérieuse unité Shadow chargée d’enquêter sur un éventuel complot interne, des membres de l’Agence seraient complices des Atils dans l’échec des colonisations. Un scénario captivant, une mise en images époustouflante, toute en finesse et dynamisme, une très bonne série !  (Sédition, Colonisation tome 5, de Filippi et Cucca. Glénat.13,90€)

Suite et fin de la série Terence Trolley avec ce deuxième album paru en janvier. On y retrouve bien évidemment notre héros-titre toujours en guerre contre le laboratoire Panaklay qui a développé un programme ultra-secret testant sur des enfants cobayes les futures mutations génétiques liées au réchauffement climatique. Et justement, deux de ces cobayes aux super pouvoirs, un garçon capable de s’introduire dans la pensée des autres et une fille capable de contrôler la végétation, ont été récupérés par Terence qui fait tout pour les protéger. Mais le laboratoire n’a pas dit son dernier mot… Scénario et dessin dynamiques. (Terence Trolley, Tome 2, de Sege Le Tendre et Patrick Boutin Gagné. Drakoo. 14,50€)

Inutile de présenter Didier Tarquin. Le dessinateur de l’une des séries phares de l’heroic fantasy en BD, Lanfeust de Troy revient en auteur complet cette fois sur une aventure de SF dont le premier volet est sorti au début de l’année 2019 et le dernier en janvier 2021. Trois tomes en deux ans, un affaire rondement menée et au bout du compte une très belle série. U.C.C. Dolores, c’est son nom, a tout du western intergalactique et peut-être déjà tout d’un classique du genre. « Quand on parle de western en bande dessinée… », explique l’auteur, « il y a une oeuvre qui vient immédiatement à l’esprit. Une et une seule : Blueberry. Avec, évidemment, la patte de Giraud. J’avais envie de retrouver ça, de faire quelques chose de très classique – de néo-classique, disons. Une BD moulée à la louche et au pinceau, c’était comme un besoin de revenir aux fondamentaux quelque part ».  Inutile de vous dire que le résultat est graphiquement sublime. Quand à l’histoire, celle d’une orpheline élevée dans un couvent qui se retrouve du jour au lendemain propriétaire d’un croiseur de guerre baptisé U.C.C. Dolores, on ne peut être que conquis. (U.C.C. Dolores, tome 3, de Didier Tarquin et Lyse Tarquin. Glénat. 14,95€)

Ce qui saute aux yeux de prime abord, ce sont les couleurs, des aplats aux tons pastel au milieu d’une nature luxuriante, bienvenue sur la planète Alta ! C’est là que Geoffroy Monde déroule son histoire, celle d’un peuple confronté à la colère de la nature, une colère qui prend les traits de cyclopes géants. À chaque fois, c’est le même scénario, les cyclopes attaquent, les humains répliquent, les tuent, mais ils sont systématiquement ressuscités par les Augures parce qu’ils feraient partie intégrante de l’équilibre écologique de la planète. Et les attaques sont de plus en plus violentes et dévastatrices… Après toute une série de récits humoristiques, le Lyonnais Geoffroy Monde se frotte à la science-fiction avec bonheur, mettant en place un univers surprenant et passionnant. Les planches sont magnifiques, la palette de couleurs est subtile, le scénario, habile, et même audacieux… et la question écologique omniprésente mais jamais plombante. Une très belle série qui s’achève avec ce troisième tome de 88 pages… (Poussière tome 3, de Geoffroy Monde. Delcourt. 17,95€)

On termine avec le troisième et dernier volet de l’excellente série On Mars publiée par le non moins excellent éditeur Daniel Maghen. On vous avait déjà dit ici tout le bien qu’on en pensait à l’occasion de la sortie du premier volet, la suite est du même très bon niveau, un scénario simple et carré accessible à tous, un graphisme de toute beauté et une histoire qui nous embarque sur la planète Mars où les hommes ont décidé de jeter leur dévolu après avoir bien rincer la Terre. Et pour ce faire, pour créer les cités dômes qui doivent accueillir les colons, la main d’oeuvre est toute trouvée : les repris de justice. Mais bien sûr, tout ne se passe pas comme prévu, les prisonniers se révoltent, un espèce de gourou profite du tumulte ambiant pour enrôler à tour de bras dans sa secte, les services de sécurité martiens sont sans pitié… La planète Mars survivra-t-elle à cette folie des hommes ? Réponse dans cet album.  (On Mars, tome 3, de Grun et Runberg. Daniel Maghen. 16€)

Eric Guillaud

10 Mar

La météorite de Hodges par Fabien Roché : un premier roman graphique tombé du ciel

Attention talent ! Fabien Roché atterrit sur la planète BD avec une enquête méticuleuse sur le premier humain, une femme, ayant été touché par une météorite. Une histoire vraie, un album renversant…

C’est fou comment un petit caillou peut engendrer une grande histoire ! Il faut dire que ce caillou-là n’est pas comme tous les cailloux. Nous sommes en 1954 du côté de Sylacauga, un modeste patelin d’Alabama. Madame Ann Elizabeth Hodges se repose sur son canapé lorsqu’elle est subitement heurtée par une météorite qui a au passage transpercé le toit de sa maison et rebondi sur le poste radio.

Une météorite ? Oui, Madame Ann Elizabeth Hodges est la première femme, la première terrienne, à avoir été touchée par un caillou tombé du ciel. De quoi tomber des nues. Mais après l’effet de surprise et devant l’intérêt suscité par l’affaire dans les médias, Madame Ann Elizabeth Hodges se dit qu’il y aurait bien un peu d’argent à se faire de ce côté-là et réclame la restitution de la météorite embarquée un peu vite par la police et l’Air Force.

Après une longue action en justice, Madame Ann Elizabeth Hodges récupère la météorite mais la pression médiatique est retombée comme un soufflé. Reste que le fameux caillou accompagnera le restant de sa vie et peut-être même sa mort, à 52 ans, d’une maladie appelée « pierres au reins ». Ça ne s’invente pas !

Pour un premier album, l’auteur Fabien Roché met la barre haute. Avec une histoire hors du commun, racontée à la façon d’une enquête. Avec également un graphisme à la précision chirurgicale et une mise en scène, une multiplication des cases, qui rappellent le travail de Chris Ware. Si l’album est un peu répétitif sur la longueur, il en reste pas moins un petit ovni éditorial et surtout un très beau livre !

Eric Guillaud

La météorite de Hodges, par Fabien Roché. Delcourt. 18,95€

© Delcourt / Roché

08 Mar

Nemesis le sorcier revient et va encore plus loin dans le délire steampunk / fantasy !

Boudiou, les tarés du magazine anglais culte des années 80 2000 AD nous avaient pourtant habitué à aller très loin dans leurs délires. Notamment avec la série ultra-acide Judge Dredd, à laquelle comme par hasard presque tous les artistes présents au générique de Nemesis ont d’ailleurs participé, en premier lieu le scénariste Pat Mills. Et puis on avait déjà prévenu par un premier tome bien épique il y a dix-huit mois… Mais là, c’est officiel : Nemesis Le Sorcier est la série la plus dingo et la plus cosmique de l’univers 2000 AD !

Les points communs entre Nemesis et Judge Dredd sont légions : l’ambiance steampunk, l’humour ultra-noir, la violence sans aucun filtre et, à peine sous-jacent, la virulente critique sociale. Sauf que par rapport à celui qui est la Loi, Nemesis ajoute d’abord une grosse louche de dark fantasy et de mysticisme mais surtout gagne au fur et mesure en puissance, jusqu’à la démesure. Sorti à l’automne 2019, le précédent volume de cette première traduction française quarante ans presque après sa parution initiale avait posé les bases de l’univers en quelque sorte : une Terre ravagée par les guerres nucléaires et où les êtres humains se sont réfugiés sous la surface, dans des mégalopoles rappelant beaucoup le foyer de Dredd (Mega City One) où les citoyens vivent sous la coupe de Torquemada, inquisiteur fou à lier. Assistés par ses Terminators (oui, des années avant le film du même nom), ce bigot sème la terreur tout en faisant la guerre à ceux qu’il nomme les déviants, en premier lieu les aliens (terme, on s’en souvient, qui pourrait se traduire par ‘étranger’). Seul face à lui, Nemesis, magicien au look de centaure cyberpunk…

© Delirium /  Pat Mills, Kevin O’Neill, Bryan Talbot & John Hickelton

Après un donc premier tome pourtant déjà assez délirant avec son noir et blanc classieux, ces nouvelles hérésies serties dans une, une nouvelle fois, très belle édition à couverture cartonnée vont encore plus loin, accentuant l’aspect space opera de la saga tout en y ajoutant des paradoxes temporels. Surtout, Mills se focalise ici sur Torquemada, génial et sadique bad guy à qui il fait tout subir mais pour mieux à chaque fois le remettre en selle, quitte à reléguer au second plan un Nemesis plus nuancé car au final assez éloigné de l’image du chevalier blanc que l’on pourrait avoir de lui. Mais surtout, au-delà des multiples clins d’œil à la pop culture (les connaisseurs reconnaîtront même Vincent Price au détour d’une page par exemple) il ne semble y avoir ici aucune limite, ni en terme de graphisme ni de détours scénaristiques. Lorsque John Hicklenton prend le stylo sur le dernier quart, la série plonge alors dans une noirceur inégalée, où toute trace d’ironie a disparu, pour ne laisser que des personnages plus grotesques et déstabilisants les uns que les autres et où plus aucune lumière ne filtre.

© Delirium / Pat Mills, Kevin O’Neill, Bryan Talbot & John Hickelton

Difficile de résumer ces trois cents et quelques pages apocalyptiques, surtout que sa parution originale en épisode hebdomadaire ont imposé à leurs auteurs à enquiller des rebondissements à la chaine à en faire pâlir d’envie les scénaristes de la série 24H. Mais au-delà du côté luxueux de l’objet et de ses bonus à la hauteur – dont des romans photos ( !) et une ‘histoire de vous êtes le héros’ – cette ressortie dantesque consacre surtout Nemesis comme l’un des récits les plus épiques et les plus épiques jamais publiés dans les pages du pourtant pas très avare en superlatifs 2000 AD. Bref, on ne va pas y aller pas quatre chemins : buy or die !

Olivier Badin

Nemesis Le Sorcier – Les Hérésies Volume 2 de Pat Mills, Kevin O’Neill, Bryan Talbot & John Hickelton. Delirium. 35 €

07 Mar

Wild West : Jacques Lamontagne et Thierry Gloris à la conquête de l’Ouest

Deux albums, deux légendes, Martha Jane Cannary d’un côté, Wild Bill de l’autre, le Français Thierry Gloris et le Québécois Jacques Lamontagne poursuivent leur chevauchée fantastique au cœur de l’Ouest américain en bouclant de très belle façon le premier diptyque de leur série Wild West…

Sorti il y a un peu plus d’un an, le premier volet nous avait littéralement subjugué, le second disponible en librairie depuis le 5 mars ne fait pas moins. Wild West est un western comme on les aime, avec ses grands espaces, ses saloons, ses indiens, ses bons, ses brutes et ses truands, et ses héros de caractère.

Justement, celui auquel s’intéresse ce deuxième volume en a du caractère. Véritable légende de l’Ouest, aussi agile de la gâchette qu’épris de justice, Wild Bill Hickok endosse ici son costume de chasseur de primes – il a aussi été éclaireur, shérif ou chercheur d’or – et part à la recherche des assassins d’un crime qu’il s’est juré de venger. Et qui croise-t-il au cours de sa longue chevauchée dans l’Ouest sauvage ? Martha Jane Cannary, plus connue sous le nom de Calamity Jane, dont les auteurs nous ont raconté la jeunesse dans le premier volet de Wild West. La boucle est bouclée !

Ou presque. L’éditeur annonce d’ores et déjà la suite avec un deuxième diptyque à paraître prochainement. En attendant, il est grand temps de vous plonger dans ces deux premiers volets et d’admirer le travail effectué par les deux auteurs. Scénario et dessin au top, évasion garantie !

Eric Guillaud

Wild Bill, Wild West tome 2, de Gloris et Lamontagne. Dupuis. 14,50€

© Dupuis / Lamontagne & Gloris

04 Mar

Le Peintre hors-la-loi : un one-shot au coeur de la Révolution française signé Frantz Duchazeau

Vous ne ne connaissez certainement pas, son nom n’est pas passé à la postérité mais il a marqué son époque en apportant un autre regard sur l’art du paysage, le peintre Lazare Bruandet, être aussi talentueux et créatif que violent et imprévisible, est le personnage central de ce nouvel album du très talentueux Frantz Duchazeau…

Paris, le 21 janvier 1793. Louis XVI vient d’être guillotiné. « Ils ont raccourci l’cochon » entend-t-on chanter dans les rues de la capitale tandis que certains se défoulent sur une femme ayant eu le malheur d’apporter un soutien à la royauté. C’est le début de la Terreur !

Pour le peintre Lazare Bruandet, pas le temps de traîner dans les rues. Entre sa maîtresse, une brune plantureuse, sa peinture et la taverne du coin, notre homme retrouve son foyer, le temps de tuer sa femme dans une crise de jalousie. Et de fuir ! Direction la campagne avec pinceaux mais aussi sabre et pistolet dont il sait tout autant se servir. On ne sait jamais en ces temps chaotiques !

Et c’est dans un monastère qu’il se réfugie, lui le pourfendeur d’ecclésiastiques, avec une ambition, une seule : peindre. Et oublier ce pays qui se déchire.

« Ce n’est rien que de donner un coup de sabre ou un coup de fusil… », se dit-il devant la beauté d’un paysage, « mais c’est bien autrement difficile de donner un coup de pinceau sur le haut des arbres ou sur un ciel bleu ».

Mais la colère des hommes ne s’arrête pas aux rues de Paris. Des révolutionnaires, des royalistes, ratissent la campagne à la recherche de têtes à couper. Bruandet doit poser ses pinceaux à contrecoeur pour apprendre à ces hôtes, les moines, à se défendre…

Sacré personnage que ce Lazare Bruandet, dans la vraie vie comme ici, une gueule de héros comme on les aime, taillé à la serpe, au regard aussi fou que déterminé, un dur à cuire qui s’attendrit devant la beauté de la nature et déteste la violence des hommes dont il a pu souffrir enfant, un hors-la-loi ou plus exactement un esprit libertaire, égocentrique, qui se moque des règles imposées. Oui, un sacré personnage, un sacré caractère et une sacrée BD au scénario d’une très belle fluidité et au trait charbonneux séduisant.

Ceux qui ont adoré Le Rêve de Meteor Slim aux éditions Sarbacane – et j’en fais partie – ne pourront que se régaler ici. La somptueuse couverture devrait suffire à les en convaincre !

Eric Guillaud 

Le peintre hors-la-loi de Frantz Duchazeau. Casterman. 20€

© Casterman / Duchazeau

01 Mar

Patrick Dewaere, À part ça la vie est belle : une biographie émouvante de Laurent-Frédéric Bollée et Maran Hrachyan

Après Lino Ventura, Sergio Leone, Hichcock et François Truffaut, la collection 9 ½ s’intéresse à une star du septième art disparue il y a bientôt 40 ans et toujours présente dans le coeur des Français. Il s’agit de Patrick Dewaere, 37 films à son a actif dont le cultissime Les Valseuses

L’album de Laurent-Frédéric Bollée et Maran Hrachyan commence précisément où tout s’arrête pour Patrick Dewaere. Nous sommes le 16 juillet 1982. L’acteur de 35 ans met le canon de son fusil dans la bouche et tire. Rideau !

Cette fin tragique, on la connaît tous. Ce qu’on connaît peut-être moins, c’est la vie de Patrick Bourdeaux aka Patrick Maurin aka Patrick Dewaere. Une vie courte mais une carrière plutôt riche avec 37 films et 27 pièces de théâtre à son actif. Il faut dire qu’il a commencé tôt, foulant les planches des théâtres dès l’âge de 3 ans.

Alors forcément, Laurent-Frédéric Bollée et Maran Hrachyan ont de quoi raconter. « Il a bien évidemment fallu creuser sa vie et son parcours… », explique Laurent-Frédéric Bollée, « et je me suis rendu compte alors qu’il avait de nombreuses fêlures et cicatrices à l’âme, l’archétype presque de l’écorché vif… ».

Un écorché vif et un talent fou. Des Valseuses à Série noire, en passant par Adieu Poulet, Un Mauvais fils ou encore Beau-Père, Patrick Dewaere a marqué le cinéma français d’une empreinte indélébile, montrant le chemin à nombre de comédiens et acteurs apprentis.

Dans la vie, comme au cinéma, Dewaere était un personnage entier. Il aimera Miou-Miou, jalousera Depardieu, provoquera certains réalisateurs et finira par ne plus supporter la vie, sa vie.

Dense, documenté, bourré d’anecdotes, le récit de Laurent-Frédéric Bollée et Maran Hrachyan nous glisse dans la peau du comédien grâce à une narration à la première personne bien sentie et bien menée de bout en bout. Ajoutez à cela l’élégant trait au crayon de la jeune autrice arménienne Maran Hrachyan, qui signe ici son premier album, et vous aurez compris que cet album figure parmi les indispensables de ce premier trimestre 2021.

Eric Guillaud

Patrick Dewaere : À part ça la viel est belle, de Bollée et Hrachyan. Glénat. 22€

27 Fév

Triso Tornado : l’histoire d’une famille avec trisomie 21 signée Violette Bernad et Camille Royer

Personne n’est préparé à ça. Lorsque le médecin leur annonce que Nils, leur fils chéri est atteint de trisomie 21, il y a d’abord le choc pour les parents, le choc et puis l’amour… C’est l’histoire de Triso Tornado, une bande dessinée sensible signée Violette Bernad et Camille Royer…

Un visage lunaire. Il n’y a que l’infirmière et le médecin de la clinique pour si’nquiéter à la naissance de Nils. Les parents, Amélie et Frédéric, trop occupés par leur nouveau bonheur n’y voient là qu’un héritage familial. Mais les examens médicaux finissent par le confirmer : Nils est trisomique, c’est le choc !

« Où est mon enfant parfait ? », s’interroge Amélie, « Mon garçon est handicapé mental. Il est à mille lieues de ce que nous désirions ».

Sidération, colère, peur… Amélie et Frédéric vont passer par tous les cases de l’émotionnel et s’arrêter sur celle de l’amour.

« On a pris perpète… », s’exclame Frédéric. Et de fait, la vie n’est dès lors plus tout à fait la même. Kinésithérapeute, psychomotricienne, orthophoniste, psychologue… Nils nécessite une attention de tous les instants, il est comme une tornade dans le quotidien du couple qui craque, parfois, mais résiste toujours.

Cette histoire aussi intime qu’universelle, est-il très justement écrit en dernière de couverture, est une fiction basée sur la vie réelle de Violette Bernad. Avec beaucoup de sensibilité, elle nous décrit le cheminement psychologique de parents confrontés à la trisomie 21 de leur fils avec le deuil de l’enfant rêvé et une vie qui doit continuer.

Au dessin, Camille Royer qu’on avait découvert en septembre 2019 avec sa première bande dessinée Mon premier rêve en japonais a trouvé le trait juste pour porter le récit, un trait légèrement enfantin qui ramène à l’intime et en même temps assez simple pour parler au plus grand nombre.

Eric Guillaud

Triso Tornado : Histoire d’une famille avec trisomie 21, de Violette Bernad et Camille Royer. Futuropolis. 20€ (parution le 10 mars)

24 Fév

Spider-Man de père en fils ou comment l’un des fils prodiges d’Hollywood se réapproprie un super-héros

JJ Abrams est ce que l’on pourrait appeler un grand assimilateur. Un nerd, un vrai, sincère amateur de culture pop – de la BD en passant par le cinéma bis ou les jeux vidéo. Il  en connaît tous les codes et il fait donc bien attention à ne jamais les oublier dans toutes ses entreprises de réappropriation – de Star Wars à Mission : Impossible en passant par Star Trek ou la série Westworld. Mais il réussit à aller plus loin avec cette mini-série dédiée à Spider-Man, notamment grâce à l’aide de son fils… Et quitte à ne pas faire plaisir à tout le monde.

JJ Abrams est un spécialiste de ce que l’on appelle aujourd’hui le ‘fan service’, cette façon qu’a ce producteur et réalisateur de dire aux fans ultra ‘ne vous inquiétez pas, je ne vous oublie pas les gars’. Cette forme de révérence vis-à-vis d’un corpus bien précis est aussi un peu ces limites car même s’il sait parfaitement se fondre dans un moule, il a par contre parfois du mal à y plaquer une identité propre. L’annonce de son implication dans une mini-série de cinq épisodes consacrée au tisseur a donc d’abord laissé pas mal perplexe. Le papa de Lost connaissait-il vraiment l’univers MARVEL ? Â force de multiplier les projets sur tous les supports, n’aurait-il pas tendance à se disperser ? N’est-ce pas là juste une tactique marketing pour attirer un nouveau public, quitte à ce que cela soit au dépend du contenu ?

Franchement ? Non. Parce qu’à l’image de cette couverture un peu à côté de la plaque car un peu en contradiction avec son titre, finalement le nom ‘JJ Abrams’ n’est qu’un leurre. En fait, gardez juste le nom et changez le prénom et vous serez tout de suite dans le cœur du sujet. Oui, Ce Père en fils est en fait une collaboration entre JJ et son fils Henry et visiblement et c’est surtout ce dernier qui a pris les rênes. Or Abrams Junior connaît lui aussi ses classiques, cela se sent tout de suite mais cela ne l’a pas empêché d’oser un plutôt audacieux pas de côté qui ne plaira d’ailleurs peut-être pas à tout le monde. Surtout qu’on a affaire ici à un drôle de cas de ‘art imitant la vie’. Ou l’inverse…

© Marvel – Panini Comics  / JJ et Henry Abrams, Sara Pichelli

L’histoire commence par un combat entre Spider-Man et un méchant particulièrement monstrueux nommé Cadavérique qui se termine de manière tragique, avec la mort de Mary-Jane, la femme de Parker et la mère de son fils. Dévasté, Spider-Man raccroche sa toile et abandonne son jeune fils qu’il confie à sa mère. Devenu adolescent, celui-ci découvre non seulement qu’il a hérité d’une partie des pouvoirs de son père mais qu’en plus le responsable du meurtre de sa mère le recherche pour récupérer… Son sang.

Comme son titre l’indique, De Père En Fils parle avant tout d’affiliation. Entre Spider-Man – ou plutôt son alter-ego Peter Parker – et son fils, Ben Parker. Entre JJ Abrams et son fils, Henry. Sommes-nous programmés d’avance entre guillemets ? Ne sommes-nous que la somme de nos parents ? Peut-on échapper à son destin ? Un fils est-il obligé de reproduire le parcours du père ? Autant de questions qui peuvent s’appliquer à ces deux ‘couples’, une double lecture qui donne une épaisseur inattendue au récit.

Mais cela implique ainsi de bousculer un peu la dynamique habituelle. Ce qui veut dire que le normalement flamboyant Peter Parker n’est que l’ombre de lui-même. Absent durant les trois tiers du récit, c’est ici un homme brisé, vieilli et incapable de faire face à sa paternité. On croise d’ailleurs aussi au détour du récit un Tony Stark en vieux beau porté sur la bibine et qui n’a jamais digéré la mort de ses amis les Avengers… Reste qu’en faisant du personnage principal un garçon apprenant à apprivoiser à la fois ses pouvoirs et les affres de l’adolescence, Abrams père et fils remontent à l’origine même de la saga Spider-Man et ne font, au final, que reproduire le schéma d’abord élaboré par Steve Ditko et Stan Lee en 1962. La touche moderne, elle, est apportée par le très effrayant et brutal méchant de l’histoire et la ‘patte’ graphique de la dessinatrice italienne Sara Pichelli, déjà croisée sur la série Miles Morales. Certes, la conclusion est bien trop attendue et on ne sait pas si cette série, qui suit sa propre chronologie, aura une suite ou pas mais le créateur d’Alias remporte quand même plutôt son pari, même si certains vont sûrement crier au sacrilège…

Olivier Badin

Spider-Man, De père en fils de JJ et Henry Abrams, Sara Pichelli. Marvel/Panini Comics. 18€.

© Marvel – Panini Comics  / JJ et Henry Abrams, Sara Pichelli

21 Fév

Nellie Bly, dans l’antre de la folie : la remarquable biographie d’une pionnière du journalisme d’investigation signée Virginie Ollagnier et Carole Maurel

Nellie Bly est une pionnière du journalisme d’investigation. En 1887, Joseph Pulitzer, rédacteur en chef du New York World lui confie une mission : infiltrer un asile psychiatrique pour femmes de New York et témoigner. C’est cette histoire vraie et étonnante que racontent Virginie Ollagnier et Carole Maurel dans un album en tout point admirable…

Elle veut retrouver ses troncs, oui ses troncs, et le fait savoir à qui veut bien l’entendre.

« J’ai égaré mes troncs. Auriez-vous l’amabilité de m’aider à les retrouver ? »

Alors forcément, au bout d’un moment, elle finit par passer pour folle. Et c’est justement ce qu’elle recherche. Elizabeth Jane Cochran, alias Nellie Bly, est en fait journaliste d’investigation, une pionnière du genre, et veut se faire interner à Blackwell, un asile psychiatrique de New York, afin d’y enquêter sur les conditions de vie de ses résidentes.

Elle y parvient. Assez facilement. Ce qui est déjà inquiétant. Et ce qu’elle découvre entre les murs de cet univers est effroyable. Les femmes internées dans cet asile psychiatrique sont maltraitées, physiquement et psychologiquement. Douches glacées, aliments avariés, nuits à l’isolement avec réveils nocturnes en prime, humiliations diverses et variées, coups, travail forcé… l’asile ressemble plus à un bagne qu’autre chose.

Pendant 10 jours, elle assiste et subit, avant de finalement quitter ce sinistre lieu et écrire son reportage. Il fit l’effet d’une bombe à New York, obligeant l’administration de l’hôpital à s’expliquer devant la justice.

Nellie Bly Dans l’antre de la folie est la troisième biographie à paraître sur ce personnage en moins de 10 mois. Les éditions Steinkis ont ouvert le feu, suivies des éditions Soleil. Aujourd’hui, c’est donc au tour des éditions Glénat de s’y coller en s’intéressant plus précisément à cette enquête réalisée autour du traitement des aliénées à Blackwell.

Scénario, mise en scène, graphisme, couleurs, atmosphères, dialogues, documentation… les autrices ont soigné toutes les étapes pour nous dresser le portrait vraiment passionnant d’une femme courageuse, moderne, humaniste et féministe. Une histoire effarante, un album éclatant !

Eric Guillaud

Nellie Bly, Dans l’antre de la folie, de Virginie Ollagnier et Carole Maurel. Editions Glénat. 22€

Carole Maurel sera à la Librairie Bulle au Mans pour une journée de dédicaces le 27 février

© Glénat / Ollagnier et Maurel

19 Fév

Robillar, Créatures, Burn the Witch, Kid Paddle, Olive, Mort et Déterré, La Guerre des Lulus, Absolument normal, Zombillénium, Le Baron… une sélection de BD jeunesse pour les vacances de février

Pluie, froid, neige, virus, couvre-feu… le mieux est encore de rester bien au chaud pendant ces vacances d’hiver, bien au chaud avec des bonnes lectures. De l’action, de l’humour, du fantastique, voici déjà 10 albums, 10 pistes pour passer un bon moment… 

On commence avec le deuxième volet d’une série publiée aux éditions Dupuis. Olive est son nom, c’est aussi le nom de son héroïne, une jeune fille de 17 ans profondément introvertie. À longueur de journée, Olive trouve refuge dans un monde parallèle qu’elle s’est construit, un monde plein de douceurs et de couleurs, jusqu’au jour où un spationaute blessé et malade, Lenny Popincourt, y débarque sans prévenir. Olive va devoir sortir de sa zone de confort pour le sauver. Un graphisme plein de charme, une histoire sensible, une héroïne attachante… Une belle série prévue en quatre volets. (Olive tome 2, Allô la Terre ?, de Cazot et Mazel. Dupuis. 12,50€)

Deuxième tome également pour Mort et Déterré, une série des Québécois Jocelyn Boisvert et Pascal Colpron qui nous embarque dans le monde des zombies en compagnie d’un ado, Yan Faucher, tué accidentellement par un dealer. Tué, enterré mais aussi vite déterré par son meilleur ami, notre zombie « cent pour cent réel » retourne promener sa mauvaise mine et son odeur de cadavre ambulant du côté de chez lui où depuis sa mort, la grande soeur tourne mal, la mère perd les pédales et le père, sa fierté. Bref, du boulot pour Yan bien décidé à ne pas laisser sa famille se consumer à petit feu. Zombiesque ! (Mort et déterré tome 2, Pas de quartier pour les macchabées, de Boisvert et Colpron. Dupuis. 9,90€)

Petit saut dans le temps avec le septième volet de La Guerre des Lulus. L’album commence en janvier 1919 quelque part en Picardie sur l’ancienne ligne de front. Tout n’est plus que dévastation et désolation. Au milieu des arbres calcinés et des trous d’obus, Lucien et Luigi se prennent à rêver de retrouver leur orphelinat à Valencourt et surtout de réunir la bande des Lulus que la guerre a fini par séparer. Où sont passés Lucas et Ludwig ? Sont-ils seulement toujours en vie ? Suite d’une très très belle histoire qui s’inscrit dans un contexte fort, cette Der des Ders qui fascine tant les Français. (La guerre des Lulus tome 7, Luigi, de Hautière et Hardoc. Casterman. 13,95€)

À 13 ans, Cosmo Cooreman est un adolescent normal. Tant mieux pour lui me direz-vous. Oui mais non, dans son monde, 13 ans est justement l’âge des mutations. Tandis que ses camarades développent une intelligence, un physique ou un pouvoir extraordinaires, lui reste affreusement normal. Ses professeurs se plaignent, ses parents s’inquiètent et finissent par le confier au gouvernement qui, dans le cadre du plan Nouvel Horizon, et grâce à des méthodes d’éducation très spéciales, doit lui permettre de développer un don. Mais à quel prix ? Un graphisme séduisant, des couleurs vives, un bon récit SF qui nous interroge sur la normalité. (Absolument normal tome 1, Tous différents, de Toussaint,  Martusciello et Pizzetti. Dupuis. 9,90€)

27 ans d’existence, 16 albums, plus de dix millions d’exemplaires vendus, un spin-off du même acabit baptisé Game Over, des adaptations en série animée, en jeux vidéo, en jeux de cartes, une multitude de produits dérivés… la série Kid Paddle est un vrai phénomène éditorial, et ce depuis de nombreuses années. Pourquoi un tel succès ? Tout simplement, si on peut dire, parce que l’auteur, Michel Ledent, aka Midam, a su créer un gamin d’aujourd’hui, passionné de jeux vidéo et de monstres en tout genre, souvent gluants et visqueux. On ne change pas une formule qui a fait ses preuves, ce nouvel album est à l’image des précédents, une succession de gags sur une ou deux pages. (Kid Paddle 16, de Midam, Dupuis. 10,95€)

Ogre, bonne situation, cherche princesse ! Il voulait un château, il a un château, il voulait un trône, il a un trône sur lequel poser ces petites fesses. Bref, il a tout ce qu’il voulait, tout sauf la joie de vivre. L’ogre déprime et rien n’y fait. Son amnésie et son ogritude lui pèsent. Il veut retrouver forme humaine et pour ça il doit embrasser une princesse. Le chat Robilar organise donc un concours de prétendantes, cinq furies débarquent au château et ça va faire mal.  Lancée en septembre 2020, cette série de David Chauvel au scénario et Sylvain Guinebaud au dessin, est un nouveau détournement du conte Le Chat botté popularisé par Charles Perrault à la fin du XVIIe siècle. Une adaptation aussi rusée que le personnage principal  bourrée d’humour, d’action et de dialogues savoureux à double lecture. Pour les petits et les plus grands ! (Robilar ou le maistre chat tome 2, Un ogre à marier. Delcourt. 15,50€)

74 tomes, plus de 120 millions d’exemplaires vendus à travers le monde, une adaptation en série d’animation pour la télé et un anniversaire, le vingtième, en 2021, impossible pour les amoureux de mangas d’ignorer le phénomène Bleach. Aujourd’hui, son auteur, Tite Kibo, est de retour avec le premier volume de Burn the witch qui nous embarque pour la ville de Londres où les dragons, les sorcières et les humains cohabitent sans problème jusqu’au jour où les premiers décident de s’attaquer aux derniers nécessitant la création d’une milice baptisée Wing Band chargée de traquer les dragons… Les fans de Bleach retrouveront avec plaisir le trait précis et dynamique de Kubo ainsi que quelques références à l’univers de la série mythique. (Burn the witch tome 1, de Tite Kubo. Glénat. 6,90€)

En très peu de temps, Zombillénium est devenu un phénomène de la BD et ses personnages les nouvelles coqueluches des jeunes lecteurs et lectrices du journal Spirou. Tout commence en octobre 2008 lorsque Frédéric Niffle, rédacteur en chef du journal, propose à Arthur de Pins de faire la couverture du spécial Halloween. L’auteur, plus connu dans le monde de la bande dessinée pour ses pin-ups que pour ses monstres, accepte. Bingo ! « Je me suis beaucoup amusé à imaginer toute une galerie de monstres dans un cimetière. Frédéric s’est rendu compte que ça me plaisait, et il m’a proposé de développer l’univers pour en faire un album ». Des zombies c’est bien, mais des zombies qui tiennent un parc d’attractions c’est mieux, c’est même excellemment mieux. Et voilà notre Arthur de Pins délaissant les formes avantageuses de ses pin-ups pour une galerie de monstres. Depuis, las série Zombillénium, dont le cinquième et avant dernier volet vient de sortir, s’est vendue à 330 000 exemplaires et a fait l’objet d’une adaptation en film d’animation. (Zombillénium tome 5, Vendredi Noir, de Arthur de Pins. Dupuis. 14,50€)

Il est sorti il y a quelques mois déjà, en octobre pour être précis, mais il n’est jamais trop tard pour se faire plaisir. Le Baron de Jean-Luc Masbou, précédemment dessinateur de la très belle série De Cape et de Crocs publiée chez Delcourt est d’abord un bel objet au grand format, avec titre doré et dos toilé du meilleur effet, c’est aussi un petit bijou graphique et enfin un régal d’aventures autour d’un personnage légendaire :  le fameux  Baron de Münchhausen. Une adaptation de plus ? Non, un regard personnel sur une oeuvre et un personnage, un voyage au pays de l’imaginaire et de l’humour qui fait un bien fou en ces temps de réalité anxiogène. (Le Baron, de Masbou. Delcourt. 23,95€)

On termine avec le premier volet d’une nouvelle série signée Stéphane Betbeder et Djief aux éditions Dupuis. Si vous aimez Seuls, la série de Vehlmann et Gazzotti, alors vous devriez aimer celle-ci. Créatures nous transporte dans un New York post-apocalyptique où tentent de survivre d’étranges créatures et des enfants qui doivent se débrouiller seuls. Graphisme agréable, belle mise en place de l’univers… À suivre ! (Créatures tome 1, La Ville qui ne dort jamais, de Betbeder et Djief. Dupuis. 12,50€)

Eric Guillaud

RSS