16 Juin

Le coin des mangas : Un pigeon à Paris, L’Académie musicale Alice, The Legend of Zelda, Blue Giant, Mon voisin Totoro et One Pièce Party

Et on commence par le mythique Mon voisin Totoro. Vous allez me dire que Mon Voisin Totoro est un film d’animation et non un manga. C’est vrai… et faux. D’abord parce qu’il est l’adaptation d’un livre que Miyasaki avait commencé à dessiner dans les années 70. Ensuite parce que le Studio Ghibli a à son tour adapté le film en livre. Certes, ce n’est pas un manga me diront les puristes, c’est un anime comics, en couleurs, mais on ne va pas chipoter et bouder notre plaisir de retrouver cette oeuvre aujourd’hui trentenaire et qui n’a rien perdu de sa magie. Magnifique ! (Mon voisin Totoro, de Miyazaki. Glénat. 15,50€)

Et si vous êtes un inconditionnel de Mon voisin Totoro, un fou de Hayao Miyazaki, alors je ne peux que vous conseiller ce livre paru lui-aussi chez Glénat. L’Art de Mon voisin Totoro nous permet de découvrir les coulisses de la réalisation de l’anime, plus de 170 pages d’illustrations, de croquis, de secrets de conception et d’anecdotes de production. Rigoureusement indispensable. (L’Art de Mon voisin Totoro, de Miyazaki. Glénat. 24,90€).

Changement de style et d’univers avec Blue Giant dont le premier des dix volumes prévus vient de sortir. Blue Giant nous embarque dans le monde de la musique et plus spécialement dans celui du jazz en compagnie de Dai Miyamoto, lycéen membre de l’équipe de basket, travailleur à mi-temps dans une station service et surtout fou de jazz depuis des années. « je serai le meilleur jazzman au monde », s’auto-persuade-t-il lorsqu’il rejoint les berges de la rivière Hirose à Sendai, une grande ville située à 300 km au nord-est de Tokyo, ou il s’entraîne des heures et des heures, à en oublier la météo, à en oublier l’école, à en oublier les contraintes. Mais c’est sa vie qui se joue là, il en est certain même si le chemin vers la réussite ne s’annonce pas vraiment de tout repos… Après Vertical qui traitait de la haute montagne, l’auteur Shinichi Ishizuka offre à ses lecteurs un somptueux voyage au pays du jazz. (Blue Giant, de Shinichi Ishizuka. Glénat. 7,60) .

C’est un retour, un grand retour même insistent les éditions Soleil, que celui de The legend of Zelda avec l’adaptation du jeu vidéo Twilight Princess développé par Nintendo en 2006. Direction le royaume d’Hyrule et plus précisément le paisible village de Toal où on y retrouve le jeune Link, heureux de son intégration dans la petite communauté mais inquiet que son passé resurgisse en même temps que les être maléfiques du monde de la pénombre…  (The legend of Zelda Twilight Princess, de Nintendo et Akira Himekawa. Soleil. 7,99)

Vous avez aimé L’Académie Alice avec ses élèves dotés de pouvoirs spéciaux ? Alors vous aimerez L’Académie Musicale Alice. Prévue en trois tomes, L’Académie Musicale Alice reprend l’univers de la série initiale en le plongeant dans celui de toutes ces comédies musicales qu’adore l’auteure Tachibana Higuchi. L’héroïne Hikari Andô, dépourvue de pouvoirs spéciaux parvient à intégrer cette fameuse école nationale de musique. Elle espère retrouver ainsi son frère Tsubasa enlevé à sa famille et incorporé d’office dans l’Académie. (L’Académie Musicale Alice tome 2, de Tachibana Higuchi. Glénat. 6,90€)

Près de 90 tomes, 900 chapitres, 440 millions d’exemplaires, One Pièce est le manga le plus vendu au monde. Alors forcément, il se retrouve cuisiné à toutes les sauces, en anime pour la télévision dès 1999, en long métrage pour le cinéma, en jeux vidéo… et en spin-off, avec des séries telles que Chopperman chez Kazé Manga et One pièce Party chez Glénat dont voici le 3e volume. Cinq histoires courtes au sommaire et pas mal d’humour… (One pièce party 3, de Eiichiro Oda et Ei Andoh. Glénat. 6,90)

On termine avec le retour de notre pigeon préféré, il est tout blanc, tout rond, déambule dans les rues de Paris et parle japonais. C’est le personnage imaginé par Lina Foujita pour raconter son séjour en France. Partie sur un coup de tête ou presque de son Japon natal, Lina Foujita débarque à Paris avec une énorme valise sur le dos et son tout jeune métier de mangaka dans les doigts. Lorsqu’elle découvre les nombreuses subtilités de la société française et les petites complications quotidiennes de la vie parisienne, elle entreprend de raconter ça en dessin à ses compatriotes dans un manga hyper coloré, drôle et, j’imagine, très instructif pour ceux qui sont restés du côté du soleil levant. Pour nous aussi d’ailleurs ! Un peu ovniesque mais franchement original, un manga documentaire en quelques sortes qui met en scène le choc des cultures. (Un pigeon à Paris, de Lina Foujita. Glénat. 10,75)

Eric Guillaud

15 Juin

Davy Mourier vs Cuba et Le Guide du mauvais père de Guy Delisle : deux albums de la collection Shampooing qui vont vous faire du bien au cuir chevelu

La collection Shampooing initiée et dirigée par Lewis Trondheim publie régulièrement de nouvelles petites perles d’humour. En voici deux ce mois-ci, le quatrième tome du Guide du mauvais père de Guy Delisle et le premier album de Davy Mourier vs consacré à son voyage à Cuba. De quoi prendre la vie au second degré…

Paru en 2013, le premier tome du Guide du mauvais père a fait un carton nous rappelle l’éditeur. 100 000 exemplaires vendus. C’est beaucoup mais l’excellent Guy Delisle, auteur par ailleurs des bandes dessinées documentaires Shenzhen, Pyongyang ou encore des Chroniques de Jérusalem, fauve d’or prix du meilleur album au festival d’Angoulême en 2012, a su trouver les mots et les gags justes pour parler aux pères de famille que nous pouvons être, pas toujours au top mais pas toujours mauvais non plus. L’idée est de rire de tous nos petits travers. Et ça marche plutôt bien. Il faut dire que Guy Delisle n’a pas son pareil pour raconter des situations tragicomiques dans lesquelles chacun se reconnaîtra. Jubilatoire ! (Le Guide du mauvais père, Delisle. Delcourt. 9,95€)

Et si vous n’avez pas votre compte de rigolade, alors, les éditions Delcourt on pensé à tout, un peu comme une deuxième couche d’humour pour que ça vous reste bien imprimé. C’est Davy Mourier Vs Cuba. Tout est dans le titre ou presque.  L’acteur, réalisateur, parolier, animateur de télévision ET auteur de bandes dessinées (Super Caca, La Petite mort…) y raconte son voyage un peu forcé au pays de Castro. Lui qui n’aime pas particulièrement voyager accompagne sa mère devenue une grande exploratrice du monde sur le tard. Et bien évidemment, il y a de quoi raconter, entre le double système de monnaie, les voitures aux carrosseries américaines et aux moteurs russes ou chinois, la quasi-inexistence d’Internet… et l’ouragan Irma qui a eu la mauvaise idée de passer par-là au même moment, de quoi dégouter définitivement Davy Mourier des voyages… et de lui faire préférer un bon programme à la télévision. D’ailleurs, le deuxième tome de Davy Mourier vs, à paraître en janvier 2019, y sera consacré ! (Davy Mourier Vs… Cuba, Mourier. Delcourt. 9,95)

Eric Guillaud

12 Juin

Charogne : une descente en enfer signée Borris et Benoît Vidal

Parce qu’il mérite le paradis et que le curé refuse de monter au village pour célébrer l’office, des administrés vont transporter à dos d’hommes le corps de leur maire décédé d’une crise cardiaque pour une dernière bénédiction plus bas dans la vallée. Un cortège funèbre qui va réserver bien des surprises…  

Tout à l’air paisible dans ce petite village du département de l’Aude perché sur les contreforts des Pyrénées. Nous sommes en 1864, Joseph le maire fait tout pour rendre service à ses administrés, il trouve des acheteurs pour le bois de l’un, s’occupe de vendre un bijou pour soulager les finances de l’autre, prête main forte aux champs…. Mais à vouloir être partout, il est bientôt nulle part notre bon Joseph ou plutôt si, allongé à même le sol, le nez dans la terre. Crise cardiaque.

Aimé de tous et toutes, Joseph a bien mérité le paradis. Mais pour y accéder, faut-il encore un curé et une ultime bénédiction. Hélas, de curé, il n’y en a point depuis que le toit de l’église s’est effondré. Et celui de la vallée refuse de monter tant que les réparations n’auront pas été engagées.

Qu’à cela ne tienne, puisque le curé ne veut pas venir au cadavre, le cadavre viendra à lui, porté dans son cercueil par une poignée de villageois qui n’imaginent pas un instant leur calvaire. Sur le chemin de la descente, pour le moins escarpé, nos villageois vont d’abord souffrir du poids du cercueil, puis de l’odeur du cadavre, le tout sous un violent orage qui va provoquer des éboulis. Mais le plus pesant, ce sont ces vieilles histoires de famille qui vont ressurgir entre les porteurs, des rancœurs qui viennent de loin et trouvent dans la tourmente matière à rebondir…

De loin, j’ai un instant cru voir la couverture d’un nouveau Chabouté mais non. Charogne est signé Borris (Lutte Majeure…) et Benoît Vidal (Pauline à Paris…) et raconte une histoire pas tout à fait vraie mais inspirée de faits et de lieux ayant existé. Dans des notes en fin d’ouvrage, les auteurs expliquent : « Le village dépeint dans la bande dessinée est réellement situé dans le département de l’Aude sur un territoire appelé le pays de Sault. C’est là que sont racontées les histoires qui ont initié cette fiction… ». L’éditeur parle de thriller rural, j’évoquerai surtout une histoire d’hommes, avec ses forces et ses faiblesses… Bon scénario, bon dessin. Recommandé !

Eric Guillaud

Charogne, de Borris et Benoît Vidal. Glénat. 19€

Midi – Minuit : Doug Headline et Massimo Semerano s’offrent une dernière séance

Les bandes dessinées inspirées par le cinéma, il en existe un certain nombre. Et la réciproque est valable. Mais les bandes dessinées qui parlent du cinéma, il y en a finalement assez peu. Et plus précisément du giallo, il y en a aucune. Enfin si, il y en aura une dès le 15 juin grâce à un amoureux du genre, Doug Headline, accompagné au dessin par Massimo Semerano… 

Mais qu’est ce que le giallo, me demanderez-vous ? Très bonne question. Le giallo est un genre cinématographique à la frontière du cinéma policier, du cinéma d’horreur et de l’érotisme (merci wikipédia!), « des films, au départ sous influence hitchcockienne, qui furent tournés et distribués entre 1962 et 1982 et obéissant à une stratégie du cauchemar très particulière » (merci au dossier très complet qui accompagne cet ouvrage).

Doug Headline en est dingue, comme quelques autres. Au point hier de passer des soirées entières à visionner des cassettes pirates de qualité douteuse vendues sous le manteau, au point aujourd’hui d’en faire le contexte de cette histoire intitulée Midi – Minuit du nom d’un cinéma de quartier mythique autrefois situé boulevard Poissonnière à Paris, chantre du cinéma bis.

Mais Midi – Minuit n’est pas Les Cahiers du cinéma, point de critiques dans ses pages mais une déclaration d’amour pour ce cinéma populaire à travers l’histoire de deux cinéphiles français, François Renard et Christophe Lemaire, qui ont décroché l’interview d’un ponte du giallo, un certain Marco Corvo dont la carrière s’est subitement arrêtée il y a 25 ans avec la disparition restée inexpliquée de son actrice fétiche.

De là à se retrouver dans un scénario à la giallo, il y a qu’un pas ou qu’une  case. Pendant que les deux Français interviewent le réalisateur, d’anciens critiques de cinéma sont assassinés…

Un brin policier, un brin fantastique et un tout petit poil érotique ou plutôt glamour, Midi – minuit se présente comme un hommage au giallo avec en prime des incrustations d’images arrêtées de plusieurs films. Les amateurs les reconnaîtront. Tout se tient, on rentre à fond dans l’histoire sans même connaître le début d’un générique de ce genre cinématographique. Mais ça, c’est la magie de la bande dessinée et le talent des auteurs, Doug Headline au scénario et Massimo Semerano au dessin.  Culte !

Eric Guillaud

Midi – Minuit, de Doug Headline et Massimo Semerano. Dupuis. 22€

© Dupuis / Headline & Semerano

09 Juin

J’ai Lu : le retour de la BD au format poche

La maison d’édition J’ai Lu n’est pas une inconnue dans le milieu de la bande dessinée. Les plus vieux d’entre nous se rappellent forcément de la collection J’ai Lu BD qui a proposé dans les années 80 et 90 près de 300 albums au format poche, y compris les aventures de l’immense Corto Maltese, avant de renoncer comme ses concurrents Le Livre de Poche et Pocket BD…

Elle y revient à grand renfort de communication avec quatre premiers titres parus en juin, Tous mes amis sont morts de Avery Monsen et Jory John, Un autre regard d’Emma, Le Petit grumeau illustré et Chat-Bouboule de Nathalie Jomard.

J’ai Lu parle d’une « programmation ambitieuse à prix poche ». Les premiers titres oscillent entre 6,90 et 7,90€, soit à peu près le prix d’un manga et la moitié du prix des albums originaux. Le papier n’a rien de celui qu’on peut attendre d’un livre de poche, il est relativement épais. Les couvertures offrent un pelliculage mat avec rabats, le tout sous un format un peu plus grand que le poche habituel, 14 sur 20 cm.

Pour ces quatre premiers livres qui tendent plus vers l’illustration pleine page que la bande dessinée, la lecture ne s’en trouve aucunement gênée. Reste à voir ce que ça peut donner avec un gaufrier (découpage de la page en plusieurs cases) classique…

Eric Guillaud

Les Porteurs d’eau : la belle échappée de Fred Duval en compagnie de Nicolas Sure

Cette aventure-là ne relève en rien de la science-fiction ou de l’uchronie, genres dans lesquels le scénariste Fred Duval s’est fait une belle réputation, non Les Porteurs d’eau publié ce mois-ci sous pavillon Delcourt, est une fiction qui nous embarque au coeur du dopage cycliste dans les pas de deux Pieds nickelés de l’EPO…

Vous souvenez-vous de ces images sidérantes du Tour de France à l’arrêt, des coureurs en grève, des descentes de police dans les hôtels, de Richard Virenque en larmes devant les caméras ? C’était en 1998, tiens… il y a tout juste 20 ans.

Cette édition de la grande boucle a marqué les consciences et fait beaucoup de mal au sport en général. Le dopage se révélait à la face du monde comme étant au coeur même de la logique du sport. Et rien ne dit qu’il ne l’est plus !

Tout ça pour dire que l’histoire de cet album ne sort pas de nulle part. Il y un fond de réalité sur lequel le scénariste Fred Duval, un fondu de la petite reine et un téléspectateur assidu du Tour de France, s’est appuyé pour l’écrire. Mais attention, Les Porteurs d’eau n’est pas une bande dessinée documentaire, c’est une fiction intelligemment construite autour d’une cavale, celle de deux gamins, Jérôme Pignon et Florian Cornu, licenciés au Cyclo du Lyonnais, plus bêtes que méchants, désireux de se faire du fric facile en achetant et revendant des produits dopant. Des Pieds nickelés du dopage en quelques sortes qui vont avoir à faire à de vrais et dangereux pros de la chose.

Et forcément, l’affaire tourne mal, la police intervient au moment où les deux gamins sont sur le point de récupérer le matos. Les vendeurs sortent les flingues, des coups de feu éclatent, Jérôme et Florian en profitent pour se débiner avec la dope mais aussi le fric renversant un policier au passage. Très vite, leur signalement est donné, commence alors une cavale qui va les mener de Maubeuge au Mont Ventoux en passant par Dieppe, Rennes et Volvic, un tour de France par étapes mais en bagnole qui les fera travailler du ciboulot à défaut des mollets. Il faut dire que le père de Jérome Pignon, coureur professionnel, est mort à 37 ans d’une embolie pulmonaire. Au cas où il l’aurait oublié, sa mère compte bien lui rappeler et le ramener dans le droit chemin…

Le scénariste de Carmen Mc Callum, Travis, Hauteville House ou encore Jour J s’offre ici une belle échappée en compagnie de Nicolas Sure, un dessinateur au trait fin, élégant et racé. Admirez cette planche d’étape dans la montagne, tout y est, la fougue, le dépassement de soi, la passion… et même le diable avec sa fourche. Une fiction qui nous apporte l’air de rien un éclairage bienvenu sur le milieu du dopage, ses ramifications et ses effets.

Eric Guillaud 

Les Porteurs d’eau, de Duval et Sure. Delcourt. 17,95€

© Delcourt / Duval & Sure

06 Juin

Superman : quand John Byrne le meilleur auteur des X-Men s’attaque au mythe !

Quiconque a été biberonné aux comics dans les années 80 par l’intermédiaire d’augustes revues comme Strange ou Spidey se souvient forcément, et avec émotion, de John Byrne. Durant la première moitié de cette décennie, ce canadien d’origine anglaise était la star absolue de l’écurie Marvel dont il avait complètement reboosté deux des séries phares : les Quatre Fantastiques et les X-Men. Mais on avait presque oublié qu’en 1987, il était passé à l’ennemi et s’était emparé de Superman pour une réécriture enfin rééditée en France alors qu’on est sur le point de fêter les quatre-vingt ans du héros venu de Krypton.

Lorsque DC Comics appelle Byrne en 1986, le pourtant très vénérable superman était plus ou moins moribond. Toujours respecté mais ‘ringardisé’ depuis quelques années à cause de sa vision très noir et blanc d’un monde qui avait bien changé depuis qu’il avait castagné ses premiers vilains en 1938. Il lui fallait un bon électrochoc, ce seraMan of Steel, titre d’ailleurs repris pour la dernière adaptation cinématographique en date de l’homme d’acier, en 2013. Alors que quatre volumes sont prévus et le premier vient tout juste de sortir, trente ans après sa publication originale aux USA.

© Urban Comics/DC – John Byrne, Jerry Ordway et Marv Wolfman

La force ou la faiblesse (au choix) de ce reboot est d’avoir choisi de revenir aux origines mêmes du personnage mais sans pour autant en altérer vraiment les grandes lignes. On retrouve donc ici tous les éléments clefs de son histoire (la fin de sa planète d’origine Krypton, la découverte de sa vocation, son arrivée au ‘Daily Planet’, ses premières rencontres avec la journaliste Lois Lane et son plus grand adversaire Lex Luthor etc.) réinterprétés par Byrne à sa sauce mais au final, très (trop ?) fidèlement. L’autre point de discorde vient du fait que comme son habitude, le dessinateur signe aussi le scénario et sa vision (imposée par DC ?) est, disons, très monochrome. On n’est pas chez Frank Miller ici ! Superman est plus que jamais un boy-scout très lisse où rien ne dépasse, Luthor un infâme homme d’affaires aux méthodes de gangster et Lois Lane une journaliste un brin caricatural (notamment aux niveaux des choix capillaires, très 80’s) qui vendrait père et mère pour un scoop. Même si les comics n’avaient pas encore entamé leur mue vers un style plus ‘adulte’ et sérieux, ce choix de s’inscrire dans une certaine tradition assez datée au final risquera donc d’en refroidir quelques uns. Et bien que même si officiellement le tout ressort pour fêter les 80 ans de Monsieur Super, c’est avant tout aux fans ‘nostalgiques’ de Byrne que le tout s’adresse.

© Urban Comics/DC – John Byrne, Jerry Ordway et Marv Wolfman

Or malgré des couleurs parfois un chouia criardes, ceux-là seront aux anges car on retrouve ici, intact, tout ce qui fait le grand style de ce (encore plus) grand Monsieur, la netteté des trait et l’humanité générale qui ressort de tous les personnages. D’ailleurs, quelques épisodes sont signés Jerry Ordway et clairement, ce dessinateur plus confidentiel au talent plus confus souffre grandement de la comparaison. Et puis une fois le décor bien posé, quand Monsieur Byrne commence à quitter le plancher des vaches et à toucher à des sujets plus cosmiques (notamment avec l’apparition du super-méchant Darkseid, modèle avoué de Thanos, le super-vilain du dernier carton Marvel au cinéma), on prend vraiment du plaisir. Profitant d’être chez DC, il fait même intervenir Batman lors d’un épisode et s’amuse, par contraste, à donner (enfin) une coloration bien plus sombre et torturé à Bruce Wayne…

En fait, sans s’adresser pourtant particulièrement aux enfants (quoique…) cette réinterprétation du ‘mythe’ Superman est limite la porte d’entrée parfaite pour qui voudrait commencer à plonger dans ce bain de kryptonite mais sans ressortir la série d’origine qui a, elle, salement vieilli. Et puis 80 ans, ça se fête !

Olivier Badin

Superman, Man of Steel, Volume 1 par John Byrne, Jerry Ordway et Marv Wolfman, Urban Comics/DC, 35 euros

Incroyables histoires de la Coupe du monde en BD : un album collectif pour les amoureux du football mais pas que

À quelques jours du lancement de la Coupe du monde de football en Russie, les éditions rouennaises Petit à Petit publient un recueil collectif sur des histoires incroyables mais vraies, des histoires d’hommes et de ballon rond forcément belles et tragiques…

Inutile de cacher mon ignorance totale et mon relatif désintérêt pour le football, ça se sentirait au bout de quelques lignes. Mais cet album paru aux éditions Petit à Petit m’a littéralement captivé et ce dès la première page. Peut-être justement parce que je connais mal cet univers et que ma surprise a été grande de découvrir certaines de ces histoires vraiment, vraiment, incroyables.

Comme cette première édition de la Coupe du monde organisée en 1930 en Uruguay. Pas de lignes d’avion régulières à l’époque, deux semaines de traversée pour les équipes européennes qui comptaient s’y rendre. Les équipes de France, de Belgique, de Roumanie mais aussi le président de la FIFA Jules Rimet accompagné de trois arbitres et du trophée embarquèrent sur le paquebot Conte-Verde à Gênes.

Comme celle aussi de Matthias Sindelar, considéré comme le plus grand sportif autrichien du XXe siècle, à la tête de l’équipe d’Autriche, qui refusa de rejoindre l’équipe nationale allemande lorsque Hitler les fusionna sous le nom de Nationalmannschaft.

Et des histoires comme celles-ci, des petites histoires toujours liées à la grande histoire, ce recueil en compte une bonne trentaine. On y évoque bien sûr la victoire des Bleus en 1998, la débâcle du Brésil en 2014, le fameux coup de tête de Zizou en 2006…

C’est passionnant de bout en bout, les pages documentaires alternent avec les pages de BD signées par un collectif international d’auteurs, 1 scénariste et 28 dessinateurs. Pour les plus mordus, un tableau donne en fin d’ouvrage le palmarès de toutes les équipes. La France apparaît en sixième position avec une première, une deuxième et deux troisièmes places. Mais l’histoire n’est pas terminée. Rendez-vous le 14 juin pour la suite de l’aventure…

Eric Guillaud

Histoires incroyables de la Coupe du monde en BD, collectif. Petit à Petit. 19,90€ 

05 Juin

Aspirine : une histoire de vampire à la Joann Sfar

Joann Sfar aime les vampires, les petit(e)s et les grand(e)s. Asprine appartient à la catégorie des grand(e)s, enfin presque, parce que depuis 300 ans, Aspirine est restée coincée à l’âge de l’adolescence et ça aurait tendance à l’énerver…

Et quand je dis que ça aurait tendance à l’énerver, je suis loin du vrai. C’est de la colère voire de la rage qu’elle éprouve, de la rage et de l’ennui. Sa soeur Josacine, elle au moins, a 23 ans , le bel âge, l’âge de l’amour.

Et elle en profite, collectionnant les amants comme d’autres collectionneraient des dents de vampire. Ah oui, j’oubliais, Aspirine et Josacine sont des vampires, parisiennes, mais vampires tout de même. Avec leurs petites dents. Et leur envie de sang frais. Surtout Aspirine qui aurait même une fâcheuse tendance à se jeter sur tous les hommes qui passent dans son environnement proche pour les dévorer au sens propre, abats compris.

Aspirine a les crocs et le coeur sur la main, mais généralement pas le sien. Malgré tout, la Dracu-girl a ses fans, enfin un fan, Yidgor, presque un gamin, fous de jeux et amoureux depuis peu. Elle va en faire son serviteur et peut-être plus si affinités….

C’est un peu fou, c’est du Joann Sfar ! Après Petit Vampire et Grand Vampire, l’auteur et réalisateur poursuit l’exploration de ce mythe littéraire avec un vampire au féminin, moderne, inscrite en philo à La Sorbonne et partageant avec sa soeur, Josacine, un grand appartement parisien. C’est un peu fou donc mais complètement génial !

Eric Guillaud

Aspirine, de Joann Sfar. Rue de Sèvres. 16€

© Rue de Sèvres / Joann Sfar

03 Juin

Curiosities : un somptueux art-book de Benjamin Lacombe aux éditions Maghen

Écrire que l’art-book Curiosities est somptueux sonne presque comme une évidence tant il réunit deux signatures de talent, celui de Benjamin Lacombe, auteur, et celui de Daniel Maghen, éditeur pour le moins exigeant.

Qu’il s’agisse de la SF avec On Mars, de la biographie avec Mystères! (Tibet) ou Mirages (Will) ou de l’aventure maritime avec Les Voyages d’Ulysse, chaque ouvrage des éditions Daniel Maghen est d’abord un magnifique écrin.

C’est encore le cas cette fois avec Curioisities, un livre qui a exigé quelques spécificités techniques rares nous précise l’éditeur telles qu fer à chaud bleu métallisé, embossing, calques transparents… Les connaisseurs apprécieront !

Mais que serait le plus bel écrin au monde sans bijou à l’intérieur ? Le bijou cette fois s’appelle Benjamin Lacombe, un illustrateur français qui a signé une trentaine d’ouvrages en quinze ans de carrière et élaboré un univers singulier, reconnu jusqu’aux États-Unis où son livre Cerise Griotte, un projet de fin d’études, a été sélectionné par Time Magazine comme l’un des dix meilleurs livres jeunesse de l’année 2007.

Que trouve-t-on dans cet art-book, le premier consacré à Benjamin Lacombe ? Des illustrations bien sûr, parfois publiées au fil de ses albums mais aussi d’autres totalement inédites, des croquis, des travaux pour des films d’animation, des photos… Chaque page est une découverte, un bonheur de raffinement, de finesse, de poésie, de tendresse, un voyage permanent dans un univers incroyablement riche et passionnant.

Eric Guillaud

Curiosities, de Benjamin Lacombe. Daniel Maghen. 35€