15 Nov

Le Livre des livres : Marc-Antoine Mathieu à l’ouvrage…

livreDesLivresUne chose est certaine avec Marc-Antoine Mathieu, c’est qu’on est certain de rien. Chacun de ses livres est un coup de génie dans le Neuvième art, inattendu, étonnant, déroutant, questionnant, vertigineux. Celui-ci est même au dessus de tous puisque c’est Le Livre des livres…

Si Marc-Antoine Mathieu n’existait pas, il faudrait l’inventer ! C’est le constat qu’on est tenté de dresser à chacune de ses publications, à chaque fois un régal d’expérimentations narratives, une exploration sans fin des possibilités offertes par la bande dessinée. En voici un nouvel exemple avec cet gros pavé qui ne fait pourtant que 50 pages mais 50 pages cartonnées comme celles qu’on peut trouver dans les ouvrages pour très jeunes enfants.

Ne vous y trompez pas toutefois, Le Livre des livres n’est pas un ouvrage jeunesse, plutôt un livre pour grands réunissant des couvertures de livres imaginaires qui ont tout de vraisemblables.

« Le Grand Entrepôt des albums imaginaires renfermait toutes les couvertures des livres en attente de leur récit. Un jour l’entrepôt brûla (…) Des couvertures échappèrent miraculeusement à la destruction. Le Livre des livres en réunit quelques-unes. »

Voilà pour l’histoire qui habille le recueil, relie toutes les couvertures entre elles et fait que nous restons encore dans l’univers du neuvième art.

Pour le reste, chaque couverture propose une autre histoire, sa propre histoire, avec son titre, ses auteurs, son éditeur, son texte de présentation, parfois ses chapitres et bien sûr son illustration. À vous d’imaginer le récit qui va avec…

Minutieuses et réfléchies, ces compositions permettent de retrouver tout le talent graphique et narratif de Marc-Antoine Mathieu, mais aussi son attirance pour les univers décalés, insolites, fantastiques, absurdes, kafkaïens. Et c’est toujours un pur bonheur !

Pour les Parisiens permanents ou de passage dans le paysage, la galerie Huberty Breyne, 91 rue Saint-Honoré, vous invite à découvrir du 17 novembre au 16 décembre l’intégralité des dessins originaux qui composent Le Livre des livres, l’occasion d’admirer au plus près la finesse du trait de l’auteur.

Eric Guillaud

Le Livre des livres, de Marc-Antoine Mathieu. Éditions Delcourt. 27,95€

 © Delcourt / Mathieu

© Delcourt / Mathieu

12 Nov

D’en haut, la terre est si belle : une histoire d’amitié sur fond de guerre froide et de course aux étoiles signée Toni Bruno

Capture d’écran 2017-11-10 à 20.12.02Un cosmonaute soviétique suivi par un psychologue américain en pleine guerre froide, alors que Russes et Américains se livrent une course aux étoiles sans pitié, c’est l’histoire pas banale de ce roman graphique signé par l’auteur italien Toni Bruno chez Glénat…

L’Union soviétique aime ses héros. Et habituellement, ses héros le lui rendent bien. Le chouchou du moment s’appelle Akim Smirnov, il est cosmonaute et n’a peur de rien. Ou plus exactement n’avait peur de rien. Car depuis sa dernière mission dans l’espace, quelque chose est cassée en lui. Et pas sûr qu’il reprenne un jour le chemin de la rampe de lancement. Nul ne sait d’où ça vient, pas même lui. Alors bien sûr, c’est embêtant, très embêtant, à la fois pour les responsables de la Cité des étoiles et plus largement pour les cadres du parti communiste. Que faire d’un héros qui n’est plus un héros ? Il faut le remettre debout. Et pour ça, il n’y a qu’un homme capable d’un tel miracle, c’est Franklin Jones, un psychologue américain…

Oui, vous avez bien lu, un psychologue américain appelé à la rescousse pour soigner un cosmonaute russe et ce en pleine guerre froide, en pleine course à la conquête de l’espace. Mais d’où l’auteur peut-il tenir un tel scénario ? De son imagination fertile très certainement. L’Italien Toni Bruno, que certains connaissent peut-être déjà de ce côté-ci des Alpes pour son roman graphique Kurt Cobain – When I was an alien paru au début de l’année chez Urban Comics, nous offre un petit bouquin, de plus de 200 pages tout de même, au format très agréable, à la présentation générale soignée, au graphisme élégant, au scénario captivant, bref une bonne pioche pour tous ceux qui aiment les histoires humaines sur fond historique. Une belle histoire d’amitié qui fait fi des frontières qui, d’en haut, ne se voient pas !

Eric Guillaud

D’en haut, la terre est si belle, de Toni Bruno. Éditions Glénat. 20€

Capture d’écran 2017-11-10 à 20.13.14

08 Nov

L’Écorce des choses : Cécile Bidault nous plonge avec émotion et pédagogie dans le quotidien d’une enfant sourde des années 70

Habituellement, les bandes dessinées muettes répondent à une recherche stylistique, l’album de Cécile Bidault paru aux éditons Warum? l’est par la force des choses, son personnage principal, une petite fille, est sourde et muette…

IMG_1412

Pas de bulles ou tout au moins des bulles blanches, vides, figurant les paroles échangées entre son père et sa mère qu’elle ne peut entendre. La petite fille de ce récit souffre de surdité sévère. Pas de bulles mais quelques mots tout de même de cette petite fille, et narratrice, en ouverture de l’album pour nous planter le décor. « Je n’ai jamais pu entendre. Quand javais neuf ans, mes parents ont déménagé à la campagne… ». Voilà pour l’essentiel!

C’est à ce moment précis du déménagement que l’histoire commence. Nous sommes en été, la petite fille, déjà isolée par son handicap, se retrouve sans repères, dans une nouvelle maison, un nouvel environnement, coincé entre une mère désamparée et un père au mieux maladroit, tentant de lui faire prononcer des lettres de l’alphabet, au pire complètement absent.

 © Warum? / Bidault

© Warum? / Bidault

Peu à peu, la petite fille explore sa nouvelle maison, le grenier tout d’abord où elle découvre un vieux poste radio qu’elle allume et serre contre sa poitrine pour ressentir les vibrations. Le jardin ensuite et ses alentours. C’est là qu’elle croise un jeune garçon qui va devenir son copain de jeu et partager son quotidien. Les saisons passent ainsi, les  bons moments, les mauvais aussi…

Elle voit qu’il se se dit des choses importantes autour d’elle, à la télévision, chez elle quand son père et sa mère se disputent, mais elle ne peut comprendre. Pire, elle ne peut intervenir.

Et la langue des signes me direz-vous ? Oui bien sûr, sauf que l’histoire se déroule dans les années 70 et que, comme nous le rappelle un bref historique placé à la fin de l’album, la langue des signes était interdite jusqu’en 1976 et qu’il faut attendre 1991 pour que la loi Fabius autorise son enseignement aux enfants sourds. Ça peut paraître dingue aujourd’hui mais c’est la réalité.

Le parti prix d’une bande dessinée muette place de fait le lecteur dans la peau et la tête de la petite fille. Alors forcément, le récit est troublant, riche en émotions, il est surtout très pédagogique. C’est « une invitations à la tolérance, au respect des différences et à l’ouverture aux autres… », écrit en préface Élodie Hemery, Directeur de l’institut national de jeunes sourds de Paris. Et on pourrait ajouter : sans être ennuyeux une seconde. Car L’Écorce des choses est avant tout un récit qui se lit comme une fiction, une très belle fiction, à la narration subtile et au graphisme délicat ! Lu et adoré.

Eric Guillaud

L’Écorce des choses, de Cécile Bidault. Éditions Warum?. 20€

 © Warum? / Bidault

© Warum? / Bidault

07 Nov

Elric : une nouvelle adaptation épique et grandiose chez Glénat

elric couvElric : enfin une adaptation à la hauteur de la légende de l’heroic fantasy, quarante-cinq ans après le premier coup de maître de Philippe Druillet

On va dire que c’est la faute de cette adaptation en jeu de rôles dans les années 80 qui lui a fait autant de bien que de mal au final. Du bien parce qu’elle a permis de populariser le personnage le plus flamboyant sorti de l’imagination pourtant luxuriante de l’auteur anglais d’heroic-fantasy Michael Moorcock. Mais du mal aussi parce qu’il a perdu au passage une partie de sa superbe car alors trop résumé à ses quelques traits les plus marquants et donc un chouia caricaturé. Car Elric de Melniboné n’est ni un héros ni un chevalier servant sur son blanc destrier mais bien un monarque sadique et égoïste que l’on pourrait plus rapprocher à la limite d’un Vlad Tepes et toute la force de cette nouvelle adaptation bédé est, justement, de lui rendre enfin justice.

 © Glénat / Blondel, Poli, Recht & Bastide

© Glénat / Blondel, Poli, Recht & Bastide

C’est loin d’être la première mais ce n’est pas pour rien que l’affiliation graphique avec Philippe Druillet – qui le premier tenta sa chance en 1971 en collaboration directe avec Moorcock – saute aux yeux d’entrée ici. Dès les premières planches du Trône du Rubis, on est propulsé dans un monde noir, acéré de partout, violent et sans pitié au bestiaire démoniaque, celui des Ménilbonéens, race aristocratique régnant sans pitié sur le monde mais en pleine décadence. Albinos et malade mais aussi cruel et raffiné, leur souverain Elric est malgré tout trahi par son ambitieux cousin Yrkoon. Pour se venger, il vend son âme à Arioch le Dieu du Chaos qui lie alors son destin à Stormbringer, épée magique et insatiable buveuse d’âme qui demande toujours de tueries et qui entraînera sa perte. Loin, très loin de l’univers limite Bisounours en comparaison d’un Seigneur des Anneaux ou même d’un Conan, ici on vit et on meurt au gré des désirs des rois et des dieux, sans justice ni pitié…

 © Glénat / Blondel, Poli, Recht & Bastide

© Glénat / Blondel, Poli, Recht & Bastide

Ils s’y sont pris à trois pour arriver à ce résultat – quatre si l’on compte le scénariste Julien Blondel – mais il est assez bluffant car épique et grandiose à la fois. Si de nombreuses pleines pages accentuent le souffle et la noirceur qui s’en dégagent, c’est bien le refus des auteurs de sombrer dans le manichéisme et leur façon assez subtile de tour à tour sublimer leur héros avant de le jeter dans des abîmes de doutes et de souffrances qui donne toute sa force au récit. Il y a toujours eu quelque chose de très Shakespearien chez ce personnage, notamment son côté maudit, et c’est la première fois où il transpire autant. Même s’ils se sont permis quelques libertés par rapport aux originaux (les fans doivent s’attendre à une belle surprise à la fin du tome 3), ils finissent quand même par sublimer l’œuvre de Moorcock plutôt que de la dénaturer, redonnant à Elric toute sa profondeur et sa complexité. Attendu pour le printemps prochain, le quatrième et dernier tome devrait donc être dantesque !

Olivier Badin

Elric 1. Le Trône de Rubis, 2. Stormbringer et 3. Le Loup Blanc, Glénat BD, 14,95 €

Utopiales 2017 : rencontre avec Éric Henninot, auteur de l’adaptation en BD du roman culte d’Alain Damasio, La Horde du Contrevent

Un homme tranquille, tranquille et heureux. C’est l’impression que m’a tout de suite donné Éric Henninot lors de notre rencontre au festival international de science fiction de Nantes. Un homme tranquille et heureux d’avoir enfin réalisé après deux ans et demi d’un travail parfois difficile le premier volet d’une adaptation qui lui tient particulièrement à cœur, celle de La Horde du Contrevent, un roman d’Alain Damasio…

 © Eric Guillaud - Eric henninot aux Utopiales 2017

© Eric Guillaud – Eric Henninot aux Utopiales 2017

Tranquille et heureux de découvrir également l’exposition consacrée à son travail et présentée dans le grand hall impersonnel de la cité des congrès à Nantes. Des reproductions de planches à la fois en noir et blanc et en couleurs, un écran vidéo, le tout dans un décor sobre mais efficace pour qui veut s’immerger dans l’univers de cette aventure profondément venteuse parue aux éditions Delcourt il y a quelques jours.

Né à Rouen d’une famille originaire du Nord, Éric Henninot vit aujourd’hui à Marseille où souffle le mistral, ce qui n’a rien d’anecdotique comme nous le comprendrons dans cette interview. Il nous a parlé du vent mais aussi et bien sûr du roman, de son travail d’adaptation, de la science fiction, des Utopiales et de plein d’autres petites choses…

 © Delcourt / Henninot

© Delcourt / Henninot

Éric, peux-tu nous présenter l’histoire en quelques mots ?

Éric Henninot. C’est l’histoire de personnes parties à la recherche de l’origine du vent. Ces personnes vivent dans un monde où le vent souffle en permanence, il ne s’arrête jamais, il peut être calme parfois, il peut être surtout violent, voire très violent. Ces gens vivent dans ce monde sans savoir d’où le vent vient même s’il souffle toujours d’est en ouest. Alors, régulièrement, ils forment une espèce de troupe d’élite pour aller en quête de l’Extrême-Amont à la recherche de la source du vent et trouver une solution aux problèmes qui lui sont liés. En effet, les récoltes s’ensablent sans arrêt, les maisons sont sans cesse à reconstruire…

Oui, la vie dans ce monde est semble-t-il insupportable…

E.H. Insupportable, je ne sais pas, elle est difficile en tout cas. Ça fait huit siècles que ces gens cherchent la source du vent, on suit ici la 34e horde qui atteindra peut-être l’Extrême-Amont.

Au delà ce cette simple lutte contre les éléments, peut-on y voir, peut-on y lire autre chose ?

E.H. Oui, ça me semble assez évident, c’est pour moi une métaphore. Ce qu’il y a d’intéressant dans l’histoire, c’est que sous cet aspect assez simple d’une quête, et d’un trajet assez linéaire finalement puisque la Harode se dirige toujours contre le vent, il se trouve que pour chaque personnage, l’Extrême-Amont est une quête intime. C’est ce qui m’a plu dans le roman d’Alain Damasio, avec aussi la cohérence de l’univers et son extrême richesse où tout est bâti autour du mouvement, de la turbulence, du vortex.

 © Delcourt / Henninot

© Delcourt / Henninot – recherches graphiques

Comment as-tu découvert le roman ?

E.H. C’est un ami qui me l’a fait lire en me disant que c’était extraordinaire. Et de fait…

As-tu tout de suite imaginé l’adapter en BD ?

E.H. Non non, ça a pris du temps. Déjà, il a fallu que je digère le bouquin parce qu’il m’a accompagné un bon moment, et puis, petit à petit, je me suis dit que je pourrai en faire une BD. j’ai des amis qui connaissent Alain Damasio, il est marseillais comme moi, il n’est donc pas inaccessible, il gravite dans mon entourage, alors peu à peu l’idée a germé. Et puis, je me voyais bien passer du temps avec cette horde.

Et en l’occurrence, tu vas passer beaucoup de temps en compagnie de cette horde…

E.H. Oui, j’ai déjà passé un bon moment avec elle et je vais en passer encore pas mal, 5 ou 6 albums, à raison d’un an, d’un an et demi par album…

Oui, le calcul est vite fait. Combien de temps a été nécessaire pour la réalisation de ce premier volet ?

E.H. C’est difficile à quantifier parce que j’ai commencé le projet en étant sur autre chose. Il faut dire aussi que c’est la première fois que j’écris le scénario, il a donc fallu apprendre les mécanismes de l’écriture, écrire un premier scripte, le réécrire, travailler, retravailler, pendant 2 ans, 2 ans et demi. L’album fait 74 pages, presque un album et demi. il fallait mettre en place l’univers et entamer l’histoire, créer le design, les univers graphiques, ça prend beaucoup de temps. Mais tout ça, je n’aurai plus à la faire pour les prochains tomes.

 © Delcourt / Henninot

© Delcourt / Henninot – recherches graphiques

Est ce que le résultat aujourd’hui correspond à ce que tu avais en tête au moment de ta première lecture du roman ?

E.H. Non pas du tout. Dans la préface, Alain Damasio écrit que si on lui avait posé la question de savoir à quoi ressemble Golgoth, à quoi ressemble Caracole, il aurait répondu que non. Et moi c’est pareil, j’ai des idées, des sensations, j’ai eu des impressions diffuses en lisant le roman, mais les images apparaissent vraiment en dessinant. Ça se modèle comme une pâte. C’est pour ça qu’il faut faire et refaire des croquis, parfois aller dans de mauvaises directions, se tromper, revenir en arrière, essayer d’autres choses, avant de se dire, oui là c’est bon c’est Golgoth. Il n’y a pas cette forme d’évidence même si je travaille dans l’image. Quand je lis des romans, je n’ai jamais en tête une image du personnage principal, je me fais une idée mais c’est très vague, juste une impression.

Adapter, c’est forcément trahir, suggère Alain Damasio dans la préface de l’album. As-tu le sentiment d’avoir suffisamment trahi le roman ?

E.H. C’est vraiment difficile à dire. Au départ, quand j’ai voulu adapter le roman, je me suis vraiment posé la question de savoir si il y avait un intérêt à faire l’adaptation d’un bouquin que je trouve formidable. Que pouvais-je y apporter de plus ? Et puis, est-ce que faire une adaptation, c’est ajouter quelque chose. Finalement, c’est en la réalisant que je me suis rendu compte de ce qu’était une adaptation. Il se trouve que  le roman  d’Alain est une polyphonie, chaque personnage de la horde parle et le lecteur recompose l’histoire comme un kaléidoscope. Dans la bande dessinée, j’ai fait un choix différent qui s’est fait assez spontanément, i’ai choisi Sov (le scribe, ndlr) comme personnage principal. J’ai dû redramatiser toute l’histoire autour de lui, c’est un personnage qui me touche à titre personnel. Bien sûr, j’ai continué de raconter l’histoire de la horde mais avec Sov en fil rouge.

Le fait de passer d’une polyphonie à un récit plus classique avec un personnage principal, un héros, change déjà considérablement les choses. Alain Damasio dit que je suis trop fidèle au roman mais bon, moi j’ai l’impression d’avoir modifié pas mal de choses déjà. J’essaie de créer une oeuvre en tant que telle même si  je pars d’un roman. La Horde du Contrevent est mon premier scénario. C’est la première fois que j’ai l’impression de signer une oeuvre personnelle. Ça peut paraître paradoxal mais à force de travailler sur l’adaptation, je me suis en quelques sortes approprié l’histoire.

Justement, à qui pensais-tu t’adresser en adaptant ce livre : aux fans d’Alain Damasio, aux fans de SF, aux fans de BD ? As-tu l’impression d’avoir rendu l’oeuvre plus accessible ?

E.H. C’était une volonté, J’avais fait une première version qui était un peu abrupte comme le roman. Dans les premiers retours, tous les gens qui ne connaissaient pas le roman m’ont dit qu’ils ne comprenaient rien. Moi, je voulais que ce soit comme dans le roman, qu’on soit aveuglé, qu’on se prenne du vent dans la figure, du sable, qu’on ne comprenne rien. Mais ce qui fonctionne en roman ne fonctionne pas toujours en BD où on est plus proche du théâtre et du cinéma. La dramaturgie y est extrêmement importante. De fait, cette simplification est simplement dû à un changement de média, non à l’éventuelle complexité du roman.

 © Delcourt / Henninot

© Delcourt / Henninot – recherches graphiques

J’imagine que le travail fut énorme (univers complexe, écriture particulière, personnages).  Qu’est-ce qui a été le plus compliqué pour toi ?

E.H. Deux choses, d’abord ce moment des premiers retours. Ça faisait plus d’un an que je bossais, 30 pages étaient encrées, et tout d’un coup on me dit que c’est trop compliqué. Là je me suis effondré, j’ai pense arrêté. Un vrai moment d’abattement. C’est dur de se dire qu’il faut recommencer. Mais je l’ai fait… et je suis content de l’avoir fait. L’adaptation doit finalement beaucoup à ces retours. La deuxième chose très difficile, c’est la création des design, une longue recherche. Je ne devais pas me planter parce que j’allais dessiner les personnages pendant quelques années.

Et le vent ? Traiter le vent en BD n’est pas vraiment simple. Comment t-y es-tu pris ?

E.H. C’est venu assez facilement, peut-être par le fait d’habiter à Marseille, d’être régulièrement confronté à cette présence du vent, du mistral. Et puis, il y a eu un déclic assez important un jour de grand vent , je me suis aperçu que non seulement le vent nous obligeait à nous incliner, qu’il tirait un peu sur les vêtements, mais qu’en plus il avait une présence sonore incroyable. Je me suis dit que le son était fondamental et qu’il fallait le rendre. Je n’avais pas le son mais j’avais les onomatopées, elles sont très présentes dans l’album.

 © Delcourt / Henninot

© Delcourt / Henninot

Que représente les Utopiales pour toi ? Et la SF d’une façon générale ?

E.H. C’est la première fois que je viens aux Utopiales, je découvre, je trouve ça passionnant. Ensuite, la SF, est un univers dans lequel j’ai toujours navigué, même si je ne suis pas un grand spécialiste. Il y a plein de livres, plein d’auteurs que je n’ai pas lus mais c’est une littérature qui me fascine et me passionne.

Quel livre, quel auteur, a pu te décider à faire ce métier ?

E.H. Bonne question mais il m’est impossible de donner un nom précis, la BD a toujours été très présente dans mon enfance, mon adolescence. J’ai toujours voulu dessiner.

À quoi va ressembler l’avenir proche d’Éric Henninot ?

E.H. Je vais replonger dans l’écriture, le deuxième volet est en cours…

Propos recueillis par Eric Guillaud le 4 novembre 2017 aux Utopiales.

La horde du Contrevent (tome 1), Éditions Delcourt. 16,95€

Retrouvez la chronique de l’album ici

 © Delcourt / Henninot

© Delcourt / Henninot

06 Nov

Les aventures de Gaston Lagaffe au cinéma : les premières photos

A tout juste 60 ans, le héros ou plus exactement l’anti-héros Gaston Lagaffe imaginé par André Franquin se paye une adaptation au cinéma sous la houlette du réalisateur Pierre-François Martin-Laval, avec dans le rôle titre Théo Fernandez, Pierre-François Martin-Laval dans celui de Prunelle, Arnaud Ducret en Longtarin, Jérôme Commandeur en M. de Mesmaeker, Alison Wheeler en Mademoiselle Jeanne, Estéban en Bertrand Labévue et une start-up en lieu et place du journal Spirou pour le décor, histoire nous dit-on de donner un coup de jeune à l’univers. En attendant sa sortie prévue pour le 4 avril 2018, voici les toutes premières photos…

 © Arnaud Borrel

© Arnaud Borrel

 

 © Arnaud Borrel

© Arnaud Borrel

 

 © Arnaud Borrel

© Arnaud Borrel

 

 © Arnaud Borrel

© Arnaud Borrel

 

 © Arnaud Borrel

© Arnaud Borrel

 

 © Arnaud Borrel

© Arnaud Borrel

05 Nov

Franceinfo: 30 ans d’actualité, 30 événements racontés par 40 auteurs de BD

815gqd3i3dLLa chaîne d’information continue du groupe Radio France, anciennement France Info, aujourd’hui franceinfo, a fêté ses 30 ans le 1er juin 2017. À cette occasion, Futuropolis réédite dans une version augmentée l’ouvrage Le Jour où… publié une première fois en 2007 pour les 20 ans de la radio, et une deuxième en 2012 pour les 25 ans…

Les années défilent, les bonnes habitudes restent. Trente ans à nous accompagner, nous guider, nous éclairer, dans le flot incessant de l’actualité. Avec ses 4,6 millions d’auditeurs quotidiens qui la place en quatrième position des radios les plus écoutées de France, franceinfo s’est fait une place de choix dans le paysage audiovisuel français. Et pour fêter ce nouvel anniversaire, comme il y a dix ans, comme il y a cinq ans, franceinfo: a décidé de faire appel au neuvième art et notamment aux auteurs qui se sont illustrés dans la bande dessinée de reportage et d’actualité comme Guy Delisle, Etienne Davodeau, Joe Sacco, Jean-Philippe Stassen, Emmanuel Guibert, Baru, Pascal Rabaté ou encore Jacques Ferrandez. Certains d’entre eux ont d’ailleurs été lauréats du Prix de la bande dessinée d’actualité et de reportage décerné chaque année par franceinfo !

Ce recueil reprend les pages de l’album paru en 2012, à l’occasion des 25 ans de la radio, augmentées de trois récits courts signés. Catherine Meurisse nous raconte l’attribution du prix Nobel de littérature à Patrick Modiano, Piero Macola revient sur les attentats de Paris et Luz illustre l’élection d’Emmanuel Macron. La couverture quant à elle est signée cette année Emmanuel Lepage.

.
Au final, l’album réunit 30 événements qui ont marqué, effrayé, sidéré mais aussi, parfois, illuminé notre histoire contemporaine. Un livre toujours aussi passionnant et nécessaire, indispensable pour tous les amoureux de la BD et les drogués à l’actu. 

Eric Guillaud

franceinfo: 30 ans d’actualité, collectif. Éditions Futuropolis. 29€

The Rolling Stones en BD

The-Rolling-Stones-en-BDEt dire que tout a commencé sur le quai d’une gare, par la rencontre entre deux dingues de musique, l’un portant une guitare sous le bras, l’autre quelques vinyles dans une sacoche, des signes évidents pour qu’ils se reconnaissent sans même se chercher. En se parlant ce jour-là, Mick Jagger et Keith Richards venaient sans le savoir de créer l’un des plus grands groupes de rock’n’roll au monde…

C’est bien évidemment sur cette anecdote véridique que s’ouvre ce livre réédité aux éditions Petit à Petit dans une version revue et augmentée. Car oui, c’est ainsi qu’est né le groupe. Par cette rencontre improbable. Imaginez un instant s’ils ne s’étaient pas adressé la parole sur ce fameux quai de gare, ou dans ce wagon comme le suggère la BD. Pas de Satisfaction, pas de Jumpin’Jack Flash, pas de Sympathie for the Devil, pas de Gimme Shelter… aucun des vingt-trois albums studio dont certains ont révolutionné la musique et, n’ayons pas peur de l’écrire, changé la face du monde. Que serions-nous aujourd’hui sans les Stones ? Qu’écouterions-nous comme musique ? Combien de groupes n’auraient tout simplement pas existé, combien de vies n’auraient pas été bousculées par leur attitude de mauvais garçons qui fera école dans le rock ? Vous êtes plutôt Beatles ou Rolling Stones ? C’est la question essentielle, presque existentielle, qui agitait les années 60.

Bref, entre récits en bande dessinée et textes biographiques, The Rolling Stones en BD nous fait revivre la formidable épopée du groupe qui, il y a encore quelques jours, était sur la scène de la U Arena de Nanterre. Au scénario, un seul homme, Ceka, au dessin, plusieurs dessinateurs parmi lesquels Bruno Loth, Lapuss, Joël Alessandra…, 19 dessinateurs en tout, autant de styles graphiques, autant d’angles d’approche d’une légende vivante, depuis la rencontre de Richards et Jagger jusqu’à la tournée No Filter Tour de 2017, en passant par les débuts du groupe, l’arrivée de Ron Wood, les filles et le sexe, les guitares de Keith, la noyade de Brian Jones, la drogue, l’origine du nom…

Le truc en + . Fruits d’un partenariat avec Deezer, trois QR codes à flasher sur un smartphone permettent d’accéder à la bande son de la BD.

Eric Guillaud

The Rolling Stones en BD, Ceka, collectif. Éditions Petit à Petit. 19,90€ (en librairie le 17 novembre)

04 Nov

Utopiales 2017 : le palmarès complet

F00033_01-1

Après 4 jours de festival, les Utopiales,  Festival International de Science-fiction de Nantes, annonce une partie des prix décernés pour sa 18e édition. Parmi ceux-ci le Prix Extraordinaire attribué à Pierre Bordage et le Prix Utopiales Bande dessinée attribué à La Terre des Fils de Gipi aux éditions Futuropolis. Les autres prix ci-dessous….

PRIX DU MEILLEUR SCÉNARIO DE JEU DE RÔLE

La Main Ouverte de Tristan Verot pour le jeu Delta Green dans l’univers de L’Appel de Cthulhu

PRIX DU MEILLEUR JEU VIDEO REALISÉ À LA GAME JAM

Canola Wars, développé par Rémi Gourrierec, Michel Belleperche, Raphaël Beuchot et Louis Godart

PRIX DU JURY // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE COURTS-MÉTRAGES

Ex-Aequo

Hybrids de Florian Brauch, Matthieu Pujol, Kim Tailhades, Yohan Thireau, Romain Thirion

et

Metube 2 : August sings Carmina Burana de Daniel Moshel

PRIX DU JURY CANAL + // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE COURTS-MÉTRAGES

The Last Schnitzel, de Ismet Kurtulus

PRIX DU PUBLIC // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE COURTS-MÉTRAGES

Einstein-Rosen, de Olga Osorio

MENTION SPECIALE DU JURY // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE LONGS-MÉTRAGES

Cold Skin, de Xavier Gens

GRAND PRIX DU JURY // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE LONGS-MÉTRAGES

Salyut 7, de Dmytri Kiselev et Klim Shipenko

PRIX DU PUBLIC // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE LONGS-MÉTRAGES

Salyut 7, de Dmytri Kiselev et Klim Shipenko

PRIX JOËL-CHAMPETIER (prix hébergé par Les Utopiales)

Feldrik Rivat pour sa nouvelle Le Contrat Antonov-201

LITTÉRATURE // PRIX UTOPIALES JEUNESSE

Le Jardin des Épitaphes, T1 : Celui qui est resté debout de Taï-Marc Le Thanh, Éditions Didier Jeunesse, 2016

LITTÉRATURE // PRIX UTOPIALES

L’installation de la peur de Rui Zink, Éditions Agullo, 2016

PRIX JULIA VERLANGER (prix hébergé par Les Utopiales)

Voyageurs, L’Espace d’un an (T1) et Librations (T2), Becky Chambers, Éditions L’Atalante, 2016

Les 60 ans de Gaston Lagaffe fêtés en grandes pompes

Un anniversaire fêté en grandes pompes ou plus exactement en espadrilles, une partie non négligeable de l’accoutrement hippiesque de notre Gaston national. Deux albums viennent de sortir pour ses 60 ans, Biographie d’un gaffeur et La Galerie des gaffes, les deux chez Dupuis bien sûr, la maison d’édition qui l’a vu naître en 1957…

9782800157085-couv-M800x1600Mais c’est qui ce gars avec des espadrilles, un pull-over vert et une tignasse ébouriffée qui traîne dans les couloirs de Spirou depuis le printemps 1957 ? Beaucoup de lecteurs se sont légitimement posé la question à l’époque. On disait qu’il avait été embauché. Sans savoir vraiment par qui et surtout pour quoi. Gaston rêvait de faire le héros dans une série mais toutes les places étaient prises. Alors, il s’est retrouvé à glandouiller à droite et à gauche, à multiplier les inventions foireuses, parfois désastreuses, voire dangereuses, à jouer de la musique un peu fort, à passer et repasser dans tous les bureaux sans but vraiment précis, à inviter des animaux peu compatibles avec la concentration nécessaire au bouclage du journal. Et malgré tout, avec le temps, Gaston a fini par s’imposer, par faire partie des meubles, au point de décrocher ses propres aventures.

Gag de poche 1965

Gag de poche 1965

Tout ça grâce à un génie de la bande dessinée, que dis-je un maître absolu du neuvième art, je veux bien évidemment parler d’André Franquin.

André Franquin a débuté dans le Journal de Spirou dès les années 46/47 en se voyant confier la destinée du tandem Spirou et Fantasio. Ce qu’il assuma avec talent jusqu’à la fin des années 60. Mais l’homme qui débordait d’imagination rêvait d’un personnage différent, un anti-héros, un gars qui ferait tout de travers, un gaffeur, un marrant, un original, un beatnik qui se moquerait bien des convenances et des horaires, des finances et des apparences. Gaston est arrivé à un moment clé de notre histoire, dans une société qui allait connaître des changements économiques, sociaux et culturels profonds. De là à penser qu’il en était un signe annonciateur, il n’y avait qu’un pas que nous avons allègrement franchi depuis. 9782800170688-couv-M800x1600-1La mort d’André Franquin survenue en 1997 a mis un terme à ses aventures mais Gaston n’a jamais disparu des écrans radars, ni quitté les étagères de nos bibliothèques. L’anti-héros est devenu un héros pour plusieurs générations de lecteurs, un personnage intemporel aux gags universels.

Deux livres viennent donc de sortir pour fêter les 60 ans du personnage. Biographie d’un gaffeur, signé Franquin et Jidéhem, paru initialement en 1965 dans la collection Gag de poche, reprend les planches du mythique Gaston 0 au format à l’italienne ainsi que des pages inédites à l’époque. La Galerie des gaffes est un hommage collectif au personnage. 60 auteurs ont pris leur plume et/ou leur pinceau pour redonner vie à Gaston le temps d’un album. Parmi les auteurs : Yoann, Vehlmann, Pardon, Cossu, Bourhis, Nicoby, Dodier, Nix, Trondheim, Blutch… Deux livres indispensables pour les amoureux de Gaston et les autres !

Eric Guillaud

La Galerie des gaffes, collectif. Éditions Dupuis. 12,50€

Biographie d’un gaffeur, de Franquin et Jidéhem. Éditions Dupuis. 28€