21 Jan

Né à Nantes en 1923, le créateur des aventures de Michel Vaillant Jean Graton est décédé

C’était peut-être l’un des derniers géants de la bande dessinée franco-belge des années d’après-guerre. Avec Michel Vaillant, Jean Graton a contribué à faire de son art un art majeur. Il est décédé à Bruxelles à l’âge de 97 ans...

Jean Graton dans son studio au dernier étage de sa maison de l’avenue du Pérou à Bruxelles, vers 1990. © Ph. Graton / Jean Graton Foundation.

Combien de coureurs automobiles doivent leur vocation à Michel Vaillant ? Beaucoup. Depuis 1957, date de sa première apparition dans les pages du journal Tintin, le héros de Jean Graton a fait rêver plusieurs générations de lecteurs.

La suite ici…

20 Jan

Nouveauté 2021. Yellow Cab : Chabouté adapte le roman de Benoît Cohen et rend un bel hommage à la ville de New York

En 2014, Chabouté sortait Moby Dick et nous racontait la mer comme personne sans avoir mis une seule fois les pieds sur un bateau. En 2021, il publie Yellow Cab et signe un hommage incroyable à la ville qui ne dort jamais… sans y être allé un jour. On appelle ça le talent, paraît-il !

Ses buildings, ses rues, Central Park, sa statue de la Liberté, ses vendeurs de hot dogs… et ses taxis jaunes. Nul besoin d’être allé à New York pour que les images défilent dans notre tête à la moindre évocation de son nom.

Mais de là à la dessiner, la magnifier, comme le fait Chabouté, il y a un pas et forcément du talent. « Je n’ai jamais mis les pieds à New York, mais c’est une ville que je rêve, à travers ses clichés et les images de films ».

Et pour la mettre en images dans toute sa splendeur, verticale et horizontale, quoi de mieux qu’une histoire de chauffeur de taxi? Une histoire que l’on doit à Benoît Cohen, un réalisateur français parti chercher l’inspiration au volant d’un taxi new yorkais. Il aurait pu en tirer un film, il en fit un livre, Yellow Cab, aujourd’hui adapté en bande dessinée.

« New York est une ville tellement graphique que j’ai, dès la sortie de mon livre imaginé Yellow Cab en bande dessinée. Et j’ai tout de suite pensé au travail que Chabouté avait réalisé sur New York en association avec notre ami commun CharlÉlie Couture ».

Tout commence dans une école du Queens, Benoît doit y apprendre les rudiments, les comportements à adopter, Quelques heures de cours, un examen, pas mal de paperasseries et de tracasseries et voilà notre homme au volant de sa voiture, prêt à découvrir New York jusque dans ses bas-fonds, à transporter hommes, femmes, riches, pauvres, malades, fous, violents, amoureux, bizarres, suffisamment pour accumuler mille anecdotes, autant de témoignages, et trouver des pistes pour le film qu’il pensait alors réaliser.

À New York, les taxis sont jaunes mais les pages de Chabouté sont en noir et blanc. C’est sa marque de fabrique, son ADN. « Le noir et blanc sert les histoires que je raconte. C’est l’outil idéal pour mettre une ambiance en place, pour créer une atmosphère », nous confiait l’auteur lors d’une interview en 2014 autour du diptyque Moby Dick. Et c’est encore plus le cas ici, chacune de ses planches est un délice de détails qui font le New York que nous connaissons tous, que nous fantasmons tous, un délice de détails et un délice de gueules d’atmosphères qui défilent à l’arrière du taxi. Ma Gni Fi Que !

Eric Guillaud

Yellow Cab, de Chabouté. Vents d’Ouest. 22€

© Vents d’Ouest / Chabouté

Batman Mythology, La Batcave : la tanière d’un héros

Il faut les comprendre les pauvres gars de chez DC COMICS : même s’ils sont assis sur un incroyable catalogue, il faut toujours que quelque chose se passe autour de BATMAN. Toujours. Quitte à parfois dégainer des concepts un chouia tirés par les cheveux, histoire d’avoir une nouvelle excuse de sortir une nouvelle série qui, malgré tout, permet ici de retrouver quelques vieilles connaissances hautement recommandable.

Après, l’idée de cette mythologie – pardon, ‘mythology’ en VO cela fait mieux – tournant autour de six éléments symboliques de l’univers du Chevalier Noir n’est, sur le papier, pas si bête que ça. La mégapole de Gotham, pour ne citer que cet exemple, avec ses grands tours gothiques et son atmosphère étouffante est quasiment un personnage à part entière de cet univers par exemple. Par contre, on en est un peu moins sûr en ce qui concerne la Batcave, le repère souterrain du héros, niché sous son manoir et où il entasse son matériel, ses laboratoires de recherches ou encore sa salle de trophées.

Certes, drapé dans un halo de mystère, l’endroit prête à tous les fantasmes. Mais c’est selon nous surtout là en fait que BATMAN pioche ses multiples gadgets plus qu’autre chose. C’est en tous cas plutôt l’impression que l’on a après avoir lu ce tome un peu fourre-tout avec ses dix-huit histoires réparties en trois chapitres distincts (‘les origines’, ‘les trophées’ et ‘les contes’) et à la base publiées entre 1942… Et 2017. Oui, on est d’accord, c’est très large. Mais cette sélection à un premier avantage, elle permet de mesurer le chemin parcouru par la série. 

© Urban Comics/DC Comics

Après, elle n’est pas très équilibré et non plus : sur dix-huit histoires, douze – soit les deux tiers – datent de la période 1942-1957. Soit celle où l’homme chauve-souris est avant tout un milliardaire très politiquement correct et ingénieux dont tout un l’attirail sert avant tout à combattre la pègre, dans un pur esprit pulps assez naïf et en même temps assez délicieux. On retrouve d’ailleurs trois histoires dessinées par le grand Bob Kane (1915-1998), nom éternellement rattaché à BATMAN et dont le sens du cadrage et la dynamique déjà très pop en ont fait l’un des meilleurs dessinateurs de comics d’après-guerre. Gene Colan (1926-2011) est aussi de la partie, hélas par l’intermédiaire d’un seul épisode datant de 1982 mais dont les années passées à dessiner quantités de comics d’horreur (dont La Tombe De Dracula) se ressentent ici. Bref, pour le fan de comics à l’ancienne, on est en (très) bonne compagnie.   

© Urban Comics/DC Comics

Alors oui, la couverture est, disons le franchement, pas très seyante, le fil rouge attendu est parfois on ne peut plus ténu et les choix éditoriaux vont surtout plaire aux fans de la première période du Chevalier Noir. Mais cela permet malgré tout de retrouver en VF des épisodes pas réédités en France depuis parfois très longtemps et puis avec un casting pareil, difficile quand même de faire la fine bouche…

Olivier Badin

Batman Mythology – La Batcave. Urban Comics/DC Comics. 23 euros.

© Urban Comics/DC Comics

18 Jan

Rencontre avec Xavier Coste, auteur de la magnifique adaptation de 1984 chez Sarbacane

Il en rêvait depuis son adolescence, c’est fait ! Xavier Coste vient de sortir aux éditions Sarbacane une adaptation en bande dessinée de 1984, le roman culte de George Orwell, le tout avec le soutien indéfectible de son éditeur, les éloges de la presse spécialisée et l’engouement affiché du public. Comment vit-il ce moment forcément intense lui qui, il y a presque 10 ans, à l’occasion de son premier livre, nous confiait déjà ici-même son amour pour la science-fiction ? Réponse ici et maintenant…

Je t’avais interviewé en 2012 autour de ton premier album, une biographie romancée du peintre autrichien Egon Schiele. C’était d’ailleurs ta toute première interview je crois. Aujourd’hui, tu fais la couverture d’un magazine de référence comme dBD avec 10 pages d’interview. C’est le début de la consécration ? En quoi ton regard sur la BD a-t-il pu changer après toutes ces années ?

Xavier Coste. C’était ma première interview et je m’en souviens très bien. Aujourd’hui ce qu’il m’arrive avec la sortie de 1984 est incroyable ! Dès la sortie l’accueil en librairie et en presse a vraiment dépassé mes attentes. On a lancé la réimpression au bout de quelques jours seulement. Je savoure ma chance d’avoir un livre qui fonctionne aussi bien, d’autant que ça n’a pas toujours été le cas. A titre de comparaison, même si certains de mes albums se sont fait remarquer, surtout le premier sur Egon Schiele, la réimpression n’avait été faite qu’au bout de trois ans, pour le même tirage au départ. Ici c’est trois jours !

Clairement il se passe quelque chose, et j’espère que ça me permettra d’avoir une visibilité supplémentaire sur mes prochains albums. Quand j’ai commencé il y a une dizaine d’années, je pense qu’il y avait de la place pour plus d’auteurs, et c’est devenu très compliqué pour la majorité d’en vivre correctement ou de faire remarquer son travail, quel qu’en soit la qualité. En cela mon regard a changé sur la bd.

Je vois régulièrement de très bons livres passer assez inaperçu.

De l’ébauche à la page finale © Sarbacane / Coste

Sept albums en neuf ans si je compte bien. C’est beaucoup surtout quand on sait qu’un livre comme Rimbaud l’indésirable fait plus de 100 pages ou 1984 plus de 200. Il faut être audacieux aujourd’hui pour se faire une place dans le milieu de la BD ?

Xavier Coste. C’est beaucoup d’années de travail, et j’essaie pour chaque projet d’aller au bout de ma démarche, et de ne pas me limiter en termes de pagination. C’est compliqué de se faire une place aujourd’hui, car les livres ont une durée de vie de plus en plus courte en rayon, à moins de se faire remarquer dès la sortie. Avec les années, j’ai vu à quel point ça s’accélérait et c’est une chose avec laquelle j’ai du mal, car un album représente souvent un ou deux ans de travail. D’une certaine manière je pense qu’il faut être audacieux en bd aujourd’hui, car c’est difficile pour tous les auteurs, et à mon avis il faut vraiment tenter ce que l’on a envie de faire et se faire confiance.

J’essaie d’être le plus sincère possible dans mon travail. Quand j’ai commencé à travailler sur ma version de 1984, en format carré, avec un pop-up, beaucoup de gens du milieu me freinaient et me disaient que c’était une erreur et que ça pourrait même rebuter les lecteurs. L’accueil qu’on reçoit montre au contraire qu’il y a une vraie attente pour des livres différents et c’est un très bon signal. On est très fiers avec Sarbacane d’avoir sorti le livre qu’on rêvait de faire, sans compromis. C’était un vrai pari, car faire un pop-up coûte extrêmement cher, et nous nous sommes compliqués la tâche en faisant un pop-up difficile à réaliser.

L’éditeur m’a permis de faire le livre tel que je l’imaginais, et m’a même aidé à aller plus loin, car le pop-up réservé à la première édition est son idée. Je n’aurais même pas osé en rêver !

De l’ébauche à la page finale © Sarbacane / Coste

Est-ce que ce n’était pas un peu effrayant tout de même de partir sur l’adaptation d’un roman comme 1984, une référence en SF, une référence tout court ?

Xavier Coste. Cela fait 15 ans que ce projet m’obsède. J’ai découvert le roman d’Orwell quand j’étais adolescent et dès la première lecture j’ai eu envie de l’adapter en bande dessinée. Ça a toujours été une évidence pour moi, j’avais beaucoup d’images en tête pour l’adapter. De ce fait, d’une certaine manière je ne me suis pas posé de questions au départ, et j’avais l’énergie et la fougue de la jeunesse, j’étais guidé par mon instinct.

Pour des questions de droits je n’ai pas pu réaliser ce projet jusqu’à maintenant, et pendant longtemps j’ai cru que je ne pourrais pas le concrétiser. Ça restait un projet lointain dans ma tête, dont j’avais une idée assez précise et que je finissais par idéaliser. Quand le moment est enfin venu de me mettre à travailler dessus, et que je me suis retrouvé face à une page blanche, ça a été comme un saut dans le vide.

C’était clair pour moi : il fallait que je fasse cet album comme si c’était le dernier. J’ai mis tout ce que je pouvais dedans.

Page de garde © Sarbacane / Coste

Avec la crise sanitaire, les restrictions de mouvement, les obligations de distanciations sociales, certains évoquent à tort et à travers le retour de Big Brother. Qu’en penses-tu ? Comment as-tu vécu, comment vis-tu encore ces moments anxiogènes ?

Xavier Coste. J’ai mal vécu cela, j’avais l’impression d’être devenu fou et de vivre dans ma bande dessinée ! J’ai passé presque 3 ans à faire cette adaptation de 1984, et j’étais en plein bouclage quand le premier confinement a eu lieu. Ce qui me plait dans mon travail d’auteur de bande dessinée c’est justement d’échapper à l’actualité, et de créer ou de dessiner un monde qui n’a rien à voir avec notre quotidien.

Ces restrictions de liberté m’ont posé beaucoup de questions, et j’ai trouvé les attestations de déplacement tellement ubuesques que j’ai souhaité en intégrer une en page de titre, tant c’est le genre de détails crédibles dans le monde de 1984. Je regrette par contre que 1984 soit aujourd’hui sur-cité, parfois pour de mauvaises raisons, et cela peut être réducteur.

Il ne faut pas oublier que si 1984 dépeint à la perfection un pouvoir totalitaire et son fonctionnement, c’est aussi une histoire d’amour.

Recherche pour le pop-up © Sarbacane / Coste

Comment se remet-on au travail après un tel projet ? Sur quoi planches-tu aujourd’hui ?

Xavier Coste. Difficilement ! Lire 1984 est un uppercut, et ne laisse pas le lecteur indemne. Pour dessiner un livre, j’ai ce besoin de me plonger entièrement dans l’ambiance, sinon le dessin sonne faux, et autant vous dire qu’ici c’était assez lourd. Une fois que le livre a été achevé j’ai fait une grosse pause, qui était nécessaire, et j’ai bien cru que je n’arriverais plus à faire d’album tant j’y avais mis toute mon énergie. Mais aujourd’hui l’envie est là, plus que jamais avec l’accueil que mon livre reçoit ! Je travaille sur deux nouveaux projets de bande dessinée très différents, toujours chez Sarbacane, dont l’un avec Martin Trystram au scénario. J’espère arriver à surprendre le lecteur en proposant encore une histoire et un sujet bien différents ! Je suis content de travailler avec un éditeur qui me fait autant confiance et me laisse une liberté totale.

Merci Xavier, propos recueillis par Eric Guillaud le 17 janvier 2021

À lire aussi la chronique de l’album ici et la très bonne interview du magazine dBD dans le numéro 149 de décembre janvier 2020 2021

1984, de Xavier Coste. Sarbacane. 35€

Nouveauté 2021. Chroniques de jeunesse de Guy Delisle : il y a une vie avant la bande dessinée

Alors oui forcément, à un  moment donné, tout auteur de bande dessinée qui se respecte fouille dans sa jeunesse ou celle de son héros le temps d’un album ou d’une série. À 54 ans, le Québécois Guy Delisle n’échappe pas à la règle, son nouvel album nous ramène 40 ans en arrière, Guy est alors lycéen et cherche un job pour l’été…

C’est bientôt l’été et Guy, 16 ans, cherche son premier job. Direction l’usine à papa, une usine à papier, où son tout premier entretien se déroule tant que bien mal avec un patron un peu blagueur ou franchement cynique qui lui balance:

« Vous savez qu’on ne vient pas ici pour jouer, ? Ce n’est pas un terrain de jeu »

De quoi achever l’entretien sur un cafouillage et laisser Guy ruminer des jours durant.

« J’espère bien, moi je suis venu ici pour travailler, pas pour jouer », se répète-t-il, seul dans sa chambre, comme pour s’en persuader.

Finalement, Guy est embauché. Et de nous faire découvrir la vie dans cette usine qui a des airs de buildings new-yorkais, le travail parfois harassant, les collègues un peu lourds, les jalousies des uns, les petites histoires des autres, bref la vie au travail dans toute sa splendeur.

Celui qui s’est fait connaître avec les carnets de voyage Shenzhen, Pyongyang à L’Association ou encore Chroniques birmanes et Chroniques de Jerusalem chez Delcourt signe ici un récit qui se dévore, où il est effectivement question de l’univers du travail mais également de ses rapports avec son père. Des chroniques de jeunesse qui en appellent d’autres ?

Eric Guillaud

Chroniques de jeunesse, de Guy Delisle. Delcourt. 15,50€ (en librairie le 27 janvier)

15 Jan

1984 : le chef d’oeuvre de George Orwell adapté en bande dessinée

À quoi reconnaît-on une oeuvre littéraire majeure ? Peut-être aux mots qu’elle laisse dans son sillage et aux images qu’elle fait naître dans la pensée des lecteurs. En ce sens, 1984 est un pur chef-d’oeuvre, un livre qui a marqué son époque et reste farouchement d’actualité. Les quatre adaptations BD qui se disputent actuellement les étagères de nos librairies préférées en sont peut-être la preuve la plus éclatante. Big Brother is watching you !

Longtemps, les ayants droits de George Orwell ont voulu contrôler le nombre 1984, guettant d’un oeil tout orwellien l’utilisation qu’il pouvait en être fait bien au-delà du seul monde littéraire. Ainsi, un animateur de webradio, créateur d’un tee-shirt « 1984 is already here » en garde un amère souvenir, obligé il y a une poignée d’années de retirer son oeuvre de la vente.

Mais aujourd’hui, quelque chose a changé. Tout simplement, le roman publié en 1949 quelques mois avant la mort de son auteur, est tombé dans le domaine public, libre de droits depuis le 1er janvier de cette année.

Résultat ? C’est la guerre des adaptations, elles sont au nombre de quatre en ce mois de janvier. Si 1984 a été maintes fois adapté au cinéma, à la télévision, au théâtre ou encore décliné en chanson, il ne l’avait étrangement jamais été en bande dessinée. Le retard est rattrapé et bien rattrapé.

Parmi ces quatre adaptations, un livre de Xavier Coste, paru aux éditions Sarbacane. L’auteur des – déjà – remarqués Egon Schiele vivre et mourir, Rimbaud l’indésirable ou encore A comme Eiffel, signe une adaptation qui fera date dans l’histoire de la bande dessinée, quasi-monumentale, 224 pages en quadri accompagnées d’un magnifique pop-up réalisé par un ingénieur papier du nom de Nicolas Codron, réservé – prévient l’éditeur – à la seule version originale.

________________________________________________

L’interview de Xavier Coste à lire ici

________________________________________________

D’où l’importance de se jeter rapidement sur la bête mais que les retardataires se rassurent, l’album ne perd en rien de sa qualité et de sa compréhension en son absence. C’est un plus, un bonus, un cadeau qui couronne une très belle adaptation que l’auteur a voulue la plus fidèle possible à l’oeuvre d’Orwell avec des dialogues pratiquement pas modifiés, des décors oppressants à souhait, des couleurs ternes, sans vie, un rythme volontairement lent et un format carré qui apporte un supplément de déshumanisation à l’ambiance générale.

Dans un format et un style plus classique, le 1984 de Jean-Christophe Derrien et Rémi Torregrossa paru chez Soleil apporte lui-aussi une relecture de l’oeuvre culte d’Orwell avec pour les auteurs une volonté affichée de mettre le texte à la portée du plus grand nombre en en simplifiant certains passages. L’album est traité en noir et blanc avec ici ou là, sur certaines pages et certaines cases, des touches de couleur qui apportent un peu d’espoir dans ce monde très sombre.

En ces temps de pandémie, de distanciation sociale, de restriction des libertés individuelles, ces adaptations nous rappellent combien le roman de George Orwell pouvait être visionnaire. Bien évidemment, ce que le contexte sanitaire impose aujourd’hui est très éloigné de ce que pourrait amener une dictature avec le contrôle de la pensée mais 1984 est là pour nous rappeler – si besoin est – que l’avenir est une histoire qui reste à écrire, pour le pire ou pour le meilleur.

Eric Guillaud

Le 1984 de Derrien et Torregrossa est paru aux éditions Soleil (17,95€), celui de Coste est sorti chez Sarbacane (35€). Deux autres adaptations sont aujourd’hui disponibles, celle de Fido Nesti et Josée Kamoun aux éditions Grasset (22€), celle de Sybille Titeux de la Croix et Ameziane Hammouche aux éditions du Rocher (19,90€)

14 Jan

Walking Dead – L’étranger : les zombies ne meurent jamais

Ne jamais croire un auteur lorsqu’il vous annonce son envie de tuer sa série star, surtout lorsqu’elle est en pleine forme. Jamais. Donc même si son créateur historique n’est plus à la barre, Walking Dead revit sous la forme de ce premier tome d’un spin-off pour l’instant aussi alléchant que diablement frustrant…

En 2019, son créateur Robert Kirkman annonce la fin de la saga de Walking Dead, véritable phénomène culturel publié en France depuis 2007 et qui a donné naissance, en plus de la BD, à de nombreuses déclinaisons, dont plusieurs très populaires séries TV. Mais tout comme les zombies qu’il a croqué pendant seize longues années, ‘ces morts marchant’ refusent de mourir. Et à peine leur mise en bière réalisée, ils préparaient déjà un retour dont ce volume indépendant ne serait que l’avant-garde. Sauf que cela commence plutôt mal…

Ce n’est pas que L’Etranger soit une mauvaise BD, loin de là. Au contraire même : avec ces cadrages très larges, ces pleines pages contemplatives, son noir et blanc classieux et son découpage très cinématographique, son sens narratif est même plutôt aiguisé. Surtout que l’action a été délocalisée en Europe, à Barcelone pour être plus précis, avec de nouveaux personnages dont on soupçonne déjà les parts d’ombres. Là aussi, les morts-vivants ont envahi les rues dans une ville-fantôme où les faibles périssent et où seuls les plus forts et les plus malins survivent…    

Non en fait, le souci, le gros souci même est que le tout semble fini avant même d’avoir commencé. Le récit est court, très court, trop même. On a l’impression de lire un prologue plus qu’autre chose. Et même si la série nous a habitué à l’idée qu’elle n’hésitait jamais à sacrifier régulièrement ces personnages, aussi aimés soient-ils par les fans, là le couperet tombe franchement trop tôt. Autant cela passe pour le fascicule offert (un petit récit centré sur Negan, l’un des méchants les plus populaires de la série principale) qu’on lit comme une sorte de bonus cadeau, autant ce goût d’inachevé laissé par cet Etranger donnera trop l’impression à certains fans qu’on profite d’eux. Â moins que le tout appelle à une suite qui permettra de rectifier le tir mais pour l’instant, rien n’est moins sûr.

Olivier BADIN

Walking Dead – L’Etranger de Brian K. Vaughan & Marcos Martin. Delcourt. 13,50 euros

© Delcourt / Vaughan & Martin

13 Jan

Fauve d’Angoulême – Prix du Public France Télévisions 2021: huit albums en lice

Pour la deuxième année consécutive, France Télévisions s’associe au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême pour décerner le Fauve d’Angoulême – Prix du public. Huit albums ont été présélectionnés. Le lauréat sera connu le 29 janvier…

En raison de la pandémie, on le sait, le Festival international de la Bande Dessinée d’Angoulême déclinera pour sa 48e édition une forme un peu particulière, en deux temps, un festival espéré sur site en juin, une exposition d’envergure consacrée à Emmanuel Guibert et la remise des prix, les Fauves, dès la fin janvier. 

La suite ici

 

Sélection officielle Angoulême 2021. Le Mystère de la maison brume : le polar énigmatique sans cadavre et sans meurtrier de Lisa Mouchet

C’est l’un des récits de bande dessinée les plus surprenants de la sélection officielle 2021, un récit entièrement réalisé en vue subjective avec le décor d’une maison pour unique personnage visible et un mystère aussi épais que la brume ambiante…

La couverture annonce la couleur. Et la forme. Le Mystère de la maison brume n’est pas un album ordinaire avec un découpage en forme de gaufrier, des bulles pour les dialogues, une belle galerie de personnages et une aventure à la Spirou et Fantasio, pleine de rebondissements, d’actions et d’humour.

Ici, pas de personnages. Ou plutôt si. Trois. Mais vous ne les verrez jamais. Ils portent des numéros, n°2, n°5 et n°8, ont en commun d’habiter le même lotissement d’un hameau perdu quelque part entre l’hémisphère sud et l’hémisphère nord, un hameau généralement noyé sous une brume épaisse jusqu’au jour où le soleil décide de faire une percée et dévoile la grande maison d’un certain Mr.zéro que vous ne verrez pas non plus. Et que les trois autres numéros n’ont jamais vu.

Une maison bien curieuse, immense, moderne, abandonnée, un personnage en soi, de quoi attiser la curiosité des voisins et notamment des n°2, n°5 et n°8 qui par une belle nuit d’été décident de franchir le pas et de s’aventurer dans la fameuse maison, au risque de s’y perdre ou de faire une mauvaise rencontre…

Surprenant par sa forme, ce premier livre de Lisa Mouchet se révèle franchement séduisant, l’autrice s’y autorisant une belle exploration des possibilités du médium, une expérimentation narrative et graphique tous azimuts avec une histoire entièrement en vue subjective, de quoi nous plonger corps et âme dans le récit. Il y a de l’Agatha Christie dans tout ça et bien plus encore… Captivant !

L’album figure dans la sélection officielle du Festival International de la bande dessinée d’Angoulême 2021 et il est en compétition pour le Prix du Public France Télévisions

Eric Guillaud

Le Mystère de la maison brume, de Lisa Mouchet. Magnani. 24€

Atom Agency, un polar comme au bon vieux temps dessiné par le Nantais Olivier Schwartz

Valeur sûre en bande dessinée et en littérature d’une façon générale, le polar bien noir reprend des couleurs avec le scénariste Yann et le dessinateur Olivier Schwartz. Enquêtes criminelles, recherches de personnes disparues, filatures diverses… Atom Agency relève le défi.

Le Choucas, Jérôme K. Jérôme Bloche, Gil Jourdan, Nestor Burma, Canardo, Blacksad, Ric Hochet, Dick Tracy…  Les détectives privés sont légion dans le monde du neuvième art, preuve de l’extrême fascination que peut exercer ce métier vieux comme le monde. Qui n’a jamais effectivement rêvé de partir sur une filature et de démasquer le méchant. Rien qu’en France, aujourd’hui, il existe plus de 1000 agences en activité. 

La suite ici