26 Oct

Inès : un récit au cœur des violences conjugales signé Dauvillier et D’Aviau

Elle s’appelle Inès mais elle pourrait aussi bien s’appeler Mathilde, Louise, Louna, Rosa ou encore Sarah, l’histoire de ce livre est l’histoire de quelque 220 000 femmes qui sont chaque année victimes de violences physiques ou sexuelles au sein de le leur foyer…

220 000 femmes victimes de violences chaque année, 146 tuées par leur conjoint ou ex-conjoint en 2019. Le constat est terrible, les chiffres énormes et effrayants montrent l’ampleur du phénomène mais ne décrivent pas ce que ces femmes vivent au quotidien dans leur chair, la peur, la honte, les humiliations, la douleur…

L’album Inès de Loïc Dauvillier et Jérôme d’Aviau raconte justement ce qu’on ne voit pas, ce dont on ne se doute pas, en faisant pénétrer le lecteur dans le foyer d’un couple comme les autres, du moins en apparence. En se déshabillant, Inès laisse entrevoir des bleus un peu partout sur le corps, les marques de son enfer quotidien. Son mari est un homme violent, par les mots et les gestes. Alors elle s’enferme dans les toilettes ou se réfugie dans le lit de sa fille, en espérant que les choses se passent et que son mari se calme. Mais il ne se calme jamais !

« Le quitter ? Pour quoi ? Pour où ? Et si je suis obligée de revenir ? »

La problématique est la même pour beaucoup de ces femmes, rester malgré tout, parfois pour le pire.

Avec un dessin en noir et blanc qui suit l’intensité du récit, une mise en page simple mais efficace, Loïc Dauvillier et Jérôme d’Aviau nous font ressentir toute la violence de ces situations et la difficulté pour les femmes de s’en sortir, de refuser l’inéluctable. Inès est un récit choc qui bouleverse autant qu’il exaspère. Pourquoi au XXIe siècle en sommes-nous encore à ce stade primitif ?

Pour prolonger et compléter ce très bon récit, la sociologue Pauline Delage nous apporte son éclairage dans un dossier de quelques pages, suivi de quelques ressources utiles en cas de violences sexistes et sexuelles ainsi que de références bibliographiques. Un livre utile !

Éric Guillaud

Inès, de Dauvillier et D’Aviau. Éditions Glénat. 17,50€

© Glénat / Dauvillier & D’Aviau

24 Oct

Et à la fin, ils meurent : Lou lubie vous dit tout ce que vous avez toujours voulu savoir – ou pas – sur les contes sans jamais oser le demander

Vous croyez encore aux contes de fée ? Et vous souhaitez continuer à y croire ? Alors, surtout, ne lisez pas ce livre, Lou Lubie dévoile l’envers du décor, le côté sombre de ces belles histoires qui nous font rêver depuis des lustres…

Il est pourtant beau cet album ! Un format roman, vert et doré en couverture, doré sur la tranche des pages, bref de quoi y aller en confiance s’il n’y avait ce titre, Et à la fin ils meurent, et ce dessin d’une princesse sans bras accompagné d’un prince qui n’a plus rien de charmant. Il faut lire le sous-titre La Sale vérité sur les contes de fées, pour saisir pleinement qu’il ne s’agit pas ici d’une belle histoire d’amour tendance Et à la fin ils eurent beaucoup d’enfants mais bien d’une déconstruction de nos croyances les plus naïves.

Et elle y va Lou Lubie, elle y va sans ménagement, dévoilant toute la vérité sur Cendrillon, Barbe Bleu, Raiponce, le Petit Chaperon rouge ou encore La Belle au bois dormant, en remontant aux origines des contes et en s’intéressant au passage à la place qu’y occupent le racisme, la religion, le sexisme, l’antisémitisme…

Dans un esprit libre et drôle, Lou Lubie, à qui l’on doit notamment Goupil ou Face aux éditions Vraoum et L’Homme de la situation chez Dupuis, signe ici une exploration originale de notre imaginaire collectif. Et si vous n’avez pas assez des 248 pages de l’album, sachez que des bonus numériques en réalité augmentée sont accessibles via l’application Delcourt Soleil +.

Eric Guillaud

Et à la fin ils meurent, de lou Lubie. Éditions Delcourt. 24,95€ (en librairie le 3 novembre)

© Delcourt / Lou Lubie

22 Oct

Utopiales 2021 Nantes : une sélection de BD de science-fiction à lire avant le festival

Après la traversée d’un trou noir pandémique en 2020, le festival international de la science-fiction se posera à nouveau à la cité des congrès de Nantes du 29 octobre au 1er novembre. En attendant, voici déjà de quoi voyager dans le temps et l’espace avec notre sélection de lectures…

À quoi pourraient ressembler les lendemains de l’humanité ? Si quelques indices nous permettent d’en imaginer facilement certains aspects, tout n’est pas encore écrit et laisse de beaux jours aux scientifiques, auteurs et artistes en tout genre pour en donner leur propre vision. Dans ces dix albums subjectivement sélectionnés, dont deux figurent parmi la sélection pour le Prix Utopiales 2021, tous les futurs sont encore possibles avec une approche tantôt réaliste, tantôt surréaliste ou fantaisiste, tantôt spectaculaire, tantôt philosophique ou intimiste.

La suite ici

 

16 Oct

Ténébreuse : un magnifique conte pour les grands signé Mallié et Hubert

Libérer une princesse ! Qui pourrait refuser une telle mission surtout lorsque la princesse en question est d’une beauté incroyable. Arzhur n’a pas refusé, il s’est même empressé d’aller à son secours. Mais la vie n’a parfois rien d’un conte de fée…

Il était une fois un prince charmant qui libéra une belle princesse des griffes d’une monstrueuse créature… Enfin ça, c’est le scénario idéal. En ce qui nous concerne ici, le prince charmant est un simple chevalier, déchu qui plus-est pour faute grave, et la belle princesse retenue contre son gré, une princesse, certes, mais volontairement recluse dans un château abandonné, pour se protéger de son père et de sa mère avec une grosse bestiole pour animal de compagnie.

Alors forcément, lorsque Arzhur, le fameux chevalier déchu, débarque, tue son animal pour la libérer, l’histoire est bien mal emmanchée pour qu’il y ait des remerciements et que tout ça se termine par un mariage et une poignée d’enfants.

© Dupuis – Mallié & Hubert

Toutefois, oui toutefois, les deux jeunes gens vont se rendre compte que l’un peu aider l’autre pour reprendre en main leur vie respective et vont finalement accepter de faire un petit bout de chemin ensemble…

Alliance magique que celle-ci entre le regretté Hubert à qui l’on doit déjà quelques beaux scénarios dont le très primé Peau d’homme avec Zanzim au dessin, et Vincent Mallié qui nous avait déjà ébloui avec Le Grand Mort, Les Aquanautes et deux albums de La Quête de l’oiseau du temps. Le diptyque médiéval dont ils nous offrent ici le premier volet est d’une beauté graphique et d’une intelligence scénaristique exemplaires. Une immersion dans le monde médiéval avec un conte qui prend à rebrousse-poil les codes du genre pour nous parler de la femme et de la famille. Magnifique !

A noter le magnifique travail du coloriste étonnement non crédité sur l’album, Bruno Tatti, qui a su s’approprier l’histoire et nous offrir des atmosphères bluffantes.

Eric Guillaud

Ténébreuse, de Mallié et Hubert, couleurs de Bruno Tatti. Éditions Dupuis. 19,95€ (en librairie le 22 octobre)

© Dupuis – Mallié & Hubert

14 Oct

Joker vs The Mask : un sacré petit jeu de massacre

The Mask, un vrai-faux méchant drôle que pour les enfants ? Vous allez pouvoir réviser vos classiques, grâce à la réédition de cette double rencontre explosive… Attention, ça défouraille sec !

Pour le grand public, le personnage de The Mask restera éternellement associé à Jim Carrey et à sa prestation hystérique dans l’adaptation cinématographique en 1994 du même nom. Sauf que comme l’a rappelé récemment l’excellente anthologie parue chez Delirium et rassemblant ses toutes premières escapades, The Mask est avant tout une bande dessinée complètement délirante profitant à fonds de son postulat de départ – un masque aux origines mystérieuses confère à celui qui le porte des pouvoirs quasi-infinis tout en pervertissant subtilement sa personnalité – pour mieux partir dans des délires dignes d’un cartoon sous acide.

Or vu la personnalité du Joker – a-t-on besoin de vous rappeler que ‘joker’ peut être traduit par ‘bouffon’ ? – les deux étaient forcément faits pour se rencontrer un jour. Et c’est finalement arrivé dans ce crossover– The Mask est chez Dark Horse alors que le Joker est bien sûr l’une des têtes de gondole de DC Comics – datant du début des années 2000.

Oui, Batman apparaît sur la couverture (il faut bien attirer le chaland ma bonne dame) mais pour être franc, il fait ici limite de la figuration, histoire de mettre l’accent sur le combat entre les deux méchants. Combat intérieur si l’on peut dire car toute l’intrigue tourne autour d’un Joker trouvant par hasard ce masque ancien lors d’un casse improvisé du musée de Gotham avant de l’endosser pour devenir une espèce de mélange des deux.

© DC Comics – Dark Horse – Urban Comics / collectif

Autre potentiel malentendu : oui, le graphisme emprunte clairement aux séries animées contemporaines mettant en scène ses différents personnages et destinés, à la base, aux enfants. Sauf qu’ici ce ne sont pas vraiment nos bambinos qui sont visés mais plutôt leurs grands frères, vu comment tout ce petit monde tournant à 200 à l’heure redouble d’ingéniosité pour s’égosiller dans tous les sens.

Le résultat est assez réjouissant. Déjà, c’est franchement assez drôle, à condition d’aimer l’humour assez acide lancé à toute berzingue. Et puis il y a cette façon si particulière qu’a The Mask de se mettre constamment en scène, de changer de forme et de costumes ou de multiplier les clins d’œil aux lecteurs auxquels il semble constamment s’adresser directement, nous rappelant donc que le grand public a sûrement oublié combien ce anti-héros n’était pas si mignonnet et politiquement correct que ça.

© DC Comics – Dark Horse – Urban Comics / collectif

C’est d’ailleurs encore plus flagrant dans le bonus pas si anodin que cela rajouté en seconde partie, cet autre crossover autant si ce n’est encore plus explosif avec Lobo, le bad boy chasseur de primes intergalactique si populaire dans les années 90 mais aujourd’hui hélas un peu oublié. Ici, vous pouvez oublier le style plus enfantin de la rencontre avec le Joker et surtout, lâchez les chiens ! Les scénaristes assument complètement leur parti-pris de rapidement se débarrasser de toute intrigue alambiquée avec un point de départ des plus basiques : payé par un consortium d’aliens baveux, le flingueur à gros cigares débarque sur Terre pour envoyer à la casse The Mask. Voilà, c’est tout. S’ensuit baston sur baston à coups de délires visuels et gore adorant foutre ses doigts purulents dans son nez en disant des gros mots. Un véritable feu d’artifice où Tex Avery croise Evil Dead et LA pépite de ce volume plus subversif qu’il n’y paraît…

Olivier Badin

Joker vs The Mask de Henry Gilroy, John Arcudi, Alan grant, Ramon F. Bachs et Douge Mahnke. DC Comics/Dark Horse/Urban Comics. 23 euros

13 Oct

Extension du domaine de la loose : le ticket gagnant de Pascal Valty

Ne cherchez pas un rapport quelconque avec le livre de Houellebecq, il n’y en a pas si ce n’est une partie du titre et peut-être un certain regard sur la France, celle qui ne gagne pas mais s’échine à ne pas trop perdre. Et c’est déjà pas mal…

Pour ceux qui ont moins de cinq ans, même s’ils doivent être logiquement peu nombreux à lire ces lignes, et ceux qui ont plus de 120 ans et n’auraient pas eu anglais première langue à l’école, une petite explication linguistique est peut-être nécessaire. La loose se caractérise par le manque de chance. Par extension, un looser est un malchanceux, un perdant.

Antoine n’est pas un looser à proprement parler, ou alors un looser volontaire, un gars qui ne rêve pas de se faire remarquer, d’avoir du succès, de briller dans les soirées mondaines. Non, son truc à lui, c’est qu’on lui foute la paix, qu’on l’oublie.

Il a pourtant un nom pas franchement minable notre Antoine. Doisneau, oui Doisneau comme le photographe. Et un job qui fait chouette sur une carte de visite : enseignant dans une école de design. Oui mais voilà, Antoine n’est pas le genre de gars brillant à faire émerger des idées neuves. Ou alors sur un malentendu.

Malgré tout, Antoine se retrouve un beau jour à la tête d’un partenariat de premier plan avec une grosse société chinoise. De quoi le laisser sur le flanc, lui qui ne fait que fuir les responsabilités avec une certaine réussite de ce côté-là. Et ce n’est rien par rapport à ce qui l’attend…

Bienvenue dans le monde de la France qui ne gagne pas, qui n’a pas de Rolex à 50 ans et qui n’en veut pas. Un bon petit bouquin rafraichissant signé par un auteur qui n’a à priori rien d’un looser et qui a le souci du travail soigné !

Eric Guillaud

Extension du domaine de la loose, de Pascal Valty. Editions La Valtynière. 15,90€ (disponible le 20 octobre)

10 Oct

Sélection Officielle Angoulême 2022 : Spirou L’Espoir malgré tout d’Émile Bravo

Spirou est de retour pour le troisième et avant-dernier volet d’une saga unanimement saluée par la presse et plébiscitée par le public, une fiction à haute valeur de témoignage sur les heures les plus sombres de notre histoire contemporaine…

Il a beau être de papier, le célèbre héros au costume de groom né en 1938 sous les crayons de Rob-Vel a vraiment connu la guerre, laissant en transparaître les prémices dans ses aventures de l’époque, avant d’être mis au repos par la censure en septembre 1943 et de finalement réapparaître plus vaillant que jamais à la Libération. Oui, Spirou a traversé la seconde guerre mondiale, comme Fantasio d’ailleurs, personnage créé en 1942.

Le fait de le retrouver, de les retrouver, au coeur de ces années noires pour un récit fleuve signé Émile Bravo n’a donc rien d’un illogisme. Grâce à un travail de documentation acharné et à la reconstitution d’un contexte au plus juste, l’auteur donne à cette fiction la force d’un témoignage sur ce que fût cette période, les privations de liberté, la peur, la faim, la haine, la mort…

© Dupuis / Bravo

C’est ce que souhaitait l’auteur en démarrant cette quadrilogie, plonger Spirou, personnage simple auquel tout le monde peut s’identifier, dans le quotidien atroce de la guerre, de l’occupation, de la shoah, et le transmettre aux jeunes générations pour qu’elles n’ignorent pas le monde d’hier et comprennent le monde d’aujourd’hui.

Mission remplie, ce troisième volet débute dans un train qui roule en direction d’Auschwitz. À son bord, beaucoup de femmes, enfants et vieillards, tous juifs, et Spirou venu sauver Suzanne et P’tit Louis… Un épisode encore plus sombre que les précédents, plus personnel aussi reconnaît l’auteur, magnifiquement mis en images et en couleurs. Et toujours très instructif.

Eric Guillaud

L’Espoir malgré tout, troisième partie, d’Émile Bravo. Editions Dupuis. 17,50€

L’info en +. Le CHRD, Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation à Lyon propose du 27 octobre 2021 au 2 janvier 2022 une exposition autour de l’oeuvre d’Émile Bravo baptisée « Une enfance sous l’occupation ». Plus d’infos ici

09 Oct

Le bluffant Dernier souffle de Thierry Martin en version papier

Parce qu’il avait envie de sortir de sa zone de confort, l’auteur Thierry Martin se lance un beau jour d’été un défi : improviser au jour le jour une histoire en publiant quotidiennement un dessin sur son compte Instagram. Avec à l’arrivée un western bien noir dont voici la version papier…

« Envie de lâcher prise, de sortir de ma zone de confort, un désir d’improvisation scénaristique et d’énergie graphique avec comme défi celui de publier un dessin par jour sur mon compte Instagram ». Voilà comment est né ce projet baptisé Dernier souffle, un projet né sur les réseaux sociaux, à raison d’une case par jour du 4 août 2018 au 15 mars 2019, avant d’être finalement proposé en version papier dès 2019 aux éditions Black & White et aujourd’hui aux éditions Soleil.

Un format à l’italienne sous fourreau, une vignette par page, 222 pages… L’objet est séduisant mais pas que, Thierry Martin au-delà du défi qu’il s’était donné et qu’il a admirablement remporté, signe ici un western très sombre, une histoire de vengeance qui finit forcément dans le sang. Pas une parole, juste des dessins qui expriment toute la brutalité, la sauvagerie de l’histoire.

C’est sombre et violent mais absolument brillant graphiquement, Thierry Martin dont on a déjà pu mesurer le talent à travers ses ouvrages Roman de Renart (Delcourt), Nam-bok (Futuropolis) ou encore Myrmidon (Éditions de la Gouttière) s’échappe ici de ses habitudes pour notre plus grand bonheur. 

Eric Guillaud

Dernier souffle de Thierry Martin. Éditions Soleil. 26€

07 Oct

Visa Transit volume 3 : la fin d’une aventure, le début des souvenirs

Et voilà ! Le périple de Nicolas de Crécy et de son cousin Guy s’achève comme prévu en Turquie, du côté d’Antalya sur la côte méditerranéenne. Un troisième volet qui à l’instar des deux premiers, nous parle certes de voyage mais aussi de mémoire…

Une Visa Club en fin de vie, un coffre rempli de livres, des petits rideaux pour l’intimité et un radar 2000 en guise de GPS, on retrouve Nicolas de Crécy et son cousin Guy dans leur conquête de l’Est, un peu comme un remake de la croisière Citroën, mais avec la mémoire pour carburant.

Toute cette histoire a commencé au fond d’un jardin en région parisienne en 1986, le jardin d’un oncle où rouille doucement une Citroën Visa Club en fin de vie. Une épave. Plutôt que de l’emmener à la casse, Nicolas de Crécy et son cousin décident de la mettre à l’épreuve. Ils changent les bougies, l’essuie-glace, les feux arrière, les câbles de freins et direction l’est, le plus loin possible, la Turquie en ligne de mire, Istanbul au moins, Ankara peut-être et au-delà si affinités.

Et ils y parviennent en Turquie, à Istanbul d’abord qu’ils fuient très rapidement, à Ankara ensuite où Guy retrouve pour quelques heures sa douce et tendre venue rejoindre ses parents expatriés et logés dans un des quartiers chics de la capitale.

Mais l’aventure ne pouvait se terminer dans « une sorte d’enclave française » avec tout le confort nécessaire. En dignes aventuriers, Nicolas et Guy reprennent la route pour aller encore plus loin. Ce sera finalement Antalya leur dernier point de chute, encore quelques centaines de kilomètres, quelques heures de conduite, quelques nuits « pourries » à dormir dehors directement sur le sol ou recroquevillés dans le Visa, et quelques souvenirs qui reviennent à l’esprit de Nicolas comme cette maladie qui lui a été diagnostiquée à 22 ans, une spondylarthrite ankylosante, un nom à dormir debout, une pathologie qui ne se guérit pas mais se soigne. « Je n’avais pas d’autre choix que de m’y habituer ».

Peu adepte des récits réalistes et encore moins des autofictions, Nicolas de Crécy nous offre pourtant ici un récit passionnant de bout en bout en parvenant comme il le dit lui-même à rendre assez fidèlement « ces petits morceaux de vie vieux de 35 ans ». Mais ce récit n’est pas un récit de voyage comme les autres. Pas ou peu de rencontres, pas de visites de monuments, Nicolas et Guy refusent jusqu’au bout de jouer les touristes moyens même s’ils ne résistent pas à un petit plongeon dans la mer à la fin de leur périple.

À travers cette épopée motorisée, l’auteur nous amène à réfléchir sur la problématique de la mémoire, ces instants qu’on imprime à vie, les autres qu’on oublie plus ou moins vite. Il en profite aussi pour nous raconter son enfance, sa jeunesse, un voyage au coeur du passé et de ce qu’il en reste avec une touche de poésie amenée par les multiples apparitions du poète Henri Michaux.

Eric Guillaud 

Visa Transit tome 3, de Nicolas de Crécy. Gallimard. 23€

© Gallimard – Nicolas de Crécy

Près de Cholet au May-sur-Èvre : 14e édition du festival de la BD engagée les 9 et 10 octobre

Aventure, humour, polar, documentaire, biopic… le champ des possibles en bande dessinée est quasiment infini, le festival du May-sur-Èvre a décidé lui de s’intéresser à la seule BD engagée depuis bientôt 15 ans. Au menu : deux jours de rencontres, dédicaces, débats, spectacles et expositions.

Extrait de l’affiche 2021 – © Morvandiau

La suite ici