05 Avr

Les Oiseaux ne se retournent pas : le parcours d’une enfant sur la route de l’exil par Nadia Nakhlé

Confinés mais pas résignés, nous allons continuer à parler BD ici-même avec des bouquins d’ores et déjà disponibles au format numérique et à retrouver en format physique dès que cet épisode de coronavirus au très mauvais scénario nous aura définitivement quitté…

Si vous cherchez du léger, histoire de vous évader un peu du quotidien pesant que nous connaissons tous actuellement, ce n’est peut être pas l’album idéal, je le conçois, mais il pourrait tout de même vous permettre de relativiser un tant soit peu notre situation de confinés.

Les Oiseaux ne se retournent pas est un récit fort, poétique et poignant. Sur plus de 200 pages, l’auteure Nadia Nakhlé raconte le parcours d’une enfant sur la route de l’exil. Amel, qui signifie espoir en arabe, a 12 ans. Elle est orpheline, jusque-là élevée par ses grands parents. Mais la guerre n’en finit pas de ravager son pays. Pour la protéger, lui offrir un avenir, ses grands parents décident de la confier à la famille Hudhad qui cherche à rejoindre la France.

Avec ses souvenirs pour seul bagage, Amel entame un long et périlleux périple en suivant les conseils de sa grand-mère : avancer quoi qu’il arrive, ne pas montrer ses peurs, éviter les passeurs et les militaires, ne donner sa confiance à personne, ne pas parler de sa maison, ni de religion, ne jamais révéler son identité.

Et surtout ne jamais se retourner. Comme les oiseaux ! Dans ce périple, Amel perd de vue la famille Hudhad mais rencontre Bacem, un militaire déserteur et joueur de oud. Ensemble, ils vont partager leurs rêves d’une vie meilleure et se soutenir.

Que se passe-t-il dans la tête d’un enfant qui fuit la guerre ? Le périple est aussi intérieur. Avec un trait sombre, des planches à l’esthétisme très travaillé, Nadia Nakhlé nous glisse dans la peau de cette gamine nous rappelant au passage qu’un quart des personnes exilées en Europe sont des mineurs isolés.

« Ce projet est né d’une révolte et d’un désir, celui de porter l’espoir des enfants de l’exil, de dénoncer la situation actuelle tout en donnant son entière place à la poésie. »

Publié dans la collection Mirages des éditions Delcourt, ce bijou esthétique et poétique s’inscrit dans un projet transversal. Les Oiseaux ne se retournent pas est aussi un spectacle, entre roman graphique et concert performé, associant projections animées, musique et création sonore immersive, un spectacle créé et présenté en janvier dernier à Nantes.

Eric Guillaud

Les Oiseaux ne se retournent pas, de Nadia Nakhlé. Delcourt. 25,50€ (disponible en édition numérique)

30 Mar

Besoin d’air ? Du combat naval au combat juridique, l’histoire du Cygne noir racontée par Paco Roca et Guillermo Corral

Confinés mais pas résignés, nous allons continuer à parler BD ici-même avec des bouquins d’ores et déjà disponibles au format numérique et à retrouver en format physique dès que cet épisode de coronavirus au très mauvais scénario nous aura définitivement quitté…

Drôle d’histoire que celle-ci, Le Trésor du Cygne noir est une fiction basée sur des faits bien réels dont l’écrivain et diplomate Guillermo Corral a été le témoin. Une histoire qui commence dans les eaux du détroit de Gibraltar, par quelques centaines de mètres de profondeur.

La société de chasseurs de trésors Ithaca vient d’y retrouver l’épave du Cygne noir, un galion naufragé au début du XIXe siècle et d’exhumer 500 000 pièces d’or et d’argent de ses cales.

Ce véritable trésor, la société Ithaka s’empresse de le ramener aux États-Unis. Sauf que le galion était espagnol. S’engage alors un véritable bras de fer entre les deux pays, détaillé avec beaucoup de précision et de rebondissements dans les 200 pages de ce livre magnifiquement mis en images par l’Espagnol Paco Roca dont on a déjà pu apprécier le talent à travers les albums Rides, Le Che une icône révolutionnaire, La Nueve ou encore La Maison. Son trait doux et sobre se marie parfaitement avec cette affaire incroyable connue sous le nom du navire Nuestra Señora de las Mercedes. 

Eric Guillaud

Le Trésor du Cygne noir, de Roca et Corral. Delcourt. 25,50€ (disponible en édition numérique)

© Delcourt / Roca & Corral

29 Mar

Besoin d’air ? Le nouveau Doggybags découpe à la hache l’Amérique réac

Confinés mais pas résignés, nous allons continuer à parler BD ici-même avec des bouquins d’ores et déjà disponibles au format numérique et à retrouver en format physique dès que cet épisode de coronavirus au très mauvais scénario nous aura définitivement quitté…

La publication phare du label 619 (créateur de Mutafukaz) continue avec son quinzième tome de proposer ses collections d’histoires qui font peur, nourries au cinéma bis. Sauf que cette fois-ci, elles s’attaquent frontalement à l’American way of life.

Il y a six mois, tels les grands méchants de films d’horreur que ses auteurs admirent tant, Doggybags était revenu d’entre les morts. Modelé sur ces pulps américain d’après-guerre que les rejetons de l’Oncle Sam pouvaient alors acheter pour une bouchée de pain, chacun de leur numéro réunit plusieurs histoires autour, plus ou moins, de la même thématique, mais réalisées par différentes équipes.

Le directeur de la collection et patron historique du Label 619 RUN n’a jamais caché son amour de la culture US, éternelle source d’inspiration. Mais dans l’édito de ce quinzième numéro où il a scénarisé deux des trois histoires, il avoue aussi combien l’élection surprise de Donald Trump lui a rappelé qu’il y avait aussi une autre Amérique : raciste, pudibonde, réactionnaire, obsédée par les armes à feu, etc. Ce nouveau numéro est donc plus ‘politique’ en quelque sorte, même si au final, le décompte des cadavres et des têtes tranchées est du même niveau que d’habitude.

Peut-être que les amateurs d’horreur pure trouveront cette fois-ci l’exercice un peu trop ‘réaliste’ et pas assez divertissant. Mais avec une histoire sur les fake news visant ouvertement Fox News et sa fabrique à fantasmes plus deux autres sur ce foutu virus se transmettant de génération en génération nommé ‘racisme’, ce n’est pour rien que le programme soit titré Mad In America. Surtout qu’entre le noir et blanc très stylisé et la lycanthropie de Manhunt qui ouvre le bal, le plus cérébral et bavard Conspiracism et l’ambiance de bayou du dernier volet Heritage, à chaque fois les histoires se finissent mal. Et toutes ces fausses pubs ou ces petits articles sur, par exemple, les pires fusillades de masse de ces dernières années ou le Ku Klux Klan que l’on retrouve entre chaque histoire prennent plus que jamais tous leurs sens.

Que disait déjà la chanson star du film parodique des créateurs de South Park, Team America ? Ah oui…. « America, fuck yeah ! »

Olivier Badin

Doggybags 15, saison 2, Ankama/Label 619. 13,90

 

28 Mar

Besoin d’air ? Un Homme qui passe de Dany et Lapière aux éditions Dupuis

Confinés mais pas résignés, nous allons continuer à parler BD ici-même avec des bouquins d’ores et déjà disponibles au format numérique et à retrouver en format physique dès que cet épisode de coronavirus au très mauvais scénario nous aura définitivement quitté…

Drôle d’endroit et drôle de moment pour une rencontre. Alors q’une tempête secoue l’île de Chausey, un homme, Paul, sort de sa maison, se dirige vers le littoral, une arme à la main, bien décidé visiblement à mettre fin à ses jours. Mais une fusée de détresse vient le détourner de son intention première. Paul pose son arme et s’empresse d’aller porter secours.

Sur le bateau, une jeune femme, Kristen, qu’il sauve in extremis. Réfugiés dans sa maison, Paul et Kristen font connaissance, lui est reporter-photographe et elle travaille pour l’éditeur qui attend justement la maquette du prochain livre de Paul. Que fait-elle là exactement ? Que veut-elle ? Et pourquoi toutes ces questions sur les photos de femmes qui ornent la maison de Paul, des photos destinées au prochain livre ? En confiant des épisodes intimes de sa vie, liés à ces femmes, Paul finira par trouver les réponses…

Dans une veine réaliste et intimiste, Dany et Lapière nous offrent l’histoire d’un destin chaviré, celui d’un homme qui a bourlingué un peu partout sur la planète, connu de multiples aventures amoureuses, toujours préféré le sexe aux sentiments sans s’inquiéter des éventuels dégâts collatéraux, et qui se retrouve au crépuscule de sa vie à devoir répondre de ses actes. Alors, forcément, l’actualité récente résonne dans cette histoire même si le personnage principal n’a ici rien d’un Weinstein, tout d’un homme d’une autre époque où on se posait peut-être moins de questions. Dany, plus habitué à dessiner des femmes pour le moins sexy, freine ici son ardeur avec une héroïne plus ordinaire sur le plan physique mais avec assez de caractère pour remettre les pendules et les mecs à l’heure. Un bon bol d’air iodé !

Eric Guillaud

Un Homme qui passe, de Dany et Lapière. Dupuis. 16€ (disponible en édition numérique 5,99€)

Dupuis / Dany & Lapière

24 Mar

Albert Uderzo, le papa d’Astérix, est mort

C’était l’une des figures majeures de la bande dessinée franco-belge, Albert Uderzo est mort à l’âge de 92 ans d’une crise cardiaque à son domicile de Neuilly rapportent ses proches…

Uderzo en 2009 © MaxPPP – Daniel Fouray

Faut-il encore présenter ce géant du neuvième art, Albert Uderzo est le créateur des aventures d’Astérix et Obélix et de Oumpah Pah avec le scénariste René Goscinny, mais aussi de la série Tanguy et Laverdure, avec Jean-Michel Charlier.

Entre 1960 et 2009, il signe plus d’une soixantaine d’albums parmi lesquels 34 épisodes d’Astérix, avec Goscinny jusqu’en 1977, date du décès de ce dernier, puis seul.

Astérix en Corse, Le Devin, Les Lauriers de César, La Grande traversée, La Zizanie… autant d’albums qui ont bercé des générations de lecteurs en France et ailleurs. Les Aventures d’Astérix se sont vendues à plus de 370 millions d’exemplaires à travers le monde.

Animée aujourd’hui par Jean-Yves Ferri et Didier Conrad, la série mettant en scène nos célèbres gaulois connaît le même succès, La Fille de Vercingétorix, sorti le 24 octobre dernier, a été tiré à 5 millions d’exemplaires, 2 millions pour la France.

Après André Chéret, créateur de Rahan, mort le 5 mars, François Dermaut, auteur notamment des Chemins de Malefosse, disparu le 19 mars, la grande famille du neuvième art est une nouvelle fois endeuillée.

Eric Guillaud

23 Mar

Confiné, le message d’Etienne Davodeau depuis son atelier à Rablay-sur-Layon

Il a été l’invité de l’émission ArtOtech de France 3 Pays de la Loire il y a quelques mois, il donne aujourd’hui de ses nouvelles via une vidéo. Confiné chez lui dans la campagne angevine, Etienne Davodeau travaille actuellement sur son prochain album qui raconte notamment une randonnée sur les crêtes du Massif Central, des séquences qui lui permettent de s’évader de ce quotidien enfermé…

Pour revoir l’émission ArtOtech avec Etienne Davodeau, c’est ici…

22 Mar

Besoin d’air ? Quatorze juillet, un polar so frenchy signé Bastien Vivès et Martin Quenehen

Confinés mais pas résignés, nous allons continuer à parler BD ici-même avec des bouquins d’ores et déjà disponibles au format numérique et à retrouver en format physique dès que cet épisode de coronavirus au très mauvais scénario nous aura définitivement quitté…

On le savait hyper-talentueux pour nous raconter l’intime, on le découvre bigrement à l’aise dans ses baskets pour dessiner un polar. Quatorze juillet est le nouveau récit de notre Bastien Vivès national, le premier scénario de Martin Quenehen, un duo choc pour une BD chic…

Chic, oui, à la française ! Quatorze juillet est un polar qui sent bon la gendarmerie nationale, les villages de France et la fête nat. L’histoire prend racine dans un village imaginaire, Roissan, dans une région bien réelle, du côté du Vercors.

« Au commencement de Quatorze juillet… », explique Martin Quenehen, « il y a en effet un pays de montagne véritable. C’est un endroit secret qui a inspiré Rabelais et Giono (…) c’était tout de suite le projet : raconter cette histoire loin des villes, loin de Paris ».

De là à dire qu’il y a un esprit de clocher dans ce livre serait mentir. Aucun chauvinisme ici, pas de repli sur soi, bien au contraire, si l’action se déroule dans un décor familier pour nous Français, le personnage principal doit beaucoup aux héros américains, même sous son gilet bleu de la gendarmerie.

Au fond, Jimmy, c’est Bruce Willis dans un film d’Eric Rohmer! », poursuit Martin Quenehen. « C’est vrai qu’il est très américain… », poursuit Bastien Vivès, « comme personnage, j’ai du mal à l’envisager comme le policier que l’on voyait dans les films français des années 1970 ».

Le gendarme, c’est Jimmy Girard, belle carrure, un tantinet ténébreux, marqué par la mort récente de son père, il rêve d’action dans cette campagne où il ne se passe rien.

À l’occasion d’un contrôle routier, il fait la connaissance de Vincent Louyot et de sa fille, Lisa. Vincent Louyot est artiste peintre, il vient d’arriver dans la région pour faire le deuil de sa femme tuée dans un attentat. Mais pas seulement. En les prenant en affection et un peu sous sa protection, Jimmy Girard lève un coin du voile sur l’âme définitivement meurtrie de Vincent Louyot, animé par un esprit de vengeance. Et dans le même temps, même s’il s’en interdit, notre gendarme tombe sous le charme de Lisa.

S’en suit une histoire où l’intime côtoie l’universel. « C’est un polar. C’est un drame. Une histoire d’amitié – et d’amour – impossible. C’est un action movie ! Ou plutôt un action comics! », précise Martin.

Avec un dessin qui allie minimalisme et réalisme, une mise en page, une narration et des dialogues d’une très grande sobriété, les auteurs nous parlent à leur rythme de deuil, de justice, de liberté, dans une France marquée par les attentats et la vague migratoire.

Eric Guillaud

Quatorze juillet, de Bastien Vivès et Martin Quenehen. Casterman. 22€ (disponible en version numérique 14,99€)

© Casterman / Quenehen & Vivès

21 Mar

Besoin d’air ? La guerre des royaumes : Marvel sort la grosse artillerie !

Confinés mais pas résignés, nous allons continuer à parler BD ici-même avec des bouquins d’ores et déjà disponibles au format ebook et à retrouver en format physique dès que cet épisode de coronavirus au très mauvais scénario nous aura définitivement quitté…

Que du beau monde à l’affiche de la saga War Of The Realms (‘la guerre des royaumes’), l’événement de l’année de l’écurie Marvel, un méga-blockbuster digne d’un opéra wagnérien. Et avec dedans des dieux déchus, plein de combats dantesques, des super-héros en pleine panique mais aussi des walkyries appelées sur le champ de bataille, vu que tous n’en reviendront pas. Après, il faudra accepter les pratiques commerciales de la fameuse ‘maison des idées’ mais le jeu en vaut la chandelle. Si.

Les gens de Marvel ont toujours eu le sens des affaires. Ils ont donc saisi très tôt l’intérêt des ‘crossover’ – ‘croisement’ serait une traduction à peu près potable. C’est-à-dire ces aventures où des héros tirés de séries différentes se retrouvaient pour combattre un ennemi commun ou comment faire d’une pierre deux coups.

Mais en 1984, ils sont passés la vitesse supérieure avec les Secret Wars alias ‘les guerres secrètes’, publiés l’année suivante en France dans la revue Spidey. Là, c’est carrément toute la famille royale MARVEL (les X-Men, Spiderman, Captain America etc.) qui a été convoquée pour lutter dans un univers parallèle contre le Beyonder, vilain suprême. Une saga qui a fait date a plein de niveaux, grâce à son côté ultime mais aussi parce qu’elle a été l’occasion de rabattre pas mal de cartes, avec par exemple la Chose quittant (momentanément) les 4 Fantastiques, Spiderman découvrant son nouveau costume qui se révélera par la suite être une entité extraterrestre à part entière qui deviendra ensuite Venom etc.

Trente-cinq ans plus tard, War Of The Realms (‘la guerre des royaumes’) tente clairement de renouer avec le même genre d’ambition. D’abord en offrant aussi un casting impérial allant de Wolverine au Punisher en passant par, encore, Spiderman ou Thor, obligés de s’allier pour sauver la Terre. Puis en leur mettant en face un méchant forcément XXL, alias Malekith roi des Elfes Noirs. Et enfin en plantant l’action dans des décors grandioses, largement exploités par le dessinateur Russel Dauterman : New York, Asgard la résidence des dieux, Jotunheim le royaume des géants etc. Au scénario, on retrouve aussi la patte du scénariste Jason Aaron (Thor, Avengers etc.) et son goût pour l’épique… Marvel a clairement voulu faire de cette rencontre au sommet l’un des points forts de la décennie et a mis les moyens, cela se sent à tous les niveaux.

War Of The Realms © Panini Comics/Marvel

Mais là où cela se complique un peu, c’est justement à cause de ce côté un peu trop mercantile par moment. Il aurait bien sûr être beaucoup trop simple de réunir les six épisodes de l’histoire principale dans un seul et même volume. Non, il a fallu les faire paraître en feuilleton sur trois numéros successifs d’un titre bimensuel vendus dans les maisons de la presse. Mais surtout, dès le premier tome, on découvre aussi l’existence de dérivés, ou ‘spin-off’ en jargon comics. C’est-à-dire des histoires parallèles se passant, grossièrement dans le même contexte, mais officiellement pas indispensables à la trame principale, même si le collectionneur frénétique sera forcément très tenté.

D’ailleurs, histoire de compliquer encore un peu plus les choses, il y a aussi cette foutue numérotation ésotérique, avec des numéros 2.5 ou 1.5 côtoyant les 1, 2 ou 3, imposant une sorte de hiérarchie un peu bizarre. Or même si la toile de fonds est la même, dans certains cas cette guerre des royaumes n’est justement que ça : une toile de fonds, sans véritable incidence, ou très peu. Comme du côté du toujours très caustique Deadpool qui, fin du monde ou pas, continue surtout ici de balancer deux vacheries par case tout en tabassant des trolls en Australie aux côtés de personnages semblant sortir tout droit de Mad Max.

Alors oui, on râle un peu mais c’est parce que cette série tient aussi toutes ses promesses, malgré le fait que l’on sente plus que jamais combien le succès monumental des nombreuses adaptations cinématographiques de l’univers Marvel pèse sur le rendu visuel. Et puis aussi intéressée qu’elle soit par votre portefeuille, s’il y a une chose pour laquelle Marvel est forte, c’est vous en foutre plein les mirettes.

Oliver Badin

War Of The Realms, Panini Comics/Marvel (disponible en version numérique)

11 Mar

Black Badge : Mission impossible au pays des scouts avec Matt Kindt, Tyler Jenkins et Hilary Jenkins

Ils nous avaient bluffés avec le triptyque Grasskings paru en 2019 chez Futuropolis, ils reviennent avec Black Badge, une histoire de scouts qui n’a pas grand chose à voir avec La Patrouille des Castors...

On ne change pas une équipe qui gagne, le trio responsable et coupable du polar sans concession Grasskings, au doux casting de dingues et de paumés, revient avec un récit de plus de 300 pages qui nous embarque cette fois dans le monde des scouts.

Mais ne vous attendez pas à retrouver la Patrouille des Castors au grand complet. Pas de Poulain Perspicace ici, pas de Faucon Discret, de Mouche Laborieuse ou encore de Tapir Affamé, tous unis comme les doigts de la mains pour faire le bien autour d’eux. Non, Matt Kindt, Tyler Jenkins et Hilary Jenkis mettent ici en scène quatre gamins, membres des Black Badge, une branche secrète des scouts chargée d’opérations secrètes à travers le monde avec la mission ici de libérer un prisonnier politique, là d’exfiltrer un espion. C’est un peu Mission impossible en pays scout.

Côté graphisme, on retrouve la marque  de Tyler Jenkins, un trait taillé à la serpe, relevé par les somptueuses couleurs de sa femme Hilary Jenkins. En bonus dans cette première édition, un cahier de 16 pages réunissant des recherches graphiques, des illustrations de couvertures, un focus sur le travail des couleurs…

Eric Guillaud

Black Badge , de Matt Kindt, Tyler Jenkins et Hilary Jenkins. Futuropolis. 29€

RSS