04 Juil

Dceased : l’univers DC passe en mode apocalypse zombie !

Qui est le prochain ? Car oui, c’est bien ça LA question qui finit par tarauder le lecteur au début de chacun des six chapitres que constituent cette mini-saga. Oui, quel personnage de l’écurie DC COMICS va y passer ? Dceased (jeu de mot entre ‘deceased’ soit ‘décédé’ et DC) est bien un petit plaisir sadique, quasiment un snuff movie, tant il prend un plaisir manifeste à supplicier tous ces héros a priori invincibles.

Alors d’abord, pour tous ceux qui ont la mémoire courte, rappelons quand même que l’éternel concurrent de DC, MARVEL avait eu la même idée il y a quinze ans. Et oui, le point de départ de ce petit jeu de massacre (dans le sens premier du terme) est assez mince, avec le super-vilain Darkseid lâchant ce qu’il appelle « l’équation anti-vie » qui transforme tous ceux qu’elle infecte en une sorte de zombie affamés, dans le seul but est d’éradiquer tout vie sur Terre et tous les super-héros avec.

Mais ces deux problématiques sont assez vite évacuées et on sent bien que les auteurs, surtout le scénariste Tom Taylor, en ont surtout profité pour complètement lever le pied du frein et se lâcher. Et personne n’est épargné. Personne.

Le premier à y passer est Batman. Puis le Joker. Puis Green Lantern… Et ce, avant même la fin du deuxième chapitre ! Chapitres dont les titres seuls sont d’ailleurs éloquents : ‘le monstre tapi en chacun de nous’, ‘une mer de sang’, ‘la fin du monde’ etc. C’est gore, violent et sans pitié, à contre-courant total de l’idée que l’on se fait de ces histoires manichéennes où les gentils réussissent toujours à sauver la veuve et l’orphelin. Or ici, ils ne réussissent même pas à se sauver eux-mêmes.

© Comics-DC / Taylor, Hairsine & Gaudiano

Le monde DC passe donc ici en pleine horreur apocalyptique, une sorte de Walking Dead désespéré où ces a priori surhommes paraissent pour la première fois incapable d’enrayer la catastrophe. Si la métaphore avec les fake news (en plus du sang, le virus se transmet aussi par les images ou internet) et les ravages de l’hystérie collective est un chouia balourde, la bonne idée du scénario est de les confronter à un ennemi aussi implacable qu’invisible tout en jouant sur nos pires peurs paranoïaques, celles de voir notre frère ou notre ami se retourner soudainement contre nous. Une histoire de contamination sauvage qui, en plus en plein déconfinement, acquiert en plus une étrange résonnance…

Comme le célèbre roman Dix Petits Nègres, on sait que les héros vont un à un mourir, malgré tous leurs efforts. Et comme à la lecture du classique d’Agatha Christie, le lecteur tangue constamment entre complicité pas tout à fait assumé et voyeurisme, un sentiment ambivalent très bien entretenu tout le long de ces 220 pages, malgré une légère baisse de régime à mi-parcours avant le grand final, dantesque et sanglant.

Oui, personne n’est sacré, même les super-héros. Et Dceased prend un malin plaisir à les dézinguer à la tronçonneuse.

Olivier Badin

Dceased de Tom Taylor, Trevor Hairsine et Stefano Gaudiano. Urban Comics/DC. 22,50 euros

© Comics-DC / Taylor, Hairsine & Gaudiano

03 Juil

Baume du tigre : l’histoire d’une émancipation féminine dans une famille issue de l’immigration chinoise signée Lucie Quéméner (INTERVIEW)

Raconter l’immigration ne se limite pas à raconter le voyage, la fuite d’un pays pour un autre, la peur face à l’inconnu. Raconter l’immigration, c’est aussi raconter l’après-voyage, le chemin vers une intégration jamais facile, le poids des traditions, l’émancipation des nouvelles générations. C’est l’angle choisi par Lucie Quéméner pour cet album paru aux éditions Delcourt, un album en tout point remarquable…

La migration dans cette famille d’origine chinoise est déjà de l’histoire ancienne, c’est d’abord celle du grand-père, Ald. Et il est fier le grand-père, fier d’avoir fait sa place dans ce pays d’accueil, fier d’avoir monté son business à partir de rien, fier de ce qu’il offre aujourd’hui à sa famille, fier enfin de ses quatre petites-filles qui sont « le futur de la famille » et bien sûr de l’entreprise, un restaurant de cuisine asiatique.

Oui mais voilà, l’une des ses quatre-petites filles, Edda, a décidé de déposer le tablier et de faire médecine. Colère du grand-père qui ne voit là qu’un « projet absurde », révolte d’Edda et de ses sœurs qui se mettent aussi sec en grève et revendiquent en bloc la fin du couvre-feu le soir, la possibilité de sortir le week-end, l’arrêt des remarques sur leur apparence, sur leurs lectures, sur ce qu’elles regardent ou écoutent, les gens qu’elle fréquentent, et… surtout… elles veulent avoir dorénavant leur mot à dire sur le choix des études supérieures.

Ça fait beaucoup, beaucoup trop, pour le patriarche à tendance rigide et tyrannique. Le grand-père se braque. Les filles quittent le domicile familial bien décidées à s’émanciper…

__________________________________________________

l’interview complète de l’auteure ici

__________________________________________________

L’auteure de Baume du tigre, Lucie Quéméner, est née en 1998 d’un père breton et d’une mère chinoise. Si le récit n’est pas à proprement parler une autobiographie, il fait néanmoins écho à l’histoire de sa famille.

« J’ai voulu retranscrire dans ma BD mon expérience en temps que troisième génération d’une famille issue de l’immigration asiatique. J’ai créé un scénario de fiction dont la famille imaginaire aurait des problématiques s’inspirant de celles que j’ai ressenti dans ma propre famille: après le traumatisme de l’immigration et du racisme, les possibilité d’accomplissement personnel s’ouvrent de plus en plus au fur et à mesure des générations suivantes, et il faut alors savoir quoi faire de ce qui était un luxe pour nos parents ou nos grand-parents, et qui devient alors une responsabilité pour nous ». 

Même si le titre de l’album et le contexte familial ne laissent aucun doute sur les origines de cette famille, Lucie Quéméner aborde les thématiques de l’immigration, de l’intégration et de l’émancipation d’une façon plus large, plus universelle. En gommant déjà les clichés propres à l’identité chinoise, en essayant de « faire une histoire qui soit chinoise dans le fond et pas dans la forme. On devrait pouvoir écrire des fictions sur la culture chinoise sans qu’il y ait des motifs de dragons et des lampions dans chaque plan du décor, mais beaucoup de ce genre de décorum, souvent cliché, est utilisé dès qu’on évoque la Chine. C’est souvent quelque chose qui est évité dans les récits type « témoignage d’un Français en Chine », mais qui par essence portent un regard extérieur et étranger sur la culture du pays ou le vécu de ses habitants ».

256 pages en noir et blanc, un récit prenant, un dessin légèrement naïf, enfantin, mais séduisant, Baume du Tigre réunit toutes les conditions du succès. D’ailleurs, Lucie Quéméner est la très récente lauréate du premier Prix BD des étudiants de France Culture, prix qui récompense une bande-dessinée d’auteur émergent parue en langue française. « Les choses se sont un peu accélérées depuis ce prix, et passer de presque deux ans à travailler chez soi sans voir personne, à parler à la radio en direct, ça représente un changement assez déconcertant ! Mais ce prix est extrêmement encourageant bien sûr ».

Eric Guillaud

Baume du Tigre, de Lucie Quéméner. Delcourt. 23,95€

© Delcourt / Lucie Quéméner

Rencontre avec Lucie Quéméner, auteure de l’album Baume du tigre

Issue de la promotion Arthur de Pins de l’Académie Brassart Delcourt, Lucie Quéméner signe ici son premier roman graphique. Une histoire d’immigration, d’intégration et d’émancipation féminine au sein d’une famille d’origine chinoise. Interview…

© Vollermlo

Baume du Tigre n’est pas à proprement parler une autobiographie mais fait tout de même écho à l’histoire de ta famille. Plus précisément ?

J’ai voulu retranscrire dans ma BD mon expérience en temps que troisième génération d’une famille issue de l’immigration asiatique.
J’ai créé un scénario de fiction dont la famille imaginaire aurait des problématiques s’inspirant de celles que j’ai ressenti dans ma propre famille: après le traumatisme de l’immigration et du racisme, les possibilité d’accomplissement personnel s’ouvrent de plus en plus au fur et à mesure des générations suivantes, et il faut alors savoir quoi faire de ce qui était un luxe pour nos parents ou nos grand-parents, et qui devient alors une responsabilité pour nous.
J’ai construit cet album autour de ce thème et me suis appuyée sur les choses que j’ai pu vivre et observer pour mieux imaginer et écrire mon récit.

© Delcourt / Quéméner

Comment t’est venue l’idée de ce récit ?

J’avais depuis longtemps l’envie d’une histoire où les actions d’individus sont expliquées par les actions des générations qui leur précèdent. Avec l’idée d’un album dont le titre serait « Baume du tigre », j’ai pensé que parler de la culture chinoise, où la relation parent-enfant est si importante, serait un bon moyen de revenir sur une histoire multi-générationnelle. Le thème de l’immigration est venu ensuite logiquement.
L’idée d’une maison au bord de la mer, éloignée de tout, a fixé une trame pour le scénario, puisqu’elle induit intuitivement l’idée d’un cercle familial très isolé du reste de la société, renfermé sur lui-même, oppressant, mais aussi une idée de fuite pour aller vers la ville, et l’histoire s’est structurée autour de ça.

© Delcourt / Quéméner

Et quelle est son ambition ?

Là où on se représente la plupart des récits d’immigration comme racontant la traversée d’une frontière, j’avais envie de prendre cette idée à contre-pied et de faire un anti-récit de migrant, où l’intrigue démarrerait une fois que tout est réglé et que les personnages sont installés dans leur pays d’accueil.

Ensuite, j’ai aussi voulu essayer de faire une histoire qui soit chinoise dans le fond et pas dans la forme.
On devrait pouvoir écrire des fictions sur la culture chinoise sans qu’il y ait des motifs de dragons et des lampions dans chaque plan du décor, mais beaucoup de ce genre de décorum, souvent cliché, est utilisé dès qu’on évoque la Chine. C’est souvent quelque chose qui est évité dans les récits type « témoignage d’un Français en Chine », mais qui par essence portent un regard extérieur et étranger sur la culture du pays ou le vécu de ses habitants.
Bien sûr, toutes ces bandes dessinées contribuent à la richesse et à la variété de la production et sont donc importantes. Mais, parce que je ne l’ai pas vu évoquée si souvent, et surtout en BD, il m’a semblé d’autant plus important de parler de la culture chinoise à travers ses thèmes, en l’occurrence celui de l’immigration et la diaspora, la structure familiale chinoise traditionnelle, la conception de l’amour parental et filial, etc… sans faire appel à l’esthétique et au graphisme qu’on lui attribue souvent.

© Delcourt / Quéméner

Première BD et déjà un prix. Comment le vis-tu ? 

Les choses se sont un peu accélérées depuis ce prix, et passer de presque deux ans à travailler chez soi sans voir personne, à parler à la radio en direct, ça représente un changement assez déconcertant !
Mais ce prix est extrêmement encourageant bien sûr. Il l’est d’abord d’une manière très concrète, puisque qu’il a entraîné l’intérêt de la part de médias, de librairies, etc.. ce qui représente une avancée significative vers l’espoir de continuer à faire des bandes dessinées encore quelques temps. Il l’est aussi d’une manière plus émotionnelle, bien sûr, de savoir que ce qu’on a fait a été considéré comme digne d’intérêt, à la fois par des professionnels de la culture et des étudiants: Je suis particulièrement honorée de voir ma bd primée par un jury d’étudiants et donc de personnes de ma génération, à qui tout particulièrement j’espère pouvoir m’adresser avec pertinence. On espère toujours faire quelque chose qui parlera à nos pairs, donc je suis heureuse si ça a pu être le cas pour certains.

Propos recueillis par Eric Guillaud le 27 juin 2020

Retrouvez la chronique de l’album ici

30 Juin

Bloodshot rate son entrée au cinéma mais pas sa nouvelle BD

Le sort s’acharne sur l’écurie Valiant. Des années que le petit poucet de l’industrie comics US attendait SON adaptation cinématographique pour toucher le grand public et Bloodshot devait enfin ouvrir le bal. Sauf qu’un certain COVID 19 est passé par là et a tué l’idée dans l’œuf… Seule compensation, ce raté a été l’occasion de relancer une nouvelle série BD de ce super-soldat mi-homme mi-machine, dont le premier volume en français vient de paraître.

Des années de développement, plusieurs stars se bousculant pour reprendre le rôle-titre jusqu’à ce que Vin Diesel (Fast & Furious) emporte la mise, un réalisateur venu du monde des jeux vidéos… Bref, Bloodshot – Le Film aurait dû ouvrir une nouvelle ère pour Valiant. Sauf que le film est sorti… Â quelques jours seulement du confinement qui a mis le monde entier à l’arrêt. Moralité : il est resté mort-né et après seulement quelques jours d’exploitation en salles et quelques rares critiques pas très emballées, il est aujourd’hui sorti sans fanfare en VOD, condamné à rapidement disparaître de l’horizon.

Un tour du sort plutôt cruel, surtout lorsqu’on attaque la lecture de la nouvelle série BD du même nom qui devait accompagner le film. Ni vraiment reboot ni stricte continuité de la série précédente (Bloodshot Salvation), cette nouvelle aventure peut se lire de façon indépendante et permet surtout de remettre à jour deux ou trois détails essentiels. Notamment en mettant à sa tête un nouveau duo artistique, le scénariste Tim Seeley et surtout le dessinateur Brett Booth.

Alors oui, ce vrai-faux nouveau Bloodshot est, à l’image du film, beaucoup plus porté sur l’action et moins sur la psychologie. Quitte à tomber un chouia dans l’outrance… Il faut dire que ce personnage de super soldat virtuellement immortel dont le corps est sans cesse régénéré par des nanites, des sortes de microscopiques robots aux capacités illimitées permet tout. Quitte à faire subir à ce héros traqué par à peu près tout le monde les pires souffrances : en une petite centaine de pages, il est tour-à-tour criblé de balles, brûlé au dernier degré, découpé par une palle d’hélicoptère ou encore éparpillé façon puzzle par un bazooka et on en passe. Et à chaque fois, il se régénère, avec toujours (autre nouveauté ici) une petite blague caustique en bandoulière.

© Valiant – Bliss / Seeley, Booth, Corona, Dalhouse & Giorello

Or justement, avec son trait très dynamique et très années 90 qui rappelle parfois celui de Todd McFarlane (le créateur de Spawn) ainsi que son sens de la dynamique, Booth donne un sacré coup de fouet à ce personnage amateur de gros flingues qui, par le passé, n’avait pas toujours hélas été servi par un graphisme assez punchy. Quant à Seeley, en lançant à ses trousses une sorte d’agence gouvernementale secrète agissant pour ses propres intérêts, il reste fidèle à l’état d’esprit techno-thriller d’origine mais réussit à imprimer sa patte, moins mystique on va dire et plus portée sur l’action pure.

En bonus non négligeable, on retrouve dans ce premier tome en préambule une sorte de prologue sorti à l’occasion du ‘Free Comic Book Day’ l’année dernière aux Etats-Unis cruellement court (12 pages) mais servi par les dessins réalistes et classieux de Tomas Giorello, l’orfèvre argentin qui a complètement réinventé le Conan de chez Dark Horse.   

Moins cérébral donc mais toujours aussi paranoïaque et porté par des créateurs dont le style sied très bien à cette nouvelle donne, le héros le plus consensuel de l’écurie Valiant (ou encore celui au potentiel commercial le plus large on va dire) réussit ici à se réinventer dans la continuité on va dire. Film à succès ou pas…

Olivier Badin

Bloodshot – Tome 1 de Tim Seeley, Brett Booth, Adelso Corona, Andrew Dalhouse et Tomas Giorello. Valiant/Bliss. 15€

© Valiant – Bliss / Seeley, Booth, Corona, Dalhouse & Giorello

23 Juin

De Gaulle, La Cagoule, Seules à Berlin, Le banquier du reich, Algérie une guerre française… cinq BD qui nous parlent du XXe siècle

Certains nous prédisent la fin de l’histoire depuis des lustres. Qu’on se rassure, du côté du neuvième art, l’histoire avec un grand H est et sera encore longtemps la matière première des auteurs, une source d’inspiration inépuisable et un voyage sans fin pour les lecteurs. En mode biographie, documentaire ou fiction, ce genre littéraire se porte à merveille. La preuve avec cette sélection de livres sortis ces derniers mois…

On commence avec la très belle série De Gaulle dont le deuxième volet vient de sortir aux éditions Glénat. Quatre petits mois d’attente seulement pour retrouver ce grand personnage de l’histoire de France avec à la plume et aux pinceaux Mathieu Gabella (scénario), Frédérique Beau-Dufour (historienne), Christophe Regnault (Story-board) et Michaël Malatini (dessin). Le premier volet retraçait la période allant de la jeunesse de De Gaulle jusqu’à son départ pour Londres. On le retrouve ici au micro de la BBC le 18 juin 1940 lançant son célèbre appel à continuer le combat contre l’ennemi allemand. Ce deuxième volet s’achève avec la libération de Paris. Un dossier d’une petite dizaine de pages accompagne le récit et finit judicieusement de nous plonger dans cette époque sombre de l’histoire de France. Une très belle biographie prévue en trois volets, co-éditée par Glénat et Fayard dans la collection Ils ont fait l’histoire (De Gaulle tome 2, de Gabella, Renault, Malatini et Neau-Dufour. Glénat / Fayard. 14,50€).

Huit mois, trois tomes, une affaire rondement menée par Damour au dessin, Vincent Brugeas et Emmanuel Herzet au scénario. La Cagoule, comme son nom l’indique nous entraîne dans la France des années 30, celle du Front populaire, et bien sûr celle de La Cagoule, organisation secrète anti-républicaine, anti-communiste et anti-sémite fondée en 1936 par les anciens membres d’Action Française. Le récit, mélange de fiction et de réalité, se présente comme un polar autour de personnages ayant réellement existé, notamment le policier Pierre Mondanel ou les politiciens Marx Dormoy et Roger Salengro (La Cagoule, un fascisme à la française, de Brugeas et Herzet. 3 tomes. 14,95€ chaque).

Berlin, avril 1945. La ville n’est plus qu’un immense champ de ruine. Les derniers habitants sont prostrés dans les caves, il n’y a plus d’eau potable, plus d’électricité, plus de téléphone, plus de transports et plus de pain. Les enfants hurlent de faim, les adultes tremblent de peur. Et au milieu de tout ça, deux femmes, l’Allemande Ingrid et la Russe Evgeniya. La première a assisté impuissante à la chute de Berlin, la deuxième est arrivée avec l’armée soviétique, avec la mission de reconnaître les restes d’Hitler. Une rencontre improbable qui donnera naissance à une amitié sincère dépassant les clivages nés de la guerre. Un récit fort et poignant qui aborde une thématique inhabituelle en BD et ailleurs à travers ces deux femmes, le tout avec une mise en images de caractère. Magistral ! (Seules à Berlin, de Nicolas Juncker. Casterman. 25€)

On reste en Allemagne avec Le banquier du Reich, un récit de Pierre Boisserie et Philippe Guillaume au scénario, de Cyrille Ternon au dessin, qui retrace la vie d’Hjalmar Schacht. Considéré comme l’un des plus grands économistes de tous les temps, cet homme est connu pour avoir mis un terme à l’hyperinflation allemande de 1923, puis sorti l’Allemagne de la grande crise des années 1930 et surtout pesé sur le succès du régime nazi en devenant son ministre de l’économie. Personnage ambigüe qui fut arrêté et déporté après l’attentat manqué de juillet 1944 contre Hitler, Hjalmar Schacht fut acquitté, à tort pour beaucoup, lors de sa comparution devant le tribunal de Nuremberg. Une biographie solidement documentée prévue en deux tomes ! (Le banquier du Reich, de Boisserie, Guillaume et Ternon. Glénat. 14,50€)

D’une guerre à l’autre, la série d’Alfio Buscaglia et Philippe Richelle, dont le deuxième volet – sur les cinq prévus – est sorti en mars nous embarque dans l’Algérie des années 50 pour une fiction ancrée dans ce qu’on appelait à l’époque « les événements » le tout à travers les parcours de quatre personnages fictifs qui sont unis par les liens de l’enfance. Des histoires d’amour et de haine, d’amitié et de trahison sur fond d’opérations militaires, d’actes terroristes, d’exécutions sommaires et de tortures. Réaliste, documenté, couvrant toute la période depuis les prémices du conflit jusqu’à son épilogue, Algérie, une guerre française permet d’aborder cette période sombre de l’histoire de France tout en se divertissant. Une belle réussite ! (Algérie, une guerre française, Alfio Buscaglia et Philippe Richelle. Glénat. 14,50€)

Eric Guillaud 

17 Juin

Les naufragés de la Méduse : la double histoire d’un naufrage et d’un tableau racontée par Jean-Sébastien Bordas et Jean-Christophe Deveney

Pas de naufrage en vue pour l’album de Jean-Sébastien Bordas et Jean-Christophe Deveney, retardé pour faute de pandémie, le voici à  trôner magistralement dans les vitrines de toutes les bonnes librairies déconfinées. Et vous n’allez pas être déçus…

Pour réussir un tableau, faut-il tout connaitre de son sujet, comme le laisse supposer un des personnages de ce récit ? Peut-être. En tout cas, Théodore Géricault le concevait certainement ainsi. Pour Le radeau de la Méduse, le peintre a amassé une documentation conséquente sur le naufrage de la frégate, cherchant le moindre détail dans les archives disponibles ou à travers le témoignage des survivants. Au risque parfois de s’y perdre.

Réalisé entre 1818 et 1819, soit deux petites années seulement après le naufrage, Le radeau de la Méduse est une oeuvre majeure de la peinture française, une oeuvre imposante, hors norme, de par ses dimensions, près de 5 mètres sur 7, de par le retentissement qu’elle eut à l’époque dans la société, et finalement de par son influence sur l’évolution de la peinture.

Le Musée du Louvre qui a très vite accueilli le tableau résume parfaitement les déchirements nés autour de l’oeuvre. Quand certains y voyaient « un amas de cadavres » abject loin de ce que préconisait le classicisme, d’autres y décèlaient un manifeste libéral, une critique de l’ultra-royalisme, un tableau moderne, une oeuvre d’actualité.

De fait, Gérivault cherchait-il à rendre compte de l’horreur ou de l’héroïsme, voulait-il montrer les hommes de la Méduse comme des miraculés, des assassins, des monstres ou simplement comme des êtres humains plongés dans un contexte qui ne l’était pas ?

Alternant l’histoire de cette création picturale et celle de la tragédie maritime, passant de la solitude de l’artiste à celle des naufragés, Jean-Sébastien Bordas et Jean-Christophe Deveney nous offrent un récit au scénario intense et documenté avec une belle fluidité narrative, un dessin tout en finesse et une mise en couleurs d’une très grande légèreté. De quoi se laisser embarquer dans l’aventure… avec une bouée tout de même !

Eric Guillaud

Les naufragés de la Méduse, de Deveney et Bordas. Casterman. 26€

15 Juin

Jeannot, une bande dessinée de Carole Maurel et Loïc Clément sur le deuil d’un enfant

Perdre un enfant n’est pas dans l’ordre naturel des choses. C’est un drame sans nom pour les parents. Avec Jeannot, album paru aux éditions Delcourt, Carole Maurel et Loïc Clément abordent ce sujet délicat avec infiniment de finesse aussi bien dans le texte que dans le trait…

Parler de la mort n’est pas chose facile, parler de la mort d’un enfant encore moins, et en parler à des enfants peut relever du défi. Carole Maurel et Loïc Clément l’ont relevé avec succès. Jeannot est un bijou de sensibilité, d’humanité, de tendresse et de poésie, un ouvrage qui s’adresse à la jeunesse mais pas seulement nous explique la dessinatrice Carole Maurel.

« Il y a une certaine habilité côté scénario qui fait que l’album s’adresse aussi aux adultes même s’il est clairement ciblé enfant. Il y a deux portes d’accès possibles, deux niveaux de lecture qui sont intéressants. Par exemple, quand Jeannot communique avec les plantes, nous, adultes, pourrions le penser atteint de quelques troubles cognitifs. Les enfants, eux, y verront un pouvoir surnaturel, un super-pouvoir, même s’il s’avère être une malédiction pour Jeannot ».

La suite ici

11 Juin

Hope ou le roman noir allié aux forces occultes

Les ripoux, les starlettes, les vieux pervers cachés à la tête des studios, l’industrie du rêve qui vend du cauchemar, une cité des anges pourrie jusqu’à la moelle, le tout dans un noir et blanc poisseux, sublimé par les romans de Dashiel Hammett ou de Raymond Chandler, voici le terrain de jeu du ‘roman noir’ mais aussi de Hope de l’écurie 2000 AD publié aux Éditions Delcourt. Avec une (petite) pointe de magie noire en plus.

Voici donc une plongée dans le Los Angeles des années 40 dans laquelle on voit se débattre la sempiternelle figure du détective privé à la gueule cassée nommé Mallory Hope qui boit trop et ne dort pas assez. Et comme s’il n’avait pas déjà assez un sale gueule, le voilà qu’il commence cette aventure par un tabassage en règle. Une sale posture dont il réussit à s’échapper grâce à une pincée de magie noire…

Tiens, voilà justement ce qui était censé être le ‘plus’ de cette histoire, ce mélange a priori inédit entre uchronie (le tout se passe dans un Los Angeles de 1940 où la Deuxième Guerre Mondiale serait déjà terminée), polar et occulte. Un occulte aussi poisseux que malsain, bouffant ceux qui l’utilisent et qui porte le sceau du magazine anglais culte 2000 AD (Judge Dredd) dans lequel le tout a d’abord été publié il y a trois ans.

Or bizarrement, cet élément magique devient assez rapidement anecdotique, à part lorsque le personnage principal évoque avec morgue sa relation tordue avec l’espèce d’ange (ou démon ?) gardien que l’on voit sous la forme d’une nonne portant un éternel masque à gaz et qui ne le lâche pas d’une semelle. D’où vient-elle ? Quel est le pacte qu’il a conclu avec elle ? Qu’est-ce qui est vraiment arrivé à la femme et au fils de Hope qui ont tous les deux disparu sans laisser de traces ? Ces questions-là, les deux auteurs n’ont eu ni l’envie ni la place d’y répondre, se focalisant plutôt sur l’enquête visant à retrouver un enfant star porté, lui aussi, disparu et qui l’amènera, forcément, à entrevoir la (sale) poussière que l’on cache sous le tapis.

Alors lorsqu’il assume son goût pour les clichés du roman noir (femme fatale incluse), Hope est cynique et sans concession comme il faut, jusque dans ces cadrages nerveux et contrastés qui rappelleront aux plus érudits certains vieux classiques du cinéma de l’époque mais aussi le jeu vidéo Max Payne. Mais pour découvrir le ‘Philip Marlowe rencontrant l’exorciste’ tant attendu, il faudra par contre repasser. Ou on est alors prié d’attendre le second volume, prévu en VO pour Janvier prochain, surtout vu la relative brièveté (80 pages) de ce premier jet.

Olivier Badin

Hope de Guy Adams & Jimmy Broxton, Delcourt, 12,50 euros

© Delcourt / Guy Adams & Jimmy Broxton

10 Juin

Hors-Saison: une autobiographie de James Sturm sur fond de campagne présidentielle américaine

Alors que l’élection présidentielle américaine se rapproche à grand pas, James Sturm nous fait revivre la précédente campagne électorale à travers une autobiographie absolument passionnante…

Trump ou Biden ? On connaîtra le nom du prochain président des États-Unis en novembre ce cette année après une campagne qui promet d’être violente, aussi violente que la précédente. Souvenez-vous de Trump en 2016 promettant d’envoyer Hillary Clinton en prison pour une sombre histoire de messagerie privée qu’elle aurait utilisée pendant qu’elle était secrétaire d’état.

C’est justement sur cet épisode houleux que s’ouvre le récit de James Sturm. Impossible d’aller sur internet, d’allumer la radio ou la télévision sans en entendre parler. Mark, le personnage central de ce récit, ne le supporte plus comme il ne supporte plus cette campagne présidentielle. Au point de déprimer !

Mais il a bien d’autres raisons de déprimer. Mark vient de se séparer. Il y a encore quelques semaines, sa compagne Lise et lui-même soutenaient la candidature de Bernie Sanders. Mais depuis, Lise l’a quitté. Le voilà seul, face à ses deux enfants à gérer, face aussi à des problèmes d’argent, des problèmes de boulot et pour finir la dégradation brutale de la santé de sa mère. Cancer. De quoi péter un câble ! Et il le pète ce câble en saccageant un chantier sur lequel il travaillait et ne parvenait à se faire payer. Qui a dit que les emmerdes, ça vole toujours en escadrille ? Et pendant ce temps-là, la campagne présidentielle se poursuit…

Superbe récit anthropomorphique au format à l’italienne, deux cases par page, un peu plus de 200 pages et au bout du compte un récit vraiment touchant sur ces Américains moyens qui se démerdent comme ils peuvent face à une vie qui n’a rien de ce qu’on peut attendre du rêve américain.

Eric Guillaud

Hors-saison, de James Sturm. Delcourt. 24,95€

© Delcourt / Sturm

RSS