16 Fév

La Petite souriante : Quand le Belge Zidrou et le Nantais Springer signent un thriller à vous filer la chair d’autruche !

Capture d’écran 2018-02-10 à 17.25.49 Si vous êtes plutôt du genre à aimer les belles histoires d’amour, alors passez votre chemin, La Petite Souriante n’a rien à voir avec une histoire d’amour, encore moins avec une histoire d’amour qui finit bien, ici tout commence et finit de la même façon, par un bain de sang.

Josep Pla, dit Pep ou encore Pepino ne supporte plus sa femme. Sa décision est prise, il va la tuer. À grands coups de masse. Et jeter son corps au fond d’un puits au milieu de nulle part. Un plan machiavélique aussitôt imaginé, aussitôt réalisé !

Le temps de faire disparaître les traces de sang dans son pick-up et sur ses fringues et voilà note homme de retour au bercail. Une affaire rudement menée. Ça tombe bien, son élevage d’autruches le réclame. Oui mais voilà, en rentrant chez lui, Pep tombe nez à nez avec… sa femme, aussi vivante et détestable qu’avant. Un cauchemar !

Devra-t-il tout recommencer pour enfin s’en débarrasser et vivre l’amour qu’il mérite avec sa belle-fille, oui sa belle-fille, la fille de sa femme, enfin de son ex-femme, avec qui il a imaginé ce plan ? Réponse dans ce récit bâti comme un court métrage autour d’une idée scénaristique très forte. Après Le Beau voyage et L’Indivision, le tandem Zidrou – Springer nous offre un thriller qui fait froid dans le dos, trash et gore à souhait. Les planches de Benoît Springer, mises en couleurs par la talentueuse Séverine Lambour, ont tout pour maintenir le lecteur dans un cauchemar éveillé, on s’y croirait pour de vrai, attention aux éclaboussures !

Eric Guillaud

La Petite souriante, de Zidrou et Springer. Éditions Dupuis. 14,50€

© Dupuis / Zidrou & Springer

© Dupuis / Zidrou & Springer

14 Fév

Baddawi – une enfance palestinienne par Leila Abdelrazaq

STEINKIS_BADDAWI_COUV2.inddLes bandes dessinées évoquant la Palestine ne manquent pas. Nous le constations ici-même il y a encore quelques jours avec la sortie de l’album Vivre en terre occupée de José Pablo Garcia aux éditions La Boîte à bulles. Mais quand José Pablo Garcia ou Joe Sacco pour ne citer qu’eux offrent un regard extérieur sur la question, Leila Abdelrazaq apporte de son côté un témoignage de l’intérieur. Leila Abdelrazaq est américaine. Son livre Baddawi raconte l’enfance palestinienne de son père Ahmad…

Leila Abdelrazaq est née aux États-Unis mais elle n’a pas oublié, elle ne peut oublier, l’histoire de son père. Cependant, la bande dessinée Baddawi ne raconte pas sa seule histoire. Elle parle d’Handala, nous dit l’auteure en préambule. Handala est un personnage culte dans la culture arabe, une icône de la résistance palestinienne.

Leila explique : « Elle parle de mes cousins, de mes tantes et de mes oncles. De ceux qui ont été déplacés à de multiples reprises, contraints de quitter d’abord la Palestine, puis des pays comme le Koweït et la Syrie. Elle parle de cinq millions de personnes nées avec une vie marquée par l’exil et la persécution, privées de leur patrie pour une durée indéterminée ».

Et de raconter la jeunesse de son père dans un camp de réfugiés situé au nord du Liban, le camp Baddawi. Il y est né, y a vécu ses premières joies, ses premières peines, ses premières peurs, tenté d’oublier la guerre avec ses copains d’école et ses parents qui faisaient tout leur possible pour rester loin de la politique et ne pas s’attirer la foudre du gouvernement libanais. Mais la guerre, forcément les rattrapa et obligea la famille à déménager sur Beyrouth. Puis ce fut aussi la guerre à Beyrouth. Et le départ d’Ahmad pour les États-Unis…

La guerre, l’exil, le déracinement, la vie malgré tout… Baddawi nous parle d’une enfance de réfugié parmi d’autres avec beaucoup de sincérité, d’humanité et une touche de subjectivité, comme le souligne l’éditeur dans un avant-propos. Mais qui pourrait être complètement objectif au milieu de tant de violences et de douleurs ? Un témoignage forcément utile.

Eric Guillaud

Baddawi – Une enfance palestinienne, de Leila Abdelrazaq. Éditions Steinkis.18€

© Steinkis / Leila Abdelrazaq

© Steinkis / Leila Abdelrazaq

13 Fév

La Tomate : un récit d’anticipation signé Anne-Laure Reboul et Régis Penet

Capture d’écran 2018-02-11 à 16.13.17 Et si dans un proche avenir, nous ne disposions plus de la liberté élémentaire qui est de choisir ce que nous mangeons ? Et si le simple fait de faire pousser soi-même des tomates pouvait être considéré comme un crime d’état ? C’est ce qu’imagine La Tomate, un récit d’anticipation glaçant signé Régis Penet et Anne-Laure Reboul aux éditions Glénat…

L’héroïne de ce one-shot s’appelle Anne Bréjinski. Rien de prime abord d’une dangereuse terroriste, rien non plus d’une criminelle ou même d’une délinquante, plutôt une employée du genre irréprochable, accomplissant son travail au sein du service d’épuration d’objets avec sérieux et enthousiasme. Une employée modèle en somme jusqu’au jour où la jeune femme tombe sur un paquet de graines de tomates. À l’instar des livres, des œuvres d’art et « autres résidus » d’une époque révolue, Anna aurait dû détruire ces graines. Mais pour la première fois de sa carrière, la jeune femme ne peut s’y résoudre, allant même jusqu’à les planter dans un petit récipient, y ajouter un peu d’eau et enclencher un processus formellement interdit, considéré comme une menace pour la survie de la communauté. De quoi se retrouver vite fait bien fait devant un tribunal…

Avec La Tomate, Anne-Laure Reboul et Régis Penet imaginent une société futuriste totalement aseptisée et aux mains de puissantes multinationales, une vie sans art, sans amour, sans terre, sans magie, sans fruit et légumes, où l’eau est devenue le bien le plus précieux et l’homme une machine à surveiller que son voisin ne dévie pas, un monde qui a définitivement vendu son âme. Effrayant !

Eric Guillaud

La Tomate, de Anne-Laure Reboul et Régis Penet. Éditions Glénat. 19,50€

© Glénat / Reboul & Penet

© Glénat / Reboul & Penet

12 Fév

Insulaires – petites histoires de Groix : un recueil tout carré tout mignon signé Prosperi Buri

9782365353175La Bretagne est un pays de légendes, on le sait, on les connaît pour certaines. Mais là où nous emmène l’auteur Prosperi Buri avec cet album paru aux éditions Warum, les histoires qu’on y raconte on encore plus la saveur de l’océan et du mystère. C’est l’île de Groix, un petit bout de terre au large de Lorient…

C’est un gros caillou jeté dans la mer, un gros caillou où se bousculent aujourd’hui les touristes, du moins à la belle saison. Mais hier, Groix était une île de pêcheurs, et même un haut lieu de la pêche au thon pendant une cinquantaine d’années, un endroit où la vie était peut-être un peu plus rude qu’ailleurs. Pendant que les hommes embarquaient pour de longues campagnes de pêche, sans pouvoir remettre les pieds chez eux durant des mois, les femmes ramassaient les crustacés, faisaient sécher les bouses de vache sur le pignon des maisons pour en faire du combustible et s’occupaient des jeunes enfants qui parfois disparaissaient à la faveur d’une intervention mystérieuse.

Le Korrigez, c’est le nom de cette intervention mystérieuse que Prosperi Buri définit comme une sirène mangeuse d’enfants. Elle permettait aux femmes de se débarrasser d’une progéniture non désirée à une époque où l’avortement était interdit. Un petit tour en bord de mer, le bébé dans le couffin et hop… Quand la nature ne peut plus rien faire, les légendes prennent le relais !

C’est par cette légende justement que s’ouvre l’ouvrage de Prosperi Buri avant d’enchaîner sur une série de petites histoires qui proviennent des lectures de l’auteur, lui-même groisillon, et des anecdotes qu’on a pu lui rapporter. On y parle en vrac de la Compagnie des Indes, des Naufrageurs, du Docteur Galleux, de l’abbé Uzel, d’envahisseurs, des vieux qui sont restés sur l’île, des jeunes qui en sont partis, des touristes qui vont et viennent…Un livre de caractère pour les amoureux de la Bretagne, des atmosphères insulaires et des petites histoires savoureuses…

Eric Guillaud

Insulaires – Petites histoires de Groix, de Prosperi Buri. Editions Warum. 15€

11 Fév

Mickey Maltese : quand deux figures emblématiques de la bande dessinée mondiale fusionnent !

Couv_317573

D’un côté, Mickey, poids lourd de l’imaginaire américain, de l’autre Corto Maltese, figure incontournable de la bande dessinée européenne. Deux univers différents, à priori incompatibles, pourtant réunis aujourd’hui sur une même couverture grâce à une adaptation étonnante signée Cavazzano, Enna et Zemolin aux éditions Glénat…

Un catamaran en plein Pacifique, au loin un naufragé attaché sur un radeau… Ces quelques indications suffisent à vous dire que vous avez déjà lu ça quelque part ? Effectivement, c’est en tout point le début de La Ballade de la mer salée, la première aventure de Corto Maltese imaginée dans les années 60 par l’immense Hugo Pratt.

Mais n’y voyez pas là un affreux plagiat ou une banale parodie, il ne s’agit même pas d’un hommage précise l’éditeur, non La Ballade de la souris salée est une relecture de l’aventure maltesienne, une adaptation dans l’univers de Mickey. Une adaptation assez fidèle sur le plan de l’histoire avec en lieu et place des personnages imaginés par Hugo Pratt, ceux de Disney, Mickey en Corto, Pat Hibulaire en Raspoutine ou encore Minnie en Bouche Dorée.

Côté graphisme, rien à redire, Giorgio Cavazzano travaille depuis des lustres pour Disney, tout d’abord comme encreur pour Romano Scarpa, puis en animant ses propres histoires de Donald ou Mickey. Un très bel album au dos toilé rouge et au format qui laisse toute la place au dessin. De quoi s’offrir une belle ballade !

Eric Guillaud

Mickey Maltese, La Ballade de la souris salée, de Cavazzano, Zemolin et Enna. Éditions Glénat. 17€

© Glénat / Enna, Cavazzano & Zemolin

© Glénat / Enna, Cavazzano & Zemolin

 

10 Fév

Courtney Crumrin : les aventures de l’adolescente apprentie sorcière rééditées en intégrale

CouvCCInew-1Désormais, dès qu’on cite les mots ‘enfants’, ‘sorcellerie’ et ‘fantastique merveilleux’, les gens pensent automatiquement Harry Potter, comme si le héros de JK Rowling représentait sans voie de recours l’alpha et l’oméga de ce désormais genre littéraire à part entière. Autant dire que Ted Naifeh (qui signe ici le dessin et le scénario) marchait sur un terrain sacrément miné en créant en 2002 pour une petite boîte indé US le personnage de Courtney Crumrin…

Voici l’histoire d’une petite pré-ado ronchonne avec une barrette en forme de chauve-souris et des parents quasi-invisibles qui semblent limite ignorer son existence et de son emménagement chez son grand-oncle. Un être taciturne qui se révèle être un sorcier qui va petit-à-petit l’initier aux arts interdits. Alors d’accord, ce pitch a priori assez classique pourrait laisser croire que le tout est avant tout à destination d’ados boutonneux qui croient qu’un t-shirt de Marilyn Manson et une paire de Doc Martin font de toi un « gothique ». Sauf que cette série qui a finalement accouché de six albums et quelques spin-offs va bien plus loin que ça.

D’abord grâce au trait de Naifeh, qui rappelle parfois celui du grand Mike Mignola la créateur de ‘Hellboy’ avec lequel il partage un goût certain pour le clair-obscur et une imagerie jouant justement à fonds sur le flou qu’il peut parfois exister entre imagerie enfantine et cauchemar adulte. Si chez lui les enfants ont des têtes, et bien, d’enfants, les monstres sont vraiment effrayants et semblent tout droit sortis d’un film d’horreur.

Mais c’est surtout au niveau du scénario qu’il se détache car comme son héroïne, le lecteur bascule constamment entre le monde dit ‘réel’ et celui caché qui vit une fois le soleil couché. Un monde qui fait, aussi, beaucoup pensé à l’univers de Tim Burton et où les gobelins se promènent en liberté dans la forêt, les enfants kidnappés la nuit à l’insu de leurs parents (et remplacés par des changelings) avant d’être vendus à la criée et où l’homme moderne n’a pas du tout sa place. Un bestiaire hétéroclite mais jamais gnangnan plein de références à la littérature fantastique populaire mais où Courtney Crumrin trône, grande gueule attachante qui ne se laisse jamais vraiment désarçonner. Et puis d’ailleurs, dans ce monde où rien n’est vraiment ce que l’on croit qu’il est, les ‘grandes personnes’ comme on dit sont bien souvent plus cruelles et plus effrayantes que ces monstres pas toujours assoiffés de sang mais avec leur morale et leurs règles bien à eux.

Si la première traduction française était en noir et blanc, cette nouvelle intégrale en trois tomes (avec deux histoires par livre) sort cette fois-ci en couleurs mais adaptées, c’est-à-dire tirant souvent sur le bleu foncé ou le violet et ne trahissant jamais l’ambiance crépusculaire et mystérieuse qui s’en dégage. C’est surtout une belle séance de rattrapage pour cette BD qui n’est pas vraiment à destination des enfants, ni de ceux qui ont peur des choses qui se cachent sous leur lit, vous savez celles qui attendent que vous vous endormiez pour vous manger…

Olivier Badin

Courtney Crumrin de Ted Naifeh, trois tomes, Akileos. 19 euros

© Akileos / Courtney Crumrin de Ted Naifeh

© Akileos / Courtney Crumrin de Ted Naifeh

Collection Aire Libre : 30 ans au service de l’imaginaire

C’est bien évidemment une époque que les moins de 20 ans ne peuvent connaître. Une époque pourtant essentielle, un tournant dans l’histoire du neuvième art, une révolution aux éditions Dupuis. En 1988, naissait la collection Aire Libre, 30 ans de bonheurs graphiques salués par une exposition à Angoulême cette année…

© éric guillaud - exposition 30 ans d'Aire Libre à Angoulême (janvier 2018)

© éric guillaud – exposition 30 ans d’Aire Libre à Angoulême (janvier 2018)

Sur une proposition de Jean Van Hamme qui venait de prendre la direction générale des éditions Dupuis, elle aurait pu s’appeler Air Libre, elle s’appellera finalement  Aire Libre après l’intervention de Philippe Vandooren. Une lettre de différence mais une lettre essentielle, avec cette nouvelle collection, la bande dessinée allait pouvoir explorer de nouveaux territoires. On ne parle pas encore de romans graphiques mais ça y ressemble bougrement, une bande dessinée qui touche autant à la fiction qu’au documentaire, à l’autofiction qu’à l’autobiographie, au drame qu’à la comédie, des one-shots essentiellement, quelques courtes séries aussi.

Le premier album portant la griffe Aire Libre fut un album de Cosey auquel le festival international de la bande dessinée vient le consacrer une très belle exposition. Le Voyage en Italie, publié en 1988 en deux volumes, réédité ultérieurement en monovolume, donne le ton d’une bande dessinée qui s’adresse en priorité aux adultes, une bande dessinée qui ouvre assurément en 30 ans et quelque 200 albums de nouveaux horizons graphiques et narratifs.

Avec Orchidea (1990), Saïgon-Hanoï (1992), Joyeux Noël, May! (1995), ou encore Le Bouddha d’Azur (2005), Cosey s’affirme comme l’un des piliers de la collection mais il ne sera pas le seul bien évidemment. Très vite le rejoignent Tome et Berthet pour le bouleversant Sur la route de Selma, Blain et son Réducteur de vitesse, Lax et Blier avec Amère patrie, Emmanuel Guibert avec Le Photographe, ou encore Cabanes, Davodeau, David B, Nicolas de Crécy, Jean-Claude Denis, Gibrat, Hermann… sans oublier en ce début d’année 2018 Yves Sente et Steve Cuzor avec cette histoire de guerre pas comme les autres, Cinq Branches de coton noir, qui a enthousiasmé le public et la presse dans un même élan et vient confirmer la collection Aire Libre dans son rôle de révélateur de talents pour les 30 prochaines années.

Eric Guillaud

31 Jan

Bleu amer : Des îles, des hommes et la guerre, une histoire de Sylvère Denné et Sophie Ladame

Bleu-amerSuzanne ne sourit plus. Est-ce l’effet de la guerre ? De la morne vie sur les îles Chausey ? Ou de son désamour pour Pierre, son mari ? Non, Suzanne ne sourit plus mais l’arrivée d’un étranger pourrait bien tout changer…

Nous sommes au printemps 1944. L’Allemagne s’attend à un débarquement des forces alliées, plutôt dans le nord de la France. En attendant, elle renforce ses positions un peu partout, un peu partout sauf sur les îles Chausey qu’elle a toujours considérées comme ne présentant aucun intérêt militaire stratégique. De fait, seule une patrouille y effectue régulièrement une visite. De la guerre, les insulaires n’en voient pas grand chose. Certains se sont engagés dans un sens ou dans l’autre, beaucoup ont choisi le quotidien, la pêche des bleus par exemple, comprenez des homards. C’est le travail de Pierre.

Entre lui et sa femme, Suzanne, ça ne va plus guère. Alors il boit et elle perd son sourire. Jusqu’au jour ou Pierre découvre un parachutiste américain gisant sur les rochers. Il le ramène chez lui, Suzanne le soigne. Mais sur l’île, son acte ne fait pas l’unanimité. Les gens ont peur de la réaction des Allemands. Alors la question se pose : faut-il prendre le risque de le cacher ou le livrer aux Allemands ? Faut-il résister ou collaborer ? Protéger sa vie et celle de ses proches ou celle de ces héros venus de loin risquer la leur pour défendre une certaine idée de la liberté ?

Bleu Amer est le premier album BD des Bretons Sylvère Denné et Sophie Ladame. Des dialogues qui vont à l’essentiel, un dessin esquissé façon carnet de voyage sur un papier kraft marron relevé de la seule couleur bleue, et au final des atmosphères intimes qui nous plongent immédiatement dans la vie de ce petit coin de Normandie qui se croyait oublié de la guerre et de ses tourments. Un très très beau bouquin, une très belle histoire, et deux auteurs à surveiller de près.

Eric Guillaud

Bleu amer, de Sylvère Denné et Sophie Ladame. Editions La Boîte à bulles. 19€

© La Boîte à bulles / Donné & Madame

© La Boîte à bulles / Donné & Madame

30 Jan

Tetris – Jouer le jeu, l’histoire d’une création qui a changé la face du monde des jeux vidéos, racontée par l’Américain Box Brown

On a tous joué un jour ou l’autre à Tetris, à en devenir parfois complètement dingos. Le livre de l’Américain Box Brown nous entraîne dans les arcanes de sa création. Enjeux financiers, politiques, batailles juridiques, tractations secrètes, le tout sur fond de guerre froide, Tetris – Jouer le jeu est bien plus qu’une BD documentaire sur l’un des jeux les plus populaires au monde, c’est un drôle de témoignage sur une période récente de notre histoire. Attention, sa lecture pourrait elle-aussi devenir addictive…

© éric guillaud

© éric guillaud – Box Brown

Pour tout vous dire, j’ai croisé l’auteur à Angoulême il y a quelques jours, un gars apparemment jovial prêt à dégainer le pinceau pour dédicacer. J’aurais pu l’interviewer, comme me le suggérait l’attachée de presse des éditions La Pastèque mais je n’avais pas encore lu son album. Alors, je l’ai photographié, sa bonhomie s’y prêtait bien, en me disant que si je chroniquais à l’avenir un de ses bouquins, au moins j’aurais sa trogne à vous montrer.

Et puis en revenant d’Angoulême, forcément épuisé, je tombe sur son livre resté sur mon bureau. Je le lis d’une traite. Son nom ? Tetris – Jouer le jeu. Tetris comme le jeu vidéo car oui c’est bien de lui dont il s’agit ici. Box Brown reprend tout au début, il remonte même à l’époque préhistorique où il a cru déceler le début des jeux dans les peintures rupestres. Tout ça pour vous dire que le gars est un pointu dans le domaine et un mordu, car non seulement il est auteur de BD, éditeur à ses heures, mais aussi joueur invétéré de jeux vidéos. Il l’avoue dans ce livre et remercie au passage sa famille de supporter cette passion qu’on imagine chronophage.

9782897770143Et de nous raconter comment un certain Alekseï Pajitnov, ingénieur informatique de profession, russe de nationalité, a inventé et développé ce jeu au début des années 80 sur son temps libre, avant de le partager avec ses proches puis des moins proches, puis au delà, jusqu’à ce que le verdict tombe : ce jeu rendait totalement addicts tous ceux qui y touchaient. C’était dés lors une certitude, Tertris allait traverser le rideau de fer et conquérir le reste de la planète. Une véritable success-story (plus de 170 millions d’exemplaires vendus) mais une succès-story qui eut aussi sa part d’ombre. Devant une affaire qui s’annonce pour le moins juteuse, les requins montrent leurs dents et les enjeux dépassent vite la volonté initiale et ludique de l’inventeur. 

Faut-il être un mordu des jeux vidéos et notamment de Tetris pour apprécier l’album ? Non, je ne le suis moi-même absolument pas. Le récit de Box Brown est certes minutieux, détaillé, documenté, mais jamais rébarbatif. Ses planches en bichromie et son trait enfantin et épuré apportent un peu de légèreté au propos. Une oeuvre originale !

Eric Guillaud

Tetris – Jouer le jeu, de Box Brown. Editions La Pastèque. 19€

28 Jan

Le Couteau dans l’arbre : La 26e aventure de Jérôme K. Jérôme Bloche

9782800170985Il devait partir pour un week-end en amoureux à Venise avec sa douce et tendre Babette mais il n’ira pas. Ou plus exactement, ils n’iront pas. Alors forcément Babette est un peu furax mais c’est pour la bonne cause. La fille du patron de l’oncle de Jérôme a disparu et il faut bien quelqu’un pour la retrouver…

« Babette, j’ai une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne, c’est qu’on peut se faire rembourser nos réservations en ligne pour Venise ». La suite, on la devine. Il n’est pas fier notre Jérôme mais quand même il ne peut décemment pas jouer au touriste moyen alors qu’une gamine de 11 ans a disparu !

Direction Bergues, charmante bourgade du département du Nord où son oncle, sa tante et sa grand-mère l’accueillent chaleureusement, enfin les accueillent puisque Babette a suivi le mouvement. Mais l’heure n’est pas aux palabres. Il faut retrouver la gamine et l’affaire ne s’annonce pas aussi simple qu’il y paraissait au départ. La fugue pressentie un moment n’en serait pas une…

Bon, vous pouvez me dire ce que vous voulez sur cette série créée par Dodier il y a maintenant 36 ans, mon idée est faite depuis longtemps. Jérôme K. Jérôme Bloche est un personnage unique dans le monde du neuvième art, un être de papier délicieusement attachant, humain, sensible, peut-être un peu lunaire, un détective privé qui n’aime pas les intrigues mais adore les résoudre. Pas de courses poursuites tonitruantes, pas de gros calibres, pas de grosses Chevrolets, pas d’héroïnes aux super-pouvoirs ou à la poitrine surdimensionnée, non, les aventures de notre Jérôme national, son créateur est belge mais bon, sont toujours proches de nous, jamais loins de nos préoccupations, en tout cas à portée de solex, son moyen de transport préféré, même si, pour les besoins du scénario, il a dû cette fois troquer son fameux Solex pour une authentique Motobecane équipée biplace. Le quotidien, toujours le quotidien…

Coté narration et graphisme, c’est du Dodier, du grand Dodier, pas de mauvaises surprises, l’ensemble est cohérent, maîtrisé jusqu’aux couleurs toujours douces malgré le propos parfois un peu plus grave.
Eric Guillaud

Le Couteau dans l’arbre, Jérôme K. Jérôme Bloche (tome 26), de Dodier. Éditions Dupuis. 12€

© Dupuis / Dodier

© Dupuis / Dodier

RSS