02 Fév

Saison des Roses : histoire d’une meuf qui a le seum signée Chloé Wary (Fauve Prix du Public France Télévisions 2020 à Angoulême)

On parle beaucoup ces derniers temps de la bonne santé de la bande dessinée. Parmi les explications avancées, certains voient là le résultat d’un art, qui peut-être plus que tout autre aujourd’hui, offre un reflet fidèle et critique de la société. Saison des Roses, tout juste couronné du Fauve Prix du Public France Télévisions en est peut-être l’un des plus récents et des plus beaux exemples. Un regard lucide et militant sur la condition féminine…

Elle a le seum Barbara. Énervée grave. Et il y a de quoi. Son équipe de foot, Les Roses de Rosigny, vient d’apprendre qu’elle ne participera pas cette année au championnat. Faute d’argent. ou plus exactement faute de suffisamment d’argent. Car, pour l’équipe de garçons, pas de souci.

« Le club doit mettre à dispo tout le soutien financier nécessaire pour leur donner toutes leurs chances de gagner. On doit miser sur eux, ils sont l’avenir du club »

Chantal, la présidente du club en a décidé ainsi. Et tant pis si  les filles se démènent cette année-là pour monter en nationale, et tant pis si elles jouent mieux que leurs homologues masculins.

© Chloé Wary / FLBLB

Barbara est abattue. Pas longtemps ! « Des fois, je me dis que ce serait plus simple si j’avais des couilles ». Des couilles, Barbara va en trouver, pour se relever et refuser la fatalité. Elle va se battre, elle et ses coéquipières, provoquer un duel -footballistique- avec l’équipe des garçons, montrer que la détermination et le talent n’ont pas sexe.

Du talent, la jeune auteure Chloé Wary n’en manque pas non plus. Née en 1995 en banlieue parisienne, elle découvre la bande dessinée à la MJC de Chilly-Mazarin. Elle intègre plus tard une section Illustration du lycée Renoir à Paris. Son projet de fin d’études est une fiction sur les femmes d’Arabie Saoudite qui se battent pour une plus grande liberté, dont celle de conduire une voiture. Il est publié en 2017 aux éditions Steinkis sous le nom Conduite interdite.

© Chloé Wary / FLBLB

Dans ce deuxième récit, baptisé Saison des Roses, Chloé se rapproche de son monde, de sa banlieue et de sa passion : le football. Inscrite dans la section féminine de Wissous, créée après la dissolution de l’équipe féminine de Longjumeau, elle participe activement à la vie du club. L’histoire et les personnages de son récit sont inspirés de son expérience.

© Chloé Wary / FLBLB

Comme elle l’a déjà fait dans Conduite interdite, Chloé s’interroge ici, nous interroge tous, sur la place des femmes dans une société où il n’est pas encore bon de faire de l’ombre aux hommes. Une démarche profondément féministe et en même temps un récit qui parle d’amour, de passion, de vie quotidienne en banlieue, avec un trait faussement naïf, faussement maladroit, souple et dynamique qui colle bien à l’histoire, bref un récit inscrit dans son temps qui méritait bien la reconnaissance du public. C’est chose faite avec ce Fauve Prix du Public France Télévisions attribué à la jeune auteure ce 1er février à Angoulême.

Eric Guillaud

Saison des Roses, de Chloé Wary. FLBLB. 23€