15 Déc

Tales from the Crypt et The Haunt of Fear, l’esprit pionnier de la BD d’horreur underground des années 50, de nouveau traduits en français

CouvTalesCrypt-1-818x1024Comme (trop) souvent en France, il nous a fallu du temps – oh rien du tout, cinquante ans – pour enfin voir toute une pan de la culture ‘pulps’ traduite dans la langue de Molière. Mine de rien, bien que souvent vendu à l’origine dans des gares pour une modique somme et à destination avant tout d’un jeune public facilement impressionnable, ces courts récits de fantastique ou d’horreur tenant en général sur moins de dix pages ont véritablement façonné une bonne partie de la culture populaire américaine et fait flamber l’imagination de futurs réalisateurs comme Steven Spielberg ou George Lucas. Et accessoirement, ce fut en son temps une industrie florissante, pleine de titres éphémères mais aussi d’autres devenus ‘cultes’ par la suite.

Tales From The Crypts – d’abord intitulé The Crypts of terror avant de changer de nom – est l’une des plus connues mais avant tout à cause de son adaptation télévisuelle à la toute fin des années 80. Bizarrement, la série originelle de comics a été, elle, pendant longtemps oubliée, pas aidée certes par sa disparition prématurée en 1955. Mais après Les Humanoïdes Associés en 1983 puis Albin Michel à la fin des 90’s, c’st depuis 2012 au tour d’Akileos de reprendre le flambeau, avec une anthologie par an de vingt-quatre histoires chacun, avec quatre à ce jour. Même si on aurait aimé un petit top récapitulatif sur le contexte et qui se cachait derrière ces histoires macabres, le premier tome est d’une sobriété exemplaires en reprenant de façon chronologique la saga. On (re)découvre par exemple que le gimmick d’avoir une sorte d’hôte maléfique introduisant chaque histoire – au choix, une ‘ vieille sorcière’, ‘le gardien de la crypte’ ou ‘gardien du caveau’ – n’est apparu au bout de quelques numéros…CouvHauntOfFear-1-370x370

Difficile de ne pas établir l’inévitable parallèle avec un autre poids lourd du style, justement réhabilité aussi depuis peu par les éditions Delirium : Eerie et Creepy. Or autant ces derniers, certes parus qinze ans plus tard, étaient très graphiques et transgressifs, autant Tales From The Crypt et son cousin pas si éloigné The Haunt of Fear (qui est lui aussi réédité chez Akileos) paraissent d’abord bien plus sages et policés. Il faut dire qu’on est encore dans l’Amérique très puritaine de la première moitié des années 50 : les femmes se marient et restent au foyer, les hommes se doivent d’être respectables et de fumer la pipe et la violence ne doit jamais apparaître ouvertement mais rester avant tout subjective. Les morts se passent toujours hors champ, les cadavres traînent hors cadres. Or justement, même si pour le néophyte le tout paraîtra d’abord désespérément amidonné et politiquement correct, tout l’intérêt pour le lecteur du XXIe siècle est de lire entre les lignes et de deviner ce que certains de ces dessinateurs devenus mythiques depuis (comme Al Feldtsein, le futur rédacteur-en-chef de Mad Magazine) suggèrent d’une façon insidieuse. Ce qui au final rend peut-être l’ensemble encore plus subversif…

 noter qu’en plus de ces deux titres plus axés ‘horreur’ et ‘fantastique’, Akileos a aussi décidé de ressusciter d’autres classiques du catalogue EC COMICS, dont Shock/Crime SuspenStories (policier), Frontline Combat (aviation) ou Two-Fisted Tales (guerre).

Olivier Badin

Tales from the Crypt (4 volumes) et The Haunt of Fear (2 volumes), Akileos, 27€

01 Déc

Angoulême : le ligérien Olivier Josso Hamel dans la sélection officielle du festival international de la bande dessinée

Chaque année à pareille époque, le festival international de la BD d’Angoulême dévoile la sélection officielle des albums qui concourront dans les différentes catégories de prix. 45 albums dont celui d’Olivier Josso Hamel, le deuxième tome de « Au travail », figurent dans la sélection 2018.

IMG_1492

La suite ici.. 

Les damnés de la Commune : Raphaël Meyssan raconte l’histoire du communard Lavalette à travers d’authentiques gravures de l’époque

Les-Damnes-de-la-Commune-01C’est un boulot de titan, un boulot de dingue. Un boulot de dingue mais un résultat saisissant, impressionnant ! Dans Les Damnées de la Commune, Raphaël Meyssan raconte l’histoire d’un communard dont on a oublié jusqu’à l’existence dans une BD exclusivement réalisée avec des gravures de l’époque…

Tout est parti, nous explique l’auteur-narrateur dans les premières pages de l’album, d’une étrange découverte à la bibliothèque historique de Paris. Dans un livre ancien, une adresse, 6 rue Lesage, la sienne précisément. Et un nom, Charles Lavalette, sergent du 159e bataillon pendant le siège de Paris, promu commandant par la Commune, un gars qui semble avoir compté à époque mais qu’on a complètement oublié, comme tant d’autres, aujourd’hui.

« Il y a avait dans mon immeuble, dans mon quartier si éloigné du centre de la cité, une histoire. Une toute petite histoire, effacée par le temps. Celle d’un homme inconnu enfouie dans une histoire méconnue : la Commune de Paris de 1871 ».

Piqué par la curiosité, Raphaël Meyssan plonge dans les archives papier, consulte des journaux, des centaines de journaux, et des gravures. Pendant des mois, des années, il cherche, trie, engrange, jusqu’à se demander quoi en faire ?

« Je suis parti à sa recherche comme on part en voyage. J’ai bourlingué dans le temps , parcouru les rues pour retrouver sa trace, arpenté des livres pour rattraper sa vie. Au milieu des archives, j’ai cherché son histoire « 

Son histoire, il l’a raconte finalement en BD mais d’une façon peu orthodoxe. Il faut préciser que Raphaël Meyssan ne sait absolument pas dessiner. Alors, son regard, son pinceau, son trait, il les trouvera dans les gravures de l’époque qu’il scanne, avant de recadrer, grossir, retourner, mettre en cases et ajouter le texte, exactement comme dans une bande dessinée classique.

Et il nous raconte ainsi l’histoire de cet homme, Lavalette, mais aussi et surtout l’histoire de la Commune, la République assiégée, l’insurrection du 31 octobre, le siège de Paris, la faim, le froid, la mort, le lait coupé à l’eau ou au plâtre, les animaux du zoo du Jardin des plantes qu’on abat pour avoir un peu de viande, Gustave Flourens, Auguste Blanqui, Jules Ferry…. des noms illustres à côté de celui du sien, Lavalette.

C’est un travail extraordinaire que Raphaël Meyssan a réalisé ici. Il ne sait pas dessiner, comme il le reconnaît très librement, mais il sait manifestement raconter une histoire. Il aurait pu le faire avec les dessins d’un autre, il a préféré le faire avec des gravures authentiques de l’époque. Ce qui donne un caractère incroyable à l’album et permet une immersion totale du lecteur dans le décor de ces années troubles. un récit solidement bâti, un texte éloquent, une démarche singulière… Un album qui restera gravé dans nos mémoires.

Eric Guillaud

Les damnés de la Commune, de Raphaël Meyssan. Éditions Delcourt. 23,95€

 © Delcourt / Meyssan

© Delcourt / Meyssan

08 Nov

L’Écorce des choses : Cécile Bidault nous plonge avec émotion et pédagogie dans le quotidien d’une enfant sourde des années 70

Habituellement, les bandes dessinées muettes répondent à une recherche stylistique, l’album de Cécile Bidault paru aux éditons Warum? l’est par la force des choses, son personnage principal, une petite fille, est sourde et muette…

IMG_1412

Pas de bulles ou tout au moins des bulles blanches, vides, figurant les paroles échangées entre son père et sa mère qu’elle ne peut entendre. La petite fille de ce récit souffre de surdité sévère. Pas de bulles mais quelques mots tout de même de cette petite fille, et narratrice, en ouverture de l’album pour nous planter le décor. « Je n’ai jamais pu entendre. Quand j’avais neuf ans, mes parents ont déménagé à la campagne… ». Voilà pour l’essentiel!

C’est à ce moment précis du déménagement que l’histoire commence. Nous sommes en été, la petite fille, déjà isolée par son handicap, se retrouve sans repères, dans une nouvelle maison, un nouvel environnement, coincé entre une mère désemparée et un père au mieux maladroit, tentant de lui faire prononcer des lettres de l’alphabet, au pire complètement absent.

 © Warum? / Bidault

© Warum? / Bidault

Peu à peu, la petite fille explore sa nouvelle maison, le grenier tout d’abord où elle découvre un vieux poste radio qu’elle allume et serre contre sa poitrine pour ressentir les vibrations. Le jardin ensuite et ses alentours. C’est là qu’elle croise un jeune garçon qui va devenir son copain de jeu et partager son quotidien. Les saisons passent ainsi, les  bons moments, les mauvais aussi…

Elle voit qu’il se se dit des choses importantes autour d’elle, à la télévision, chez elle quand son père et sa mère se disputent, mais elle ne peut comprendre. Pire, elle ne peut intervenir.

Et la langue des signes me direz-vous ? Oui bien sûr, sauf que l’histoire se déroule dans les années 70 et que, comme nous le rappelle un bref historique placé à la fin de l’album, la langue des signes était interdite jusqu’en 1976 et qu’il faut attendre 1991 pour que la loi Fabius autorise son enseignement aux enfants sourds. Ça peut paraître dingue aujourd’hui mais c’est la réalité.

Le parti pris d’une bande dessinée muette place de fait le lecteur dans la peau et la tête de la petite fille. Alors forcément, le récit est troublant, riche en émotions, il est surtout très pédagogique. C’est « une invitations à la tolérance, au respect des différences et à l’ouverture aux autres… », écrit en préface Élodie Hemery, Directeur de l’institut national de jeunes sourds de Paris. Et on pourrait ajouter : sans être ennuyeux une seconde. Car L’Écorce des choses est avant tout un récit qui se lit comme une fiction, une très belle fiction, à la narration subtile et au graphisme délicat ! Lu et adoré.

Eric Guillaud

L’Écorce des choses, de Cécile Bidault. Éditions Warum?. 20€

 © Warum? / Bidault

© Warum? / Bidault

07 Nov

Elric : une nouvelle adaptation épique et grandiose chez Glénat

elric couvElric : enfin une adaptation à la hauteur de la légende de l’heroic fantasy, quarante-cinq ans après le premier coup de maître de Philippe Druillet

On va dire que c’est la faute de cette adaptation en jeu de rôles dans les années 80 qui lui a fait autant de bien que de mal au final. Du bien parce qu’elle a permis de populariser le personnage le plus flamboyant sorti de l’imagination pourtant luxuriante de l’auteur anglais d’heroic-fantasy Michael Moorcock. Mais du mal aussi parce qu’il a perdu au passage une partie de sa superbe car alors trop résumé à ses quelques traits les plus marquants et donc un chouia caricaturé. Car Elric de Melniboné n’est ni un héros ni un chevalier servant sur son blanc destrier mais bien un monarque sadique et égoïste que l’on pourrait plus rapprocher à la limite d’un Vlad Tepes et toute la force de cette nouvelle adaptation bédé est, justement, de lui rendre enfin justice.

 © Glénat / Blondel, Poli, Recht & Bastide

© Glénat / Blondel, Poli, Recht & Bastide

C’est loin d’être la première mais ce n’est pas pour rien que l’affiliation graphique avec Philippe Druillet – qui le premier tenta sa chance en 1971 en collaboration directe avec Moorcock – saute aux yeux d’entrée ici. Dès les premières planches du Trône du Rubis, on est propulsé dans un monde noir, acéré de partout, violent et sans pitié au bestiaire démoniaque, celui des Ménilbonéens, race aristocratique régnant sans pitié sur le monde mais en pleine décadence. Albinos et malade mais aussi cruel et raffiné, leur souverain Elric est malgré tout trahi par son ambitieux cousin Yrkoon. Pour se venger, il vend son âme à Arioch le Dieu du Chaos qui lie alors son destin à Stormbringer, épée magique et insatiable buveuse d’âme qui demande toujours de tueries et qui entraînera sa perte. Loin, très loin de l’univers limite Bisounours en comparaison d’un Seigneur des Anneaux ou même d’un Conan, ici on vit et on meurt au gré des désirs des rois et des dieux, sans justice ni pitié…

 © Glénat / Blondel, Poli, Recht & Bastide

© Glénat / Blondel, Poli, Recht & Bastide

Ils s’y sont pris à trois pour arriver à ce résultat – quatre si l’on compte le scénariste Julien Blondel – mais il est assez bluffant car épique et grandiose à la fois. Si de nombreuses pleines pages accentuent le souffle et la noirceur qui s’en dégagent, c’est bien le refus des auteurs de sombrer dans le manichéisme et leur façon assez subtile de tour à tour sublimer leur héros avant de le jeter dans des abîmes de doutes et de souffrances qui donne toute sa force au récit. Il y a toujours eu quelque chose de très Shakespearien chez ce personnage, notamment son côté maudit, et c’est la première fois où il transpire autant. Même s’ils se sont permis quelques libertés par rapport aux originaux (les fans doivent s’attendre à une belle surprise à la fin du tome 3), ils finissent quand même par sublimer l’œuvre de Moorcock plutôt que de la dénaturer, redonnant à Elric toute sa profondeur et sa complexité. Attendu pour le printemps prochain, le quatrième et dernier tome devrait donc être dantesque !

Olivier Badin

Elric 1. Le Trône de Rubis, 2. Stormbringer et 3. Le Loup Blanc, Glénat BD, 14,95 €

21 Oct

Intégrales Dupuis : un dernier Bizu et un premier Crannibales au menu d’octobre

Les intégrales s’enchaînent à la vitesse de la lumière chez Dupuis. Tous les grands héros de la prestigieuse maison d’édition auront bientôt leur intégrale. Pour Bizu de Fournier, c’est fait. Pour les Crannibales de Fournier et de Zidrou, ça commence…IMG_1317

Amis de la poésie et de l’humour bonjour, le Breton Jean-Claude Fournier est doublement à l’honneur ce mois-ci avec deux intégrales qui portent sa griffe, deux intégrales aux univers pourtant très différents.

Bizu tout d’abord, le troisième et ultime volume de l’intégrale consacré au lutin de Brocéliande propose ses dernières aventures, Le chevalier Potage, Le trio Jabadao, La croisière fantôme et La Houle aux loups.

Créé en 1967 pour le journal Spirou, le personnage de Bizu vit d’abord des récits plus ou moins courts et publiés de façon plutôt sporadique. Il faut dire que Jean-Claude Fournier reçoit dès 1970 et pour une décennie la lourde charge d’animer les aventures de Spirou et Fantasio. Jusqu’à ce qu’il en soit écarté de façon peu charitable.

« Coup de chance… », nous précise Martin Zeller, auteur du dossier introduisant cette nouvelle intégrale, « depuis vingt ans que Fournier s’amuse en amateur avec Bizu, il a eu le temps de développer un univers, des personnages, des relations, une langue et un graphisme cohérents qui n’appartiennent qu’à ce petit bout imaginaire de Brocéliande ». Jean-Claude Fournier reprend alors les aventures de cranibales01son personnage et publie les premiers albums chez Fleurus avant de retourner chez Dupuis pour quatre nouveaux titres parus entre 1990 et 1994, ceux-là même aujourd’hui réunis dans cette intégrale. Des aventures poétiques, féériques et bretonnantes ! (Intégrale tome 3, 28€)

Brochette de pompiers flambées à l’armagnac, fricassée de malfrats, cassolette de caissière à la provençale ou encore papillotes d’orteils sauce fromage… on change de style, on oublie la poésie – quoique! – pour l’humour gastronomique et cannibale avec Les Crannibales, une série imaginée par Zidrou ET encore une fois Fournier qui signe ici le dessin dans un style qu’on ne lui connaissait pas.

Si les lecteurs du journal se rappellent encore de l’apparition des personnages dans les pages du journal Spirou en 1995, ils se souviennent aussi de la publication de leurs aventures en album avec ce premier tome goulument intitulé À Table! auquel il manquait un morceau de couverture, un album mordu pour des histoires mordantes, rien de plus logique. Suivront assez rapidement On mange qui, ce soir ?, Pour qui sonne le gras ? et L’aile ou la cuisse ? tous repris dans cette intégrale épicée à consommer sans modération. (Intégrale tome 1, 28)

Eric Guillaud

17 Oct

Les folles aventures de Spirou contées par les Nantais Yoann et Vehlmann

Il y a d’un côté les mythiques aventures de Spirou et Fantasio immortalisées en album, il y a aussi quantité d’histoires courtes spécialement écrites pour le journal Spirou qu’on pourrait imaginer perdues pour l’éternité. Pas toujours heureusement !

IMG_1314

Il y a d’un côté les mythiques aventures de Spirou et Fantasio immortalisées en album, il y a aussi quantité d’histoires courtes spécialement écrites pour le journal Spirou qu’on pourrait imaginer perdues pour l’éternité. Pas toujours heureusement !

La suite ici

11 Oct

Les super héros oubliés d’avant-guerre de Centaur Publishing reviennent à la vie grâce à une poignée de fans français et grâce aussi à Jean-Michel Ferragatti

CouvertureLa forte popularité des pulps dans l’avant-guerre de Roosevelt et l’arrivée des premiers super-héros ont suscité beaucoup de vocations dans l’Amérique des années 30. Et même si l’Histoire n’a retenu depuis que les mastodontes DC et MARVEL (créées respectivement 1934 et 1939), nombreuses ont été les éphémères maisons d’éditions à se lancer sur ce juteux marché. L’une d’entre elles s’appelait Centaur Publishings mais malgré plus d’une vingtaine de titres différents lancés entre 1933 et 1942, elle a fini par mordre la poussière à cause de problèmes de distribution. Alors que ses personnages sont tombés dans le domaine public en 1992, une poignée de passionnés français ont décidé de ressusciter certains de ses héros les plus emblématiques pour deux volumes regroupant à la fois anciens numéros d’époque et nouvelles aventures inédites réalisées spécialement pour l’occasion. Alors que le premier volume est déjà sorti et que le deuxième, après une campagne réussie sur un site de financement participatif, est sur le point d’être imprimé, le coordinateur du projet Jean-Michel Ferragatti, nous parle de ce projet fait par et pour des fans.

Pourquoi selon vous les personnages de Centaur sont-ils ainsi tombés dans l’oubli ?

Jean-Michel Ferragatti : L’éditeur Centaur a arrêté sa ligne de comics à cause d’une mauvaise distribution de ses publications en 1942, une mauvaise distribution qui a sans doute abouti à des volumes relativement faibles et par conséquence d’exemplaires trop limités pour les collectionneurs. De plus, les lecteurs de comics n’ont réellement commencé à créer des collections à la fin des années 50. Ils n’avaient donc jamais vu les publications Centaur qui en conséquence étaient très peu recherchées tout en étant rares. Or les bouquinistes leur accordaient donc une côte assez chère pour peu de demande, donc le plus souvent ils restaient sans acheteur et leur contenu inconnu. Cela a changé avec la sortie en 1990 de l’ouvrage d’Ernst Gerber regroupant de nombreuses pochettes de comics, dont pas mal de Comics Centaur. Cela a réveillé la curiosité des collectionneurs mais c’est vraiment l’avènement d’internet qui a parachevé cette redécouverte. Reste que certains grands auteurs ne les avaient pas oublié, je pense notamment à Gil Kane, le créateur entre autres d’Iron Fist, qui avait introduit des éléments de la série Amazing Man, notamment le décor de la cité des Immortels K’un- Lun, directement inspiré du lieu de villégiature du ‘Conseil des Sept’ d’Amazing Man.

Page 11

Est-ce que l’une des raisons de ce relatif anonymat ne vient pas aussi du fait que les histoires que vous avez incluses dans le premier volume de Centaur Chronicles s’inscrivent au final plutôt dans une certaine tradition du serial US – avec ce que cela implique en terme de rythme, de personnages assez manichéens etc. – que du style ‘super-héros’ proprement dit ?

Jean-Michel Ferragatti : C’est vrai que les histoires de Centaur ont assez peu de continuité telle que l’apprécie le plus souvent les lecteurs de Comics. Pendant le premier Âge d’Or (en gros, entre 1938 et 1954-ndr) il n’y a eu aucun crossover dans les publications Centaur, c’est-à-dire qu’aucun personnage n’en a rencontré un autre, même s’il y avait malgré tout une continuité interne à certaines des séries. Il y a sans doute également un effet lié au fait qu’étant parmi les premiers super-héros publiés, ces personnages ne possédaient pas tous les codes devenus classiques, ce qui les rend un peu atypiques, même pour le lecteur de l’époque. Mais ce qui en contrepartie les rend à mes yeux au contraire passionnants maintenant !

Page 83

Il vous a fallu s’y reprendre à trois fois pour mettre vraiment en branle ce projet. Que s’est-il passé ?

Jean-Michel Ferragatti : La première a été un faux départ car nous devions lancer la série dans un titre dont l’artiste Reed Man possédait la licence (Spécial Strange). Malheureusement alors que la couverture du numéro avait déjà été faite, le propriétaire lui annonça qu’il lui retirait. Très déçu, Reed Man a alors abandonné le projet. La deuxième fois, grâce à John Favre qui était l’éditeur du projet initial, deux épisodes ont été publiés dans ses magazines avec l’artiste Fred Grivaud pour toute la partie artistique. Mais John a ensuite eu des soucis avec sa maison d’édition et la suite n’a jamais été publiée. Fred et moi, nous avons alors contacté des éditeurs nationaux mais bien que certains aient montré un certain intérêt, nous n’avons eu aucune proposition ferme et Fred a souhaité s’éloigner du projet. La troisième avec Marti et en autoédition fut la bonne !

Les auteurs impliqués ont-ils dû apprendre à s’adapter en quelque sorte au style Centaur ?

Jean-Michel Ferragatti : Le scénariste certainement… Il faut savoir que les créateurs des personnages Centaur travaillaient à la même époque sur les premiers personnages de ce qui deviendra Marvel Comics (la Torche Humain, Namor) avec lesquels ils ont en commun d’être des un peu atypiques. Donc, il fallait faire ressortir ce côté assez peu formaté et un peu brut. Marti a dû bien entendu s’approprier les personnages graphiquement mais pas spécialement en reprenant un style Centaur mais plus en étant respectueux des designs originaux tout en les mettant au goût du jour.

Page 8

Pourquoi être au final passé par une plateforme de financement participatif pour éditer ces deux premiers volumes ? Et quel était le profil des gens qui ont financé l’opération ?

Jean-Michel Ferragatti : On est passé par ce biais là car nous voulions avoir une ‘caisse de résonnance’ facile à mettre en place. La campagne nous a aussi permis de faire de la communication de manière simple et d’avoir une infrastructure de paiement très facile. Les contributeurs sont de trois types : d’abord les amis, relations personnelles et professionnelles des artistes. Puis les fans des communautés de comics sur internet. Et enfin, les curieux intrigués par le projet.

Est-ce dès le départ un projet censé s’étaler sur plusieurs volumes ou est-ce que la réalisation du premier vous a donné envie de retenter ensuite l’aventure ?

Jean-Michel Ferragatti : Oui, dès le départ le projet était prévu sur quatre volumes. Il y a La Renaissance, le deuxième sera Les Origines, le troisième L’Adversité et le dernier L’affrontement. Mais l’une des caractéristiques des comics est la périodicité. Donc, nous avons déjà des projets pour au minimum une autre histoire de deux volumes et quelques projets spéciaux, voire un ‘spin-off’ si le public est au rendez-vous car l’univers Centaur est tellement riche que quatre volumes ne suffiront pas à en faire le tour.

Propos recueillis par Olivier Badin, Octobre 2017

23 Sep

Manhattan murmures : une échappée silencieuse dans New York signée Giacomo Bevilacqua

81U5AFFOcDLOù iriez-vous si vous aviez le besoin absolu d’une bonne cure de silence et d’isolement ? Sam, lui, a choisi New York. Une destination qui peut surprendre mais l’anonymat des grandes villes peut aussi donner le sentiment d’être seul au monde. Et libre…

« Ça ferait un bon titre de chanson. Une chanson dont les basses surpasseraient la mélodie. A écouter à fond, baffles dirigées vers le plancher. Pour en ignorer la musicalité, la mélodie. Pour n’en écouter que les vibrations et le rythme ». Oui, ça ferait un bon titre de chanson mais Manhattan murmures n’est pas une chanson, c’est une bande dessinée qui nous embarque finalement avec autant d’émotions dans ce qui est l’âme de New York. Et cette bande dessinée est signée Giacomo Bevilacqua, un auteur italien qu’on a pu découvrir de ce côté-ci des Alpes avec Panda aime paru chez Delcourt en 2013.

Pas de panda dans cette nouvelle histoire mais un homme, Sam, photographe de profession, à la tête d’un quotidien online, bien décidé à vivre pendant deux mois à Manhattan avec une règle simple : ne jamais parler à un autre être humain. Une sorte de défi qui doit nourrir un papier pour son journal et lui faire oublier une rupture amoureuse.

Et il y parvient, sans trop de difficulté, tout au moins au début, découvrant et nous faisant découvrir New York d’un autre oeil, d’une autre oreille. Au bas des buildings, Sam est seul au milieu du monde, seul avec ses pensées, ses souvenirs, ses blessures. Un récit introspectif qui nous plonge au plus profond de l’âme du photographe et nous offre en même temps de beaux instantanés de la ville. Une belle balade.

Eric Guillaud

Manhattan murmures, de Giacomo Bevilacqua. Éditions Vents d’Ouest. 20€

© Vents d'Ouest / Bevilacqua

© Vents d’Ouest / Bevilacqua

14 Sep

Epiphania : une fiction génialement cauchemardesque signée Ludovic Debeurme chez Casterman

Capture d’écran 2017-09-14 à 15.25.57

Ludovic Debeurme est un auteur rare et précieux qui s’est fait connaître du public ou plus restrictivement du public amateur d’une bande dessinée exigeante et parfois dérangeante, voire déroutante, avec l’album Lucille paru chez Futuropolis, Prix Goscinny en 2006, Essentiel du festival d’Angoulême en 2007. Onze ans et quelques albums plus tard, Ludovic revient avec Epiphania, un récit fantastique qui nous parle d’écologie, de paternité, de tolérance et d’amour…

Jeanne veut un enfant, David n’en veut pas. Il préfère jouer de la musique que changer des couches. Rien que l’idée d’être père lui fait faire des cauchemars. Le couple est en péril. Pour sauver ce qui reste à sauver, Jeanne et David acceptent de s’inscrire à un « Love Training Camp », un camp d’entrainement à l’amour. Sur une île. Mais à peine débarqués, à peine exposé le souci qui les amène ici et les éloignent l’un de l’autre, un tsunami géant ravage l’île et globalement la planète.

_______________________________________

retrouvez l’interview de l’auteur ici

_______________________________________

Jeanne disparaît. David survit. Et lorsque les eaux se retirent, les survivants découvrent des millions de foetus plantés dans la terre. Des êtres hybrides, mi-hommes mi-bêtes. David en trouve un dans son jardin et l’adopte. Lui qui se refusait d’être père le devient, un père affectueux et protecteur d’un monde qui sombre dans la violence et la haine, prêt à s’autodétruire…

Si vous avez aimé comme moi Lucille et la suite, Renée, deux albums respectivement parus en 2006 et 2011 chez Futuropolis, ou ses deux derniers albums, Trois fils et Un Père vertueux chez Cornélius, alors vous aimerez logiquement Epiphania dont le premier des trois volets annoncés vient de sortir.

Avec son graphisme dépouillé, un univers que certains jugent proche de Charles Burns, avec une touche de Daniel Clowes serait-on tenté d’ajouter, Ludovic Debeurme marque le neuvième art d’une empreinte indélébile, fantasque et ambitieuse, à l’image des auteurs appartenant à ce qu’on qualifie de Nouvelle bande dessinée, apparue au tournant du siècle. Ludovic Debeurme n’utilise pas le médium bande dessinée, il le réinvente, explore de nouvelles voies. Et c’est bien là l’essentiel. Magnifique !

Eric Guillaud

Epiphania, de Ludovic Debeurme. Éditions Casterman. 22€

© Casterman / debeurme

© Casterman / debeurme