01 Avr

BD. Naduah ou le destin tragique de Cynthia Ann Parker retracé dans un slow western du dessinateur nantais Vincent Sorel accompagné au scénario de Séverine Vidal

Vincent Sorel n’est pas un inconditionnel du western, il aurait même quelques retenues à l’égard du genre. Mais le jeune dessinateur nantais accompagné de Séverine Vidal au scénario nous livre avec Naduah un magnifique récit au coeur de la conquête de l’Ouest, le portrait d’une femme forte et déterminée au destin balloté entre deux mondes…

Extrait de la couverture de l’album Naduah

Encore un western diront certains. Mais non ! Ou du moins pas comme on pourrait l’imaginer. Naduah se déroule effectivement pendant la conquête de l’Ouest mais ne raconte pas une histoire de cowboys, de poursuite infernale ou de duel au soleil. Naduah est avant tout l’histoire d’une femme, Cynthia Ann Parker pour les colons blancs, Naduah pour les autochtones comanches, une femme au destin incroyable confrontée toute sa vie à la violence des hommes..

Cynthia Ann Parker n’a que 9 ans lorsqu’elle est enlevée et sa famille massacrée par les Comanches. Renommée Naduah, elle mène la vie normale d’une indienne, épouse Peta Nocona, a trois enfants quand en 1860, 24 ans plus tard, elle est à nouveau capturée, cette fois par une troupe de Texas rangers, et ramenée de force dans le monde des blancs, laissant derrière elle son foyer, son homme, ses enfants. Tout le reste de sa vie, Naduah n’aura qu’une obsession, fuir la communauté des colons pour retrouver les siens, les Comanches…

La suite ici

14 Mar

Dix BD qu’il faut avoir impérativement lues avant le festival d’Angoulême

Plus que quelques jours, quelques heures, avant la ruée des amoureux du neuvième art vers Angoulême pour la 49e édition du festival. Histoire de se mettre en condition, voici une sélection de dix albums essentiels, dix coups de cœur, dont on vous recommande chaudement la lecture…

Des dizaines de milliers de visiteurs, auteurs, éditeurs ou passionnés, sont attendus à Angoulême pour le Festival international de la bande dessinée à partir de ce jeudi 17 mars, après une édition 2021 annulée en raison de la pandémie et une édition 2022 reportée.

Autant dire que l’impatience est grande de tous les côtés. Que vous y alliez ou pas, nous vous avons concocté une sélection de dix ouvrages qui reflète parfaitement la richesse de ce neuvième art. Autant de pistes pour découvrir d’autres albums, d’autres histoires, parmi les milliers de titres publiés cette année.

La suite ici

14 Nov

Goodbye Ceausescu : un certain regard sur la Roumanie d’aujourd’hui avec Romain Dutter et Bouqé

Ceux qui ont dépassé la quarantaine n’ont pu y échapper. Au même titre que la chute du mur de Berlin ou que les attentats contre le World Trade Center, la fin expéditive du régime communiste roumain fait partie des moments forts de l’histoire mondiale contemporaine. Mais à quoi ressemble la Roumanie aujourd’hui, plus de trente ans après la révolution ? Une bonne question à laquelle répondent Romain Dutter et Bouqé dans ce roman graphique qui tient plus du documentaire que du carnet de voyage…

extrait de la couverture de Goodbye Ceausescu

À l’époque, il n’y avait pas de réseaux sociaux mais les images ont largement fait le tour du monde et marqué les esprits via la télévision. Depuis les immenses manifestations dans les rues de Bucarest jusqu’au procès suivi de l’exécution des Ceausescu, le monde occidental a pu vivre quasiment en direct la révolution roumaine et la disparition d’une des dictatures les plus dures des pays de l’Est.

Et depuis ? Depuis, le pays a choisi le camp des démocraties et rejoint l’Union européenne en 2007. Pour le reste et pour la plupart d’entre-nous, il faut bien l’avouer, la Roumanie est un mystère. Que savons-nous de son économie, de sa culture, de ses traditions, du quotidien de ses habitants ? Rien… ou presque, le presque incluant pas mal de clichés.

Partant de ce constat, Romain décide un beau jour de partir avec son seul sac à dos pour la Roumanie. Direction Constanza sur le bord de la mer Noire puis Bucarest, Timisoara, la Transylvanie et la région moldave, un beau périple qui nous ouvre les portes d’un monde injustement méconnu ou ignoré, à la rencontre d’une population accueillante, férue de culture française mais aussi et surtout, très souvent, attachée à son pays et à son développement.

Avec un titre en forme de clin d’œil au film Good Bye, Lenin! de Wolfgang Becker, et une mise en images pleinement inscrite dans le registre documentaire, Romain Dutter et Bouqé nous donnent une vision, leur vision, du pays. En bonus, un cahier documentaire d’une vingtaine de pages avec chronologie historique, références bibliographiques, cinématographiques et même musicales.

Eric Guillaud

Goodbye Ceausescu, de Romain Dutter et Bouqé. Éditions Steinkis. 20€

© Steinkis – Dutter & Bouqé

 

09 Avr

Vacances de Pâques : dix BD pour faire le plein d’évasion

Western, science-fiction, polar, témoignage, documentaire… voici rien que pour vous une petite sélection de bandes dessinées à déguster sous votre couette et jusqu’à dix kilomètres autour…

Décrétés commerces essentiels, les librairies seront avec les disquaires les rares commerces non alimentaires ouverts pendant ces vacances. Autant en profiter et s’offrir de beaux voyages immobiles. Voici dix pistes, il y en a bien évidemment des milliers d’autres à explorer…

La suite ici

31 Oct

Nantes – Utopiales 2020 : un peu de lecture à défaut de festival

Le festival international de science-fiction aurait dû se placer ces jours-ci en orbite géostationnaire au-dessus de Nantes mais la pandémie en a décidé autrement. En attendant des jours meilleurs, nous vous avons mitonné une sélection de BD à lire sous les étoiles exactement…

En cette période de pandémie hautement anxiogène, on aimerait d’un seul clic pouvoir décoller pour une planète un peu plus hospitalière ou pourquoi pas se déplacer dans le temps, changer d’époque. En attendant, le Click & Collect est encore la manière la plus sûre de s’évader à moindre frais. Direction votre libraire en ligne préférée…

La suite ici

14 Sep

La BD fait sa rentrée. Americana, un trek pour faire le deuil de l’Amérique

Luke Healy a grandi en Irlande, vit aujourd’hui à Londres mais a toujours rêvé d’Amérique au point de tenter à plusieurs reprises de s’y installer. Sans succès. En 2016, il se lance le défi de faire le Pacific Crest Trail, un sentier de grande randonnée à l’ouest des États-Unis. Cinq mois de marche et au bout du compte une autre idée de l’Amérique…

L’Amérique ! De son Irlande natale, Luke Healy en a toujours rêvé. À plusieurs reprises, il essaie de s’y installer, il y intègre même une école de bande dessinée pendant quelques mois. Mais si Luke Healy a faim d’Amérique, l’Amérique, elle, ne veut pas de lui. À l’expiration de ses Visas, c’est retour à la maison, « son pays de chagrins infinis ».

Il traverse à nouveau l’Atlantique en 2016, décidé cette fois à faire le Pacific Crest Trail (PCT), un sentier de grande randonnée allant de la frontière mexicaine à la frontière canadienne, 2650 miles de déserts étouffants, de sommets enneigés et de forêts hostiles, des mois de marche intensive, des millions de pas, des rencontres, beaucoup de rencontres, et la découverte du pays sous un autre angle avec au bout du compte, au bout du chemin, la fin d’un rêve, le deuil d’une Amérique fantasmée.

© Casterman / Luke Healy

C’est ce parcours que Luke Healy met en images et en mots dans cet album conçu comme un carnet de route. Un parcours spatial mais aussi et surtout un parcours intime. Le trek permet à Luke Healy de murir, de passer un cap. « Il s’agit d’une histoire de passage à l’âge adulte, ou comment on grandit à partir d’une expérience et comment, en grandissant, on est obligé de laisser une période de sa vie derrière soi. Moi, n’ai choisi de laisser derrière moi mon rêve américain qui serait comme vivre dans un film ».

© Casterman / Luke Healy

Avec pas mal d’humour et d’un trait léger, réalisé au porte-mine et sur un « papier bon marché » précise l’auteur, Americana nous embarque en douceur – et sans les ampoules de circonstance – dans les pas de Luke Healy. On partage avec lui son enthousiasme des premières heures mais aussi ses galères, ses doutes, ses découragements, ses questionnements, son ennui parfois, oui parfois, et par-dessus tout cette volonté d’aller au bout, au bout du sentier, au bout du rêve, au bout de lui-même.

Americana parle de l’Amérique bien sûr, de l’expérience de l’auteur sur le PCT, mais l’album évoque aussi, entre les lignes et entre les cases, l’Irlande, l’Irlande malmenée par la crise financière de 2008, un taux de chômage dépassant les 20% chez les jeunes, une génération sacrifiée, la « génération immigration » comme on l’a appelée et dans laquelle se reconnaît l’auteur désormais installé à Londres. Une belle découverte !

Eric Guillaud

Americana, de Luke Healy. Casterman. 23€

18 Juil

Voraces : attention une nouvelle race de morts vivants débarque avec Bec et Landini

L’avenir nous appartient. Enfin presque ! D’une épidémie à l’autre, après le coronavirus voici le kuru. Et les masques pourraient bien être inutiles cette fois. Il suffit d’une morsure et nous voilà transformés en morts encore un peu vivants, ou en vivants pas tout à fait morts. Ce qui revient un peu au même…

On les appelle les Voraces. Et pour être voraces, ils sont voraces, et pas une poignée, non, des milliers de zombies qui ont envahi la mégalopole New Dehli en Inde. Et pas seulement. Ils sont partout, agressifs, dévorant tout sur leur passage et menaçant la sécurité intérieure su pays.

Mais il reste un espoir. Un convoi « humanitaire » escorté par des militaires doit rejoindre le gouvernement retranché dans un bunker assiégé et permettre avec son chargement secret de reprendre les choses en main. Le seul hic, car il y a un hic, c’est que le convoi doit parcourir 1350 km pour y parvenir, 1350 km et un désert à traverser, le Thar, un désert pas si désert que ça… Tout le monde le sait dans le convoi, ce ne sera pas une promenade de santé.

Le prolifique scénariste Christophe Bec (Sanctuaire, Carthago, Prométhée...) et le dessinateur italien Stefano Landini nous embarquent dans une histoire de zombies qui ne devrait pas déplaire à tous les amoureux de la série phare dans le genre, Walking Dead, avec ici un graphisme moins noir mais des scènes tout aussi gores. Un album paru dans la collection Flash Bones pour laquelle Christophe Bec a déjà signé Blood Red Lake, Placerville, Sunlight, Winter station et Bikini Atoll. Prolifique le garçon on vous dit !

Eric Guillaud

Voraces, de Stefano Landini et Christophe Bec. Glénat. 9,99€

29 Mai

House Of X : les X-MEN se réinventent encore une fois…

Si vous êtes fans de la maison MARVEL, vous savez que ces fins businessmen aiment régulièrement rebooter leurs séries, quitte à réécrire les personnages, leurs liens ou encore leurs origines et à bousculer les fans. Habituée à ce traitement de cheval, sa série phare les X-MEN s’offre ici un nouveau ravalement de façade assez radical et surtout très adulte.

En même temps, il était temps. De l’avis de nombreux fans, cela fait maintenant des années que la série végétait, enchaînant les scénaristes et les dessinateurs sans qu’aucun ne réussisse à retrouver une certaine flamme. Oui, il fallait foutre un gros coup dans la fourmilière et c’est ce qui se passe avec House Of X.

Alors le point de départ de cette nouvelle version est hautement politique, vu que les mutants se sont réunis sur la même île dans une espèce d’arche de Noé, d’où ils décident de proposer au reste de l’humanité des remèdes contre le cancer ou pour allonger leur espérance de vie… Mais à condition qu’ils soient reconnus comme un pays à part entière. Sauf que personne n’est vraiment qu’il prétend être. Et alors que les Quatre Fantastiques entrent aussi dans la danse, un projet secret baptisé Orchis et caché dans une station spatiale placée en orbite autour du soleil se réveille. Le tout afin de « sauver l’humanité de l’extinction » mais surtout de l’invasion mutante…

© Marvel / Panini Comics – Jonathan Hickman, Pepe Larraz et RB Silva

Bien sûr, cela plus d’un demi-siècle que Jack Kirby et Stan Lee ont lancé la série et qu’elle s’est depuis longtemps détachée de l’esprit un peu béni-oui-oui de ses débuts. Mais la volonté affichée ici est de proposer une série adulte, en prise avec son époque et notamment le pessimisme ambient. Réaliste, noir et quasiment mystique, House Of X joue pas mal avec nos nerfs. Déjà parce qu’elle fait valdinguer les repères des fidèles lecteurs en redistribuant les rôles. Ressuscité, rajeuni mais avec un visage presque tout le temps caché par un casque cybernétique, le professeur X par exemple est désormais aussi froid que calculateur, bien que toujours idéaliste. Tout comme son ancien protégé, et membre historique, Cyclope devenu cynique et radical et l’un de ses plus farouches adversaires.

© Marvel / Panini Comics – Jonathan Hickman, Pepe Larraz et RB Silva

Mais il y a aussi cette temporalité éclatée, l’histoire étant racontée en suivant pas moins de quatre époques différentes, dont une mille ans dans le futur avec un ton SF apocalyptique assez dur. Ou encore ces dialogues très denses ou cette dramaturgie assez emphatique, comme si le scénariste Jonathan Hickman s’était senti obligé de faire dans la surenchère pour être à la hauteur de l’évènement.

© Marvel / Panini Comics – Jonathan Hickman, Pepe Larraz et RB Silva

Bref, pour ce premier des quatre numéros prévus, il va falloir s’accrocher. Â la limite, on se demande même s’il ne faudrait pas mieux attendre que tout cela sorte en intégral pour que l’on puisse, enfin, avoir une vue d’ensemble et donc peut-être comprendre un peu mieux l’intrigue assez complexe. Mais il faut quand même avouer que c’est un vrai pari artistique, porté par un trait très actuel et les couleurs qui pètent de partout, est osé et a de la gueule. Reste à savoir s’il permettra aux X-MEN de retrouver leur place de leaders… Ou pas.

Olivier Badin

House Of X/Powers Of X #1 de Jonathan Hickman,Pepe Larraz et RB Silva, Marvel/Panini Comics, 8,90 euros  

L’instant d’après : une intrigue illusionniste signée Zidrou et Maltaite

Sorti le 13 mars dans toutes les bonnes librairies de France et d’ailleurs, cet album de Maltaite et Zidrou aurait pu connaître le même sort que ses personnages, disparaître l’instant d’après. Mais le confinement instauré quelques jours plus tard n’a finalement pas réduit à néant le travail de ses auteurs. Et il est encore largement temps de le découvrir…

Des personnages qui disparaissent. Comme ça. Sans explication. D’un coup ! Ils sont là et l’instant d’après ils ne sont plus là. Alors bien sûr, ça effraie, ça interroge et ça commence à faire désordre dans la France des années 60. Surtout que ces disparitions peuvent toucher n’importe qui, intervenir n’importe où, à n’importe quel moment, dans un ascenseur, une salle de classe, une cabine d’essayage, un avion…

Et même une voiture ! Aline, harpiste reconnue, était assise à côté de son mari. En pleine discussion. Tendue la discussion. La Facel Vega fonçait sur l’autoroute, quand la jeune femme s’est évaporée. De quoi troubler son mari qui en perd le contrôle du véhicule et finit les 4 pneus en l’air. Lui se retrouve à l’hôpital, elle nulle part. De quoi éveiller la suspicion des policiers, d’autant que la jeune femme venait de souscrire une assurance vie. De quoi aussi faire revenir la soeurette des États-Unis. Blandine,  petite blonde streap-teaseuse que tout le monde croit hôtesse de l’air dans sa famille, se retrouve au coeur de l’affaire, à essayer de trouver des pistes, démêler le vrai du faux…

Après deux mois de confinement, voilà une histoire qui devrait aérer nos esprits, emmenée par le prolifique scénariste Zidrou et le dessinateur Eric Maltaite, nom associé aux séries 421 et plus récemment Choc. Pour ceux qui aiment les énigmes non résolues ou presque…

Eric Guillaud

L’Instant d’après, de Zidrou et Maltaite. Dupuis. 14,50€