09 Avr

Les heures passées à contempler la mère : un récit introspectif signé Sébastien Vassant et Gilles Larher

Après L’accablante apathie des dimanches à rosbif et La Voix des hommes qui se mirent, le tandem Larher – Vassant signe Les Heures passées à contempler la mère, un très beau portrait de femme contemporaine…

« J’étais célèbre. Mieux encore… j’étais lue ». De retour d’une tournée de dédicaces à l’étranger pour son deuxième roman, Cassandra Page a l’ego « turgescent » comme elle le pense très fort. Pourtant, elle le sait, il y a moins de lettres dans « lue » que dans « désirée » ou « aimée ». Pour une femme, qui plus-est pour une femme de lettres, la nuance n’est pas mince. De quoi redescendre en douceur, se motiver pour écrire un troisième livre et pourquoi pas faire un enfant, le tout avec son amoureux Lazare Desmeaux, héritier de la maison d’édition qui publie ses livres.

Oui mais voilà. Cassandra va devoir redescendre de son nuage plus vite qu’elle ne le pensait. À peine de retour à Paris, Lazare lui annonce qu’il la quitte. Par courrier bien sûr. Une lettre tapée à l’ordinateur. Froide. Sans âme.

« Reprendre tant bien que mal sa trajectoire, jouer des courants et des flots avec tous les éléments rassurants de son univers brisés ou inutilisables… en ayant à jamais perdu la majeure partie de ses repères ».

La chute est brutale, vertigineuse, abyssale. Entre Paris et son village natal dans les Côtes d’Armor, Cassandra tente de se relever, difficilement, en mangeant du chocolat, beaucoup, en contemplant la mer, qu’on ne voit pas forcément danser, et en pleurant. « Pleurer sous la douche est une activité logique. Ontologique ? Les larmes se mêlent aux gouttes… Nul Dieu ne saurait y retrouver ses petits. C’est pratique et prophylactique ».

Finalement, Cassandra espère échapper à la spirale de la déprime en reprenant la plume et en se plongeant dans l’écriture d’un roman sur sa mère…

Intimiste et féministe, introspectif et contemplatif, ce très beau portrait de femme est signé par deux hommes, Sébastien Vassant et Gilles Larher, qui nous ont déjà démontré ensemble une belle exigence d’écriture et de graphisme dans deux albums, L’accablante apathie des dimanches à rosbif sorti en 2008, histoire d’un artiste comique malade en phase terminale, et La Voix des hommes qui se mirent en 2009, histoires – au pluriel cette fois – d’hommes qui se confient sur eux-mêmes et sur les femmes de leur vie.

Eric Guillaud

Les heures passées à contempler la mère, de Gilles Larher et Sébastien Vassant. Futuropolis. 27€.

04 Avr

Déam’Bulle : deux jours pour fêter la bande dessinée à Pornichet les 6 et 7 avril

Un super-festival avec des super-auteurs et des super-héros, il y aura du superlatif dans l’air ce week-end à Pornichet où se tient la deuxième édition du festival BD Déam’Bulle. Yoann, le dessinateur actuel des aventures de Spirou et Fantasio, en est l’invité d’honneur…

@ Yoann

En deux petites éditions seulement, le festival Déam’Bulle a trouvé ses marques investissant durant deux jours la ville de Pornichet, depuis la Rotonde jusqu’au Quai des arts, en passant par la médiathèque J. Lambert, le Bois joli, le Bd de la République ou encore le Centre de congrès.

La suite ici

24 Mar

Les Clés de la bande dessinée : une grande leçon de graphisme et de narration signée Will Eisner

Inutile de le présenter, Will Eisner est l’une des grandes figures de la bande dessinée mondiale, un raconteur exceptionnel, un dessinateur hors pairs, qui contribua à révolutionner le genre et modifier profondément et durablement le regard de tout un chacun sur un art jugé très longtemps mineur…

C’est une somme, plus de 500 pages abondamment illustrées, une référence sur la théorie et la mécanique de la bande dessinée publiée à partir de 1985 et régulièrement mise à jour par l’auteur lui-même, jusqu’à sa mort en 2005. Aux États-Unis, on ne compte plus le nombre de réimpressions, en France, les ouvrages ont été publiés en trois volumes entre 2009 et 2011 avant de se trouver judicieusement réunis dans cette intégrale.

À qui s’adresse ce livre ? À tous, aux professionnels du neuvième art bien sûr, mais aussi aux autres, fans inconditionnels du genre, amateurs de belles histoires, critiques… En vrac, on y apprend la gestion du temps, le cadre, l’anatomie expressive, l’art séquentiel et ses applications, l’histoire de la narration, le processus d’écriture, la mécanique humaine, les muscles, la tête, les émotions humaines… bref tout ce qui est nécessaire pour raconter une histoire en images.

L’approche est sérieuse mais jamais ennuyeuse, chaque propos s’appuyant sur des exemples, des illustrations signées Eisner mais pas que. Cette intégrale s’inscrit dans le programme d’intégrales consacrées aux plus grandes oeuvres de Will Eisner, telles que New York Trilogie, publiée fin 2018, Un pacte avec Dieu qui le sera fin 2019.

Eric Guillaud

Les Clés de la bande dessinée, de Will Eisner. Delcourt. 39,95€

Fluide Glacial s’attaque aux super-héros. Hollywood, Marvel et tous les super-méchants du monde n’ont qu’à bien se tenir…

Le 21 Mars. Premier jour du printemps et sortie du nouveau hors-série de Fluide Glacial. Comme le premier, le second est bon pour la santé, surtout celle des zygomatiques et de tous ceux qui sont allergiques à ces mecs en spandex qui, sous prétexte de sauver le monde tous les quatre matins, nous empêchent de tisser tranquille.

Un numéro spécial super-héros qui débarque d’ailleurs trente-sept ans après un premier HS consacré au seul, l’unique, l’indestructible, que dis-je, l’énormissime SuperDupont. Oui, SuperDupont, le super moustachu en charentaises qui combat inlassablement les soldats de l’AntiFrance en charentaises avec sa baguette sous le bras. Donc les super-mecs et Fluide Glacial, cela ne date pas d’hier. D’ailleurs, on a ressorti pour l’occasion deux apparitions du gugusse. Une première fois lorsque Gotlib avait réussi à convaincre son idole Harvey Kurtzman – le créateur de Mad Magazine, influence première totalement assumée – de scénariser la première visite de l’homme au super-béret au pays de l’Oncle Sam. Puis lorsque sept ans avant, le papa de Gai Luron lui-même s’était amusé à croquer sa rencontre délirante avec le Surfeur d’Argent, rebaptisé pour l’occasion le Patineur d’Argent. Deux gros clins d’œil à celui qui lança le magazine le 1er Avril (cela ne s’invente pas) 1975 et qui nous a quitté, ce con, en Décembre 2016.

C’est là la seule séquence nostalgie d’un numéro de 100 pages sinon blindé de mecs super-balèzes, super-poilants et surtout, super-très-cons et à la thématique générale très portés sur la philosophie, les conseils de jardinage et comment réussir à ouvrir une douzaine d’huîtres en trente secondes (ami lecteur, sauras-tu reconnaître quelle partie de cette phrase interminable est fausse ?). Mention spéciale à ces ‘futurs nouveaux comics’ où entre Silver Trollboy (« trois ennemis redoutables cherchent à contrecarrer ses plans : la brigade du net, l’orthographe et la syntaxe ») ou Rigolomax Stan Dupper, on retiendra surtout ‘L’Incroyable Jean-Hulk’, « un géant jaune aux yeux exorbités (…) capable de faire manger son micro à un journaliste de France 3. » Quelle bande de cons.  Et c’est pour ça qu’on les aime.

Olivier Badin

Fluide Glacial  HS n°86, spécial ‘super-héros’, 6,50 €

20 Fév

Craon. Rustine, le festival BD qui regonfle le moral

En tracteur ou à vélo, en auto ou à moto, le festival Rustine vous donne rendez-vous du 22 au 24 février à Craon en Mayenne pour une cinquième édition bourrée de créations et autres curiosités…

extrait de l’affiche

Et de cinq ! Tranquillement mais sûrement, le festival Rustine prend de la bouteille mais garde le cap d’un festival différent, alternatif, ouvert sur la bande dessinée mais aussi la musique, le tatouage, la sculpture, la photo ou encore la peinture.

La suite ici

26 Jan

Angoulême : Les éditions nantaises Rouquemoute Prix Charlie Schlingo 2019 pour l’album Tendre enfance de Jorge Bernstein et Laurent Houssin

L’album Tendre Enfance de Jorge Bernstein et Laurent Houssin, sorti en librairies le 21 novembre 2018, a obtenu le prix Schlingo ce samedi 26 janvier 2019 au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême…

Qu’est-ce que le Prix Schlingo ? 

Le prix Schlingo est décerné depuis 2009 à l’occasion du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême en marge du palmarès officiel, dans le cadre du Off of Off. Il a été créé à l’initiative notamment de l’auteure Florence Cestac. Il récompense un album de bande dessinée d’humour, ou un auteur affichant une proximité avec l’oeuvre de Charlie Schlingo. 

Tendre enfance, un récit plein de nostalgie sur la jeunesse ?

Non, Tendre enfance n’a rien d’un agréable récit plein de douceur et d’amour. Il suffit de lire la première page pour comprendre tout de suite vers quoi on va. De l’humour noir, cinglant qui fait mal et laisse des traces sur les murs et dans nos têtes.

Bienvenue à tous, dans cette formation réservée aux jeunes sans avenir entièrement financée par Pôle Emploi…

« Les premières planches de Tendre enfance sont parues dans Fluide Glacial de 2013 à 2017… », nous précise l’éditeur, « Lindingre, rédacteur en chef du magazine, signe la préface de l‘albumLes auteurs exploreraient-ils un monde de la jeunesse où les garçons et les filles s’amusent gaiement et naïvement sous les yeux attendris de leurs parents, charmés par leurs petites têtes blondes ? Non, pas vraiment. Véritable critique de la société, Tendre enfance est une BD à l’humour noir grinçant où les enfants reproduisent les schémas parentaux tout en se jouant d’eux ».

Au sujet des éditions Rouquemoute…

Les éditions Rouquemoute sont installées à Nantes. Nous avions rencontré son boss, Maël Nonet, juste avant le festival. Son interview est à retrouver ici. Rouquemoute est une maison d’édition spécialisée BD et livres jeunesse dont la ligne éditoriale se résume en un mot : humour. « Rouquemoute, ça veut dire roux aviné en argot », nous précisait alors Maël Nonet, qui poursuivait : « Angoulême, c’est La Mecque de la bande dessinée. Ne pas y être, c’est ne pas exister. Pour nous, ce sera aussi l’occasion de fêter les deux ans de la maison d’édition avec pas mal d’auteurs ». Nulle doute que la fête sera belle !

Eric Guillaud

Tendre enfance, de Jorge Bernstein et Laurent Houssin. Editions Rouquemoute

18 Jan

Dracula contre Frankenstein : deux monuments de la littérature gothique vus par deux des plus grands maîtres de la BD d’horreur

Lorsque deux monstres de la BD fantastique rencontrent deux monstres dans le sens premier du terme, cela donne deux résultats… assez différents. Si le alors futur papa de Hellboy ne donne qu’un aperçu de son talent, le dessinateur star des célèbres pulps Eerie et Creepy, lui, s’en donne à cœur joie…

Pas tout à fait de la même génération (douze ans les séparent) Bernie Wrightson et Mike Mignola sont deux monuments de la bande dessinée d’horreur et fantastique, connus pour avoir donné naissance à deux créatures entrées au Panthéon du genre. Née en 1972 sous la plume de Wrightson, avec sa couleur verdâtre maladive, la Créature des Marais est d’ailleurs presque à l’opposé de Hellboy, la ‘chose’ grande gueule et soupe-au-lait sortie de l’imagination de Mignola vingt-deux ans plus tard. Mais les deux dessinateurs se sont aussi frottés à deux mythes de la littérature fantastique du XIXème siècle souvent associés, Frankenstein et Dracula. Sauf qu’ils ne l’ont pas fait au même niveau de carrière et pour les mêmes raisons, ce qui explique sûrement ce résultat inégal.

Autant le dire tout de suite, la réussite de cette xième adaptation de Dracula est avant tout une histoire de point de vue. Si vous êtes fans de Mignola et du roman de Bram Stoker, vous risquez d’être déçus. Déjà parce qu’on tient là une œuvre de ‘jeunesse’ du premier – elle date de 1992, alors qu’il n’avait que trente-deux ans et que son style n’était pas encore tout à fait figé. Et ensuite parce que c’est une commande qui est en fait une adaptation, et la nuance mérite d’être soulignée, du film de Francis Ford Coppola du même nom sorti la même année. Une adaptation d’ailleurs limite trop fidèle qui suivant pas-à-pas le script originel, jusqu’à la coiffure moumoutée de Gary Oldman en comte Dracul. Mais malgré ce corset parfois étouffant, ce choix d’un superbe noir et blanc au contraste très marquée souligne, déjà, son obsession pour le clair-obscur et les symboles religieux. Et cette nouvelle édition contient quelques précieux ‘bonus’, comme des croquis au crayon qui démontrent combien, déjà, Mignola avait très tôt une vision bien précise de ce qu’il voulait faire.

© Delcourt / Roy Thomas & Mike Mignola

Or si ce Dracula est une œuvre de jeunesse, Frankenstein – Le Monstre est Vivant est à l’inverse une œuvre testamentaire. D’ailleurs trop malade, Wrightson n’a pas pu la finir et à confier lui-même à Kelley Jones d’en achever le quatrième et dernier chapitre. Réalisé avec Steve Niles, le scénariste de 30 Jours de Nuit qui signe d’ailleurs aussi la préface, c’est la suite plus ou moins officieuse et (très) personnelle du Frankenstein de Mary Shelley dont Wrightson avait réalisé une adaptation saluée par tous en 1975 et considérée comme son chef d’œuvre absolu.

Wrightson a toujours été fasciné par les parias, ceux qui sont rejetés par une société qui ne veut pas d’eux car trop ‘différents’, quelque soit le sens pris par ce mot. Son Frankenstein n’est jamais vraiment effrayant ni brutal, mais perdu, mélancolique, apeuré et pourtant épris d’humanité. Il n’est pas le monstre qu’on le voudrait croire, ce sont les autres qui le sont, ces êtres humains parfois si propres sur eux et pourtant si cruels et psychotiques. Alors que le texte est écrit à la première personne, de nombreuses fois, la vision, dantesque, de l’auteur s’étale sur de pleines pages aux détails hallucinants de finesse. Très contemplative, la quête de sens de Frankenstein prend ici une tournure quasi-philosophique mais sans jamais se départir d’une beauté graphique à la fois tragique et grandiose. Seul le trait moins assuré  Kelley Jones terni quelque peu le tableau, même si grâce aux croquis de travail adjoints ici en bonus dont il s’est servi, on se rend compte que Wrightson avait une vision très précise de ce qu’il voulait faire. C’est ce qu’on appelle une sortie par la grande porte ! Reste plus à espérer qu’un jour, comme son compère Richard Corben, et même de façon posthume, ce dernier soit enfin reconnu par ses pairs comme l’un des grands dessinateurs de son époque…

Olivier Badin  

Dracula de Roy Thomas & Mike Mignola, Delcourt, 19,99€

Frankenstein – le Monstre est vivant de Steve Niles, Bernie Wrightson & Kelley Jones, Soleil, 19,99€

@ Soleil / Steve Niles, Bernie Wrightson & Kelley Jones

La maison d’édition Rouquemoute soufflera ses deux bougies au festival BD d’Angoulême

Lancer une maison d’édition aujourd’hui ne peut se faire sans la passion. C’est justement ce qui anime Maël Nonet depuis des années. En 2016, après avoir navigué dans la communication et le dessin de presse, il crée Rouquemoute, une maison d’édition qui préfère l’humour à la morosité. Rencontre…

Maël Nonet © éric guillaud

Ne vous imaginez pas un immeuble chic et central, Rouquemoute est installé à Rezé dans le quartier du 8 mai, un immeuble anodin, un espace de coworking au dernier étage, 80 mètres carrés à tout casser, quelques bureaux, des étagères et surtout beaucoup de cartons. L’édition nécessite un peu de place et permet très rarement de faire fortune.

La suite ici

09 Jan

L’Invasion des imbéciles ou la bêtise humaine pour les nuls

Si c’est en lâchant des flatulences au clair de lune que certains célèbres acteurs convoquaient les extra-terrestres, c’est en passant, l’arme à gauche que la centenaire Yvonne, elle, se retrouve face à des êtres venus d’un autre monde à qui elle va devoir faire un peu de pédagogie si elle veut sauver ses fesses…

Alors c’est vrai, ça pique un peu les yeux lorsqu’on commence par vouloir mettre dans la même phrase les mots ‘roman graphique’, ‘roman graphique’ et, euh, ‘extra-terrestres’. Mais c’est justement ce qui fait tout l’intérêt de ce beau petit livre signée Tiphaine Rivière, déjà remarquée en 2015 pour Carnets de Thèse. Car oui, c’est quoi la bêtise humaine ? Comment l’expliquer ? Et c’est quoi le rapport avec la Bretagne nom de Zeus ?

Véritable tatie Danielle, Yvonne attend presque avec impatience la mort de son lit d’hôpital, lassée depuis longtemps de ses contemporains. Sauf que lorsque le moment arrive enfin, elle se retrouve non pas face à un mec barbu en pagne posé sur un nuage mais bien face à des extra-terrestres ressemblant à des sortes de lemmings aux yeux exorbités qui lui réclament de prouver sa « contribution à l’humanité » si elle ne veut pas être annihilée. Dos au mur mais pas si gâteuse que ça, mamie improvise et se propose alors de les aider à se prémunir du pire virus sévissant sur Terre : la bêtise. Avec en guise de souris de laboratoire, le petit village breton où elle a vécu « 66 ans » et où elle « connaît tout le monde ». Incognito, elle se retrouve flanquée d’un binôme au nom tordu de 0*) :YU à qui, exemples à l’appui, elle tente d’explique l’inexplicable : comment réussit-on parfois à être aussi con ?

Du grand n’importe quoi ? Loin de là. Parce que malgré ce pitchimprobable, Rivière aborde son sujet avec humour et légèreté, ce qui ne l’empêche pas sur le plan graphique d’alterner saynètes intimes et planches quasi-psychédéliques. Certes, le propos frôle par moments trop le cours magistral – notamment lorsque Yvonne se met à citer le philosophe Gilles Deleuze comme d’autres parlent du temps qu’il fait – et perd à sa moment là un peu de son côté ludique. Mais, fait rare, on apprend aussi en s’amusant. Et la conclusion, qu’on vous laisse découvrir, se permet même un peu de sarcasme bienvenu. Surtout, on se dit qu’Yvonne, elle, était loin d’être une imbécile…

Olivier Badin

L’invasion des Imbéciles de Tiphaine Rivière, Seuil, 16,90€

© Seuil / Tiphaine Rivière

14 Déc

Chroniques de Noël : Black in white America : quand l’éditeur de BD Steinkis fait dans la photographie

Noël approche et vous séchez affreusement côté cadeaux ? Pas de panique, les Chroniques de Noël sont là pour vous venir en aide avec des bandes dessinées qui pourraient faire de l’effet au pied du sapin, des bandes dessinées mais pas seulement. Voici un livre autour des photos de Leonard Freed sorti chez un éditeur plus connu sur ce blog pour son catalogue de bandes dessinées…

Ne cherchez pas, ce livre Black in white America n’a aucun lien avec le neuvième art si ce n’est effectivement l’éditeur qui s’est fait un nom sur le marché du livre avec des bandes dessinées.

Mais, comme le rappelle son site internet, Steinkis publie des livres qui « déclinent les thèmes des relations entre les peuples, les cultures, les civilisations ; des questions d’identité et d’appartenance ou du rôle et de l’intégration des minorités, qu’elles soient religieuses, ethniques, sexuelles, etc ».

Black in white America s’inscrit pile-poil dans ce créneau-là. Il s’agit d’un reportage photographique de Leonard Freed, publié initialement en 1968 après six années passées à sillonner les États-Unis et à amasser une conséquente collection de clichés autour de la vie quotidienne des Noirs, un périple qui l’a entraîné de la Louisiane à New York, en passant par la Géorgie, la Caroline du Nord ou la Virginie.

Dans ces photos, on y lit bien évidemment la misère du peuple noir encore soumis à la ségrégation raciale mais aussi ces moments de bonheur qui émaillent forcément toute vie, ici des enfants jouant autour d’une bouche à incendie, là des musiciens de jazz, des femmes endimanchées ou des sportifs, et puis ces moments de lutte, de joie intense et d’espoir aux côtés du révérend Martin Luther King ou durant la marche sur Washington pour les droits civiques.

Des photos prises su le vif qui hier témoignaient du bienfondé et de l’urgence du mouvement des droits civiques et aujourd’hui d’un passé qui a profondément marqué le pays au point que, comme le souligne la préface, « la question raciale demeure enracinée dans conscience nationale américaine ». Forcément riche d’enseignements !

Eric Guillaud

Black in white America, de Leonard Freed. Steinkis. 35€