29 Mai

L’instant d’après : une intrigue illusionniste signée Zidrou et Maltaite

Sorti le 13 mars dans toutes les bonnes librairies de France et d’ailleurs, cet album de Maltaite et Zidrou aurait pu connaître le même sort que ses personnages, disparaître l’instant d’après. Mais le confinement instauré quelques jours plus tard n’a finalement pas réduit à néant le travail de ses auteurs. Et il est encore largement temps de le découvrir…

Des personnages qui disparaissent. Comme ça. Sans explication. D’un coup ! Ils sont là et l’instant d’après ils ne sont plus là. Alors bien sûr, ça effraie, ça interroge et ça commence à faire désordre dans la France des années 60. Surtout que ces disparitions peuvent toucher n’importe qui, intervenir n’importe où, à n’importe quel moment, dans un ascenseur, une salle de classe, une cabine d’essayage, un avion…

Et même une voiture ! Aline, harpiste reconnue, était assise à côté de son mari. En pleine discussion. Tendue la discussion. La Facel Vega fonçait sur l’autoroute, quand la jeune femme s’est évaporée. De quoi troubler son mari qui en perd le contrôle du véhicule et finit les 4 pneus en l’air. Lui se retrouve à l’hôpital, elle nulle part. De quoi éveiller la suspicion des policiers, d’autant que la jeune femme venait de souscrire une assurance vie. De quoi aussi faire revenir la soeurette des États-Unis. Blandine,  petite blonde streap-teaseuse que tout le monde croit hôtesse de l’air dans sa famille, se retrouve au coeur de l’affaire, à essayer de trouver des pistes, démêler le vrai du faux…

Après deux mois de confinement, voilà une histoire qui devrait aérer nos esprits, emmenée par le prolifique scénariste Zidrou et le dessinateur Eric Maltaite, nom associé aux séries 421 et plus récemment Choc. Pour ceux qui aiment les énigmes non résolues ou presque…

Eric Guillaud

L’Instant d’après, de Zidrou et Maltaite. Dupuis. 14,50€

 

25 Mai

Un Travail comme un autre : sublime adaptation en BD du roman de Virginia Reeves par Alex W. Inker

Attention talent ! Alex W. Inker à qui l’on doit déjà trois albums aussi remarquées que remarquables aux éditions Sarbacane revient avec l’adaptation du premier roman de Virginia Reeves, Un Travail comme un autre, une histoire dans l’Amérique des années 20, à la fois belle et tragique…

Terminé le confinement ! Sans reprendre le cours d’une vie tout à fait normale, nous allons enfin pouvoir vaquer à quelques-unes de nos occupations habituelles, notamment retrouver nos librairies préférées et découvrir les nouveautés que nos amis auteurs et éditeurs nous ont concoctées pour ce printemps étrange.

Parmi celles-ci, Un Travail comme un autre, première véritable lecture post-confinement et premier coup de coeur. Il faut dire que l’album a tout pour séduire : une fabrication hyper-soignée, ce qui est souvent le cas chez Sarbacane, près de 180 pages en quadrichromie, un papier de très belle qualité, une couverture magnifique, une dessin savoureusement rétro et légèrement burlesque qui rappellera à certains la bande dessinée américaine du milieu du XXe siècle, et une histoire de caractère signée de l’Américaine Virginia Reeves et magnifiquement adaptée par le Français Alex W. Inker dont c’est ici le quatrième album de bande dessinée après Apache, Prix polar SNCF 2016, Panama Al Brown et Servir le Peuple, tous publiés aux éditions Sarbacane.

L’histoire justement. Un Travail comme un autre nous embarque dans l’Amérique des années 20. Ce n’est pas encore la Grande Dépression, laquelle débutera avec le krach boursier de 1929, mais déjà, à cette époque, de nombreux fermiers endettés pour assurer la modernisation de leurs exploitations ne parviennent plus à honorer leurs emprunts et sont jetés sur les routes du pays, errant à la recherche d’un nouveau boulot.

Roscoe T Martin aurait pu être un de ces paysans ruinés s’il n’avait pas eu l’idée, l’audace ou le courage, appelez ça comme vous voulez, de détourner une ligne électrique de l’Alabama Power. Non seulement, lui, l’ancien électricien devenu fermier contre son grès lorsque sa femme hérita de l’exploitation familiale, évite la faillite mais trouve le moyen de développer son activité agricole, au point de devenir un homme des plus respectable et respecté des environs.

Jusqu’au jour où un employé de la compagnie d’électricité en question s’électrocute sur l’installation illicite de Roscoe. Pour lui, c’est le début de la fin. Á défaut de connaître l’errance sur les routes comme nombre de ses pairs, Roscoe T Martin va connaître les affres de l’emprisonnement dans un pénitentier d’état. Vingt ans de prison, abandonné par sa femme, violenté par les geôliers, vingt ans… et toute un vie qui fout le camp.

Beau et tragique, sensible et violent, Un Travail comme un autre trouve illustration à sa juste mesure sous le pinceau d’Alex W. Inker. Plus de 180 pages à dévorer, une immersion totale dans l’Amérique des années 20 avec son cortège de douleurs et d’injustices, de brutalités et de lâchetés. Indispensable pour les amoureux de Steibeck, fortement conseillé pour les autres. Du super boulot !

Eric Guillaud

Un Travail comme un autre, d’Alex W. Inker. Sarbacane. 28€ (en librairie le 27 mai)

© Sarbacane / Inker

19 Mai

L’histoire d’une jeune juive déportée racontée en BD par la Nantaise Stéphanie Trouillard

Elle s’appelait Louise Pikovsky, avait 16 ans, pensait que l’avenir lui appartenait. Mais en janvier 1944, elle est déportée et gazée à Auschwitz. En 2010, une correspondance entretenue avec une de ses professeurs est retrouvée au fond d’un placard. Elle est à l’origine de cette bande dessinée…

© Sarah Leduc – France 24

« Si je reviens un jour…  » : ces mots sont les derniers écrits par Louise Pikovsky, une jeune Parisienne juive de 16 ans, qui sera, avec sa famille, arrêtée, déportée et gazée à Auschwitz au début de l’année 1944.

C’est aujourd’hui le titre d’une bande dessinée qui raconte son histoire. Ces mots, terribles, nous accompagnent tout au long de la lecture. Et si elle était revenue, si elle avait pu reprendre le cours de sa vie, continuer de correspondre avec cette professeur, Mme Malingrey, qui l’avait prise sous son épaule, et si elle avait pu retrouver son école où elle était reconnue comme une très bonne élève. Et si, et si, et si…

Malheureusement, Louise Pikovsky n’est jamais revenue. Ses lettres, soigneusement rangées dans un placard du lycée Jean de la Fontaine à Paris, ressurgissent en 2010 à la faveur d’un déménagement au sein de l’établissement. C’est là que Stéphanie Trouillard intervient.

La suite ici

05 Mar

De Spirou à Supergroom : quand les Nantais Fabien Vehlmann et Yoann carburent au super !

Le temps d’une petite dizaine d’années et de cinq albums, Fabien Vehlmann et Yoann ont animé la série Spirou et Fantasio. Ils reviennent aujourd’hui avec Supergroom, les aventures d’un super-héros qui se rêve ordinaire. Rencontre…

Si vous vous demandez comment naît un héros de papier, la réponse est ici assez simple. Supergroom est apparu pour la première fois dans une histoire courte publiée dans le journal Spirou. Coup de foudre des lecteurs et des éditeurs, Supergroom ne pouvait pas disparaître comme ça, d’un coup de cape.

La suite ici

 

02 Nov

Utopiales 2019. Un Gentil orc sauvage reçoit le prix Utopiales BD

On vous l’avait présenté en janvier dernier ici-même, le road-trip en mode fantasy de Théo Grosjean a reçu ce soir le prix Utopiales 2019 BD…

Rien ne va plus au pays des orcs. Les orcs gentils sont attaqués par des orcs sauvages sans pitié. Pour Oscar, l’un des rares à survivre au massacre, c’est l’heure de l’exil…

« Il était uuuun tout petit orc-euuuuh qui n’avait ja-ja-ja-mais égorgé, ohé ohééééééééé ! ». Oscar aime à rappeler qu’il n’est pas un orc méchant. Il le chante à tue-tête. Et de fait, non seulement il n’a jamais égorgé qui que ce soit mais en plus il se lave pour sentir bon, s’habille pour paraître et vit en bonne intelligence au sein d’une communauté d’orcs civilisés dans un petit village des plus paisibles.

Plus pour longtemps. Une horde d’orcs sauvages déterminée à rétablir un ordre ancien déboule et tue tout le monde sur son passage. En quelques coups de lances et de flèches, l’affaire est réglée. Le village paisible est transformé en cimetière à ciel ouvert. Oscar le gentil orc n’a plus qu’une solution : fuir et se réfugier dans le pays voisin, celui des Gobelins.

Sauf qu’on y rentre pas comme ça chez les Gobelins. « Je vais vous envoyer un formulaire d’immigration. D’ici deux, trois ans, on commencera à étudier votre dossier », lui dit un garde-frontière. De quoi se faire tuer un bon millier de fois avant que la situation ne bouge. Commence alors pour Oscar un long périple pour parvenir à traverser la frontière clandestinement…

Paru il y a quelques mois chez Delcourt, Un Gentil orc sauvage est un road-trip de dingue à la Lapinot de Lewis Trondheim, sauf que ce n’est pas lui qui l’a écrit, c’est Théo Grosjean, un de ses élèves de l’école d’art Émile Cohl à Lyon. L’histoire d’Un Gentil orc sauvage nous embarque dans un monde imaginaire, un univers médiéval fantastique plein d’humour, tout en abordant de façon explicite des thèmes bien réels et sérieux comme l’extrémisme, l’exil, la condition des migrants… Drôle et intelligent !

Eric Guillaud

Un Gentil orc sauvage, de Théo Grosjean. Delcourt. 16,95€

© Delcourt / Grosjean

09 Oct

L’ennemi juré de Batman contre-attaque : le Joker superstar !

Avec Lex Luthor ou encore le Docteur Fatalis, le Joker est sûrement l’un des bad guys les plus fascinants de l’univers des comics. Présent dès le premier épisode de Batman en 1940, il a aussi rebondi au cinéma dès 1989 sous les traits de Jack Nicholson. Alors que ce mercredi c’est au tour de l’acteur Joaquin Phoenix d’endosser dans les salles obscures le costume du super-criminel, rééditions et traductions se multiplient en librairie.

En première ligne, il y a bien sûr la réédition ‘deluxe’ de Killing Joke du dessinateur Brian Bolland, surtout scénarisée par la superstar Alan Moore. Une œuvre fondatrice qui, deux ans après The Dark Knight Returns(Batman Année Un en VF) de Frank Miller, fit rentrer brutalement dans l’âge adulte la culture comics. En parlant de Frank Miller, Joker, L’Homme Qui Rit paru initialement en 1993 essaye de lui rendre justement hommage en en reprenant certains des codes, tout en racontant la première rencontre entre les deux ennemis jurés. Un récit assez accessible mais déjà empreint d’un pessimisme et d’une violence sourde qui présageaient des choses à venir, même si l’ajout ici en bonus d’histoires annexes scénarisées par la même personne mais avec un parti-pris graphique plus réaliste et plus terne au niveau des couleurs paraît quelque peu hors-sujet…

Gros pavé de plus de 400 pages, Joker Renaissance est surtout l’œuvre de la star montante de la maison DC, le scénariste Scott Snyder. Le style presque pop et léché mais aussi par moments halluciné de son fidèle compagnon Greg Capullo (Spawn) est contrebalancé par l’incroyable inventivité sadique et sa folie créative de son anti-héros, Snyder se révélant une nouvelle fois particulièrement retors et capable de faire subir à nos amis super-héros les pires humiliations à travers des histoires bourrées de chausse-trappe.

@ DC/Urban Comics – Joker Renaissance de Synder, Capullo, Tynion IV & Jock

Le Joker (tout simplement) de Brian Azzarello et Lee Bermejo est le plus trash du lot, le plus violent et le plus sombre aussi. Ce n’est pas pour rien que Batman n’y est qu’une ombre fugace que l’on ne croise qu’à la toute fin du récit, et encore. L’influence du film de The Dark Knight de Christophe Nolan y est patente et on retrouve ici la folie meurtrière et déstructurée qu’avait insufflé l’acteur Heath Ledger dans le personnage. Si l’on retrouve pas mal des ennemis du vengeur masqué (Le Pingouin, Double-Face etc.), aucun glamour ni flamboyance ici, à l’image d’un décor, Gotham, décrite comme une mégapole tentaculaire et inhumaine. Contre-pied total et surprenant, c’est pourtant dans son volume que l’on retrouve en bonus un pastiche deCalvin & Hobbes où le Joker rencontre Lex Luthor, l’adversaire numéro un de Superman !

À l’heure où Batman fête ses quatre-vingt ans, quatre visions d’un personnage devenu mythique mais un seul et même monstre, fascinant et perturbant.

Olivier Badin

The Killing Joke de Brian Bolland et Allan Moore, 28€ / Joker, L’Homme Qui Rit de Ed Brubaker, Greg Rucka, Doug Mahnke et Michael Lark, 15,50€ / Joker Renaissance de Scott Synder, Greg Capullo, James Tynion IV et Jock, 35€ / Joker de Brain Azzarello et Lee Bermejo, 15,50€ – DC/Urban Comics

@ DC/Urban Comics – Joker Renaissance de Synder, Capullo, Tynion IV & Jock

21 Mai

Little Bird : de la SF dystopique et flamboyante boostée aux hallucinogènes, rencontre avec son dessinateur Ian Bertram

Little Bird est l’un des chocs visuels de ce printemps, une BD ouvertement influencée par des visionnaires comme Jean Giraud alias Moebius et toute la bande de déglingos du magazine ‘Métal Hurlant’, soit une science-fiction dédouanée de ses canons hollywoodiens pour mieux laisser éclater les couleurs mais aussi la violence…

Il faut dire que l’attelage à l’origine de ce roman graphique est inhabituel, entre le scénariste Darcy van Poelgeest et surtout le dessinateur new-yorkais Ian Bertram, formé à la School of Visual Arts et qui travaille à l’ancienne, au stylo d’un trait parfois intimiste, souvent épique et ensanglanté.

On parle ici de ‘dystopie’, c’est-à-dire d’un futur alternatif particulièrement effrayant et pourtant crédible, un futur où le continent nord-américain vit sous l’égide d’un gouvernement totalitaire et théocratique nommé le Vatican. Une résistance essaye pourtant tant bien que mal de se prendre en place. Son seul espoir ? Une petite fille de douze ans appelée ‘Little Bird’ (‘petit oiseau’) dont la famille est, sans qu’elle le sache, au cœur de toute cette tragédie. Un point de départ somme toute assez classique mais qui s’amuse assez rapidement à brouiller les pistes, impression amplifiée par une explosion de couleur et le trait très viscéral de Bertram où l’organique est trituré, hypertrophié et exposé avec une énergie sans cesse renouvelée.

Oui,Little Bird est parfois assez gore mais jamais d’une façon grossière ou gratuite. Pire, quitte à s‘attirer les foudres de ceux qui n’aiment pas ça, lorsque la violence s’y étale, c’est toujours d’une façon presque… Belle on oserait dire, en tous cas grandiose et toujours empreinte de cette mystique christique que l’on retrouve tout le long du récit. On a rencontré son dessinateur au début du mois de Mai dans la capitale, où il a passé quinze jours à « flâner et boire des cafés en terrasse en fumant des cigarettes comme un vrai parisien » mais aussi dessiner, vu qu’il ne se sépare jamais de son carnet de croquis et de ses crayons…

Olivier Badin

Little Bird de Ian Bertram, Darcy van Poelgeest et Matt Hollingsworth. Glénat. 22 euros