29 Juin

Étunwan, Celui-qui-regarde : une aventure intérieure au coeur des grands espaces de l’Ouest américain signée Thierry Murat chez Futuropolis

9782754811972_1_75La Conquête de l’Ouest, la destruction massive des bisons et par la même occasion le massacre des Amérindiens, chacun de nous en connaît plus ou moins l’histoire, souvent – pour les plus vieux d’entre nous au moins – à travers le prisme des westerns qui ont inondé les salles de cinéma au siècle passé. Mais Étunwan, Celui-qui-regarde n’est pas un western…

Du moins au sens commun et cinématographique du terme. Même si on y croise au fil des pages une tribu de Sioux, des troupeaux de bisons sauvagement abattus, des hommes blancs à la recherche de l’eldorado, Étunwan, Celui-qui-regarde est en fait un récit d’aventure et plus encore un récit d’aventure intérieure. L’intime au coeur des grands espaces !

Personnage central de l’histoire, ni héros ni anti-héros, Joseph Wallace, 33 ans, photographe de son état, tire le portrait de l’upper class, des notables et patrons de Pittsburgh en Pennsylvanie.

© Futuropolis / Murat

© Futuropolis / Murat

Jusqu’au jour où, pour une raison que lui-même ignore, le photographe confortablement installé décide de se joindre à une mission d’exploration des territoires encore sauvages, laissant femme et enfants, emportant l’essentiel, sa chambre photographique.

L’objectif de cette expédition est d’explorer de nouvelles zones à cartographier, de trouver peut-être de nouveaux gisements d’or ou de charbon, de nouvelles terres à coloniser, et pour notre Joseph Wallace, de photographier un monde en marche.

© Futuropolis / Murat

© Futuropolis / Murat

« Peut-être est-il vain de vouloir à tout prix saisir les choses et d’en arrêter, même l’espace d’un instant, le mouvement – ou même de donner l’illusion de cet arrêt – parce qu’au bout du compte tout continue sans nous, inévitablement ». Joseph Wallace n’a rien d’un chercheur d’or ou d’un conquistador, son truc à lui, c’est la photographie tout simplement. Et lorsque son objectif croise le regard d’une famille de Sioux Oglalas, la vie de Joseph Wallace en est à jamais transformée, l’homme cherchant dés lors à dresser de manière urgente un état des lieux photographique de la culture des Indiens des grandes plaines…

Une belle écriture, élégante, un trait noir et épais, des couleurs d’une grande sobriété, un très bel album en vérité de Thierry Murat, qui signe ici son premier livre en tant que dessinateur ET scénariste.

© Futuropolis / Murat

© Futuropolis / Murat

Sur son blog, l’auteur explique : « C’est donc la première fois que je signe un livre seul. Vraiment tout seul. Un récit que j’ai écrit pour tenter de parler « vraiment » du génocide amérindien, sans pour autant faire un énième western. J’y parle du travail de mémoire, de la place de l’artiste dans son rôle de témoin au milieu de toute l’absurdité humaine… Mais c’est un livre qui parle aussi et surtout de la photographie naissante (on est à la fin du 19ème siècle), et puis du regard et de sa capacité à raconter… Et de beaucoup d’autres choses encore, plus intimes et plus fragiles que l’histoire avec un grand H ».

En plus d’être passionné par la bande dessinée et ses possibilités narratives, Thierry Murat est également féru de photographie, ceci explique cela, Étunwan, Celui-qui-regarde est doublement une affaire de passion.

Eric Guillaud

Étunwan, Celui-qui-regarde, de Thierry Murat. Editions Futuropolis. 23 €

© Futuropolis / Murat

© Futuropolis / Murat

25 Juin

Pages d’été : Le Port des Marins perdus ou le souffle de la grande aventure par Teresa Radice et Stefano Turconi

album-cover-large-29212C’est l’été, les doigts de pied en éventail, le cerveau en mode détente et enfin du temps pour lire et éventuellement rattraper le retard. Sur la table de chevet, quelques livres en attente. C’est le moment…

Levez l’ancre, affalez les voiles, bordez… et prenez le large à bord de la frégate HMS Explorer au service de sa majesté britannique. À son bord, maître du navire, le premier officier William Roberts, pas mal de marins, d’élèves officiers et un jeune homme, un certain Abel découvert inanimé sur une plage des îles Andaman. Un naufragé qui ne se souvient que d’une chose, son prénom. Que faisait-il là ? Etait-il un marin aguerri ou un passager tombé d’un navire ? Impossible de le savoir…

Recruté comme simple mousse sur l’Explorer, le temps du voyage vers l’Angleterre, Abel se révèle cependant bien plus expert en matière de navigation que bien des marins présents. « Il connaît la mer plus qu’il ne le soupçonne lui-même », remarque le premier officier. Très observateur, très volontaire, très  courageux… ça en devient même un peu trop pour les membres d’équipage qui soupçonnent le jeune homme de leur attirer la poisse…

Dès la couverture et les premières pages de présentation, Le Port des Marins Perdus peut faire penser à un roman d’aventure à la Stevenson. Et ça tombe plutôt bien puisqu’il a tout d’un roman d’aventure à la Stevenson avec un petit côté fantastique en plus. D’ailleurs les deux auteurs, Stefano Turconi et Teresa Radice, mari et femme dans la vraie vie, ont signé précédemment une adaptation en BD de L’île au trésor pour le journal Mickey.

320 pages au total, un scénario force 8, des personnages crédibles, des dialogues efficaces et un dessin réalisé au crayon, délicat, presque fragile… Le Port des marins perdus vous fera changer d’horizon. Et c’est le principal !

Eric Guillaud

Le port des marins perdus, de Teresa Radice et Stefano Turconi. Editions Treize Etrange. 22 €

L’info en +

Le Port des marins perdus a reçu le Prix Gran Guinigi du meilleur roman graphique au festival de Lucca en 2015

23 Juin

Pages d’été : Gauguin, Monet, Egon Schiele, Géricault, Renoir… la vie des grands peintres en BD chez Glénat

Capture d’écran 2016-06-23 à 14.28.01

C’est l’été, les doigts de pied en éventail, le cerveau en mode détente et enfin du temps pour lire et éventuellement rattraper le retard. Sur la table de chevet, quelques livres en attente. C’est le moment…

Lancée en mars 2015, la collection Les Grands peintres des éditions Glénat compte aujourd’hui quinze albums, autant de portraits d’artistes qui ont marqué l’histoire de l’art. Après Léonard de Vinci, David, Courbet, Toulouse-Lautrec ou encore Goya, l’année 2016 s’est enrichie de Gauguin, Monet et Egon Schiele en mars, Géricault et Renoir en ce mois de juin.

Le principe est toujours le même, offrir un portrait de ces peintres en s’attardant sur un moment précis de leur vie et en restituant avec précision, nous dit le dossier de presse, « le contexte historique, artistique, politique ou personnel dans lequel il en est arrivé à peindre l’un de ses tableaux les plus emblématiques. L’objectif n’est pas de retracer une vie entière, mais bien de raconter à chaque fois une histoire permettant de capter au mieux la personnalité de l’artiste et de son œuvre« .

L’idée est bonne, le résultat pas toujours à la hauteur de notre attente – notamment graphiquement – même si quelques grands noms de la BD se sont prêtés au jeu comme Dodo & Ben Radis, Franck Giroud, Griffo, ou encore Nicoby.

Deux points importants à noter, chaque album s’achève sur un dossier pédagogique et une chronologie des peintres célèbres entre 1390 et et nos jours.

Eric Guillaud

Renoir, de Dodo et Ben Radis, Géricault, de Gilles Mezzomo, Egon Schiele, de Sure et Joannidès, Monet, de Gravé et Secka, Gauguin, de Weber et Nicoby. Editions Glénat. 14,50 € l’album.

Capture d’écran 2016-06-23 à 14.34.49

22 Juin

Pages d’été : Jean Valhardi en intégrale : le deuxième volet est disponible

Unknown-1C’est l’été, les doigts de pied en éventail, le cerveau en mode repos et enfin du temps pour lire et éventuellement rattraper le retard. Sur la table de chevet, quelques livres en attente. C’est le moment…

Spirou, Tif et Tondu, Yoko Tsuno, Natacha, Gil Jourdan, Théodore Poussin, Broussaille, tous les grands héros du journal de Spirou ont leur intégrale, une façon pour nous de revivre leurs aventures avec du recul mais aussi avec un oeil averti grâce au dossier copieusement documenté et illustré qui accompagne chaque volume.

Et revoici L’intégrale Jean Valhardi, un deuxième volet qui nous transporte dans les années d’après guerre, entre 1946 et 1950. Des deux créateurs de la série en 1941, seul le scénariste Jean Doisy signe encore les récits au lendemain de la guerre. Le dessinateur Jijé est pour sa part parti aux Etats-Unis avec ses amis Morris et Franquin, confiant le dessin au jeune Eddy Paape qui fait ici ses premières armes dans la bande dessinée.  « Si certaines de ses productions ultérieures comme L’Oncle Paul, Marc Dacier ou Luc Orient lui permirent de connaître le succès… », nous rappellent Christelle et Bertrand Pissavy-Yvernault en ouverture de l’album, « Valhardi fut plutôt synonyme d’un rendez-vous manqué, sa relation avec l’éditeur ayant souffert de beaucoup d’incompréhensions« . Quoiqu’il en soit, Eddy Paape signera en 1953 une aventure mythique de la série Valhardi avec Charlier au scénario, Le Château maudit, et deviendra l’un des plus talentueux auteurs de son époque.

Pour l’heure, ce deuxième volet nous permet de retrouver l’intégralité des aventures de Jean Valhardi dessinées par Eddy Paape entre 1946 et 1950, notamment les histoires Sur le rail, Valhardi et les Rubens, Les diamants artificiels, Valhardi détective, Le roc du diable et À la poursuite de Max Clair. Plus de deux cents de ces planches étaient jusque-là restées inédites en album. Ce n’est plus le Jean Valhardi des années d’occupation qui par sa probité était parvenu à dépasser en notoriété Spirou et devenu l’un des symboles de la résistance du magazine, ni le Valhardi moderne des années 50/60, mais un Valhardi d’entre deux, agent d’assurance de son état, des histoires au scénario dense et au dessin à la fois inspiré par la ligne claire européenne mais aussi par les productions américaines et transalpines. Un morceau de notre patrimoine !

Eric Guillaud

Intégrale Jean Valhardi (deuxième volet), de Paape, Doisy et Delporte. Editions Dupuis. 35 euros

14 Juin

La Bande dessinée c’est facile! : un manuel de Gilbert Bouchard pour tout piger ou presque du dessin et du scénario

9782344016206_cgFacile la bande dessinée ? Pas tant que ça. Combien de candidats et combien d’élus, combien surtout qui au bout du compte parviennent à vivre de cet art ? Très peu…

Alors non, il n’y a rien de facile dans la bande dessinée, ni le dessin, ni le scénario, ni les couleurs. Mais les bases peuvent effectivement s’apprendre assez rapidement. Comme on apprend le solfège. Après, c’est une histoire de travail, de talent et de rencontres au bon moment. Et là, autant dire que ce n’est pas gagné d’avance.

En attendant, voici un livre qui peut permettre aux plus jeunes d’acquérir ces fameuses bases, un livre réalisé par Gilbert Bouchard, auteur de BD et intervenant dans les établissements scolaires notamment.

Tout commence par le dessin d’un visage, de ses expressions, des mouvements de la tête, se poursuit avec la conception des bulles, des onomatopées, des dialogues, des décors, puis avec le respect des perspectives, les codes de la mise en page, de l’écriture du scénario…

Cinquante leçons, autant d’exercices à faire directement sur le livre, La Bande dessinée c’est facile est une méthode simple mais efficace pour découvrir le b.a.-ba de ce merveilleux mode d’expression.

Eric Guillaud

La Bande dessinée c’est facile!, de Gilbert Bouchard. Editions Glénat. 9,90 €

13 Juin

La Boucherie de Bastien Vivès réédité à l’occasion des 11 ans de Warum-Vraoum

Capture d’écran 2016-06-13 à 14.15.16Onze mois pour fêter leurs onze ans. Onze mois et autant de titres phares de leur catalogue réédités. Chez Warum-Vraoum, on voit les choses en grand! L’album Moi je d’Aude Picault avait ouvert le bal en janvier, nous voici en juin, à mi-parcours, et c’est au tour de La Boucherie de Bastien Vivès de se refaire une petite beauté pour la bonne cause.

Tout frais sorti, La Boucherie ne parle pas de la Première guerre mondiale, de ses tranchées et de ses poilus, non non, mais de l’amour qui, sans faire autant de morts, peut provoquer pas mal de dégâts. Au point de se demander si l’amour vaut mieux que la guerre.

Faites l’amour pas la guerre ?

Bien sûr que l’amour vaut mieux que la guerre. D’abord pour tous ces moments intimes de bonheur partagé, ces regards des premières heures, ces confidences sur l’oreiller. Et même si les histoires d’amour finissent mal en général, comme celle-ci, écrite en un mois après une rupture amoureuse par l’excellent Bastien Vivès, auteur par ailleurs de Polina, Le Goût du Chlore ou encore de La Grande Odalisque.

Un récit intime qui nous invite au coeur du quotidien d’un couple, presque sous la couette, et nous fait partager les moments heureux et malheureux, l’amour fou des débuts et le désamour, les joies et les peines, les certitudes et les doutes.

Une histoire universelle  griffée par l’un des auteurs les plus en vue de ces dernières années.

Eric Guillaud

La Boucherie, de Bastien Vivès. Editions Vraoum. 20 €

© Vraoum / Vivès

© Vraoum / Vivès

12 Juin

24 Heures du Mans : un mythe de la course automobile en BD chez Glénat

album-cover-large-29211Pour tous les pilotes du monde comme pour les fans de sport automobile d’une manière générale, les 24 Heures du Mans sont l’une des course les plus prestigieuses au monde, si ce n’est LA plus prestigieuse. À quelques jours du départ de la 84e édition, Glénat publie un album BD sur les éditions de 1968 et 1969. 48 pages plein gaz…

« La course la plus dure… la plus passionnante et la plus gratifiante au monde! », précisent les auteurs de cet album dans les premières pages. Et ils n’ont pas tort. Après les années 1964-1967, la collection « Plein gaz » des éditions Glénat revient sur deux années qui participent pleinement à la légende du circuit et de la compétition. 1968 et 1969, les deux années où Ford s’imposa avec la mythique GT 40 Mk I face à des bolides de plus en plus modernes et rapides. C’était l’époque de Larousse, Ikxs, Beltoise, Oliver, Mairesse… et tant d’autres.

Une fin de décennie également marquée par les événements de mai. La course de 1968 fût reportée au mois de septembre. Une édition pluvieuse.

En une vingtaine de pages pour chaque édition, Christian Papazoglakis et Robert Paquet au dessin, Youssef Saoudi au scénario, nous replongent de très belle manière dans l’atmosphère de ces années 60. Tous les trois sont des passionnés d’automobile. Papazoglakis et Paquet se sont d’ailleurs rencontrés au studio Graton où ils ont contribué aux aventures Michel Vaillant.

Je n’ai pas vérifié si toutes les vis étaient bien présentes sur les bolides mais le dessin et le scénario sont des plus solides. Vous pouvez y aller tête baissée que vous soyez amateurs ou passionnés pointus…

Eric Guillaud

24 Heures du Mans, 1968-1969 : Rien ne sert de courir…, de Christian Papazoglakis, Robert Paquet et Youssef Saoudi. Editions Glénat. 13,90 €

Capture d’écran 2016-06-12 à 21.20.17

07 Juin

Nuages et pluie : une histoire de vampires dans l’Indochine des années 20 signée Loo Hui Phang et Philippe Dupuy

COUVE_NUAGES-ET-PLUIE_WEBUne histoire de vampires chinois en Indochine au lendemain de la Première guerre mondiale, voilà une trame peu banale. Elle est signée par deux auteurs que l’on connaît bien, Loo Hui Phang et Philippe Dupuy. Un album Futuropolis à croquer à pleines dents de nuit comme de jour…

Pour une histoire de vampires, on aurait plus volontiers imaginé un environnement montagneux, une atmosphère brumeuse, un pays de l’Europe centrale par exemple. Mais pas l’Indochine des années 1920. C’est l’une des premières surprises de l’album. Nuages et pluie est un conte fantastique, une histoire à se relever la nuit pour aller se jeter un petit bol de sang frais. Héros presque malgré lui de cette aventure, Werner, un Allemand, un boche comme on appelle couramment ces ennemis d’hier. Werner est arrivé on ne sait trop comment à Saïgon. Besoin d’échapper à son passé, à la guerre justement, à ces tranchées où il a vu mourir son meilleur ami. Une balle qui a traversé le corps de part en part avant d’échouer dans la poitrine de Werner. Lui s’en est sorti.

Rejeté par les uns, détesté par les autres, Werner finit par atterrir dans une immense usine au Laos, une usine qui ressemble à un camp de concentration avec ses baraquements alignés et ses employés qui ont tout de morts-vivants. Un lieu inquiétant dirigé par une famille chinoise dont la fille, dit-on, souffre d’une maladie étrange qui lui interdit de s’exposer à la lumière du jour…

Cent mille journées de prières ou L’Odeur des garçons affamés d’un côté, Monsieur Jean ou Boboland de l’autre, Les enfants pâles et L’Art du chevalement au centreLoo Hui Phang et Philippe Dupuy, pris individuellement ou ensemble, sont des auteurs connus et reconnus au-delà même du monde du Neuvième art. L’une et l’autre, mariés dans la vraie vie, traînent leur talent du côté du théâtre, du cinéma et de la musique, avec des gens comme Rodolphe Burger, Moriarty, Dominique A ou même l’atelier lyrique de l’Opéra de Paris… Des artistes complets unis pour le meilleur et uniquement le meilleur !

Eric Guillaud

Nuages et pluie, de Loo Hui Phang et Philippe Dupuy. Editions Futuropolis. 21,50 €

© Futuropolis / Loo Hui Phang & Philippe Dupuy

© Futuropolis / Loo Hui Phang & Philippe Dupuy

03 Juin

Salto : un roman graphique époustouflant de Judith Vanistendael et Mark Bellido au Lombard

salto-522-l325-h456-cAu milieu de la foultitude d’albums publiés chaque mois, certaines couvertures nous interpellent plus que d’autres, pour un mot, un dessin, un personnage, une couleur. C’est le cas de Salto. Pour toutes ces raisons et pour une autre encore, essentielle, une atmosphère mystérieuse, un personnage encapuchonné, lunettes noires sous la pluie, transformé en perchoir pour quelques oiseaux locaux. Mais que peut bien nous raconter ce livre ? Une simple histoire de marchand de bonbons, comme le suggère le sous-titre ?

Pas tout à fait. Salto est l’histoire d’un saut périlleux. El Salto en espagnol. Un saut dans le vide, dans l’inconnu. Tout commence sur les bords de la Méditerranée, à Castellón de la Plana précisément, près de Valence. Miquel y est effectivement vendeur-livreur de bonbons mais plus pour très longtemps. Son patron en a assez de ses facéties et finit par le virer. Rêveur limite ado attardé, insouciant, voire parfois inconscient, Miquel se retrouve sans boulot, sans un sou. Lui qui se voyait écrivain mais désespère de ne pas avoir une vie romanesque décide un beau jour d’embarquer femmes et enfants dans une nouvelle aventure, un changement de vie radical. Direction le Pays Basque où Miquel devient garde du corps de personnalités menacées par l’ETA. Un chien comme on les appelle alors dans la région.

« Tout ce que tu dois avoir, c’est du courage… », lui dit son nouveau boss, « le reste, tu l’apprendras sur le tas ». Miquel apprendra surtout qu’avec ce genre de boulot, tu n’as plus de vie privée et au bout d’un moment plus de femme, plus d’enfants. Le vide. Miquel se retrouve seul avec son arme et sa mission quasi-divine. Une descente en enfer qui ne fait que commencer…

© Le Lombard / Vanistendael & Bellido

© Le Lombard / Vanistendael & Bellido

De Judith Vanistendael, nous disions à la sortie de son album David, les femmes et la mort qu’elle explorait l’invisible, l’intime, avec beaucoup de délicatesse, une touche de poésie et un sens de la tragédie exceptionnel. Inutile de changer un mot, une virgule, Salto est un album époustouflant qui commence comme une comédie colorée, enjouée, et se termine dans la tragédie la plus sombre. Cette histoire est celle de Mark Bellido que Judith a rencontré il y a quelques années sur le chemin de Compostelle.

J’ai trouvé son histoire fascinante. Et comme j’avais envie de devoir dessiner des choses que je ne dessine pas normalement, de changer mes horizons, une histoire de garde du corps – avec des voitures et des flingues – me paraissait idéale !

Ne vous méprenez pas cependant, Salto relève plus du psychologique que de l’action. Avec un certain courage, ou un courage certain, Judith nous parle de l’ETA, de cette « terreur généralisée » dans laquelle les terroristes ont maintenu le pays pendant des années. « Cette même terreur… », poursuit-elle, « qui est entrée dans mon quotidien au cours de l’année passée. J’habite Molenbeek, à Bruxelles. Cela a été une expérience assez intense de travailler sur un livre qui parle de la terreur dans ce contexte ».

Un livre radicalement indispensable. Parution le 10 juin.

Eric Guillaud

Salto, de Judith Vanistendael et Mark Bellido. Editions Le Lombard. 22,50€

© Le Lombard / Vanistendael & Bellido

© Le Lombard / Vanistendael & Bellido

02 Juin

Tribute to Otomo : une exposition hommage au créateur d’Akira à la Galerie Glénat

Du 8 eu 26 juin, la Galerie Glénat à Paris vous propose de retrouver l’exposition « Tribute to Otomo » réalisée pour le Festival International de la Bande dessinée d’Angoulême en 2016.

Elle sera présentée dans son intégralité et même augmentée de nouveaux hommages de prestigieux dessinateurs parmi lesquels Virginie Augustin, Bannister, Dominique Bertail, Matthieu Bonhomme, Merwan Chabane, Ludovic Debeurme, Benoît Feroumont, Manuele Fior, Juan Gimenez, Jirô Taniguchi, François Boucq… la liste est longue, 53 auteurs en tout pour un hommage à l’un des maîtres du manga, auteur notamment de la série Akira actuellement rééditée aux éditions Glénat Manga.

Eric Guillaud

Plus d’infos sur le site de la galerie Glénat

 

Capture d’écran 2016-06-02 à 09.21.00

RSS