12 Août

Pages d’été : Macha, une aventure humaniste et écologiste de Flora Grimaldi et Maike Plenzke

9782344012390-LC’est l’été, les doigts de pied en éventail, le cerveau en mode détente et enfin du temps pour lire et éventuellement rattraper le retard. Sur la table de chevet, quelques livres en attente. C’est le moment…

Sur l’île d’Errance, les Créatures – un ensemble d’êtres magiques aux pouvoirs redoutables – vivent en paix depuis des lustres. Au point de reléguer la guerre au rang de légende. Mais les choses ont subitement changé avec l’arrivée des humains qui ont abattu des forêts entières et parfois tué des Créatures. L’appât du gain. Alors, tout ce que compte l’île d’Errance en habitants s’est réuni pour voter la guerre. Les Danaïdes, les Primals, les Pucas et les Sylvains, tous bien décidés à sauver leur île.

Après Bran, Flora Grimaldi et Maike Plenzke nous plongent une nouvelle fois dans leur univers de fantasy inspiré des contes et légendes celtiques. L’histoire se déroule quelques années avant Bran. On y découvre le passé de Macha et les origines de sa quête. Une aventure teintée d’humanisme et d’écologie magnifiquement mise en images par l’Allemande Maike Plenzke.

Eric Guillaud

Macha, de Flora Grimaldi et Maike Plenzke. Editions Glénat. 14,95 €

© Glénat / Grimaldi & Plenzke

© Glénat / Grimaldi & Plenzke

Pages d’été : Mercredi ou la grande aventure du quotidien selon Juan Berrio

album-cover-large-29868C’est l’été, les doigts de pied en éventail, le cerveau en mode détente et enfin du temps pour lire et éventuellement rattraper le retard. Sur la table de chevet, quelques livres en attente. C’est le moment…

Ils sont jeunes, vieux, seuls ou en couples, policiers ou retraités, pauvres ou riches, ils sont tous les habitants d’un même quartier, des voisins en somme qui se connaissent ou pas, se parlent ou pas, se croisent plus ou moins formant une vie de quartier ordinaire un mercredi.

Mais l’ordinaire a parfois tout de l’extraordinaire. Juan Berrio, l’auteur de ce roman graphique paru chez Steinkis en mai dernier, nous le raconte avec beaucoup de finesse et de tendresse faisant ressortir le côté poétique du moindre geste, de la moindre rencontre, de la moindre parole.

Avec un trait, fin et élégant, Juan Berrio met en situation ses personnages à l’aspect fongiforme plus attachants les uns que les autres dans une succession de petites scènes pleines d’humanité… C’est frais, c’est léger, c’est humain, une petite douceur dans un monde de brutes.

Eric Guillaud

Mercredi, de Juan Berrio. Editions Steinkis. 15 €

© Steinkis / Berrio

© Steinkis / Berrio

Pages d’été : Bobby change de linge, un roman graphique qui a de la classe signé Hugues Barthe à La Boîte à Bulles

9782849532584_cgC’est l’été, les doigts de pied en éventail, le cerveau en mode détente et enfin du temps pour lire et éventuellement rattraper le retard. Sur la table de chevet, quelques livres en attente. C’est le moment…

En fait, cet album-là ne traîne pas sur ma table de chevet depuis bien longtemps. Il est tout chaud sorti des imprimeries et n’est pas encore disponible en librairie à l’heure où j’écris ces quelques lignes. Vous devrez patienter jusqu’au 24 août pour le tenir entre vos petites mains, de quoi finir cette période estivale en beauté !

Oui, vraiment, en beauté, car Bobby change de linge est un roman qui a de la classe, beaucoup de classe même, avec un graphisme et une narration qui ne sont pas sans rappeler l’esprit des romans graphiques américains actuels, et surtout une histoire singulière qui nous interpelle, nous interroge sur notre monde, notre société.

La classe populaire est-elle soluble dans la classe bourgeoise ? C’est un peu la question que pose Hugues Barthe dans cet album. Et plus largement, l’ascension sociale est-elle une invention des riches ou un fantasme des pauvres ? Derrière une couverture affichant le rose du bonheur pour la vie et les sourires de façade, l’auteur raconte le parcours de Bobby, oui oui Bobby comme Bobby Ewing du feuilleton Dallas, un parcours pas aussi rose qu’il en a l’air.

Bobby aurait préféré s’appeler Boris comme Boris Vian, Marcel comme Proust, Serge comme Gainsbourg, Arthur comme Rimbaud, mais ses parents ont choisi Bobby. Chacun sa culture. Chacun ses références, me direz-vous. Bobby, vous l’aurez compris, vient d’un milieu très populaire. Et un prénom comme celui-ci n’est pas toujours facile à porter, surtout dans le beau monde.

Et le beau monde, le beau linge comme on dit, Bobby va le fréquenter, mieux il va l’épouser. Elle s’appelle Victoire. Son monde à elle, c’est celui de la culture avec un grand C, les livres, la littérature, les grands auteurs. Son père est patron d’une grande librairie. Bobby travaille d’ailleurs pour lui et est promis à un bel avenir au sein de la petite entreprise familiale.

Oui mais voilà, Bobby veut écrire des livres, pas les mettre en rayon. Et peu importe que certains de ses collègues le considèrent comme un petit prétentieux. Il sait qu’il y parviendra en s’appuyant sur ce monde de la bourgeoisie si loin de ses racines, si proche de ses aspirations…

Bien qu’il ait débuté dans la BD d’humour, le Rouennais Hugues Barthe s’est fait remarqué par les lecteurs et les professionnels du milieu avec des thématiques plus sérieuses, notamment l’homosexualité (Dans la peau d’un jeune homo), ou les violences conjugales (L’Été 79 et L’Automne 79). Avec Boby change de linge, il signe un très bel album, une très belle histoire, traitée avec intelligence et finesse, autour de personnages attachants et jamais caricaturaux… Que du bonheur !

Eric Guillaud

Bobby change de linge, de Hugues Barthe. Editions La Boîte à bulles. 18 €

© La Boîte à bulles / Barthe

© La Boîte à bulles / Barthe

06 Août

Pages d’été : un album complètement Loup-phoque de Davy Mourier chez Delcourt

UnknownC’est l’été, les doigts de pied en éventail, le cerveau en mode détente et enfin du temps pour lire et éventuellement rattraper le retard. Sur la table de chevet, quelques livres en attente. C’est le moment…

On se marre sur la banquise ! A s’en couper un bras. Ou deux ! Les hommes se prennent pour des lapins, les poissons ont des tendances suicidaires, les baleines dégazent, les ours blancs rêvent d’attraper le soleil, les étoiles de mer jouent au shérif…. et les loups copulent avec les phoques renouvelant ainsi la faune en donnant naissance à des bestioles qui ne ressemblent à rien, des phoque-loups ou des loup-phoques, moches et inutiles.

C’est l’univers loup-phoque de Davy Mourier, bien connu dans le monde de la BD et au-delà. Relation Cheap, c’est lui. La petite mort, c’est encore lui. Super Caca et Dieu n’aime pas papa, c’est pour la rentrée. On retrouve son humour décalé également sur la toile, où les dessins de Loup-Phoque ont d’ailleurs été prépubliés, et au théâtre où il a notamment travaillé sur le one woman show de Constance, Les Mères de famille se cachent pour mourir, et présenté ses propres spectacles comme Anecdotes. C’est drôle, c’est fin, ça se mange sans faim.

Eric Guillaud 

Loup-phoque, de Davy Mourier. Editions Delcourt. 17,95€

© Delcourt / Mourier

© Delcourt / Mourier

04 Août

Pages d’été : un hommage à Fantômas signé Philippe Chanoinat et Charles Da Costa

CaptureC’est l’été, les doigts de pied en éventail, le cerveau en mode détente et enfin du temps pour lire et éventuellement rattraper le retard. Sur la table de chevet, quelques livres en attente. C’est le moment…

En ces temps-là, les acteurs avaient des gueules d’atmosphère, des tronches de caricatures, des pifs de pas-commodes. Louis de Funès, Bernard Blier, Lino Ventura, Jean Marais, Francis Blanche, Jean Lefevre, Jean-Paul Belmondo, Jean Gabin… Inutile de forcer trop le trait, la nature a déjà fait le boulot. Reste néanmoins que l’approche de Charles Da Costa, appuyée par les textes de Philippe Chanoinat, dans ces livres-hommage au cinéma français des années 50/60 est remarquable. Tout est là, dans l’expression du visage, dans une mimique, un regard, une attitude, un geste.

Après Ne nous fâchons pas, La 7e Compagnie, Les Tontons flingueurs, Les Barbouzes, Un Singe en hiver… c’est au tour de la trilogie culte d’André Hunebelle, Fantômas, d’être croqué dans cet album paru en juin chez Glénat. Des caricatures d’un côté, des textes de l’autre, des textes qui nous en apprennent plus sur le film, le réalisateur, les acteurs…

Simultanément à la sortie de Je t’aurai Fantômas, les éditions Glénat ont réédité Les Tontons éparpillés façon puzzle. Que du culte !

Eric Guillaud

Je t’aurai, Fantômas!, de Charles da Costa et Philippe Chanoinat. Editions Glénat. 15€

Les Tontons éparpillés façon puzzle, de Charles Da Costa et Philippe Chanoinat. Editions Glénat. 15€

© Glénat / Chanoinat & Da Costa

© Glénat / Chanoinat & Da Costa

03 Août

Pages d’été : Chat – Bouboule 2, des histoires poilantes signées Nathalie Jomard chez Jungle!

9782822214568_cgC’est l’été, les doigts de pied en éventail, le cerveau en mode détente et enfin du temps pour lire et éventuellement rattraper le retard. Sur la table de chevet, quelques livres en attente. C’est le moment…

Il n’y a pas que sur les réseaux sociaux qu’ils font un carton. En BD aussi, les chats sont nombreux à retenir notre attention par tous les moyens possibles et inimaginables, depuis le petit ronronnement affectif jusqu’au grand coup de griffe.

Après Le Chat de Geluck, le chat Chi de Konami Kanata et tant d’autres, voici le chat Bouboule qui est, comme son nom l’indique, un peu grassouillet. Mais peu importe, la nuit tous les chats sont grOs, c’est justement le titre du deuxième volet de ses aventures sorti en mai.

Aux pinceaux et à la plume, Nathalie Jomard,  « Auteur, Illustratrice, Maman, Débordée chronique et Bouffon officiel de la République Bananière et Autoproclamée du Grumeauland » qui « naquit, fort opportunément, pile poil le jour de sa naissance« . Même sa bio « rédigée à la truelle » pour son compte Facebook vaut le détour. Nathalie Jomard, vous l’aurez compris, ne manque pas de ressource côté humour. Et le félin est à son image pour le côté humour, pas pour le côté poids. Je ne me permettrai pas!

Bref, Chat Bouboule, le « félin über-charismatique de la république-bananière-et-autoproclamée-du-grumeauland » est de retour pour une série de dessins plus poilants les uns que les autres. Éloignez les oiseaux et autres pulls fragile, ça va griffer, miauler, gratter, sauter sur le lit, s’affaler sur le sèche linge, tenter de manger le poisson rouge, renverser les croquettes, se laisser enfermer dans l’armoire, refuser de sortir par temps de pluie, piquer tous les oreillers de la maison, jouer avec des clochettes à 2 heures du mat… Que du bonheur ! 

Eric Guillaud

Chat Bouboule 2, de Nathalie Jomard. Editions Jungle. 12,95 €

© Jungle / Jomard

© Jungle / Jomard

02 Août

Pages d’été : « Je suis ton père » réédité en intégrale à l’occasion des 11 ans des éditions Warum

album-cover-large-29691C’est l’été, les doigts de pied en éventail, le cerveau en mode détente et enfin du temps pour lire et éventuellement rattraper le retard. Sur la table de chevet, quelques livres en attente. C’est le moment…

Rien de très sérieux, rien de très grave, rien qui changera fondamentalement votre vie ou la face du monde, non, juste de l’humour, beaucoup d’humour, pour cette réédition en intégrale de la série Je suis ton père, parue à l’occasion des 11 ans des éditions Warum – Vraoum!

Avec son trait charbonneux, Bob, c’est l’auteur, nous trimbale dans la vie – pas toujours facile – de père de famille en une série d’histoires courtes d’une page ou presque qui font souvent mouche. Aucun mystère ici, aucune force vraiment obscure, mais le quotidien, les tracasseries de la vie, les aléas des relations père-fils, tout ça décortiqué à la façon de Bob, connu dans l’édition jeunesse sous le nom de Yannick Robert et auteur par ailleurs de l’album Adam (& Eve).

Sortez votre plus belle voix dark-vadorienne, dites « Je suis ton père ». Vous pouvez lire…

Eric Guillaud

Je suis ton père, de Bob. Editions Warum Vraoum! 24 €

© Warum Vraoum! / Bob

© Warum Vraoum! / Bob

 

31 Juil

Pages d’été : Dolorès de Bruno Loth aux éditions La Boîte à bulles

Couv_271040C’est l’été, les doigts de pied en éventail, le cerveau en mode détente et enfin du temps pour lire et éventuellement rattraper le retard. Sur la table de chevet, quelques livres en attente. C’est le moment…

Une enfant accrochée à une bouée de fortune au beau milieu de l’océan. L’image nous fait inévitablement penser aux migrants tentant la traversée de la Méditerranée ces derniers mois, 10 000 morts depuis 2014 selon le HCR, le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés. Mais c’est à une autre tragédie qu’elle fait ici référence, la guerre civile espagnole qui fit entre 1936 et 1939 des centaines de milliers de morts et d’exilés.

Cette histoire, la grande, est abordée dans cet album à travers la petite histoire de Nathalie qui, à cinquante ans, découvre les origines espagnoles de sa mère. La vieille femme qui perd la tête s’est brusquement mise à parler espagnol en demandant qu’on l’appelle Dolorès et non plus Marie. Et puis, il y a ces cauchemars incessants qui la hantent, des histoires de fascistes et de bateau. Personne n’avait jamais entendu parler de ce passé. Troublée, Nathalie se met en quête de cette vie inconnue. Direction l’Espagne où elle découvre le passé de sa mère et du pays, la guerre civile, les morts, les exécutions, l’exil pour beaucoup. Elle y découvre aussi l’Espagne d’aujourd’hui, le mouvement des Indignés, Podemos…

Bruno Loth aime raconter l’humain bousculé par les grands épisodes de notre passé, que ce soit le Front populaire et l’Occupation avec Apprenti et Ouvrier ou, déjà, la guerre d’Espagne avec Ermo, une série de 6 albums auto-éditée entre 2006 et 2013.

Par son format, par son approche et son graphisme, Dolorès offre un récit intime en forme de témoignage sur l’Espagne d’hier et d’aujourd’hui.

Eric Guillaud

Dolorès, de Bruno Loth. Editions La Boîte à Bulles. 18€

© La Boîte à Bulles / Loth

© La Boîte à Bulles / Loth

29 Juil

Festival Spirou : une troisième édition les 2, 3 et 4 septembre à Bruxelles

13626380_10153961571793732_8756649427730590518_nDédicaces, dessins en direct, ateliers, expositions, animations diverses et variées, débats, rencontres… ça aurait pu être un festival comme un autre mais ce n’est pas un festival comme un autre, c’est LE festival Spirou, autant dire le festival des éditions Dupuis. Il se tiendra pour la troisième année consécutive au Parc Royal de Bruxelles du 2 au 4 septembre en présence d’une quarantaine d’auteurs maison…

Eric Guillaud

27 Juil

Pages d’été : Un Juste de Patrice Guillon et David Cénou

album-cover-large-29727C’est l’été, les doigts de pied en éventail, le cerveau en mode détente et enfin du temps pour lire et éventuellement rattraper le retard. Sur la table de chevet, quelques livres en attente. C’est le moment…

L’album Un Juste est sorti il y a maintenant deux mois mais vous devriez le trouver sans peine dans toutes les bonnes librairies BD de France. Comme son titre le laisse très justement suggérer, le récit de Patrice Guillon au scénario et David Cénou au dessin a pour thème la Seconde guerre mondiale, l’occupation allemande, la déportation juive et la résistance de certains Français à la barbarie nazie.

C’est une histoire vraie que nous raconte Un Juste, une histoire qui met en scène deux familles, les Lévy d’un côté et les Cénou de l’autre, plus particulièrement Fernand Cénou, l’arrrière-grand-père de l’auteur David Cénou. C’est aussi quelque part l’histoire de toutes ces familles juives qui ont cherché à échapper à la déportation et de toutes ces familles non juives qui ont accepté de les y aider, en dépit des risques de représailles.

Il est facile de dire aujourd’hui, depuis notre – très relatif – environnement pacifié, que nous aurions été résistants, que nous aurions sauvé des vies innocentes. Fernand Cénou, lui, l’a fait, comme quelques autres, en restant qui plus-est très discret sur cet acte héroïque durant toute sa vie.

© La Boîte à Bulles / Cénou & Guillon

© La Boîte à Bulles / Cénou & Guillon

En 1942, l’arrière-grand-père de David Cénou ne cachait pas sa haine pour Pétain, « le premier collabo de France […] Ah, il est beau le héros de Verdun« , lui font dire les auteurs. Lui préférait clairement écouter Radio Londres à Radio Paris, filer un coup de main à la Résistance plutôt que de cirer les bottes des Allemands.

C’est donc presque naturellement qu’il accepta de cacher la famille Lévy en 1942 dans un appartement contigu au sien. La famille Lévy y resta jusqu’au débarquement des troupes alliées sur les plages de Provence, en août 1944. De longs mois avec la peur au ventre avant le soulagement puis l’envie d’oublier toute cette folie dans un réflexe de survie.

Et c’est bien des années plus tard, en retombant sur une correspondance entre ses parents et la famille Cénou, que Myriam entreprenait une action pour que Fernand et sa femme, Aurélie, soient reconnus Justes parmi les nations. Ils le seront en 2012. Leur dossier porte le numéro 10368.

Soutenu par le Comité français pour Yad Vashem et la Fondation pour la mémoire de la Shoah, Un Juste apporte un témoignage et un éclairage remarquable sur l’époque, les atrocités des uns mais aussi les élans de solidarité et de générosité des autres, un véritable outil pédagogique intelligemment complété par un dossier de quelques pages revenant sur la notion de Justes parmi les nations, sur le statut des juifs pendant la guerre et sur leur persécution.

Pour ne jamais oublier…

Eric Guillaud 

Un Juste, de Patrice Guillon et David Cénou. Editions La Boîte à bulles. 18 €

© La Boîte à Bulles / Cénou & Guillon

© La Boîte à Bulles / Cénou & Guillon

 

RSS