28 Nov

Festival d’Angoulême 2023 : les nouveautés et les sélections officielles en un clin d’œil

Le Festival international de la bande dessinée tenait ce matin sa traditionnelle conférence de presse afin de présenter le programme complet de la prochaine édition, une édition exceptionnelle, la cinquantième, qui se tiendra du 26 au 29 janvier 2023…

Les affiches du festival d’Angoulême 2023

Cinquante ans ! Cinquante ans que le festival d’Angoulême nous en mets plein la bulle. Et ce n’est pas fini. Cette nouvelle édition a été imaginée, explique les organisateurs, comme « une préfiguration du futur du Festival. Un futur reposant à la fois sur l’identité et l’héritage culturel de l’événement et des innovations destinées à intégrer les évolutions de la relation du public à la bande dessinée (lesquelles viennent elles-mêmes croiser celles de la société).Il s’agit par conséquent d’initier des développements destinés à s’affirmer dans les années à venir, avec, toujours comme but ultime, de renforcer la fonction de médiateur du Festival au service du 9e art ».

Et les pistes sont nombreuses, notamment cette année verra le jour un quartier manga avec lieu d’exposition et espace scénographié accueillant l’offre éditoriale des éditeurs spécialisés, un quartier jeunesse, un espace autour du marché de l’art, de nouvelles productions sur la chaine Twitch du festival ou sur le compte Tik Tok, des podcasts…

De façon plus classique, le festival fera la part belle aux rencontres, aux expositions (50 ans d’Angoulême, L’Attaque des Titans, Julie Doucet, Marguerite Abouet, Bastien Vivès, Druillet…) et remettra ses traditionnels Fauves. Les albums sélectionnés pour la compétition officielle ont été dévoilés ce matin :

Sélection officielle

Animan, d’Anouk Ricard (Exemplaire)
L’Arabe du futur 6, de Riad Sattouf (Allary)
L’Artiste à mi-temps, de Timothée Ostermann (Sarbacane)
Au-dessus l’odyssée, de Jason (Atrabile)
La Cendre et l’Écume, de Ludovic Debeurme (Cornélius)
La Couleur des choses, de Martin Panchaud (Çà et là)
La Dernière Reine, de Jean-Marc Rochette (Casterman)
Eden, de Sophie Guerrive (2024)
Hoka Hey !, de Neyef (Label 619)
Ils brûlent 1, d’Aniss El Hamouri (6 Pieds sous terre)
L’Institut des Benjamines, d’Anne Simon (Misma)
Je viens de loin mais je repars bientôt, de Smits et Zwart (Même pas mal)
Khat, de Ximo Abadia (La Joie de lire)
La Maison nue, de Marion Fayolle (Magnani)
Le Manoir de Chartwell, de Glenn Head (Delcourt)
La Mer à boire, de Blutch (2024)
Merel, de Clara Lodewick (Dupuis)
Métax, d’Antoine Cossé (Cornélius)
Michel, la fin, les moyens, tout ça…, de Pierre Maurel (L’Employé du moi)
Naphtaline, de Sole Otero (Çà et là)
Peau, de Clément et Versyp (Çà et là)
Petar et Liza, de Miroslav Sekulic Struja (Actes Sud)
Les Pizzlys, de Jérémie Moreau (Delcourt)
Poisson à pattes, de Blonk (Pow Pow)
La Princesse du château sans fin, de Shintaro Kago (Huber)
La Revanche des bibliothécaires, de Tom Gauld (2024)
Roxane vend ses culottes, de Maybelline Skvortzoff (Tanibis)
Le Secret de la force surhumaine, d’Alison Bechdel (Denoël)
Se rétablir #1, de Lisa Mandel (Exemplaire)
Spa, d’Erik Svetoft (L’Employé du moi)
La Terre, le ciel, les corbeaux, de Teresa Radice et Stefano Turconi (Glénat)
T’zée. Une tragédie africaine, d’Appollo et Brüno (Dargaud)
Under Earth, de Chris Gooch (Huber)
Une rainette en automne, de Linnea Sterte (La Cerise)
La Voix de Zazar, de Geoffroy Monde (Atrabile)
Work-life-balance, d’Aisha Franz (L’Employé du moi)

Sélection Éco-fauve Raja

Être montagne, de Jacopo Starace (Sarbacane)
La Forêt. Une enquête buissonnière, de Claire Braud (Casterman)
Immonde !, d’Elizabeth Holleville (Glénat)
Planètes 1, de Makoto Yukimura (Panini)
Sous le soleil, d’Ana Penyas (Actes Sud – L’An 2)
Les Trompettes de la mort, de Simon Bournel-Bosson (L’Agrume)
Vega, de Yann Legendre et Serge Lehman (Albin Michel)

Sélection Fauve Polar SNCF

Colorado Train, d’Alex Inker (Sarbacane)
Le Dormeur, de Rodolfo Santullo et Carlos Aón (Ilatina)
Gauloises, d’Igort et Andrea Serio (Futuropolis)
Hound Dog, de Nicolas Pegon (Denoël)
Lost Lad London, de Shima Shinya (Ki-oon)
Meurtre télécommandé, de Paul Kirchner (Tanibis)
Reckless. Éliminer les monstres, de Sean Phillips et Ed Brubaker (Delcourt)

Sélection Patrimoine

Fabulosas, de Nazario (Misma)
Fleurs de pierre, de Hisashi Sakaguchi (Revival)
Journal, de Fabrice Neaud (Delcourt)
Là-haut, non !, de Filippo Scozzari (Presque Lune)
Love & Rockets : Maggie la mécano, de Gilbert et Jaime Hernandez (Komics Initiative)
Ras le bol, de Cardon (Requins Marteaux-Super Loto)
White Boy, de Garrett Price (2024)

Sélection Jeunesse

Aujourd’hui, de Loïc Froissart (L’Articho)
Ana et l’entremonde 1, de Cy et Marc Dubuisson (Glénat)
Boubou et ses amis, de Yoon-sun Park (Biscoto)
Boys Run the Riot, de Keito Gaku (Akata)
De cape et de mots, de Flore Vesco et Kerascoët (Dargaud)
Félixe et la maison qui marchait la nuit, de Sophie Bédard (La ville brûle)
Les Contrées salées, de Hope Larson et Rebecca Mock (Rue de Sèvres)
Derrière le rideau, de Sara Del Giudice (Dargaud)
Horimiya, de Daisuke Hagiwara et Hero (Nobi Nobi)
La Longue Marche des dindes, de Léonie Bischoff (Rue de Sèvres)
La Concierge du grand magasin, de Tsuchika Nishimura (Le Lézard noir)
Ranking of Kings 1, de Sosuke Toka (Ki-oon)
Récréation, de Victor Hussenot (La Joie de lire)
Le Super Week-end de l’océan, de Gaëlle Alméras (Maison Georges)
The Magic Fish, de Trung Le Nguyen (Ankama)
Toutes les princesses avant minuit, de Quentin Zuttion (Le Lombard)
Violette contre Diablot 1, d’Emilie Clarke (Biscoto)
Voleuse, de Lucie Bryon (Sarbacane)

Sélection Fauve des lycéens

Animan, d’Anouk Ricard (Exemplaire)
Les Pizzlys, de Jérémie Moreau (Delcourt)
Ils brûlent 1, d’Aniss el Hamouri (6 Pieds sous terre)
T’Zée, une tragédie africaine, de Brüno et Appolo (Dargaud)
Naphtaline, de Sole Otero (çà et là)
La Terre, le ciel, les corbeaux, de Stefano Turconi et Teresa Radice (Glénat)
Eden, de Sophie Guerrive (2024)
Khat : journal d’un réfugié, de Ximo Abadia (La Joie de lire)
Poisson à pattes, de Blonk (Pow Pow)
Hoka Hey, de Neyef (Label 619)

Sachez enfin que si vous vous êtes passionné de BD et résidez en Nouvelle-Aquitaine, vous pouvez devenir juré du Fauve d’Angoulême – Prix du Public France Télévisions 2023. Toutes les infos sont ici 

Eric Guillaud 

01 Nov

Utopiales 2022. Le palmarès complet

La 23e édition des Utopiales s’achève ce soir après quatre jours la tête dans les étoiles ou pas loin à explorer les limites, nos limites. Une thématique riche, des débats intenses, des rencontres infinies, des festivaliers venus en nombre, 108.000 selon le festival, 340 séances de dédicaces, 140 conférences, 60 séances de cinéma… et des prix pour couronner le tout.

Prix extraordinaire

 Jean-Pierre Dionnet

Prix littéraires

Prix utopiales : Les Oubliés de l’Amas de Florine Soulas (France), Éd. Scrineo

Prix utopiales jeunesse : Le troisième exode de Daniel Mat (Suisse), Éd. Scrineo

Prix utopiales bd : René·e aux bois dormants d’Elene Usdin (France), Éd. Sarbacane

Mention spéciale du jury (prix bd) : Le Grand Vide de Léa Murawiec (France), Éd. 2024

Prix du meilleur scénario de jeu de rôle

Blues Fighters de Ben Perrot dans l’univers du jeu Chroniques Oubliées aux Éditions Black Book.

Cinéma

Compétition internationale de longs-métrages

Prix du jury : Viking de Stéphane Lafleur (Canada)

Mention spéciale du jury : Unicorn wars d’Alberto Vásquez (Espagne | France)

Prix du public : Maurice le chat fabuleux de Toby Genkel & Florian Westermann (États-Unis | Royaume-Uni | Allemagne)

Compétition internationale de courts-métrages

Prix du Jury : Finito de Patrik Eklund (Suède)

Mention spéciale du jury : New Babylon de Gideon van der Stelt (Pays-Bas)

Prix Canal+ : Finito de Patrik Eklund (Suède)

Prix du public : Finito de Patrik Eklund (Suède)

19 Mar

Festival International de la BD d’Angoulême 2022: le palmarès complet

La 49e édition du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême vient de dévoiler son palmarès 2022 et notamment son Fauve d’Or attribué à Écoute jolie Márcia de Marcello Quintanilha…

Écoute, jolie Márcia de Marcello Quintanilha, Fauve d’Or 2022

 

Fauve d’or :  Écoute jolie Márcia de Marcello Quintanilha aux éditions ça et là

Fauve spécial du jury : Des vivants (éditions 2024) de Raphaël Meltz, Louise Moaty et Simon Roussin.

Prix de la série : Spirou, l’espoir malgré tout (3e partie) d’Émile Bravo aux éditions Dupuis

Prix de l’audace : Un visage familier de Michael DeForge aux éditions Atrabile

Fauve Révélation :  La vie souterraine de Camille Lavaud Benito

Fauve des Lycéens : Yojimbot t.1 de Sylvain Repos aux éditions Dargaud.

Prix du Public France Télévisions : Le grand vide de Léa Murawiec aux éditions 2024.

Fauve Patrimoine : Howard Cruse pour Stick Rubber Baby, aux éditions Casterman

Prix Éco-Fauve Raja : Mégantic, un train dans la nuit d’Anne-Marie Saint-Cerny et Christian Quesnel.

Prix de la bande dessinée alternative : fanzine Bento du collectif RADIO AS PAPER

Fauve Polar SNCF 2022 : L’Entaille d’Antoine Maillard aux éditions Cornélius

Prix René Goscinny – Jeune scénariste :  Raphaël Meltz et Louise Moaty pour l’album Des Vivants dessiné par Simon Roussin aux éditions 2024.

Prix René Goscinny du meilleur scénario d’album : Jean-David Morvan pour Madeleine, résistante

prix Konishi de la traduction de manga : Nathalie Lejeune, pour la traduction de Blue Period de YAMAGUCHI Tsubasa chez Pika Edition

Prix de la Bande Dessinée du Musée de l’histoire de l’immigration : Kei Lam, pour Les saveurs du béton chez Steinkis.

Le Palmarès jeunesse

Prix des écoles d’Angoulême : La sentinelle du petit peuple, tome 1 de
Carbone, Barrau et Forns, Dupuis

Prix des collèges – rectorat de Poitiers : Urbex de Clarke et Dugomier, Le Lombard

Prix des lycées – rectorat de Poitiers : Grand silence de Théa Rojzman et Sandrine Revel, Glénat

Prix d’Angoulême de la BD scolaire : L’enterrement de Laure Leclech

Prix Espoir de la BD scolaire : ANI-mots de Théo Royant-Sanchez

Prix du scénario de la BD scolaire : La chose de Marine Barbery

Prix du graphisme de la BD scolaire : Orpheline de Cathleen Rosaz

Concours #FIBDCHALLENGE : Inbound de Pierre Cesca

Lauréats jeunes talents : Anto Metzger, Diana Vlasa, Vicent Ducamin

Lauréates jeunes talents région : Mathilde Groothaerdt, Manon Ruhrmann, Jade Charlet

Fauve d’Angoulême – Prix jeunesse 8-12 ans : Bergères guerrières de Jonathan Garnier et Amélie Fléchais, Glénat

Fauve d’Angoulême – Prix jeunesse 12-16 ans : Snapdragon de Kat Leyh, Kinaye

Eric Guillaud

FIBD. Fauve d’Angoulême – Prix du Public France Télévisions 2022 : Le Grand vide de Léa Murawiec

Après Saison des roses de Chloé Wary en 2020 et Anaïs Nin de Léonie Bischoff en 2021, le Fauve d’Angoulême – Prix du Public France Télévisions troisième du nom revient une nouvelle fois cette année à une autrice, Léa Murawiec, pour Le Grand vide paru aux éditions 2024, un premier album unanimement salué par les membres du jury pour sa singularité graphique et scénaristique. Une œuvre vertigineuse qui annonce le retour de la grande aventure au rayon BD !

On sait combien la vie tient parfois à un fil, dans cet album elle tiendrait plutôt à une pensée. Manel Naher est une jeune femme ordinaire, un peu trop peut-être, qui passe son temps à dénicher des récits d’aventure dans une vieille librairie pour s’évader du monde dans lequel elle vit, une espèce de mégalopole où chacun doit se battre contre l’anonymat en affichant son nom telle une publicité.

Plongée dans ses livres, Manel se fait oublier de tous, de quoi disparaître à jamais.

© 2024 / Murawiec

Car oui, dans le monde dystopique que nous dépeint Léa Murawiek, si personne ne pense à vous, alors vous n’avez plus de présence et vous mourez. C’est aussi simple que cela. Manel va l’apprendre à ses dépens. En pleine rue, une crise cardiaque, direction l’hôpital.

« Votre présence était quasiment nulle, votre cœur ne l’a pas supporté »

Pour les médecins, les choses sont claires. Seul un traitement intensif peut lui permettre de s’en sortir, d’autant qu’un homonyme, chanteuse très célèbre dont le tube Mon nom sur toutes les lèvres fait un carton, accapare les pensées de toutes et tous.

Et ce traitement intensif ? Boites de nuit, réunions de famille, déjeuners d’affaires… bref des sorties, des rencontres, de quoi faire du lien social… et retrouver un peu de présence, d’existence aux yeux des autres et donc d’espérance de vie.

Mais Manel ne rêve que d’une chose : rejoindre le grand vide, un espace où la popularité ne décide pas de votre vie ou de votre mort.

© 2024 / Murawiec

Paru en aout dernier, Le Grand vide a fait sensation dans le milieu du neuvième art et au-delà par la singularité et la force qui se dégagent du scénario, par la formidable élasticité du trait et le dynamisme des planches.

Passée par l’école Estienne à Paris puis l’École européenne supérieure de l’image à Angoulême, Léa Murawiek écrit cette première bande dessinée au cours d’une résidence de deux ans à la Cité de la Bande dessinée.

Elle y met toutes ses influences, le manga bien sûr, mais aussi la bande dessinée européenne expérimentale et alternative d’où elle est issue.

© 2024 / Murawiec

À l’heure où les bandes dessinées documentaires, reportages, biographiques, autobiographiques, scientifiques, pédagogiques… ont colonisé – parfois un peu trop – les rayons de nos librairies préférées, Léa Murawiek fait souffler un vent nouveau où l’aventure retrouve ses lettres de noblesse sans pour autant oublier de jeter un oeil critique sur notre société.

Module

« Ce que j’aime dans les fictions dystopiques… », explique Léa, « c’est qu’elles partent d’un constat sur le monde réel pour créer tout un univers parallèle à partir de ce détail ». 

De fait, Le Grand vide interroge, nous interroge, sur l’hyper-concentration urbaine, l’anonymat qui y règne, le regard des autres, la solitude et la popularité comme seul signe d’existence, autant de sujets importants en ces temps de pandémie, de confinement, de distanciation.

Aucun doute, en l’espace d’un livre, Léa Murawiek s’est fait un sacré nom dans le neuvième art et nous ne sommes pas près de l’oublier…

Eric Guillaud

Le Grand vide, de Léa Murawiek. Éditions 2024. 25€

Les membres du jury du Prix du Public France Télévisions

04 Mar

Hellfest : Bientôt en chair, en os et en papier

Et si le site du Hellfest devenait un mini-golf géant ? Non, pas de panique, il ne s’agit pas là du dernier projet de la mairie de Clisson mais du scénario complètement déjanté d’un album de bande dessinée à paraître début juin dans toutes les bonnes librairies.

D’un côté le Hellfest, célèbre festival de metal de Clisson qui devrait revenir en juin après deux années d’annulation pour cause de pandémie. De l’autre, la maison d’édition nantaise Rouquemoute. Au centre Hellmoute, une nouvelle collection de BD autour du festival qui verra le jour début juin avec un premier album baptisé Hellfest Metal Vortex et signé Jorge Bernstein, Fabrice Hodecent et Pixel Vengeur.

La suite ici

08 Déc

Vous adorez la BD ? Devenez membre du jury qui décernera en janvier le Fauve, Prix du Public France Télévisions – Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême !

Vous êtes un lecteur ou une lectrice passionné(e) de bande dessinée, vous habitez en Nouvelle Aquitaine et vous aimeriez devenir juré d’un prix littéraire ? Alors posez votre candidature pour être membre du jury du Fauve – Prix du public France Télévisions qui sera décerné à l’occasion du prochain festival d’Angoulême ! Comment faire ? On vous explique tout ici…

Décerné par des lecteurs et très convoité par les éditeurs, le Prix du public du Festival de la BD d’Angoulême (FIBD) avait été mis en sommeil lors de l’édition 2019. Cette disparition n’aura été que de courte durée. Le 1er février 2020, à l’occasion de la 47e édition du Festival, un jury composé de neuf téléspectateurs décernait le premier prix du public France Télévisions à Chloé Wary pour son album Saison des roses paru aux éditions FLBLB. Rebelote en 2021, malgré la crise sanitaire et l’annulation du festival, le Fauve – Prix du public France Télévisions était remis à Léonie Bischoff pour l’album Anaïs Nin

Cette année encore, France Télévisions s’associe au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême pour ce prix prestigieux et vous offre la possibilité de devenir l’un des neuf membres du jury.

Comment ça fonctionne ?

De la sélection officielle du Festival International de la Bande Dessinée, un comité de journalistes et spécialistes de la littérature de France Télévisions en retiendra une sélection de huit titres.

Ensuite, c’est à vous de voter !

Suite à cet appel à candidatures, 9 téléspectateurs seront sélectionnés et les huit bandes dessinées leur seront offertes en lecture. Ce jury de lecteurs se réunira le vendredi 29 janvier au matin, dans les coulisses du Festival pour délibérer, voter et élire  l’heureux/euse lauréat(e) du Prix du Public France Télévisions ! Il sera décerné lors de la cérémonie de remise des prix du Festival le soir même.

Ne tardez plus, écrivez-nous une lettre bien argumentée et exposez les raisons pour lesquelles vous voulez participer à cette nouvelle aventure. Parlez de vous, de votre passion pour la bande dessinée, aussi bien que de vos derniers coups de cœur littéraires…

Pour poser votre candidature, c’est ici

07 Oct

Près de Cholet au May-sur-Èvre : 14e édition du festival de la BD engagée les 9 et 10 octobre

Aventure, humour, polar, documentaire, biopic… le champ des possibles en bande dessinée est quasiment infini, le festival du May-sur-Èvre a décidé lui de s’intéresser à la seule BD engagée depuis bientôt 15 ans. Au menu : deux jours de rencontres, dédicaces, débats, spectacles et expositions.

Extrait de l’affiche 2021 – © Morvandiau

La suite ici

13 Jan

Fauve d’Angoulême – Prix du Public France Télévisions 2021: huit albums en lice

Pour la deuxième année consécutive, France Télévisions s’associe au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême pour décerner le Fauve d’Angoulême – Prix du public. Huit albums ont été présélectionnés. Le lauréat sera connu le 29 janvier…

En raison de la pandémie, on le sait, le Festival international de la Bande Dessinée d’Angoulême déclinera pour sa 48e édition une forme un peu particulière, en deux temps, un festival espéré sur site en juin, une exposition d’envergure consacrée à Emmanuel Guibert et la remise des prix, les Fauves, dès la fin janvier. 

La suite ici

 

18 Déc

Vous êtes un fou de BD et rêvez depuis toujours de devenir membre d’un jury ?

Vous êtes un lecteur ou une lectrice passionné(e) de bande dessinée et vous souhaitez devenir juré d’un prix littéraire ? Alors posez votre candidature pour être membre du jury du Prix du public France Télévisions lors du prochain festival d’Angoulême ! Comment faire ? On vous l’explique ici…

Décerné par des lecteurs et très convoité par les éditeurs, le Prix du public du Festival de la BD d’Angoulême (FIBD) avait été mis en sommeil lors de l’édition 2019. Cette disparition n’aura été que provisoire. Le 1er février 2020, à l’occasion de la 47e édition du Festival, un jury composé de neuf téléspectateurs décernait le prix du public France Télévisions à Chloé Wary pour son album Saison des roses (édition FLBLB).

Cette année encore, France Télévisions s’associe au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême pour ce prix prestigieux et vous offre la possibilité de devenir l’un des treize membres du jury.

Comment ça fonctionne ?

De la sélection officielle du Festival International de la Bande Dessinée, un comité de journalistes et spécialistes de la littérature de France Télévisions en retiendra une sélection de huit titres.

Ensuite, c’est à vous de voter !

Suite à cet appel à candidatures, 13 téléspectateurs seront sélectionnés et les huit bandes dessinées leur seront offertes en lecture. Ce jury de lecteurs se réunira le vendredi 29 janvier au matin, en visio conférence pour voter et élire l’heureux/euse lauréat(e) du Prix du Public France Télévisions ! Il sera décerné lors de la cérémonie de remise des prix du Festival le soir même.

Ne tardez plus, écrivez-nous une lettre bien argumentée et exposez les raisons pour lesquelles vous voulez participer à cette nouvelle aventure. Parlez de vous, de votre passion pour la bande dessinée, aussi bien que de vos derniers coups de cœur littéraires…

Pour poser votre candidature, c’est ici

17 Nov

Le deuxième volet du Dernier Atlas en sélection officielle au prochain Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême

Quarante-quatre albums concourront cette année dans la prestigieuse sélection officielle du Festival d’Angoulême 2021, 44 albums et parmi eux le deuxième volet du Dernier Atlas réalisé par une équipe d’auteurs nantais…

Comme chaque année, et malgré la crise sanitaire actuelle, le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême a dévoilé ce matin sa sélection officielle pour une édition 2021 qui se jouera en deux temps, la mise en avant du palmarès fin janvier et un festival sur site qui « explorera des propositions artistiques inédites et s’intégrera dans l’opération Partir en livre du CNL ». espéré par tous du 24 au 27 juin.

Dans la sélection officielle figurent 44 albums, notamment Aldobrando de Luigi Critone et Gipi, L’Accident de chasse de Landis Blair et David L. Carlson, Beaume du Tigre de Lucie Quéméner, Bolchoi Arena de Aseyn et Boulet, Kent State, quatre morts dans l’Ohio de Derf Backderf, Rusty Brown de Chris Ware… et le deuxième volet du Dernier Atlas signé par la brillante équipe nantaise constituée de Gwen de Bonneval, Hervé Tanquerelle, Fabien Vehlmann, Fred Blanchard et de la coloriste Laurence Croix. 

Une bonne nouvelle d’autant que Le premier volet du Dernier Atlas figurait déjà dans la sélection officielle de la 47e édition du festival en 2020 et qu’il avait permis la même année aux co-scénaristes Gwen de Bonneval et Fabien Vehlmann de remporter le prix René Goscinny.

À la sélection officielle et ses 44 albums qui concourront dans six catégories dont le Prix du Public France Télévisions, s’ajoutent la sélection Patrimoine avec 7 albums, la sélection 8-12 ans, 8 albums, la sélection 12-16 ans, 8 albums dont l’excellent Serment des Lampions de Ryan Andrews, la sélection Fauve Polar SNCF, 7 albums, et enfin la sélection Fauve des lycéens, 15 albums.

Quel est l’album qui succédera à Révolution de Grouazel et Locard, Fauve d’or prix du meilleur album en 2020 ? Réponse le vendredi 29 janvier 2021.

Eric Guillaud