26 Jan

Festival international de la bande dessinée d’Angoulême : le palmarès 2019

La 46e édition du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême vient de faire connaître son palmarès 2019 et notamment son Fauve d’Or attribué à Moi, ce que j’aime, c’est les monstres d’Emil Ferris chez Monsieur Toussaint Louverture…

Fauve d’Angoulême – fauve d’orMoi, ce que j’aime, c’est les monstres d’Emil Ferris chez Monsieur Toussaint Louverture

Fauve d’Angoulême – Prix spécial du juryLes Rigoles, de Brecht Evens, chez Actes Sud

Fauve d’Angoulême – Prix de la sérieDansker, de Halfdan Pisket, chez Presque Lune

Fauve d’Angoulême – Prix révélationTed drôle de coco, d’Émilie Gleason, chez Atrabile

Fauve d’Angoulême – Prix jeunesseLe Prince et la Couturière, de Jen Wang chez Akiléos

Fauve d’Angoulême – Prix patrimoineLes Travaux d’Hercule, de Gustave Doré chez 2024

Fauve polar SNCF : VilleVermine : T1, L’Homme aux babioles de Julien Lambert chez Sarbacane

Fauve d’Angoulême – Prix de la BD alternativeExpérimentation, de Samandal

Prix des écoles d’AngoulêmeLa boîte à musique de Gijé et Carbone, chez Dupuis

Prix des collèges : La Brigade des Cauchemars, T.1 de Franck Thuillez, Yomgui Dumont et Drac chez Jungle

Prix des lycées, Il faut flinguer Ramirez, Acte 1 de Nicolas Petrimaux chez Glénat

Prix d’Angoulême de la BD scolaire, Jap vu par Jap de Julien Auclair

Prix Espoir de la BD scolaire, Le fruit du hasard de Thomas Ouedraogo

Prix graphisme de la BD scolaire, C’était une blague de Fela Maazou

Prix jeunes talents régionAu début, un rêve étrange de Robin Pouch

Prix jeunes talentsLouis Lanne

Prix DrawmecomicsFlavie Roux

 

07 Jan

Festival international de la bande dessinée d’Angoulême du 24 au 27 janvier : y aller ou pas ?

C’est tous les ans la même question qui revient. Est-ce que ça vaut la peine de braver le froid, la neige, la grippe et la gastro pour arpenter les allées du Festival International de la Bande Dessinée ? La réponse est oui bien sûr car le monde entier, celui du neuvième art en tout cas, s’y donnera une nouvelle fois rendez-vous avec un programme copieux. En attendant, cure de vitamines pour tout le monde…

© MaxPPP – Renaud Joubert

Rendez-vous incontournable, le Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême se déroulera du 24 au 27 janvier. Dédicaces, expos, concerts de dessins, rencontres, conférences, projections… le programme s’annonce une nouvelle fois gargantuesque. Préparez vos albums, on vous aide à défricher le terrain…

Le festival en chiffres

1500 auteurs et autrices, 870 journalistes français et étrangers, 23 pays représentés, 228 maisons d’édition francophones, 6600 professionnels, 24900 mètres carrés dédiés et près de 200 000 visiteurs attendus pour cette 46e édition… Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes, le FIBD envahit la ville, places et bâtiments publics, musées et salles d’expos. Même les commerces du centre ville se mettent aux couleurs de l’événement.

Le Grand Prix

L’Américain Richard Corben a été promu Grand Prix du Festival lors de la précédente édition. Honneur lui sera donc rendu notamment autour d’une exposition-rétrospective au Musée d’Angoulême visible du 24 janvier au 10 mars 2019 (Déconseillée aux moins de 16 ans).

La sélection officielle du Festival

45 albums ont été retenus dans la sélection officielle de cette nouvelle édition. Ils concourront pour les quatre prix de la sélection officielle, à savoir le Fauve d’Or – Prix du meilleur album, le Prix Spécial du Jury, le Prix de la Série et le Prix Révélation. Par ailleurs, 10 albums seront en compétition pour le Prix Jeunesse, huit albums pour le Prix du Patrimoine et 5 albums pour le Prix du Polar SNCF. La cérémonie des Fauves se déroulera le samedi 26 janvier au Théâtre d’Angoulême. Plus d’infos ici.

© Jim Aparo – DC Comics

Les expositions

Outre l’exposition consacrée au Grand prix Richard Corben, l’édition 2019 nous invitera à plonger dans l’univers de Batman qui atteint cette année l’âge canonique de 80 ans sans une ride et sans un faux pli au costume. L’exposition qui se veut immersive et ludique proposera de traverser tous les lieux cultes du super-héros (L’Alpha, médiathèque de Grand Angoulême).

Le maître de l’érotisme Milo Manara fête lui ses 50 ans de carrière. Le festival lui consacrera une exposition-rétrospective qui révélera l’extraordinaire variété de son oeuvre (Espace Franquin).

Une autre rétrospective sera consacrée au Japonais Taiyō Matsumoto (Amer Béton, Printemps bleu, Gogo Monster…) avec près de 200 œuvres originales présentées (Musée d’Angoulême).

Au menu également, des expositions consacrées à Bernadette Després et ses personnages Tom-Tom et Nana, à Tsutomu Nihei et ses mangas de science-fiction, à Rutu Modan, Jean Harambat, Jérémie Moreau…

© Richard Corben

Rencontres et masterclass

Avec 6600 professionnels présents parmi lesquels 1500 auteurs et autrices, il serait malheureux de ne pas en profiter pour les interroger et les écouter parler de leur métier, de leur passion, de leur art. Des rencontres internationales seront organisées pendant toute la durée du festival avec notamment Milo Manara (Le Déclic…), Terry Moore (Strangers in Paradise…), Kentaro Sato (Magical Girl of the End…) ou encore Christian Rossi (Le Cœur des Amazones…). Des rencontres mais aussi des masterclass avec Tsutomu Nihei (BLAME!…) et Taiyo Matsumoto (Gogo Monster...)

Concerts de dessins

Mettre le dessin en musique ou l’inverse, mettre la musique en images, c’est le challenge de cet événement organisé par le FIBD en partenariat cette année avec l’Orchestre de Paris et la Philharmonie de Paris. Une rencontre entre la musique classique et la bande dessinée autour de deux auteurs, Kim Jung Gi et Lorenzo Mattotti, et trois dates, les 24, 25 et 26 janvier au Théâtre d’Angoulême.

Musique classique mais aussi jazz avec le concert dessiné associant cette fois le FIBD et le festival Jazz à Vienne. Cette année, la scène du théâtre d’Angoulême proposera une rencontre entre les artistes Chassol et Brecht Evens le 25 janvier. 

© Taiyō Matsumoto / Shogakukan

Et tout le reste…

Le festival, c’est aussi, bien évidemment, l’occasion de rencontrer ses auteurs préférés en dédicaces, de découvrir la richesse du neuvième art à travers toute une série d’animations et d’arpenter une ville qui depuis 46 ans accueille l’un des rendez-vous phares du neuvième art, parmi les plus importants au monde…

Eric Guillaud

Plus d’infos sur le festival ici

20 Nov

Angoulême 2019 : la sélection officielle du Festival International de la Bande Dessinée dévoilée

Le Festival International de la Bande Dessinée vient de dévoiler la sélection officielle des albums en compétition pour sa 46e édition qui se tiendra du 24 au 27 janvier 2019…

Extrait de l’affiche 2019 / Taiyou Matsumoto

45 albums ont été retenus dans la sélection officielle, parmi lesquels Andy, Un conte de faits de Typex, L’Arabe du futur tome 4 de Riad Sattouf, Les Grands espaces de Catherine Meurisse, Deux Femmes de Song Aram, Heimat de Nora Krug, Indélébiles de Luz, le tome 1 de Renaissance de Emem, Duval et Blanchard, Bolchoi Arena de Boulet et Aseyn, Charlotte impératrice de Fabien Nury et Matthieu Bonhomme, le treizième tome de Théodore Poussin de Frank Le Gall ou encore le Spirou d’Émile Bravo, L’espoir malgré tout.

Ces 45 albums concourront pour les quatre prix de la sélection officielle, à savoir le Fauve d’Or – Prix du meilleur album, le Fauve d’Angoulême – Prix Spécial du Jury, le Fauve d’Angoulême – Prix de la Série et le Fauve d’Angoulême – Prix Révélation.

Par ailleurs, le festival a également dévoilé les 10 albums qui seront en compétition pour le Prix Jeunesse, les huit albums pour le Prix du Patrimoine et les 5 albums pour le Prix du Polar SNCF. La sélection complète et détaillée est disponible ici

Eric Guillaud

19 Jan

Festival international de la bande dessinée d’Angoulême du 25 au 28 janvier : les 10 bonnes raisons d’y aller

C’est LE rendez-vous de la bande dessinée en France et plus largement en Europe, un festival unique en son genre où se côtoient chaque année des dizaines de milliers de passionnés et de professionnels. Dédicaces, expos, concerts de dessins, rencontres, conférences, projections… le programme est gargantuesque. Qu’y faire, qu’y voir ? On vous donne dix bonnes raisons d’y aller faire un tour. Mais il y en a beaucoup d’autres…

©MaxPPP - Fabien Cottereau

©MaxPPP – Fabien Cottereau – Angoulême 2017

 1 – La ville d’Angoulême et le farci charentais

Ben oui, mine de rien, c’est important le cadre d’une manifestation comme celle-ci. La ville d’Angoulême s’y prête bien, ni trop grande, ni trop petite, de vastes places pour dresser chaque année les fameuses bulles du festival, mais aussi des petites placettes qui ont conservé le charme d’antan, des restos sympas pour se restaurer, une vieille ville avec des ruelles tortueuses, une gare, des hôtels… et une atmosphère paisible, du moins en temps normal. Parce que bien sûr au moment du festival, ça se bouscule un peu beaucoup énormément. Reste que la ville est belle, levez les yeux, admirez l’architecture, profitez-en pour visiter les monuments et manger du melon charentais. Bon ok, ce n’est pas vraiment la saison. Par contre, le farci charentais…

Où ? Angoulême 45° 38′ 56 » nord, 0° 09′ 39 » est

2 – L’expo Cosey

Bernard Cosendai, dit Cosey, est un auteur majeur du neuvième art et un auteur singulier, non pas parce qu’il est suisse et que les auteurs de BD suisses sont finalement relativement peu nombreux (ouuuu la mauvaise langue!)  mais parce qu’il a su développer en cinquante ans d’écriture et de dessin une oeuvre exceptionnelle, belle, réaliste, intimiste, humaniste. 

Élu Grand Prix du Festival d’Angoulême en 2017, le créateur de la série culte Jonathan, auteur par ailleurs d’une bonne quinzaine de one shots plus essentiels les uns que les autres (À la recherche de Peter Pan, Le voyage en Italie, Le Bouddha d’azur…), publiait il y a quelques semaines un nouvel album chez Futuropolis, Calypso, un Cosey un peu différent des autres, en noir et blanc, surprenant, sublime, délicat, et d’ores et déjà incontournable. Nous vous en parlions ici-même.

Avec Cosey, l’aventure est souvent intérieure mais elle embarque tout de même le lecteur pour d’autres horizons, le Tibet bien sûr qui imprègne son oeuvre d’une subtile touche de spiritualité, et les États-Unis qui l’ont fortement influencé dans l’écriture, notamment à travers le cinéma.

La rétrospective qui lui est consacrée cette année à Angoulême nous permettra d’admirer plus d’une centaine d’originaux et de documents exceptionnels.

Où et quand ? Hôtel Saint-Simon du 25 au 28 janvier 2018

IMG_1303

3 – L’expo Titeuf et la masterclass Zep

Encore un Suisse, comme quoi ils sont plus nombreux qu’on le pense, celui-ci s’appelle Zep, le papa du phénomène Titeuf. Des millions d’albums vendus dans 25 langues différentes, une série animée, un long métrage… et un personnage qui fête ses 25 ans.

À cette occasion, le festival lui consacre une rétrospective qui reviendra sur les débuts controversés du personnage et sur l’influence de ce garnement sur la bande dessinée.

Zep sera présent au festival, il y présentera le quinzième album de Titeuf, À fond le slip!, sorti en août dernier. Il proposera surtout une masterclass express en public.

Où et quand ? Exposition sur le parvis de l’Hôtel de ville d’Angoulême du 25 au 28 janvier 2018 – masterclass à l’Espace Franquin le 28 janvier à 10h30

4 – Une dédicace de Spirou

Bon ok, obtenir une dédicace de Spirou sera difficile ! De Tintin aussi. Des Nombrils pareil. Qu’on se le dise, les héros de papier ne dédicacent jamais. Mais leurs auteurs par contre… 2000 d’entre eux et d’entre elles sont annoncés sur le festival prêts à dégainer les pinceaux, vous devriez donc trouver dédicace à votre goût. Il faut simplement être patient, très patient, et surtout pas agoraphobe. Prévoyez de l’eau, un petit en-cas, de la lecture… et des sujets de conversation pour discuter avec votre voisin de file d’attente.

Où et quand ? Un peu partout et un peu tout le temps

5 – Le concert dessiné

Mettre le dessin en musique ou l’inverse, mettre la musique en images, c’est le challenge de cet événement organisé par le FIBD en partenariat avec le festival Jazz à Vienne. Cette année, la scène du théâtre d’Angoulême assistera à la rencontre de deux artistes atypiques, le dessinateur Rubén Pellejero d’un côté et la chanteuse Rokia Traoré de l’autre. Sachez que le concert dessiné sera retransmis en direct sur le site Culturebox ici-même.

Où et quand ? Concert dessiné le 26 janvier à 21h au théâtre d’Angoulême. 30€

6 – Les bulles

Les fameuses bulles du festival abritent les éditeurs sur la place du Champ de Mars. Casterman, Glénat, Delcourt, Dupuis… tous les plus grands éditeurs y tiennent un stand pour accueillir le public, exposer leurs BD et proposer des séances de dédicaces autour de leurs auteurs. Les mangas, le para-BD et la BD alternative ont leur propre espace. Indispensable, munissez-vous d’un plan et vous verrez que c’est toute la ville qui est aux couleurs de la BD avec de multiples espaces d’expositions, de rencontres, d’animations…

Où et quand ? Un peu partout du 25 au 28 janvier

Mise en page 1

7 – Le concours de cosplay

Pour la 4e année consécutive, le festival vous propose de participer ou d’assister à un concours de cosplay. C’est quoi un concours de cosplay ? C’est un concours, jusque là c’est assez simple, voué à départager des passionnés donnant vie à des personnages de manga qu’ils affectionnent particulièrement en se maquillant, se déguisant, se coiffant, imitant leur attitude. Les inscriptions pour y participer sont ouvertes jusqu’au vendredi 27 janvier 2017 à 23h59.

Où et quand ? samedi 27 janvier à 17h aux Cinémas CGR

© extrait affiche concours Cosplay - Axel

© extrait affiche concours Cosplay – Axel

8 – Les rencontres internationales, conférences…

Elles sont nombreuses et rythment la vie du festival sur des thématiques variées, l’occasion d’approfondir vos connaissances sur le medium bande dessinée et d’approcher des auteurs d’envergure nationale ou internationale tels que Cosey, Emmanuel Guibert, Hiro Mashima, Gipi, Dave McKean, Naoki Urasawa…

Où et quand ? Un peu partout un peu tout le temps

9 – Les fauves

Composé de 9 Prix dénommés les Fauves d’Angoulême, le Palmarès officiel du Festival international de la bande dessinée récompense des livres publiés en langue française, quel que soit leur pays d’origine, et diffusés dans les librairies des pays francophones entre début décembre et fin novembre de l’année suivante. 

Les lauréats des Fauves d’Angoulême composant le palmarès officiel du Festival seront dévoilés sur la scène du Théâtre d’Angoulême lors de la cérémonie des Fauves, samedi 30 janvier 2016 à 19 h. Soirée très très très attendue et courue par le tout neuvième art, il est bien évidemment très difficile de décrocher une place. Mais rien n’est perdu puisqu’elle est retransmise sur le site internet du festival.

Où et quand ? Samedi 27 janvier au Théâtre d’Angoulême

© Rue de Sèvres / Sfar

© Rue de Sèvres / Sfar

10 – Le bal des Vampires

Attention, attention, les petits et grands morts-vivants seront de sortie dimanche pour le bal de vampires à l’occasion de la résurrection aux éditions Rue de Sèvres du Petit Vampire de Joann Sfar. Atelier costumes le matin, atelier maquillage l’après-midi, bal à l’heure du goûter ! Pensez à réserver.

Où et quand ? Au Magic Mirror dimanche 28 janvier de 15 à 17h

Eric Guillaud

Plus d’infos sur le festival ici

04 Nov

Utopiales 2017 : le palmarès complet

F00033_01-1

Après 4 jours de festival, les Utopiales,  Festival International de Science-fiction de Nantes, annonce une partie des prix décernés pour sa 18e édition. Parmi ceux-ci le Prix Extraordinaire attribué à Pierre Bordage et le Prix Utopiales Bande dessinée attribué à La Terre des Fils de Gipi aux éditions Futuropolis. Les autres prix ci-dessous….

PRIX DU MEILLEUR SCÉNARIO DE JEU DE RÔLE

La Main Ouverte de Tristan Verot pour le jeu Delta Green dans l’univers de L’Appel de Cthulhu

PRIX DU MEILLEUR JEU VIDEO REALISÉ À LA GAME JAM

Canola Wars, développé par Rémi Gourrierec, Michel Belleperche, Raphaël Beuchot et Louis Godart

PRIX DU JURY // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE COURTS-MÉTRAGES

Ex-Aequo

Hybrids de Florian Brauch, Matthieu Pujol, Kim Tailhades, Yohan Thireau, Romain Thirion

et

Metube 2 : August sings Carmina Burana de Daniel Moshel

PRIX DU JURY CANAL + // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE COURTS-MÉTRAGES

The Last Schnitzel, de Ismet Kurtulus

PRIX DU PUBLIC // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE COURTS-MÉTRAGES

Einstein-Rosen, de Olga Osorio

MENTION SPECIALE DU JURY // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE LONGS-MÉTRAGES

Cold Skin, de Xavier Gens

GRAND PRIX DU JURY // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE LONGS-MÉTRAGES

Salyut 7, de Dmytri Kiselev et Klim Shipenko

PRIX DU PUBLIC // COMPÉTITION INTERNATIONALE DE LONGS-MÉTRAGES

Salyut 7, de Dmytri Kiselev et Klim Shipenko

PRIX JOËL-CHAMPETIER (prix hébergé par Les Utopiales)

Feldrik Rivat pour sa nouvelle Le Contrat Antonov-201

LITTÉRATURE // PRIX UTOPIALES JEUNESSE

Le Jardin des Épitaphes, T1 : Celui qui est resté debout de Taï-Marc Le Thanh, Éditions Didier Jeunesse, 2016

LITTÉRATURE // PRIX UTOPIALES

L’installation de la peur de Rui Zink, Éditions Agullo, 2016

PRIX JULIA VERLANGER (prix hébergé par Les Utopiales)

Voyageurs, L’Espace d’un an (T1) et Librations (T2), Becky Chambers, Éditions L’Atalante, 2016

03 Juil

Fumetti : le festival de bande dessinée nantais pousse les cases et vous offre la grande aventure

extrait de l'affiche du festival Fumetti 2017

extrait de l’affiche du festival Fumetti 2017

On le savait à l’étroit à la Maison de quartier Madeleine – Champ de Mars, il s’installe cette année à la Manufacture des Tabacs où il pourra prendre tranquillement du poids, le festival de bande dessinée Fumetti donne rendez-vous du 7 au 9 juillet à tous les fondus de la case…

La suite ici

28 Jan

Le palmarès 2017 du Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême (FIBD)

Capture d’écran 2017-01-28 à 20.12.52Le 44e Festival International de la Bande Dessinée s’achève dimanche. La cérémonie officielle, quant à elle, s’est tenue aujourd’hui. Et les heureux élus sont :

Fauve d’Or, Prix du meilleur album : Paysage après la bataille, de Philippe de Pierpont et Eric Lambé (Actes Sud BD / Frémok)

Fauve d’Angoulême, Prix du public Cultura : L’Homme qui tua Lucky Luke, de Matthieu Bonhomme (Dargaud)

Fauve d’Angoulême, Prix spécial du jury : Ce qu’il faut de terre à l’homme, de Martin Veyron (Dargaud)

Fauve d’Angoulême, Prix de la série : Chiisakobe (tome 4), de Minetaro Mochizuki (Le Lézard noir)

Fauve d’Angoulême, Prix Révélation : Mauvaises filles, de Ancco (Cornélius)

Fauve d’Angoulême, Prix jeunesse : La jeunesse de Mickey, de Tébo (Glénat)

Fauve polar SNCF : L’été Diabolik, d’Alexandre Clérisse et Thierry Smolderen (Dargaud)

Fauve Prix du patrimoine : Le Club des Divorcés (tome 2), de Kazuo Kamimura (Kana)

Prix de la BD alternative : Biscoto, le journal plus fort que costaud, (Association Biscoto Editions)

Enfin, pour rappel, le Grand prix a été attribué mercredi au dessinateur et scénariste suisse Cosey. Comme le veut la coutume, il présidera la prochaine édition du FIBD, en janvier 2018.

27 Jan

Le Caennais Tebo reçoit le prix jeunesse du festival d’Angoulême pour son album « La Jeunesse de Mickey » paru chez Glénat

On le sentait venir, c’est fait, Tebo a reçu le Prix jeunesse du Festival International de la Bande Dessinée pour son dernier album La jeunesse de Mickey, « un Mickey qui décoiffe, un Mickey bourré de légèreté, d’humour et d’aventure », écrivions nous dans la chronique de l’album à retrouver ici.

Au départ, je n’avais pas très envie de le faire, reconnaît Tébo. Mais quand j’y ai réfléchi, beaucoup de souvenirs d’enfance sont remontés. C’est peut-être inconscient, mais je crois que mon style graphique est inspiré de Disney. Je me souviens des dessins animés en noir et blanc qu’on regardait le dimanche à la télé. Je crois que c’est un des premiers personnages que j’ai recopié quand j’avais 5 ans ! », déclarait-il dans une interview à retrouver là.

.

02 Nov

Les Utopiales 2016 : le palmarès complet

© Bajram

© Bajram

Comme chaque année, les Utopiales ont décerné une quinzaine de prix, mentions et coups de coeur reflétant la grande richesse de la science-fiction et la multiplicité des talents, que ce soit en littérature, cinéma, jeu vidéo ou bande dessinée.

Prix du meilleur album de bande dessinée

Nefer, Chants & contes des premières terres, de Arnaud Boutle, Éd. Delcourt, 2015

Prix du meilleur scénario de jeu de rôle

« Un été en hiver » pour le jeu L’appel de Cthulhu/Delta Green de Jean-Marc Choserot et Cyril Puig

Prix du meilleur jeu vidéo réalisé à la Game Jam

Rémi Gourrierec, Raphaël Beuchot, Michel Belleperche, Louis Godart

Prix du jury – compétition internationale de courts-métrages

Ex-aequo Time Rodent de Ondrej Svadlena et Amo de Alex Gargot

Mention spéciale du jury – compétition internationale de courts-métrages

Decorado de Alberto Vásquez

nefer-chants-amp-contes-des-premieres-terresPrix du jury Canal+ – compétition internationale de courts-métrages

Planemo de Veljko Popovic

Prix du public – compétition internationale de courts-métrages

Automatic Fitness de Alejandra Tomei

Grand prix du jury – Compétition internationale de longs-métrages

Realive de Mateo Gil

Mention spéciale du jury – Compétition internationale de longs-métrages

Sam Was Here de Christophe Deroo

Prix du public – Compétition internationale de longs-métrages

Realive de Mateo Gil

Prix Joël-Champetier (prix hébergé par Les Utopiales)

Olivier Paquet pour Graine de fer

Prix Utopiales européen jeunesse

Empreinte Digitale de Patrice Favaro, Éd. Thierry Magnier, 2016

Prix Utopiales européen jeunesse – mention spécialerealive-1

Les copies de Jesper Wung-Sung, Éd. Le Rougue Jeunesse, 2015

Prix Utopiales européen

Le vivant de Anna Starobinets, Mirobole Éditions

Prix extraordinaire des Utopiales 2016 – Double prix

Gérard Klein et Denis Bajram

Prix Solo – concours de Cosplay

Mercy pour Overwatch

Prix de groupe – concours de cosplay

Yona et Son Hak pour Akatsuki no Yona

Prix Coup de coeur – concours de cosplay

Columbia pour Rocky Horror Picture Show

25 Oct

Les Utopiales 2016 : la science-fiction a rendez-vous à Nantes du 29 octobre au 3 novembre

© Bajram

© Bajram

Machine(s), c’est le thème de la 17e édition du festival international de science-fiction qui se tiendra à Nantes du samedi 29 octobre au jeudi 3 novembre, six jours pour découvrir de quoi sera peut-être fait demain et de quoi l’imaginaire se nourrit aujourd’hui…

C’est LE rendez-vous incontournable de tous les fans de science-fiction en France et au-delà, le plus important en Europe, un festival pluridisciplinaire couvrant le cinéma, la littérature, la bande dessinée, les jeux vidéos, les arts plastiques, la recherche scientifique… De quoi s’y perdre avec bonheur. Suivez le guide.

La suite ici