13 Juil

Chroniques d’été : Lapins crétins, Chi ou Kilari, des héros au format poche

chi-album-illustre-1-glenat-pocheC’est l’été, les doigts de pied en éventail, le cerveau au repos et enfin du temps pour lire et rattraper le retard. Sur la table de chevet, quelques livres en attente. C’est le moment…

Vous les connaissez forcément ! Les Lapins crétins (2,2 millions de jeux vendus), Chi (600 000 exemplaires de la série vendus), Kilari (350 000 ex. vendus) ou encore Les As de La Jungle, tous ces héros débarquent chez Glénat dans une toute nouvelle collection destinée aux 6-11 ans, Glénat Poche, des romans au format poche donc mais largement illustrés.

Dans la première livraison de la maison d’édition, on compte une quinzaine de livres, des stars du manga ou du jeux vidéo mais aussi une création originale, Psicopattes, réalisée par Hélène Bruller (Guide du zizi sexuel) et le Caennais Tebo, l’exxcceellllent dessinateur de Captain Biceps. Bref, des bouquins malins qui se glissent sans difficulté dans un petit coin de la valise ou du sac à dos et qui viendront à point nommé occuper les bambins les jours de pluie.

Eric Guillaud

Glénat Poche, 4€99 le bouquin

Capture d’écran 2014-07-13 à 10.47.09

01 Jan

Pan’Pan Panda pour un début d’année en douceur !

nobinobi_couverture-PanPanPanda1Voilà une série qui pourrait bien marcher dans les pas de Chi une vie de chat

Pas de félin ici mais un panda, l’autre animal fétiche des enfants, un panda tellement doux, mignon et rond qu’on a immédiatement envie de se blottir dans ses bras. Panettone est son nom mais tout le monde l’appelle Pan’Pan. Il travaille comme gardien dans une résidence et vit avec Prâline, une gamine qui lui prépare de bons petits plats. On découvre leur vie au quotidien, une vie toute simple faite de bons moments, de rencontres, d’amitié, d’entraide…

Pan’Pan Panda une vie en douceur a été publié par une très jeune maison d’édition de livres jeunesse, nobi nobi! qui s’est donnée pour mission de faire découvrir la culture nipponne aux enfants. Pan’Pan Panda une vie en douceur est son premier manga, un livre aussi craquant que son héros panda. L’histoire au graphisme délicat, aux couleurs tendres, aux personnages attachants, est judicieusement complétée par un lexique, quelques jeux et une galerie réunissant personnages et croquis préparatoires. Irrésistible !

Eric Guillaud

Pan’Pan Panda une vie en douceur, de Sato Horokura. Editions nobi nobi!. 9,45 euros

nobinobi_PanPanPanda01_01

02 Oct

Konami Kanata, auteure de la série « Chi, une vie de chat », annoncée au festival du livre jeunesse de Montreuil

Capture.JPGchiC’est un petit événement ! Les éditions Glénat ont annoncé aujourd’hui la venue en France fin novembre de Konami Kanata, l’auteure japonaise de la série à succès « Chi, une vie de chat ».

Elle devrait être présente dans le cadre du salon du livre jeunesse de Montreuil qui se déroule du 27 novembre au 2 décembre 2013 et présentera le dixième volet des aventures de son chaton tigré Chi.

En attendant, retrouvez la chronique du tome 9 ici

Eric Guillaud

 

07 Avr

Last Man de Balak, Michaël Sanlaville & Bastien Vivès – KSTR

Lastman de Balak, Vivès & Sanlaville - KSTR

Dans l’atelier Manjari de Paris 11e, un vent nouveau souffle sur le manfra. Le manga à la française, comme nous avons pris l’habitude d’appeler cette BD hybride depuis 2005, renaît avec l’expérience Lastman. Cette série pourrait bien réussir là où les autres tentatives avaient échouées. Derrière la tablette graphique (exit la gomme et le crayon), pas un auteur, mais un trio : Balak, Michaël Sanlaville & Bastien Vivès.

Des trois, Bastien Vivès est le plus connu du grand public depuis ses multiples succès en solitaire ou en groupe, du Goût du Chlore à Polina, et jusqu’au récent La grande Odalisque. Comme pour ce dernier album multiprimé, l’artiste, en perpétuelle évolution, tente l’expérience du travail à 6 mains, mais cette fois-ci en atelier selon la méthode japonaise.

Lastman de Balak, Vivès & Sanlaville - KSTR

Depuis le 11e ardt de Paris, la triplette détourne avec humour leur aventure façon télé-réalité, à suivre en ligne. Des coulisses qui révèlent comment produire les centaines de planches nécessaires en un temps record pour suivre le rythme imposé par les mangakas des titres phares comme Naruto ou One Piece plébiscités par les amateurs.

Balak, Bastien Vivès et Michaël Sanlaville - KSTR © Mathieu Zazzo

Balak (Lord of Burger) s’occupe du story-board et du découpage des planches, alors que Michaël Sanlaville (Le Fléau vertRocher rouge et Hollywood Jan) se partage le dessin avec Bastien Vivès, qui dirige aussi l’écriture. Objectif : exécuter un chapitre, soit vingt planches par semaine qui ont été prépubliées sur le site Delitoon. Et c’est la seconde clé du succès potentiel. Après déjà plus de 120 000 vues sur le net, le tome en version papier se vend maintenant très bien en librairie : l’ impression initiale de 30 000 exemplaires est déjà augmentée de 10 000 albums.

Lastman de Balak, Vivès & Sanlaville - KSTR

L’histoire est simple : celle d’un gamin de 12 ans qui rêve de participer au tournoi annuel de combat organisé dans une ville indéterminée, à une époque qui ressemble à celle du Moyen-Age. Sans partenaire, il se retrouve à faire équipe avec un homme solitaire de passage, une brute plus attirée par les femmes et l’argent que par la défense d’un garçonnet dont tous se moquent. Le regard de cet étranger changera avec la découverte du personnage féminin central, la jolie mère de l’enfant.

Lastman de Balak, Vivès & Sanlaville - KSTR

Un simplisme assumé, comme la rapidité des dessins produits – le copié-collé de certaines cases pourrait agacer les plus exigeants – pour une aventure au long cours sur 12 à 58 tomes comme les shônen, les mangas destinés aux ados (comme Dragon Ball ou Yu-Gi-Oh!).

Les auteurs promettent d’apporter de la profondeur dans les prochains albums, avec le développement de la relation mère fils, de la notion d’apprentissage … Ce premier tome se lit avec un plaisir accrocheur; le lien avec les personnages est immédiat, l’humour présent jusque dans les scènes de combat, comme l’apparition des mentons des frères Bogdanov, armes redoutables.  Cette nouvelle série pourrait bien se révéler créatrice de nouvelles oeuvres originales, mi-européennes, mi-asiatiques : le 9e art n’a plus de frontières !

Lastman de Balak, Vivès & Sanlaville - KSTR

Laisser un commentaire …

La BO à se mettre entre les oreilles pour prolonger le plaisir de cette BD :

My Name is StainShaka Ponk

Pour découvrir les premières planches de l’album : KSTER

Site officiel de :    Bastien Vivès Balak Michaël Sanlaville

Le point de vue de la presse spécialisée :

PlanéteBD BDzoom Le Monde Les Echos