24 Avr

EDITO – Fête de la musique à Toulouse : la polémique inutile

A Toulouse, « même les mémés aiment la castagne » et une fois encore l’histoire montre que Nougaro ne s’était pas trompé. Une référence musicale pour une polémique inutile. Une de plus.

Lors de la fête de la musique 2015 à Toulouse (Photo : Rémy Gabalda / AFP)

Lors de la fête de la musique 2015 à Toulouse (Photo : Rémy Gabalda / AFP)

Pour résumer la situation à ceux qui auraient passé ses derniers jours sur une autre planète ou au fond d’une grotte en Ariège, la mairie de Toulouse a annoncé que l’accès à la place du Capitole se ferait le 21 juin prochain exclusivement sur accréditation, les Toulousains souhaitant y assister devant s’inscrire sur internet. La ville avance des raisons de sécurité. Cris d’orfraie pour une partie (seulement) de la gauche. Un groupe facebook lance une opération de boycott. Une partie (seulement) de la presse locale s’égosille contre cette « privatisation » de la soirée et sort même Jack Lang, l’inventeur de la Fête de la Musique, de sa retraite à l’Institut du Monde arabe pour exhorter Jean-Luc Moudenc à changer d’avis.

La polémique enfle artificiellement et le community manager du maire de Toulouse, qu’on a vu souvent plus inspiré, répond sur Twitter à l’ancien ministre de la culture usant d’une référence hasardeuse au logement de l’ancien ministre de la culture. 

Une maladresse, sans doute, car si l’on devait ausculter les habitations des élus toulousains on tomberait, sans aucun doute, sur quelques « appartements luxueux ». La meilleure défense c’est l’attaque. Pour le coup, l’intervention de Jack Lang n’appelait peut-être pas de réponse.

La soirée du 21 juin place du Capitole, ce n’est pas la Fête de la Musique, c’est une émission de télé ! »

Le problème dans cette affaire c’est que tout le monde se trompe de sujet. La Fête de la Musique c’est quoi ? C’est l’occasion pour des artistes amateurs de s’installer dans la rue, devant des terrasses de cafés, dans leur quartier, dans leur ville, et de jouer leur musique librement, jusqu’au bout de la nuit. On peut d’ailleurs s’étonner de la proportion que prend cette polémique concernant la Place du Capitole, alors que l’an passé peu de voix se sont élevées contre la décision de la ville de Toulouse de limiter les concerts à une heure du matin. Circulez saltimbanques, à une heure du mat’ on remballe ! En l’occurrence, une mesure qui, elle, n’était pas dans l’esprit de la Fête de la Musique voulue par Jack Lang.

Pour les spectateurs, la Fête de la Musique, c’est l’occasion en tournant le coin d’une rue de passer de Bach à du Heavy Metal, de découvrir des papys reprenant du Brassens à 50 mètres d’adolescents jouant du rock des années 80. D’accélérer le pas quand un groupe « massacre » gentiment, mais dans l’esprit, quelques standards. La Fête de la Musique, c’est ça !

Le spectacle présenté par Garou qui aura lieu le 21 juin prochain place du Capitole, ce n’est pas la Fête de la Musique. C’est une émission de télévision, organisée par une chaîne nationale, à l’occasion de la Fête de la Musique. Mais c’est avant tout… une émission de télé !

Que l’on prenne des précautions, en plein état d’urgence, pour assurer la sécurité de cet événement retransmis dans le monde entier (via TV5) et devant des millions de téléspectateurs sur France 2, ne devrait choquer personne.

Même ceux qui s’emparent de l’affaire pour défendre l’esprit « Jack Lang » savent que la Fête de la Musique, la vraie, l’authentique, ne sera pas Place du Capitole ce soir-là. Elle sera à Saint-Cyprien, aux Carmes, aux Minimes, aux Argoulets, à Bellefontaine, à Esquirol et partout où des groupes ou des musiciens vont tirer un câble électrique pour brancher les guitares ou poser un siège et jouer pour leur plaisir et celui des spectateurs. Elle sera dans ces petits bistrots où les patrons auront poussé quelques tables pour laisser la place à des musiciens qui ne se produisent que rarement en public. Loin de Garou et de ses invités.

Que les milliers de personnes qui se seront inscrites pour voir une « émission musicale en direct » place du Capitole en profitent. Les autres ne seront pas pour autant empêchés de vivre leur Fête de la Musique ailleurs dans la ville. 

Fabrice Valéry (@fabvalery)

19 Avr

Edito : Des Primaires secondaires ?

Thierry Solère, président de la commission nationale de la primaire de la droite et du centre (Photo Max PPP)

Thierry Solère, président de la commission nationale de la primaire de la droite et du centre (Photo Max PPP)

Je suis peut-être de la vieille école mais n’ai jamais vraiment adhéré au concept de « Primaires ». En politique, un chef ne devrait-il mieux pas s’imposer de lui-même ? Un seul antécédent pour ce type d’expérience en France : la désignation à gauche  de François Hollande en 2012. On ne peut pas dire que ça lui a porté chance ou donner une réelle assise… Quant à une nouvelle tentative de la gauche en matière de Primaires, elle reste pour l’heure en suspend.

Onze au départ, combien à l’arrivée ?

Hier donc, Thierry Solère était de passage à Toulouse pour lancer les Primaires de la droite et du centre. 11 candidats officiellement en lice, pour l’instant, sans compter Nicolas Sarkozy. « Mais ils ne seront sas doute pas tous à l’arrivée », rassure le président de la commission nationale d’organisation.

Parce qu’il y a quand même des règles, qui forcément vont institutionnaliser ce vote mais le certifier également. On ne peut pas tout avoir… 250 parrainages d’élus dont vingt parlementaires et 2500 soutiens d’adhérents issus de quinze départements. Mais est-ce que ça légitime une femme ou un homme ? Pas sûr…

Etre électeur et de droite

Ensuite qui va voter ? Des électeurs, ayant leur carte, qui devront signer un engagement dans lequel ils se revendiquent des valeurs de droite. Obligation donc d’être déjà dans la boucle civique et de se positionner politiquement.  Avis aux amateurs mais pas évident que ces critères de participation séduisent de nouveaux citoyens qui souhaitent s’investir dans la vie politique du pays.

Autre paramètre en effet qu’il ne va pas falloir éluder pour « Les Républicains » et les partis centristes, ces primaires s’annoncent aussi comme un test grandeur nature sur l’état de mobilisation de leurs troupes. On sait qu’une Présidentielle (surtout au premier tour) se gagne sur un socle d’électeurs issus des partis.

Un débat malgré tout

Référence de base pour ces Primaires à forte connotation interne sans vouloir l’être, les trois millions d’électeurs qui s’étaient prononcés en 2011 pour départager François Fillon et Jean-François Copé à la tête du parti. Ils avaient alors aussi pu voter par internet, ce qui n’est plus le cas cette fois-ci. Seul hic de cette précédente expérience, la confusion qui en était ressortie des urnes : impossible par exemple de savoir qui l’avait emporté dans les 158 bureaux de vote de la Haute-Garonne.

Élément positif tout de même de ce scrutin prévu les 20 et 27 novembre prochain : le débat qu’il amorcera. Chacun va faire valoir son premier jet de programme, ses positions sur des grands thèmes de société et ses éventuelles orientations présidentielles. C’est peut-être, selon moi, le seul vrai intérêt de ces Primaires.

Patrick Noviello

Pour Jean-Christophe Sellin, « le FN est venu pour pourrir » la réunion du Conseil régional

Jean-Christophe Sellin réagit à l’interview de France Jamet publiée sur le Blog Politique de France 3 Midi-Pyrénées. L’élu régional du Front de Gauche donne sa version des faits.

Jean-Christophe Sellin conseiller régional "Nouveau Monde".

Jean-Christophe Sellin conseiller régional « Nouveau Monde ».

Pour Jean-Christophe Sellin, « la réaction de France Jamet, pour le Front National, est révélatrice du profil de son groupe. Elle se présente comme victime alors qu’elle est venue avec un lance-flamme et ses collègues avec des bidons d’essence ». 

L’élu du Front de gauche argumente en faisant référence aux « pancartes brandies par quarante élus stigmatisant le «Delgastan», assimilant notre région à une entité à consonnance orientale qui, pour eux , est forcément antidémocratique, musulmane et intégriste (…) puis, Jean-Guillaume Remise (FN Aveyron) qui a poursuivi par des propos sexistes accusant Carole Delga de faire du «népotisme en tailleur» ( on ne parle jamais de népotisme en pantalon, n’est-ce-pas…..) ».

  Le Front National est venu pour pourrir l’Assemblée Plénière

Pour lui, « le bilan, c’est que le FN était venu pour pourrir l’Assemblée Plénière mais au fur et à mesure de la journée et notamment après mon intervention sur l’orientation budgétaire, l’éthique de l’emprunt et les aventures au Panama avec l’argent public, le Front National a été secoué, déstabilisé et a complètement perdu pied ».

  Le fascisme est un courant politique et non une insulte

« Finalement, poursuit Jean-Christophe Sellin, c’est Julien Sanchez, conseiller régional et maire de Beaucaire qui a tenté de reprendre la main et de ressouder les rangs fascistes (je rappelle que le fascisme est un courant politique et non une insulte).
Il a mené la bronca pendant la présentation du voeu sur l’accueil des réfugiés avec hurlements et bruyants sarcasmes à l’encontre de ceux qui fuient la guerre, la misère, le dérèglement climatique avec puis a craché sa haine sur tout ce qui bouge. Pour ceux qui en doutaient, cette journée a très clairement prouvé que le FN ne sert en rien l’intérêt général. Il ne sert à rien. Sinon à distiller la haine ».

On savait que la composition de la nouvelle assemblée régionale avec le Front National comme premier groupe d’opposition (en nombre d’élus) amènerait des tensions. On en en eu la preuve avec les incidents de vendredi à Montpellier.

On sait aussi maintenant que l’attitude des élus FN peut être un moyen de souder une majorité de gauche, plurielle et parfois frondeuse. Jean-Christophe Sellin et trois de ses camarades de « Nouveau Monde » se sont abstenus lors de l’élection de Carole Delga à la présidence de la Région, en janvier dernier. La préparation du budget et le dossier de la LGV risquent de créer de nouvelles tensions entre la présidente socialiste et la « gauche de sa gauche ». Mais, le temps d’une « plénière » houleuse, Carole Delga peut se « féliciter » de l’action du FN.

Le Front National lui « offre » un front uni.

Laurent Dubois (@laurentdub) et Fabrice Valéry (@FabValery)

 

18 Avr

Incidents au Conseil régional : « On est en pays soviétique » pour la présidente du groupe FN France Jamet

Insultes, bousculade, désordre organisé et un coupable pointé du doigt : le Front National. La « Plénière » du Conseil Régional du 15 avril a viré au mauvais théâtre de boulevard. La mise en scène est attribuée à un acteur : les élus FN. La présidente du groupe, France Jamet conteste cette version des faits et parle d’une « riposte » au traitement infligé par Carole Delga au Front National. Interview.

France Jamet  (Crédit : AFP)

France Jamet (Crédit : AFP)

Le Blog Politique. Une séance sabordée par le Front National et des comportements indignes. C’est le souvenir que laisse la Plénière de Montpellier. Vous partagez cette vision des événements ? 

France Jamet. Non. Cela ne correspond pas du tout à ce que j’ai vécu personnellement. Nous avons été agressés verbalement, traité de « fascistes » et d’assassins. Par exemple un élu communiste (ndrl : Jean-Christophe Sellin) qui a commencé par nous provoquer en m’offrant un chapeau « Panama » (ndrl : une référence au scandale des paradis fiscaux révélés par l’affaire « Panama Papers »). Nous n’avons rien à voir avec cela ni de prés ni de loin et Marine (ndlr : Le Pen) a dit qu’elle attaquerait systématiquement en justice toutes les personnes qui associeraient le Front National à « Panama Papers ». J’ai demandé à Carole Delga un droit de réponse suite à la provocation de l’élu communiste. Il a été refusé.

Le Blog Politique. La séance a été enregistrée et une vidéo, disponible sur le site du Conseil Régional, montre pourtant que des incidents à répétition ont émaillé la « Plénière ».

France Jamet. Il manque des extraits. Il y a des coupures avec des passages dans lesquels il manque le son. On est en pays soviétique. Comme par hasard, on n’entend pas les insultes que l’on nous adresse et les demandes répétées de droit de réponse que Carole Delga nous refuse. Ses méthodes sont totalement autocratiques et dictatoriales.

Le Blog Politique. Le fait de brandir des pancartes « Delgastan » et de se lever pour chanter la « Marseillaise », ce n’est pas de la provocation ?

France Jamet. Les pancartes « Delgastan », c’est aussi humoristique que d’offrir un chapeau « Panama ». Un chapeau que j’ai accepté de prendre avec le sourire. S’agissant de la « Marseillaise » a cappella, ce n’était pas prémédité. Nous ne sommes levés spontanément face au refus de Carole Delga de faire chanter l’hymne national. Nous avons été très dignes.

Le Blog Politique. Un élu d’opposition, le conseiler régional LR du Lot Aurélien Pradié, parle de pression physique et d’une tentation d’intimidation.

France Jamet. Il est de notoriété publique qu’Aurélien Pradié et notre représentant dans le Lot ont de vieux contentieux.. Mais c’est Aurélien Pradié qui a d’abord bousculé notre élu. On aussi entendu du côté des rangs communistes des provocations du genre : « viens ici si tu es un homme ».

Le Blog Politique. Le spectacle donné par le Front National ne va-t-il pas ternir l’image d’un parti qui cherche à gagner en respectabilité ?

France Jamet. Sur le fond, nous sommes droit dans nos bottes. Nous n’avons pas été élu pour nous asseoir sagement et attendre silencieusement la fin de la classe. Sur la forme, si ce spectacle parait discutable à certains, c’est simplement en réponse et à la hauteur de ce que nous subissons à longueur de temps. Carole Delga se comporte en militante depuis le premier jour. Nous sommes systématiquement exclus des débats et des décisions. On nous refuse la parole. Nous sommes exclus des organismes, des conseils d’administration, des débats et des décisions. On nous refuse la parole. On refuse tous nos amendements et toutes nos propositions. Dans une interview donnée à Midi-Libre, Carole Delga nous range dans les 7 plaies d’Egypte à coté de l’insécurité et du chômage. Elle nie notre représentativité. Ce n’est pas tolérable. Ce n’est pas conforme à notre conception de la démocratie dans un état républicain. Nous sommes sérieux et nous travaillons. Nous avons fait des interventions sérieuses et même brillantes sur les orientations budgétaires. Nous avons fait une contre-proposition sur le nom de la région : Languedoc-Roussillon. Mais, comme d’habitude, notre proposition a été écartée d’un revers de main. Nous sommes des élus systématiquement mis à part alors que nous sommes des élus à part entière. Dans les commissions, des élus refusent de nous serrer la main.

Le Blog Politique. Les élus de droite comme de gauche pointent une duplicité : une passivité totale dans les commissions sectorielles et une agitation stérile lors des assemblées plénières. Que répondez-vous à cette accusation ? Vos élus refusent de voter en commission. Pourquoi ?

France Jamet. Les commissions sectorielles, lieu de débats et d’échanges, sont des endroits où l’on pose des questions et tous nos élus posent des questions et participent activement, contrairement aux élus LR. Nous ne prenons pas part aux votes car nous arrêtons ensuite collégialement, après débats au sein du groupe, nos positions sur chaque dossier. C’est aussi la preuve qu’en matière de démocratie nous sommes exemplaires et irréprochables et que nous n’avons de leçon à recevoir de personne, surtout pas de nos adversaires politiques et de Madame Delga.

Propos recueillis par Laurent Dubois (@laurentdub)

14 Avr

Le ministre Jean-Michel Baylet à l’origine d’un incident au Conseil Départemental 82

« L’argent rend fou et le vote d’un budget peut faire péter les plombs à un ministre ». C’est en tout cas ce que prétendent plusieurs conseillers départementaux du Tarn-et-Garonne. Les 12 et 13 avril dernier, le conseil départemental est en session budgétaire. Il s’agit de voter les enveloppes financières pour un département présidé pendant  30 ans par Jean-Michel Baylet. L’ex-président est dans l’hémicycle.

Il a trouvé un peu de temps dans son agenda de nouveau ministre de l’Aménagement du Territoire, de la Ruralité et des Collectivités Territoriales. Selon un élu, cette présence n’est pas heureuse : « Il aurait mieux fait de ne pas venir. Son comportement a été indigne d’un ministre« . Un incident avec le président de la commission des Finances du département a crée une polémique et un vrai malaise. Y compris dans les rangs du groupe Radical de Gauche de Jean-Michel Baylet.

Jean-Michel Baylet, ministre de l'Aménagement du Territoire et conseil départemental du Tarn-et-Garonne Photo : AFP @MAXPPP

Jean-Michel Baylet, ministre de l’Aménagement du Territoire et conseil départemental du Tarn-et-Garonne Photo : AFP @MAXPPP

Maîtrise de la dette et des impôts, subventions aux communes. La session budgétaire du Conseil Départemental du Tarn-et-Garonne ressemble à toutes les sessions budgétaires de tous les conseils départementaux. Mais, à Montauban, la séquence prend une tournure très particulière. Un ministre participe à la séance et le ministre en question a occupé pendant des décennies le fauteuil de président du département. Désormais dans l’opposition, suite à une défaite encore fraîche (avril 2015), Jean-Michel Baylet a pris le soin de se déplacer. Ce qui, d’ailleurs, surprend ses collègues Tarn-et-Garonnais. Il  passe toute la matinée à plancher sur les dossiers budgétaires.

Le ministre prend même la parole et prononce un discours qui va déclencher une bronca. Selon un participant, les premiers propos de Jean-Michel Baylet sont intéressants et même pertinents. Le ministre évoque la situation des finances départementales. Mais, d’un seul coup, c’est le dérapage. Jean-Michel Baylet attaque frontalement le président de la commission des Finances, Gérard Hébrard. Le ministre le traite d’incompétent sur un ton méprisant. 

Cette attaque frontale et personnelle déclenche l’indignation de certains conseillers départementaux et la stupéfaction des propres amis de Jean-Michel Baylet. La présidente du groupe PS intervient. Dominique Sardeing-Rodriguez précise qu’elle réagit en son nom propre et dénonce le comportement de Jean-Michel Baylet. Les socialistes ne vont pas voter le budget présenté par Gérard Hébrard. Mais, s’agissant de la sortie de Jean-Michel Baylet, leur représentante prend ses distances et soutient le président de la commission Finance.

Des applaudissements venus de la droite salue le « recadrage » de l’élue socialiste. Jean-Michel Baylet réagit immédiatement : « on sait pourquoi ». Le sous-entendu est transparent. L’ancien président du département pointe une collusion entre le PS et la droite départementale. Une collusion (en forme de trahison) qui serait à l’origine de la perte d’un département entre les mains de la famille Baylet (mère et fils) depuis 1970.

La réaction spontanée de Jean-Michel Baylet face à la « réaction-indignation » de Dominique Sardeing-Rodriguez est révélatrice. Visiblement, dans l’esprit du ministre, la page n’est pas tournée et les comptes sont loin d’être soldés.

En tout cas, le dérapage (in)contrôlé du ministre a plongé la session budgétaire du conseil départemental dans un (vrai) malaise. Un malaise qui a perduré après le départ (vers 11 heures 30) de Jean-Michel Baylet et qui s’est même invité dans les discours de clôture. L’immense majorité des orateurs (toutes tendances confondues) ont tenu à manifester leur soutien au président de la commission des Finances.

Au final, le budget (350 272 371 euros) a été voté. 17 voix « pour » dont 1 PRG. En revanche, du côté de Jean-Michel Baylet, c’est plutôt un « solde négatif » qui ressort de cette intervention au conseil départemental.

Laurent Dubois (@laurentdub)

13 Avr

Polémique sur la campagne de communication pour la 3ème ligne de métro à Toulouse

Socialistes et Républicains s’étripent, par communiqués interposés, au sujet d’une campagne de communication pour promouvoir la troisième ligne de métro. « Campagne partisane à 100 000 euros » payée par l’argent public pour les uns, somme « fantaisiste » pour les autres.

tract

Décidément, deux ans après la bascule de gauche à droite de la ville de Toulouse et de la Métropole, les rapports se tendent entre la majorité de droite et l’opposition PS. 

Dernier épisode en date, la réaction du président du groupe PS à la métropole, le sénateur Claude Raynal, qui est aussi vice-président culture de la métropole, qui s’est insurgé dans un communiqué de la manière dont la droite met à profit une campagne de communication « à 100 000 euros » pour promouvoir le projet de 3ème ligne de métro et notamment sa desserte de Labège, qui fait polémique après l’abandon du prolongement de la Ligne B.

Avec cette campagne, communication politique et institutionnelle se confondent. (…) Le coût de cette campagne, qui dépasse largement les 100 000 euros est à la charge des deux collectivités. Notons par ailleurs que cette campagne qui s’appuie sur une charte graphique en rupture avec celle des deux collectivités, comporte de très nombreuses similitudes avec les tracts édités habituellement par « Les Républicains ».

Enfin, la confusion est totale lorsque, depuis ce jour, de nombreux élus Toulousains s’affichent en photo sur les réseaux sociaux aux côtés de « Citoyens » diffusant ces tracts, citoyens qui ont pour point commun d’être soit militants, soit cadres du parti « Les Républicains », ce qui nous amène à considérer qu’il s’agit bien d’une campagne purement partisane aux frais des institutions. (communiqué de Claude Raynal)

Réponse courroucée de Sacha Briand, président du groupe majoritaire à la Métropole et adjoint au maire chargé des finances, lui aussi dans un communiqué envoyé à la presse ce mercredi :

D’abord, le coût avancé, plus de « 100.000€ », est fantaisiste. En effet, l’impression du flyer a coûté 12.900 € TTC, sa distribution en boîte aux lettres 7.700 € TTC, soit 20.600€ TTC au total. Soit 5 fois moins que le chiffre fantaisiste avancé par l’opposition. Le tout financé dans le cadre de notre marché public en vigueur et du budget annuel alloué à la communication de la collectivité. Il ne s’agit en rien d’une opération exceptionnelle. (…)

Le PS voit dans l’utilisation d’une couleur bleue un tract politique et non pas une information institutionnelle. La lecture du document suffit à constater qu’il s’agit d’un texte d’information institutionnelle classique. Dans
bon nombre de ses documents, la Ville de Toulouse utilise la couleur rose. Curieusement, le PS n’y a pourtant
jamais vu une communication « électorale » ! Le PS prendrait-il les électeurs pour des benêts au point de
croire que la couleur d’un document suffit à les convaincre ? (communiqué de Sacha Briand).

Pour Sacha Briand, la campagne de distribution de ce tract a été faite par « des bénévoles ». Pour « un coût de 0 euro ». Plusieurs élus Les Républicains, dont la députée et patronne départementale du parti Laurence Arribagé ou d’autres responsables locaux du parti de Nicolas Sarkozy, ont posté ces derniers jours sur les réseaux sociaux des photos les montrant en train de distribuer ces fameux tracts édités par la ville et la métropole.

Ou encore, la secrétaire départementale des Républicains, Christine Gennaro-Saint, en compagnie de l’adjointe au maire chargée des affaires scolaires, Marion Lalanne de Laubadère.

Leur « bénévolat » ne fait aucun doute. Mais pour l’opposition, qui n’en démord pas, c’est la preuve d’un dangereux mélange des genres : un financement public d’une campagne de communication au profit d’un projet « partisan ». 

Fabrice Valéry (@fabvalery)