23 Mai

Pour 1 euro vous pourrez contribuer au programme du PS

1 euro, c’est le prix à payer pour contribuer au programme du parti socialiste. Le nouveau patron du PS, Olivier Faure, veut associer les sympathisants de gauche au travail programmatique de son parti. Mais il faudra mettre la main au portefeuille.

Photo : MaxPPP

Moins cher qu’une baguette de pain ou un ticket de bus. Contribuer au programme du PS coûtera une pièce d’un euro. Le parti socialiste traverse des difficultés financières. Il a du licencier du personnel et vendre LE bijou de famille, l’immeuble de la rue de Solférino. Le prix (modique) du ticket d’entrée ne va pas renflouer les caisses. Mais, en période de vaches (ou d’éléphants) maigres, il n’y a pas de petites économies.

La contribution des volontaires permettra au moins une chose : une participation à la création d’un portail informatique.

En effet, comme le précise le 1er Fédéral du Tarn, »le but est de mettre en place une plateforme numérique ou n’importe quel citoyen pourra donner son avis sur chaque grande thématique du programme, en commençant par l’Europe ». Vincent Recoules précise :   » à terme ceux ayant participé pourront voter pour les différentes propositions retenues. Cela devrait s’étaler sur deux ou trois ans ».

« C’est un projet et une annonce du premier secrétaire » souligne le patron des socialistes héraultais, Hussein Bourgi. Des précisions doivent intervenir lors du conseil national du 9 juin.

Laurent Dubois (@laurentdub)

22 Mai

Castres, Tarbes, Toulouse, Albi, Nîmes, Perpignan, Narbonne, Montpellier : des « Marées Humaines » anti-Macron dans toute l’Occitanie

Ce samedi 26 mai, un collectif de syndicats, d’associations et de partis de gauche organise une « Marée Humaine » pour faire reculer le gouvernement. Plusieurs villes d’Occitanie sont concernées.

Toulouse. Photo : AFP/RGabalda

Le cortège principal défilera à Paris. Mais, en Occitanie, la « Marée Humaine » sera également présente dans plusieurs villes. Albi, Castres, Montauban, Tarbes, Toulouse, Montpellier, Nîmes, Béziers, Lodève, Narbonne, Carcassonne, Cahors doivent participer au mouvement. Un mouvement organisé par le mouvement altermondialiste Attac et la Fondation Copernic.

Il réunira plusieurs partis de gauche : la France Insoumise, Génération-s, les écologistes et le parti communiste. Le PS a annoncé qu’il ne participera pas aux manifestations.

Trois syndicats (Solidaires, Sud, CGT) répondent également à l’appel. Des associations comme le DAL  (Droit Au Logement) seront également dans la rue. La députée européenne (PCF-FDG), Marie Pierre Vieu, « le cadre unitaire est très large. Le mot d’ordre, c’est résistance et soutien aux mobilisations en cours, faire reculer Macron et son gouvernement, être porteurs d’alternatives, de solidarité, de justice et d’égalité ».

 

Pour la parlementaire européenne, un événement récent va jouer : « il y a eu un blessé grave sur Notre-Dame-des-Landes, ça va peser sur la mobilisation et la colère sociale ».

Laurent Dubois (@laurentdub)

21 Mai

François Hollande à Toulouse : même Jean-Luc Moudenc y était

Le déplacement toulousain de François Hollande a déplacé les foules. Une centaine de personnes a fait la queue pour une dédicace de son dernier livre. L’ex-président a même eu droit à une visite du maire de Toulouse, Jean-Luc Moudenc.

Jean-Luc Moudenc et François Hollande. Photo : MaxPPP

François Hollande a fini son mandat sous une lourde impopularité. Mais, depuis sa retraite forcée, l’ex-président marche sur un tapi de rose : 50 000 livres vendus, une foule à chacun de ses déplacements. Depuis le 14 avril dernier, François Hollande fait la tournée des librairies et son périple prend un air de « revival« . A Toulouse, l’ancien chef de l’Etat a même eu droit à la présence inattendue du maire (LR) de la ville, Jean-Luc Moudenc.

Inattendue, il ne faut pas exagérer. Jean-Luc Moudenc respecte toujours la tradition de l’accueil républicain. A fortiori s’il s’agit d’un ex président de la République.

Mais Jean-Luc Moudenc a fait un peu plus que le service minimum. Le maire de Toulouse est allé aux devants de François Hollande. Il s’est rendu, rue des Arts, dans la librairie qui hébergeait la séance de dédicace de François Hollande. Jean-Luc Moudenc a été prévenu, avant l’annonce publique, de la venue de François Hollande. Il a donc souhaité, selon ses propres mots, « exprimer un salut de courtoisie républicaine à François Hollande ».

Un geste visiblement apprécie par une toulousaine, croisée dans la file d’attente, et qui a lancé : « monsieur le Maire, c’est élégant que vous soyez venu le saluer. C’est bien. Il y a en d’autres qui devraient être là et brillent par leur absence ».

Pour Jean-Luc Moucenc ce geste allait de soi : « j’ai toujours entretenu des rapports agréables avec François Hollande, indépendamment de nos divergences politiques ».

Après la librairie Privat, une autre séquence, s’est déroulée au stade Ernest Wallon.

 

François Hollande est arrivé après le début de la seconde mi-temps de Castres-Toulouse. En attendant l’ex-chef de l’Etat, Jean-Luc Moudenc a fait la connaissance de sa compagne, Julie Gayet.

Laurent Dubois (@laurentdub)

Journée de Solidarité Supplémentaire : une augmentation d’impôt déguisée pour la députée (PS) du Tarn-et-Garonne Valérie Rabault

Le gouvernement envisage de créer une seconde journée de solidarité. Une journée au cours de laquelle les salariés travaillent sans être rémunérés. Pour la députée du Tarn-et-Garonne, Valérie Rabault, c’est une augmentation d’impôt déguisée.

Valérie Rabault, députée du Tarn-et-Garonne. Photo : MaxPPP

Depuis 2004, une fois par an, les salariés travaillent sans percevoir de rémunération. Les employeurs payent à l’Etat ce qu’ils auraient dû verser à leurs employés. Ce versement, appelé Contribution Solidarité Autonomie, est collecté par la caisse nationale de solidarité autonomie (CNSA) et sert principalement à financer la fameuse APA, l’Allocation d’Autonomie Personnalisée. Depuis 2004, 31 milliards ont ainsi été collectés et reversés.

Le gouvernement envisage une seconde journée de solidarité. La ministre de la Santé a évoqué cette éventualité. Emmanuel Macron trouve la piste intéressante.

La présidente du groupe Nouvelle Gauche à l’Assemblée n’est pas du tout de cet avis.

 

L’ex-rapporteure du Budget dénonce « une manière cachée d’augmenter les impôts; C’est une hypocrisie fiscale de plus de la part d’Emmanuel Macron ». La députée du Tarn-et-Garonne que « le salarié ne travaille pas pour lui. Il donne l’argent qu’il aurait du percevoir à l’Etat ou à la sécurité sociale ».

Les syndicats et les entreprises sont également très réservés.

Voir le reportage de Frédéric Fraysse :

Laurent Dubois (@laurentdub)

 

18 Mai

François Hollande à Toulouse, le PS organise in extremis une rencontre avec les militants

François Hollande dédicace, demain, samedi 19 mai, son dernier livre dans une librairie toulousaine. 48 heures avant son déplacement, le PS de la Haute-Garonne n’avait rien prévu pour accueillir l’ex-président socialiste. C’est désormais fait. Les militants sont conviés à une rencontre.

François Hollande. Photo : MaxPPP

La présence de François Hollande dans une librairie toulousain déclenche un vrai agacement chez l’écrivain Pascal Dessaint. Le romancier n’apprécie pas le bilan de l’ancien président et le fait savoir. Mais, du côté du PS de la Haute-Garonne, l’enthousiasme n’est pas vraiment au rendez-vous. Deux jours avant l’arrivée de l’ancien patron du parti socialiste, rien n’était prévu du côté de la fédération départementale.

Contactés par téléphone et sms, plusieurs responsables du PS affirmaient n’être au courant d’aucun événement.

La veille de la séance de dédicace de François Hollande une rencontre est (enfin) organisée.

Les militants ont reçu, ce 17 mai, dans la soirée, une invitation signée par le 1er Fédéral :

A l’occasion de son déplacement en Haute-Garonne pour la dédicace de son livre « Les leçons du pouvoir » (de 10 heures à 15 heures), je t’invite à une rencontre militante ce samedi après-midi de 16 heures à 17 heures au siège de la Fédération du PS à Toulouse.

L’invitation est tardive. Mais elle arrive à temps pour sauver une image : l’unité de la famille socialiste.

Laurent Dubois (@laurentdub)

Rencontres du Gouvernement à Toulouse : colère d’une retraitée face à la ministre des Transports, Elisabeth Borne

Dans le cadre des rencontres du gouvernement, la ministre des Transports a tenu une réunion publique ce jeudi 17 mai à la préfecture de la Haute-Garonne. Elisabeth Borne a été confrontée à la colère d’une retraitée, mécontente de la hausse de la CSG.

Elisabeth Borne. Photo : France3Occitanie/LDubois

Le cadre était feutré. Elisabeth Borne a choisi une salle de la préfecture de la Haute-Garonne. Sous les dorures et avec vue sur jardin, une centaine d’élus, de parlementaires, des syndicalistes (CFDT, CGC, FDSEA), des citoyens et une délégation de « Jeunes avec Macron » ont interpellée la ministre. La séance a débuté à 19 heures 48 et s’est terminée à 21 heures 17. Plus d’un heure et 30 interpellations venues de la salle.

Le ton général était très policé, parfois « courtisan ». Une question sur le plan « cœur de ville » du gouvernement a notamment commencé par un hommage appuyé à la ministre.

Les Rencontres du Gouvernement à Toulouse

Mais une participante a profité du micro pour exprimer sa colère. Une toulousaine a mis sur le tapis la hausse de la CSG pour les retraités. Ce n’est pas la seule critique adressée à la ministre des Transports. Une fonctionnaire de l’Etat a évoqué la dégradation de la situation dans la fonction publique et particulièrement le retour du « jour de carence » en cas d’arrêt maladie. Mais les propos sur les retraités et la CSG ont été les plus virulentes.

L’oratrice (qui s’est présentée comme une simple citoyenne) a lancé à Elisabeth Borne :

Le gouvernement n’en a pas grand chose à faire des retraités. Comment on peut s’en sortir quand on a 1200 euros par mois.

La ministre a répondu en évoquant une mesure fiscale qui doit favoriser le pouvoir d’achat des retraités : la fin de la taxe d’habitation. Elle a été interrompue par sa contradictrice : « les hausses c’est maintenant alors que pour la taxe d’habitation c’est pour plus tard ».

Des manifestants étaient cantonnés à une cinquantaine de mètres des grilles de la Préfecture, derrière un imposant dispositif de sécurité. Mais la contestation est, toute de même, parvenue à se frayer un chemin jusqu’à la ministre des Transports.

La salle était très largement composée d’élus , de responsables administratifs (sécurité civile, conseil régional), associatifs ou syndicaux. Mais une dizaine de « vrais » citoyens s’est déplacée. Une sortie sur le pouvoir d’achat des retraités était « statistiquement » prévisible. Le sujet est tellement chaud et polémique qu’Elisabeth Borne pouvait difficilement éviter la colère d’un participant.

Laurent Dubois (@laurentdub)

17 Mai

L’écrivain toulousain, Pascal Dessaint, agacé par la tournée des librairies de François Hollande

Ce vendredi 18 mai, François Hollande vient à Toulouse pour dédicacer son dernier livre. Cette nouvelle virée dans une librairie agace l’écrivain toulousain, Pascal Dessaint. Le romancier n’a toujours pas digéré le bilan de l’ancien président et le traitement  qu’il a réservé aux écrivains.

Pascal Dessaint. Photo : MaxPPP

Dans son roman Le chemin s’arrêtera là, Pascal Dessaint donne vie à des cabossés, des abîmés. L’écrivain pourrait voir en François Hollande l’un de ces personnages. L’ancien président n’a pas été épargné par les affres de la vie publique. Pascal Dessaint a de quoi piocher dans le parcours chaotique du « jeune » retraité. Notamment depuis que François Hollande a pris la plume et multiplie les séances de dédicaces.

Mais ce n’est pas le cas. Bien, au contraire, l’ex-président devenu écrivain reste, aux yeux de Pascal Dessaint, un chef de l’Etat avec son passé et surtout un passif.

Pascal Dessaint n’a toujours pas digéré le bilan du président poussé vers la sortie. Le romancier dresse un tableau noir : « jamais depuis Jospin, on n’avait accentué de la sorte la précarité de la profession ». Pascal Dessaint évoque une circulaire de 2011, appliquée par le gouvernement Valls, qui, selon lui, « complique notre activité : limitation de revenus accessoires et limitation du nombre d’ateliers d’écriture dans l’année ».

L’écrivain toulousain n’a pas attendu la retraite forcée de François Hollande pour exprimer publiquement ses critiques. En 2015, Pascal Dessaint a signé une tribune contre un décret modifiant la retraite complémentaire des auteurs.

Trois ans après cette colère publique, Pascal Dessaint est toujours remonté.

François Hollande peut toutefois se consoler. Il n’est pas le seul à en prendre pour son grade. Pascal Dessaint épingle également son successeur. « Sous Macron, c’est encore pire » estime l’écrivain.

Laurent Dubois (@laurentdub)

 

16 Mai

Violence sexuelle sur mineur : pour la députée (PS) Valérie Rabault la ministre Marlène Schiappa est incompétente

Marlène Schiappa porte le texte renforçant la protection contre les violences sexuelles et sexistes. Pour la députée (PS) du Tarn-et-Garonne, Valérie Rabault,  la secrétaire d’Etat ne répond pas aux questions juridiques posées par le projet de loi. La parlementaire, présidente du groupe Nouvelle Gauche à l’Assemblée, demande que la Garde des Sceaux, Nicole Belloubet, se substitue

Valérie Rabault, Députée (PS) du Tarn-et-Garonne; Photo : MaxPPP

Séance agitée à l’Assemblée. Depuis lundi, les députés débattent de la violence sexuelles. Hier au soir, mardi 15 mai, l’opposition a croisé le fer avec la secrétaire d’Etat en charge du projet de loi. Les frictions se sont focalisées autour de la violence sexuelle sur mineurs. La Nouvelle Gauche a notamment déposé un amendement afin qu’un âge minimal soit inscrit dans la législation. En dessous d’un certain âge, l’opposition estime que la notion de consentement ne peut intervenir. Pour la présidente du groupe Nouvelle Gauche, Valérie Rabault, « Il est évident pour le plus grand nombre qu’il vaudrait mieux inscrire dans la loi un âge minimal en-dessous duquel la question du consentement ne peut être débattue ». Autrement dit, il s’agit d’introduire une présomption de viol. 

La députée du Tarn-et-Garonne a rappelé cette position, dans l’hémicycle, face à Marlène Schiappa. Mais elle s’est heurté à un refus.  La secrétaire d’Etat a avancé des arguments juridiques pour écarter l’amendement défendu par Valérie Rabault au nom de son groupe parlementaire.

La députée n’a pas  du tout été convaincue. Elle a même demandé que la secrétaire d’Etat soit remplacée par sa collègue, la ministre de la Justice Nicole Belloubet.

 

Valérie Rabault explique sa demande par le comportement de Marlène Schiappa : « elle a passé toute la première partie de la séance à ne pas répondre. J’ai fini par demander à ce que Nicole Belloubet vienne ».

Le débat législatif est particulièrement « rude » pour la jeune secrétaire d’Etat. Marlène Schippia n’a pas simplement été confrontée à une demande de « remplacement » par sa collègue du ministère de la Justice. Elle a demandé une suspension de séance suite à une interpellation « musclée » de la part d’un député de droite.

Laurent Dubois (@laurentdub)

[Edito] En visite demain à Toulouse : Elisabeth Borne, une ministre très attendue…

Elisabeth Borne, Ministre chargée des Transports AFP PHOTO / GERARD JULIEN

Faire venir ses Ministres au contact des citoyens pour répondre à leurs questions, c’est l’idée d’Emmanuel Macron appliquée par Edouard Philippe. Ainsi ce jeudi, pas moins de trois représentants du gouvernement débarquent en Occitanie. La plus attendue sera sans doute Elisabeth Borne, la Ministre des Transports.

Dès ce jeudi matin, pas impossible qu’un comité d’accueil de cheminots soit réservé à la ministre des transports pour le début de sa visite, à l’Ecole Nationale de l’Aviation Civile (ENAC). Des cheminots et des syndicats régionaux restés sur leur déception de ne pas avoir eu de représentants de la majorité, lundi après-midi, lors de leur débat sur l’avenir du ferroviaire. Mais que  pourront-ils vraiment se dire, s’ils se rencontrent ou si une délégation est reçue ? A quoi peut se résumer un tel échange, dans de telles circonstances ?

En début d’après-midi, c’est le dossier de l’autoroute Castres-Toulouse sur lequel Elisabeth Borne se penchera avec les parlementaires concernés. Le dialogue se déroulera dans le cadre plus feutré de la Préfecture de Région. Chacun rappellera ses doléances ou positions, et le serpent de mer qu’est devenu ce chantier routier devrait repartir dans la pile des grands projets en suspens.

Parmi ces derniers : la LGV Toulouse-Bordeaux. Elle ne figure pas au programme officiel de la Ministre mais elle sera sans doute abordée lors du déjeuner prévu avec la présidente de région, le maire de Toulouse et le président du département de Haute-Garonne. Ce projet a le tort de mêler deux dossiers chauds du moment pour la représentante du gouvernement : la SNCF et le TGV dénoncé comme un gouffre financier voire environnemental par ses détracteurs.

Et les citoyens dans tout ça ? Un créneau leur est réservé à partir de 19h30 en Préfecture. Quant à savoir quelles seront les personnes présentes ? Débattra-t-on des dossiers cités précédemment ou encore des fameux 80 km/h ? On le saura sur le moment, cette « réunion publique » étant ouverte à la presse. Puis la Ministre repartira vers la capitale…sans doute en avion.

Patrick Noviello (@patnoviello)

Toulouse : François Hollande très attendu par les lecteurs mais pas…par le PS

François Hollande va dédicacer son dernier livre à Toulouse samedi prochain. Les inscriptions sur la page Facebook de la librairie toulousaine sont nombreuses. Mais du côté de la fédération socialiste de la Haute-Garonne, c’est un « non-événement ».

François Hollande. Photo : MaxPPP

Les lecteurs risquent de se bousculer. François Hollande va probablement revivre, à Toulouse, une scène qu’il a vécu dans plusieurs villes. Le dernier livre de l’ex-président de la République rencontre un vrai succès de librairie. Ses séances de dédicaces sont courues. Dans la ville Rose, François Hollande pourrait avoir une « prime ».

Il arrive dans une région ou le PS dispose de l’un de ses derniers bastions.

Toulouse et la Haute-Garonne sont également le berceau politique de deux de ses deux anciens ministres : Carole Delga et Kader Arif.

A priori François Hollande va débarquer, ce samedi 19 mai, en terre « amie ». Mais la chaleur et la convivialité vont être limitées aux allées de la librairie Privat.

Le PS de la Haute-Garonne n’a pas prévu de comité d’accueil.

Lionel Jospin sera à Toulouse la veille de la visite de François Hollande, le vendredi 18 mai. L’ancien premier ministre doit remettre une décoration à une élue socialiste. L’annonce a été faite officiellement par le président (PS) du conseil départemental, Georges Méric.  La cérémonie est pilotée par Kader Arif.

En revanche, pour François Hollande, aucune communication et pas de manifestation prévue. La dernière publication, en date, sur la page Facebook du parti socialiste de la Haute-Garonne porte sur la Palestine.

Pendant plus de 10 ans, François Hollande a été le patron du parti socialiste. Il a vécu aux premières loges toutes les batailles électorales auxquelles ont participé les socialistes de la Haute-Garonne. L’ancien chef de l’Etat a contribué à des investitures et à des carrières politiques. Président de la République, il a offert (sur les conseils de Stéphane Le Foll) un destin ministériel à Carole Delga, la présidente de la Région Occitanie.

Mais de l’eau a coulé sous le pont Vieux et au  niveau du  port de la Daraude. Un militant n’est pas surpris par l’indifférence des socialistes de la Haute-Garonne :  » ce n’est pas très étonnant qu’ils ne fassent même pas le minimum syndical ». L’élection du dernier premier secrétaire a laissé des traces. La Fédération de la Haute-Garonne a soutenu Olivier Faure. François Hollande avait un candidat en tête face au député de la Seine-et-Marne : Stéphane Le Foll.

Après son déplacement toulousain, François Hollande va prendre la direction d’un département qu’il connaît bien : le Gers. Nouvelle séance de dédicace et une autre ambiance.

François Hollande va retrouver son ancien ministre de l’Ecologie, Philippe Martin. Une rencontre est prévue. La seule limite posé par le président de Gers concerne le lieu : « ce ne sera pas forcément dans un Leclerc ». Fidèle à son tempérament facétieux, Philippe Martin veut simplement éviter de réactiver une polémique (superficielle et artificielle) sur la présence de François Hollande dans un supermarché des Côtes d’Armor.

Laurent Dubois (@laurentdub)

 

RSS