26 Jan

Où sont les femmes ? par Patrick Noviello


"Où sont les femmes ?" par Patrick Noviello par france3midipyrenees

Où sont les femmes ?
Ou bien
Où est passée la neuvième circonscription ?

On commence à connaître le refrain ou le film.

Le parachutage de Christophe Borgel sur la 9ème circonscription de Haute-Garonne n’en finit pas de faire couler de l’encre et des rancœurs.

Rappelons qu’à l’origine, ce sont Anne Craissac et Nadia Pellefigue qui devaient se départager sur la circonscription haut-garonnaise.

Aujourd’hui, le secrétariat fédéral aux droits des femmes du PS 31 contre-attaque.
1000 signatures d’adhérents seraient sur le point d’être recueillies pour contester cette investiture.

Elles seront ensuite transmises aux instances nationales.
Et si ces dernières ne reviennent pas sur leur décision une candidate dissidente pourrait bien être présentée.

« Elle serait la candidate pour le respect des statuts du PS » dit-on.
Alors est-ce que cette bataille intestine au PS est le symbole d’une parité bafouée ?

Quoi qu’il en soit, tous les partis ont plus que jamais le devoir et l’obligation d’ouvrir leurs listes et leurs sièges aux femmes.

Cette année électorale sera plus que jamais l’occasion de vérifier si c’est le cas.

17 Jan

Brigitte Barèges « hackée »

Le site internet de la ville de Montauban a été piraté dans la nuit de lundi à mardi.
Avec en guise d’accroche un « we are homonymous » et des photos de couples homosexuels s’embrassant à pleine bouche, l’administré de Montauban avait de quoi être surpris ce matin en se rendant sur le site officiel de sa ville. Il pouvait y découvrir également un clip musical prônant la fierté d’être gay.
Inacceptable et plus que de mauvais goût en revanche une photo déformée de Brigitte Barèges dans son bureau avec accrochés au mur un portrait d’Hitler ainsi qu’un drapeau frappé d’une croix gammée.
Après ce dérapage qu’aucune lutte sociale ou idéologique ne peut cautionner selon moi, les pirates effectuent un rappel de « la mission de notre gouvernement sur la lutte contre l’homophobie ».
Sur cette page extraite du site du ministère de l’Education, on peut lire que ce dernier « se veut un acteur de la lutte contre l’homophobie et de l’aide aux élèves qui en sont victimes ».
Ce piratage du site de la ville gérée par une député UMP survient en plein débat sur les positions de Nicolas Sarkozy concernant le mariage des homosexuels. Débat sur lequel Brigitte Barèges s’étaient prononcée il y a quelques mois en commentant « et pourquoi pas des mariages avec des animaux » avant de se rétracter.
Patrick Noviello

11 Jan

Balle au centre par Patrick Noviello


Balle au centre par Patrick Noviello par france3midipyrenees

La politique aime les revirements.

Dernier en date celui de Philippe Douste-Blazy dans une tribune du journal « Le Monde ».

« Il avait raison ». Voilà ce que dit l’ancien maire de Toulouse du leader du Modem.
Et Philippe Douste-Blazy d’appeler à voter Bayrou pour la Présidentielle.

Souvenez-vous la rupture avait pourtant été brutale entre les deux hommes.
Toulouse, Février 2002, meeting de l’Union en mouvement qui soutient Chirac pour la Présidentielle…

Bayrou résiste déjà à un futur parti unique.
Douste-Blazy va cofonder et rejoindre l’UMP.
Il emporte avec lui la plupart des parlementaires UDF, parti désormais moribond.

La rupture est alors consommée.
Une montagne idéologique vient de s’ériger entre le béarnais et le lourdais.
Mais la politique est aussi là pour déplacer les montagnes.

Aujourd’hui Dominique et François sont à nouveau réunis.
Douste-Blazy salue « l’indépendance et la fidélité à ses convictions » de Bayrou.
Des valeurs que chacun doit plus que jamais méditer en pleine campagne présidentielle.

20 Déc

Quelle neutralité religieuse ? par Patrick Noviello


Quelle neutralité religieuse ! par france3midipyrenees

Imposer une neutralité religieuse aux crèches, centres de loisirs et autres nounous…

C’est la proposition de loi de la sénatrice de Haute-Garonne Françoise Laborde (RDSE, radicaux de gauche).

L’idée basée sur un principe de laïcité me paraît honorable.

Et pourtant elle a entraîné une véritable contestation comme cette manifestation la semaine dernière à Toulouse.

Au cœur de ce projet :
Toute structure ou personne qui accueille des enfants et bénéficie d’aides publiques doit s’astreindre à une neutralité religieuse.

Exemple pas de bénédicité chez la nounou ou de voile dans une crèche publique.

Et le privé peut également être mis à contribution.
On se souvient d’ailleurs de la jurisprudence Baby Loup où une employée voilée a été licenciée.

Bronca à l’extrême gauche et chez les Verts qui crient au flicage de la vie privée. Des socialistes partagés…

Bref le Sénat, désormais à gauche, a calmé le jeu…

Le vote de cette loi a été renvoyé à une date indéterminée.

Ou comment botter en touche.

08 Déc

« Accouchement sous x » par Patrick Noviello


EDITO_LVEL_ACCOUCHEMENT par france3midipyrenees

La fin de l’exception française…
D’un principe qui remonte à 1941 et au Régime de Vichy…

Brigitte Barèges veut réformer l’accouchement sous X…
C’est le but d’un projet de loi qu’elle a déposé cette semaine.

La secrétaire nationale de l’UMP à la protection de l’enfance demande la levée de l’anonymat de la mère.
Mais le secret, lui, serait maintenu jusqu’à la majorité de l’enfant.

Ce projet est soutenu par plusieurs associations mais inquiète le planning familial.
Il redoute notamment le retour des boîtes à bébé
.
Certains professionnels de santé craignent aussi la hausse des abandons, des grossesses non suivis voire des décès de fœtus.
« Non cette levée de l’anonymat n’a pas entraîné une hausse des infanticides dans les autres pays européens » rétorque Brigitte Barèges.

La maire de Montauban qui dit je cite « penser à ces hommes et femmes en détresse à la recherche du premier maillon de leur vie ».
De l’humanité donc dans cette action politique.

Reste maintenant à savoir que répondront Assemblée et Sénat à cette proposition.

24 Nov

Un candidat président sans projet industriel… C’est ainsi qu’Europe Ecologie Midi-Pyrénées qualifie Nicolas Sarkozy.


Un candidat président sans projet industriel… par france3midipyrenees

Le président venu visiter le CNES pour les 50 ans de la conquête spatiale est donc en campagne.

Act-up Sud-Ouest ne s’y trompe pas.
Parallèlement à cette visite une poignée de militants occupent la sécu pour dénoncer la réforme de l’arrêt maladie.

Lui aussi dénonce cette réforme de la protection sociale.
Guillaume Cros au nom des Verts de la région appelle à boycotter le discours du président.
Avait-il deviné que Nicolas Sarkozy allait se faire défenseur de l’énergie nucléaire ?

Un qui n’a pas boycotté la visite présidentiel c’est Pierre Cohen. Celui qui a longtemps été pressenti comme secrétaire d’état à la recherche de Martine Aubry a honoré ses obligations officielles.

A ses côtés Martin Malvy. Le président socialiste de la région qui a, je le cite, assisté à un « discours pour rien sans aucune annonce précise ».

Nicolas Sarkozy a pourtant promis malgré la crise de donner un « nouvel élan » à la politique spatiale de la France.
Pas de quoi mettre en orbite sa campagne.

21 Nov

Une bataille politique le jour de l’armistice… de Patrick Noviello


Une bataille politique le jour de l'armistice par france3midipyrenees

C’était le 11 novembre dernier sur Toulouse et ailleurs en France.

Tout commence dans la capitale à la veille de la cérémonie.
Nicolas Sarkozy propose de « commémorer le 11 novembre tous les morts pour la France. »

Aussitôt levée de bouclier  des anciens combattants, dont le président toulousain de la Fnaca, Guy Darmanin.
« Tous les conflits ont leur date, tous les conflits ont leur histoire ».

Et le maire socialiste de Toulouse d’enfoncer le clou : « Cette décision est choquante. Elle comporte un risque fort et intolérable de glissement vers l’oubli ».

Que le maire se prononce sur ce projet de loi, son adversaire historique Jean-Luc Moudenc le comprend.
En revanche ce que ne digère pas le leader de l’UMP31, je cite, c’est que quelques élus ont tout simplement refusé de lire le discours du Président de la République.

Exemple à Saint-Martin du Touch.
Le leader des radicaux valoisiens Jean-Jacques Bolzan pointe du doigt le patron du PC 31 Pierre Lacaze.
« Une cérémonie n’est pas un lieu pour faire de la politique de caniveau comme il l’a fait ».

Alors 11 novembre : jour de tous les morts au combat ?
Aucun poilu n’est plus là pour donner son avis

17 Nov

Vu d’Italie – Ciao Berlusconi ! – Edito de Patrick Noviello

Journée d’automne classique sur Rome, le tout dans une douceur toutefois record.
Ce ne sont pas les « indignés » installés devant l’église Santa Croce qui vont s’en plaindre. Je traverse leur camp qui occupe une bonne partie du parvis. Et alors qu’une messe est célébrée à l’intérieur de l’édifice sacré, eux scandent des discours revendicatifs dans un porte-voix rouillé. Double visage d’une Italie à la fois dévote et rebelle.
Plus loin, dans la ville, Silvio Berlusconi vit ses dernières heures dans le Palacio Grazioli : les touristes dont je suis qui marchent dans son cloitre guettent les fenêtres mais le premier ministre n’y fera aucune apparition.
Même calme apparent devant le Quirinal où le président de la république enchaîne les consultations d’une vingtaine de représentants de parti. A l’extérieur, les rues que je parcours sont presque désertes, à l’intérieur du bâtiment, c’est l’effervescence. Georgio Napolitano doit désigner un nouveau chef de gouvernement, d’union nationale. C’est dimanche et il n’a pas de temps à perdre, le lendemain, les bourses rouvrent et son pays n’a pas besoin d’une nouvelle chute des cours. Pour rassurer c’est Mario Monti, technocrate européen, plutôt neutre politiquement, qui est, comme prévu, adoubé.
Changement brutal de rythme et d’époque politique auquel j’assiste devant les résidences d’état et sur la RAI. Berlusconi quitte son palais, acclamé par ses derniers supporters, qui seront vite remplacés par ce peuple, soulagé même s’il a peut-être un jour voté pour lui. Cortège de manifestants également devant la demeure présidentielle, le Pari démocrate, lui, a déjà monté une tente devant le parlement et complète ainsi son opération d’affichage (voir la photo).
Le lendemain, tous les journaux titrent sur le départ de Berlusconi, les bourses continuent de chuter, les indignés sont toujours devant Santa Croce et les finances de l’Etat sont exsangues (savez-vous que c’est Todd’s qui va financer la restauration du Colisée ?).
Bref rien n’a changé sauf le premier ministre.