27 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – jeudi 27 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Ville

► « Libertés, égalité, viabilité : la ville-monde face aux défis du siècle » : une conférence « Le Monde » Cities à Paris. Un milliard de personnes habitaient dans des villes en 1960. Elles sont aujourd’hui plus de quatre milliards. Et les Nations unies annoncent que la population mondiale sera aux deux tiers urbaine en 2050. Cette croissance massive et continue pose, partout dans le monde, les mêmes défis. Sociaux : si les grandes métropoles constituent des pôles de croissance et de développement, elles concentrent aussi des inégalités de plus en plus criantes. Environnementaux : 70 % des émissions de CO2 sont le fait des villes. Civiques : les progrès de la smart city, la ville connectée, ouvrent la perspective de services urbains optimisés par la collecte de données toujours plus riches, mais aussi la possibilité d’un contrôle accru des habitants et d’un recul de leur pouvoir de décision comme citoyens. Lors de cette conférence seront également dévoilés et remis les prix de l’innovation urbaine organisés par Le Monde, qui récompenseront des initiatives dans cinq catégories : « Mobilité », « Energie », « Habitat », « Urbanisme » et « Participation citoyenne ». @lemondefr. Légende image : « World Naked Bike Ride » à Mexico, le 8 juin. L’événement avait pour but de promouvoir l’usage de la bicyclette en ville et de lutter contre le trafic automobile. Crédits photo : Rodrigo Arangua / Afp.

► Michel Lussault : « Les villes-mondes deviennent des acteurs géopolitiques ». En 1991, la sociologue et économiste Saskia Sassen popularisait le terme de « global city » (ville-monde), qu’elle décrivait comme le lieu où se concentrent les pouvoirs centraux des entreprises et les services indispensables au fonctionnement de l’économie mondialisée. Définition qui s’appliquait alors, selon elle, à trois villes : New York, Tokyo et Londres. Le géographe Michel Lussault, directeur de l’Ecole urbaine de Lyon, revient sur les apports et les limites de cette définition aujourd’hui. Il explique : « L’approche de Saskia Sassen est intéressante dans l’histoire de la pensée urbaine car elle révèle le changement de régime de l’urbanisation mondiale qui se dessinait alors. Si l’urbanisation s’est fortement développée des années 1950 aux années 1970-1980, elle était surtout appréhendée en termes démographique et paysager : les villes croissaient, s’étalaient… » @lemondefr.

► Dharavi: Le bidonville qui vaut des millions. C’est l’un des plus grands bidonvilles d’Asie, une ville dans la ville de Bombay, que le monde a découvert sur grand écran, en 2008, avec le célèbre film Slumdog Millionnaire, de Danny Boyle. Dharavi compterait entre 600 000 et 1 million d’habitants qui vivent dans des conditions difficiles, mais qui ont créé une activité impressionnante depuis près d’un siècle : c’est dans ce bidonville qu’est, par exemple, recyclée la majorité du plastique, de la ferraille ou des appareils électroménagers de Bombay, et de toute sa région. Dharavi accueille également des potiers et des milliers d’autres artisans, qui génèrent en tout un chiffre d’affaires estimé à 500 millions d’euros par an. Mais Dharavi, auparavant située à la périphérie de la ville, se trouve aujourd’hui au cœur de la capitale financière de l’Inde. Et ce terrain vaut donc de l’or. Un projet de réhabilitation et de relogement de tous les habitants dans des tours est sur le point d’être approuvé. Mais, il risque de mettre en péril ce qui fait l’essence même de ce quartier : son économie informelle. @RFISavoirs. A lire aussi : À Bombay, le bidonville de Dharavi fait de la résistance (@LObs). Voir le reportage sur le site @LePoint :

#Territoire

► Près de Troyes, ce village sans médecin découvre les bienfaits de la téléconsultation. À Saint-Parres-lès-Vaudes, dans l’Aube, la pharmacie sert aussi de cabinet médical. Depuis le 15 janvier dernier, le village de 1.100 habitants situé à 20 kilomètres au sud-est de Troyes et à une trentaine de kilomètres des terres de Bourgogne s’est lancé dans la télémédecine. À l’origine, une mesure prise dans l’urgence par le maire de la commune, qui venait de perdre son dernier médecin. « Jusqu’au début des années 2010, nous avons eu jusqu’à cinq médecins dans notre bassin de population, qui compte près de 6.000 habitants. Puis en janvier, le médecin qui était arrivé pour remplacer le dernier médecin d’origine parti en retraite a déposé sa plaque. Sans préavis ! » raconte, amer, Bernard de La Hamayde. Et soudain, ce fut la « panique » dans ce bourg fleuri traversé par la D671. @Challenges.

#Transport

► Cinq exemples de grandes villes qui veulent bannir les voitures. Un tiers des émissions de gaz à effet de serre provient des transports dans les grandes villes du monde. Oslo, Londres, Ljubljana, Barcelone et Bruxelles mènent le combat contre les voitures. Pour lutter contre le fléau de la congestion et de la pollution, nombre de grandes agglomérations cherchent à limiter la circulation automobile, voire à bannir les voitures, à commencer par les plus polluantes. Une bataille longue et difficile, d’autant que beaucoup continuent de voir leur population croître. Tour d’horizon des mesures adoptées par cinq grandes villes européennes pour lutter contre la contamination de l’air et transformer les modes de déplacement sur leur territoire. A lire aussi : Six chiffres pour comprendre l’ampleur de la pollution automobile @lemondefr

#Climat

► Bordeaux City Life : des arbres pour contrôler le climat des villes. La table ronde « Climat, un autre regard sur la ville », qui s’est tenue pendant le forum Bordeaux City Life (vie de la cité a réuni Anne Durand, architecte et urbaniste (Atelier Urbain Anne Durand), et Julien Dossier, fondateur de Quattrolibri, cabinet conseil en neutralité carbone, auteur de « Renaissance Ecologique – 24 chantiers pour le monde de demain » (Domaine du possible/Actes Sud). « Je suis contente que la notion de vie ait pris le pas dans l’intitulé du forum sur le smart. Je suis architecte et urbaniste et j’ai recours à la construction bois depuis 2009. Nous arrivons à la fin d’un modèle, celui des projets imposés aux territoires, de la planification. J’appartiens au comité scientifique des ateliers de Cergy et la dimension qui se dégage est celle de l’incertitude du futur. Ce qui compte c’est d’être dans une logique d’accueil, d’inventer des règles. Il faut accepter l’incertitude, mettre en réseau des initiatives locales » a déroulé Anne Durand pour fixer les idées sur sa démarche. @LaTribuneBdx.

#Commerce

► Les libraires repartent en guérilla contre Amazon. Les libraires contre le géant du e-commerce Amazon. Ou David contre Goliath. La guerre interrompue entre les acteurs de l’ancien et du nouveau monde prend une intensité nouvelle, alors que se tient la cinquième édition des Rencontres nationales de la librairie, dimanche et lundi à Marseille. Organisée à l’initiative du Syndicat national de la Librairie française (SLF), la manifestation devrait être l’occasion, pour les 700 librairies et les 200 professionnels présents, de lancer un cri d’alarme sur le prix unique du livre, imposé par la loi Lang de 1981, mais que ne respecte pas, selon eux, le géant de l’e-commerce. @LesEchos

#Cryptomonnaie

► « Avec sa monnaie Libra, Facebook ne menace pas les États à ce stade ». Feu sur Libra ! Avec plus de deux milliards d’utilisateurs actifs de Facebook répartis sur tout le globe, la cryptomonnaie lancée par le réseau social pourrait devenir aussi virale qu’une « fake news ». Sauf qu’elle est bien réelle et qu’elle est en mesure de ringardiser les moyens de paiement traditionnels (cartes bancaires, billets), tout en faisant fi des devises nationales. Au grand dam de l’ensemble du secteur bancaire. « C’est une OPA lancée contre la souveraineté monétaire des États », ont dénoncé dans Le Figaro l’économiste Daniel Cohen et le président du Crédit Mutuel Nicolas Théry. « Les banques centrales vont fixer les règles du jeu et Facebook devra les accepter, ou alors ça ne marchera pas », a menacé sur la BBC le gouverneur de la Banque d’Angleterre Mark Carney. Quels sont les risques? Les réponses de Nathalie Janson, spécialiste des cryptomonnaies et professeur à Neoma Business School. Lire la suite sur le site @LExpress

► Avec Libra, Facebook va-t-il démocratiser les cryptomonnaies ? Plus de 7 milliards de personnes n’ont jamais utilisé Bitcoin de leur vie*. Pour tout le buzz qu’il génère depuis 10 ans, le pionnier des cryptomonnaies reste un produit spéculatif de niche. Mais l’idée d’une devise virtuelle stable, capable de traverser les frontières à la vitesse de l’éclair, presque sans frais, et permettant de payer en ligne en un clic, fait saliver les géants du Web. La semaine dernière, Facebook a présenté Libra, une cryptomonnaie qu’il espère lancer en 2020 avec une trentaine de partenaires. Son papa, le Français David Marcus, qui s’occupait de Facebook Messenger après avoir dirigé Paypal, le proclame : « Le temps est venu pour Internet d’avoir un protocole pour l’argent. » @20minutes

#IA

► L’éthique de l’IA à la recherche d’un consensus international. Le virage sera difficile à prendre, il s’amorce tout juste. Depuis un peu plus d’un an, les organisations internationales, les entreprises et les pays se sont  rués sur l’éthique de l’intelligence artificielle (IA). Chacun en est allé de ses principes, de ses « guidelines », déclaration ou charte, après les multiples scandales sur l’usage des algorithmes pour diffuser des fausses informations ou encore sur les biais racistes et sexistes. « Il y a une multiplication des principes pour l’IA qui peut prêter à confusion, selon Karine Perset de l’OCDE. Il faut vraiment éviter une fragmentation des instruments. »L’Organisation de coopération et de développement économiques ayant publié ses principes sur le sujet en mai. @LesEchos.

#RevueDeLiens

► – A la Défense, le gratte-ciel de bureaux se réinvente. A l’image de Hekla, les nombreuses tours qui renouvellent le quartier d’affaires se veulent flexibles et ouvertes sur l’extérieur. (@lemondefr) ; – Ariège : une start-up détecte la dénutrition chez les personnes âgées. Le programme CDiet, développé par la start-up ariégeoise Winnov, permet aux aidants et auxiliaires de personnes dépendantes de réaliser un profil diététique précis de leurs patients. Ces informations sont analysées à distance par des nutritionnistes, qui peuvent donner l’alerte en cas de risque. (@franceinfo) ; – Netflix mobilise presque un quart des réseaux des opérateurs. En 2018, le leader américain du streaming vidéo a dépassé Google en termes d’utilisation de bande passante chez les opérateurs télécoms, selon un rapport de l’Arcep publié jeudi 27 juin. Au global, quatre plates-formes, dont Facebook, accaparent plus de la moitié du trafic. (@LesEchos) ; – Le véhicule connecté, antichambre du véhicule autonome ? Pléthore de technologies font maintenant partie intégrante des véhicules et permettent d’envisager de nouveaux cas d’usage. Hyper connectivité ou autonomie, la filière connaît des changements forts mais des freins demeurent qui sont davantage d’ordre psychologiques et réglementaires que techniques. Tour d’horizon sur ces véhicules de demain par Timothée Gorwood, Consultant mc2i Groupe. (@villeintelmag) ; – Zuckerberg reproche au gouvernement américain d’avoir laissé proliférer les manipulations politiques. Pendant la dernière élection présidentielle américaine, Facebook a été critiqué en raison des ingérences politiques, attribuées par l’exécutif à la Russie. Selon le PDG du réseau social aux deux milliards d’amis, l’Etat doit en faire plus pour limiter ces menaces. (@LesEchos) ; – 20 millions d’emplois menacés par la robotisation. Les robots pourraient supprimer l’équivalent de 8,5 % des emplois industriels, selon un nouveau rapport du cabinet Oxford Economics (@LesEchos).

26 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – mercredi 26 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Téléphonie

► Les Etats-Unis pourraient interdire les équipements 5G fabriqués en Chine. Donald Trump ne veut pas d’une 5G « made in China » aux Etats-Unis. Selon le « Wall Street Journal », Washington pourrait interdire les équipements 5G fabriqués en Chine qui sont en train d’être déployés sur les réseaux des opérateurs télécoms américains. L’interdiction, si elle était adoptée, serait un tournant dans la « supply chain » des grands équipementiers télécoms. Ericsson et Nokia, ainsi que le coréen Samsung, seraient en effet obligés de délocaliser une partie de leur production de la Chine vers d’autres pays pour pouvoir continuer de livrer le marché américain. (@LesEchos). Légende image : La 5G va offrir des débits démultipliés et un temps de réponse du réseau (latence) bien plus faible que la 4G. Crédit photo : Paco Freire/Sopa Images/Sipa.

#Economie

► Pourquoi le numérique ne dope pas la productivité. Et si c’était la faute au numérique ? Normalement, les nouvelles technologies devaient apporter d’immenses progrès. La production allait devenir bien plus efficace, au risque de tuer l’emploi. Mais c’est l’inverse qui se passe. Les géants d’Internet sont en procès. En Europe, la productivité du travail progresse de moins de 1 % depuis près de deux décennies et recommence à peine à accélérer en Amérique. Des deux côtés de l’Atlantique, les entreprises peinent à embaucher. Le paradoxe n’est pas nouveau. En critiquant un livre sur l’avenir de l’industrie, le prix Nobel d’économie Robert Solow avait écrit dès 1987 que « vous pouvez voir l’ère de l’ordinateur partout sauf dans les statistiques de productivité ». Depuis, le mystère s’est épaissi. Des économistes affirment que les gains de productivité faciles sont derrière nous, d’autres qu’ils vont bientôt venir, d’autres encore qu’ils sont là, mais invisibles faute de statistiques adaptées.  @LesEchos.

#Numérique

Près d’un quart des Français (23%) se sentent « mal à l’aise avec le numérique », selon le livre blanc contre « l’illectronisme », ou illettrisme numérique, présenté par le Syndicat de la Presse Sociale. Son président, Philippe Marchal, explique mardi 25 juin sur @franceinfo que la fracture numérique, qui touche 11 millions de Français, est « un véritable handicap social qui touche toutes les catégories socio-professionnelles ». « Cela recouvre toutes les couches de la société, toutes les tranches d’âge, que les gens soient en milieu rural ou en milieu urbain », souligne-t-il. Au cours de l’année 2018, « plus de 19% ont renoncé à une requête, à une recherche, à un contact avec l’administration et ont abandonné un certain nombre de droits auxquels ils pouvaient prétendre. » @franceinfo.

#IA

► La grande arnaque ? Google Duplex est un service lancé par Google qui va appeler un restaurant ou un coiffeur pour prendre une réservation. C’est un service bluffant parce qu’on a l’impression de parler à un être humain au téléphone. Ce qui est le cas en fait, Google l’a confirmé. On est persuadé également que les enceintes connectées ne sont pas écoutées par un être humain, mais par des algorithmes. C’est pourtant le cas parfois, quand l’intelligence artificielle a du mal à répondre, ce sont des humains qui prennent le relais, a reconnu Amazon. Ce n’est pas que la technologie n’est pas fiable, mais ce sont des technologies encore jeunes et la machine fait encore son apprentissage. Parfois elle tombe sur des cas qu’elle ne connaît pas et des hommes viennent à son secours. @franceinfo.

► L’intelligence artificielle va-t-elle piquer nos emplois ? Si rationaliser le travail est le propre de l’homme, il semble que les nouvelles technologies aient accéléré le processus. L’intelligence artificielle tente de plus en plus à remplacer l’homme dans les tâches les plus pénibles. Mais, pourrait-elle remplacer totalement les hommes ? Est-elle vraiment une menace ? En partenariat avec le site d’information The Conversation. Voir la vidéo. @RFI.

#Climat

► Canicule : covoiturage gratuit et forfait antipollution dans les transports en région parisienne. Si vous craignez d’être contrôlé à bord de votre véhicule avec la mise en place de la circulation différenciée, il existe des alternatives à la voiture en ce jour de forte pollution atmosphérique à l’ozone. Valérie Pécresse, présidente d’Île-de-France Mobilités (l’autorité qui gère les transports dans la région, ex-STIF), a décidé d’activer ce mercredi le forfait antipollution. Le forfait, vendu au prix de 3,80 euros, reste valide toute la journée, jusqu’à 5h du matin jeudi pour le Noctilien. Métro, RER, bus, tram… Il couvre l’ensemble des transports, à l’exception entre autres de l’Orlyval et des bus touristiques. @franceinfo.

#Territoire

► Marcel Gauchet : « On a cru naïvement que l’intelligence collective allait sortir des réseaux sociaux » À l’occasion des conférences USI, Marcel Gauchet, philosophe, historien français et rédacteur en chef de la revue Le Débat, a dressé un parallèle entre cet événement fondateur de la démocratie moderne et le mouvement des gilets jaunes, perçu comme une révolution contemporaine. Mil explique : « Le processus démocratique est une dialectique entre l’éclatement : la diversité des intérêts légitimes, et la fabrication à partir de cela d’une unité. Les réseaux sociaux augmentent la diversité, l’éclatement, l’hétérogénéité, à tel point que certains disent que c’est le chaos. Cela rend d’autant plus nécessaire le travail de cohérence qui doit être effectué par des représentants, qui ont à tenir compte de ce qui sort de cette expression de la société, qui va être amplifiée par les réseaux sociaux. Si vous vous contentez de mettre bout à bout tout ce qui émerge dans ce nouvel espace public, vous êtes incapable de définir toute direction définie et cohérente. Et encore moins des priorités ! Car s’il n’y a que des urgences extrêmes et que vous disposez de moyens limités, vous ne pouvez rien faire. » @bymaddyness.

#Urbanisme

►  Du rêve au réel : comment construit-on une ville idéale ? Virtuelle, fantasmée, historique ou futuriste : la ville fait rêver architectes et créateurs depuis des millénaires. Tour à tour cité ou mégalopole, elle répond à un cahier des charges qui ressemble à s’y méprendre à un carnet de doléances de ses habitants. Mais doit pourtant composer avec une liste de contraintes – techniques, réglementaires, culturelles – qui ne cesse de s’allonger. Alors, peut-on vraiment construire une ville idéale ? C’était toute la question de la deuxième conférence du festival Building Beyond, dédiée à l’invention des villes. Dans le cadre du festival Building Beyond dédié aux échelles urbaines, la plateforme de prospective et d’innovation du groupe Vinci baptisée Leonard a imaginé une découverte à deux voix de villes idéales : celles de la série de jeux vidéo Assassin’s Creed, produite par Ubisoft, et celle bâtie de façon éphémère pour le festival Burning Man. @bymaddyness

#Alimentation

► Reims : un frigo solidaire pour aider ceux qui peinent à remplir le leur. Un frigo dressé sur le trottoir. A l’intérieur, quelques bananes, une salade, un camembert, des yaourts et une boîte de conserve. Khalid El Mergaoui, le gérant du Coccimarket de la rue Chanzy, les a déposés ce mardi 25 juin pour l’inauguration du tout premier frigo solidaire de Reims et de Champagne-Ardenne. Installé devant son magasin, ce petit réfrigérateur est accessible à tous. Voisins, commerçants et restaurateurs peuvent y laisser les aliments qu’ils ont en trop. Ceux qui en ont besoin viennent se servir librement.L’idée de ce frigo collectif a germé dans la tête d’une restauratrice parisienne il y a deux ans. Un premier a été créé à Paris, puis une trentaine a vu le jour un peu partout en France. Le concept des Frigos solidaires a attiré l’attention d’Hervé Augustin, le responsable marnais de l’association Saint-Vincent-de-Paul. « Ce type d’aide n’existait pas à Reims, explique-t-il. Quand on voit le succès des bibliothèques partagées, je me suis dit que c’était une idée qui devrait marcher ici. » @franceinfo.

#Données

► Protection des données : l’UFC-Que Choisir engage une action de groupe contre Google. L’entente à l’amiable n’avait pas fonctionné. L’UFC-Que Choisir a annoncé ce mercredi avoir lancé une action de groupe contre Google à Paris, pour violation du règlement général de protection des données (RGPD), législation européenne qui régit l’exploitation des données personnelles. L’objectif de l’association est de « mettre fin à l’exploitation insidieuse des données personnelles de ses utilisateurs, particulièrement ceux détenant un équipement Android avec un compte Google, nécessaire pour utiliser pleinement l’appareil, et de les indemniser à hauteur de 1000 euros », selon un communiqué.  « Cette demande d’indemnisation constitue une première en France et en Europe, c’est un enjeu majeur de cette action », affirme Alain Bazot, président de l’UFC-Que Choisir. « Si le juge nous donnait raison, c’est potentiellement 28 millions d’utilisateurs d’appareils Android en France qui pourraient avoir droit à une indemnisation », détaille le président de l’association. @LExpress.

#RevueDeLiens

► – Apple achète une start-up spécialisée dans la voiture autonome. Le montant de cette opération n’a pas été communiqué. Drive.ai est une jeune pousse qui utilise l’intelligence artificielle pour créer des systèmes d’auto-conduite pour les voitures. Apple a pris du retard dans la voiture autonome (@LesEchos) ; – L’économie peut sauver le climat. On entend souvent l’inverse : c’est l’économie qui serait responsable du réchauffement climatique. Si sa responsabilité est engagée, ce sont les acteurs d’entreprise qui ont les meilleures clefs pour inventer les bonnes solutions et répondre aux réglementations tous azimuts qui s’annoncent. (@LesEchos) ; – Comment myBrain Technologies veut mettre la neurotechnologie à la portée de tous (@frenchweb) ; – Trottinettes électriques : la guerre de la mobilité est déclarée. Dans La Story, le podcast d’actualité des « Echos », Pierrick Fay et ses invités révèlent les dessous du business des trottinettes électriques qui ont déferlé par milliers sur les grandes villes françaises. (@LesEchos) ; – Les appareils de Huawei à la merci des piratages. Un rapport américain estime que les équipements du groupe chinois seraient plus vulnérables à des attaques que ceux de sociétés concurrentes. (@LesEchos) ; – Le monde va perdre des millions d’emplois au profit des robots d’ici 10 ans (@MagazineCapital) ; – Le Sénat adopte la loi « anti-Huawei ». Après le vote de l’Assemblée nationale le 10 avril, la proposition de loi visant à sécuriser les réseaux mobiles en vue de la 5G a été votée mercredi par le Sénat. Plusieurs points de conflit subsistent ; – Pourquoi l’UFC a lancé une action de groupe contre Google. Pour la première fois en Europe, une action de groupe a été lancée contre Google pour violation du règlement général de protection des données (@20minutes) ; – La télévision européenne est-elle en train de s’américaniser ? (@metamedia).

25 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – mardi 25 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Pollution

Subir les rejets polluants pour protéger les emplois : des riverains d’usines racontent à #AlertePollution leur quotidien infernal. Certains habitent aux pieds des montagnes ; nous, c’est au pied de l’usine. » Sylvie vit à Port-la-Nouvelle (Aude), au cœur de la cité des mouettes. Elle nous accueille avec un grand sourire et lance un « bonjour » à l’accent prononcé. Une fois passé son portail, nous traversons une petite terrasse. Un balai traîne et surplombe un tas de poussières. C’est la raison pour laquelle elle nous a contactés, par le biais de notre opération participative #AlertePollution. Son quartier, qui compte une centaine de maisons, est surplombé par les hautes cheminées d’une importante cimenterie du groupe Lafarge. Et Sylvie en a assez de retrouver les rejets noirs du site sur le rebord de ses fenêtres blanches ou dans les coins de sa terrasse au carrelage beige. Lire la suite sur le site @franceinfo.

#Energie

À Brest, le financement citoyen vole au secours de la transition énergétique. Produire de l’énergie renouvelable et locale, c’est l’objectif que s’est fixée dès 2017 une poignée d’habitants du quartier Saint-Marc à Brest. Réunis dans le cadre de la mise en place d’un « agenda 21 des familles » pour un développement durable à l’échelle des foyers, des thèmes comme l’alimentation, les déplacements, la consommation ont été abordés mais, c’est celui de l’énergie qui aura suscité le plus l’attention. « Étant dans une région qui n’en produit pas beaucoup, où on est plutôt dépendant d’une électricité qui vient d’ailleurs, on a passé toute une année à réfléchir sur ce qu’on pouvait faire en tant que citoyen pour prendre part à la transition énergétique locale », explique Marie Tarsiguel, une des membres de l’association. @franceinfo.

#Société

Le mimétisme, un modèle mental essentiel pour construire l’avenir. Par Philippe Silberzahn, professeur d’entrepreneuriat, stratégie et innovation à EMLYON Business School et chercheur associé à l’École Polytechnique (CRG). Il y a fort longtemps, j’étais en classe de première je crois, j’ai eu à rédiger un devoir d’histoire dans lequel on nous demandait de comparer les deux discours successifs du Maréchal Pétain le 17 juin 1940 demandant l’armistice et de Charles de Gaulle lui répondant depuis Londres le lendemain, et qui invitait les français à poursuivre le combat. Je n’avais pas bien saisi alors la différence profonde entre les deux discours; ma réponse était médiocre, même si elle était érudite, et j’ai rendu mon devoir avec un sentiment mitigé. Je crois avoir saisi depuis cette différence, et elle est importante. Pétain s’adresse aux français et leur parle du passé. De Gaulle s’adresse aux français et leur parle du présent, et explique pourquoi ce présent peut permettre un avenir de victoire. Lire la suite sur le site @frenchweb.

#Climat

Canicule : la ville veut devenir plus « cool ». En ville, les îlots de chaleur, où le bitume concentre et accroît la chaleur solaire, aggrave la canicule à un point spectaculaire. « Lors des dernières canicules, on a observé plus de 8 degrés d’écart entre Paris et des villes proches comme Melun, et jusqu’à 12 degrés la nuit, et les écarts sont comparables entre le centre de Paris et les bois de Boulogne et de Vincennes », a rappelé Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris chargé de l’urbanisme, lors du colloque sur le rafraîchissement en milieu urbain que tenait ce lundi l’Agence parisienne du climat. Les villes commencent à réfléchir à leur adaptation au réchauffement. Mais il ne suffit pas d’enlever une partie du bitume et de végétaliser. On réinterroge la conception et la rénovation des bâtiments. Car les bâtiments modernes ne sont plus conçus pour rafraîchir naturellement. @LesEchos.

x

Zones humides : avis de sécheresse. Qu’appelle-t-on zone humide ? Quel rôle jouent-elles sur le climat mondial ? Quels dangers menacent leur équilibre ? Comment est évalué ce niveau de menace ? Comment les protéger et préserver la riche biodiversité qu’elles abritent ? Selon le dernier rapport de l’IPBES sur la biodiversité, la civilisation industrielle serait venue à bout de près de 90% des zones humides à la surface du globe : marais, lits fluviaux, lacs, zones côtières, Autant de zones à l’équilibre fragile et qui ont très largement été anthropisées. Et pour cause, ce sont dans ces zones que la civilisation humaine s’est sédentarisée, et elle recèle de nombreuses espèces de faune et de flore. Maintenant qu’elles sont sur le point de disparaître, comment protéger les dernières qui restent ? @franceculture. Légende image : Entre 1980 et 2015, les zones humides auraient régressé de près de 35%. Crédits photo: Sky Noir Photography by Bill Dickinson / Getty.

#Energie

► Paris-Saclay souffle le chaud et le froid avec un réseau énergétique innovant. « Les villes sont bien les premiers lieux de consommation d’énergie et donc les premières concernées par la transition énergétique », déclarait ce lundi 24 juin, François de Rugy, l’actuel ministre de la Transition écologique et solidaire, en inaugurant le réseau de énergétique de Paris-Saclay. « C’est un enjeu environnemental, mais également social puisqu’en diversifiant l’offre d’énergie, on diminue aussi son coût ». Le réseau d’échange de chaleur et de froid de Paris-Saclay s’appuie sur la plus grande boucle de distribution tempérée de France, alimentée par la chaleur géothermique de la nappe phréatique de l’Albien, une énorme réserve d’eau de 425 milliards de m3 qui s’étend sur 84.000 km², sur tout le Bassin parisien, de la Champagne à la Normandie et de la Picardie à la Beauce. @villeintelmag

#Ville

► Alphabet dévoile sa ville du futur à Toronto. Le projet de « smart-city » de Google est plus que jamais sur les rails à Toronto. Sidewalk Labs, la filiale d’Alphabet (maison mère de Google) dédiée aux innovations urbaines, a dévoilé ce lundi les plans du projet de quartier de haute technologie qu’il compte bâtir sur les quais de la plus grande ville canadienne. Un peu moins d’un an après avoir reçu l’aval des autorités pour démarrer les plans, Alphabet a détaillé dans un pavé de 1.500 pages comment il comptait transformer cet ancien site industriel faisant face au lac Ontario, ainsi que les nombreuses innovations technologiques qu’il compte développer sur place. Voitures autonomes, rues chauffées l’hiver, édifices entièrement en bois alimentés par des énergies renouvelables, infrastructure souterraine pour les livraisons à domicile, centre logistique dédié à améliorer le trafic urbain et la qualité de l’air… Alphabet va mettre à disposition l’ensemble de son magasin urbain du futur pour transformer les quais de Toronto. @LesEchos.

x► Le mardi 11 juin, les Sénateurs Ronan Dantec (Loire-Atlantique) et Jean-Yves Roux (Alpes-de-Haute-Provence) ont remis au gouvernement un rapport sur la nécessité d’adapter dès à présent les infrastructures du pays. Ils ont listé les conséquences du « choc climatique inévitable » qui se profile à l’horizon 2050 et ont constaté que la France n’est pas prête à les affronter. « Au-delà de certains services de l’État, du monde scientifique et de quelques collectivités territoriales ou acteurs économiques pionniers, la mobilisation des acteurs de terrain et des filières économiques reste insuffisante », regrettait un co-auteur avant d’appeler à « changer d’échelle et d’ambition dans la mise en œuvre des politiques d’adaptation ». @franceculture. Légende image : Une ville face au désert. Crédits : John M Lund Photography Inc / Getty.

#Commerce

► E-commerce : les grandes ambitions d’Instagram, la pépite à 158 milliards de Facebook. Le projet de cryptomonnaie de Facebook, libra, a capté toute la lumière des projecteurs ces derniers jours. Mais le groupe de Mark Zuckerberg continue en parallèle de peaufiner le virage d’Instagram, sa pépite. L’application de partage de photos est en train de mettre le cap vers le commerce mobile. Depuis le mois de mars, Instagram teste un service (« Checkout ») aux Etats-Unis avec 22 grandes marques partenaires (Nike, Adidas, Zara, etc.) pour permettre aux utilisateurs d’acheter directement depuis l’application. Aujourd’hui, 80 % de son milliard d’utilisateurs mensuels « suivent » au moins une marque. « Nous pouvons débloquer énormément de valeur de la part de chaque partie impliquée », a assuré Adam Mosseri au « Financial Times », en référence aux utilisateurs, grandes marques mais aussi à la grande communauté d’« influenceurs » qui peuplent Instagram et sont des prescripteurs et déclencheurs d’achats. @LesEchos.

#Cyberpiratage

Un hacker parvient à se connecter à un réseau de la Nasa avec un nano-ordinateur à 30 euros. Un hacker a réussi à infiltrer le réseau informatique d’un centre de la Nasa en 2018, selon un rapport de l’inspecteur général de l’agence spatiale publié le 18 juin. Cette attaque informatique, qui a forcé la Nasa à déconnecter temporairement certains systèmes de contrôle des vols spatiaux, a été lancée sans machine très sophistiquée. L’assaillant a utilisé pour son méfait un nano-ordinateur : un Raspberry Pi. Lancé en 2012, le Raspberry Pi, qui coûte en général une trentaine d’euros (mais d’autres modèles un peu plus chers existent) et a déjà connu plusieurs versions, a été vendu à plusieurs dizaines de millions d’exemplaires. @franceinfo.

#RevueDeLiens

► – Les milliardaires américains veulent être taxés davantage. Plusieurs personnalités, parmi lesquelles George Soros ou le cofondateur de Facebook Chris Hughes, ont signé une lettre ouverte aux candidats à l’élection présidentielle de 2020. Elles évoquent la création d’un impôt sur la fortune, qui toucherait les 0,1 % d’Américains les plus favorisés. (@LesEchos) ; – Comment l’IoT peut rendre les routes plus sûres et intelligentes. Interview de Cécile Villette, cofondatrice et CEO d’Altaroad (@frenchweb) ; – L’essor de la climatisation, une grave menace pour le climat. Le développement de l’air conditionné dans les pays émergents provoquera un doublement des émissions de CO 2 liées à la climatisation d’ici à 2050. L’Agence internationale de l’énergie préconise d’améliorer l’efficacité énergétique des climatiseurs pour désamorcer cette bombe à retardement (@LesEchos) ; – Canicule : peut-on se passer de la clim ? (@LesEchos) ; – A la campagne, le « Smart Village » veut parler d’égal à égal avec la « Smart City » (@LCI) ; – La ville intelligente d’Alphabet sera capable de suivre ses citoyens tout en protégeant leurs données (@itsocial_fr) ; – E-commerce : les grandes ambitions d’Instagram, la pépite à 158 milliards de Facebook. Rachetée par Facebook pour près de 1 milliard de dollars en 2012, l’application de partage de photos compte accélérer dans le commerce mobile. (@LesEchos) ; – Facebook et Google bientôt obligés de révéler la valeur des données personnelles ? Un projet de loi alliant démocrates et républicains a été déposé au Sénat américain. Il imposerait aux géants du numérique de déclarer à la SEC les bénéfices financiers tirés de l’exploitation des données, et de faire la transparence sur leur utilisation. Techniquement très compliqué, répondent les plateformes. (@LesEchos) ; – Haine en ligne : Facebook fournira les adresses IP à la justice française (Le_Figaro).

24 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – lundi 24 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Climat

Canicule : début d’une vague de chaleur sans précédent pour un mois de juin en France. Après un printemps maussade, l’été s’installe sans transition sur la France. Un épisode de canicule intense, qui durera entre cinq et sept jours, a débuté lundi 24 juin sur la majeure partie du pays, à l’exception de la Bretagne. Mardi, le thermomètre doit encore progresser d’un cran. Outre son intensité, cet épisode se caractérise par sa précocité. « C’est une canicule sans précédent pour le mois de juin, et ce depuis 1947 », a-t-il rappelé. La plupart (hormis en 2017) surviennent en juillet et en août. En juin toutefois, la durée du jour est à son apogée, ce qui rend difficile le rafraîchissement nocturne ; un phénomène amplifié dans les grandes villes, où les surfaces minérales (bâtiments, chaussée…) emmagasinent l’énergie et créent des îlots de chaleur urbaine. @lemondefr.

x► Le changement climatique crée de nouvelles inégalités. D’un côté, les riches qui peuvent mieux s’adapter. De l’autre, les pauvres qui endurent le pire. Soit un véritable « apartheid climatique », selon un expert de l’ONU. Dans un nouveau rapport, le Rapporteur spécial des Nations unies sur l’extrême pauvreté et les droits humains, Philip Alston, avertit que « le changement climatique menace de défaire les progrès des 50 dernières années (…) en matière de réduction de la pauvreté ».Il ajoute que « nous risquons de voir un scénario d »apartheid climatique’ où les riches paient pour échapper aux canicules, à la faim et aux conflits, alors que le reste du monde est abandonné à ses souffrances ». @LExpress. Légende image : Un iceberg près de la ville de Kulusk, au Groenland, le 1er août 2009. Crédits photo : Reuters

#Ville

► Le Franco-colombien Carlos Moreno, experts mondial de la Smart City était de passage à Angers, lundi 24 juin, pour animer une conférence dédiée à la ville intelligente et humaine. « Il faut changer de mode de vie, changer de mode de consommation, de mode de déplacement, bref il faut se remettre en cause, si nous ne voulons pas aller dans le mur, a-t-il lancé. Les températures que nous allons connaitre ne font que corroborer ce que nous savons depuis longtemps », Il rappelle que l’on « ne peut pas télécharger la fraîcheur ! ». Pour ce dernier le réchauffement climatique « est une réalité, avec tout ce que ça comporte en matière de menace pour les territoires urbains et la biodiversité ». Le conférencier s’est donc appuyé sur la ville de Pontevedra en Galice (Espagne) dans laquelle les politiques ont su prendre les décisions qui s’imposaient. D’autant que pour lui le XXIe siècle est celui des villes. Ainsi « L’échelle étatique est dépassée par la force et la puissance des villes. » @villeintelmag. A lire : Comment les objets connectés peuvent aider les villes en période de canicule ?

#Transport

La voiture électrique doit se libérer d’une dépendance aux métaux La future croissance des modèles de voiture électrique va faire exploser la demande de plusieurs métaux. Plusieurs scénarios sont possibles mais ils posent tous des choix de politiques industrielles publiques conjuguant critères environnementaux et sociétaux. Par Didier Julienne, spécialiste des marchés des métaux. Son autonomie kilométrique n’est déjà plus un obstacle, et cependant plusieurs interrogations se font jour lorsque l’on songe à la voiture électrique. En 2018, ses ventes représentaient environ 2 % du marché mondial. Presque équivalent au volume total du marché français, cette demande en forte croissance sera de moins en moins marginale, par conséquent, il est encore temps de fixer quelques idées pour l’avenir de la mobilité électrique. @latribune.

#Emploi

La Plateforme emploi de Rennes propose près de 12.000 offres. Pour doper son image auprès des actifs parisiens ou d’autres régions, Rennes Métropole accélère. La capitale bretonne a lancé une plateforme Emploi qui propose 11.242 postes. En septembre, les conjoints seront aussi mieux accompagnés. Pour Destination Rennes, la pièce maîtresse du développement économique et démographique s’intitule recrutement-rennes.com. Cette plateforme lancée par l’organisme de promotion et de prospection économique de Rennes Métropole souhaite inciter les actifs, parisiens ou d’autres régions, de venir en Bretagne. @latribune.

#Régulation

Facebook encourage les Etats à mieux réguler les géants du numérique. « Ce ne sont pas aux sociétés privées, qu’elles soient grandes ou petites, de proposer ces règles. Ce sont aux responsables politiques élus démocratiquement dans le monde démocratique de le faire », a déclaré Nick Clegg, responsable de la communication de Facebook, le lundi 24 juin. Selon lui, il y a un « besoin pressant » de nouvelles « règles de conduite » que ce soit sur la vie privée, les élections, la protection des données ou les discours de haine. Interrogé sur le référendum de juin 2016 sur le Brexit, M. Clegg affirme n’avoir « pas de preuve » d’une éventuelle interférence russe. « Même si je comprends pourquoi les gens veulent en quelque sorte réduire ce tremblement de terre dans la politique britannique à un complot ou une conspiration, ou à l’utilisation des réseaux sociaux, j’ai bien peur que les racines de l’euroscepticisme britannique soient bien plus profondes », a-t-il dit. @latribune.

#Data

« Il est grand temps de reprendre la main sur les algorithmes qui nous gouvernent ». Le chercheur en informatique à l’Université libre de Bruxelles Hugues Bersini plaide dans une tribune au « Monde » pour un « codage citoyen », qui ferait des algorithmes les outils d’une gestion collective de notre existence commune. De très intéressantes expériences de reprise en main du big data et des technologies informatiques par le public et le politique sont en cours dans des villes telles que San Francisco, Boston ou Milton Keynes (en Grande-Bretagne). Boston est le lieu d’expérimentation algorithmique d’un groupe de développeurs réunis sous le label Code for America qui, parmi d’autres réalisations, ont inscrit à leur tableau de chasse l’inscription automatisée dans les écoles publiques. A Milton Keynes, une myriade de capteurs engrange toutes les données qu’ils peuvent en matière de services publics, transports, parkings, consommation énergétique, gestion des déchets, système scolaire, installations domotiques, et beaucoup d’autres. Toutes ces données sont ensuite mises à la disposition des citoyens, chercheurs (universitaires ou non), start-up, et tout acteur que la vie de la cité préoccupe, afin de proposer des solutions innovantes pour chacun de ces biens communs. Lire la suite sur le site @lemondefr

#CryptoMonnaie

Le bitcoin repasse au-dessus des 11.000 dollars. La cryptomonnaie la plus célèbre est au plus haut depuis 15 mois. Après avoir dépassé ce week-end le premier seuil symbolique des 10.000 dollars, le bitcoin continue de progresser ce lundi matin. Une hausse qui serait un effet secondaire du lancement annoncé du libra, le projet de cryptomonnaie de Facebook. @LesEchos.

Trois citations : Alors le Libra va-t-il révolutionner l’univers des transactions financières ? Facebook peut-il vraiment concurrencer les banques et les Etats ? Ecouter l’émission de @franceculture : Libra, quand Facebook s’invite dans notre portefeuille.

  • – « C’est quand même un évènement de l’ordre d’une innovation majeure. Certes, l’innovation de rupture a déjà eu lieu avec le Bitcoin, mais là c’est une envergure très différente puisque la force de frappe de Facebook est bien plus grande. » (Odile Lakomski-Laguerre – Maîtresse de conférences en sciences économiques à l’Université de Picardie-Jules-Vernes, chercheuse au CRIISEA)
  • – « Le Libra se présente comme une cryptomonnaie, c’est à dire une monnaie “pair-à-pair” qui pourra servir à toutes transactions si elle est acceptée (notamment par les gouvernements pour les impôts par exemple). » (Nathalie Janson – économiste, spécialiste de la banque libre et de la régulation bancaire, enseignante à la Neoma Business School de Rouen)
  • – « D’une certaine manière le Libra sera une dérivée de monnaies officielles. Le Libra sera annexé sur un panier de devises ; vraisemblablement il y aura du Dollar, de l’Euro et vraisemblablement aussi, il y aura des monnaies asiatiques comme le Yen. » (Michel Ruimy – Professeur à Science po et économiste à la banque de France).

#MediaCollaboratif

Slack, qui s’est introduite en Bourse à New York jeudi 20 juin, doit notamment le succès de sa messagerie collaborative en entreprise aux plus de 1.500 fonctionnalités additionnelles développées par des tiers. Pour la fluidité des conversations, elles prennent chacune la forme d’un interlocuteur virtuel invité au cours des dialogues par les salariés en chair et en os. Pratiques, elles ont vite été plébiscitées par les utilisateurs qui en retrouvent bien moins chez la concurrence. Souvent désignés sous le terme de « bots », ils deviennent aussi pour leurs éditeurs un moyen d’accéder aux 10 millions de professionnels pour qui Slack s’avère être un outil du quotidien. « Il s’agit de services intégrés dans la discussion plutôt que via un menu déroulant classique », décrit Arnaud Rayrole, le directeur général de Lecko, une société de conseil en transformation via les outils numériques de communication interne des entreprises. @LesEchos.acebook. @LesEchos.

#RevueDeLiens

► – Comment les technologies permettent-elles d’améliorer la sécurité routière ? (@frenchweb) ; – Comment le réchauffement climatique se ressent-il dans votre ville ? À partir des données compilées par Météo France et recueillies par « Le Monde », visualisez la hausse de la température moyenne en France. publié le 27 novembre 2018 (@lemondefr) ; – Maîtriser ses réservations en ligne, nerf de la guerre pour les hôtels indépendants (@frenchweb) ; – Pourquoi les entrepreneurs africains choisissent la Provence. De plus en plus d’entrepreneurs africains optent pour la Provence pour y installer une filiale de leur entreprise ou son siège social. Un phénomène permis par la proximité géographique et culturelle entre la région et l’Afrique ainsi que la possibilité pour les entrepreneurs du continent de trouver un écosystème qui fait peut faire défaut dans leur pays d’origine. (@latribunepaca) ; – Laisserez-vous Amazon filmer l’intérieur de votre domicile ? (@frenchweb) ; – Les enceintes connectées au secours des personnes victimes d’une crise cardiaque (@frenchweb) ; – Pour sauver le climat, il faut réguler le capitalisme. Le capitalisme actuel n’est plus acceptable tant il est destructeur pour la planète. « Nous devons réexaminer rapidement et en profondeur les règles et les normes qui le régissent », plaide Bertrand Badré, ancien directeur général finances de la Banque mondiale. (@LesEchos).

23 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – dimanche 23 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Alimentation

► La France conserve la palme du système alimentaire le plus durable au monde. D’ici 2050, il faudra pouvoir nourrir 10 milliards de personnes tout en contenant le réchauffement climatique à 1,5 degré Celsius. Or le système alimentaire mondial est responsable d’un tiers de toutes les émissions de gaz à effet de serre, selon les récentes conclusions du rapport de l’InterAcademy Partnership. Pour respecter les promesses signées à l’accord de Paris, il s’avère donc nécessaire d’ajuster radicalement les infrastructures et processus dédiés à l’alimentation de la population pour les rendre viables écologiquement. Pour cela, l’index de durabilité des systèmes alimentaires, élaboré par « The Economist Intelligence Unit » et « the Barilla Centre for Food & Nutrition Foundation », peut être d’une aide précieuse. @LesEchos. Légende image. Dans la catégorie gaspillage alimentaire, la France fait office de bonne élève. Crédit photo : Laurent Grandguillot / Rea.

► Terroir : ces producteurs franciliens agités du local. Les champs cultivés en agriculture biologique ne représentent que 3,5 % de la surface agricole utile francilienne, ils ont progressé de 30,5 % en 2018. Il y a un an, la région Ile-de-France adoptait un pacte agricole dont l’objectif est de préserver les surfaces cultivées existantes, installer 200 nouveaux agriculteurs tous les ans d’ici à 2030, tripler les surfaces bio d’ici 2022, encourager des pratiques respectueuses de la biodiversité. A terme, les Parisiens pourraient pratiquer le « locavorisme », « mouvement prônant de ne consommer que des fruits et des légumes locaux et de saison, afin de contribuer au développement durable ». à hauteur de 50 % de leur alimentation. @Lexpress.

#Agriculture

► Voilà comment on imaginait le futur de l’élevage industriel en 1966. En 1966, certaines productions agricoles avaient déjà des allures d’activité industrielle. Les scientifiques tentaient notamment de moderniser les élevages dans le but d’amplifier leur production. Parmi eux, le chercheur de l’INRA René Péro qui semble avoir une idée très claire des évolutions à venir quant à l’élevage des poulets. Il mentionnait déjà la sélection génétique des animaux, l’accélération des croissances et bien sûr la robotisation de toutes les étapes de cette exploitation. « Les poules seront élevées par bandes de 50 000 ou 100 000 dans de grandes usines à faire des œufs où la plupart des opérations d’élevage seront mécanisées », imaginait-t-il, sans savoir que les évolutions futures lui donneraient raison. @franceinfo.

#Energie

► Batteries électriques : l’Europe sonne la charge. Sur un vaste espace de terre gris ocre, grand comme 60 terrains de football, situé dans la bourgade de Skelleftea, en Laponie suédoise, devrait, dans moins de cinq ans, se dresser une immense usine de production de batteries appartenant au consortium européen Northvolt. La « gigafactory » scandinave, capable de cracher ses 32 gigawattheures (GWh) par an de capacité de stockage, rivalisera avec l’usine de Tesla dans le Nevada, à ce jour la plus grande au monde. Derrière cette lutte de titans, se profile la question de l’avenir de l’automobile. Le futur de la mobilité sera électrique, c’est désormais une quasi-certitude. En Europe, en Asie et, dans une moindre mesure, en Amérique du Nord, l’urgence climatique et, par effet domino, les pressions de l’opinion et des gouvernants à travers de nouvelles régulations conduisent à un remplacement du moteur à combustion par le moteur électrique alimenté par une batterie. @lemondefr.

#Cryptomonnaie

► Facebook aux prises avec les régulateurs pour son projet Libra. Facebook va devoir surmonter la méfiance des régulateurs du monde entier pour espérer faire adopter son projet de cryptomonnaie Libra par les consommateurs, notamment en Inde où une frange de la population manque d’accès bancaire. Le projet dévoilé mardi par le géant américain des nouvelles technologies, et prévu pour 2020, a fait froncer les sourcils des autorités. Les banques centrales et autres régulateurs « vont fixer les règles du jeu et le système (de Facebook) devra les accepter, ou alors ça ne marchera pas», a prévenu M. Carney. Le gouverneur a souhaité la « bienvenue dans le monde de la finance» à Facebook, un monde « où il y a de la surveillance, de la protection du consommateur, où le respect de la vie privée des gens doit être respecté». @frenchweb.

► Calibra, l’arme secrète de Facebook pour monétiser sa cryptomonnaie. Mark Zuckerberg a pensé à tout. Alors que beaucoup se demandent encore comment Facebook va réussir à gagner de l’argent avec  sa future cryptomonnaie libra, le milliardaire de 35 ans a déjà trouvé la solution. Et cette « solution » tient en sept lettres : Calibra. Calibra est une société californienne, basée à Menlo Park. Elle a été créée dans le plus grand secret par Zuckerberg et confié à David Marcus, patron de l’équipe blockchain de Facebook et « père » du Libra. Le nom de la société a plusieurs fois fuité dans la presse, au côté des 26 autres « partenaires » de Facebook (en ne comptant pas Calibra). Mais personne n’a pu faire le lien direct avec la firme de Menlo Park. @LesEchos.

#RevueDeLiens

► – Les Etats-Unis ont lancé des cyberattaques contre l’Iran (@20minutes) ; – L’intelligence artificielle en mauvais chemin ? (@usinenouvelle) ; – Messageries sécurisées : les applications qui vous protègent vraiment. En quelques années à peine, les messageries sécurisées se sont imposées auprès du grand public, surfant sur une demande accrue de protection des libertés individuelles et de respect de la vie privée. Challenges a sélectionné les meilleures applications sécurisées pour votre smartphone. (@Challenges).

22 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – samedi 22 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Environnement

► Légende image : Delta de la rivière Colorado no 2, à proximité de San Felipe, Baja, Mexique en 2011. Les images du photographe Edward Burtynsky ont des allures de peintures abstraites. Il a photographié l’anthropocène vu du ciel, la dévastation de la Terre par nos industries, une réalité de pétrole, de métal, de pelleteuses et d’épaves. Il explique : « J’ai toujours été frappé par ce paradoxe : nous sommes dépendants d’une foule d’objets issus de mines et d’usines, et pourtant, on ne voit jamais ni les unes, ni les autres. » A lire aussi : Ces photographes sonnent l’alerte quant à l’avenir de notre planète @LADN_EU.

#Climat

► Une partie du pergélisol fond 70 ans plus tôt que prévu. Le pergélisol, ces immenses étendues de terres gelées, ont déjà fondu dans une région canadienne observée par des chercheurs, qui pensaient jusque-là que la glace y tiendrait encore jusqu’en… 2090. Une accélération inquiétante d’un processus lui-même susceptible de relâcher énormément de gaz à effet de serre et d’accélérer encore le réchauffement. « Le pergélisol est comme un réfrigérateur géant contenant plein de matières végétales et organiques délicieuses qui ne sont pas décomposées par les microbes », explique à Live Science la chercheuse Louise Farquharson, du laboratoire sur le pergélisol de l’université de l’Alaska de Fairbanks. « La décongélation ouvre la porte du réfrigérateur », dit-elle, permettant aux microbes de convertir ces matières organiques en dioxyde de carbone et en méthane. @usbeketrica.

#Ville

► Les villes qui adviennent. La question du “vivre ensemble” se pose actuellement dans les villes intelligentes, qui ont la possibilité de s’auto-gouverner lorsque les citoyens prennent en main les technologies à leur disposition. Est-il possible de concevoir des villes intelligentes avec la participation des citoyens ? L’idée de “smart city” est née des entreprises GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) qui veulent façonner le futur urbain à l’échelle mondiale. La “smart city” implique de nombreux enjeux comme le numérique, la mobilité, la transition énergétique et la qualité de l’air. Le quartier de Quayside, au cœur de la ville de Toronto est un terrain d’expérimentation pour l’entreprise Alphabet qui travaille depuis 2017 sur “une science du service urbain”.Rencontre enregistrée en mai 2019. @franceculture

#Energie

► Le Royaume-Uni poursuit sa révolution énergétique. En 2019, l’électricité produite au Royaume-Uni devrait être issue en majorité d’énergies non fossiles (CO2, éolien, solaire, hydraulique, nucléaire), se félicite le gestionnaire du réseau National Grid. La part des énergies non carbonées a atteint 47,9 % de la production entre janvier et mai 2019, contre 46,7 % pour les énergies fossiles, rappelle National Grid. Ces dernières généraient 75,6 % de l’électricité dans le pays en 2009. En mai, le Royaume-Uni a même produit de l’électricité sans utiliser la moindre once de charbon pendant une semaine : une première depuis la révolution industrielle. @LesEchos

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Facebook bat monnaie au nez du vieux monde. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Le smartphone est-il en voie de disparition ? ; – « L’empathie devient la clé pour s’adapter au monde en mutation » ; – Comment Google, Facebook et Amazon dominent plus que jamais l’économie numérique ; – Les plateformes numériques digèrent le monde ; – L’Alliance mondiale pour des médias responsables se mobilise pour la sécurité numérique.

#IA

► China Big Data, les données au cœur d’un communisme capitaliste high-tech. Par Kati Bremme, Direction de l’Innovation et de la Prospective. Retour d’un voyage en Chine avec le Hub France IA, dont France Télévisions est membre, sur invitation de la China Big Data Exposition à Guiyang, avec une learning expedition à Hangzhou et Pékin organisée par la French Tech Beijing. « A l’Ouest, tout est simple, mais rien n’est possible. En Chine, tout est compliqué, mais tout est possible ». Ainsi pourrait-on résumer l’écosystème d’innovation, et en particulier de l’intelligence artificielle (IA), de l’Empire du Milieu, qui marie high tech et culture millénaire sur fond de capacité de transformation impressionnante. L’IA est devenue ces dernières années un des domaines privilégiés de compétitivité de la Chine, à la fois comme un moyen de maintien de la stabilité interne et comme une ressource stratégique dans les relations diplomatiques et économiques internationales. Depuis deux ans, cette volonté est clairement exprimée dans un vaste plan de support par le gouvernement, qui vise à faire de la Chine le leader mondial de l’Intelligence Artificielle à horizon 2030. Lire la suite sur le site @metamedia. Légende image : Shanghai, par Li Yang sur Unsplash.

#RevueDeLiens

► – Ren Zhengfei, fondateur de Huawei et oeil de Pékin. A la tête de Huawei, le tycoon chinois des télécoms est moins connu mais aussi puissant que ses homologues américains. Enquête sur un self-made-man à la chinoise. (@LExpress) ; – Un robot associe la vue et le toucher pour mieux manipuler les objets. Le laboratoire de sciences informatique et d’intelligence artificielle du MIT a développé un système qui permet aux robots d’associer la vue et le toucher, pour leur permettre de mieux interagir avec leur environnement (@usinenouvelle) ; – Après les resto et les boulangeries, Thierry Marx veut lancer un fonds d’investissements. L’insatiable chef étoilé, Thierry Marx, n’en fini pas d’inventer son parcours de cuisinier entrepreneur. Son ultime rêve (et c’est exclusif): créer son propre fonds d’investissements éthique pour s’affranchir des contraintes de la finance classique. (@Challenges) ; – The Washington Post réussit grâce au numérique. En six ans, le journal du patron d’Amazon est redevenu l’« autre » grand quotidien national américain. Une machine à réinventer la presse (@Challenges) ; – Applis mobiles : les chiffres fous d’un marché à plusieurs milliards. Il en existe pour à peu près tout et pour chaque instant de la journée. Le marché n’en finit pas de grossir. Plongée dans le business des applications mobiles (@Challenges) ; – Trottinettes: La stratégie de Lime pour survivre à Paris. Il y a un an jour pour jour, les trottinettes Lime débarquaient dans les rues de Paris. Depuis, la capitale a accueilli douze opérateurs et le nombre de trottinettes est montée à 30.000. Un phénomène de société qui suscite à la fois une adoption et un rejet massif. Les trottinettes sont-elles condamnées à être détestées? Arthur-Louis Jacquier, directeur général France de Lime, un des leaders du marché parisien s’explique (@Challenges).

21 Juin

Régions.news #382 – Edition du vendredi 21 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#382 en version pdf

Légende image. Pourquoi l’avion ne pourra pas échapper à la fiscalité verte. Le transport aérien émet beaucoup de CO² et paie peu d’impôts. La France devra taxer ce secteur comme les autres. L’avion va coûter plus cher. Crédit photo : Shutterstock.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Un téléphérique urbain vient d’être installé à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine). Il est exclusivement destiné à évacuer les gravats provenant des travaux de terrassement d’un chantier de la ville, un futur éco-quartier. « Ce téléphérique nous permet d’économiser 80 camions par jour, soit l’équivalent de 2 tonnes de CO². C’est une qualité de vie améliorée pour les riverains au quotidien, cela pendant 7 mois », indique Batiste Larcher, chef de projet Citallios. Ce téléphérique urbain de déblaiement est une première. En Île-de-France, 12 projets de téléphérique sont encore en sommeil. Celui de la liaison entre Créteil et Villeneuve-Saint-Georges divise toujours les habitants.

#Transport

► La France dispose désormais de son centre de développement de voitures autonomes. Il se situe au côté du circuit de Linas-Montlhéry (Essonne). Baptisé « Teqmoville », cette cité « pour de faux » est peuplée exclusivement de voitures qui apprennent à conduire toutes seules. Si l’opinion publique accorde aux humains le droit à l’erreur, elle exige de la machine une totale infaillibilité. Ainsi tout est mis en œuvre pour que les essais soient concluants : robots de conduite, cibles mobiles, échange de flux de données en Wifi et 5G. L’objectif est que la France devienne le leader de la voiture autonome en Europe.

#Ville

► « Qu’on le veuille ou non, aujourd’hui, le numérique est au cœur de nos usages. Il est donc important de l’appréhender comme un outil au service des citoyens et de la cité et pas comme une contrainte. Dès lors, il semble opportun de considérer que l’intelligence technologique, couplée à l’intelligence humaine, permettront de donner un sens et une réalité au territoire de demain », explique Tony Canadas, le président de La Ville Intelligente et Citoyenne (LVIC), dans sa tribune publiée sur le site @villeintelmag.

► Face à l’émergence des Smart Cities dominées par les grandes puissances mondiales, l’anthropologue et architecte togolais Sénamé Koffi Agbodjinou a fondé le projet HubCité, qui donne l’opportunité aux habitants de Lomé, au Togo, de se réapproprier leur espace urbain. Il explique sur le site @usbeketrica : « L’idée du projet HubCité est de développer dans la ville de Lomé des lieux sur le modèle des fablabs, des makerspaces, des espaces de coworking et des incubateurs de startups. Chacun de ces lieux a en charge un territoire dans un rayon d’un kilomètre et donne les moyens aux jeunes sur place de régler eux-mêmes les problèmes auxquels ils sont confrontés. Chaque lieu est amené, à terme, à devenir une banque de déchets car il aura été impulsé depuis ce lieu un dispositif de collecte de déchets, voire une mini centrale d’énergie qui alimente le quartier ».

Légende image. Des éoliennes et des panneaux solaires à Zhangjiakou, en Chine. Crédit photo : Stringer / Reuters. Aujourd’hui, 26,2 % de toute l’électricité consommée sur Terre provient de ces sources renouvelables, d’après un rapport par REN21, organisme lié à l’ONU.Mais en 2017, le total des aides publiques aux énergies fossiles pèse ainsi 300 milliards de dollars, soit le double du soutien aux énergies renouvelables. « Alors que les énergies renouvelables sont souvent bien moins chères, la comparaison est faussée par ces subventions aux énergies fossiles existant dans 112 pays, explique à L’Express Rana Adib, la secrétaire générale de REN21. Pour la première fois depuis longtemps, nous avons même constaté une hausse de 11% de ces aides contre-productives, ce qui montre un problème de volonté politique. »

#Série_Eté – Le 21 juin, c’est l’été et l’été, c’est le temps des séries estivales. Série 1 : La Monnaie Virtuelle.

► Episode 1 : Libra. D’ici 2020, Facebook va lancer sa propre monnaie virtuelle (crypto-monnaie), baptisée pour l’instant Libra qui veut dire « balance » en latin. Elle sera réservée à la communauté du réseau social et aux utilisateurs de Messenger, la messagerie de Facebook, ou encore Whatsapp… La monnaie transitera donc sur ces applications qui réunissent plus de deux milliards et demi de personnes sur la planète. Soit bien plus que le bitcoin, la plus célèbre des monnaies virtuelles, utilisée par 30 millions d’internautes. Pour se lancer dans l’aventure Facebook a trouvé comme partenaires 28 entreprises de divers secteurs et diverses nationalités dont Visa, MasterCard, PayPal, Uber, Lyft, Booking, Spotify, Vodafone… et en France l’opérateur télécoms Iliad (Free). Lire le dossier du quotidien @LesEchos : Facebook et le pari fou de la cryptomonnaie.

► Benoit Piédallu, membre de la Quadrature du net, association qui défend les libertés individuelles sur Internet, craint que cette monnaie soit « un élément supplémentaire dans l’hégémonie » de Facebook, et estime que cela va « augmenter son pouvoir sur les utilisateurs ». Il ajoute que « ces données de paiement sont une nouvelle manière d’accumuler des données sur les gens. » A lire aussi : Libra : dix choses à savoir pour tout comprendre à la future monnaie virtuelle de Facebook. [À suivre sur le site Régions.news].

#Télévision

► « Au comptoir de l’info » est le premier podcast natif de France Télévisions. Sous forme d’interview journalistique, un acteur qui fabrique l’information télévisée du service public, un grand reporter, un cameraman, un présentateur, vient se livrer, raconter, dévoiler la manière dont il travaille. Dans une ambiance sonore de comptoir de café, il confie ses doutes, ses joies, mais aussi ses peurs lorsqu’il est sur le terrain ou en studio. La série est réalisée par François Beaudonnet, éditorialiste sur franceinfo (canal 27) et grand reporter à France 2. – Episode 1 : Anne-Sophie Lapix, présentatrice du « 20 heures » de France 2, se livre sur ses débuts à France 2 en septembre 2017, sa relation aux réseaux sociaux, son rapport à la notoriété et sa vision du journal télévisé. – Episode 2 : Hervé Brusini, co-auteur du documentaire « Il était une fois le journal télévisé », le journaliste revisite l’histoire du JT mais aussi ses 40 années de carrière à France Télévisions.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Qui veut bien payer pour accéder à l’information ? À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Selon le nouveau rapport annuel de Reuters Institute seuls 11% de la population mettraient la main au porte-monnaie. Ce chiffre semble même atteindre un plafond puisqu’il stagne depuis plusieurs années. Ce phénomène serait alimenté par la concurrence frontale de services comme Netflix et Spotify, « la majorité [de la population] préférant dépenser leur budget limité en divertissement plutôt qu’en informations ». Si ce ne sont pas les consommateurs, les GAFA paieront peut-être ? Facebook commence à bouger. C’est ce que souhaitent les médias américains qui demandent au Congrès de contraindre Google et Facebook à partager leurs revenus.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

ReVue d’actu de 11h11 – vendredi 21 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Climat

► La photographie d’un scientifique danois illustre la fonte des glaces précoce au Groenland. La photographie n’est pas truquée, malheureusement. Un cliché pris le 13 juin par le scientifique danois, Steffen Olsen, révèle la gravité inhabituelle de la fonte printanière des glaces que subit actuellement le Groenland, du fait du réchauffement climatique. Sur la photographie, un attelage de chiens semble marcher sur une eau d’un bleu azur quasi irréel, dans le fjord d’Inglefield (Bredning), au nord-ouest du Groenland. La banquise sur laquelle les animaux avancent est, en effet, recouverte d’une couche d’eau pouvant atteindre par endroits 40 à 50 centimètres de profondeur, selon Steffen Olsen, chercheur au Centre pour l’océan et les glaces de l’Institut météorologique danois. @lemondefr. Légende image : Photographie prise par le scientifique danois Steffen Olsen, le 13 juin dans le fjord d’Inglefield (Bredning), au nord-ouest du Groenland. Crédits photo : Steffen Olsen / Danish Meteorological Institute / Afp.

#Téléphonie

► 5G : les attentes des industriels se heurtent à la réalité des déploiements. Les industriels en sont visiblement convaincus : la 5G sera un levier clé, ces prochaines années, pour préserver et doper leur compétitivité. Pourquoi ? Parce que pour plus de la moitié des dirigeants, la 5G est synonyme d’« une sécurité des opérations renforcée », ainsi que d’une « efficacité opérationnelle accrue » ouvrant la voie à « une réduction des coûts »« Grâce à la 5G, ils espèrent rendre possibles ou optimiser des cas d’usage tels que l’analytique en temps réel, la vidéosurveillance, le contrôle à distance de production décentralisée, la commande de mouvements à distance ou par intelligence artificielle, les opérations à distance via la réalité virtuelle ou augmentée », détaille Capgemini Research Institute. Signe de l’appétence des industriels pour la 5G, près de trois dirigeants sur quatre se disent même déjà prêts à payer plus cher pour disposer d’un service premium. @latribune.

#Commerce

► Intelligence artificielle : des consommateurs sous surveillance. Payer ses courses, simple comme un regard ? Le paiement par reconnaissance faciale qui se développe rapidement en Chine pourrait débarquer prochainement en France. Au Lab Carrefour-Google à Paris, on y travaille d’arrache-pied. Les groupes de travail s’appuient sur la technologie utilisée par le distributeur français en Chine qui permet de payer au moyen de l’application WeChat grâce à la reconnaissance faciale et aux quatre derniers chiffres de son numéro de téléphone. Mais en France, les nombreuses problématiques liées au stockage des données personnelles sont des obstacles à la mise en œuvre de ce mode de paiement. @lemondefr

#Justice

► Les robots débarquent au tribunal. La promesse est alléchante : « Mettez la justice prédictive de votre côté. » Affichant les recommandations d’avocats renommés, la société Predictice propose aux particuliers et aux entreprises d’évaluer leurs chances de gagner en justice et d’optimiser leur stratégie en fonction des juridictions. Bienvenue dans la justice du futur, avec son deep learning et ses big data, où il n’est plus besoin de potasser des volumes de jurisprudence pendant de longues soirées pour préparer son affaire. L’intelligence artificielle a déjà pénétré la médecine, la communication et l’éducation. Son entrée dans les tribunaux n’est que très récente. À l’évocation d’une approche statistique qui permettrait d’anticiper l’issue d’une affaire, Xavier Ronsin, Premier président de la cour d’appel de Rennes, affiche son scepticisme : « Cette idée d’une justice pousse bouton ne peut qu’offrir de fausses promesses aux justiciables. À terme, c’est aussi un risque pour certains principes fondamentaux de notre démocratie, dont le droit d’accès à un juge impartial et indépendant. » @LesEchos.

#Aéronautique

► L’intelligence artificielle ne se substitue pas à l’emploi, elle l’enrichit. Le Gifas (Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales) vient encore récemment de le confirmer : le secteur de l’aéronautique et du spatial reste un gros pourvoyeur d’emplois en France. En 2018, 15.000 recrutements ont été effectués pour un total de 4000 emplois nets. Pour autant, l’industrie aéronautique a de plus en plus de mal à recruter des jeunes. La transformation digitale du secteur, via notamment l’essor de l’intelligence artificielle (IA), a pourtant de quoi attirer les talents, à commencer par les plus jeunes. Selon une étude d’Accenture réalisée en 2018, 80% des cadres de l’aéronautique et de la défense pensent que dans les trois prochaines années chaque personne dans ce secteur sera directement touchée au quotidien par une décision basée sur l’intelligence artificielle. @Figaro_Economie.

#Transport

► Des taxis volants au-dessus de nos villes, c’est pour bientôt. Mi-drone mi-hélicoptère des nouveaux engins volants, en cours d’expérimentation sur le territoire français, pourraient faire leur apparition dans le ciel des grandes métropoles. Alors que se tient à Paris, le salon du Bourget, trois entreprises de l’aéronautique et des transports : Airbus, Aéroports de Paris (ADP) et la RATP viennent de créer l’événement en présentant un projet de taxis volants au-dessus de Paris pour les Jeux Olympiques qui se tiendront dans la capitale en 2024. Un projet un peu fou d’autant que si la technologie est semble-t-il au point, il va falloir faire évoluer la règlementation aérienne, car cette dernière n’a pas encore certifié ces nouveaux engins volants. « Notre appareil utilise la technologie du drone (aéronef circulant sans personne à bord : NDLR) avec des moteurs électriques, des batteries, des hélices à pas fixe, un calculateur de vol stabilisé, avec un pilotage beaucoup plus simple qu’un hélicoptère et donc moins couteux », explique Jean DAVY, Chef de projet Espaces Aériens. @villeintelmag.

► Voitures autonomes: la Floride autorise les tests sans conducteurs. Dès le 1er juillet, les habitants de Floride pourront voir des véhicules sans conducteur circuler sur les routes. Ron DeSantis, le gouverneur de l’État américain a en effet promulgué une loi autorisant les entreprises à tester les voitures sans conducteur. Elles devront néanmoins répondre aux exigences en matière d’assurance et de sécurité énoncées dans la loi. Celle-ci exige qu’elles aient une couverture d’assurance d’au moins un million de dollars. Il sera aussi obligatoire que les propriétaires signalent immédiatement les accidents survenus aux forces de l’ordre ou que les véhicules disposent d’un système en place pour le faire. @FigaroTech.

#Tech4Good

► À Montreuil, 9 mois pour aider les réfugiés à entreprendre. Quelques ballons décorent la grande salle, aménagée avec des tables et quelques poufs. « Il y a encore quelques semaines, c’était un fablab« , glisse Paul Jarquin, fondateur de REI Habitat – propriétaire de cet immeuble situé en plein coeur de Montreuil – et président du Réseau des entreprises de Montreuil qui contribue au projet. Le local change d’usage au fil des besoins. Et, ce mercredi, l’inauguration d’un incubateur dédié à l’insertion professionnelle des réfugiés est accueillie avec chaleur par la ville et les partenaires de l’opération : BNP Paribas, Generali et La Ruche. « Nous contribuons à quelque chose d’important, souligne Patrice Bessac, maire de la ville depuis 2014. Nous devons rendre possibles les rencontres, qui produisent de la créativité et de la richesse. » C’est ce qui manque aux réfugiés, qui fuient leur pays avec diplômes, compétences et expérience qu’ils ne parviennent pas à valoriser en France. @bymaddyness.

#Ecole

► Aux États-Unis, extension du domaine de la surveillance des élèves La peur des fusillades dans les écoles aux États-Unis fait prendre à la société américaine des décisions absurdes, estime le journaliste Benjamin Herold dans une longue enquête pour Education Week. Surveiller les réseaux sociaux pour prévenir les fusillades ? Dans une des banlieues de Houston au Texas, le district scolaire de Brazosport a fait appel à l’entreprise Social Sentinel pour surveiller les réseaux sociaux à la recherche de menaces potentielles qui y seraient postés. Le système a délivré quelque 140 alertes en 8 mois, allant de tweets sur un film à l’annonce d’une intervention d’une entreprise de travaux publics dans une école élémentaire… « Telle est la nouvelle réalité des écoles américaines, qui construisent à la hâte une infrastructure de surveillance numérique massive, souvent sans se préoccuper de son efficacité ni de son impact sur les libertés civiles. » Lire la suite sur le site @InternetActu.

#Média

► Enquête sur RT, la chaîne russe qui bouscule les médias français. Surprise : à la faveur de la crise des Gilets jaunes, une mystérieuse chaîne russe nommée RT s’est imposée parmi les premiers médias de France sur Internet. Sa recette ? Montrer que tout va pour le pire en Occident. Roman Bornstein, journaliste à @VanityFairFR, a enquêté sur cet étrange instrument d’influence qui n’aime rien tant que remuer le micro dans la plaie.

#RevueDeLiens

► – L’AdTech, une industrie immature ? (@frenchweb) ; – Les réseaux sociaux chinois s’enflamment contre des comptes vendant la « drogue du violeur », photos à l’appui (@Observateurs) ; – Sophia-Antipolis, l’intelligence artificielle comme horizon. Pour ses 50 ans, la plus importante technopole d’Europe se voit décerner le label 3IA par le ministère de l’Enseignement supérieur. A la clef, de nouveaux investissements consacrés à l’intelligence artificielle.(@LExpress) ; – Oui, l’intelligence artificielle va réinventer nos métiers ! L’intelligence artificielle fait renaître, comme l’informatique et internet en leur temps, le bon vieux clivage entre technophiles (trop) enthousiastes et technophobes (trop) inquiets (@zdnetfr) ; – Premier ministre suédois : « Nous libérer des énergies polluantes est une priorité ». Selon le Premier ministre suédois Stefan Löfven, le « modèle scandinave » évolue constamment afin de répondre aux défis du réchauffement climatique ou de l’immigration. (@LExpress) ; – Enquête sur RT, la chaîne russe qui bouscule les médias français (@VanityFairFR) ; – Vincent Rouaix: « Un juste partage des données de santé pour réduire les risques sanitaires et améliorer la coordination des soins ». Les entreprises du numérique ont toute leur place dans la gestion sécurisée des données médicales, plaide Vincent Rouaix, PDG du groupe informatique GFI (@lemondefr).

20 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – jeudi 20 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Energie

xLes aides aux énergies fossiles freinent l’essor du renouvelable. Éoliennes, panneaux solaires, barrages, géothermie… Aujourd’hui, 26,2 % de toute l’électricité consommée sur Terre provient de ces sources renouvelables, d’après un rapport publié mardi par REN21, organisme lié au programme de l’ONU pour l’environnement. Une part sans cesse grandissante depuis une décennie : l’électricité créée dans les centres de production sortis de terre en 2018 était propre à 64 %. Un record. Seul hic, le déploiement du renouvelable ralentit pourtant à l’échelle de la planète, selon le rapport du REN21. Le réseau qui rassemble près de 900 experts internationaux du secteur (recherche, ONG, industrie) y voit d’abord une raison politique. Face à ces moyens de production davantage écologiques, les énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz), grandes émettrices de gaz à effet de serre, restent largement subventionnées. En 2017, le total des aides publiques à leur égard pèse ainsi 300 milliards de dollars, soit le double du soutien aux énergies renouvelables. « Alors que les énergies renouvelables sont souvent bien moins chères, la comparaison est faussée par ces subventions aux énergies fossiles existant dans 112 pays, explique à L’Express Rana Adib, la secrétaire générale de REN21. Pour la première fois depuis longtemps, nous avons même constaté une hausse de 11% de ces aides contre-productives, ce qui montre un problème de volonté politique. » @LExpress. Légende image : Des éoliennes et des panneaux solaires à Zhangjiakou, en Chine. Crédit photo : Stringer / Reuters.

#Ville

Top 10 des projets les plus démesurés au monde. Ils compliquent la circulation, ils prennent beaucoup de place, ils durent longtemps et ils ne ressemblent à rien au début : ce sont évidemment les travaux. Parfois démesurés car ils sont les premières pierres de projets ambitieux, ils font malgré tout du beau travail, et améliorent la vie urbaine ! Découvrez ces villes qui sont le lieu de grands projets et qui, durant plusieurs années, ont eu leurs monuments en construction ! @lumieresdlv.

#Entreprise

Montreuil: un incubateur pour aider des réfugiés à monter leur entreprise. « Travailler c’est créateur d’espoir et d’intégration ». Un incubateur chargé d’aider des réfugiés entrepreneurs à lancer leur projet a ouvert mercredi 19 juin à Montreuil, un « lieu unique en France », à la veille de la journée mondiale des réfugiés. « Il faut mettre en avant les compétences, les idées et l’énergie des réfugiés, et surtout changer le regard des gens », a résumé Patrice Bessac, maire PCF de Montreuil à l’initiative du projet, financé à 90%, soit 300 000 euros, par la fondation de Generali « The Human Safety Net », et géré à l’année par La Ruche, un réseau d’accompagnement de personnes qui souhaitent entreprendre. Le temps de la formation, les réfugiés seront épaulés par des entrepreneurs du Réseau des entreprises de Montreuil et des conseillers de BNP Paribas, partenaire du projet. Ils pourront « dégoter des CDD pour stabiliser leurs situation financière » avant de monter leurs projets. @frenchweb.

#Transport

Paris : les opérateurs de trottinettes électriques font profil bas pour satisfaire la mairie. La bonne volonté affichée. Alors que la municipalité parisienne doit lancer d’ici peu un appel d’offres afin de limiter le nombre d’opérateurs de trottinettes électriques en free-floating à deux ou trois dans la capitale, certains d’entre eux ont commencé à montrer patte blanche. C’est le cas de l’opérateur Lime, premier arrivé sur le marché parisien il y a tout juste un an, qui a mis en place une série de douze mesures. A ses côtés, l’opérateur Bird, a décidé d’aller encore plus loin, en mettant en place des zones de parking dédiées repérables dans l’application et en incitant ses utilisateurs à s’y garer. Dans une logique de transparence, l’opérateur Dott a également décidé de travailler à redorer son image, notamment auprès des «haters», tous ceux qui critiquent ces services sur les réseaux sociaux, avec une campagne de communication appelée «Welcome Haters». @cnews. A lire : Trottinettes électriques, Vélib, Autolib, pourquoi Paris a sombré dans l’anarchie ? (@LeHuffPost).

Les trottinettes électriques sont-elles réellement écolos ? Une nouvelle manière de circuler qui ne fait pas l’unanimité. Bannies des trottoirs, bridées à 20 km/h, les trottinettes électriques en free-floating [en libre-service sans borne] suscitent à la fois l’enthousiasme de leurs usagers et le rejet du reste de la population. Silencieuses et rapides, elles se sont rapidement installées en ville, se posant comme une alternative verte à la marche pour les trajets courts. Pourtant, à y regarder de plus près, la promesse d’un transport plus écolo n’est pas toujours respectée. « C’est forcément plus écologique que la voiture, car c’est électrique », rappelle Benjamin Fassenot, consultant mobilité pour le Boston Consulting Group (BCG). « Mais si on prend l’ensemble de la chaîne de valeurs jusqu’à la fin de vie, on s’aperçoit que ce n’est pas si simple », explique-t-il. @20minutes

#Santé

Conversation avec Laurent Chambaud : Santé et fake news, les liaisons dangereuses. Texte publié dans le cadre du colloque « Santé et désordres de l’information : impacts et solutions », organisé le 20 juin par la Conférence des Présidents d’Université. Cette journée d’échange est consacrée aux impacts, pour la santé publique, des désordres de l’information, ainsi qu’aux différents leviers mobilisables afin de répondre à cet immense défi sociétal. « Désinformation, post-vérité, fake news, infox… Depuis quelques années ces termes font régulièrement les gros titres des médias. Le secteur de la santé est particulièrement menacé par la montée en puissance de forces politiques qui n’hésitent plus à prendre des décisions en s’appuyant sur des contrevérités dénoncées par les milieux scientifiques. Avec des conséquences qui peuvent s’avérer désastreuses en termes de santé. Laurent Chambaud, directeur de l’École des hautes études en santé publique, revient pour The Conversation sur les dangers potentiels de cette ère de post-vérité ». Lire la suite sur le site @FR_Conversation.

#CryptoMonnaie

Libra, la monnaie de Facebook : tout ce qu’il faut savoir sur ses dangers. Les contours de la libra, la crypto-monnaie de Facebook et 27 partenaires, ont été révélés mardi 18 juin 2019. Et les discours alarmistes vont déjà bon train. Entre les États, inquiets de perdre leur souveraineté, et les usagers qui craignent voir leurs données personnelles agglomérées à leurs transactions financières, personne n’est vraiment rassuré. @LADN_EU.

#MediaSocial

Tinder et Grindr, nouveaux lieux de la prostitution. « Je recherche aussi bien une relation sérieuse que du fun, ou même une relation simplement tarifée », lance Watson, 62 ans, dans une discussion sur l’application de rencontres Tinder. Pour une jeune femme d’une vingtaine d’années, le phénomène n’est pas rare. Il suffit de swiper sur la droite une dizaine de profils d’hommes plus âgés, pour que vingt minutes plus tard, on lui propose de la rémunérer contre une relation sexuelle. Cette pratique est interdite en France; depuis 2016, la loi punit d’une amende de 1.500 euros « le fait de solliciter, d’accepter ou d’obtenir des relations de nature sexuelle d’une personne qui se livre à la prostitution ». @slatefr.

#Cyberharcèlement

► Le gouvernement s’attaque au cyberharcèlement. Le mercredi 19 juin, la loi Avia visant à lutter contre la haine sur Internet passe en commission à l’Assemblée. La proposition de loi imaginée par Laetitia Avias’appuie sur différentes mesures pour contraindre les grandes plateformes (YouTube, Facebook, etc., considérés comme des « accélérateurs de contenus ») à retirer les contenus problématiques en ligne et punir plus sévèrement leurs auteurs. « Il faut revoir notre rapport à Internet, insiste Laetitia Avia, dans un entretien accordé au Figaro. Internet, c’est la vraie vie.» A lire aussi : « Mettre fin à l’impunité » sur le Web : sept ministres s’engagent à lutter contre la haine en ligne (@lemondefr), L’Assemblée muscle la loi pour lutter contre les messages haineux en ligne (@lemondefr) et Loi Avia : ce que prévoit la majorité pour lutter contre la « cyberhaine » (@LExpress).

#Cyberpiratage

Des hackers disent «prendre leur retraite» avec deux milliards de dollars. Pour ces hackers, pas besoin de cotiser à une quelconque caisse de retraite. Les créateurs du ransomware GrandCrab ont annoncé qu’ils partaient à la retraite, avec en poche la coquette somme de deux milliards de dollars, rapporte SlahGear relayé par Presse Citron. Ce logiciel malveillant, qui privait les victimes de leurs données personnelles et exigeait une rançon pour les restituer, a été lancé début 2018. Le butin, qui dépasse les deux milliards selon les pirates, est donc d’autant plus impressionnant que le virus n’a sévi « que » pendant un an et demi. @20minutes.

#RevueDeLiens

► – CleverConnect boucle une levée de 5,5 millions d’euros pour réduire le chômage en Europe (@bymaddyness) ; – Plastiques : l’impossible sevrage. Le gouvernement veut forcer les industriels à utiliser plus de plastique recyclé pour limiter l’explosion des déchets. Mais il faudrait revoir notre façon de consommer. (@LExpress) ; – Futur de la médecine: vers moins de médicaments (@frenchweb) ; – IA Nation : l’intelligence artificielle au service de la démocratie. L’IA est une formidable opportunité pour l’avenir des démocraties. Le juste équilibre entre l’innovation et la régulation doit être trouvé afin de créer une Europe championne en intelligence artificielle. (@Contrepoints) ; – Renault et Nissan s’allient à Google dans les véhicules autonomes. L’Alliance vient de signer un accord exclusif avec Waymo, filiale de Google, pour développer des nouveaux services de mobilité autonome pour les biens et les personnes en France et au Japon. (@Figaro_Economie) ; – Slack démarre en trombe à Wall Street. La jeune pousse, qui édite des solutions pour les entreprises, a terminé en hausse de près de 50 % par rapport à son prix de référence au terme de son premier jour sur les marchés. Son attractivité tient dans le fait que rarement un logiciel pour entreprise n’avait paru aussi accessible au grand public. (@LesEchos) ; – La Poste a révélé ce jeudi 20 juin 2019 les noms des jeunes pousses lauréates de la 5e édition du concours French IoT. Les start-up bénéficieront pendant six mois d’un programme d’accélération afin d’accélérer leur développement dans les services connectés de la santé, les services, la mobilité, la deep tech et la gov/civic tech. (@LUsineDigitale).

19 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – mercredi 19 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#RéalitéVirtuelle

► L’âge des possibles. Par Julien Breitfeld, Creative technologist chez Fabernovel. Tout le monde a en mémoire la photo d’un Mark Zuckerberg déambulant, goguenard, lors de l’événement S7 de Samsung à Barcelone en 2016, au milieu d’une foule équipée de casques VR. Venu vanter les mérites du logiciel Oculus, racheté deux ans plus tôt, le jeune PDG déclarait la réalité virtuelle, « the next platform » : une plateforme expérientielle, ludique, et sociale. Trois ans plus tard, Facebook a lancé 3 versions de son propre casque VR (Oculus Go, Rift et Quest), Google son casque DayDream, Microsoft en est à la version 2 de Hololens, MagicLeap commercialise enfin ses lunettes AR, et le bruit court qu’Apple dévoilerait les siennes en 2020. Lire la suite sur le site @metamedia.

#Logement

► A Berlin, les loyers gelés pendant cinq ans pour lutter contre la flambée des prix. La ville « pauvre mais sexy » s’est embourgeoisée. Pour lutter contre la flambée des prix des loyers, Berlin a décidé de les geler dès 2020 et de les plafonner durant cinq ans, selon un document présenté mardi 18 juin par la mairie allemande. Les loyers ont beau rester encore nettement moins élevés qu’à Paris ou à Londres, ils ont doublé en dix ans. La métropole, qui compte quatre millions d’habitants, est de plus en plus gentrifiée, et le manque de logement se fait de plus en plus sentir malgré sa grande superficie. @lemondefr.

► Face à la pénurie de logements, Google va aider les habitants de San Francisco. Les géants technologiques sont accusés d’être largement responsables de la flambée des prix de l’immobilier à San Francisco et dans la région, notamment la Silicon Valley, au sud de la ville. Le succès de la « tech » et l’implantation de groupes richissimes comme Google, Apple ou Facebook notamment, ont en effet attiré des dizaines de milliers d’ingénieurs informatiques payés avec des salaires mirobolants, qui ont mécaniquement fait bondir le coût de la vie dans la « Bay Area ». « Dans les dix prochaines années, nous allons transformer des terrains de Google, pour une valeur d’au moins 750 millions de dollars, actuellement prévus pour des bureaux et des commerces, en terrains pour (construire) des logements », a écrit son patron, Sundar Pichai, dans un blog. @latribune. A lire aussi : Google va consacrer 1 milliard de dollars au problème du logement (@LesEchos).

#Santé

► Paris, nouvelle capitale de l’innovation dans la santé. Paris vaut bien un incubateur. Voire plusieurs. En dix ans, Paris a investi plus de 200 millions d’euros pour revenir dans la course et imposer son nom dans le monde des biotechs, de la medtech et de l’e-santé. «Il y a quelques années, les investisseurs américains allaient à Londres et repartaient sans passer par Paris. Aujourd’hui, la ville est une étape incontournable de leur feuille de route», se félicite Jean-Louis Missika, adjoint à la Mairie de Paris, notamment en charge du développement économique et de l’attractivité. La mayonnaise a pris: aux investissements publics viennent désormais s’ajouter des fonds privés. Le britannique RunLabs et l’américain Biolabs vont ainsi enrichir l’écosystème parisien dédié à l’innovation dans la santé, avec l’ouverture annoncée de deux nouveaux lieux. @FigaroTech.

#VidéoSurveillance

► Quelles sont les limites de la vidéosurveillance au travail ? La Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) a condamné ce mardi une petite entreprise parisienne pour la surveillance trop intrusive des caméras dans ses locaux. L’entreprise avait installé des caméras et filmait en continu le poste de travail des salariés. Après quatre plaintes déposées auprès de la Cnil, deux lettres rappelant les règles de ce dispositif, une demande de justification auprès de la Commission et une mission à l’intérieur de l’entreprise par des agents de la Cnil, une amende de 20.000 euros a été infligée à cette entreprise. Le point sur les droits des entreprises en la matière. @Figaro_Economie.

#Université

► Sorbonne Université lance son centre d’intelligence artificielle. Un nouveau centre interdisciplinaire consacré à l’intelligence artificielle ouvrira ses portes à la rentrée de septembre, sur le campus Pierre-et-Marie-Curie (Jussieu) de Sorbonne Université, a annoncé l’institution le mardi 18 juin. Le Sorbonne Center for Artificial Intelligence (Scai) se concentrera sur quatre grandes thématiques de recherche : « santé », « climat et biodiversité », « humanités numériques » et « informatiques, mathématiques et robotiques ». « Nous avons déjà identifié 150 chercheurs dans ces domaines », explique Nathalie Drach-Téman, vice-présidente Recherche, Innovation et Science ouverte.  @LesEchos.

#Cryptomonnaie

► Libra : ce que Facebook va faire de vos données personnelles. C’est l’un des plus gros enjeux soulevés par le « libra », En dévoilant le mardi 18 juin les contours de son projet de monnaie numérique, Facebook s’efforce de mettre fin aux spéculations sur l’utilisation future des données personnelles générées par l’intermédiaire de « Calibra ». C’est via les services de cette filiale, détenue à 100 % par le groupe de Menlo Park, que les utilisateurs pourront acheter, vendre, stocker et utiliser la « crypto ». « Calibra a été créé afin d’avoir une entité réglementée et dédiée qui s’engagera fermement à respecter la vie privée de ses clients, car nous avons entendu haut et fort que vous ne voulez pas que les données sociales et financières soient mélangées. Nous comprenons que nous devrons gagner votre confiance », a clamé dans la foulée du lancement, David Marcus, qui a supervisé l’ensemble du projet et pris la tête de Calibra, Mais des zones d’ombre demeurent.

► Pour se développer, le libra «devra inspirer confiance». Samy Chaar, chef économiste à la banque suisse Lombard Odier & Cie explique : « Cette cryptomonnaie est une alternative comme une autre aux devises traditionnelles et aux moyens de paiement existants. Comme Facebook, de nombreuses néobanques, les nouvelles banques sur mobile, proposent déjà de réaliser des virements et des paiements internationaux sans frais. Elles permettent en outre d’ouvrir plusieurs sous-comptes dans différentes devises. Le libra, au moins dans un premier temps, ne devrait pas prendre la place d’une monnaie souveraine, comme le dollar ou l’euro. Mais s’il parvient à démontrer qu’il présente des avantages pour le consommateur, il pourrait leur prendre des parts de marché. Son succès pourrait alors forcer les autres devises à s’améliorer. » @FigaroTech.

#RevueDeLiens

► – Meero, Doctolib, Blablacar… quel est le véritable nombre des licornes françaises ? 4, 6, 9… le nombre des start-up françaises valorisées plus d’un milliard de dollars fluctue selon la définition et les intérêts de chacun à communiquer sur ce chiffre. Les Echos font le point pour y voir plus clair. (@EchosExecutives) ; – La France a réduit ses émissions de gaz à effet de serre en 2018. Après plusieurs années de relative stagnation, les rejets de gaz à effet de serre ont significativement baissé l’an dernier. Pour la première fois depuis 2013, ils diminuent dans le secteur des transports. La France se remet dans la trajectoire de l’objectif qu’elle s’est jurée d’atteindre, à savoir la neutralité carbone d’ici 2050. (@LesEchos) ; – Monnaie virtuelle de Facebook : Bruno Le Maire veut des « garanties ». Pour le ministre de l’Économie et des Finances, une « « monnaie souveraine » doit « rester aux mains des États, pas des entreprises privées ». (@LExpress) ; – Images satellite, data: grâce à « Big Brother », Luko assure votre maison. Luko, une fintech spécialisée dans les assurances habitation, scanne les images satellite de votre maison afin d’en évaluer les risques. Une innovation qui rappelle des précédents dans le monde de l’immobilier. (@Challenges) ; – La parité dans la Tech passe-t-elle par les fonds des grands groupes ? Les femmes sont quatre fois plus nombreuses au sein des corporate venture capitalists que dans l’ensemble de la Tech. Mais cela suffira-t-il pour rendre l’investissement paritaire ? (@bymaddyness) ; – Annoncée en 2018, la principauté de Monaco pourra bénéficier de la technologie 5G dès le mois de juillet. La France elle, se lancera dans la course en 2020. (@Tribuca) ; – Intelligence artificielle : trois Français sur quatre sont contre les soins totalement automatisés (@PourquoiDocteur).

RSS