14 Juin

Régions.news #381 – Edition du vendredi 14 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#381 en version pdf

Légende image. Située sur la Loire, ancienne friche industrielle, l’île Beaulieu à Nantes fait l’objet d’un vaste projet de rénovation urbaine depuis le début des années 2000. Crédit photo : Frank Perry / AFP. L’île de Nantes est devenue ces dernières années emblématique du renouveau urbain. Il s’agit d’une initiative de régénération urbaine des anciens chantiers navals et d’un projet économique basé sur les industries créatives.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

 ► Bordeaux prépare le 1er congrès consacré aux transports intelligents et au climat. Ce premier rendez-vous se tiendra les 17 et 18 septembre 2019 à la Cité mondiale de Bordeaux. Il s’agira d’évaluer le rôle des systèmes de transport intelligent dans la stratégie mondiale en faveur du transport décarboné. Un dossier publié par le site @LaTribuneBdx aborde trois thématiques : 1/ Véhicules connectés : la Nouvelle-Aquitaine veut tester le platooning sur l’A63 ; 2/ Comment les acteurs néoaquitains se positionnent sur le créneau des transports autonomes ; 3/ Bordeaux, territoire d’expérimentation de la mobilité connectée. À lire aussi : Le congrès ITS4C 2019 sur la mobilité dite intelligente pour le climat qui se tient à Bordeaux les 17 et 18 septembre

#Ville

► Comment la végétalisation de nos villes peut nous protéger de la pollution et des canicules. Oui, le végétal rend l’air plus respirable et les grandes métropoles ont commencé à le comprendre ou sont en train de le comprendre. Prendre en compte l’environnement dans les aménagements urbains devient même tendance. L’Eurométropole de Strasbourg a mis en place différentes actions et plans pour rendre la vie en ville plus respirable. « Il devient de plus en plus clair qu’il faut une gestion intégrée, avec une vision globale, incluant l’air et sa pollution, le réchauffement climatique et la santé des citoyens, explique l’adjointe à l’environnement à la mairie, Christel Kohler. La végétation répond au triple enjeu: qualité de l’air, réchauffement climatique, santé des citoyens ».

► À l’occasion du festival Futur.e.s (ancien Future-en-Seine) qui se tient les 13 et 14 juin à Paris, le site du quotidien 20 Minutes se penche sur les conditions de vie dans la ville du futur, enfer ou paradis, en quatre épisodes. – Épisode 1 : La ville low-tech sera-t-elle la solution à tous nos problèmes ? Soit la ville ultra connectée, soit la frugalité numérique. – Épisode 2 : Circuits courts ou fermes sur les toits… Que mangera la ville du futur ? Comment faudra-t-il en sécuriser l’approvisionnement ? Agriculture urbaine high-tech ou reconnexion des villes avec les campagnes ? – Épisode 3 : La ville sobre en écrans, une nécessité pour la santé des enfants ? La prolifération des écrans font apparaitre trois risques majeurs pour les yeux : maladies oculaires, fatigue visuelle et myopie. – Épisode 4 : Comment gérera-t-on demain notre relation au digital ? Face à la surconsommation numérique problématique, la détox digitale pourrait être la voie du salut.

Légende image. Paris XIIIème Avenue de France et rue Tolbiac. Immeubles en bordure de gazon. Crédits photo : @padam92.

#Téléphonie

►  La France compte désormais 111 stations expérimentales consacrées à la 5G. Trois opérateurs se partagent ces sites : Bouygues Telecom en opère presque la moitié (52), suivi par Orange (34) et SFR (25). En revanche, Free, qui pourtant souhaite proposer l’ultra haut débit mobile en même temps que les autres. L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) propose depuis la fin 2018 un tableau de bord des expérimentations 5G en France, avec des informations complémentaires sur la nature des essais.

► Revue de liens : – Pourquoi la 5G se déploie si lentement en France ; – Le gouvernement dit vouloir éviter de folles enchères pour la vente des licences 5G comme en Italie, où les enchères ont atteint 6,5 milliards ; – Sans Huawei, la 5G coûtera très cher aux opérateurs européens ; – En pleine guerre technologique avec les Etats-Unis, la Chine accélère le déploiement de la 5G ; – Dans les télécommunications, la course à la 5G s’accélère.

#Energie

► Dysmus Kisilu, jeune ingénieur Kenyan en énergie renouvelable a créé « Solar Freeze », entreprise qui propose un service de stockage et de réfrigération fonctionnant à l’énergie solaire. Il met ainsi à la disposition des agriculteurs africains ces conteneurs qui permettent de stocker les légumes et les céréales invendus et de les maintenir au frais. Cette opération contribue à réduire le volume des déchets alimentaires et nourrir plus durablement la population. L’ingénieur explique que « 33% de la nourriture produite dans le monde n’est jamais mangée, ce qui représente un gaspillage de 1,3 milliards de tonnes gaspillées chaque année ».

#Entreprise

► Emmanuel Baudoin est enseignant chercheur à l’Institut Mines Telecom business school. Il vient de passer plus d’un an à étudier une question : les salariés français sont-ils à l’aise avec les technologies de l’information, sont-ils prêts pour la révolution numérique ou sont-ils des freins ? Pour le chercheur, 84% des salariés ont une image positive de l’IA, 61% pensent avoir les compétences nécessaires pour y faire face et 40% pensent que l’entreprise doit aller plus loin. « Six sur dix pratiquent l’apprentissage informel numérique. Par exemple, ils vont sur les réseaux sociaux pour avoir des informations. Ils vont voir des tutoriels sur Internet, ils regardent des vidéos sur Youtube. Il y a tout un univers dont les salariés se sont emparés ».

#Déchet

► Tous les déchets non recyclés des habitants de Singapour, qui en produisent deux fois plus que ceux de Paris, finissent d’abord dans des incinérateurs. Leur volume est réduit de 90%. Les cendres sont ensuite mouillées et transportées par bateau vers une île poubelle. Cette île artificielle est un immense mur sous-marin construit entre deux ilots naturels. L’espace est comblé petit à petit par les cendres des déchets.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Chaos chez YouTube. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – En Australie, Murdoch va virer ses journalistes sans compétences numériques ; – La Finlande est en train de gagner la bataille contre les fake news ; – Les américains pensent que les informations « fabriquées » sont un problème plus important que le réchauffement climatique ; – On va faire de Nice-Matin le « Netflix de l’info locale » ; – The New York Times s’essaie au reportage TV.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

07 Juin

Régions.news #380 – Edition du vendredi 7 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#380 en version pdf

Légende image. #LaVilleMiroir Fragments d’immeubles à Courbevoie (Hauts-de-Seine) en septembre 2016. Photo : @padam92.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Cinq à neuf tonnes de nourriture sont jetées chaque jour à La Défense. « Quand les salariés ont vu dans le gâchimètre, rempli avec tous les morceaux de pain non consommés la veille, qu’il y avait même des petits pains entiers, ça a frappé les esprits », assure Magalie Eyen, responsable des services aux occupants chez Suez. « Aucune expérimentation n’avait été faite jusque-là en France sur le gaspillage alimentaire en entreprise, souligne François Mauvais, représentant de la Driaaf (Direction régionale de l’alimentation, l’agriculture et des forêts). Sur ce quartier couvrant quatre communes fonctionnent 166 cuisines d’entreprises et d’administrations, soit 29 millions de repas servis chaque année. C’est la plus grosse concentration en France ». #TooGoodToGo.

► Que faire des millions de tonnes de déblais du Grand Paris ? De ces terres et de ces cailloux extraits du sol par les tunneliers du super-métro ? Ainsi sur le port de Gennevilliers, il existe une plateforme spécialisée dans le recyclage et la valorisation des déchets inertes du bâtiment et des travaux publics. Cette installation a produit l’année dernière 250 000 tonnes de nouveaux matériaux prêts à être réutilisés sur de nouveaux chantiers : du sable, des cailloux de deux tailles différentes et de la grave.

#Santé

► Le projet de loi relatif à la santé est étudié depuis le 3 juin au Sénat. L’avenir des « déserts médicaux » se trouve au cœur de celui-ci. Environ cinq millions de personnes ont, sur l’ensemble du territoire, du mal à se faire soigner à proximité de chez eux. Ainsi le gouvernement prévoit le déploiement du « télésoin » avec la création du « Health Data Hub », plateforme d’exploitation des données de santé, afin d’améliorer la recherche et le suivi des patients. « La vraie révolution concerne la pratique médicale. Alors que le grand défi des années à venir est de gérer le déficit démographique, le numérique permet de pallier la pénurie de médecins, réduire la distance, mieux suivre les patients chroniques là où ils vivent » explique Frédéric Valletoux, président de la Fédération des hôpitaux de France (FHF). Ainsi « les outils numériques doivent permettre aux médecins de se concentrer sur le diagnostic et la prescription, soulager le suivi quotidien des patients chroniques et faire émerger de nouveaux rôles pour les paramédicaux », poursuit-t-il. À lire aussi : Implantée pour lutter contre les déserts médicaux, la téléconsultation peine à se montrer aussi efficace que l’espère le gouvernement. 11 500 patients y ont eu recours en huit mois en France. Loin des 500 000 escomptés par le gouvernement.

Légende image. À Bombay, les bidonvilles côtoient les gratte-ciel. Crédits : Puneet Vikram Singh, Nature and Concept photographer / Getty.

#Ville [Quatre émissions diffusées sur France Culture dans « Le nouvel empire des villes » du 27 au 30 mai]

► 1/ Quand les métropoles façonnent le monde. Depuis les années 1970, les villes se développent et concentrent toujours plus de populations, d’activités et de pouvoirs au point de devenir les centres névralgiques de nos sociétés. Elles génèrent plus de 80% du produit intérieur brut mondial. Mais l’urbanisation s’accompagne également de nombreux défis : en matière de logements, de transports et infrastructures en tout genre et ne sont pas sans poser problème, notamment en ce qu’elles produisent de l’inégalité et de l’exclusion.

► 2/ Depuis que le président des États-Unis Donald Trump a décidé, en juin 2017, de retirer son pays des engagements de l’accord de Paris, nombre d’agglomérations nord-américaines ont choisi au contraire de poursuivre la lutte contre le réchauffement climatique. Face à ce retour en arrière écologique, des grandes villes américaines ont rejoint l’alliance « We are Still In », [nous sommes toujours dedans en référence aux accords de Paris], aux côtés de certains États du pays et de quelques entreprises.

► 3/ Le municipalisme ou quand les habitants prennent le pouvoir. On les appelait « les villes rebelles d’Espagne » : Barcelone, Madrid, Valence, Saragosse…Dirigées depuis quatre ans par des collectifs de citoyens qui voulaient changer de politique et redonner le pouvoir aux habitants, voilà que pour beaucoup d’entre elles l’aventure vient de prendre fin dimanche 26 mai lors des élections municipales. Ni à Barcelone ni à Madrid, les deux maires issues de la société civile, n’auront su se maintenir au pouvoir. Durant quatre ans, elles auront tenté de mettre en place une autre gouvernance des villes, qui se voulait plus participative et plus démocratique.

► 4/ De Marseille à Dubaï, il s’agit de rayonner pour mieux dominer. Grands événements sportifs, culturels, congrès internationaux, musées, projets architecturaux, de Paris à New York, en passant par Londres et Dubaï, les grandes villes du monde rivalisent de programmes et d’idées. Tous les moyens sont bons pour attirer les regards et surtout attirer les visiteurs : touristes, investisseurs, créateur en tous genres. C’est tout un monde qu’il faut sans cesse surprendre, combler, accueillir, de peur qu’il ne préfère une concurrente.

#Territoire

► L’Ile-de-France est le territoire le plus inégalitaire de France, montre une étude sur la trajectoire des revenus de ses habitants entre 2001 et 2015. intitulée « Gentrification et paupérisation au cœur de l’Ile-de-France », cette enquête de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU) souligne les inégalités croissantes dans cette région qui abrite 12 millions d’habitants (18,8% de la population) et produit près d’un tiers de la richesse du pays. L’étude met en exergue la « polarisation sociale » de la région: d’un côté Paris (2,2 millions d’habitants) et les Hauts-de-Seine, départements les plus aisés du pays, continuent à « s’embourgeoiser ». De l’autre, la Seine-Saint-Denis, le territoire le plus pauvre. « La richesse est plus marquée, plus concentrée que la pauvreté. Les riches vivent plus entre eux que les pauvres », note Mariette Sagot, démographe et auteur du rapport. Cette « différenciation sociale reflète surtout le marché immobilier ».

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Grandes manœuvres dans les groupes de télé européens. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – La Harvard Business review suggère de ne pas démanteler Facebook mais de traiter la plateforme comme un service public ; – DRH, recrutez des gamers comme managers ; – La fin du mobile ; – Le Forum économique mondial veut élaborer des règles mondiales pour l’IA ; – Ennemi juré de Cannes, Netflix s’amuse en achetant les droits de deux films primés.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

31 Mai

Régions.news #379 – Edition du vendredi 31 mai 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#379 en version pdf

Légende image. Immersion de l’hydrolienne Sabella au large d’Ouessant en 2018. Crédits photo : Photopqr / Maxppp. Le producteur français d’énergie renouvelable Akuo Energy et la PME bretonne Sabella, spécialisée dans l’hydrolien, ont signé un accord de partenariat en vue d’alimenter à hauteur de 70%, l’île d’Ouessant en énergie renouvelable en 2023. Le projet devrait également donner naissance à la première ferme commerciale hydrolienne française.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► La ville de Roubaix (Nord), ancienne capitale de l’industrie textile, a été l’une des premières en France à se lancer dans le mouvement « zéro déchet », suivant l’exemple de San Francisco en Californie et Capannori, en Toscane. En 2015, cent familles roubaisiennes ont relevé le « Défi familles » qui est de réduire de 50 % ses déchets ménagers. Les foyers volontaires bénéficient tout au long de l’année d’un accompagnement spécifique. Une vingtaine d’ateliers animés par des bénévoles ont ainsi été créés où l’on y apprend par exemple à fabriquer un sac à pain, utiliser des couches lavables, gérer un composteur ou encore faire ses produits d’entretien.

► Des élèves ingénieurs en 3ème année à CESI École d’Ingénieurs à Arras (Pas-de-Calais), ont utilisé leurs compétences en informatique et en entrepreneuriat pour développer une association et rendre le numérique accessible au plus grand nombre. « On est parti d’un constat simple : il manque des compétences informatiques sur le marché. Il est donc nécessaire de former les personnes le plus tôt possible pour que les bases soient bien assimilées et susciter des vocations. Notre professeur nous a mis en contact avec le directeur d’une école primaire avec lequel il travaillait et qui voulait créer une salle informatique sur la base d’objets récupérés », explique un élève ingénieur de CESI, fondateur de l’association.

► EDF avec sa filiale Dreev viennent de lancer un système de recharge intelligent. Grâce à votre véhicule, vous pouvez vendre de l’électricité au réseau ! Le système s’adresse pour l’instant aux entreprises et aux collectivités. Hotravail, entreprise de la région bordelaise de 500 salariés qui emploie des personnes handicapées dans des domaines allant des espaces verts à l’audiovisuel, l’a déjà testé. Lorsqu’un salarié gare sa voiture électrique sur le parking, la borne de recharge est un peu différente des autres. Il y a deux options : soit on recharge la voiture, soit on la transforme en fournisseur d’électricité. Ces bornes intelligentes permettent de vendre au réseau l’électricité de la batterie de la voiture, quand elle est inutilisée.

#Télécom

► Apporter la fibre optique à tous les Français en 2025, c’est possible. Ainsi des industriels et des collectivités ont invité l’État à remettre 800 millions d’euros sur la table. Si l’industrie et les territoires tentent de pousser leurs feux, c’est que le bilan des déploiements de la fibre peut être considéré comme positif.

► Le gouvernement envisage aussi de créer une mutualisation des réseaux des quatre opérateurs (Orange, SFR, Bouygues, Free) dans les zones rurales « grises », celles où la couverture est fragmentée. Ainsi il suffirait de les obliger à fonctionner comme s’il n’y avait qu’un seul et unique réseau sur la zone. Le smartphone d’un utilisateur accrocherait le signal de la borne la plus proche, peu importe l’équipement de l’opérateur.

Légende image. La baie de San Francisco en Californie, sur la côte ouest des États-Unis. Crédits photo : Sébastien Closs / Fotolia. San Francisco se rebiffe contre la Silicon Valley. Elle est la ville qui a osé interdire la première la location de trottinettes électriques dans ses rues. Celle qui a banni l’utilisation de la reconnaissance faciale par les forces de police. Celle qui a imposé à Amazon d’accepter l’argent liquide dans ses nouveaux supermarchés automatisés. Celle qui, a forcé Uber à lui partager des données confidentielles pour résoudre ses problèmes de bouchons.

#Reconnaissance_Faciale

► Pour avoir délibérément refusé d’être filmé par une caméra de reconnaissance faciale installée sur un camion de police stationné dans un quartier de Londres, un homme récolte 90 livres sterling (environ 100 euros) d’amende par la Metropolitan Police. La police avait indiqué dans un communiqué que « quiconque refusera d’être scanné ne sera pas nécessairement considéré comme suspect ». Les policiers ont donc justifié l’arrestation en prétextant « une nuisance à l’ordre public ». .

#RolandGarros2019

► Aujourd’hui, un système baptisé Hawk-Eye permet de mesurer au millimètre près le point de chute de la balle, de retracer sa trajectoire, sa vitesse. Il est donc possible de se passer des arbitres, comme lors du tournoi NextGen, un tournoi pour les moins de 21 ans. C’est le système Hawk-Eye qui arbitre. Il y a aussi des robots maintenant qui collectent les balles autour des terrains. Pour les joueurs, il y a des systèmes mis au point par des chercheurs américains qui prévoient à 90% l’endroit où va atterrir la balle et même peuvent anticiper les coups de l’adversaire. Au tournoi de Roland-Garros, les coachs vont pouvoir analyser les matchs en utilisant des milliers de statistiques.

► La vidéo est le premier centre d’intérêt des diffuseurs. Il y a eu la télévision en couleur, la télévision en haute définition… Maintenant que l’image est de qualité, l’enjeu est de rendre un match de tennis plus immersif. C’est notamment l’objectif poursuivi par France Télévisions qui utilise chaque année Roland-Garros comme un laboratoire d’innovation. La 5G devrait permettre de franchir un cap supplémentaire en étant en mesure d’absorber des flux de trafic plus importants et va ainsi permettre dans un premier temps de proposer des images de meilleure qualité. Qualité accrue de l’image qui servira à développer de nouveaux formats, comme la vidéo à 360 degrés (réalité virtuelle).

#IA [Et si on disait Intelligence Augmentée ou Auxiliaire. Cela ferait toujours IA]

► « L’IA est là pour faciliter nos décisions, pas pour les prendre à notre place. Je préfère parler d’intelligence augmentée, qui aide les êtres intelligents à avoir plus de capacités et à être meilleurs dans des domaines spécifiques. Mais ce sont eux qui gardent le contrôle, l’empathie et le sens commun, car ce que nous apprenons aux machines ne sont rien d’autre que des règles et la connaissance du monde, ce qui n’est certainement qu’une infime partie de l’intelligence. », explique Luc Julia, l’un des pionniers de l’intelligence artificielle, dans son dernier ouvrage « L’intelligence artificielle n’existe pas », publié en février 2019 aux éditions First (p. 147).

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Huawei au cœur de la bataille commerciale entre la Chine et les Etats-Unis. À retenir cette semaine : – Nos smartphones sont des jouets avant d’être des outils ; – Fake news : les médias ont aussi un rôle à jouer pour ne pas les amplifier ; – La Finlande est en train de gagner la guerre contre les fake news. Ce qu’il faut en retenir. ; – L’impact de l’IA sur le journalisme et la démocratie ; – Les opérateurs télécoms auront de nouvelles obligations avec la 5G.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

24 Mai

Régions.news #378 – Edition du vendredi 24 mai 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#378 en version pdf

Légende image. Le quartier de Jodipan, dans la ville indonésienne de Malang était un bidonville, insalubre et dangereux, que le gouvernement envisageait de raser. C’est alors que des étudiant sont eu l’idée d’aider les habitants à la repeindre complétement. Si bien qu’aujourd’hui, « Kampung Warna Wami », le village coloré en indonésien, est devenu une vraie destination touristique. Crédit photo : Chine Nouvelle / Sipa.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Le Big Data révolutionne depuis plusieurs années la recherche médicale avec des avancées considérables pour la santé des patients. Au CHU de Rennes, chercheurs et médecins travaillent main dans la main pour réduire la morbidité et la mortalité chez les grands prématurés, ces enfants nés entre la 24ème et la 32ème semaine de gestation. L’objectif du projet, baptisé Digi-NewB et financé intégralement par l’Union européenne, est de détecter au plus vite les risques d’infection chez ces nouveau-nés.

► Interxion, deuxième opérateur mondial de centre de données a commencé l’installation d’un équipement sur le site d’une ancienne base sous-marine construite à Marseille (Bouches-du-Rhône) en 1943 pendant l’occupation allemande. C’est dans ce lieu ultrasécurisé contre les cyberattaques que les données informatiques de clients vont être stockées et traitées.

► « On n’a pas la preuve que les pesticides sont bons pour la santé, qu’il faut en boire tous les jours comme un verre de vitamines, donc on n’en veut pas », a expliqué le maire de Langouët (Ille-et-Vilaine). Un arrêté interdit l’utilisation de produits phytopharmaceutiques « à une distance inférieure à 150 mètres de toute parcelle cadastrale comprenant un bâtiment à usage d’habitation ou professionnel ».

► En 2018, la Fondation de Nice a mis une soixantaine d’ordinateurs à disposition de personnes en accompagnement social. Eva Naoui, jeune femme malentendante, a pu ainsi s’équiper à moindre coût. Désormais elle peut effectuer des démarches administratives diverses comme une prise de rendez-vous chez le médecin plus facilement. L’entreprise Actif Azur a remis 1 500 ordinateurs sur le marché après les avoir récupérés et remis en état.

► Après avoir créé une boucherie sur son exploitation pour ne pas disparaître, David Caumette, dernier éleveur de bovins à Garrigues (Tarn) a ouvert le premier cabaret à la ferme de France, « Les Folies fermières ». Et quatorze personnes ont déjà été embauchées pour produire un grand spectacle.

► Participez à l’appel à candidatures « Fier(e) de ma commune » organisé par La Gazette avec l’AMF (Association des Maires de France) et franceinfo, jusqu’au 10 juin . Vous êtes élus, agents territoriaux ou citoyens, valorisez ses actions en apportant votre contribution avant le 10 juin. Huit catégories : Solidarités, Cadre de vie, Famille – jeunesse, Mobilités, Numérique, Nature, Participation citoyenne, Et aussi….

Légende image. Aurores boréales à Hamnoya, village de pêcheurs des îles Lofoten (nord du cercle polaire arctique). Crédits photo : Getty. Le 8 avril, le journal Bloomberg faisait écho de la décision prise par les pouvoirs publics norvégiens de refuser à l’industrie pétrolière les droits d’accès, d’exploitation et de forage dans les eaux territoriales arctiques. Ainsi le parlement norvégien s’est engagé à préserver une zone vierge et très diversifiée sur le plan biologique située au large des îles Lofoten. À lire aussi : La Banque de Norvège, qui gère le plus gros fonds souverain du monde, souhaite se désengager du pétrole

#Europe

► Milan en Italie est un modèle de nouvelle urbanisation. La ville ambitionne de devenir une métropole européenne attractive, « intelligente, verte et inclusive ». Ainsi le quartier de Porta Romana, qualifié de « première expérimentation italienne de quartier intelligent à impact environnemental neutre ». Tout l’éclairage public de la ville a été remplacé par des LED. Plusieurs services proposent des vélos et des véhicules électriques, scooters, autos et véhicules commerciaux. C’est la ville européenne la plus câblée en fibre optique depuis le début des années 2000.

► À Kalundborg, ville portuaire danoise située à une centaine de kilomètres de Copenhague, de longs pipelines verts rendent visibles les échanges de flux qui relient les grands groupes industriels les uns aux autres. Dans cette commune considérée comme la vitrine de l’écologie industrielle, neuf grands partenaires publics et privés, coopèrent au milieu de champs cultivés, de forêts et d’habitations, où les déchets des uns deviennent les ressources des autres. Par exemple, une partie de la vapeur d’eau de la centrale électrique est transformée en chauffage urbain pour les citoyens et les entreprises.

► Une étude de la banque BBVA qui indique que la restriction de l’accès des voitures à la zone baptisée « Madrid Central », au cœur de la capitale espagnole, a été bénéfique pour les magasins pendant la période des fêtes. L’analyse, basée sur les données de cartes de crédit, passe au crible un échantillon de 20 millions de transactions. Elle indique que le montant des achats effectués pendant la période des préparatifs des fêtes de fin 2018 a augmenté de 8,6 % par rapport à l’année précédente, contre une hausse de 3,3 % seulement dans le reste de la ville. À lire aussi : Pontevedra en Espagne, la ville où le piéton est roi.

► Dans la banlieue de Dublin, des entrepôts accueillent de vastes centres d’hébergement de données connectés à toute l’Europe, moteurs de la quatrième révolution industrielle. Ils servent à permettre un accès 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 à la quantité pharaonique de données, de puissance de traitement et de stockage dont ont besoin les services numériques dans toute l’Europe. Le boom des « centres de données » en Irlande s’explique par une grande connectivité vers l’Europe et les États-Unis. Le secteur emploie 5 700 temps pleins.

► Avant les élections européennes, le quotidien « 20 Minutes » est parti découvrir cinq nouveaux eldorados européens : – Vitoria-Gasteiz, en Espagne, modèle de la ville verte de demain ; – Palerme, ville ouverte aux migrants ; en Italie, – En Roumanie, Cluj est la ville où la fête est omniprésente ; – Tallinn en Estonie, destination rêvée pour les startuppeurs du digital ; – On a cherché « l’esprit de l’Europe » à Bruxelles.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► La pub à la TV n’est pas morte ! À retenir cette semaine : – L’Internet mondial est en train de se désintégrer ; – Qui peut controler Facebook ? ; – Les médias français se polarisent. Mais pas comme nous l’espérions ; – « L’innovation dans les rédactions locales ne peut plus attendre ! » ; – Trois places à gagner pour Le FIL, le Festival de l’Info Locale qui se tient les 27 et 28 juin au MediaCampus à Nantes.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

17 Mai

Régions.news #377 – Edition du vendredi 17 mai 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#377 en version pdf

Légende image. Après avoir été le fer de lance de l’économie française pendant la révolution industrielle, Lille s’est heurtée à une crise de l’emploi qui a mis à mal son tissu économique. Aujourd’hui, elle mise sur des technologies de pointe sans pour autant tourner le dos à son héritage industriel. « On veut favoriser l’émergence d’ouvriers spécialisés dans le numérique, sans tourner le dos à notre histoire mais pour entrer dans le futur. C’est ça l’économie de demain », explique Raouti Chehih, cofondateur et directeur d’EuraTechnologies, pôle d’excellence et d’innovation.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Le 29 avril, un jeune entrepreneur a décidé d’installer son bureau sur une place de stationnement du centre-ville de Toulouse pour protester à la fois contre le prix des loyers et contre la pollution générée par le nombre trop important de voitures. En faisant cela, le Toulousain s’est inscrit dans le mouvement #WePark, né en Californie de l’initiative de Victor Pontis. « Je vais installer un bureau et travailler sur une place de parking pour quelques heures afin de montrer que l’espace occupé par les places de stationnement pourrait être mieux utilisé. Souhaitez-moi bonne chance », avait alors tweeté le Californien.

► Originaires de la cité des Pâquerettes à Nanterre (Hauts-de-Seine), Bilal et Rachid se sont lancés à 25 ans dans l’auto-entrepreneuriat avec Kilavetout. « On n’a pas de bureaux, comme Uber. Nous, nous avons juste un site Internet et une camionnette », explique Bilal. Uber est le modèle dont ils souhaitent s’inspirer, avec son associé Rachid Salmi, 25 ans aussi, pour développer kilavetout.fr leur entreprise de nettoyage à domicile présentée comme 100 % écologique.

#Énergie

► A Saint-Nazaire, les acteurs des parcs éoliens offshore sont toujours dans l’attente. Le dernier recours pour le champ éolien, un parc offshore de 80 éoliennes, doit être examiné prochainement par le conseil d’État. Dans la région, 1 300 emplois sont liés aux énergies marines renouvelables. Les entreprises attendent un engagement de l’État pour développer la filière française. Attribués en 2012, les champs éoliens français peinent à voir le jour.

► Selon l’Ademe, le secteur numérique (utilisation de serveurs, réseaux, terminaux, etc.) représente à lui seul pas moins de 10% de la consommation énergétique mondiale. Les besoins en hébergement de données augmentent régulièrement. Ainsi d’ici 2020, la France devrait posséder au moins 200 centres de stockage de données qui vont solliciter de grosses ressources énergétiques pour leur alimentation comme pour leur refroidissement (3 TWh en 2015, soit l’équivalent de la ville de Lyon, selon l’Union française de l’électricité). Les hébergeurs tentent de répondre en optimisant leurs installations ou en réutilisant la chaleur dégagée.

Légende image. S’inspirant de l’acacia du désert d’Australie, l’eTree est une aubaine pour les usagers en quête d’une source énergétique pour recharger leur téléphone mobile, leur tablette numérique, surfer sur Internet, voire recharger leur vélo électrique… Le 29 mai 2017, le premier « eTree » d’Europe a été inauguré à Nevers (Nièvre). Crédit photo : eTree de Trenat en Belgique.

#Vivatech2019

► À l’occasion de la quatrième édition du salon VivaTech 2019, du 16 au 18 mai, @franceinfo et @lesechos proposent une série spéciale consacrée à l’innovation technologique à la française. Cinq épisodes, cinq tables rondes pour prendre le poul de cinq secteurs bousculés par la tech : les transports, l’environnement, la médecine, la finance et l’alimentation.

#Agriculture

► Les étudiants agricoles du lycée agricole de Rouffach (Haut-Rhin) ont organisé une journée vigne 4.0, entre viticulteurs et fabricants d’outils autour du thème des technologies du futur. L’occasion de réfléchir à l’avenir de ce secteur agricole où le travail manuel reste prépondérant. « Le tracteur autonome fonctionne avec des capteurs ultrason, une console en cabine permet à l’opérateur d’engager l’autoguidage puis de se libérer de la tâche de la trajectoire: il va pouvoir s’occuper de ses outils latéraux et arrière afin de ne pas endommager la vigne ou traiter le cas échéant », explique Youssef Karnani, responsable nouvelles technologies société AGCO. Avec une question : est-ce-que dans dix ans, les robots pourront travailler tout seul dans les vignes ?

► En Bretagne, des poules remplacent les pesticides dans des vergers. À Saulnières en Ile-et-Vilaine, un arboriculteur passé en bio depuis 12 ans a constaté que les poules noires locales, de Janzé, dévorent les insectes qui auparavant décimaient ses arbres fruitiers. Il élève aussi des moutons pour désherber ses parcelles. Le test a été concluant. « Nous avons fait un premier essai en mettant 80 poules en liberté sur 3 hectares, tout en laissant les autres parcelles sans aucun traitement », indique le producteur.

#Media

► Il y a deux ans, le Cahier de Tendances de Meta Media intitulé « Et si les médias redevenaient intelligents ? » s’intéressait à la propagation, déjà forte, de l’intelligence artificielle (IA) dans le secteur des médias. Depuis, la dissémination s’est étendue. Et très vite est venue l’angoisse du « grand remplacement technologique » avec comme éventualité : soit les algorithmes se substitueront à ceux et celles qui créent, informent et diffusent, soit nous apprendrons à travailler avec ce nouvel outil pour enfin réussir à co-créer et coproduire avec le public des œuvres et des contenus qui, lentement, se déverrouillent et deviennent « vivants », changeants, modifiables ? Ainsi pour la sortie du prochain Cahier de Tendances Printemps / Été, Meta-Media propose une « Cartographie des applicatifs IA dans les médias » où elle dresse les cas d’usage de l’IA dans toute la chaîne de production et de diffusion des médias. Le cahier sera disponible gratuitement, sur Méta-Media début juin. Lire l’article Médias automatiques ou complicité hommes-machines ? sur le site @metamedia.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Opération séduction pour Mark Zuckerberg de passage en France. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – L’info en continu a-t-elle pris le contrôle de la réalité ; – L’Internet des médias sociaux est aussi dangereux que la crise climatique ; – « L’intox c’est nous », une série de documentaires sur la désinformation numérique ; – Comment AirBnB a conquis le monde, et transformé les villes.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

10 Mai

Régions.news #376 – Edition du vendredi 10 mai 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#376 en version pdf

Légende image. Centre-ville de Manhattan photographié depuis l’Empire State Building en 2015. Crédit photo :  Carlo Allegri / Reuters. En avril, la ville de New York a adopté le projet de loi sur le climat le plus radical des États-Unis : le Climate Mobilization Act. Il représente les efforts que déploie la ville pour se conformer à l’accord de Paris sur le changement climatique. L’objectif est d’améliorer la performance énergétique des bâtiments qui contribuent pour près de 70%, aux émissions de carbone.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Après huit années de développement, Irissia est prête. C’est une intelligence dite artificielle qui a été mise au point par Fawzi Ziane, développeur en informatique en Lorraine, pour venir en aide à son fils souffrant de dyspraxie visuo-spatiale. L’adolescent, âgé de 13 ans, qui « a du mal à se repérer dans l’espace-temps », peut aujourd’hui être plus autonome. L’application l’aide par exemple à faire ses devoirs et à s’organiser.

► Un robot ultra moderne au service de médecine physique et de rééducation au CHU de Reims. Ce robot de marche ultra moderne est l’une des acquisitions de la nouvelle aile du service de soins de suite et de réadaptation de l’hôpital Sébastopol, nouvellement inauguré ce lundi 29 avril. L’un des patients du service est en plein travail de rééducation depuis maintenant deux mois. Il commence à exploiter toutes les possibilités de cette nouvelle machine. Gravement blessé il y a un an alors qu’il s’entrainait pour un triathlon extrême, le robot de marche semble être une chance pour lui.

#Agriculture

► Cultiver des fruits sur les toits, des légumes dans les parcs, champignon dans d’anciens parkings ou des herbes aromatiques sur des murs végétaux, le concept fait de plus en plus d’adeptes. Mieux, selon certains économistes, l’agriculture urbaine pourrait permettre de nourrir jusque 10% de la population des villes selon la Food and Agriculture Organization (FAO). C’est pourquoi, treize villes françaises parmi lesquelles Grenoble, Angers, Nice ou Strasbourg ont participé, du 3 au 5 mai, aux « 48 heures de l’agriculture urbaine ». L’idée est de donner de la visibilité aux initiatives locales qui permettent de cultiver en ville.

► Cultivateur en ville, ça n’est pas comme à la campagne. On parle plutôt  de lampes led, de containers régulés entièrement par l’informatique, d’agriculteurs connectés grâce à leur smartphone. Du coup, le métier est accessible à tous, même sans avoir fait d’études spécialisées, explique Guillaume Fourdinier, co-fondateur Agricool : « C’est certain que c’est un métier de demain, il va falloir nourrir des villes avec des fruits et des légumes meilleurs. Pour ça il faut produire localement et directement en ville. Aujourd’hui on a des fermes qui deviennent vraiment profitables, qui vont se multiplier. C’est un métier qui n’est plus du tout une utopie et qui va continuer à se déployer ». À lire : D’ici 2020, Paris accueillera la plus grande ferme urbaine du monde.

Légende image. #LaVilleMiroir. Ecoquartier du Fort à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) en mai 2019. Crédit photo : @padam92. La Ville d’Issy-les-Moulineaux a présenté jeudi 28 mars le bilan d’IssyGrid, le premier réseau urbain intelligent de production et de gestion d’énergie déployé à l’échelle d’un quartier. Depuis 2012, onze industriels ont accordé leurs violons pour créer quatorze systèmes d’information et de stockage interconnectés permettent de superviser le flux énergétique du quartier. Depuis de nombreuses métropoles françaises ont enclenché leurs propres chantiers comme Nanterre Cœur Université, Lyon Eurêka Confluence ou l’éco-quartier des Capucins à Brest.

#Santé

► Le 19 avril, un drone a livré un rein à une patiente de l’hôpital du Maryland, aux États-Unis. Un mode de transport qui pourrait prendre de l’ampleur pour ce genre d’opérations urgentes et délicates. Ce premier test « illustre le potentiel des drones pour assurer des livraisons d’organes qui, dans de nombreux cas, pourrait être plus rapides et plus sécurisées que les modes de transports traditionnels », selon l’équipe de chercheurs de l’Université du Maryland à l’origine de ce projet.

► Le Rwanda a été le premier pays au monde à faire appel aux drones pour ravitailler ses hôpitaux en produits sanguins. Les premiers vols ont démarré en octobre 2016. Un projet imaginé par la start-up américaine Zipline. « Le sang est une denrée vitale. Or la livraison par camion prend trop de temps car les routes sont en trop mauvais état et de nombreuses poches de sang étaient perdues », explique un responsable de chez Zipline.

#Téléphonie

► Le géant japonais des télécommunications Softbank vient de présenter un projet de « drone relais » capable de fournir une connexion 5G stable sur un large territoire. Ce type d’appareil pourrait ainsi survoler des zones non couvertes par les réseaux traditionnels ou celles touchées par une catastrophe naturelle.

#Livraison

► Wing Aviation, filiale d’Alphabet, la maison mère de Google, vient d’obtenir le statut de compagnie aérienne. La certification accordée par la Federal Aviation Administration (FAA) va lui permettre d’entamer un service commercial dans le sud-ouest de l’État de Virginie. C’est la première fois aux Etats-Unis qu’une autorisation est accordée à un projet de livraison par drone. Selon la secrétaire d’État aux transports, cette décision représente « un pas important pour essayer d’intégrer les drones dans notre économie en toute sécurité ».

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Facebook veut être plus « privé« , d’ailleurs la presse n’en a pas besoin pour vivre. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Bonnes nouvelles du côté des journaux : grâce à une politique pour inciter aux dons et une réduction drastique des coûts tout en épargnant au mieux la rédaction, le Guardian a éliminé sa perte de 60 millions de livres en trois ans et affiche ses premiers bénéfices depuis 1998. ! En même temps, le podcast du New York Times, « The Daily », rassemble 2 millions d’auditeurs par jour ; – Comment les réseaux sociaux vont-ils lutter contre les fake news pendant les Européennes ; – La PQR est le média le plus crédible aux yeux des Français ; – Roland Garros : Les innovations 2019 de France Télévisions ; la 8K en direct par la 5G.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

03 Mai

Régions.news #375 – Edition du vendredi 3 mai 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#375 en version pdf

Légende image. Des icebergs dans le fjord Sermilik, au Groenland, le 12 août 2018. Crédits photo : Philippe Roy / Afp. En 2019, pour mesurer la fonte des glaces au Groenland ou en Antarctique, les scientifiques s’appuient sur un arsenal de satellites, de stations météo et de modèles climatiques sophistiqués. Dans une étude parue dans les comptes rendus de l’Académie américaine des sciences (PNAS), lundi 22 avril, des chercheurs ont recalculé la perte de glaces depuis 1972 et ont découvert que les glaces fondent six fois plus vite aujourd’hui que dans les années 1980.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Pour pallier le manque de transports en commun en zone rurale, Vincent Delmas, chef d’entreprise installé près de Gardanne dans les Bouches-Du-Rhône, a créé un service de covoiturage proposé clé en main aux mairies. Nommé « Atchoum », parce qu’Atchoum réalise vos souhaits, propose aux communes des abonnements qui donnent accès à son site Web, à l’application mobile et à son service téléphonique. Vincent Delmas explique que « sur les 36 000 communes de France, 34 000 sont habitées par moins de 3 500 personnes, et dans ces communes il n’y a rien… et j’ai appris que la préoccupation première des collectivités, c’est la mobilité ». Il précise que « de plus la population majoritaire dans ces zones ce sont les personnes âgées qui souvent, n’ont pas la possibilité de se déplacer par leurs propres moyens. »

► Le mercredi 24 avril, le gouvernement a détaillé son projet « Expérimentation du véhicule routier autonome » (EVRA) il a publié la liste des seize expérimentations de véhicules autonomes autorisées sur le territoire. Parmi les villes annoncées, Vichy aurait dû être accompagnée par Clermont au sein du projet SAM (sécurité et acceptabilité de la conduite et de la mobilité autonome) mais la métropole clermontoise a finalement indiqué qu’elle avait renoncé au projet. Il faudra donc aller à Vichy pour emprunter la navette unique qui circulera sur les berges de l’Allier. Elle empruntera un parcours d’1,2 km et la ligne comprendra trois arrêts. L’Ile-de-France sera la région qui concentrera le plus de tests.

► L’Occitanie est à la pointe du combat en faveur du développement de cette énergie propre. Encore au stade de prototype, quatre éoliennes flottantes seront implantées au large de Gruissan d’ici 2021. Elles seront construites sur place, dans l’Aude, dans la future extension en cours d’aménagement dans le port de Port-la-Nouvelle, en acier et en béton. Un chantier qui devrait générer 150 emplois durant 12 à 18 mois. Une autre ferme pilote verra le jour sur le site de Leucate/Le Barcarès (Pyrénées-Orientales), dans le cadre du projet Les Eoliennes du Golfe du Lion.

#Agriculture

► L’intelligence artificielle au service de l’agriculture. Elle permet par exemple aux agriculteurs d’utiliser moins de pesticides, moins de désherbants et surtout moins d’engrais. Avec de petits robots, on repère par exemple une mauvaise herbe et arrache seulement celle-là. Dans l’élevage, on peut aussi en utilisant des capteurs de température, de sons ou autres, détecter des maladies animales et éviter ainsi des pandémies. Aux États-Unis, une intelligence artificielle pourrait lire les images satellites et identifier ainsi les fermes polluantes.

Légende image. #LaVilleMiroir. Près du parc Diderot à Courbevoie (Hauts-de-Seine) en avril 2019. Crédit photo : @padam92.

#IntelligenceArtificielle

► Quatre instituts interdisciplinaires d’intelligence artificielle (3IA) ont été annoncés le 24 avril par la ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, dans le cadre de la stratégie nationale pour l’intelligence artificielle. Grenoble, Nice, Toulouse et Paris ont été labellisés pour une période initiale de 4 ans : – L’institut niçois 3IA Côte d’Azur se spécialise dans les applications de santé, biologie numérique et les territoires intelligents ; – L’institut parisien 3IA PRAIRIE se spécialise dans les applications de santé, transports et environnement avec une approche recherche fondamentale orientée vers les applications ; – L’institut toulousain 3IA « ANITI » cible les secteurs d’application de la mobilité et du transport, de l’environnement, de la santé et de la robotique ; – L’institut grenoblois 3IA « MIAI Grenoble-Alpes » travaillera sur l’intelligence artificielle appliquée aux domaines de la santé, l’environnement et l’énergie.

#AI4EU

► L’Europe veut accélérer sur une Intelligence Artificielle humaniste et éthique. Face aux « Big Nine » repartis entre les États-Unis et la Chine, l’Europe peine à s’imposer sur le marché de l’Intelligence Artificielle. Le seul moyen pour faire le poids dans un terrain largement occupé par les GAFAs et BATX, est de construire l’avenir de l’IA en collaboration. La première « European AI Night », organisée en avril à Paris, a réuni parmi les 2.000 participants acteurs de l’industrie, start-ups, chercheurs et politiques pour dessiner un avenir européen de l’I.A. C’était aussi l’occasion de présenter l’initiative AI4EU, une plateforme collaborative à destination des chercheurs et entreprises européennes doublée d’une communauté autour de l’Intelligence Artificielle. Lire la suite sur le site @metamedia.

#Politique

► A en croire un sondage de l’université espagnole IE mené auprès de 2.500 personnes en Europe, 25 % des Français seraient « favorables à laisser partiellement ou totalement l’intelligence artificielle (IA) prendre des décisions importantes pour diriger leur pays ». Un chiffre identique à la moyenne européenne. De fait, les algorithmes existent déjà dans la gestion de l’État : calcul des impôts, des aides, affectations à l’université, etc. Depuis un an, le gouvernement a lancé plusieurs chantiers en intelligence artificielle pour aider l’administration dans ses tâches quotidiennes.

#Numérique

► « Aujourd’hui, c’est le concept même d’être humain qui est en jeu. L’ère numérique aboutit à ce que le privilège qu’avait l’homme de résoudre les problèmes en se servant de son intelligence se voit bien dans des domaines plus efficacement transféré à des machines qui sont des artefacts que l’homme construit pour se faciliter la vie et ménager sa survie », explique Markus Gabriel, philosophe allemand, dans son ouvrage  « Pourquoi la pensée humaine est inégalable » publié en février 2019 (p.21).

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► L’étau se resserre autour de Facebook. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Les géants du Web ont bloqué une loi qui les aurait empêché de vous enregistrer sans votre consentement ; – La France et la Nouvelle Zélande organiseront un sommet à Paris le 15 mai « pour tenter de mettre un terme à la capacité d’utiliser les médias sociaux pour organiser et promouvoir le terrorisme et l’extrémisme violent ».

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

26 Avr

Régions.news #374 – Edition du vendredi 26 avril 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#374 en version pdf

Légende image. #LaVilleMiroir. La nouvelle façade de l’ancien grand magasin « La Samaritaine », rue de Rivoli  à Paris, avril 2019. Crédit photo : @padam92.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Le département d’Eure-et-Loir a voté la constitution d’une société pour construire 86 pylônes de téléphonie mobile. Comme détaillé dans L’Echo Républicain, la structure sera détenue à 49 % par le département et à 51 % par ATC, le spécialiste américain de la location de tours. Cette initiative départementale traduit le sentiment de beaucoup de collectivités vis-à-vis du programme national pour l’installation de la 4G : trop peu et trop lent. À Chartres, on estime à une centaine de sites les besoins pour couvrir le département, contre 21 prévus dans le cadre de ce programme dit « New Deal ».

#JeuVidéo

► Depuis quelques années, la folle croissance de l’e-sport ou sport électronique (pratique sur Internet d’un jeu vidéo) attire toutes les convoitises. En France, Poitiers a pris de l’avance sur tout le monde. La commune est devenue avec le temps une place incontournable de ce secteur en pleine expansion. Désormais, tous les ans lors du week-end de Pâques, la ville accueille la Gamers Assembly, l’un des événements les plus emblématiques de l’e-sport en France. Cette année, pour la 20ème édition, 2 500 joueurs s’y sont réunis pour s’affronter sur les jeux vidéos phares du moment.

#DémocratieParticipative

► Strasbourg dispose de sa boîte à idées numérique. Un site internet Vision Strasbourg doublé d’une application pour écrans mobiles (tablettes et smartphones) permet aux Strasbourgeois de donner leur avis et de contribuer à l’aménagement de leur ville. « Tout le monde a des idées et des propositions, mais en dehors des périodes d’élections, on ne nous donne pas la parole, explique la chargée de presse de l’association. Nous voulons permettre également aux invisibles de s’exprimer. » A l’origine du projet, une dizaine de personnes originaires de Strasbourg et d’horizons différents, amoureuses de leur ville. « Comme Genève et New York, Strasbourg est une ville d’institutions internationales, mais elle n’a jamais réussi à avoir la même aura que les autres, explique le président de l’association, Nous avons cherché ce qui pourrait la faire rayonner davantage, et nous nous sommes dit que nous allions en faire la capitale mondiale de la démocratie participative. »

#Politique&Digital

► « Il faut chercher les voies d’une démocratie liant une vie politique locale renforcée et musclée avec un monde numérique libre, mais régulé », écrit Jean Viard, sociologue, dans son dernier ouvrage « L’implosion démocratique » paru en avril 2019 (p 66). Écouter sur @FranceCulture, « Jean Viard et le grand débat »

Légende image. #LaVilleMiroir. Place Charles de Gaulle à Puteaux (Hauts-de-Seine), avril 2019. Crédit photo : @padam92.

#Territoire

► « L’évolution de la consommation, des dépenses publiques et privées, montre que nous entrons dans une économie « antropocentée », c’est-à-dire focalisée non plus sur des objets possédés, mais sur l’individu lui-même, son corps, son cerveau, ses émotions. La santé, et plus généralement le bien-être, l’alimentation, qui n’est plus seulement de subsistance, le divertissement, la mobilité, la sécurité, l’éducation : tels sont les grands secteurs du futur », écrit Pierre Veltz, économiste et sociologue, dans son ouvrage « La France des territoires, défis et promesses » publié en février 2019 (p100). À lire sur le site @FR_Conversation : Douze métropoles et le désert français… ou une « métropole France » ? Ainsi dans son dernier livre, Pierre Veltz invite à considérer la France comme une vaste aire métropolitaine, structurée par une dizaine de grandes villes vivant en étroite symbiose à la fois avec la capitale et les territoires moins denses qui les entourent. Il souligne les atouts de l’ensemble et les complémentarités entre les composantes, affirmant qu’aucun territoire n’est condamné et que tous peuvent être porteurs de projets ambitieux.

#Sciences

► D’après une étude menée par l’université Rutgers aux États-Unis, un algorithme pourrait permettre de tester la toxicité de différents produits chimiques sans recourir aux animaux. « Il existe un besoin urgent à travers le monde de trouver un moyen précis, rapide et à faible coût de tester la toxicité des produits chimiques afin de garantir la sécurité des personnes qui les manipulent et des milieux dans lesquels ils sont utilisés. Les tests sur les animaux ne peuvent pas à eux seuls répondre à ce besoin », soutient Daniel Russo, chercheur sur le projet.

#Architecture

► La technologie 3D sera utilisée pour rebâtir la cathédrale Notre-Dame de Paris détruite par l’incendie lundi 15 avril. L’édifice sera reconstruit grâce, entre autres, à la 3D. Il existe de nombreuses cartographies 3D des monuments importants dans le monde, dont la cathédrale Notre-Dame. L’historien Andrew Tallon (décédé en 2018), spécialisé dans l’imagerie 3D des bâtiments historiques, a passé au peigne fin plus de 45 édifices dans le monde dont Notre-Dame. Ce scientifique utilisait des scanners lasers montés sur des trépieds pour balayer l’intérieur et l’extérieur du bâtiment, ce qui lui a permis de créer un modèle 3D extrêmement fidèle de la cathédrale, de toutes les voûtes, toutes les gargouilles, toutes les pierres et probablement aussi la charpente.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Musique gratuite sur les enceintes connectées Amazon et Google, mais Facebook arrive. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – #NOTREDAME. La « routine habituelle » de théories du complot et autres fake news lors de faits exceptionnels n’a pas tardé à se mettre en place. Au menu :conspirations anti-islam et désinformation massive sur l’origine de l’incendie qui se sont propagées à toute vitesse sur les réseaux sociaux. Phénomène face auquel Twitter et YouTube ont eu du mal à lutter. L’IA de YouTube a particulièrement été mis en difficulté en confondant des vidéos de Notre-Dame avec les attaques du 11 septembre. Cinq leçons de fact-checking de l’incendie de Notre Dame ; – Comment résister mentalement aux fake news ? ; – Journalisme basé sur les faits : « Le système est cassé, mais les journalistes ont beaucoup de mal à l’admettre » ; – Un chercheur en sciences cognitives explique pourquoi les humains sont si réceptifs aux fake news.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

12 Avr

Régions.news #373 – Edition du vendredi 12 avril 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#373 en version pdf

Légende image. Les Rencontres internationales de cerf-volant de Berck-sur-mer (Nord) ont débuté samedi 6 avril. Ces Rencontres attirent chaque année des centaines de milliers de personnes. Voir dix photos prises les 6 et 7 avril par le photographe de l’Agence France-Presse Philippe Huguen.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Il y a tout juste un an, la microferme urbaine « Agrocité » ouvrait ses portes dans le quartier populaire des Agnettes, à Gennevilliers (Hauts-de-Seine), après avoir été expulsée de Colombes. Chaque semaine, une dizaine d’ateliers y sont organisés sur des thèmes comme le jardinage, le bricolage ou le compostage. Régulièrement aussi, des conférences s’y tiennent sur le bio, la nutrition, l’écologie, la permaculture… Cette structure est un point d’information et de ralliement pour tous ceux qui sont sensibles à l’environnement.

► Une première en France. À Blagnac (Haute-Garonne), Il existe une maison de demain qui s’adapte aux besoins des personnes âgées ou handicapées grâce aux technologies du numérique. Ce lieu est dans son intégralité domotisé (connecté et automatisé). Il détecte les situations à risques et prend des décisions. « Ce lieu permet de tester un certain nombre de solutions technologiques existantes, qu’on va faire évoluer grâce aux utilisateurs, qui vont se mettre en situation d’usage, résume Eric Campo, directeur de cette maison intelligente. L’idée, c’est de pouvoir faire évoluer cette maison en interconnectant au maximum tous ses objets. »

► L’application Seety débarque à Lille. Grâce aux signalements des automobilistes, utilisateurs de l’application, on peut connaitre la position des policiers municipaux et gérer le paiement du stationnement en évitant les contraventions. Le concept est alléchant, mais pose la question de la légalité de ces applications. Selon Antoine Régley, avocat à Lille, spécialiste en droit routier, « il n’existe aucun texte sur la question » donc il n’y a pas d’interdiction et il ne peut y avoir de peine.

#ZoneBlanche

► La France se maille de fibre optique. Ainsi quatorze millions de foyers ont désormais accès à cette technologie, synonyme de débits ultra-rapides. Mais l’arrivée de la fibre fait aussi beaucoup de mécontents. « Le numérique n’a pas résorbé les fractures territoriales, contrairement à ce que beaucoup avaient pensé. Il les a accentuées », déplore le secrétaire d’État en charge de l’aménagement numérique. Pour sortir de ce paradoxe, le gouvernement et les opérateurs devront accélérer les déploiements de réseaux. Mais seule une moitié des Français aura la fibre à la fin de l’année 2019. Et même en 2022, plus de 6 millions de foyers seront toujours privés de cette technologie. À lire : Très haut débit pour tous les habitants d’Auvergne fin 2020.

Légende image. Un manchot de terre Adélie (Antarctique) jaillit de l’eau pour échapper aux phoques léopard affamés. Crédit photo : HFR. « La planète Terre est absolument unique, extraordinaire. (…) Les 500 derniers millions d’années nous ont livré un décor absolument somptueux et nous voilà, en quelques nuitées sur Terre, on est en train de détruire l’hôtel. C’est scandaleux. Il est temps de voir la beauté de l’hôtel et de la préserver », défend Charles Frankel, géologue et traducteur du livre « Notre planète ». Une série documentaire a été adaptée du livre et diffusée depuis le 5 avril sur Netflix.

#Energie [Episode 2 : hydrogène]

► L’hydrogène, un marché en devenir ? Des prix encore trop élevés et de trop rares stations de recharge en font un marché de niche. Ce qui n’empêche pas certains constructeurs et flottes d’entreprise de miser sur cette technologie prometteuse. « Partout sur le territoire, cette molécule naturellement présente dans l’eau inspire des projets », constate Thierry Lepercq, auteur de l’ouvrage « Hydrogène, le nouveau pétrole ». Ainsi La start-up Hype met en place à Paris la plus grosse flotte de taxis propres au monde. La ville de Pau inaugurera sa ligne de bus à hydrogène avant la fin de l’année. L’aéroport de Toulouse l’utilisera bientôt pour alimenter ses engins de manutention au sol. Et plusieurs régions ont d’ores et déjà commandé au fabricant Alstom des trains équipés de pile à combustible fonctionnant à l’hydrogène. À lire : Stocker de l’énergie à grande échelle va enfin devenir possible et si l’océan devenait notre nouvelle source d’énergie renouvelable ?

► « Aujourd’hui, c’est une solution fiable et son prix ne cesse de décroître à mesure que la flotte se déploie », assure Fabio Ferrari, le patron de Symbio. « Tout le monde est en train de changer de braquet, ajoute-t-il. Plus les volumes progressent, plus nous arrivons à baisser les coûts de production. Nous pensons pouvoir offrir des véhicules à hydrogène au même prix que les véhicules diesel à partir d’un volume de 30 000 à 40 000 voitures. » À lire : À Dunkerque, l’hydrogène stocke les énergies renouvelables.

#Internet

► Les câbles Internet qui sillonnent les océans. Devenu l’une des infrastructures les plus importantes au monde, ces câbles tissent une cartographie sous-marine inconnue d’un grand nombre. « Fin février 2019, cette immense toile comptait quelque 380 câbles en service, soit environ 1,2 million de kilomètres de « tuyaux » qui serpentent sous les mers », rapporte RFI dans une récente enquête en 3 volets. Ainsi l’artiste et hacker, Evan Roth a décidé de nous montrer l’envers de ce cyber-décor avec poésie. Depuis 2014, il a voyagé autour du globe avec sa caméra, partant à la source de ces gigantesques câblages sous-marins. En résulte « Landscape with a Ruin », une panoplie de paysages sauvages, inextricablement liés aux technologies humaines,

 ► Ainsi il suffit parfois qu’un câble soit endommagé pour qu’un territoire entier soit privé de connexion. Fin janvier dans les îles Tonga dans le Pacifique, 100 000 personnes ont dû se passer d’Internet pendant deux semaines en raison de la rupture d’un câble fibre optique sous-marin. Cet événement rappelle la vulnérabilité des câbles, dont la plupart du temps, nous oublions jusqu’à l’existence. À lire aussi : Amazon prévoit une constellation de satellites pour propager Internet sur Terre.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Nouveau record du monde sur Instagram. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – La fin du smartphone remplacé par la réalité augmentée ; – Le tradition du poisson d’avril fait polémique à l’heure des fake news ; – Data et journalisme : un mariage et vite ; – Comment le numérique détruit notre liberté ; – Grosse enquête internationale du NYTimes montrant comment la famille Murdoch a déstabilisé le monde en fragilisant la démocratie aux Etats-Unis, en Grande Bretagne et en Australie.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

05 Avr

Régions.news #372 – Edition du vendredi 5 avril 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#372 en version pdf

Légende image. Le Pearl-Qatar est une île artificielle qui s’étend de la frange septentrionale de Doha aux eaux peu profondes du golfe Persique. Cette photo a été prise par la société Planet Labs qui photographie chaque jour depuis la fin 2017 l’intégralité de la planète. Les 331 minisatellites (30 cm de long sur 10 cm de haut et de large) que l’entreprise a envoyés dans l’espace lui permettent de ramener sur Terre, chaque jour, 1,5 million de photos à 29 méga pixels. Ces images sont vendues aux grandes entreprises, aux gouvernements et à Google.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Depuis septembre 2018, le chantier du nouveau site choisi pour abriter la quincaillerie numérique a été lancé sur une friche commerciale à Guéret. Ouverte il y a quatre ans, elle est victime de son succès. Coworking, numérique, média, réseau, le site actuel est devenu trop étroit pour accueillir le fab-lab, l’espace de télétravail ou encore les cours pour personnes âgées et migrants. « Ça va nous permettre d’aller plus loin, d’expérimenter et de proposer de nouvelles activités. Des associations attendent d’avoir ce nouveau lieu pour pouvoir développer des animations », explique Eric Durand, manager au Fab-lab.

► Un site Amazon à Chartres ? Il faudra lui passer sur le corps d’abord. Jean-Pierre Gorges l’a fait savoir ce vendredi sur Twitter, dans un fil de tweet sobrement intitulé « Assumer le risque d’avoir raison trop tôt ». Opposé depuis l’an dernier à l’installation d’un mystérieux géant du e-commerce dans sa commune. Il dénonçait une opération « à faible valeur ajoutée » pour sa ville, qui aurait cependant pu voir 2000 emplois créés sur son territoire. Des emplois « peu qualitatifs » d’après l’édile. Il affirmait à l’Echo républicain que cette implantation « serait préjudiciable à l’équilibre sociologique et démographique de l’agglomération. […] Ces emplois peu qualifiés vont attirer des nouveaux habitants qui vont modifier la structure de la population. » A lire : À Tremblay-en-France, Amazon n’est « pas la bienvenue ».

#JeuVidéo

► Pour former les futurs infirmiers ou infirmières d’Occitanie, des chercheurs de l’université d’Albi ont conçu un serious game (jeux sérieux) : « Clone ». Il plonge virtuellement les futurs professionnels de soin dans la vie quotidienne d’un hôpital. Dans Clone, le joueur incarne un(e) infirmier/e qui prend son poste le matin. Après avoir pris les transmissions auprès de l’équipe de nuit, il doit planifier les tâches à faire dans la journée, les réaliser et enfin transmettre les informations à l’équipe de l’après-midi.

► Dans sept collèges et deux lycées du Lot-et-Garonne y sont associés, les jeunes doivent imaginer et concevoir l’intégralité du jeu vidéo d’ici juin. Et chacun a son rôle dans la réalisation : scénariste, graphiste, programmeur, bruiteur… Le projet est porté par l’association québécoise « Fusion Jeunesse ». Ainsi ce projet permet aux jeunes de donner du sens aux études et, pourquoi pas, de trouver l’idée d’un futur métier. Il est financé par la Région Nouvelle-Aquitaine et la société de jeux video Ubisoft, cette expérience vise à tordre le cou à l’idée que le jeu vidéo est trop souvent à l’origine du décrochage scolaire. À lire Pourquoi il faut dédramatiser la violence dans les jeux vidéo.

Légende image. Une activité presque continue a recouvert les pentes enneigées du volcan Klyuchevskaya (Russie) de cendres, le 11 mars 2018. Crédit image : ©2018 Planet Labs. Voir dix-huit autres photos prisent par les satellites SkySat de Planet qui effectuent une observation continue et à haute résolution de la terre. Voir aussi plus d’images haute résolution sur le site planet.com.

#Ville

► Depuis une dizaine d’années, le concept de smart city devient de plus en plus présent chez les décideurs et les entrepreneurs. Cette notion demeure pourtant floue aux yeux du grand public. Que renferme-t-elle ? Quels enjeux englobe-t-elle ? Le site Made In Marseille @MadeMarseille a consacré le dossier du mois de mars à la ville de demain. Épisode 1 : À Marseille, la ville de demain se rêve en smart city. Épisode 2 : Mobilités du futur : comment se déplacera-t-on demain ? Épisode 3 : La ville de demain fonctionnera-t-elle à l’hydrogène ? Épisode 4 : Domotique, smart home, logement autonome : la maison de demain se construit aujourd’hui. Épisode 5 : Big data et sécurité : prévention efficace ou risque pour les libertés ?

#Information

► « La Fabrique du mensonge » est une série documentaire sur les fake news diffusée sur le site de @franceinfo. « Fake news » : c’est un mot qui a envahi notre quotidien et une réalité qui concerne tous les domaines, de la politique aux faits-divers en passant par la santé. Les motivations de ceux qui fabriquent ces fausses informations sont multiples : influencer l’opinion, changer le cours d’une élection ou tout simplement gagner de l’argent. Le premier volet, intitulé Brexit : référendum, mensonges et réseaux sociaux, explique comment, au Royaume-Uni, les dirigeants de la campagne pro-Brexit ont fabriqué de toutes pièces un mensonge : en quittant l’Union européenne, le pays pourrait économiser 350 millions de livres par semaine et les affecter à la Sécurité sociale..

#DonnéesPersonnelles

► Depuis quelques années, les panneaux publicitaires sous forme d’écrans se multiplient dans le métro et ailleurs. À la gare Saint Lazare, une expérimentation a été lancée en vue de les utiliser à des fins de comptage des passants via des capteurs détectant les adresses MAC (immatriculation de chaque appareil électronique) de leurs smartphones. Ces expérimentations interrogent sur le cadre légal qui entoure la notion de « données personnelles ». La CNIL considère ces expérimentations légales « à condition d’anonymiser les données en question et d’informer les passants du dispositif par un affichage clair ». Ainsi, faut-il s’inquiéter des écrans publicitaires du métro qui « tracent les smartphones » ? À lire aussi : Les écrans publicitaires vous espionnent, mais vous pouvez les embrouiller.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Apple se lance dans les médias ! À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : La réforme (controversée) du droit d’auteur a enfin été adoptée mardi au Parlement Européen. Alors victoire pour la démocratie ou fin de la liberté sur Internet ? De manière générale, cette réforme est plutôt bien vue par les milieux culturels qui espèrent engranger des revenus de la part des plateformes. C’est même un « immense soulagement » pour le Directeur général de la SACEM. Mais cela n’est pas du goût de tout le monde. Des Youtubeurs tentent toujours de lutter et le font savoir. Cela apparaît également comme un énorme aveu d’échec pour les GAFA, qui avaient pourtant fait preuve d’intense lobbying. Pour d’autres, cette réforme contribue ainsi à diviser l’Internet en trois, entre les Etats-Unis, l’Europe et la Chine.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.