12 Avr

Régions.news #373 – Edition du vendredi 12 avril 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#373 en version pdf

Légende image. Les Rencontres internationales de cerf-volant de Berck-sur-mer (Nord) ont débuté samedi 6 avril. Ces Rencontres attirent chaque année des centaines de milliers de personnes. Voir dix photos prises les 6 et 7 avril par le photographe de l’Agence France-Presse Philippe Huguen.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Il y a tout juste un an, la microferme urbaine « Agrocité » ouvrait ses portes dans le quartier populaire des Agnettes, à Gennevilliers (Hauts-de-Seine), après avoir été expulsée de Colombes. Chaque semaine, une dizaine d’ateliers y sont organisés sur des thèmes comme le jardinage, le bricolage ou le compostage. Régulièrement aussi, des conférences s’y tiennent sur le bio, la nutrition, l’écologie, la permaculture… Cette structure est un point d’information et de ralliement pour tous ceux qui sont sensibles à l’environnement.

► Une première en France. À Blagnac (Haute-Garonne), Il existe une maison de demain qui s’adapte aux besoins des personnes âgées ou handicapées grâce aux technologies du numérique. Ce lieu est dans son intégralité domotisé (connecté et automatisé). Il détecte les situations à risques et prend des décisions. « Ce lieu permet de tester un certain nombre de solutions technologiques existantes, qu’on va faire évoluer grâce aux utilisateurs, qui vont se mettre en situation d’usage, résume Eric Campo, directeur de cette maison intelligente. L’idée, c’est de pouvoir faire évoluer cette maison en interconnectant au maximum tous ses objets. »

► L’application Seety débarque à Lille. Grâce aux signalements des automobilistes, utilisateurs de l’application, on peut connaitre la position des policiers municipaux et gérer le paiement du stationnement en évitant les contraventions. Le concept est alléchant, mais pose la question de la légalité de ces applications. Selon Antoine Régley, avocat à Lille, spécialiste en droit routier, « il n’existe aucun texte sur la question » donc il n’y a pas d’interdiction et il ne peut y avoir de peine.

#ZoneBlanche

► La France se maille de fibre optique. Ainsi quatorze millions de foyers ont désormais accès à cette technologie, synonyme de débits ultra-rapides. Mais l’arrivée de la fibre fait aussi beaucoup de mécontents. « Le numérique n’a pas résorbé les fractures territoriales, contrairement à ce que beaucoup avaient pensé. Il les a accentuées », déplore le secrétaire d’État en charge de l’aménagement numérique. Pour sortir de ce paradoxe, le gouvernement et les opérateurs devront accélérer les déploiements de réseaux. Mais seule une moitié des Français aura la fibre à la fin de l’année 2019. Et même en 2022, plus de 6 millions de foyers seront toujours privés de cette technologie. À lire : Très haut débit pour tous les habitants d’Auvergne fin 2020.

Légende image. Un manchot de terre Adélie (Antarctique) jaillit de l’eau pour échapper aux phoques léopard affamés. Crédit photo : HFR. « La planète Terre est absolument unique, extraordinaire. (…) Les 500 derniers millions d’années nous ont livré un décor absolument somptueux et nous voilà, en quelques nuitées sur Terre, on est en train de détruire l’hôtel. C’est scandaleux. Il est temps de voir la beauté de l’hôtel et de la préserver », défend Charles Frankel, géologue et traducteur du livre « Notre planète ». Une série documentaire a été adaptée du livre et diffusée depuis le 5 avril sur Netflix.

#Energie [Episode 2 : hydrogène]

► L’hydrogène, un marché en devenir ? Des prix encore trop élevés et de trop rares stations de recharge en font un marché de niche. Ce qui n’empêche pas certains constructeurs et flottes d’entreprise de miser sur cette technologie prometteuse. « Partout sur le territoire, cette molécule naturellement présente dans l’eau inspire des projets », constate Thierry Lepercq, auteur de l’ouvrage « Hydrogène, le nouveau pétrole ». Ainsi La start-up Hype met en place à Paris la plus grosse flotte de taxis propres au monde. La ville de Pau inaugurera sa ligne de bus à hydrogène avant la fin de l’année. L’aéroport de Toulouse l’utilisera bientôt pour alimenter ses engins de manutention au sol. Et plusieurs régions ont d’ores et déjà commandé au fabricant Alstom des trains équipés de pile à combustible fonctionnant à l’hydrogène. À lire : Stocker de l’énergie à grande échelle va enfin devenir possible et si l’océan devenait notre nouvelle source d’énergie renouvelable ?

► « Aujourd’hui, c’est une solution fiable et son prix ne cesse de décroître à mesure que la flotte se déploie », assure Fabio Ferrari, le patron de Symbio. « Tout le monde est en train de changer de braquet, ajoute-t-il. Plus les volumes progressent, plus nous arrivons à baisser les coûts de production. Nous pensons pouvoir offrir des véhicules à hydrogène au même prix que les véhicules diesel à partir d’un volume de 30 000 à 40 000 voitures. » À lire : À Dunkerque, l’hydrogène stocke les énergies renouvelables.

#Internet

► Les câbles Internet qui sillonnent les océans. Devenu l’une des infrastructures les plus importantes au monde, ces câbles tissent une cartographie sous-marine inconnue d’un grand nombre. « Fin février 2019, cette immense toile comptait quelque 380 câbles en service, soit environ 1,2 million de kilomètres de « tuyaux » qui serpentent sous les mers », rapporte RFI dans une récente enquête en 3 volets. Ainsi l’artiste et hacker, Evan Roth a décidé de nous montrer l’envers de ce cyber-décor avec poésie. Depuis 2014, il a voyagé autour du globe avec sa caméra, partant à la source de ces gigantesques câblages sous-marins. En résulte « Landscape with a Ruin », une panoplie de paysages sauvages, inextricablement liés aux technologies humaines,

 ► Ainsi il suffit parfois qu’un câble soit endommagé pour qu’un territoire entier soit privé de connexion. Fin janvier dans les îles Tonga dans le Pacifique, 100 000 personnes ont dû se passer d’Internet pendant deux semaines en raison de la rupture d’un câble fibre optique sous-marin. Cet événement rappelle la vulnérabilité des câbles, dont la plupart du temps, nous oublions jusqu’à l’existence. À lire aussi : Amazon prévoit une constellation de satellites pour propager Internet sur Terre.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Nouveau record du monde sur Instagram. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – La fin du smartphone remplacé par la réalité augmentée ; – Le tradition du poisson d’avril fait polémique à l’heure des fake news ; – Data et journalisme : un mariage et vite ; – Comment le numérique détruit notre liberté ; – Grosse enquête internationale du NYTimes montrant comment la famille Murdoch a déstabilisé le monde en fragilisant la démocratie aux Etats-Unis, en Grande Bretagne et en Australie.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

05 Avr

Régions.news #372 – Edition du vendredi 5 avril 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#372 en version pdf

Légende image. Le Pearl-Qatar est une île artificielle qui s’étend de la frange septentrionale de Doha aux eaux peu profondes du golfe Persique. Cette photo a été prise par la société Planet Labs qui photographie chaque jour depuis la fin 2017 l’intégralité de la planète. Les 331 minisatellites (30 cm de long sur 10 cm de haut et de large) que l’entreprise a envoyés dans l’espace lui permettent de ramener sur Terre, chaque jour, 1,5 million de photos à 29 méga pixels. Ces images sont vendues aux grandes entreprises, aux gouvernements et à Google.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Depuis septembre 2018, le chantier du nouveau site choisi pour abriter la quincaillerie numérique a été lancé sur une friche commerciale à Guéret. Ouverte il y a quatre ans, elle est victime de son succès. Coworking, numérique, média, réseau, le site actuel est devenu trop étroit pour accueillir le fab-lab, l’espace de télétravail ou encore les cours pour personnes âgées et migrants. « Ça va nous permettre d’aller plus loin, d’expérimenter et de proposer de nouvelles activités. Des associations attendent d’avoir ce nouveau lieu pour pouvoir développer des animations », explique Eric Durand, manager au Fab-lab.

► Un site Amazon à Chartres ? Il faudra lui passer sur le corps d’abord. Jean-Pierre Gorges l’a fait savoir ce vendredi sur Twitter, dans un fil de tweet sobrement intitulé « Assumer le risque d’avoir raison trop tôt ». Opposé depuis l’an dernier à l’installation d’un mystérieux géant du e-commerce dans sa commune. Il dénonçait une opération « à faible valeur ajoutée » pour sa ville, qui aurait cependant pu voir 2000 emplois créés sur son territoire. Des emplois « peu qualitatifs » d’après l’édile. Il affirmait à l’Echo républicain que cette implantation « serait préjudiciable à l’équilibre sociologique et démographique de l’agglomération. […] Ces emplois peu qualifiés vont attirer des nouveaux habitants qui vont modifier la structure de la population. » A lire : À Tremblay-en-France, Amazon n’est « pas la bienvenue ».

#JeuVidéo

► Pour former les futurs infirmiers ou infirmières d’Occitanie, des chercheurs de l’université d’Albi ont conçu un serious game (jeux sérieux) : « Clone ». Il plonge virtuellement les futurs professionnels de soin dans la vie quotidienne d’un hôpital. Dans Clone, le joueur incarne un(e) infirmier/e qui prend son poste le matin. Après avoir pris les transmissions auprès de l’équipe de nuit, il doit planifier les tâches à faire dans la journée, les réaliser et enfin transmettre les informations à l’équipe de l’après-midi.

► Dans sept collèges et deux lycées du Lot-et-Garonne y sont associés, les jeunes doivent imaginer et concevoir l’intégralité du jeu vidéo d’ici juin. Et chacun a son rôle dans la réalisation : scénariste, graphiste, programmeur, bruiteur… Le projet est porté par l’association québécoise « Fusion Jeunesse ». Ainsi ce projet permet aux jeunes de donner du sens aux études et, pourquoi pas, de trouver l’idée d’un futur métier. Il est financé par la Région Nouvelle-Aquitaine et la société de jeux video Ubisoft, cette expérience vise à tordre le cou à l’idée que le jeu vidéo est trop souvent à l’origine du décrochage scolaire. À lire Pourquoi il faut dédramatiser la violence dans les jeux vidéo.

Légende image. Une activité presque continue a recouvert les pentes enneigées du volcan Klyuchevskaya (Russie) de cendres, le 11 mars 2018. Crédit image : ©2018 Planet Labs. Voir dix-huit autres photos prisent par les satellites SkySat de Planet qui effectuent une observation continue et à haute résolution de la terre. Voir aussi plus d’images haute résolution sur le site planet.com.

#Ville

► Depuis une dizaine d’années, le concept de smart city devient de plus en plus présent chez les décideurs et les entrepreneurs. Cette notion demeure pourtant floue aux yeux du grand public. Que renferme-t-elle ? Quels enjeux englobe-t-elle ? Le site Made In Marseille @MadeMarseille a consacré le dossier du mois de mars à la ville de demain. Épisode 1 : À Marseille, la ville de demain se rêve en smart city. Épisode 2 : Mobilités du futur : comment se déplacera-t-on demain ? Épisode 3 : La ville de demain fonctionnera-t-elle à l’hydrogène ? Épisode 4 : Domotique, smart home, logement autonome : la maison de demain se construit aujourd’hui. Épisode 5 : Big data et sécurité : prévention efficace ou risque pour les libertés ?

#Information

► « La Fabrique du mensonge » est une série documentaire sur les fake news diffusée sur le site de @franceinfo. « Fake news » : c’est un mot qui a envahi notre quotidien et une réalité qui concerne tous les domaines, de la politique aux faits-divers en passant par la santé. Les motivations de ceux qui fabriquent ces fausses informations sont multiples : influencer l’opinion, changer le cours d’une élection ou tout simplement gagner de l’argent. Le premier volet, intitulé Brexit : référendum, mensonges et réseaux sociaux, explique comment, au Royaume-Uni, les dirigeants de la campagne pro-Brexit ont fabriqué de toutes pièces un mensonge : en quittant l’Union européenne, le pays pourrait économiser 350 millions de livres par semaine et les affecter à la Sécurité sociale..

#DonnéesPersonnelles

► Depuis quelques années, les panneaux publicitaires sous forme d’écrans se multiplient dans le métro et ailleurs. À la gare Saint Lazare, une expérimentation a été lancée en vue de les utiliser à des fins de comptage des passants via des capteurs détectant les adresses MAC (immatriculation de chaque appareil électronique) de leurs smartphones. Ces expérimentations interrogent sur le cadre légal qui entoure la notion de « données personnelles ». La CNIL considère ces expérimentations légales « à condition d’anonymiser les données en question et d’informer les passants du dispositif par un affichage clair ». Ainsi, faut-il s’inquiéter des écrans publicitaires du métro qui « tracent les smartphones » ? À lire aussi : Les écrans publicitaires vous espionnent, mais vous pouvez les embrouiller.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Apple se lance dans les médias ! À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : La réforme (controversée) du droit d’auteur a enfin été adoptée mardi au Parlement Européen. Alors victoire pour la démocratie ou fin de la liberté sur Internet ? De manière générale, cette réforme est plutôt bien vue par les milieux culturels qui espèrent engranger des revenus de la part des plateformes. C’est même un « immense soulagement » pour le Directeur général de la SACEM. Mais cela n’est pas du goût de tout le monde. Des Youtubeurs tentent toujours de lutter et le font savoir. Cela apparaît également comme un énorme aveu d’échec pour les GAFA, qui avaient pourtant fait preuve d’intense lobbying. Pour d’autres, cette réforme contribue ainsi à diviser l’Internet en trois, entre les Etats-Unis, l’Europe et la Chine.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

29 Mar

Régions.news #371 – Edition du vendredi 29 mars 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#371 en version pdf

Légende image. Une rangée d’éoliennes dans un parc offshore au Danemark. Crédit photo : Soeren Bidstrup / Files Scanpix / Afp. La cour administrative d’appel de Nantes a rejeté aujourd’hui la requête de cinq associations et sept particuliers qui réclamaient l’annulation de l’arrêté préfectoral régularisant la situation des 62 éoliennes off-shore prévues au large de Saint-Brieuc (Côtes d’Armor).

#Energie

► Un village de 77 habitants, Apremont-sur-Allier (Cher), est vent debout contre les éoliennes. Sa maire explique qu’à « une dizaine de kilomètres, la société Nordex veut implanter trois ou quatre éoliennes de 180 mètres. Pour notre beau paysage, ce serait une catastrophe ! » Sélectionné parmi les 158 plus beaux villages de France, Apremont-sur-Allier risquerait même de perdre son précieux label s’il venait à être « défiguré » par ces hélices surélevées.

► Deuxième département préféré des Français comme destination touristique, la Charente-Maritime, département touristique, s’inquiète de voir sur ses paysages, des collines de Saintonge à l’estuaire de la Gironde, se hérisser de plus en plus de mâts éoliens, et tente de dire stop La Charente-Maritime va voter un moratoire sur les éoliennes.

► Selon Greenpeace, les éoliennes situées sur l’île d’Aero au Danemark fonctionnent 330 jours par an, et permettent de couvrir 120% des besoins de l’île. Ce qui permet même de revendre de l’énergie sur le reste du réseau danois. Le Danemark s’est fixé l’objectif d’attendre 100% d’énergies renouvelables d’ici 2050.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Yannick Loubet est maraîcher de Côte-d’Or et il produit ses semences lui-même. Aujourd’hui à la retraite, il se consacre depuis de nombreuses années à la production de semences paysannes bio. Il est d’ailleurs devenu formateur dans ce domaine. Il mène ce combat depuis presque 40 ans pour préserver la biodiversité. Un rapport de L’Organisation pour l’Alimentation et l’Agriculture de l’ONU (FAO), publié en février, constate que « La biodiversité, qui sous-tend nos systèmes alimentaires, à tous les niveaux, est en déclin dans le monde… Une fois perdues, les espèces de plantes, d’animaux et de microorganismes qui sont critiques pour nos systèmes alimentaires ne peuvent être récupérées. L’avenir de notre alimentation est donc gravement menacé. »

► La chaire « Smart City et gouvernance de la donnée » de l’université de Bourgogne a été inaugurée lundi 11 mars. La création de cette chaire est l’occasion pour les multiples acteurs du territoire (collectivités publiques, entreprises, établissements d’enseignement supérieur et de recherche…) d’unir leurs compétences « pour accompagner le développement d’un modèle innovant de ville intelligente en favorisant une meilleure compréhension des enjeux et en soutenant indirectement le développement économique des acteurs concernés ».

Légende image. La vie impossible des travailleurs de la Silicon Valley chinoise dévoilée dans un long reportage du South China Morning Post. Description d’entreprises avec des employés qui ne peuvent pas dormir la nuit, à qui on demande s’ils sont prêts à rompre leur couple pour le travail ou incapables de fonder une famille par manque d’énergie pour avoir des relations sexuelles après le travail.. Un article dont la conclusion est qu’il y a sans doute un point commun entre la Silicon Valley américaine et la chinoise : leurs maîtres étant tout le temps au travail, leurs chats ont ainsi les appartements rien que pour eux…Photo: AFP / Getty Images

#Livre

► Et si les libraires français avaient enfin trouvé la parade pour contrer le géant Amazon ? La plateforme lalibrairie.com fédère à ce jour plus de 2.500 librairies indépendantes dans toute la France et référence plus de 350.000 ouvrages. Le principe est simple : l’internaute passe commande en ligne et choisit deux options. Soit il se fait livrer directement à domicile en 24 à 72 heures, soit il choisit de récupérer directement sa commande auprès d’un point libraire situé à proximité de son domicile.

#Numerique

► « Pendant les vingt premières années de l’informatique, les femmes étaient pratiquement les seules à savoir programmer. Elles dirigeaient les équipes logicielles, ont fait émerger les standards et les protocoles, ont inventé les premiers compilateurs [programmes qui transforment un code source en un code objet] et les premiers langages informatiques. Quand ces tâches sont devenues importantes, qu’elles ont eu de la valeur, qu’il y avait de l’argent à faire, c’est là qu’on a vu les femmes quitter progressivement le terrain. Non par choix, mais parce que les hommes voulaient ces boulots, réalisant qu’ils pouvaient y revendiquer un statut. », explique Claire L. Evans, journaliste, musicienne et essayiste, dans un entretien sur le site @LeMondefr. À lire « L’histoire des femmes dans les technologies, c’est l’histoire des technologies tout court », affirme la journaliste américaine dans un entretien sur le site @FigaroTech. « Computer Grrrls », exposition, performances et conférences sur le thème des femmes et de l’informatique, se tient à La Gaité lyrique, à Paris, du 14 mars au 14 juillet.

► Enki Bilal, auteur de « Bug » dont le second tome paraîtra mi-avril, explique dans un entretien sur le site @Koriifr que « le numérique est en train de devenir une extension de notre cerveau. Il nous facilite la vie de bien des manières, et notamment en nous déchargeant de tout ce dont nous devions nous rappeler avant. ». Il ajoute : « Le numérique reconfigure l’être humain d’une façon qui n’avait jamais été vue auparavant. C’est une invention qui détrône toutes les autres grandes inventions. Le numérique nous modifie en profondeur, et pas forcément pour le meilleur. C’est un outil qu’il faut apprendre à maîtriser. Mais en définitive, c’est plutôt lui qui nous maîtrise ! Le grand problème, c’est la mémoire. C’est le déficit de transmission qu’impose le numérique de manière inévitable. »

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Google se met au jeu, Apple à l’info payante, et Facebook a de nouveaux problèmes. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Elections européennes : 19 médias issus de 13 pays s’allient pour traquer les infox ; – Médias: la politique européenne a été quasi absente des JT en 2018 ; – Comment un Internet sans limites nous enchaîne ; – Roch-Olivier Maistre, président du CSA : « Il faut rééquilibrer les obligations entre les chaînes et les plates-formes » ; – Facebook : cinq astuces pour mieux protéger vos données personnelles.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

22 Mar

Régions.news #370 – Edition du vendredi 22 mars 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#370 en version pdf

Légende image. Unités Climeon à Fludir, Islande. Crédit photo : Climeon. La géothermie comme l’énergie éolienne et solaire, ne produisant presque aucune émission de CO2. Mais les grandes centrales géothermiques dépendent d’un accès à de l’eau très chaude, qui ne peut être récupérée que dans des régions de la planète comme l’Islande et l’Indonésie. La société suédoise Climeon affirme pouvoir rendre la géothermie accessible grâce à sa technologie peut utiliser la chaleur à basse température, ce qui permet à une plus grande partie du monde d’accéder à une énergie géothermique économiquement viable.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► L’agriculture urbaine en réponse aux difficultés sociales. Grande-Synthe (Nord), cité industrielle en déshérence, a compris que la transition écologique pouvait être une véritable bouffée d’oxygène. Depuis 2011, son maire a préféré retrousser ses manches, mobiliser associations locales et pouvoirs publics, pour faire de la commune un laboratoire de ce que les autres vivront demain. Plaçant la crise industrielle derrière lui, l’édile est convaincu que les politiques de développement durable sont des réponses de long terme aux difficultés sociales des habitants : « Si la population ne peut pas s’offrir une alimentation de qualité, alors c’est à nous, collectivité, de créer les conditions pour que chacun puisse accéder à une nourriture saine. »

► Dans le dictionnaire, un écotone est une zone de transition écologique entre plusieurs écosystèmes. Ainsi à Sophia-Antipolis (Alpes-Maritimes), technopole située sur plusieurs communes dont Antibes, un projet Écotone, projet immobilier futuriste est prévu sur un terrain de 4 hectares. Il s’agit d’un espace comprenant un secteur pour les entreprises, des hôtels, des restaurants, des parkings et de nombreux espaces verts. Le but est de faire monter la nature sur les bâtiments. Le projet est imaginé par l’architecte Jean Nouvel.

► Deux communes sur trois en Île-de-France ont totalement arrêté d’utiliser des pesticides, allant plus loin encore que la loi, révèle une enquête de l’Agence Régionale de la Biodiversité (ARB). La loi Labbé, mise en application depuis le 1er janvier 2017 interdit aux personnes publiques d’utiliser ou de faire utiliser des produits phytosanitaires pour l’entretien des espaces verts, forêts, promenades et voiries. Il existe une dérogation à la loi pour deux lieux publics : les cimetières et les terrains sportifs.

#GrandDébat

► « Convaincu que la colère sociale exprimée par les Gilets jaunes est liée à une crise de nos manières d’habiter et d’aménager nos villes et nos territoires », un rapport d’étape livre déjà les grands axes des propositions des architectes. La transition écologique y apparaît omniprésente. « Réparer les centres villes et requalifier les zones périphériques » sont deux marqueurs. Dans un entretien à l’AFP, Denis Dessus, président du Conseil national de l’Ordre des architectes, souligne qu’il faut « se consacrer à la rénovation du bâti existant qui correspond à 99% du parc ». « Un bâtiment dure plusieurs générations, est habité pendant des centaines de milliers d’heures, modifie l’environnement pour des décennies », argumente-t-il, et donc « concevoir l’urbanisme et l’architecture ne doit pas être soumis aux seuls appétits financiers spéculatifs ».

Légende image. Machine de Turing imaginée par Alan Turing en 1936, en vue de donner une définition précise au concept d’algorithme ou de « procédure mécanique ». Crédits photo: Steve Simmons UK / Fotolia. Assistant intelligent, voiture autonome, reconnaissance faciale  et autres technologies numériques nous promettent monts et merveilles. Mais comment en est-on arrivés là ? Si cela fait des siècles que l’homme créé des machines pour alléger ses tâches et accroître sa production, c’est surtout dans les années 30 que les choses s’accélèrent, grâce notamment à Alan Turing, mathématicien britannique de génie (1912-1954), inventeur du concept d’ordinateur et communément dénommé père de l’informatique.

#IntelligenceArtificielle

► Un rapport commandité par la Direction générale des Entreprises (DGE), présente les quatre enjeux clefs à adresser pour encourager le développement de l’intelligence artificielle (IA), domaine stratégique, à l’échelle nationale. Quelles conditions peuvent favoriser l’émergence d’un écosystème français autour de l’intelligence artificielle ? La DGE s’est penchée sur cette question à travers une étude prospective. Celle-ci identifie quatre grands leviers d’action : 1/ Constituer et donner accès à de très grands jeux de données de qualité ; 2/ Capitaliser sur les usages sectoriels de l’IA ; 3/ Concevoir et diffuser largement des formations de référence sur l’IA ; 4/ Être ambitieux sur l’expérimentation.

#Ville

► Quelle place pour l’intelligence artificielle dans la construction des villes ? Dans un contexte de crise énergétique, beaucoup d’espoirs s’accrochent à l’intelligence artificielle. L’idée est d’améliorer la performance énergétique des bâtiments et de lutter contre la précarité énergétique. Il s’agit de connectivité du bâtiment avec son environnement à travers l’usage de capteurs et autres objets connectés à un réseau. Ces outils permettent de réunir et de stocker des informations sur les usages au sein du bâtiment. Grâce à l’IA, les bâtiments peuvent devenir une plateforme de services efficace pour ses occupants, mais aussi les constructeurs, les gestionnaires et les exploitants d’un parc immobilier. À lire : L’intelligence artificielle face aux réalités du bâtiment

► « Pour prendre en compte le changement climatique et préserver l’environnement, il faudra intégrer davantage dans le processus de construction le remploi de matériaux existants, développer la filière bois avec une approche circulaire », explique Walid Goudiard (Jones Lang LaSalle). Ainsi « L’espace devenant limité et cher, pourquoi ne pas imaginer des lieux transformables s’adaptant à des usages différents au cours de la journée », affirme Christel Zordan (Fonds d’investissement Nuveen).

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Nouvelle dure semaine pour Facebook, un an après Cambridge Analytica. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – La tuerie en Nouvelle Zélande montre encore une fois l’incapacité de YouTube et Facebook de gérer la haine et les images violentes. Comment Facebook a-t-il permis la diffusion en direct de la tuerie pendant 17 mn ? Ses processus internes de modération ne fonctionnent pas. Et, il s’agit bien d’un massacre produit pour Internet. Et pour radicaliser les internautes. Les réseaux sociaux n’ont pas su gérer. Même s’il n’y a pas que les réseaux sociaux qui montrent la tuerie. Attention donc à l’oxygène d’amplification.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

15 Mar

Régions.news #369 – Edition du vendredi 15 mars 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#369 en version pdf

Légende image. La centrale solaire de Cestas (Gironde), la plus grande d’Europe au moment de son inauguration le 1er décembre 2015. Crédits photo : Marc De Tienda / Panoramic. – Un rapport de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) met en exergue les performances des grandes installations photovoltaïques, dont les coûts d’investissement ont reculé d’un tiers en trois ans. Le rapport souligne que plus les installations sont importantes, plus les coûts de production du solaire descendent de manière significative. À lire : À Bordeaux, la décharge de Labarde a été transformée en centrale solaire, avec dix embauches.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Recycler, récupérer, fabriquer soi-même, privilégier le local… est une tendance de fond qui émerge depuis quelques années. Face au gaspillage, à l’obsolescence programmée, pour des raisons d’économie ou de santé, les Français sont de plus en plus nombreux à franchir le pas et la Bretagne n’échappe pas à la règle. France 3 Bretagne a rencontré des Bretons qui ont choisi, de se lancer dans l’aventure du « moins consommer mais mieux ». Cette pratique se nomme le do it yourself ou le faire soi-même en français. Une pratique qui a le vent en poupe, plus 550 000 blogs lui sont consacrés sur le Web.

► L‘association Décider ensemble et le Conseil économique, social et environnemental coorganisent, le 18 mars prochain à Paris, une journée consacrée aux civic tech et à l’engagement citoyen. L’objectif de l’opération est de dresser un état des lieux des technologies civiques et de la démocratie numérique en France. Pour cela, l’événement se déroulera  autour de quatre thématiques : 1/ Quelle place pour les civic tech à l’heure du grand débat national ; 2/ Govtech ou quand les institutions utilisent les technologies numériques ; 3/ Quand la technologie sert la cause des citoyens ; 4/ L’écosystème civic tech, un marché comme les autres.

► Les espaces de travail partagés, connectés qui accueillent les auto-entrepreneurs, des salariés en télétravail sont encouragés par le gouvernement pour dynamiser les territoires. Appelés coworking space, ces lieux de travail s’implante en France : voir la carte du coworking en France. Ainsi le travail se dématérialise de plus en plus. Comme le souligne Jérôme Le Grognec, patron de l’agence digitale Swenson House explique : « la proximité n’est plus indispensable. Dans beaucoup de métiers, on peut bosser à distance. »

► « A vendre lot de deux classes, cause délaissement dans écoles et communes rurales ». Une association de parents d’élèves de Montigny-sur-Loing (Seine-et-Marne) a décidé de mettre en vente symboliquement sur le site LeBonCoin deux classes qui doivent être supprimées à la rentrée 2019. Une pétition a recueilli plus de 1.100 signatures.

► #LaVieSansLeWeb devient en quelques heures l’un des hashtags les plus utilisés sur Twitter. Nous sommes le mardi 12 mars et c’est le 30ème anniversaire de l’invention du Web. Ainsi sur Twitter, les internautes ont pu se souvenir ce qu’était le quotidien avant l’existence de cette application fondamentale de l’Internet. Il y a ceux qui affirment avec nostalgie la perte du lien social ou le recul de la lecture de livres. Mais il y a ceux qui se réjouissent que le Web a permis plus de découvertes, de culture et de contacts. Une révolution que la télévision s’amusait à imaginer dès les années 1960, et qu’elle a découverte pour de bon au début des années 1990.

Légende image. En 1989, le CERN (Conseil européen pour la recherche nucléaire), près de Genève, en Suisse, à cheval sur la frontière franco-suisse, était une ruche d’idées et les informations y étaient stockées sur un grand nombre d’ordinateurs incompatibles. Le chercheur anglais Tim Berners-Lee imagina une structure unificatrice permettant de connecter entre elles les informations disséminées sur ces différents ordinateurs. En 1991, cette vision de connectivité universelle était devenue le World Wide Web !

#Web@30

► « La philosophie de la Fondation pour le Web est que vous devez avoir un contrôle complet de vos données. Ce n’est pas du pétrole, ce n’est pas une matière première, ce n’est pas une substance », a déclaré Berners-Lee, le lundi 11 mars, dans un entretien avec quelque journalistes rencontrés au CERN (Conseil européen pour la recherche nucléaire). C’est le lieu de naissance du World Wide Web, il y a 30 ans. « C’était le 12 mars 1989 très exactement. À l’origine, c’était une simple proposition écrite, un mémo pour « un système de gestion de l’information », un moyen pour les scientifiques de partager leurs connaissances via un système d’hyperliens », explique Valérie Schafer, chargée de recherche au CNRS. Très vite les entreprises et le grand public adoptent le Web. Et au début des années 2000 voient la naissance de ceux qui sont devenus les géants du Web : Amazon (1994), Google (1998), Facebook (2003) ou Twitter (2006). « On est passé d’un Web de documents à un Web de programmes. On a vu l’apparition de moteurs de recherche incroyablement efficaces. Le Web a connu de nombreuses évolutions, et il serait idiot de penser que son état actuel est son évolution ultime. Il n’est pas trop tard pour changer le Web », affirme aujourd’hui Tim Berners-Lee.

► Sans l’Internet (nommé en 1970 ArpaNet), le Web n’aurait pas existé. Depuis une vingtaine d’années, les termes « Internet » et « Web » sont considérés comme des synonymes. Masquant le fait que le second n’est qu’une des applications du premier. Internet est un réseau informatique mondial, ou plus exactement d’un nœud gigantesque et sans centre névralgique de millions de réseaux, qui permet d’envoyer des « paquets » d’informations d’un ordinateur à un autre, grâce à un protocole informatique (TCP/IP) et un système complexe d’adresses (URL). Et le Web a réussi à s’imposer comme l’application la plus iconique du célèbre réseau informatique mondial, éclipsant les autres applications comme newsgroups, e-mails et tchats.

► En 1992, Wojciech Wojcik et Daniel Charnay, ingénieurs du CNRS, travaillent à l’Institut national de physique nucléaire et de physique des particules à Villeurbanne (Rhône). Après une conférence au Cern, Ils montent le premier serveur WEB français et publie la première page Web, info.in2p3.fr, en France.

► Revue de liens : – « Il y a quelque chose d’inattendu aussi : le web est inventé en Europe dans un laboratoire voué à la physique des hautes énergies par un garçon qui avait une formation de physicien », explique Pierre Mounier-Kuhn, historien de l’informatique ; – Voici ma vie en 1989, avant le web, récit de la journaliste de @LObs, Corinne Bouchouchi ; – Les 30 ans du Web : de l’utopie à un capitalisme de surveillance, son inventeur, l’informaticien britannique Tim Berners-Lee, ne s’y résout pas, sa créature lui a échappé, l’utopie d’Internet a déraillé ; – Voir : Les 30 ans du Web en une infographie.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Ce qu’il faut comprendre du pivot de Facebook vers la messagerie. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Résumé critique de la dernière décennie Internet : « Des capital-risqueurs ont subventionné la création de plates-formes rémunérant peu le travail & fournissant des services de domestiques à la demande aux riches, en soumettant tout le monde à une surveillance accrue» ; – Facebook, Google et d’autres seigneurs de l’économie de surveillance ont engendré une mutation virulente du capitalisme. Ils ne sont donc pas intéressés à aborder leurs nombreux scandales.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

08 Mar

Régions.news #368 – Edition du vendredi 8 mars 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#368 en version pdf

Légende image. Une immense exploitation de soja à Campo Verde (Mato Grosso), au Brésil (mars 2008). photo : Alf Ribeiro / Shutterstock.com. Le déclin massif de la biodiversité menace l’humanité, alertent les experts mondiaux de l’IPBES, le « GIEC de la biodiversité ». Article publié le 23 mars 2018.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► En novembre, la commune de La Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine) emboîtait le pas de quatorze autres villes du département et lançait son budget participatif. De novembre à janvier, quelque 140 propositions ont été déposées dans tous les domaines comme « installer des bancs publics aux principaux carrefours » ou une « imprimante 3D partagée en libre-service ».Les projets ayant le plus de suffrages seront retenus et inscrits au budget primitif 2019 de la ville qui sera voté au conseil municipal d’avril. La ville donne rendez-vous jusqu’au 31 mars sur le site lgc.projetsdemaville.com.

► Déjà lancé dans plusieurs régions françaises, la plateforme Solaal vient de lancer un relais régional dans les Hauts-de-France. Son objectif est de récupérer les denrées que les agriculteurs n’ont pas pu vendre pour en faire profiter les associations. Mais sa mise en place n’est pas aisée. La société recherche de nouveaux éleveurs ou agriculteur qui pourraient faire don de leurs invendus. Au moins trois producteurs implantés près d’Arras, Amiens et Laon sont déjà entrés dans la boucle.

► « Quand vous mettez commerce, proximité et digital dans un mixeur, vous obtenez la boutique connectée nomade, explique Damien Walker de la Chambre du commerce et de l’industrie (CCI) du Val-d’Oise. C’est une remorque qui se déplie et qu’on va balader dans toute la France. » Pour sa première sortie, la boutique connectée nomade s’est installée début mars à Puteaux (Hauts-de-Seine). Les commerçants ont pu tester plus de trente solutions digitales organisées par thèmes : attirer, vendre, fidéliser, gérer. Et bénéficier, gratuitement, de conseils adaptés à leurs besoins.

► Une première en matière de lutte contre l’insécurité. Dans le but de garantir plus de tranquillité aux 7 000 habitants du quartier Tarentaize-Beaubrun-Couriot, la ville de Saint-Étienne (Loire) a décidé d’implanter cinquante micros ou « capteurs sonores », complémentaires de la vidéosurveillance déjà existante. Ce quartier est considéré comme l’un des plus en souffrance de la ville. « Que les gens se rassurent, nous n’allons pas les espionner », préviennent d’emblée Jean-Pierre Berger et Jean-Noël Cornut, élus de la municipalité.

► A l’époque du e-commerce plus rien ne parait impossible. E-loft propose de vous livrer et d’installer une maison en bois à domicile, 9 mois seulement après la finalisation de votre commande sur Internet. L’entreprise bretonne, dont le premier créneau a été la charpente et la menuiserie, a déjà livré près de 300 maisons depuis 2013, principalement dans le grand Ouest de la France. « Notre objectif était d’intégrer l’innovation industrielle pour non plus construire, mais fabriquer des maisons », explique le co-fondateur de la société.

Légende image. Cinq manchots empereurs en mouvement sur la banquise. Crédits photo : David Tipling / Getty. En février, un projet de pacte finance-climat prévoyant la création d’une banque européenne du climat et d’un fonds spécifique était évoqué. Ces propositions doivent inciter le secteur financier à investir dans la transition écologique. Peut-on compter sur les banques pour sauver la planète ? Écouter l’émission « Du grain à moudre » du 26 février diffusée sur le site de France Culture.

#Climat

► Les effets du changement climatique pourraient provoquer une crise financière similaire à celle de 2008. « Les climatologues examinent les perturbations des systèmes météorologiques, les biologistes se concentrent sur la perte des écosystèmes, les économistes calculent les dommages potentiels causés par l’intensification des tempêtes et des sécheresses », écrit le journal britannique The Guardian.

#Informatique

► De plus en plus, recherches et études pointent vers un fait troublant : les technologies d’IA contribuent à reconduire les inégalités entre les femmes et les hommes, et le plus souvent à l’insu de leurs créateurs. Comment cela arrive-t-il ? Et comment redresser le tir ? Deux jeunes scientifiques, Flora Vincent, chercheuse en microbiologie, et Aude Bernheim, chercheuse en génétique, co-fondatrices de WAX Science, qui travaille sur les questions d’égalité femmes-hommes dans les sciences, ont écrit « L’intelligence artificielle, pas sans elles ». Entretien avec les auteures sur le site de Digital Society Forum. À lire aussi : « Le manque de femmes dans l’intelligence artificielle accroît le risque de biais sexistes » et Barbie et l’intelligence artificielle.

#Media

► « Il suffit de se plonger dans l’histoire de la liberté d’expression pour relativiser. À chaque fois qu’un nouveau média arrive, la première réaction est le bonheur intégral : les gens s’enthousiasment, ils sont contents d’avoir des images animées, de nouveaux moyens de communiquer avec leurs semblables. Le contrecoup arrive généralement très vite : c’est la peur et l’anxiété, car un nouveau média de masse est très disruptif. Les pouvoirs publics sont alors tentés d’intervenir. Quand l’audiovisuel est arrivé, tous les gouvernements, démocratiques ou non, ont trouvé de bonnes raisons d’imposer des réglementations nouvelles, différentes de celles qui étaient appliquées pour l’écrit. L’Internet a apporté une autre révolution : il est plus riche en contenus. On peut faire des recherches et transporter son encyclopédie avec son téléphone, mais on peut aussi accéder à des informations qui ont l’air de provenir de sources légitimes mais qui ont été inventées. La diffusion des fausses nouvelles est aussi vieille que le langage, mais comme c’est un nouveau média, nous sommes plus anxieux », explique Mike Godwin, Juriste, spécialiste de la liberté d’expression, historien de l’Internet.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Netflix, gagnant contesté de toute part !. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Si l’info est en train de mourir, qui va garder la démocratie ; – L’info locale pour reconstruire la confiance ; – Une nouvelle organisation philanthropique américaine s’engage à investir dans la presse locale à hauteur de 42 millions de dollars ; – La réforme du droit d’auteur en Europe entre dans sa dernière ligne droite ; – L’e-sport français se structure avec ses Assises, qui auront lieu jusqu’au mois de juin.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

01 Mar

Régions.news #367 – Edition du vendredi 1er mars 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#367 en version pdf

Légende image. Le robot de désherbage Oz, conçu par l’entreprise toulousaine Naïo Technologies, en action, près d’Epernay (Marne) en septembre 2016. C’est le 1er robot agricole au monde, arrivé sur le marché en 2013. Photo de Tien Tran / Hans Lucas. À lire : L’éclosion des start-up de l’agritech est censée faciliter la transition d’une agriculture intensive à une agriculture plus écologique.

#Agriculture

► Robots, objets connectés… ces nouvelles technologies qui font bouger l’agriculture. l’agriculture de demain. Car le secteur est en perpétuelle mutation, attentif aux bénéfices que peuvent apporter les robots, drones, appli et autres objets connectés. Plus de 8 agriculteurs sur 10 utilisent ainsi Internet pour leur activité selon une étude BVA pour Groupama publiée en amont du salon. « C’est une confirmation du fait que les agriculteurs sont très connectés » commente la directrice du marché agricole chez Groupama. Encore plus significatif, 67% des agriculteurs utilisent déjà au moins un objet de nouvelles technologies.

► Parmi ces nouvelles technologies, le drone joue un rôle essentiel pour analyser et compiler des informations sur les parcelles. Données qui sont ensuite analysée par des algorithmes et qui fournissent des indications précieuses sur la récolte ou la vente de la moisson. Mais ces vols de drones au-dessus des champs, pour l’essentiel, restés confidentiels en France et en Europe, au contraire des États-Unis ou du Japon. Les agriculteurs n’ont été ni sensibilisés ni préparés, et une bonne partie des sociétés spécialisées dans les produits phytosanitaires n’ont pas joué le jeu. « Les lobbys n’ont pas encouragé cette mutation. Plus de drones, c’est potentiellement moins de traitements… », constate en privé un fabricant français d’appareils volants sans pilote.

► Qu’est-ce que l’agriculture de précision (smart farming) ? Elle se développe avec plusieurs finalités : surveillance, protection et prévention en santé des élevages comme des cultures. Ainsi elle permet de prévenir la propagation des maladies chez les animaux et d’analyser en temps réel des données de comportement alimentaire pour prédire si l’animal nécessite un suivi particulier. Les données récoltées par des capteurs permettent de prévoir les variétés de cultures les plus appropriées pour les saisons à venir. Les modèles prévisionnels saisonniers s’avèrent particulièrement utiles pour les petites exploitations. Ainsi pour Paolin Pascot, cofondateur d’Agriconomie, les technologies du numérique permettent à l’agriculteur « de prévoir plutôt que de subir ».

► Revue de liens : – Agriculture : la génétique est dans le pré. Interdits dans les champs français, les OGM ont pourtant conquis le monde ; – Drones, objets connectés, crowdfundingla révolution numérique de l’agriculture bat son plein ; – Quand la technologie vient au secours de l’agriculture et la digitalise ; – L’agrophotovoltaïque ou quand l’agriculture se marie avec l’énergie solaire ; – L’Afrique aussi se tourne vers le numérique.

Légende image. L’université néerlandaise de Wageningen & Research (WUR) a mené dans ses serres une expérience sur la culture autonome. La quantité de lumière, d’eau, d’engrais et de dioxyde de carbone et la température de la serre, sont tous définis par des algorithmes exécutés par des machines. Tout cela sous la responsabilité des agriculteurs. l’Intelligence artificielle peut faire partie de la solution pour nourrir un monde en croissance, selon un rapport de chercheurs. Crédit photo : Shutterstock.

#Tourisme

► Comment Airbnb s’implante dans le monde rural. À Claudon (Vosges), petit village de 200 habitants, Ghislaine Buca met en location ses deux bungalows sur la plateforme Airbnb. Plus que l’argent, son but est le contact humain qu’elle noue avec les hôtes. Des citadins en quête de calme et de nature, en majorité. Ainsi pour les maires ruraux, Airbnb apparaît comme une aubaine touristique. 90% des communes françaises de moins de 2.000 habitants sont en effet dépourvues d’hôtel. Entre 2012 et 2017, le nombre d’annonces dans ces communes a été multiplié par 37, soit un total de 50.000. « Ces données témoignent de deux choses. D’une part, davantage de personnes visitent nos territoires grâce à Airbnb. Et d’autre part, ces locations offrent aux habitants un complément de revenu », présente Cédric Szabo, de l’Association des Maires Ruraux de France.

#Politique&Digital [Épisode 6 : Vote éléctronique]

► Depuis le lundi 25 février et jusqu’au 24 mars, 2 700 hackers du monde entier ont l’autorisation d’attaquer et de pirater le système électoral suisse. La Swiss Post a lancé une fausse élection pour soumettre à tous de possibles failles de sécurité dans le logiciel de vote électronique. Chaque hacker a reçu une carte d’électeur, ainsi qu’un accès au code source de la plate-forme de vote. En révélant l’identité d’un autre votant sur les serveurs suisses, un développeur pourra être récompensé de 10 000 francs suisses (environ 8 800 euros). La récompense double s’il parvient à modifier un vote après le passage d’un internaute, et triple si cette falsification reste indétectable aux yeux de tous.

#GrandDébat

► Qwam créée en 2007, est spécialisée dans les données textuelles. La société travaille sur un projet très confidentiel qui mobilise cinq à six employés : le traitement des questions ouvertes du grand débat national. Si l’institut de sondage OpinionWay est chargé de traiter les questions fermées, c’est-à-dire celles auxquelles on ne peut répondre que par « oui » ou par « non », puis d’établir des statistiques à partir de ces réponses, Qwam a hérité d’une tâche autrement plus complexe : passer au crible toutes les réponses saisies sur internet par les participants au grand débat. Actuellement un million de contributions ont déjà été déposées sur la plateforme.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► #haine #pédophilie Facebook, YouTube et consorts continuent de laisser faire. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – La télévision locale reste la source d’informations la plus fiable. Alors, comment collaborer avec elle ? ; – Des robots journalistes font monter les abonnements d’un groupe de presse suédois ; – Participer au « Grand Débat » sur Messenger grâce à un chatbot ; – Les recommandations du gouvernement pour développer l’IA en France ; – Quand les enfants réalisent que toute leur vie est déjà en ligne.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

22 Fév

Régions.news #366 – Edition du vendredi 22 février 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#366 en version pdf

Légende image. Une femme marche au Mont-Saint-Michel (Manche), le 7 mai 2018. La baie du Mont-Saint-Michel est connue pour ses moules de bouchot. Mais ces élevages sont retenus par des filets en plastique. « C’est un plastique qui est enroulé au bas des pieux des bouchots pour empêcher les crabes de monter manger les moules », explique la présidente de l’association Pays d’Émeraude Mer Environnement Et tous ces plastiques s’échouent régulièrement sur la côte. Ils sont ainsi responsables d’une pollution qui menace la biodiversité de la côte. Photo de Charly Triballeu / Afp.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

 ► Dans les Vosges Saônoises (Haute-Saône), les éboueurs mettent à profit la collecte de déchets pour tester le réseau de téléphones mobiles. Pour cela, ils transportent dans leur cabine de camion onze téléphones portables pour vérifier la qualité du réseau mobile et identifient les secteurs encore non couverts, appelés les zones blanches. Les informations récoltées sont ensuite analysées dans les locaux de Haute-Saône numérique pour établir des cartes précises de l’état du réseau téléphonique dans ce secteur de petite montagne. Les élus locaux pourront s’y référer pour discuter avec les différents opérateurs et réduire les zones blanches.

► La ville du Mans (Sarthe) va tester au printemps et pour trois mois un coffre-fort numérique pour que les personnes sans abri conservent leurs papiers administratifs sans risque de les abîmer, de les perdre ou de se les faire voler, rapporte France Bleu Maine le 18 février. Avec le coffre-fort numérique, « les personnes peuvent venir au CCAS (centre communal d’action sociale) pour scanner leurs documents, des agents leur expliqueront comment fonctionne le dispositif, explique l’adjoint aux solidarités du Mans. Ils pourront ensuite accéder à leurs papiers depuis tout téléphone ou ordinateur », grâce à une adresse électronique et un mot de passe.

► La ville de Nice a été autorisée par la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) à tester un système de reconnaissance faciale sur la voie publique via ses caméras de vidéo-protection. Ainsi la ville a donc testé pendant deux jours le logiciel de reconnaissance faciale dans l’enceinte du carnaval de Nice. Le test consiste à demander à un millier de volontaires venant au Carnaval de jouer le rôle de cobaye et d’accepter le principe de la reconnaissance faciale, ce qui permettra ensuite de rechercher parmi eux des personnes disparues ou suspectes dont les opérateurs de vidéo-surveillance auront la photo.

► Éric Gayraud, professeur d’informatique à l’université Paul Sabatier à Toulouse, a eu l’idée de créer Numanis, un outil pour « rendre les sites web accessibles aux 40% de la population en difficulté numérique ». C’est un module web, commercialisé depuis huit mois et adopté notamment par le site de l’agglomération de Castres, « Ce système permet aussi de réduire le chargement d’une page d’une minute à une seconde, ce qui réduit notre empreinte carbone », explique le professeur.

► Revue de liens : – À Nantes, après un an de test, une navette autonome, sans chauffeur et 100% électrique, va être intégrée à la circulation réelle (@franceinfo) ; – La gare de Saint-Omer (Haut de France) a été transformée en espace digital avec espace de Coworking, Fab Lab et incubateur d’entreprises. (@villeintelmag).

Légende image. Tour Montparnasse vue du jardin du Luxembourg, le 17 février 2019. Photo : @padam92

#Politique&Digital [Épisode 5 : Plateforme de jeux pour débat national]

► Une dizaine de membres du gouvernement, dont le Premier ministre Édouard Philippe, ont participé mardi 18 février au « grand Débathon » sur la plateforme de streaming de jeux vidéo, Twitch. Cette déclinaison du grand débat national avait pour ambition de toucher les jeunes de moins de 25 ans, absents pour une  grande partie, du grand débat. Fondé en 2011 et racheté par Amazon en 2014, Twitch est un site à grande audience chez les jeunes qui permet de diffuser ou de regarder en direct les parties de jeux vidéo en live et de les commenter par tchat. L’émission est visible intégralement sur la chaîne Twitch d’Accropolis. À lire : Trois questions sur Twitch, la plateforme choisie par le gouvernement pour impliquer les jeunes.

► Comment les applications citoyennes transforment l’espace public ? Les différentes applications qui favorisent la participation citoyenne dans la conception et la gestion de l’espace public n’ont pas les mêmes finalités et n’influent pas de la même manière sur les espaces publics et leurs usagers. Quels sont les outils utilisés ? Quelle en est la valeur ajoutée ? Quel est l’impact concret sur les usagers et les espaces ? Pour aider à répondre à ces questions, le Cerema  a réalisé un panorama des dispositifs numériques existants, pour mieux comprendre leurs finalités et leur impact réel sur l’espace public. Lire la suite sur le site @Lagazettefr

#Impression3D

► Un jeune ingénieur, Florent Port, élabore depuis 2 ans des filaments originaux pour l’impression en 3D en collaboration avec la société caennaise Naturepla. Elle produit des bioplastiques, fabriqués avec des matériaux naturels comme la coquille de moules, de la Saint-Jacques, des huitres, du blé, du marc de café. À Manneville-la-Goupil (Seine-Maritime), il a créé son entreprise, Francofil pour s’insérer dans le marché de l’impression 3D, marché en plein développement.

#ReconnaissanceFaciale

► À Barcelone, « CaixaBank devient la première institution financière au monde à offrir à ses clients la possibilité d’utiliser la reconnaissance faciale pour retirer de l’argent des guichets automatiques, sans avoir à saisir leur code PIN », explique les dirigeants de cette institution bancaire. Ainsi ces distributeurs disposent du « matériel et des logiciels nécessaires pour valider jusqu’à 16.000 points sur l’image du visage de l’utilisateur, ce qui garantit une identification totalement sécurisée ».

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Apple va encore tout bousculer (info, vidéo, TV, …). À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Le 8 février, Libération a fait éclater le scandale de la « Ligue du LOL », un groupe d’influenceurs web et de journalistes qui harcelait en ligne d’autres internautes notamment des journalistes féministes, il y a quelques années. Et ce lundi, les premières sanctions sont tombées. Quatre journalistes ont été mis à pied par leurs rédactions respectives. L’affaire a fait très grand bruit. Pour preuve, un méga-thread a été créé pour rassembler un maximum de contenus en lien avec ce scandale. La « Ligue du LOL » met en lumière les problèmes que posent le cyber-harcèlement. En réponse à cela, France Inter propose 5 leçons à tirer de cette affaire. Et d’ailleurs, que dit la loi en France sur le cyber-harcèlement ? Ce délit est passible de 3 ans de prison et 45 000 euros d’amende. Pour lutter contre ce fléau le gouvernement détaille en 10 points son plan d’action, sachant que 22 % des jeunes majeurs disent avoir été la cible de harcèlement en ligne selon un sondage Ifop.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

15 Fév

Régions.news #365 – Edition du vendredi 15 février 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#365 en version pdf

Légende image. La contestation contre les éoliennes s’invite dans le grand débat. Des voix de plus en plus disparates s’élèvent contre ces gigantesques pylônes qui envahissent nos paysages. « La France connaît une véritable crise de saturation de l’implantation des éoliennes », s’alarmait un collectif de députés. « Tôt ou tard, il va falloir payer la note, s’agissant aussi bien de la facture que de l’intégrité des territoires », explique Jean-Louis Butré, président de la Fédération environnement durable. Aujourd’hui, quelque 8000 éoliennes fonctionnent sur le territoire français. D’ici quelques années, les premières opérations de démantèlement de ces équipements devenus obsolètes, vont avoir lieu. Et le recyclage et le coût du démantèlement restent toujours des sujets tabous. Crédits photo : Jean-Paul Pelissier / Reuters.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

 ► Au pied de la cité de Carcassonne (Aude) un barrage vieux de 150 ans n’était plus aux normes. L’état voulait le raser. La ville l’a sauvé en le transformant en mini-centrale hydroélectrique. Et grâce à une mini turbine électrique 380 foyers sur les 23.000 de la commune vont être alimentés par cette énergie non-polluante dès la fin du mois de février. Un financement participatif a permis de réaliser une partie des travaux de ce projet.

#Santé

► Les déserts médicaux occupent 18 % du territoire et 9 % des Français n’ont pas de médecin traitant. Pour déterminer les territoires les moins bien dotés en terme d’accès aux soins, les pouvoirs publics, les agences régionales de santé parlent de « zonages ». Ce sont des zones définies en fonction du nombre de médecins par habitant et en volume d’activité réel des médecins. Ces zonages conditionnent ensuite certaines aides de l’Etat, du Fond d’Intervention Régional ou des collectivités territoriales. La ministre de la Santé a présenté mercredi 13 février son projet de loi de réforme de la santé, avec comme mesure phare la création de 400 à 600 hôpitaux de proximité d’ici à 2022. À lire : Prés 167 000 Françaises n’ont pas de sage-femme ni maternité à proximité de leur domicile.

► Revue de liens : – Le département de Saône-et-Loire paie le salaire des sept médecins qui ont été embauchés à Montceau-les-Mines. Ils sont payés entre 4 000 et 7 000 euros brut par mois selon leur expérience. – À Colombes, dans les Hauts-de-Seine, le Centre municipal de santé a été remplacé par une maison de santé pluridisciplinaire. – Depuis quelques années en Lozère, le conseil départemental a mis en place une politique de recrutement de futurs médecins avec un accompagnement et un salaire de 700 euros par mois pour les étudiants en médecine qui s’engagent à travailler pendant au moins cinq ans dans le département. – La nouvelle loi promet de nouveaux services numériques comme une « plateforme des données de santé » en promettant de « préserver un haut niveau de protection de la vie privée ».

Légende image. En 2005, une île volcanique a émergé non loin des îles Tonga, Accompagnés d’étudiants de l’association Sea Semester, les chercheurs sont partis en exploration sur cette île qu’ils n’avaient jusqu’ici pu observer que depuis l’espace., La végétation et les animaux ont commencé à s’installer dans cette île, appelée temporairement « Hunga Tonga-Hunga Ha’apai ». Crédit photo : Sea Semester

#Climat

► « Que ce soit aux États-Unis, en Russie, en Italie, au Royaume-Uni, en Turquie, aux Philippines ou en Arabie Saoudite, il est difficile de dire que les pouvoirs politiques vont dans la bonne direction. L’espoir se situe sans doute davantage au niveau des municipalités : les maires ont plus de flexibilité pour appliquer l’accord de Paris sur le climat, ou les objectifs de développement durable de l’ONU. Il existe des initiatives comme C40, qui rassemble 96 villes parmi les plus importantes du monde, soit 25 % du PIB mondial, mais aussi 70 % des émissions de gaz à effet de serre. Cette organisation se donne pour mission de lutter contre le dérèglement climatique. Des plateformes destinées à partager les meilleures pratiques publiques émergent aussi, à l’instar d’Apolitical », explique John Elkington, entrepreneur de l’économie durable.

#Lifi&5G [Épisode 3 : qu’est-ce que la 5G]

► La 5G est la cinquième génération du réseau de communications mobiles qui doit succéder à la 4G. Chaque génération a agi comme une petite révolution technologique. La première génération a ouvert la voie aux tous premiers téléphones mobiles. La deuxième a popularisé les messages texte, tandis que la troisième a permis de naviguer sur Internet sans nous asseoir devant un ordinateur. La 4G aura été la génération de la diffusion de contenu en continu. La 5G promet d’être la génération de l’Internet des objets, des voitures autonomes et des robots industriels connectés, entre autres. La 5G représente deux améliorations majeures. Tout d’abord, la 5G sera 20 fois plus rapide que la 4G. La seconde amélioration est un délai de latence considérablement réduit c’est-à-dire le temps que met l’information pour circuler entre deux ordinateurs. Ainsi plus la latence, quelques millisecondes pour la 5G, est faible, meilleure est la connexion. À lire : 5G : tout ce qu’il faut savoir en 10 questions. À suivre…

#Politique&Digital [Épisode 4 : budget participatif]

► Budget participatif est un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie de leur cité. Attribuer un budget à des citoyens non élus pour qu’ils puissent proposer, voter et décider de projets pour leur ville, c’est une démarche qui fait son chemin en France et dans le monde. De nombreuses villes, de toutes tailles, se sont lancées dans cette action de démocratie participative, laquelle permet de donner la parole à ceux qui n’avaient pas toujours la possibilité de s’exprimer, sur des aménagements qui les concernent. Avec le budget participatif les citoyens décident, la municipalité réalise…. À lire : Les Bordelais font germer leurs projets participatifs.

► Lire les deux entretiens avec Gilles Pradeau, doctorant de l’université de Westminster, qui réalise une recherche comparative des budgets participatifs français et brésiliens sur le site de @idcity : Analyse critique des budgets participatifs et Quel avenir pour les budgets participatifs ?

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Et si les médias dinosaures étaient finalement les seuls à réussir sur le web ?. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Le New York Times n’a jamais eu autant de journalistes : 1.600 ! Dont 120 embauchés l’an dernier. Et surtout 3,3 millions d’abonnés numériques (+27% en un an) ! Il sera bientôt majoritairement numérique ! Les médias dinosaures règnent sur Internet ! Et s’il n’y avait tout simplement pas de modèle pour les pure players ? – L’ascension des robots journalistes ; – L’usage de l’IA par la Chine terrifie les experts.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

08 Fév

Régions.news #364 – Edition du vendredi 8 février 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#364 en version pdf

Légende image. Une rue de Chicago (Illinois). Une partie des Etats-Unis a été paralysée fin janvier par un vortex polaire sans précédent. Une des conséquences de ce froid polaire est que des centaines de propriétaires de voitures électriques se sont retrouvés en rade. Les  batteries, sensibles au froid, se sont déchargées en peu de temps. Photo d’Ashlee Rezin/Sun-Times / AP / SIPA.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Langouët, petit village de 600 habitants situé non loin de Rennes (Ille-et-Vilaine) vise à être une référence en matière de développement durable en quasi indépendance énergétique et alimentaire. Les habitants de cette bourgade ont suivi leur maire, élu depuis 1999, pour mener à bien les projets comme la construction de logements sociaux passifs (sans système de chauffage actif), la mise en œuvre de jardins potagers, l’ouverture d’une centrale solaire, de la mise en autopartage d’une voiture électrique. Une performance qui passe par une démarche de démocratie participative. « Je voulais participer au développement de la commune et investir dans la mise en œuvre des nombreuses idées issues des ateliers citoyens », indique Hélène une habitante qui a investi 2 000 euros dans le projet municipal.

► Une « ville fantôme », sans habitant mais avec ses feux rouges, ses ronds-points et ses abribus : bienvenue à Transpolis, le terrain de jeu, grandeur nature, des inventeurs des mobilités de demain. Sur ses 80 hectares, constructeurs de véhicules autonomes, entreprises de voirie, spécialistes du dialogue entre machines et exploitants de bus peuvent tester leurs innovations, en particulier sous l’angle de la sécurité. « Ces projets portent sur tous les sujets qui constituent des défis pour la mobilité de demain, comme l’éclairage urbain, les modes d’énergie et de distribution, la connectivité ou encore l’Internet des objets », explique le directeur du développement du site implantée dans la plaine aindinoise à une cinquantaine de kilomètres de Lyon.

► Le département de la Loire veut en finir avec la fracture numérique. D’ici 2020, tous ses territoires ruraux seront connectés à la fibre ou au haut débit. Depuis plus de cinq ans, ce sont 300 millions d’euros qui ont été investis par les collectivités (le département, les communautés de communes, la Région et l’État) pour réaliser ce chantier. Ce seront ainsi 277 communes qui seront reliées à la fibre sur 10 000 kilomètres de réseau.

► My family up, une jeune entreprise située à Ramonville-Saint-Agne (Haute-Garonne), propose aux parents les services en ligne d’une équipe de psychologues professionnels. Elle leur apporte des réponses écrites, personnalisées et un suivi aux problèmes rencontrés par leurs enfants. « Attention, il ne s’agit pas d’une consultation psychologique, on se situe plutôt en amont. Et si c’est nécessaire on renvoie vers un professionnel de santé », précise l’entrepreneuse du projet.

 ► Ile-de-France Mobilités (IDFM) a voté en décembre la conversion de neuf dépôts de bus permettant d’accueillir 600 véhicules propres au premier semestre 2020. Évaluée à 34 M€, cette première étape va permettre de faire rouler près de la moitié des autocars franciliens au biogaz. Issu de la fermentation des déchets ménagers et agricoles, ce gaz naturel rejette dans l’atmosphère 15 à 20 % de dioxyde de carbone en moins que le diesel habituellement utilisé pour faire rouler les bus de la région.

Légende image. Sous les plateformes off-shore de Californie, accrochés à la structure métallique immergée, de grands récifs se sont formés, qui abritent une biodiversité importante. Il existe aujourd’hui près de 6.000 plateformes off-shore d’exploitation de pétrole et de gaz en activité dans le monde. Mais, sous la surface, ces structures se transforment, au fil des années, en récifs verticaux qui abritent des millions de plantes et d’animaux marins. Beaucoup de ces plateformes vieillissent et vont être mises à la retraite. La question de savoir s’il faut les retirer complètement ou laisser en place la structure métallique pour préserver la faune sous-marine qui a élu domicile.  Photo : Robyn Beck / AFP.

#Energie

► Est-ce que l’hydrogène issu de la biomasse est le carburant du futur ? Les collectivités territoriales sont de plus en plus nombreuses à regarder du côté de l’hydrogène pour réduire l’impact carbone de leurs trains, bus et véhicules de service. Mais pour faire de l’hydrogène il faut de l’électricité et en France cette dernière est nucléaire. À moins de produire de l’hydrogène à partir de la biomasse comme le propose la société française Haffner Energy avec un projet qui pourrait bien révolutionner le monde de l’énergie.

#Déchets

► Plus de 10 millions de tonnes de déchets alimentaires sont jetées chaque année en France, dont 2 millions de tonnes d’ingrédients encore consommables. Dans la consommation des ménages, cela représente 20 kg par an et par habitant. Pour réduire ce gaspillage, plusieurs jeunes pousses françaises réinventent notre façon de consommer, de stocker et de produire. Meal Canteen, une entreprise, a créé une application qui permet aux consommateurs de commander la veille sur un self virtuel leur entrée, plat et dessert. Ainsi les cuisiniers ne préparent que ce qui sera réellement consommé le lendemain.

► Vingt-cinq multinationales se sont alliées pour créer un site de e-commerce, Loop (boucle en français), sur lequel ne sont vendus que des produits dont le contenant et réutilisable et que l’on vient chercher chez vous une fois vide. Concrètement, les consommateurs commanderont en ligne leurs shampooings, dentifrices, yaourts ou autres… Ils seront livrés dans une boîte qui servira ensuite de bac de tri. Une fois ce contenant plein, un transporteur viendra récupérer les emballages non pas pour les recycler mais pour les laver, stériliser, remplir et réexpédier chez les consommateurs. « Loop a été conçu pour éliminer le déchet à sa source », explique Tom Szaky, fondateur et PDG de TerraCycle, spécialiste du recyclage à l’origine du projet.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Apple montre ses muscles et finalise sa stratégie TV. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Médias et journalistes, il est grand temps de changer nos pratiques ; – Top 7 des médias qui changent la donne ; – La crise du journalisme remonte à bien plus loin qu’Internet. Elle est surtout due à l’incompétence des patrons de presse à s’adapter ; – Pourquoi les journalistes doivent-ils s’intéresser à la blockchain ; – Les enfants britanniques passent déjà 15 mn de plus chaque jour en ligne que devant la TV ; – Facebook paie des ados pour qu’ils s’espionnent eux-mêmes et continue à défendre cette politique.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.