15 Juin

Régions.news #333 – Edition du vendredi 15 juin 2018

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#333 en version pdf

Légende image. NGC 3256 est une galaxie formée à partir de la collision de deux galaxies séparées dans la constellation de Vela. Cette galaxie est située à environ 100 millions d’années-lumière et elle a approximativement la même taille que notre propre galaxie de la Voie Lactée. L’image a été prise par deux caméras installées sur le télescope spatial Hubble. Crédit image: NASA, ESA, Hubble Space Telescope.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Au CHU Purpan de Toulouse, le personnel soignant utilise des casques de réalité virtuelle avec les enfants et les adolescents pendant les soins les plus douloureux. Le patient pourra s’immerger dans un univers bien éloigné de l’hôpital. Ainsi quand on réduit l’anxiété chez le patient, on réduit sa douleur et on virtuelle évite l’usage des anesthésiants. Il y a deux mois, la cyberthérapie a fait son entrée au CHU de Purpan et les premières expériences sont encourageantes.

► La seconde édition de la « Connected Week », festival de l’Internet des objets et de l’innovation numérique, qui aura lieu du 17 au 25 novembre 2018 à Angers. Il permettra aux grandes entreprises et aux startups du territoire de montrer leur savoir-faire en matière d’électronique et d’objets connectés dans les domaines de la santé, de l’agriculture, viniculture en particulier.

#Energie

► Transformer l’électricité produite par des éoliennes ou des panneaux solaires en hydrogène pour l’injecter dans le réseau de gaz naturel, c’est l’expérience menée à Capelle-la-Grande, dans la banlieue de Dunkerque (Nord). Ce projet a été  inauguré le lundi 11 juin. « Quand il y a du vent ou beaucoup de soleil, il se peut qu’il y ait beaucoup trop d’électricité par rapport à la demande », détaille Bernard Blez, directeur du ENGIE Lab CRIGEN. « Cette électricité excédentaire qui est complètement renouvelable, ce serait dommage de la gaspiller et de ne pas l’utiliser. Donc on la convertit en hydrogène qu’on injecte dans les réseaux et elle se retrouve consommée avec le reste du gaz naturel dans le réseau. », ajoute-t-il.

► L’installation de 30 à 40 éoliennes dans les marais de l’estuaire de la Gironde suscite une forte opposition dans les communes avoisinantes. Ainsi  les écologistes et  la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) rejoignent les chasseurs pour dénoncer l’installation de ces éoliennes en plein milieu d’une zone protégée, sanctuaire pour les oiseaux migrateurs. En réponse, EDF Energies Nouvelles, responsable du projet, avance trois arguments : le vent, la faible densité de population et la proximité de la centrale du Blayais.

Légende image. La vision de la ville en l’an 2000 que l’on avait en 1889. Reproduction de Jean Marc Cote. À lire « C’est un avion, c’est une voiture, non c’est un… transport du futur ! », Cet édito est extrait de L’Instant Urbain (mai 2018) de La Fabrique de la Cité, think tank sur les transitions et innovations urbaines. Il conclut que « le futur des transports est peut-être déjà là. Covoiturage courte-distance, optimisation dynamique de la voirie, transport à la demande… La palette d’outils au service d’une ville plus fluide est large. Alors pourquoi continuer à regarder le ciel et guetter l’arrivée de la voiture volante quand des solutions éprouvées existent déjà en puissance ? »

#Viva-Cités [Rubrique : la cité digitale et résiliente]

► Morten Kabell, maire adjoint de Copenhague, capitale danoise, nous explique : « On nous demande parfois comment nous pouvons nous permettre toutes ces infrastructures cyclables. Et je réponds « comment pouvez-vous vous permettre de ne pas le faire ? Vous devez être vraiment riches pour ne pas créer d’infrastructures pour le vélo. » Copenhague était une ville pauvre jusqu’à la fin des années 1990 et tout ce qu’on pouvait se permettre, c’était de construire des pistes cyclables. Ce sont les infrastructures les moins chères qui soient. Et une piste cyclable peut transporter cinq fois plus de personnes qu’une route pour les voitures. Ce n’est donc pas une question d’idéologie, mais d’efficacité. »

► Culture du vélo, transports verts, énergie éolienne, chauffage urbain innovant, poubelles connectées… En Europe, Copenhague est à la pointe des projets de « ville verte intelligente ». Tour d’horizon des initiatives et des résultats obtenus sur le site @Urbanewsfr.

#TendanceNumérique

► Cahier de Tendances Printemps-Eté, quelle éthique pour le numérique ? vient d’être publié sur le site de @MetaMedia. Nous pouvons lire en introduction : « Il existe aujourd’hui une tension perceptible entre la technologie et les humanités, dans l’entreprise, comme dans la société. Lutte entre d’un côté, les techno-béats, qui convaincus que la technologie sauvera le monde, en font un totem, une idole qui protège, abdiquant au passage une partie de leur liberté et surtout de leur responsabilité ; et de l’autre ceux qui, rejetant le biais utilitariste, n’entendent pas être manipulés, contrôlés, jugés, classés, au risque de devenir les Luddites du XXIème siècle. Quelle manière d’être humain ensemble quand les machines nous connaîtront mieux que nous-mêmes ? La pensée algorithmique nous donnera-t-elle accès à une complexité supérieure ? Pourrons-nous prendre des décisions autonomes ? Ou devrons-nous en abandonner une partie aux machines ou au collectif ? Toute résistance est-elle futile si nous devenons des cyborgs ? »

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Après Netflix, Amazon, Facebook et YouTube accélèrent la désintermédiation de la TV . À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – GAFAs contre TVs : Amazon acte cette semaine son entrée dans la course aux droits sportifs et s’offre 60 matches de la Premier League britannique en exclusivité . Facebook met le poids sur l’Info et va financer des émissions d’information pour sa plateforme vidéo Watch avec CNN, Fox, ABC News. Il a par ailleurs présenté ses premières émissions d’actualités originales et embauche des experts en crédibilité d’infos, tout en prétendant ne pas vouloir juger de la véracité d’une info. YouTube, de son côté, veut aussi améliorer son offre d’Info. Instagram annonce l’arrivée de vidéos longues sur sa plateforme. Objectif : contrer YouTube et Snap.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

08 Juin

Régions.news #332 – Edition du vendredi 8 juin 2018

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#332 en version pdf

Légende image. La foudre frappe à Bordeaux, le 18 juillet 2017. Photo Nicolas Tucat / Afp. À lire une journée avec les photographes chasseurs d’orage de l’association Météo.Centre.

#RevueDActu

► Depuis le 1er juin, une société lilloise spécialisée dans l’acquisition de prises de vues aériennes, quadrille jusqu’au 30 septembre les 132 km² du territoire de Paris. L’avion est équipé d’une caméra destinée à numériser les 180 000 bâtiments de la capitale. Les images seront ensuite traitées par une entreprise spécialisée en cartographie 3D, aidée par un cabinet de géomètres bordelais. L’objectif est de restituer la capitale en 3D. Et les données obtenues seront publiées en Open data, données accessibles à tous.

► C’est le troisième défi « dix jours sans écran » lancé aux élèves de l’école primaire Elsa Triolet, âgés de 3 à 11 ans à Nanterre. Du mardi 15 au jeudi 24 mai, les 359 élèves de cet établissement ont dû résister à la tentation des écrans (TV, ordinateur, jeux vidéo, tablette et smartphone) pour accumuler des points et faire gagner leur classe. Et ce sont les maternelles qui ont remporté le plus de points.

#Travail

► Depuis le 1er janvier 2018, vous avez le droit de travailler à distance, chez vous ou bien ailleurs, sans que cela soit précisé dans votre contrat de travail. Toutefois, la France reste en retard par rapport à d’autres pays européens et le télétravail se développe essentiellement dans le secteur privé. Aujourd’hui plus de 16 % des salariés utilisent le télétravail, dispositif inconnu il y a quelques années. L’une des solutions consiste à démocratiser le travail à distance. Ces dernières années, le travail à distance a pris plusieurs formes : le télétravail (le « à domicile »), le travail nomade (le « n’importe où, n’importe quand ») ou encore, le travail en télécentre (le « bureau partagé » dit aussi le « coworking » ).

#Entreprise

► Panorama est une nouvelle série-documentaire réalisée par le site Maddyness et Orange pour faire connaitre les jeunes pousses qui simplifient le quotidien de tous dans les régions françaises. Startuppeurs, talents numériques, usagers, élus et journalistes locaux se succéderont à travers les six épisodes de #Panorama pour parler du dynamisme de leur région sous le prisme de l’innovation et de l’entrepreneuriat local. Pour cette première saison de Panorama, six thématiques et six régions ont été choisies : l’agriculture dans le nord, l’habitat dans le sud-est, le bien-être dans le sud, la mobilité dans l’est, le travail dans l’ouest et la vente au détail dans le centre-est. Des domaines qui se transforment au rythme des avancées numériques.

Légende image. Après les inondations qui ont frappé les Îles de Toronto en 2017, le concept de ville éponge (sponge-city) pourrait être vu comme une piste pour lutter contre les inondations de plus en plus fréquentes dans les villes. Photo de Danny Williams via Indie88. Qu’est-ce que le concept de la ville-éponge ? C’est de développer le couvert végétal tout en réduisant drastiquement la place occupée par l’asphalte et le béton de manière à déjouer les effets néfastes de l’urbanisation (îlots de chaleur, canyons urbains, inondations…) et, au contraire, tirer profit des eaux pluviales en repensant les systèmes de drainage.

#Viva-Cités [Rubrique : la cité digitale et résiliente]

► Lundi 2 juin, le scientifique franco-colombien Carlos Moreno a brossé le portrait de la ville de demain devant une assemblée de lycéens et de collégiens lors des Journées Scientifiques de l’Université de Nantes. Il leur a précisé que s’ils ont désormais les clés de leur avenir et qu’il leur faudra d’abord résoudre les défis climatiques « post carbone ». « La ville est un être vivant, il leur faudra donc en connaître son métabolisme. C’est de votre responsabilité d’hybrider l’homme technologiquement, mais avec une approche sociale, pour que l’intelligence de la ville soit collaborative et vivante. L’intelligence d’une ville est uniquement celle de ses citoyens, avec la qualité de vie et le bonheur de vivre ensemble ». Les invitant à devenir des « Social Citizen », il leur a rappelé le risque qu’ils deviennent des « zombies geeks », hyper connectés sur le plan technologique mais déconnectés socialement.

#WebSérie

► Non, la télé du futur ce n’est pas Netflix ! Par Nils Aziosmanoff, Président du Cube, Centre de création numérique. « Au même titre que ni Airbnb, ni Uber ne sont le futur de l’hôtellerie et du taxi, le futur de la télévision ne se dessine pas autour de plateformes de streaming ou de réseaux sociaux, si personnalisés et « intelligents » soient-ils. La télévision du futur sera ce que l’irruption du cinéma a été il y a plus d’un siècle dans nos imaginaires : rien de moins qu’une nouvelle façon de représenter et de raconter le réel. Ceux qui à ses débuts ne voyaient dans « l’image en mouvement » que du « théâtre filmé » ont été balayés à la fois de l’histoire du théâtre et de celle du cinéma. Ils ne percevaient pas la fabuleuse portée de ce nouveau medium né à la croisée des arts, des sciences et des technologies, qui allait avec des visionnaires comme Georges Méliès rendre possible les « voyages vers l’impossible » tels que son Voyage dans la Lune. » Lire la suite sur le site de @metamedia.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Avec leurs montagnes de données, les telcos veulent concurrencer les GAFAs. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Aux Etats-Unis, les telcos veulent profiter de leurs montagnes de données pour rivaliser avec Facebook sur la pub. AT&T est en train de finaliser son achat de la Time Warner grâce auquel il pourra trouver une plateforme pour utiliser les données de ses 130 millions d’abonnés mobile. De leur côté, Orange et SFR discutent du rachat d’Altice Studio pour contrer Netflix ; – Les grandes tendances d’Internet, par Mary Meeker avec un résumé et une analyse des leviers chinois ; – Les géants du web sont chinois pas américains.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

01 Juin

Régions.news #331 – Edition du vendredi 1er juin 2018

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#331 en version pdf

Légende image. A Fontaine, commune de la banlieue grenobloise (Isére) s’expose sur les murs l’œuvre en trompe-l’œil de Seth. Photo d’Andrea Berlese. Chaque année depuis 2015, les plus grands street-artistes se réunissent au Grenoble Street Art Fest, Ils redessinent la ville qui devient un musée à ciel ouvert. Plus de 80 murs artstreetés sont visibles ainsi toute l’année.

#RevueDActu

► En région parisienne, le ticket de métro va se dématérialiser. Dès l’automne le Pass Navigo va devenir le Smart Navigo et le voyageur pourra payer avec son téléphone. Ainsi les Franciliens équipés de mobiles compatibles pourront grâce à une application, Navigo Lab, acheter les titres de transport souhaités. Ensuite, il suffira de présenter le téléphone allumé ou éteint devant la borne de validation.

► L’intelligence artificielle (IA) est au cœur des débats en Nouvelle-Aquitaine. La séance inaugurale de l’Université du Futur, s’est tenue au Théâtre Auditorium de Poitiers le lundi 28 mai. La première conférence a été consacrée à l’impact de l’IA sur l’économie, l’emploi, la sécurité et la santé. Aujourd’hui l’IA est associée à une image négative. Antoine Petit, président du CNRS, explique que « nous ne pouvons pas être contre l’Intelligence Artificielle, sinon nous sommes contre le progrès. L’IA est déjà présente dans notre quotidien. C’est à nous de la construire. Il faut une IA qui corresponde à nos valeurs, à notre culture. Je pense que c’est un challenge pour l’Europe de mettre au point une IA qui nous corresponde. Car l’IA est de toute manière déjà là. »

► Revue de liens : – La municipalité à Marseille dévoile sa plateforme de données municipales pour « plus de sérénité » ; – Osmozis, start-up montpelliéraine souhaite connecter en Wifi les communes touristiques ; – À Bordeaux, une entreprise spécialisée sur la recharge de véhicules électriques lève un million d’euros .

#Agriculture

► À l’heure de l’intégration de l’agriculture dans les villes, l’aquaponie fait des émules. Système qui allie aquaculture et culture maraîchère. À Rennes, Agriloops cherche à innover en développant, en eau salée une production de crevettes haut de gamme. Jeune pousse fondée en région parisienne en juin 2016 par deux ingénieurs agronomes a donc installé un premier prototype de ferme à Rennes. « En combinant une solution d’élevage de poissons et de crustacés à une activité maraîchère de tomates cerise et de mesclun de la mer (huître potagère, salicorne, plantin) l’ambition d’Agriloops est de développer une production plus saine, plus respectueuse de l’environnement, plus proche du consommateur », explique le directeur de l’entreprise.

 ► La réduction de la dépendance aux pesticides pourrait passer aussi par les machines. Lorsqu’ils ne désherbent pas de manière mécanique, ces nouveaux robots agricoles autonomes le font de manière certes chimique mais sélective. Tout en roulant, le robot équipé de caméras filme les sillons cultivés. Les images sont analysées en direct par un algorithme qui localise les mauvaises herbes et identifie les pousses à conserver.

Légende image. David vs Goliath, combat de sumo. Photo Dimitri Lundt. Histoire de deux combats où les petits sortent victorieux et les géants sont condamnés. Le combat d’un couple de gérant de supérette près de Rouen qui l’oppose au groupe Casino  et celui d’un artisan boulanger de Bourg-Lastic, village auvergnat, contre Facebook. Écouter la suite sur le site de @franceculture.

#Viva-Cités [Rubrique sur la cité digitale et résiliente]

► la smart city, rêve ou cauchemar ? « Il est temps aujourd’hui de dépasser cette alternative des imaginaires extrêmes, idylliques ou cauchemardesques, et de regarder la réalité en face. Cette réalité, c’est que deux visions de la cité souhaitable sont en train de s’opposer, et vont le faire durablement : d’un côté, la cité politique, dirigée par un maire élu par des citoyens, qui se fixe des ambitions à long terme en visant un intérêt général ; de l’autre, la ville service numérisée, pilotée par les « maîtres des algorithmes » et qui vise à répondre en temps réel aux demandes d’usagers plus ou moins sollicitées par des algorithmes prédictifs. Finalement, c’est nous, citadins, qui choisiront, car nous sommes à la fois citoyens et usagers. », affirme l’économiste Jean Haëntjens, auteur « Comment les géants du numérique veulent gouverner nos villes », dans un interview sur le site @LePoint. À lire : Comment créer une ville numérique pour tous ?

#WebSérie

► La série #Datagueule invite à réinventer la démocratie. C’est l’objectif du webdocumentaire de l’équipe de DataGueule qui oblige à laisser ses certitudes au vestiaire : « Comment réfléchir à des alternatives, si l’on ne peut déconstruire les systèmes en place ? », provoque la voix off. Née en 2014, coproduite par France Télévisions Nouvelles Ecritures, Story Circus et Premières Lignes, la collection #DataGueule se décline sous forme de modules vidéo de quelques minutes consacrés à des sujets à dominante sociétale ou économique.

#RéalitéVirtuelle

► Les trois tendances pour les expériences en réalité virtuelle. Par Barbara Chazelle, France Télévisions, MediaLab et Prospective. « La réalité virtuelle poursuit sa lente démocratisation. La technologie et les équipements progressent tous les jours mais restent encore relativement inaccessibles. Côté contenu, on voit naître des expériences vraiment convaincantes, au storytelling bien plus abouti. Nous nous sommes entretenus avec Voyelle Acker, Fondatrice de Virgules, une agence de conseil en création numérique, pour décrypter les évolutions de ce marché. Trois grandes tendances se dégagent : l’hybridation des expériences, l’utilisation des technologies immersives dans l’animation et l’intérêt pour des expériences installatives et immersives à grande échelle. » Lire la suite sur le site de @metamedia.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Facebook et Google, financeurs majeurs du journalisme mondial. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Netflix n’en finit plus de défrayer la chronique. Après avoir annoncé l’arrivé de Vox sur sa plateforme et s’être offert les services du couple Obama en tant que producteurs, le géant de la SVOD est devenu le premier média US et sa valeur boursière vient de dépasser celle de Disney. Autant de raisons pour lesquelles Merril Lynch parie sur une hégémonie qui devrait durer au moins jusqu’en 2030.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

25 Mai

Régions.news #330 – Edition du vendredi 25 mai 2018

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#330 en version pdf

Légende image. Construit à la fin du XVIIème siècle, le moulin « Tol » est le dernier survivant des huit moulins que comptait la commune de Cherves. Sauvé de la ruine totale par l’association « Les Gens de Cherves » en 1972, il est aujourd’hui le seul moulin de la Vienne en état de fonctionnement et reconnu Monument Historique. Photo d’Anne-Marie Baillargé.

#RevueDActu

► Ils sont de retour à Paris après six mois de suspension. Les Sea Bubbles, sorte de taxis qui volent au-dessus de l’eau, ont procédé à de nouveaux essais le 20 mai sur la Seine (voir la vidéo sur le compte de @F3Paris). Les Sea Bubbles sont des engins à propulsion électrique qui se déplacent grâce à leurs « foils » (sorte d’arcs en fibre de verre immergés qui grâce à la vitesse maintiennent le bateau hors de l’eau). Ils donnent ainsi l’impression de voler à environ 50 cm au-dessus des vagues. Ils ne produisent ni bruit, ni vague et ni rejet de carbone. Ces tests sont aussi l’occasion de lancer les précommandes. Les vingt premiers modèles seront vendus 140 000 euros l’unité. Les premiers modèles seront livrés à l’été 2019.

► Le groupe allemand Daimler, propriétaire du constructeur de voitures de luxe Mercedes a annoncé, vendredi 18 mai, un investissement de 500 millions d’euros dans l’usine Smart d’Hambach en Moselle. Cet investissement devrait permettre la construction d’un véhicule électrique compact. « Le site de Hambach bénéfice d’une expertise de plusieurs années dans la fabrication de véhicules entièrement électriques. Nous voulons profiter de cette énorme expertise et préparer l’usine à la production d’une Mercedes-Benz », a expliqué Annette Winkler, en charge de Smart.

► Recenser en un clic les tiers-lieux (un troisième lieu qui ne sont pas ceux de la maison ou du travail) de la région des Hauts-de-France ou les magasins de produits en vrac labellisés par l’association Zero waste (« zéro déchet ») en Ile-de-France, c’est désormais possible avec Communecter. Cette plate-forme a été créée en 2016 par quatre développeurs et graphistes originaires de La Réunion. Ils veulent « transformer la façon de vivre et de travailler sur un territoire ». Sa gestion est collaborative. La plate-forme a été d’abord déployée à La Réunion, en Bretagne, à Toulouse, sur la métropole de Lille, mais aussi à Madagascar, en Allemagne et en Belgique.

► Revue de liens : – « Station C » est une friche industrielle réhabilitée en espace de coworking ; – Castres-Mazamet Technopole lance un incubateur pour jeunes créateurs entreprises ; – Ces startups qui s’approvisionnent directement chez les producteurs locaux pour nourrir l’habitant.

#Emploi

► Dans la Silicon Valley (Californie), des entreprises recrutent de plus en plus d’autistes. Pourquoi ? « Tout simplement parce que les autistes Asperger sont plus efficaces au travail, dans certains domaines, notamment l’informatique, ou encore la création artistique », rapporte Jacques Cardoze, envoyé spécial de France 2 à Washington. Lire la suite sur le site de @franceinfo. À lire : Non, le syndrome d’Asperger n’est pas une mode !

Légende image. Oies sur les rives du Main à Francfort (Allemagne) en 2015. Photo: F. Rumpenhorst / AP

#Viva-Cités [Rubrique sur la cité digitale et résiliente]

► Des transports en commun gratuits, tout le temps, et sur l’ensemble du territoire. Dès le 1er juillet, l’Estonie deviendra le premier pays au monde à réaliser cet exploit. Une initiative possible grâce à l’investissement de 13 millions d’euros supplémentaires dans le budget du ministère des Transports. Il s’agit d’inciter les Estoniens à abandonner leur voiture et à sortir davantage de chez eux. À lire aussi : Top 50 des villes les plus vertes et visitées.

► Copenhague, Amsterdam, Oslo. Voilà le trio de tête du premier classement de treize capitales européennes dans le domaine de la mobilité et de la pollution de l’air. Il a été  réalisé par Greenpeace et publié mardi 22 mai. Paris se classe à la 7ème place. « Paris est toujours asphyxiée par la pollution de l’air car ses rues sont encore trop encombrées par les voitures », juge Sarah Fayolle de Greenpeace France. À lire aussi : Olivier Blond, président de l’association « Respire », affirme qu’aujourd’hui « la pollution de l’air tue 10 fois plus que les accidents de la route »

► Transpolis est un terrain de 80 hectares dans la région lyonnaise qui va servir de ville laboratoire dédiée à la mobilité urbaine. Les travaux de construction de ces infrastructures urbaines commenceront cet été. 18 millions d’euros sont investis dans l’aménagement des premiers équipements, routes, carrefours, parkings, stations de recharge multi-énergie, éclairage urbain. L’objectif est d’offrir un environnement diversifié pour expérimenter de nouvelles solutions de mobilité, particulièrement pour les véhicules autonomes connectés. « Chacune de ces infrastructures permet de reproduire tous types de conditions afin d’effectuer des tests, y compris en situation critique », explique Stéphane Barbier, directeur du développement de Transpolis.

#Media

► Pour capter l’attention du public, posez des questions plutôt que de donner des réponses. La course à l’attention : l’expression semble déjà être devenue une vieille rengaine pour désigner la féroce bataille que se livrent plateformes sociales, éditeurs médias et autres annonceurs publicitaires pour capter notre attention. Cette « crise de l’attention » dénoncée par certains nuit-elle à la qualité de l’info délivrée aux citoyens ? Et de quelle attention parle-t-on au juste ? C’est autour de ces questions que le Collège des Bernardins a réuni le 15 mai la théologienne Gemma Serrano, les journalistes Julien Goetz et Eric Fottorino et le sociologue Yves Citton pour deux heures de débat animé. Lire la suite sur le site de @metamedia. À lire aussi : En Chine, l’intelligence artificielle est utilisée pour obliger les lycéens à rester attentifs.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Facebook et Google, financeurs majeurs du journalisme mondial. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – On le pressentait sans oser se l’avouer : Facebook et Google sont officiellement devenus parmi les plus gros financeurs du journalisme dans le monde. À eux deux, les géants de la tech ont investi plus d’un demi-milliard de dollars dans des bourses et initiatives de soutien aux médias ces trois dernières années. Un bon lifiting pour leur image de marque, alors qu’ils continuent dans le même temps à siphonner les revenus des éditeurs.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

18 Mai

Régions.news #329 – Edition du vendredi 18 mai 2018

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#329 en version pdf

Légende image. Vue aérienne de Manhattan (NewYork). Photo d’Andrew Griffiths.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Lancée en 2015, la jeune pousse francilienne Agricool, qui cultive des fraises dans des containers maritimes détournés. Elle dispose de quatre containers qui produisent chacun sept tonnes de fraises par an. Dans ces box de 12 mètres de long pour 2,5 mètres de large, les fraises poussent à la verticale le long de tours placées devant des diodes électroluminescentes (LED) basse consommation. Aujourd’hui, la jeune entreprise envoie son premier container à l’étranger direction Dubaï.

► En créant en 2011 la société Myfood, trois entrepreneurs installés à Molsheim en Alsace ont lancé le concept des serres connectées. Ces serres combinent des équipements de permaculture et d’aquaponie verticale, dotés de capteurs de radiation ou de mesure de la qualité de l’air. « On ne reprend que le plaisir du jardinage avec des espaces dans lesquels on a réussi à limiter au maximum les actions de désherbage et de chasse aux nuisibles », explique un des fondateurs de l’entreprise. Les trois entrepreneurs sont passés à la vitesse supérieure en lançant l’industrialisation des serres. Cent serres ont déjà été vendues dans sept pays.

► Pour les assister dans leurs tâches les sapeurs-pompiers de Paris  disposeront dans quelques semaines de trois robots télé-opérés conçus par une PME de Charente-Maritime. Un des responsables de cette société explique : « L’idée, c’est que les pompiers se servent de ce robot comme d’un éclaireur. Il peut être envoyé partout où l’homme ne peut aller. » Il peut aussi transporter jusqu’à 800 kg de matériels, évacuer des victimes, éteindre un incendie ou encore transmettre des informations à distance grâce à ses capteurs de température et sa caméra thermique.

► En 2016 une start-up lyonnaise propose à la commune de Champdieu (Loire) d’ouvrir une conciergerie en zone rurale. L’idée est de proposer ce qu’il n’existe plus dans le village. Les habitants déposent tout à la conciergerie et c’est le concierge qui s’occupe de tout. C’est un mélange boutique multiservice (épicerie, relai poste pressing, cordonnerie…) gérée par un concierge, avec des prestations commandées par Internet.

► En France des villes comme Lyon, Brest, Paris ou Cannes, et des régions comme l’Ile-de-France ont développé des modélisations 3D de leur territoire. À travers ces projets, les collectivités cherchent à se doter d’outils dans la planification urbaine, la gestion des flux ou encore la gestion de risques. A Paris, Pour s’y mettre, une ville doit d’abord disposer d’une cartographie aérienne de son territoire. Voir « La modélisation 3D en support à la conception d’infrastructures routières en milieu urbain » à Montréal (Canada).

Légende image. « Hypnotisé » de Ludovic Toinel (Unsplash License by). À Lire : Écrans et éducation, c’est compliqué. Une réflexion collective des parents et des enseignants sur la relation des enfants aux tablettes et aux smartphones serait sans doute plus efficace que n’importe quel discours anxiogène.

#Data

► À compter du vendredi 25 mai, la loi informatique et libertés adopté en janvier 1978 pour protéger les Français des potentielles dérives du fichage va disparaître. Elle sera remplacée par un texte européen qui uniformise les règles en vigueur dans les 28 pays membres de l’UE. Son nom : le règlement général sur la protection des données personnelles, ou RGPD. Il a été construit autour d’un principe majeur : son contenu s’appliquera à toute entreprise qui manipule des informations concernant des résidents européens, y compris si celle-ci est basée hors de l’UE. Qu’est ce qui va changer : – Les entreprises pourront plus facilement collecter vos données mais elles ne pourront pas vous demander tout et n’importe quoi ; – Vos données devront être mieux protégées des pirates ; – Les organisations qui ne respecteront pas la loi risqueront gros.

► Les données personnelles alliées aux algorithmes offrent une nouvelle perspective aux sites d’e-commerce : la tarification dynamique. Elle croise les informations laissées par les utilisateurs pour affiner les tarifs qu’ils proposent aux clients jusqu’à les individualiser. Le site américain de réservation de voyages Orbitz a reconnu en 2012 qu’il lui arrivait de suggérer des hôtels aux tarifs plus élevés aux utilisateurs d’ordinateurs Apple. Et il n’est pas le seul : « Expedia le fait aussi », affirmait la journaliste du « Washington Post » à l’origine de cette révélation.

#JeuVideo

► Fight Against Opium est un jeu vidéo créé par de jeunes codeuses afghanes. Sa finalité est de dénoncer la production d’opium dans le pays. L’Afghanistan produit en effet 90 % de l’opium mondial et cette production représente 63 % de son PIB. En plus de ce jeu vidéo, les jeunes codeuses ont produit une vingtaine d’autres jeux disponibles sur téléphone portable. Elles ont appris à programmer grâce à Code to Inspire, une association œuvrant pour une meilleure employabilité des jeunes Afghanes.

#LiensVagabonds publiés par le Métamedia.

► La guerre des télés contre Netflix est déclarée. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – TVs contre Netflix : Interdiction à Cannes, alliances en Europe et aux États-Unis, partenariats avec la Chine, la guerre contre Netflix, et son budget fiction de 8 milliards de Dollars, est déclarée. Avec 9,5 millions de ménages abonnés à au moins un service de SVoD, les TVs britanniques cherchent des solutions pour contrer ensemble Netflix et Amazon. La BBC renforce par ailleurs sa collaboration avec le géant chinois Tencent, après le succès de la série Blue Planet l’année dernière. Au Canada, Radio-Canada signe des partenariats avec une série de médias pour ajouter plus de 700 heures de contenu à la plateforme ICI Tou.tv dans le but de contrer les productions de Netflix en français. De leur côté, France Télévisions, la Rai (Italie) et la ZDF (Allemagne) viennent de lancer L’Alliance pour mutualiser leurs moyens et proposer des fictions « de plus grande envergure ». Plus tôt dans l’année, les cinq TVs nordiques s’étaient déjà associées dans le « Nordic 12 ». Pendant ce temps, Netflix se dote d’un centre de recherche.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

11 Mai

Régions.news #328 – Edition du vendredi 11 mai 2018

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#328 en version pdf

Légende image. : A l’entrée du village de Fournaudin (Yonne), un panneau indique que la commune est privée d’Internet. Crédit photo : Emmanuel Gougeon / Sens Agence. À lire : Le gouvernement lance une mission sur le rôle du numérique pour développer la campagne.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Depuis les années 80, le développement des supermarchés en bordure des villes a entraîné la fermeture en série des magasins alimentaires de proximité, conduisant à une désertification des centres-villes. Depuis quelques années, le phénomène s’inverse. Les citadins utilisent moins leur voiture et expriment de nouveaux besoins de proximité. Ainsi la grande distribution réinvestit les centres-villes. Mais avec la transformation digitale les usages de consommation ont changé. « le magasin n’est pas mort », analyse Catherine Barba dans son ouvrage éponyme. « Le magasin prolonge le digital et le digital enrichit le réel, l’un ne remplace pas l’autre, l’un ne va plus sans l’autre », écrit-elle. À lire : Comment l’alliance Amazon-Monoprix peut rebattre les cartes dans la bataille du e-commerce alimentaire.

 ► Comment la RATP s’est emparée de WeChat pour accueillir les touristes chinois. En mars 2018, l’a messagerie instantanée chinoise WeChat a atteint le nombre symbolique d’un milliard de comptes ouverts dans le monde. Dans certaines gares et stations des transports franciliens on peut voir des QR Code (code-barres en deux dimensions) destinés aux usagers de WeChat. La RATP a choisi ainsi de créer un compte sur l’application, afin de s’adresser aux touristes chinois en visite dans la région d’Ile-de-France.

#Viva-Cités [Rubrique sur la cité digitale et résiliente]

► Valérie Peugeot, membre de la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) et présidente de l’association citoyenne Vecam, crée en 1995, alerte sur les difficultés liées à la dématérialisation des services urbains et appelle à une politique publique volontaire pour former des citoyens, de façon à ne pas laisser les plates-formes dicter leur loi. Elle explique que « pour le moment, la smart city dessine une ville à plusieurs vitesses, car elle est souvent construite à partir d’une vision techno-déterministe : on se pose la question du numérique avant de réfléchir à une politique des problématiques urbaines. Il faudrait faire l’inverse. D’abord penser aux discontinuités territoriales entre le centre et les banlieues, à la transition écologique, aux populations fragiles… Et ensuite se demander quel rôle peut jouer le numérique pour favoriser une ville inclusive. ». À lire aussi : Les forces vives des « smart cities » et Entretien avec Nicolas Douay, maitre de conférence et auteur de « L’urbanisme à l’heure du numérique », paru en 2018.

Légende image. Centrale solaire Gemasolar, en Andalousie, la première à associer une tour de réception solaire et une technologie de transfert d’énergie par stockage de la chaleur dans du sel fondu Photo : AFP

#Energie

► Face au réchauffement climatique, des groupes d’usagers s’organisent pour s’engager dans la transition énergétique. C’est le cas de CoWatt, une entreprise citoyenne implantée en région des Pays-de-la-Loire, dont la mission principale est d’aider les usagers à devenir producteurs de leur énergie. Créée en 2017 à Nantes, cette société veut mettre en contact ceux qui souhaitent installer des panneaux solaires sur leur toiture mais n’en ont pas les moyens et ceux qui ont de l’argent de côté et veulent l’investir dans l’énergie renouvelable.

► Samedi 5 mai, des rassemblements de collectifs opposés au compteur Linky se sont tenus à Autrans (Isère), Pontivy (Morbihan), Epinal (Vosges) ou encore Bordeaux. Le compteur Linky, dit « communiquant », transmet quotidiennement au fournisseur d’électricité le détail de votre consommation. L’objectif est d’atteindre une meilleure gestion du réseau électrique et la facturation sur la consommation réelle plutôt que sur une estimation. Les usagers craignent une augmentation de leur facture, mais aussi pour leur santé, estimant que les fréquences émises par le compteur sont dangereuses pour la santé. Enedis s’en défend.

► Revue de liens : La transition énergétique combinée au numérique favorise la micro-production énergétique et l’émergence de nouveaux services ; – Vers la gratuité de l’énergie solaire qui favoriserait l’adoption du photovoltaïque mutualisé.

#Information

► Les éditeurs affinent les stratégies éditoriales de leurs… newsletters. Des années que l’on prédit la mort de l’email. Et des années qu’il résiste, encore et toujours, au point de faire figure aujourd’hui de vétéran dans un univers numérique habitué à voir les innovations fleurir… et faner tout aussi rapidement. Loin de décliner, l’email se porte en fait plutôt très bien. Une santé au beau fixe qui n’a pas échappé aux médias, prompts à investir tous les canaux disponibles pour atteindre leur public. C’est ainsi que la newsletter, format historique du web s’il en est, affiche aujourd’hui une forme insolente qui fait le pied de nez aux « vidéos à la Brut » qui ont affolé le petit monde des médias… pour devenir, en moins de deux ans, déjà ultra-galvaudées. Quel est donc le secret de la longévité de la bonne vieille « lettre d’information » ? Lire la suite sur le site de @metamedia

#Santé

► Aujourd’hui en France, la non-prise de médicament coûte environ deux milliards d’euros à la Sécurité sociale. Aux Etats-Unis, le cachet connecté, puce minuscule insérée dans un médicament, est désormais sur le marché. Cette nouveauté est présentée comme la solution pour un suivi en temps réel du traitement grâce à la pilule-puce et à un patch-capteur placé sur le ventre du patient. Une crainte, que les sociétés d’assurance obligent un jour leurs clients à être surveillés pour une meilleure rentabilité des coûts.

#LiensVagabonds publiés par le Métamedia.

► Twitter met le paquet sur la vidéo live. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Le temps passé sur les médias Internet va dépasser la TV cette année ; – L’IA peut-elle prédire le succès d’un film ou d’une série ? ; – Etude : les millennials accusent les babyboomers d’avoir ruinés l’économie ; – La fin de la vie privée ; – Des entreprises chinoises surveillent désormais les ondes cérébrales et les émotions de leurs employés.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

04 Mai

Régions.news #328 – Edition du vendredi 4 mai 2018

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#327 en version pdf

Légende image. Légende image : Maisons avec des toits de gazon à Skógar, en Islande. La végétalisation du toit permet une meilleure intégration de l’habitat dans le paysage. Les « toits verts » gagnent du terrain. D’ici 2020, la mairie de Paris souhaite couvrir 100 hectares de toitures, murs et façades. D’autres pays, comme l’Allemagne, vont même plus loin, avec 10% des nouvelles constructions végétalisées. Un mouvement qui s’appuie sur des d’études scientifiques de plus en plus nombreuses à démontrer les bienfaits de ces aménagements. (Crédit photo : Stefan Schafft, / Wikimedia Commons).

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Les 21 et 22 avril, treize villes françaises ont participé à la 3ème édition des 48 heures de l’agriculture urbaine. Ce concept d’agriculture urbaine semble prendre racine dans nos villes, sous le pavé et le bitume. Il y a 70 ans, à Marseille, il y avait des vaches, des terres agricoles… La ville était autosuffisante à 100 %. Aujourd’hui, elle ne produit plus qu’1,03% de ce qu’elle consomme. Plus de 80 structures de l’agriculture, de l’alimentation, de l’écologie et des arts ont participé à cet événement agricole. L’objectif est d’utiliser tous les espaces délaissés de la ville comme les friches, les toits, les parkings, les bas-côtés des autoroutes urbaines… pour produire des fruits et légumes en petites quantités et sans pesticide. Ainsi une Cité de l’Agriculture à Marseille a ouvert ses portes au public en fin du mois d’avril.

#Viva-Cités [Rubrique sur la cité digitale et résiliente]

► Le 25 avril, à l’occasion de la publication de l’étude Audacities par l’Iddri (Institut du développement durable et des relations international) et la FING (Fondation Internet nouvelle génération), deux de ses auteurs constatent que le numérique transforme profondément la vie des citadins et le fonctionnement de certains services, le plus souvent en dehors de toute stratégie de la part des pouvoirs publics. Ils appellent les collectivités à regagner une capacité à gouverner et à organiser l’action des multiples acteurs qui innovent sur leur territoire.

► Mathieu Saujot, directeur du programme transitions numériques et écologiques de l’Iddri, explique dans un entretien sur le site @LeMondefr que « la ville numérique « réelle » n’est ni centralisée ni pilotée. Elle se déploie sans plan directeur. Grandes plates-formes, start-up, initiatives citoyennes ont investi la ville de manière autonome. Les services numériques qu’offrent ces acteurs se superposent et cherchent chacun à la transformer. » Il constate que « le domaine des transports et de la mobilité est de toute évidence le plus affecté. Sur différents chaînons de la mobilité (taxi, calcul d’itinéraire, billettique, covoiturage, autopartage, mobilité autonome, vélo en libre-service…), de nombreux acteurs développent des offres principalement en marge des services publics de transport. » Cette « déstabilisation provoquée par le numérique porte en elle des risques mais aussi des opportunités. »

Légende image. Les robots peuvent-ils faire preuve d’intelligence ? (Crédit photo : Jehyun Sung / Unsplash). « Le risque donc n’est pas de voir les machines devenir plus intelligentes que les humains (mythe de la singularité), mais plutôt que les humains deviennent plus en plus stupides. Il va nous falloir nous adapter à une société numérique, et au lieu d’une intelligence artificielle, privilégions une utilisation de l’IA qui nous aide à prendre des décisions respectant nos valeurs fondamentales », explique Avner Bar-Hen, Professeur du Cnam, Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) dans une tribune, « L’intelligence n’est ni artificielle ni innée », sur le site @FR_Conversation

#Agriculture

► Farmbot est un robot qui jardine. Il peut changer d’outils selon ses tâches : arroser, planter, analyser, enterrer… Il s’adapte aux surfaces d’un petit potager ou d’une exploitation potagère. Farmbot est autonome. Il se charge de tout et il est connecté. Et quand la cueillette est prête, une alerte est envoyée sur smartphone.

#Santé

► Le 15 février 2019, l’Institut Contre le Cancer (ICM) à Montpellier sera doté d’une nouvelle technologie de radiothérapie guidée par l’IRM. Cette machine est spécialisée dans le traitement des tumeurs qui se trouvent dans les zones de respiration des patients : le foie et le pancréas notamment. « L’IRM va permettre de mieux contourner ces tumeurs et d’être plus précis qu’avec le scanner, détaille Marc Ychou, directeur général de l’ICM. Mais elle ne peut pas suivre automatiquement ces tumeurs. Il faut qu’un spécialiste arrête en permanence la machine. Nous souhaitons automatiser ce tracking [traçage] de la tumeur, grâce à l’Intelligence artificielle. ». À lire : Au CHU de Rouen, le robot Hope rend le sourire aux enfants malades.

#Energie

► Face au réchauffement climatique, des groupes d’usagers s’organisent pour s’engager dans la transition énergétique. C’est le cas de CoWatt, une entreprise citoyenne implantée en région des Pays-de-la-Loire, dont la mission principale est d’aider les usagers à devenir producteurs de leur énergie. Créée en septembre 2017 à Nantes, cette société veut mettre en contact ceux qui souhaitent installer des panneaux solaires sur leur toiture mais n’en ont pas les moyens et ceux qui ont un peu d’argent de côté et veulent l’investir dans l’énergie renouvelable.

#LiensVagabonds publiés par le Métamedia.

► Entre censure et media-bashing, le journalisme plus fragile que jamais. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – En Europe, on note le lancement d’Ellis (European Lab for Learning & Intelligent Systems) pour offrir des conditions favorables aux chercheurs en IA et éviter l’hémorragie de talents en direction de la Silicon Valley… alors que de l’autre côté de l’Atlantique, les ingénieurs quittent les Etats-Unis pour le Canada. ; – Comment la blockchain peut-elle lutter contre les déchets plastiques ? ; – Onze projets de datajournalisme inspirants ; – Qui est qui dans l’info locale : guide dans le combat pour le journalisme local ; – Les deux choses qui comptent pour la 5G.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

20 Avr

Régions.news #326 – Edition du vendredi 20 avril 2018

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#326 en version pdf

Légende image. Le plus grand cerf-volant du monde, 48 m de long, 27 m de large, a volé dans le ciel de Berck-sur-mer Crédits photo : Maxppp. Les rencontres internationales du cerf-volant se sont déroulées le week-end du 14 et 15 avril à Berck.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Le rapport « Un plan pour co-construire une société apprenante », de François Taddei, directeur du Centre de recherches interdisciplinaires (CRI), a été remis aux ministres du Travail, de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur le 4 avril. Il préconise une quinzaine d’expérimentations dans les territoires, pour créer des tiers-lieux physiques et numériques, organiser une « fête de l’apprendre » ou créer des « labs » pour imaginer les métiers et formations de demain…

► Installée à Bègles (Gironde) sur les terrains d’un ancien centre de tri postal, la Cité numérique est destinée à devenir sur 27.000 m² le « totem » de l’économie numérique de Nouvelle-Aquitaine, en y accueillant des jeunes pousses entrepreneuriales, des écoles… Elle ouvrira ses portes le 4 juin.

► La civic tech (technologie civique) s’invite à Presles (Val d’Oise) : de la connexion à l’hyperconnectivité. La commune de Presles part avec un gros handicap avec le cheminement du signal Internet. Le maire décide alors de créer le syndicat Val-d’Oise Numérique pour obtenir la fibre dès 2018. « Nous avons subi une pression énorme de la part de la population, afin qu’on accélère et qu’on lui permette d’obtenir ce confort », affirme l’édile. Et à Trilport (Seine-et-Marne) : éducation et dématérialisation. La commune travaille à la participation numérique et citoyenne depuis près de quinze ans. Première brique à l’édifice : le télé-paiement pour les activités périscolaires. « Cela a facilité la vie des habitants, et nous avons pu dire aux agents : on travaille en horizontal », se félicite le maire. A lire : Les « Civic tech » ou la démocratie en version start-up.

► Purifier l’eau à l’aide d’une simple valise d’une quarantaine de kilos, équipée d’un système de filtration, d’une pompe et d’un panneau solaire, concept développé par la startup toulousaine Sunwaterlife. Cette unité mobile est capable de filtrer au moins 700 litres d’eau par jour. Cette technologie baptisée Aqualink repose sur la filtration des eaux polluées des fleuves pour éliminer bactéries et virus afin de la rendre potable.

#Viva-Cités [Rubrique sur la cité digitale et résiliente]

► Au cœur des années 1980 et 1990, Medellin, alors sous la coupe de Pablo Escobar, était considérée comme la capitale mondiale du crime. Vingt-quatre ans après la mort du trafiquant de drogue, la deuxième ville de Colombie est célébrée comme l’une des cités les plus innovantes du monde. « Medellin est devenue un symbole de la ville vivante pour tous sur la scène internationale. En une quinzaine d’années, elle a construit sa résilience et élaboré un paradigme nouveau, fondé sur l’innovation sociale et l’intelligence urbaine. », expliquait en septembre 2015, le scientifique franco-colombien Carlos Moreno dans le quotidien La Tribune. La révolution menée est celle de l’équité, qu’elle a fondée sur cinq aspects de la vie citoyenne : la transparence, la participation, la non-violence, l’innovation et la résilience. À lire aussi : Cinq villes intelligentes et humaines.

Légende image. Une lettre ouverte signée par plus de 200 experts en robotique, intelligence artificielle et éthique, chercheurs ou encore chefs d’entreprise, vient d’être publiée la semaine dernière pour tenter de dissuader la Commission européenne d’attribuer aux robots une responsabilité juridique. Crédits : Jens Meyer/AP/SIPA. À regarder : « Regards sur l’intelligence artificielle » : un documentaire pour comprendre les enjeux de l’IA.

#EconomieCirculaire

► L’économie circulaire progresse en France au travers de multiples initiatives mais cherche sa voie pour s’imposer. Face au modèle dominant dit linéaire, qui consiste à extraire des matières premières, fabriquer des produits, les consommer et les jeter, l’économie circulaire privilégie un circuit fermé de la matière. Son objectif est de limiter la consommation de ressources et les rejets de déchets. Le gouvernement s’apprête prochainement à publier sa feuille de route pour développer l’économie circulaire. À lire : Pour que l’économie circulaire finance le réemploi et la récupération.

► Back Market, start-up parisienne, est devenue la spécialiste français des produits high-tech reconditionnés. L’entreprise propose de mettre en relation les consommateurs avec près de 250 usines de reconditionnement de matériel électronique, grâce à une plate-forme unique. L’objectif est de supprimer les trop nombreux intermédiaires (opérateurs mobiles, destockeurs…) afin de rendre les produits reconditionnés directement accessibles au grand public et de rentrer ainsi dans la boucle de l’économie circulaire.

► Depuis octobre 2017, trois jeunes producteurs de champignons passionnés d’agriculture urbaine et d’économie circulaire, cultivent et donnent vie à 27 kg de pleurotes chaque semaine au cœur de la cave du Monoprix Saint-Augustin à Paris. L’entreprise se nomme « La boîte à champignons » et elle transforme le marc de café en champignons à Paris. « Nous recréons les conditions climatiques d’un sous-bois, détaille un des responsables. La lumière doit être faible pour imiter le caractère ombrageux des arbres dans la nature. »

► À Niort (79), un restaurateur a installé mercredi 18 avril un frigo solidaire devant son établissement. Au fil de la journée, il y dépose la nourriture qu’il n’a pas utilisée et qui auraient pu finir à la poubelle. Tout le monde peut ensuite venir se servir. L’objectif est de lutter contre le gaspillage et de créer ainsi du lien social avec ceux qui sont dans le besoin. Il existe déjà quatre frigos solidaires en France : deux à Paris, un à Lille et à Grenoble. Des projets dans d’autres villes sont actuellement en cours comme à Angoulême. À lire : Cocycler collecte et valorise les bio-déchets des restaurants dans la ville d’Angers.

#Sérendipité

► Des chercheurs américains et britanniques ont conçu par accident une enzyme capable de détruire du plastique, notamment celui utilisé pour fabriquer des bouteilles d’eau et de soda, selon une étude publiée lundi 16 avril dans les Comptes rendus de l’académie américaine des sciences (PNAS). Chaque année, plus de 8 millions de tonnes de plastique aboutissent dans les océans, faisant croître les inquiétudes sur la toxicité de ce dérivé du pétrole et sur son impact sur la santé des générations futures et de l’environnement.

#LiensVagabonds publiés par le Métamedia.

► Facebook : excuses, éthiques et RGPD. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – La voiture autonome, une révolution industrielle… et assurantielle ? ; – Le MIT a développé un appareil capable de lire dans vos pensées ; – Alphabet, maison mère de Google, va commencer à construire sa Smart City à Toronto cet été ; – En 2025, la Chine possèderait 40% des connections 5G ; – L’IA n’est pas encore prête pour gérer toute seule la data à 100%.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

13 Avr

Régions.news #325 – Edition du vendredi 13 avril 2018

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#325 en version pdf

Légende image. La ville de Montréal (Québec) qui s’est lancé dans le concept de ville intelligente en 2014, sert d’exemple au défi lancé par le gouvernement fédéral (Photo Office de Tourisme du Canada). À lire : Une cite digitale et résiliente.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Sense City est une mini-ville qui a été créée pour tester la « smart city » durable et résiliente. Elle se situe au cœur de la Cité Descartes à Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne). Baptisée Sense City, cette plate-forme de Recherche & Développement se veut un terrain d’expérimentations de la ville durable. Unique en Europe, elle permet d’étudier la performance énergétique et la qualité sanitaire des bâtiments, des nouveaux matériaux urbains, d’observer l’impact de la végétation sur son environnement, d’analyser la qualité et la durabilité des réseaux urbains, la qualité de l’air, des sols, des eaux…

► Un logement social nantais imprimé en 3D avec un robot. Une première mondiale. Une maison de 95m², inaugurée à Nantes le 21 mars, a été construite à l’aide d’un robot-imprimante 3D en seulement six mois (la moyenne pour un logement de ce type est de 9 à 10 mois de construction). Ce projet de logement social, baptisé Yhnova, a été lancé dans le cadre du programme «démonstrateur Smart City», dédié aux territoires intelligents. Ses aouts : des économies d’énergie.

► Dans le courant du mois d’avril, les premiers tests d’un nouveau prototype de bateau volant de SeaBubbles vont se dérouler sur la Seine à Paris. Ce sont des bulles volantes qui se déplacent à une vitesse maximale de 18 à 20 km/h. Cette vitesse leur permet de voler. L’objectif est de prouver qu’elles peuvent s’adapter dans ces conditions au trafic dense d’un fleuve en agglomération.

► Thierry Paquot, philosophe de l’urbain, propose avec son Dicorue (CNRS Editions), une sorte de « ville, mode d’emploi », décrivant, à partir de mots, la ville dans tous ses étages, du pavé au balcon. Il déambule par association d’idées au sein des quelque 174 entrées de son dictionnaire.

#Paiement

► Lancée en 2013, l’application française de paiement mobile Lydia s’immisce dans le quotidien des 18-35 ans. Lydia revendique 1,6 million d’utilisateurs. C’est d’une « application méta bancaire » qui permet à l’utilisateur d’accéder et de gérer depuis une seule interface l’ensemble de ses comptes bancaires ainsi que les services existants et à venir que Lydia compte développer elle-même.

► À Dijon, les voyageurs n’ont plus besoin d’acheter de ticket pour prendre le tramway Il leur suffit de monter dans le tram et de présenter leur carte bancaire sans contact devant une borne conçue à cet effet, pour payer leur trajet. Ainsi, « les évolutions technologiques et réglementaires favorisent l’émergence de nouveaux moyens de paiement qui vont remettre en question l’utilisation de l’argent liquide et même de la carte bancaire », explique Christophe Vergne, (Capgemini Financial Services).

Légende image. Peter Kogler : « Untitled », 2018. impression digitale sur vinyle, dimensions variables. Au Grand Palais, à Paris, une exposition interroge le visiteur et le monde de l’art : un robot est-il un artiste comme les autres ? Ils sont capables de dessiner, peindre, recopier, mais aussi inventer. Et créer ?

#Sante

► Il y a encore peu, tous les bilans de santé et les comptes rendus postopératoires étaient rangés dans de vieilles pochettes cartonnées. Cette époque appartient au passé. Nos données médicales sont désormais stockées sur des serveurs informatiques à travers le monde. L’enjeu est considérable dans la santé, où nos données sont collectées en permanence par diverses applications (perte de poids, santé, arrêt de la cigarette) et des objets connectés (montres, balances, podomètres). « Ce ne sont pas vraiment nos données mais leur traitement qui a de la valeur », explique Frédéric Bizard, économiste de la santé, Aujourd’hui, on a confiance dans les médecins grâce au secret médical et parce qu’ils renseignent obligatoirement leurs liens d’intérêt avec les laboratoires. Il faut que cette confiance puisse se perpétuer. » A lire : La course aux données de santé est lancée.

► Cette transformation numérique de la santé pose de nombreuses questions d’éthique. Où vont les données que nous produisons lorsque nous nous soignons ? Qui les utilise, et de quelle façon ? C’est l’un des sujets actuellement débattu dans les États généraux de la bioéthique, notamment à travers la consultation en ligne ouverte jusqu’au 1er mai. « Comment concilier des objectifs, antinomiques en apparence, de protection de la vie privée et de contribution à l’intérêt collectif ? » : tout citoyen peut y poster ses propositions sur ce thème.

► Dans le film américain de science-fiction Gattaca sorti en 1997 un test sur les gènes défaillants est réalisé sur chaque enfant, à sa naissance prédisant les maladies dont il sera atteint durant sa vie. Une telle médecine prédictive est-elle possible de nos jours ? Anticiper la maladie et en prévoir les symptômes sont devenus des enjeux de santé publique. Alexandra Dalu, médecin nutritionniste explique : « La médecine a beaucoup progressé depuis 15 ans. La population doit pouvoir en bénéficier. En ce sens, les tests génétiques quand ils sont validés et reconnus, sont une source de médecine prédictive et préventive indéniable (…). Dosés en test de dépistage à grande échelle, ils limiteraient le coût des soins et le recours à des procédures lourdes en évitant l’apparition de la pathologie. Il est donc important d’anticiper plutôt que de constater. » A lire : l’intelligence artificielle, une nouvelle arme contre le cancer ?

#Politique

► Créée en 2015 par deux bruxellois qui n’avaient que 22 ans, la plateforme de démocratie participative CitizenLab. Dans le monde, plus de 72 plateformes Citizen Lab sont déjà installées dont deux en France, à Rueil-Malmaison, dans les Hauts-de-Seine, et L’Isle-d’Abeau, en Isère. « Ces deux collectivités utilisent notre plateforme pour lancer des consultations qui impliquent plus les citoyens », notent les dirigeants de CitizenLab. « Elles s’appuient sur la portée du digital pour optimiser la collecte et l’analyse des propositions citoyennes en ligne afin de mener une politique plus en phase avec les attentes de la population ».

#LiensVagabonds publiés par le Métamedia.

► La télévision locale, source importante d’information en ligne. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Les millenials ont détruit les règles de l’écriture, et ont créé quelque chose de mieux ; – L’ère du numérique et la nécessité d’un nouveau contrat social ; – Le futur de l’éducation s’écrit en numérique ; – Comment bien se servir des bots dans une rédaction ; – Arte mise sur les jeux vidéos culturels.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

06 Avr

Régions.news #324 – Edition du vendredi 6 avril 2018

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#322 en version pdf

Légende image. La plus grande ville du monde par sa superficie se trouve en Chine : Chongking compte 34 millions d’habitants, et 300 000 nouveaux la rejoignent chaque année pour trouver du travail. L’entreprise est l’un des rouages permettant de transformer en ouvriers salariés des millions de paysans. Débarqués de leurs campagnes, la plupart d’entre eux n’avaient jamais vu une tour. « Nous voulons accélérer le développement des industries innovantes, comme la fabrication de voitures électriques, la robotique et l’exploitation du gaz de schiste. D’ici à 2020, nous voulons terminer la construction des chemins de fer rapides, des gares et des tramways », explique-t-on au Bureau de développement et de réforme de la municipalité. Photo : Justin Jin / The New York Times-Redux-Rea.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Une expérimentation de carrefour dit intelligent est menée par la métropole de Metz, en Moselle. Des caméras thermiques comptent les piétons pour adapter la durée du bonhomme vert sur le feu lumineux. L’objectif est d’éviter que le bonhomme passe au rouge alors que les piétons se trouvent au milieu de la rue et de sécuriser ainsi le trajet de ces personnes.

► Depuis fin février, une rue du XVème arrondissement parisien est devenue le terrain d’une expérience innovante. La rue est équipée à tous ses points lumineux de capteurs de mouvement, capables de détecter tous les modes de déplacement. La lumière, à sa puissance minimale quand la rue est déserte, s’intensifie automatiquement au passage d’un piéton, d’un cycliste ou d’un automobiliste dans un rayon de 30 mètres.

► Et si la solution de secours était de ne pas se déplacer ? Face à la grève des trains, certains professionnels se sont tournés vers des espaces de travail partagé (coworking) situés dans leur ville. À Tours, un de ces espaces a ouvert ses portes il y a un mois. « On a des Tourangeaux qui travaillent ici tout le temps, et puis on a ce qu’on appelle des nomades, qui peuvent venir ponctuellement en cas de problème avec les transports ou s’ils veulent organiser une réunion dans une de nos salles », explique Julien Dargaisse, président de l’espace de coworkinq HQ.

► Jusqu’où une collectivité a-t-elle le droit de s’engager dans la lutte contre le terrorisme ? A l’heure des réseaux sociaux et de la généralisation des smartphones, une municipalité peut-elle promouvoir un dispositif participatif d’enregistrements vidéos pour inciter ses administrés à l’alerter sur des situations qu’ils jugeraient anormales ? A ces questions, la CNIL (Commission nationale de l’informatique et des libertés) vient d’apporter une première réponse, claire et motivée, à propos du dispositif Reporty, que la ville de Nice avait commencé à déployer. Une application pour smartphone qui permet aux niçois d’adresser un enregistrement vidéo et sonore à la police municipale pour signaler « une incivilité grave ou une situation critique ».  La CNIL dénonce le caractère « très intrusif » d’un tel système, qui peut collecter des informations instantanées personnelles.

Légende image. « L’intelligence artificielle offre la possibilité d’automatiser des prises de décision avec moins, voire pas d’intervention humaine. Il faut donc être vigilant à ce que ces décisions automatisées n’amplifient pas les biais humains », préconise Caroline Lair, cofondatrice de Women in AI. Depuis que ces problèmes ont été identifiés, de nombreux chercheurs s’attellent à les régler, comme Mouhamadou Moustapha Cisse, chercheur au sein du laboratoire d’intelligence artificielle de Facebook. Il rappelle que « les algorithmes ne sont pas dotés de conscience, mais construits par des gens. Ce sont, en partie, les biais de ces personnes qui se répercutent sur la façon dont les algorithmes fonctionnent ». À lire : Attention à l’Ignorance Artificielle ! Photo :@Shutterstock.

#IntelligenceArtificielle

► Mercredi 28 mars, le député Eric Villani a rendu public son rapport sur l’I.A : « Donner un sens à l’Intelligence Artificielle ». Vous pouvez lire sur le site AiForHumanity un résumé des grands enjeux et une synthèse pour tout comprendre. et une critique. « À horizon de trois ans, il faut multiplier par trois le nombre de personnes formées à l’intelligence artificielle », en formant non seulement des ingénieurs et des chercheurs. Pour éviter que les chercheurs français quittent la France le rapport suggère « un doublement des salaires en début de carrière ». À lire aussi le regard critique sur le rapport d’Olivier Ezratty, consultant et auteur, notamment de l’e-book « Les usages de l’intelligence artificielle ».

► Romain Daniel, 22 ans, muni d’un master de finances a choisi de rejoindre la première école française d’intelligence artificielle à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Il fait partie d’une promotion de 24 élèves qui étudieront pendant sept mois les rouages de l’intelligence artificielle. Voir la vidéo sur le site de @franceinfo.

► Google, Samsung et Fujitsu ont annoncé l’ouverture de laboratoires de recherche fondamentale en Ile-de-France. Ils suivent les pas de Facebook et Microsoft. Dans une interview avec l’agence Reuters, Benjamin Revcolevschi, directeur général de Fujitsu France, a déclaré : « On a engagé il y a plus d’un an et demi une démarche pour convaincre le groupe qu’il fallait investir en France. On a des talents en France, notamment en intelligence artificielle, en algorithmique, en mathématiques qui sortent du lot ».

#MediaSocial

► Comment manipuler Facebook et Twitter au lieu de les laisser vous manipuler ? Des milliards d’entre nous comptent sur les réseaux sociaux pour nous aider à rester en contact avec nos amis et notre famille, à obtenir les dernières nouvelles. Nous apprenons de plus en plus, cette connectivité à un prix : ce que vous ne payez pas en coûts initiaux est exigé dans des quantités de données personnelles qui ne sont pas toujours utilisées comme vous l’entendez. Ainsi Twitter et Facebook ont un vaste contrôle sur notre vie en ligne. Voici six façons de reprendre ce contrôle. La première est de combattre les algorithmes avec des algorithmes. Ainsi vous pouvez jouer avec ces algorithmes en utilisant un outil comme Gobo, un projet de chercheurs du Centre for Civic Media du MIT Media Lab. Gobo est agrégateur de contenu de réseaux sociaux qui permet à son utilisateur de définir lui-même le contenu à privilégier en ajuster différents filtres. À lire aussi : How to manipulate Facebook and Twitter instead of letting them manipulate you.

#LiensVagabonds publiés par le Métamedia.

► Le sport arrive sur les plateformes et à la carte, lui aussi !. À retenir cette semaine : – Vivons-nous déjà dans une réalité virtuelle ? ; – Ça y est, les jeunes Britanniques regardent plus Netflix que la BBC ; – La future naissance de la 5G et ses enjeux ; – Le moteur de recherche français Qwant surfe sur la vague anti-GAFA ; – « Slow Journalism » vs « Breaking News ».

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.