23 Août

Régions.news #390 – Edition du vendredi 23 août 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#390 en version pdf

Légende image. Ce plan fixe de la place de l’Opéra dépeuplée en 2009 est un des clichés silencieux de Brodbeck & De Barbuat. De 2008 à 2012, Simon Brodbeck et Lucie de Barbuat ont écumé les grandes capitales pour prendre cette série de clichés rayant toute présence humaine du cadre. Ces paysages urbains figés dans le temps, trouvent leurs origines dans un procédé photographique breveté par Louis Daguerre en 1838, leur durée d’exposition (de 3 à 5 heures) ne permet de faire apparaître que les éléments immobiles du cadre, soit une poignée d’anonymes qui semblent avoir survécu à l’apocalypse. Voir la série de photos « Memories of a Silent World »

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Derrière les initiatives en faveur du respect de l’environnement, comme le #FillTheBottle challenge ou le Trashtag Challenge, il y a une réalité de terrain différente de cette réalité. Chaque matin, les agents de nettoyage de la ville de Nice collectent en moyenne 6 tonnes de détritus dispersés sur les plages de Nice. C’est deux fois plus de déchets ramassés que l’an dernier selon une étude réalisée par la commune.

► Le « magasin à la ferme » de Piacé dans la Sarthe est une épicerie particulière. Dans ses rayons, on peut y trouver de la viande, de la charcuterie, des légumes, du jus de fruits et du vin. Cette coopérative vend uniquement des produits locaux et bon marché. Ce sont trois éleveurs de porcs situés près de ce village sarthois de 400 habitants qui ont eu l’idée de créer ce « magasin à la ferme » « On a des prix qui sont vraiment très attractifs parce que ça part de l’abattoir et ça vient directement au magasin, détaille Vincent, un des éleveurs à l’origine du projet. Il n’y a aucun intermédiaire. »

► Une navette autonome sans chauffeur a circulé pendant six semaines à Autun, en Saône-et-Loire. Cette expérience s’est déroulée en juillet et août 2019. L’engin, qui pouvait embarquer 15 voyageurs, a circulé aux côtés de piétons. L’expérimentation a pris fin le 14 août en raison de plusieurs problèmes techniques, notamment les rues étroites ou en pente. « La nature du site pose des défis. Il y aussi le signal GPS qui peut être assez faible à certains endroits. Bref, l’opération peut être plus complexe qu’à d’autres endroits », reconnaît Diego Isaac, de la société Navya Technology, qui a conçu le véhicule.

#Quartier

► « Prendre soin de son quartier, c’est prendre soin de soi-même », une idée développée par l’association, Espoir et Création à Garges-Lès-Gonesse (Val-d’Oise). Une manière de responsabiliser les habitants et sensibiliser à l’environnement. Avec #macitévabriller le défi est lancé à une autre cité sur les réseaux sociaux pour qu’elle fasse de même. « Nous sommes fiers de véhiculer une image positive de notre jeunesse. Nous croyons en eux, il suffit de leur donner l’opportunité de se dépasser et de s’impliquer dans leur environnement, explique l’association. Nous respectons et saluons les agents qui se donnent un mal fou pour nettoyer nos quartiers mais nous estimons que ce n’est pas à eux de nettoyer au quotidien les déchets des autres, explique par ailleurs l’association À nous (jeunes et moins jeunes) de reprendre en main nos quartiers et de transmettre des valeurs telles que le respect de son environnement et de la terre qui nous héberge. »

Légende image. Ancienne bâtisse monastique, la ferme d’Olivier et Blandine Gabilleau à Chouzy-sur-Cisse, près de Blois (Loir-et-Cher), héberge un troupeau de soixante-quinze vaches highlands, une race originaire d’Ecosse, au long pelage cuivré et aux cornes interminables. Ces bovins, réputées excellentes débroussailleuses, vivent et dorment dehors toute l’année. Crédit photo : Nicolas Wietrich (@lemondefr).

#Série_Eté [Digital, Environnement et Europe] – Episode 5 : Hydrogène, une énergie du futur ?

► « Des scientifiques ont développé une méthode économique et à grande échelle pour extraire de l’hydrogène (H2) de sables bitumeux et de champs pétrolifères, selon un communiqué de Proton Technologies, une société canadienne qui développe ce processus. Cet hydrogène peut être utilisé pour des véhicules fonctionnant à l’hydrogène ». Ainsi l’hydrogène peut jouer un rôle clé dans la transition énergétique, à condition d’augmenter les usages et réduire ses coûts de production, indiquait en juin 2019 l’Agence internationale de l’énergie (AIE). L’hydrogène sert à alimenter les piles à combustible qui produisent de l’électricité et de la chaleur en ne rejetant que de l’eau. À lire aussi : La voiture à hydrogène a-t-elle une chance ?

► Avec la baisse des coûts du renouvelable, l’hydrogène pourrait jouer un rôle clé dans la transition énergétique. C’est un carburant propre dans le transport, un moyen de stocker l’énergie solaire et de verdir les réseaux de gaz. Les expérimentations industrielles se multiplient. « Quand le conseil de l’hydrogène a été créé en 2017 au Forum mondial de Davos, il ne rassemblait que treize entreprises. Il en compte aujourd’hui une cinquantaine », souligne Philippe Boucly, le président de l’Association française pour l’hydrogène et les piles à combustible (Afhypac). Les régions françaises se préparent à lancer des appels d’offres pour des trains à hydrogène afin de remplacer les locomotives diesel. Mais seules quelques sociétés pionnières, comme l’entreprise Cetup, en Isère, ont fait le pari de la voiture à hydrogène.

► La voiture à hydrogène a-t-elle plus d’avenir que la voiture électrique à batterie ? Utilisé depuis le début du XXème siècle pour gonfler les dirigeables et propulser les fusées, l’hydrogène commence à se faire une place sur le marché des transports. Depuis quelques années, certains constructeurs d’automobiles misent sur ce gaz très dense énergétiquement, mais plus léger que l’air, pour alimenter des voitures garanties sans émission de CO2. C’est en tout cas le pari qu’ont fait les géants de l’automobiles comme Toyota, Hyundai et Honda, à qui l’on doit l’essentiel des 12 000 voitures à hydrogène en circulation dans le monde aujourd’hui. [à suivre].

#Information

► Face à l’avalanche de contenu qui déferle sur le web, comment faire le tri afin de valoriser au mieux le temps passé à le consommer ? La solution est de réduire la quantité, augmenter la qualité, choisir ses sujets. C’est là qu’intervient la newsletter contenant quelques liens, les plus les intéressants, sur des sujets de votre choix. Envoyée par courrier électronique, elle attend dans la boite mail de l’abonné d’être ouverte à n’importe quel moment. Le site @bymaddyness publie une liste de 100 newsletters gratuites choisies pour leur qualité éditoriale, leur réputation ou parfois simplement parce qu’elles sont une référence sur un sujet particulier.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Quel avenir pour 8chan, le forum qui a hébergé les manifestes des dernières fusillades aux Etats-Unis ?. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Que faisiez-vous avant Internet ? ; – Comment Internet a transformé mon cerveau, décryptage avec 4 auteurs hyper-connectés ; – Ce que l’on peut apprendre de la Finlande sur la bataille contre les fake news ; – Comment les marques prévoient leurs revenus en analysant les réseaux sociaux ; – Le New York Times teste la blockchain pour lutter contre la désinformation.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

09 Août

Régions.news #389 – Edition du vendredi 9 août 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#389 en version pdf

Légende image. Un monastère (Bumthang) au Bhoutan. Photo de Sylvain Bouzat / Getty. Le Bhoutan, Petit Etat de 750 000 habitants dans l’Himalaya, coincé entre la Chine et l’Inde est, avec le Surinam, un des  rares pays avec un taux de carbone négatif. La forêt très dense absorbe plus de carbone que les habitants n’en émettent… Mais, cela pourrait ne pas durer. Depuis une vingtaine d’années, le nombre de voitures et de camions explose. Conséquences : le Bhoutan doit importer de l’essence, lui qui était producteur d’électricité grâce à ses barrages et les embouteillages se multiplient en particulier dans la capitale Thimphu. Les autorités ont décidé de développer le réseau de bus et favoriser les voitures hybrides ou véhicules électriques.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Val-de-Marne : le téléphérique est validé par la commission d’enquête publique. Le premier téléphérique urbain de la région parisienne, reliant Villeneuve-Saint-Georges à Créteil, devrait donc voir le jour à l’horizon 2024-2026, malgré des réserves émises. En effet, la commission demande que le projet comporte un dispositif occultant la vision vers le bas. Cette réserve répond à la crainte des habitants de subir le regard des passagers. Plus de 10.000 personnes par jour seraient susceptibles d’emprunter ce mode de transport.

► « Le textile arrive à un tournant : l’urgence écologique ! Et les Hauts-de-France ont tous les ingrédients pour fabriquer la mode du futur, circulaire, écoresponsable ! », s’enthousiasme Annick Jehanne responsable de l’association « Plateau fertile » À Roubaix (Nord), son association fédère industriels et start-ups pour « réinventer » un secteur meurtri et assurer sa survie. Sur 300 m² d’une ancienne usine roubaisienne, ce lieu ouvert en 2018 « permet à 120 entrepreneurs, enseignes de la distribution et de l’habillement, de réfléchir ensemble, partager outils et compétences, fabriquer de petites séries de produits » éco-conçus, recyclés et « inventer de nouveaux ‘business-models’ où rien ne se jette », explique Annick Jehanne, cofondatrice de l’association pilote Nordcréa. Deuxième industrie la plus polluante au monde, la mode « doit aujourd’hui changer ou mourir », ajoute-t-elle

► En Seine-et-Marne, entrepreneurs et agriculteurs sont en train de développer un bioplastique sans pétrole. Un plastique créé à partir de miscanthus. Cette plante n’a besoin d’être ensemencée une seule fois pour les 20 ou 25 ans à venir. Ainsi l’idée est née dans un hangar de la Brosse-Montceau en Seine-et-Marne. Le procédé consiste à tout réduire en miettes pour obtenir une résine après des heures de macération. De quoi fabriquer un plastique garanti sans hydrocarbure, un plastique 100% végétal. « On sait faire des contenants à partir de cette matière-là, on sait peut-être faire des sacs plastique, aussi sur du filaire », explique Xavier Venard de la société Polybiom. Gobelets, tissus, nappes, revêtements de sol et même matériaux isolants. Le procédé vient d’être breveté et pourrait intéresser nombre de secteurs industriels. « On peut imaginer de l’alimentaire comme tout ce qui est emballage de restauration rapide », pense Olivier Suty, directeur de l’entreprise MSL.

Légende image. « La voiture sur le lampadaire », œuvre de l’artiste Benedetto Bufalino est exposée lors de l’exposition « Les Extatiques » sur l’esplanade du quartier de La Défense. « Les véhicules mécaniques (…) sont devenus à la fois une gêne pour la circulation et l’occasion de dangers permanents. Ils ont, de plus, introduit dans la vie citadine de nombreux facteurs nuisibles à la santé. » Depuis ce constat formulé par le célèbre architecte Le Corbusier en 1933, la critique de l’invasion des villes par la voiture n’a jamais cessé surtout dans ce contexte de préoccupations environnementales n’a rien arrangé. Au point que, depuis 40 ans, toutes les villes ont adopté des mesures pour exclure ou limiter la voiture en ville. Découvrir les 5 exemples de grandes villes qui veulent bannir les voitures. Photo : @padam92

#Série_Eté [Digital, Environnement et Europe] – Episode 4 : la ville et le réchauffement (la suite)

► Marjorie Musy, directrice de recherche au Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema) à Nantes (Loire-Atlantique), explique sur le site @lemondefr : « Nous travaillons à partir de mesures effectuées en ville, mais analyser les phénomènes dans ces environnements complexes est difficile. Pour cela, nous concevons des modèles de simulation en 3D afin de comparer les aménagements en fonction de la forme de la rue ou des bâtiments, comme à Lyon dans trois types de quartiers, où l’on a évalué les effets de différents aménagements : la végétalisation, l’arrosage des rues, le blanchiment des surfaces… (…) Avec ces simulations, on peut faire intervenir différents paramètres, jouer sur les scénarios, les types de bâtiments, la couleur de la surface, la vitesse du vent, l’ensoleillement… Cela permet d’étudier l’impact de l’aménagement sur la température de l’air mais aussi sur le confort des personnes, ce qui est une notion très différente. »

► Comment l’Internet des Objets (IoT- Internet of Things) peut aider les villes en période de canicule ? En Australie, la municipalité de Bendigo a installé un réseau d’objets connectés qui consiste à noter les différences de température pour aider les habitants à mieux gérer leurs activités. Ainsi, dans les espaces publics, les ateliers et les bureaux, les systèmes d’air conditionné connectés repèrent les pics de température et adoptent le bon régime afin d’éviter les chocs thermiques entre l’intérieur et l’extérieur.

► Toutes les grandes villes du monde sont concernées par les effets de l’augmentation des températures qui pousse municipalités et citoyens à développer à tour de bras des solutions éco-responsables. Les projets de mobilité décarbonnée, de fermes urbaines et d’éco-quartiers fleurissent à Paris comme à New-York, et à Shangaï comme à Berlin. À Marseille, l’éco-quartier Smartseille, qui a vu le jour l’année dernière, utilise les ressources de la Méditerranée afin de pourvoir aux besoins énergétiques de ses habitants. Grâce à un échangeur thermique, les calories et les frigories présentes dans l’eau de mer sont extraites, stockées puis redistribuées pour rafraîchir maisons, immeubles et bureaux.

#Transport

► Le samedi 3 août, les départs et les retours de vacances se croisent sur les routes françaises. Une fin de semaine noire. Vinci autoroutes en a profité pour diffuser en direct des images filmées par un drone, de l’A61. Cette vidéo live, disponible sur Youtube, montre le péage de Toulouse nord avec ses cortèges de véhicules. D’’après Vinci autoroutes. Le drone vient compléter les informations-trafic qui sont mises à disposition. À lire aussi : En Espagne, des drones utilisés pour sanctionner les conducteurs imprudents.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Réchauffement climatique, fake news et info « sustainable ». À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Les géants de la tech sont le nouveau visage de l’impérialisme américain ; – Il est temps de réguler les plateformes avec des lois et non des amendes.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

02 Août

Régions.news #388 – Edition du vendredi 2 août 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#388 en version pdf

Légende image. En Croatie, Dubrovnik, dépassée par le succès de la série « Game of Thrones » tournée entre ses murs, a dû instaurer des quotas de touristes. Crédits photo : Sipa. L’Europe se mobilise contre le « surtourisme ». L’augmentation constante des flux touristiques est désormais perçue dans certaines métropoles comme une menace pour la qualité de vie. À Venise, Barcelone, Londres ou Amsterdam, les autorités prennent des mesures pour limiter l’afflux de visiteurs, en cherchant à privilégier la qualité sur la quantité. Tout en préservant les gains financiers. À voir : Tourisme de masse : la carte du monde de ce qu’il se dit dans les médias

#Tourisme

► Un Français sur quatre a choisi ses vacances en fonction du critère « environnement », selon une étude du cabinet Protourisme. Entre avril et juin, 900 000 personnes sont parties en vacances en France et non à l’étranger. Elles ont remplacé l’avion par des moyens de transport moins polluants. Ainsi ce tourisme dit durable est devenu une pratique dans l’air du temps. Ainsi il « tient pleinement compte de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux actuels et futurs, en répondant aux besoins des visiteurs, des professionnels, de l’environnement et des communautés d’accueil », définit l’Organisation Mondiale du Tourisme (OMT). Ainsi une série d’application ont été créées pour développer ce type de tourisme comme la start-up FairTrip, à l’origine d’un guide de voyage collaboratif sur le tourisme durable (3.000 adresses dans le monde, dont 200 à Paris) ou Tookki, un « city guide » répertoriant 150 lieux de vie et restaurants à Paris. Enfin, Too Good To Go, une application de lutte contre le gaspillage alimentaire qui met en relation consommateurs et commerçants pour sauver des repas. À lire : Transportez-moi : comment compenser les nuisances provoquées par les hommes

► En Auvergne-Rhône-Alpes, l’impact écologique et social figure de plus en plus souvent dans les critères de choix de ces vacanciers. Dans le département du Puy-de-Dôme, l’association les Pailhats de Courgoul est passée de la restauration d’anciens jardins à la promotion touristique de la commune. Pour son vice-président le tourisme durable a permis de maintenir du lien social : « l’été, on bénéficie d’un fort passage touristique. Les gens ne viennent pas forcement pour consommer cet espace, ils viennent le vivre. Ils prennent le temps de discuter avec nous, de traverser le site. On ouvre un bar associatif le 7 juillet, les gens pourront rester dans le village. Il n’y avait plus de bar jusqu’à présent, ils voulaient discuter avec les habitants et c’est peut-être ça aussi qui peut définir le tourisme durable ». Voir l’émission de France 3 : « Le tourisme durable en Auvergne ».

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► La sécheresse historique à laquelle est confronté le monde agricole depuis plusieurs semaines a poussé les autorités à restreindre la consommation d’eau dans 73 départements. Une situation qui entraîne une inquiétude concernant les réserves de fourrage, nécessaire à l’alimentation de ses bêtes. Les stocks ont été totalement consommés l’hiver dernier. Des agriculteurs ont créé un site Web d’entraide qui permettrait aux professionnels du secteur « de s’échanger, en fonction de leurs besoins, des matières premières comme de la paille, du fumier ou du fourrage, à un tarif préférentiel ». Ce « Bon Coin » paysan devrait voir le jour début septembre.

Légende image. Des tours de La Défense absorbées par les arbres de l’Ile de Jatte (Hauts-de-Seine) Vue du pont de Courbevoie. Photo : @padam92. L’Europe est frappée de plein fouet par des records de température. De nombreuses initiatives se mettent en place à travers le monde pour lutter contre la chaleur. Au centre de ces réflexions se dégage une volonté de repenser nos villes, devenues de véritables fournaises. Voir l’émission « 28 minutes » du jeudi 25 juillet sur Arte : Réchauffement climatique : doit-on s’habituer à vivre avec ?

#Série_Eté [Digital, Environnement et Europe] – Episode 4 : la ville et le réchauffement

► « Les grandes villes, conçues comme des citadelles de béton, sont devenues de tels îlots de chaleur qu’elles vont devoir être totalement repensées, estime Pierre Canet, codirecteur des programmes du WWF. La climatisation n’est qu’un pansement et une mauvaise solution : il faut créer des forêts urbaines, repenser l’habitat, moins goudronner les rives des fleuves, et évidemment revoir les transports. » Ainsi « le phénomène des îlots urbains est dû à l’accumulation d’un certain nombre de facteurs : la densité urbaine, la circulation automobile, la minéralisation excessive et le déficit de végétal et d’eau dans les espaces publics », peut-on lire en introduction de « Villes et changement climatique, Îlots de chaleur urbains » (2015).

► Une idée serait de transformer nos villes en de véritables éponges en faisant transpirer les végétaux. On appelle cela l’évapotranspiration. Ainsi à Montréal (Canada), la municipalité a entrepris de « désasphalter » certaines zones en créant des « ruelles vertes » qui consistent à accompagner les habitants dans le verdissement de leur rue de résidence. Cette action a deux impacts : maximiser l’ombrage et supprimer une partie du bitume pour le remplacer par un sol végétalisé. Cela permet de désimperméabiliser les sols afin de favoriser l’évaporation de l’eau en cas de forte chaleur.

► Autre solution intéressante, mise en œuvre dans plusieurs villes américaines, jouer sur le pouvoir réfléchissant du revêtement des sols, également appelé albédo. À Los Angeles par exemple, la municipalité a opté pour un revêtement blanc sur certains axes au lieu du traditionnel asphalte noir, faisant ainsi baisser de 10°C la température au sol, ce qui a, par répercussion, un effet refroidissant sur les bâtiments. Comme l’explique Erwan Cordeau, chargé d’études sur le climat, l’air et l’énergie à l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Île-de-France : « Grâce à un albédo fort, l’énergie générée par le rayonnement solaire est directement renvoyée vers le ciel, c’est donc autant d’énergie qui ne va pas s’emmagasiner dans le matériau ». [À suivre].

#Patrimoine

► En décembre 2017, le château de la Mothe Chandeniers, aux Trois-Moutiers, dans la Vienne, change de mains. Le site a été acheté par 27 910 internautes-donateurs issus de 115 pays. Ce sont eux qui ont décidé quelle partie du château à restaurer en premier. C’est le chantier de la Tour de l’Horloge qui a été choisi. Il représente un budget de 850 000 euros. Ce sont des travaux importants et imposants qui ont été engagés, comme l’explique le co-fondateur de Dartagnans.fr, la plateforme de financement participatif exclusivement dédiée au rayonnement et à la préservation de patrimoine, à l’origine de l’investissement financier.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Le crash Netflix vs l’insolente croissance de Facebook. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Comment les médias sociaux affectent la santé mentale des journalistes ; – Le numérique à l’Assemblée nationale : où en est-on ; – Télévision : la baisse de la durée d’écoute se poursuit.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

26 Juil

Régions.news #387 – Edition du vendredi 26 juillet 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#387 en version pdf

Légende image. Cette photo a été prise par Sabrina Massote, plus connue sur le réseau social « Instagram » sous le nom « Sabrina au naturel ». Elle photographie les environs de son petit village de naissance situé près de Langres (Haute-Marne). Elle « aime montrer les coins sympathiques à visiter seul ou en famille, les activités possibles et ludiques, autour de Langres. Montrer que c’est un beau département et qu’il y a beaucoup d’endroits à visiter. ».

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Membre de l’intercommunalité Rennes Métropole, la commune de Saint-Grégoire (Ille-et-Vilaine), 10 000 habitants, s’est lancée dans un projet de « small smart city ». « L’objectif est d’améliorer les services aux administrés, tout en libérant du temps pour les agents communaux. Tout d’abord, il s’agit d’offrir plus de temps aux fonctionnaires communaux pour rencontrer, en face-à-face, les administrés (…) si l’on parvient à limiter certaines tâches rébarbatives et chronophages, nos services aux Grégoriens seront plus efficaces. Ensuite, l’idée était aussi de développer la vie dans la cité, dans tous ses aspects. (…) Cela passera notamment par le développement de réseaux sociaux locaux sur lesquels les habitants pourront aussi avoir accès aux horaires des services municipaux. Et enfin, dernier aspect, nous cherchons à améliorer la performance énergétique de la commune. », explique Jacques Greiveldinger, conseiller municipal délégué au patrimoine communal et à l’informatique.

► Depuis le mois de juin, des poubelles connectées investissent les rues de Colombes (Hauts-de-Seine). Elles alertent sur leur état de remplissage grâce à des voyants de couleur et elles compactent automatiquement les déchets. Le tout de manière totalement autonome car elles fonctionnent à l’énergie solaire. Ce type de poubelle « peut stocker de l’énergie même s’il n’y a pas de lumière ou lorsqu’elle est installée sous un arbre. Une poubelle connectée peut contenir 600 litres, contre seulement 120 litres pour une classique. À terme, cela nous permettra de diviser par cinq les fréquences de collecte, explique la responsable du service propreté à la mairie. Soit une baisse de 65 % des coûts de ramassage des déchets »,

► « Avec la disparition des petits commerces de villages et l’agrandissement des exploitations, les agriculteurs n’ont plus d’endroits pour communiquer ». C’est en partant de ce constat que Baptiste Létocart a créé Farmr, le premier réseau social destiné aux agriculteurs. Originaire de Bulles, près de Beauvais (Oise), il a lancé ce projet avec Thomas Camboulive, un camarade rencontré en école de commerce. L’objectif est de développer une communauté d’entraide et d’échanges pour faciliter leur quotidien. Grâce à une carte disponible sur le site, les utilisateurs peuvent facilement identifier les professionnels qui travaillent dans la même filière agricole et dans la même région qu’eux.

► A Montreuil (Seine-Saint-Denis), un Fab Lab a été inauguré le 16 juillet. Ce « laboratoire de fabrication » est installé au cœur de la Cité de l’Espoir dans le centre-ville. « Les Fab Labs permettent de mettre à disposition du plus grand nombre des outils du simple marteau ou de la visseuse à la découpeuse laser ou l’imprimante numérique, explique Laurent, Fab Lab manager. Car personne ne peut réellement arriver à maîtriser la fabrique numérique s’il n’a pas des bases en montage traditionnel des objets. »

Légende image. Au coucher du soleil, en noir et blanc, en plein été ou sous la pluie, Reynald Goubelle a photographié les chalets de Blériot-Plage sous toutes les coutures pour défendre ce « patrimoine local en danger ». « On a la chance de vivre dans une région riche en lumières, il y a toujours de nouvelles prises de vues à trouver. Ce n’est jamais deux fois la même chose », assure le photographe natif de Calais.

#Série_Eté [Digital, Environnement et Europe] – Episode 3 : la 5G (la suite)

► Grâce à un partenariat avec Huawei, l’équipementier chinois très controversé, la principauté de Monaco est désormais totalement connectée à la 5G depuis le mardi 9 juillet. L’opérateur local, Monaco Telecom, balaye tous soupçons d’espionnage de la part de la société chinoise et explique que les questions de sécurité ne concernent pas « que Huawei, mais tous les fabricants ». Dès que l’on arrive sur le territoire français, on ne capte plus la compagnie monégasque et que, pour capter la 5G, il faut un téléphone portable compatible qui n’est pas encore vendu dans l’Hexagone. L’arrivée de la 5G ouvre de nombreuses possibilités comme le développement des voitures autonomes, explique le directeur général de Monaco Telecom.

► . La vente aux enchères pour les fréquences 5G a pris fin en Allemagne le mercredi 12 juin. Elles ont rapporté à l’état allemand la somme de 6,55 milliards d’euros. Une somme très supérieure à celle prévue par le gouvernement, entre 3 et 5 milliards d’euros. « Les opérateurs de réseau n’ont plus les fonds nécessaires pour développer leurs réseaux. On aurait pu construire environ 50 000 nouveaux sites mobiles et mettre fin à de nombreuses zones blanches », a commenté un des membres du conseil d’administration de Deutsche Telekom. Revue de liens : – Les folles enchères en Italie rapportent 6,5 milliards d’euros ; – L’affaire Huawei sème la zizanie au Royaume-Uni ; – Quinze villes d’Espagne ont profité du premier réseau 5G, dès le 15 juin.

► Le 26 mars, la Commission européenne a présenté sa feuille de route pour renforcer le niveau de sécurité des réseaux 5G sur le territoire européen. Dans un marché dominé par les acteurs américains et les infrastructures chinoises, l’Europe courent le risque de la dépendance et de la vulnérabilité et les Européens abordent le déploiement de la 5G en ordre dispersé. L’Institut Montaigne constate ainsi que « Les États européens divergent dans leurs normes et leurs standards de sécurité pour les équipements télécoms – il s’agit là d’un grand domaine de fragmentation de l’Europe. ». Les tensions déclenchées entre les États-Unis et la Chine au sujet du géant chinois de la téléphonie, spécialiste de la 5G, Huawei, ont bien montré le manque d’unité des membres de l’Union européenne. En Europe, la 5G n’est présente qu’en Grande-Bretagne, en Suisse, en Finlande, en Estonie et dans certaines villes d’Espagne et d’Italie avec l’opérateur Vodafone.

#Il_était_une_fois

► Le 21 juillet 1969, l’alunissage d’Apollo 11 : le « petit pas pour l’homme » n’aurait pas eu lieu sans ces femmes. En 1969, Margaret Hamilton était à la tête du département de génie logiciel de la Nasa. Elle est la scientifique qui a conçu le système embarqué du programme Apollo qui va s’avérer vital à la mission Apollo 11. Au milieu de centaines d’hommes, JoAnn Morgan était la seule et unique femme présente dans la salle de lancement. Elle a permis de détecter et de réparer une fuite d’hydrogène juste avant le lancement. Susan Finley a élaboré un système de télétransmission des sons et des images capturés sur la Lune vers la Terre qui a permis de voir les images des premiers pas sur la Lune. Katherine Johnson, mathématicienne afro-américaine fait partie des trois femmes scientifiques noires de la Nasa mises à l’écran dans le film « Les Figures de l’Ombre » qui ont participé aux missions Mercury. « Maintenant, il est vraiment important de connaître toutes les personnes qui ont contribué au succès d’Apollo », a déclaré Shirley Leshin, chroniqueuse au Globe (Boston). « Nous avons besoin de cette diversité, et que les gens se voient dans l’exploration spatiale, car nous aurons besoin d’eux tous pour réussir à l’avenir. »

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

19 Juil

Régions.news #386 – Edition du vendredi 19 juillet 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#386 en version pdf

Légende image. Ancien modèle d’hydrolienne. Une hydrolienne, nouveau modèle, qui produit de l’électricité grâce aux courants marins au large de l’île de Bréhat (Côtes d’Armor), « devient ainsi la première hydrolienne marine de cette puissance (1 MW) à être raccordée au réseau électrique national », soulignent le fabricant isérois d’hydroliennes HydroQuest et son partenaire Constructions Mécaniques de Normandie (CMN). Les deux sociétés disent travailler pour faire « de l’hydrolien marin une source d’énergie performante, au service de la transition énergétique ». Crédits photo : France 3 Bretagne.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► La ville de Bordeaux s’est lancé dans une « nouvelle dynamique » de végétalisation de son espace public avec la plantation de 20.000 arbres d’ici 2025. « La ville, qui a un patrimoine minéral assez enraciné, doit s’adapter » aux conséquences du réchauffement climatique, notamment aux îlots de chaleur urbains, explique le maire Nicolas Florian. Le conseil municipal a fait le constat que les canicules estivales, plus fréquentes, plus longues et plus intenses, rendent nécessaire une « stratégie de résilience nouvelle ». La ville met également en place un « comité de l’arbre » composé de citoyens, acteurs associatifs et experts et qui émettra des avis sur tous les projets de végétalisation et de coupes d’arbre.

► Vendredi 12 juillet, les conseillers départementaux des Hautes-Alpes ont voté une résolution appelant le département à se porter candidat à la gestion des barrages hydroélectriques situés sur son territoire,  notamment celui de Serre-Ponçon. Depuis plusieurs années, la France est mise en demeure par la Commission européenne, d’ouvrir à la concurrence la gestion de quelque 150 barrages. Dans les Hautes-Alpes, les élus ne souhaitent pas voir confier la gestion de l’eau à des groupes privés ou étrangers. « Le processus de gestion de l’eau, c’est l’affaire de tous et va devenir un problème majeur dans les années futures, plus que le pétrole » confie Jean-Marie Bernard, président du département des Hautes-Alpes.

► Une nouvelle école du numérique a été inaugurée jeudi 11 juillet à Marseille. L’objectif de cette école, La Plateforme, est de répondre aux besoins de formation dans le numérique pour le bassin d’Aix-Marseille.  « Notre but est que tous nos étudiants trouvent l’emploi qui leur convient, et que les entreprises puissent trouver avec La Plateforme la structure de formation adaptée et adaptable à leurs besoins. Nous sommes fiers de mélanger ces publics pour qu’ils se rencontrent et apprennent à travailler ensemble », déclare Cyril Zimmermann.

#Media

► « La négativité conduit à un manque de confiance, car la société décrite par les médias n’est pas celle que les gens voient », explique Nina Fasciaux, rédactrice et coordinatrice du Solutions Journalism Network en Europe, qui est intervenue lors du Festival de l’Info Locale fin juin à Nantes. « Mais lorsque l’on propose une solution, le public est plus réceptif à l’information : 52% sont plus enclins à lire plus d’articles du même journal et 60% à partager l’article. ». Lire l’article de Barbara Chazelle, France Télévisions, Du journalisme « chien de garde » au journalisme « chien guide » : tour d’horizon des nouvelles pratiques journalistiques constructives, publié sur le site @metamedia.

Légende image. Le câble Marea de Microsoft et Facebook qui rejoint Virginia Beach, aux États-Unis, à Bilbao, en Espagne. D’ici le troisième trimestre 2020, Google a décidé de mettre en service son propre câble sous-marin à fibre optique, qui sera aussi le plus puissant jamais installé au fond d’un océan. Il reliera sur 6.600 km Virginia Beach, station balnéaire de la côte est des États-Unis, à la plage de la Parée-Préneau de Saint-Hilaire de Riez, proche des Sables-d’Olonne.

#Série_Eté [Digital, Environnement et Europe] – Episode 3 : la 5G

► Lundi 15 juillet, l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) vient de lancer sa consultation publique sur les modalités d’attribution aux opérateurs télécoms des futures fréquences  5G. Les premiers déploiements commerciaux devraient avoir lieu à la fin de l’année 2020. Ainsi la 5G sur la rampe de lancement et il est important que le gouvernement ne reproduise pas avec la 5G les erreurs de la 4G et surtout, celle de maintenir une fracture territoriale entre villes et campagnes. « Je ne veux pas d’une 5G des villes et d’une 5G des champs », déclare la secrétaire d’État, Agnès Pannier-Runacher sur le site @LesEchos. L’Arcep doit révéler son « cahier des charges », lundi 22 juillet. À lire ; La 5G, une politique industrielle pour le XXIème siècle ainsi que l’enquête sur les enjeux sociaux, économiques et écologiques sur le site @Reporterre.

► C’est quoi la 5G ? Il s’agit de la cinquième génération de réseau mobile (5G). Petit rappel concernant les versions précédentes : la première génération, en 1986, permettait de passer des appels, la 2G d’envoyer des SMS ou des MMS (au début des années 1990), la 3G de surfer sur le web via son téléphone (2004) et la 4G (2011) de développer l’internet mobile plus largement avec une plus grande rapidité. Cette fois-ci, la 5G, c’est l’ultra haut débit. Elle doit permettre d’atteindre le niveau de la fibre en multipliant le débit des données par 10 et divisant les délais de transmission par 10 également. Certains experts du secteur des technologies mobiles prédisent le « bouleversement le plus important depuis l’électricité ». @franceinfo répond à neuf questions sur le réseau 5G qui va révolutionner nos communications portant sur le fonctionnement et l’intérêt de cette technologie, sur le danger pour la santé ou sur les secteurs économiques concernés.

► Contrairement à ce que l’on pourrait penser, déploiement de la 5G en France a déjà commencé. Les quatre opérateurs (Orange, SFR, Bouygues et Free) commencent déjà à installer des antennes, et il est même déjà possible de tester certains usages du réseau du futur dans certaines villes pilotes en France, dont Marseille, Nantes, Toulouse, et en Ile-de-France. Suivez l’avancement de la couverture 5G en France grâce à ce dossier. Réseau 5G : où en est la couverture en France [à suivre].

#Il_était_une_fois

► En 1834, sous la monarchie de Juillet, deux banquiers, François et Joseph Blanc, piratent le système de communication de l’État pour obtenir des informations boursières. Un délit d’initié rendu possible par « télégraphe optique par sémaphore », inventé par Claude Chappe en 1794. Ainsi les frères ont soudoyé le télégraphiste de service à Bordeaux pour transmettre à Paris des informations concernant des cours de bourses, prenant ainsi de vitesse leurs concurrents qui n’utilisaient alors que des coursiers ou des pigeons voyageurs. Il y a une morale : en matière de sécurité des transmissions, c’est souvent le facteur humain qui pose problème.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

12 Juil

Régions.news #385 – Edition du vendredi 12 juillet 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#385 en version pdf

Légende image. Ces hommes bleus illustrent le danger du réchauffement climatique exposés à la 7ème biennale éphémère en Dordogne. Cette exposition est un parcours artistique mêlant Art Contemporain et Patrimoine de huit artistes dont les œuvres sont réparties dans six villages. Crédits photo : Elsa Arnould & Antoine Roynier / France 3 Périgord.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Avec ses quelques 14 600 panneaux photovoltaïques installés sur 7 hectares, la centrale photovoltaïque de Quinipily, à Baud, dans le Morbihan, est la plus importante de Bretagne. Elle est prévue pour assurer la consommation annuelle en énergie de 4 400 habitants. Le projet a bénéficié d’un financement citoyen, qui a permis de collecter 203 000 €, soit 40 % des fonds propres nécessaires à sa construction. Un financement qui permet également d’obtenir une bonification tarifaire de 3€ / MWh produit, c’est-à-dire que chaque kWh sera acheté pour 3 cents d’euros plus cher par EDF.

► Les Belges sont inquiets. Le projet de parc éolien au large de Dunkerque pourrait perturber le trafic transmanche. Les ferrys pouvant éventuellement relier Ostende au Royaume-Uni seraient menacés. « Ce parc éolien risque de mettre à mal les services de ferry que le Royaume-Uni entend relancer à la suite du Brexit », explique Dirk Declerck, responsable du port d’Ostende. « Douvres et Ramsgate seront inaccessibles. Si le projet se poursuit, la route maritime classique, utilisée également par les autres navires, sera complètement bloquée. Actuellement, il n’existe plus de ferry sur cette ligne mais le projet de relance existe. »

► La 106ème édition du Tour de France accueille un nouvel invité : la blockchain. Pour la première fois, cette technologie va être utilisée au cours des trois semaines d’épreuve par l’agence nationale des fréquences (ANFR), pour gérer et contrôler l’utilisation des fréquences radioélectriques dans l’Hexagone. Ainsi la blockchain permettra de mieux gérer les fréquences dites « libres » dans les zones non couvertes par la 4G, et pour assurer la meilleure diffusion possible de l’événement.

► Avec près de 20 millions de nuitées enregistrées en Bretagne, d’avril à septembre 2018, le tourisme constitue un secteur économique majeur. Pour maîtriser et réduire l’impact environnemental de cette activité stratégique, l’ADEME- Bretagne (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) donne cinq conseils malins pour des vacances écoresponsables.

#Cybersécurité

► « Au fil de l’histoire, l’homme a appris à maîtriser les trois espaces, territorial, maritime et aérien. Désormais, il existe un quatrième espace, l’espace informationnel. On y développe l’activité humaine, on s’y forme, on y travaille, on s’y divertit, on échange, on y crée des richesses et, aujourd’hui, il faut y bâtir des règles, et notamment des règles de sécurité et de propriété. Dans ce quatrième espace, on prend de plus en plus conscience que les données deviennent un enjeu essentiel, qu’elles sont la propriété de ceux qui les émettent et qu’à ce titre, il faut les protéger », explique Thierry Breton, dirigeant du groupe informatique français Atos.

Légende image. Le lac Chembarambakkam, en Inde, était asséché à près de 99% en avril. Crédits Photo: Arun Sankar / Afp. En 1979. Deux rapports produits par des scientifiques américains concluent que notre dépendance aux énergies fossiles risque de provoquer un réchauffement mondial de 2 à 3 °C. Confirmé à l’époque par le rapport Charney qui souligne qu’une « politique attentiste reviendrait peut-être à attendre jusqu’à ce qu’il soit trop tard ». Quarante ans plus tard, l’humanité n’a pas dévié de sa trajectoire climatique mortifère. C’est ce que démontre le journaliste du New York Times Nathaniel Rich, dans son enquête Loosing Earth.

#Série_Eté – Episode 2 : le selfie (la suite)

► Loin d’être seulement un phénomène narcissique, les selfies pèsent sur les modes de consommation et sur les évolutions technologiques. Initialement en 2003, les « front-facing cameras » avaient pour objectif de faciliter visioconférences et appels vidéos, plutôt que les photos de vacances. Le selfie est devenu le symbole d’un nouveau modèle de consommation, appelé « économie de l’expérience ». Théorisé dès 1998 dans un article de la Harvard Business Review par deux consultants américains, Joseph Pine et James Gilmore. Ils y expliquaient que nous préférons de plus en plus investir dans des expériences plus ou moins fugaces comme de bons repas ou un voyage exotique, plutôt que dans des biens matériels. D’autant que nous pouvons désormais les immortaliser à bout de bras, ou de perche à selfie, et les partager en quelques clics.

► Le selfie tue cinq fois plus de personnes que les attaques de requins. D’octobre 2011 à novembre 2017, au moins 259 personnes sont mortes en prenant des selfies dans le monde, selon la publication indienne Journal of Family Medecine and Primary Care. L’Inde, avec ses 800 millions de téléphones portables, détient le record mondial en cumulant plus de la moitié des décès (159), devant la Russie, les États-Unis et le Pakistan. Un résultat apparemment imputable au goût national pour le selfie de groupe et à la jeunesse de la population. A lire : A Rio, sous le Christ Rédempteur, le ballet des perches à selfie et Le selfie et moi, un cliché de l’ère 2.0.

#Il_était_une_fois

► Le « Dead » est né en 1965 à Palo Alto, en plein cœur de ce qui s’apprête à devenir la Silicon Valley. C’est dans cette ville qu’est installée l’Université de Stanford, et là que naîtront les fleurons technologiques de la région. Ses membres fondateurs sont les héritiers de la beat generation d’Allen Ginsberg et Jack Kerouac. « Le Grateful Dead a longtemps été caricaturé comme un groupe hippie bloqué à l’époque du Summer of Love mais il reste l’un des groupes les plus innovants et technophiles de l’histoire de la pop », rappelle le journaliste Jesse Jarnow dans un article publié en 2015 dans le magazine Wired. Le Grateful Dead est aux avant-postes du mouvement contre-culturel des années 60-70 qui commence à croire que la technologie peut être synonyme d’émancipation. Les rencontres entre chercheurs des laboratoires universitaires et acteurs de la contre-culture se multiplient. Culture de l’innovation, préfiguration des réseaux sociaux et des communautés virtuelles, accès libre et partage de ses créations seront l’héritage du groupe mythique à un certain esprit de la Silicon Valley. Lire l’article Le Grateful Dead a-t-il inventé la Silicon Valley ? sur le site usbeketrica.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Indépendance et liberté de la presse, un combat permanent. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Comment bien s’informer au 21ème siècle ; – Que se passera-t-il lorsque nous ferons du bon journalisme et que personne ne regardera ? ; – La Norvège, un modèle pour Frånce Télévisiøns ; – Un ancien ingénieur de Google explique comment les réseaux sociaux nous rendent accros ; – La Commission européenne publie ses recommandations de politique et d’investissement pour une IA de confiance.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

05 Juil

Régions.news #384 – Edition du vendredi 5 juillet 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#384 en version pdf

Légende image. Avant la démolition partielle de l’immeuble « Ile-de-France » à Puteaux / La Défense (Hauts-de-Seine). Cette œuvre « Octopied-Building » est sortie de l’imagination d’un duo d’artistes Desings in air. Elle est exposée jusqu’au 6 octobre dans le cadre de la 2nde édition des Extatiques. Crédits photo @padam92, le 30 juin 2019.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Des choux, des fraises, de la ciboulette mais aussi des truites et de l’algue spiruline au bord de l’autoroute A86. C’est l’ambitieux pari de la plus grande ferme urbaine d’Europe qui sera construite d’ici à 2021 à Colombes (Hauts-de-Seine). Tout est parti d’une contrainte : l’environnement autoroutier. « Nous nous sommes demandé comment contourner ce handicap majeur à l’implantation de logements dans le secteur, explique la maire de Colombes. Nous avons travaillé en équipe sur cette idée d’installer des protections le long de l’autoroute. » Le choix s’est porté sur une ferme urbaine pour aménager les abords immédiats de l’autoroute. D’une longueur de 135 m, elle doit faire office de mur antibruit.

► C’est un immeuble HLM de quatre étages et datant des années 1970. Situé dans les quartiers nord de Nantes (Loire-Atlantique), « d’un patrimoine faiblement attractif, voire répulsif, malgré la diversité des typologies et la qualité des appartements, notamment en termes de surfaces ou de luminosité. », décrit ainsi par l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU). L’office public de Nantes Métropole Habitat entend redorer l’image du quartier et ambitionne d’offrir « une nouvelle silhouette urbaine » à ce batiment, en le coiffant d’une serre chauffante. Outre son caractère convivial offrant un jardin sur le toit, le dispositif entend utiliser l’énergie solaire canalisée par la serre pour réaliser des économies d’énergie.

► Nantes Métropole veut rester souveraine sur les flots de données émanant de ses services (eau, transport, énergie, déchets, sécurité) et ne pas laisser champ libre aux usages mercantiles. La ville a donc décidé de se doter d’une charte de la donnée publique. À l’étranger, Boston, Montréal, Amsterdam ou Barcelone ont pris des initiatives analogues. Le texte intègre des objectifs de « sobriété », la collectivité s’interdisant de collecter plus de données que nécessaire. Nantes Métropole s’engage aussi à publier les codes informatiques de ses algorithmes. Elle s’interdit toute utilisation de l’intelligence artificielle appliquée à des décisions individuelles concernant des usagers. Quant aux données, elle s’engage à les stocker en France et en Europe

► Un prototype de robot assistant gériatrique est en train d’être testé en situation réelle à Troyes pour évaluer la santé et la qualité de vie d’une personne âgée dès les premiers signes de perte d’autonomie. Baptisé Clara, ce robot a permis, depuis mai, de réaliser 21 tests chez les patients au Centre de rééducation et de réadaptation fonctionnelle (CRRF) de Troyes. Le robot, équipé de caméras et de capteurs, permet par exemple d’évaluer la locomotion et les qualités d’équilibre du patient. « L’hypothèse de recherche examinée est qu’une solution robotique permettrait un gain d’efficacité pour le suivi gériatrique par la collecte de données automatisées, de meilleurs sauvegarde et partage des données sécurisées et une meilleure gestion du temps des soignants », ajoute Karine Lan, chercheuse en robotique à Troyes.

Légende image. Autoportrait (selfie) du photographe Olivier Culmann réalisé en Corée du Sud en 2014. La série « Seoulfie » propose une visite de la ville de Séoul sur ce mode photographique autocentré. Amarré à sa tige à selfie, l’individu s’y reproduit à l’infini. Au risque de ne plus savoir qui, de lui-même ou de l’image, survivra à l’autre. Olivier Culmann / Tendance Floue.

#Série_Eté – Episode 2 : le selfie

► Photographe connu pour son travail subtil et malicieux sur l’autoportrait, membre du collectif Tendance Floue, Olivier Culmann est le commissaire d’une exposition de selfies précise-t-il présentée au Festival Portrait(s) Vichy (Allier). Il explique que le selfie est « une image spontanée, à la fois commune et personnelle, un moyen de communication qui suit une certaine évolution historique. Après les lettres ou les cartes postales, le téléphone, les SMS et enfin le selfie. C’est une image qui dit beaucoup sur la société et la vie de nos contemporains, un document brut d’une grande richesse pour les anthropologues de demain. » Voir l’exposition Selfies Ego / Égaux au Festival Portrait(s) de Vichy qui se tient jusqu’au 8 septembre. À lire aussi : À Vichy, la folle épopée du selfie.

► Le terme « selfie » serait apparu en 2002 sur un forum en ligne australien (Abc Online), dérivée du terme anglais « self » (soi en français) auquel est ajouté le suffixe argotique « ie ». Au Québec, on le traduit par « egoportrait ». Pour la philosophe Elsa Godart, « le selfie est une poupée russe, un arbre qui cache la forêt, une porte d’entrée pour décrypter une révolution en marche qui s’enracine dans la société, c’est-à-dire les métamorphoses du moi, de la conscience, à l’heure du virtuel (…) Le selfie devient alors un outil pour se rassurer et peut traduire une fragilité narcissique. » En 2016, elle publie un ouvrage sur la question : « Je selfie donc je suis ». A lire : Elsa Godart, philosophe, et Loïc Prigent, expert ès modes, observent le selfie à la loupe.

#Transport

► Voitures, métros et bus, trains, scooters, vélos, trottinettes… L’offre de mobilité s’emballe dans les grandes villes, beaucoup moins vite en milieu périurbain et rural. Pour mieux en profiter, quelques applis à connaître et à télécharger sans délai. Le concept du Maas (Mobility as a service), dont Helsinki est le laboratoire reste embryonnaire en France. Les transports pèsent à hauteur de 30% dans la balance des émissions de CO². Fortes de ce constat et de la révolution du smartphone, pléthore de start-up se sont engouffrées dans la brèche pour proposer des applications pour mieux circuler en ville.

► Vous pourrez bientôt savoir à l’avance si le métro que vous allez prendre est bondé. L’application Google Maps propose désormais de suivre la fréquentation des transports en commun en temps réel. Ce service a été mis en place samedi 29 juin. Pour l’instant, 200 villes dans le monde sont concernées par la mise à jour. En France, la fonctionnalité sera disponible à Paris, Bordeaux, Strasbourg, Nice et Marseille. Google Maps vous indique le remplissage du métro ou du bus en se basant sur des algorithmes établis grâce aux retours des utilisateurs, explique Numerama.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Contenus haineux, les plateformes commencent à bouger. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Les robots-journalistes font revivre les communautés hyperlocales laissées de côté par le déclin des médias locaux ; – La télévision est toujours le moyen le plus courant pour les Américains d’obtenir des infos locales, mais moins de gens la regardent ; – Face aux fake news, écoutez les scientifiques ! Voici quelques techniques à utiliser ; – Voici comment l’IA peut aider à lutter contre le changement climatique ; – Les smartphones ont-ils détruits une génération ?

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

28 Juin

Régions.news #383 – Edition du vendredi 28 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#383 en version pdf

Légende image. Delta de la rivière Colorado n°2, à proximité de San Felipe, Baja, Mexique en 2011. Les images du photographe Edward Burtynsky ont des allures de peintures abstraites. Il a photographié l’anthropocène vu du ciel, la dévastation de la Terre par nos industries. Il explique : « J’ai toujours été frappé par ce paradoxe : nous sommes dépendants d’une foule d’objets issus de mines et d’usines, et pourtant, on ne voit jamais ni les unes, ni les autres. »

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Produire de l’énergie renouvelable et locale, c’est l’objectif que se sont fixés dès 2017 des habitants d’un quartier de Brest (Finistère). « Étant dans une région qui n’en produit pas beaucoup, où on est plutôt dépendant d’une électricité qui vient d’ailleurs, on a passé toute une année à réfléchir sur ce qu’on pouvait faire en tant que citoyen pour prendre part à la transition énergétique locale », explique une des membres de l’association. Brest Énergie Citoyenne. Association qui a fait de la transition énergétique son cheval de bataille. Elle est en train de réaliser ses trois premières installations de panneaux photovoltaïques sur les toits des habitations.

#Ville

► Carlos Moreno, expert mondial de la Smart City, était de passage à Angers, lundi 24 juin, pour animer une conférence dédiée à la ville intelligente et humaine. « Il faut changer de mode de vie, changer de mode de consommation, de mode de déplacement, bref il faut se remettre en cause, si nous ne voulons pas aller dans le mur, a-t-il expliqué. Les températures que nous allons connaitre ne font que corroborer ce que nous savons depuis longtemps », Il rappelle que l’on « ne peut pas télécharger la fraîcheur ! ». Le réchauffement climatique « est une réalité, avec tout ce que cela comporte en matière de menace pour les territoires urbains et la biodiversité ». Le conférencier s’est donc appuyé sur la ville de Pontevedra en Galice (Espagne) dans laquelle les politiques ont su prendre les décisions qui s’imposaient. D’autant que pour lui le XXIème siècle est celui des villes. Ainsi « L’échelle étatique est dépassée par la force et la puissance des villes. »

► Le mardi 11 juin, les Sénateurs Ronan Dantec (Loire-Atlantique) et Jean-Yves Roux (Alpes-de-Haute-Provence) ont remis au gouvernement un rapport sur la nécessité d’adapter dès à présent les infrastructures du pays. Ils ont listé les conséquences du « choc climatique inévitable » qui se profile à l’horizon 2050 et ont constaté que la France n’est pas prête à les affronter. « Au-delà de certains services de l’État, du monde scientifique et de quelques collectivités territoriales ou acteurs économiques pionniers, la mobilisation des acteurs de terrain et des filières économiques reste insuffisante », regrettait un co-auteur avant d’appeler à « changer d’échelle et d’ambition dans la mise en œuvre des politiques d’adaptation ».

Légende image. Sur la photographie, prise le 13 juin, un attelage de chiens de traineaux semble marcher sur une eau d’un bleu azur, dans le fjord d’Inglefield (Bredning), au Groenland. La banquise à cet endroit est, en effet, recouverte d’une couche d’eau pouvant atteindre par endroits 40 à 50 centimètres de profondeur, selon Steffen Olsen, chercheur au Centre pour l’océan et les glaces de l’Institut météorologique danois. Selon les calculs de l’équipe de chercheurs, plus de deux milliards de tonnes de glace auraient fondu durant la seule journée du 13 juin.

#Série_EtéSérie 1 : La Monnaie Virtuelle – Episode 2 : Libra (suite)

► Le « libra », la cryptomonnaie mondiale de Facebook dont le lancement est prévu en 2020, sera probablement utilisé dans des zones faiblement bancarisées mais équipées de téléphones mobiles offrant des services de crédit et de virement comme l’Inde et l’Afrique. Mais Facebook n’est pas la première entreprise venue avec ses 2,7 milliards d’utilisateurs. Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau explique dans un entretien à L’Obs : « Le Libra de Facebook devra se plier aux règles des banques centrales » et « Si l’ambition du projet est vaste, il ne pourra exister qu’en respectant les règles qui valent pour tous ». La crypto-monnaie de Facebook inquiète les sénateurs et députés américains, qui ont convoqué ses responsables.

► L’annonce du lancement de Libra par Facebook a relancé l’intérêt pour les cryptomonnaies. Le Bitcoin, l’Ethereum, le Litecoin… et la technologie sur laquelle ils reposent, la blockchain, semblent promis à un bel avenir. Il existe des milliers de monnaies cryptées. Petit tour d’horizon sur le site @Cnews. À lire : Près des deux tiers des Français ont entendu parler des cryptomonnaies et du bitcoin, selon le sondage Harris interactive. 8 sur 10 estiment que c’est un phénomène de mode. Classement des 100 meilleures crypto-monnaies en 2019

► « Nous vivrons bientôt dans un monde où n’importe qui pourra frapper sa propre monnaie et créer son propre système de paiement », écrit Edward Castronova, professeur d’économie et de télécommunication, dans son ouvrage Wildcat Currency (2015). Actuellement, chacun de nous emploie des monnaies virtuelles : points de fidélité du supermarché, miles de compagnies aériennes, jetons dans les jeux en ligne. Comme les monnaies locales dans les villes (il y en a plus de 40 en France), elles fonctionnent en circuits fermés et ne permettent des échanges qu’avec la société ou l’institution qui les émet. Ces nouvelles formes de monnaies ont l’avantage de faciliter les transactions et d’offrir plus de flexibilité pour financer des projets.

#Numérique

► Près d’un quart des Français (23%) se sentent « mal à l’aise avec le numérique », selon le livre blanc contre « l’illectronisme », ou illettrisme numérique, présenté par le Syndicat de la Presse Sociale. Son président, Philippe Marchal, explique mardi 25 juin sur @franceinfo que la fracture numérique, qui touche 11 millions de Français, est « un véritable handicap social qui touche toutes les catégories socio-professionnelles ». « Cela recouvre toutes les couches de la société, toutes les tranches d’âge, que les gens soient en milieu rural ou en milieu urbain », souligne-t-il. Au cours de l’année 2018, « plus de 19% ont renoncé à une requête, à une recherche, à un contact avec l’administration et ont abandonné un certain nombre de droits auxquels ils pouvaient prétendre. »

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Facebook bat monnaie au nez du vieux monde. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Le smartphone est-il en voie de disparition ? ; – « L’empathie devient la clé pour s’adapter au monde en mutation » ; – Comment Google, Facebook et Amazon dominent plus que jamais l’économie numérique ; – Les plateformes numériques digèrent le monde ; – L’Alliance mondiale pour des médias responsables se mobilise pour la sécurité numérique.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

21 Juin

Régions.news #382 – Edition du vendredi 21 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#382 en version pdf

Légende image. Pourquoi l’avion ne pourra pas échapper à la fiscalité verte. Le transport aérien émet beaucoup de CO² et paie peu d’impôts. La France devra taxer ce secteur comme les autres. L’avion va coûter plus cher. Crédit photo : Shutterstock.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Un téléphérique urbain vient d’être installé à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine). Il est exclusivement destiné à évacuer les gravats provenant des travaux de terrassement d’un chantier de la ville, un futur éco-quartier. « Ce téléphérique nous permet d’économiser 80 camions par jour, soit l’équivalent de 2 tonnes de CO². C’est une qualité de vie améliorée pour les riverains au quotidien, cela pendant 7 mois », indique Batiste Larcher, chef de projet Citallios. Ce téléphérique urbain de déblaiement est une première. En Île-de-France, 12 projets de téléphérique sont encore en sommeil. Celui de la liaison entre Créteil et Villeneuve-Saint-Georges divise toujours les habitants.

#Transport

► La France dispose désormais de son centre de développement de voitures autonomes. Il se situe au côté du circuit de Linas-Montlhéry (Essonne). Baptisé « Teqmoville », cette cité « pour de faux » est peuplée exclusivement de voitures qui apprennent à conduire toutes seules. Si l’opinion publique accorde aux humains le droit à l’erreur, elle exige de la machine une totale infaillibilité. Ainsi tout est mis en œuvre pour que les essais soient concluants : robots de conduite, cibles mobiles, échange de flux de données en Wifi et 5G. L’objectif est que la France devienne le leader de la voiture autonome en Europe.

#Ville

► « Qu’on le veuille ou non, aujourd’hui, le numérique est au cœur de nos usages. Il est donc important de l’appréhender comme un outil au service des citoyens et de la cité et pas comme une contrainte. Dès lors, il semble opportun de considérer que l’intelligence technologique, couplée à l’intelligence humaine, permettront de donner un sens et une réalité au territoire de demain », explique Tony Canadas, le président de La Ville Intelligente et Citoyenne (LVIC), dans sa tribune publiée sur le site @villeintelmag.

► Face à l’émergence des Smart Cities dominées par les grandes puissances mondiales, l’anthropologue et architecte togolais Sénamé Koffi Agbodjinou a fondé le projet HubCité, qui donne l’opportunité aux habitants de Lomé, au Togo, de se réapproprier leur espace urbain. Il explique sur le site @usbeketrica : « L’idée du projet HubCité est de développer dans la ville de Lomé des lieux sur le modèle des fablabs, des makerspaces, des espaces de coworking et des incubateurs de startups. Chacun de ces lieux a en charge un territoire dans un rayon d’un kilomètre et donne les moyens aux jeunes sur place de régler eux-mêmes les problèmes auxquels ils sont confrontés. Chaque lieu est amené, à terme, à devenir une banque de déchets car il aura été impulsé depuis ce lieu un dispositif de collecte de déchets, voire une mini centrale d’énergie qui alimente le quartier ».

Légende image. Des éoliennes et des panneaux solaires à Zhangjiakou, en Chine. Crédit photo : Stringer / Reuters. Aujourd’hui, 26,2 % de toute l’électricité consommée sur Terre provient de ces sources renouvelables, d’après un rapport par REN21, organisme lié à l’ONU.Mais en 2017, le total des aides publiques aux énergies fossiles pèse ainsi 300 milliards de dollars, soit le double du soutien aux énergies renouvelables. « Alors que les énergies renouvelables sont souvent bien moins chères, la comparaison est faussée par ces subventions aux énergies fossiles existant dans 112 pays, explique à L’Express Rana Adib, la secrétaire générale de REN21. Pour la première fois depuis longtemps, nous avons même constaté une hausse de 11% de ces aides contre-productives, ce qui montre un problème de volonté politique. »

#Série_Eté – Le 21 juin, c’est l’été et l’été, c’est le temps des séries estivales. Série 1 : La Monnaie Virtuelle.

► Episode 1 : Libra. D’ici 2020, Facebook va lancer sa propre monnaie virtuelle (crypto-monnaie), baptisée pour l’instant Libra qui veut dire « balance » en latin. Elle sera réservée à la communauté du réseau social et aux utilisateurs de Messenger, la messagerie de Facebook, ou encore Whatsapp… La monnaie transitera donc sur ces applications qui réunissent plus de deux milliards et demi de personnes sur la planète. Soit bien plus que le bitcoin, la plus célèbre des monnaies virtuelles, utilisée par 30 millions d’internautes. Pour se lancer dans l’aventure Facebook a trouvé comme partenaires 28 entreprises de divers secteurs et diverses nationalités dont Visa, MasterCard, PayPal, Uber, Lyft, Booking, Spotify, Vodafone… et en France l’opérateur télécoms Iliad (Free). Lire le dossier du quotidien @LesEchos : Facebook et le pari fou de la cryptomonnaie.

► Benoit Piédallu, membre de la Quadrature du net, association qui défend les libertés individuelles sur Internet, craint que cette monnaie soit « un élément supplémentaire dans l’hégémonie » de Facebook, et estime que cela va « augmenter son pouvoir sur les utilisateurs ». Il ajoute que « ces données de paiement sont une nouvelle manière d’accumuler des données sur les gens. » A lire aussi : Libra : dix choses à savoir pour tout comprendre à la future monnaie virtuelle de Facebook. [À suivre sur le site Régions.news].

#Télévision

► « Au comptoir de l’info » est le premier podcast natif de France Télévisions. Sous forme d’interview journalistique, un acteur qui fabrique l’information télévisée du service public, un grand reporter, un cameraman, un présentateur, vient se livrer, raconter, dévoiler la manière dont il travaille. Dans une ambiance sonore de comptoir de café, il confie ses doutes, ses joies, mais aussi ses peurs lorsqu’il est sur le terrain ou en studio. La série est réalisée par François Beaudonnet, éditorialiste sur franceinfo (canal 27) et grand reporter à France 2. – Episode 1 : Anne-Sophie Lapix, présentatrice du « 20 heures » de France 2, se livre sur ses débuts à France 2 en septembre 2017, sa relation aux réseaux sociaux, son rapport à la notoriété et sa vision du journal télévisé. – Episode 2 : Hervé Brusini, co-auteur du documentaire « Il était une fois le journal télévisé », le journaliste revisite l’histoire du JT mais aussi ses 40 années de carrière à France Télévisions.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Qui veut bien payer pour accéder à l’information ? À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Selon le nouveau rapport annuel de Reuters Institute seuls 11% de la population mettraient la main au porte-monnaie. Ce chiffre semble même atteindre un plafond puisqu’il stagne depuis plusieurs années. Ce phénomène serait alimenté par la concurrence frontale de services comme Netflix et Spotify, « la majorité [de la population] préférant dépenser leur budget limité en divertissement plutôt qu’en informations ». Si ce ne sont pas les consommateurs, les GAFA paieront peut-être ? Facebook commence à bouger. C’est ce que souhaitent les médias américains qui demandent au Congrès de contraindre Google et Facebook à partager leurs revenus.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

14 Juin

Régions.news #381 – Edition du vendredi 14 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#381 en version pdf

Légende image. Située sur la Loire, ancienne friche industrielle, l’île Beaulieu à Nantes fait l’objet d’un vaste projet de rénovation urbaine depuis le début des années 2000. Crédit photo : Frank Perry / AFP. L’île de Nantes est devenue ces dernières années emblématique du renouveau urbain. Il s’agit d’une initiative de régénération urbaine des anciens chantiers navals et d’un projet économique basé sur les industries créatives.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

 ► Bordeaux prépare le 1er congrès consacré aux transports intelligents et au climat. Ce premier rendez-vous se tiendra les 17 et 18 septembre 2019 à la Cité mondiale de Bordeaux. Il s’agira d’évaluer le rôle des systèmes de transport intelligent dans la stratégie mondiale en faveur du transport décarboné. Un dossier publié par le site @LaTribuneBdx aborde trois thématiques : 1/ Véhicules connectés : la Nouvelle-Aquitaine veut tester le platooning sur l’A63 ; 2/ Comment les acteurs néoaquitains se positionnent sur le créneau des transports autonomes ; 3/ Bordeaux, territoire d’expérimentation de la mobilité connectée. À lire aussi : Le congrès ITS4C 2019 sur la mobilité dite intelligente pour le climat qui se tient à Bordeaux les 17 et 18 septembre

#Ville

► Comment la végétalisation de nos villes peut nous protéger de la pollution et des canicules. Oui, le végétal rend l’air plus respirable et les grandes métropoles ont commencé à le comprendre ou sont en train de le comprendre. Prendre en compte l’environnement dans les aménagements urbains devient même tendance. L’Eurométropole de Strasbourg a mis en place différentes actions et plans pour rendre la vie en ville plus respirable. « Il devient de plus en plus clair qu’il faut une gestion intégrée, avec une vision globale, incluant l’air et sa pollution, le réchauffement climatique et la santé des citoyens, explique l’adjointe à l’environnement à la mairie, Christel Kohler. La végétation répond au triple enjeu: qualité de l’air, réchauffement climatique, santé des citoyens ».

► À l’occasion du festival Futur.e.s (ancien Future-en-Seine) qui se tient les 13 et 14 juin à Paris, le site du quotidien 20 Minutes se penche sur les conditions de vie dans la ville du futur, enfer ou paradis, en quatre épisodes. – Épisode 1 : La ville low-tech sera-t-elle la solution à tous nos problèmes ? Soit la ville ultra connectée, soit la frugalité numérique. – Épisode 2 : Circuits courts ou fermes sur les toits… Que mangera la ville du futur ? Comment faudra-t-il en sécuriser l’approvisionnement ? Agriculture urbaine high-tech ou reconnexion des villes avec les campagnes ? – Épisode 3 : La ville sobre en écrans, une nécessité pour la santé des enfants ? La prolifération des écrans font apparaitre trois risques majeurs pour les yeux : maladies oculaires, fatigue visuelle et myopie. – Épisode 4 : Comment gérera-t-on demain notre relation au digital ? Face à la surconsommation numérique problématique, la détox digitale pourrait être la voie du salut.

Légende image. Paris XIIIème Avenue de France et rue Tolbiac. Immeubles en bordure de gazon. Crédits photo : @padam92.

#Téléphonie

►  La France compte désormais 111 stations expérimentales consacrées à la 5G. Trois opérateurs se partagent ces sites : Bouygues Telecom en opère presque la moitié (52), suivi par Orange (34) et SFR (25). En revanche, Free, qui pourtant souhaite proposer l’ultra haut débit mobile en même temps que les autres. L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) propose depuis la fin 2018 un tableau de bord des expérimentations 5G en France, avec des informations complémentaires sur la nature des essais.

► Revue de liens : – Pourquoi la 5G se déploie si lentement en France ; – Le gouvernement dit vouloir éviter de folles enchères pour la vente des licences 5G comme en Italie, où les enchères ont atteint 6,5 milliards ; – Sans Huawei, la 5G coûtera très cher aux opérateurs européens ; – En pleine guerre technologique avec les Etats-Unis, la Chine accélère le déploiement de la 5G ; – Dans les télécommunications, la course à la 5G s’accélère.

#Energie

► Dysmus Kisilu, jeune ingénieur Kenyan en énergie renouvelable a créé « Solar Freeze », entreprise qui propose un service de stockage et de réfrigération fonctionnant à l’énergie solaire. Il met ainsi à la disposition des agriculteurs africains ces conteneurs qui permettent de stocker les légumes et les céréales invendus et de les maintenir au frais. Cette opération contribue à réduire le volume des déchets alimentaires et nourrir plus durablement la population. L’ingénieur explique que « 33% de la nourriture produite dans le monde n’est jamais mangée, ce qui représente un gaspillage de 1,3 milliards de tonnes gaspillées chaque année ».

#Entreprise

► Emmanuel Baudoin est enseignant chercheur à l’Institut Mines Telecom business school. Il vient de passer plus d’un an à étudier une question : les salariés français sont-ils à l’aise avec les technologies de l’information, sont-ils prêts pour la révolution numérique ou sont-ils des freins ? Pour le chercheur, 84% des salariés ont une image positive de l’IA, 61% pensent avoir les compétences nécessaires pour y faire face et 40% pensent que l’entreprise doit aller plus loin. « Six sur dix pratiquent l’apprentissage informel numérique. Par exemple, ils vont sur les réseaux sociaux pour avoir des informations. Ils vont voir des tutoriels sur Internet, ils regardent des vidéos sur Youtube. Il y a tout un univers dont les salariés se sont emparés ».

#Déchet

► Tous les déchets non recyclés des habitants de Singapour, qui en produisent deux fois plus que ceux de Paris, finissent d’abord dans des incinérateurs. Leur volume est réduit de 90%. Les cendres sont ensuite mouillées et transportées par bateau vers une île poubelle. Cette île artificielle est un immense mur sous-marin construit entre deux ilots naturels. L’espace est comblé petit à petit par les cendres des déchets.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Chaos chez YouTube. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – En Australie, Murdoch va virer ses journalistes sans compétences numériques ; – La Finlande est en train de gagner la bataille contre les fake news ; – Les américains pensent que les informations « fabriquées » sont un problème plus important que le réchauffement climatique ; – On va faire de Nice-Matin le « Netflix de l’info locale » ; – The New York Times s’essaie au reportage TV.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.