10 Août

Régions.news #340 – Edition du vendredi 10 août 2018

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#340 en version pdf

Légende image. L’Europe est traversée par une vague de chaleur. Ici, un avion survole Malaga, en Espagne, le 3 août. Photo de Jon Nazca.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Dans les villes, en temps de canicule, les températures sont presque toujours plus élevées au centre qu’en périphérie, car dans la journée, les surfaces sombres et imperméables, goudron, béton et autres surfaces sombres captent la chaleur. Plusieurs grandes villes sont entrées en guerre contre la chaleur. Pour rafraichir l’atmosphère, la solution est de réintégrer du végétal sur les murs et les terrasses. Comme à Rennes (Ille-et-Vilaine), où 1 000 arbres vont être plantés sur une ancienne friche réaménagée. À Marseille (Bouches-du-Rhône), l’eau puisée dans la mer permet de climatiser naturellement de nouveaux bâtiments.

► Le Groupement Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (Giec) prévient qu’à l’avenir les canicules seront plus intenses et plus fréquentes. Les températures dans les villes seront supérieures de plusieurs degrés à celles des zones rurales. Comment réinventer la ville pour faire face aux chaleurs étouffantes ? « La végétalisation est une des meilleures solutions aujourd’hui pour rafraîchir la ville, grâce à l’évapotranspiration des arbres, explique Amandine Crambes, ingénieure urbaniste à l’Agence pour l’environnement et la maîtrise de l’énergie, et quand un arbre respire par les feuilles, il évapore de l’eau et cette eau rafraîchit l’air. » A lire : Comment les villes s’emploient à faire baisser la température.

#Viva-Cités [La cité digitale et résiliente] Série estivale : une ville, un thème.

► Masdar, ville-désert. En 2006, l’émirat d’Abou Dabi (Émirats arabes unis) se lance dans la construction d’une « écocité », zéro carbone, zéro déchet non recyclable, 100 % énergies renouvelables. Masdar, cité high-tech, qui devait être achevée en 2016, ne sera pas terminée avant 2030. Cette cité accueille aujourd’hui 2 000 habitants, alors qu’elle a été pensée pour 50 000 personnes. « Vue du ciel, c’est un carré parfait. Une vue de l’esprit. Les concepteurs ont manifestement oublié de penser à ce que voulaient les habitants », observe Daniel Kaplan. Après tout, « qu’est-ce qu’une ville sinon ses habitants », écrivait Shakespeare dans Coriolan. « Et cela pose la question de la démocratie : quels représentants pour ces territoires ? Il nous faut inventer la phase d’après la disruption [rupture], la gouvernance des villes ne doit pas s’inspirer de celle d’Amazon, il faut disrupter la disruption », affirme le philosophe Bernard Stiegler qui participe au Projet « Territoire Apprenant Contributif », dans l’agglomération Plaine Commune (93). Prochaine étape : HongKong, ville-éponge.

► Revue de liens : – Pour Yannick Rumpala, maître de conférences en science politique à l’université de Nice, la notion de « smart city » doit laisser la place à celle de « fab city », où les habitants s’approprieraient les technologies pour produire richesse et bien-être à leur échelle.

Légende image. Ce cliché, du 18 janvier 2018, montre une formation de nuages sur Jupiter. Il a été pris par la sonde Juno lancée le 5 août 2011 par la Nasa .L’objectif : percer les mystères de la planète gazeuse Jupiter. Photo : Afp / Nasa. Voir les plus belles photos captées par la sonde Juno sur le site de @franceinfo

#IntelligenceArtificielle (Série de l’été – épisode 5).

► Supposons que dans des dizaines d’années, le travail des humains devienne moins compétitif que celui des robots, peu chers, corvéables à merci et parfaitement acceptés par la population. « Dans ce cas, il faut bien comprendre que l’on quitte le régime qui fonctionne depuis la révolution industrielle. Dans celui-ci, la machine-outil améliore la productivité de l’ouvrier sans le remplacer ; cette productivité accrue permet à l’entreprise d’embaucher et d’augmenter les salaires. Au final, elle profite à l’ouvrier et à la société en général », explique Gilles Saint-Paul, chercheur à Paris-Jourdan Sciences Économiques. Lire les six futurs possibles au XXIIème siècle imaginés par cet économiste. À lire : L’intelligence artificielle, nouveau compagnon de travail.

► Le quotidien canadien Le Devoir raconte l’histoire de deux immigrants qui ont choisi un métier d’avenir pour prendre un nouveau départ au Canada. Ainsi Silvia, venue de Moldavie, espère décrocher un poste de développeur-concepteur à la Ville de Montréal pour participer au développement de la « ville intelligente ». Quant à Ivan, réfugié burundais, il est retourné sur les bancs de l’école pour devenir programmeur informatique.

► Laurent Alexandre, auteur de « La Guerre des intelligences » explique : « On va vers une crise sociale si on n’améliore pas considérablement le système scolaire. La bourgeoisie met déjà ses enfants dans des écoles d’exception. Le souci, ce sont les enfants défavorisés que le système encourage à aller là où l’IA va les dévorer. Notre système scolaire est construit en dépit du bon sens. »

► Lecture : – La Commission Européenne a publié le 13 juillet son rapport annuel sur l’évolution de l’emploi et de la situation sociale en Europe (ESDE). Cette édition 2018 met l’accent sur les technologies numériques dont les impacts et enjeux tant économiques et sociaux que juridiques vont révolutionner le marché du travail et la situation sociale ; – L’intelligence artificielle conduira à des transformations profondes du travail, ainsi un rapport, « Intelligence artificielle et travail » passe au crible trois secteurs : les transports, les banques et la santé.

#Livres

► Des données personnelles à l’idéologie de la Silicon Valley, en passant par l’Internet « physique » et la liberté d’expression : @Pixelsfr, blog du quotidien Le Monde, a sélectionné huit livres pour comprendre les grandes problématiques d’Internet. Lecture : les recommandations pour cet été du site de @Metamedia

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Le temps compté sur Apple, Google, Facebook et Instagram. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Le XXIème siècle sera-t-il dominé par la Chine ? ; – De l’incapacité à compatir face au flux des informations en continu ; – Désinformation, protection de la vie privée : un influent sénateur démocrate US propose 20 pistes pour contrer les plateformes ; – Six scénarios d’un monde sans travail ; – Youtube : huit chaînes éducatives pour s’instruire pendant les vacances.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

03 Août

Régions.news #339 – Edition du vendredi 3 août 2018

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#339 en version pdf

Légende image. Un pompier de Cal Fire arrose un incendie situé près de la ville d’Igo, en Californie, le 28 juillet (Photo de Hector Amezcua / AP).  Voir les images impressionnantes des incendies qui envahissent la Californie sur le site @Figaro_Inter.

#Viva-Cités [La cité digitale et résiliente] Série estivale : une ville, un thème.

► Singapour, ville-éprouvette. Singapour est une cité-état de 720 km², enclavée entre la Malaisie et l’Indonésie et qui compte aujourd’hui plus de de 5,8 millions d’habitants. Singapour serait la ville la plus intelligente du monde, d’après l’Indice mondial de performance des villes intelligentes qui classe les 20 meilleures villes intelligentes dans le monde. Cet indice est déterminé par le degré d’intégration des technologies de l’Internet des objets (IoT) et des services connectés dans quatre domaines clés : transport, santé, sécurité publique et productivité. Ainsi depuis 2014, Singapour ambitionne de devenir un laboratoire planétaire de la ville totalement digitalisée. Pour cela elle a déployé un nombre immense de capteurs et de caméras à travers la cité-État qui permettra au gouvernement de tout surveiller, de la propreté des espaces publics, à la densité des foules et au mouvement précis de chaque véhicule immatriculé. « Les Singapouriens ont une vision à très long terme, sur plus de 30 ans, explique Arnaud Leretour, directeur ASEAN-Pacifique de Business France. « Ils planifient le futur de manière très réfléchie. » Ainsi pour Ramakrishna Purushotaman, responsable de l’agence CIO Academy, « La technologie est de longue date inscrite dans notre ADN » et que « Singapour est le laboratoire du monde pour l’innovation » Prochaine étape : Masdar, ville-désert.

► Ce modèle a une limite. Anthony Townsend, chercheur à l’université de New York défend dans un article de la Technology Review, que « l’utopie parfaitement contrôlée et efficiente d’une ville sécurisée et intelligente peut fonctionner dans un lieu comme Singapour. Mais elle ne fonctionnerait probablement pas à New York ou à Sao Paulo, où les attentes en termes de conception et de ce qui fait la vitalité d’une communauté sont complètement différentes ».  Anthony Townsend confirme ainsi qu’il n’y a pas de modèle unique de ville intelligente.

► Revue de liens : – En juillet, des hackers ont volé des dossiers médicaux appartenant à 1,5 million d’habitants de Singapour, plus du quart de la population. Tous les services de santé de Singapour ont reçu l’ordre de déconnecter leurs ordinateurs du réseau ; – Singapour transforme une île en vitrine technologique des énergies renouvelables ; – Singapour, le terrain de jeu idéal pour les véhicules autonomes ?

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Le quartier de Smartseille, au nord de Marseille, s’alimente en énergie grâce à la thalassothermie. Il s’agit d’un réseau d’eau tempérée qui alimente des bâtiments à partir de l’énergie thermique de la mer. L’eau de la Méditerranée sert ainsi aux bureaux, aux hôtels et aux logements de ce quartier pour chauffer ou climatiser.

► Comment regrouper des personnes qui ont des toitures disponibles mais peu d’argent et des personnes qui ont envie d’investir dans le solaire mais pas de toit adapté ? Des coopératives ont développé le « cotoiturage » aident à développer l’électricité photovoltaïque entre voisins. Découvrer l’exemple du quartier de la Marronnière, à la Roche-sur-Yon en Vendée.

Légende image. Des décennies de recherches fondamentales ont permis de relever un défi sans précédent dans l’histoire de l’humanité : celui de développer des machines intelligentes. Le défi est maintenant de rendre ces machines morales. Lire le billet de Marina Pavlovic Rivas, Consultante indépendante en exploitation de données, L’IA n’est pas neutre : quand l’algorithme apprend, qui enseigne ?, sur le site de @metamedia. Crédit photo : Erik Eastman via Unsplash.

#IntelligenceArtificielle (Série de l’été – épisode 4).

► Un rapport publié par l’ACLU (American Civil Liberties Union) révèle que le logiciel de reconnaissance faciale d’Amazon, Rekognition, a confondu 28 des 435 membres du Congrès américain avec des criminels. Pire encore, une fois de plus, l’intelligence artificielle semble avoir fait preuve de discrimination raciale. 39% des personnes de couleur ont été identifiées comme des criminels, contre seulement 5% de blancs.

► La diversité humaine est un enjeu central pour le développement de l’intelligence artificielle. Que ce soit dans les universités ou dans les grandes entreprises du numérique, les chercheurs et ingénieurs en IA sont principalement des hommes blancs, même si la Chine est devenue un acteur majeur du secteur. Et cela n’est pas sans conséquence. « Ces algorithmes échouent plus souvent pour les femmes, les migrants, les personnes qui ne savent pas lire… Il ne faut pas qu’ils fonctionnent seulement pour ceux qui les ont conçus, mais pour tout le monde », expliquait la mathématicienne Cathy O’Neil, auteure de « Weapons of Math Destruction », un livre très critique sur l’impact sociétal des algorithmes, lors du sommet sur l’intelligence artificielle organisé par le gouvernement français à Paris, le 29 mars.

#Data

► Valeria Faure-Muntian, députée de la Loire, a remis le 20 juillet un rapport sur les « données géographiques souveraines » c’est-à-dire « indispensables aux décisions de la puissance publique et dont la disponibilité conditionne la possibilité même la décision publique ». Aujourd’hui les grandes sociétés de l’Internet, comme Google, Waze, Uber…, ont constitué des fonds géographiques dont la richesse, la simplicité d’utilisation et la gratuité. Pour le rapport, ces données le socle des politiques de demain. Encore faut-il que les pouvoirs publics animent et coordonnent leur production. Autrement les collectivités locales, les PME et les citoyens deviendront captives des grands acteurs privés. Ainsi il est recommandé que l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) bascule vers l’open data et de coordonner et animer une géoplateforme.

#Audiovisuel

► Les Américains désertent le câble pour Netflix et Hulu. En 2018, ils seront 8,1 millions aux Etats-Unis à s’être détournés de la télévision payante traditionnelle, avance une étude du cabinet eMarketer. En 2017, ils étaient plus de 10 millions à avoir résilié leur abonnement TV au câble pour investir dans les services de vidéo à la demande tels que Netflix ou Hulu. Ce phénomène a un nom précis : le « cord-cutting », en français « couper le câble ». Et si cette tendance a déjà quelques années, la part des « cord-cutters » a augmenté au-delà des prévisions. La hausse prévue était de 22% de hausse et finalement, elle est de 33%.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Netflix installe son premier studio de production en Europe. À retenir cette semaine : – Netflix attaque le marché européen depuis l’Espagne. La plateforme de vidéo à la demande a annoncé cette semaine la création de son premier « hub » de production européen, près de Madrid. Un choix reposant sur le succès de la série La Casa de Papel qui est, selon Netflix, le programme en langue non anglaise le plus regardé de la plateforme.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

27 Juil

Régions.news #338 – Edition du vendredi 27 juillet 2018

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#338 en version pdf

Légende image. À 1 400 m d’altitude, des mains soutiennent le Golden Bridge à Da Nang au Vietnam. A voir aussi: Golden bridge on Ba Na Hills sur @YouTube.

#Viva-Cités [La cité digitale et résiliente] Série estivale : une ville, un thème.

► Toronto, ville-Google. Depuis octobre 2017, Sidewalk Labs, filiale d’Alphabet, maison mère de Google, souhaite développer sa vision de la ville du futur avec la construction d’un quartier entier à Toronto, au Canada. Une cité connectée et ultra-moderne où fusionneront « le monde physique et le monde numérique », avec caméras, capteurs, micros, interfaces qui permettront ainsi d’analyser en temps réel l’activité et la qualité de vie des habitants. Ce maillage électronique va agréger un nombre illimité de données collectives et personnelles. Chaque habitant se verra attribuer un numéro individuel lui permettant d’accéder à l’ensemble des services de la ville. Cette collecte de données en tout genre n’est pas sans susciter des craintes de dérapages liés au respect de la vie privée. Ainsi c’est la première fois qu’une ville confie un vaste projet de réaménagement urbain à un géant du numérique. Jusqu’ici, leur intervention en matière d’architecture et d’urbanisme se limitait à l’aménagement de leurs sièges sociaux. Ce quartier de Toronto deviendra-t-il une petite ville moderne ou une entreprise privée technologique ? Les prochaines étapes : Singapour, ville-éprouvette ; Masdar, ville-désert ; Berlin, ville-éponge ; Helsinki, ville-citoyen, Lille, ville-SunRise.

► Revue de liens : – Google à la conquête des villes, un urbanisme en trompe-l’œil ; – Réaménager le secteur riverain de Toronto en tant que ville intelligente du futur soulève la question suivante : le futur de Google est-il celui que nous souhaitons ? ;-  Google construit une ville du futur à Toronto. Quelqu’un veut-il vivre là-bas ?

► « Il est temps aujourd’hui de dépasser cette alternative des imaginaires extrêmes, idylliques ou cauchemardesques, et de regarder la réalité en face. Cette réalité, c’est que deux visions de la cité souhaitable sont en train de s’opposer, et vont le faire durablement : d’un côté, la cité politique, dirigée par un maire élu par des citoyens, qui se fixe des ambitions à long terme en visant un intérêt général ; de l’autre, la ville service numérisée, pilotée par les « maîtres des algorithmes » et qui vise à répondre en temps réel aux demandes d’usagers plus ou moins sollicitées par des algorithmes prédictifs. Finalement, c’est nous, citadins, qui choisiront, car nous sommes à la fois citoyens et usagers. », explique l’économiste Jean Haëntjens, auteur de livre, « Comment les géants du numérique veulent gouverner nos villes » (mai 2018).

#Transport

► Depuis lundi 16 juillet, l’aéroport de Nice a mis en place la reconnaissance faciale pour le contrôle aux frontières. Comment ça marche ? La reconnaissance automatique compare votre visage avec la photo stockée dans le microprocesseur de votre passeport biométrique. Cette technologie, de plus en plus utilisée en plein décollage dans les aéroports mondiaux obligés de fluidifier la circulation des passagers. Ces nouvelles bornes remplacent le contrôle classique par un policier ou un agent de sécurité. A lire : Peut-on faire confiance à la reconnaissance faciale ?

Légende image. Le 8 octobre 2017, l’artiste français JR organise un gigantesque pique-nique des deux côtés de la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis, près de Ticate. Les gens se sont rassemblés autour des yeux de Mayra, mineur sans-papiers. Crédit : JR-Art.net. Reporters sans frontières publie son album annuel « 100 photos pour la liberté de la presse », avec les clichés signés JR., artiste français. « Je possède la plus grande galerie d’art au monde : les murs du monde entier. J’attire ainsi l’attention de ceux qui ne fréquentent pas les musées habituellement. », explique-t-il.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Il y a deux ans, près de Poix-de-Picardie, une multinationale américaine qui souhaitait s’installer dans la région, a démarché les agriculteurs locaux pour produire des légumes. Parmi les agriculteurs approchés, vingt ont eu l’idée de lancer leur propre production de légumes de plein champ. « Autant que ce soit des gens du secteur qui le fassent », raisonne le président société d’intérêt collectif agricole Somme de saveurs créé en avril. En tout, 700.000€ ont été investis pour du matériel très pointu. Chaque euro gagné sera partagé en fonction des moyens de l’implication de chacun.

#Media

► Ouest Médialab est à la fois un cluster [coordination sectoriel] et un laboratoire d’expérimentation des médias qui réunit une grande variété d’acteurs autour de projets d’innovation numérique en régions Pays de la Loire et Bretagne. Le site de Meta Media a eu l’occasion d’échanger avec son directeur, Julien Kostrèche, qui a expliqué sa stratégie pour construire une communauté de confiance capable de dépasser méthodiquement les contraintes du secteur et de faire bouger les lignes du numérique dans les médias. Propos recueillis par François Fluhr, France Télévisions (Prospective et MediaLab), et publié sur le site de @metamedia

#IntelligenceArtificielle (Série de l’été – épisode 3).

► Il est tous les jours question d’Intelligence Artificielle (IA) dans les médias, laissant penser qu’il s’agit d’une technologie apparue ces dernieres années. Pourtant, l’IA a, depuis les années 1950, intégré l’industrie technologique. Les investissements dédiés à l’IA devraient être multipliés par 3 d’ici 2020 selon IDC, jusqu’à 46 milliards de dollars. Le secteur des Médias et Divertissements et celui de la vidéo devraient bénéficier très rapidement des avantages de l’IA. En effet, ces deux secteurs produisent une très grande quantité de données, qui répond parfaitement aux attentes de l’IA qui a besoin de brasser des données pour s’améliorer. Il est à prévoir que l’IA aura un impact décisif pour ces domaines. Il s’agit maintenant de savoir comment l’IA va modifier positivement le secteur de la télévision, au niveau des différentes étapes de la chaîne de production d’un contenu ? À lire Sommes-nous maîtres de nous-mêmes ? Atouts et dangers de l’intelligence artificielle.

#Ville

► Comment, en quatre cents ans, la concurrence entre les villes d’Amsterdam, de Londres et de New York pour dominer l’économie mondiale a suscité un nouveau modèle urbain. Frédéric Wilner retrace cette captivante aventure historique. 1er volet : Un siècle d’or, 1585-1650 ; 2ème volet : Conflits et intérêts, 1650-1800 ; 3ème volet : Le choc de la modernité, 1800-1880 ; Dernier volet : La course au gigantisme, 1880-2017.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

20 Juil

Régions.news #337 – Edition du vendredi 20 juillet 2018

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#337 en version pdf

Légende image. Série de photographies de David Jordan sur la résilience de la ville de Detroit au clair de lune. Récemment, Detroit a dépensé 185 millions de dollars pour installer des dizaines de milliers de nouveaux lampadaires LED dans toute la ville.

#Viva-Cités [La cité digitale et résiliente] Série estivale : une ville, un thème.

► Detroit, ville-résilience. En 2013, la ville de Detroit, endettée de 18,5 milliards de dollars, a déclaré faillite. Ancienne capitale automobile des États-Unis, elle est devenue une « Shrinking city », une ville « qui rétrécit ». Elle est passée de 1,8 million d’habitants en 2005 à 700.000 en 2012. Depuis 2016, tel un phénix, Détroit semble renaître de ses cendres. Elle expérimente un modèle de gestion davantage communautaire et inclusif, grâce à l’action de nombre d’ONG qui ont pris, durant un temps, le relais d’une municipalité défaillante. En 2018, son système scolaire, qui assure l’éducation de 46.000 élèves, vient d’être remis à flot par l’État du Michigan.

► À voir le documentaire sur le site de @Artefr : USA : Detroit, la renaissance. À lire : Détroit, le phœnix du Midwest. Les prochaines étapes : Toronto, ville-Google ; Singapour, ville-éprouvette ; Masdar, ville-désert ; Berlin, ville-éponge ; Helsinki, ville-citoyen.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► L’entreprise technologique bordelaise Invivox a développé une plateforme permettant de mettre en relation des médecins du monde entier qui se déplacent chez leurs confrères pour découvrir une nouvelle technique opératoire ou encore une nouvelle approche thérapeutique. Ces formations s’effectuent au bloc opératoire ou en salle, en tête-à-tête ou en petits groupes. Un des fondateurs explique : « On veut démocratiser l’accès aux meilleurs experts du monde entier, la formation continue des médecins est un défi du XXIème siècle, et un médecin bien formé, c’est la garantie de patients mieux soignés ». La société compte aujourd’hui plus de 1 400 formateurs originaires de plus de 63 pays.

► Montpellier est la 2ème ville après Paris pour la création de jeux vidéo, avec près de 90 entreprises et plus de 600 emplois. Une situation qui crée des besoins de formation, car il n’y a que 12 écoles spécialisées en France. « Jouer n’est pas la même activité que créer un jeu. Les premières années, on va travailler avec les élèves sur cette distinction, pour leur donner un regard professionnel, les amener à considérer le jeu comme un produit qu’il faut analyser et qui obéit à des règles », explique Brice Maurin, responsable pédagogique à l’école ArtFx spécialisée dans les effets spéciaux.

Légende image. Depuis la Villette, en passant par Pantin et Bobigny, d’étonnants portraits de musiciens et comédiennes célèbres sont à découvrir sur les murs qui bordent le canal de l’Ourrcq. Sur cette photo d’Arthur Crestani, on découvre Marion Cotillard dessinée par l’Américaine BK Foxx.

#Ville

► Pour Tony Canadas, Président de La Ville Intelligente et Citoyenne (LVIC), connecter une ville ne la rend pas plus intelligente pour autant. Ainsi « la Smart City relève-telle de l’intelligence collective ou se résume-t-elle finalement à une gestion optimisée des flux via l’outil numérique ? La question n’est malheureusement pas si tranchée, puisque la notion de Smart City semble faire entrer en conflit les technologies et les usages, alors qu’il serait plus judicieux qu’elles fonctionnent de concert. », s’interroge-t-il.

#IntelligenceArtificielle (Série de l’été – épisode 2).

► Jean-Gabriel Ganascia, chercheur en intelligence artificielle au Laboratoire d’informatique de Paris VI, explique ce qu’est l’intelligence artificielle : « C’est d’abord une discipline scientifique, née au milieu des années 1950, qui vise à comprendre l’intelligence humaine à travers la simulation de toutes les fonctions cognitives qui y contribuent. Elle tente de reproduire avec l’informatique notre aptitude humaine à mémoriser et apprendre, à raisonner, à utiliser un langage, après que nos organes des sens (la vue, l’ouïe, l’odorat, le toucher…) nous ont donné une perception du monde extérieur. Si l’IA suscite un tel engouement aujourd’hui, c’est que les masses de données que nous produisons, sont toutes enregistrées ou presque. Et de nombreuses applications permettent d’en tirer parti. »

► Dans une lettre ouverte publiée le 18 juillet, plus de 2 400 chercheurs, ingénieurs et entrepreneurs dans le secteur de l’intelligence artificielle se sont engagés à « ne jamais participer ou soutenir le développement, la fabrication, le commerce ou l’usage d’armes létales autonomes ». Ils appellent « les gouvernements à bâtir un avenir encadré par des normes, des règles et des lois internationales solides contre les armes létales autonomes. Étant donné que cela n’existe pas encore, nous avons décidé de nous en tenir à ce principe. »

► Coupe du Monde de football : l’intelligence artificielle s’est encore spectaculairement plantée dans ses prévisions. Trois banques, UBS, Goldman Sachs et la Commerzbank, ont vu sortir de leur big-data (données massives) une finale Brésil-Allemagne. La France n’était prévue qu’en cinquième position.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Grosse offensive de Facebook et YouTube sur l’info. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Cette semaine, l’info est au cœur de l’intérêt des géants du web. Facebook a ainsi annoncé mercredi le lancement de plusieurs émissions d’information, dont certaines quotidiennes, en partenariat avec des géants des médias comme CNN, ABC ou Fox News, pour alimenter sa plateforme vidéo Watch. Peut-être un pas vers une prise de responsabilité éditoriale ! De son côté YouTube ré-affirme sa volonté de devenir une destination majeure pour l’info en investissant 25M$ pour privilégier le journalisme et lutter contre les fake news. La plateforme entend ainsi favoriser les infos qui font autorité et utiliser des YouTubeurs connus pour éduquer les jeunes. La filiale de Google serait-elle sur le point de « disrupter » l’éducation aux médias et à l’information ?

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

13 Juil

Régions.news #336 – Edition du vendredi 13 juillet 2018

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#336 en version pdf

Légende image. Depuis le 1er janvier 2017, la loi Labbé interdit aux personnes publiques d’utiliser ou de faire utiliser des pesticides de synthèse pour l’entretien des espaces verts, forêts, promenades ouverts au public. L’éco-pâturage peut devenir une nouvelle pratique d’entretien. Ainsi dans un quartier de Lille (Nord), l’utilisation de moutons pour tondre l’herbe peu réduire de 30% le coût de la tonte. Plusieurs villes se sont tournées vers cette solution comme Nanterre et Grenoble.

#Viva-Cités [La cité digitale et résiliente] Série estivale : une ville, un thème.

► Montréal, ville-agriculture. Certaines villes québécoises ont été des pionnières dans le domaine de l’agriculture urbaine. Montréal, dont le Palais des congrès se coiffe de vignes depuis 2017 et qui fêtait notamment les 40 ans de ses jardins communautaires en 2015, augmente son soutien financier pour l’agriculture urbaine, l’alimentation saine et le verdissement de la ville au sein du nouveau programme de Quartier intégré. Selon un sondage réalisé par la municipalité en 2013, 42 % des Montréalais pratiqueraient l’agriculture urbaine. En 2009, Mohamed Hage fondaient les Fermes Lufa. Elles possèdent aujourd’hui trois grandes serres sur des toits d’immeubles montréalais. La température à l’intérieur reste toujours au-dessus de 25 C et permet de cultiver des légumes grâce à la technique de l’hydroponie. Les Fermes Lufa livrent chaque semaine plus de 10 000 paniers de légumes frais dans plus de 350 points de distribution à travers le Québec. L’objectif : nourrir les villes. À voir « Un été à Montréal », émission « Échappées belles » sur France 5.

► « Le mouvement de l’agriculture urbaine dépasse largement les grands centres urbains et on trouve maintenant des initiatives sur l’ensemble du territoire québécois et Cultive ta ville vient souligner cela. Du petit jardin sur un balcon à la ferme sur un toit, en passant par les jardins communautaires et collectifs, la pratique de l’agriculture urbaine n’aura jamais été aussi effervescente ! », explique Éric Duchemin, directeur scientifique de la plateforme Cultive ta ville située à Montréal.

►  Les prochaines étapes : Detroit, ville-résiliente ; Toronto, ville-Google ; Singapour, ville-éprouvette…

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► David Gruson, ancien directeur d’hôpital et membre de la chaire santé de Sciences Po, vient de publier SARRA, une intelligence artificielle, un « polar bioéthique » sur l’IA. Dans un entretien avec France 3 Nouvelle-Aquitaine, il explique : « L’Intelligence Artificielle, c’est simplement un dispositif artificiel d’aide à la décision, ou de décision par algorithme. L’algorithme est un outil mathématique, qui propose des orientations à partir d’un très grand nombre de données. Dans le champ de la santé, on travaille sur les examens de laboratoires, l’exécution des analyses biologiques, la dispensation de médicaments… ».

Légende image. Une cascade réagissant aux déplacements des spectateurs, dans le « Mori Building Digital Art Museum : teamLab Borderless », musée ultra-technologique à Tokyo où des oeuvres projetées communiquent entre elles et réagissent aux visiteurs. C’est l’art numérique d’un collectif japonais, teamLab qui s’expose en trois dimensions sur 10 000 m² dans un bâtiment dédié unique au monde, au sein du quartier futuriste d’Odaiba prisé des touristes. (Photo : TeamLab).

#IntelligenceArtificielle (Série de l’été – épisode 1).

► « Demain, ce sera l’intelligence artificielle qui fédèrera les gens ». Dans les années 1980, Sari Stenfors a étudié l’intelligence artificielle à Berkeley. « Les perspectives de l’IA m’excitaient. J’étais persuadée que ça allait changer le monde. J’étais bien naïve », confie, trente ans plus tard la prospectiviste finlandaise. Après s’être intéressée à l’anthropologie numérique, qu’elle définit comme « l’impact des technologies sur notre société », Sari Stenfors a fondé en 2012 à San Francisco un groupe de réflexion, l’Augmented Leadership Institute. Lors du  festival Startup Extreme, organisé en juin en Norvège, le magazine @UsbekEtRica a échangé sur sa vision d’un futur où nous serons des cyborgs travaillant à domicile et revendant nos données de santé…

► Les professionnels de la collecte des données numériques et de l’intelligence artificielle (IA) seront-ils bientôt invités à prêter serment à la fin de leurs études, comme le font les médecins ? Face aux scandales liés à l’utilisation frauduleuse des données personnelles et à la crise de confiance des utilisateurs, les initiatives se sont multipliées ces derniers mois aux États-Unis en faveur d’un Internet plus « juste ».

► Pour les entreprises, il est généralement difficile de construire un service alimenté par l’intelligence artificielle. Ainsi certaines start-up sont arrivés à la conclusion qu’ils était moins cher et plus facile d’amener les humains à se comporter comme des robots que de construire des machines qui se comporteraient comme des humains. Cela s’appelle la « technique du magicien d’Oz » ou stratagème de simulation.

#BandeDessinée

► Pour l’été, Arte revient avec la saison 2 de sa bande dessinée spécialement conçue pour Instagram. Tous les jours pendant juillet-août. Ils seront publié sur le compte @ete_arte. L’histoire : « Avant de s’engager, le couple formé par Abel et Olivia, décide de se séparer afin de vivre un dernier été en solo. Leur amour y résistera-t-il ? » Camille Duvelleroy, l’une des scénaristes de la série explique dans Libération : « On a poussé les curseurs du dessin et de l’animation plus loin, on sort du case à case et on assume une réalisation graphique encore plus pensée pour Instagram ».

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Les BATX lorgnent sur l’Europe et commencent à s’allier à des groupes français. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – A Strasbourg cette semaine, le Parlement européen vient de rejeter la directive controversée sur le droit d’auteur, après des semaines de tractations et d’intense lobbying des parties prenantes. Le débat va donc reprendre ; – L’actualité législative est chargée aussi en France où deux propositions de lois sur les fake news viennent d’être votées à l’Assemblée nationale après un débat tendu. Reste à attendre leur lecture au Sénat, prévue pour fin juillet ; – À Strasbourg cette semaine, le Parlement européen vient de rejeter la directive controversée sur le droit d’auteur, après des semaines de tractations et d’intense lobbying des parties prenantes. Le débat va donc reprendre ; – Les TV connectées vous espionnent aussi ; – Comment Amazon est en train de déployer son service TV payant en Europe.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

06 Juil

Régions.news #335 – Edition du vendredi 6 juillet 2018

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#335 en version pdf

Légende image. L’Ile-de-France veut favoriser l’installation de nouveaux agriculteurs. En 15 ans, la  surface agricole francilienne a chuté de 14.000 hectares et le nombre d’agriculteurs a diminué de 26 %. Ainsi la région a adopté la semaine dernière un Pacte agricole de 150 millions d’euros pour la période 2018-2022, à raison de 30 millions d’euros investis chaque année. Photo de Ludovic / Rea.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► une ferme maraîchère de plus de 2 000 m² sera construite au cœur même du projet d’HLM, Les Jardins Perchés, à Tours (Indre-et-Loire). L’objectif est de « renouer un contact entre l’urbain et la culture maraîchère tout en créant du lien social », expliquent les dirigeants de Tour(s)Habitat, bailleur social de l’immeuble. Ce projet hybride, un des premiers en France qui prévoit dès sa conception de mêler habitat social et production maraîchère, vient de gagner le prix « Habitat » du concours européen organisé par « Le Monde Smart Cities » pour récompenser les innovations urbaines.

► Dans le quartier populaire de Wazemmes à Lille, l’association « Emmaüs Connect », créée en 2013, souhaite contribuer à une société où le numérique « est également une chance pour les démunis ». Une enquête d’étudiants de l’université de Lille montre ainsi qu’environ 40 % des Nordistes sont inquiets de la numérisation des services publics. « Cette inquiétude est plus large que la simple maîtrise de l’outil et on l’a sous-estimée », indique Jean Deydier, directeur d’Emmaüs Connect,

#Logement

► A la prochaine rentrée universitaire à Montpellier, deux étudiants volontaires seront sélectionnés pour habiter gratuitement une colocation tout confort. En échange, ils devront accepter que leurs faits et gestes deviennent un objet d’étude. Chaque jour, ils auront à répondre à un questionnaire pour évaluer leurs ressentis. Au bout du couloir, dans une pièce attenante à l’appartement, seront installés des serveurs pour y stocker leurs données personnelles, transmises ensuite, de l’autre côté de la ville, aux ordinateurs des laboratoires de la Maison des sciences de l’homme. Il s’agit d’une expérience scientifique, pilotée par des chercheurs du CNRS de Montpellier. Ce dispositif, HUman home projecT (HUT), est un observatoire du logement connecté pour évaluer au jour le jour les comportements d’étudiants cobayes et leurs usages de la connexion, en partenariat avec des entreprises et la métropole de Montpellier.

#CivicTech

► La jeune pousse iD City, créée en 2015 à Concarneau, propose aux municipalités une plateforme numérique pour améliorer la concertation avec les citoyens. « Notre objectif est d’accompagner les collectivités dans leur démarche de concertation en proposant une plateforme numérique personnalisable. Les collectivités l’utilisent pour compléter leur dispositif physique », explique un des salariés de la start-up. Et il ajoute : « Les dispositifs physiques rencontrent des limites. Peu de personnes se rendent aux réunions publiques, et on y retrouve souvent des retraités. Il faut aussi être à l’aise à l’oral. Les plateformes de concertation sur internet permettent de contourner des barrières temporaires et spatiales. Les citoyens peuvent s’exprimer quand ils le veulent. »

Légende image. L’intelligence artificielle n’existe pas, mais elle va quand même prendre votre job. Un point de vue de Philippe Rolet, docteur en IA à l’Université Paris-Sud qui estime que « Le travail ne disparaît pas. Ce sont les jobs de poinçonneurs des Lilas qui disparaissent, et quand on sait comment finit la chanson, on ne peut que s’en réjouir. » Crédit illustration : Shutterstock

#Viva-Cités [Rubrique : la cité digitale et résiliente]

► « La révolution numérique ne saurait se réduire à une simple révolution technique. C’est avant tout une révolution des pouvoirs. Le numérique donne de nouveaux moyens et de nouvelles capacités d’action à ceux qui n’en avaient pas. » Benoît Thieulin, agence digitale La Netscouade,  dans l’article « Gouverner à l’heure de la révolution des pouvoirs » (Revue Pouvoirs n°164 « Datacratie » – 2018).

► A l’heure des défis énergétiques, Jessica Pellegrini, fondatrice de l’entreprise niçoise Azzura Lights, pose la question de la place qui est laissée à l’humain dans la construction d’une ville dite « intelligente ». Elle explique qu’il « faut consommer moins et avec plus d’efficacité, en abordant d’abord les questions sociales. Aujourd’hui, par exemple, le processus de la transition énergétique est questionné essentiellement d’un point de vue technique. La transition énergétique implique une culture moins énergivore. Il ne suffit pas de faire une loi pour que le social se soumette. Le socle, c’est la société de consommation. C’est sur ce socle que nous devons lancer une dynamique et un accompagnement pragmatique, pour accélérer collectivement la transition énergétique, aux côtés des acteurs des territoires, des citoyens et des fournisseurs de solutions qui s’y engagent. »

#Presse

► Aujourd’hui, ne faut-il pas dépasser la crise de confiance envers l’image. À l’ère du tout image, la peur des écrans ou la crainte de manipulations créent une crise de confiance sur le rôle éthique et politique des images. Apprendre à vivre avec celles-ci est un enjeu de société. D’où la nécessité de savoir les décrypter, et d’être informé sur qui les produit et comment. Du 20 au 25 juin, le site de @InaGlobal est revenu sur cette problématique en publiant six articles : 1 – Le diable est dans les écrans : vraiment ? ; 2 – Éduquer les jeunes aux images, un enjeu de citoyenneté ; 3 – L’image, une interprétation subjective du passé ; 4 – La banalisation des images d’archives dans les JT, un problème éthique ; 5 – Vérifier les images : un principe intangible pour l’AFP ; 6 – Danger de l’image, image en danger.

#Audiovisuel

► Comment l’Intelligence artificielle peut sauver la télévision. Le secteur des médias et du divertissement devrait bénéficier très rapidement des avantages de l’IA qui, plus elle dispose de données à brasser, plus elle s’améliore en termes d’intelligence. Compte tenu de la très grande quantité de données produites par ce secteur, il est à prévoir que l’IA va avoir un impact de premier ordre dans ce domaine. Lire la chronique de @dumeny sur le site de @journaldunet. À lire : En 2019, la consommation Internet dépassera celle de la télévision et Télévisions, le nouvel âge d’or du documentaire.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Netflix fait même peur à Apple. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Tous médias ? Les plateformes ne sont toujours pas à la hauteur ; – Quel degré de réalisme pour nos robots ? ; – Les écrans étant exploités à fond, l’avenir est désormais dans l’air ; – Les universités sont dépassées par la vitesse de changement de l’industrie des médias ; – Penser autrement l’apprentissage des machines.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

29 Juin

Régions.news #334 – Edition du vendredi 29 juin 2018

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#334 en version pdf

Légende image. Le 21 juin, c’était la quatrième journée internationale du yoga, Voici dix photos pour faire le tour du monde des yogis du jour. Pour le Premier ministre indien, Narendra Modi, cette discipline plurimillénaire est un instrument de diplomatie culturelle. Pour vous détendre, franceinfo vous propose un tour du monde des yogis du jour. La photo a été prise à Guilin, en Chine, par Pan Zhixiang / Xinhua / Afp.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

La voiture sans chauffeur à Rouen est une première en Europe. Les tests de véhicules autonomes franchissent une nouvelle étape en France. Le 26 juin, Renault et Transdev ont présenté un service de voitures autonomes partagées et à la demande sur le technopôle du Madrillet, en périphérie de Rouen. Sur une boucle de trois kilomètres, les usagers pourront, depuis l’application de transport local, commander une Renault Zoé autonome stationnée dans l’une des 17 stations réparties le long du parcours. En test sans passagers depuis deux mois, le service s’ouvrira gratuitement au public à la rentrée et sera actif cinq heures par jour en semaine. Deux autres boucles limitrophes viendront s’ajouter à ce premier parcours à la fin de 2018 et au début de 2019.

#ZoneBlanche

► Champigny-en-Beauce (Loir-et-Cher), Buire-au-Bois (Pas-de-Calais) ou Walscheid (Moselle)… ces communes ont un point commun : elles appartiennent aux fameuses « zones blanches », ces endroits où l’on ne reçoit pas du tout la téléphonie mobile. Ces dernières années, les plans se sont succédés pour remédier à ce problème de connexion, en vain. Le gouvernement, qui a fait de la couverture numérique un enjeu politique important, a promis de mettre fin à cette situation d’ici deux ans. À lire : En Charente, le bout du tunnel est en vue pour les zones blanches et il y a de fortes disparités pour l’accès à Internet au-delà du périphérique parisien.

#Déchets

Transformer nos déchets en énergie : une bonne idée ? Alors que l’industrie de la récupération est en crise au Québec, Charles Moreau, un entrepreneur estime qu’il serait plus profitable de transformer une partie de nos déchets en énergie. Son entreprise compte construire sa première usine pour transformer les déchets en gaz d’ici deux ans. « On fait une combustion en vase clos. On transforme la matière en énergie et en sous-produits qui deviennent une matière première pour faire de la laine de roche », explique le chef d’entreprise. Plusieurs pays comme le Japon ou la Norvège ont déjà pris un tel virage. En Suède, seulement 1 % des déchets finissent au dépotoir. Les détracteurs maintiennent toutefois que le recyclage est de loin préférable à la conversion en énergie. À lire aussi : Vancouver, la ville qui vise le « zéro déchet »

Légende image. Paris, la nouvelle murale de Banksy réalisée près du Bataclan Photo de Thomas Samson / Afp. Banksy est à Paris. Sept œuvres attribuées au célèbre artiste britannique ont été réalisées, entre le 23 et le 25 juin, sur les murs de la capitale. Où admirer les œuvres du street artist Banksy à Paris ?

#Viva-Cités [Rubrique : la cité digitale et résiliente]

► « La vie urbaine est bien plus complexe qu’un pari sur une technologie de batterie [des voitures Bleues Autolib à Paris]. Il est donc temps de sortir d’un usage prisonnier du tableau de rentabilité d’un pari technologique. L’heure est à construire des écosystèmes ouverts, transverses, horizontaux, divers, qui permettent l’irruption d’une hybridation numérique et physique de la mobilité par les usages sociaux de la mobilité. C’est le rôle des gouvernances urbaines de susciter ses engouements pour qu’elles soient alors créatrices de valeurs sociales, économiques et écologiques et porteuses d’une vraie dynamique de mobilité urbaine complète. » Carlos Moreno dans Réflexions sur les disruptions urbaines dans la mobilité pour mieux comprendre le coup de blues des voitures Bleues paru le 12 juin 2018 sur le site La Passion de l’innovation.

#Données

► Les villes collectent toujours plus de données de tous types (sur les flux, les habitants, la consommation énergétique des bâtiments…). Cet amas de données constitue ce qu’on appelle communément le big data. Nouvel outil d’aménagement, de planification et d’organisation du futur urbain, une question se pose pourtant : le big data peut-il vraiment tout prédire en ville ? Quels sont les risques d’un tel stockage de données pour la ville et ses habitants ? La ville, une source inépuisable de données ? Lire la suite sur le site @Demain_la_Ville

#Presse

La techno au service des rédactions ? Oui, si les journalistes sont impliqués et relèvent la tête du guidon ! Par Alexandra Yeh, France Télévisions, Direction de l’Innovation. « Des robots journalistes à la recommandation personnalisée, de la publicité programmatique à l’indexation automatique des contenus : le moins que l’on puisse dire, c’est que la technologie a fait une entrée fracassante dans l’industrie des médias ces dernières années. Et si tout le monde ne l’accueille pas avec le même enthousiasme, beaucoup reconnaissent qu’elle permet de développer des outils utiles aux salles de rédaction… à condition de les co-créer avec les journalistes, pour rester au plus près de leurs besoins réels. » Lire la suite sur le site de @metamedia.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

Instagram s’affirme en acteur majeur de la vidéo et s’attaque à Youtube et à la TV. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Pétition d‘employés d’Amazon demandant à Jeff Bezos de ne pas livrer les technologies de reconnaissance faciale aux forces de l’ordre ; des ingénieurs de Google refusent de travailler pour les contrats militaires ; – Aux États-Unis, Amazon, Microsoft et Uber s’opposent à une loi pour la protection de la vie privée ; – Ca y est : Internet est sur le point de dépasser la TV dans les usages médias et le mobile aussi ! ; – En radio, la BBC abandonne la course aux audiences classiques pour accélérer sur les nouveaux usages ; – Comment un journal suisse a développé le meilleur outil au monde pour vendre des abonnements…

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

15 Juin

Régions.news #333 – Edition du vendredi 15 juin 2018

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#333 en version pdf

Légende image. NGC 3256 est une galaxie formée à partir de la collision de deux galaxies séparées dans la constellation de Vela. Cette galaxie est située à environ 100 millions d’années-lumière et elle a approximativement la même taille que notre propre galaxie de la Voie Lactée. L’image a été prise par deux caméras installées sur le télescope spatial Hubble. Crédit image: NASA, ESA, Hubble Space Telescope.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Au CHU Purpan de Toulouse, le personnel soignant utilise des casques de réalité virtuelle avec les enfants et les adolescents pendant les soins les plus douloureux. Le patient pourra s’immerger dans un univers bien éloigné de l’hôpital. Ainsi quand on réduit l’anxiété chez le patient, on réduit sa douleur et on virtuelle évite l’usage des anesthésiants. Il y a deux mois, la cyberthérapie a fait son entrée au CHU de Purpan et les premières expériences sont encourageantes.

► La seconde édition de la « Connected Week », festival de l’Internet des objets et de l’innovation numérique, qui aura lieu du 17 au 25 novembre 2018 à Angers. Il permettra aux grandes entreprises et aux startups du territoire de montrer leur savoir-faire en matière d’électronique et d’objets connectés dans les domaines de la santé, de l’agriculture, viniculture en particulier.

#Energie

Transformer l’électricité produite par des éoliennes ou des panneaux solaires en hydrogène pour l’injecter dans le réseau de gaz naturel, c’est l’expérience menée à Capelle-la-Grande, dans la banlieue de Dunkerque (Nord). Ce projet a été inauguré le lundi 11 juin. « Quand il y a du vent ou beaucoup de soleil, il se peut qu’il y ait beaucoup trop d’électricité par rapport à la demande », détaille Bernard Blez, directeur du ENGIE Lab CRIGEN. « Cette électricité excédentaire qui est complètement renouvelable, ce serait dommage de la gaspiller et de ne pas l’utiliser. Donc on la convertit en hydrogène qu’on injecte dans les réseaux et elle se retrouve consommée avec le reste du gaz naturel dans le réseau. », ajoute-t-il.

L’installation de 30 à 40 éoliennes dans les marais de l’estuaire de la Gironde suscite une forte opposition dans les communes avoisinantes. Ainsi les écologistes et la LPO (Ligue de Protection des Oiseaux) rejoignent les chasseurs pour dénoncer l’installation de ces éoliennes en plein milieu d’une zone protégée, sanctuaire pour les oiseaux migrateurs. En réponse, EDF Energies Nouvelles, responsable du projet, avance trois arguments : le vent, la faible densité de population et la proximité de la centrale du Blayais.

Légende image. La vision de la ville en l’an 2000 que l’on avait en 1889. Reproduction de Jean Marc Cote. À lire « C’est un avion, c’est une voiture, non c’est un… transport du futur ! », Cet édito est extrait de L’Instant Urbain (mai 2018) de La Fabrique de la Cité, think tank sur les transitions et innovations urbaines. Il conclut que « le futur des transports est peut-être déjà là. Covoiturage courte-distance, optimisation dynamique de la voirie, transport à la demande… La palette d’outils au service d’une ville plus fluide est large. Alors pourquoi continuer à regarder le ciel et guetter l’arrivée de la voiture volante quand des solutions éprouvées existent déjà en puissance ? »

#Viva-Cités [Rubrique : la cité digitale et résiliente]

► Morten Kabell, maire adjoint de Copenhague, capitale danoise, nous explique : « On nous demande parfois comment nous pouvons nous permettre toutes ces infrastructures cyclables. Et je réponds « comment pouvez-vous vous permettre de ne pas le faire ? Vous devez être vraiment riches pour ne pas créer d’infrastructures pour le vélo. » Copenhague était une ville pauvre jusqu’à la fin des années 1990 et tout ce qu’on pouvait se permettre, c’était de construire des pistes cyclables. Ce sont les infrastructures les moins chères qui soient. Et une piste cyclable peut transporter cinq fois plus de personnes qu’une route pour les voitures. Ce n’est donc pas une question d’idéologie, mais d’efficacité. »

► Culture du vélo, transports verts, énergie éolienne, chauffage urbain innovant, poubelles connectées… En Europe, Copenhague est à la pointe des projets de « ville verte intelligente ». Tour d’horizon des initiatives et des résultats obtenus sur le site @Urbanewsfr.

#TendanceNumérique

Cahier de Tendances Printemps-Eté, quelle éthique pour le numérique ? vient d’être publié sur le site de @MetaMedia. Nous pouvons lire en introduction : « Il existe aujourd’hui une tension perceptible entre la technologie et les humanités, dans l’entreprise, comme dans la société. Lutte entre d’un côté, les techno-béats, qui convaincus que la technologie sauvera le monde, en font un totem, une idole qui protège, abdiquant au passage une partie de leur liberté et surtout de leur responsabilité ; et de l’autre ceux qui, rejetant le biais utilitariste, n’entendent pas être manipulés, contrôlés, jugés, classés, au risque de devenir les Luddites du XXIème siècle. Quelle manière d’être humain ensemble quand les machines nous connaîtront mieux que nous-mêmes ? La pensée algorithmique nous donnera-t-elle accès à une complexité supérieure ? Pourrons-nous prendre des décisions autonomes ? Ou devrons-nous en abandonner une partie aux machines ou au collectif ? Toute résistance est-elle futile si nous devenons des cyborgs ? »

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

Après Netflix, Amazon, Facebook et YouTube accélèrent la désintermédiation de la TV . À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – GAFAs contre TVs : Amazon acte cette semaine son entrée dans la course aux droits sportifs et s’offre 60 matches de la Premier League britannique en exclusivité . Facebook met le poids sur l’Info et va financer des émissions d’information pour sa plateforme vidéo Watch avec CNN, Fox, ABC News. Il a par ailleurs présenté ses premières émissions d’actualités originales et embauche des experts en crédibilité d’infos, tout en prétendant ne pas vouloir juger de la véracité d’une info. YouTube, de son côté, veut aussi améliorer son offre d’Info. Instagram annonce l’arrivée de vidéos longues sur sa plateforme. Objectif : contrer YouTube et Snap.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

08 Juin

Régions.news #332 – Edition du vendredi 8 juin 2018

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#332 en version pdf

Légende image. La foudre frappe à Bordeaux, le 18 juillet 2017. Photo Nicolas Tucat / Afp. À lire une journée avec les photographes chasseurs d’orage de l’association Météo.Centre.

#RevueDActu

► Depuis le 1er juin, une société lilloise spécialisée dans l’acquisition de prises de vues aériennes, quadrille jusqu’au 30 septembre les 132 km² du territoire de Paris. L’avion est équipé d’une caméra destinée à numériser les 180 000 bâtiments de la capitale. Les images seront ensuite traitées par une entreprise spécialisée en cartographie 3D, aidée par un cabinet de géomètres bordelais. L’objectif est de restituer la capitale en 3D. Et les données obtenues seront publiées en Open data, données accessibles à tous.

► C’est le troisième défi « dix jours sans écran » lancé aux élèves de l’école primaire Elsa Triolet, âgés de 3 à 11 ans à Nanterre. Du mardi 15 au jeudi 24 mai, les 359 élèves de cet établissement ont dû résister à la tentation des écrans (TV, ordinateur, jeux vidéo, tablette et smartphone) pour accumuler des points et faire gagner leur classe. Et ce sont les maternelles qui ont remporté le plus de points.

#Travail

► Depuis le 1er janvier 2018, vous avez le droit de travailler à distance, chez vous ou bien ailleurs, sans que cela soit précisé dans votre contrat de travail. Toutefois, la France reste en retard par rapport à d’autres pays européens et le télétravail se développe essentiellement dans le secteur privé. Aujourd’hui plus de 16 % des salariés utilisent le télétravail, dispositif inconnu il y a quelques années. L’une des solutions consiste à démocratiser le travail à distance. Ces dernières années, le travail à distance a pris plusieurs formes : le télétravail (le « à domicile »), le travail nomade (le « n’importe où, n’importe quand ») ou encore, le travail en télécentre (le « bureau partagé » dit aussi le « coworking » ).

#Entreprise

Panorama est une nouvelle série-documentaire réalisée par le site Maddyness et Orange pour faire connaitre les jeunes pousses qui simplifient le quotidien de tous dans les régions françaises. Startuppeurs, talents numériques, usagers, élus et journalistes locaux se succéderont à travers les six épisodes de #Panorama pour parler du dynamisme de leur région sous le prisme de l’innovation et de l’entrepreneuriat local. Pour cette première saison de Panorama, six thématiques et six régions ont été choisies : l’agriculture dans le nord, l’habitat dans le sud-est, le bien-être dans le sud, la mobilité dans l’est, le travail dans l’ouest et la vente au détail dans le centre-est. Des domaines qui se transforment au rythme des avancées numériques.

Légende image. Après les inondations qui ont frappé les Îles de Toronto en 2017, le concept de ville éponge (sponge-city) pourrait être vu comme une piste pour lutter contre les inondations de plus en plus fréquentes dans les villes. Photo de Danny Williams via Indie88. Qu’est-ce que le concept de la ville-éponge ? C’est de développer le couvert végétal tout en réduisant drastiquement la place occupée par l’asphalte et le béton de manière à déjouer les effets néfastes de l’urbanisation (îlots de chaleur, canyons urbains, inondations…) et, au contraire, tirer profit des eaux pluviales en repensant les systèmes de drainage.

#Viva-Cités [Rubrique : la cité digitale et résiliente]

► Lundi 2 juin, le scientifique franco-colombien Carlos Moreno a brossé le portrait de la ville de demain devant une assemblée de lycéens et de collégiens lors des Journées Scientifiques de l’Université de Nantes. Il leur a précisé que s’ils ont désormais les clés de leur avenir et qu’il leur faudra d’abord résoudre les défis climatiques « post carbone ». « La ville est un être vivant, il leur faudra donc en connaître son métabolisme. C’est de votre responsabilité d’hybrider l’homme technologiquement, mais avec une approche sociale, pour que l’intelligence de la ville soit collaborative et vivante. L’intelligence d’une ville est uniquement celle de ses citoyens, avec la qualité de vie et le bonheur de vivre ensemble ». Les invitant à devenir des « Social Citizen », il leur a rappelé le risque qu’ils deviennent des « zombies geeks », hyper connectés sur le plan technologique mais déconnectés socialement.

#WebSérie

Non, la télé du futur ce n’est pas Netflix ! Par Nils Aziosmanoff, Président du Cube, Centre de création numérique. « Au même titre que ni Airbnb, ni Uber ne sont le futur de l’hôtellerie et du taxi, le futur de la télévision ne se dessine pas autour de plateformes de streaming ou de réseaux sociaux, si personnalisés et « intelligents » soient-ils. La télévision du futur sera ce que l’irruption du cinéma a été il y a plus d’un siècle dans nos imaginaires : rien de moins qu’une nouvelle façon de représenter et de raconter le réel. Ceux qui à ses débuts ne voyaient dans « l’image en mouvement » que du « théâtre filmé » ont été balayés à la fois de l’histoire du théâtre et de celle du cinéma. Ils ne percevaient pas la fabuleuse portée de ce nouveau medium né à la croisée des arts, des sciences et des technologies, qui allait avec des visionnaires comme Georges Méliès rendre possible les « voyages vers l’impossible » tels que son Voyage dans la Lune. » Lire la suite sur le site de @metamedia.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

Avec leurs montagnes de données, les telcos veulent concurrencer les GAFAs. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Aux Etats-Unis, les telcos veulent profiter de leurs montagnes de données pour rivaliser avec Facebook sur la pub. AT&T est en train de finaliser son achat de la Time Warner grâce auquel il pourra trouver une plateforme pour utiliser les données de ses 130 millions d’abonnés mobile. De leur côté, Orange et SFR discutent du rachat d’Altice Studio pour contrer Netflix ; – Les grandes tendances d’Internet, par Mary Meeker avec un résumé et une analyse des leviers chinois ; – Les géants du web sont chinois pas américains.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

01 Juin

Régions.news #331 – Edition du vendredi 1er juin 2018

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#331 en version pdf

Légende image. A Fontaine, commune de la banlieue grenobloise (Isére) s’expose sur les murs l’œuvre en trompe-l’œil de Seth. Photo d’Andrea Berlese. Chaque année depuis 2015, les plus grands street-artistes se réunissent au Grenoble Street Art Fest, Ils redessinent la ville qui devient un musée à ciel ouvert. Plus de 80 murs artstreetés sont visibles ainsi toute l’année.

#RevueDActu

► En région parisienne, le ticket de métro va se dématérialiser. Dès l’automne le Pass Navigo va devenir le Smart Navigo et le voyageur pourra payer avec son téléphone. Ainsi les Franciliens équipés de mobiles compatibles pourront grâce à une application, Navigo Lab, acheter les titres de transport souhaités. Ensuite, il suffira de présenter le téléphone allumé ou éteint devant la borne de validation.

L’intelligence artificielle (IA) est au cœur des débats en Nouvelle-Aquitaine. La séance inaugurale de l’Université du Futur, s’est tenue au Théâtre Auditorium de Poitiers le lundi 28 mai. La première conférence a été consacrée à l’impact de l’IA sur l’économie, l’emploi, la sécurité et la santé. Aujourd’hui l’IA est associée à une image négative. Antoine Petit, président du CNRS, explique que « nous ne pouvons pas être contre l’Intelligence Artificielle, sinon nous sommes contre le progrès. L’IA est déjà présente dans notre quotidien. C’est à nous de la construire. Il faut une IA qui corresponde à nos valeurs, à notre culture. Je pense que c’est un challenge pour l’Europe de mettre au point une IA qui nous corresponde. Car l’IA est de toute manière déjà là. »

► Revue de liens : – La municipalité à Marseille dévoile sa plateforme de données municipales pour « plus de sérénité » ; – Osmozis, start-up montpelliéraine souhaite connecter en Wifi les communes touristiques ; – À Bordeaux, une entreprise spécialisée sur la recharge de véhicules électriques lève un million d’euros .

#Agriculture

► À l’heure de l’intégration de l’agriculture dans les villes, l’aquaponie fait des émules. Système qui allie aquaculture et culture maraîchère. À Rennes, Agriloops cherche à innover en développant, en eau salée une production de crevettes haut de gamme. Jeune pousse fondée en région parisienne en juin 2016 par deux ingénieurs agronomes a donc installé un premier prototype de ferme à Rennes. « En combinant une solution d’élevage de poissons et de crustacés à une activité maraîchère de tomates cerise et de mesclun de la mer (huître potagère, salicorne, plantin) l’ambition d’Agriloops est de développer une production plus saine, plus respectueuse de l’environnement, plus proche du consommateur », explique le directeur de l’entreprise.

La réduction de la dépendance aux pesticides pourrait passer aussi par les machines. Lorsqu’ils ne désherbent pas de manière mécanique, ces nouveaux robots agricoles autonomes le font de manière certes chimique mais sélective. Tout en roulant, le robot équipé de caméras filme les sillons cultivés. Les images sont analysées en direct par un algorithme qui localise les mauvaises herbes et identifie les pousses à conserver.

Légende image. David vs Goliath, combat de sumo. Photo Dimitri Lundt. Histoire de deux combats où les petits sortent victorieux et les géants sont condamnés. Le combat d’un couple de gérant de supérette près de Rouen qui l’oppose au groupe Casino et celui d’un artisan boulanger de Bourg-Lastic, village auvergnat, contre Facebook. Écouter la suite sur le site de @franceculture.

#Viva-Cités [Rubrique sur la cité digitale et résiliente]

► la smart city, rêve ou cauchemar ? « Il est temps aujourd’hui de dépasser cette alternative des imaginaires extrêmes, idylliques ou cauchemardesques, et de regarder la réalité en face. Cette réalité, c’est que deux visions de la cité souhaitable sont en train de s’opposer, et vont le faire durablement : d’un côté, la cité politique, dirigée par un maire élu par des citoyens, qui se fixe des ambitions à long terme en visant un intérêt général ; de l’autre, la ville service numérisée, pilotée par les « maîtres des algorithmes » et qui vise à répondre en temps réel aux demandes d’usagers plus ou moins sollicitées par des algorithmes prédictifs. Finalement, c’est nous, citadins, qui choisiront, car nous sommes à la fois citoyens et usagers. », affirme l’économiste Jean Haëntjens, auteur « Comment les géants du numérique veulent gouverner nos villes », dans un interview sur le site @LePoint. À lire : Comment créer une ville numérique pour tous ?

#WebSérie

La série #Datagueule invite à réinventer la démocratie. C’est l’objectif du webdocumentaire de l’équipe de DataGueule qui oblige à laisser ses certitudes au vestiaire : « Comment réfléchir à des alternatives, si l’on ne peut déconstruire les systèmes en place ? », provoque la voix off. Née en 2014, coproduite par France Télévisions Nouvelles Ecritures, Story Circus et Premières Lignes, la collection #DataGueule se décline sous forme de modules vidéo de quelques minutes consacrés à des sujets à dominante sociétale ou économique.

#RéalitéVirtuelle

Les trois tendances pour les expériences en réalité virtuelle. Par Barbara Chazelle, France Télévisions, MediaLab et Prospective. « La réalité virtuelle poursuit sa lente démocratisation. La technologie et les équipements progressent tous les jours mais restent encore relativement inaccessibles. Côté contenu, on voit naître des expériences vraiment convaincantes, au storytelling bien plus abouti. Nous nous sommes entretenus avec Voyelle Acker, Fondatrice de Virgules, une agence de conseil en création numérique, pour décrypter les évolutions de ce marché. Trois grandes tendances se dégagent : l’hybridation des expériences, l’utilisation des technologies immersives dans l’animation et l’intérêt pour des expériences installatives et immersives à grande échelle. » Lire la suite sur le site de @metamedia.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

Facebook et Google, financeurs majeurs du journalisme mondial. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Netflix n’en finit plus de défrayer la chronique. Après avoir annoncé l’arrivé de Vox sur sa plateforme et s’être offert les services du couple Obama en tant que producteurs, le géant de la SVOD est devenu le premier média US et sa valeur boursière vient de dépasser celle de Disney. Autant de raisons pour lesquelles Merril Lynch parie sur une hégémonie qui devrait durer au moins jusqu’en 2030.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.