19 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – mercredi 19 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#RéalitéVirtuelle

► L’âge des possibles. Par Julien Breitfeld, Creative technologist chez Fabernovel. Tout le monde a en mémoire la photo d’un Mark Zuckerberg déambulant, goguenard, lors de l’événement S7 de Samsung à Barcelone en 2016, au milieu d’une foule équipée de casques VR. Venu vanter les mérites du logiciel Oculus, racheté deux ans plus tôt, le jeune PDG déclarait la réalité virtuelle, « the next platform » : une plateforme expérientielle, ludique, et sociale. Trois ans plus tard, Facebook a lancé 3 versions de son propre casque VR (Oculus Go, Rift et Quest), Google son casque DayDream, Microsoft en est à la version 2 de Hololens, MagicLeap commercialise enfin ses lunettes AR, et le bruit court qu’Apple dévoilerait les siennes en 2020. Lire la suite sur le site @metamedia.

18 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – mardi 18 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Transport

► Pourquoi l’avion ne pourra pas échapper à la fiscalité verte. Le transport aérien émet beaucoup de CO 2 et paie peu d’impôts, contrairement à ce que croient ses professionnels. La France devra taxer ce secteur comme les autres. L’avion va coûter plus cher. @LesEchos. Crédit photo : Shutterstock.

► Un téléphérique urbain vient d’être installé à Clichy-la-Garenne (Hauts-de-Seine). Il est exclusivement destiné à évacuer les gravats provenant des travaux de terrassement d’un chantier de la ville, un futur éco-quartier. « Ce téléphérique nous permet d’économiser 80 camions par jour, soit l’équivalent de 2 tonnes de CO². C’est une qualité de vie améliorée pour les riverains au quotidien, cela pendant 7 mois », indique Batiste Larcher, chef de projet Citallios. Ce téléphérique urbain de déblaiement est une première. En Île-de-France, 12 projets de téléphérique sont encore en sommeil. Celui de la liaison entre Créteil et Villeneuve-Saint-Georges divise toujours. @franceinfo.

► Pour cohabiter avec l’humain, la voiture autonome doit apprendre à relativiser le code de la route. Avant de se voir confier la lourde responsabilité de conduire les enfants à l’école, la voiture autonome devra faire la démonstration de l’acuité de ses réflexes et de sa vision. Seront mesurés son habileté à contourner les pièges de la circulation autant que sa capacité à respecter au pied de la lettre les prescriptions du code de la route. C’est bien le moins qu’un parent puisse exiger du robot conducteur s’il entend lui confier un jour la chair de sa chair. Il suffit pourtant de descendre dans la rue et d’observer la circulation pour constater rapidement que les automobilistes se livrent à une interprétation plus ou moins lâche du code de la route. Nous ne parlons pas ici des infractions patentes et répréhensibles mais de certains accommodements pris dans l’intérêt de la collectivité. @Sciences_Avenir.

► La France dispose désormais de son centre de développement de voitures autonomes. Il se situe au coté du circuit de Linas-Montlhéry (Essonne). Baptisé « Teqmoville », cette cité « pour de faux » est peuplée exclusivement de voitures qui apprennent à conduire toutes seules. Si l’opinion publique accorde aux humains le droit à l’erreur, elle exige de la machine une totale infaillibilité. Ainsi tout est mis en œuvre pour que les essais soient concluants : robots de conduite, cibles mobile, échange de flux de données en Wifi et 5G. L’objectif est que la France devienne le leader de la voiture autonome en Europe. @Challenges

#Ville

► Smart City : Intelligence collective ou simple gestion des flux de données ? Concept très en vogue chez les gestionnaires de collectivités territoriales qui cherchent à répondre aux besoins des usagers et aux directives en matière de transitions écologiques, tout en cherchant à réduire leurs coûts de fonctionnement, la notion de smart city relève-t-elle de l’intelligence collective ou se résume-t-elle finalement à une gestion optimisée des flux via l’outil numérique ? C’est la question que pose Tony Canadas, le président de La Ville Intelligente et Citoyenne (LVIC), dans sa tribune. Il explique : « Qu’on le veuille ou non, aujourd’hui, le numérique est au cœur de nos usages. Il est donc important de l’appréhender comme un outil au service des citoyens et de la cité et pas comme une contrainte. Dès lors, il semble opportun de considérer que l’intelligence technologique, couplée à l’intelligence humaine, permettront de donner un sens et une réalité au territoire de demain. » @villeintelmag.

#Urbanisme

►  Le gouvernement veut développer les « tiers-lieux » pour de nouveaux services aux habitants. Baptisé « Nouveaux lieux, Nouveaux liens », le plan d’un montant de 45 millions d’euros prévoit une série de mesures et de financements pour aider au télé-travail et permettre l’accès à des services dans divers domaines : formation, travail, accès aux droits, éducation, culture… « Ces lieux représentent un véritable potentiel de reconquête économique. Ils épousent les évolutions les plus récentes de notre société, comme la transition écologique, le numérique, le travail indépendant et les nouvelles activités », soulignent les ministres concernés dans la présentation du programme. @bymaddyness.

#Population

► Combien d’humains demain ? Pourquoi l’ONU revoit ses projections à la hausse. En 2030, la planète comptera probablement 8,5 milliards d’habitants, et près de 10 milliards en 2050, contre 7,7 milliards aujourd’hui. Ces chiffres sont tirés des projections de population mondiale que les Nations unies viennent de publier. Ils correspondent au scénario moyen dans lequel la fécondité – qui est de 2,5 enfants en moyenne par femme aujourd’hui dans le monde et diminue d’année en année –, continue de baisser pour atteindre 2,2 enfants en 2050 puis 1,9 en 2100. A supposer que la fécondité diminue moins vite, et se situe à terme 0,5 enfant au-dessus, la population atteindrait 10,6 milliards en 2050 (scénario haut). Dans le cas où elle diminue plus vite, pour arriver 0,5 enfant en dessous, la population n’atteindrait que 8,9 milliards (scénario bas). @franceinfo.

#IA

► La France a une carte à jouer dans l’IA embarquée. « Il ne faut pas se voiler la face, la France a perdu la première bataille de l’intelligence artificielle », déclare sans ambages Bruno Maisonnier, l’ex-inventeur du robot Pepper avec la société Aldebaran revendue au japonais SoftBank, et aujourd’hui fondateur d’une start-up, AnotherBrain, spécialisée dans l’intelligence artificielle nouvelle génération. Face aux géants américains ou chinois, l’espoir de rattraper le temps perdu dans les technologies actuelles de l’IA, le « Machine learning » et le « deep learning », semble illusoire. Aujourd’hui, l’intelligence artificielle fonctionne grâce à d’immenses bases de données, de gigantesques centres de calculs déportés dans le cloud et des armées de chercheurs. Cette IA est très consommatrice de moyens financiers, de données et d’énergie et seuls les Facebook, Google, Amazon, Alibaba ou Tencent ont les moyens de rivaliser. Mais tout n’est pas perdu. À condition d’explorer une nouvelle voie ; celle d’une intelligence artificielle plus agile, plus économe en données, en puissance de calcul et donc en énergie. Cette nouvelle voie est celle de l’IA embarquée grâce au « Edge computing », c’est-à-dire une intelligence non plus stockée dans des grands centres de calcul mais logée au plus proche de l’utilisateur final dans les smartphones, les capteurs des voitures autonomes ou les microcontrôleurs installés sur des machines industrielles. @FigaroTech.

► Une intelligence artificielle pour repérer les photos truquées. Des chercheurs de l’université Berkeley, en Californie, et de la société Adobe ont mis au point une intelligence artificielle capable de détecter les images « photoshopées ». La plupart des manipulations de photos que l’on peut trouver ici et là sont, en effet, créées à l’aide d’outils comme Photoshop, notamment via un filtre très populaire appelé « gauchissement d’image » (image warping). Ce filtre est appliqué notamment sur les visages (menton affiné, pommettes rehaussées, etc.). Parfois, les déformations sont à peine visibles. Or, le logiciel mis au point par ces chercheurs serait capable de reconnaître des images trafiquées avec 99% de réussite tandis que l’œil humain n’y parviendrait qu’à 53%. . @franceinfo.

#Cryptomonnaie

► Calibra, l’arme secrète de Facebook pour monétiser sa cryptomonnaie. Alors que beaucoup se demandent encore comment Facebook va réussir à gagner de l’argent avec sa future cryptomonnaie libra, Mark Zuckerberg a trouvé la solution. Calibra est une société basée en Suisse et a été confié à David Marcus, patron de l’équipe blockchain de Facebook et « père » du Libra. Le nom de la société a plusieurs fois fuité dans la presse, au côté des 26 autres « partenaires » de Facebook (en ne comptant pas Calibra). Mais personne n’a pu faire le lien direct avec la firme de Menlo Park. Calibra est la pièce essentielle de l’offensive de Zuckerberg dans l’univers des cryptomonnaies. D’abord parce que la société, filiale à 100 % de Facebook, va gérer toutes les activités du réseau social en lien avec le libra : c’est via l’app « Calibra », disponible sur iOS et Android, que les utilisateurs pourront acheter, vendre, stocker et utiliser des libras. @LesEchos.

#RevueDeLiens

► – La « vraie » librairie de Londres qui résiste à Amazon. La chaîne de librairies Waterstones, aux mains d’un fonds de pension, résiste à la concurrence en transformant ses magasins en lieux conviviaux (@lemondefr) ; – Bernard Charlès : « Nous vivons une nouvelle révolution industrielle ». Le DG de Dassault Systèmes analyse les enjeux pour la filière aéronautique au moment du Salon du Bourget. (@Figaro_Economie) ; – Les embouteillages d’avions dans le ciel sont source de pollution. L’engorgement du ciel entraîne un allongement des trajectoires, des retards au décollage, et des itinéraires bis, générant davantage de gaz à effet de serre. (@LExpress) ; – Un Néo-Zélandais incarcéré pour avoir partagé la vidéo de la tuerie de Christchurch. L’homme avait partagé une version modifiée de la vidéo diffusée par le tueur, incluant une mire et un « décompte des meurtres ». (@LExpress) ; – Pourquoi les radios établies doivent d’urgence étoffer leur filiale podcast. Portés par de nouveaux entrants très créatifs, ainsi que par la voiture et les enceintes connectées, les podcasts séduisent le public, notamment jeune. Les radios établies sont comme les télévisions face à Netflix : elles ne peuvent plus se contenter du direct. (@LesEchos) ; – L’école 42 essaime à l’international. Les onze nouveaux sites Ecole 42 dans le monde sont situés en Amérique du sud (Sao Paulo, Rio, Bogota), en Asie (Erevan, Tokyo, Jakarta, Novossibirsk, Kazan), ainsi qu’à Québec, Madrid et Angoulême (@Challenges) ; – La SNCF fait entrer les VTC Uber dans son appli. La compagnie ferroviaire lance ce mardi une nouvelle version de son application SNCF, rebaptisée l’Assistant qui intègre de nouveaux modes de transports dont les VTC de la plateforme Uber qui pourront être payés grâce à un compte unique (@Challenges).

17 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – lundi 17 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Climat

► 700 entreprises montrées du doigt pour leur manque de transparence. Pour investir dans les entreprises les plus respectueuses de l’environnement, les grands fonds de pension, gestionnaires d’actifs ou assureurs ont besoin de données fiables et comparables. Depuis 2003, une organisation non gouvernementale à but non lucratif, le Carbon Disclosure Project (CDP) demande aux entreprises à travers le monde de lui fournir ces informations dans le but d’évaluer leur impact climatique, leur gestion de l’eau et leur action sur les forêts. 7.000 entreprises et de 620 villes ont répondu. Résultat : l’organisation détient la base de données mondiale la plus importante sur la performance environnementale des villes et des entreprises.  Global AM, Investec, Amundi et NN Group – a donc décidé de désigner les mauvais élèves. Ils sont nombreux. (@LesEchos). Légende image : Le taux de transparence des entreprises françaises est moins bon que celui des entreprises européennes dans leur ensemble. Crédit Photo : Shutterstock.

 

16 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – dimanche 16 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Ville

x► A Toronto, la « ville Google » en quête d’une gouvernance de ses données numériques. Ce devait être le laboratoire de la smart city futuriste et résiliente, truffée de capteurs et pilotée à l’aide des données numériques de ses habitants. Mais, depuis quelques mois, la ville de Toronto, capitale de l’Ontario (Canada), s’est plutôt muée en une arène où s’affrontent des visions radicalement opposées de la gouvernance des données urbaines et des choix démocratiques qui en découlent. Les premières esquisses, présentées en août 2018 par Sidewalk Labs, société sœur de Google, qui a remporté l’appel d’offres, ont pourtant tout pour séduire. @lemondefr. Légende image : Le  centre-ville de Toronto (Ontario), vu depuis le quartier de Quayside, où Sidewalk Labs, filiale d’Alphabet Inc. et société sœur de Google, a implanté son centre technique. Chris Helgren / Reuters.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Qui veut bien payer pour accéder à l’information ?. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Qui veut bien payer pour accéder à l’information ? Selon le nouveau rapport annuel de Reuters Institute seuls 11% de la population mettraient la main au porte-monnaie. Ce chiffre semble même atteindre un plafond puisqu’il stagne depuis plusieurs années. Ce phénomène serait alimenté par la concurrence frontale de services comme Netflix et Spotify, « la majorité [de la population] préférant dépenser leur budget limité en divertissement plutôt qu’en informations ». Si ce ne sont pas les consommateurs, les GAFA paieront peut-être ? Facebook commence à bouger. C’est ce que souhaitent les médias américains qui demandent au Congrès de contraindre Google et Facebook à partager leurs revenus.

#Media

► Cinq façons dont l’intelligence artificielle peut bouleverser le journalisme. L’IA peut permettre de créer automatiquement des articles à partir de bases de données structurées, en particulier chiffrées. Le groupe suédois Mittmedia, spécialisé dans l’information de proximité, a par exemple développé un algorithme qui génère automatiquement, à partir de données publiques, un article à chaque fois qu’une propriété est vendue dans le pays. Ils résument les principales caractéristiques de chaque transaction (emplacement, nom du vendeur et de l’acquéreur, prix de vente) et peuvent mettre en avant les éléments saillants, par exemple un prix record. Ils sont proposés aux internautes de manière personnalisée en fonction de l’endroit où ils habitent. Autres exemples, l’agence d’information financière Bloomberg ou l’agence Associated Press l’utilisent pour générer certains articles sur des résultats d’entreprises. D’autres médias se servent de techniques similaires pour couvrir certains résultats sportifs ou électoraux, à l’instar d’Heliograph, un robot développé par le Washington Post. Des usages qui ne vont pas sans susciter des craintes de voir les journalistes humains remplacés, à terme, par des algorithmes générateurs de contenus. (@LExpress). Fake news, robots, commentaires : comment l’intelligence artificielle va transformer les médias (@SudOuest).

#Information

► Une intelligence artificielle permet de truquer des vidéos et faire dire n’importe quelle « FakeNews » à un interlocuteur filmé… existe depuis quelques années déjà des techniques permettant de modifier des vidéos et la bande audio associée, afin de faire tenir des propos truqués à un interlocuteur. Cela représentait cependant un gros travail de truquage. Des travaux effectués par les chercheurs des universités de Stanford et de Princeton rendent désormais cette tâche bien plus facile. Avec la participation de scientifiques de l’institut Max Planck, ceux-ci ont en effet mis au point une nouvelle technique bien plus rapide et efficace, où il suffit de modifier le contenu des propos tenus après quoi le logiciel retravaille automatiquement la vidéo de manière à faire coller parfaitement les mots sur les lèvres de la cible. (@begeek).

► Les deepfake, une menace à la sécurité nationale ? Le House Intelligence Committee américain, commission permanente du Congrès chargée de surveiller les activités des agences de renseignement américaines, a tenu jeudi sa première audience dédiée aux menaces liées aux deepfake. Le terme désigne des vidéos ou images truquées hyper réalistes, générées via une technique de synthèse d’images basée sur l’intelligence artificielle. Apparues surtout depuis 2017, et principalement sur des plateformes telles que Reddit ou YouTube, elles sont aujourd’hui pointées du doigt pour avoir répandu de fausses informations en ligne. La commission s’était fixé comme mission d’« examiner les menaces que font peser sur la sécurité nationale les faux contenus générés via l’intelligence artificielle, ce qui peut être fait pour les détecter et les combattre, et quel rôle le secteur public, le secteur privé et la société de manière générale peuvent jouer pour contrer un futur ‘post vérité’ potentiellement sombre ». (@frenchweb).

#Télévision

► « Au comptoir de l’info » est le premier podcast natif de France Télévisions. Sous forme d’interview journalistique, un acteur qui fabrique l’information télévisée du service public, un grand reporter, un cameraman, un présentateur, vient se livrer, raconter, dévoiler la manière dont il travaille. Dans une ambiance sonore de comptoir de café, il confie ses doutes, ses joies, mais aussi ses peurs lorsqu’il est sur le terrain ou en studio. La série est réalisée par François Beaudonnet, éditorialiste sur franceinfo (canal 27) et grand reporter à France 2. Episode 1 : Anne-Sophie Lapix (@aslapix), présentatrice du « 20 heures » de France 2, se livre sur ses débuts à France 2 en septembre 2017, sa relation aux réseaux sociaux, son rapport à la notoriété et sa vision du journal télévisé. Episode 2 : Hervé Brusini, co-auteur du documentaire « Il était une fois le journal télévisé », le journaliste revisite l’histoire du JT mais aussi ses 40 années de carrière à France Télévisions. @ComptoirInfo @franceinfo.

#RevueDeLiens

► – La vérité sur l’IPTV, le nouveau piratage audiovisuel. L’IPTV permet d’accéder à des centaines de chaînes à peu de frais. La pratique reste embryonnaire en France, mais elle inquiète les ayants droit. (@Challenges) ; – Le « hardware », la partie immergée de l’IA-ceberg. Le hardware est d’une importance cruciale pour les applications liées à l’intelligence artificielle. Raison pour laquelle les grands noms de la high-tech (Apple, Google, Intel…) cherchent à développer leur propre puce spécialisée dans l’IA, un secteur désormais incontournable dont l’exploitation sur le long terme pourrait s’avérer fructueux pour ces sociétés. Par Alexis Houssou, CEO et fondateur de Hardware club, un fonds d’investissement spécialisé dans le hardware. (@latribune) ; – Entrée surprise de Xavier Niel dans la course au rachat de « Nice Matin ». Le fondateur de Free est entré en négociation exclusive avec le groupe belge Nethys, détenteur de 34 % du journal régional. Iskandar Safa, le propriétaire de « Valeurs actuelles » convoitait déjà le titre niçois. (@lemondefr).

15 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – samedi 15 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Climat

► Le Groenland a perdu 2 milliards de tonnes de glace en une seule journée. C’en est de plus en plus flippant. Jeudi 13 juin, le Groenland a perdu 2 milliards de tonnes de glace, relaye CNN. Deux milliards de tonnes, en une seule journée ! On vous laisse imaginer le nombre de verres de Spritz qu’on pourrait remplir avec. Une telle fonte est évidemment tout à fait inhabituelle, la période moyenne de celle-ci se situant entre juin et août avec un pic en juillet. Cet événement n’est toutefois pas une première puisqu’en juin 2012, la quasi-totalité de la glace avait fondu en l’espace d’un mois. Mais Jason Box, climatologue à la Commission géologique du Danemark et du Groenland et cité par CNN, prédisait fin mai que « 2019 sera[it] une grande année de fonte pour le Groenland ». En plus d’une fonte massive et précoce, l’île possède une couverture neigeuse inférieure à la moyenne ce qui « signifie que 2019 sera probablement une très grande année de fonte, qui pourrait potentiellement dépasser l’année record de 2012 », jugeait Jason Box. (@20minutes). Légende image : Un iceberg sur la côte nord-ouest du Groenland, en juillet 2018. Crédit photo : Karl Petersen / AP / SIPA.

#Ville

► Face à l’émergence des Smart Cities dominées par les grandes puissances mondiales, l’anthropologue et architecte togolais Sénamé Koffi Agbodjinou a fondé le projet HubCité, qui donne l’opportunité aux habitants de Lomé, au Togo, de se réapproprier leur espace urbain. Il explique sur le site @usbeketrica : « L’idée du projet HubCité est de développer dans la ville de Lomé des lieux sur le modèle des fablabs, des makerspaces, des espaces de coworking et des incubateurs de startups. Chacun de ces lieux a en charge un territoire dans un rayon d’un kilomètre et donne les moyens aux jeunes sur place de régler eux-mêmes les problèmes auxquels ils sont confrontés. Chaque lieu est amené, à terme, à devenir une banque de déchets car il aura été impulsé depuis ce lieu un dispositif de collecte de déchets, voire une mini centrale d’énergie qui alimente le quartier ».

#Territoire

► Numérique dans les territoires : il n’y a pas de fatalité. Il n’y a pas que les grandes villes qui peuvent être connectées et intelligentes ; les villes de taille moyenne et les villages veulent également avoir leur mot à dire. Les territoires peuvent en effet être le terreau fertile de l’innovation et accompagner, valoriser, encourager de nouvelles pratiques numériques. (@Lagazettefr).

#Sécurité

► À Philadelphie, un malware entrave la justice depuis des semaines. Philadelphie vient rejoindre la longue liste des villes et institutions victimes de cyberattaques, ce qui interroge la fiabilité et sécurité des services en ligne, à l’heure où on parle de connecter davantage les villes. Depuis début mai, la ville de Baltimore fait les frais d’attaques de pirates qui – ironie du sort – grâce à un outil créé par les services secrets américains, la National Security Agency (NSA) et volé en 2017, ont réussi à bloquer les ordinateurs de la mairie, en tout, 10 000. Les habitants sont directement touchés puisqu’ils ne peuvent payer en ligne ni leurs factures d’eau ni leurs impôts ou taxes d’habitation. Les compteurs intelligents sont également bloqués, ce qui promet une facture salée, puisqu’approximative, aux habitants, a déjà annoncé la municipalité. 1 500 ventes immobilières auraient été également suspendues. Un blocus qui a déjà coûté 18 millions de dollars à la ville. (@usbeketrica).

#Numérique

► L’Estonie, modèle d’un Etat tout-numérique. Imaginez un pays sans bureaucratie, où 99 % des tâches administratives se font sur Internet C’est l’image d’Epinal que l’Estonie veut entretenir. Dans un bureau exigu du nouveau ministère de l’Economie, bâtiment cubique à l’extérieur de Tallinn, la capitale, Sandra Särav, en charge des affaires internationales, fait la promotion du trésor local : la plateforme administrative numérique. Elle tape sur l’ordinateur son identifiant unique un numéro reçu à la naissance comme celui de la Sécu , entre un code de déblocage, en reçoit un autre sur son téléphone et ouvre son profil à l’écran. La plateforme est facile d’utilisation, son design quelconque. (@Challenges).

#IA

► Intelligence artificielle : Darwin ou Kubrick ? L’intelligence artificielle est devenue une source exponentielle du progrès technologique. Commerce, sécurité, transport, éducation, santé divertissement, ses applications semblent infinies. Avec le même optimisme dont font preuve les transhumanistes quand ils nous promettent “la mort de la mort”, les programmateurs nous annoncent la fin de l’ignorance et l’optimisation du monde. Serions-nous arrivés à la fin de l’Histoire, qui ne serait plus l’objet de grands récits et de révolutions sanglantes mais seulement d’analyses de mégadonnées et d’améliorations incrémentales ? L’intelligence, en s’affranchissant de nos reliefs cérébraux, parviendrait-elle à écrêter les contradictions du progrès ? (@Challenges).

#RevueDeLiens

► – « Dans l’ombre, des start-up créent les briques matérielles indispensables aux applications de l’intelligence artificielle ». Les promesses de l’IA mobilisent l’attention, mais elles nécessitent de mettre au point des matériels – puces, semi-conducteurs, machines – d’une conception entièrement nouvelle, observe Alexis Houssou, cofondateur d’un fonds d’investissement, dans une tribune au « Monde » (@lemondefr) ; – L’intelligence artificielle infuse les parfums de Givaudan. Le fabricant d’arômes a mis au point un robot, Le Carto, pour fabriquer ses prototypes et ainsi aider les nez dans leur travail. (@lemondefr) ; – « Macrongate » : quand des néonazis américains cherchaient à faire basculer la présidentielle française. Deux ans après l’élection présidentielle française, de nouveaux documents montrent l’implication d’un groupe de suprémacistes américains dans des opérations de déstabilisation politique. (@lemondefr).

14 Juin

Régions.news #381 – Edition du vendredi 14 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#381 en version pdf

Légende image. Située sur la Loire, ancienne friche industrielle, l’île Beaulieu à Nantes fait l’objet d’un vaste projet de rénovation urbaine depuis le début des années 2000. Crédit photo : Frank Perry / AFP. L’île de Nantes est devenue ces dernières années emblématique du renouveau urbain. Il s’agit d’une initiative de régénération urbaine des anciens chantiers navals et d’un projet économique basé sur les industries créatives.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

 ► Bordeaux prépare le 1er congrès consacré aux transports intelligents et au climat. Ce premier rendez-vous se tiendra les 17 et 18 septembre 2019 à la Cité mondiale de Bordeaux. Il s’agira d’évaluer le rôle des systèmes de transport intelligent dans la stratégie mondiale en faveur du transport décarboné. Un dossier publié par le site @LaTribuneBdx aborde trois thématiques : 1/ Véhicules connectés : la Nouvelle-Aquitaine veut tester le platooning sur l’A63 ; 2/ Comment les acteurs néoaquitains se positionnent sur le créneau des transports autonomes ; 3/ Bordeaux, territoire d’expérimentation de la mobilité connectée. À lire aussi : Le congrès ITS4C 2019 sur la mobilité dite intelligente pour le climat qui se tient à Bordeaux les 17 et 18 septembre

#Ville

► Comment la végétalisation de nos villes peut nous protéger de la pollution et des canicules. Oui, le végétal rend l’air plus respirable et les grandes métropoles ont commencé à le comprendre ou sont en train de le comprendre. Prendre en compte l’environnement dans les aménagements urbains devient même tendance. L’Eurométropole de Strasbourg a mis en place différentes actions et plans pour rendre la vie en ville plus respirable. « Il devient de plus en plus clair qu’il faut une gestion intégrée, avec une vision globale, incluant l’air et sa pollution, le réchauffement climatique et la santé des citoyens, explique l’adjointe à l’environnement à la mairie, Christel Kohler. La végétation répond au triple enjeu: qualité de l’air, réchauffement climatique, santé des citoyens ».

► À l’occasion du festival Futur.e.s (ancien Future-en-Seine) qui se tient les 13 et 14 juin à Paris, le site du quotidien 20 Minutes se penche sur les conditions de vie dans la ville du futur, enfer ou paradis, en quatre épisodes. – Épisode 1 : La ville low-tech sera-t-elle la solution à tous nos problèmes ? Soit la ville ultra connectée, soit la frugalité numérique. – Épisode 2 : Circuits courts ou fermes sur les toits… Que mangera la ville du futur ? Comment faudra-t-il en sécuriser l’approvisionnement ? Agriculture urbaine high-tech ou reconnexion des villes avec les campagnes ? – Épisode 3 : La ville sobre en écrans, une nécessité pour la santé des enfants ? La prolifération des écrans font apparaitre trois risques majeurs pour les yeux : maladies oculaires, fatigue visuelle et myopie. – Épisode 4 : Comment gérera-t-on demain notre relation au digital ? Face à la surconsommation numérique problématique, la détox digitale pourrait être la voie du salut.

Légende image. Paris XIIIème Avenue de France et rue Tolbiac. Immeubles en bordure de gazon. Crédits photo : @padam92.

#Téléphonie

►  La France compte désormais 111 stations expérimentales consacrées à la 5G. Trois opérateurs se partagent ces sites : Bouygues Telecom en opère presque la moitié (52), suivi par Orange (34) et SFR (25). En revanche, Free, qui pourtant souhaite proposer l’ultra haut débit mobile en même temps que les autres. L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) propose depuis la fin 2018 un tableau de bord des expérimentations 5G en France, avec des informations complémentaires sur la nature des essais.

► Revue de liens : – Pourquoi la 5G se déploie si lentement en France ; – Le gouvernement dit vouloir éviter de folles enchères pour la vente des licences 5G comme en Italie, où les enchères ont atteint 6,5 milliards ; – Sans Huawei, la 5G coûtera très cher aux opérateurs européens ; – En pleine guerre technologique avec les Etats-Unis, la Chine accélère le déploiement de la 5G ; – Dans les télécommunications, la course à la 5G s’accélère.

#Energie

► Dysmus Kisilu, jeune ingénieur Kenyan en énergie renouvelable a créé « Solar Freeze », entreprise qui propose un service de stockage et de réfrigération fonctionnant à l’énergie solaire. Il met ainsi à la disposition des agriculteurs africains ces conteneurs qui permettent de stocker les légumes et les céréales invendus et de les maintenir au frais. Cette opération contribue à réduire le volume des déchets alimentaires et nourrir plus durablement la population. L’ingénieur explique que « 33% de la nourriture produite dans le monde n’est jamais mangée, ce qui représente un gaspillage de 1,3 milliards de tonnes gaspillées chaque année ».

#Entreprise

► Emmanuel Baudoin est enseignant chercheur à l’Institut Mines Telecom business school. Il vient de passer plus d’un an à étudier une question : les salariés français sont-ils à l’aise avec les technologies de l’information, sont-ils prêts pour la révolution numérique ou sont-ils des freins ? Pour le chercheur, 84% des salariés ont une image positive de l’IA, 61% pensent avoir les compétences nécessaires pour y faire face et 40% pensent que l’entreprise doit aller plus loin. « Six sur dix pratiquent l’apprentissage informel numérique. Par exemple, ils vont sur les réseaux sociaux pour avoir des informations. Ils vont voir des tutoriels sur Internet, ils regardent des vidéos sur Youtube. Il y a tout un univers dont les salariés se sont emparés ».

#Déchet

► Tous les déchets non recyclés des habitants de Singapour, qui en produisent deux fois plus que ceux de Paris, finissent d’abord dans des incinérateurs. Leur volume est réduit de 90%. Les cendres sont ensuite mouillées et transportées par bateau vers une île poubelle. Cette île artificielle est un immense mur sous-marin construit entre deux ilots naturels. L’espace est comblé petit à petit par les cendres des déchets.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Chaos chez YouTube. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – En Australie, Murdoch va virer ses journalistes sans compétences numériques ; – La Finlande est en train de gagner la bataille contre les fake news ; – Les américains pensent que les informations « fabriquées » sont un problème plus important que le réchauffement climatique ; – On va faire de Nice-Matin le « Netflix de l’info locale » ; – The New York Times s’essaie au reportage TV.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

ReVue d’actu de 11h11 – vendredi 14 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Energie

► EDF décroche le projet éolien en mer de DunkerqueEt le vainqueur est… EDF. A l’occasion d’un déplacement à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) vendredi, le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, a annoncé que le consortium mené par l’électricien français, l’allemand Innogy et le canadien Enbridge avait remporté le projet de champ éolien en mer situé au large de Dunkerque (Nord), le plus important en France à ce jour. Il devrait produire, à compter de 2026, près de 600 mégawatts (MW) _ ce qui pourrait représenter 75 éoliennes avec la taille actuelle (8 MW). Le consortium bénéficiera d’un tarif garanti d’achat de l’électricité produite « inférieur à 50 euros le mégawattheure », a indiqué le ministre. @LesEchos. Légende image : Un champ d’éoliennes en mer en Europe. Crédit photo : Sipa.

#Livraison

► Uber va tester la livraison de repas par drones. Uber s’apprête à tester la livraison de repas par drones, a annoncé mercredi le leader de la réservation de voitures avec chauffeur, un concept qui combine le savoir-faire de son service Uber Eats et ses ambitions dans l’aérien. Le groupe américain a annoncé, lors de son « sommet » Elevate organisé à Washington, avoir reçu l’accord des autorités pour tester auprès de vrais clients des livraisons dans la région de San Diego, au sud de la Californie (ouest). « Uber a une position unique pour se lancer dans ce défi car nous disposons du réseau de restaurants et de livreurs partenaires de Uber Eats ainsi que l’expérience et la technologie dans le domaine aérien de (notre division) Elevate », qui travaille entre autres sur de futurs « taxis volants », a expliqué Luke Fischer un des responsables de Uber Elevate. @frenchweb.

#Transport

► Le chemin tortueux de l’innovation dans les transports. Avec Fanny Bouton, et après l’informatique quantique en 2018, nous avons remis le couvert avec une conférence sur un thème très différent, “Les transports du futur” au Web2day le 6 juin 2019 à Nantes. Durant une heure et accompagnée d’une mise en scène un peu déjantée, elle associait les thèmes de Back to the Future (Fanny Bouton en Marty McFly), Star Trek (moi déguisé en Data) et des zestes de James Bond. La conférence sera a priori disponible avant début juillet 2019 en replay sur YouTube. Nous y faisions le tour d’un bon nombre de moyens de transport d’aujourd’hui et d’un futur plus ou moins probable. Certains font rêver! Qui ne serait pas satisfait de diviser par 2 ou 5 le temps des transports d’une ville ou d’un pays à l’autre, Lire la suite sur le site @frenchweb.

#Cryptomonnaie

► Visa, Uber, Booking.com : ces géants qui soutiennent la cryptomonnaie de Facebook. « L’union fait la force ». Telle pourrait être la devise de Facebook pour son projet de cryptomonnaie, qui doit être officiellement lancé début 2020. Selon nos informations, confirmant celles du « Wall Street Journal », le géant américain a signé des partenariats avec plusieurs géants mondiaux de la tech. Visa, MasterdCard et PayPal ont investi dans le « Libra », le nom encore officieux de la cryptomonnaie. Le géant des VTC Uber est également de l’aventure, tout comme Booking.com. Selon nos informations, ce sont au total plus d’une vingtaine de groupes tech qui ont signé un partenariat avec la firme de Mark Zuckerberg. Le « Libra » devrait être disponible dans tous les pays dès son lancement. A lire aussi : Xavier Niel a investi dans le projet de cryptomonnaie de Facebook et Pourquoi Facebook va lancer sa cryptomonnaie. @LesEchos.

#Média

► Presse en ligne : pourquoi l’échec de Blendle sur la vente à l’article est une bonne nouvelle. Par Cyrille Frank, fondateur de Mediaculture.fr. L’agrégateur d’actualités néerlandais Blendle change de modèle économique à compter d’août 2019. Les clients ne pourront plus acheter d’article à l’unité, mais devront s’abonner à un accès illimité pour 9.99 euros/mois. Ceci permettra aux lecteurs d’accéder à pas moins de 161 journaux et magazines. Blendle espère atteindre 100 000 abonnés – son seuil de rentabilité – alors qu’il n’a pour l’instant que 50 000 clients occasionnels ou réguliers. C’est un petit coup de semonce dans le Landerneau des éditeurs en ligne. Blendle, avec sa vente à l’article, faisait figure d’exception européenne et intriguait les éditeurs sur l’opportunité d’offrir eux-aussi cette possibilité aux internautes. L’idée semblait pourtant intéressante sur le papier. Elle consistait à élargir sa base de prospects, et de récupérer des revenus substantiels par l’accumulation de micro-ventes qui n’auraient pas eu lieu s’il avait fallu acheter le journal entier, et encore moins s’abonner. Lire la suite sur le site @frenchweb.

#Santé

► Intelligence artificielle : radiologues débordés cherchent assistant virtuel. Les intelligences artificielles sont en voie de s’imposer dans le domaine de l’imagerie médicale. Précieuses assistantes de radiologues bien souvent débordés, elles facilitent notamment le dépistage du cancer. Sont-elles pour autant capables de remplacer les blouses blanches ? Pierre Fillard, CEO de Therapixel, est convaincu que « dans le secteur de la médecine, où l’humain est au cœur de la pratique, il est crucial de préserver une forte part d’humanité, tout particulièrement sur des sujets aussi complexes que le cancer. L’homme et la machine sont infiniment meilleurs ensemble que l’un ou l’autre pris séparément » (@LesEchos).

#Information

► #Fake, #DeepFake – On n’a encore rien vu ! Ne croyez plus rien de numérique ! Gross modo « nous en sommes actuellement entre l’étape 1 et l’étape 2 ! » du tableau ci-dessus, a averti, cette semaine à Londres, Shuman Ghosemajumder, directeur de la technologie pour Shape Security et ancien responsable de la cyber fraude chez Google. « Facebook a dit avoir éliminé 3 milliards de faux comptes ces six derniers mois, mais on estime qu’il en reste 40 millions non détectés ! », a-t-il ajouté lors de la conférence CogX, dédiée à l’IA. Des milliers de faux comptes Facebook, avec divers degrés de véracité ou d’ancienneté, ou d’autres réseaux sociaux, sont d’ailleurs en vente libre sur le web. Lire la suite sur le suite @metamedia.

13 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – jeudi 13 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Architecture

► Les architectures se font vives à Montpellier, le temps d’un festival. La nouvelle édition du festival « Architectures Vives » s’installe une fois encore, du 11 au 16 juin, dans les cours d’hôtels particuliers de Montpellier. Cette année, le thème, c’est la beauté. L’ancien se mêle au nouveau grâce à une quinzaine de projets imaginés par des architectes internationaux qui tentent d’instaurer un dialogue entre une architecture patrimoniale et des installations contemporaines. Légende image : Les visiteurs peuvent découvrir une étrange structure dans la cour de l’Hôtel Saint-Côme : « The big waste ». 800 bidons d’eau utilisés par les hôpitaux forment une arche. Plutôt que les enfouir comme d’habitude, l’association « Waste is more » en fait une œuvre éphémère. Son but : interpeller le visiteur pour que tout le monde réfléchisse au devenir des déchets plastiques. Crédit photo : E.Garibaldi / FTV. (@franceinfo).

#Ville_Du_Futur [4/4]

► A l’occasion du festival Futur.e.s qui se tient les 13 et 14 mai à Paris, le site du quotidien 20 Minutes se penche sur les conditions de vie dans la ville du futur, enfer ou paradis, en quatre épisodes. Quatrième épisode : Comment gérera-t-on demain notre relation au digital ? A quoi ressemblera la ville du futur ? Nul ne peut y répondre aujourd’hui. Une chose est sûre : il existe une surconsommation numérique. L’addiction aux écrans est problématique. La détox digitale pourrait être la voie du salut dans le quotidien des urbains ultra-connectés. (@20minutes).

#Economie

► Le nudge des agents conversationnels. Par Laurence Devillers, professeur en intelligence artificielle à Sorbonne Université, chercheur au LIMSI-CNRS, membre de la CERNA-Allistène, IEEE P7008 Normes et standard pour le nudging, auteur de « Des robots et des hommes : mythes, fantasmes et réalité », Plon, 2017. Le nudge est une méthode destinée à orienter les comportements sans jamais contraindre ni culpabiliser les individus. Lauréat du prix Nobel d’économie en 2017, l’Américain Richard Thaler a mis en lumière en 2008 le concept de nudge, technique qui consiste donc à inciter les individus à changer de comportement sans les contraindre en utilisant leurs biais cognitifs. En dialogue homme-machine et économie comportementale, la stratégie des nudges dans les interactions vocales n’a encore jamais été étudiée.  Le pouvoir des nudges va être amplifié grâce au numérique et à l’intelligence artificielle à travers des objets qui vont détecter vos habitudes et comportements et nous influencer, nous inciter à consommer… Lire la suite sur le site @metamedia.

#Technologie

► Julien Bellanger : « plus il y a de la technologie, plus nous avons besoin de lieux physiques favorisant son appropriation sociale ». Depuis quinze ans, l’association nantaise PiNG (@assoPiNG) invite citoyens et professionnels à questionner leurs usages du numérique. Porteurs d’idées ou de projets s’y côtoient dans différents lieux, dont un fablab où chacun peut expérimenter, innover et repenser son rapport à la technologie. Dans le cadre d’entretiens que je mène avec les acteurs d’un numérique plus inclusif, social et démocratique, j’ai échangé avec Julien Bellanger, chargé de développement à PiNG. Pour cet ancien administrateur système et réseau notamment pour Microsoft reconverti dans le montage de projets associatifs, plus de technologie appelle plus de lieux physiques favorisant leur appropriation sociale. (@maisouvaleweb).

#ChatBot

► Et si les humains préféraient s’informer via des robots ? Et si les humains préféraient être informés par des robots? Certains médias traditionnels ainsi que des start-up misent sur les « chatbots », des programmes informatiques qui dispensent du savoir en ligne, sur le mode d’une conversation ludique, à un public connecté. « ça t’arrive de mentir à tes potes ? », demande Jam, smiley en coin, à ses « amis » sur Messenger, la messagerie de Facebook. Jam est un robot, qui raconte des histoires pour éclairer l’actualité et enrichir la culture générale. L’interpellation sert de prétexte à Jam pour dérouler la vie de Romain Gary, écrivain qui avait trompé le milieu littéraire en publiant sous pseudonyme. Créé il y a 3 ans par une start-up française, ce « chatbot média » échange avec 150 000 personnes environ tous les jours. Tel un ami racontant une anecdote, Jam peut parler de son artiste préféré ou des dernières études sur les vertus du petit-déjeuner. (@frenchweb).

#Média

► La confiance dans les médias se dégrade dans le monde, selon une étude. La confiance dans les médias s’est encore dégradée dans le monde, avec plus d’une personne sur deux qui ne se fie pas aux médias qu’elle consulte. C’est ce que révèle le rapport annuel du Reuters Institute publié mercredi 12 juin et qui s’appuie notamment sur une étude d’ampleur menée par YouGov entre fin janvier et début février auprès de 75 000 personnes dans 38 pays. En moyenne dans ces pays, 42% des personnes interrogées font confian ce aux médias en général (en baisse de 2 points) et à peine 49% qui font confiance aux médias qu’elles consultent. Si une petite majorité des personnes interrogées (51%) estiment que les médias les aident à comprendre l’actualité, moins d’un tiers (29%) pensent qu’ils couvrent des sujets pertinents et seulement 16% que le ton utilisé est le bon. (@franceinfo).

#Cybersécurité

► Saint-Quentin-en-Yvelines veut devenir une place forte de la cybersécurité. Si élus et responsables d’entreprises s’accordent déjà sur la place importante de Saint-Quentin-en-Yvelines dans le domaine de la cybersécurité, l’agglomération veut renforcer encore plus sa position. Elle a notamment l’objectif de créer un Campus de la cybersécurité qui formerait à terme 2 000 étudiants afin de constituer un vivier pour les nombreuses entreprises saint-quentinoises qui travaillent dans ce domaine. « Les attaques informatiques sont toujours plus nombreuses et élaborées, rappelle Saint-Quentin-en-Yvelines dans son flyer dédié à la cybersécurité. La forte croissance des objets connectés évoluant notamment dans les secteurs de la Smart city, de la domotique, de l’industrie 4.0, génère une hausse spectaculaire du nombre d’attaques, avec des prévisions de +500 % d’ici à 2020. Pour la sécurité de leurs données sensibles et de leurs utilisateurs, les entreprises doivent aujourd’hui se faire accompagner par des experts en cybersécurité dès la phase de conception. » (@LaGazetteSQY).

#Plateforme

► Achats, déplacements, enregistrements de voix… J’ai fouillé dans les données que Google conserve sur moi depuis treize ans (et rien ne lui échappe). Je dois aimer me faire du mal. Au printemps 2018, j’ai téléchargé l’ensemble des données envoyées à Facebook depuis mon inscription sur le réseau social, en 2007. Ce que j’y ai découvert m’avait donné le tournis : des coordonnées téléphoniques de proches, des souvenirs amoureux plus ou moins heureux, ou encore un historique assez détaillé de mes déplacements à travers le monde grâce aux métadonnées contenues dans mes photos. Lire la suite sur le site @franceinfo.

12 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – mercredi 12 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Société

► En Allemagne, un cirque a remplacé ses animaux par des hologrammes. Comme l’Autriche, la Belgique ou le Portugal, nombreux sont les pays qui interdisent la présence des animaux dans les cirques. Si en Allemagne l’interdiction n’est que partielle, le cirque Roncalli ne l’entend pas de cette oreille et met en place, depuis plusieurs années déjà, une solution tout aussi innovante que respectueuse des animaux. Depuis 1990, le cirque bannit au fur et à mesure tous les animaux, jusqu’à atteindre à ce jour leur absence totale. Désormais, le Roncalli se compose d’animaux 100% holographiques, et propose des shows spectaculaires aux visiteurs. (@siecledigital). Légende image : Un spectacle pas comme les autres, et garanti sans souffrance animale. Crédit photo : Cirque Roncalli.

#Ville_Du_Futur [3/4]

► A l’occasion du festival Futur.e.s qui se tient les 13 et 14 mai à Paris, le site du quotidien 20 Minutes se penche sur les conditions de vie dans la ville du futur, enfer ou paradis, en quatre épisodes. Troisième épisode : La ville sobre en écrans, une nécessité pour la santé des enfants ? La lumière bleue diffusée par les écrans et leur prolifération font apparaitre trois risques majeurs pour les yeux : maladies oculaires, fatigue visuelle et myopie. (@20minutes).

#Ville

► Rendre la ville intelligente permet de faire des économies. Les projets numériques innovants contribuent à réduire les dépenses des collectivités, par exemple via un suivi efficace des consommations énergétiques. Pour ne pas laisser les acteurs privés capter les revenus qui pourraient émerger des services numériques aux usagers, les collectivités doivent garder la main sur la remontée et la gestion des données. (@Lagazettefr).

#Transport

► Le chemin tortueux de l’innovation dans les transports. Par Olivier Ezratty, expert FrenchWeb. Avec Fanny Bouton, et après l’informatique quantique en 2018, nous avons remis le couvert avec une conférence sur un thème très différent, “Les transports du futur” au Web2day le 6 juin 2019 à Nantes. Durant une heure et accompagnée d’une mise en scène un peu déjantée, elle associait les thèmes de Back to the Future (Fanny Bouton en Marty McFly), Star Trek (moi déguisé en Data) et des zestes de James Bond. La conférence sera a priori disponible avant début juillet 2019 en replay sur YouTube. Nous y faisions le tour d’un bon nombre de moyens de transport d’aujourd’hui et d’un futur plus ou moins probable. Certains font rêver! Qui ne serait pas satisfait de diviser par 2 ou 5 le temps des transports d’une ville ou d’un pays à l’autre ? Lire la suite sur le site @frenchweb.

#Seniors

► Nice : la réalité virtuelle fait voyager les séniors. Un atelier de découverte de la réalité virtuelle a été organisé au service gériatrie de l’hôpital Cimiez de Nice, les résidents s’évadent l’espace d’un après-midi. Ils se rendent sur le Mont-Blanc, dans un déltaplane ou au musée. Elea Gaillard, psychologue à l’hôpital de Cimiez : « La réalité virtuelle va permettre aux résidents de ressentir des émotions positives et d’avoir, in fine, une amélioration du bien-être. » Les applications thérapeutiques de cette technologie sont encore à l’étude. Elle pourrait réduire la prise de médicaments ou les symptômes de certaines maladies, explique Malek Zaafran, médecin généraliste à l’hôpital de Cimiez : « Il y a des recherches en cours pour savoir si la réalité virtuelle a un effet sur les troubles du comportement, l’anxiété, l’agitation, et l’apathie. » (@franceinfo).

#Téléphonie

► Pourquoi le déploiement de la 5 G ne suscite-t-il aucun ne débat de société ? 1G, 2G, 3G, 4G… 5G. Le « réseau du futur » illustre à merveille cette célèbre citation de Paul Valéry : « L’homme sait ce qu’il fait, mais ne sait pas ce que fait ce qu’il fait ». Les techno-utopistes sont tout feu tout flamme devant son arrivée imminente, sur fond de guerre froide technologique entre les Etats-Unis et la Chine. Même liesse dans la presse, ravie de nous expliquer comment ça marche, ce que ça va changer et pourquoi 5, c’est bien mieux que 4, pour vous, pour vos enfants, pour la planète. C’est peut-être vrai, peut-être pas. De toute façon, personne ne vous demande votre avis. (@MaisOuVaLeWeb).

#Média

► Les médias américains en appellent au Congrès pour contraindre Google et Facebook à partager leurs revenus. Facebook, Google et Twitter doivent-ils rémunérer les éditeurs de presse pour utiliser leurs contenus ? La question a été tranchée en Europe, avec l’adoption, le 26 mars, de la directive européenne sur le droit d’auteur, qui impose aux grandes plates-formes du Web de rétribuer les médias dont elles exploitent les articles. Elle se pose désormais de l’autre côté de l’Atlantique, où les journaux américains accentuent leur pression sur Google et Facebook pour les contraindre à un meilleur partage des revenus publicitaires générés par leurs articles. C’est sur le terrain législatif que l’industrie des médias entend mener cette bataille. (@lemondefr).

#Cinéma

► Quand l’intelligence artificielle fait son cinéma. L’intelligence artificielle peut automatiser certaines tâches d’images et de sons pour le cinéma. Lorsqu’il faut doubler des humains dans une autre langue, il y a parfois un problème de synchronisation entre ce qu’ils disent et le mouvement des lèvres. On analyse les différents mouvements et expressions du visage du doubleur et on les plaque sur le visage de l’acteur. C’est très réussi. Il y a aujourd’hui des systèmes qui sont capables de traduire notre voix dans une autre langue de façon automatique. Mais il leur faut imiter notre voix. Et ce n’est pas encore au point. En revanche, l’intelligence artificielle peut faire des coupes et des montages très fluides avec des coupes invisibles, voire des rajouts et des inversements de mots invisibles. Problème : cela ouvre la voie aux manipulations. (@franceinfo).

#Livraison

► Scout, un robot pour livrer les paquets d’Amazon à domicile. Voici un concurrent sérieux pour ALF (Assistant Livraison Facteurs) le robot suiveur de La Poste actuellement en test dans plusieurs villes françaises. À la différence près que celui-ne suit pas le facteur, mais le remplace dans les zones à forte densité. Développé par Amazon et répondant au nom de SCOUT ce robot totalement autonome est en cours de test sur les trottoirs californien comme le révèle le webmagazine TechCrunch. Déjà annoncé en janvier dernier, il semble bien que l’avenir du robot de livraison du géant de la vente en ligne s’éclaircisse. Toutefois Amazon ne s’engage pas sur un calendrier précis. (@villeintelmag).

#Internet

► Mary Meeker dévoile les grandes tendances Internet 2019. La dernière version du célèbre Internet Trends Report vient d’être révélée à l’occasion de la Code Conference. Comme chaque année, Mary Meeker, investisseuse en capital risque pendant plusieurs années au sein de Kleiner Perkins Caufield & Byers et qui a récemment lancé son propre fonds, Bond Capital, a identifié les tendances à suivre dans la Tech. (@frenchweb).

#RevueDeLiens

► – Un autre web est-il (encore) possible ? Avec Hubert Guillaud et Tariq Krim (@maisouvaleweb) ; – Pourquoi détestons-nous autant les trottinettes ? (et pourquoi ce n’est pas toujours justifié) (@LADN_EU) ; – Microsoft ouvre sa nouvelle école d’intelligence artificielle à Lyon (@20minutes) ; – Une vidéo truquée de Mark Zuckerberg restera sur Instagram (@frenchweb) ; – Dassault Systèmes signe sa plus grosse acquisition pour s’imposer dans la santé. Le leader français du logiciel met la main sur Medidata pour 5,8 milliards de dollars. Ce spécialiste des logiciels de suivi des essais cliniques permet à Dassault Systèmes de renforcer son offre à destination des laboratoires pharmaceutiques. (@LesEchos) ; – Jeux vidéo : de la guerre des consoles à la guerre du streaming. Le développement des services de streaming et d’abonnement, illustré par l’arrivée de Google sur le marché, marque un tournant dans l’histoire du jeu vidéo sur consoles. (@LExpress).

11 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – mardi 11 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Environnement

x► 10 octobre 2009, Baptiste Monsaingeon part naviguer sur l’Atlantique pour étudier le « continent » de plastique Ce jour-là, le jeune chercheur en sociologie qui débute une thèse sur les déchets, quitte le port de la Trinité-sur-Mer sur un voilier de bois, avec trois amis, pour une expédition scientifique de neuf mois à la recherche du « continent » de plastique en Atlantique Nord. À l’image de cette « figure un peu mythologique, on avait envie de partir comme des Christophe Colomb des temps modernes pour découvrir un nouveau « continent » de plastique côté Atlantique et y planter un drapeau ». Un brin de naïveté et de romantisme, avoue Baptiste Monsaingeon, aujourd’hui maître de conférences à l’université de Reims-Champagne-Ardennes, chercheur au laboratoire REGARDS et auteur de Homo detritus (Le Seuil). « J’avais 25 ans, je partais pour neuf mois avec l’envie de larguer les amarres, de mettre les voiles. Au-delà de ce projet, je ressentais l’envie d’un voyage initiatique à la rencontre du monde et de ses habitants. » (@franceinter). Légende image : Plage envahi de sacs poubelles Crédit image : Getty

#Web

► Les recettes de Wikipédia pour un meilleur Internet. Les Gafa attirent désormais tellement la lumière qu’ils laissent dans l’ombre d’autres géants du Web, dont la voix a tout autant d’importance pour penser l’Internet de demain. Plus discrète, l’encyclopédie en ligne Wikipédia attire ainsi chaque mois 500 millions de visiteurs, dans plus de 280 langues. Des millions d’internautes mais aussi Amazon, eBay, Facebook, Orange contribuent financièrement à sa fondation pour que vive sur le Web cet autre modèle, libre et gratuit. « Le principe d’auto-régulation par la communauté s’est montré très robuste pour endiguer la propagation de désinformation ou de haine en ligne », explique Jimmy Wales.  (@Figaro_Economie).

#IA

► L’écosystème montréalais porté par l’intelligence artificielle. On entend son nom partout : dans la bouche des entrepreneurs, des chercheurs ou des directeurs de l’innovation de grands groupes. Le père de l’apprentissage profond, Yoshua Bengio, qui a récemment reçu le prix Turing, équivalent du prix Nobel pour l’informatique, se positionne à Montréal en parrain d’un écosystème en pleine croissance. Avec son institut d’intelligence artificielle Mila, le chercheur fait travailler 35 professeurs, 300 chercheurs et étudiants et 19 start-up, dans l’objectif de rester à la pointe de la recherche en intelligence artificielle, mais aussi de faire émerger « des entreprises d’envergure mondiale ». Poreux et collaboratif, Mila incarne parfaitement l’univers d’innovation montréalais. « La collaboration fait partie intégrante de la culture locale », insiste Stéphane Paquet, vice-président de Montréal International, une structure publique privée qui promeut les investissements étrangers. Face à Toronto, très dynamique dans la tech, Montréal utilise cette carte de l’intelligence artificielle pour se démarquer. (@EchosExecutives).

#Entreprise

► Emmanuel Baudoin est enseignant chercheur à l’Institut Mines Telecom business school et directeur du HRM digital lab. Il vient de passer plus d’un an à étudier une question : les salariés français sont-ils à l’aise avec les technologies de l’information, sont-ils prêts pour la révolution numérique qui est déjà largement entamée… ou sont-ils des freins ? Pour l’enseigant 84% des salariés ont une image positive de l’IA, 61% pensent avoir les compétences nécessaires pour y faire face et 40% pensent que l’entreprise doit aller plus loin. « Six sur dix pratiquent l’apprentissage informel numérique. Par exemple, ils vont sur les réseaux sociaux pour avoir des informations. Ils vont voir des tutoriels sur Internet, ils regardent des vidéos sur Youtube. Il y a tout un univers dont les salariés se sont emparés ». (@franceinfo).

► La future « Station F du Sud » veut draguer les start-up de l’IA. C’est une nouvelle qui n’a pas échappé à Xavier Niel, lui qui va créer sur l’Ecotone une Station F bis qu’il veut spécialiser dans l’IA : il y a quelques semaines, l’université Côte d’Azur a été retenue par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation pour accueillir un des quatre Instituts interdisciplinaire de l’intelligence artificielle (3IA) qui se répartiront 100 millions d’euros pour développer de nouvelles technologies logicielles et trouver leurs débouchés dans différentes disciplines. « C’est dire la qualité de la recherche azuréenne dans ce secteur », se félicite Jean-Marc Gambaudo, président de l’université. Dans les Alpes-Maritimes, plus de 300 chercheurs travaillent sur l’intelligence artificielle. Pour valoriser cette cohorte et constituer le noyau scientifique du futur 3IA Côte d’Azur, l’université a prévu de créer 25 chaires de chercheurs cette année et un total de 45 d’ici à cinq ans. L’objectif est de doubler le nombre de personnes formées chaque année. (@LesEchos).

► La marque la plus puissante au monde n’est plus Google ou Apple, mais Amazon. Le géant américain du commerce en ligne Amazon a dépassé les groupes d’informatique Google et Apple et pris la tête du classement des marques mondiales les plus puissantes, d’après un classement établi par le cabinet Kantar. D’après ce palmarès annuel dénommé BrandZ, le groupe fondé par Jeff Bezos a élevé de 52% la valeur de sa marque, à 315 milliards de dollars. Le cabinet Kantar et son propriétaire, le géant britannique des relations publiques WPP, soulignent mardi dans un communiqué qu’Amazon avait dopé la valeur de sa marque via « des acquisitions intelligentes, un excellent service au consommateur et sa capacité à devancer ses concurrents en proposant un écosystème riche en produits et services ». Amazon saute de la troisième place à la première, chipée au géant de l’internet Google, qui rétrograde en troisième position, avec une valeur de marque estimée à 309 milliards de dollars. (@Challenges).

#Ville_Du_Futur [1/4]

► A l’occasion du festival Futur.e.s qui se tient les 13 et 14 mai à paris, le site du quotidien 20 Minutes se penche sur les conditions de vie dans la ville du futur ville du futur en quatre épisodes. Premier épisode : Ville de demain, enfer ou paradis: La ville low-tech sera-t-elle la solution à tous nos problèmes ? Pollution, embouteillages, stress, fatigue… Les grandes agglomérations nous mènent la vie dure et, aujourd’hui, deux voies se dessinent pour relever les défis qu’elles posent. D’un côté, la smart city, une ville astucieuse (smart), ultraconnectée, qui repose essentiellement sur l’intelligence artificielle (voitures autonomes, objets connectés…). De l’autre, la ville low-tech qui force à questionner nos modes de consommation avec en toile de fond, la notion de frugalité numérique. (@20minutes).

#Ville_Du_Futur [2/4]

► A l’occasion du festival Futur.e.s qui se tient les 13 et 14 mai à Paris, le site du quotidien 20 Minutes se penche sur les conditions de vie dans la ville du futur, enfer ou paradis, en quatre épisodes. Deuxième épisode : Circuits courts ou fermes sur les toits… Que mangera la ville du futur? Les fermes sur les toits nourriront-elles les villes à l’avenir ? « Une chose est certaine, commence Yuna Chiffoleau, directrice de recherche à l’Inra (Institut national de la recherche agronomique) où elle travaille sur les circuits courts. Les villes vont devoir revoir la façon dont elles s’approvisionnent en nourriture, rééquilibrer circuits longs et courts. » Et « L’enjeu n’est pas seulement environnemental, il est aussi de sécuriser l’approvisionnement des villes, reprend Yuna Chiffoleau. (@20minutes).

#Pollution

► Quand une IA émet autant de CO2 que cinq voitures. On savait l’intelligence artificielle gourmande en ressources informatiques, mais forcément pas à ce point. Des chercheurs de l’université du Massachusetts Amherst se sont intéressés à la consommation énergétique liée au traitement du langage naturel. Ils ont calculé l’énergie nécessaire à l’entraînement de quatre modèles d’intelligence artificielle les plus utilisés pour la traduction automatique ou la génération automatique de texte. Le résultat est édifiant. L’ensemble du processus émet autant de CO2 qu’un vol de 300 passagers de New York à San Francisco, ou que cinq voitures pendant toute leur durée de vie, fabrication comprise. (@LesEchos)

#Téléphonie

► Dans les télécommunications, la course à la 5G s’accélère. Corée du Sud, Etats-Unis, Royaume-Uni… Alors que les premiers réseaux 5G commencent à se tisser, la concurrence s’intensifie entre les équipementiers télécoms, à l’affût de contrats auprès des opérateurs de téléphonie mobile afin de leur fournir les antennes et autres matériels indispensables au déploiement de cette nouvelle technologie. Jusqu’à présent grand favori, le chinois Huawei, qui détenait à lui seul près de 30 % du marché mondial des équipements réseaux en 2018, contre respectivement 17 % et 13,4 % pour le finlandais Nokia et le suédois Ericsson, ses principaux rivaux, pourrait voir ses ambitions sur le marché de la 5G sérieusement contrecarrées par la charge américaine menée à son encontre ces derniers mois. (@lemondefr).

#RevueDeLiens

► – Jeux vidéo : Ubisoft fait le pari de la blockchain. L’éditeur français travaille depuis des mois sur la blockchain. A terme, il pourrait lancer un titre où les joueurs pourront acheter des contenus au sein du jeu, via un système s’appuyant sur cette technologie. (@LesEchos) ; – [Roland-Garros] Guy Forget : « Nous pouvons analyser un match de manière très scientifique » (@frenchweb) ; – Comment la Tech change le visage du secteur de la beauté (@frenchweb) ; – Le luxe des élites de 2040 : désobéir à l’intelligence artificielle. Quand les entreprises auront intégré l’IA à leurs prises de décision, seule une infime partie des salariés qualifiés auront la marge de manœuvre de passer outre ces recommandations. (@LExpress) ; – Métiers du développement durable : beaucoup de femmes, de diplômes, d’ancienneté et d’inégalités. C’est le constat de l’étude sur les professionnels du développement durable menée par Birdeo, cabinet de recrutement spécialisé. (@LADN_EU) ; – Les photos de plus de 100.000 voyageurs passés par la douane américaine ont été piratées (@FigaroTech) ; – Trop lente, pas assez efficace : la cuisine familiale va-t-elle se faire ubériser ? Au lieu de perdre une heure chaque jour à cuisiner, pourquoi ne pas externaliser cette tache dans des entrepôts géants, qui livreraient des repas à la chaîne? Telle est l’idée, peu appétissante, du fondateur d’Uber. (@Figaro_Economie) ; – Salesforce et Google misent gros sur l’analyse de données (@FigaroTech).