17 Août

ReVue d’actu de 11h11 – samedi 17 août 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Afrique

► En Mauritanie, les caravaniers du fer. Tous les jours, de gigantesques trains de minerai traversent le désert de Mauritanie. Du fond du Sahara aux rives de l’Atlantique, dans l’un des paysages les plus hostiles de la planète, l’activité humaine s’organise autour de 700 kilomètres de rails, constamment menacés par les sables. @Figaro_Inter. Légende image : Le long des rails s’égrènent des poches d’eau, tels des puits dans le Sahara. Crédits photo : Stephan Gladieu pour le Figaro Magazine.

 

16 Août

ReVue d’actu de 11h11 – vendredi 16 août 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Nature

► L’industrie devrait s’intéresser aux secrets des tardigrades qui intriguent les chercheurs. Les tardigrades sont les êtres vivants les plus résistants sur Terre. Qui sont-ils ? Quels sont leurs réseaux ? Par Michel Cassé, Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), Université Paris-Saclay et Simon Galas, Université de Montpellier. Ils sont griffus et mythologiquement beaux. Les tardigrades, microscopiques invertébrés aux allures de Pokémons, sont créatures terrestres. Mais si demain on découvrait la vie, ailleurs, sur une autre planète, on pourrait fort bien les trouver lovés au chaud, ou au froid, dans d’extraterrestres cocons. Et pour cause. Grâce à leur capacité de survie dans les conditions les plus hostiles et d’adaptation aux fluctuations environnementales les plus extrêmes, ces organismes poussent très loin l’art de survivre. @latribune.

13 Août

ReVue d’actu de 11h11 – mardi 13 août 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Agriculture

► « Elles avaient tellement d’allure » : des vaches highlands pour régénérer la terre. La ferme d’Olivier et Blandine Gabilleau est nichée dans les marais de la vallée de la Cisse, qui s’étire du massif forestier de Marchenoir à Chouzy-sur-Cisse, juste derrière Blois (Loir-et-Cher). Leur maison est une ancienne bâtisse monastique, entourée de noisetiers, au sommet d’une pente caillouteuse. Tout en bas, les sabots immergés, broute un troupeau de soixante-quinze vaches highlands, une race originaire d’Ecosse, au long pelage cuivré et aux cornes interminables. Les bêtes, réputées excellentes débroussailleuses, vivent et dorment dehors toute l’année. « J’en suis tombé amoureux lors d’un voyage au parc national du Morvan. Elles avaient tellement d’allure. On savait que c’était pour nous », dit Olivier, 51 ans. A lire aussi : Des solutions pour la planète. @lemondefr. Crédit photo : Nicolas Wietrich pour Le Monde.

12 Août

ReVue d’actu de 11h11 – lundi 12 août 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Alimentation

► « Il est possible de nourrir la planète sans augmenter la surface cultivée »Olivier De Schutter, professeur à l’université de Louvain (Belgique) et coprésident du Panel international d’experts sur les systèmes alimentaires durables (IPES-Food), explique dans un entretien sur le site @lemondefr : « Il est possible de nourrir la planète sans augmenter la surface cultivée, voire en la réduisant. D’abord, en agissant sur la demande : il n’y a aucune fatalité dans le fait que les régimes alimentaires aillent toujours vers plus de protéines animales, exigeant des surfaces plus grandes pour le fourrage animal ou pour l’élevage. Ensuite, en luttant contre les pertes et gaspillages, qui demeurent considérables dans les chaînes alimentaires : environ un tiers de la production agricole mondiale est perdue. Enfin, et surtout, la diffusion large de l’agroforesterie, combinant un couvert arboré avec des cultures notamment alimentaires, permet de faire l’usage le plus raisonné et le plus efficient de la terre. »

11 Août

ReVue d’actu de 11h11 – dimanche 11 août 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Cosmos

► Les radiotélescopes monumentaux du plateau de Bure se multiplient. Les radiotélescopes monumentaux du plateau de Bure se multiplient. Gotlib disait avec humour que toutes les bandes dessinées de science-fiction se caractérisent par la présence en arrière-plan d’un décor « à la fois insolite et grandiose ». Insolites et grandioses, ce sont précisément les mots qui viennent à l’esprit en découvrant les neuf radiotélescopes monumentaux perchés sur le plateau de Bure, dans les Hautes-Alpes, à plus de 2500 mètres d’altitude. Insolites par leur présence à cette hauteur, dans ce paysage caillouteux inaccessible recouvert de névés épars ; grandioses par leurs proportions irréelles : chacune des neuf antennes fait la taille d’un immeuble haussmannien, avec des coupoles collectrices de 15 mètres de diamètre. @Le_Figaro. Légende image : Les radiotélescopes du plateau de Bure font la taille d’un immeuble haussmannien, avec des coupoles collectrices de 15 mètres de diamètre. Crédits photo : Patrick Domeyne.

10 Août

ReVue d’actu de 11h11 – samedi 10 août 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Agriculture

x► Des millions de criquets pèlerins envahissent la capitale du Yémen. Des millions de criquets pèlerins ont envahi la semaine passée Sanaa, la capitale du Yémen, dévastant de nombreuses exploitations agricoles mais faisant le bonheur de certains. Beaucoup d’habitants sont descendus dans les rues avec de grands filets pour attraper des insectes afin de les transformer en mets. « Nous le chassons pour le cuisiner avec de l’huile. Nous le mangeons avec du riz et du pain, c’est vraiment délicieux », a expliqué un habitant de la ville au journal « The National ». Dans les marchés, des sacs de criquets à vendre ont même fait leur apparition. Toutefois, les agriculteurs du district de Hamdan, au nord de Sanaa, ont déploré cette invasion d’insectes. @ParisMatch. Légende image : Un homme tente d’attraper des sauterelles en se tenant sur un toit alors qu’elles envahissent la ville de Sanaa, contrôlée par les rebelles (Yemen). Crédit photo : Mohammed Huwais / AFP / Getty Images

09 Août

Régions.news #389 – Edition du vendredi 9 août 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#389 en version pdf

Légende image. Un monastère (Bumthang) au Bhoutan. Photo de Sylvain Bouzat / Getty. Le Bhoutan, Petit Etat de 750 000 habitants dans l’Himalaya, coincé entre la Chine et l’Inde est, avec le Surinam, un des  rares pays avec un taux de carbone négatif. La forêt très dense absorbe plus de carbone que les habitants n’en émettent… Mais, cela pourrait ne pas durer. Depuis une vingtaine d’années, le nombre de voitures et de camions explose. Conséquences : le Bhoutan doit importer de l’essence, lui qui était producteur d’électricité grâce à ses barrages et les embouteillages se multiplient en particulier dans la capitale Thimphu. Les autorités ont décidé de développer le réseau de bus et favoriser les voitures hybrides ou véhicules électriques.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Val-de-Marne : le téléphérique est validé par la commission d’enquête publique. Le premier téléphérique urbain de la région parisienne, reliant Villeneuve-Saint-Georges à Créteil, devrait donc voir le jour à l’horizon 2024-2026, malgré des réserves émises. En effet, la commission demande que le projet comporte un dispositif occultant la vision vers le bas. Cette réserve répond à la crainte des habitants de subir le regard des passagers. Plus de 10.000 personnes par jour seraient susceptibles d’emprunter ce mode de transport.

► « Le textile arrive à un tournant : l’urgence écologique ! Et les Hauts-de-France ont tous les ingrédients pour fabriquer la mode du futur, circulaire, écoresponsable ! », s’enthousiasme Annick Jehanne responsable de l’association « Plateau fertile » À Roubaix (Nord), son association fédère industriels et start-ups pour « réinventer » un secteur meurtri et assurer sa survie. Sur 300 m² d’une ancienne usine roubaisienne, ce lieu ouvert en 2018 « permet à 120 entrepreneurs, enseignes de la distribution et de l’habillement, de réfléchir ensemble, partager outils et compétences, fabriquer de petites séries de produits » éco-conçus, recyclés et « inventer de nouveaux ‘business-models’ où rien ne se jette », explique Annick Jehanne, cofondatrice de l’association pilote Nordcréa. Deuxième industrie la plus polluante au monde, la mode « doit aujourd’hui changer ou mourir », ajoute-t-elle

► En Seine-et-Marne, entrepreneurs et agriculteurs sont en train de développer un bioplastique sans pétrole. Un plastique créé à partir de miscanthus. Cette plante n’a besoin d’être ensemencée une seule fois pour les 20 ou 25 ans à venir. Ainsi l’idée est née dans un hangar de la Brosse-Montceau en Seine-et-Marne. Le procédé consiste à tout réduire en miettes pour obtenir une résine après des heures de macération. De quoi fabriquer un plastique garanti sans hydrocarbure, un plastique 100% végétal. « On sait faire des contenants à partir de cette matière-là, on sait peut-être faire des sacs plastique, aussi sur du filaire », explique Xavier Venard de la société Polybiom. Gobelets, tissus, nappes, revêtements de sol et même matériaux isolants. Le procédé vient d’être breveté et pourrait intéresser nombre de secteurs industriels. « On peut imaginer de l’alimentaire comme tout ce qui est emballage de restauration rapide », pense Olivier Suty, directeur de l’entreprise MSL.

Légende image. « La voiture sur le lampadaire », œuvre de l’artiste Benedetto Bufalino est exposée lors de l’exposition « Les Extatiques » sur l’esplanade du quartier de La Défense. « Les véhicules mécaniques (…) sont devenus à la fois une gêne pour la circulation et l’occasion de dangers permanents. Ils ont, de plus, introduit dans la vie citadine de nombreux facteurs nuisibles à la santé. » Depuis ce constat formulé par le célèbre architecte Le Corbusier en 1933, la critique de l’invasion des villes par la voiture n’a jamais cessé surtout dans ce contexte de préoccupations environnementales n’a rien arrangé. Au point que, depuis 40 ans, toutes les villes ont adopté des mesures pour exclure ou limiter la voiture en ville. Découvrir les 5 exemples de grandes villes qui veulent bannir les voitures. Photo : @padam92

#Série_Eté [Digital, Environnement et Europe] – Episode 4 : la ville et le réchauffement (la suite)

► Marjorie Musy, directrice de recherche au Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema) à Nantes (Loire-Atlantique), explique sur le site @lemondefr : « Nous travaillons à partir de mesures effectuées en ville, mais analyser les phénomènes dans ces environnements complexes est difficile. Pour cela, nous concevons des modèles de simulation en 3D afin de comparer les aménagements en fonction de la forme de la rue ou des bâtiments, comme à Lyon dans trois types de quartiers, où l’on a évalué les effets de différents aménagements : la végétalisation, l’arrosage des rues, le blanchiment des surfaces… (…) Avec ces simulations, on peut faire intervenir différents paramètres, jouer sur les scénarios, les types de bâtiments, la couleur de la surface, la vitesse du vent, l’ensoleillement… Cela permet d’étudier l’impact de l’aménagement sur la température de l’air mais aussi sur le confort des personnes, ce qui est une notion très différente. »

► Comment l’Internet des Objets (IoT- Internet of Things) peut aider les villes en période de canicule ? En Australie, la municipalité de Bendigo a installé un réseau d’objets connectés qui consiste à noter les différences de température pour aider les habitants à mieux gérer leurs activités. Ainsi, dans les espaces publics, les ateliers et les bureaux, les systèmes d’air conditionné connectés repèrent les pics de température et adoptent le bon régime afin d’éviter les chocs thermiques entre l’intérieur et l’extérieur.

► Toutes les grandes villes du monde sont concernées par les effets de l’augmentation des températures qui pousse municipalités et citoyens à développer à tour de bras des solutions éco-responsables. Les projets de mobilité décarbonnée, de fermes urbaines et d’éco-quartiers fleurissent à Paris comme à New-York, et à Shangaï comme à Berlin. À Marseille, l’éco-quartier Smartseille, qui a vu le jour l’année dernière, utilise les ressources de la Méditerranée afin de pourvoir aux besoins énergétiques de ses habitants. Grâce à un échangeur thermique, les calories et les frigories présentes dans l’eau de mer sont extraites, stockées puis redistribuées pour rafraîchir maisons, immeubles et bureaux.

#Transport

► Le samedi 3 août, les départs et les retours de vacances se croisent sur les routes françaises. Une fin de semaine noire. Vinci autoroutes en a profité pour diffuser en direct des images filmées par un drone, de l’A61. Cette vidéo live, disponible sur Youtube, montre le péage de Toulouse nord avec ses cortèges de véhicules. D’’après Vinci autoroutes. Le drone vient compléter les informations-trafic qui sont mises à disposition. À lire aussi : En Espagne, des drones utilisés pour sanctionner les conducteurs imprudents.

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Réchauffement climatique, fake news et info « sustainable ». À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – Les géants de la tech sont le nouveau visage de l’impérialisme américain ; – Il est temps de réguler les plateformes avec des lois et non des amendes.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

ReVue d’actu de 11h11 – vendredi 9 août 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Alimentation

► Assurer la sécurité alimentaire mondiale malgré le réchauffement climatique : le rapport du GIEC adopté par une délégation de 195 pays. En clair : comment le réchauffement climatique affecte les terres consacrées aux cultures, à l’élevage ou encore les forêts, et par ricochet la sécurité alimentaire, mais aussi comment les pratiques agricoles ou la déforestation agissent sur le climat. @lemondefr. Légende image : Une rizière près de Calcutta, en Inde, le 31 janvier. Crédit photo : Rupak de Chowdhuri / Reuters.

#Agriculture

► Rapport du Giec : les agriculteurs face au défi de protéger les sols sans labourer. Le rapport des experts du Giec (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) a dénoncé, jeudi 8 août, l’accélération de l’érosion des sols. En France, de nombreux agriculteurs ont appris à se passer des labours. Ludovic Joiris a renoncé à labourer ses champs. L’agriculteur cultive plus de 300 hectares dans l’Essonne. Il compte entretenir la protection naturelle des sols. Grâce à une couche superficielle de matière organique, ses terres sont protégées. Si cette technique est recommandée par certains scientifiques, c’est parce qu’elle permettrait de conserver le carbone dans les sols, un des principaux gaz à effet de serre. Plus de labours, c’est aussi quatre fois moins de carburants dépensés et moins de temps passé sur un tracteur. Selon Godefroy Potin, exploitant dans le Val-d’Oise, impossible de planter des betteraves sans labourer. Renoncer à cette technique l’exposerait à d’autres problèmes, comme la prolifération de mauvaises herbes. Dans ce cas, il est donc nécessaire pour les agriculteurs d’utiliser des produits chimiques. Même Ludovic Joiris avoue ne pas pouvoir se passer de produits herbicides, mais il indique utiliser aujourd’hui deux fois moins de pesticides. @franceinfo.

#Commerce

► Comment Casino va ouvrir un hypermarché le dimanche après-midi… sans caissier. Si de nombreux supermarchés ouvrent déjà le dimanche après-midi, avec des horaires prolongés jusqu’à minuit ou de façon continue (24h/24), c’est la première fois en France que des consommateurs pourront faire leurs courses dans un magasin de cette taille (5 000m2). À l’origine de cette expérimentation il y a « la volonté de répondre à une demande de nos clients. Ouvrir le dimanche après-midi, et de façon automatique, cela va permettre de faciliter la vie de nombreux consommateurs qui ne peuvent pas faire leurs courses le reste de la semaine », explique au Figaro le service communication des enseignes Casino. Pour Laurent Jamin, expert de la distribution chez le groupe de conseil en marketing Nielsen, le choix d’un magasin à proximité du centre-ville est décisif: « on observe que cette demande d’ouverture des magasins le dimanche est spécifiquement urbaine. Il ne viendrait pas à l’idée de Casino d’ouvrir, le dimanche après-midi, un hypermarché de cette taille en pleine campagne. Le fait qu’il soit accessible facilement peut nous permettre d’envisager qu’il y a des consommateurs demandeurs d’une prolongation de l’ouverture du magasin le dimanche », analyse-t-il. @Figaro_Economie.

#Energie

► Voiture à hydrogène : la Chine lance son Grand Bond en Avant. « Nous devons créer une société de l’hydrogène » déclare purement et simplement Wan Gang, sans doute un des plus hauts responsables chinois en matière de planification des grandes politiques industrielles et énergétiques du pays. « Cela doit devenir une priorité nationale, et pour cela nous allons surmonter tous les obstacles qui nous empêchaient jusque-là de développer la pile à combustible » ajoute-t-il. Une initiative prise d’autant plus au sérieux que Wan Gang est le premier responsable politique chinois à avoir cru, il y a 20 ans, au développement exponentiel de l’automobile électrique dans le pays. A ce jour, plus d’1 million de ces voitures circulent en Chine. @BFMBusiness

#MediaSocial

► La haine est-elle totalement devenue intrinsèque aux réseaux sociaux ? Que n’avait-on pas promis comme horizons nouveaux lorsque les réseaux sociaux ont commencé à faire irruption dans les débats jusqu’à confisqués par les décideurs, les leaders d’opinion et les sachants ? Aux yeux des initiateurs de réseaux, c’était la promesse et l’avènement d’une société plus fluide, plus ouverte et plus collective où savoirs, dialogues et opinions allaient profiter à toutes et tous. Très rapidement, la machine s’est pourtant détraquée. Dévoyée par les remugles de l’âme humaine, elle a engendré des espèces digitales qui se bornaient jusque-là à la lettre d’insulte anonyme glissée dans la boîte aux lettres et la brève de comptoir bien pourrie et décomplexée qui ne dépassait pas la longueur du zinc. Les réseaux sociaux sont devenus un pain bénit pour les minorités radicales hurlantes, les trolls déjantés, les egos boursouflés et les haters. Le blog du Communicant.

#Déchets

► Bertrand et son âne ramassent les déchets sur la plage. Bertrand Denié et son âne Oscar sont employés par l’intercommunalité. Chaque saison, ils reprennent leur ramassage sur le littoral, entre Bricqueville et Coudeville. Si l’âne donne un sérieux coup de main pour porter les déchets, il a aussi l’avantage d’attirer le public pour faire passer le message de l’écologie. Autre avantage, si le nettoyage mécanique tend à fragiliser la laisse de mer, Oscar et Bertrand, en intervenant manuellement, prennent soin de l’écosystème. Ils peuvent aussi ramasser de petits morceaux de plastiques. Ceux que les poissons peuvent ingérer. @franceinfo.

► Le plastique recyclé est en plein essor. De gros ballots de déchets viennent de débarquer, les opérateurs se précipitent pour les trier. Pas de temps à perdre chez ExcelRise, une PME française qui surfe sur l’essor du recyclage des films plastiques. Alors que la pollution des océans et son impact sur la biodiversité fait les gros titres avec un sommet international organisé à Paris, cette petite société basée à Montbrison dans la Loire développe une production intégrée, allant du tri du déchet au film recyclé. « Le marché du recyclage plastique est en train d’exploser », confie à l’AFP Sébastien Wolff, co-fondateur et patron d’ExcelRise, qui escompte multiplier par dix sa production de films plastiques recyclés d’ici 2025, pour atteindre 40.000 tonnes annuelles.. @Sciences_Avenir.

#JeuVidéo

► Jason Rubin, d’Oculus : « Les joueurs sont de plus en plus satisfaits par la réalité virtuelle ». Après une certaine effervescence au milieu des années 2010, la réalité virtuelle (VR) est, peu à peu, retombée dans un oubli relatif, en dehors des passionnés du genre. A l’E3 2019, le salon mondial du jeu vidéo qui se tient tous les ans à Los Angeles, aucun projet majeur de réalité virtuelle n’a été annoncé par les constructeurs et studios de jeux vidéo – même si les ventes de matériel sont reparties à la hausse en début d’année. Seul Oculus, le pionnier du secteur, et son acteur le plus en vue depuis son rachat par Facebook, disposait d’un stand pour présenter ses nouveautés. La marque a lancé, en 2019, deux modèles de casques de réalité virtuelle : l’Oculus Rift S, une mise à jour de son casque-phare (qui requiert d’être branché à un ordinateur), et l’Oculus Quest, sorti en mai 2019, un casque nomade plus puissant et performant que le Go. @lemondefr

08 Août

ReVue d’actu de 11h11 – jeudi 8 août 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Environnement

► Au Brésil, la déforestation a été quatre fois plus forte en juillet 2019 qu’en juillet 2018. La déforestation au Brésil en juillet 2019 a été presque quatre fois supérieure au même mois l’année dernière, selon des chiffres officiels publiés mardi 6 août. Cela confirme un état des lieux préoccupant, mais remis en cause de façon régulière par le président d’extrême droite Jair Bolsonaro. L’Institut national de recherche spatiale (INPE) brésilien, l’organisme public chargé de mesurer la déforestation en Amazonie, a fait état de 2 254 kilomètres carrés de zones déforestées dans le pays le mois passé, contre 596,6 kilomètres carrés en juillet 2018. Soit une augmentation de 278% sur un an. @franceinfo. Légende image : Une vue aérienne de la déforestation dans l’ouest de l’Amazonie brésilienne, le 22 septembre 2017. Credit image : Carl de Souza / AFP).

#RéchauffementClimatique

► Un rapport du Giec appelle à une gestion plus durable des sols dans l’agriculture et la sylviculture. Les activités humaines ont une forte influence sur la qualité des sols et participent ainsi au réchauffement climatique. Ce sont les principales conclusions du rapport spécial du Giec publié jeudi 8 août, après l’approbation du texte par les 195 pays membres de ce groupe d’études sur le climat. Dans le détail, cette étude est consacrée au « changement climatique, la désertification, la dégradation des sols, la gestion durable des terres, la sécurité alimentaire et les flux de gaz à effet de serre dans les écosystèmes terrestres ». Elle évalue également les conséquences de l’agriculture et de la sylviculture sur la qualité des sols. @franceinfo.

#Nature

► Allier l’utile à l’agréable et servir la cause environnementale tout en se baladant dans la nature : c’est ce que propose depuis presque dix ans la plateforme en ligne Clicnat, gérée par l’association Picardie Nature, qui permet à n’importe qui de partager ses observations sur la faune locale et nourrir une base de données déjà riche de plus de 1,5 million d’entrées. Le principe est simple : il suffit de s’inscrire en ligne, puis de saisir la localisation et le nom des espèces observées. Les données sont ensuite vérifiées et mises en ligne afin de fournir la matière à la communauté scientifique comme aux collectivités locales pour analyser les territoires et engager des décisions. « Tout le monde peut contribuer, assure Sébastien Maillier, chargé de mission observatoire de la faune pour Picardie Nature. On incite toutefois les novices à poster un maximum de photos, voire de vidéos, pour s’assurer qu’ils ont identifié la bonne espèce. » L’association s’engage par ailleurs pour la formation de ses bénévoles en proposant des stages d’initiation et de perfectionnement aux inventaires naturalistes. @franceinfo.

#Déchets

► Boulogne-sur-Mer : la première plage sans plastique du littoral. Une plage sans aucun déchet plastique : c’est l’objectif visé par la ville de Boulogne-sur-Mer. Pour le mener à bien, la municipalité a mis en place plusieurs dispositifs : poubelles de tri, panneaux de sensibilisation, cendriers de poches distribués… « Là, vous avez l’exemple du dispositif avec ces 2 poubelles : jaune pour la partie plastique, noir pour les ordures ménagères« , explique avec application Ludovic Fayeulle, responsable des services techniques municipaux. Sur la plage, des poubelles de tri, parfois en forme de poissons, plus ludiques pour les enfants, mais aussi un gros travail de sensibilisation avec un peu partout, de nombreux panneaux. @franceinfo

#Commerce

► « J’ai besoin d’eux mais j’ai souvent envie de les tuer » : ces entreprises françaises à la merci d’Amazon. « Se lancer sur Amazon a été comme ouvrir une boutique sur les Champs-Elysées de chaque capitale du monde. » Ce témoignage très enthousiaste d’une entreprise spécialisée dans l’esthétique professionnelle est fièrement mis en avant sur le site d’Amazon, aux côtés d’autres success stories d’entreprises françaises. Depuis deux ans, la marketplace (ou place de marché) multiplie les initiatives à l’égard des entrepreneurs de l’Hexagone pour les inciter à vendre leurs produits sur sa plateforme numérique. D’après les chiffres d’Eurostat, à peine 16% des PME françaises vendaient en ligne en 2015, ce qui place la France au treizième rang de l’Union européenne. Amazon tente de s’engouffrer dans la brèche pour étendre son catalogue en proposant davantage de produits de fabricants français. « Le fait de référencer des produits de niches apporte à Amazon une réputation de qualité qui la démarque de ses concurrents », explique Michel Koch, directeur général de l’Institut du commerce connecté (ICC) à @franceinfo.

#Transport

► Les trottinettes électriques plus polluantes qu’on ne le pensait On sait depuis des mois que leur réputation de mode de transport propre est peu justifiée. Le magazine Quartz examinait en août 2018 les données de 129 trottinettes électriques dans la ville de Louisville dans le Kentucky. Avec une durée de vie moyenne de 28,8 jours, difficile de les qualifier de « durable ». Une nouvelle étude parue le 2 août, et réalisée cette fois par des scientifiques, vient enfoncer le clou : des chercheurs de la North Carolina State University ont calculé que l’impact moyen des trottinettes serait de 202 g de gaz à effet de serre par passager et par mile parcouru. Au détail, 50 % des GES seraient liées à la provenance des matériaux et à leur assemblage, 43 % à la collecte et à la distribution du produit final et 4,7 % à  la recharge de l’appareil. À condition, bien sûr, que ceux-ci soient rechargés de manière conventionnelle. À Paris, des juicers, (les personnes spécialisées dans la recharge des trottinettes après utilisation) ont été surpris en train d’utiliser des générateurs à essence pour les alimenter en énergie. @usbeketrica.

#Energie

► L’Allemagne veut devenir le leader mondial de l’hydrogène. Pour son approvisionnement en énergie, l’Allemagne s’intéresse de plus en plus à l’hydrogène comme alternative aux combustibles fossiles. Le pays espère utiliser l’hydrogène pour remplacer le charbon dont il dépend. Le mois dernier, Peter Altmaier, ministre allemand de l’Economie, a annoncé qu’il débloquerait des fonds pour vingt laboratoires de recherche spécialisés dans les applications de l’hydrogène. Altmaier a souligné que l’objectif était de faire de l’Allemagne le pionnier mondial des technologies de l’hydrogène. Les propriétaires de gazoducs, en revanche, ont demandé des modifications réglementaires pour ajouter de l’hydrogène à leur approvisionnement. @msnfrance.

#Monnaie

► Les véritables intentions de Facebook avec le libra. Une tribune, Jean-Paul Betbeze. Mais pourquoi donc Mark Zuckerberg présente-t-il le libra comme une « monnaie » et ne dit-il pas : « moyen de paiement » ? On a connu le fondateur de Facebook plus avisé. Ce serait certes moins marketing de dire que les 35 millions de Français-Facebookiens ou les 2,3 milliards de ses clients pourront payer par le libra qu’en libra, mais il aurait soulevé bien moins d’oppositions inutiles. Le libra « monnaie » fait en effet figure de provocation, un peu dans la suite de l’aventure Facebook : connecter les humains par les mots d’abord, par l’argent ensuite. Le libra se veut peu coûteux à utiliser, mondial, stable. Peu coûteux, il va se trouver en butte aux banques classiques qui prennent des frais pour effectuer les virements, et plus encore aux réseaux spécialisés qui prélèvent beaucoup pour transférer vers les pays émergents l’épargne des salariés qui travaillent dans les pays industrialisés. Les banques et ces réseaux ne vont pas aimer, leurs clients oui. Lire la suite de la tribune sur le site @LesEchos.

#RevueDeLiens

► – Kjell Inge Rokke, celui qui veut nettoyer les océans. Le milliardaire norvégien qui a fait fortune dans la construction navale et l’offshore pétrolier a investi plus de 300 millions d’euros de sa fortune personnelle pour construire un yatch ultramoderne dédié à l’exploration marine et à l’incinération des plastiques de surface. Lancement prévu en 2020. (@LesEchos) ; – L’intelligence artificielle menacée par le « fake ». Si l’intelligence artificielle est un sujet à la mode, certaines innovations se révèlent plus artificielles qu’intelligentes. Et menacent l’émergence de véritables technologies de rupture. C’est le coup de gueule de Manuel Davy, fondateur de Vekia. (@bymaddyness) ; – Loiret : un village éphémère pour lutter contre la déviation de Jargeau. Du 11 au 18 août, un lieu éphémère baptisé « Le village de la Loire » près de Mardié accueillera militants écologistes, habitants et opposants au projet de la déviation de Jargeau. L’idée est de croiser les regards sur la question avant de décider de la suite à donner au mouvement. (@franceinfo) ; – Métropole du Grand Nancy : 202 caméras vous surveillent. La métropole du Grand Nancy a inauguré en juillet 2019 un centre de supervision urbain. Toutes les images des caméras de surveillance arrivent dans ce centre et sont contrôlées en permanence par sept salariés (@franceinfo) ; – Libra : Europe, USA, Royaume-Uni… les régulateurs réclament des garanties sur les données personnelles (@Cubic) ; – Instagram masque les likes : quel impact pour les utilisateurs, les influenceurs et les médias ? (@metamedia).

07 Août

ReVue d’actu de 11h11 – mercredi 7 août 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Transport

► Cars sur voies ferrées, navettes autonomes… Les alternatives étudiées pour les futurs transports. C’est un miniwagon automatisé, à propulsion hybride, conçu pour fonctionner à la demande. Compact, léger, flexible, et donc potentiellement rentable, contrairement aux TER. Et si le Taxirail était la solution pour sauver les dizaines de petites lignes ferroviaires déjà fermées ou menacées de fermeture ces prochaines années ? Dans l’attente du rapport du préfet Philizot, chargé d’établir un état des lieux des milliers de kilomètres de petites lignes ferroviaires qui traversent la France, élus, régions et associations étudient les options alternatives. Quelque 85 % de ces petites lignes ne sont pas électrifiables. @Le_Figaro. Légende image : La ligne des Hirondelles qui traverse le Jura de Dole à Saint-Claude est l’une des plus belles lignes ferroviaires de France. Crédits photo : Office du tourisme Haut-Jura.

► « J’ai fait ma vélorution » : ces villes prêtes à oublier la voiture. Dix millions d’euros de plus pour le vélo. Cette somme, initialement affectée à la construction du nouveau stade Louis-Nicollin sera finalement injectée dans le plan vélo de la métropole de Montpellier, a annoncé, en juin, Philippe Saurel, le maire (divers gauche) de la ville et président de la Métropole. Le budget consacré au réseau de pistes cyclables sécurisées de la collectivité montpelliéraine avoisine désormais les 100 millions d’euros, pour une durée de dix ans. Cet engagement n’était pas joué d’avance. Interviewé par France 3 Occitanie au sujet des infrastructures cyclables en octobre 2018, le maire déclarait : « Le vélo est utilisé, mais pas spécialement à l’intérieur du centre-ville. Faire une infrastructure pour qu’elle soit utilisée par deux personnes, ce n’est peut-être pas l’idéal. » Deux personnes ? Aussitôt, les militants de l’association Vélocité lançaient sur les réseaux sociaux le hashtag #Jesuisundesdeux. En novembre 2018, 1 200 cyclistes participaient à une « vélorution », arpentant les rues, entre les jardins de la promenade du Peyrou et la mairie. @lemondefr.

► Voiture électrique : l’industrie du lithium en surcapacité. Entre 2015 et 2019, les cours du lithium ont triplé. Une conséquence logique pour ce composant central des batteries lithium-ion, aujourd’hui les plus répandues pour les véhicules électriques, alors que le marché mondial franchissait le cap des 5 millions de véhicules. Mais les efforts menés pour accroître la production se sont avérés trop efficaces, alors que la croissance des ventes connaissait ses premiers ralentissements, notamment en Chine, premier marché au monde. Pourtant, elles y ont enregistré une hausse de 90% au premier trimestre 2019 en comparaison de l’année précédente. Mais c’est deux fois moins que la hausse observée sur la même période entre 2017 et 2018.  @latribune.

#Pollution

► Boulogne-sur-Mer : la première plage sans plastique du littoral. Une plage sans aucun déchet plastique : c’est l’objectif visé par la ville de Boulogne-sur-Mer. Pour le mener à bien, la municipalité a mis en place plusieurs dispositifs : poubelles de tri, panneaux de sensibilisation, cendriers de poches distribués… « Là, vous avez l’exemple du dispositif avec ces 2 poubelles : jaune pour la partie plastique, noir pour les ordures ménagères », explique avec application Ludovic Fayeulle, responsable des services techniques municipaux. Sur la plage, des poubelles de tri, parfois en forme de poissons, plus ludiques pour les enfants, mais aussi un gros travail de sensibilisation avec un peu partout, de nombreux panneaux. @francetvinfo.

#Agriculture

► 5G : vers l’agriculture intelligente ? Selon Intel, « le marché mondial de l’agriculture intelligente deviendra un secteur commercial considérable dans les années à venir. Il devrait croître jusqu’à atteindre un chiffre de 23,44 milliards de dollars en 2025. Le développement de technologies telles que l’intelligence artificielle (IA) et l’Internet des objets (IoT) transforme déjà le monde de l’agriculture, mais il reste encore du chemin à parcourir ». « Non seulement les réseaux 5G permettront de mieux connecter les zones rurales, mais ils soutiendront également la connectivité des capteurs IoT, nécessaire pour parvenir à des innovations révolutionnaires dans le secteur de l’équipement agricole intelligent. La 5G et l’Edge Computing permettront de transférer rapidement des données vers le Cloud pour que les analyses en temps réel et la communication entre machines puissent rationaliser et automatiser les processus agricoles », poursuit le géant américain. @BFMBusiness

#Energie

► Comment la décentralisation de la production d’électricité infléchit la politique énergétique des villes. La mutation du réseau de distribution d’électricité impose une nouvelle façon de concevoir la gouvernance des territoires. Coordonner la réduction de la consommation, la sobriété énergétique, l’intégration des « nouvelles » énergies renouvelables (éolien, photovoltaïque) et la décentralisation de leur production nécessite une planification fine et un pilotage en temps réel des usages. Abandonner l’ancien modèle ascendant, qui a prévalu pendant des dizaines d’années, permet de repenser la politique énergétique des territoires – et d’envisager les infrastructures nécessaires en fonction de ces ambitions. @LesSmartgrids.

#Internet

► Pourquoi Keanu Reeves obsède Internet. Centre de convention de Los Angeles, le 9 juin. À l’un des rendez-vous les plus attendus de l’E3, l’immense salon mondial du jeu vidéo, la conférence Xbox de Microsoft, une silhouette s’avance dans la fumée sur fond de hard rock : Keanu Reeves apparaît sur scène. Son nom est à peine prononcé qu’il génère instantanément des cris de joie de la part de l’auditoire. Et pour cause : l’acteur prête ses traits et sa voix à Johnny Silverhand, l’un des personnages-clés du nouveau jeu Cyberpunk 2077, présenté pour l’occasion. Cette apparition, véritable sensation et temps fort du salon, venait couronner plusieurs semaines de Keanumania, une incommensurable passion qui s’est répandue sur les forums et les réseaux sociaux. L’acteur américano-canadien était partout. @lemondefr.

#Cyberhacking

► Les voitures connectées, des « machines à tuer » s’inquiète une association. Dans un rapport intitulé « Bouton d’arrêt : pourquoi les voitures connectées peuvent être des machines à tuer et comment les désactiver », le Consumer Watchdog, basé à Los Angeles, tire la sonnette d’alarme. Selon cet organisme, les véhicules connectés à internet, qui s’imposent rapidement comme étant la norme, constituent une menace à la sécurité nationale. « Les systèmes de sûreté-critique de ces véhicules sont liés à Internet sans sécurité adéquate et sans moyen de les déconnecter en cas de piratage de l’ensemble d’une flotte » automobile, s’inquiète-t-il. Le Consumer Watchdog assure que les responsables de l’industrie sont au courant des risques, ce qui ne les a pas empêchés de pousser pour déployer cette technologie dans les nouveaux véhicules, au détriment de la sécurité.  @latribune.

#RevueDeLiens

► – Un humain sur quatre pourrait bientôt ne plus avoir d’eau. Un quart de la population mondiale est en situation de pénurie hydrique grave, proche du « jour zéro » lors duquel plus aucune eau ne sortira du robinet (@LePoint) ; – Gafa : pourquoi l’Europe et les Etats-Unis doivent enterrer la hache de guerre. L’économiste Bruno Alomar plaide pour un apaisement des tensions, des deux côtés de l’Atlantique, au sujet des géants du Net (@LesEchos) ; – Twitter a utilisé des données personnelles de ses utilisateurs sans leur consentement. Depuis mai 2018, le réseau social utilisait ces données à des fins publicitaires. (@LExpress) ; – Avec ses enchères, Google relance la guerre acharnée des moteurs de recherche sur Android. Après avoir écopé d’une amende de plus de 4,3 milliards d’euros l’année dernière par la Commission européenne, Google a annoncé vouloir faire payer ses concurrents sous forme d’enchères pour les faire figurer dans les choix par défaut du moteur de recherche sur les smartphones Android. (@Challenges) ; – Livraison: FedEx déclare la guerre à Amazon. FedEx a indiqué mercredi qu’il allait stopper la livraison terrestre pour Amazon aux Etats-Unis, coupant un peu plus les ponts avec le géant du commerce en ligne, qui veut voler de ses propres ailes pour livrer les clients (@Challenges) ; – Mercredi 7 juillet, Des livreurs de Deliveroo ont demandé aux consommateurs de boycotter la plateforme de livraison de plats à domicile avec laquelle ils sont en conflit au sujet de leur nouvelle grille tarifaire qui entraine, selon eux, une baisse de leur rémunération (@Challenges) ; – Le Rôle de la Fonction Ethique Face à l’IA (@forbes_fr).  ; – Séoul – Où en est développement de la « ville intelligente » à travers la blockchain ? Les citoyens de la capitale coréenne pourront bientôt recevoir des cryptomonnaies pour l’utilisation des services publics locaux et jouir d’une authentification digitale sur la blockchain. En effet, les avancées du développement de la technologie de chaînes de blocs dans la ville de Séoul ont été évoquées à travers un communiqué du média coréen local, Blockinpress. (@GuiEscoffier).