13 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – jeudi 13 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Architecture

► Les architectures se font vives à Montpellier, le temps d’un festival. La nouvelle édition du festival « Architectures Vives » s’installe une fois encore, du 11 au 16 juin, dans les cours d’hôtels particuliers de Montpellier. Cette année, le thème, c’est la beauté. L’ancien se mêle au nouveau grâce à une quinzaine de projets imaginés par des architectes internationaux qui tentent d’instaurer un dialogue entre une architecture patrimoniale et des installations contemporaines. Légende image : Les visiteurs peuvent découvrir une étrange structure dans la cour de l’Hôtel Saint-Côme : « The big waste ». 800 bidons d’eau utilisés par les hôpitaux forment une arche. Plutôt que les enfouir comme d’habitude, l’association « Waste is more » en fait une œuvre éphémère. Son but : interpeller le visiteur pour que tout le monde réfléchisse au devenir des déchets plastiques. Crédit photo : E.Garibaldi / FTV. (@franceinfo).

#Ville_Du_Futur [4/4]

► A l’occasion du festival Futur.e.s qui se tient les 13 et 14 mai à Paris, le site du quotidien 20 Minutes se penche sur les conditions de vie dans la ville du futur, enfer ou paradis, en quatre épisodes. Quatrième épisode : Comment gérera-t-on demain notre relation au digital ? A quoi ressemblera la ville du futur ? Nul ne peut y répondre aujourd’hui. Une chose est sûre : il existe une surconsommation numérique. L’addiction aux écrans est problématique. La détox digitale pourrait être la voie du salut dans le quotidien des urbains ultra-connectés. (@20minutes).

#Economie

► Le nudge des agents conversationnels. Par Laurence Devillers, professeur en intelligence artificielle à Sorbonne Université, chercheur au LIMSI-CNRS, membre de la CERNA-Allistène, IEEE P7008 Normes et standard pour le nudging, auteur de « Des robots et des hommes : mythes, fantasmes et réalité », Plon, 2017. Le nudge est une méthode destinée à orienter les comportements sans jamais contraindre ni culpabiliser les individus. Lauréat du prix Nobel d’économie en 2017, l’Américain Richard Thaler a mis en lumière en 2008 le concept de nudge, technique qui consiste donc à inciter les individus à changer de comportement sans les contraindre en utilisant leurs biais cognitifs. En dialogue homme-machine et économie comportementale, la stratégie des nudges dans les interactions vocales n’a encore jamais été étudiée.  Le pouvoir des nudges va être amplifié grâce au numérique et à l’intelligence artificielle à travers des objets qui vont détecter vos habitudes et comportements et nous influencer, nous inciter à consommer… Lire la suite sur le site @metamedia.

#Technologie

► Julien Bellanger : « plus il y a de la technologie, plus nous avons besoin de lieux physiques favorisant son appropriation sociale ». Depuis quinze ans, l’association nantaise PiNG (@assoPiNG) invite citoyens et professionnels à questionner leurs usages du numérique. Porteurs d’idées ou de projets s’y côtoient dans différents lieux, dont un fablab où chacun peut expérimenter, innover et repenser son rapport à la technologie. Dans le cadre d’entretiens que je mène avec les acteurs d’un numérique plus inclusif, social et démocratique, j’ai échangé avec Julien Bellanger, chargé de développement à PiNG. Pour cet ancien administrateur système et réseau notamment pour Microsoft reconverti dans le montage de projets associatifs, plus de technologie appelle plus de lieux physiques favorisant leur appropriation sociale. (@maisouvaleweb).

#ChatBot

► Et si les humains préféraient s’informer via des robots ? Et si les humains préféraient être informés par des robots? Certains médias traditionnels ainsi que des start-up misent sur les « chatbots », des programmes informatiques qui dispensent du savoir en ligne, sur le mode d’une conversation ludique, à un public connecté. « ça t’arrive de mentir à tes potes ? », demande Jam, smiley en coin, à ses « amis » sur Messenger, la messagerie de Facebook. Jam est un robot, qui raconte des histoires pour éclairer l’actualité et enrichir la culture générale. L’interpellation sert de prétexte à Jam pour dérouler la vie de Romain Gary, écrivain qui avait trompé le milieu littéraire en publiant sous pseudonyme. Créé il y a 3 ans par une start-up française, ce « chatbot média » échange avec 150 000 personnes environ tous les jours. Tel un ami racontant une anecdote, Jam peut parler de son artiste préféré ou des dernières études sur les vertus du petit-déjeuner. (@frenchweb).

#Média

► La confiance dans les médias se dégrade dans le monde, selon une étude. La confiance dans les médias s’est encore dégradée dans le monde, avec plus d’une personne sur deux qui ne se fie pas aux médias qu’elle consulte. C’est ce que révèle le rapport annuel du Reuters Institute publié mercredi 12 juin et qui s’appuie notamment sur une étude d’ampleur menée par YouGov entre fin janvier et début février auprès de 75 000 personnes dans 38 pays. En moyenne dans ces pays, 42% des personnes interrogées font confian ce aux médias en général (en baisse de 2 points) et à peine 49% qui font confiance aux médias qu’elles consultent. Si une petite majorité des personnes interrogées (51%) estiment que les médias les aident à comprendre l’actualité, moins d’un tiers (29%) pensent qu’ils couvrent des sujets pertinents et seulement 16% que le ton utilisé est le bon. (@franceinfo).

#Cybersécurité

► Saint-Quentin-en-Yvelines veut devenir une place forte de la cybersécurité. Si élus et responsables d’entreprises s’accordent déjà sur la place importante de Saint-Quentin-en-Yvelines dans le domaine de la cybersécurité, l’agglomération veut renforcer encore plus sa position. Elle a notamment l’objectif de créer un Campus de la cybersécurité qui formerait à terme 2 000 étudiants afin de constituer un vivier pour les nombreuses entreprises saint-quentinoises qui travaillent dans ce domaine. « Les attaques informatiques sont toujours plus nombreuses et élaborées, rappelle Saint-Quentin-en-Yvelines dans son flyer dédié à la cybersécurité. La forte croissance des objets connectés évoluant notamment dans les secteurs de la Smart city, de la domotique, de l’industrie 4.0, génère une hausse spectaculaire du nombre d’attaques, avec des prévisions de +500 % d’ici à 2020. Pour la sécurité de leurs données sensibles et de leurs utilisateurs, les entreprises doivent aujourd’hui se faire accompagner par des experts en cybersécurité dès la phase de conception. » (@LaGazetteSQY).

#Plateforme

► Achats, déplacements, enregistrements de voix… J’ai fouillé dans les données que Google conserve sur moi depuis treize ans (et rien ne lui échappe). Je dois aimer me faire du mal. Au printemps 2018, j’ai téléchargé l’ensemble des données envoyées à Facebook depuis mon inscription sur le réseau social, en 2007. Ce que j’y ai découvert m’avait donné le tournis : des coordonnées téléphoniques de proches, des souvenirs amoureux plus ou moins heureux, ou encore un historique assez détaillé de mes déplacements à travers le monde grâce aux métadonnées contenues dans mes photos. Lire la suite sur le site @franceinfo.

#Téléphonie

► 5 G : en Allemagne, les enchères rapportent plus de 6,5 milliards d’euros. Clap de fin pour les enchères 5G en Allemagne. Trois mois après le début du processus et 497 tours qui ont sans doute paru interminables pour les opérateurs allemands, la vente du spectre nécessaire pour le prochain standard de téléphonie mobile s’est enfin terminée ce mercredi soir outre-Rhin. Au global, les quatre opérateurs ont dépensé plus de 6,5 milliards d’euros. Soit exactement la même somme que celle déboursée en octobre par les opérateurs italiens, lors d’enchères qui avaient déjà affolé tout le secteur. (@LesEchos).

► La 5G provoque un vent de panique au sein des services de sécurité européens. Les responsables européens n’ont pas cédé, en mars, aux pressions américaines et n’ont pas (encore ?) banni le chinois Huawei du futur réseau sans fil 5G, mais ils découvrent que les éventuels risques d’espionnage et de menaces sur des secteurs stratégiques ne sont pas les seuls dangers auxquels les pays membres de l’Union européenne (UE) devront faire face. En effet, les services de police et de renseignement alertent sur le fait que le développement de la 5G pourrait singulièrement compliquer, voire rendre impossibles, les actuels repérages de communications, écoutes et localisations, outils indispensables dans la lutte contre les criminels et les terroristes. (@lemondefr).

#RevueDeLiens

► – Piratage : à quoi sert encore la Hadopi, 10 ans après sa création ? La Hadopi fête ses 10 ans ce 13 juin 2019. Pourtant avec la hausse du streaming, du téléchargement direct et de l’IPTV, sa lutte contre le piratage pair à pair se réduit comme peau de chagrin. Elle est menacée de fusion avec le CSA par la réforme gouvernementale. (@Challenges) ; – Smaaart imprime sa marque dans le téléphone reconditionné. Marlène Taurines, directrice générale de Sofi Group, a repris en 2011 son ancienne entreprise de réparation de matériels électroniques. Aujourd’hui, son chiffre d’affaires a décuplé. Elle est l’invitée du Club entrepreneurs Challenges-Grant Thornton (@Challenges) ; – E3 2019: Netflix met un pied dans le jeu vidéo. Le service vidéo a annoncé à l’E3 deux adaptations en jeu vidéo de ses Netflix Originals, dont un jeu mobile en réalité augmentée lié à Stranger Things (@Figaro_Economie) ; – Vivre en paix avec les trottinettes, c’est possible. Si à Paris l’arrivée de ces nouveaux engins est synonyme d’anarchie sur les trottoirs, à Bordeaux, la cohabitation se passe bien. Voici pourquoi. (@LExpress) ; – Netflix se lance dans le jeu vidéo avec « Stranger Things ». A l’occasion du salon du jeu vidéo E3 à Los Angeles, le géant du streaming a confirmé ses ambitions naissantes dans ce secteur. « Stranger Things 3 : The Game » sera disponible sur les principales consoles à partir du 4 juillet, et sur mobile en 2020. Le groupe de Los Gatos opère sa mue en géant du multimédia. (@LesEchos) ; – « A Futur.e.s, les limites posées par la planète sont vues comme des opportunités d’innover différemment » (@latribune) ; – Le fabuleux coup de filet de la cyberdouane contre un réseau français du « dark Web » Le French Deep Web-Market, une immense plateforme du dark Web francophone sur laquelle il était possible d’acheter stupéfiants, armes, et faux papiers, a été démantelé mercredi. Trois personnes ont été placées en garde à vue après une opération d’ampleur dans toute la France. (@Le_Figaro).

12 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – mercredi 12 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Société

► En Allemagne, un cirque a remplacé ses animaux par des hologrammes. Comme l’Autriche, la Belgique ou le Portugal, nombreux sont les pays qui interdisent la présence des animaux dans les cirques. Si en Allemagne l’interdiction n’est que partielle, le cirque Roncalli ne l’entend pas de cette oreille et met en place, depuis plusieurs années déjà, une solution tout aussi innovante que respectueuse des animaux. Depuis 1990, le cirque bannit au fur et à mesure tous les animaux, jusqu’à atteindre à ce jour leur absence totale. Désormais, le Roncalli se compose d’animaux 100% holographiques, et propose des shows spectaculaires aux visiteurs. (@siecledigital). Légende image : Un spectacle pas comme les autres, et garanti sans souffrance animale. Crédit photo : Cirque Roncalli.

#Ville_Du_Futur [3/4]

► A l’occasion du festival Futur.e.s qui se tient les 13 et 14 mai à Paris, le site du quotidien 20 Minutes se penche sur les conditions de vie dans la ville du futur, enfer ou paradis, en quatre épisodes. Troisième épisode : La ville sobre en écrans, une nécessité pour la santé des enfants ? La lumière bleue diffusée par les écrans et leur prolifération font apparaitre trois risques majeurs pour les yeux : maladies oculaires, fatigue visuelle et myopie. (@20minutes).

#Ville

► Rendre la ville intelligente permet de faire des économies. Les projets numériques innovants contribuent à réduire les dépenses des collectivités, par exemple via un suivi efficace des consommations énergétiques. Pour ne pas laisser les acteurs privés capter les revenus qui pourraient émerger des services numériques aux usagers, les collectivités doivent garder la main sur la remontée et la gestion des données. (@Lagazettefr).

#Transport

► Le chemin tortueux de l’innovation dans les transports. Par Olivier Ezratty, expert FrenchWeb. Avec Fanny Bouton, et après l’informatique quantique en 2018, nous avons remis le couvert avec une conférence sur un thème très différent, “Les transports du futur” au Web2day le 6 juin 2019 à Nantes. Durant une heure et accompagnée d’une mise en scène un peu déjantée, elle associait les thèmes de Back to the Future (Fanny Bouton en Marty McFly), Star Trek (moi déguisé en Data) et des zestes de James Bond. La conférence sera a priori disponible avant début juillet 2019 en replay sur YouTube. Nous y faisions le tour d’un bon nombre de moyens de transport d’aujourd’hui et d’un futur plus ou moins probable. Certains font rêver! Qui ne serait pas satisfait de diviser par 2 ou 5 le temps des transports d’une ville ou d’un pays à l’autre ? Lire la suite sur le site @frenchweb.

#Seniors

► Nice : la réalité virtuelle fait voyager les séniors. Un atelier de découverte de la réalité virtuelle a été organisé au service gériatrie de l’hôpital Cimiez de Nice, les résidents s’évadent l’espace d’un après-midi. Ils se rendent sur le Mont-Blanc, dans un déltaplane ou au musée. Elea Gaillard, psychologue à l’hôpital de Cimiez : « La réalité virtuelle va permettre aux résidents de ressentir des émotions positives et d’avoir, in fine, une amélioration du bien-être. » Les applications thérapeutiques de cette technologie sont encore à l’étude. Elle pourrait réduire la prise de médicaments ou les symptômes de certaines maladies, explique Malek Zaafran, médecin généraliste à l’hôpital de Cimiez : « Il y a des recherches en cours pour savoir si la réalité virtuelle a un effet sur les troubles du comportement, l’anxiété, l’agitation, et l’apathie. » (@franceinfo).

#Téléphonie

► Pourquoi le déploiement de la 5 G ne suscite-t-il aucun ne débat de société ? 1G, 2G, 3G, 4G… 5G. Le « réseau du futur » illustre à merveille cette célèbre citation de Paul Valéry : « L’homme sait ce qu’il fait, mais ne sait pas ce que fait ce qu’il fait ». Les techno-utopistes sont tout feu tout flamme devant son arrivée imminente, sur fond de guerre froide technologique entre les Etats-Unis et la Chine. Même liesse dans la presse, ravie de nous expliquer comment ça marche, ce que ça va changer et pourquoi 5, c’est bien mieux que 4, pour vous, pour vos enfants, pour la planète. C’est peut-être vrai, peut-être pas. De toute façon, personne ne vous demande votre avis. (@MaisOuVaLeWeb).

#Média

► Les médias américains en appellent au Congrès pour contraindre Google et Facebook à partager leurs revenus. Facebook, Google et Twitter doivent-ils rémunérer les éditeurs de presse pour utiliser leurs contenus ? La question a été tranchée en Europe, avec l’adoption, le 26 mars, de la directive européenne sur le droit d’auteur, qui impose aux grandes plates-formes du Web de rétribuer les médias dont elles exploitent les articles. Elle se pose désormais de l’autre côté de l’Atlantique, où les journaux américains accentuent leur pression sur Google et Facebook pour les contraindre à un meilleur partage des revenus publicitaires générés par leurs articles. C’est sur le terrain législatif que l’industrie des médias entend mener cette bataille. (@lemondefr).

#Cinéma

► Quand l’intelligence artificielle fait son cinéma. L’intelligence artificielle peut automatiser certaines tâches d’images et de sons pour le cinéma. Lorsqu’il faut doubler des humains dans une autre langue, il y a parfois un problème de synchronisation entre ce qu’ils disent et le mouvement des lèvres. On analyse les différents mouvements et expressions du visage du doubleur et on les plaque sur le visage de l’acteur. C’est très réussi. Il y a aujourd’hui des systèmes qui sont capables de traduire notre voix dans une autre langue de façon automatique. Mais il leur faut imiter notre voix. Et ce n’est pas encore au point. En revanche, l’intelligence artificielle peut faire des coupes et des montages très fluides avec des coupes invisibles, voire des rajouts et des inversements de mots invisibles. Problème : cela ouvre la voie aux manipulations. (@franceinfo).

#Livraison

► Scout, un robot pour livrer les paquets d’Amazon à domicile. Voici un concurrent sérieux pour ALF (Assistant Livraison Facteurs) le robot suiveur de La Poste actuellement en test dans plusieurs villes françaises. À la différence près que celui-ne suit pas le facteur, mais le remplace dans les zones à forte densité. Développé par Amazon et répondant au nom de SCOUT ce robot totalement autonome est en cours de test sur les trottoirs californien comme le révèle le webmagazine TechCrunch. Déjà annoncé en janvier dernier, il semble bien que l’avenir du robot de livraison du géant de la vente en ligne s’éclaircisse. Toutefois Amazon ne s’engage pas sur un calendrier précis. (@villeintelmag).

#Internet

► Mary Meeker dévoile les grandes tendances Internet 2019. La dernière version du célèbre Internet Trends Report vient d’être révélée à l’occasion de la Code Conference. Comme chaque année, Mary Meeker, investisseuse en capital risque pendant plusieurs années au sein de Kleiner Perkins Caufield & Byers et qui a récemment lancé son propre fonds, Bond Capital, a identifié les tendances à suivre dans la Tech. (@frenchweb).

#RevueDeLiens

► – Un autre web est-il (encore) possible ? Avec Hubert Guillaud et Tariq Krim (@maisouvaleweb) ; – Pourquoi détestons-nous autant les trottinettes ? (et pourquoi ce n’est pas toujours justifié) (@LADN_EU) ; – Microsoft ouvre sa nouvelle école d’intelligence artificielle à Lyon (@20minutes) ; – Une vidéo truquée de Mark Zuckerberg restera sur Instagram (@frenchweb) ; – Dassault Systèmes signe sa plus grosse acquisition pour s’imposer dans la santé. Le leader français du logiciel met la main sur Medidata pour 5,8 milliards de dollars. Ce spécialiste des logiciels de suivi des essais cliniques permet à Dassault Systèmes de renforcer son offre à destination des laboratoires pharmaceutiques. (@LesEchos) ; – Jeux vidéo : de la guerre des consoles à la guerre du streaming. Le développement des services de streaming et d’abonnement, illustré par l’arrivée de Google sur le marché, marque un tournant dans l’histoire du jeu vidéo sur consoles. (@LExpress).

11 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – mardi 11 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Environnement

x► 10 octobre 2009, Baptiste Monsaingeon part naviguer sur l’Atlantique pour étudier le « continent » de plastique Ce jour-là, le jeune chercheur en sociologie qui débute une thèse sur les déchets, quitte le port de la Trinité-sur-Mer sur un voilier de bois, avec trois amis, pour une expédition scientifique de neuf mois à la recherche du « continent » de plastique en Atlantique Nord. À l’image de cette « figure un peu mythologique, on avait envie de partir comme des Christophe Colomb des temps modernes pour découvrir un nouveau « continent » de plastique côté Atlantique et y planter un drapeau ». Un brin de naïveté et de romantisme, avoue Baptiste Monsaingeon, aujourd’hui maître de conférences à l’université de Reims-Champagne-Ardennes, chercheur au laboratoire REGARDS et auteur de Homo detritus (Le Seuil). « J’avais 25 ans, je partais pour neuf mois avec l’envie de larguer les amarres, de mettre les voiles. Au-delà de ce projet, je ressentais l’envie d’un voyage initiatique à la rencontre du monde et de ses habitants. » (@franceinter). Légende image : Plage envahi de sacs poubelles Crédit image : Getty

#Web

► Les recettes de Wikipédia pour un meilleur Internet. Les Gafa attirent désormais tellement la lumière qu’ils laissent dans l’ombre d’autres géants du Web, dont la voix a tout autant d’importance pour penser l’Internet de demain. Plus discrète, l’encyclopédie en ligne Wikipédia attire ainsi chaque mois 500 millions de visiteurs, dans plus de 280 langues. Des millions d’internautes mais aussi Amazon, eBay, Facebook, Orange contribuent financièrement à sa fondation pour que vive sur le Web cet autre modèle, libre et gratuit. « Le principe d’auto-régulation par la communauté s’est montré très robuste pour endiguer la propagation de désinformation ou de haine en ligne », explique Jimmy Wales.  (@Figaro_Economie).

#IA

► L’écosystème montréalais porté par l’intelligence artificielle. On entend son nom partout : dans la bouche des entrepreneurs, des chercheurs ou des directeurs de l’innovation de grands groupes. Le père de l’apprentissage profond, Yoshua Bengio, qui a récemment reçu le prix Turing, équivalent du prix Nobel pour l’informatique, se positionne à Montréal en parrain d’un écosystème en pleine croissance. Avec son institut d’intelligence artificielle Mila, le chercheur fait travailler 35 professeurs, 300 chercheurs et étudiants et 19 start-up, dans l’objectif de rester à la pointe de la recherche en intelligence artificielle, mais aussi de faire émerger « des entreprises d’envergure mondiale ». Poreux et collaboratif, Mila incarne parfaitement l’univers d’innovation montréalais. « La collaboration fait partie intégrante de la culture locale », insiste Stéphane Paquet, vice-président de Montréal International, une structure publique privée qui promeut les investissements étrangers. Face à Toronto, très dynamique dans la tech, Montréal utilise cette carte de l’intelligence artificielle pour se démarquer. (@EchosExecutives).

#Entreprise

► Emmanuel Baudoin est enseignant chercheur à l’Institut Mines Telecom business school et directeur du HRM digital lab. Il vient de passer plus d’un an à étudier une question : les salariés français sont-ils à l’aise avec les technologies de l’information, sont-ils prêts pour la révolution numérique qui est déjà largement entamée… ou sont-ils des freins ? Pour l’enseigant 84% des salariés ont une image positive de l’IA, 61% pensent avoir les compétences nécessaires pour y faire face et 40% pensent que l’entreprise doit aller plus loin. « Six sur dix pratiquent l’apprentissage informel numérique. Par exemple, ils vont sur les réseaux sociaux pour avoir des informations. Ils vont voir des tutoriels sur Internet, ils regardent des vidéos sur Youtube. Il y a tout un univers dont les salariés se sont emparés ». (@franceinfo).

► La future « Station F du Sud » veut draguer les start-up de l’IA. C’est une nouvelle qui n’a pas échappé à Xavier Niel, lui qui va créer sur l’Ecotone une Station F bis qu’il veut spécialiser dans l’IA : il y a quelques semaines, l’université Côte d’Azur a été retenue par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation pour accueillir un des quatre Instituts interdisciplinaire de l’intelligence artificielle (3IA) qui se répartiront 100 millions d’euros pour développer de nouvelles technologies logicielles et trouver leurs débouchés dans différentes disciplines. « C’est dire la qualité de la recherche azuréenne dans ce secteur », se félicite Jean-Marc Gambaudo, président de l’université. Dans les Alpes-Maritimes, plus de 300 chercheurs travaillent sur l’intelligence artificielle. Pour valoriser cette cohorte et constituer le noyau scientifique du futur 3IA Côte d’Azur, l’université a prévu de créer 25 chaires de chercheurs cette année et un total de 45 d’ici à cinq ans. L’objectif est de doubler le nombre de personnes formées chaque année. (@LesEchos).

► La marque la plus puissante au monde n’est plus Google ou Apple, mais Amazon. Le géant américain du commerce en ligne Amazon a dépassé les groupes d’informatique Google et Apple et pris la tête du classement des marques mondiales les plus puissantes, d’après un classement établi par le cabinet Kantar. D’après ce palmarès annuel dénommé BrandZ, le groupe fondé par Jeff Bezos a élevé de 52% la valeur de sa marque, à 315 milliards de dollars. Le cabinet Kantar et son propriétaire, le géant britannique des relations publiques WPP, soulignent mardi dans un communiqué qu’Amazon avait dopé la valeur de sa marque via « des acquisitions intelligentes, un excellent service au consommateur et sa capacité à devancer ses concurrents en proposant un écosystème riche en produits et services ». Amazon saute de la troisième place à la première, chipée au géant de l’internet Google, qui rétrograde en troisième position, avec une valeur de marque estimée à 309 milliards de dollars. (@Challenges).

#Ville_Du_Futur [1/4]

► A l’occasion du festival Futur.e.s qui se tient les 13 et 14 mai à paris, le site du quotidien 20 Minutes se penche sur les conditions de vie dans la ville du futur ville du futur en quatre épisodes. Premier épisode : Ville de demain, enfer ou paradis: La ville low-tech sera-t-elle la solution à tous nos problèmes ? Pollution, embouteillages, stress, fatigue… Les grandes agglomérations nous mènent la vie dure et, aujourd’hui, deux voies se dessinent pour relever les défis qu’elles posent. D’un côté, la smart city, une ville astucieuse (smart), ultraconnectée, qui repose essentiellement sur l’intelligence artificielle (voitures autonomes, objets connectés…). De l’autre, la ville low-tech qui force à questionner nos modes de consommation avec en toile de fond, la notion de frugalité numérique. (@20minutes).

#Ville_Du_Futur [2/4]

► A l’occasion du festival Futur.e.s qui se tient les 13 et 14 mai à Paris, le site du quotidien 20 Minutes se penche sur les conditions de vie dans la ville du futur, enfer ou paradis, en quatre épisodes. Deuxième épisode : Circuits courts ou fermes sur les toits… Que mangera la ville du futur? Les fermes sur les toits nourriront-elles les villes à l’avenir ? « Une chose est certaine, commence Yuna Chiffoleau, directrice de recherche à l’Inra (Institut national de la recherche agronomique) où elle travaille sur les circuits courts. Les villes vont devoir revoir la façon dont elles s’approvisionnent en nourriture, rééquilibrer circuits longs et courts. » Et « L’enjeu n’est pas seulement environnemental, il est aussi de sécuriser l’approvisionnement des villes, reprend Yuna Chiffoleau. (@20minutes).

#Pollution

► Quand une IA émet autant de CO2 que cinq voitures. On savait l’intelligence artificielle gourmande en ressources informatiques, mais forcément pas à ce point. Des chercheurs de l’université du Massachusetts Amherst se sont intéressés à la consommation énergétique liée au traitement du langage naturel. Ils ont calculé l’énergie nécessaire à l’entraînement de quatre modèles d’intelligence artificielle les plus utilisés pour la traduction automatique ou la génération automatique de texte. Le résultat est édifiant. L’ensemble du processus émet autant de CO2 qu’un vol de 300 passagers de New York à San Francisco, ou que cinq voitures pendant toute leur durée de vie, fabrication comprise. (@LesEchos)

#Téléphonie

► Dans les télécommunications, la course à la 5G s’accélère. Corée du Sud, Etats-Unis, Royaume-Uni… Alors que les premiers réseaux 5G commencent à se tisser, la concurrence s’intensifie entre les équipementiers télécoms, à l’affût de contrats auprès des opérateurs de téléphonie mobile afin de leur fournir les antennes et autres matériels indispensables au déploiement de cette nouvelle technologie. Jusqu’à présent grand favori, le chinois Huawei, qui détenait à lui seul près de 30 % du marché mondial des équipements réseaux en 2018, contre respectivement 17 % et 13,4 % pour le finlandais Nokia et le suédois Ericsson, ses principaux rivaux, pourrait voir ses ambitions sur le marché de la 5G sérieusement contrecarrées par la charge américaine menée à son encontre ces derniers mois. (@lemondefr).

#RevueDeLiens

► – Jeux vidéo : Ubisoft fait le pari de la blockchain. L’éditeur français travaille depuis des mois sur la blockchain. A terme, il pourrait lancer un titre où les joueurs pourront acheter des contenus au sein du jeu, via un système s’appuyant sur cette technologie. (@LesEchos) ; – [Roland-Garros] Guy Forget : « Nous pouvons analyser un match de manière très scientifique » (@frenchweb) ; – Comment la Tech change le visage du secteur de la beauté (@frenchweb) ; – Le luxe des élites de 2040 : désobéir à l’intelligence artificielle. Quand les entreprises auront intégré l’IA à leurs prises de décision, seule une infime partie des salariés qualifiés auront la marge de manœuvre de passer outre ces recommandations. (@LExpress) ; – Métiers du développement durable : beaucoup de femmes, de diplômes, d’ancienneté et d’inégalités. C’est le constat de l’étude sur les professionnels du développement durable menée par Birdeo, cabinet de recrutement spécialisé. (@LADN_EU) ; – Les photos de plus de 100.000 voyageurs passés par la douane américaine ont été piratées (@FigaroTech) ; – Trop lente, pas assez efficace : la cuisine familiale va-t-elle se faire ubériser ? Au lieu de perdre une heure chaque jour à cuisiner, pourquoi ne pas externaliser cette tache dans des entrepôts géants, qui livreraient des repas à la chaîne? Telle est l’idée, peu appétissante, du fondateur d’Uber. (@Figaro_Economie) ; – Salesforce et Google misent gros sur l’analyse de données (@FigaroTech).

10 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – lundi 10 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Ville

► Légende image : Paris XIIIème Avenue de France et rue Tolbiac. Le gazon avale les immeubles. Crédits photo : @padam92.

#Téléphonie

► Pourquoi la 5G se déploie si lentement en France. La France a pris un an de retard dans la 5 G. » Lâchée en février, lors du Congrès mondial du mobile de Barcelone, la sentence du patron d’Orange Stéphane Richard est sans équivoque. La France est à la traîne. La 5 G constitue pourtant un enjeu, c’est la nouvelle norme de réseaux mobiles tant attendue, celle qui multipliera les débits par vingt. Pire, la France est déjà larguée en Europe par un pays en pointe : la Suisse a lancé son réseau 5 G dans 54 communes. Tout de même, cette première place fait chic quand la France pédale loin derrière. Le 31 janvier, à l’occasion des vœux de l’Arcep à la Sorbonne, la secrétaire d’Etat à l’Économie, Agnès Pannier-Runacher imaginait un lancement des enchères « dès cet été ». (@Challenges).

► 5G : le gouvernement dit vouloir éviter de folles enchères. Invitée vendredi du Forum Telco & Digital organisé par « Les Echos », Agnès Pannier-Runacher, la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, a manifesté la volonté du gouvernement de ne pas faire exploser le montant des enchères 5G qui doivent se tenir en France à l’automne. « On ne fera pas le choix de maximiser le profit immédiat, cela retarderait la capacité des opérateurs à déployer », a-t-elle dit, estimant qu’en l’Italie, où les enchères ont atteint 6,5 milliards, on n’avait « pas adopté la meilleure des stratégies. »  « On attend avec impatience les règles du jeu pour s’assurer qu’il n’y ait pas de mécanisme qui entraîne une envolée des prix », a réagi peu après Thomas Reynaud, le directeur général d’ Iliad , appelant à « impérativement éviter des enchères mortelles qui tueraient l’investissement et la concurrence dans le secteur des télécoms. »  (@Lesechos).

► Sans Huawei, la 5G coûtera très cher aux opérateurs. Huawei ou pas Huawei ? Le dilemme ne cesse d’agiter le petit monde des télécoms alors que la pression s’intensifie sur le géant chinois, premier fournisseur mondial d’équipements réseaux. Face aux atermoiements de l’Europe et à l’incertitude qui pèse sur l’avenir de la firme de Shenzhen depuis qu’elle est frappée d’une menace d’interdiction de commercer avec ses fournisseurs américains, la confusion règne chez les opérateurs du vieux continent, qui hésitent pour certains à se tourner, dans le doute, vers la concurrence. Se passer de Huawei pourrait cependant coûter cher aux professionnels des télécoms européens ainsi que le constate une étude conduite en avril par la GSMA, l’association des opérateurs et constructeurs de téléphonie mobile, qui regroupe plus de 750 acteurs du secteur à travers le monde. (@lemondefr).

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Chaos chez YouTube. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – En Australie, Murdoch va virer ses journalistes sans compétences numériques ; – La Finlande est en train de gagner la bataille contre les fake news ; – Les américains pensent que les informations « fabriquées » sont un problème plus important que le réchauffement climatique ; – On va faire de Nice-Matin le « Netflix de l’info locale » ; – The New York Times s’essaie au reportage TV.

#Technologie

► Et Donald Trump créa la guerre froide technologique. «Huawei a confiance dans l’intégrité et l’indépendance du système judiciaire des Etats-Unis. » Qui aurait prédit qu’un jour la Chine vanterait les vertus des institutions américaines ? Par la voix de son directeur juridique, Song Liuping, le principal groupe chinois du secteur des nouvelles technologies vient de déposer plainte devant un tribunal texan contre le gouvernement américain, arguant que les sanctions dont il est la cible sont anticonstitutionnelles et que le Congrès se comporte dans cette affaire en « juge, jury et bourreau ».Huawei est au coeur de la bataille commerciale sino-américaine depuis l’arrestation, au Canada, fin 2018 – à la demande des autorités américaines -, de la directrice financière et fille du fondateur du groupe, Ren Zhengfei. L’affaire s’est tendue un peu plus mi-mai, lorsque Donald Trump a signé un décret interdisant aux entreprises américaines d’utiliser du matériel de communication étranger lorsque celui-ci posait des problèmes de sécurité nationale. Parallèlement, son département du Commerce a ajouté Huawei à sa liste noire des entreprises ayant l’interdiction d’acquérir des technologies auprès de groupes américains. (@Challenges).

#RevueDeLiens

► – Walmart va livrer les courses des Américains jusque dans leur frigo pour contrer Amazon (@frenchweb) ; – L’audiosurveillance arrive à Saint-Étienne : « safe city », oppositions et rétropédalage (@Rue89Lyon) ; – Quinze villes d’Espagne profiteront du premier réseau 5G, dès le 15 juin (@lepetitjournal) ; – Des anti-trottinettes lyonnais bloquent les engins d’un coup de peinture (@20minutes).

09 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – dimanche 9 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Téléphonie

► La Chine accélère le déploiement de la 5G. Même pas peur. En pleine guerre technologique avec les Etats-Unis, la Chine accélère le tempo dans la 5G. Le gouvernement chinois a annoncé, jeudi 6 mai, l’octroi des premières licences pour le déploiement commercial de cette nouvelle génération de technologie mobile promise pour être 20 fois plus rapide que l’actuelle 4G. Ces licences commerciales ont été attribuées aux trois opérateurs mobiles (China Mobile, China Unicom et China Telecom), ainsi qu’au câblo-opérateur China Broadcasting Network. Pékin avait octroyé, l’an dernier, des licences aux opérateurs mobiles pour mener des essais 5G dans certaines villes, mais c’est la première fois qu’il autorise un déploiement commercial complet. Le gouvernement chinois va plus vite que prévu, puisqu’il avait initialement indiqué tabler sur un lancement commercial de la 5G en 2020. (@LesEchos). Légende image : Les licences commerciales ont été attribuées aux trois opérateurs mobiles (China Mobile, China Unicom et China Telecom), ainsi qu’au câblo-opérateur China Broadcasting Network. Crédit photo : Fred Dufour/AFP.

#Robotique

► Ne laissez pas les robots tout seuls ! Par Benoit Raphael, ancien journaliste, entrepreneur et éleveur de robots chez Flint. Je fais un métier du futur, un métier que vos enfants feront peut-être demain. Je suis éleveur de robot. Ou plutôt éducateur d’intelligence artificielle. Le MIT préfère parler de « coach pour machine » (AI trainer), ce qui fait d’un coup beaucoup plus classe sur une page LinkedIn, et l’a rangé en 2018 dans le top 5 des professions d’avenir. Il y a même un livre qui parle de moi, Les Métiers du futur (Isabelle Rouhan, First, 2019). A quoi peut bien servir ce métier ? Dans un monde où tout est en train de s’automatiser, on pourrait croire que les robots vont avoir de moins en moins besoin des humains. Et nous de plus en plus d’eux. Ce rêve que pourrait caresser légitimement tout patron d’industrie soucieux de ses actionnaires, remplacer ses salariés imprévisibles et récalcitrants par des algorithmes, se heurte pourtant déjà à la dure réalité d’aujourd’hui : les robots sont extrêmement stupides. Lire la suite sur le site @metamedia.

#IA

► Quand l’IA supporte la création humaine au lieu de la remplacer. Par Marina Pavlovic Rivas, fondatrice de Gradiant AI, une entreprise qui développe pour les industries créatives des solutions en intelligence artificielle et en analytique de données. Les débats sur l’utilisation des technologies dans les secteurs créatifs sont loin d’être nouveaux. Ce qu’il y a d’inédit avec le deep learning, une branche de l’intelligence artificielle (IA), concerne le type de travail que les machines peuvent maintenant faire. Les algorithmes conçus pour réaliser des tâches qu’on croyait réservées à notre intuition continuent à se multiplier et à nous surprendre. Alors qu’il devient de plus en plus difficile de distinguer les productions issues de programmes informatiques automatisés de celles imaginées par des artistes, l’IA est-elle sur le point remplacer les processus de création traditionnels ? Lire la suite sur le site @metamedia.

#Application

► TikTok, l’appli chinoise à la conquête du monde. L’histoire de ByteDance ne commence pas dans un garage californien mais au sixième étage de la résidence Jinqiujiayuan, dans le quartier des universités de Pékin. Dans cet appartement ordinaire désormais habité par une famille, la start-up la plus en vue du moment est née le 9 mars 2012 . « Nous étions entassés et le mobilier était simple, mais nous vivions des temps heureux. Chaque jour était plein d’espoir et, plus important encore, nous étions en train de créer quelque chose de précieux », raconte Zhang Yiming, le jeune fondateur, de retour sur les lieux pour une petite vidéo diffusée lors de la célébration du septième anniversaire de l’entreprise. ByteDance, qui peinait à payer ses 20 000 yuans (2 600 euros) de loyer, a été valorisée 75 milliards de dollars lors de son dernier tour de table, fin 2018 : plus qu’Uber. Depuis son siège de Pékin, la start-up hypnotise des centaines de millions d’adolescents à travers le monde. C’est elle qui se cache derrière TikTok, l’application de vidéos mobiles de courte durée dont raffolent les moins de 20 ans. (@LesEchos).

#Education

► Education nationale : l’inquiétant tournant de l’école « Big brother » ? Depuis le début des années 2000, l’école a entamé sa mue numérique. Et contrairement aux prédictions, ce ne sont pas les tablettes qui ont fait basculer les classes dans le XXIe siècle mais des logiciels de vie scolaire. Ils sont arrivés à petits pas, d’abord conçus pour faciliter la gestion administrative des établissements. Progressivement ils se sont enrichis d’outils destinés aux parents. L’enseignant a fini de corriger le dernier devoir d’histoire ? Une notification et quelques clics plus tard, la note est accessible. Un retard de cinq minutes ? Un SMS vous prévient automatiquement. Une punition jugée injuste ? Vous pouvez immédiatement vous plaindre auprès de l’enseignant via une messagerie interne. Ultra connexion, transparence et instantanéité… Tels sont les atouts de cette nouvelle école « en continu », qui a émergé ces dernières années. « Quand les parents reçoivent les notes et les punitions avant que les élèves y aient eux-mêmes accès, c’est une dérive, déplore Pierre Merle, sociologue spécialiste des questions scolaires et du droit des élèves. L’élève est nu face au système, ça lui enlève toute stratégie défensive. » (@Challenges).

#Agriculture

► Levallois-Perret : la ferme sur le toit de So Ouest récolte le succès. Ça pousse sur les toits de So Ouest. Il y a tout juste un an, la ferme urbaine Sous les fraises plantait ses premières graines, à la verticale et sans pesticide, sur le toit du centre commercial de Levallois-Perret. « Ici, les conditions sont idéales, aussi bien en termes d’ensoleillement que de circulation du vent », explique Yohan Hubert, le fondateur de l’association devenue entreprise en 2014. Plus de la moitié de la récolte a ensuite été transformée dans les laboratoires de Sous les fraises, situés tout près, aux Batignolles (Paris XVIIe), pour devenir des sauces tomates et autre pesto rouge vendus dans le pop-up store du centre commercial. (@LeParisien_92).

#MediaSocial

► L’« online shaming », version moderne du goudron et des plumes sur les réseaux sociaux. Si vous pensiez encore que le tricot revient en force à la faveur d’un désintérêt pour les objets manufacturés et de l’émergence de plates-formes numériques permettant la diffusion des savoir-faire. Par cette collusion entre la maille et le réseau, la communauté en ligne du tricot, qui réunit sur la Toile amateurs et professionnelles du fil, est très active. Et le 7 janvier, Karen Templer, grande figure américaine de la communauté, publie un post de blog intitulé « 2019, My year of color », dans lequel elle partage son enthousiasme pour un futur voyage en Inde. Dans les commentaires, plusieurs personnes soulignent le racisme ordinaire qui point dans son billet : exotisation et romantisation d’un pays, de ses habitants, de sa culture ; comparaison entre l’Inde et la Lune ou Mars ; apologie de l’occidentalisation du monde par le tourisme… @lemondefr

08 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – samedi 8 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Déchet

► On vous explique pourquoi le recyclage du plastique est en train de créer une crise mondiale des déchets. « Nous exhortons les pays développés à cesser d’expédier leurs déchets dans notre pays ». En Malaisie, le ministère de l’Environnement se lance dans une véritable traque contre les déchets venus de l’étranger. Dans un contexte diplomatique tendu, ce petit pays d’Asie du Sud-Est a annoncé, mardi 28 mai, qu’il allait renvoyer 3 000 tonnes de déchets en plastique dans leurs pays d’origine, notamment en France et aux Etats-Unis. « Je souhaite que, à l’échelle européenne, on se donne comme règle que nos déchets, on les recycle en Europe », a réagi, mardi 4 juin, le ministre français de la Transition écologique, François de Rugy, dans une vidéo du média en ligne Konbini News. (@franceinfo). Légende image : Un centre de tri de bouteilles en plastique, dans le village de Dong Xiao Kou, à la périphérie de Pékin, en Chine, le 17 septembre 2015. Crédits photo : Fred Dufour / Afp.

#Travail

► Le travail détermine-t-il (encore) notre place au sein de la société ? La valeur travail est au coeur de la société française depuis l’avènement du libéralisme dans les années 1950. Le travail est valorisé comme moyen d’émancipation financière vis-à-vis d’un tout puissant État providence. Pourtant, en-dehors de quelques élites, la tendance n’est pas à travailler davantage, bien au contraire. Nous travaillons moins mais aussi mieux, grâce à l’automatisation des tâches. Dans les prochaines années, la robotisation devrait encore accentuer la baisse du temps de travail pour une part non négligeable des travailleurs. « L’automatisation menace directement la sécurité financière et l’intégration sociale procurées par l’emploi, tout comme la confiscation des terres menaçait directement la subsistance et l’intégration sociale du paysan au XVIIIe siècle », confirme Jean-Eric Hyafil, membre fondateur du Mouvement français pour un revenu de base. (@bymaddyness).

#Audiovisuel

► Les Américains préfèrent désormais leurs mobiles à leur télévision. Aux Etats-Unis, le petit écran a été détrôné par plus petit que lui. Une étude du cabinet eMarketer, publiée mardi 4 juin, montre que, pour la première fois en 2019, les Américains passent plus de temps sur leurs appareils mobiles que devant leur téléviseur. La durée moyenne d’utilisation d’un appareil mobile (smartphone ou tablette) aux Etats-Unis est désormais de 3 h 43 par jour, soit 8 minutes de plus qu’en 2018. Le temps passé devant la télévision a, lui, diminué de 9 minutes pour tomber à 3 h 35. A noter que les deux types d’écran peuvent être utilisés simultanément. Une étude Eurodata TV Worlwide publiée en avril avait montré que cet effritement de la durée passée devant la télévision était un phénomène mondial, même s’il était plus prononcé outre-Atlantique qu’en Europe. (@LesEchos). Lire aussi : Aux Etats-Unis, seuls 35% des téléspectateurs regardent uniquement la télévision traditionnelle (@metamedia).

#Secours

► Un drone pour secourir efficacement les victimes d’avalanches développé par une Start’up suisse. Durant l’hiver 2018-2019, 11 personnes sont mortes dans des accidents d’avalanche en Isère, Savoie et Haute-Savoie, selon le bilan de l’Association nationale pour l’étude de la neige et des avalanches. Côté Suisse, trois jeunes créateurs travaillent sur le développement d’un drone de détection des victimes d’avalanches afin de faciliter l’action des secouristes. « J’ai mis en place un algorithme pour optimiser la détection de victimes d’avalanches », explique Vincent Bontempelli, ingénieur passionné de montagne. Le système de Vincent Bontempelli, Jonathan Michel et Stéphanie Ferreira, qui fonctionne de façon autonome, repère les appareils de recherche de victimes d’avalanches (Arva). A peine sortis de leurs études, les trois jeunes Suisses ont créé en septembre 2018 leur Start’up dans le but de mener à bien leur idée. Installés à l’Espace Création de Sion, ils multiplient l’obtention de bourses. Leur appareil est encore en développement mais s’annonce déjà indispensable. (@franceinfo).

#Chatbots

► Les chatbots sont-ils nos futurs médecins ? Parvenir à arrêter de fumer seul, réussir à mieux dormir au quotidien, renseigner de manière autonome ses propres symptômes pour obtenir un pré-diagnostic… Autant de possibilités qui fleurissent à vitesse grand V dans le monde de la santé depuis quelques années avec notamment l’apparition des chatbots (agents conversationnels). Cette technologie, qui en est encore à ses débuts en santé, peut faciliter l’accès aux conseils et services médicaux aussi bien en B2C (en offrant de l’information spécialisée aux patients ou à toute personne qui le désire) qu’en B2B (certains chatbots étant uniquement destinés aux professionnels de santé). L’apport de ces outils numériques dans le parcours de soins semble prometteur mais soulève néanmoins une question : faut-il voir un risque dans la présence grandissante du numérique dans un domaine où la place de l’humain est certainement plus essentielle qu’ailleurs ? (@bymaddyness).

#Déchets

► Le Canada rapatrie ses ordures envoyées aux Philippines six ans plus tôt. « Baaaaaaaaa bye, comme on dit », a tweeté, vendredi 31 mai, le ministre des affaires étrangères philippin, Teodoro Locsin Jr., en publiant la photo d’un cargo ramenant au Canada des tonnes de déchets. L’affaire empoisonne les relations diplomatiques entre Manille et Ottawa depuis des mois, les Philippines exigeant des Canadiens qu’ils reprennent leurs ordures échouées dans le pays il y a près de six ans. Soixante-neuf conteneurs de déchets ont ainsi été embarqués sur un cargo dans le port de Subic Bay, une ancienne base navale américaine, pour retour à l’envoyeur. Faussement appelés « plastique à recycler », alors qu’ils étaient remplis d’ordures ménagères, de bouteilles, sacs en plastique, journaux, déchets électroniques et couches souillées, ce sont 103 conteneurs en provenance du Canada qui étaient arrivés aux Philippines. Il en coûtera 1,14 million de dollars canadiens (753 000 euros) à Ottawa. (@lemondefr).

#RevueDeLiens

► – Pollution plastique des océans : « L’urgence est à terre ». La fondation Tara océan, dont la goélette repart en expédition scientifique, défend plusieurs pistes pour endiguer la pollution des eaux par les plastiques (@LExpress) ; – Marseille dans le top européen des ports les plus pollués à cause des croisiéristes (@Challenges) ; – Washington entre en guerre contre les géants du Net (@lemondefr).

07 Juin

Régions.news #380 – Edition du vendredi 7 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes.». Wellington Webb, ancien maire de Denvers, en 2009.0715

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook
Conception et rédaction : Patrick Damien

Télécharger Régions.news#380 en version pdf

Légende image. #LaVilleMiroir Fragments d’immeubles à Courbevoie (Hauts-de-Seine) en septembre 2016. Photo : @padam92.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

► Cinq à neuf tonnes de nourriture sont jetées chaque jour à La Défense. « Quand les salariés ont vu dans le gâchimètre, rempli avec tous les morceaux de pain non consommés la veille, qu’il y avait même des petits pains entiers, ça a frappé les esprits », assure Magalie Eyen, responsable des services aux occupants chez Suez. « Aucune expérimentation n’avait été faite jusque-là en France sur le gaspillage alimentaire en entreprise, souligne François Mauvais, représentant de la Driaaf (Direction régionale de l’alimentation, l’agriculture et des forêts). Sur ce quartier couvrant quatre communes fonctionnent 166 cuisines d’entreprises et d’administrations, soit 29 millions de repas servis chaque année. C’est la plus grosse concentration en France ». #TooGoodToGo.

► Que faire des millions de tonnes de déblais du Grand Paris ? De ces terres et de ces cailloux extraits du sol par les tunneliers du super-métro ? Ainsi sur le port de Gennevilliers, il existe une plateforme spécialisée dans le recyclage et la valorisation des déchets inertes du bâtiment et des travaux publics. Cette installation a produit l’année dernière 250 000 tonnes de nouveaux matériaux prêts à être réutilisés sur de nouveaux chantiers : du sable, des cailloux de deux tailles différentes et de la grave.

#Santé

► Le projet de loi relatif à la santé est étudié depuis le 3 juin au Sénat. L’avenir des « déserts médicaux » se trouve au cœur de celui-ci. Environ cinq millions de personnes ont, sur l’ensemble du territoire, du mal à se faire soigner à proximité de chez eux. Ainsi le gouvernement prévoit le déploiement du « télésoin » avec la création du « Health Data Hub », plateforme d’exploitation des données de santé, afin d’améliorer la recherche et le suivi des patients. « La vraie révolution concerne la pratique médicale. Alors que le grand défi des années à venir est de gérer le déficit démographique, le numérique permet de pallier la pénurie de médecins, réduire la distance, mieux suivre les patients chroniques là où ils vivent » explique Frédéric Valletoux, président de la Fédération des hôpitaux de France (FHF). Ainsi « les outils numériques doivent permettre aux médecins de se concentrer sur le diagnostic et la prescription, soulager le suivi quotidien des patients chroniques et faire émerger de nouveaux rôles pour les paramédicaux », poursuit-t-il. À lire aussi : Implantée pour lutter contre les déserts médicaux, la téléconsultation peine à se montrer aussi efficace que l’espère le gouvernement. 11 500 patients y ont eu recours en huit mois en France. Loin des 500 000 escomptés par le gouvernement.

Légende image. À Bombay, les bidonvilles côtoient les gratte-ciel. Crédits : Puneet Vikram Singh, Nature and Concept photographer / Getty.

#Ville [Quatre émissions diffusées sur France Culture dans « Le nouvel empire des villes » du 27 au 30 mai]

► 1/ Quand les métropoles façonnent le monde. Depuis les années 1970, les villes se développent et concentrent toujours plus de populations, d’activités et de pouvoirs au point de devenir les centres névralgiques de nos sociétés. Elles génèrent plus de 80% du produit intérieur brut mondial. Mais l’urbanisation s’accompagne également de nombreux défis : en matière de logements, de transports et infrastructures en tout genre et ne sont pas sans poser problème, notamment en ce qu’elles produisent de l’inégalité et de l’exclusion.

► 2/ Depuis que le président des États-Unis Donald Trump a décidé, en juin 2017, de retirer son pays des engagements de l’accord de Paris, nombre d’agglomérations nord-américaines ont choisi au contraire de poursuivre la lutte contre le réchauffement climatique. Face à ce retour en arrière écologique, des grandes villes américaines ont rejoint l’alliance « We are Still In », [nous sommes toujours dedans en référence aux accords de Paris], aux côtés de certains États du pays et de quelques entreprises.

► 3/ Le municipalisme ou quand les habitants prennent le pouvoir. On les appelait « les villes rebelles d’Espagne » : Barcelone, Madrid, Valence, Saragosse…Dirigées depuis quatre ans par des collectifs de citoyens qui voulaient changer de politique et redonner le pouvoir aux habitants, voilà que pour beaucoup d’entre elles l’aventure vient de prendre fin dimanche 26 mai lors des élections municipales. Ni à Barcelone ni à Madrid, les deux maires issues de la société civile, n’auront su se maintenir au pouvoir. Durant quatre ans, elles auront tenté de mettre en place une autre gouvernance des villes, qui se voulait plus participative et plus démocratique.

► 4/ De Marseille à Dubaï, il s’agit de rayonner pour mieux dominer. Grands événements sportifs, culturels, congrès internationaux, musées, projets architecturaux, de Paris à New York, en passant par Londres et Dubaï, les grandes villes du monde rivalisent de programmes et d’idées. Tous les moyens sont bons pour attirer les regards et surtout attirer les visiteurs : touristes, investisseurs, créateur en tous genres. C’est tout un monde qu’il faut sans cesse surprendre, combler, accueillir, de peur qu’il ne préfère une concurrente.

#Territoire

► L’Ile-de-France est le territoire le plus inégalitaire de France, montre une étude sur la trajectoire des revenus de ses habitants entre 2001 et 2015. intitulée « Gentrification et paupérisation au cœur de l’Ile-de-France », cette enquête de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme (IAU) souligne les inégalités croissantes dans cette région qui abrite 12 millions d’habitants (18,8% de la population) et produit près d’un tiers de la richesse du pays. L’étude met en exergue la « polarisation sociale » de la région: d’un côté Paris (2,2 millions d’habitants) et les Hauts-de-Seine, départements les plus aisés du pays, continuent à « s’embourgeoiser ». De l’autre, la Seine-Saint-Denis, le territoire le plus pauvre. « La richesse est plus marquée, plus concentrée que la pauvreté. Les riches vivent plus entre eux que les pauvres », note Mariette Sagot, démographe et auteur du rapport. Cette « différenciation sociale reflète surtout le marché immobilier ».

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Grandes manœuvres dans les groupes de télé européens. À retenir cette semaine sur le site de @Metamedia : – La Harvard Business review suggère de ne pas démanteler Facebook mais de traiter la plateforme comme un service public ; – DRH, recrutez des gamers comme managers ; – La fin du mobile ; – Le Forum économique mondial veut élaborer des règles mondiales pour l’IA ; – Ennemi juré de Cannes, Netflix s’amuse en achetant les droits de deux films primés.

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

ReVue d’actu de 11h11 – vendredi 7 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Urbanisme

► Sur l’île de Nantes, l’expérimentation urbaine peut-elle se pérenniser ? L’île de Nantes est devenue ces dernières années emblématique du renouveau urbain de cette métropole française. Ce territoire de 330 hectares sur la Loire, bien relié au centre-ville ancien et disposant de réserves foncières, jouit aujourd’hui d’une forte attractivité. Ce projet témoigne d’une reconquête de la centralité après la disparation, en 1987, des derniers chantiers navals présents sur l’île. Il s’agit d’une initiative de régénération urbaine dont le but vise à densifier les friches industrielles par de nouveaux quartiers et un projet économique basé sur les industries créatives, dans la lignée d’une politique culturellevolontariste reconnue au niveau national. (@FR_Conversation). Légende image : Située sur la Loire, ancienne friche industrielle, l’île Beaulieu à Nantes fait l’objet d’un vaste projet de rénovation urbaine depuis le début des années 2000. Frank Perry/AFP.

#Environnement

► 600 000 tonnes de plastique rejetées en Méditerranée selon le Fond Mondial pour la Nature WWF. Le rapport du WWF publié cette semaine, est alarmant. Après avoir parlé de « Burnt out » les années passées, le Fond Mondial pour la Nature WWF estime cette fois que la mer Méditerranée » sombre sous un torrent de plastique ». Le rapport révèle que les 22 pays de la région génèrent 24 millions de tonnes de déchets plastiques, parmi lesquels 42% sont enfouis, 14% incinérés et 16% seulement sont recyclés.Les 28% restants sont gérés de manière inefficace (non collectés, en décharges non contrôlées ou à ciel ouvert) et risquent fortement de polluer la nature et la Méditerranée. Ainsi, on estime qu’un quart des déchets plastiques de la région sont rejetés dans la nature chaque année, dont 600 000 tonnes finissent en mer Méditerranée. Par ces chiffres effrayant, le WWF veut alerter sur les conséquences de la pollution plastique sur les espaces naturels et la biodiversité. (@franceinfo). A lire aussi : Chaque année, 11 200 tonnes de déchets plastiques français contaminent la Méditerranée (@lemondefr).

#Territoire

► (1/5) Paroles d’acteurs dans les territoires : Energies Renouvelables. Paroles d’acteurs à Bordeaux : La plateforme d’expérimentation SEENEOH, financé par la Banque des Territoires, est un grand bon en avant dans l’expérimentation par les industriels de nouvelles énergies renouvelables. (@latribune).

► (2/5) Paroles d’acteurs dans les territoires : Développement économique. Paroles d’acteurs à Lens : Soutenue par la Banque des Territoires, l’Ecole de Production Automobile de Lens (EPAL) permet la réinsertion de jeunes déscolarisés, dans le milieu professionnel, au contact direct de vrais clients. (@latribune).

► (3/5) Paroles d’acteurs dans les territoires : Aménagement numérique. Paroles d’acteurs dans les Hauts-de-France : A l’horizon 2021, la région prévoit de couvrir la zone publique dans son intégralité en fibre optique. Un projet soutenu par la Banque des Territoires, qui met l’accès à l’Internet très haut débit au cœur de ses actions. (@latribune).

► (4/5) Paroles d’acteurs dans les territoires : Ecomobilité. Paroles d’acteurs dans l’Orne : Si le concept de smart city est omniprésent dans les grandes métropoles, des initiatives existent aussi dans les zones rurales. A l’image de Clem’, qui propose via sa plateforme web le partage de véhicules électriques. (@latribune).

► (5/5) Paroles d’acteurs dans les territoires : Aménagement d’espace public. Paroles d’acteurs à Angers : Le projet Coeur de Maine, lancé en 2014 par Christophe Béchu, maire d’Angers, a redonné une nouvelle dynamique à la ville en se réappropriant ses berges. (@latribune).

#Agriculture

► Montpellier : le légume bio pousse dans la ville. Ce mardi soir, il y avait foule devant l’étal des maraîchers de laferme de la Condamine à Montpellier : salades, oignons et autres blettes se vendent rapidement. Ces légumes bios ont poussé en pleine terre, ils sont le fruit du travail de Jérémy,  Léa, Edouard et Julie. Ces hommes et femmes viennent d’horizons différents comme l’architecture, le théâtre ou le social. Ensemble, fin 2015, ils ont décidé de tester un concept qui leur plaisait : devenir maraîchers, produire localement en circuit court et travailler en collectivité. Ils ont donc répondu à un appel d’offre de la Métropole de Montpellier qui cherchait à installer des agriculteurs pour faire pousser les légumes bios en ville. (@franceinfo).

#IA

► « Nous devons mener une réflexion rapide sur l’éthique de l’intelligence artificielle » (Pascal Montagnon, Inseec). Disruptive, formidable propulseur pour les organisations, mais aussi source de questionnement, voire de défiance, l’intelligence artificielle suscite encore beaucoup de débats. C’est pour lever les tabous autour de la question, tout autant que s’interroger sur son devenir, que pour la deuxième année consécutive, l’Inseec, dont la Tribune est partenaire, organise, le 11 juin prochain, une journée dédiée aux grands enjeux. Entretien avec Pascal Montagnon, directeur de la Chaire de recherche innovation digitale, big data et Intelligence artificielle et porteur du projet. (@LaTribuneAURA).

#Société

► Les applications de méditation, un marché en plein essor. Lâcher prise, sans lâcher son smartphone: sur le marché florissant et quelque peu paradoxal de la méditation en ligne, des applications telles que PetitBambou ou Headspace rivalisent pour détendre les citadins stressés ou capter les entreprises. « Sentez vos muscles se détendre, expirez… »: dans un élégant local bordant les Champs-Elysées, une dizaine de personnes en tailleur et yeux clos suivent les indications d’Andy Puddicombe, ex-moine bouddhiste britannique devenu entrepreneur à succès. L’homme aux airs de bonze anime la séance en visioconférence depuis Los Angeles à l’occasion du lancement de la version francophone de son application-vedette Headspace. (@frenchweb).

#RevueDeLiens

► – Le Madrid populaire mène la fronde contre la prolifération des salles de paris sportifs. La ludopathie grimpe en flèche chez les jeunes Espagnols, appâtés par les offres grandissantes de jeux de poker en ligne et tout l’éventail des paris sportifs. La colère gronde dans les associations de quartiers qui réclament un contrôle effectif des lieux et l’interdiction de l’accès aux mineurs. (@LesEchos) ; – « L’opposition urbain-rural ne suffit pas à expliquer le vote pour le RN ». Le chercheur Joël Gombin relativise le lien souvent établi entre la désertification territoriale et le vote en faveur de l’extrême droite (@lemondefr) ; – Les coulisses d’Element AI, pépite montréalaise de l’intelligence artificielle. Depuis sa levée de fonds de plus de 100 millions de dollars, l’entreprise croît à une vitesse phénoménale. Elle se positionne aujourd’hui à la fois en éditeur de logiciels et en entreprise de conseil à la transformation digitale. Reportage dans ses bureaux. (@EchosExecutives) ; – Comment Google veut faciliter la recherche d’emploi. Le géant américain a commencé à référencer ce vendredi la plupart des offres d’emploi publiées sur internet. Pôle emploi ainsi que plusieurs sites spécialisés comme HelloWork (Regionsjob, Parisjob, Cadreo) et Monster sont partenaires de l’opération. (@LesEchos) ; – L’apport de l’IA dans l’exploitation du Rapport Mueller (@metamedia) ; – L’algorithme est-il un tue-l’amour ? Quelles sont les influences du numérique sur nos pratiques amoureuses et sexuelles ? Alors que les sites et applications de rencontre se multiplient, la sociologue Marie Bergström et le philosophe Richard Mèmeteau discutent des nouvelles pratiques. (@franceculture) ; – Vélo, trottinette : un nouveau casque révolutionnaire de la taille d’un paquet de cigarettes. Pesant moins de 100 grammes, de la taille d’un paquet de cigarettes, le casque gonflable inventé par la start-up alsacienne est testé par 50 utilisateurs. Les loueurs de trottinettes seraient les premiers clients. (@Challenges).

06 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – jeudi 6 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Terres_Rares

► Washington dévoile un plan pour ne plus dépendre de la Chine. « Ces minéraux critiques sont souvent ignorés mais sans eux la vie moderne serait impossible », a déclaré Wilbur Ross le secrétaire américain au Commerce, affirmant que le gouvernement fédéral « prend des mesures sans précédent pour s’assurer que les Etats-Unis ne seront pas coupés de ces matériaux vitaux ». Le plan d’action identifie 35 éléments stratégiques dont l’uranium, le titane et les terres rares, pour lesquels les Etats-Unis sont particulièrement dépendants de l’étranger. Le rapport rappelle que pour 14 des 35 matériaux détaillés sur la liste, les importations représentent plus de 50% de la consommation annuelle des Etats-Unis. Pour 14 des minéraux listés, « les Etats-Unis n’ont aucune production nationale et dépendent complètement des importations », note le rapport. La Chine produit l’essentiel des terres rares de la planète, un ensemble de 17 métaux indispensables aux technologies de pointe et que l’on retrouve dans les smartphones, les écrans plasma, les véhicules électriques mais aussi dans l’armement. (@Challenges). Légende image : Des piles de minerai de fer importé dans un port de Zhoushan, province du Zhejiang, en Chine. Crédits photo : China Stringer Network.

#Energie

► Au-delà des technologies, l’humain, facteur clé de la transition énergétique. Après Barcelone, Amsterdam ou encore Copenhague, l’édition 2019 de l’événement européen dédié à la transition énergétique se tiendra les 3 et 4 octobre prochains au coeur de la capitale française. The Business Booster se déplace tous les ans et réunit toujours plus de 800 participants de 40 pays différents mêlant startups, représentants des industries énergétiques, communautés d’investisseurs et régulateurs européens. Cette année encore, le but est de mettre en relation les grands groupes et les startups. Pour Elena Bou, directrice de l’Innovation chez InnoEnergy : « Les deux constituent un tandem complémentaire et l’objectif principal du TBB est de créer un environnement de collaboration propice à la rencontre entre l’industrie et les nouvelles entreprises, qu’il s’agisse de transactions commerciales ou d’actions communes. » (@bymaddyness).

#Transport

► Bordeaux prépare le 1er congrès consacré aux transports intelligents et au climat. Ce premier rendez-vous se tiendra les 17 et 18 septembre 2019 à la Cité mondiale de Bordeaux. Il s’agira d’évaluer le rôle des systèmes de transport intelligent dans la stratégie mondiale en faveur du transport décarboné. Un dossier publié par le site @LaTribuneBdx aborde quatre thématiques : 1/ Véhicules connectés : la Nouvelle-Aquitaine veut tester le platooning sur l’A63 ; 2/ Comment les acteurs néoaquitains se positionnent sur le créneau des transports autonomes ; 3/ Bordeaux, territoire d’expérimentation de la mobilité connectée ; 4/ Bordeaux prépare le 1er congrès consacré aux transports intelligents et au climat (@LaTribuneBdx).

#Téléphonie

► 5G : il y a désormais plus de cent stations expérimentales en France. La France compte désormais plus de 100 stations expérimentales consacrées à la 5G. Au mois de mai, 14 nouveaux sites ont été autorisés. Situés dans les départements de l’Ain, du Rhône, de Paris et des Yvelines, ils s’ajoutent aux 97 installations déjà validées par l’Agence nationale des fréquences. Au total, les essais sur la prochaine génération de la téléphonie mobile se déroulent donc sur 111 stations. Trois opérateurs se partagent ces sites : Bouygues Telecom en opère presque la moitié (52), suivi par Orange (34) et SFR (25). En revanche, Free, qui pourtant souhaite proposer l’ultra haut débit mobile en même temps que les autres et affiche de grandes ambitions en la matière n’est pas mentionné par l’Agence nationale des fréquences (ANFR), ni par le régulateur des télécoms. (@Numerama).

#Livraison

► Amazon dans les starting-blocks pour faire décoller ses drones-livreurs. Le géant américain du commerce en ligne Amazon a annoncé mercredi qu’il comptait commencer prochainement à livrer ses colis par drones. « Nous avons travaillé dur pour concevoir des drones entièrement électriques pouvant parcourir jusqu’à 25 km et livrer aux clients des colis pesant moins de 2,3 kg en moins de 30 minutes», a écrit un responsable du groupe, Jeff Wilke, sur une note de blog. « Nous espérons (…) livrer des colis par drones dans les prochains mois», a-t-il ajouté, sans préciser l’endroit où ces livraisons pourraient avoir lieu. Amazon a mené en 2016 ses premiers tests de livraison par drones au Royaume-Uni, les lois américaines rendant à l’époque l’exercice plus contraignant aux Etats-Unis selon le géant du commerce en ligne. Les drones-livreurs peuvent « décoller et atterrir verticalement, comme un hélicoptère», a décrit M. Wilke, assurant que les appareils avaient été conçus de façon à rester stables même en cas de gros vent. « Nous savons que les clients ne seront rassurés d’être livrés par drones que si le système est sûr à 100%», a-t-il souligné. Amazon a indiqué plus tôt dans l’année vouloir réduire ses délais de livraison pour les clients abonnés à son service Prime. (@frenchweb).

#Savoir

► Les illusions du savoir, un danger pour la collectivité. Le numérique ouvre de vastes opportunités pour les influenceurs qui peuvent gravement perturber les communautés et les liens de confiance. N’importe qui sur Internet peut regarder une vidéo et avoir la sensation qu’il a acquis de nouvelles connaissances : savoir, ou illusion du savoir ? La compréhension de nos mécanismes cérébraux nous invite à faire ce constat d’humilité : des illusions d’optiques à l’illusion du savoir, notre cerveau nous joue des tours. Dans un monde où l’influence devient une affaire stratégique, Mariam Chammat s’efforce de rendre lisibles et acceptables les politiques publiques face à la complexité de la psychologie humaine. Learn more at https://tedxissylesmoulineaux.com/.

#IA

► L’éthique doit présider au déploiement de l’intelligence artificielle. Tribune de Patrick Darmon (Directeur d’Accenture Applied Intelligence en France et au Benelux). Aujourd’hui, les éléments incitant les entreprises ou les administrations à se doter d’une charte éthique en termes d’intelligence artificielle sont souvent liés à la dynamique de leur secteur comme la nature de la Relation Clients, une nouvelle réglementation ou parfois, hélas, un scandale touchant un concurrent. Il peut également s’agir d’une initiative volontariste de l’entreprise qui souhaite se montrer à la pointe auprès de ses clients comme de ses employés. Poser les principes éthiques d’une intelligence artificielle conditionne, et conditionnera de plus en plus son adoption par les collaborateurs. Lire la suite sur le site @LesEchos.

#Immobilier

► Les pure players immobiliers peuvent-ils détrôner les agences traditionnelles ? Ce sont des poids plumes qui commencent à peser dans l’immobilier. Les agences immobilières en ligne se multiplient et cherchent à se faire leur place au soleil. Porte-drapeau du secteur, Proprioo a annoncé il y a quelques semaines une levée de fonds de 20 millions d’euros, preuve que le segment suscite la curiosité des investisseurs. Et pour cause : une myriade de startups se partagent aujourd’hui le marché des pure players immobiliers. Au Royaume-Uni, PurpleBricks, lancé en 2012, revendique aujourd’hui réaliser un vingtième des transactions du pays. De quoi laisser songeur quant au potentiel du marché français… Avec près d’un million d’achats dans l’ancien par an, l’Hexagone constitue un marché de choix. @bymaddyness).

#FinTech

► Comment la fintech et le digital révolutionnent le monde de la restauration. Le numérique, et plus précisément les applications de livraison en ligne, répond aux besoins de consommateurs de plus en plus pressés et exigeants, qui ont développé de nouvelles habitudes de consommation : livraison à domicile, salade devant l’ordinateur ou pause déjeuner prise sur le pouce. Si les français ont moins de temps à consacrer à leurs repas, l’arrivée du digital a tout de même permis des améliorations dans le monde de la restauration. Ce sont du moins les conclusions tirées à la conférence Let’s Talk Food, organisée le 29 mai par Edenred et qui a réuni autour de la table Julien Tanguy, directeur général d’Edenred France, Stéphane Ficaja, directeur général d’Uber Eats Europe de l’ouest et du sud, et Danièle Gerkens, rédactrice en chef de Elle à Table. (@bymaddyness).

#RevueDeLiens

► – Emploi: « L’intelligence artificielle rend le recrutement plus efficace ». Emploi: «L’intelligence artificielle rend le recrutement plus efficace». Le recrutement se digitalise de plus en plus. Les réseaux sociaux occupent une place grandissante dans les processus de recrutement. Samuel Tamagnaud, Président France de Morgan Philips Hudson, propose son éclairage au Figaro. (@Le_Figaro) ; – Qui sont PayCar et Locasun, les deux nouvelles acquisitions annoncées par Leboncoin ? @frenchweb) ; – Allemagne : ces enchères 5G qui n’en finissent plus… Lancées il y a plus de onze semaines, les enchères se poursuivent outre-Rhin à un rythme d’escargot. Les quatre opérateurs ont fait monter la facture totale à 6,27 milliards d’euros. Le régulateur veut accélérer le processus.  (@LesEchos) ; – Hidalgo donne un coup de frein aux trottinettes à Paris. La maire annonce la verbalisation dès juillet du stationnement des engins sur les trottoirs. Elle exige aussi des opérateurs une réduction de leurs flottes et une limitation des vitesses de circulation. Un appel d’offres sélectionnera, à terme, deux ou trois opérateurs seulement.  (@LesEchos) ; – La France compte désormais plus de 100 stations d’expérimentation de la 5G (@20minutes).

05 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – mercredi 5 juin 2019

La ville dans la révolution digitale. « Le XIXe siècle était un siècle d’Empires ; le XXe siècle, celui des États-Nations. Le XXIe siècle sera un siècle de villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-Unis), en 2009.

#Hacker

x► A la Toulouse Hacker Space Factory, on lutte contre le blues du hacker. Un mini-garage de bricolage de motos, un dôme géodésique, une échoppe à ramens et une fresque monumentale : ce petit bout de Tokyo, improvisé d’après le manga culte Akira, se trouve en fait à quelques pâtés de maisons du canal du Midi et du stade Ernest-Wallon, à Toulouse. Bienvenue au Mix’art Myrys, un hangar de 4 000 mètres carrés qui abrite un collectif autogéré d’artistes, véritable institution des milieux alternatifs dans la Ville rose. Pendant quatre jours, du jeudi 30 mai au dimanche 2 juin, des hackers venus de toute la France s’y sont donné rendez-vous, cette année encore, pour bidouiller, discuter, décortiquer les technologies et savoirs numériques afin de les mettre au service du plus grand nombre. Lire la suite sur le site @lemondefr.

#Cryptomonnaie

► Pourquoi il faut dire non à l’Etat Facebook. Mark Zuckerberg vient d’annoncer la création d’une monnaie modestement baptisée « Global Coin ». Une équipe de Facebook y travaille en secret depuis un an. Une filiale, « Libra », a été installée en Suisse pour développer les techniques de type blockchain nécessaires à une éventuelle cryptomonnaie. Facebook a formellement ouvert des discussions avec le régulateur américain, la CFTC. Lors d’une conférence interne à Facebook en avril dernier, Mark Zuckerberg a déclaré qu’« envoyer de l’argent à quelqu’un devrait être aussi simple que de lui envoyer une photo ». Avec ses 2,4 milliards d’utilisateurs dans le monde, Facebook serait en mesure de développer un outil d’une efficacité redoutable. Comme en Chine avec Alipay ou WeChat Pay, Facebook nous ferait entrer de plain-pied dans la société sans cash, où l’on pourrait effectuer tous ses achats sur son téléphone grâce à un code QR généré à la demande. . (@LesEchos).

#Ville

► Comment la végétalisation de nos villes peut nous protéger de la pollution et des canicules. Oui, le végétal rend l’air plus respirable et les grandes métropoles ont commencé à le comprendre ou sont en train de le comprendre. Prendre en compte l’environnement dans les aménagements urbains devient même tendance. Tant mieux, parce que c’est une nécessité. L’Eurométropole de Strasbourg a mis en place différentes actions et plans pour rendre la vie en ville plus respirable. « Il devient de plus en plus clair qu’il faut une gestion intégrée, avec une vision globale, incluant l’air et sa pollution, le réchauffement climatique et la santé des citoyens », explique l’adjointe au maire, Christel Kohler, en charge de la nature en ville. « La végétation répond au triple enjeu: qualité de l’air, réchauffement climatique, santé des citoyens », explique Christel Kohler, adjointe à l’environnement à la mairie.(@franceinfo).

#TerresRares

► Le plan de Washington pour ne plus dépendre de la Chine. Dans la guerre commerciale qui l’oppose à Washington, Pékin a récemment brandi la menace d’ouvrir un nouveau front : celui des terres rares, dont 70 % proviennent de Chine et qui sont un besoin vital pour de nombreuses firmes high-tech. Face à cette menace, Washington a décidé de répliquer et dévoilé un plan d’action. Il est vrai que l’enjeu est d’importance. « Les Etats-Unis dépendent fortement des importations de minéraux cruciaux », rappelle ce rapport d’une cinquantaine de pages que Donald Trump avait demandé à son administration fin 2017. Ce rapport s’inscrit dans une action plus large en faveur du secteur minier américain que le président veut revitaliser. Par décret, le président des États-Unis avait alors annoncé une série de mesures en faveur de la relance de l’extraction de minerais critiques sur le sol américain au rang desquels on trouvait les terres rares, bien sûr, mais aussi d’autres, vitaux pour de nombreux secteurs, tels que le cobalt, le graphite, le rhénium ou bien encore le lithium. (@LesEchos).

#Numérique

► Repenser l’action publique à l’heure du numérique. Avec l’émergence de géants du numérique, le rôle régulateur de l’Etat s’horizontalise et devient partenariale. Pour réguler efficacement les contenus en ligne, par exemple, l’Etat travaille avec les plates-formes qui les diffusent. Pour Grégoire Loiseau, professeur à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne, la puissance publique devrait éviter de déléguer ce rôle. Lire sa tribune sur le site de @LesEchos.

#IA

► Intelligence artificielle : avant de perdre le contrôle, le monde veut se mettre des limites. On a besoin de garantir que les intelligences artificielles vont d’abord servir l’humain avant de servir les gouvernements et les entreprises privées. On développe actuellement des armes autonomes. On doit fixer des règles pour ne pas se retrouver dans le futur dans un scénario à la « Terminator« . Il y a aussi des applications polémiques. Une appli est capable de prendre un extrait sonore et de générer un visage qui correspond au son. Ça peut servir à discriminer. Une autre appli est capable d’associer un visage de femme récupéré sur un site pornographique avec un nom et un compte Facebook. Ça peut servir au harcèlement des femmes. L’OCDE prône la transparence : à chaque fois qu’une décision sera prise concernant l’humain, la personne devra être prévenue. L’UE prône la responsabilité : si une voiture autonome a un accident, c’est l’algorithme qui sera attaqué. L’intelligence artificielle sera à l’ordre du jour du G20 fin juin au Japon pour commencer à fixer des règles internationales. (@franceinfo).

► Le 28 mai dernier, le professeur Yoshua Bengio, fondateur et directeur scientifique de Mila, Institut québécois d’intelligence artificielle et lauréat du Prix Turing 2018, était l’invité de l’École de l’intelligence en santé du CHUM (ÉIAS). Il a livré, en toute humilité, sa vision de l’évolution et de la portée de l’IA aujourd’hui et de celle qu’elle occupera dans les prochaines années. Organisée dans le cadre de la série Grands événements de l’ÉIAS, cette entrevue était dirigée par Carole Jabet, directrice du Centre de recherche. Cette rencontre a mis en lumière plusieurs sujets liés à l’intelligence artificielle selon trois axes : la place de l’intelligence artificielle,  son importance pour la santé et les patients et ainsi que son rôle au sein de la recherche et ses enjeux éthiques. (@chumontreal). Voici l’intégrale de l’entretien avec Yoshua Bengio : https://www.facebook.com/chum.montreal/videos/2111254739174589/.

#Création

► Ligne de vêtements, musique… Les intelligences artificielles de plus en plus créatrices. La petite robe noire est un grand classique de la mode féminine. Depuis sa création en 1926 par Coco Chanel, plusieurs modèles ont été réalisés. Celui de Glitch se distingue par son créateur: une intelligence artificielle. Deux étudiantes diplômées du Massachussetts Institute of Technology (MIT) ont en effet fondé l’entreprise Glitch pour vendre les robes conçues par l’IA qu’elles ont développée. Le logiciel des deux femmes utilise l’apprentissage automatique. Ce secteur de recherche de l’IA permet à une machine de comprendre par elle-même certaines tâches, en l’entraînant pour qu’elle soit capable de les faire seule, sans ordre. Les modèles de vêtements qu’il génère sont ensuite envoyés à un styliste pour être réellement créés. Certains d’entre eux sont également disponibles à l’achat, en plus de la petite robe noire. (@FigaroTech).

#Audio

► La plate-forme de podcasts Majelan se lance avec des ambitions internationales. Mathieu Gallet et son associé, l’entrepreneur Arthur Perticoz, ont lancé mardi 4 juin leur plate-forme de podcasts Majelan avec l’ambition d’en faire un leader non seulement sur la France mais sur toute la zone francophone, et même ailleurs par la suite, grâce à une interface de tout premier plan. Pendant ce temps, Radio France demandait cependant à son ancien patron de retirer immédiatement de Majelan les podcasts du média public, faute d’accord. Sa première mission est de faire découvrir ces contenus accessibles gratuitement, et ce par un double système de sélection humaine (des playlists, des registres thématiques…) et algorithmique (en fonction des contenus déjà écoutés par un utilisateur donné). A lire aussi : Le marché publicitaire du podcast explose aux Etats-Unis. La consommation de podcasts est en forte hausse outre-Atlantique, touchant près d’un Américain sur deux. Les revenus publicitaires générés par ces produits audio devraient dépasser le milliard de dollars d’ici à 2021. Les podcasts liés à l’actualité, à l’économie et à la comédie sont ceux qui captent le plus de dépenses. (@LesEchos).

#Application

► Apple interdit certains mouchards dans les applications pour enfants. Le changement n’a pas été annoncé avec tambours et trompettes. Il n’a même pas été présenté par Tim Cook, le président-directeur général d’Apple, lors de la conférence des développeurs qui s’est déroulée lundi 3 juin, et durant laquelle l’entreprise a présenté plusieurs nouveautés. Et pourtant, c’est une modification majeure qu’a apportée Apple aux règles qu’elle impose aux développeurs d’applications qui veulent utiliser sa plate-forme de vente : elles précisent désormais que les jeux et les applications destinés aux enfants ne pourront pas « inclure des publicités ou des outils de suivi externes ». En clair, les jeux et applications éducatives qui veulent être classés dans la catégorie « enfants » du magasin ne pourront plus utiliser les très nombreux outils qui enregistrent des données sur leurs utilisateurs. Ces outils peuvent prendre la forme de mouchards publicitaires. (@lemondefr).

#RevueDeLiens

► – « Ruralisons », un parlement pour mettre en valeur la ruralité et lutter contre la désertification (@franceinfo) ; – « C’est complètement surréaliste » : en Bretagne, elle photographie des serres à tomates qui émettent un halo fluo (@franceinfo) ; – Kalilo, une application pour évaluer la qualité des eaux de baignade de la côte basque. La Communauté de communes du Pays basque a développé Kalilo, une application permettant à chacun de connaître en temps réel la qualité des eaux de baignade des plages de la côte basque. (@franceinfo) ; – La télémédecine trébuche sur la question du remboursement par la Sécu https://www.challenges.fr/entreprise/sante-et-pharmacie/telemedecine-pourquoi-la-secu-ne-remboursera-pas-plus_657090 (@Challenges) ; – Maureen Ohlhausen : « Le département de la Justice semble décidé à agir sur Google ». Ancienne commissaire de la Federal Trade Commission américaine de 2012 à 2018, une agence qu’elle a présidée deux ans, Maureen Ohlhausen est aujourd’hui spécialiste des questions de concurrence chez Baker Botts. Selon elle, la vigilance accrue envers les Gafa marque un vrai tournant. (@LesEchos) ; – Klaxoon : un vent de fraicheur souffle sur les réunions (@bymaddyness) ; – Instagram, ce repaire de néo-poètes. Sur Instagram, la poésie se déclame au format carré. Compilation de SMS romantiques, citations glanées dans la rue, aphorismes et poèmes en prose… le lyrisme et la célébration du quotidien apportent un peu de douceur (et de trash) à nos flux. (@LADN_EU).

RSS