05 Oct

ReVue d’actu de 11h11 – lundi 5 octobre 2020

La ville dans la transformation digitale et la transition écologique. « Le XIXème siècle était un siècle d’Empires ; le XXème siècle, celui des États-Nations. Le XXIème siècle sera un siècle des villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-unis) en 2009.

#Culture

► Collages, graffiti, dessins : une quarantaine d’artistes de toute la France convergent à Abbeville (Somme) pour Transition, une exposition immersive de street-art qui ouvrira ses portes en décembre, dans un immeuble promis à une destruction proche. « On va amplifier ça par une ambiance sonore à base de bruits de bombes et de sirènes, explique Yann Colignon, à l’initiative du projet, L’idée, c’est que les gens se demandent où ils viennent de mettre les pieds. » Une mémoire des lieux sera un fil conducteur de cette exposition dont l’objectif est de donner à voir la diversité du street art. @franceinfo. (Photo de Boris Granger / FTV).

#Culture

► Dans le cadre de l’opération 2049 et en partenariat avec le festival du futur des villes et des territoires Beyond Building, l’hebdomadaire l’Obs a organisée une table ronde où trois acteurs du milieu culturel ont débattu de la nécessité que ce qu’on appelle les « cultures urbaines », du hip-hop au graff, ne soient plus cantonnées dans cette catégorie marginalisée. Depuis quarante ans, les cultures urbaines ont conquis les villes et les campagnes. Elles doivent beaucoup à la ville. En retour, comment la culture modèle-t-elle les villes ? Ce milieu culturel en pleine évolution doit briser le plafond de verre pour appartenir dans son intégralité à la culture dans son ensemble. Voir la vidé du débat

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► Mobilisation des experts, plateformes et médias pour sauver les élections américaines. À retenir cette semaine : – Comment le gouvernement peut aider le journalisme local tout en lui garantissant une indépendance éditoriale ; – Nouvelle appli participative pour contrôler l’action des élus locaux à Lille, Lyon, Nantes et Toulouse ; – Face aux plateformes, Arte.tv lance une nouvelle offre “séries” à contre-courant ; – Roland Garros 2020 – Du Tennis augmenté grâce au dispositif technologique de France Télévisions. ; – Comment les démocraties peuvent reprendre le pouvoir dans le monde numérique.

02 Oct

ReVue d’actu de 11h11 – vendredi 2 octobre 2020

La ville dans la transformation digitale et la transition écologique. « Le XIXème siècle était un siècle d’Empires ; le XXème siècle, celui des États-Nations. Le XXIème siècle sera un siècle des villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-unis) en 2009.

#Réseau_5G

► La 5G, réseau de télécommunication dernière génération, susceptible de transporter les données à très haute vitesse, risque de peiner à s’installer en France. En effet si le Président de la République a récemment pris position en faveur de ce nouveau réseau, associations de citoyens et collectivités appellent à un moratoire sur l’attribution des fréquences. L’association des Villes Internet demande même un débat démocratique. Florence Durand-Tornare, fondatrice de Villes Internet n’hésite pas à parler « d’un choix de société sans débat démocratique » dans un texte dense publié sur le site de l’association. « Villes Internet » a déjà listé depuis plusieurs mois les principales problématiques. « Prendre la main sur la maîtrise d’œuvre de l’intégration urbaine des objets connectés, de leur signalétique, de leurs usages, des services publics ad hoc et de leur consommation responsable ». @villeintelmag. Légende image : Des antennes de plus en plus nombreuses, notamment en zone urbaine. De quoi inquiéter un nombre croissant de citoyens. (photos Adobe Stock).

 

01 Oct

ReVue d’actu de 11h11 – jeudi 1er ocotbre 2020

La ville dans la transformation digitale et la transition écologique. « Le XIXème siècle était un siècle d’Empires ; le XXème siècle, celui des États-Nations. Le XXIème siècle sera un siècle des villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-unis) en 2009.

#Environnement

► Le 10 décembre 2018, Tony Aubry, 20 ans, pose le pied pour la première fois sur le sol de l’Antarctique pour effectuer un stage de service civique au sein de la base scientifique Dumont D’Urville. L’élève à l’école Esfora à la Roche-sur-Yon y occupe le poste de boulanger pâtissier. « Nous étions une petite communauté, et les scientifiques avaient besoin de petites mains. Je passais beaucoup de temps avec eux, pour aider à travailler sur les manchots et autres animaux fantastiques de l’Antarctique ». Aujourd’hui, le jeune boulanger ne tient plus. Il souhaite sensibiliser et échanger davantage sur ces enjeux écologiques. De là, naî un nouveau projet, celui de parcourir 15 000 kilomètres à travers 25 pays d’Europe en vélo. Cette-fois, il sera accompagné de son ami, et colocataire, Cyril Carrere, également pâtissier à Nantes. @franceinfo. Légende image : Tony Aubry a passé 1 an dans la base scientifique Dumont D’Urville. (Photo : Virgil Decourteille / Facebook)

 

30 Sep

ReVue d’actu de 11h11 – mercredi 30 septembre 2020

La ville dans la transformation digitale et la transition écologique. « Le XIXème siècle était un siècle d’Empires ; le XXème siècle, celui des États-Nations. Le XXIème siècle sera un siècle des villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-unis) en 2009.

#Environnement

► Lahti, en Finlande, ville de 120 000 habitants, a été sacrée capitale verte de l’Europe pour 2021 par la Commission Européenne. Un prix qui récompense chaque année, depuis 2010, les villes pionnières en matière de mode de vie urbain respectueux de l’environnement. Elle coiffe au poteau Lille et Strasbourg, les deux autres villes finalistes. Alors que la Finlande vise la neutralité carbone d’ici 2035, la ville de Lathi compte bien atteindre cet objectif dix ans plus tôt, en 2025. Ainsi la ville veut limiter les émissions de carbone de ses habitants en récompensant les citoyens qui respectent les quotas. La ville est également pionnière en matière de valorisation énergétique puisqu’elle a inauguré en 2012 la première et plus grosse centrale de gazéification de déchets. Les déchets municipaux y sont convertis en chaleur et en électricitéLégende image : Le port de Lahti en Finlande le 1er mai 2010. (Photo de Miguel Virkkunen Carvalho).

#Centre-Ville

► Depuis décembre 2017, l’Action cœur de ville a mobilisé 5 milliards d’euros pour redynamiser les centres-villes d’agglomérations moyennes, entre 10 et 100 000 habitants. Blois a été l’une des premières villes de la région Val-de-Loire à en profiter. Pour son maire, cela « nous a permis d’intégrer beaucoup de projets, » A Vierzon (Cher), le maire explique que « Cela nous a permis de structurer nos interventions sur trois domaines : le logement, les commerces et activités, et les espaces publics à repenser ». D’après, les achats immobiliers ne cessent d’augmenter depuis 2018, d’une façon qui désormais profite davantage aux centres-villes. « Si le marché en périphérie est supérieur à la ville-centre« , indique le premier baromètre de l’évolution immobilière des 222 villes concernées, en dynamique le volume de vente progresse plus vite dans la ville-centre que dans la périphérie sur un an. Ainsi, la hausse globale du volume des ventes dans les villes moyennes est principalement portée par des transactions en ville et non dans la périphérie. » Un bon résultat qui attestant d’une installation de nouveaux habitants. @franceinfo.

#Education

► En Bourgogne, le robot NAO est devenu un compagnon familier dans deux classes spécialisées pour des enfants présentant des troubles autistique. C’est le cas depuis 2017 à l’Unité d’Enseignement en Maternelle Autisme de Quetigny et, depuis 2018, dans la classe ULIS du collège Les Courlis de Nevers. NAO est un robot humanoïde de 58 cm, fait de plastique et de métal, qui s’exprime et se déplace comme un être humain. Il suffit de le programmer pour obtenir de lui ce que l’on souhaite. Un outil, au design simple et à la neutralité rassurante, que des enseignantes et éducatrices spécialisées bourguignonnes utilisent depuis quelques années pour travailler avec leurs élèves autistes. Voici le récit de leurs expériences.@franceinfo.

#Recyclage

► Après un tour d’Europe du recyclage réalisé entre 2016 et 2017, l’ingénieur Landry Routhiau s’est lancé dans la fabrication de machines à recycler toutes sortes de plastiques. Il a ouvert son atelier à La Verrie, en Vendée. Aux Pays-Bas, le jeune ingénieur découvre l’association Precious Plastic. Elle fabrique des machines expérimentales capables de recycler toutes sortes de plastique. Mieux, elle met les données de fabrication en accès libre sur internet pour que chacun s’empare de ces méthodes de recyclage. « On n’est pas là pour concurrencer un industriel, on n’y arrivera jamais et ce n’est pas le but. Notre but c’est de pouvoir, à notre échelle, donner une seconde vie au plastique en évitant l’enfouissement », explique Landry Routhiau. @franceinfo.

#Entreprise

► Installé depuis 2017 à Boves (Somme), Amazon organisait le 29 septembre une table ronde avec les élus locaux. L’entreprise américaine se félicite d’avoir tenue son engagement de 500 créations d’emplois en CDI. L’objectif est cependant nuancé par son manque de dialogue social, relèvent les syndicats. « Nous avons subi des chocs sociaux importants et des gens ont besoin de ce genre d’emploi car ils n’avaient pas beaucoup de formation au départ. La formation, ici, se fait en interne et de manière satisfaisante comme l’ensemble de l’activité ici, » estime Alain Gest, président d’Amiens métropole.

29 Sep

ReVue d’actu de 11h11 – mardi 29 septembre 2020

La ville dans la transformation digitale et la transition écologique. « Le XIXème siècle était un siècle d’Empires ; le XXème siècle, celui des États-Nations. Le XXIème siècle sera un siècle des villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-unis) en 2009.

#Pollution

► A Toulouse (Haute-Garonne), Kyanos, jeune entreprise, a déployé sur les allées Jean-Jaurès « l’arbre Algal », un dispositif expérimental pour lutter contre la pollution. Cette structure fonctionne avec des microalgues qui se nourrissent de Co² de l’air ambiant grâce à un système de pompage. Les microalgues absorbent les polluants présents dans l’atmosphère et rejettent de l’oxygène. Véritable filtre à air elles peuvent absorber autant de gaz carbonique qu’une centaine d’arbres réunis. Lorqu’elles ont trop grossi, ces microalgues sont utilisées comme engrais. (Photo : Kyanos Biotechnologies). @franceinfo.

#Pollution

► A Toulouse (Haute-Garonne), Kyanos, jeune entreprise, a déployé sur les allées Jean-Jaurès « l’arbre Algal », un dispositif expérimental pour lutter contre la pollution. Cette structure fonctionne avec des microalgues qui se nourrissent de Co² de l’air ambiant grâce à un système de pompage. Les microalgues absorbent les polluants présents dans l’atmosphère et rejettent de l’oxygène. Véritable filtre à air elles peuvent absorber autant de gaz carbonique qu’une centaine d’arbres réunis. Lorqu’elles ont trop grossi, ces microalgues sont utilisées comme engrais. (Photo : Kyanos Biotechnologies). @franceinfo.

28 Sep

ReVue d’actu de 11h11 – lundi 28 septembre 2020

La ville dans la transformation digitale et la transition écologique. « Le XIXème siècle était un siècle d’Empires ; le XXème siècle, celui des États-Nations. Le XXIème siècle sera un siècle des villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-unis) en 2009.

#Agriculture

► Dans le Cotentin, comment agriculture et zones humides font bon ménage. Tribune de Sylvain Diquélou, Enseignant-chercheur en Ecologie des communautés végétales, Antoine Grandin Ingénieur d’études, écologue, Servane Lemauviel-Lavenant Maître de conférences en Ecologie, Université de Caen Normandie. Au cours du XXe siècle, les zones humides ont fortement régressé en France métropolitaine. Sur la base d’une étude de 87 zones humides qualifiées d’importance majeure, il est estimé que 50 % des surfaces ont disparu entre 1960 et 1990 par drainage, assèchement, remblaiement, urbanisation et développement d’infrastructures notamment. Un suivi, étendu à 152 zones, montre l’infléchissement de ce déclin, mais révèle un mauvais état global de conservation. En 2009, selon un inventaire basé sur les différentes données cartographiques disponibles, les zones humides occuperaient environ 22 000 km2. Par « zones humides », le code de l’environnement français désigne des « terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire, ou dont la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ». À l’échelle mondiale, pour les mêmes raisons évoquées plus haut, plus de 64 % des zones humides ont disparu depuis 1900. Lire la suite de la tribune sur le site @FR_Conversation. Légende image: Le Marais du Rivage à Auvers, en début d’été 2020. Servane Lemauviel-Lavenant, CC BY-NC-ND

#LiensVagabonds publiés par le site Métamedia.

► A l’approche des élections américaines, les plateformes se préparent au pire. À retenir cette semaine : – Des tests en vue des élections US révèlent qu’il est difficile de lutter contre la désinformation ; – Avec l’IA, les possibilités de désinformation seront bientôt infinies ; – « Pour développer l’IA de confiance, il faut partir de cas d’usage précis, simples et maîtrisables » ; – L’impact environnemental catastrophique du streaming dévoilé dans une nouvelle étude ; – Comment les réseaux de télévision se préparent à la guerre du streaming financé par la publicité ; – Le quart d’heure, nouveau podcast quotidien d’information de Radio France.

25 Sep

ReVue d’actu de 11h11 – vendredi 25 septembre 2020

La ville dans la transformation digitale et la transition écologique. « Le XIXème siècle était un siècle d’Empires ; le XXème siècle, celui des États-Nations. Le XXIème siècle sera un siècle des villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-unis) en 2009.

#Climat

► La banquise arctique a atteint sa deuxième superficie la plus basse jamais enregistrée. C’est une nouvelle preuve que l’Arctique, sentinelle du réchauffement climatique, se dérègle toujours plus rapidement. La banquise polaire de l’hémisphère Nord a atteint sa deuxième superficie la plus basse jamais enregistrée : 3,74 millions de kilomètres carrés le 15 septembre, juste derrière le record de 2012, qui pointait à 3,4 millions de kilomètres carrés, selon le Centre national américain de données sur la neige et la glace (NSIDC). C’est seulement la deuxième fois, depuis le début des relevés satellitaires en 1979, que l’étendue de la banquise arctique plonge sous la barre des 4 millions de kilomètres carrés. Soit très loin de la moyenne de 6,3 millions de kilomètres carrés de surface de mer gelée, mesurée à la mi-septembre, entre 1981 et 2010. Lire la suite de l’article sur le site @lemondefr. Légende image : Sur la banquise arctique, le 14 septembre. (Photo : Daniella Zalcman / Geenpeace).

24 Sep

ReVue d’actu de 11h11 – jeudi 24 septembre 2020

La ville dans la transformation digitale et la transition écologique. « Le XIXème siècle était un siècle d’Empires ; le XXème siècle, celui des États-Nations. Le XXIème siècle sera un siècle des villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-unis) en 2009.

#Jeunesse

► Digitale, sexuelle, de genre… comment les Z perçoivent-ils leur identité ? À quoi ressemblera le monde dans 10 ans ? Probablement à la génération Z, les 15-25 ans d’aujourd’hui. En s’intéressant à leur identité multiple, complexe et diverse, l’étude The Vice Guide to 2030 nous aide à imaginer le monde de demain et à comprendre celui d’aujourd’hui. Dès à présent, le mot d’ordre de la génération Z est fluidité. Chez les juniors, on refuse les étiquettes, on se crée les siennes, on en choisit plusieurs ou pas du tout. Bref, on fait ce qu’on veut, on est qui on veut. Pas question donc de rentrer dans les mêmes cases que leurs aînés : en matière d’orientation sexuelle, ils sont presque la moitié (48%) à se placer en dehors de l’hétérosexualité. La diversité est donc une valeur clé pour cette nouvelle génération. Dans tous les aspects de la société, ils s’attendent à un boom de la représentation des communautés marginalisées. Bye bye les normes, place à la liberté. Lire la suite de l’article sur le site @LADN_EU. Légende image : image de Amir Geshani via Unsplash

#Recyclage

► Installés dans les locaux d’un ancien foyer d’accueil à La Roche Maurice (Finistère), les salariés de l’association Ti jouets ont une mission : offrir une seconde jeunesse à des jeux et jouets qui sans cela, se seraient retrouvés oubliés au fond d’un placard, ou auraient fini leur vie à la poubelle. Une fois collectés, les jouets sont triés, nettoyés, réassemblés, pour être revendus à tout petit prix. Pour ce travail, l’association fait appel à des personnes en situation de précarité. Depuis le lancement de son activité au mois de novembre 2019, 8 000 tonnes de jouets ont été collectés par l’association dont 80% ont pu être revalorisés, 15% traités par d’autres filières de recyclage. Ti jouets est lauréat des 14ème Trophées bretons du développement durable dans la catégorie « association » @franceinfo.

#Transport

► A l’occasion de la semaine européenne du développement durable, Haropa (ports du HAvre, ROuen et PAris)  a présenté un programme d’investissement pour installer des bornes électriques sur les quais. Il s’agit d’éviter aux bateaux de faire tourner leur groupe électrogène pendant l’escale, et de polluer inutilement. Haropa prévoit d’installer 78 nouvelles bornes le long de la Seine et de l’Oise soit un investissement de 9 millions d’euros. « Au Pays-Bas, ils sont équipés partout ! Là-bas on ne fait jamais tourner les groupes, à part en navigation. Il y a des bornes électriques partout, ça n’a rien à voir avec chez nous ! », explique Joe Barbiaux, marinier. @franceinfo

► L’entreprise Moustache de Thaon-les-Vosges parie depuis huit ans sur le vélo électrique. Avec des produits haut de gamme, et grâce au boom du vélo, l’usine peine à suivre la demande. « En temps normal, on a un mois de stock, explique Grégory Sand, cofondateur de la marque. Là il y a eu un effet d’emballement en mai. C’est désormais au tour des nouveaux modèles de la saison 2021 d’être produit. » La cadence de l’usine est désormais depuis début septembre de 300 vélos par jour. @Challenges.

#Travail

► Le jeudi 24 septembre, s’est tenu  en ligne, les secondes rencontres sur la santé au travail en Bretagne avec comme thème : Quel bilan en tirer et comment aborder l’avenir du télétravail ? « En télétravail, les salariés ont les mêmes droits et les mêmes devoirs que sur site : le travail doit être fait, mais le salarié a le droit à la déconnexion, il doit avoir le même temps de travail. Le télétravail ne doit pas être imposé, ça doit s’installer sur la base du volontariat. Tous les acteurs doivent se mettre autour d’une table et discuter d’une bonne organisation », affirme Emmanuelle Cadic-Gautier, médecin du travail à l’AST35 (Association Santé Travail). « Le télétravail va mettre en difficulté les managers de proximité. Il faut une écoute plus individuelle. Le rôle du manager par rapport au salarié est à redéfinir. Il ne faut pas que ça devienne du flicage, la confiance est la base. Mais ça s’apprend, il faut débattre du travail réalisé, du contenu même du travail », explique Hélène Gouesnard, psychologue à la CARSAT (Caisse d’Assurance Retraite et de la Santé au Travail). À lire le rapport de l’ARACT Bretagne sur le télétravail pendant le confinement. @franceinfo.

23 Sep

ReVue d’actu de 11h11 – mercredi 23 septembre 2020

La ville dans la transformation digitale et la transition écologique. « Le XIXème siècle était un siècle d’Empires ; le XXème siècle, celui des États-Nations. Le XXIème siècle sera un siècle des villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-unis) en 2009.

#Histoire

► La ville de Migennes (Yonne), petite gare de province, était au carrefour de la France des voies ferrées, un condensé de toute l’aventure ferroviaire française. « Laroche-Migennes 52 minutes d’arrêt » est un film qui nous fais comprendre l’épopée du train, de la première locomotive à vapeur au TGV. Pour revivre l’avènement d’un monde ouvrier, celui des cheminots, de son apogée et sa lente disparition. Ce documentaire de Xavier-Marie Bonnot et diffusé sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté raconte le passé et le présent d’une ville née du train depuis 1830. Légende image : Ancien dépôt ferroviaire de Migennes dans l’Yonne. (Photo : Callysta Productions). @franceinfo.

#Environnement

► Un complexe de huit immeubles expérimentaux a été construit en 2018 dans la grande ville de Chengdu, capitale de la province du Sichuan. À l’époque, le projet, baptisé « Jardin forestier de Qiyi », a été décrit comme « une forêt verticale » où les appartements possèdent tous des balcons où la végétation est maximisée, donnant aux édifices des allures de petite jungle. L’ensemble des 826 appartements mis en vente ont trouvé acquéreur très rapidement en avril 2018. Ce projet immobilier visait à reconnecter la ville et l’environnement, mais en définitive la nature a repris ses droits. La faune a rapidement repris ses droits et des nuées de moustiques ont investi les lieux, rendant les appartements inoccupables. Au final seul dix familles y ont emménagé face à ces conditions dantesques. @franceinfo.

► Depuis mardi 22 septembre, le port d’Ajaccio est doté de capteurs d’analyse et d’alerte de la pollution. Installés par la plateforme scientifique de l’université de Corse, Stella Mare, ce dispositif permet d’évaluer l’état des eaux du port tous les quarts d’heure et ce 24 heures sur 24. « Les agents portuaires peuvent être informés en temps réel sur leur smartphone, permettant une intervention rapide en cas de pollution« , explique le 1er adjoint au maire d’Ajaccio. Dans le port d’Ajaccio, huit autres actions ont été mises en place par la municipalité comme objectif d’obtenir la certification européenne « port propre » d’ici fin 2021. Ainsi, un robot télécommandé, le jelly fish boat, est déjà employé pour nettoyer la surface de l’eau et une fosse à récupération des eaux grises et noires doit entrer en fonction prochainement. @franceinfo.

#Réseau_5G

► – L’impact écologique de la 5G inquiète. Ses défenseurs tentent de rassurer. Que sait-on de l’impact écologique de cette nouvelle technologie ? – Cette technologie doit supplanter d’ici à 2023 l’actuelle 4G. Bien plus qu’une amélioration du réseau, elle est censée permettre un bond technologique considérable et fait d’ores et déjà l’objet d’une guerre acharnée entre la Chine et les Etats-Unis. @franceinfo répond à neuf questions sur le réseau qui va révolutionner nos communications ; – Un rapport sur les effets sanitaires de l’exposition à la 5G, commandé par le gouvernement au début de l’été, a été rendu public mardi 15 septembre. @franceinfo fait le point ; – Comment se déroule le déploiement de la 5G en Corée du Sud, en Espagne et en Irlande ?

► – La 5ème génération de réseaux mobiles devrait permettre d’éviter la saturation dans des échanges de plus en plus gourmands en données, mais elle suscite aussi de nombreuses questions pratiques ; – « Il est urgent de freiner le déploiement » de la 5G « pour le baser sur des constats objectifs » réclame Frédéric Bordage, fondateur du collectif d’experts GreenIT.fr, ce sujet doit avant tout faire l’objet d’études « indiscutables » ; – Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, qui défend une accélération du déploiement de cette technologie controversée, demande une « compilation de toutes les études faites dans le monde » à l’Organisation mondiale de la santé ; – En plein débat sur la 5G, le Secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique affirme que de très nombreuses études prouvent depuis des années l’absence d’effet sur la santé des radiofréquences. C’est vrai, mais on ne peut pas en tirer de conclusion formelle pour la 5G.

22 Sep

ReVue d’actu de 11h11 – mardi 22 septembre 2020

La ville dans la transformation digitale et la transition écologique. « Le XIXème siècle était un siècle d’Empires ; le XXème siècle, celui des États-Nations. Le XXIème siècle sera un siècle des villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-unis) en 2009.

#Ville

x► Plusieurs personnes étaient en train de prendre l’air, hier, dans un champ de fleurs de la ville Goyang, située non loin de Séoul, en Corée du Sud. La particularité de cette étendue de végétaux est qu’elle a été plantée en pleine ville à la place d’un parking. (Photo : Ed Jones / Afp). @YahooNews.