05 Juil

ReVue d’actu de 11h11 – mardi 5 juillet 2016

#Disparition

« Notre responsabilité morale n’est pas d’empêcher le futur, mais de le façonner… pour engager notre destinée dans des voies qui respectent notre condition d’humain et pour amortir la brutalité de la transition. » – Alvin Toffler, sociologue américain, vient de décédé à Los Angeles. Il a publié en 1970, « Le choc du futur », essai dans lequel il avait annoncé Internet, les délocalisations ou la déstandardisation des produits ainsi que « l’émergence d’agents intelligents capables de répondre aux besoins individuels et de faire le tri dans la masse d’informations disponibles sur les réseaux ». Il avait montré entre autres que le secteur non marchand apporte des richesses insoupçonnées à nos sociétés.

#Acceleration

Bernard Stiegler: « L’accélération de l’innovation court-circuite tout ce qui contribue à l’élaboration de la civilisation ». Disruptif. Le terme, dixit le dictionnaire de l’Académie française, dérive du latin disrumpere, «briser en morceaux, faire éclater». Dans le langage des entreprises du numérique, «l’innovation disruptive», c’est l’innovation de rupture, celle qui bouscule les positions établies, court-circuite les règles du jeu, impose un changement de paradigme. De Google à Uber, la disruption bouleverse nos vies connectées. Mais à quel prix ? Directeur de l’Institut de recherche et d’innovation du centre Pompidou, fondateur de l’association Ars Industrialis, le philosophe Bernard Stiegler consacre son travail aux effets des mutations technologiques. Dans son dernier ouvrage, Dans la disruption, comment ne pas devenir fou ? (éditions Les liens qui libèrent), il analyse ce phénomène qui « prend de vitesse les organisations sociales» au risque de la désintégration et de la mélancolie collective. Et plaide pour une «bifurcation» qui nous fasse entrer dans une «nouvelle époque ». (@Libe).

Ubérisation? Cause toujours, tu m’intéresses! Par François Némo, conseiller en stratégies de rupture. « Les débats sur l’Ubérisation ne font que parasiter des enjeux beaucoup plus vastes : la guerre des écosystèmes entre les EU et la Chine pour le contrôle de pans entiers de l’économie mondiale. La France et l’Europe ne pourront pas résister à ce hold-up planétaire en s’appuyant sur les acteurs en place, incubateurs ou institutions, mais en s’inspirant des mouvements de fond qui irriguent la société civile ; en faisant émerger des acteurs indépendants qui ont compris la nature profondément subversive de la révolution numérique et répondent à travers de nouveaux projets au talon d’Achille des leaders : la perte de confiance des utilisateurs. Lire la suite sur @FrenchWeb).

#Web

« Wikipedia quitte l’adolescence et se demande ce qu’elle apporte à l’humanité ». L’encyclopédie libre et collaborative Wikipedia, connue dans le monde entier, fête ses quinze ans cette année et s’apprête à entamer une nouvelle phase de son développement. C’est un Français, Christophe Henner, élu le 22 juin président de la Fondation Wikimedia, qui devra l’accompagner dans cette transition. (@LExpansion).

Le cofondateur de Wikipédia inquiet de « tout ce qui ressemble à un péage sur les autoroutes de l’information ». Cofondateur de Wikipédia, Jimmy Wales était de passage à Paris pour le salon Viva Technology. L’occasion de l’interroger sur deux lois françaises récentes, la loi numérique et la loi création, qui concernent au premier chef l’encyclopédie en ligne. La première crée en effet le droit de panorama, c’est-à-dire la possibilité de photographier l’espace public, y compris les monuments qui font l’objet de droit d’auteur. Mais il sera limité aux particuliers qui ne feront aucune utilisation commerciale de ces images. Cette définition exclut donc les images publiées sur Wikipédia : ces dernières permettent en effet une réutilisation commerciale. La seconde loi prévoit une redevance sur les moteurs de recherche d’images, qui sera versée aux sociétés de gestion collective, y compris les innombrables images libres de droit qui pullulent sur Internet et qui sont légion sur Wikipédia. (@Pixelsfr).

#Information

Les géants d’internet contrôlent de plus en plus l’information. « Ces 18 derniers mois, (ces géants d’internet) qui avaient jusqu’ici une relation distante avec le journalisme sont devenus des acteurs dominants de l’écosystème de l’information », résume le Tow Center for Digital Journalism de l’Université américaine de Columbia, dans une étude publiée en juin. Beaucoup proposent aux éditeurs de presse de publier directement leur contenu sur leurs plateformes, à l’instar des canaux Instant Articles de Facebook ou Discover de Snapchat, et sont « désormais directement impliqués dans tous les aspects du journalisme », fait valoir l’étude. La plupart des médias nouent des partenariats avec ces nouveaux acteurs de l’information pour maintenir ou développer leur exposition sur les moteurs de recherche et les réseaux sociaux, mais les perspectives financières restent incertaines. (@Sciences_Avenir).

#Television

L’avènement des chaînes You Tube concurrence la télévision. « Les jeunes ne regardent plus vraiment la télévision, mais des vidéos en ligne qui sont plus courtes et plus axées sur le talent » de chaque intervenant, explique Fabienne Fourquet, de 2btube. « Ils ne veulent plus devenir stars de cinéma, mais YouTubers. C’est un autre monde », ajoute celle dont l’agence gère les intérêts de plusieurs producteurs de contenu vidéo en langue espagnole. Ces agences sont souvent appelées multi-channel network (MCN) ou réseau de chaînes multicanal et représentent quasiment tous les « YouTubers » de premier plan, pour les aider notamment à monétiser leurs contenus. (@Challenges).

#Transport

ecov veut encourager le covoiturage de proximité. « Le covoiturage sur de longues distances a explosé, notamment avec Blablacar. Par contre, les solutions de proximité ne décollent pas car il est difficile d’atteindre la masse critique pour rendre le service viable », constate Thomas Matagne qui, avec Arnaud Bouffard, a cofondé Ecov en 2014. Leur objectif : développer le covoiturage de proximité pour les trajets entre le domicile et le travail, comme les trajets de proximité. (@LaTribune).

Télécoms

Le régulateur veut donner un coup de fouet aux investissements. Sébastien Soriano, le patron de l’Arcep, le gendarme des télécoms, affirme que « les Français sont en droit de demander plus d’efforts d’investissements de la part des opérateurs ». En outre, il souhaite mettre en place une concurrence par la qualité, en plus de celle, actuelle, par les prix. Ainsi il explique : « Pendant longtemps notre focale a été de nous assurer que les Français bénéficient de prix attractifs. Maintenant c’est fait, les prix sont bons. Notre priorité, maintenant, c’est de nous assurer que notre pays est bien connecté ». (@LaTribune).

#Ville

Le numérique pour améliorer la qualité de vie en ville. Créés il y a plus de dix ans, les trois pôles de compétitivité franciliens (Advancity, Cap Digital et Systematic Paris-Région) rassemblent aujourd’hui leurs ressources et leur expertise pour favoriser le développement des Smart Cities. Dans un livre blanc publié début juin, ils rappellent que pour développer une Smart City, la technologie ne suffit pas. Il faut aussi que l’ensemble des décideurs de la ville (élus, aménageurs, opérateurs) aient la volonté de créer le contexte réglementaire, organisationnel et social favorable. (@Weka_france).

x

Pontevedra en Espagne est la première ville sans voiture. En 1999, le maire actuel, réélu quatre fois, a déclaré la guerre aux 27 000 automobiles qui circulaient dans le centre-ville de cette commune de 83 000 habitants dans la région de la Galice en Espagne. Les résultats sont impressionnants : le trafic automobile a diminué de 90%, 70% des déplacements se font à pied ou à vélo et la pollution de l’air a chuté de 65%. Moins de bruit aussi et beaucoup moins d’accidents de circulation. Aujourd’hui, seuls les voitures de livraison et les riverains sont autorisés à circuler dans une zone limitée de Pontevedra, la vitesse est limitée à 30km/h. Un parking de 4 000 places gratuites est situé à une dizaine de minutes à pied du centre historique. (@ThePositivr).

04 Juil

ReVue d’actu de 11h11 – lundi 4 juillet 2016

#Ville

x

Copenhague : une approche test&learn de la smart city

« Les effets de l’urbanisation sur les ressources, la consommation d’énergie, la circulation, la mobilité, les déchets et la pollution sont multiples. Nous devons être “intelligents” pour faire face à ces défis et travailler ensemble avec des entreprises, des universités, les citoyens… tous ceux qui sont engagés pour construire une meilleure ville du futur ». Le maire chargé des affaires techniques et environnementales de Copenhague Morten Kabell, a détaillé l’ambition de la Ville dans son discours d’inauguration du Street Lab. À l’occasion des Greater Copenhagen Smart Solutions, le 8 juin 2016, la Ville a en effet dévoilé ces initiatives pour “Identifier, développer et faire la démonstration de nouvelles solutions en utilisant des technologies de pointe” et ce “en conditions réelles avant qu’elles ne soient étendues ». A lire aussi : Copenhague, une volonté politique à l’origine de la smart city (@LAtelier).

Lancée en septembre 2015 à Lyon, quelques mois avant la COP21, l’application CityLity se présente comme « un réseau social de proximité ». C’est-à-dire un support encourageant ses utilisateurs à interagir entre eux pour remettre du lien social, ou améliorer les relations, au cœur des centres-villes. Contrairement à Facebook, où les utilisateurs sont invités à échanger avec leur communauté, CityLity entend favoriser les échanges entre des personnes qui ne se connaissent pas forcément mais qui utilisent au quotidien les mêmes services. (@BFMBusiness).

Comment Google veut révolutionner le transport en ville avec Sidewalk Labs. Fluidifier la circulation en ville : c’est l’ambition du programme « Flow » développé par Sidewalk Labs, nouvelle division de Google consacré à la smart city. Le géant américain veut mettre toutes ses technologies (IoT, big data, machine learning) au service de nouvelles formes de mobilité, pour décongestionner les villes. Avec le département américain aux Transports, Sidewalk Labs a sélectionné plusieurs territoires pilotes aux Etats-Unis. Le Guardian s’est procuré un descriptif de l’offre proposée aux municipalités partenaires, dont celle de Colombus, en Ohio. (@LUsineDigitale).

Issy, le laboratoire à ciel ouvert. Energie, e-administration, éducation, mobilité… depuis 2001, Issy-les-Moulineaux explore les chemins de la ville « ingénieuse ». Une aventure collective bâtie en étroite collaboration avec les grandes entreprises présentes sur son territoire : Microsoft, Transdev, Cisco… « Nous offrons notre territoire comme champ d’expérimentation et nous utilisons leur expertise. C’est une nouvelle façon de réinventer le partenariat public-privé », assure Thierry Lefèvre, l’adjoint au maire chargé du numérique. (@LesEchos).

#Alimentation

« J’ai créé un outil qui détecte les pesticides sur vos aliments. Il sera accessible à tous ». Sur les étals des magasins, comment peut-on savoir quels sont les fruits et légumes qui contiennent le moins de pesticides ? Simon Bernard, étudiant en 5e année à l’École nationale supérieure maritime du Havre, a mis en place un dispositif permettant de détecter la présence de pesticides sur nos aliments. Il souhaite que cette technologie soit intégrée directement dans les smartphones. (@LePlus).

#LiensVagabonds

x

La bataille du streaming live accélère : – Les géants d’internet contrôlent de plus en plus l’information et Comment les réseaux sociaux ont pris le contrôle de la consommation de l’information ;
– Sept manières pour les médias de service public d’attirer des profils plus variés ;
– Associated Press fait appelle à des « robots journalistes » pour augmenter sa couverture de l’info sportive ;
– Les seniors aussi sont accros à Internet. (@MetaMedia).

#StartUp

Qui est Way Konect, le gagnant 2016 du Tour de France Digitale ? Après cinq sélections régionales à Montpellier, Rennes, Grenoble, Aix-en-Provence et Paris d’avril à fin mai, 10 start-up se sont affrontées en finale du Tour de France Digitale, le 30 juin à Paris, lors de Viva Technology. Le grand gagnant est Way Konect, un outil logiciel de gestion de flottes de véhicules professionnels. « C’est une opportunité de fou ! » Christophe Lossois a du mal à cacher son émotion en descendant de l’immense scène de Viva Technology. Avec son équipe, il vient de remporter la deuxième édition du Tour de France Digitale au terme d’un ultime pitch, en anglais, devant le jury d’investisseurs et le public du nouvel événement parisien. Une première place qui rapporte 1,5 million d’euros à la start-up Way Konect : 1 million d’euros en investissement et d’un prêt d’amorçage de 500 000 euros. Le tout apporté par les fonds 360 Capital Partners, Partech Ventures, Breega Capital, et les investisseurs Thierry Petit (Showroomprivé.com) et Olivier Mathiot (Rakuten-Priceminister). (@LUsineDigitale).

#IA

Le robot salamandre qui marche aussi bien qu’il nage (pour mieux comprendre la colonne vertébrale)

Malgré les progrès de la médecine, cette merveille d’ingénierie qu’est le corps humain reste parfois bien mystérieuse. Pour mieux comprendre le fonctionnement de la colonne vertébrale, l’École polytechnique fédérale de Lausanne a créé un robot à l’image de l’un de nos ancêtres lointains : la salamandre. http://www.usine-digitale.fr/article/le-robot-salamandre-qui-marche-aussi-bien-qu-il-nage-pour-mieux-comprendre-la-colonne-vertebrale.N400242 (@LUsineDigitale).

Jimu, le robot chinois à monter et programmer en famille. Jusqu’à maintenant, sur le marché des robots jouets à monter et programmer, les Lego Mindstorms régnaient en maître. La société chinoise Ubtech, connue pour son petit humanoïde Alpha, vient cependant d’entrer en concurrence frontale avec les Danois en lançant cette année le robot Jimu. Le positionnement se veut toutefois moins expert et geek en ciblant les enfants à partir de huit ans. Le produit est aussi moins complexe technologiquement au niveau du matériel (pas d’écran ni de laser, par exemple), et plus facile à programmer puisque l’utilisateur se contente de d’une simple application mobile comme interface. (@01net).

#Internet

La gouvernance d’internet, entre émancipation contrariée et nouveaux défis. Au printemps 2016, le ministère français des Affaires étrangères dénonçait la mainmise des géants américains du numérique sur la gouvernance mondiale de l’internet et le manque de clarification du rôle des États au sein de l’internet Corporation for Assigned Names and Numbers (Icann), l’organisation de droit américain chargée du nommage et de l’adressage (.com, .fr, etc.), où les pouvoirs de ceux-ci ne sont que consultatifs. En dénonçant la « privatisation » de la gouvernance de l’internet, Paris questionne la réémergence d’une gouvernance dénuée de mécanismes de régulation étatique. En 2013, les révélations d’Edward Snowden sur l’étendue des programmes de surveillance de l’administration américaine sur Internet avaient déjà contribué à remettre en question cette gouvernance, largement contrôlée par les États-Unis depuis ses origines. (@InaGlobal).

#Bot

11 000 chatbots sur Facebook Messenger, mais combien d’utilisateurs ? La botification du web n’est pas le seul fait de Facebook : à peu près toutes les messageries aujourd’hui tendent vers cette nouvelle forme de communication entre l’utilisateur et une marque ou un service. Les bots promettent une nouvelle forme d’interaction, utilisant le langage naturel : cela signifie, par exemple, qu’au lieu de cliquer sur plusieurs boutons pour commander un chauffeur, vous allez dire au bot d’Uber « j’aimerais aller place de la Nation ». Le bot va se charger de vous géolocaliser et de vous envoyer votre voiture en ayant au passage ajouté quelques éléments de discussion. (@Numerama).

#Transport

BMW et Intel s’associent pour la voiture autonome. La conduite autonome est un enjeu capital sur le marché des voitures haut-de-gamme. Ainsi, Mercedes-Benz (sur sa Classe E), Volvo (sur sa gamme 90) et Tesla (sur les Model S et Model X) proposent déjà tous un système capable de s’occuper de la régulation de vitesse et de direction sur voie rapide et en embouteillages, avec pour condition de garder une main sur le volant. Le développement de ces systèmes en est encore à ses débuts, comme l’a prouvé l’accident entre une Tesla Model S et un camion, qui a causé la mort de son conducteur. A l’heure où nous écrivons ces lignes, il est toutefois impossible de savoir si le conducteur aurait pu éviter l’accident seul et si l’Autopilot était utilisé dans le cadre des situations où son fonctionnement est recommandé par le constructeur. (@Challenges).

#Blockchain

L’adoption massive de la blockchain est prévue pour 2025. Aujourd’hui internet, demain la blockchain ? C’est ce qu’affirment les auteurs de l’ouvrage Blockchain Revolution, Alex et Don Tapscott. Le site Raconteur.net détaille l’évolution que pourrait prendre cette technologie dans les années à venir. En 2016, la blockchain devrait traverser une période d’innovation et atteindre 13,5% d’utilisateurs précoces dans le domaine de la finance. Le point de basculement se fera en 2018 quand la majorité des services financiers prendront la mesure des bénéfices apportés par la technologie et que de nouveaux modèles émergeront. Mais il faudra attendre 2025 pour que la technologie arrive à maturité dans le secteur de la finance et de la banque. A lire : Pourquoi la blockchain a le potentiel d’ubériser Uber  (@LUsineDigitale).

03 Juil

ReVue d’actu de 11h11 – dimanche 3 juillet 2016

#Economie

L’inexorable Michel et Augustinisation de l’économie française. Le rachat par Danone des « trublions du goût »et de leurs « chouettes recettes sympa » est le signe que leur univers décalé est l’inquiétante norme de demain. La success story continue. Michel et Augustin, la marque devenue synonyme d’innovation en France, vient d’être rachetée par le groupe Danone. Danone Manifesto Ventures, une structure qui se spécialise dans le repérage de l’innovation, sorte d’incubateur maison, veut prendre 40% du capital de Michel et Augustin. « Les équipes de Danone sont censées s’inspirer des idées et des méthodes de ces entreprises plus jeunes », lit-on dans Le Monde à propos des motivations de ce rachat. (@Slatefr).

#Consommation

Le Compte-Nickel fait un tabac dans les Alpes. Depuis deux ans, vous pouvez ouvrir en quelques minutes, chez certains buralistes, un Compte-Nickel. Un compte sans banque qui rencontre un succès phénoménal car il s’adresse à toutes les populations, même celles qui sont exclues du système bancaire classique. (@f3Alpes).

#Robot

Un robot peut-il devenir votre meilleur ami ? Robots de compagnie, majordomes, infirmiers, partenaires sexuels… Enquête sur la façon dont les robots vont modifier votre vie privée. (@UlycesEditions).

#Image

x

Apple pourra vous empêcher de filmer ce que vous voulez avec un iPhone. Les musées et quelques artistes risquent de se réjouir. Apple vient d’inventer «un système pour pouvoir dire aux iPhones d’arrêter l’enregistrement des vidéos et de désactiver leurs capacités vidéo», détaille Inverse. En soi, ce brevet qui «s’intéresse à la transmission de données en infrarouge», comme le précise le site spécialisé Patently Apple, n’est pas totalement nouveau: il s’inscrit dans la continuité d’un autre brevet obtenu en 2011 dont nous avions déjà parlé. Mais, vu comment la prise de vidéos et/ou de photos dans les salles de concert et les musées s’est développée au cours de ces dernières années, ce nouveau brevet pourrait bien plus résonner aujourd’hui qu’il y a cinq ans. Légende image : Zagreb, Croatia | messicanbeer via Flickr CC License by(@Slatefr).

#Acceleration

La « disruption », ou quand la technologie va beaucoup trop vite pour les humains. Le philosophe Bernard Stiegler montre comment l’accélération technique menace de tout détruire. Entretien. @BibliObs).

#Surveillance

Faudra-t-il bientôt signaler sa présence sur les réseaux sociaux pour entrer aux Etats-Unis ? Nom, prénom, date de naissance et… compte Twitter ? Les autorités américaines envisagent de demander aux personnes souhaitant se rendre aux Etats-Unis de fournir leur nom d’utilisateur sur les réseaux sociaux. Dans leur proposition, elles prônent l’ajout d’une nouvelle ligne sur les formulaires de demande de visa ou d’ESTA (Electronic System for Travel Authorization, le programme d’exemption de visa des Etats-Unis), sans obligation de renseignement. « Collecter des données sur les réseaux sociaux améliorera le processus d’enquête et donnera au département de la sécurité intérieure plus de clarté et de visibilité sur de possibles activités et connexions malveillantes », peut-on lire dans la proposition. Cela constituera « une nouvelle gamme d’outils que les analystes et enquêteurs pourraient utiliser pour de meilleures analyses et enquêtes ». (@Pixelsfr).

#MediaSociaux

Suhaib Webb, l’imam américain qui prêche sur Snapchat pour « toucher les jeunes »

Ultra-connecté, ce musulman converti à l’âge de 20 ans n’hésite pas à citer la série « Breaking Bad » dans ses sermons, qu’il diffuse à ses milliers d’abonnés sur les réseaux sociaux. Il entend ainsi « rendre l’islam accessible à tous ». (@FrancetvInfo).

#Afrique

Startup Lions, le livre sur les entrepreneurs et les écosystèmes numériques. Fondateur de StartupBRICS, le premier blog en français couvrant l’actualité Startup des pays émergents, Samir Abdelkrim annonce le lancement de Startup Lions un livre qui retrace le projet #TECHAfrique et présente les acteurs africains du numérique. (@TBarbaut).

Le LAB organise les Africa Rethink Awards. Selon une étude du cabinet Ernst & Young, les investisseurs déjà établis en Afrique considèrent qu’il s’agit de la région du monde la plus attractive. 66 % d’entre eux estiment que le climat des affaires s’est amélioré en 2015 et 81 % pensent que cela sera encore mieux dans les trois prochaines années. Mais l’Afrique a encore de nombreux défis à relever dans les secteurs des énergies, des infrastructures, de l’éducation, des équipements urbains, des nouvelles technologies de l’information, de l’agriculture, des affaires juridiques. C’est pour ces raisons que Le LAB est né, en marge de la COP21, au coeur des préoccupations africaines. Neuf journées de débats intenses, constructifs ont permis à plus de 3 000 participants dont les 2/3 venus du continent africain de faire entendre leurs voix tournées vers des solutions innovantes et performantes. (@TBarbaut).

#Insolite

Rennes : le faux cachalot échoué est une performance artistique. L’image de ce cachalot échoué sur les bords de la Vilaine aura beaucoup fait réagir les passants à Rennes ainsi que sur les réseaux sociaux. C’était l’objectif de la compagnie Captain Boomer qui présentait cette performance artistique dans le cadre du festival des Tombées de la Nuit. (@France3Bretagne).

#Sauvetage

x
http://france3-regions.francetvinfo.fr/aquitaine/sites/regions_france3/files/styles/top_big/public/assets/images/2016/07/01/drone_sauvetage.png

Une drone pour sauver des vies. De plus en plus les drones s’invitent dans notre quotidien. Cet été l’un d’entre eux sera testé sur la plage Nord de Biscarrosse pour la surveillance et le sauvetage des baigneurs. Légende image : Le drone lâchera près du baigneur une bouée qui se gonflera au contact de l’eau et photo de Francetv. (@F3Aquitaine).

02 Juil

ReVue d’actu de 11h11 – samedi 2 juillet 2016

#Robot

x

Footballator: des roboticiens pakistanais rêvent de coupe du monde de foot.  Le petit attaquant aligne son tir et marque le pénalty, se jouant du gardien de but qui se jette du mauvais côté et crie de douleur. S’ils arborent fièrement les couleurs du Pakistan, ces footballeurs sont des robots fabriqués enFrance. L’équipe de football en chair et en os du Pakistan, pays de cricket, piétine dans les tréfonds du classement mondial. Mais cette équipe de robots footballeurs programmés par des étudiants pakistanais est de taille à se frotter à celles des plus grandes universités internationales. Pour la première fois, l’Université nationale de sciences et de technologie (NUST), la plus prestigieuse école d’ingénieurs du pays, envoie une équipe à la RoboCup, la Coupe du monde de football des robots. Cette compétition, organisée à Leipzig en Allemagne du 27 juin au 4 juillet 2016, oppose 32 universités. (@LObs). Photo Afp

#DoNotPay

Un robot capable de faire sauter les PV. Un étudiant anglais fait beaucoup parler de lui ces derniers mois, car son robot est plutôt apprécié par le grand public. Son robot-avocat, baptisé DoNotPay, est capable de faire sauter des PV comme un vrai avocat ! (@PresseCitron)

#Transport

Un mort dans une voiture Tesla Model S en mode Autopilot : quel responsable ? Le monde automobile connaît son premier accident mortel à bord d’une voiture conduite par une intelligence artificielle. Tesla a dû reconnaître jeudi soir que le mode Autopilot de sa Model S n’avait pas su détecter l’arrière d’une remorque de camion, qui est venu percuter le pare-brise. Les conséquences de cet accident pour l’industrie restent incertaines. (@Numerama).

#Vivatech

Dossier LesEchos : Du 30 juin au 2 juillet, Paris est la capitale mondiale des start-up. Elles sont 5.000, venues du monde entier, à présenter leurs projets dans les locaux de Paris-Expo à la Porte de Versailles. Organisé par le groupe Les Echos et Publicis, cet événement est exceptionnel. Dans une Europe vieillissante, qui donne ces derniers jours le sentiment de vouloir se tourner vers son passé, c’est un vrai message d’espoir et de confiance résolue dans le futur que nous avons voulu ici lancer.

#Musique

Uber s’allie à Pandora pour offrir de la musique aux chauffeurs. Depuis 2014, les passagers Uber ont la possibilité d’écouter la musique de leur choix via Spotify. Le service de voiture de transport avec chauffeur a décidé de séduire également ceux qui sont derrière le volant en passant un accord avec Pandora. Dès à présent et jusqu’au 28 décembre, les conducteurs Uber auront droit à un abonnement gratuit au service de radio par Internet dans un format dépourvu de publicités. L’offre s’applique dans les trois pays où Pandora est disponible : États-Unis, Australie et Nouvelle-Zélande. (@zdnetfr).

#Ville

La ville de demain : énergie, mobilité, smart city. En quoi est-elle une opportunité de business pour les entreprises ? Avoir accès de sa voiture électrique au plan de la ville, déterminer dans la foulée le passage du prochain tramway, vérifier le nombre de places restant dans une salle de cinéma… ultra connectées et intelligentes, les villes de demain vont faciliter les usages du quotidien, les déplacements et la distribution de l’énergie. A quoi ressemblera la ville demain, la smart city ? Difficile de le dire avec précision. Il existe à ce jour plus de 600 villes dans le monde qui ont mis en œuvre de solutions d’avenir aussi diverses que variées. Ce qu’on sait, c’est qu’elle sera hyper-connectée, pourvue de réseaux digitaux, pour mieux gérer ses fonctions dans un grand nombre de secteurs : énergie, mobilité, éducation, patrimoine, culture, tourisme, mobilier urbain et infrastructures. Déjà, des acteurs économiques, des start-up aux grands groupes, se mobilisent et font la preuve de la viabilité de leur innovation. (@Bpifrance).

01 Juil

Régions.news #235 – Edition du vendredi 1er juillet 2016

Territoires et Révolution Numérique : Smartcity, startup, FrenchTech, économie du partage, robots, domotique, objets connectés, Internet, réalité virtuelle, impression 3D… 

Newsletter hebdomadaire publiée le vendredi à 11h11.
Conception et rédaction : Patrick Damien

Rendez-vous sur le Blog de Régions.news, Twitter et Facebook

Télécharger Régions.news#235 version PDF

image002Légende image. #Brexit. Les premières conséquences attendues dans le monde de la Tech (@FrenchWeb). Crédit : Big Ben, Londres et le smog. Fotolia, banque d’images libres de droits.

#RevueDActu [Consulter la ReVue d’actu quotidienne publiée sur le blog Régions FTV.]

♦ #Transport : La plateforme de covoiturage Karos est un service spécialisé dans les courtes distances au quotidien. Elle vise à transformer la voiture individuelle en réseau de transport en commun, complémentaire des réseaux publics de bus, métro, etc. Le 5 juillet, elle intégrera dans son appli de smartphone un nouveau calculateur d’itinéraire multimodal, qui mixera donc transport en commun et covoiturage. (@ClubicMag).

♦ #MobilitéFuture : La startup américaine Local Motors a conçu un minibus électrique et autonome utilisable à la demande qui n’attend que la régulation pour prendre la route. Il est personnalisable car imprimé en grande partie en 3D dans ses micro-usines. Et il discute en langage naturel avec les passagers potentiels, grâce à l’intervention du Watson d’IBM. Ce petit bus de 12 places se nomme Olli. Il devrait être imprimé à la demande en une dizaine d’heures et assemblé en une heure dans une micro-usine. (@LUsineDigitale).

#Web

♦ Depuis plus de trois ans, la start-up française Qwant essaie de prouver qu’un moteur de recherche peut être efficace et rentable, tout en respectant la vie privée des utilisateurs. Qwant, le petit moteur de recherche anonyme qui monte est passé en six mois de 8 millions à 21 millions de visiteurs en mai 2016. Cette société est implantée à Paris pour ses bureaux et ses serveurs et à Nice pour ses équipes de développement. (@Pixelsfr).

#RéalitéVirtuelle

♦ Pour la réalité virtuelle (RV), comme pour les autres médias, la création de valeur est dans la production de contenus. Et si la masse de contenus est encore limitée, elle ne cesse de croître. La RV s’infiltre dans tous les médias : retransmissions sportives, reportages et documentaires, courts métrages ou de séries télévisées… De quoi motiver les acteurs, historiques ou émergents, pour dominer, à chaque étape de la chaîne de valeur, cette nouvelle industrie qui s’annonce juteuse. (@LUsineDigitale).

♦ Faut-il avoir peur de la réalité virtuelle ? Quel sera l’impact du port du casque de RV sur le cerveau ? Cette révolution technologique pourrait aussi bien sauver des vies que bouleverser le fonctionnement des neurones ? (@Sciences_Avenir). A lire : Réalité virtuelle : « l’art de tromper le cerveau pour améliorer le réel ».

image004Légende image. La Robocup débute jeudi 30 juin à Leipzig. Retour en images sur l’édition 2015 (‏@Humanoides_FR).

#JournalD1Droïde

♦ « Un robot n’est pas tout à fait une machine. Un robot est une machine fabriquée pour imiter de son mieux l’être humain. » Ces propos de l’écrivain de science-fiction Isaac Asimov auraient pu inspirer le Parlement européen. Dans un projet de motion publié en mai, la Commission des affaires juridiques lance une réflexion autour du statut des robots et propose de leur attribuer le qualificatif de « personnes électroniques ». Cette nouvelle personnalité juridique doit permettre de les doter de « droits et de devoirs bien précis ». L’Union européenne veut s’aligner sur les pays étrangers qui envisagent déjà des mesures réglementaires en matière de robotique et d’intelligence artificielle. « L’humanité se trouve à l’aube d’une ère où les robots, les algorithmes intelligents, les androïdes et les autres formes d’intelligence artificielle, de plus en plus sophistiqués, semblent être sur le point de déclencher une nouvelle révolution industrielle », explique la rapporteure du texte, l’eurodéputée luxembourgeoise Mady Delvaux. (@FigaroTech).

#eSport

♦ Le site SmartCast.ninja publie une mise à jour de la carte du monde de l’eSport. Les développeurs de l’e-Sport World Map expliquent : « Analyser, cartographier, décrypter le monde du sport électronique. Ce sont ces trois raisons qui nous motivent quotidiennement pour vous aider à mieux comprendre les enjeux économiques et sociaux de ce secteur. Plus de 80 équipes professionnelles sont répertoriées sur la carte. » (@Millenium).

#Media

♦ Numérique et transformation des métiers : l’essentiel, c’est d’expérimenter. Par Alexandra Yeh, France Télévisions, Direction de la Prospective : « Si le numérique est synonyme de transformation de l’offre médiatique et des pratiques culturelles du public, on oublie souvent qu’une autre mutation est à l’œuvre au sein-même des entreprises de médias : celle des métiers et des pratiques managériales. (…) Réfléchir sur l’impact du numérique sur la gestion des ressources humaines dans le secteur audiovisuel… »Lire à la suite sur @MetaMedia.

#LiensVagabonds

♦ Le site Méta-Media alimenté par Éric Scherer, édite chaque semaine « Liens vagabonds old et new media ». Consulter ceux du 25 juin 2016. A retenir cette semaine : – Les grands médias doivent enfin adopter le virage numérique, pas le combattre ;
– Intelligence artificielle : excitement and bullshit et nous sommes comme des enfants qui jouons avec une bombe. ;
– Eté meurtrier pour les journaux US et UK et 257départs au Guardian.

♦ Retrouvez la sélection des outils Méta-Media sur jTools.

Bonne semaine avec Régions.newS

Pour s’abonner ou se désabonner écrire à ftv.info@francetv.fr.

 

 

ReVue d’actu de 11h11 – vendredi 1er juillet 2016

#Transport

x
http://soocurious.com/fr/wp-content/uploads/2016/06/Finlande.jpg

Le projet audacieux d’Helsinki : pousser les citoyens à ne plus utiliser leur voiture dès 2025. On n’arrête pas le progrès : la capitale finlandaise a décidé d’éliminer le besoin de ses habitants de posséder leur propre voiture d’ici 2025. Une fois de plus, les pays scandinaves prouvent qu’avec un peu d’audace, une vie plus propre est possible. En combinant transports publics et privés, Helsinki veut mettre à disposition de ses citoyens des moyens de transport rapides ou peu coûteux pour désengorger la ville et réduire la pollution. La ville a ainsi décidé de transformer totalement le système de circulation traditionnel. (‏@soocurious).

#LuxLeaks

Procès : deux lanceurs d’alerte condamnés à des peines de prison avec sursis, le journaliste acquitté. Les deux lanceurs d’alerte qui ont permis de révéler un tentaculaire scandale d’évasion fiscale via le Luxembourg ont été condamnés à de la prison avec sursis, mercredi 29 juin, par la justice du Grand-Duché. Antoine Deltour, employé de la firme d’audit PricewaterhouseCoopers a été condamné à 12 mois de prison, avec sursis. Son collègue, Raphaël Halet a été condamné à 9 mois avec sursis. (@LExpansion).

#Usurpation

Qui se cache derrière ce Mexicain qui meurt dans tous les attentats ? Il fait un selfie, souriant. La photo d’un homme brun, la trentaine, circule après chaque accident ou attentat ces derniers mois. Il est toujours présenté comme une victime recherchée. Dernière apparition en date, juste après l’attentat meurtrier de l’aéroport d’Istanbul. Selon les Observateurs de France 24, une histoire rocambolesque venue du Mexique se cache derrière ce visage. (@FrancetvInfo).

#Immateriel

Internet, outil de puissance géopolitique ? L’émergence du monde immatériel a concentré l’attention sur l’innovation et les capacités offertes par les technologies de l’information. Ce « second monde », symbolisé par internet, est vu jusqu’à présent comme une source d’opportunités et de créativité. Est-il si différent du monde matériel qui est le produit de la recherche pacifique du progrès humain mais aussi le résultat des dynamiques conflictuelles de différentes natures (géopolitique, géoéconomique, religieuse, culturelle) ? Dans ce « premier monde », la différence dans le jeu des acteurs s’exprime à travers la capacité à penser l’accroissement de la puissance. La définition des objectifs de conquête maritime ou terrestre en est l’expression la plus concrète. Le monde immatériel est-il appelé à suivre une évolution comparable ? Plusieurs facteurs semblent le démontrer. La vision apaisée d’un internet mondialiste en anglais est en train de se dissiper sous l’effet des politiques menées par des pays qui affirment leur prétention à sauvegarder leur souveraineté. (@InaGlobal).

#Transport

Drivy dépasse le million d’utilisateurs. Drivy veut garder une longueur d’avance. La plateforme française spécialisée dans la location de voitures entre particuliers a dépassé le million d’utilisateurs en Europe, soit une augmentation de 66 % en un an. Elle est disponible en France, en Allemagne et en Espagne, et continue son expansion. L’entreprise française étend ce mois-ci son service dans deux nouveaux pays: l’Autriche et la Belgique. Un troisième devrait être annoncé avant la fin de l’année. Il devrait s’agit de l’Angleterre, des Pays-Bas ou de l’Italie. Lancé en 2010, Drivy permet à ses utilisateurs de proposer leur voiture à la location, ou d’emprunter un véhicule à un particulier. Il revendique une ambition mondiale, même s’il reste pour le moment très ancré en France. Presque 90 % des utilisateurs de Drivy se situent encore dans son pays d’origine. Viennent ensuite l’Allemagne (110 000 utilisateurs, qui viennent en majorité du rachat d’un concurrent local) et l’Espagne (16 000). «Il est compliqué de trouver la bonne recette pour l’international lorsqu’on est profondément ancré en France comme nous», explique Paulin Dementhon, fondateur de Drivy. «Une arrivée à l’étranger se prépare avec soin, il ne faut ni trop ni trop peu de voitures à louer et bien connaître le marché.» (@FigaroTech).

#Cyberarme

Que peut le droit international contre les cyberarmes ? Les technologies de l’information et des communications ont profondément contribué à la transformation des sociétés, des économies et des relations internationales. « Les TIC ouvrent des possibilités immenses pour le développement économique et social et continuent à gagner en importance pour la communauté internationale. L’environnement informatique mondial présente toutefois des tendances préoccupantes, notamment la hausse spectaculaire du nombre d’actes de malveillance dans lesquels des États ou des acteurs non étatiques sont impliqués » Cette situation présente un risque pour la paix et la sécurité internationales et nécessite que les États continuent de renforcer leur coopération à ce sujet. À la fin du mois d’août 2016, le Groupe d’experts gouvernementaux chargé d’examiner les progrès de l’informatique et des télécommunications dans le contexte de la sécurité internationale, au sein de l’Organisation des Nations unies (Onu), se réunira pour une quatrième série de réunions. Parmi les pistes de réflexion qui devraient être abordées, figure la problématique de la prolifération des outils informatiques malveillants. (@InaGlobal).

#Economie

Amazon lance en France « Launchpad« , sa plateforme dédiée aux start-ups. A l’image de leurs homologues américaines, britanniques et allemandes, les start-ups françaises vont pouvoir bénéficier de la notoriété et de la visibilité du géant du commerce en ligne Amazon. Le groupe américain lance jeudi 9 juin sa place de marché « Launchpad » qui regroupe un ensemble de services à destination des start-ups, dont un espace dédié de ventes et une assistance logistique. (@LesEchos)

#Administration

E-administration et citoyens: l’autre choc de simplification. Si notre société a désormais largement intégré le numérique dans ses pratiques, l’apparition des entreprises « uberisées », telles qu’Airbnb, Netflix ou BlaBlaCar, a fait émerger de nouveaux usages dans notre quotidien. Les citoyens ont ainsi pris l’habitude d’être entourés de services qui s’adaptent à leurs besoins, leur facilitent la vie, leur font gagner du temps, voire les divertissent. Mais ils créent aussi de nouvelles exigences en termes d’ergonomie et d’expérience utilisateur. La confrontation de ces nouveaux standards avec les services publics en ligne creuse l’écart entre l’administration et ses usagers. Elle contribue également à accroître les inégalités de manière plus large sur l’accès à l’emploi, à la formation ou aux politiques publiques. Des initiatives telles que «France Connect», portée par le SGMAP, sont salutaires car elles vont dans le sens d’une fluidification de l’expérience utilisateur, mais elles restent encore trop éparses. (@Frenchweb).

#Afrique

Pierre Louette: « Orange va devenir un des principaux acteurs de la transformation digitale en Afrique ? ». Alors qu’Orange est partenaire du salon Vivatech où plus de 5000 start-up sont attendues, Pierre Louette constate que le regard des investisseurs étrangers sur la French Tech s’est nettement amélioré. « Quand on voyage à l’étranger, les gens se rendent compte qu’en France il y a plein de créativité, de développeurs et puis il y a des modèles qui s’imposent comme BlaBlaCar. » Orange a investi dans la société de commerce en ligne Africa Internet Group (AIG), du groupe allemand Rocket Internet, qui détient notamment l’Amazon africain Jumia. Pour Pierre Louette, participer à la transformation digitale de l’Afrique est une priorité d’Orange, qui compte déjà « 700 000 points de contact avec le public » sur le continent. « Jumia en Afrique, c’est aussi l’occasion pour nous de concilier tout ce que l’on sait faire. Nous sommes très présents en Afrique, nous vendons des smartphones, on a une monnaie, Orange Money, que nous avons mis en circulation. » A lire : Orange fait de l’Afrique sa priorité pour se développer à l’international. (@LesEchos).

#FrenchTech

Malgré le poids écrasant de Paris, la French Tech s’étend en régions. Beaucoup plus centralisé que l’Allemagne, l’écosystème numérique français rêve, à l’instar du Royaume-Uni, de se diffuser davantage sur tout le territoire. L’état des lieux de la French Tech, en termes de polarisation, reste en effet contrasté. Si de nombreux pôles ont émergé de Rennes à Nice et de Toulouse à Lille, Paris et la région Ile-de-France restent de loin la zone qui attire le plus de start-up et de grands groupes technologiques, français et internationaux. Selon l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région, l’Ile-de-France est la première zone européenne dans le numérique, avec un demi-million d’emplois et 20.000 entreprises. Le bassin parisien confirme également sa position en recherche et développement. Il existe aussi une forte distorsion sur le marché du financement. Les start-up parisiennes lèvent six fois plus d’argent que leurs homologues toulousaines (celles-ci étant portées, en outre, par Sigfox), huit fois plus que les lyonnaises, et près de 40 fois plus que les marseillaises. (@LesEchos).

#Location

Tourisme et numérique : les dangers du permis de louer. Un « permis de louer » pourrait être adopté par les parlementaires ce mercredi 29 juin dans le cadre du projet de loi pour une République numérique. Il est un risque sans précédent pour l’innovation et la croissance du tourisme et de la location de vacances, et pénaliserait les Français qui souhaitent louer librement leur bien. (@LesEchos)

#Image

« Vos photos sur Internet vont rapporter de l’argent à des sociétés privées » Le projet de loi relatif à la liberté de création, à l’architecture et au patrimoine révolte Wikimédia France, pour qui les parlementaires privatisent le domaine public. En cette fin d’année scolaire, nos parlementaires et notre gouvernement ont décidé de prendre des mesures pour privatiser le domaine public. Peu de temps après l’avènement d’un pale simulacre de liberté de panorama, nos dirigeants politiques se sont illustrés à travers deux dispositions prévues dans le cadre du projet de loi relatif à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine. (@LExpansion).

#MediaSocial

Facebook change encore les règles du jeu pour les pages des médias. « Nous allons actualiser le fil d’actualité dans les prochaines semaines de façon à ce que les messages postés par les amis auxquels vous êtes attachés apparaissent plus haut sur votre fil », a ainsi expliqué Lars Backstrom, directeur de l’ingénierie au sein de Facebook. Qui dit plus de contenus publiés par vos amis en haut de votre fil, signifie également moins de visibilité pour les pages Facebook des médias. « Nous prévoyons que cette mise à jour pourrait entraîner une baisse du trafic pour certaines pages », a reconnu Lars Backstrom. Cette décision apparaît comme un coup dur pour les médias, d’autant plus que Facebook est le premier média de France. Et pour cause, la plateforme californienne attire pas moins de 31 millions d’utilisateurs actifs par mois dans l’Hexagone, bien loin de Twitter et ses 12,1 millions de followers. Au quotidien, 1 Français sur 3 consulte Facebook.(@FrenchWeb).