15 Sep

ReVue d’actu de 11h11 – mardi 15 septembre 2020

La ville dans la transformation digitale et la transition écologique. « Le XIXème siècle était un siècle d’Empires ; le XXème siècle, celui des États-Nations. Le XXIème siècle sera un siècle des villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-unis) en 2009.

#Environnement

► Comme évaporé. Disparu. Une partie des bassins du Doubs, et le lac de Chaillexon dans le Haut-Doubs ne sont plus que sédiments et champs d’une verdure inquiétante. Un paysage à la fois mystérieux et grave, qui devient une habitude. Déjà en 2018, le secteur avait été au régime sec.  La végétation a repris son droit, tapissant le lac d’une moquette verte. Dès la mi-juillet, les bassins du Doubs ont commencé à manquer d’eau. « Les gens disent qu’il y a des problèmes de failles, mais je pense que c’est un tout, les constructions, l’agriculture, le climat… », résume Nassim, un vidéaste amateur. Dans le Doubs, la sécheresse de l’été 2020 a commencé en fait dès la mi-mars. Si l’on regarde les précipitations tombées à Besançon, on stagne en cette mi-septembre à 560 mm de pluies depuis le début de l’année. « En moyenne, nous devrions être à 730 mm, explique Brigitte Delsalle prévisionniste à Météo-France Besançon. Déjà en 2019, l’été et l’automne avaient été secs, on avait retrouvé des pluies en novembre. Fin 2019, on était en déficit de précicipitations. Au printemps 2020, nous n’avons pas comblé ce déficit » @franceinfo. Légende image : La sécheresse de l’été a mis à mal les bassins du Doubs sur le secteur de Villers-le-lac (Photo : Nassim Bendadi / Club acrofly Morteau).