23 Juin

ReVue d’actu de 11h11 – mardi 23 juin 2020

La ville dans la transformation digitale et la transition écologique. « Le XIXème siècle était un siècle d’Empires ; le XXème siècle, celui des États-Nations. Le XXIème siècle sera un siècle des villes. ». Wellington Webb, ancien maire de Denvers (Etats-unis) en 2009.

#Temporalité

x► Vivre hors du temps : l’expérience de Jürgen Aschoff, père de la chronobiologie. Peut-on vivre sans montre ni réveil ? Dans les années 1960, le chronobiologiste allemand Jürgen Aschoff a mené dans un bunker enterré une expérience d’isolement temporel absolument inédite… Une expérimentation déterminante dans la compréhension de nos horloges biologiques. @franceculture. Légende image : Un réparateur d’horloge à Londres, © Keystone-France – Getty Images.

#Municipales2020

► « Le problème de Marseille, c’est le niveau des élites ». « Marseille, c’est une gigantesque affaire. On est fier de Marseille (Bouches-du-Rhône), mais on a honte de ces fraudes évidentes plus massives que jamais, ces mensonges permanents des candidats. La campagne des municipales n’a aucun sens. Ce n’est pas à la hauteur de la deuxième ville de France. La plupart des candidats ne peuvent même pas présider une association. Le problème de Marseille, c’est le niveau des élites », estime lundi 22 juin sur franceinfo Philippe Pujol, journaliste et écrivain marseillais, qui a reçu le prix Albert-Londres en 2014. « Sur 400 bureaux de vote, il y en a 60 de problématiques et ça fait basculer une élection. Il faudrait un système spécial de policiers devant ces bureaux. À force de faire n’importe quoi, ça vire au drame, il y a des immeubles qui s’effondrent », souligne l’auteur d’un documentaire sur Marseille, Péril sur la ville, diffusé sur Arte mercredi 24 juin. « Il y a un business de la misère. D’un clientélisme de fidélisation, on est est passé à un clientélisme d’aliénation. C’est rapide et efficace, mais quand ça se retourne contre l’élu en question ça fait très mal », conclut Philippe Pujol. @franceinfo

#Surveillance

► Depuis le 12 juin la RATP a décidé de suspendre temporairement l’utilisation des caméras permettant la détection automatique du port du masque par les usagers, expérimentation menée dans la station Châtelet-les-Halles du métro parisien, où six caméras étaient activées. Selon la CNIL, le « développement incontrôlé » de cette technologie « présente le risque de généraliser un sentiment de surveillance chez les citoyens, de créer un phénomène d’accoutumance et de banalisation de technologies intrusives, et d’engendrer une surveillance accrue, susceptible de porter atteinte au bon fonctionnement de notre société démocratique ». A lire : Quand l’intelligence artificielle traque le port du masque. @franceinfo

► Le « lamphone », ou l’espionnage d’une conversation en observant l’ampoule de la pièce. Les sons émis par la voix provoquent des microvariations dans les ampoules, qui peuvent être analysées et décryptées. James Bond, Jason Bourne ou OSS 117… c’est un peu du passé. Quand les services de renseignement recrutent, ils ne cherchent pas seulement des barbouzes, ils cherchent plutôt des têtes bien faites et accessoirement des gameurs et des hackeurs. Rangez le pistolet avec silencieux, l’appareil photo miniature, la semelle cachant une lame, sortez l’ordinateur portable et accessoirement… le télescope.Ben Nassi, Yaron Pirutin, Adi Shamir, Yuval Elovici et Boris Zadov, des chercheurs de l’université israélienne Ben-Gourion du Néguev et de l’Institut Weizmann des sciences, ont annoncé la mise au point d’une nouvelle technique d’espionnage – on parle sobrement d’écoute à distance –, qu’ils appellent « lamphone ». Cette technique permettrait à toute personne possédant un ordinateur portable, un télescope et un capteur électro-optique (d’une valeur de quelques centaines d’euros) d’écouter, en temps réel, tous les sons émis dans une pièce située à distance, pourvu qu’elle soit éclairée. Lire la suite de l’article sur le site @lemondefr.