13 Jan

Adieu France Gall

Z - Spectacles - Chanteurs - France Gall - Gala des Etoiles - Grand Théâtre - 02.12

La chanteuse France Gall est venue plusieurs fois en concert à Limoges. Ici, elle est photrographiée par Paul Colmar lors d’un Gala des Etoiles (années 60).

(c) Limoges années 1950, 1960, 1970, Geste Editions

08 Jan

Musique à Limoges (3) Rock & Baroque

Résultat de recherche d'images pour "Christophe Coin ensemble baroque de Limoges"

Christophe Coin, Violoncelliste, gambiste, chef d’orchestre, fondateur du Quatuor Mosaïques et directeur artistique de l’Ensemble baroque de Limoges

Limoges n’est cependant pas qu’une ville de jazz – loin s’en faut. Elle a toujours abrité en son sein des groupes de différents styles. Ainsi, dès la deuxième moitié des années 1950, des chanteurs et musiciens de rock’n roll. Gérard Frugier s’en est souvenu pour moi : ainsi, à l’occasion de Noël 1956, les Nouvelles Galeries accueillent-ils une vitrine animée sur ce thème. L’année suivante a lieu un concours exhibition au Cirque-Théâtre. En 57 : le rock débarque au lycée des jeunes filles avec l’orchestre de Pierre Guyot ; la même année est organisé un championnat de rock à l’amicale des Carmes. En 63, les Black Birds sont à l’école immobilière. En 65 a lieu une conférence sur les groupes anglais. Dans le même temps, chanteurs rock mais aussi yéyés se produisent dans divers endroits de la ville (notamment au Paris ou à la Locomotive), comme Johnny Hallyday, Eddy Mitchell et les Chaussettes noires, Danyel Gérard et les Champions, Gene Vincent et les Sunligths, Richard Anthony, Françoise Hardy, Sylvie Vartan, Ronnie Bird, Dany Logan (sans les Pirates), Sheila et les Guitares, moustique et les Pénitents, Frankeinstein and the Monsters, et d’autres. Gérard Frugier note l’existence, dans les années 60-70, d’une trentaine de groupes locaux, avec « personnel souvent interchangeable », reprenant des succès anglo-saxons, généralement de façon instrumentale.

Les années 1970 puis 1980 virent l’apparition de plusieurs groupes et chanteurs de rock et/ou de variétés, qui bénéficièrent parfois de l’aide de certains disquaires d’alors, comme Point Show et Arpèges, de studios comme celui de David Mascunan, de l’arrivée des premières radios dites libres, du travail d’associations – L’e-music box, précieux site web de la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges en a recensé une grande partie sur une frise avec extraits musicaux je renvoie le lecteur.  Il faut toutefois signaler Pascal Leroux, docteur en pharmacie, un des musiciens les plus talentueux de Limoges (également plasticien sous le nom de Xuorel) qui possédait un groupe de renommée nationale, Médikao – dont la chanson Détective était un modèle du cold wave underground (publié par Radio Trouble-Fête). La compilation Des jeunes gens modernes (Naïve 2008) l’a placé aux côtés de Taxi Girl, Marquis de Sade ou Etienne Daho. Leroux est par la suite devenu la Veuve electro faisant des performances electro post punk ; il est aussi à l’origine de Diamants éternels. Le groupe Les Ejectés qui débuta en grosse formation en 1988 dans un style festif, ska, reggae, rock. Au fil des années et des albums, Steff Tej auteur/compositeur et créateur du groupe a épuré sa formation, qui devient un trio (guitare/basse/batterie), un vrai groupe rocksteady, style dérivé du ska qui donna ensuite naissance au reggae. De belle qualité musicale, avec des chansons créant une atmosphère cinématographique, Les Ejectés ont sorti plusieurs disques et tournent toujours en France et à l’étranger. Leur leader a aussi été celui du groupe punk-rock Raff (où joua le comédien Philippe Labonne). Denis Violet qui est, sur Limoges, un des musiciens électro très créatif. Il a démarré dans les années 90 avec un groupe nommé Fjord (où il chantait ses compositions accompagné d’Anne-Sophie Michaud), puis, en solo, il a créé le groupe Saint-Louis dont il fut pendant plusieurs années le seul membre, et désormais, avec Christophe Deloménie, il a fondé Ramirez.

Plusieurs chanteurs ont aussi ponctué la vie musicale limougeaude ; parmi eux, dans des styles différents : Jacques-Emile Deschamps, remarqué par la critique en 1972, dont les disques sont édités par Vogue ; il compose des musiques de films publicitaires et de sitcoms, collabore avec divers magazines à la fois comme critique de jazz et de musique classique et comme spécialiste des soins énergétiques, puis se consacre à l’écriture. L’auteur-compositeur-interprète Joël Barret, est aussi un guitariste et parolier de talent, poète de l’intime. Il y eut encore Eric Erday ou André Gauchon qui, au début des années 1980, mit en musique et chanta des poètes limougeauds. Issu du Conservatoire de Limoges, Dominique Desmons est chanteur lyrique et de variétés, excellent comédien, pianiste et auteur-compositeur. Il se consacre à la chanson, au cabaret et au music-hall en fondant, avec Marie-Françoise Rabetaud, en 1978, le duo Rabetaud et Desmons, parrainé en 1989 par les Frères Jacques, qui se spécialise dans le répertoire de Jean Villard dit Gilles du duo Gilles et Julien, chansonnier suisse vaudois ainsi que des chansons d’auteurs du milieu du XIXe siècle à nos jours. Martin Mazo, C.P.E. au Lycée Gay-Lussac, a également écrit nombre de chansons interprétées en concert et sur disques. Dans les générations plus jeunes, se remarquent Philippe Lars, qui débuta en 1995 – également comédien –, Valérie Costa, ou le groupe La Java des Gaspards (théâtre musical).

Marc-Antoine Million, Frédéric Bousquet, Maëlle Vivares, Xavier Blumh-Soubira et Sae-Jung Kim sont les musiciens actuels de l’Ensemble Hope, structure à géométrie variable. Le Cristal et les Sculptures Sonores Baschet sont la base du parc instrumental et les créations produites sont axées autour de ce patrimoine encore méconnu. Hope travaille régulièrement en partenariat avec les sociétés Structures Sonores et Titanium Sound, ainsi qu’avec différents organismes de recherche acoustique fondamentale (CNRS/LAM/IRCAM).

De 1995 à 2004, Limoges accueillit un festival expérimental hors du commun : Artooz, à l’initiative du collectif Wild Shores, comprenant Evelyne Hebey, Fred Nouveau et Marc Roques. Différentes formes d’expressions artistiques – performance, écriture, lecture, musique, lumières et images – coexistent dans les réalisations du collectif de musiciens-plasticiens créé au début des années 90 à Limoges, toujours en activité, comme en atteste la liste de leurs créations et activités. Le festival, à dimension internationale, accueillit expositions et créations, installations et créations electro, projections, d’artistes renommés ou à découvrir, notamment à la galerie Res Reï et au Centre culturel John Lennon. Il est particulièrement regrettable que cette manifestation printanière, qui contribua à donner de la ville une image résolument contemporaine, n’ait put se maintenir faute de moyens suffisants et que le collectif se soit installé à Paris.

En 1984 débuta une belle aventure musicale, portée par des passionnés, des mécènes, des subventionneurs institutionnels : la création de l’Ensemble Baroque de Limoges par Michel Kiener avec le musicien Jean-Michel Hasler. A partir de 1991, c’est le violoncelliste et gambiste Christophe Coin qui dirigea cet orchestre international qui explorait, diffusait et fit partager l’univers musical de l’époque allant de Marin Marais au XIXème siècle. L’E.B.L. Est invité des grands rendez-vous internationaux (Salzburg, Leipzig, Innsbruck, Londres, Madrid, Berlin, Lisbonne, Bruxelles, Vienne, Eisenstadt, Graz, Tokyo, Bremen, Cologne), des grandes scènes françaises et de nombreux festivals européens. Implanté en Limousin et résident permanent du château de La Borie, ses sorties dis­cographiques furent régulièrement récompensées par des prix comme les Victoires de la musique classique, Choc du Monde de la Musique, ffff de Télérama. Les amateurs conservent le souvenir de concerts exceptionnels et émouvants. Des travaux de recherche, d’édition, de diffusion et d’enregistrement de manuscrits inédits des XVII, XVIII et XIXème siècles furent aussi l’occasion d’organiser des rencontres fructueuses entre musiciens et chercheurs, au travers de colloques internationaux. Le dynamisme de l’E.B.L. et de l’équipe de direction permit d’étendre les activités dans le cadre de la Fondation La Borie : concerts jazz, baroque, musique traditionnelle, musique d’aujourd’hui ; label discographique ; studio d’enregistrement ; lieu accueillant des résidences d’artistes (chaque année, 250 artistes venus du monde entier) ; lieu de spectacle vivant ; sonothèque de plus de 40 000 sons, enregistrés par le concepteur et designer sonore Louis Dandrel ; mise en sons et en lumières des jardins. Malheureusement, en juin 2013, Christophe Coin et la Fondation La Borie ont mis fin à leur collaboration, entraînant de facto la disparition de L’Ensemble Baroque de Limoges.

29 Déc

Musique à Limoges (2): le jazz!

Chuck Green- Panama Francis « Take the A Train » à Limoges

Après avoir été un pôle majeur de la musique médiévale, Limoges est devenue, à partir de la fin des années 1940, l’une des villes européennes qui comptent pour le jazz. En dehors de Jean Marcland cité plus haut, on peut écouter, dans les années 1930, l’orchestre Marcel’s jazz de Marcel Lalue, ou celui de Christian Beaubrun qui propose diverses animations jazz : bals (notamment à la préfecture), mariages ou arbres de Noël. Progressivement, les jeunes s’intéressent à ce genre de musique, également diffusée à la radio. Ray Ventura se produit plusieurs fois à Limoges, devant 2000 personnes en 1938 ; Josephine Baker vient en 1934 et en 1938. Jean-Marie Masse, jeune homme né en 1921, qui baigne dans une atmosphère artistique et musicale, qui expose ses toiles pour la première fois à 18 ans, découvre le jazz. Il achète des disques chez Lagueny boulevard Carnot et, dès avant la guerre, entre en relation avec Hugues Panassié, grand gourou du Hot Club de France. Le conflit mondial marque d’abord un coup d’arrêt mais, dès 1941, c’est la reprise des concerts dans les brasseries, les cafés, les restaurants, sous réserve d’autorisation préfectorale. Les musiciens doivent être en tenue sombre, le jazz est « sous surveillance ». En 1943, il est officiellement interdit, mais on continue à en jouer en francisant les titres. Les zazous qui osent se promener en ville sont critiqués par L’Appel du Centre, journal collaborationniste. Pourtant, dès 1941, Jean-Marie Masse donne des conférences-auditions au Théâtre Berlioz place de la République, devant un public nombreux, grâce à Jean Fouquet, président de l’Office de lectures théâtrales, qui y organisait des conférences sur de multiples sujets. A l’occasion de la troisième prestation de Masse, de jeunes extrémistes firent une échauffourée en lançant des insultes contre les Juifs, les Noirs et le jazz, « musique de pourris ». En 1943, Jean-Marie Masse expose à la galerie Magadoux, avant de rejoindre le S.T.O. puis de s’en évader. Il revient à Limoges avec un déguisement pour une jam-session ! Puis il rejoint Panassié à Montauban. Pendant l’Occupation, des Manouches installés dans des caravanes et des roulottes au Champ Dorat ou dans l’actuelle avenue Jean Gagnant jouent du jazz. Parmi eux : les Ortica, les Villerstein et quelques Reinhardt. Certains jeunes limougeauds viennent les écouter, les rencontrer, apprendre. Parmi eux : Robert (Bob) Aubert, qui partit à Paris ou Raymond Beau, artiste be bop dans la capitale dans les années 1950. A la Libération, l’orchestre de Bob Dixon anime le bal de Limoges avec ses treize musiciens. En mai 45, Hugues Panassié donne à son tour une conférence au Théâtre Berlioz. Le jazz retrouve droit de cité, au Café Riche, au Central, au faisan, avec l’orchestre Jazz sans nom, lors de bals nocturnes. Parmi les musiciens de ce style de musique à l’époque : Georges Suchot (futur commerçant d’instruments) à la guitare, Lucien Dufour, Elie Labesse au saxo, Daniel Faure à la clarinette, Jean-Pierre Bruneau et Raymond Thomas au piano. D’autres orchestres existent, celui d’Alex Cosaï et son quintette, de Camille Lorotte, qui joue au Lion d’Or, l’orchestre Carenzi, avec lequel joue Joseph Reinhardt en 1946, celui encore de Pierre Guyot. La famille Christophe ouvre un magasin de disques et de partitions en 1948. Victor Ronzeau ouvre quant à lui un atelier d’instruments de jazz rue du Balcon. Limoges devient donc un haut-lieu du jazz en France. A partir de la Libération, Jean-Marie Masse – qui s’est mis à la batterie et devient professionnel – anime chez lui des réunions consacrées à ce style musical avec des jeunes, des lycéens de Gay-Lussac, des étudiants. Trente années plus tard, collégien puis lycéen, j’ai moi-même assisté à ces réunions où l’on écoutait religieusement les disques passés par Masse, barbe et crinière blanches, pas très grand mais imposant par sa belle voix, vêtu de costumes en velours : les plus avertis y allaient de leurs commentaires très érudits ; comme beaucoup fumaient, notamment la pipe, il fallait régulièrement aérer en ouvrant les fenêtres sur la rue François Chénieux plongée dans la nuit, sous peine de suffoquer. Des piles de disques vinyles tapissaient les murs. En janvier 1948, on accueille à la gare des Bénédictins (cela va devenir une tradition) Rex Stewart, soliste de Duke Ellington, salle Berlioz, place de la République, à guichets fermés. Le 26 du même mois, c’est la création du Hot Club de Limoges et des concerts sont régulièrement organisés dans des lieux variés : Don Byas, Bill Coleman, Buck Clayton ou bien encore Willie Smith « le Lion ». Masse loge les musiciens à domicile. Dès lors, le Hot Club ne cessa pas d’organiser de fabuleux concerts : 1200 entrées en 1971-72, 4250 en 1976-77, plus de 5000 en 1981-82 – tout en demeurant indépendant, fonctionnant sans autres subventions que la mise à disposition des salles municipales, et défendant « une certaine idée du jazz » (disons historique).

Les centres culturels municipaux ont toujours accueilli des concerts de jazz et de blues. Depuis 2006 a lieu le très ouvert festival Eclats d’Email, animé par toute une équipe et dirigé par Jean-Michel Leygonie, qui permet de découvrir dans diverses salles d’excellents musiciens limousins, français et internationaux. Durant toute la manifestation, des « Jazz clubs » permettent aux musiciens de se rencontrer pour faire des bœufs, des rencontres et des expositions complétant le dispositif.

24 Déc

Pierre Debauche, le créateur du Festival des francophonies, est mort…

Numérisation_20170802 (3)

Numérisation_20170802 (2)

Pierre Debauche, Jack Lang au Festival des Francophonies, Jardin d’Orsay à Limoges (c) L. Bourdelas

Pierre Debauche vient de disparaître à Agen, où il avait fondé en 1994 le Théâtre du Jour.

Né à Namur (Belgique) en 1930, Pierre Debauche avait étudié à l’Université de Louvain avant d’entamer en France une carrière de théâtre qui l’a conduit à Vincennes, où il a fondé le Théâtre Daniel Sorano (1963), puis à Nanterre, où il a fondé les Amandiers (1965) et le Centre dramatique national de la ville (1971), selon la biographie publiée sur le site de son théâtre.

Sa carrière d‘acteur, auteur, metteur en scène et enseignant – il a enseigné pendant dix ans, dans les années 70, au Conservatoire national d’art dramatique de Paris – l’a aussi vu diriger des Maisons de la Culture (Nanterre, Rennes) et des Centres dramatiques nationaux (Nanterre, Rennes, Limoges).

A Limoges, il a considérablement dynamisé le théâtre au début des années 1980.Je me souviens de sa créativité, de son amour de la poésie (il créa des rendez-vous poétiques le midi à la Visitation), des lieux insolites où il lui fallait jouer, faute de théâtre. C’est sans nul doute à la suite de son activisme et grâce à celui de l’association qui se créa dans ce but, que fut sauvé le Ciné Union menacé de destruction municipale, devenu le lieu du CDNL.

En 1984, il a fondé le festival des Francophonies en Limousin et je me souviens de l’effervescence de la conférence de presse inaugurale: c’était déjà un évènement; il s’est considérablement développé depuis, en particulier avec Monique Blin et Patrick Le Mauff.

Les Limougeauds amateurs de théâtre ne l’oublieront pas. Je propose à la municipalité, pour les y aider, de donner son nom à une rue ou une place de la ville.

23 Déc

Joyeux Noël 2017!

Je vous souhaite à tous d’excellentes fêtes de Noël et de fin d’année!

Numérisation_20171223

Ci-dessus (cliquer pour agrandir), la liste des commerçants de Limoges accordant des réductions aux étudiants de la ville publiée dans l’annuaire de l’Association des étudiants en 1929…

13 Déc

Lorsque vient l’hiver…

Z - Météo - Vienne gelée - Clos Sainte-Marie - 01-1963

La Vienne gelée en janvier 1963

Z - Météo - première neige sur Limoges - 28-29.11.1964

Premières neiges sur Limoges, fin novembre 1964

Z - Météo - neige - pl Jourdan - 03.1964

Place Jourdan, mars 1964

Z - Météo - neige - pl Hôte-de-Ville - 03.1964

Place de l’Hôtel-de-Ville, mars 1964

(c) L. Bourdelas, P. Colmar, Limoges années 1950 60 70, Geste Editions

Numérisation_20171209 (4)

En gare des Bénédictins sous la neige (années 70)

(c) J.M. Bourdelas

10 Déc

Des liens entre les confréries et la franc-maçonnerie en Limousin?

Logo de l’association

D’abord, je voudrais rappeler que certains francs-maçons considèrent que « la Franc-Maçonnerie actuelle (…) descend directement des confréries de tailleurs de pierre et d’architectes dont les ramifications s’étendaient, au Moyen Âge, sur toute l’Europe occidentale. Leur art de bâtir était empreint d’un caractère sacré. En taillant des pierres et en les assemblant pour édifier des cathédrales, ils estimaient faire œuvre de religion. D’où vient l’idée du « Grand Œuvre » visant à la construction d’un Temple idéal réalisant de plus en plus la perfection… »[1] Tandis que nombre d’historiens pensent que cette ancienneté médiévale n’est pas satisfaisante « car trop d’éléments de la Maçonnerie sont typiquement du XVIIIème siècle. »[2]

La question des liens entre les confréries et la Franc-Maçonnerie est un sujet d’étude pour les historiens français depuis la fin des années 60, lorsque Maurice Agulhon consacra une thèse puis un livre chez Fayard aux Pénitents et Francs-Maçons dans l’ancienne Provence. Il y montrait l’une des réalités les plus vivantes de la Provence d’Ancien Régime : la multiplicité d’associations, des confréries religieuses aux loges maçonniques et autres groupements profanes, alors très nombreux. Il évoquait un « tempérament méridional » propice à l’essor de la sociabilité volontaire. Il observa des formes d’évolution communes aux confréries : municipalisation, laïcisation et déviation profane. Il révéla surtout, pour la seconde moitié du XVIIIème siècle, une désertion des confréries par les notables, nobles d’abord, bourgeois ensuite, à destination des loges maçonniques. Les confréries étant alors plus fréquentées par les marchands, boutiquiers et artisans. Ceux qui rejoignaient les loges les trouvaient plus adaptées à leurs aspirations idéologiques et sociales. Ce glissement s’est opéré sans heurts, la double affiliation étant fréquente. En fait, cela correspond à une « sensibilité baroque » qui perdure jusque vers 1750 avec les confréries puis qui décline et amorce une déchristianisation.

Plus près de nous, en 2000, Jean-Pierre Surrault, a publié Au temps des « Sociétés. Confréries, bachelleries, fêtes, loges maçonniques en Bas-Berry au XVIIIe siècle, livre issu de sa thèse de doctorat. Cherchant, sur les pas de Maurice Agulhon, un « tempérament méridional », il estime que le Bas-Berry dans son ensemble, marque une frontière de sociabilité ; cela veut donc dire que le Limousin serait en revanche partie prenante de la sociabilité méridionale – après tout, il appartenait bien à la zone de langue d’Oc.

Plusieurs travaux et publications ont été consacrés, depuis la fin du XXème siècle, aux confréries limousines, aux Ostentions, mais aussi à la franc-maçonnerie. Ce fut notamment l’un des champs d’investigation du père Louis Pérouas, historien directeur de recherches au CNRS, travaillant à Limoges.

L’historien Michel Cassan a écrit : « dans le courant des XVIIe et XVIIIe siècles, de ce dernier surtout, il n’y avait pas un seul chef de famille de Limoges qui ne fut membre de quelque confrérie à laquelle avant lui son père, son grand-père, ses ancêtres avaient appartenu. C’est par centaines qu’elles comptaient leurs membres. » Contrairement à ce que l’on pourrait penser par ailleurs, les confréries se montraient souvent très indépendantes vis-à-vis du clergé, en particulier à Limoges. Selon Francis Masgnaud, « leur indépendance vis-à-vis du pouvoir religieux a dû plaire aux francs-maçons et, comme dans la ville tout le monde en était, nombre de francs-maçons furent également pénitents. » Toujours selon lui[3], le fonctionnement des confréries n’est pas sans rappeler celui des loges : les membres devaient observer scrupuleusement les statuts et obéir aux officiers dont l’élection annuelle se faisait à scrutin secret et à la pluralité des suffrages. Les affiliés qui manquaient aux réunions sans excuse légitime payaient une amende de cinq sols. A la troisième absence injustifiée, ils étaient exclus. Nul ne pouvait quitter l’assemblée avant la fin de l’exercice s’il n’en avait obtenu la permission. Les ressources de l’association se composaient de droits d’entrée, d’une cotisation, des amendes pour absences ou autres manquements et des aumônes volontaires déposées dans le tronc. Les pénitents devaient tenir un fort secret sur ce qui se passait durant les réunions. Tout confrère devait se réconcilier avec ses ennemis, les conflits entre membres étaient réglés à l’intérieur de la confrérie, quand un confrère tombait malade, les associés devaient le visiter et, quand il mourait, les confrères en habit assistaient aux funérailles. Pour être admis dans la confrérie, il fallait recueillir l’unanimité des suffrages. Le candidat qui ne l’obtenait pas pouvait être renvoyé à un scrutin ultérieur. S’il n’obtenait pas les deux tiers des voix, il était définitivement écarté. Une fois admis, le postulant était amené au pied de l’autel, d’où le recteur l’interpellait : Mon frère, que demandez-vous ? la miséricorde de Dieu, la paix et la charité de cette congrégation et, pendant que le maître de cérémonies lu passait la ceinture, il ajoutait : que le Seigneur vous fasse revêtir un homme nouveau ! Tout cela évoque, parfois d’assez près, le fonctionnement des loges. Autres points communs : dans les deux sociétés, le « recrutement » s’effectuait par cooptation et les femmes n’étaient pas admises. Lors de la dernière élection des pénitents noirs à Limoges, en 1869, le prieur, le sous-prieur, le syndic perpétuel de la compagnie étaient francs-maçons et nous trouvons de nombreuses signatures de Maçons sur les registres des confréries. Autour de Limoges également : le vénérable de la loge de Tulle était prieur des pénitents bleus et Louis Pérouas relève la présence importante de francs-maçons (plus de la moitié de ceux connus avant la Révolution) dans les confréries de pénitents noirs et des pénitents blancs d’Aubusson.

Notons aussi qu’il existait des maçons ecclésiastiques, comme par exemple Cramouzaud, chanoine théologal de saint Martial, membre de « L’Heureuse Réunion » à la fin du XVIIIème siècle.

Si l’on prend la liste de francs-maçons de la Haute-Vienne du passé qu’a établie Francis Masgnaud d’après diverses sources fiables dans son ouvrage Loges et francs-maçons de la Haute-Vienne publié en 2000 chez Lucien Souny, ou lorsqu’on lit l’histoire de la Loge « Les Artistes réunis » parue en 2005 chez le même éditeur, on note des noms de familles sans doute proches également des confréries mais, bien entendu, pour être plus précis, il conviendrait de faire une étude comparative. Je pense que l’on pourrait dire qu’il y a eu une sorte de « porosité » entre les élites bourgeoises. En octobre 1929, Léon Berland, orateur des « Artistes Réunis », sous la présidence du Vénérable Victor Thuillat, fit l’historique de cette Loge ; il déclara notamment : « «toutes les familles qui ont eu quelque notoriété dans notre ville et dans la région, ont eu des Francs-Maçons parmi les ancêtres du XVIIIème siècle et la première moitié du XIXème. »[4] Et nous pourrions ajouter que ces familles ont également eu des confrères parmi ces ancêtres.

 

***

            Il y a cependant un moment historique où les confréries et certaines loges ont pu s’opposer. En 2009, dans un ouvrage collectif sur ces confréries[5], Michel Toulet écrit un article intitulé « La confrérie Saint-Aurélien aux risques de la ville de Limoges (XVIème-XXIème siècles) ». Il indique : « A la fin de ce XIXème siècle, la confrérie se replie sur elle-même face à une ville qui lui paraît devenir hostile. Limoges, en effet, se transforme, en adoptant progressivement trois caractéristiques majeures : elle devient antireligieuse, de gauche et franc-maçonne. » Dans le même temps, la corporation des bouchers est marquée à droite et plutôt monarchiste. Dominique Danthieux précise que lors des ostensions à Limoges en 1876, on a vu 230 reliques dans 92 reliquaires et la multiplication des cortèges due à la création de nouvelles paroisses dans les faubourgs, et que les processions affichaient un caractère ostensiblement conservateur, avec la présence de la hiérarchie catholique, de l’armée, des monarchistes. En 1880, le maire René Pénicaud prend la décision d’interdire les processions, utilisant la loi qui contraint toute commune à interdire ces processions catholiques si une autre confession est représentée dans la commune, ce qui est le cas avec la nomination à Limoges, en mai 1880, d’un pasteur protestant[6]. Une interdiction rappelée aux préfets français par Charles Lepère, ministre de l’Intérieur et des Cultes, dont le sous-secrétaire d’Etat et successeur était Ernest Constans, membre de la loge L’Encyclopédique de Toulouse, président en 1884 du Convent annuel du Grand-Orient. Docteur en droit, né à Limoges en 1843, député puis sénateur de la Haute-Vienne, le maire de Limoges était membre de la loge L’Etoile Limousine. On est alors dans une phase d’opposition entre une Eglise catholique qui, en France, est dans une période d’intense reconquête de l’espace public que la Révolution française avait largement vidé de la présence ecclésiale et les municipalités républicaines et anticléricales, enhardies en 1879 par leur conquête du Parlement puis de la présidence de la République, qui multiplient les arrêtés d’interdiction de processions extérieures. La restriction de l’accès de l’Église à l’espace public est donc un moment important de la laïcisation de la société française. « La procession religieuse répond à un triple objectif : raffermir la foi des croyants en les rassemblant autour de leur pasteur, amener à la foi catholique les spectateurs non-croyants ou pratiquants une autre religion ; inscrire le catholicisme dans la commune. Elle a donc une forte dimension évangélique, missionnaire. C’est précisément ce prosélytisme qui est de plus en plus remis en cause par une partie de la population engagée dans le combat contre l’Église ou soucieuse de se débarrasser du carcan catholique. »[7] En juin 1896, l’évêque de Tulle, Henri Dénéchau, opposé à la laïcisation, voulut sortir de la cathédrale à la tête de la procession de la Lunade, mais il en fut empêché par l’armée qui encerclait l’édifice, mandatée par le maire Jean-Baptiste Tavé, vénérable depuis un an de la loge L’Intime Fraternité.

Cette volonté de laïcisation de l’espace public, soutenue d’abord par les Libres-Penseurs puis par des francs-maçons anticléricaux – ce qu’ils n’étaient pas tous – suscita des réactions. Ainsi, en 1967, Guy Salignon signala « un certain nombre de familles notables de Limoges qui ont compté des ancêtres maçons dans la première moitié du XIXème siècle. En sens inverse, on voit entrer après 1880 dans la Grande Confrérie de Saint-Martial la fine fleur du catholicisme limougeaud, des notables comme des Tarneaud, Ardant, Pénicaud, Tharaud… dont, quelques décennies plus tôt, des parents « travaillaient » en loge, parfois aux « hauts grades ». Des échanges de vue avec certains de leurs descendants manifestent qu’ils veulent faire oublier ce retournement en donnant maintenant dans un antimaçonnisme sans mémoire et sans nuances. »[8] Dès lors s’exacerberont d’un côté un certain anticléricalisme, de l’autre un antimaçonnisme parfois mâtiné d’antisémitisme, comme dans La Croix de Limoges, où on lit par exemple : « La franc-maçonnerie est elle-même sous l’action de la juiverie, l’ennemi du Christ par excellence, et cette dernière sous l’action de Satan. »[9]

En décembre 1905 est votée la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, sous le gouvernement de Maurice Rouvier, franc-maçon. Une vingtaine d’années plus tard, à Limoges, en 1929, lorsque le Grand Orient pose le problème de « la défense de l’esprit laïque », la loge des Artistes Réunis répond que « L’esprit laïque ne semble guère en péril en Limousin et les manœuvres, même sournoises, de ses ennemis séculaires, sont difficiles à déceler. »[10] L’interdiction des processions à Limoges va durer jusqu’au milieu du XXème siècle, « malgré les nombreuses pétitions de commerçants adressées à la municipalité entre 1880 et 1894, où motifs économiques et religieux sont mêlés. »[11] Les cérémonies religieuses se limiteront à l’intérieur des églises. Ce n’est qu’en 1954, à la suite d’un long procès entre le maire Léon Betoulle,  réputé proche des francs-maçons sans l’être lui-même, et l’évêque de Limoges, Mgr Rastouil, tranché par le Conseil d’Etat, que les processions ostensionnaires furent à nouveau autorisées. Depuis, même si la fédération de la Libre-Pensée a obtenu devant le tribunal administratif le non financement des ostensions limousines par les collectivités publiques, celles-ci ont été classées au titre du patrimoine immatériel de l’UNESCO. Et l’on peut noter que, depuis la reprise des ostensions au milieu du XXème siècle, des francs-maçons de diverses obédiences ont participé – en raison de leurs fonctions – ou assisté à celles-ci, aux côtés des confréries.

De même peut-on penser qu’avec les contacts entre francs-maçons et catholiques initiées depuis Vatican II par diverses personnes dont plusieurs jésuites, des rapprochements sont possibles, comme le montre l’association ACACIA, en Limousin, qui s’est constituée en 2008 après avoir travaillé de façon informelle à la suite de diverses rencontres entre des prêtres catholiques, notamment Louis Pérouas et Roger Meriglier, ancien Grand Maître Adjoint du Grand Orient de France. L’association a aussi été présidée par la pasteure de l’église réformée de Limoges, Florence Taubmann. Son but est de réunir des chrétiens et des francs-maçons de bonne volonté, pour tester  les possibilités d’un dialogue.

(Texte d’une intervention à un « Café Popu » du Populaire du Centre sur le thème de la Franc-Maçonnerie à Limoges en décembre 2017).

 

[1] R. Mériglier, « Dialogue entre un catholique et un franc-maçon », in L. Pérouas, M. Laguionie, R. Mériglier, Franc-maçonnerie et antimaçonnisme en Limousin Amorces d’un dialogue, PULIM, 2002, p. 63.

[2] L. Pérouas, ibid.

[3] https://www.masgnaud.fr/

[4] Les Artistes Réunis Histoire d’une Loge Limoges, 1827-2005, Lucien Souny, 2005, p. 36.

[5] S. Capot, P. D’Hollander (dir.), Confréries et confrères en Limousin du Moyen Âge à nos jours, PULIM, 2009.

[6] D. Danthieux, Le département rouge: république, socialisme et communisme en Haute-Vienne 1895-1940, PULIM, 2005, p. 152.

[7] J. Ramonéda, Une tentative d’enfermement de l’Église : les arrêtés municipaux d’interdiction des processions extérieures sous la République concordataire (1870-1905), Clio@Thémis, numéro 4, 2011.

[8] « La vérité sur la Franc-Maçonnerie », Limousin-Magazine, novembre 1967, p. 18-23, cité in Franc-maçonnerie et antimaçonnisme en Limousin, op. cit., p. 49.

[9] Ibid., p. 52.

[10] M. Laguionie, Histoire des Francs-Maçons à Limoges, Lucien Souny, 2000, p. 232.

[11] J.M. Allard, S. Capot, Une histoire des ostensions en Limousin, Culture & Patrimoine en Limousin, 2007, p. 81.

Vincent Pécaud rend hommage aux architectes André et Bernard Pécaud qui ont marqué le paysage urbain de Limoges

img20171108_09002902

Vincent Pécaud, artiste peintre et émailleur publie son 6ème livre. Il rend hommage à son grand-père André (1902-1991) et à son père Bernard (né en 1928) : deux personnalités aux solides racines terriennes, au service d’une architecture humaine, dans un souci à la fois de tradition et d’innovation. André (élève de Laloux et Lemaresquier) fut diplômé par le gouvernement en 1932, Bernard (élève de Madelain, Lemaresquier, Jouvensel et Audoul) le fut en 1953, aboutissement de leurs études à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris. Rencontres inoubliables avec le Président V. Auriol, Lydia Bugatti, les artistes : César, Fontanarosa, Lagrange, Mick Micheyl… Nombre de leurs réalisations bénéficièrent de l’essor économique dit des 30 glorieuses. Délégués (choisis) par l’Etat, Père et fils ont longtemps bâti une œuvre en collaboration permanente, dans les domaines des Sports (équipement sportif), des PTT, de l’enseignement, des logements sociaux. Ils ont aussi travaillé pour des particuliers (maisons, magasins, usines).

Leurs travaux furent très tôt couronnés de succès :

Pour exemples André, en 1937, distingué lors de l’Exposition internationale des Arts et Techniques à Paris et Bernard, en 1953, distingué par la Société des Architectes Diplômés par le Gouvernement. Plus de 60 années d’architecture : Poste et cinéma à Paris, stade et monument, lycée, à Limoges… Leurs travaux picturaux sont tout aussi intéressants.

Bernard collabora étroitement avec son épouse Maïthé (sculpteur, artiste-peintre, céramiste), notamment dans le cadre du 1٪ décoratif.

Les réalisations sur Limoges : stade et piscines Beaublanc, lycée Renoir, restaurant universitaire rue B.Palissy (façade classée par les bâtiments de France), residences rue Beaumarchais, avenue Saint Surin, boulevard Saint Maurice, central téléphonique rue Jules Noriac, ancienne usine Boyer (façade classée), ASPTT, Centre des impôts rue Cruveilhier, bureaux des postes en face de la mairie et avenue du Général Leclerc, monument aux morts du jardin d’Orsay, HLM rue de Stasbourg, maisons (particuliers)…
A Panazol : école primaire Jean Jaurès, école maternelle Pauline Kergomard, le pré Fleuri (bâtiment pour handicapés), Postes, HLM, maisons (particuliers)…
Nombre de bâtiments comportent des fresques céramiques de ma mère Maïthé, vitraux et sculptures

L’ouvrage est vendu au prix de 145 euros TTC. Renseignements: Galerie d’art-Editions Vincent Pécaud, 21 rue Elie Berthet, 87000 Limoges, 05-55-34-35-47, e-mail: pecaudvincent@club-internet.fr, du mardi au samedi (10h15-12h15. 14h15-19h).

06 Déc

Ce qui meurt avec Johnny, c’est une partie de mon enfance et de mon adolescence…

Image associée

« Johnny Hallyday est mort. »

Je lis la phrase et, malgré moi, je suis bouleversé. Parce que ce qui meurt avec lui, c’est une partie de mon enfance et de mon adolescence. Vers 1969, lorsque j’habitais non loin de la cathédrale de Limoges, j’étais amoureux – j’avais à peine sept ans – de Patricia B., qui me jouait du piano dans son bel appartement. Elle avait douze ans, c’était la fille d’un colonel, une famille honorable de Limoges. Des années plus tard, elle deviendrait réalisatrice de cinéma et documentariste. L’été, nous faisions de grandes promenades, avec sa soeur, et leurs chiens, dans la campagne limousine, vers Ladignac-le-Long, où ses parents avaient une pisciculture. Je me souviens d’une nuit où nous étions passés par la fenêtre de leur chambre et partis en barque au beau milieu d’un étang… C’est elle qui m’offrit mon premier vinyle 33 tours, et c’était le premier, je crois, de Johnny: « Souvenirs, souvenirs », « Kili Watch »… Les paroles ne m’ont jamais quitté:

« Kili kili kili kili watch watch watch watch
Keom ken ken aba

Depuis deux jours je ne fais que répéter
Ce petit air qui commence à m’énerver » …

Je crois que je mimais ça avec le manche à balai en guise de micro.

Et Johnny, que je le veuille ou non, que je l’aime ou pas, m’a accompagné de ce moment-là jusqu’à aujourd’hui. Ses chansons ont ponctué ma vie, celles qu’écrivaient les plus grands paroliers pour lui. Je ne pensais pas qu’en écoutant nombre d’entre elles à l’occasion de sa disparition, je me souviendrais de tant d’instants de mon existence. C’est cela, un chanteur populaire. Celui qui vous accompagne en toutes circonstances, parfois malgré vous.

Quelqu’un qui me rappelle que, bien au chaud dans le cocon familial, insouciant élève de sixième, j’ai regardé avec ma mère (mon père n’était pas là car il conduisait un train, comme souvent), le 22 juin 1974, le « Top à Johnny Hallyday », de Maritie et Gilbert Carpentier. C’était sans doute sur notre télévision encore en noir et blanc. Il y avait Love Machine, Michel Mallory, Yvan Chiffre, les Bee Gees, Sylvie Vartan, Sammy Davis Jr et Michel Sardou. C’était bien. J’étais avec maman. Les vacances en Bretagne approchaient.

 

Numérisation_20170715 (5)

 

 

 

RSS