29 Oct

Fronsac et Canon-Fronsac, les 2 appellations bordelaises vallonnées à vous couper le souffle !

C’était ce week-end les journées portes-ouvertes à Fronsac et Canon-Fronsac. 28 châteaux y participaient et ont vraiment joué le jeu tant au niveau réceptif que d’un point de vue imaginatif. De très beaux châteaux à visiter, des vins parmi les meilleurs rapports qualité-prix du Bordelais et des gens charmants.

1700 personnes durant tout le week-end au château de la Rivière

1700 personnes durant tout le week-end au château de la Rivière

Juché sur une belle colline, le château de la Rivière étonne toujours les visiteurs, fussent-ils bordelais depuis des lustres. Un tel joyau et une si belle architecture qu’on n’a pas encore visités ? Pour sûr, il n’est ni à Saint-Emilion, ni dans le Médoc ou à Léognan, mais se situe sur la petite commune de la Rivière, juste au-dessus de la départementale D670 quand on sort de l’autouroute A10 (sortie 40b). Impossible de louper ce bel édifice construit en 1570, remanié par un disciple de Violet-le-Duc à la fin du XIXe siècle.

Et comme le souligne Xavier Buffo le directeur général, « c’est une propriété d’un seul tenant de 100 hectares, dont 65 de vignes, une vraie unité patrimoniale de terroir, c’est une vraie force.

b

Eric Iles, torrefacteur, un petit café pour bien commencer la journée © JPS

Pour la 1ère journée de samedi, ce sont 600 personnes qui ont assailli le château : « record battu, on n’avait jamais fait cela un samedi (50% de mieux) et 150 couverts. Si on reste sur cette même dynamique aujourd’hui, ça va être génial Et finalement 1100 ce dimanche, record absolu »

Tout a été savamment prévu pour accueillir l’oenotouriste dans de bonnes conditions… Alors que la température du matin était tombée en dessous de 10°, Eric Iles le torréfacteur de Libourne était le bienvenue avec ses superbes cafés, notamment son moka yrgaffé, un café d’éthiopie d’où est partie une grande variété de cafés dans le monde. « Le café a une typicité comme le vin, et on joue aussi sur l’assemblage » me confie Eric Iles. Il partage la vaste cour intérieure du château avec un chocolatier et le food-truck Pic Pic Macadam.

IMG_1594Les visiteurs vont aller de surprises en étonnements, avec le vaste cuvier avec ses cuves en bois et cuves inox de 100 à 140 hectolitres, les chais à barriques avec la première partie en attente du 2017 et la seconde où dort tranquillement le 1er vin château de la Rivière 2016.

Gilles Camon, charmé par la cave souterraine aux 700000 bouteilles © JPS

Gilles Camon, charmé par la cave souterraine aux 700000 bouteilles © JPS

Mais ce qui va bluffer les visiteurs, c’est encore la cave souterraine du château : 8 hectares,  avec 25 kilomètres de galeries où sont entreposées 700 000 bouteilles. Le tout dans un concert de bougies illuminant le parcours. Avec au détour quelques tables et tabourets en pierre pour organiser un repas ou un banquet insolite.

Pierre Rebaud, Manon Deville et Xavier Buffo la dream team du château de la Rivière © Jean-Pierre Stahl

Pierre Rebaud, Manon Deville et Xavier Buffo la dream team du château de la Rivière © Jean-Pierre Stahl

Un visite qui se conclue par la dégustation des Sources de la Rivière 2016, second vin du château et le 1er château la Rivière 2012, servis par Manon Deville, Pierre Rebaud et Xavier Buffo.

Une petite perle en Fronsadais le 2015 de Factory © JPPS

Une petite perle en Fronsadais le 2015 de Labory © JPPS

Ce sont au total 28 châteaux qui ont répondu présent pour l’organisation de ces journées portes-ouvertes de ces deux appellations qui comptent au total 1100 hectares de vignes. Une physionomie assez unique en bordelais car toute vallonnée.

La famille Trocard : Anaïs, Denis, Céline et Benoît Manuel © JPS

La famille Trocard : Anaïs, Denis, Céline et Benoît Manuel © JPS

Parmi les plus vieux châteaux du coin, il y a ceux tenus par la famille Trocard depuis 1628: châteaux Labory et Barbey à Saillans. Si les deux domaines ne comptent que 3 hectares de vignes plantées à 85% merlot, 15% cabernet franc et 5% malbec, les vins sont assez remarquables par leur rapport qualité-prix. La propriété est tenue par Denis Trocard et son épouse Cécile. Il y a là aussi Benoît Manuel, son frère, pour la pause déjeuner avant de reprendre son marathon de formateur pour la dégustation et l’initiation aux vins de Fronsac à la Maison des Vins de Fronsac : « c’est la 3e année consécutive que je donne ces cours mais là on est blindé. Les gens viennent sans doute aussi parce qu’il ne fait pas trop beau, plutôt que d’aller sur le bassin.Et dans les propriétés on comme ici à Labory et Barbey, on a beaucoup de gens qui reviennent d’année en année pour acheter. »

Château Gaby

Château Gaby, un ancien relais de poste du XVIIIe, devenu château viticole © JPS

Autre canons de beauté qu’il ne fallait pas louper les châteaux la Dauphine ou encore Gaby, sur de beaux côteaux argilo-calcaires. Ce vieux relais de poste du XVIIIe accueillait pour l’occasion d’autres chevaux mécaniques, mais de vieilles bagnolles de toute beauté. Ce château faisait déguster son 1er vin en 2012 et 2006, son second Princess Gaby et son Castillon Moya en 2011.

Bérénice, Claire et Sophie au château Gaby © JPS

Bérénice, Claire et Sophie au château Gaby © JPS

De bons vins qui ont su séduire aussi Tom Sullivan , homme d’affaire de Boston, qui a fait en 2016 d’une pierre deux coups. Amoureux des vins et de la région, il s’est offert 4 châteaux : « nous avons eu un véritable coup de coeur autant pour les vins que pour le lieu ». From Boston, tu m’étonnes !

Découvrez le château de la Rivière Best Of 2018 « Art et Culture » :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *