07 Mar

Success story de Millésima New-York sous l’impulsion de la charmante bordelaise Hortense Bernard

Une Bordelaise a réussi a se faire une jolie place sur le marché américain : Hortense Bernard manage Millésima USA. Elle est à la tête d’une superbe cave sur la 2e Avenue, dans l’Upper East Side. Une enseigne qui met en avant avant tout les Bordeaux et vins français mais aussi des vins d’autres régions viticoles du monde entier.

Hortense Bernard à la conquête du marché américain © JPS

Hortense Bernard à la conquête du marché américain © JPS

Hortense Bernard a réalisé son rêve américain. A 35 ans, cette Bordelaise diplômée de l’école de commerce EDHEC est partie à New-York il y a quelques années pour conquérir le marché US. Opération réussie, elle dirige Millésima USA et propose de nombreux vins français et de Bordeaux, dans sa cave dans le quartier de l’Upper East Side.

IMG_5336« Je suis arrivée il y a 7 ans déjà, mon premier choc culturel a été de voir des clients entrer dans la boutique et demander un « chardonnay », explique Hortense Bernard. « En France d’habitude on demande par exemple un Bourgogne blanc ou une région viticole, ici c’est vraiment le cépage (qui est demandé), cela implique aussi une région comme la Californie pour le chardonnay. Cela a été un peu difficile pour moi de m’habituer à cette grosse différence. »

Une superbe cave avec plus de 50% de visn français Bordeaux, Bourgogne, Etc mais aussi des vins italiens, californiens, d'Amérique du sud, d'A frique du Sud, d'Autriche, d'Allemagne, ...

Une superbe cave avec plus de 50% de vins français de Bordeaux, de Bourgogne, ou d’aiileurs, mais aussi des vins italiens, californiens, d’Amérique du Sud, d’Afrique du Sud, d’Autriche, d’Allemagne, …

Situé sur la 2e avenue, Millésima a obtenu sa licence après de nombreuses démarches et avec une concurrence qui a essayé de contrer son installation. Cela n’a pas découragé Hortense Bernard qui a réussi a ouvrir cette antenne américaine de Millésima. L’autre difficulté qu’elle a  pu rencontrer, comme n’importe quel revendeur, c’est le mode de fonctionnement avec ses règles américaines propres, c’est-à-dire que c’est un système tripartite avec des intermédiaires.

Un bureau à l'arrière de la boutique au milieu des caisses, original et bon pour l'inspiration © JPS

Un bureau à l’arrière de la boutique au milieu des caisses de vin, original et bon pour l’inspiration © JPS

« Techniquement il y a un tiers système, l’importateur, distributeur et le retailer, et on ne peut pas importer ou distribuer, donc on est obligé d’avoir des partenaires qui vont faire cette importation pour nous. Pour ce qui est de Bordeaux, on travaille avec un importateur en direct qui va faire venir les vins de nos chais. »

IMG_5337Aujourd’hui, Hortense Bernard est confiante vis-à-vis du marché américain, où l’on consomme seulement 14 litres par an et par habitant en moyenne contre 45 litres en France pour se donner une idée. La marge de progression, vu le nombre d’habitants est donc considérable.

« Les consommateurs américains ont vraiment envie de découvrir, envie de s’intéresser et ils ont tout à apprendre. Ce n’est pas comme nous, on apprend le vin dès qu’on est jeune à table, c’est important de marier le vin et les bons repas. Ici à travers le vin, ils découvrent aussi les arts de la table, apprennent à apprécier un bon repas avec le vin, quel vins choisir pour faire des accords mets et vins. »

Hortense Bernard, la manager de Millésima New-York © Jean-Pierre Stahl

Hortense Bernard, la manager de Millésima New-York © Jean-Pierre Stahl

Depuis 23 ans le marché du vin aux Etats-Unis n’a jamais cessé de croître, ce qui laisse présager pour Millésima et Hortense Bernard de belles perspectives : « c’est un marché en pleine croissance, il y a vraiment une part de marché à prendre tous les jours à chaque endroit des USA, c’est un marché extrêmement grand avec tellement de lois différentes. Mais c’est beaucoup plus difficile de livrer partout aux USA que de livrer en Europe où c’est très simple ou beaucoup moins compliqué. » Mais Hortense Bernard est persuadé que le marché américain va considérablement se développer et comme elle le dit tès bien, « il se peut qu’un jour Millésima USA devienne plus important que Millésima en Europe ».

Reportage de Jean-Pierre Stahl et Guillaume Decaix :

28 Fév

Bordeaux : les réactions au lendemain de l’émission « Cash Impact » sur les pesticides

Au lendemain de Cash, la température est plutôt froide à Bordeaux. Alors que les anti-pesticides nous montrent les analyses réalisées dans des habitations et des écoles du Médoc, les pouvoirs publics et le CIVB reconnaissent que des efforts ont été faits mais que « Cash Impact ne tient pas sa promesse : où est le bilan objectif 2 ans après Cash Investigation ? »

Corinne Despréaux habite juste en face d'une immense parcelle de vignes régulièrement traitées au printemps et en été © JPS

Corinne Despréaux habite juste en face d’une immense parcelle de vignes régulièrement traitées au printemps et en été © JPS

A Listac-Médoc, par -2°C, Corine Despréaux nous monte sa maison qui jouxte des vignes. Dès qu’elle ouvre sa baie vitrée, elle a une vue imprenable sur une immense parcelle de vignes, et lors des traitements, c’est la même chose, à ceci près c’est qu’elle est avertie désormais des jours de traitements…ou parfois le lendemain.

Le résultat est très mauvais, ça je m’y attendais, il y a énormément de pesticides dans ma maison même certains pesticides interdites depuis 2015″ Corinne Despréaux

IMG_4998Pour être tout à fait juste, elle fait partie de l’association Info Médoc Pesticides. Quand Marie-Lys Bibeyran lui a proposé de mesurer chez elle la présence ou non de pesticides dans son habitation, cela a été sans aucun problème.

IMG_5000C’est ainsi qu’en septembre, Corinne Despréaux a accepté de mettre dans le tuyau de son aspirateur un flacon permettant de recueillir les poussières de son logement. Une maison très bien tenue car elle est assistante maternelle et s’occupe d’enfants en bas âge.

Les résultats retrouvés chez Corinne Despréaux © JPS

Les résultats retrouvés chez Corinne Despréaux © JPS

Les résultats dont elle se doutait ont été à la hauteur de ses craintes : 18 pesticides retrouvés dont certains très dangereux …16 reprotoxiques, 8 mutagènes et 6 perturbateurs endocriniens. Dont du diuron interdit depuis 2008.

Stéphane Védrenne a perdu sa fille Eva d'un cancer. Depuis avec sa femme il a créé Eva pour la Vie et lutte contre ce qui pourrait provoquer des cancers chez les enfants © JPS

Stéphane Védrenne a perdu sa fille Eva d’un cancer. Depuis avec sa femme il a créé Eva pour la Vie et lutte contre ce qui pourrait provoquer des cancers chez les enfants © JPS

C’est ‘association « Eva pour la Vie » (association crée par les époux Védrenne suite au cancer et au décès de leur petite fille Eva) qui a financé ces analyses réalisées par le laboratoire Kudzu Science qui a recherché ces pesticides (insecticides, herbicides et fongicides) couramment utilisés en viticulture. Ces analyses confirment la présence importante de pesticides dans 8 habitations à Listrac, Cussac et Macau et dans une école primaire, celle de Listrac, pourtant éloignée de plus de 50 mètres des vignes.

Marie-Lys Bibeyran et Stéphane Védrenne à Listrac © JPS

Marie-Lys Bibeyran et Stéphane Védrenne à Listrac © JPS

Pour Marie-Lys Bibeyran présidente d’Info-Médoc Pesticides : « Il est non seulement intolérable d’utiliser encore ce genre de molécules, CMR cancérigènes mutagènes reprotoxiques, et encore plus intolérable, inaccepable, anormal de les retrouver dans une salle de classe où des enfants vont passer 7 heures par jour, 4 jours par semaine et encore une fois ça c’est au mois de septembre, qu’en est-il en mai ou juin en plein coeur de la saison ? »

Les chiffres parlent d’eux mêmes, on retrouve dans ces échantillons, dans ces prélèvements entre 11 et 21 pesticides dans des quantités qui sont 60 fois supérieures à la limite de quantification » Stéphane Védrenne co-fondateur d’Eva Pour la Vie

Le maire de Listrac et son 1er adjoint tous deux viticulteurs © JPS

Le maire de Listrac et son 1er adjoint tous deux viticulteurs © JPS

Pour le maire de Listrac, Alain Capdevielle, viticulteur lui-même, on ne va pas pouvoir changer de suite toutes ces pratiques, cela risquerait de mettre en péril certaines exploitations, mais on est en bonne voie.

Pour nous je pense qu’il y a des efforts qui sont faits, au niveau communal on en fait énormément on entraîne dans une démarche de biodiversité pas mal de châteaux.Il y en a une bonne dizaine qui nous suivent pour revenir à des travaux de vignes à l’ancienne » Alain Capdeville maire de Listrac

Allan Sichel et Christophe Chateau du CIVB ont participé à Cash Impact, ils regrettent quelques nuances ou oublis dans le reportage © JPS

Allan Sichel et Christophe Chateau du CIVB ont participé à Cash Impact, ils regrettent quelques nuances ou oublis dans le reportage © JPS

Le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux dénonce des conclusions un peu rapides… en faisant ce matin un communiqué de presse reprenant de nombreux oublis dans l’émission « Cash ne tient pas sa promesse : où est le bilan objectif 2 ans après Cash Investigation ? »

Pour lui, Cash Impact « laisse croire, sans peuves, que les viticulteurs fraudent en achetant à l’étranger des produits interdits en France », par ailleurs « Cash impact aurait pu dire que des molécules de produits interdits peuvent encore laisser des traces dans l’environnement aujourd’hui, que le diuron interdit depuis 10 ans en agriculure est autorisé pour d’autres usages notamment le bâtiment… » Toutefois des mesures devraient être prises très prochainement pour continuer à diminuer l’usage des pesticides, une réunion est prévue le 9 mars prochain.

Les actions à court terme, c’est très rapidement sortir des produits les plus toxiques, les plus dangereux qui sont les CMR, après on veut aller vers les produits les moins toxiques les produits bio, mais aussi diminuer et sortir complètement des pesticides », Allan Sichel président du CIVB.

Allan Sichel interviewé par Elise Lucet dans Cash Impact © JPS

Allan Sichel interviewé par Elise Lucet dans Cash Impact © JPS

Pour le CIVB enfin, Cash Impact aurait pu souligner la « diminution par deux les ventes des pesticides classées CMR en Gironde entre 2014 et 2016 passant de 1800 tonnes à 850 en 2016 soit 55% de moins en trois ans ». Sans oublier « une baisse de 35% des ventes d’herbicides en Gironde entre 2014 et 2016 ».

Si vous voulez revoir Cash Impact c’est par ici

16 Fév

Les Trois Pinardiers inaugurent leur nouveau bar-cave à vins en plein coeur de Bordeaux

En marinières et moustaches, les 3 Pinardiers avaient sorti le grand jeu mardi soir pour fêter l’inauguration de leur nouvelle cave rue Georges Bonnac à Bordeaux, juste à Côté de la place Gambetta. Des jeunes qui en veulent et vous proposent une centaine de références, mais aussi un service de livraison à domicile et bien sûr un sympathique bar à vins.

n

Quentin Clément, Louis Vignolles et Simon Blanvilain, les 3 Pinardiers à la barre ou derrière le bar plutôt ! © Jean-Pierre Stahl

Comment se dédoubler, passer de la soirée Guiraud à celle des 3 Pinardiers, Côté Châteaux l’a fait, car ils méritent d’être connus…

Les 3 Pinardiers, en question, s’appellent Quentin Clément 27 ans, Louis Vignolles 26 et Simon Blanvilain 26 ans. Ils ont ouvert cette nouvelle cave-bar à vins voilà 2 mois au 2 rue Georges Bonnac, juste à côté de la célèbre place Gambetta.

IMG_4776C’est la deuxième cave qu’ils ouvrent, avec le concours de Benoît Manuel Trocard, vigneron à Fronsac et intervenant à l’Ecole du Vin, plus qu’un grand frère, un guide, un gourou, c’est « notre ami, un investisseur et notre maître à penser… »

IMG_4781Les 3 Pinardiers proposent ainsi une centaine de références de vin, 25 à 30% de Bordeaux, sinon de Loire, du Languedoc, de Bourgogne , des Côtes du Rhône pour les autres régions viticoles de France, ou encore d’Israël, de Bulgarie, du Portugal, d’Espagne, d’Argentine ou de Hongrie pour les vins étrangers : « on marche sur des coups de coeur, on déguste une cinquantaine de nouveaux vins par mois, et on délivre 3 coups de coeur chaque mois pour qu’il n’y ait pas de lassitude sur les vins », m’explique Quentin Clément. « Vous pouvez ici déguster toutes les bouteilles en vin au verre, on fonctionne avec le système Coravin, on n’aime pas trop Oenomatic ».

Si le bar à vins est ouvert du mercredi au dimanche, de 11h à minuit, la cave elle est ouverte du mardi au dimanche matin.

Leur signe de reconnaissance, c’est cette marinière façon moussaillon et cette petite moustache qui rappelle les années folles, mais ils ont aussi d’autres atouts dans leur manche comme un vieux tube Citoën – bar à vins pour des animations et un service de livraison…

On livre en 30 mn depuis 2ans et demi dans tout Bordeaux via notre site internet ou par téléphone »

Une ambiance chaleureuse avec pas mal de bois, du métal et des tubes en cuivre comme étagères © JPS

Une ambiance chaleureuse avec pas mal de bois, du métal et des tubes en cuivre comme étagères © JPS

Un service qui marche relativement bien pour se faire livrer vin, bière, cidre, ou encore des spiritueux avec un supplément de 3€ mais aussi « on apporte parfois un conseil. On fait aussi des abonnements de vins avec des clients qui ne sont pas forcément bordelais, ils reçoivent 2 ou 3 bouteilles tous les mois… »

Ca tangue, chef...Normal moussaillon, il y a de la houle... © LV

Ca tangue, chef…Normal moussaillon, il y a de la houle… © LV

Ces 3 Pinardiers ont décidément eu le nez creux, avec ce petit bar à vins dont la déco en bois et métal est plutôt bien sentie. Un bar à vins qui risque d’être fortement couru, car bien fourni et en plein coeur de Bordeaux.

Les 3 Pinardiers : 2, rue Georges Bonnac à Bordeaux Téléphone :05 54 52 21 52

15 Fév

Guiraud fait son show : près de 400 000 bouteilles vendues et livrées en 2017

Tout semble sourire à Château Guiraud qui dressait son bilan 2017 mardi soir au Familia à Bordeaux. Outre l’ouverture de son restaurant la Chapelle qui marche bien, Xavier Planty a annoncé 384523 bouteilles vendues en 2017 de château Guiraud, le célèbre 1er cru classé de Sauternes, entre le 1er vin, le Petit Guiraud (en liquoreux) et le G de Guiraud (en blanc sec).

Le Comte Von Neiperg, Robert Peugeot, Xavier Planty, Madame Von Neiperg, Adrien Bernard, les co-propriétaires de château Guiraud © Jean-Pierre Stahl

Le Comte Von Neipperg, Robert Peugeot, Xavier Planty, Madame la Comtesse Von Neipperg, Adrien Bernard, les co-propriétaires de château Guiraud © Jean-Pierre Stahl

Quand on compare les chiffres, on se dit bon sang, ça plane pour Xavier Planty et ses amis co-propriétaires de château Guiraud Robert Peugeot, le comte Stephan Von Neipperg et Olivier Bernard : 384 523 bouteilles vendues et livrées en 2017 contre 307959 pour l’exercice précédent 2016…

IMG_4750Après, il faut bien voir que 59% du volume est représenté par G de Guiraud, 22% par Petit Guiraud et 19% par château Guiraud. Mais en valeur, c’est bien sûr l’inverse le 1er et grand vin constitue 47% du chiffre d’affaire, contre 22% de Petit Guiraud et 31% pour le G de château Guiraud.

IMG_4751Un blanc sec toujours exceptionnel dont le 2017 était proposé à la dégustation mardi soir, et qui est mis sur le marché à partir d’aujourd’hui. Si les chiffres 2017 sont particulièrement bons, les actionnaires de Guiraud restent humbles notamment avec les intempéries du printemps dernier :

« 40% du vignoble a été perdu avec le gel », commentait Xavier Planty. « Mais dans notre malheur on s’en sort pas mal, c’est surtout le 2e vin le Petit Guiraud qui sera impacté et le G de château Guiraud pour lequel on a fait 30% de volume en moins pour le millésime 2017. 2017 est une grande grande année de vins blancs, beaucoup de fraîcheur et beaucoup de structure. Il nous reste encore un peu de 2016, donc pas d’inquiétude. »

Pour le 1er et grand vin, on a fait les assemblages ce matin, c’est un très très grand vin, je rapprocherais cela très fortement du 2011″, Xavier Planty

Quand Robert Peugeot passe derrière le bar... santé Mr Peugeot et pour tout le groupe © JPS

Quand Robert Peugeot passe derrière le bar… santé Mr Peugeot et pour tout le groupe © JPS

Cette soirée « after work » a le mérite d’attirer de très nombreux négociants de la place de Bordeaux avec leurs équipes, on pouvait y croiser ainsi Allan Sichel (Maison Sichel) ou encore Thierry Decré (LD Vins), mais aussi de nombreux courtiers (Thimothée Bouffard), cavistes comme Guillaume Cottin (la Vinothèque), restaurateurs et prescripteurs des vins de châteaux Guiraud. Pour l’occasion « on a choisi de vous faire déguster le 2010 qui est un millésime exceptionnel et Petit Guiraud en 2015-2016 »

IMG_4772Il y avait aussi Luc Planty, le fils de Xavier Planty, qui fêtait ce soir là son anniversaire : « L’année 2017 offre un millésime atypique, marqué par les conditions climatiques (particulières), le gel d’avril et les fortes températures de l’été ont permis de créer un millésime unique où se tient la fraîcheur et la complexité aromatique. Un millésime tout en finesse qui ne pourra subir aucune comparaison. »

Ce fut aussi l’occasion de souligner « le premier millésime certifé AB (agriculture biologique) pour Petit Guiraud 2015″, mais aussi « une reprise en interne de la communication digitale avec lancement d’un nouveau site web et agrandissement de l’équipe communication. »

Nicolas Lascombes et son épouse, et Luc Planty qui fêtait ses 31 ans ce soir là © JPS

Nicolas Lascombes et son épouse, et Luc Planty qui fêtait ses 31 ans ce soir là © JPS

Quant à la partie oenotourisme, la Chapelle, le nouveau restaurant de Nicolas Lascombes ouvert au sein du château dans une chapelle protestante de 1784 est un succès. C’est une première pour un 1er cru classé 1855. « On fait une moyenne de 50 cuverts par service, je trouve ça bien, si on compare à d’autres. On passe un bon moment au calme, zen », commente Nicolas Lascombes qui devrait transformer l’essai davantage aux beaux jours avec une immense terrasse avec vue sur le château et le vignoble de Sauternes.

Olivier Bernard, Guillaume Cottin, Allan Sichel et Xavier Planty © JPS

Olivier Bernard, Guillaume Cottin, Allan Sichel et Xavier Planty © JPS

Quant aux prochaines date de business, Guiraud est dans les starting-blocks pour Vinexpo New-York et ProWein en mars, pour sa présentation du millésime 2017 le 8 avril à l’occasion des primeurs, pour Vinexpo Hong-Kong en mai, une petite fête de la Lune au passage en septembre, avant un Vinexpo Tokyo en octobre. Guiraud à la conquête du monde !

05 Fév

Philippe Etchebest, nouvel étoilé au Michelin avec La Table d’Hôtes du 4e Mur à Bordeaux

La nouvelle vient de tomber, Philippe Etchebest vient d’obtenir une étoile au guide Michelin lors de la remise de récompense du célèbre Guide à Paris. Bravo au chef qui avait ouvert le 4e Mur dans l’enceinte du Grand Théâtre en septembre 2015 à Bordeaux et marque l’essai avec La Table d’Hôtes du 4e Mur, un concept original et gastronomique.

etchebest

C’est une récompense méritée pour Philippe Etchebest, le célèbre chef de la place de la Comédie à Bordeaux. Il a ouvert son restaurant, le 4e Mur, en septembre 2015 et ne cherchait  pas forcément à avoir d’étoiles pour cette brasserie.

L’ironie avait voulu qu’une première étoile fut décernée avant lui à son rival et ami d’en face Gordon Ramsay pour le Pressoir d’Argent. L’injustice est réparée et la guéguerre ou le cauchemar en cuisine va pouvoir continuer, entre ces deux stars et des fourneaux et du petit écran.

CapturePhilippe Etchebest vient de décrocher cette étoile pour La Table d’Hôtes du 4e Mur, ouverte en juillet dernier, en sous-sol de sa brasserie du 4e Mur. Une table gastronomique celle-ci qui laisse au chef exprimer tout son talent, comme une mélodie en sous-sol. Il avait déjà connu la gloire des étoiles avec 2 étoiles décrochées lorsqu’il était chef à l’Hostellerie de Plaisance à Saint-Emilion.

Cette année, 621 étoiles ont été décernées, soit 5 de plus que la dernière édition.

CaptureMichel Vico, du restaurant le Jasmin au Stelsia à Saint-Sylvestre sur Lot (47) a décroché une étoile également, autre table gastronomique récompensée cette année celle de Julien Lefebvre du Château de Cordeillan-Bages, propriété de la famille de Jean-Michel Cazes à Pauillac (Gironde) et aussi 1 étoile pour Tanguy Laviale pour Garopapilles à Bordeaux. Bravo aux chefs.

Capture

A Bordeaux, on compte toujours 3 deux étoiles avec la Grande Maison (Pierre Gagnaire), le Pressoir d’Argent (Gordon Ramsay) et la Grand’Vigne au sein des Sources de Caudalie-château Smith Haut Lafitte (Nicolas Masse). A Saint-Emilion l’Hostellerie de Plaisance conserve aussi ses 2 ** (Ronan Kervarrec). Parmi les 1*, il y a bien sûr le Logis de la Cadene à Saint-Emilion (Alexandre Baumard), le Saint-James à Bouliac (Nicolas Magie), le Pavillon des Boulevards (Bordeaux), le Prince Noir (Lormont-Bordeaux). Le seul 3 *** de la région reste les Prés d’Eugénie de Michel Guérard à Eugénie-les-Bains. Revoir les reportages sur Bordeaux Terre de Gastronomie 

GUIDE MICHELIN 2018 : 28 TROIS ETOILES EN FRANCE :
La Maison des Bois, de Marc Veyrat, et le restaurant éponyme de Christophe Bacquié
ont rejoint lundi le cercle prestigieux des tables auréolées de trois étoiles en
France, qui compte au total 28 établissements dans l’édition 2018 du guide Michelin.
C’est un de plus qu’en 2017, après le retrait par le guide du restaurant Le Suquet
à Laguiole (Aveyron), conformément au souhait de son chef Sébastien Bras. Le fils
de Michel Bras, fondateur du restaurant, avait fait la demande inédite de ne plus
figurer dans le guide qui lui accordait trois étoiles depuis 1999.
CaptureDix « trois étoiles » sont situés à Paris (entre parenthèses l’année d’attribution):
– Alain Ducasse au Plaza Athénée (2016)
– Le Cinq, à l’hôtel Four Seasons George V (Christian le Squer, 2016)
– Alléno Paris – Pavillon Ledoyen (Yannick Alléno, 2015)
– Epicure à l’hôtel Bristol (Eric Frechon, 2009)
– L’Astrance (Pascal Barbot, 2007)
– Le Pré Catelan (Frédéric Anton, 2007)
– Guy Savoy (2002)
– Pierre Gagnaire (1998)
– L’Arpège (Alain Passard, 1996)
– L’Ambroisie (Bernard Pacaud, 1988)
En régions :
– La Maison des Bois à Manigod, en Haute-Savoie (Marc Veyrat, 2018)
– Le Restaurant Christophe Bacquié, à l’Hôtel du Castellet, dans le Var (Christophe
Bacquié, 2018)
– Le 1947 au Cheval Blanc à Courchevel (Yannick Alléno, 2017)
– La Bouitte, à Saint-Martin de Belleville en Savoie (René et Maxime Meilleur,
2015)
– L’Assiette champenoise, à Tinqueux dans la Marne (Arnaud Lallement, 2014)
– La Vague d’or, à Saint-Tropez (Arnaud Donckele, 2013)
– Flocons de sel, à Megève (Emmanuel Renaut, 2012)
– Auberge du Vieux Puits, à Fontjoncouse dans l’Aude (Gilles Goujon, 2010)
– Le Petit Nice, à Marseille (Gérald Passédat, 2008)
– Anne-Sophie Pic, à Valence (2007)
– Lameloise, à Chagny en Saône-et-Loire (Eric Pras, 2007)
– Régis et Jacques Marcon, à Saint-Bonnet-le-Froid en Haute-Loire (2005)
– Georges Blanc, à Vonnas dans l’Ain (1981)
– Les Prés d’Eugénie, à Eugénie-les-Bains dans les Landes (Michel Guérard, 1977)

– Troisgros, à Ouches dans la Loire (Michel Troisgros, 1968)
– L’Auberge de l’Ill, à Illhaeusern dans le Haut-Rhin (Marc Haeberlin, 1967)
– Paul Bocuse, à Collonges-au-Mont-d’Or dans le Rhône (1965)
A Monaco :
– Le Louis XV Alain Ducasse (1990, retirée 1997, retrouvée 1998, retirée en 2001,
retrouvée 2003)

Avec Guide Michelin et AFP

03 Jan

Les réactions du monde du vin de Bordeaux, suite à l’enquête de Que Choisir

Le monde du vin commente l’analyse faite par Que Choisir à propos des traces, molécules et résidus de pesticides dans les vins de Bordeaux, où il est fait état d’une diminution par trois en 4 ans. Une enquête plutôt bien accueillie mais à nuancer aussi.

Valentin

Léopold Valentin, le directeur technique du château Durfort-Vivens (2e cru classé de Margaux) © JPS

Margaux fait figure de bon élève, car 12 châteaux figurent dans cette l’appellation sur les 40 analysés par le magazine « Que Choisir » et obtiennent plutôt de bons résultats. Il faut dire que certains sont passé en bio ou biodynamie à 100% comme Pontet Canet ou Durfort Vivens. Tous deux figurent en tête du classement d’ailleurs, comme nous l’explique Léopold Valentin, le directeur technique du château Durfort-Vivens (2e cru classé de Margaux) :

C’est plutôt une bonne nouvelle, c’est l’aboutissement d’un travail commencé en 2010, suite à notre conversion en bio et en biodynamie », Léopold Valentin directeur technique de Durfort Vivens

« Aujourd’hui nous n’utilisons plus de molécules chimiques, uniquement du cuivre et du soufre ».

IMG_3297Dans ce millésime 2014 analysé, zéro trace de pesticides, zéro molécule et zéro résidu, comme d’ailleurs Pontet-Canet, autre château du Médoc à Pauillac, en biodynamie. Plusieurs châteaux sur ces 40 affichent des résultats corrects, d’autres un peu plus contrastés. Durfort Vivens s’est par ailleurs engagé dans une démarche de diminution des sulfites (autre débat). « L’idée est de faire des vins de plus en plus propres et qu’ils soient le plus naturels et le plus expressifs possibles, » ajoute Léopold Valentin.

Christophe Chateau, relisant l'article de Que Choisir © JPS

Christophe Chateau, relisant l’article de Que Choisir © JPS

Le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux se réjouit des efforts réalisés par les propriétés tant conventionnelles qu’en agriculture biologique, avec des traitements raisonnés ou des pulvérisations plus ciblées, ou par le biais du sulfate de cuivre en bio. Certaines propriétés se sont engagées dans le Système de Management Environnemental; 170 revendiquent aujourd’hui un SME de niveau 3.

Les vignerons travaillent dans le bon sens mais il ne faut toutefois pas crier victoire car c’est une démarche sur le long terme », Christophe Chateau directeur de la communication du CIVB.

« Cette démarche là est entamée avec la nouvelle génération qui est prête à prendre le risque, et à utiliser des produits plus coûteux et à mettre en oeuvre des pratiques plus respectueuses de l’environnement parce que c’est la demande du consommateur aujourd’hui, c’est une demande sociétale, on va vers cette issue, c’est aujourd’hui une certitude », termine Christophe Chateau »

Marie-Lys Bibeyran invité du JT du 27 décembre dernier

Marie-Lys Bibeyran invité du JT du 27 décembre dernier

« L’analyse de cette enquête est toute relative, pour ma part j’y vois beaucoup de désinformation », commentait dès la sortie de Que Choisir Marie-Lys Bibeyran invitée du 19/20 sur France 3 Aquitaine. La porte parole du Collectif Info Médoc Pesticides. « Il est fait référence à des limites maximales de résidus qui en matière de vin n’existent pas, tout simplement. les seules limites maximales qui existent dans la viticulture ce sont celles de raisins de cuve. Quand dans l’enquête, il est dit que les taux détectés sont inférieurs, heureusement, parce que alors là ce serait encore plus inquiétant. Mais l’enquête se focalise sur des grands crus de Bordeaux avec un prix moyen de 40€ par bouteille, j’estime qu’à ce prix là on est en droit d’attendre une exemplarité et qu’on ne retrouve pas dans la totalité des vins analysés. »

Il faut aussi souligner que l’analyse des 40 châteaux sur plus de 9000 marques à Bordeaux est axée presque exclusivement sur le Médoc, elle ne cible pas tout le vignoble de Bordeaux qui compte 65 appellations. Néanmoins, elle a le mérite d’avoir été réalisée et de relancer le débat, ce d’autant qu’il n’existe aucune règle ou limite imposée jusqu’ici. Pour Stéphane Toutoundji du Laboratoire Oenoteam à Libourne : « ces traces de pesticides ou de résidus supposés dangereux pour la santé, n’ont aucune norme, aucune valeur minimale. C’est vrai qu’il y a des questions. Le chemin est intéressant parce que on voit que les gens font des efforts : les traitements phytosanitaires dans les vignes, il y en a moins, les gens raisonnent mieux, il y a vraiment une prise de conscience au niveau des viticulteurs et des propriétés. » Thomas Duclos regrette que la marge d’erreur n’ait pas été indiquée, car elle pourrait être de 15 à 20 %. 

Stéphane Toutoundji, Thomas Duclos et Julien Belle d'Oenoteam © JPS

Stéphane Toutoundji, Thomas Duclos et Julien Belle d’Oenoteam © JPS

Pour ces mesures de traces,molécules et autres résidus, le laboratoire avait connu de fortes demandes de la part des propriétés en bio ou non, mais depuis quelque temps il y en a beaucoup moins : « on s’aperçoit qu’il n’y a plus de demande car les gens ont voulu se caler sur un millésime pour voir où ils en étaient, les gens ont prix conscience de leur niveau et des taux qu’ils avaient et puis voilà, la raison c’est que c’est très cher c’est une analyse qui vaut à peu près 400 euros et plus on recherche de molécules, plus c’est cher et donc on peut en chercher des dizaines, voir une centaine; aujourd’hui on se retrouve avec des gens qui ont depuis une situation , un état de fait, décidé de travailler en amont dans leur vignoble (pour diminuer les pesticides), mais c’est tout il n’y a plus d’analyse systématique sur tous les millésimes.

Quant à connaître de la dangerosité de ces traces, molécules et résidus (en microgramme/l), « finalement, ce qu’il y a de plus dangereux dans le vin, c’est l’alcool, vues les doses dans cette étude et dans ce que l’on trouve nous, il faudrait boire des centaines de litres par jour pour être contaminé, donc vous serez mort d’une cirrhose ou d’un problème lié à un cancer de l’oesophage, ou de l’estomac lié à l’alcool plutôt qu’à ces résidus de pesticides, donc il faut vraiment tempérer les propos », conclue Stéphane Toutoundji. « Le plus dangereux dans le vin c’est l’alcool, mais en même temps l’alcool et la fermentation alcoolique permet d’avoir un effet bénéfique avec tout ce qui est polyphénols pour les maladies cardiovasculaires. Donc comme tout le monde dit le vin c’est bon pour la santé, mais à des doses modérées. »

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Sébastien Delalot, Françoise Dupuis et Thierry Culnaert :

13 Déc

5 Premiers Crus Classés s’unissent pour booster Sauternes et lancent leur 1ère caisse prestige

La moitié des 11 Premiers Crus Classés de Sauternes a décidé de frapper fort et de promouvoir le travail extraordinaire de production de ces plus grands liquoreux au monde. Un coup de maître à l’heure qui traduit une redynamisation de Sauternes.

b

Laure de Lambert-Compeyrot (Sigalas-Rabaud), Vincent Labergère, directeur de Rayne Vigneau, David Bolzan (Lafaurie-Peyraguey), Miguel Aguirre (La Tour Blanche), et Thomas Dejean (Rabaud-Promis) © Jean-Pierre Stahl

Il y a des jours où l’actualité viticole se bouscule. Et pour Côté Châteaux, c’est presque tous les jours. Alors qu’à la Cité du Vin un débat était organisé, ce mardi soir, sur « Boirons-nous encore des liquoreux à Noël », au restaurant le Nama, 5 Grands Crus Classés de Sauternes démontraient allègrement qu’on peut en déguster avant Noël et que cette « provocation », pour eux, dans la même veine que le Bordeaux Bashing, ne méritait pas plus qu’on s’y attarde.

IMG_2732

Ces 5 là auraient très bien pu reprendre « Born to be alive », le chanter et le danser, ah que  ça aurait aussi très bien cadré avec « l’envie, d’avoir envie » de faire bouger les lignes et de dynamiser une appellation qui ne demande que cela. Elle va booster sans aucun doute dans les années qui viennent.

IMG_2751L’initiative de ce rapprochement revient à David Bolzan, le directeur du château Lafaurie-Peyraguey. Avec sa culture du négoce, il s’est rendu compte que quand les prix sortaient lors de la campagne des primeurs, c’était en ordre dispersé. Aussi a-t-il opéré un rapprochement avec ses voisins de Bommes et Sauternes.

Sauternes, c’est l’école du plus : plus compliqué à faire, plus cher à faire, plus à la disposition des gens et du coup ça crée plus de créativité et de dynamisme », David Bolzan directeur deLafaurie-Peyraguey.

Aussi les châteaux Sigalas Rabaud, Rayne Vigneau, Lafaurie-Peyraguey, La Tour Blanche te Rabaud-Promis se sont réunis autour d’une table et se sont dit que de sortir les prix en même temps, cela aurait davantage d’impact et de visibilité vis-à-vis du négoce bordelais. « C’est vrai que ce 2 mai, il y a quelque chose qui est né, »explique Miguel Aguirre, directeur du château La Tour Blanche.

IMG_2782De cette union (pour ne pas dire lune de miel, pour le Sauternes ça le fait) un nouveau né allait voir le jour : c’est ainsi qu’ils ont sorti un coffret unique, une caisse en bois avec ces 5 vins exceptionnels, la caisse « 5 étoiles » en édition limitée à 500 exemplaires sur le millésime d’exception le 2009.

IMG_2798Pour Laure de Lambert-Compeyrot de Sigalas-Rabaud : « c’est génial, déjà une propriété se sent souvent seule, mais là on remet du lien et on se voit régulièrement, avec plaisir, et on échange sur plein de choses. C’est agréable de travailler à plusieurs, car à plusieurs on est plus intelligent. »

Tous les 5 ont leur propre background et une forte personnalité, la quarantaine et des idées à revendre… Idées qui pour l’heure se traduit par cette caisse inédite, unique, faite sur mesure (pour 5 flacons). Elle est le symbole d’un grand savoir faire à Sauternes, avec des vins quelque peu différents, mais issus quasiment de la même veine de terroir. Tous sont en effet voisins.

IMG_2786« On est content de s’être trouvé car on a beaucoup de sensibilité commune » me confie également Thomas Dejean, à la tête de Rabaud-Promis depuis 2000, un domaine acheté en 1950 par son arrière-grand-père Raymond-Louis Lanneluc (dont la famille était propriétaire d’un petit domaine juxtaposé depuis 1720).

IMG_2736Vincent Labergère, directeur de Rayne Vigneau, se réjouit également de ce rapprochement : « on est vraiment voisin, j’en avais ras-le-bol qu’on se se parle pas à Sauternes, et là, on se parle. On s’est dit rapidement qu’on devrait réaliser une belle caisse et organiser une soirée pour présenter ce que l’on veut faire. Quant au prix, on ne l’a pas encore fixé, mais cela restera attractif ». Une caisse comme celle-là peut intéresser des connaisseurs en France  mais aussi la Chine ou les USA, 2 marchés où cette initiative peut vite prendre.

09 Déc

Au détour de Bordeaux Tasting, on apprend l’acquisition de château le Sartre par Bernard Magrez

Par ici les nouvelles fraîches… Bernard Magrez l’homme aux 40 châteaux et 4 crus classés vient de s’offrir château le Sartre en Pessac-Léognan. Un château qu’il ne fallait pas louper selon lui. Et il va aussi avoir très prochainement un domaine en Géorgie. Ah Bernard, toujours en avance sur les autres…

Bernard Magrez, nous a confirmé la nouvelle ce midi sur son stand de Fombrauge - Pape Clément © JPS

Bernard Magrez, nous a confirmé la nouvelle ce midi sur son stand de Fombrauge – Pape Clément © JPS

Jean-Pierre Stahl : « Bernard Magrez, vous venez de faire une nouvelle acquisition, quelle est-elle ?

Bernard Magrez : « C’est le château le Sartre, qui fait 33 hectares, dans l’appellation Pessac-Léognan. C’est un vin de grande qualité et donc c’était à vendre et on n’a pas voulu laisser passer la chose. »

JPS : « Ca représente un gros domaine qui s’ajoute à celui que vous avez déjà Pape-Clément… »

BM : « C’est un complément…Dans le monde entier, l’appellation Pessac-Léognan Graves est une appellation qui a de la résonance, et il y a très peu de choses à vendre, donc quand il y a quelque chose à vendre, il faut sauter dessus. »

Jefferson Desport : « Quels sont vos projets pour le Sartre, aller plus loin, relancer une marque déjà établie ? »

BM :« Oui, elle est établie, à mon avis il y a mieux à faire encore un peu dans la qualité, en diminuant les rendements, peut-être en reprenant un peu aussi la vigne. »

JPS : « C’est un monde qui évolue tout le temps, et un peu grâce à vous ? »

BM : « C’est un monde qui évolue parce qu’il y a des gens qui veulent vendre, des acheteurs aussi, français et étrangers. Mais enfin, le milieu concurrentiel, ce n’est pas Bordeaux, il est dans 7 ou 8 pays. Ils font de très bons vins et de très haute qualité au niveau du Bordeaux. Par conséquent le milieu concurrentiel de Bordeaux n’a plus rien à voir avec celui d’il y a 10 ou 15 ans. Et celui qui ferme les yeux là-dessus, il aura du mal dans les prochaines années. Je peux me tromper mais enfin c’est mon avis »

Regardez l’interview réalisée par Jean-Pierre Stahl et Pascal Lécuyer, avec Jefferson Desport de Terre de Vins :

30 Nov

Les Vins des Rois ou quand les monarques ont rendu célèbres vignobles et châteaux…

A l’époque, il n’y avait pas la télé ni les réseaux sociaux. Mais du jour où le monarque s’était entiché d’un vin, toute la Cour en parlait, et de ce fait c’était le gros coup de publicité pour le domaine en question. C’est ainsi que château Lafite a peaufiné sa renommée, grâce à Louis XV et qu’il a par la suite été classé 1er cru dans le classement des 1855. 

Le château Lafite, à Pauillac, s'est fait un nom à la Cour du Roi Louis XV © Jean-Pierre Stahl

Le château Lafite, à Pauillac, s’est fait un nom à la Cour du Roi Louis XV © Jean-Pierre Stahl

Quand les monarques faisaient la renommée des propriétés du Bordelais…

Une des très vieilles bouteilles de Lafite-Rothschild en 1811, situé dans la salle de dégustation © jps

Une des très vieilles bouteilles de Lafite-Rothschild en 1811, situé dans la salle de dégustation © jps

LAFITE CHARMA TOUTE LA COUR DE LOUIS XV

A Pauillac, château Lafite a une histoire intimement liée à celle du roi Louis XV, dit « le Bien-Aimé ». Le roi avait envoyé en Guyenne comme gouverneur Louis Armand Vignerot du Plessis ; le Maréchal de Richelieu allait impressionner le monarque à son retour à la cour par une bien bonne mine.

Eric Kohler, directeur technique de château Lafite rappelle ce fameux dialogue entre le Maréchal de Richelieu et Louis XV : « Maréchal, je suis tenté de croire que vous avez 25 ans de moins qu’à votre départ en Guyenne », ce à quoi le Maréchal lui répondit :

Votre Majesté ignore-t-elle que j’ai trouvé la fameuse fontaine de jouvence, j’ai découvert que le château Lafite est un breuvage cordial, généreux et délicieux, et comparable à l’Ambroisie des Dieux de l’Olympe », Eric Kohler, citant le Maréchal de Richelieu

Le directeur technique de château Lafite, racontant l'histoire marquante du Maréchal de Richelieu auprès du roi Louis XV © JPS

Le directeur technique de château Lafite, racontant l’histoire marquante du Maréchal de Richelieu auprès du roi Louis XV © JPS

La cour, plutôt habituée au champagne, découvrit alors ce vin fin et tannique du Médoc. Son propriétaire, le Marquis Nicolas Alexandre de Ségur, gagna alors le surnom de Prince des Vignes. « Lorsque la cour a goûté les vins de Lafite, elle a perçu cette concentration plus importante, qui a ensuite été expliquée dans les années 1990 à travers le fameux paradoxe de Bordeaux puisque la richesse et les tanins des vins de Bordeaux avaient des vertus médicinales prouvées »n poursuit Eric Kohler.

IMG_1902Mais la notoriété de Lafite était déjà bien établie en Angleterre car Haut-Brion avait été précurseur et avait réussi à se faire connaître des Anglais, ayant même ouvert une taverne fort renommée au XVIIe siècle…

Dans le célèbre chai d"élevage de château Lafite © JPS

Dans le célèbre chai d »élevage de château Lafite © JPS

La consécration par la cour de France allait perdurer tout au long du XIXe siècle jusqu’au classement de 1855. « Lafite avait donc été classé 1er des 1ers avec Latour, Margaux et Haut-Brion, depuis cette époque la notoriété a grandi pour atteindre ce qu’elle est aujourd’hui dans le monde entier. »

IMG_1888

QUAND JOSEPHINE COMBLA LA FAMILLE SOUM

Bien plus anecdotique, cette histoire de Napoléon et de son épouse au retour des guerres d’Espagne. En 1809, son épouse Joséphine marqua à tout jamais un petit domaine au nord de Bordeaux…

« L’Impératrice Joséphine, accompagnant Napoléon aux guerres d’Espagne, s’est arrêtée pour faire pipi dans la vigne, et depuis cette parcelle a été cadastrée sous le nom de « congaillard », explique Martine Soum propiétaire des Vignobles Soum.

IMG_2001Et c’est ainsi qu’est née à Marsas « la Pissotière de l’Impératrice », une marque déposée par la famille Soum.

Madame Soum fière de cette anecdote de l'histoire, que son père fit prospérer © JPS

Madame Soum fière de cette anecdote de l’histoire, que son père fit prospérer © JPS

Elle lui valu de nombreux articles de presse et une reconnaissance par les amoureux de Napoléon mais pas seulement.

Une idée de génie qu'a eu Mr Soum en déposant cette marque © JPS

Une idée de génie qu’a eu Mr Soum en déposant cette marque © JPS

« C’est une anecdote qui nous fait travailler, les gens viennent, cela les amuse beaucoup, » Martine Soum.

IMG_2005

QUAND LOUIS XV ET NAPOLEON III TRONAIENT EN BONNE PLACE A BORDEAUX

L’histoire de Bordeaux, de ses vins et des monarques, si elle est peu importante, est pour le moins marquante. Bordeaux avait érigé une statue équestre, en bronze, en hommage au Roi Louis XV, sur la place Royale aujourd’hui devenue place de la Bourse (dont on peut encore admirer des tableaux au sein des salons de la CCI).

Louis XV le Bien Aimé trône en bonne place dans l'un des salons XVIIIe du Palais de la Bourse © JPS

Louis XV le Bien Aimé trône en bonne place dans l’un des salons XVIIIe du Palais de la Bourse © JPS

Descendue puis fondue à la révolution, elle fut remplacée par une statue de Napoléon III qui commanda le classement de 1855, avant d’être lui-même remplacé par les 3 Grâces. Ces dernières auraient pu à leur tour être remplacées dans les années 2000 lors des travaux des quais de Bordeaux, par une nouvelle statue de Louis XV car il existe toujours le moule à Paris. Histoire de rendre grâce à ce monarque éclairé qui, le premier en France, fit le succès des vins de Bordeaux.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Christèle Afel, montage Christophe Varone, mixage Véronique Lamartinière, avec l’éclairage en suivant de Frédéric Lot :

28 Nov

Les 100 Meilleurs Vins au Monde selon le Wine Spectator

Voici le Top 100 de 2017 révélé lundi dernier par le Wine Spectator. Un classement attendu par la planète vin car le Wine Spectator est l’un des plus influents magazines spécialisé au monde. N°1 le Merlot 2014 de Duckhorn de la Napa Valley. Château Coutet à Barsac est N°3 et Canon-La Gaffelière à Saint-Emilion N°5.

Extrait du © Wine Spectator

Extrait du © Wine Spectator

Depuis 1988, le Wine Spectator sort son Top 100. Une liste de vins dégustés au cours des 12 derniers mois, basée sur les critères  de qualité, de valeur et de disponibilité.

De nombreux vignobles mondiaux sont récompensés et le 1er d’entre eux est un merlot de 2014 Duckhorn de la Napa Valley. Dans les 10 premiers vins de ce Top 100, on compte 5 vins américains, 4 français et un italien.

A noter la très belle place de château Coutet avec une note de 96 mais surtout la 3e place pour ce liquoreux,1er cru classé de Barsac, sur son 2014. Suit à la 4e place un Gigondas 2015 château de St-Cosme, puis à la 5e Domaine Huët Vouvray Demi-Sec Le Mont, et 6e château Canon-La Gaffelière 1er grand cru classé de St.-Emilion.

Dans la série suivante pour aller jusqu’à 20, on trouve à la 14e place le Clos des Papes 2015 en Châteauneuf-du-Pape avec une note de 98 puis à la 15e Domaine des Baumard de Savennières en Vins de Loire.

Si vous aussi vous souhaitez vous faire votre idée et consulter le dossier complet des 100 meilleurs vins de 2017 qui figureront dans le numéro 31 décembre 2017 de Wine Spectator (dans les kiosques à journaux le 28 novembre) : c’est ici, le TOP 100 du Wine Spectator