23 Nov

Par ici le palmarès « déconfiné » de Castillon : une dégustation en bonne et due forme, chez Stéphane Derenoncourt

Le « Palmarès Castillon » devait se tenir le 27 mars à Paris chez Lavinia. Reporté du fait du 1er confinement, ayant toutefois fait une 1ère sélection sur 100 vins dégustés le 27 février, les organisateurs ont décidé de maintenir cet événement à l’automne et ce durant le 2e confinement, en plein coeur de l’appellation au Domaine de l’A à Sainte-Colombe, chez Stéphane Derenoncourt, en tant que professionnels, avec les règles de distanciation et dans deux salles de dégustation…

S’il y en a bien un qui se réjouit de l’événement et de ce report, c’est le chef étoilé Tanguy Laviale, du restaurant Garopapilles à Bordeaux, puisque du fait de la fermeture actuelle de son établissement, il a ainsi pu être présent et membre du jury :

Pour cette édition du Palmarès Castillon, on n’a peut-être pas le gratin des cavistes ou dégustateurs parisiens habituels, mais là on a la crème de la crème régionale, Mathieu Doumenge journaliste de Terre de Vins ou encore Thomas Noel caviste très en vogue à Fronsac.

Sur les 27 derniers vins en lice, ils doivent en donner 2 par catégorie : « on a le côté frais et fruité (pour la première catégorie), d’un vin qui sera peut-être un vin d’entrée de gamme, ensuite pour la 2e d’un vin gourmand et séducteur avec une cuvée plus travaillée, plus de puissance, plus de longueur et enfin pour la dernière et 3e catégorie des vins qui sont charpentés plus travaillés qui seront issus des plus grands terroirs de l’appellation ».

Tous sont jugés sur le millésime 2017, un millésime par facile à Bordeaux où 40% de la récolte avait été perdue dans le bordelais du fait du gel (surtout du 28 avril) :

2017, une année assez difficile pour le vigneron car grosse perte avec le gel du printemps, malgré tout on a de très jolis vins car l’appellation est sur des plateaux et des coteaux »Yann Todeschini, vice-président du syndicat viticole de Castillon-Côtes de Bordeaux.

Car cette appellation de 2300 hectares compte 230 vignerons qui ne manquent pas de savoir-faire et de caractère : « il y a ici un tissu familial, artisan, plein d’amour de son travail qui existe et ces gens la on les connaît peu » commente Stéphane Derenoncourt ;

Quand on parle de bio ou de biodynamie à Bordeaux, on nous parle de Palmer ou de Pontet-Canet, ce qui est très bien, ça reste microscopique dans l’univers des crus classés, à Castillon c’est 25 % de l’appellation qui s’est engagée dans le bio » Stéphane Derenoncourt

Et à la mi-journée, les résultats sont tombés, donnés par le maître des lieux Stéphane Derenoncourt…

Dans  la catégorie frais et gourmands, sont récompensés les châteaux le Petit Picoron et Beynat, dans la catégorie Gourmands et Séducteurs les châteaux de Belcier et Brisson et enfin dans la catégorie Puissants et étonnants Roquevieille cuvée excellence et château d’Aiguilhe.

© Photos Jean-Pierre Stahl

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Jean-Michel Litvine : 

07 Nov

Victoire de Joe Biden : la joie d’Américains résidant à Bordeaux

C’est un heureux dénouement que souligne Jana Kravitz, Américaine bien connue du monde du vin et de Bordeaux. Pour cette New-Yorkaise, vivant en France depuis de nombreuses années, qui travaille dans le monde du vin, c’est un « ouf » de soulagement. Suzanne Mustacich journaliste américaine vivant aussi à Bordeaux se réjouit de son élection autant « populaire » pour l’Amérique, la France et l’Europe.

Jana Kravitz, une coupe à la main, à l’annonce des résultats en cet fin d’après-midi © Luc Plissonneau

« I’m fine ! », c’est la première réaction de Jana Kravitz Plissonneau, co-gérante de Vin’Animus, recueillie par Côté Châteaux. « Oui, heureuse, je suis soulagée. C’est depuis avant hier où cela a commencé à changer et où j’ai senti déjà cette première bouffée d’air, de soulagement. Cela va changer maintenant, pour tout le monde. »

« Il faut voir maintenant ce que Donald Trump va faire, parce qu’il refuse de perdre. Mais c’est aussi sa façon de perdre quand il réclame victoire. Il est New-Yorkais, comme moi je le suis, et je suis certaine qu’il va dire j’ai gagné, c’était une fraude… »

Quant à savoir si c’est une bonne chose pour les vins français ?

Absolument, c’est une bonne chose pour les vins français car Joe Biden c’est un homme du monde, il est clair, il aura des relations normalisées et ce sentiment d’amitié va être restauré. Cela va toucher le monde du vin et la façon de faire des affaires, » Jana Kravitz Plissonneau

« Oh my God, j’ai fait une video pour ma famille avec mes enfants devant la télé avec Joe Biden qui venait d’être élu et ils ont crié Joe Biden… »On comprend cette joie immense de cette New-Yorkaise qui s’était aussi réjoui de la victoire de Barack Obama pour qui la victoire de Joe Biden est aujourd’hui « historique ».

De son côté, Suzanne Mustacich, autre Américaine, journaliste spécialiste viticole notamment pour el Wine Spectator  vivant à Bordeaux : « je vais beaucoup mieux, on a un espoir maintenant ! Je restais scotchée au vote depuis mardi; hier j’ai mis une bouteille de champagne au frais, je ne l’ai pas ouverte, mais là oui j’ai décidé de l’ouvrir. Car cela aurait été une catastrophe sinon, on ne peut pas s’imaginer, si Trump avait été réélu ! »

Oui, je suis soulagée et heureuse pour mon pays et c’est bien pour l’Europe aussi. On n’a jamais autant de gens qui ont voté, c’est inimaginable et il gagne avec plus de 4 millions de voix d’avance, Suzanne Mustacich

Et d’ajouter « c’est un vote populaire, il y a des gens qui n’avaient jamais voté qui ont voté, et j’ai vu de nombreux jeunes. C’est ça l’Amérique ! »

En plus, « Biden ne va pas chercher de conflit avec l’Europe, il va se concentrer sur l’épidémie, oui c’est une très bonne chose. » complète ,Suzanne Mustacich

« Pour le monde du vin, oui on peut espérer une baisse des tarifs, il ne va pas chercher le conflit avec l’Europe car c’est un partenaire historique. J’espère qu’ils vont revoir les tarifs, les taxes qui font excessivement de mal en Europe et surtout en France ».

« J’espère aussi qu’il va y avoir une organisation mondiale pour gérer l’épidémie et pour le climat pour sauver la planète. C’est une bonne chose pour l’Amérique, pour la France et l’Europe. »

Merci à nos amies Américaines pour leurs réactions à chaud pour Côté châteaux. Good luck Joe Biden. Congratulations Mister President !

27 Oct

Michel Pastoureau, lauréat 2020 du Prix Montaigne de Bordeaux

C’était hier soir la cérémonie de remise du prix littéraire Montaigne de Bordeaux par le maire Pierre Hurmic et Jean-Pierre Rousseau Grand Chancelier de l’Académie du Vin. Michel Pastoureau a été consacré lauréat 2020 pour son ouvrage « jaune histoire d’une couleur ».

Jean-Pierre Rousseau, Michel Pastoureau et Pierre Hurmic © Frédérique de Lamothe

Cette année le prix littéraire Montaigne de Bordeaux récompense Michel Pastoureau, professeur à la Sorbonne et à l’école pratique des Hautes Etudes où il est titulaire de la chaire d’Histoire de la symbolique occidentale. Mondialement connu pour ses travaux sur l’histoire des couleurs en Occident et ses ouvrages et travaux sur les significations de l’héraldique, sur les blasons et les armoiries, Michel Pastoureau remporte ce prix littéraire pour « Jaune, histoire d’une couleur. » Un prix qui consacre les valeurs d’humanisme, de tolérance et de liberté, chères au célèbre écrivain bordelais et autre Michel, Michel de Montaigne, maire de Bordeaux de 1581 à 1585. Pierre Hurmic s’en souvient…en tant que juriste bien sûr.

Michel Pastoureau montre dans son ouvrage comment cette couleur « Jaune » était considérée comme quasi sacrée sous l’Antiquité grecque et romaine, étant synonyme de lumière et de prospérité. Dès le Moyen-Age, elle devient une couleur plus ambivalente et commence à s’apparenter à la maladie, à la félonie lorsqu’elle tire vers le vert tandis qu’elle reste un signe de pouvoir lorsqu’elle se rapproche de l’or ou du miel. Le déclin se poursuit à partir du XVI° siècle mais le jaune conserve cette ambivalence jusqu’à aujourd’hui encore. Richement documenté et illustré, le livre de Michel Pastoureau qui complète l’histoire qu’il a consacré au bleu, au noir, au vert et au rouge plonge le lecteur dans l’histoire culturelle de l’Occident.

Cette cérémonie s’est parfaitement déroulée dans le contexte de crise sanitaire avec une jauge maximale de 40 personnes présentes et sous une pluie abondante extérieure qui aurait plu au Président Hollande…Le lauréat s’est vu remettre par l’Académie du vin une vingtaine de caisses de Grands Crus de Bordeaux, tous membres de l’Académie du Vin de Bordeaux, histoire de refaire sa cave non pas de « jaune » maius plutôt de « rouge ». Félicitations.

21 Oct

Meilleur caviste de France 2020 : Matthieu Potin consacré à la Cité du Vin

C’était ce lundi le concours du Meilleur Caviste de France organisé par le Syndicat des Cavistes Professionnels et par Terre de Vins à la Cité du Vin. Le tiercé gagnant est finalement 1er Matthieu Potin de la Vignery à Saint-Germain-en-Laye, Julien Lepage de la Vignery à Saint-Germain-en-Laye et David Morin de la Cave de Villiers-sur-Marne.

Matthieu Potain, le vainqueur du concours du meilleur caviste 2020 © Terre de Vins – Solène Guillaud

N’allez pas raconter de potin pour cette édition 2020, ou plutôt si, vous pouvez clamer la victoire de Matthieu Potin au terme d’une joute haletante. Caviste à la Vignery de Saint-Germain-en-Laye, il s’impose comme vainqueur du concours de meilleur caviste 2020 devant Julien Lepage du même spot et David Morin de la Cave de Villiers-sur-Marne.

Je ne sais pas si ma plus grande fierté c’est d’avoir gagné le concours ou que mon collègue et ami ait pris la 2e place ! », Mathieu Potin

Ils étaient 40 qualifiés, à la fin, il n’en restait plus que 5, les 3 mentionnés ci-dessus, avec un Prix Spécial Meilleur Jeune Caviste décerné à Alexis Zaouk des Caves d’Alex à Nanterre (92) : « c’est la première fois que je participe à un concours en tant que professionnel et j’ai adoré cette atmosphère et l‘adrénaline que provoque les épreuves et l’annonce des résultats. Ce concours est une vraie opportunité pour nous de mettre en lumière notre profession et un tremplin pour l’avenir ».

Mais aussi un Prix du public (attribué par les internautes) pour Franck Naudot des Caves Naudot à Bellerive sur Allier (03) : « je suis ravi d’avoir ce prix parce que je n’ai rien fait, autre qu’être le plus ancien participant à ce concours. C’est le public qui a tout fait. Avec ce prix du public, mes clients deviennent acteurs de la reconnaissance de la profession. »

Les lauréats de ce cru 2020 récompensés à la Cité du Vin © Terre de Vins- Solène Guillaud 

Créé en 2014 par le Syndicat des Cavistes Professionnels, ce concours du meilleur caviste souhaite mettre en lumière la profession de caviste, le concours récompense chaque année des professionnels s’étant distingués par leur expertise et leur sens du conseil. Aussi pour bien apprécier leur travail, un invité mystère s’est invité dans leur antre pour voir leur travail, cette évaluation a pu compter pour 1/5e de la note. Pour Patrick Jourdain, président du Syndicat des Cavistes Professionnels : « ce concours est très important pour nous, cavistes. C’est une reconnaissance de la part des consommateurs et de nos clients. Il permet de gagner une visibilité qui nous manque parfois encore. Quand on écoute les consommateurs, ils ont une bonne image du caviste, mais certains hésitent encore à pousser notre porte. Il faut qu’on fasse tout pour les faire pénétrer dans nos caves, leur faire découvrir notre passion, les produits, nous qui sommes ambassadeurs des vignerons, passeurs d’histoire ».

Avec Terre de Vins.

15 Oct

Exclu : C’est confirmé, le Tour de France 2021 passera par Libourne et Saint-Emilion : « c’est une superbe nouvelle, ça c’est sûr »

La nouvelle commence à se savoir dans la Cité Millénaire, elle est toute fraîche, une confirmation a été faite au maire de Saint-Emilion que le Tour de France 2021 lui fera l’honneur d’une arrivée sur Libourne le 16 juillet  et d’un contre-la-montre Libourne-Saint-Emilion le 17 juillet 2021, juste avant l’arrivée sur les Champs-Elysées le 18 juillet.

Bernard Lauret, le maire de Saint-Emilion : « bien sûr j’ai sauté de joie ! »

« C’est une superbe nouvelle, ça c’est sûr ! », commente en exclusivité Bernard Lauret le Maire de Saint-Emilion à Côté Châteaux. « On pensait l’avoir en 2019 pour les 20 ans de la Juridiction classée au Patrimoine Mondial de l’Humanité, mais on ne l’a pas eu. Là c’est fait. Bien sûr, j’ai sauté de joie pour le tourisme, surtout dans cette période actuelle avec le contexte de covid… »

« Pour nous, ce n’est que du positif car nous avons eu peu de touristes cette année, j’espère que cela va faire venir du monde. C’est vrai qu’en juillet et en août, on a eu de la fréquentation, mais cela ne va pas compenser 10 mois où on a eu personne…et notamment en septembre, peu de monde. Cela risque d’être compliqué pour la suite. A titre d’exemple, depuis le début de l’année on a reçu 100 bus, l’an dernier à la fin décembre 2400…80 000€ de taxe de séjour pour l’heure en 2020 contre 250 000€ en 2019… »

Saint-Emilion va resplendir partout dans le monde avec la retransmission du Tour du France © JPS

« J’ai reçu la lettre hier de Christian Prud’homme qui soulignait le succès médiatique de la 107e édition, ils ont eu énormément de demandes, mais il est heureux de m’annoncer que Saint-Emilion sera ville étape du Tour de France 2021 avec un contre-la-montre Libourne-Saint-Emilion le 17 juillet. La dernière fois qu’on a eu le Tour c’était en 1996, avec un contre-la-montre de 60-70 kilomètres, cette fois-ci ce serait environ 30 kilomètres sur la partie nord de Saint-Emilion, » avec bien sûr le passage devant et le survol en hélicoptère au-dessusde grands châteaux. »

Philippe Buisson, le maire de Libourne, commente de son côté : « j’attends le 29 avec un peu plus de sérénité qu’il y a quelques jours. Si tout cela se confirme, ce sera une grande fête à Libourne entre le 14 et le 19 juillet ! ». Et donc on attend cette fête avec impatience…

Du côté de la ville de Bordeaux qui s’était aussi portée candidate, Pierre Hurmic, le maire me confirme ce soir avoir eu Christian Prud’homme qui m’a dit que « c’était mort » pour 2021 mais ouvert pour l’année suivante 2022″. La candidature de Bordeaux avait alors été présentée « par mon prédécesseur », Nicolas Florian. Bordeaux restait toujours en attente, le choix semble s’être porté sur Libourne pour l’arrivée de l’étape du vendredi 16 juillet.

Jean-François Galhaud, Président du Conseil des Vins de Saint-Emilion se réjouit ce soir : « on est ravi de recevoir cette course avec une arrivée à Libourne et un contre-la-montre à Libourne-Saint-Emilion, cela va être super, une belle mise en lumière de notre région, de notre vignoble de Saint-Emilion inscrit au Patrimoine Mondial de l’Humanité. On espérait d’ailleurs l’avoir en 2019 pour les 20 de l’inscription à l’Unesco. Cela va être une mise en avant de nos vignobles, de nos belles propriétés et 900 vignerons de St Emilion, Lussac et Puisseguin, auxquels on va aussi associer ceux de Montagne et Saint-Georges. On va montrer nos vignes bien tenues et appuyer sur les valeurs d’agroécologie qu’on défend dans le libournais. On veut montrer qu’on est des gens simples, qu’on aime bien rigoler, qu’on aime les choses simples, le Tour de France est très populaire et cela nous va bien à nous aussi… »

Vive le Tour et le Tour en Gironde, cela fait rêver. Vivement l’été prochain.

10 Oct

L’image du jour: l’équipe de France championne du monde de dégustation à l’aveugle

Et de deux, deuxième titre consécutif pour l’équipe de France qui vient de s’adjuger la couronne de meilleurs dégustateurs au monde aujourd’hui au château Smith Haut Lafitte à Martillac en Gironde. La France compte 3 titres depuis la création de l’épreuve par la Revue du Vin de France en 2013.

L’équipe de France avec son trophée de championne du monde © Smith Haut Lafitte Daniel Cathiard

La France s’impose avec 142 points devant la Chine (120) et la Finlande (85). C’est une nouvelle victoire pour cette fabuleuse équipe constituée de  Christophe Boyet (club culture et vins de France (Corbeil Essonnes)), Emmanuel Olive (même club de Corbeil Essonnes), François Breteau (club tire-bouchon attitude-Gironde) et Chistian Collin (club les Vins du Vingt à Morlet en Bourgogne.

Tous les 4 se complétaient bien, certains étant spécialistes et amateurs de rieslings alsaciens et allemands, d’autres de vins espagnols et italiens, d’autres encore de vins bourguignons et de la vallée du Rhône, d’autres enfin de la Vallée de la Loire ou bien encore de Bordeaux. L’équipe de France était coachée par Jacky Camus, des Ardennes et du club vins découvertes, lui -même fin connaisseur de champagnes et de vins d’Alsace, amateur de Chablis et de Bordeaux

Dans cette épreuve, 12 vins étaient dégustés à l’aveugle,  « les candidats devaient deviner le cépage, l’appellation, le pays producteur et le millésime », selon Philippe de Cantenac organisateur.

Au final, ce sont les Français, qui ont réussi à montrer qu’ils dominaient l’épreuve : « on a déjà gagné une fois, c’était génial et donc cela fait deux fois, et avec autant de points d’écart, cela fait plaisir », devait confier le Girondin et vainqueur François Breteau à France 3 Aquitaine.

Bravo aux vainqueurs et cocorico.

Regardez le reportage de Margaux Dubielh et Philippe Turpaud : 

01 Oct

Tonnellerie française : des résultats stables en 2019

2019, un millésime encore pas mal, en attendant les répercussions probable de la pandémie sur 2020 ou plutôt 2021, les résultats affichés de la tonnellerie française sont stables. Les 58 adhérents à la Fédération des Tonneliers de France ont ainsi vendu 658 000 unités pour un chiffre d’affaires de 494,4 millions d’euros.

Le marché de Cognac a été encore porteur en 2019 et donc les ventes de fûts neufs en France ont augmenté de 4,9%, alors que les marchés à l’export, qui représentent 65% en volume, affichent une légère baisse de 2,2%. La nouveauté pour ce millésime 2019, c’est l’engouement pour les barriques de gros volumes, ce qui  explique une hausse de 4,5% en valeur. Le marché domestique augmente de 8,6% et les ventes export de 2,7%.

LE TOP 5 DES MARCHES:

  • La France en tête (35% en volume, 32% en valeur),
  •  les Etats-Unis (28% en volume, 30% en valeur), 
  • l’Espagne (8% en volume, 7% en valeur),
  • l’Australie et l’Italie (6% en volume, 6% en valeur, dans ces deux pays).

Nous avions redouté que 2019 soit une année difficile, notamment en raison des incendies en Californie puis en Australie, mais les résultats en Europe sont venus compenser les baisses sur ces marchés, Jean-Luc Sylvain, Président de la Fédération des Tonneliers de France.

PROGRESSION EN EUROPE ET SEVERE CHUTE EN CHINE

Les marchés européens confondus montrent une progression de 3% en volume et 8% en valeur, tandis qu’à l’exception de la Nouvelle-Zélande, ceux de l’hémisphère Sud connaissent tous un repli sur cet exercice. Quant au marché chinois, il est en net recul (- 27% en volume).

Quant aux grands contenants, cuves et foudres de plus de 700 litres, ce sont 1 810 unités qui ont été vendues (- 3%), alors qu’en 2018 il y avait eu une hausse conséquente de 21%

La Tonnellerie Demptos à Saint-Caprais-de-Bordeaux © JPS

QUID DE LA CRISE SANITAIRE STABLE EN 2020, CHUTE EN 2021

 
« Malgré la crise sanitaire, nous nous attendons à ce qu’il en soit de même en 2020, nos clients ayant toujours à coeur d’offrir à leurs vins les meilleures conditions d’élevage. En revanche nous sommes beaucoup plus inquiets concernant 2021. Nombre d’entre eux vont être confrontés à des difficultés de trésorerie dues à la chute de leurs ventes. Il est peu probable qu’ils soient en mesure de nous passer les mêmes commandes, » a précisé Jean-Luc Sylvain, le Président de la Fédération des Tonneliers de France.

Avec Fédération des Tonneliers de France

10 Sep

Les Vignobles Ducourt remportent le Grand Prix d’Or « Innovation et Avenir » des Vignobles Engagés

C’est une heureuse nouvelle pour les vignobles Ducourt et notamment les frères Jérémy et Jonathan qui mènent depuis 6 ans des expérimentations sur des cépages hybrides, résistants aux maladies. Ils ont réussi à prouver qu’ils arrivaient à diminuer par 10 les traitements de leurs vignes. Ils ont été récompensés lundi soir à la Cité du Vin par un Grand Prix d’Or « Innovation et Avenir » des Vignobles Engagés. Ce sont les vignerons du mois…

Jonathan Ducourt, dégustant son blanc Métissage, en mars 2019 © JPS

Jean-Pierre Stahl : « Salut Jonathan, alors heureux ? Vous avez remporté  le Grand Prix d’Or des Vignobles Engagés décerné par Terre des Vins ? »

Jonathan Ducourt : « Cela fait effectivement plaisir d’être reconnu par tout ce qui est interprofession, région et journalistes, sur le travail que l’on fait sur les variétés résistantes depuis 6 ans. »

JPS : « Des variétés dont vous avez démontré qu’il était possible de les cultiver à Bordeaux… »

Jonathan Ducourt : « Ce sont des cépages résistants, des hybrides constitués à partir de merlots, de cabernets, de sauvignons blancs avec des vignes sauvages, d’autres variétés vitis, qui amènent de la résistance aux champignons…En faisant ainsi ces croisements, on arrive à trouver un descendant à la 5e ou 6e génération qui fait un bon raisin qui est désormais résistant. C’est assez répandu, dans de nombreux pays mais pas en France car on continue à travailler sur les appellations et les cépages emblématiques. Dans d’autres pays, comme l’Allemagne, la Suisse, le Canada, ils se posent moins de questions car ils sont moins sur les appellations que nous. Ils sont plantés en variétés internationales et en hybrides. »

JPS : Il y a une diminution flagrante des traitements phytosanitaires ? »

Jonathan Ducourt : « On fait effectivement 1 ou 2 traitements par an, par saison et on le fait en bio, avec du cuivre. Au lieu de faire 8 à 10 passages, on en fait presque 10 fois moins. Cela réduit beaucoup. A la fin tu as des raisins sains, un rendement correct et pas de maladies. On est content au niveau qualitatif, cela fonctionne. Au niveau vignoble, le challenge c’est de les faire connaître, surtout tu pars avec des cépages inconnus…

JPS : « Et donc le vin ainsi produit, vous l’avez baptisé Métissage, pourquoi ? »

Jonathan Ducourt :  « Métissage, c‘est un mélange en fait, comme c’est un mélange de variétés, on trouvait cela sympa de le retrouver dans le nom de la marque, et en plus en anglais cela sonne bien. »

Regardez le premier reportage effectué par Jean-Pierre Stahl et Pascal Lécuyer en 2016 avec Jeremy Ducourt :

JPS : « Combien d’hectares avez-vous passés en cépages résistants ? »

Jonathan Ducourt : « Aujourd’hui, à Bordeaux, on a 13,5 hectares de cépages résistants, hybrides. On a de jeunes vignes comme d’autres plus anciennes en production, on fait du vin avec les vignes qu’on a planté il y a 6 ans. On avait eu des débuts assez compliqués, avec notamment le gel de 2017. On produit 15 000 bouteilles de blancs (cépage sauvignac) et 25 000 de rouges (cabernet jura). Les nouvelles variétés sont le muscaris et le sauvignier gris.

JPS : « Cette expérimentation risque d’être dupliquée ? »

Jonathan Ducourt :  « Ce qui est intéressant, c’est que les gens se mettent à tester de nouvelles variétés, ils réfléchissent comment adapter leur terroir au climat à Bordeaux. On a fait des émules, qui ont planté par ci par là. petit à petit, on a un petit groupe de gens qui testent ainsi d’autres variétés. »

Lire ou relire également l’article de mars 2019 : Cépages résistants à Bordeaux : l’expérimentation est déjà menée chez les Vignobles Ducourt

Voir ici la présentation du trophée Bordeaux Vignoble Engagé chez les Ducourt

Regardez le reportage réalisé en mars 2019  par Jean-Pierre Stahl et Sébastien Delalot

09 Août

L’Auberge du Vieux Puits, meilleur restaurant du monde selon TripAdvisor

Dans cette chaleur torride de l’été, l’Auberge du Vieux Puits vient de décrocher la fabuleuse meilleure note de l’ensemble de ses clients 5/5 sur TripAdvisor. Un exploit qui classe ce restaurant gastronomique tenu par la famille Goujon 1er et meilleur resto au monde pour TripAdvisor.

© Gilles Goujon, le chef de l’Auberge du Vieux Puis, (photo de profil de sa page Facebook)

C’est dans un petit village des Corbières, Fonjoncouse un village de l’Aude aux 140 âmes, où se trouve cette pépite de la restauration: l’Auberge du Vieux Puits, une affaire familiale tenue depuis 1992 par Gilles Goujon, son épouse Marie-Chrsitine et leurs deux fils Enzo et Axel. Un restaurant gastronomique qui est fière d’arborer 3 étoiles au Guide Michelin.

Ce restaurant vient de décrocher une note de 5/5 devant la Ville Blanche à Rospez dans les Cotes d’Armor et devant le Chila une belle adresse à Buenos Aires en Argentine, qui tous deux obtiennent 4,5. L’Auberge du Vieux Puits a obtenu 703 fois 5 étoiles (excellent) et 70 fois 4 étoiles (Très bon), sur 932 notes attribuées par la clientèle.

« Je croyais à un canular », confie Gilles Goujon au Parisien. « C’est beaucoup d’émotion parce que cela vient directement de nos clients. Ce titre récompense l’équipe entière » commente encore avec humilité Gilles Goujon qui emploie 45 personnes et qui peut compter sur de fabuleux producteurs locaux.

​​​​​​ »Vous ne vous rendez pas compte, c’est incroyable ! Notre restaurant est au fin fond de la pampa et on figure dans un classement mondial ! Avec mon équipe, on a chanté « On est les champions » dès qu’on a appris la nouvelle, on est super heureux ! » confie Gilles Goujon à France 3 Occitanie. « Je sais que les commentaires ne sont pas toujours très bienveillants sur ce site. Du coup, ça me flatte beaucoup d’être consacré par les clients eux-mêmes. C’est une énorme récompense pour mon équipe ».

Sur sa page FaceBook, le chef commente : « c’est une grande joie, une fierté et une récompense pour mes équipes. Nous venons d’être élus « Meilleur restaurant gastronomique au Monde » au « Travellers’Choice Awards Restaurants 2020 »

« Ce classement est établi par les consommateurs du site Tripadvisoret basé sur un algorithme analysant des millions de commentaires et d’opinions recueillis au cours de l’année dernière par des voyageurs du monde entier ».
« Nous cuisinons tous les jours avec amour pour vous, pour exalter vos papilles, pour mettre en lumière les richesses de nos producteurs locaux. C’est avec vous tous que nous partageons ce prix, preuve s’il en est, que notre cuisine sait satisfaire le plus grand nombre, MERCI infiniment. »
Vivre une cuisine haute couture, quelque part en Corbières ! »

Un grand Bravo de Côté Châteaux à la famille Goujon, à l’ensemble de l’équipe de l’Auberge du Vieux Puits.

A lire également : Dans l’Aude, l’auberge étoilée de Gilles Goujon sacrée « meilleur restaurant du monde » dans un classement TripAdvisor

Auberge du Vieux Puits, 5 avenue Saint-Victor, 11360 Fontjoncouse, tel 04 68 44 07 37

27 Jan

Christopher Coutanceau, Glenn Viel et Kei Kobayashi, les 3 nouveaux chefs 3 étoiles

Le Guide Michelin a dévoilé en cette fin d’après-midi les noms des 3 nouveaux chefs qui décrochent 3 étoiles : Kei Kobayashi premier Japonais à recevoir trois étoiles en France, mais aussi Glenn Viel en Provence et Christopher Coutanceau, le cuisinier pêcheur de La Rochelle.

Stéphane Carrade, le chef du skiff Club décroche une deuxième étoile au Pyla et Christopher Coutanceau une 3e à La Rochelle, lors de Bordeaux So Good en 2017 © Jean-Pierre Stahl.

Le chef Kei Kobayashi, installé à Paris, est devenu lundi le premier Japonais à se voir décerner trois étoiles en France par le guide Michelin qui a distingué au total trois nouveaux chefs avec la récompense suprême dont Glenn Viel qui a retrouvé cette 3 étoile pour l’Oustau de Baumanière en Provence (étoile perdue en 1990) et Christopher Coutanceau à La Rochelle (Ouest).

Christopher Coutanceau, le cuisinier pêcheur comme il se définit, rejoint dans la région Nouvelle-Aquitaine le célèbre Michel Guérard qui conserve ses 3*** pour ses Prés d’Eugénie.

« Trois étoiles viennent récompenser l’étincelant parcours de Kei Kobayashi, premier chef japonais à obtenir la récompense suprême en France, de toute l’histoire du Guide Michelin », a affirmé le guide rouge sur son site internet.

 

D’HEUREUX PROMUS, QUELQUES OUBLIES

L’équipe de l’Oiseau Bleu, qui obtient une étoile au © Guide Michelin, avec François Sauvêtre et Frédéric Lafon

Parmi les petits nouveaux et promus, bravo à ceux qui décroche une étoile comme l’Oiseau Bleu (Frédéric Lafon) à Bordeaux Bastide, le Solena à Bordeaux Mériadeck, Tentazioni gastro italien à Bordeaux, Claude Darroze à Langon. Bravo au talentueux Stéphane Carrade qui gratte une deuxième étoile cette année pour le Skiff Club , restaurant gastronomique  de l’Haïtza au Pyla. Dommage pour Jérôme Schilling qui méritait vraiment une deuxième étoile au restaurant Lalique au château Lafaurie-Peyraguey (propriété de Silvio Denz), comme le talentueux Ronan Kervarrec qui espérait aussi décrocher une 3e étoile à l’Hostellerie de Plaisance, propriété de la famille Perse (château Pavie), ces deux derniers conservent respectivement une et deux étoiles. Une pensée pour le sympathique chef Michel Trama qui passe de deux à une étoile à l‘Aubergade Michel Trama à Puymirol.

Cette année, le Guide Michelin a ainsi consacré 628 tables étoilées, 4 de moins que l’an dernier, mais 18 nouveaux restaurants étoilés à Paris.

Retrouvez ici la liste des nouveaux étoilés 2020 du Guide Michelin