09 Fév

Michel Vico, le chef du Jasmin au château Le Stelsia, honoré par 1 étoile au guide Michelin

Après avoir remporté 3 toques et une note de 15,5 sur 20 au Gault & Millau 2018, Michel Vico a été récompensé le 5 février dernier à Paris, par le célèbre guide pour sa cuisine gastronomique devant 200 chefs étoilés du monde entier.

© Le Jasmin, restaurant gastronomique de Michel Vico au sein du Stelsia

© Le Jasmin, restaurant gastronomique de Michel Vico au sein du Stelsia

Michel Vico, c’est d’abord un beau cv, il compte à son actif de nombreux noms de cuisines prestigieuses comme le Martinez, le Bristrol ou le Crillon. Avant d’arriver au Stelsia en janvier 2015, il dirigeait une brigade d’une cinquantaine de collaborateurs au restaurant gastronomique de l’Hôtel Casino Barrière de Lille.

Depuis son retour en terres lot-et-garonnaises, il a su montrer son goût pour les beaux produits du terroir qu’il affectionne tout particulièrement et qu’il magnifie au quotidien au Jasmin, tels que le célèbre pruneau d’Agen, la truffe, le foie gras…

Michel Vico, le chef du © Jasmin à Saint-Sylvestre sur Lot

Michel Vico, le chef du © Jasmin à Saint-Sylvestre sur Lot

 « Je suis honoré de recevoir une étoile par une telle Institution mondialement reconnue. J’ai aussi un grand respect pour tous les chefs sélectionnés.

A travers mon savoir-faire, j’espère transmettre ma passion pour ma région, le Lot-et-Garonne, tout en étant toujours à la recherche de produits d’exception. Je souhaite donner du plaisir avec une cuisine émotionnelle et passionnée », Michel Vico.

Le Jasmin*, une bonne table française à découvrir pour les fin gourmets, au sein du Stelsia****, un château hôtel  de 31 chambres « hors du commun », ancienne bâtisse du Moyen-Âge aux façades arborant les couleurs de l’arc-en-ciel, rappelant aux petits comme aux grands enfants les châteaux de contes de fée…

05 Fév

Philippe Etchebest, nouvel étoilé au Michelin avec La Table d’Hôtes du 4e Mur à Bordeaux

La nouvelle vient de tomber, Philippe Etchebest vient d’obtenir une étoile au guide Michelin lors de la remise de récompense du célèbre Guide à Paris. Bravo au chef qui avait ouvert le 4e Mur dans l’enceinte du Grand Théâtre en septembre 2015 à Bordeaux et marque l’essai avec La Table d’Hôtes du 4e Mur, un concept original et gastronomique.

etchebest

C’est une récompense méritée pour Philippe Etchebest, le célèbre chef de la place de la Comédie à Bordeaux. Il a ouvert son restaurant, le 4e Mur, en septembre 2015 et ne cherchait  pas forcément à avoir d’étoiles pour cette brasserie.

L’ironie avait voulu qu’une première étoile fut décernée avant lui à son rival et ami d’en face Gordon Ramsay pour le Pressoir d’Argent. L’injustice est réparée et la guéguerre ou le cauchemar en cuisine va pouvoir continuer, entre ces deux stars et des fourneaux et du petit écran.

CapturePhilippe Etchebest vient de décrocher cette étoile pour La Table d’Hôtes du 4e Mur, ouverte en juillet dernier, en sous-sol de sa brasserie du 4e Mur. Une table gastronomique celle-ci qui laisse au chef exprimer tout son talent, comme une mélodie en sous-sol. Il avait déjà connu la gloire des étoiles avec 2 étoiles décrochées lorsqu’il était chef à l’Hostellerie de Plaisance à Saint-Emilion.

Cette année, 621 étoiles ont été décernées, soit 5 de plus que la dernière édition.

CaptureMichel Vico, du restaurant le Jasmin au Stelsia à Saint-Sylvestre sur Lot (47) a décroché une étoile également, autre table gastronomique récompensée cette année celle de Julien Lefebvre du Château de Cordeillan-Bages, propriété de la famille de Jean-Michel Cazes à Pauillac (Gironde) et aussi 1 étoile pour Tanguy Laviale pour Garopapilles à Bordeaux. Bravo aux chefs.

Capture

A Bordeaux, on compte toujours 3 deux étoiles avec la Grande Maison (Pierre Gagnaire), le Pressoir d’Argent (Gordon Ramsay) et la Grand’Vigne au sein des Sources de Caudalie-château Smith Haut Lafitte (Nicolas Masse). A Saint-Emilion l’Hostellerie de Plaisance conserve aussi ses 2 ** (Ronan Kervarrec). Parmi les 1*, il y a bien sûr le Logis de la Cadene à Saint-Emilion (Alexandre Baumard), le Saint-James à Bouliac (Nicolas Magie), le Pavillon des Boulevards (Bordeaux), le Prince Noir (Lormont-Bordeaux). Le seul 3 *** de la région reste les Prés d’Eugénie de Michel Guérard à Eugénie-les-Bains. Revoir les reportages sur Bordeaux Terre de Gastronomie 

GUIDE MICHELIN 2018 : 28 TROIS ETOILES EN FRANCE :
La Maison des Bois, de Marc Veyrat, et le restaurant éponyme de Christophe Bacquié
ont rejoint lundi le cercle prestigieux des tables auréolées de trois étoiles en
France, qui compte au total 28 établissements dans l’édition 2018 du guide Michelin.
C’est un de plus qu’en 2017, après le retrait par le guide du restaurant Le Suquet
à Laguiole (Aveyron), conformément au souhait de son chef Sébastien Bras. Le fils
de Michel Bras, fondateur du restaurant, avait fait la demande inédite de ne plus
figurer dans le guide qui lui accordait trois étoiles depuis 1999.
CaptureDix « trois étoiles » sont situés à Paris (entre parenthèses l’année d’attribution):
– Alain Ducasse au Plaza Athénée (2016)
– Le Cinq, à l’hôtel Four Seasons George V (Christian le Squer, 2016)
– Alléno Paris – Pavillon Ledoyen (Yannick Alléno, 2015)
– Epicure à l’hôtel Bristol (Eric Frechon, 2009)
– L’Astrance (Pascal Barbot, 2007)
– Le Pré Catelan (Frédéric Anton, 2007)
– Guy Savoy (2002)
– Pierre Gagnaire (1998)
– L’Arpège (Alain Passard, 1996)
– L’Ambroisie (Bernard Pacaud, 1988)
En régions :
– La Maison des Bois à Manigod, en Haute-Savoie (Marc Veyrat, 2018)
– Le Restaurant Christophe Bacquié, à l’Hôtel du Castellet, dans le Var (Christophe
Bacquié, 2018)
– Le 1947 au Cheval Blanc à Courchevel (Yannick Alléno, 2017)
– La Bouitte, à Saint-Martin de Belleville en Savoie (René et Maxime Meilleur,
2015)
– L’Assiette champenoise, à Tinqueux dans la Marne (Arnaud Lallement, 2014)
– La Vague d’or, à Saint-Tropez (Arnaud Donckele, 2013)
– Flocons de sel, à Megève (Emmanuel Renaut, 2012)
– Auberge du Vieux Puits, à Fontjoncouse dans l’Aude (Gilles Goujon, 2010)
– Le Petit Nice, à Marseille (Gérald Passédat, 2008)
– Anne-Sophie Pic, à Valence (2007)
– Lameloise, à Chagny en Saône-et-Loire (Eric Pras, 2007)
– Régis et Jacques Marcon, à Saint-Bonnet-le-Froid en Haute-Loire (2005)
– Georges Blanc, à Vonnas dans l’Ain (1981)
– Les Prés d’Eugénie, à Eugénie-les-Bains dans les Landes (Michel Guérard, 1977)

– Troisgros, à Ouches dans la Loire (Michel Troisgros, 1968)
– L’Auberge de l’Ill, à Illhaeusern dans le Haut-Rhin (Marc Haeberlin, 1967)
– Paul Bocuse, à Collonges-au-Mont-d’Or dans le Rhône (1965)
A Monaco :
– Le Louis XV Alain Ducasse (1990, retirée 1997, retrouvée 1998, retirée en 2001,
retrouvée 2003)

Avec Guide Michelin et AFP

03 Fév

Le vignoble du Sud-Ouest à l’honneur pour recevoir à Miami le trophée très convoité de la « Wine Region of the Year »

Les amis de Côté Châteaux à l’honneur lundi dernier à Miami ! C’était pour eux le grand soir avec la remise des Wine Star Awards organisé par le magazine Wine Enthousiast. Une délégation de 12 personnalités du Sud-Ouest avait fait le déplacement.

thumbnail_IMG_20180129_221728Une délégation de 12 personnalités du vignoble du Sud-Ouest était présente pour recevoir le trophée très convoité de la « Wine Region of the Year ». L’élection du Sud-Ouest comme vignoble de l’année avait eu lieu aux Etats-Unis le 9 novembre dernier.

A Miami,  en ce lundi 29 janvier, c’était don la soirée des Wine Star Awards,  évènement organisé par le très influent magazine Wine Enthusiast.

g

Guillaume de Conti sur son 31 pour l’occasion © Vins de Bergerac et Duras

Pour les Vins de Bergerac et Duras, c’est Guillaume de Conti du Château Tour des Gendres qui représentait ces appellations et avait revêté pour l’occasion un smoking.

Côté buffet, 3 appellations de Bergerac et Duras importées aux  Etats-Unis ont brillé aux côtés des autres appellations du Sud-Ouest, sélectionnées par le sommelier ambassadeur du Sud-Ouest,  André Compeyre (responsable du très sélect Wine bar new-yorkais, Aldo Sohm) :

          Bergerac sec Anthologia du Château Tour des Gendres,

          Côtes de Duras rouge Les Apprentis Du Domaine Mouthes le Bihan

          Monbazillac Domaine de l’Ancienne Cure

Un grand bravo à ces amabassadeurs du savoir-faire du Sud-Ouest.

28 Nov

Les 100 Meilleurs Vins au Monde selon le Wine Spectator

Voici le Top 100 de 2017 révélé lundi dernier par le Wine Spectator. Un classement attendu par la planète vin car le Wine Spectator est l’un des plus influents magazines spécialisé au monde. N°1 le Merlot 2014 de Duckhorn de la Napa Valley. Château Coutet à Barsac est N°3 et Canon-La Gaffelière à Saint-Emilion N°5.

Extrait du © Wine Spectator

Extrait du © Wine Spectator

Depuis 1988, le Wine Spectator sort son Top 100. Une liste de vins dégustés au cours des 12 derniers mois, basée sur les critères  de qualité, de valeur et de disponibilité.

De nombreux vignobles mondiaux sont récompensés et le 1er d’entre eux est un merlot de 2014 Duckhorn de la Napa Valley. Dans les 10 premiers vins de ce Top 100, on compte 5 vins américains, 4 français et un italien.

A noter la très belle place de château Coutet avec une note de 96 mais surtout la 3e place pour ce liquoreux,1er cru classé de Barsac, sur son 2014. Suit à la 4e place un Gigondas 2015 château de St-Cosme, puis à la 5e Domaine Huët Vouvray Demi-Sec Le Mont, et 6e château Canon-La Gaffelière 1er grand cru classé de St.-Emilion.

Dans la série suivante pour aller jusqu’à 20, on trouve à la 14e place le Clos des Papes 2015 en Châteauneuf-du-Pape avec une note de 98 puis à la 15e Domaine des Baumard de Savennières en Vins de Loire.

Si vous aussi vous souhaitez vous faire votre idée et consulter le dossier complet des 100 meilleurs vins de 2017 qui figureront dans le numéro 31 décembre 2017 de Wine Spectator (dans les kiosques à journaux le 28 novembre) : c’est ici, le TOP 100 du Wine Spectator

07 Nov

Ronan Kervarrec et l’Hostellerie de Plaisance crédités de 4 toques par le nouveau Gault et Millau

Il sort jeudi 9 novembre, mais déjà on sait que 7 chefs cuisiniers et établissements de la Nouvelle-Aquitaine sont référencés et récompensés par le fameux guide. Ronan Kervarrec s’y retrouve crédité de 4 toques et d’une note de 17/20.

Ronan Kervarrec : "j'ai mon propre style, ma propre cuisine" © Jean-Pierre Stahl

Ronan Kervarrec : « j’ai mon propre style, ma propre cuisine » © Jean-Pierre Stahl

Dans la nouvelle édition 2018, on retrouve 3 800 tables (plus de 750 nouvelles adresses), 300 jeunes cuisiniers de moins de 30 ans, et 2 500 tables à moins de 30€ et 300 lieux POP.

Parmi les chefs qui excellent, Ronan Kervarrec et sa brigade pour l’Hostellerie de Plaisance à Saint-Emilion, que Côté Châteaux vous avait fait découvrir en primeur à l’été 2016, avant qu’il ne décroche ses deux étoiles au Guide Michelin. Deux, qui pourraient peut-être… se transformer en 3 dans les années à venir.

1 Grand de Demain
Victor Ostronzec
– Soléna – Bordeaux (33)

4 Jeunes Talents
Clio Modaffari
– La Belle Etoile – Niort (79)
Anne Legrand – La Belle Etoile – Niort (79)
Virgile Morceau
– La Cuisine au Beurre – Poitiers (86)
Félix Clerc
– Symbiose –  Bordeaux (33)

LES GRANDES TOQUES
Passage de 19 à 19,5/20

Les Près d’Eugénie-Michel Guérard – Eugénie-les-Bains (40)
1 nouveau 4 toques et la note de 17/20
Hostellerie de Plaisance – Saint-Emilion (33)

Lire ou relire : Plaisance en mode deux étoiles : « depuis que Ronan Kervarrec est là, on est passé à un autre cap : avec lui c’est le produit, le produit… »

16 Oct

Robert G. Wilmers, le propriétaire d’Haut-Bailly, devient Officier dans l’Ordre National de la Légion d’Honneur

Fin septembre, Bob Wilmers s’est vu décerner la prestigieuse distinction des mains d’Alain Juppé. Robert Wilmers est un banquier américain de l’Etat de New York et depuis 20 ans l’heureux propriétaire du château Haut-Bailly. C’est aussi un mécène extraordinaire de la culture à Bordeaux à travers des aides apportées aux musées, à l’opéra et à la Cité du Vin.

Robert Wilmers décoré du grade d'Officier dans l'Ordre National de la Légion d'Honneur © château Haut-Bailly

Robert Wilmers décoré du grade d’Officier dans l’Ordre National de la Légion d’Honneur © château Haut-Bailly

Robert G. Wilmers est un francophile convaincu. Il n’a jamais cessé de faire rayonner la culture française et de favoriser la coopération franco-américaine au sein du French Institute Alliance Française de New York, qu’il préside. Passionné de vin, il est tombé pour elle…la ville de Bordeaux, la capitale mondiale du vin, jetant notamment son dévolu sur le château Haut-Bailly, l’un des plus grands châteaux de Pessac-Léognan, il y a vingt ans.

Depuis Robert G. Wilmers et son épouse n’ont cessé de soutenir et d’accompagner la vie culturelle de cette ville, de son Opéra, et le projet de création de la Cité du Vin. Depuis 2015, les musées de Bordeaux bénéficient en prime d’un soutien généreux de sa part, leur permettant de réaliser des expositions de qualité.

Alain Juppé remettant les insignes d'officier le 21 septembre au © château Haut-Bailly

Alain Juppé remettant les insignes d’officier le 21 septembre au © château Haut-Bailly

Pour ces actions, mais aussi pour une carrière exemplaire, Robert G. Wilmers s’est vu décerner le grade d’Officier dans l’Ordre national de la Légion d’Honneur par Alain Juppé au château Haut-Bailly fin septembre. Ce grand Monsieur est avant-tout un banquier américain, qui dirige depuis 1983 l’une des plus importantes sociétés de portefeuille du secteur commercial et bancaire aux Etats-Unis: M&T Bank Corporation.

Gérée de manière avisée et intelligente, M&T Bank s’est distinguée durant la récente crise financière en étant l’une des deux seules banques de l’index S&P 500( Standard&Poor’s 500) n’ayant pas réduit ses dividendes. En 2011, Robert Wilmers a eu l’honneur d’être nommé « Banker of the Year » par le journal American Banker. Pour lui « la prospérité de la banque dépend du bien être des communautés qu’elle sert ».

Robert G. Wilmers a également soutenu depuis plus de 8 ans le Partner University Fund ( PUF). Ce programme a permis à plus de 97 universités et institutions de recherche françaises et américaines de collaborer dans le cadre de 87 partenariats ayant trait aux sciences et aux humanités. En soutenant la mobilité transatlantique de plus de 100 étudiants chaque année et le développement d’enseignements conjoints, le PUF a également contribué à former les futures générations de chercheurs.

05 Oct

Benjamin Romeo, vigneron espagnol méconnu, et pourtant il obtient des notes de 100/100 attribuées par Robert Parker

Il est plutôt méconnu mais plus pour très longtemps. Benjamin Romeo, vigneron espagnol, s’est vu attribuer des notes de 100/100 par le célèbre critique américain Robert Parker pour deux de ses millésimes. 

v

Benjamin Romeo sur sa page © Facebook Bodega Contador

Benjamin Romeo est mis à l’honneur par la revue de référence française Vigneron, dans sa dernière édition trimestrielle.

A 53 ans, ce viticulteur de la Rioja, dans le nord de l’Espagne, fait pour Vigneron figure « d’avant-gardiste », vinifiant en bio, mais sans certification, car :

Il faut être libre pour penser avec la vigne, prendre soin d’elle et l’amener là où tu veux aller », Benjamin Romeo.

Il tient à rappeler qu’il a « tout appris de son père, Andrés ».

Son domaine, la Bodega Contador, s’étend en Rioja Alta, à San Vicente de la Sonsierra. sur 50 hectares et 70 parcelles, de 400 à 650 m sur les hauteurs de la chaîne montagneuse Sierra de Cantabria, le vigneron, face au réchauffement climatique, cherche à donner toujours plus de fraîcheur à son vin.

Ses bouteilles les plus précieuses, notamment la cuvée Contador, sont conservées dans des grottes anciennes creusées sous l’église gothique du XVIe siècle perchée au sommet de la bourgade.

Avec AFP.

28 Juin

Prix Raisin 2017, « and the winner is… » : Jean Saric propriétaire du château Turon La Croix

Petit événement à Vinexpo, la remise du Prix Raisin sur le stand de la « Brasserie des Bordeaux. » C’était il y a pile poil une semaine. Un prix décerné cette année à Jean Saric, viticulteur à Lugasson, en Bordeaux Supérieur.

Jean Saric, Jean-Pierre Xiradakis et Olivier Dauga ©

Jean Saric, Jean-Pierre Xiradakis et Olivier Dauga © Catherine Vivez

A l’origine, le prix raisin récompensait un jeune vigneron. Cette année, cette un jeune retraité. « A la retraite depuis quelques mois, il se consacre entièrement à sa seconde passion, le vin ». 

Le prix raisin 2017 a été décerné, ce mercredi 21 juin sur le stand la «  Brasserie des Bordeaux » , à Jean SARIC, le patron du Château Turon La Croix, propriété familiale en Appellation Bordeaux Supérieur, à Lugasson. Un prix qui on l’espère va attirer de nouveaux consommateurs vis-à-vis de ce château.

Professeur à la faculté de médecine, et chirurgien spécialiste de la greffe du foie , il se définit comme un «  vieux jeune viticulteur »  ,

Durant un an, Jean Saric sera donc accompagné par les parrains et les marraines de cette édition 2017 : Olivier Dauga ( Le Faiseur de Vin , Jean-Pierre Xiradakis ( Restaurant La Tupina ), Jean-Christophe Varron ( Tonnellerie Vinea ) ; Frédéric Jouffreau ( Agence Clictout Dev Site internet  ) , Brinda Bourdhis ( Winevox Formation Export & Traduction ) et Catherine Vivez ( Attachée de Presse / Communication).

Bravo au lauréat.

15 Juin

« LVMH Innovation Award » à Paris : tous derrière OptiWine, Olivier Caste et Michaël Paetzold !

Côté châteaux croise les doigts avec Olivier Caste, Aurélie et Michaël Paetzold, qui passaient aujourd’hui leur examen non pas de philo, mais de « LVMH Innovation Award »  à Paris. Un trophée qui récompense la meilleure innovation d’une start-up française ou internationale, parmi 3000 dossiers en lice.19105981_1818356438479813_8482018527211203074_nC’était un peu le grand oral ou le grand Olivier Caste dans ses oeuvres ! Aujourd’hui, il passait devant le jury LVMH de l’Innovation, avec Michaël Paetzold, pour démontrer l’originalité, l’inventivité et l’utilité d’OptiWine, un concept inventé de « carafe de poche »

OptiWine, c’est cette formidable idée ingénieuse mise au point par Olivier Paetzold avec Olivier Caste de créer une « carafe de poche » aux multiples facettes capable de révéler le vin en 10 minutes. Un procédé de nanoaération du vin lancé l’an dernier et qui cartonne à Bordeaux, que Côté Châteaux vous avait dévoilé il y a quelques semaines.

« On a piché ce matin, on était 16, devant un parterre de 500 personnes autour de toi, cet après-midi il y en a 16 autres. Il y avait 3000 dossiers à la base, 518 ont été sélectionnés et on n’est plus que 32, et je peux de dire que c’est déjà bien d’y être, » me confie Olivier Caste.

La Carafe de Poche OptiWine créée par Olivier Caste et Michaêl Paotzold © JPS

La Carafe de Poche OptiWine créée par Olivier Caste et Michaêl Paotzold © JPS

On sent Olivier Caste, non seulement tout ému d’avoir promu le made in France en anglais, mais aussi d’avoir croisé Bernard Arnaud le Pdg de LVMH ou encore le Président Emmanuel Macron au détour de ce salon,

cet après-midi. Le résultat des courses est attendu demain matin. On croise les doigts, on y croit, allez les petits !

Retrouvez Olivier Caste dans ce précédent article de Côté Châteaux :

L’Oxygène : ami ou ennemi du Vin ?

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Pascal Lécuyer, Christophe Varone et Jean-Marc Ceccaldi :

06 Juin

La Cité du Vin dévoile officiellement ses résultats de fréquentation : 425 000 visiteurs en 1 an

Côté châteaux vous l’avait annoncé avant tout le monde, la Cité du Vin a reçu plus de 400000 visiteurs, 425000 exactement, pour ce 1er exercice, ce qui correspond aux chiffes communiqués à la base entre 400000 et 450000. C’est un joli succès dont voici le détail en chiffres, avec 38% de visiteurs de la métropole bordelaise et 27 % d’étrangers. Grâce aux visiteurs et au mécénat, l’équilibre financier est atteint dès la 1ère année.

Sylvie Cazes et Philippe Massol au Belvédère, au 8e étage où les visiteurs terminent leur visite en dégustant un vin du monde © Jean-Pierre Stahl

Sylvie Cazes, la présidente de la Fondation pour la Culture et les Civilisations du Vin, et Philippe Massol, le directeur, au Belvédère, au 8e étage où les visiteurs terminent leur visite en dégustant un vin du monde © Jean-Pierre Stahl

LES CHIFFRES CLES DE LA FREQUENTATION DE LA CITE DU VIN

  • 425 000 visiteurs ont fréquenté les espaces payants de La Cité du Vin, auxquels s’ajoutent les visiteurs des espaces en accès libre (la boutique, le salon de lecture, les restaurants, et l’auditorium pour les événements gratuits)
  • 38% des visiteurs habitent en métropole bordelaise, les 62% restants sont des touristes ou excursionnistes.
  • 27% des touristes/excursionnistes sont des étrangers :  Plus de 70 000 visiteurs étrangers représentant 150 nationalités ; 
Un plafond avec plusieurs milliers de bouteilles © JPS

Un plafond avec plusieurs milliers de bouteilles au belvédère immortalisé par Anouk Legendre, l’une des 2 architectes d’XTU qui signe la Cité du Vin  © JPS

LE TOP 10 DES NATIONALITES ETRANGERES

  • Royaume-Uni (14%),
  • Etats-Unis (11%),
  • Suisse (9%),
  • Espagne (8%),
  • Belgique (6%),
  • Allemagne (6%),
  • Italie (6%),
  • Canada (4%),
  • Brésil (4%),
  • Chine (4%).
Sylvie Cazes, la présidente de la Fondation pour al Culture et les civilisations du vin © JPS

Sylvie Cazes, la présidente de la Fondation pour la Culture et les civilisations du vin entourée d’Alain Juppé maire de Bordeaux et de Bernard Farges, du CIVB © JPS

PHYSIONOMIE DE LA CLIENTELE

  • 73% des touristes/excursionnistes sont français, dont 29% résident en région Nouvelle Aquitaine (hors Bordeaux Métropole) et dans le département de la Haute-Garonne ;
  •  91% des visiteurs ont visité le parcours permanent ;
  • 83% de la clientèle est individuelle ; 17% a visité en groupe, dont 5000 sont des scolaires ; •
  • 93% sont des adultes, 7% des jeunes
Anouk Legendre et Nicolas Desmazières aux pieds de la Cité du Vin mercredi dernier © Jean-Pierre Stahl

Anouk Legendre et Nicolas Desmazières, les architectes d’XTU, aux pieds de la Cité du Vin © Jean-Pierre Stahl

UN PANEL D’EVENEMENTS CULTURELS DIFFERENTS

  • 70 événements culturels ont été organisés par la Fondation CCV au sein de La Cité du Vin, avec plus de 10 000 participants au total ; •
  • Plus de 14 000 personnes ont participé aux ateliers oenoculturels ;
  • 5400 pass (abonnements) annuels ont été commercialisés ;
  • 400 événements privés ont été organisés dans divers espaces de La Cité du Vin pour l’organisation d’événements d’entreprises ou d’institutionnels, accueillant 31 000 participants ;
  • Près de 80 000 couverts ont été servis au restaurant panoramique Le 7, et plus de 50 000 à la brasserie – bar à vins Latitude 20 au rez-de-chaussée ; •
Les scénographes du Parcours Permanent de CassonMann, Dinah Casson, Gary Shelley et Roger Mann © JPS

Les scénographes du Parcours Permanent, les Londoniens de CassonMann, Dinah Casson, Gary Shelley et Roger Mann © JPS

UN SUCCES ET UNE BELLE COUVERTURE MEDIAS

  • 1300 journalistes et blogueurs, français et internationaux, ont été reçus depuis l’inauguration de La Cité du Vin, générant plus de 2200 articles de presse dont 110 sur le blog Côté Châteaux.
  • Sur les réseaux sociaux: c’est un succes 40 143 abonnés Facebook, 7 773 abonnés Twitter, et 11 130 abonnés Instagram à fin mai.
  • La Cité du Vin se trouve en 24ème position du classement Instagram « TOP 40 des musées et monuments français ».

Côté châteaux veut féliciter ici les concepteurs en particulier les architectes Anouk Legendre, Nicolas Desmazières ses architectes d’XTU et les scénographes du Parcours Permanent Cassonmann. Bravo également à l’équipe entière de la Fondation pour la Culture et les Civilisations du Vin qui a porté ce projet avec Alain Juppé, ainsi que les mécènes.

Lire ou relire :

La Cité du Vin fête son 1er anniversaire : plus de 400 000 visiteurs, pari gagné !

Regardez le magazine sur l’anniversaire de la Cité du Vin par Jean-Pierre Stahl, Marc Lasbarrères, Cécile Lagaüzère, Emmanuel Crémèse, diffusé le 28 mai dernier au 19/20 sur France 3 Aquitaine :