03 Avr

Bordeaux: une grosse semaine à combattre le gel

Depuis le milieu de semaine dernière et jusqu’à demain, les viticulteurs sont énormément sollicités. Presque 7 nuits sur 10 où le gel a montré le bout de son nez. Cela a été limite dans bon nombre d’endroits, il y a eu quelques dégâts encore difficile à estimer mais la casse a été limitée.

La lutte anti-gel ce matin dès 5h30 sur les secteurs de Vignonet, mais aussi à Saint-Sulpice de Faleyrens, Saint-Emilion, Pomerol, Saint-Christophe-des- Bardes © Sophie Aribaud

Au chevet de la vigne et proche des vignerons qu’elle conseille, Sophie Aribaud témoigne ce matin encore des moyens déployés sur Saint-Emilion et Pomerol pour combattre le risque de gel : « ce matin sur Saint-Emilion, ça a chauffé, bougies, éoliennes, bottes de paille et hélicos sont ressortis ou ont été mis en route cette nuit; on a eu des températures inférieures à 0° sur les secteurs gélifs ».

Depuis plus d’une semaine, les températures font le yoyo, passant un poil dans le négatif, voire jusqu’à -4° dans les endroits les plus froids, et repassant les après-midi dans des températures largement supérieures à 13-16°, parfois fleurant avec les 20° (excepté lundi dernier). « C’est vendredi qui fut la matinée la plus froide, avec des dégâts sur Vignonet, Fronsac, du côté de Langon » et aussi du côté de Pessac-Léognan. 

Même si les dégâts ne sont pas forcément bien visibles, Sophie Aribaud considère qu’ « il faut attendre 15 jours pour bien évaluer, cela a tapé sur de petits bourgeons, peu développés, quand on touche parfois cela a un aspect papier Craft… »aussi « je prépare le terrain psychologiquement vis-à-vis de mes vignerons » qui pourraient ne pas les voir se développer dans les prochains jours.

Dégâts dû au gel à Saint Pierre de Mons, les feuilles commencent à brunir et se flétrir © Sophie Aribaud

Chez les vignerons de Tutiac, Eric Hénaux me confie qu’il y a eu « quelques parcelles sur Sauternes touchées la semaine dernière surtout mais au final peu de dégâts sur nos 5000 hectares de vigne. Ce n’est pas comme le Var ou la Vallée du Rhône qui ont enregistré 30 à 40% de casse ». Effectivement, tous ses vignerons réunis en coopérative comptent sur une vraie récolte, car « en 3 ans on a perdu une année de récolte », complète Eric Hénaux : « on a perdu 50% en 2017 à cause du gel, 25% en 2018 à cause de la grêle et du mildiou et 30% en 2019 à cause du gel, de la coulure et de la sécheresse… »

Fabien Teitgen, directeur du château Smith Haut Lafitte à Martillac: « ce matin on a mis les éoliennes en route à partir de 5h sur Cantelys quand l’alarme a sonné sur mon portable, je ne dors jamais avec mon portable sauf cette semaine…Mais c’est surtout dans la nuit de lundi à mardi où cela a sonné dès 22h30, je n’avais jamais vu cela, devoir mettre en route le système si tôt dans la soirée; c’est descendu au petit matin à -1,5°C, mais c’est passé peut-être grâce à l’humidité de la veille on a eu de la glace sur les feuilles…On est passé à côté heureusement et au final très très peu de dégâts hormis des complants, grâce au fait d’avoir mis en route les 4 ou 5 nuits où ça gelait. J’espère que cela va continuer comme cela, mais c’est vrai que quand cela pousse tôt on a plus de risques, et on se lèvera tous les matins s’il faut se lever tous les matins… »

Olivier Bernard du Domaine de Chevalier à Léognan reconnaît : « on était en alerte maximum depuis mercredi, jeudi et vendredi de la semaine dernière. C‘est vendredi dernier qui a été le plus dur dans l’ensemble avec des -3° dans les endroits les plus froids. On a redémarré lundi et mardi qui a été le plus marqué jusqu’à -4°. On pensait avoir passé cet épisode à risques et on a redémarré ce matin et c’est prévu aussi demain matin ».

Laurent Clauzel du château La Grave Figeac en Saint-Emilion, situé juste en face de Cheval Blanc constate : « je pense avoir gelé ce matin sur 20 ou 30 pieds, mais je n’ai pas mis les protections en place car chez moi la vigne n’est pas trop avancée, je préfère attendre un peu plus tard pour mettre les bougies. Car là ce n’étaient pas de très grosses gelées comme celle de 2017 où j’avais gelé à 85-90%. Le but de mettre des bougies en place, c’est pour sauver une récolte entière. »

De nombreuses bougies encore allumées ce matin © Sophie Aribaud

Quant aux moyens engagés par la famille Bernard : « au total, on a 15 tours, des cheminées qui diffusent de l’air chaud, et quelques bougies pas nocives, sur Chevalier et sur Sauternes-Barsac, avec 8 personnes sur le pont, mais on les démarre manuellement, pas de démarrage automatique intempestif, nous devons être vigilants avec les habitants, ils ont un peu raison, on a des droits (pour sauver la récolte) mais aussi des devoirs (le respect du voisinage) » commente Olivier Bernard.

« Cette semaine, ce n’était pas une configuration de gelées blanches -un phénomène très jaloux marqué aussi car à proximité d’une forêt de pins- mais plutôt de gelées noires, avec des vents froids qui descendent du nord et balaient tout sur leur passage. »

Quant aux dégâts : « on a constaté des dégâts mais assez légers, qu’on peut estimer à 5% sur nos deux secteurs –Pessac Léognan et Sauternes avec Clos des Lunes-, une parcelle a bien pris sur Suau à Barsac, mais les gelées les pires sont celles de fin avril ou début mai (mais là plus rares), car là les cabernets n’ont pas poussé, ce sont juste les blancs et les merlots qui sont plus en avance (bourgeons et petites feuilles) et là si ça crame vraiment tu peux perdre 30 à 50% de la récolte… »

Au château Haut-Lagrange, Francis Boutemy admet également avoir enregistré « -2,5° vendredi dernier; lundi alors que le ciel s’est dégagé de 19h à minuit, une brume a permis d’éviter des températures trop froides, on a eu -0,7, donc il n’y avait plus de problème. Sur nos parcelles, on n’a pas eu de dégât. Ce matin on était prêt à redémarrer, mais on a enregistré 1,7°. dans l’ensemble, « c’était limite, car la végétation a 15 jours d’avance…  » Ce qui inquiète aussi le vigneron, c’est la température du commerce actuel : « notre clientèle c’est la restauration et les particuliers, mais là c’est zéro, zéro, depuis 15 jours, tout le monde est confiné. A la sortie du confinement, il faudra être présent pour reconstruire les caves que les gens auront bues. On vit une période pas facile, il faut espérer que les gens retrouvent le chemin des cavistes et des grandes surfaces pour quelques bouteilles… »

Eric Hénaux, confirme aussi le coup de froid sur l’activité des vignerons de Tutiac  en cette période très particulière : « en baisse de 40%, avec les boutiques et le bar à vins à Bordeaux fermés, -80% de ventes sur les hôtels, cafés et restaurants, en revanche la grande distribution progresse et l’export est étal, et la vente d’asperges tourne plein pot… »

Chez les vignerons bio d’Aquitaine, Laurent Cassy, son président: « il y a eu des endroits plus compliqués que d’autres, sur Morizes cela a été juste mais on est arrivé à passer…Dans les Graves, ils ont dégusté plus que nous… On sait que fin avril, on va avoir un nouvel épisode de froid, et comme c’est bien sorti cela risque de faire du mal, car même les contre)bourgeons seront sortis. Quand on écoutait les anciens, ils nous disaient il y a 40 ans, un gros gel cela arrive tous les 15 ans, et même il y a 20 ans tous les 10 ans, et là on s’aperçoit que le gel, la grêle, etc, c’est presque tous les ans dans les vignobles.Il y a quelque chose qui se passe au niveau du climat et sur lequel il va falloir vraiment qu’on réfléchisse et prenne des mesures. »

L’horizon sur le front du gel semble s’éclaircir comme l’explique Olivier Bernard:  « a priori la semaine prochaine est plutôt bonne au niveau météo, on ne devrait pas rallumer, alors qu’arrive la lune pleine du 8 avril où traditionnellement on craint des gelées blanches, mais là ça ne devrait pas être le cas, ensuite il y a l’autre lune pleine du 7 mai, il faudra qu’on soit vigilant jusqu’au 7 mai… »

31 Mar

Bordeaux : une longue et dure nuit à combattre le gel…

C’était une nouvelle fois une nuit bien froide qui a réservé son lot de surprises. La veille neige et humidité s’étaient installés dans le Bordelais, sans vraiment tenir. Cette nuit le thermomètre a fait le yoyo entre une température positive et une température négative. De nombreux viticulteurs étaient mobilisés pour combattre le gel avec bougies et éoliennes. Tous croisent les doigts en attendant de constater les dégâts dans les heures et les jours qui viennent.

« Certaines soirées sont plus difficiles et longues que d’autres… J’espère que l’on ne sera pas trop touchés… » © Paul Garcin château Haut Bergey

« Allumez, le feu… » « Après ces nuits de luttes contre les gelées, je pense toujours à notre bon vieux Johnny, » commente ce matin non sans humour Jean-Jacques Dubourdieu du château Daisy-Daene. « Allumez le feu… laisser derrière toutes nos peines, nos haches de guerre, nos problèmes », pour sauver le 2020 qui sera, si on parvient à le récolter, un millésime bien étrange », complète t-il son post Facebook.

Contacté dans l’après-midi, Jean-Jacques Dubourdieu commente pour Côté Châteaux: « on s’en est pas trop mal tiré, on a eu plus de dégâts dus au gel en fin de semaine dernière. C’était quand même couvert et cela s’est stabilisé très vite grâce à nos efforts, même s’il a quand même gelé. Clos Floridène est sur un terroir calcaire, un endroit généralement frais, en face sur les Côtes de Bordeaux  à château Reynon on a en général 3 à 4° de plus, mais là c’est tombé à 0°. A Daisy-Daëne, rien de dramatique, on s’en est sorti… L’an dernier on a gelé le 5-6 mai, cette année cela commence en mars, on a 5 semaines à tenir cela risque d’être long.

Paul Garcin du château Haut-Bergey à Léognan me confie ce matin: « on a une bonne gueule de bois, et on en a eu plusieurs même, cela fait des nuits presque sans dormir, mais ça va ça va...On est descendu à -1,2° au thermomètre, quand on sait que le point de détérioration est à -3°, donc à voir…

« On a mis en place des bougies de paraffine stéarine inodore, incolore, qui ne fait pas de fumée noire qui souvent donne l’impression de pourrir la planète, mais là c’est de la paraffine pas de la pétrochimie. Et par ailleurs on a deux tours sur les parties gélives, mais cette année c’est particulier, tout est décalé…Cela peut geler ailleurs. »

« Ce matin, on a un tracteur qui passe une préparation de valériane, c’est de l’homéopathie, qui permet un manteau de chaleur sur la vigne pour que cela aille mieux. Mais on en saura un petit peu plus cet après-midi, et surtout on se rendra bien compte de la réalité dans une semaine. Cette nuit, seuls les merlots ont pu être touchés, les cabernets ne sont pas sortis, les feuilles ne sont pas trop touchées. »

Au © château Haut-Bergey, en biodynamie, ce matin une préparation de valériane dynamisée pour protéger la vigne

Au château de France, également en Pessac-Léognan, Arnaud Thomassin reconnaît : « j’ai passé toute la nuit dehors; cela a commencé à geler à 22h30, on a alors utilisé nos tours à vent et nos bougies. Et on a gelé nulle part ! Même là où on n’était pas protégé…Il a pourtant fait -2°C vers 2-3 h du matin. Avec l’humidité de la veille et la neige, normalement cela accélère le risque… En fait, il s’est formé une épaisseur de glace, c’est peut-être cela qui a permis que la vigne ne gèle pas, donc c’est une bonne nouvelle », un peu comme le phénomène de l’aspersion que font notamment les Bourguignons.

En Castillon, à Sainte-Colombe, Philippe Carille du château Poupille avoue: « on n’a rien fait, mais pour le moment on a tenu ! On est peut-être descendu à -1°C, mais on n’a pas gelé, en revanche cela a pris en limite de Dordogne. Vendredi matin, c’était chaud patate, cela a été limite. »

 


Dans les Graves, au château Chantegrive, Marie-Hélène Lévêque me raconte cette nuit particulière: « le ciel s’est dégagé vers 21h-22h hier soir, on avait des ballots de paille, mais on ne pouvait pas allumer les feux à ce moment là, car la paille brûle plus vite que les bougies…A partir de 3h, on a eu un brouillard très épais qui nous a laissé espérer une protection jusqu’au petit jour…Cela oscillait entre 0° et -1°, la vigne gèle à -1,8°, c’était limite, si ça passe ce sera très juste. Les cabernets ne sont pas sortis, ils sont encore dans le coton. Quant aux merlots, les feuilles sont bien étalées, s’ils ont brûlé on aura des contre-bourgeons, mais enfin on n’avait pas besoin de cela… »

Cette nuit, le combat contre le gel avec des ballots de paille au © château Chantegrive

« A la limite, il aurait fallu allumé à 9h du soir mais quand on vous annonce 2°, on n’allume pas. Toutes les météos se sont trompées, j’en ai pourtant 7 différentes, elles disaient que cela ne descendrait pas en dessous de 2°… C’est vraiment très compliqué le gel. Vendredi, on a eu un petit coup de gelée à courant d’air, qui a endommagé quelques bourgeons, mais rien de bien méchant. On se souvient des grosses gelées quand il y a une lune rousse comme le 21 avril 91, le 27 avril 2017 ou encore l’année dernière les 13 avril et 5-6 mai… »

D’autres vignerons se veulent rassurants, comme Hervé Faye du château Laville en Bordeaux Supérieur à Saint-Sulpice-et-Camérac :  « pour le moment autour de moi, personne n’a été touché et c’est tant mieux, sachant que nous avons encore le mois d’avril à passer. C’est vrai que l’avance de la vigne fait paniquer un peu tout le monde. Mais pour le moment cela ne se passe pas trop mal, même si il y a cette ambiguïté du climat où les après-midis on peut presque enfiler un maillot de bain et les matinées où il faut sortir la doudoune… » En tout cas un épisode de gel forcément n’aiderait pas nos propriétés à commercialiser, on s’en souvient pour le millésime 2017 qui avait gelé et qui était un bon millésime. Surtout pas d’affolement. »

Du côté de la cité millénaire, Philippe Raymond responsable technique et du contrôle au Conseil des Vins de Saint-Emilion commente : «  les températures sur Saint-Emilion ont été un peu moins basses que la semaine dernière, mais cela dépend aussi des zones, il y a eu beaucoup de bougies, d’éoliennes mises en route et des hélicoptères sur Saint-Christophe-des-Berdes et la zone Figeac mais pas d’impact globalement, localement cela a pu souffrir un peu. La semaine dernière sur Saint-Pée d’Armens, cela a été plus violent quand même ». 

Du côté du Médoc, Claude Gaudin président de l’ODG Médoc, Haut-Médoc et Listrac confirme : « je n’ai pas eu d’infos sur des dégâts significatifs cette nuit, vendredi matin il avait fait plus froid avec des températures de -1°C sur les bords de Garonne, également au Pian Médoc, des hélicoptères avaient tourné au dessus des vignes, mais dans les 2 cas pas de dégâts significatifs qui mettraient en péril quoi que ce soit. Maintenant on attend vendredi avec un peu d’appréhension.

Christophe Château du CIVB corrobore un vignoble de Bordeaux très peu touché, « des dégâts très minimes mais zéro impact sur le récolte, cela repasse au doux pour les 15 jours à venir, il ne faudrait pas qu’il y ait une vague de froid fin avril comme en 2017, cela serait catastrophique. »

En tout cas, Côté Châteaux salue ici la mobilisation des vignerons et de leurs équipes, sur le front du gel, dans cette période délicate.

27 Mar

Gel à Bordeaux : 2020 commence décidément très mal…

Cette nuit de nombreux viticulteurs étaient mobilisés pour combattre un gel tant redouté et qui est finalement arrivé dans les secteurs traditionnellement « gélifs. » Les températures sont descendues par endroits de -1 à -2,5°C, un souci pour toutes les parcelles qui ont vu la vigne débourrer avec 15 jours d’avance. La semaine prochaine, d’autres températures négatives sont à craindre…

La lutte contre le gel cette nuit au © château Croix de Labrie en Saint-Emilion

Non seulement il y a cette sacrée pandémie, non seulement les viticulteurs éprouvent toujours des difficultés pour vendre, mais aussi revoilà le gel. Le tout donne un climat anxiogène, qui ce matin a mis en pleurs quelques viticulteurs.

Ils étaient quelques-uns à allumer vers 3h30 – 5h leurs bougies, ballots de paille ou système Frostguard. Sophie Aribaud, conseillère viticole dans le libournais et l’Entre-deux-Mers commente : « quand cela commence à geler à 3h30 du matin et que cela continue jusqu’à 7 heures, c’est plié, en général une demi-heure suffit parfois pour faire des dégâts  Je suis sur un groupe What’App. Certains châteaux ont allumé, d’autres ont fait tourner les hélicoptères ».

Quand c’est encore dans le coton, ça tient, mais on a vu les feuilles et petites grappes déjà bien sortir par endroits, et avec des températures de -2 à -3, cela crame… Ce qui est plus gélif a été impacté ce matin… » Sophie Aribaud conseillère viticole.

Nicolas Lesaint au château de Reignac me confie: « vues les températures, c’est limite, ce ne sont pas les grands froids de 2019 et surtout 2017. » Et après un tour d’horizon à 10h30, 11h, « on est touché, tous les coins gélifs habituels sont touchés. J’ai perdu mes deux derniers bourgeons de latte, cux-là ont été balayés, mais bon les vignes sont à des stades étalés… Tout n’est pas encore sorti. Ce n’est pas la cata pour l’instant. »

A Martillac, Fabien Teitgen directeur du château Smith Haut Lafitte :

Il a fait froid, on y était…On a allumé des bougies vers 3H30 dans les coins froids, notamment sur l’autre château Cantelys où on a deux éoliennes avec générateur de chaleur. A Cantelys, c’est descendu à -3°… » Fabien Teitgen directeur Château Smith-Haut-Lafitte

Et d’ajouter : « hier matin, ils annonçaient plus froid et on n’a rien eu, ce matin c’était annoncé 1° au dessus et on a eu 3 degrés de moins ! On verra cet après-midi que cela donne. Mais enfin ce sont vraiment les coins froids usuels. Sur Smith Haut-Lafitte, c’est plus chaud autour du château, on a d’ailleurs une pousse de 7 à 8 centimètres de haut. Je pense c’est passé à côté ce matin. Mais on a 3 matins qui vont être compliqués, plus inquiétants… »

Dans les Côtes de Baye et Côtes de Bourg, Michaël Rouyer et Didier Gontier, les directeurs respectifs des syndicats viticoles se renseignent. Pour Michaël Rouyer« a priori pas de gros dégâts dans le Blayais », quant à Didier Gontier me confie avoir eu un de ses vignerons qui l’ a appelé, « dans les bas-fonds ça a du morfler mais il faut attendre 2 jours, mais ce qui est inquiétant c’est ce qui arrive mardi… »

Jean-François Galhaud, président du Conseil des Vins de Saint-Emilion, se dit inquiet pas tant pour ce matin mais surtout pour la semaine prochaine: « j’ai entendu les hélicos, mais autour de chez moi c’était positif, mais cela a du taper par endroits…Mais enfin tout n’était pas sorti, un pied sur 5 avait débourré. Ils annoncent une gelée forte pour la semaine prochaine, il ne manquait plus que cela… » Il faut dire qu’il est sur plusieurs fronts, à essayer d’organiser des conseils d’administration en Visio-conférence, confinement oblige, pour gérer les problèmes actuels d’aides à l’emploi, de chômage partiel et après la sortie de crise…Et après un tour d’horizon,  » les dégâts ne sont pas significatifs, je n’ai vu que quelques petites feuilles gelées, mais Alain Vauthier comme François Despagne qui sont de grands techniciens ne sont pas inquiets, si cela débourre cela va être plus compliqué la semaine prochaine, je suis plus inquiet par ce qui va arriver mercredi ou jeudi prochain… »

Au château Croix de Labrie en Saint Emilion Grand Cru, Pierre Coudurié a mis les grands moyens avec de nombreuses bougies dans ses vignes  et publie sur Facebook : « 2eme nuit @croixdelabrie -1C dans les vignes . On se bat « 🔥
Le gel arrive tôt cette année

Joint ce midi, Pierre Coudurié me confie : « on vient de décharger deux nouvelles palettes de bougies à la main ».  Cela fait deux nuits de suite qu’il est sur le front du gel : « hier soir, c’était limite, avec quand même des endroits touchés et aujourd’hui « un peu plus chaud » comme on dit. Le plus dur, ce sera dans la nuit de dimanche à lundi et de lundi à mardi. Cela arrive tôt, avec deux semaines d’avance et on n’est pas encore au mois de mai… »

 

En Pessac-Léognan, Arnaud Thomassin du château de France : « on a eu -2,5°C, mais on avait anticipé, cela fait 2 nuits qu’on travaille, on avait anticipé avec des bougies, éoliennes et appareil qui souffle de l’air chaud. On a de petits dégâts dans le bas de la propriété, mais cela a l’air d’aller. Mais c’est surtout la semaine prochaine, cela risque d’être encore plus compliqué, car encore plus froid. Cela devient usant mais on sera prêt. »

 

Avec les températures qui s’annoncent aussi ce week-end, cela va encore favoriser la pousse comme me l’explique Sophie Aribaud: « on a des choses qui vont encore sortir au niveau des bougeons, ils annoncent 20°, mais dans la nuit de lundi à mardi, on devrait avoir des températures encore plus froides, selon  MeteoBlue, ça craint, des températures qui mercredi ou jeudi pourraient être des températures négatives (de -1à -2° sur Saint-Emilion) qui pourraient avoisiner les -5 par endroits. (jusqu’à -8° en ressenti sur 2 ou 3 nuits). Autant dire un nouveau cauchemar. Tout le Bordelais a encore en tête ces 27 et 28 avril 2017 où 40% de la récolte avait été perdue, mais c’était un peu plus tard ce qui est rassurant, la vigne était encore plus avancée.

Pour Sophie Aribaud, dans l’immédiat: « il faut que les viticulteurs arrêtent de travailler les sols, de tondre, il ne faut pas plier, pendant 2 à 4 jours, il ne faut rien toucher au sol, sinon ça attire encore plus le gel.Et puis les viticulteurs avec ce réchauffement climatique vont devoir changer leurs habitudes notamment éviter de tailler trop tôt dès la fin novembre, il faut une taille plus tardive et choisir aussi des porte-greffes plus tardifs. »

Tous les vignerons croisent les doigts pour les jours à venir. Ils vont une fois de plus se tenir prêts à combattre le gel avec les moyens du bord. Suffiront-ils ? A suivre… Bon courage à eux.

Dernière minute : ce week-end les prévisions météo misent sur un léger réchauffement. Des températures qui pourraient repasser positives… On croise les doigts.

26 Mar

Attention au gel dans les prochains jours: la préfecture rappelle les modalités de lutte pour les viticulteurs

Ce matin, le thermomètre a frôlé les 0° et est même descendu légèrement en dessous dans quelques rares endroits gélifs, mais pour les heures et jours qui viennent le phénomène pourrait devenir inquiétant alors que la vigne a débourré…Aussi la préfecture de Gironde rappelle les règles de lutte contre le gel, règles que connaissent bien les viticulteurs, mais on ne sait jamais…

Des températutures de -1,7 à -2°C sur les zones gélives de Saint-Emilion l’an dernier les 5 et 6 mai 2019 © Sophie Aribaud

Voici en substance les modalités de mise en œuvre des mesures de lutte contre le gel dans les cultures viticoles, un gel matinal qui pourrait intervenir prochainement, avec une vigne qui a commencé à pousser plus tôt que d’habitude :

• les opérations de brûlage doivent intervenir seulement lorsque le risque de gel est avéré et respecter les prescriptions du règlement interdépartemental de protection de la forêt contre les incendies du 20 avril 2016 dans les communes à dominante forestière ;

• les opérations de brûlage sont suspendues dès que le vent atteint ou excède 5m/seconde (soit 18 km/h) ainsi qu’en période d’épisode de pollution de l’air ;

• une surveillance humaine et constante sur place est obligatoire avec, à disposition immédiate, les moyens d’extinction nécessaires et proportionnés ;

• l’utilisation de dispositifs de type « contenant » (braseros, vasques, …) doit être privilégiée ;

• les foyers de plein air utilisés en vue d’assurer la protection des cultures et vignobles contre les gelées ne pourront être alimentés par des combustibles de nature à provoquer des fumées opaques ou des produits de combustion toxiques. Sont notamment strictement interdits, les brûlages de pneumatiques et les huiles de vidange (article 163 du règlement sanitaire départemental) ;

• les opérations de brûlage ne doivent en aucun cas gêner la circulation routière et en particulier la visibilité des usagers de la route, ni causer de nuisance au voisinage (irritation, picotement …) ;

• les opérations de brûlage doivent être organisées dans le respect des consignes de distanciation sociale et en respectant les gestes barrières ;

• toute opération de brûlage doit être précédée d’une information préalable du Maire et du centre de secours SDIS le plus proche.

14 Oct

Des cieux quelque peu assombris en pays de liquoreux…

Une année pas facile pour les différentes appellations qui font du liquoreux. Après une belle attaque de pourriture aigre, cet après-midi un peu de grêle s’est invitée sur Barsac, Cérons et à quelques autres endroits en Sauternais. Mais rien de dramatique toutefois, la pourriture noble est bien plus forte que tout. Que vive le botrytis cinerea…

Un ciel qui s’est progressivement assombri en milieu-fin d’après midi © Daniel Detrieux

Au cours de mes reportages depuis une semaine sur Bommes, Sauternes ou Cérons, j’ai pu observer un travail bien plus considérable que certaines années chez nos amis liquoreux. Ceux-ci sont coutumiers des tries, notamment des tries de nettoyage, mais cette année il y avait beaucoup de aigre, quand les vendangeurs ouvraient les grappes, au point de ne conserver que quelques grains et de jeter parfois presque la grappe entière. Mais c’est la dure loi du genre, car il n’est pas permis de garder le « aigre », c’est le « noble » qui est intéressant, le pourri confis, le botrytis chinera, avec ces raisins de type corinthe qui sont intéressant pour leur concentration, leurs arômes et le sucre.

Avec ce qui est tombé cet après-midi, l’inquiétude pouvait être de mise, certains partageant une  photo de grêle légère mais grêle tout de même et n’ayant pas encore tout rentré. D’autres prévoyant ces fortes pluies et orages menaçant à partir de ce lundi ont activé les vendanges en fin de semaine, comme château Guiraud, que j’ai pu suivre samedi à Sauternes, Guiraud qui avait connu la terrible grêle en 2018, ne faisant pas de 1er vin. D’où la décision de Luc Planty d’activer la récole.

Joint par téléphone, ce soir, Vincent Labergère directeur de Rayne Vigneau m’a confié avoir reçu un petit « amas d’eau ». « Nous avons eu un gros coup de vent et une grosse pluie derrière. Prévoyant cela, nous on a coupé de très jolies choses jeudi, vendredi et samedi. On a coupé de l’aigre, mais il y en avait beaucoup moins sur nos plus beaux terroirs. Là cette pluie va relancer le botrytis et jeudi on va repartir sur un travail normal. »

La légère grêle tombée cet après-midi dans le Sauternais

Eric Pothier du château Pick-Laborde à Preignac me confie ce soir : « cela a été d’une violence, assez remarquable…Une énorme giboulée en 10 minutes, on a pris 10 millimètres d’eau, on était pourtant en pleine concentration de raisins, cela devenait magnifique, là on est un peu frustré. Je ne pense pas qu’on ait pris beaucoup de grêle, un peu à Barsac, mais plutôt une énorme averse, le raisin est très fragile en ce moment donc on va voir comment cela va évoluer. »

Au final, de la « petite grêle avec beaucoup d’eau, pas d’impact sur les raisins, les grêlons glissent sur les fruits », selon Daniel Detrieux .

Bon courage à nos amis producteurs de ces grands liquoreux, qui font sans nul doute des vendanges bien plus compliquées que les vendanges pour produire blancs secs, rosés et rouges. Que vive le botrytis, que s’exprime la pourriture noble, diantre les cieux n’auront raison de ce raisin qu’un savoir-faire ancestral a figé dans le subconscient des amateurs de vin. Carpe Diem.

19 Août

Orages de grêle : 4 épisodes de grêle plus ou moins importants pour l’appellation Beaujolais

Des orages très violents avec de la grêle se sont abattus hier soir dans l’Est de la France. Des grêlons de la taille de balles de ping-pong se sont abattus sur l’appellation Beaujolais. L’évaluation des dégâts est en cours. « Même si c’est encore tôt, on estime des taux de pertes de 25 à 50% », un tiers de l’appellation, précise l’Inter Beaujolais UIVB. Ce qui lui fait dire pour conclure « l’appellation Beaujolais en a pris un sacré coup »

Titre du © Patriote Val de Saone du 19 août

« Ce sont 4 épisodes de grêle, plus ou moins importants, qui ont été enregistrés entre 17 heures et 21 heures hier », sur un couloir de 4 km, de Dareizé à Villefranche-sur Saône, selon Laura Pillot en charge de la communication de l’Inter Beaujolais UIVB, contacté par Côté Châteaux.

Hier en fin d’après-midi, treize départements de l’est de la France, de la Loire à l’Alsace, étaient placés en vigilance orange par Météo-France en raison d’un épisode d’orages « violents » accompagnés de grêle et de rafales de vent. C’est finalement le Beaujolais dans le nord du département qui a été le plus touché.

« Cela représente quasiment 1/3 de l’appellation Beaujolais, Beaujolais-Villages et les Crus ont été épargnés, c’est vraiment l’appellation Beaujolais qui a été touchée. On estime les taux de perte entre 25 et 50 % mais c’est encore très tôt pour une estimation plus précise », m’explique Laura Pillot de l’UIVB.

« On n’a pas eu récemment d’orage de grêle aussi important. Les grêlons étaient de la taille de balles de ping-pong, quant à l’intensité, cela a duré 10 bonnes minutes. »

 

Pierre-Marie Chermette, viticulteur à Saint-Vérand, témoignait dès hier au micro d’Europe 1 : « Tout a commencé vers 15 h avec un orage de grêle et une grosse pluie. Il y a eu ensuite quatre orages de grêle, ce qui est exceptionnel. Nous avons 70% de pertes sur les 30 hectares donc nous allons perdre la moitié de la production ». Une catastrophe pour Bernard Dessaintjeant, viticulteur à Saint-Vérand (Isère), qui a fait une croix sur sa récolte précise RTL radio : « Ça a commencé à 2 heures du matin, de la grêle, et puis ça s’est arrêté. À 5 heures, cela a recommencé, c’était des balles de ping-pong, des œufs de poule. Des orages comme on en voit pas souvent ».

 « Au minimum, 50% de la récolte est perdue, avoue Yvan Aujogue, à Jarnioux. Mais les dégâts risquent d’être encore plus importants puisqu’au stade de maturité où on est, le risque c’est que derrière, ça empire. Pour le moment, la pluie lave les plais, mais si ça reste humide, ça peut virer au pourri. » selon le Patriote  beaujolais Val de Saone.

« Le Beaujolais avait déjà connu un épisode de gel au Printemps qui a déjà impacté le potentiel de production, on est sur une année hétérogène, c’est vraiment l’appellation Beaujolais qui en a pris un sacré coup », complète Laura Pillot.En espérant que pour les jours qui arrivent, l’estimation soit la plus faible possible par rapport aux craintes des vignerons et de l’interprofession.

10 Août

La Champagne touchée par des orages de grêle

Le vignoble du Sézannais a été particulièrement touché par les orages de grêle de ce vendredi 9 août. Des rafales à plus de 100 kilomètres à l’heure soufflaient hier dans la Marne, mêlées à de fortes pluies qui parfois faisaient place à de la grêle. 

Les dégâts causés par les orages de grêle dans le vignoble sézannais © Loïc Blache – France 3 Champagne-Ardenne

En deux heures, il est tombé l’équivalent de 10 à 20 jours de pluie… De la pluie remplacée par endroits par de la grêle, avec des vents soufflants à 101 km/h en pointe.

Après le gel d’avril dernier, c’est la grêle qui est venue hier compromettre la récolte par endroits en Champagne, de manière surtout localisée surtout.Ainsi dans le Sézannais, à Saudoy, au sud de la fameuse Côte des Blancs, les dégâts sont particulièrement importants, comme sur ces photos.  

Le village de Saudoy est un secteur qui est d’habitude épargné par la grêle. Cette année, on a été particulièrement touché. Tout le village et tout le vignoble ont été touchés. C’est tout le travail d’une année qui est réduit à néant »,Vincent Léglantier président de la section locale du SGV

La peur est que la pourriture s’installe et que tout soit fichu. Sur la commune de Saudoy plus de la moitié de la récolte a été impactée.

Les orages ont mis à mal la récolte pour 2019 dans le Sézannais © Loïc Blache – France 3 Champagne-Ardenne

La Marne a connu un record d’éclairs hier : 1200 recensés alors que 10000 ont été enregistrés en France. 15 à 30 mm de pluie cumulée sont tombés en deux heures, soit l’équivalent de 10 à 20 jours de pluie en temps normal.

« On va trier, nous allons demander à nos vendangeurs de ne sélectionner que les bonnes grappes, que les beaux raisins pour que le champagne soit toujours à la hauteur de sa renommée », confiait ce week-end Vincent Léglantier.

A tous les vignerons qui ont été sérieusement touchés, une pensée particulière et de soutien de Côté Châteaux

Avec France 3 Champagne-Ardenne

23 Juil

Avec la canicule, Bordeaux s’adapte pour sauver ses jeunes plants de vigne

C’est une semaine cruciale pour Bordeaux. Cette nouvelle vague de sécheresse et de canicule pousse les châteaux à arroser les jeunes plants de vigne qui risqueraient de dépérir sans cette eau. Des dérogations ont été demandées également pour arroser les jeunes pieds entrés en production en Lalande-de-Pomerol.

Avec cette sécheresse, les jeunes plants de vignes souffrent… Cette semaine est particulièrement délicate, avec ces températures à Bordeaux qui approchent ou vont dépasser aujourd’hui les 40°C.

Ce matin au château Carbonnieux en Pessac-Léognan, les équipes techniques sont sur le pont pour permettre au jeunes plants de passer cette période délicate. Il s’agit d’apporter 3 à 5 litres d’eau pour ces pieds de merlot plantés à l’automne dernier.

Cette année la canicule et la sécheresse arrivent très très tôt par rapport à l’année dernière, donc on est obligé d’arroser au moins deux fois par semaine les plants pour arriver à les sauver », Freddy Flé chef de culture château Carbonnieux.

Freddy Flé montre la sécheresse en surface de ces sols © JPS

Au château Carbonnieux, ce sont 3,5 hectatres qui ont ainsi été plantés en septembre dernier, à raison de 7200 pieds à l’hectare. Il y a aussi les complans à sauver, ce sont ces jeunes plants qui remplacent les vieux pieds qui ne produisaient plus ou les pieds morts, des jeunes plants disséminés partout sur ces parcelles. Pour se faire, les équipes sont mobilisées ici avec des horaires adaptés, de 6h30 à 14h.

Nous sommes dans un sol plutôt sec, un sol de grave, et on va trouver la fraîcheur l’argile ou l’argilo-calcaire à plusieurs dizaines de centimètres en sous-sol donc en attendant que ce système racinaire se fasse il va falloir hydrater », Philibert Perrin co-propriétaire château Carbonnieux.

Ce sont 30000 jeunes pieds qui doivent être arrosés cette semaine, une première cette année car en juin il y avait encore une réserve hydrique suffisante, mais aujourd’hui le terroir est des plus secs. Le château s’est adapté déjà au niveau du sol: « on fait attention à ce qu’il n’y ait pas d’herbe qui pourrait faire de la concurrence à la vigne, donc on griffe les sols », et en limitant par ailleurs l’effeuillage.

Des baies flétries et grillées par la soleil en lalande-de-Pomerol © JPS

Autre terroir à souffrir, celui de Lalande-de-Pomerol: on peut y trouver des baies flétries et grillées par le soleil sur quelques parcelles. Ici le double effet sécheresse en sous-sol et canicule en surface commence à bien se faire sentir.

    « On voit assez clairement les coups de soleil, les petites tâches noires, ou brunes, les petits grains complètement desséchés », commente Xavier Piton président de l’ODG Lalande de Pomerol. L’ODG de Lalande-de-Pomerol a d’ailleurs demandé une dérogation pour pouvoir arroser par endroits ces pieds en production, ce de manière exceptionnelle et limitée dans le temps. Traditionnellement, en France l’irrigation des vignes en production n’est pas autorisée, contrairement à ce qui se fait dans d’autres grandes nations productrices de vin.

On a demandé la possibilité pour les cas extrêmes comme celui-ci de vignes particulièrement dans la détresse hydrique d’effectuer des arrosages ponctuels »,  Xavier Piton président de l’ODG Lalande de Pomerol.

Les viticulteurs ont aussi limité depuis le début de l’été les effeuillages pour permettre à la vigne de mieux supporter soleil et chaleur.

On effeuille déjà du côté du soleil levant, là où le soleil est moins fort et on a allégé depuis une semaine les consignes d’effeuillages pour éviter le risque de voir les raisins griller », Philibert Perrin.

 Vendredi pourrait voir tomber une pluie salutaire, puisque des précipitations sont annoncées vendredi et samedi, en espérant toutefois éviter les orages de grêle.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Bertrand Joucla-Parker et Charles Rabréaud

06 Juil

Encore un épisode de grêle sur quelques secteurs en Gironde…

Cette nuit, des orages ont éclaté en Gironde, beaucoup de pluie et par endroits de la grêle… Une fois de plus, ce qui fait dire aux vignerons touchés: « il y en a marre. »

Les dégâts de cette nuit dans l’Entre deux Mers © Patrick Clarens

Une fois de plus, le ciel a grondé, tonné, des éclairs, de la pluie, beaucoup de pluie, et de la grêle localisée mais à plusieurs endroits.

Les sentinelles et amis de Côté Châteaux et notamment Sophie Aribaud, conseillère technique, m’ont signalé de la grêle cette nuit sur « Sainte Terre, Vignonet, Lugaignac, Daignac, Grézillac, Naujan, Postiac, Faleyrens et Génissac. Une liste qui semble s’allonger avec fil de la journée, avec Saint-Pey-d’Armens ».

Des baies blessées par endroits, en espérant que les dégâts ne soient pas trop importants, et que la canicule évite l’installation de botrytis.

Un viticulteur, client de Delacroix Aribaud Conseil a pu observer des « impacts sur l’ensemble des parcelles à Naujan, Saint Aubin de Branne, Lugaignac, Daignac et Moulon… »

© Photo vignobles Gadras

Joint par téléphone, Hugues Laborde, directeur technique des vignobles Invidia, 7 propriétés, m’expliquait « nous avons le château Haut Meyreau (à Dardenac) qui a été fortement impacté, mais fort heureusement Saint-Emilion pas touché, Fronsac non plus. En revanche, cela a été grêlé à Daignac, Grézillac, Espiet, Faleyras..En fait cela a touché ce qui fait face à Saint-Emilion, on avait déjà gelé au début du printemps à cet endroit mais personne n’en a parlé, on a eu des plateaux entièrement gelé, puis de la coulure, et là on s’est pris la grêle samedi à 5h du matin. Ce sont des pertes qui vont de 30 à 60%. Si on cumule au gel, à la coulure, le millésime 2019 risque d’être léger pour nous. C’est un vrai coup dur pour l’Entre-deux-Mers. Tous ces incidents climatiques qui se multiplient, cela devient très dur, je ne sais pas si tout le monde va tenir le choc. Car si on ne fait pas de vin, on perd les marchés… »

Les pensées de Côté Châteaux vont à tous ces viticultrices et viticulteurs à nouveau impacté par ces intempéries.

En ce lundi matin, Sophie Aribaud confiait sur sa page Facebook : « la cicatrisation est effective grâce au conditions chaudes et ensoleillées ! Les dégâts sont malheureusement importants sur les communes concernées ! »

30 Juin

Canicule : incroyable, des vignes brûlées par le soleil dans l’Hérault et le Gard

L’épisode exceptionnel de canicule a fait de nombreux dégâts dans les vignes de l’Hérault et le Gard. Ces vignes ont été particulièrement touchées. Un phénomène plutôt rare mais qui est dû à l’intensité de la chaleur et du soleil.

Des vignes brûlée, du jamais vu près de Montpellier après la canicule / © Sébastien Banus de France Languedoc Roussillon

Dans les vignobles autour de Montpellier, les vignes semblent avoir brûlé au soleil. Emilien Fournel, viticulteur à Sussargues, n’en revient toujours pas. 50% de sa production de vigne a été détruite.

C’est du jamais-vu. En principe au mois de juin les températures sont moins fortes. À cette période-là, les feuilles sont moins dures, et avec cette chaleur, elles n’ont pas réussi à résister »,  Emilien Fournel  viticulteur à Sussargues.

À Saint-Génies-des-Mourgues, même constat dans cette vigne de Carignan, un cépage ancestral. Les raisins ont grillé ; une situation inédite pour Jérôme Despey, président de la chambre d’agriculture de l’Hérault et viticulteur depuis 30 ans. 

Je me suis douté que la vigne allait être touchée par la canicule, sachant que l’on était en vigilance rouge, mais de là à êtrepar endroit comme brûlée au chalumeau… Normalement, le Carignan résiste. Ça fait mal aux tripes, parce qu’on est désarmé face à cette situation et ces évolutions climatiques qui doivent nous interpeller », Jérôme Despey.

Le préfet a été saisi par les organisations syndicales. Une réunion de crise aura lieu lundi 1er juillet pour évaluer les dégâts qui s’annoncent très importants pour le vignoble local. Le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, qui sera en visite dans le Gard vendredi 5 juillet, notamment pour l’inauguration du Mas des agriculteurs, pourrait être interpellé sur cette question.

Avec Emma Derome et Sébastien Banus de France 3 Occitanie.

Regardez le reportage de mes confrères de France 3 Languedoc Roussillon