28 Juil

Vignoble de Bordeaux : les premiers stigmates de la sécheresse…

Ce n’est pas encore dramatique, mais par endroits la sécheresse se fait bien sentir avec des blocages des baies, quelques feuilles sèches et marrons… 2 épisodes de canicule de juin et juillet en sont la cause, un autre est à venir la semaine prochaine. Le manque d’eau de cet hiver et du printemps est désormais accentué. Même si le système racinaire de la vigne est très profond, les jeunes vignes souffrent et pourraient décrocher… Reportage à Génissac et Galgon.

Mathieu Jabouin devant ses pieds de merlots de 10 ans qui souffrent du manque d’eau © JPS

Des feuilles prématurément sèches et marrons… Pour Mathieu Jabouin, vigneron à Génissac en Gironde, la sécheresse se fait déjà cruellement sentir sur ces pieds de merlots âgés de 10 ans. Sur ce terroir de grave très drainant, la température en plein soleil a pu dépasser les 55° durant les épisodes les plus chauds, aussi ces quelques pieds de vigne qu’il nous montrent risquent de ne pas aller au bout et donner de récolte…

« On voit ici ces feuilles vertes commencent juste à flétrir, ça c’est des rescapées, après elles deviennent comme cela, elle évapore de l’eau que contient la plante et puis après, une fois qu’elle est complétement sèche, on le voit, on l’entend, elle tombe, donc c’est un automne prématuré, sauf que là on a besoin de toutes les feuilles pour faire la photosynthèse et pour aller jusqu’au mois de septembre pour la récolte », commente Mathieu Jabouin du château Le Tros.

Le manque d’eau se traduit par un phénomène de blocage… La baie ne grossit plus, elle a peu de jus voire se déssèche (phénomène de raisin de corinthe visible sur certaines baies)…

4600 pieds de malbec plantés mi-juin chez les vignobles Gabard, il a fallu en replanter 1/3 aussitôt desséchés © JPS

Seuls les jeunes plants peuvent être arrosés (car il est interdit d’arroser la vigne, sauf dérogation) comme ici ces malbecs à Galgon, tous les 3-4 jours. 4600 ont été plantés mi-juin, mais 1/3 n’a pas résisté. Pour Stéphane Gabard, président du syndicat viticole Bordeaux et Bordeaux Supérieur, cette sécheresse est pire que 2003…

Pour Stéphane Gabard, la sécheresse serait pire que celle de 2003 © JPS

« La sécheresse de 2003 avait été une canicule sur le mois d’août, là on a déjà eu un épisode caniculaire avec des températures à plus de 40° sur le mois de juin, on a eu un deuxième épisode sur le mois de juillet et là quelque soient les modèles météo on n’a pas de prévision de pluie sur 15 jours ou 3 semaines, sachant que sur le mois de juillet on a eu 0 millimètre de précipitations, donc on est vraiment dans un phénomène plus sévère que 2003 et surtout beaucoup plus précoce », selon Stéphane Gabard.

De jeunes plants de malbec qui n’ont pas résisté au premier épisode de sécheresse de juin, qu’il a fallu remplacer © JPS

Depuis 2017, le gel, la grêle; le mildiou et quelques épisodes de sécheresse ont diminué la production de vin à Bordeaux (2017: 3,5 millions d’hectolitres, 2018 : 5 m , 2019: 4,9 m ; 2020: 4,4 m et 2021: 4 m hl) alors qu’elle dépassait traditionnellement les 5 millions d’hectolitres (même lors de la sécheresse de 2003 : 5,5 m hl).

Le salut pourrait venir de pluies espérées en août, qui pourraient regonfler les bais de 25 à 30 %), (et en ce moment de matinées plus fraîches) car comme le veut le célèbre adage août fait le mou.

Regarder le reportage de Jean-Pierre Stahl et Karim Jbali :

07 Juil

Après les incidents climatiques, la chambre d’agriculture de la Gironde lance un fond de solidarité exceptionnel

Après les terribles épisodes de grêle de juin et notamment du 20 juin, la Chambre d’Agriculture de la Gironde vient d’annoncer qu’elle lançait un fonds de solidarité exceptionnel afin d’intervenir rapidement envers les plus touchés, avec une rapprochement pour fédérer les initiatives publiques et privées. Voici en substance le communiqué de la Chambre d’Agriculture.

« 14 000 : c’est le nombre d’hectares touchés par les épisodes de grêle en Gironde au mois de juin. Maraîchage, fourrage, vigne, forêt, céréales, légumes de plein champ, vergers : aucune culture n’a été épargnée.  

Pour certains agriculteurs, impossible de remettre leurs cultures en production immédiatement, faute de trésorerie pour ré-acheter semences et plants. Pour déblayer les serres, pour acheter du matériel. D’où l’urgence à leur apporter une aide financière.  

C’est pourquoi la Chambre d’Agriculture de la Gironde lance un fonds de solidarité exceptionnel destiné à ceux dont la trésorerie ne permet pas de faire face aux premiers travaux suite aux sinistres.

Faire vite pour permettre de redémarrer

La Chambre d’Agriculture propose des critères d’intervention liés aux dépenses de redémarrage immédiat de l’activité agricole en complément des mesures nationales.

La gestion de ce fonds, destiné à fédérer l’ensemble des initiatives et éviter un éparpillement des dispositifs, associera l’ensemble des contributeurs, les services de l’Etat et tous les syndicats agricoles. Quant à son usage, il fera l’objet d’un contrôle strict sous la responsabilité de la Chambre d’Agriculture en tant qu’Etablissement Public.

Sauvegarder l’agriculture girondine

« Alors que la crise du covid et la guerre en Ukraine ont remis la question de la souveraineté alimentaire au centre des préoccupations et des questions géo-politiques, il est essentiel de soutenir la production agricole locale » rappelle Jean-Louis Dubourg, Président de la Chambre d’Agriculture de la Gironde. Et d’ajouter qu’il faut « tout mettre en œuvre pour maintenir et développer les exploitations du département ».  

La priorité porte aujourd’hui sur les éleveurs, qui doivent trouver des solutions pour assurer l’alimentation de leurs troupeaux. Les maraîchers également, dont les installations ont été pour beaucoup détruites. Et bien entendu les viticulteurs, dont certains étaient déjà dans une situation économique très fragilisée ».  

Avec Chambre d’Agriculture de la Gironde

21 Juin

Orages de grêle : des dégâts importants dans le Bordelais

Plusieurs milliers d’hectares de vigne ravagés, c’est un nouvel épisode douloureux pour les vignerons de Bordeaux avec un Médoc pas mal impacté, mais aussi le blayais, Bourg ou encore Fronsac, le St Emilionnais…

L’heure n’est pas encore au bilan mais déjà « on sait que ce sont plusieurs milliers d’hectares qui ont été touchés… Sur Ludon, Macau, le Taillan, puis cela a traversé la Garonne, dans le Blayais, Boiurg, Saint-André-de-Cubzac, Galgon, Fronsac, avec des parcelles ravagées à 100% par endroits », commente ce matin Christophe Chateau directeur communication du CIVB…

« Ce qui est dur pour les viticulteurs, ce sont ces événements, ce dérèglement à répétition. Il y a un symposium à la Cité du Vin justement aujourd’hui sur le dérèglement climatique, c’est malheureusement la triste réalité… »

 


Un vigneron particulièrement touché estime « des dégâts entre 70 et 90% dans certaines parcelles, on voit les différences de dégâts entre les vignes rognées et les vignes levées, pour celles rognées il y a le plus de dégâts, , pour les vignes levées elles sont totalement couchées… C’est très compliqué. Sur Abzac, il y avait des grêlons d’1 cm et sur Coutras jusqu’à 6 cm… A Virsac, des images hallucinantes… »

Pour Didier Gontier des Côtes de Bourg : « le couloir de grêle est venu toucher les côtes de Bourg du côté de Prignac et Marcamps, notamment aux châteaux de la Brunette et au château Grissac…En Bordeaux et Bordeaux Sup, Saint Gervais bien touché… »

C’est catastrophique ici à Saillans© Hugues Laborde

Hugues Laborde est abasourdi et commente du Facebook : « quand l’effroi du matin vous ramène à l’état de petit garçon vulnérable. Le choc est dur à #Fronsac

« Sur Saillans où on a 12 hectares, on a pris 100% de pertes et il nous reste plus rien dans le secteur… C’est plus que catastrophique. C’est une zone très large. La semaine dernière, c’était du côté de Pellegrue dans l’Entre-Deux-Mers où on a chargé sérieusement… Cela commence à faire beaucoup. Je suis au syndicat des Bordeaux et notamment notamment à la commission des blancs, cela commencer à peser beaucoup. , mle tout lié à un contexte commercial plus difficile… Socialement à Bordeaux, cela risque d’être compliqué très rapidement. L’idée n’est certainement pas de passer pour des pleurnichards, j’ai grêlé à Fronsac et un négociant ce matin a osé négocier 10 centimes de moins sur une bouteille, ce n’est pas le moment…L’an dernier c’était le gel, cette année la grêle à Fronsac, ça commence à faire. Nous on fait partie du groupe Invidia, 5 propriétés, 160 hectares de vigne, 2 à St Emilion, 1 à Fronsac,  dans l’Entre-Deux-Mers, on a une dynamique et on arrive à essuyer les plâtres, mais quand je vois des indépendants qui ont gelé , puis subi le mildiou et à présent la grêle, je vois ce qu’ils peuvent vivre… Un nouvel épisode climatique cette saison mettrait nos appellations en grand danger… »

Sur le secteur de Saint-Emilion, « c’est surtout le nord qui a été touché, notamment Lussac plus de 200 hectares plus ou moins fortement touchés de 30 à 50% voire plus sur certaines parcelles. On a globalement évité le pire… », commente Franck Binard directeur du Conseil des Vins de Saint-Emilion.

03 Mai

Gel à Bordeaux : le constat un mois jour pour jour après le gel d’avril

3 avril dernier, les vignerons constataient un épisode douloureux à Bordeaux. Un gel dépassant parfois les -5° plusieurs nuits d’affilées. En ce 3 mai, Côté Châteaux revient dans les rangs de vigne évaluer les dégâts avec les vignerons. Reportage au château Thieuley dans l’Entre-Deux-Mers et à Galgon chez le président des Bordeaux et Bordeaux Supérieur…

Un mois jour pour jour après le gel et ces -5°C enregistrés ici dans l’Entre-Deux-Mers, Sylvie Courselle vigneronne au château Thieuley constate les stigmates encore très importants sur ces pieds de merlot… « Là c’est un bourgeon qui était juste sorti, et qui a cramé, voilà… »

Ce sont surtout les extrémités des astes qui ont été sérieusement touchés… « A un mois du drame, comme vous pouvez le voir sur ce pied de merlot, vous voyez que certains bourgeons sont partis et d’autres sont comme ceux-ci noircis et ne repartiront pas. On pense déjà qu’on part avec un bon -30% au global…« , commente Sylvie Courselle.

Chez les Bordeaux et Bordeaux Supérieur, 10, 20, 30 et même 40% de pertes par endroits selon le président du syndicat Stéphane Gabard. Aujourd’hui la pousse de la vigne présage d’une assez bonne récolte, en tout cas plus importante que lotrs des épisodes de gel de 2021 et 2017. Néanmoins le contexte économique reste difficile.

« Nous avons les complications de l’économie qui se mêle un petit peu à nos problèmes climatologiques… » selon  Stéphane Gabard président des Bx et BX Sup.

« Nous avons une hausse des matières premières comme chaque Français la connait au quotidien. Donc notre métier devient très compliqué avec peut-être un moral un peu atone, avec une commercialisation qui est un peu compliquée surtout sur le marché français. »

Au château Thieuley, si les cépages blancs précoces ont bien été impactés, les soeurs Courselle Marie et Sylvie ont réussi à sauver l’essentiel avec une taille de la vigne plus tardive. « On a taillé après le gel, au mois d’avril et cela a permis de sauver cette récolte au moins sur les 5 hectares de merlot que nous avons taillés si tardivement », commente Marie Courselle. « Donc là elle commence à peine à sortir, elle se réveille et là on a toutes les inflorescences qui sont là … Une potentielle récolte très jolie… »

Pour tous, l’horizon semble s’éclaircir car il ne devrait pas y avoir de nouvelle gelée d’ici les saints de glace…

04 Avr

Deuxième nuit à lutter contre le gel à Bordeaux…

Comme un malheur n’arrive jamais seul, c’est un peu le « deuxième effet kiss cool », du célèbre nom de la pastille rafraîchissante, mais dont tous les vignerons se passeraient bien. Cette nuit a été aussi douloureuse que la précédente. Le petit tour d’horizon avec d’autres viticulteurs interrogés par Côté Châteaux.

Une température relevée cette nuit par © Sophie Aribaud, conseillère viticole

« C’est frais, mais c’est pas grave », souvenez-vous de ces pubs du bonbon Krema qui nous ont tant fait rire. Mais là les vitis ils rient plus… Comme le résume Nicolas Lesaint du château de Reignac à Saint-Loubès en Gironde: « ça devient délirant, 5 fois en 6 ans… Tu ne sais plus où tu habite ! »… à force.

C’est qu’il en faut de la force et du mental pour affronter ce froid glacial du week-end qui a fait son grand retour et ironie du sort à quasiment les mêmes dates que l’an dernier à 4 jours près…

Gel de sève par © Sophie Aribaud

Et pourtant ces techniciens de la vigne ont « retardé au maximum la taille, je crois même que je n’avais pas encore fini de tailler dans certains endroits gélifs », commente Nicolas Lesaint. Si « les 3/4 de la propriété n’ont pas été touchés, 1/4 a gelé, 12 hectares de merlots qui n’avaient pourtant pas gelé en 2017 ont gelé cette année, ils repartent à zéro, l’air froid qui a stagné a tout flingué «  à cet endroit. « Après, c’est difficile de quantifier ces bourgeons qui n’ont pas gelé mais ont peut-être eu froid, cela fait bien … «  Evidemment, il y aura les contre-bourgeons qui vont aussi apparaître, restons optimiste.

C’est clair que ces vignerons sont bien mis à contribution : « on n’a pas beaucoup dormi ! On a mis en route hier matin à 0h30 et ce matin à 1h30 les éoliennes sur des blocs de vigne et les bougies sur Smith… », commente Fabien Teitgen, directeur général du château Smith Haut Lafitte à Martillac en Pessac-Léognan. « On a quelques endroits froids où on a quelques frisures, mais pas de gel généralisé. On a eu -3,9° cette nuit à l’endroit le plus froid de la propriété, sur une parcelle où on est équipé anti-gel…Mais là avec les bougies et les éoliennes on a réussi à protéger… On n’a pas de dégât visuel, pour l’instant. Ce n’est pas brûlé c’est déjà une bonne chose, après à voir…Encore demain matin à passer, mais il devrait faire moins froid. Et puis on a encore les saints de glace à passer aussi. Là ce n’est pas dramatique, mais ça fait toujours suer… »

Au château Smith Haut Lafitte © Daniel Cathiard

Dans le Sauternais, Luc Planty directeur général du château Guiraud confirme ces températures très froides de la nuit dernière : « il a fait froid de -4 à -6°C sur les zones les plus froides, mais moins que l’année dernière où on avait eu de -7 à -9°. Sur ces zones, cela avait peu poussé donc moins de risque que l’an dernier. On a lutté de 1h à 9h ce matin, on est plus optimiste… On fera le compte dans 5 jours et le reste à la récolte. On a mis en place 6 éoliennes arrivées l’année dernière, cela a plutôt bien fonctionné sur les zones les plus poussées. Sur le reste, on est beaucoup sur le stade de « bourgeon dans le cocon » et après c’est de voir ce que va donner la fructification… Mais l’année dernière, on savait déjà qu’il n’y avait plus rien. En 2021, on a fait que 50 000 bouteilles de blanc sec sur 100 hectares, on a vraiment pas fait grand chose (et pas de liquoreux). Là on est plus optimiste que l’an dernier. »

Pour Jean-Jacques Dubourdieu, président de l’ODG Barsac Sauternes : « ce week-end a été mouvementé, cette nuit encore…Ce n’est pas la même configuration que l’an dernier, il a fait froid il a gelé, mais l’impact n’est pas le même que l’an dernier où tous les bourgeons étaient sortis, on avait 15 jours à 3 semaines d’avance…L’an dernier tout était sorti et on s’est fait tirer dessus à bout portant…Cette année, tout ce qui était précoce est cramé, mais nous ne sommes pas très concernés…Il y a toujours le risque que ca gèle dans le bourgeon, on verra…C’est quand même pas au même stade que 2021… Les cabernets sont sortis d’affaire, les merlots précoces ont morflé dans les zones gélives…. Ces épisodes se reproduisent à une fréquence très importante, notamment par rapport à avant 2017…Cette année, coup de bol, on était en retard. La route est longue jusqu’aux Saints de Glace… »

Pour Bernard Farges, le président du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux : « En terme de stress et de moral, pour les vignerons c’est dur ! Certains en sont au 5e sinistre dans leur propriété depuis 2015. Après les crises de 2021, avec la taxe Trump, la pandémie et la crise en Ukraine (qui fait gonfler le prix des bouteilles de 60%), le moral n’est pas bon.

« Il y a eu des zones où il a fait parfois plus froid que l’en passé, d’autres comme les Graves moins froid, on a eu deux matinées avec des températures très très froides avec beaucoup de -3 à -5°, la différence va se faire entre l’intensité du froid et le niveau de sortie de la végétation. C’est un gel très important, très grave, mais il est trop tôt pour le mesurer. La différence de taille par rapport à 2021, c’est la date des travaux d’hiver qui a été adapté, ce qui est très nouveau à Bordeaux et c’est efficace, ça marche jusqu’au 10 avril, après pour des gels plus tardifs cela n’a plus beaucoup d’effet » (comme le gel de 2017 où 39% de la production avait été perdue à Bordeaux).

03 Avr

Gel à Bordeaux : « il a fait plus froid que prévu ! » De -4 à -6° par endroits…

C’est un nouveau coup dur pour les vignerons. Ce week-end de gel s’annonce terrible, partout en Gironde. Les températures sont passées négatives tôt dans la nuit et jusqu’au petit matin. Avec pas mal de secteurs entre -3 et -5°. Fort heureusement la vigne est moins avancée que l’an dernier et la taille tardive a ralenti le cycle végétatif de la plante. Réactions sur Côté Châteaux.

Une lutte acharnée, ici au château le Loup à Saint-Christophe-des-Bardes avec des balles de paille © Sophie Aribaud

« La nuit a été acharnée… » Cette phrase de Franck Binard résume à elle seule le combat qu’on mené des centaines de vignerons depuis 22h30 et jusqu’à 8h ce matin. « Comme partout c’es descendu entre -3 et -5°C, même sur le plateau de Saint-Emilion, partout et un petit peu plus à certains endroits. Et les deux nuits qui arrivent promettent aussi… », poursuit le directeur du Conseil des Vins de Saint-Emilion.

Quelques vignes précoces, ce qui cet année n’est pas la généralité fort heureusement © Sophie Aribaud

Pour Sophie Aribaud, conseillère viticole : « cela a commencé très tôt, les éoliennes ont commencé à tourner très tôt, dès 22h30 les vignerons ont commencé à chauffer, c’était négatif dès 1h du matin sur Saint-Emilion et Pomerol. On a eu des -2, -3 et -4 à Saint-Emilion, même là où ça ne gèle pas d’habitude….Il y a eu pas mal de gelée blanche. »

Valérie Arnateau a donné un coup de main à son cousin au château le Loup à Saint-Christophe-des-Bardes : « mon cousin m’a appelé à 22h30, il a fait jusqu’à -4°, il y avait des éoliennes , du foin ou des chaufferettes, chacun fait avec ses moyens… »

« C’est vrai que cela a bien gelé, j’ai entendu les éoliennes et hélicoptères, même si moi je suis plutôt en ville à Saint-Emilion », commente Jean-François Galhaud, le président du Conseil des Vins de Saint-Emilion qui s’apprête à faire un petit tour ce matin pour voir l’étendu des dégâts qui pourraient se dévoiler plus vers midi…

© Sophie Aribaud

Pour François Despagne du château Grand Corbin-Despagne que nous avions suivi lors de la taille de la vigne en janvier : « cette nuit il a fait de -4 à -6°, il a fait plus froid que prévu ! On n’a pas bien dormi. Dans les endroits les plus précoces, ça a du morfler… Fort heureusement la vigne n’a pas trop poussé, dans des endroits comme les miens on est peut-être passé à côté, c’est difficile à voir, on verra si les bourgeons ont grillé… »

La famille Capdevielle engagée dans le combat contre le gel cet nuit au © château l’Evêché

Laurent Clauzel du château la Grave Figeac à Saint-Emilion : « c’est descendu entre -3 et -5°, mais le stade n’était pas trop avancé et les contre-bourgeons n’étaient pas sortis, cela t’assure quand même 80% de la récolte. Je préfère prendre ces températures maintenant que dans 3 semaines. Bon cette année je n’avais pas acheté de bougies car je me disais que ça ne gèlerait pas cette année… »

© château l’Evêché

Dans le Blayais, comme partout en Gironde, « il a gelé entre -3 et -4°, mais par chance cela n’a pas trop débourré par rapport à l’année dernière…Je sens les vignerons moins perturbés que l’année dernière, cela n’a rien a voir… » commente Thibaut Layrisse directeur du syndicat de Blaye Côtes de Bordeaux.

Stéphane Gabart, le président des Bordeaux et Bordeaux Supérieur commente pour Côté Châteaux : « on a connu des jours meilleurs, même si c’était annoncé, c’est toujours problématique. Dans mon secteur à Galgon, on a eu entre -3,8 et -4°C. Quant aux dégâts, c’est très compliqué, par rapport à l’an passé le stade de la végétation est moins avancé. Il y avait quelques secteurs plus avancé que d’autres, cela va être disparate. Mais c’est beaucoup trop tôt pour le dire. »

Sur les hauteurs de Saint-Emilion quelques bougies brûlent encore avec la Tour du Roy en fond © Sophie Aribaud

Un combat difficile à mener, Sophie Capdevielle était avec son mari sur le front à Saint-Sulpice de Faleyrens au château l’Evêché : « on était sur le pont vers 3h30 en famille, on avait sorti des sacs de bois recyclé… On les a disposé entre les rangs de vigne sur un hectare, surtout près des jeunes plants, des vignes franc de pied…On a allumé à 4heures. On a prévu de sortir cette nuit encore… »

Petit matin girondin bien gelé par © Sophie Aribaud

Pareil en Pessac-Léognan, « on a eu froid comme tout le monde, -3 globalement et -5 au plus froid… « , commente Arnaud Thomassin du château de France;  « mais on avait acheté pas mal de tours à vent (7), et des bougies, on s’en est pas trop mal tiré. Mais on n’a pas bien dormi, enfin pas du tout , c’est u peu fatiguant et cela recommence cette nuit… »

Bon courage à tous ces vignerons sur le front du gel. L’an dernier, les nuits des 6 au 8 avril avaient été désastreuses, sans doute plus que cette année, le mildiou s’était ajouté en juin, juillet et du coup la production a Bordeaux a été très faible, avec 3,7 millions d’hectolitres.

25 Sep

Côté châteaux n°25 : spécial vendanges et petite récolte pour le millésime 2021

Vous l’attendiez, le revoilà ! Le magazine Côté Châteaux fait son grand retour sur France 3 Noa lundi 4 octobre à 20h05 avec ce numéro 25. Un magazine qui revient sur ce « satané millésime 2021 » qui a été et va être très difficile à produire, à cause du gel du printemps et du mildiou du début d’été. Retour sur ces aléas climatiques sur le vignoble bordelais entre Saint-Emilion, les Graves, Pessac-Léognan et les Côtes de Bourg et en Blaye Côtes de Bordeaux. Entretiens avec Jean-Jacques Dubourdieu du Clos Floridène et Paul Garcin du château Haut-Bergey. Une émission réalisée par Jean-Pierre Stahl et Alexandre Berne.

Début des vendanges à Clos Floridène le 15 septembre, avec Alexandre Berne et Jean-Jacques Dubourdieu © JPS

« Récolter du raisin en 2021, c’est déjà un exploit ! On a passé 8 nuit à lutter contre le gel, le printemps a été horrible. Finalement on a du raisin, il est arômatiquement assez intéressant et les acidités sont très bonnes.. », Andrea Perrin, l’oenologue du château Carbonnieux résume à lui seul cette année horrible pour un vigneron. Partout en France le gel a été intense à Chablis, en Bourgogne, en Alsace, en Champagne et bien sûr dans le Bordelais. Les quantités de raisin et la récolte vont s’en ressentir. Les vignerons vont s’en souvenir de ce millésime 2021.

Nous nous retrouvons en ce 15 septembre avec Jean-Jacques Dubourdieu  au Clos Floridène à Pujols-Sur-Ciron qui comme bon nombre de viticulteurs et d’ouvriers viticoles n’ont pas bien dormi en ce début avril 2021 : « eh oui, ça a été un printemps assez mouvementé, c’était les montagnes russes, avec un certain nombre de matinées très fraîches, bon ici à Clos Floridène on est habitué à cette lutte (contre le gel), on a des éoliennes depuis près de 25 ans, et puis on adapte nos méthodes culturales avec une taille plus tardive, donc globalement on a un peu de dégâts mais on a une récolte en blanc qui est un peu au dessus d’une moitié de récolte, ce qui pour une année de gelée est acceptable et à un niveau de qualité parfait bien sûr… Et puis après des conditions climatiques difficiles du 15 juin au 15 juillet, particulièrement humides où le mildiou a , pris aussi sa part.

Une année où il y a eu gel et mildiou, c’est un peu frustrant… Ici les pires matins, c’est descendu entre -6 et -7°C. 2021 va resté gravé dans la mémoire de tous les vignerons, du début du printemps jusqu’au début de la récolte on a tremblé à chaque instant… », Jean-Jacques Dubourdieu du Clos Floridène.

Frédéric Faye, a mobilisé 35 personnels la nuit du 6 au 7 avril à Figeac © JPS

La suite de ce Côté Châteaux nous replonge dans ce combat dantesque qu’ont mené les vignerons de Saint-Emilion et notamment au château Grand Corbin Despagne avec François Despagne dans la nuit du 6 au 7 avril  : « C’est une soirée angoissante, on est sur le pont depuis 10 heures, là il est 5h30 du matin, cela fait déjà 7 heures qu’on tourne, qu’on sonde dans les vignes à droite, à gauche, qu’on allume des feux, des foins, qu’on allume des bougies, avec aussi l’éolienne qui fonctionne déjà depuis 5 heures ».  Tous avaient disposé des milliers de bougies comme au château Figeac, 1er cru classé de Saint-Emilion, 9000 bougies qui brulaient depuis 1 heure du matin, pour lutter contre cette gelée noire.« On considère qu’il faut une heure à -2° pour griller les bourgeons qui commencent à éclore. C’est vraiment une masse d’air qui arrive du pôle et qui se déplace sur une grande partie de la France et beaucoup de nos confrères vignerons ont aussi été touchés, »Frédéric Faye directeur château Figeac.

Jean-Jacques Dubourdieu dans son chai à barriques du Clos Floridène © JPS

« On sait qu’on a une demi-récolte dans les tuyaux et ce ne sera déjà pas si mal, à la fin cela fait un millésime où il n’y aura pas beaucoup de vin. Cela ne veut en aucun cas dire qu’il ne sera pas qualitatif, et généralement bien au contraire car quand la vigne produit moins elle fait du bon vin, cela dit cela ne suffit pas à consoler le vgneron car cela intervient après les 3 derniers millésimes qui étaient des super millésimes 2018, 2019 et 2020, mais où on n’a pas produit énormément aussi. Donc depuis 2016, qui était l’année généreuse à Bordeaux, on n’a pas produit de millésime de manière confortable… Donc après le challenge où on s’est demandé si c’était vendre ou produitre, aujourd’hui,  on se dit c’est sans doute produire et c’est une interrogation dans les années à venir pour toute la profession…

« Certains vignobles dans le monde se plaignent de manquer d’eau, nous à Bordeaux on est très loin de cette problématique, et c’est ce qui en fait un vignoble durable avec un vrai futur…Mais avec des aléas et une pression de maladies et notamment de mildiou… de plus en plus préoccupante et qui nous fait perdre chaque année plusieurs dizaines de milliers d’hectolitres et cela devient problématique pour tous les vignerons quelque soit leur niveau de valorisation… »

Attaque de mildiou sur des cépages de merlot en Côtes de Bourg © JPS

Le mildiou véritable plaie à Bordeaux, vous vous en rendrez compte aussi avec ce reportage dans les Côtes de Bourg : « on a le mildiou sur feuilles,  donc on voit bien les taches d’huile, qui sporulent, c’est un champignon, avec la pluie cela va tomber sur les grappes et infecter les grappes. On voit bien sur un pied comme cela, il y a 70 à 80% de pertes », commentait en juillet David Arnaud du château Tour des Graves à Teuillac en Gironde.

Il a du effectuer 15 traitements à base de cuivre, des traitements qui ont souvent été lessivés par la pluie, avec plus de 300 millimètres d’eau tombés sur 2 mois. « On s’est battu tant qu’on a pu, on n’a pas de regret, on a fait ce qu’on a pu, mais la maladie a gagné. »  Au château Peyreyre à Saint-Martin-Lacaussade en Blaye Côtes de Bordeaux, l’oenologue Jean-Luc Buetas n’en reviennait toujours pas: « moi, dans ma carrière, c’est la 1ère fois que je vois une année aussi pluvieuse sur la période végétative ! C’est une très grande inquiétude, on peut estimer 20 à 30 % de perte, on a la pression de la pluie et du mauvais temps qui est constante, ce qui nous amène à une inquiétude forte… », Jean-Luc Buetas du château Peyreyre.

Paul Garcin, dans une parcelle de merlots au château Haut Bergey © JPS

La suite de ce Côté Châteaux n°25 nous emmène à Léognan au château Haut-Bergey, conduit en biodynamie depuis 2016. Paul Garcin nous explique en plein milieu des merlots sur des sables :« effectivement cette année cela a été une vraie bataille contre cette maladie qu’est le mildiou à cause de l’humidité… On a eu les deux, un peu de mildiou sur feuilles et un peu sur grappes. Il y a eu plusieurs phénomènes, le premier c’est qu’on a eu du gel, un coup de froid et c’est comme un homme quand on prend un coup de froid, après on est fragilisé et la vigne c’est pareil. »

‘ »Nous c’est vraiment sur ce cépage-là le merlot où c’est un peu plus dur sur la région, après la façon dont poussent les autres cépages fait qu’ils sont un peu plus tardifs et donc ils ont été naturellement plus protégés de ce gel. On est touchés, durement touchés, mais malgré tout on s’en sort un petit peu mieux que les autres régions, ce qui est un point positif pour nous, mais ce qui est très difficile pour tout le monde… »

« Néanmoins on va pouvoir vendanger, vendanger de jolies choses, on va avoir un joli millésime parce que quand on a des années où la vigne souffre un peu comme cela elle crée des antocyanes, elle est là pour se protéger donc cela fait des millésimes structurés, qui vont être intéressants, on av avoir une belle maturité, le soleil est avec nous cela va faire de jolies choses… »

Quant à savoir si c’est aussi facile de traiter en biodynamie, s’il n’y a pas plus de contraintes? Paul Garcin répond : « on a une contrainte on doit passer derrière les pluyies au plus tôt, et de manière à prévenir les pluies… Il faut toujours avoir un temps d’avance sur le contact de cette maladie avec nos feuilles. Donc il faut traiter le plus rapidement possible et le plus précocement possible pour protéger au maximum ».

Paul Garcin, qui incarne la nouvelle génération de vignerons répond également sur ce tournant que semble prendre la viticulture à Bordeaux à faire davantage de bio ou de biodynamie : « j’ai de plus en plus de copains qui se tournent vers ce type de travail, avec une vraie volonté de raviver Bordeaux, d’amener quelque chose de plus rieur, de plus enchanté dans le vin avec une vraie dynamique de dégustation, voire de consommation plaisir… »

Et de présenter sa cuvée Paul qu’il sort « sur des autres contenants que des barriques, sur des oeufs en béton, des choses en inox ou d’autres choses encore plus originales, donc on est vraiment sur les arômes les plus purs du fruit, plus facile à boire »…

Paul Garcin, prêt pour les vendanges de ses merlots avec son château Haut-Bergey © JPS

Il y a toute une nouvelle génération de consommateurs qui se mettent à boire du vin, ils cherchent souvent des vins de lieux, des vins de vigenrons : « je crois qu’on cherche de plus en plus cette idée d’identité, il y a l’identité du terroir, mais aussi l’identité d’une personne derrière qui fait le vin, avec cette envie de signer des vins et de ne pas uniformiser, mais plutôt de rentrer dans cette idée de personnalité ! »

Regardez ici Côté Châteaux n°25 réalisé par Jean-Pierre Stahl et Alexandre Berne : 

29 Juil

Mildiou à Bordeaux : pour certains, une année plus sévère qu’en 2018

Le mildiou n’en finit pas de faire parler de lui. Avec plus de 300 millimètres de pluies tombées ces 2 derniers mois, certains domaines, en bio, comme en conventionnel, ont longtemps combattu cette maladie, qui a fini par s’installer, plus ou moins. Certaines parcelles de merlot sont sérieusement touchées, d’autres moins, néanmoins cette pression de pluies et de mildiou a été des plus intenses sur ces 2 derniers mois.

Attaque de mildiou sur des cépages de merlot en Côtes de Bourg © JPS

2021, une année à mildiou,aussi violente voire pire que 2018, pour David Arnaud du château Tour des Graves à Teuillac. Il a vu ses parcelles de merlot (cépage plutôt sensible au mildiou) sévèrement attaquées…

On a le mildiou sur feuilles,  donc on voit bien les taches d’huile, qui sporulent, c’est un champignon, avec la pluie cela va tomber sur les grappes et infecter les grappes. On voit bien sur un pied comme cela, il y a 70 à 80% de pertes », David Arnaud du château Tour des Graves à Teuillac en Gironde.

A ce jour, ce vigneron compte 15 traitements à base de cuivre, des traitements qui ont souvent été lessivés par la pluie, avec plus de 300 millimètres d’eau tombés sur 2 mois. « On s’est battu tant qu’on a pu, on n’a pas de regret, on a fait ce qu’on a pu, mais la maladie a gagné. »

Côtes de Bourg, Blayais, tout le Bordelais dans son ensemble a été touché de l’ordre de 5 à 100 % (selon le CIVB), selon les parcelles et propriétés (les chiffres seront officialisés avec les compte-rendus de récolte à la fin de l’année). Au château Peyreyre à Saint-Martin-Lacaussade en Blaye Côtes de Bordeaux, l’oenologue Jean-Luc Buetas n’en revient toujours pas:

Moi, dans ma carrière, c’est la 1ère fois que je vois une année aussi pluvieuse sur la période végétative ! C’est une très grande inquiétude, on peut estimer 20 à 30 % de perte, on a la pression de la pluie et du mauvais temps qui est constante, ce qui nous amène à une inquiétude forte… », Jean-Luc Buetas du château Peyreyre

2021, une année de gel, de coulure et de mildiou, qui laisse présager aussi une perte de 30% de récolte pour le château Tour des Graves… « Si on n’a pas de vin, on ne rentre pas d’argent, derrière cela demande de la trésorerie qu’on va chercher à la banque, de l’endettement…et il y a aussi la problématique des marchés… », commente David Arnaud.

Un contexte économique très difficile pour ces vignerons en proie également depuis un an et demi à la crise du coronavirus.

« Tout notre commerce est basé sur les restaurants, clientèle particulière et restaurants qui étaient fermés, donc ca devient extrêmement difficile; si le mildiou en rajoute une couche cela devient très très dur »,commente encore Jean-Luc Buetas.

La bonne nouvelle, c’est que le raisin commence sa véraison, ce passage de la baie de vert à rouge, va bloquer le mildiou. On devrait malgré tout avoir une récolte suffisante à Bordeaux.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Margot Michele et Corinne Berge:

13 Juil

Eh mildiou…Tu arrêtes quand, les vignerons n’en peuvent plus !

C’est un sale type, un sale type de maladie qui se répand actuellement dans le vignoble bordelais comme dans d’autres vignobles français. En cause, les orages et les précipitations cumulées entre juin et juillet. D’où ces sorties de mildiou. « Il faut qu’on produise du vin et pas du mildiou ! » 

L’attaque de mildiou sur grappe ou rot brun © Philippe Carille

Il pourrait s’appeler Emile Diou, ou comme auraient dit les anciens eh mildiou ! D’une génération à l’autre, tous pourraient vous dire : il n’est pas fréquentable, le gars ! Et c’est même de mal en pis…« Ca fait maintenant des années qu’on prend, de la grêle, du gel et du mildiou », comme me le confie Philippe Carille, vigneron du château Poupille en Castillon, Côtes de Bordeaux, en bio certifié depuis 2008.

« Pour le moment c’est mitigé, ce n’est pas encore la catastrophe, mais c’est sorti vendredi sur grappe… Malgré qu’on n’ait pas eu de trou dans la raquette, on a réussi à passer après chaque pluie mais quand tu commences à avoir 60 mm puis 40 sur les 2 orages il y a deux semaines, et que ça continue toutes les semaines, cela devient compliqué. Cela a commencé à sortir sur grappe, et a continué ce week-end.

Ce n’est pas la catastrophe, mais ça devient compliqué. Il y en a qui diront que c’est une année de vigneron, c’est plutôt une année de chanceux… », Philippe Carille château Poupille.

« Chez certains viticulteurs, c’est pareil qu’en 2018, pour nous c’est moyen à part une parcelle qui est à 30% sur des porte-greffes »

Pour Jean-Jacques Dubourdieu, vigneron des châteaux Clos Floridène, Reynon ou encore Doisy Daëne : « c’est une grande, grande inquiétude, qui me fait penser à 2018, en pire, avec une fréquence de pluies importante. Cela touche surtout les cépages rouges comme le merlot qui est plus sensible. Et ce quelque soit le mode de culture, vertueux ou avec produits phytosanitaires avec un usage raisonné, on fait face à une grande pression. Il y a de la casse, on perd de la récolte tous les jours, 5 à 10%.

Traditionnellement au mois de juillet, on levait le pied au niveau des traitements mais là on est encore sous le feu » Jean-Jacques Dubourdieu de Clos Floridène et château Reynon.

« Le mildiou ? Pour tout le monde, il est là ! « , commente Nicolas Lesaint du château de Reignac à Saint-Loubès. « Mais chez nous ça va encore, c’est largement acceptable; il s’est surtout installé sur des vignes qui avaient gelé, avec une repousse plus tardive, on a plus une pression sur des feuilles, mais honnêtement je n’ai pas à me plaindre. On est en train de faire les effeuillages à la main, et le meilleur traitement c’est aussi le rognage sur les jeunes feuilles. »

Et Nicolas Lesaint de revenir sur l’amas d’eau qui est tombé depuis la fin de l’année dernière jusqu’à aujourd’hui:

DU 1er novembre à aujourd’hui, on a eu 1050 millimètres de pluies contre 560 à la même période un an plus tôt, «  Nicolas Lesaint du château de Reignac.

« En Alsace, c’est la catastrophe car le phénomène est plus tardif, si on avait eu la même chose il y a 15 jours, ça n’aurait pas été la même mayonnaise. Mais globalement on va s’en sortir. »

Pour Philippe Carille, « l’heure devrait être au pragmatisme, je n’ai jamais vu un tel bilan carbone, par rapport aux produits qu’on utilise. Nous on en est à 12 passages, mais j’en connais qui en sont à 16 ou 17 déjà. Est-ce qu’on est bon ou pas cela reste assez compliqué. Il faut qu’on produise du vin et pas du mildiou. »

A partir de jeudi, le retour d’un temps sec et beau devrait assécher tout cela et redonner du baume au coeur à nos vignerons pas mal malmenés cette année entre le gel, le mildiou… et qui a parlé de grêle. N’en jetez plus. Ils en ont assez.

24 Juin

Gironde : les châteaux confrontés à des pluies diluviennes, sous la menace du mildiou et du black rot

Les orages et pluies incessantes depuis la semaine dernière ont provoqué des inondations dans quelques châteaux de Gironde. Ces orages de forte intensité à répétition vont les contraindre à revoir les écoulements des eaux. D’autres problèmes se posent pour permettre à leurs engins de rentrer dans les rangs pour traiter la vigne. Car d’ici 7 à 10 jours, le mildiou et le black rot risquent de faire une forte apparition.

Vincent Bonhur montrant les images des inondations vécues samedi dernier © JPS

« 2 heures du matin, c’est pire qu’hier… » Le château Lafitte-Laguens submergé par des pluies diluviennes la semaine dernière…Vincent Bonhur, son propriétaire commentait sur Facebook ainsi l’inondation dont il était victime dans la nuit de vendredi à samedi dernier. Aujourd’hui, il s’en remet tout doucement, mais jamais il n’a connu pareil phénomène depuis l’achat du château et de ses 40 hectares en 2012.

Fort heureusement l’eau n’est montée que de 5 centimètres dans le chai à barriques © JPS

Il a du vite faire intervenir samedi ses équipes pour nettoyer, après le retrait de l’eau, assez rapide d’ailleurs. « On se sent impuissant, tellement c’était de l’eau qui arrivait en grosse capacité, des torrents qui déferlent… », explique ce matin Vincent Bonhur.

Le château pourtant à Yvrac est sur un point haut, et non à proximité d’un cours d’eau...« Il y avait tellement d’eau que le réseau souterrain n’a pu absorber toutes ces pluies, de fait ici sur ce bassin pompiers qui est une sécurité incendie, on avait 50 centimètres d’eau au-dessus qui ont fait que c’était devenu un lac… »

A Saint-Loubès, au château de Reignac, Nicolas Lesaint a enregistré 150 millimètres de pluies en quelques jours. « On a pris 90 millimètres en 1 heure et demi, c’est un truc de folie où tout a été emporté, raviné… Sur des sols comme cela on est après dans l’incapacité de rouler, donc on ne peut pas passer traiter, on ne peut rien faire… Donc on va être forcément exposé aux maladies, et les orages violents, c’est bien sûr du mildiou, mais quand c’est violent comme cela c’est aussi du black rot »…

D’ici la fin de la semaine, Nicolas Lesaint espère pouvoir sortir ses engins pour traiter…Quant à Vincent Bonhur, il a évité le pire dans ses chais où l’eau n’est montée qu’à 20 centimètres dans le cuvier et 5 centimètres dans sa zone de stockage ou dans son chai à barriques, les vins étant surélevés notamment sur des palettes.

Une tache de black rot en haut à droite, que nous montre Nicolas Lesaint © JPS

Mais vue la récurrence des ces fortes pluies, il va falloir repenser en partie les évacuations ou collecteurs d’eau, mais aussi ne pas louper les traitements à faire. « On est sur une période très critique pour garantir un millésime de qualité donc l’enjeu de la récolte et du millésime se joue dans les 15 prochains jours… », commente enfin Vincent Bonhur.

Nicolas Lesaint, montrant une tache de black rot qui déjàpointe le bout de son nez © JPS

Comme l’an dernier en 2020 ou encore en 2018, les vignerons redoutent une forte poussée de mildiou d’ici 10 jours. A surveiller…

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Jean-Michel Litvine :