20 Sep

Après l’hôtel-restaurant au château Lafaurie-Peyraguey, Silvio Denz lance Lalique en plein coeur de Bordeaux

C’était mardi la grande soirée de lancement de la nouvelle enseigne Lalique, une boutique de cristal mariée au vins de Lafaurie-Peyraguey, cours de l’Intendant à Bordeaux. Une mise en avant du savoir-faire de la célèbre cristallerie française associée désormais au monde du vin à travers les châteaux de Silvio Denz à Saint-Emilion et Sauternes. Toute la place de Bordeaux était présente pour saluer la beauté du lieu.

Silvio Denz, le PDG de Lalique et co-propriétaire de Lafaurie-Peyraguey David Bolzan, dg des Vignobles Silvio Denz © Jean-Pierre Stahl

A Bordeaux rien n’est trop beau. Cela pourrait être la devise de ce nouvel endroit magique situé dans le triangle d’or.Pour Silvio Denz, cette nouvelle implantation au 19 cours de l’Intendant et passage Sarget n’est que le prolongement de sa politique de promotion du savoir-faire à la française et de son hospitalité :

C’est vraiment le message : la fusion entre le cristal le vin et le savoir-faire Lalique » Silvio Denz PDG de Lalique.

Pour cette inauguration, plus de 200 personnes étaient présentes du monde du vin, des acteurs économiques et politiques de Bordeaux.

A commencer par le 1er magistrat de la ville Alain Juppé : « c’est une grande chance de vous accueillir dans ce site, il n’y a ici que beauté et des objets fabuleux. Merci d’avoir choisi Bordeaux », et de souligner « l’attractivité du Port de la Lune avec tous ces bateaux et leur clientèle haut de gamme, c’est une aubaine pour vous ». Alain Juppé qui a reçu un joli trophée en cristal et a plaisanté en soulignant qu’il trouverait sa place dans son bureau, et non chez lui.

Dans cette boutique de nombreuses pièces époustouflantes : des vases et autres lampes d’inspirations « hirondelles » aux vases « bacchantes« , en passant par les panthères et la victoire de Samothrace, sans oublier les bouteilles de parfum (cf Silvio Denz avait initialement fait fortune dans la parfumerie).

« On dessine deux collections par an avec 20 à 40 pièces, ce sont aussi des bijoux, des bouteilles de parfum, de l’architecture intérieure et commandes spéciales », commente Marc Larminaux directeur artistique, qui travaille avec une équipe de 6 designers artistiques chez Lalique et environ 200 personnes à l’usine de Wingen-sur-Moder en Alsace (où se trouve le Musée Lalique).

Au fond une vinothèque avec notamment les flacons de Sauternes du château Lafaurie-Peyraguey, 1er cru classé © JPS

« On travaille aussi beaucoup avec des marques de whisky comme le whisky Macallan » (la bouteille whisky la plus chère s’est vendue d’ailleurs 500000 €)

Catia et Pietro Mingarelli, designer de la boutique Lalique © JPS

A l’emplacement de Madura, Lalique a donc aménagé un très grand espace sur 130 M2 pour mettre en scène quelques 500 pièces, avec au fond de la boutique la vinothèque avec les vins de Silvio Denz et surtout de Lafaurie-Peyraguey.

Le travail a été confié aux designers Pietro Mingarelli et Tina Green, c’est leur 12e enseigne après Paris, Londres (2), Zurich, Hong-Kong, Shangaï, New-York, Chicago, Miami, Los Angeles, Las Vegas…

On peut dire la fierté que nous ressentons à faire partie du triangle d’or bordelais et du passage Sarget, c’est un lieu de partage et de convivialité, qui devra vivre grâce à vous, grâce au monde du vin » David Bolzan, directeur général des Vignobles Silvio Denz.

Ce bel endroit vient rehausser encore l’offre de pièces d’ornement en cristal et des arts de la table en plein coeur de Bordeaux…Un peu plus bas cours de l’Intendant, il y avait déjà Baccarat, autre grande marque de cristal lorraine (rachetée récemment par des Chinois) mais aussi Bernardaud (qui commercialisait outre ses pièces de porcelaine, des oeuvres et objets Lalique), voici désormais Lalique et Lafaurie-Peyraguey qui entrent dans la danse.

Silvio Denz, le PDG de Lalique et co-propriétaire de Lafaurie-Peyraguey David Bolzan, dg des Vignobles Silvio Denz © Jean-Pierre Stahl

Lire ou relire :

Lafaurie-Peyraguey ouvre un somptueux Hôtel Restaurant Lalique dans le Sauternais

 Voir ou revoir le magazine sur Silvio Denz par Jean-Pierre Stahl, Sébastien Delalot, Eric Ddelwarde, Christophe Varone, Sarah Paulin et Isabelle Rougeot : 

19 Sep

Début des vendanges en rouge à Pomerol : « un millésime sauvé des eaux »

C’était ce matin le coup d’envoi de la récolte des merlots au château la Conseillante à Pomerol. 32 vendangeurs sur le pont pour cueillir de très beaux raisins « sauvés des eaux » comme l’exprime Marielle Cazaux, la directrice, après un printemps très pluvieux, grâce à 3 mois de beau temps cet été, avec de la chaleur et des matinés plutôt fraîches.

Marielle Cazaux donne le top départ des vendanges en rouge au château la Conseillante © JPS

Ce matin c’est pour Marielle Cazaux enfin ce moment tant attendu, pour ses 4e vendanges au château la Conseillante : « c’est sûr, c’est un millésime qui s’annonce superbe, avec une réelle libération et une excitation et un enthousiasme incroyable »

Pour ce ban des vendanges en rouge ici à Pomerol, c’est en effet l’excitation des grands jours au château la Conseillante su ce terroir d’argile, de graves et de sable,  terroir typique et mythique du plateau de Pomerol.

« Aujourd’hui ça va être une grosse journée, on va couper deux hectares, donc je vais vous demander de faire attention, c’est la qualité en premier puisque nous sommes à Pomerol, » Marielle Cazaux directrice de la Conseillante.

Sur ce dommaine de 12 hectares, voisin de Pétrus, Vieux-Château-Certan, et l’Evangile, la récolte s’annonce prometteuse alors que 52 centimètres de pluie sont tombés de janvier à juin. La Conseillante qui était en conversion bio a du revenir à des traitements conventionnels pour éviter la casse. Le mildiou aurait ainsi été minimisé, 2 à 3 % des vignes touchées selon Marielle Cazaux.

Le millésime est sauvé des eaux avec des superbes mois de juillet, d’août et encore en septembre des températures incroyables au dessus de la normale qui nous ont permis d’attendre le maximum et la maturité parfaite pour nos raisins », Marielle Cazaux directrice de la Conseillante.

« On revient de très loin parce que cette année 2018 est un peu l’année de tous les extrêmes », complète Jean-Marie Garde le président du Syndicat Viticole de Pomerol (800 hectares). On a eu une pluviométrie très importante dès le mois de novembre et jusqu’à la fin juin, avec des inquiétudes pour les viticulteurs, des attaques de mildiou et puis tout à coup le beau temps est arrivé avec des températures qui nous paraissaient excessives… »

Jean-Marie Garde, le président du syndicat viticole de Pomerol © JPS

Nous n’avons pas connu de canicule. Nous avons eu une amplitude de températures entre le jour et la nuit et ça c’est le signe de grands millésimes », selon Jean-Marie Garde.

Fort heureusement il n’y a pas vraiment eu de canicule comme en 2003, les matinées fraîches et les quelques précipitations de septembre, devraient augurer d’une belle récolte de merlots, parmi les 800 hectares de vignes à Pomerol.

« A priori, sur les potentiels d’extraction, des anthocyanes, des pigments colorés, des tanins, on a des valeurs qui sont vraiment très très intéressantes, et tout-à-fait dans la lignée des millésimes 2015 et 2016 », Bertrand Nicolas co-propriétaire de la Conseillante.

Tant que les cabernets ne sont pas rentrés, il est encore difficile de crier totalement victoire, mais les planètes sembles alignées pour réaliser un très bon millésime ici, qui pourrait rappeler le 2015 ou le 2016.

18 Sep

« Vinexpo, c’est Bordeaux ! Bordeaux, c’est Vinexpo ! » : mobilisation générale pour un salon qui se relance

Cette petite phrase a été lancée ce matin par Alain Juppé (qui veut bien céder ses droits d’auteur…). Vinexpo tenait en fait une conférence de presse au Palais de la Bourse pour redorer l’image du salon mondial du vin et des spiritueux qui connait un léger effritement de fréquentation ces dernières années, face à la concurrence de ProWein en Allemagne. Vinexpo a été avancé en mai, ce salon qui fêtera sa 20e édition se tiendra du 13 au 16 mai 2019 avec des nouveautés.

« Tous ensemble, tous ensemble… » pour Vinexpo Bordeaux © JPS

L’heure est à la Mobilisation de tous : ville de Bordeaux, métropole, CCI, Région et Centre des Congrès et Expositions, mais aussi l’Office de Tourisme. Et pour relancer Vinexpo Bordeaux, une belle photo de l’ensemble des acteurs trinquant au vin de Bordeaux, ça parle au monde entier. Il faut dire que ces derniers temps, une rumeur persistante, ou une fake-news, laissait planer le doute sur la tenue de ce salon mondial du vin et des spiritueux en 2019 (Côté Châteaux vous avait rassuré en exclusivité cet été). Vinexpo Bordeaux se tiendra bien du 13 au 16 mai prochain avec des nouveautés.

Patrick Seguin, président CCI Bordeaux Gironde, pdt du directoire de Vinexpo et Christophe Navarre Pdt du Conseil de Surveillance de Vinexpo © JPS

On espère que le bashing, c’est terminé parce que on a un peu souffert de cette mauvaise image de dire Vinexpo Bordeaux risque de ne pas exister. C’est totalement faux. Vinexpo Bordeaux est bien parti ! Vinexpo Bordeaux 2019 sera une belle manifestation avec des nouveautés et un symposium mondial » Patrick Séguin Président de la CCI de Bordeaux

Outre le salon au parc des expositions où l’on espère le retour des grandes maisons de champagne et de cognac, une grande dégustation ouvert au public se tiendra place de Bourse le 12 mai, il y aura aussi les dîners du palais les 13 et 14 mai pour les exposants et leurs clients, une plus grande place sera aussi accordée aux petits viticulteurs à qui la région viendra en aide pour pouvoir être présents. Pour donner un coup de jeune, le Hall 2 entièrement reconstruit, sur 14000 m2, sera opérationnel pour la 1ère fois pour Vinexpo.

 Un nouveau hall flambant neuf sera prêt en 2019, c’est un gros investissement, avec la rénovation du hall 2 (et plus tard du hall 1), ce sont 60 millions d’investissements », Alain Juppé Maire de Bordeaux.

Alain Rousset, le Président de la Région Nouvelle-Aquitaine, souhaite lancer un message fort, à l’occasion de ce Vinexpo, sur la sortie des pesticides.

Alain Rousset veut donner un message fort: sortir des pesticides © JPS

Sortir des pesticides, cela doit être l’ADN de la région, on est la première région agricole d’Europe, donc il faut qu’on mette tous les moyens là-dessus », Alain Rousset Président de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Et de compléter : « ce soir, je rencontre le Président de la République et je vais lui proposer de nouveau d’être la région phare su cette transition environnementale… »

Autre grand moment, le Symposium Vinexpo sera un échanges avec des intervenants d’un calibre mondial sur l’impact du changement climatique sur la filière vins et spiritueux.

La team Vinexpo compte 25 salariés présents sur plusieurs continents © JPS

Plus de 40000 visiteurs de 150 pays sont attendus du 13 au 16 mai pour ce nouveau Vinexpo Bordeaux avec plus de 2000 exposants, selon le président Christophe Navarre les inscriptions vont bon train. Quant au directeur général tant attendu, il faudra encore attendre, on ne remplace pas un DG que l’on peut aussi considérer CEO pour faire beau, comme cela. Guillaume Deglise devrait être remplacé prochainement, en tout cas le message est clair « la Maison Vinexpo est tenue ». Pour l’heure, Laurent Maupilé, ancien directeur de Bordeaux Grands Evénements (qui organise Bordeaux Fête le Vin) a rejoint les organisateurs pour mettre un peu d’huile dans les rouages pour servir d’intermédiaire entre tous les partenaires, dans le but de réussir le prochain Vinexpo Bordeaux.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Marc Lasbarrères :

15 Sep

Un patrimoine à lui tout seul : Pierre Kauffmann, artiste sculpteur par passion

Ce week-end, ont lieu partout les Journées du Patrimoine. L’occasion de visiter des endroits chargés d’histoire ou insolites. Côté Châteaux vous propose de faire connaissance avec Pierre Kauffmann, un monument vivant à lui tout seul, car cet artiste sculpteur contribue, comme d’autres à d’autres époques, à édifier ce patrimoine.

Pierre Kauffmann, artiste sculpteur, rend le patrimoine bien vivant© JPS

A Bordeaux, son atelier au fronton duquel il est inscrit « sculpteur », interpelle sur le quai des Chartrons.

« Je m’appelle Pierre Kauffmann et je suis sculpteur depuis la prime enfance, c’est une aventure de mon choix », commence-t-il d’emblée.

Ce Lorrain, originaire de Briey a commencé à l’âge de 16 ans…à Naples il s’est initié au stuc à l’italienne.

Je visite tous les champs de ma discipline, en tant qu’ornemaniste, statuaire, portraitiste mais aussi un travail d’expression, » Pierre Kauffmann sculpteur.

Pierre, marbre, bois, bronze ou résine, il travaille tous les matériaux et explore tous les champs…des portraits aux ornements, mascarons et autres créations fantaisies, à Bordeaux la vigne l’a bien sûr inspiré…

 Depuis que je suis à Bordeaux, j’ai travaillé pour de très grands châteaux, ces châteaux ont un patrimoine qui est plus ou moins à restaurer, mais aussi nous avons affaire à des esthètes qui commandent des créations »

Comme un magicien, Pierre Kauffmann a redonné vie à Vénus enlacée par Adonis, une statue en pierre en très mauvais état, issue du château Raba à Talence : « c’est une statue du XVIII à qui il est arrivé malheur : elle est tombée de son piédestal, d’assez haut, elle s’est fragmentée en 8 morceaux, donc il m’a fallu la reconstituer, puis travailler les parties manquantes, à partir d’une pierre que j’ai retrouvé, qui est de même grain, de même couleur, de la pierre de Caen. »

Pierre vient de terminer le portrait d’Anastasia. Sa maman, Marie José, voulait à tout prix immortaliser le visage de sa fille et la fraîcheur de l’enfance.

  « Je le trouve très beau et très ressemblant » réagit Anastasia. « D’avoir un objet d’art, qui soit personnel, qui n’a été fait que pour vous, et qui représente beaucoup, l’enfance, qui représente ma fille, c’est une chose à laquelle je suis très attachée, complète sa maman. »

L’expression du visage d’un être humain, c’est quelque chose de passionnant, c’est la fenêtre de l’âme », m’explique Pierre Kauffmann.

Passionné depuis le début de son aventure, Pierre, 65 ans, compte bien continuer, mais sans doute avec davantage de couleurs, car comme il dit, sa prochaine sculpture c’est celle qui exprime au mieux son expérience, son art empirique.

12 Sep

9e et dernier opus de Châteaux Bordeaux : la success story de Corbeyran, inspiré par les vins de Bordeaux

Châteaux Bordeaux n°9 « les primeurs » sort le 26 septembre. Corbeyran son auteur avec Espé comme dessinateur ont enregistré un succès considérable sur cette série très réaliste qui décrit l’arrivée d’une héritière dans le microcosme du monde du vin de Bordeaux. 

Corbeyran devant son oeuvre et son succès : Châteaux Bordeaux en 9 volumes © JPS

Corbeyran, c’est ce scénariste bordelais, qui compte à son actif plus de 350 BD dont Châteaux Bordeaux, une série en 9 volumes qui a explosé les ventes.

Le 1er numéro, tiré à 23000 exemplaires, s’est finalement vendu à 70000 exemplaires. Alexandra en est l’héroïne, il s’agit d’une riche héritière d’un château viticole qui s’en revient des Etats-Unis pour succéder à son père décédé.

Ce succès est une belle surprise, mais avant il y a eu le suspens. L’heure de vérité, c’était en juin 2011 lors du lancement à l’occasion de Vinexpo où l’album a connu pas mal de succès aupès de la profession, et ensuite l’autre surprise en librairie où ça a plu très fortement. » Corbeyran.

Au château Kirwan à Margaux qui a servi de décor pour la Fête de la Fleur dans l’un des numéros de Châteaux Bordeaux © JPS

« Physiquement Alexandra a des atouts pour conquérir le coeur des lecteurs et des lectrices, mais le fait que moi je découvrais le vin, en même temps que j’écrivais sur le sujet, cela a permis à énormément de lecteurs de se retrouver dans cette position de néophytes et d’être invités dans l’histoire plus facilement que si j’avais choisi un personnage très pointu…' »

Avec Philippe Delfaut directeur de Kirwan qui fait déguster le 2017 à Corbeyran © JPS

« Les primeurs », c’est le 9e et dernier opus de la série. Alexandra veut réaliser le vin de son grand père, elle s’entoure des services du célèbre oenologue Michel Rolland. A l’occasion des primeurs, elle présente son vin et le fait déguster notamment à Jacques Dupont le célèbre journaliste critique du Point qui sort tous les ans un guide pour les amateurs.

Châteaux Bordeaux est une invitation à découvrir le vin mais aussi l’univers de Bordeaux puisqu’on va de châteaux en châteaux, les primeurs se déroulent à Angludet, la fête de la Fleur au château Kirwan. »

Corbeyran au château Angludet avec Daisy et Allan Sichel © JPS

D’un domaine l’autre, Corbeyran a fait un long travail de recherche d’informations sur les crus classés ou non classés et les châteaux du Médoc ou d’autres appellations de Bordeaux. Il a su écouter les conseils des vignerons, des techniciens et représentants de la filière pour parler aussi bien des métiers de courtiers, de négociants, que des millésimes.

« Ce qui m’a frappé, dès le début, c’est son attachement au détail , à la véracité à la crédibilité des éléments qu’il met en avant. L’attachement d’Eric Corbeyran à arriver à une authenticité, j’ai apprécié ce moment d’échanges, à ce que l’histoire qu’il relate soit du possible et du réel et que cela décrive au mieux la réalité dans laquelle baignent les vins de Bordeaux », m’explique Allan Sichel, président du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux et co-propriétaire des châteaux Angludet et Palmer.

Je l’ai encouragé à présenter Bordeaux, la réalité de l’environnement et le fonctionnement de la place de Bordeaux », Allan Sichel, président du CIVB.

Châteaux Bordeaux s’est écoulé à environ 400000 exemplaires. Un succès chez les libraires spécialisés qui aimeraient bien voir sa BD traduite en anglais pour les touristes.

Jean-Luc de BD Avenue avec Corbeyran, préparant le lancement du tome 9 © JPS

« La série a largement dépassé la région de Bordeaux, elle est connue nationalement et les touristes sont toujours acheteurs de ce genre de série… pour l’histoire, pour l’aspect technique qui est abordé dans chaque tome et il y a une chose qui plaît beaucoup aux touristes, c’est que l’on reconnaît dans les albums les quartiers de Bordeaux » explique Jean-Luc Castrec, le patron de BD Avenue cours de l’Intendant à Bordeaux.

Corbeyran le néophyte est devenu depuis cette série un grand amateur et connaisseur de vins de Bordeaux. Il s’est d’ailleurs fait construire chez lui une cave enterrée pour ses 600 flacons. Sa passion l’a menée à écrire également « à table », mais aussi une autre série « Clos de Bourgogne » et Viniféra, une collection sur les civilisations du vin : sortie le 18 septembre et présenté à la Cité du Vin à Bordeaux.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Pascal Lécuyer, Boris Chague l’interview en plateau de Corbeyran par Cendrine Albo :

10 Sep

Gironde : des parents d’élèves ne souhaitent pas voir émerger un nouveau collège en face de vignes…

Des parents d’élèves se mobilisent et viennent de créer un collectif. Ils s’inquiètent de voir créer le nouveau collège de Parempuyre en face des vignes du château Clément-Pichon. Mairie et Conseil Départemental se veulent rassurants.

Ludovic Coutant et Jean-Alain Charrier ont monté un collectif des parents d’élèves pour être mieux informés et informer les autres parents © JPS

Ludovic Coutant et Jean-Alain Charrier se présentent comme des lanceurs d’alerte. Ils viennent de monter le Collectif des Parents d’Elèves du Collège de Parempuyre, dont l’objectif est d’informer les parents sur le projet du futur collège. Celui-ci pourrait voir le jour en face des vignes du château Clément-Pichon, selon les normes en vigueur, c’est-à-dire à plus de 50 mètres des vignes. Toutefois ceux-ci s’inquiètent des risques encourus du fait des traitements phytosanitaires des vignes, une peur amplifiée selon eux depuis les enquêtes de Cash Investigation et Cash Impact sur les pesticides..

« Les élus et les responsables de la région sont informés des risques phyto-sanitaires que peuvent encourir nos enfants, notamment sur des maladies et perturbateurs  endocriniens, donc on est vraiment très inquiet; aujourd’hui on n’est pas entendu et on voudrait vraiment que les parents d’élèves soient au maximum informés », commente Ludovic Coutant. Lui est père de 3 enfants, tout comme Jean-Alain Charrier. Tous deux ont des enfants scolarisés actuellement au collège ou des enfants qui sont en primaire mais qui devraient faire leur rentrée dans le nouveau collège.

Madame le Maire de Parempuyre, Béatrice de Fançois © JPS

« Concernant la proximité des vignes, je ne vais pas dire le contraire, il est en face des vignes, mais par rapport à l’entrée actuelle du collège, il n’est à même pas 500 mètres… », rétorque Madame le Maire, Béatrice de François. « Ce qu’il faut savoir, c’est que le château Clément-Pichon est aujourd’hui en raisonné, nous avons 4 ans pour travailler, pour regarder comment on peut faire, nous avons aussi cet arrêté préfectoral qui est très strict sur les façons d’épandre et les produits à épandre, et puis quelque part j’espère que le gouvernement va interdire certains produits, ce qui aidera aussi les communes viticoles comme Parempuyre à avoir des équipements scolaires, sportifs qui soient le plus « sécure » possible ».

L’hôtel du Conseil Départemental de Gironde © JPS

Le Conseil Départemental a bien sûr étudié « la 1ère hypothèse de reconstruire sur le même site (que l’ancien collège), mais la morphologie du collège ne permettrait pas de reconstruire sur place en toute sécurité » explique Anaïs Luquedey directrice des collèges. « 2e hypothèse avec un collège provisoire même là aussi pas de garantie maximale par rapport à la sécurité » trop de personnes déplacées pour la cantine notamment, et donc « il a été fait le choix sur d’autres sites ». Il est clair que le site de l’actuel complexe sportif et l’emplacement des boulistes représentent au total 23500 m2 où non seulement un nouveau collège pourrait voir le jour, mais aussi un gymnse, une piste d’athlétisme assez importante et d’autres infrastructures, d’après mairie et Conseil Départemental.

« On a un projet qui est bien sûr en conformité avec l’arrêté préfectoral qui a été pris en, avril 2016 et on a aussi fait des études complémentaires dans le cadre de l’étude de faisabilité, on a des études environnementales sur ce site », commente Anaïs Luquedey.  « Il est en effet face à un vignoble, on est en conformité et on a une approche plus globale, puis qu’onb est aussi à proxilité d’un espace boisé…on a vraiment une vision globale sur l’environnement sur ce site et puis on a la particularité d’être dans une position où les vents dominants protègent le collège, donc on a une garantie supplémentaire par rapport à la réglementation, et puis bien sûr on étudiera en concertation avec le territoire à travers des réunions publiques des mesures complémentaires à mettre en place si le besoin se faisait sentir ».

Une réunion a déjà eu lieu fin août avec les riverains, le collectif réclame davantage d’informations et d’échanges avec les parents d’élèves.

100 000 visiteurs pour la 5e opération « eat ! Brussels, drink ! Bordeaux »

Encore un pari gagné pour les organisateurs bruxellois, le CIVB et les 60 vignerons qui ont fait le déplacement pour cette 5e Fête du Vin de Bordeaux à Bruxelles qui s’est déroulée durant ce grand week-end, de jeudi à dimanche.

© CIVB – Guillaume Bonnaud

L’édition bruxelloise 2018 de Bordeaux Fête le Vin a réuni cette année 100 000 visiteurs, ce qui est pas mal au pays du Mannenken Pis. Plus de 90 000 dégustations
de vins de Bordeaux qui ont été servies sur les 8 pavillons vin présents au parc bruxellois : Bordeaux – Bordeaux Supérieur, Rosés de Bordeaux – Bordeaux Blanc – Entre-Deux-Mers et Crémants de Bordeaux, Médoc, Côtes de Bordeaux, Sweet Bordeaux, SaintEmilion – Pomerol – Fronsac, Graves -Sauternes et le nouveau venu Mouton Cadet.

RECORD BATTU POUR LES ASSIETTES DEGUSTEES

Ce sont près de 8 000 bouteilles qui on été dégustées avec les plats de 36 chefs bruxellois, allant de l’échine de porc ibérique, en passant par la tartare de saumon, le thon rouge, le risotto à la crème de truffe, jusqu’aux fromages affinés belges et comptoirs de desserts. Le record a été battu cette année avec 30 000 assiettes dégustées pendant
les 4 jours.

Un attrait aussi pour la diversité et la qualité des vins de Bordeaux qui ont pu montrer comme à Bordeaux, Québec ou Hong-Kong toute la gamme et l’accessibilité en prix des vins de Bordeaux.

ECOLE DU VIN ET SA TABLE BORDEAUX BLACKJACK

L’Ecole du Vin de Bordeaux  a accueilli et formé reçu près de 1 500 pesonnes. Elle était fière de présenter une nouvelle série d’ateliers, déjà présents lors de Bordeaux Fête le Vin en juin dernier : les parfums du Vin, l’Art de l’assemblage, Cheese & Tchin ainsi qu’une table Bordeaux Blackjack.

DES MASTERCLASS EN PRIME

Pour la première fois, 4 masterclass étaient proposées aux amateurs le plus experts : les Crus Classés de Graves, Les Grands Vins médocains, Les Grands Crus Classés de Saint-Emilion et les Grands Vins liquoreux avec les fromages affinés belges.

LA BANDE A BONNAUD

L’exposition « les belles gueules de Bordeaux » réalisée par le photographe Guillaume Bonnaud a été exportée pour la 1ère fois.52 portraits de vigneronnes et vignerons des appellations Bordeaux et Bordeaux Supérieur, ont été exposés sur les grilles du parc, face au Palais Royal, on a pu aussi les retrouver et apprécier durant tout cet été à la Cité du Vin de Bordeaux.

07 Sep

34e Marathon du Médoc : la fête foraine entre sur la piste aux étoiles…

La fête foraine, c’est le thème du prochain marathon des châteaux du Médoc. Demain samedi, 8 500 concurrents prendront le départ de la 34e édition du Marathon des châteaux du Médoc, la course déguisée la plus déjantée au monde. Cette année, le thème sera « la fête foraine ». Au programme, jonglages ou un tours de piste entre les appellations prestigieuses de Pauillac, St Julien, Haut Médoc et St Estèphe. 

Le marathon du Médoc, un rendez-vous incontournable ©

A 9h30 demain matin, 8500 coureurs déguisés s’élanceront pour 42,195 km de course, d’animations musicales et 21 points de dégustations de châteaux en châteaux. Cette année, le thème de déguisement est des plus originaux puisque c’est la fête foraine, en référence au parcours du marathon, qui ressemble à un 8, celui du grand « huit » des fêtes foraines.  On attend comme tous les ans de nombreux étrangers : près de 4000 étrangers représentant plus de 70 nationalités différentes,  au départ de cette course festive unique au monde mêlant sport, vins et santé.

UN MARATHON POUR DE VRAI

Même si elle est festive, cette course reste avant tout un véritable marathon long d’au moins 42,195 km avec un parcours vallonné, comprenant 24 % de chemins de grave et de nombreux changements de terrain. Les champions qui l’ont déjà gagné se préparent chaque année sérieusement, comme le vainqueur 2016 Freddy Guimard, Thierry Guilbaut, l’ancien international Philippe Rémond, ou Nathalie Vasseur en féminines.

UN MARATHON QUI DURE 3 JOURS

Le « Médoc » est le seul marathon qui dure 3 jours, méritant ainsi son surnom de « plus long du monde ! » Le vendredi, le repas des mille-pâtes accueillera 1450 convives au château Marquis de Terme à Margaux pour un dîner dansant avec feu d’artifice. À Saint-Estèphe, ce sont 900 coureurs qui danseront au repas Pâtes à caisses. Samedi, précédé par une caravane publicitaire et un spectacle unique qui sert de compte à rebours, le défilé des 8 500 coureurs, tous déguisés, partira pour 42,195km. Pauillac s’embrasera encore sous un feu d’artifice en soirée. Dimanche, 4 000 participants se retrouveront pour la balade de récupération, 8km autour des vignes du château Marquis de Terme, suivis d’un repas.

UN MARATHON DE LA FETE

Ce marathon qui a pour partenaire la Commanderie du Bontemps traverse les châteaux prestigieux du Médoc. 22 points de dégustations de grands crus appelés tests oeno-sportifs sont sur le parcours ( à consommer avec modération). L’ambiance est du feu de Dieu car 52 orchestres vont joueur, 18.000 huîtres, plus de 200 kg d’entrecôte, un ravitaillement  en produit bio et une glace au 41e km seront aussi dégustés.

UN MARATHON A SUIVRE EN DIRECT

Le marathon du Médoc sera visible en direct sur une chaîne privatisée de Dailymotion dés 9 h du matin. Au programme, le départ, les passages en château, l’arrivée, mais aussi des reportages, des clins d’œil des coureurs, filmés par l’agence de production, Broduction.   À  voir sur www.marathondumedoc.com et www.dailymotion.com/MARATHONDUMEDOC

05 Sep

« 1 Minute 1 Vignoble » : le programme court des régions viticoles françaises revient sur France Télévisions en cette rentrée !

 Bonne nouvelle !  « 1 Minute 1 Vignoble » revient  sur France Télévisions entre le 10 septembre et le 30 décembre 2018. Diffusé pour la première fois en
mars 2017, ce programme court et oenotouristique  axé sur la culture et le patrimoine met un véritable coup de projecteur sur la richesse oenotouristique des régions viticoles françaises.

Au printemps 2017, 2 millions de téléspectateurs en moyenne à chaque diffusion avaient apprécié le programme. En 2018, rebelotte : ce sont 16 films (dont 7 inédits 2018) qui ont été mis en boîte. Ils vont inciter les téléspectateurs à découvrir les régions viticoles de Bordeaux, des Côtes du Rhône, du Val de Loire, du Languedoc, du Pays d’Oc et du Roussillon. Une durée d’une minute chacun et pas plus. Ces films emmèneront le spectateur à la rencontre des paysages et du savoir-faire de ces terroirs.

Le programme sera diffusé sur France 2, le samedi vers 15h30 et le dimanche vers 16h30 (du 6 au 28 octobre puis du 8 au 30 décembre) ; sur France 3, du lundi au vendredi vers 20h45 (du 10 au 28 septembre et du 5 au 30 novembre) ; et sur France 5, le samedi vers 17h45 et le dimanche vers 18h25 (du 22 septembre au 14 octobre et du 24 novembre au 16 décembre). (également en replay)

1 Minute 1 Vignoble nous plonge dans l’histoire, la culture et la géographie des terroirs viticoles français. Réputés dans le monde entier, ils nous rappellent que notre pays accueille plus de 10 millions d’œnotouristes par an, dont 40 % visiteur de l’étranger », Joël Forgeau, Président de Vin & Société

« Ces visiteurs se rendent dans les quelque 10 000 caves œnotouristiques, les 31 musées et les divers sites thématiques liés au vin. Ils parcourent 70 destinations labellisées Vignobles & Découvertes. Nous sommes fiers de ce patrimoine que nous avons la responsabilité de transmettre aux générations futures » selon  Joël Forgeau

« 1 Minute 1 Vignoble » a fédéré 6 régions viticoles1 pour cette diffusion 2018, sur la base du volontariat des interprofessions participantes. Il est conçu par la société Kabotine et parrainé par Vin & Société.

7 NOUVEAUX FILMS :

  • Le vignoble de Bordeaux acteur de la biodiversité
  • Bordeaux, un vignoble riche de ses générations
  • Le vignoble du Val de Loire ancré dans sa nature
  • IGP Pays d’Oc : un périmètre de créativité
  • IGP Pays d’Oc: 58  cépages, des milliers d’expressions
  • Le vignoble du Languedoc, un acteur majeur du développement durable
  • Perpignan, ville du vin entre terre et montagne

9 EPISODES REDIFFUSES :

  • Le vignoble de Bordeaux : unique, pluriel et authentique
  • Pour un terroir durable à Bordeaux
  • Le négoce, le coeur battant de Bordeaux
  • L’assemblage des vins, un savoir-faire historique  à Bordeaux
  • L’élevage des vins de Bordeaux, entre tradition et innovation
  • Le microclimat unique de la région Sauternes
  • Côtes du RhôNe, terre d’accueil
  • Avignon, capitale des Côtes du Rhône
  • Les terroirs AOC du Languedoc

04 Sep

« Le Goût Retrouvé du Vin de Bordeaux » : le livre qui pourrait faire bouger les lignes ?

Ce 5 septembre sort en librairie ce livre écrit par Jacky Rigaux et Jean Rosen aux éditions Actes Sud. Un bouquin qui s’inspire de la démarche de Loïc Pasquet, l’électron libre ou plutôt l’OVNI du bordelais, qui s’est mis en tête de retrouver le goût d’autrefois, d’avant-phylloxéra, à Bordeaux. Retour sur son initiative qui le place désormais en tête des vins les plus chers de Bordeaux.

Loic Pasquet met en avant « le goût du lieu » avec ses cépages oubliés © JPS

C’est pour certains un hurluberlu, pour d’autres un génie. Souvent décrié, toujours envoûté, Loïc Pasquet a continué depuis plus de 10 ans sa mission qu’il s’est fixée en 2006 de « retrouver le goût du vin d’autrefois, d’avant phyloxéra »

Pour Stéphane Derenoncourt, figure de Bordeaux et de Saint-Emilion, qui conseille une centaine de domaines dans le monde et signe la préface de ce livre : « c’est une mission bien singulière à laquelle s’accroche avec acharnement Loïc Pasquet », c’est presque un moine-soldat au service du terroir, qui a pourtant eu des déboires suscitant jalousies et vacheries comme avoir rasé ses pieds de vigne. (une plainte avait été déposée aussitôt).

En fait Loïc Pasquet, ce buté incompris, s’est mis en tête de planter sur un terroir de graves des cépages locaux, ancestraux plantés en franc de pied, c’est-à-dire non greffés, le tout avec en toile de fond « une viticulture qui s’inspire de vieilles pratiques respectueuses de l’environnement », comme le soulignent les auteurs Jacky Rigaux et Jean Rosen. Le premier auteur a précédemment écrit « Ode aux grands vins de Bourgogne » à propos du célèbre vigneron disparu Henri Jayer, dont les bouteilles s’arrachent partout dans le monde en salle des ventes à des prix incroyables. Le second, docteur en histoire de l’art et directeur de recherche au CNRS, est vice-président de l’association Rencontres des cépages modestes.

D’emblée les auteurs précisent que « le but de ce livre n’est pas de lui faire une publicité dont il n’a nul besoin, mais de démontrer que, en dehors des pratiques actuelles, sans l’apport d’intrants plus ou moins nuisibles au vigneron, au consommateur et à la planète, et sans le secours de l’oenologie, le nouveau vigneron pourra non seulement faire parler son terroir et produire de l’excellent vin en pratiquant une autre viticulture, mais aussi y gagner sa vie correctement. »

Des cépages de Saint-Macaire, Castet, tarnet, Petit-Verdot, Prunelard, Cabernet Franc, Carménère, Pardotte, Merlot, Cabernet Sauvignon et Malbec, en tout 11 cépages assemblés dans le Liber Pater rouge © JPS

Le hic, c’est que ce vigneron têtu qui s’est levé un beau matin pour reprendre ces cépages plantés en franc de pied est aujourd’hui suivi par les plus grands amateurs de vins étrangers chinois, russes, américains ou des émirats, et même Michel-Jack Chasseuil (le plus grand collectionneur de vin au monde).

Dans son vignoble de Landiras, il nous dévoile ainsi ces cépages très divers qui font sa fierté : « ici on a du petit verdot, là-bas du tarnay coulant, et de ce côté-ci du saint-macaire », nous montre-t-il sur ses parcelles de 3 ha en situées dans les Graves.

Ce sont des cépages qu’on a retrouvé dans des conservatoires nationaux ou dans les vieilles parcelles, ces cépages constituent Liber Pater ; pour les rouges on a 11 cépages assemblés et pour les blancs 3 cépages », Loïc Pasquet.

Ses bouteilles en blanc et en rouge se vendent à prix d’or ! 4300 € la bouteille chez Millésima par exemple, qui vend ce Liber Pater Collection « la Feuille » 2007, l’Orage 2009″ ou encore « la Scène » 2010 à ce prix là. Le pire c’est que paraît-il ces bouteilles se sont déjà revendues à l’étranger bien au-delà. « Vers l’infini et au-delà », Buzz l’Eclair sait que sur la planète vin parfois, c’est « no limit », on touche là au monde du luxe, à l’oeuvre d’art, aux choses dignes du surnaturel…

L’idée, c’est de retrouver le goût du lieu ! Ces cépages-là étaient associés à un lieu typique…Quand on remet la vigne franche de pied sur son terroir qui l’a vu naître, on retrouve le vin du lieu, le cépage sert simplement de fusible qui exprime le terroir », Loïc Pasquet

Loîc Pasquet dans les chais de Millésima à Botrdeaux © JPS

Quand on se pose un instant et qu’on tente d’analyser l’histoire de la viticulture depuis l’arrivée du phylloxéra et la chimie mise sur un piédestal à une certaine époque, ça donne le tournis. C’est en fait ce que retrace ce bouquin : il y a eu l’arrivée de « potasse et d’engrais azotés de synthèse vantés par des agronomes bien formés qui sont devenus commerçants » explique Stéphane Derenoncourt, « sans parler des herbicides, pesticides et autres insecticides, utilisés à des doses à peine avouables de nos jours. On en mesure aujourd’hui les dégâts : appauvrissement de la vie bactérienne de nos sols, comme de la faune et de la flore…baisse de la durée moyenne de nos vignes, perte de goût. »

Loïc Pasquet a donc tout repris à l’envers, se documentant sur les anciennes pratiques, les anciens cépages, pour retrouver « le goût du lieu ». A l’inverse du mouvement de fond du XIXe avec « le négoce triomphant qui se focalisa davantage sur la marque que sur la recherche du goût du lieu », écrivent les auteurs du livre. Néanmoins ceux-ci pondèrent le propos reconnaissant aussi le réveil des vins fins dès la 2e moitié du XIXe à Bordeaux, en Bourgogne et en Champagne. C’est ainsi que Bordeaux vu le naître le classement de 1855 de grands vins fondés sur les notions de château, de terroir, de cépage et de prix bien sûr ou de notoriété pour ne pas froisser. Les auteurs reconnaissent que ce « classement s’avère encore pertinent aujourd’hui », prenant pour exemple Pontet-Canet, 5e cru classé, converti en biodynamie. (bon là on sent une petite tendance à soutenir ce type de profil…). Quelques paragraphes plus loin, retraçant les petits coups de canifs dans le classement avec Cantemerle (5e ajouté très tôt) et Mouton passé de 2nd à 1er crus classé en 1973,même si un Jean-Paul Kaufmann est favorable au statu quo, on relate que Loïc Pasquet serait plutôt favorable à un réexamen comme celui de Graves de 1959, tant il est vrai que « le foncier n’est plus le même qu’en 1855, donc le terroir n’est plus le même » dixit Loïc Pasquet (ça risque de tousser dans le landerneau). Mais on n’y est pas encore, il y a de la marge…

Un exemplaire de Liber Pater rouge La Scène millésime 2010

Revenons à nos moutons, la force du vigneron en recherche de vin fin, c’est en somme miser sur un fabuleux terroir. Ce fut le pari de Loïc Pasquet, ce Poitevin, qui trouva dans les Graves et ses sols drainants, « un terroir plutôt froid la nuit et chaud le jour où les vignes mûrissent harmonieusement leurs fruits,  avec des baies petites aux peaux épaisses qui libèrent peu de jus en vinification, synonyme de grand vin à venir » permettant la digne expression de ces cépages autochtones.

Fabrice Bernard, le PDG de Millésima est l’un des rares négociants de la place de Bordeaux à commercialiser Liber Pater © JPS

A l’heure où certains reviennent de l’ère industrielle et de la standardisation du goût, la typicité, qui n’a jamais disparue mais dont le terme avait peut-être été dévoyé, utilisé pour des raisons de marketing, fait ou pourrait faire son grand retour, exprimant pleinement le goût du lieu et du raisin. Bordeaux peut-elle suivre cet exemple ? Peut-être… ou pas.

En tout cas, la célèbre maison Millésima, leader de la vente de grands vins sur internet et en primeurs, possède quelques flacons de Liber Pater parmi ses 2,5 millions de bouteilles dans ses chais, quai de Paludate à Bordeaux. Pour Fabrice Bernard, le PDG :  « la clientèle n’est peut-être pas à Bordeaux, c’est plutôt une clientèle internationale… »

Ce vin là aujourd’hui, c’est vrai qu’on va plutôt aller le vendre sur des marchés américains, russes, asiatiques, et pourquoi pas le faire découvrir à ceux qui en ont envie :le tout est de trouver les amateurs qui ont envie de redécouvrir un vin tel qu’il était produit, c’est vrai que c’est une histoire, quelque chose de différent et c’est cela qui m’a plu dans cette histoire », Fabrice Bernard PDG de Millésima.

Christophe Château du CIVB © JPS

Le CIVB accueille ce livre sereinement « pour moi on n’avait pas perdu le goût des vins de Bordeaux, le goût des vins de Bordeaux il évolue », commente Christophe Château. « Je n’ai jamais vu des vins de Bordeaux d’il y a 1000 ou 2000 ans, donc je ne peux pas vous dire si les vins d’aujourd’hui sont très différents.

Le goût du consommateur a évolué, les vignerons, et le climat, ont évolué, c’est une évolution perpétuelle et ce dont je suis sûr c’est que la qualité des vins de Bordeaux est bien meilleure qu’il y a 10 ans, il y a 20 ans et encore plus qu’il y a 50 ans » Christophe Chateau CIVB.

Et de compléter :  « bien sûr, c’est une expérimentation et toutes les expérimentations sont intéressantes, et aujourd’hui le consommateur a besoin qu’on lui raconte de belles histoires et ça c’est une très belle histoire à raconter. C’est un joli coup marketing et ça fait parler de Bordeaux, on sera vigilant à ce que les règles de l’AOC soient respectées ou si c’est pas le cas qu’il fasse son vin sans IG (indication géographique) ». Quant à la critique formulée dans le livre sur l’uniformisation du goût, Christophe Chateau répond: « je ne suis pas d’accord avec cela. Oui il y a des modes où les consommateurs aimaient les goûts liés au feu, au bois, à la vanille, au réglisse dans les vins, et on allait avec plus de bois neufs, des bois chauffés, et aujourd’hui le consommateur il préfère le fruit, la fraîcheur, l’équilibre. »

« Le Goût retrouvé du Vin de Bordeaux » écrit par Jacky Rigaux et Jean Rosen aux éditions Actes Sud © JPS

Le nombre d’initiatives individuelles ces dernières années ne manquent pas, de plus en plus de propriétaires, viticulteurs retrouvent le sens du mot vigneron, ce paysan au service de la terre qui réussit à faire s’exprimer avant tout le goût et l’authenticité de la vigne. De là à dire qu’il n’ya  pas de bonnes choses à boire à Bordeaux, c’est faux, en revanche le goût de ce Liber Pater est bel et bien atypique, un grand vin fin de Bordeaux, avec des arômes de fruits, des notes florales assez exceptionnels. Dommage qu’il soit si cher, le grand public serait intéressé de le découvrir aussi mais la production en général avoisine 1500 bouteilles à 2000 bouteilles. Et comme ce qui est rare est cher…voilà aussi l’explication, mais pas seulement car si ce n’était pas un grand vin fin, il ne s’arracherait pas.

En août dernier, Wine Searcher a dévoilé le classement des 50 vins les plus chers au monde : Liber Pater se classe à la 17e place, avec un prix moyen de 4.321 dollars, devant Petrus mais juste derrière la Romanée-Conti. 

« Le Goût Retrouvé du Vin de Bordeaux » aux éditions Actes Sud par Jacky Rigaux et Jean Rosen. A paraître le 5 septembre. 21 €

Retrouvez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Pascal Lécuyer et Boris Chague :