29 Juil

Mildiou à Bordeaux : pour certains, une année plus sévère qu’en 2018

Le mildiou n’en finit pas de faire parler de lui. Avec plus de 300 millimètres de pluies tombées ces 2 derniers mois, certains domaines, en bio, comme en conventionnel, ont longtemps combattu cette maladie, qui a fini par s’installer, plus ou moins. Certaines parcelles de merlot sont sérieusement touchées, d’autres moins, néanmoins cette pression de pluies et de mildiou a été des plus intenses sur ces 2 derniers mois.

Attaque de mildiou sur des cépages de merlot en Côtes de Bourg © JPS

2021, une année à mildiou,aussi violente voire pire que 2018, pour David Arnaud du château Tour des Graves à Teuillac. Il a vu ses parcelles de merlot (cépage plutôt sensible au mildiou) sévèrement attaquées…

On a le mildiou sur feuilles,  donc on voit bien les taches d’huile, qui sporulent, c’est un champignon, avec la pluie cela va tomber sur les grappes et infecter les grappes. On voit bien sur un pied comme cela, il y a 70 à 80% de pertes », David Arnaud du château Tour des Graves à Teuillac en Gironde.

A ce jour, ce vigneron compte 15 traitements à base de cuivre, des traitements qui ont souvent été lessivés par la pluie, avec plus de 300 millimètres d’eau tombés sur 2 mois. « On s’est battu tant qu’on a pu, on n’a pas de regret, on a fait ce qu’on a pu, mais la maladie a gagné. »

Côtes de Bourg, Blayais, tout le Bordelais dans son ensemble a été touché de l’ordre de 5 à 100 % (selon le CIVB), selon les parcelles et propriétés (les chiffres seront officialisés avec les compte-rendus de récolte à la fin de l’année). Au château Peyreyre à Saint-Martin-Lacaussade en Blaye Côtes de Bordeaux, l’oenologue Jean-Luc Buetas n’en revient toujours pas:

Moi, dans ma carrière, c’est la 1ère fois que je vois une année aussi pluvieuse sur la période végétative ! C’est une très grande inquiétude, on peut estimer 20 à 30 % de perte, on a la pression de la pluie et du mauvais temps qui est constante, ce qui nous amène à une inquiétude forte… », Jean-Luc Buetas du château Peyreyre

2021, une année de gel, de coulure et de mildiou, qui laisse présager aussi une perte de 30% de récolte pour le château Tour des Graves… « Si on n’a pas de vin, on ne rentre pas d’argent, derrière cela demande de la trésorerie qu’on va chercher à la banque, de l’endettement…et il y a aussi la problématique des marchés… », commente David Arnaud.

Un contexte économique très difficile pour ces vignerons en proie également depuis un an et demi à la crise du coronavirus.

« Tout notre commerce est basé sur les restaurants, clientèle particulière et restaurants qui étaient fermés, donc ca devient extrêmement difficile; si le mildiou en rajoute une couche cela devient très très dur »,commente encore Jean-Luc Buetas.

La bonne nouvelle, c’est que le raisin commence sa véraison, ce passage de la baie de vert à rouge, va bloquer le mildiou. On devrait malgré tout avoir une récolte suffisante à Bordeaux.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Margot Michele et Corinne Berge:

22 Juil

Chat de Geluck : la souris s’est fait la malle !

La souris est partie ! Ironie de l’histoire belge, non plutôt un acte de vandalisme. En tout cas les chats de Philippe Geluck inaugurés lors de Bordeaux Fête le Vin n’arrêtent pas de faire parler d’eux. Pas étonnant que la souris aussi essaie de faire parler d’elle. Face à ce nouvel acte de vandalisme, l’Office de Tourisme porte plainte.

« Sur le fil », titre de la sculpture du chat et de la souris qui avait fortement amusé le cortège inaugural de Bordeaux Fête le Vin le 16 juin © Jean-Pierre Stahl

C’est bientôt la ménagerie. On avait déjà 20 gros matous sur les quais, quelques oiseaux aussi associés au chat martyre ou au chat fakir, eh bien là c’est la souris qui tire la couverture à elle puisqu’elle a disparu. Un avis de recherche est lancé.

Non plus sérieusement, tout cela pourrait prêter à rire ou sourire, s’il n’y avait pas derrière quelques actes de vandalisme, ce n’est pas la première fois que les chats se font dégrader, il y avait déjà eu un premier épisode le 21 juin lors de la fête de la musique, où un chat avait été tagué.

L’Office de Tourisme de Bordeaux Métropole présidé par Brigitte Bloch a décidé de porter plainte :  « nous avons porté plainte pour dégradation », selon la Présidente de l’Office de Tourisme et des Congrès à Actu.fr. « Parfois, les sculptures peuvent être légèrement abîmées par les enfants qui grimpent dessus, les personnes qui s’appuient contre, le temps d’une photo. Mais là, ce n’est pas de la maladresse ou de la dégradation d’usage, ce sont des actes délictueux. »

Voici donc une photo désormais collector que j’avais prise lors de l’inauguration de Bordeaux Fête le Vin, le 16 juin dernière avec Philippe Geluck et le maire Pierre Hurmic. A priori il ne s’agit pas d’une histoire belge , la thèse du vandalisme est plutôt privilégiée…Et le ou les auteurs risquent de ronger leur fromage s’ils viennent à se faire piéger, la surveillance va être renforcée sur les quais…Cela inspirera peut-être à nouveau cet auteur à succès, dont l’exposition fait un carton sur les quais de Bordeaux.

Laissez donc ces pauvres gros matous tranquilles, un vraie vie de chien à force.

21 Juil

Vignerons et maisons de champagne fixent à 10.000 kilos à l’hectare le rendement de la vendange 2021

Le bureau exécutif du Comité Champagne, regroupant vignerons et grandes maisons, a décidé mercredi à Épernay (Marne) de fixer à 10.000 kilos à l’hectare le rendement de la vendange 2021, soit une production de 300.000 millions de bouteilles.

Image d’illustration, champagne © JPS

En 2020, le quota maximum de raisin commercialisable avait été fixé à 8.000 kg à l’hectare après une négociation longue et difficile entre vignerons et maisons
dans un contexte de crise sanitaire et de baisse des ventes. « Cette décision mesurée et optimiste illustre bien la confiance de tous les acteurs dans la pérennité et la solidité de la filière », a réagi dans un communiqué le co-président du Comité Champagne – ex-comité interprofessionnel du vin de Champagne – Maxime Toubart, par ailleurs président du Syndicat général des vignerons.

Sur l’aire d’appellation champagne, les vignerons fournissent environ 80% de l’approvisionnementdes grandes maisons. « Ces bons chiffres témoignent d’une reprise vigoureuse au niveau mondial », a aussi commenté Jean-Marie Barillère, co-président du comité et président de l’Union des maisons de champagne.

Selon le Comité Champagne, les expéditions du premier semestre 2021 sont en hausse
de 50% par rapport à 2020 (245 millions de bouteilles, en baisse de 18% par rapport à 2019).

Le Comité note que « cette forte croissance à l’export est essentiellement tirée par l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Australie ». Il note cependant que « le marché français retrouve des couleurs en ce début d’été ».

Le bureau exécutif du Comité Champagne se réunira début septembre pour décider des autres mesures applicables à la vendange, notamment les dates de début.

En 2020, la vendange avait été exceptionnellement précoce, débutant dans certaines communes dès le 20 août.

Cela ne devrait pas être le cas cette année après les gels et la grêle au printemps, les importantes pluies du début de l’été et les premières attaques de mildiou.

19 Juil

Côté Châteaux fête ses 3 millions de pages lues

Parti de rien il y a 7 ans, ce blog du vin enregistre en ce mois de juillet plus de 3 millions de pages lues. Un petit succès, au plus près de l’actualité de la vigne et du vin à Bordeaux, en Aquitaine, Nouvelle-Aquitaine, en France et dans le monde. Au départ un blog, puis une émission qui s’est ajoutée: Côté Châteaux a trouvé son public.

Lancé fin décembre 2013, le blog Côté Châteaux, créé et animé exclusivement par Jean-Pierre Stahl, journaliste à France 3 Aquitaine, vient de dépasser ce chiffre rond de 3 millions de pages lues. C’est pas mal, cela aurait pu être encore mieux, je l’avoue. Alimentant depuis le début au quotidien le blog, avec un post ou un article chaque jour, levant un peu le pied cette dernière année, Côté Châteaux a somme toute réussi à vous informer, à vous étonner, à surtout vous faire passer un bon moment.

Car la force de ce blog atypique est de jouer sur l’information, les photos, des reportages, des vidéos et des magazines… Bref, il est complet le gars…un peu comme une galette de sarrazin (jambon, fromage, oeuf, parfois tomate, ma préférée). Et puis, le sens de l’humour et de la dérision n’est jamais très loin non plus, ce qui en fait aussi le charme.

Durant ces années, Côté Châteaux s’est mis à la portée de tous : novices, amateurs (éclairés ou ceux qui n’ont pas encore la lumière (à tous les étages (qui a dit ça ?)), connaisseurs et professionnels. C’est ainsi que plusieurs milliers de personnes se sont mises à le suivre sur les réseaux sociaux Facebook, Twitter, LinkedIn, Insta,… Chacun y trouvant sa chacune ou plutôt l’info qui lui plaisait ou l’informait en des temps parfois records.

Ainsi sur toutes ces intempéries avec la rubrique vin…tempéries, Côté Châteaux a toujours été à la pointe et premier à vous informer, notamment lors du gel de 2017 (avec un pic de fréquentation plus de 37000 visites en une seule journée, cette année encore relatant les terribles journées de gel du mois d’avril 2021, sans parler de la grêle également de plus en plus fréquente et des maladies de la vigne comme le mildiou.

Vous avez été nombreux à apprécier également le magazine Côté Châteaux diffusé Sur France 3 NOA, un magazine sur les terroirs de Nouvelle-Aquitaine (Bourg, Blaye, Buzet, Cognac, Castillon, la Corrèze, Monbazillac, Sainte-Croix-du-Mont, Sauternes, ou sur les actualités du vignoble comme les nouveaux chais du Bordelais, les femmes du vin, la crise du coronavirus, le boom du bio. Bref 24 numéros au total tournés avec des smartphones, montés par votre serviteur, avec le concours de mes collègues Alexandre Berne, Sébastien Delalot et Charles Rabréaud.

L’insolite a aussi été mis en avant avec Michel Jack Chasseuil, le plus grand collectionneur de vin au monde: un magazine de 7 minutes diffusé sur France 3 Aquitaine puis sur Facebook qui a totalisé plus de 3 millions de vues. Il y a eu aussi récemment le vin au CBD, Catherine Ringer en Guest star du château de la Rivière, Philippe Geluck et ses chats invités de Bordeaux Fête le Vin, Bernard Hinault intronisé par la Jurade de Saint-Emilion…. De nombreuses thématiques ont été régulièrement couvertes comme la Cité du Vin, Bordeaux Fête le Vin, les Primeurs, Bordeaux Tasting, etc… Bref de quoi trouver de quoi boire… outre mes paroles, celles de mes interlocuteurs à l’occasion de ces événements, et avec l’analyse et le regard du reporter.

Allez Carpe Diem, j’espère que ne vous saoule pas trop depuis tout ce temps, vous savez me le rappeler à bon escient, en espérant pouvoir continuer à vous raconter ces histoires du monde du vin. Vive Côté Châteaux.

17 Juil

L’image du jour : une gigantesque fresque en l’honneur du Tour de France et des vignerons de Saint-Emilion

Vous allez la voir cet après-midi sur France 2. C’est une fresque remarquable qui a été commandée par le Conseil des Vins de Saint-Emilion et réalisée par Pierre Duc, un artiste de LandArt. A admirer vue du ciel !

La fresque de Pierre Duc commandée par le Conseil des Vins de Saint-Emilion © Guillaume Bonnaud

« C’est le Conseil des Vins de Saint-Emilion qui m’a sollicité, pour intervenir sur une parcelle de la Tour Figeac », m’explique Pierre Duc, venu spécialement de Besançon.

L’artiste a réfléchi et fait plusieurs proposition de dessins à réaliser sur cette parcelle (qui je le précise n’a pas été arrachée pour l’occasion): la première idée a été de faire déjà un Bacchus ou puis il s’est orienté vers une fresque alliant le vélo et le métier de vigneron: « on a retenu un tandem avec devant le maillot jaune qui pédale comme un pur sang et un vigneron qui pédale avec sa hotte dans le dos qui pédale moins vite, avec ses outils,… »précise Pierre Duc.

L’objectif était de mettre en valeur les viticulteurs et les cyclistes qui tous font des efforts considérables dans leur quotidien et en course.

Cette fresque a été réalisée avec des matériaux bio, de la paille, des écorces broyées, etc, 10 jours de travail pour une superbe restitution qui sera visible de l’hélicoptère du Tour de France cet après-midi et déjà saisie par Guillaume Bonnaud.

12 Juil

Sauternes-Barsac : un festival d’arômes pour ce week-end de portes ouvertes

Un pari osé, un succès à l’arrivée. L’ODG Sauternes-Barsac avait décidé il y a un mois et demi d’organiser des portes ouvertes en plein été. Les participants ont non seulement eu le beau temps mais aussi l’agréable surprise de découvrir ces très grands vins liquoreux et leurs vignerons.

Vincent Gallé de Rayne-Vigneau avec Nicole et Gilbert © JPS

Ca Bouge à Sauternes et Barsac ! Depuis quelques années, les vignerons et l’ensemble de leurs équipes très motivées se remuent pour faire découvrir ou re-découvrir leurs vins liquoreux qui peuvent se déguster à différents moments en apéritif, au cours du repas ou en fin de repas et même en cocktail…

Au Château Rayne-Vigneau, on pouvait ainsi croiser ce dimanche Nicole et Gilbert Balavoine, amateurs qui étaient éclairés et servis pour la dégustation par Vincent Gallé, chargé d’oenotourisme et de communication : « c’est bien de participer à une journée comme celle-là, l’été, on est venu assez souvent dans le Sauternais, on ne boit pas que du Sauternes à Noël, on aime bien cela à l’apéritif aussi », commente Gilbert. « Moi, je fais beaucoup de fois gras, alors c’est l’occasion de venir, mais ça se sert aussi en dehors du foie gras », ajoute Nicole.

Dégustation d’un côté, visite de l’autre, ça enchaîne, avec une organisation très bien sentie et des équipes accueillantes. Ainsi, Alicia Dumas, stagiaire, en charge également de l’oenotourisme, emmène un groupe visiter le vignoble : « le château de Rayne-Vigneau, ce sont 84 hectares dont 75 en production ; le vignoble est planté à 74% de sémillon, 24% de sauvignon et 2% de muscadelle. C’est ici le 2e point culminant de Sauternes. Il y a un micro-climat du au Ciron, cette rivière qui reste à 16-17°, même l’été, avec la formation de brume matinale essentielle dès septembre pour le développement du botrytis chinera, cette pourriture noble qui va venir se déposer sur les baies.

Si toutes les appellations fuient généralement ce champignon, à Sauternes on réussit à en faire de l’or, » Alicia Dumas du Château Rayne-Vigneau.

Et de décrire encore ce temps des vendanges qui monopolisent une centaines de personnes pour ramasser sur formes de tries successives ces raisins botrytis : « on passe 3 fois mais parfois jusqu’à 8 fois pour récolter ces baies confites. »

La visite se poursuit dans ce fameux chais à barriques, de couleur rouge: « on compte 2 ans d’élevage pour le Sauternes à Rayne-Vigneau, dont 12 mois en barriques, et là je vais vous proposer de déguster à la barrique le millésime 2020, qui sera livré en 2022, on le voit il est déjà très aromatique, très puissant », avec 140 grammes de sucre résiduel, mais avec une belle fraicheur… Et de terminer la visite par la dégustation du millésime 2010 avec ses arômes de fruits confits déjà plus prononcés, de coin et de pruneau également…Une visite qui se termine juste à côté de la boutique, avec des offres promos pour ces journées portes ouvertes.

Le château Haut-Bergeron, un îlot d’arômes… © JPS

L’éventail des châteaux ouverts était assez vaste, plus d’une trentaine, répartis sur 5 communes de l’ODG Sauternes et Barsac. Parmi les châteaux un peu moins connu, mais tout aussi intéressant, le château Haut-Bergeron accueillait avec sympathie ses visiteurs à Preignac : derrière le comptoir de dégustation, Patrick Lamothe, 8e génération de vigneron, et son épouse Carole, ainsi que son neveu Léo, 9e génération. Ce château de 42 hectares est heureux de participer à ses portes ouvertes d’autant qu’en 2020 on a fêté les 200 ans de la propriété avec le millésime 2020.

Carole Lamothe du château Haut-Bergeron © JPS

La famille Lamothe proposait à la dégustation l’Ilot, un vin 80% sémillon, 20% sauvignon, sur le millésime 2017, produit sur un îlot de 3,5 hectares au milieu du Ciron, puis son château Haut-Bergeron sur les millésime 2018 et 2014, mais aussi le 2020 avec une jolie bouteille qui représente l’histoire de la propriété : « on vit seulement depuis 2 générations du vin, avant d’être totalement viticulteurs on était aussi charpentier et tonnelier dans la famille », m’expliquait Patrick Bergeron. « Et sur l’étiquette 2020 qui me parle, tout y est retracé…C’est une bouteille qui nous plaît bien… »

Quant à la participation ? « On n’a pas eu l’affluence de novembre, mais finalement du monde tout le temps et c’est plutôt réussi, on peut passer plus de temps à échanger… » selon Patrick Lamothe.

Le château Guiraud, 1er cru classé de Sauternes, vignoble en bio © JPS

Au château Guiraud, 1er cru classé de Sauternes, Luc Planty revêtait sont superbe chapeau de paille de l’ODG, pour recevoir les visiteurs dans cet endroit si idyllique, avec son restaurant La Chapelle.

Le cocktail champêtre avec le Petit Guiraud © JPS

Et de faire déguster son Petit Guiraud 2019 ou son château Guiraud, mais aussi un cocktail champêtre réalisé avec le Petit Guiraud, un zest de citron, un cube de glace et une branche de romarin du potager, le tout dans un verre réalisé à paris d’une bouteille sérigraphie de Guiraud, original…

Luc Planty, directeur du château Guiraud faisant déguster le petit Guiraud 2019 © JPS

C’est bien, ce week-end, cela nous permet de voir les clients dans un autre cadre, autrement qu’au mois de novembre, sous la pluie ou le froid. On a eu 2 belles journées, très agréables, c’était festif et détendu, les gens commencent à profiter des vacances », Luc Planty directeur du château Guiraud.

Hier soir les apéros dorés au château la Tour Blanche ou encore la guinguette ont aussi attiré du monde. Pour Jean-Jacques Dubourdieu co-président  de l’ODG  Sauternes-Barsac: « samedi, c’était vraiment bien, d’autant que c’était une première, dimanche un peu plus calme avec des gens partis à la plage, mais quand même pas mal de monde. On a eu un peu moins d’achats qu’au mois de novembre, mais ça a bien marché et notamment aussi sur les Maisons du Vin de Sauternes et Barsac. On a eu un joli flux et l’expérience est plutôt positive. »

Patrick et Léo Lamothe eu château Haut-Bergeron à Preignac © JPS

Pour ceux qui auraient manqué ce rendez-vous, ne vous en faites pas, le week-end des 24 et 25 juillet, il y aura le Festival Libre Cours, un festival de chant lyrique avec les châteaux Coutet, Myrat, Daisy-Daëne et Gravas à Barsac.

Bravo pour autant d’effervescence au pays du liquoreux.

10 Juil

Samedi et dimanche liquoreux: ce sont les Portes Ouvertes à Sauternes et Barsac

Samedi 10 et dimanche 11 juillet 2021, les châteaux de Sauternes et Barsac vous ouvrent leurs portes. L’occasion de découvrir ces prestigieux châteaux qui produisent ces fameux vins liquoreux, qui se dégustent tout au long de l’année et pas seulement au moment des fêtes de fin d’année.

Ce week-end de grands départs, vous avez le choix : les bouchons ou bien les bouchons ? Certains malins répondront les bouchons de Barsac et Sauternes, et ils ont bien raison. Car c’est ça aussi les vacances, découvrir si vous en avez la possibilité, ces splendides châteaux crus classés, 1er grands crus classés ou pas classés du tout, et déguster ces grands vins  liquoreux sur les appellations Sauternes et Barsac.

Ce sont 32 châteaux et maison du vin  de 5 villages qui vous vous parler de leurs méthodes de production pour obtenir ces vins liquoreux à partir des cépages sémillons, sauvignons, et surtout du botrytis cinerea, ce champignon, appelée aussi la pourriture noble. Des vins qui peuvent se boire à l’apéritif, au cours d’un repas, pas seulement sur du foie gras, sur des viandes blanches, des mets asiatiques ou encore sur des fromages, et puis aussi en dessert ou fin de repas. Bref, c’est comme les goûts et les  couleurs, chacun a sa préférence pour les apprécier, mais en tout cas ce sont de très grands vins à découvrir ou redécouvrir.

1 / Château CAILLOU
9, caillou – 33720 BARSAC
05 56 27 16 38 – 06 03 75 04 27

2 / Château d’ANNA
16, rue Barrau – 33720 BARSAC 06 49 26 35 98

3 / Château de MYRAT
1, Myrat Sud – 33720 BARSAC 05 56 27 09 06

4 / Château DOISY-DAËNE 15, Gravas – 33720 BARSAC
05 56 62 96 99

5 / Château GRAVAS
6, lieu dit Gravas – 33720 BARSAC 06 83 12 03 27

6 / Château LA BOUADE
4, Impasse la bouade – 33720 BARSAC 05 56 27 30 53

7 / Château LA CLOTTE CAZALIS La Clotte – 33720 BARSAC
06 87 20 03 34

8 / Château LIOT Liot – 33720 BARSAC

05 56 27 15 31

9 / Château SIMON
7, Simon – 33720 BARSAC
05 56 27 15 35 – 06 38 68 58 14

10 / Vignoble du HAYOT ANDOYES – 33720 – BARSAC 06 38 47 68 78

11 / Maison des Vins de BARSAC 2, rue du Onze Novembre 1918
33720 BARSAC
06 38 47 68 78

 

BOMMES

12 / Domaine de CARBONNIEU 6, les Chons – 33210 BOMMES
05 56 76 64 48

13 / Château LA TOUR BLANCHE 33210 BOMMES
05 57 98 02 73

14 / Château LAFAURIE-PEYRAGUEY Lieu dit Peyraguey – 33210 BOMMES
05 24 22 80 11 – 06 70 17 92 20

15 / Château LAMOURETTE 4, la Mourette – 33210 BOMMES 06 49 26 35 98

16 / Château RAYNE-VIGNEAU 4, le Vigneau – 33210 BOMMES
05 56 76 64 05

17 / Château SIGALAS – RABAUD Sigalas Rabaud – 33210 BOMMES
05 57 31 07 45

18 / Domaine de PISTOULET 7, Augey Ouest – 33210 BOMMES 05 56 76 66 75 – 06 73 53 02 12

 

FARGUES

19 / Château HAUT-CLAVERIE
3, Impasse Thibaut – 33210 – FARGUES 06 38 57 65 03

20 / Château QUINCARNON
10, Route des Claveries – 33210 FARGUES 06 82 66 26 59

 

PREIGNAC

21 / Château BASTOR LAMONTAGNE
Domaine de Lamontagne – 33210 PREIGNAC 05 56 63 27 66

22 / Château BRIATTE VIGNOBLES ROUDES
3, La carotte – 33210 PREIGNAC 05 56 63 00 54

23 / Château d’ARMANJAN DES ORMES – 33210 PREIGNAC 05 56 62 35 78

24 / Château HAUT-BERGERON 3, Piquey – 33210 PREIGNAC
05 56 63 24 76

25 / Château SUDUIRAUT Suduiraut – 33210 Preignac

26 / Château VOIGNY
Vignobles BON
70, rue de la République – 33210 PREIGNAC 06 78 51 84 55

 

SAUTERNES

27 / Château d’ARCHE
Lieu dit Arche – 33210 SAUTERNES 05 56 76 67 67
Ouvert uniquement le samedi

28 / Château FILHOT 33210 SAUTERNES
05 56 76 61 09

29 / Château GUIRAUD 33210 SAUTERNES
05 56 76 61 01

30 / Château LAMOTHE-GUIGNARD 2, Lamothe Ouest – 33210 SAUTERNES
05 56 76 60 28

31 / MAISON DU SAUTERNES 14, place de la Mairie – 33210 SAUTERNES 05 56 76 69 83

32 / LA MAISON DU VIGNERON 2, rue principale – 33210 SAUTERNES 06 84 08 19 52

08 Juil

Bordeaux siège de l’OIV: encore une évidence…?

Qui de Bordeaux, Dijon ou Reims sera retenue comme ville candidate de la France pour être la ville qui accueillera le siège de l’Organisation Internationale du Vin ? Bordeaux semblait cocher toutes les cases, mais des bruits au plus haut sommet de l’Etat laissent présager que Dijon tiendrait la corde. François Rebsamen serait ainsi dans les petits papiers de vous savez qui… Mais comme c’est une course de longue haleine, on ne sait jamais…Rome pourrait aussi tout emporter.

La brochure préparée par la CCI de Bordeaux, d’une candidature portée par tous les acteurs du monde du vin et collectivités territoriales © JPS

« L’OIV à Bordeaux, une évidence ». C’est le titre de la très belle brochure qu’a éditée la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux. Une brochure qu’il ne faudrait pas mettre à recycler, même si le maire actuel est écolo…Cela serait bien dommage.

Cela fait un an que Bordeaux est sur les rangs comme Dijon et Reims, des capitales de vignobles reconnus mondialement. Depuis que la décision a été prise de décentraliser l’implantation de cette organisation internationale, sorte d’ONU du vin avec 48 pays représentés, les poissons s’agitent dans le bocal, lequel va ressortir ? Mystère…

A Bordeaux en mai dernier le directeur général de l’OIV et 5 délégués sont venus visiter les locaux de la CCI, 530 m2, 11 bureaux au 1er étage de la CCI, avec de superbes vues sur la statue des 3 Grâces, le miroir d’eau et la Garonne… En interne, les retours étaient très positifs « Bordeaux remplissait toutes les cases… »

Mais comme de l’accoutumée, le cheval qui fait la course en tête n’est souvent pas celui que l’on retrouve vainqueur à l’arrivée…Alors, on redoute bien sûr le résultat attendu le 12 juillet.

Bordeaux a pourtant derrière elle de nombreux acteurs et atouts comme en témoigne Jean-Jacques Dubourdieu, personnage qui se démène pour faire exister Sauternes et Barsac et vient de lancer ce jour des vélos électriques pour visiter son vignoble au château Doisy-Daëne à Barsac, avec la Bulle Verte. Légitime pour répondre à double titre puisque son père Denis Dubourdieu a été un éminent professeur de la faculté d’oenologie et a créé avec Alain Rousset à Villenave d’Ornon l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin qui a un rayonnement international. Pour lui la candidature de Bordeaux a bien sûr du sens.  

Jean-Jacques Dubourdieu vigneron au château Doisy-Daëne © JPS

Que le meilleur gagne mais c’est normal que tous les Bordelais souhaitent ardemment que cette institution trouve sa place à Bordeaux », Jean-Jacques Dubourdieu du château Doisy-Daëne

« Bordeaux c’est aussi une capitale européenne avec un aéroport, Bordeaux est à 2 heures de Paris en TGV, un lieu qui est déjà très touristique… », complète Jean-Jacques Dubourdieu, co-président de l’ODG Sauternes-Barsac. 

Si les atouts oenotouristiques, de production et de business de Bordeaux sont évidents, c’est donc Dijon qui tiendrait la corde d’un point de vue politique, avec son maire PS François Rebsamen, qui a une oreille attentive au plus haut sommet de l’Etat.

François Rebsamen, maire PS de Dijon (itw du 16/6/21) © France 3 Bourgogne-Christophe Gaillard

C’est vrai que la bataille entre les villes est assez féroce, ce sont 48 pays donc 48 ambassadeurs qui viennent, ce sont des conférence, des centaines de nuités, de relations, donc ce serait très très bien, formidable pour Dijon, » François Rebsamen maire PS de Dijon

Bordeaux est pourtant le 1er vignoble de France avec 111 000 hectares de vigne, 9000 noms de châteaux et 3,8 milliards de chiffre d’affaire...

La Cité du Vin, reconnue à l’international, aurait pu faire écho à l’arrivée de l’OIV… © JPS

Bordeaux a la légitimité et devient de plus en plus incontournable sur l’échiquier mondial du vin. Bordeaux a franchi une étape de plus avec la Cité du Vin, où maintenant on propose des structures et des niveaux de service internationaux, » David Bolzan, co-président de l’ODG Sauternes-Barsac.

La Place de la Bourse, et les locaux de la CCI, un bel écrin pour accueillir l’OIV © JPS

Sollicités dès ce matin pour réagir, mairie, chambre de commerce et CIVB n’ont pas voulu répondre sur le moment, préférant attendre la date et la décision du 12 juillet… Mais qui sait, au final, si Dijon ne remplit pas toutes les cases… car il n’y a pas d’aéroport comme à Bordeaux-Mérignac, il se peut aussi que le choix se porte sur Rome en Italie… Bordeaux perdrait ainsi de son influence internationale…

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Margot Michel, Emilie Jeannot : 

07 Juil

Académie du Vin de Bordeaux : le Prix Montaigne 2021 est décerné à Michel Azouvi

« Français, on ne vous a rien caché », tel est l’ouvrage de Michel Azouvi chez Gallimard, récompensé hier soir par Pierre Hurmic et Jean-Pierre Rousseau de l’Académie du Vin.

Jean-Pierre Rousseau, Pierre Hurmic, Michel Azouzi et Xavier Darcos © Académie du Vin

C’était hier soir au Palais Rohan. Michel Azouvi s’est dit « très honoré de recevoir ce prix littéraire de Montaigne » par le jury présidé cette année par Xavier Darcos, Chancelier de l’Institut. Ce prix littéraire décerné par l’Académie du Vin et la Ville de Bordeaux récompense depuis 2003  la qualité d’un essai portant des valeurs d’humanisme, de liberté et de tolérance, valeurs qui comptaient énormément pour l’écrivain maire de Bordeaux de 1581 à 1585.

François Azouvi, directeur d’études à l’EHESS, historien et philosophe, a réalisé un ouvrage sur la mémoire de la seconde guerre mondiale et sa mythologie nationale, il questionne la trace de la résistance encore vivace dans notre société, Il bat en brèche la croyance en le mensonge, consolateur d’une dissimulation de la réalité aux Français après la guerre, embellissant leur comportement et glorifiant la mémoire d’une résistance en vérité moins reluisante que sa légende dorée.

Ce prix constitué de 120 bouteilles de grands crus de Bordeaux, offerts par les châteaux memebres de l’Académie du Vin de Bordeaux, a donc été remis hier soir devant une cinquantaine de personnes présentes, suivi d’un dîner à la mairie avec l’Académie. Paul Veyne a reçu un prix spécial du jury pour l’ensemble de son oeuvre, il a été l’auteur de nombreux ouvrages  sur l’antiquité.

05 Juil

Le château de Malleret se lance aussi dans la production d’huile d’olive…

Malleret cela vous parle ? Un château viticole très ancien, cru bourgeois exceptionnel depuis 2020, un haras reconnu internationalement depuis 1860 et désormais son huile d’olive… Le château a planté 110 oliviers au printemps et va en planter 110 de mieux pour entrer en production en 2022.

Le sublime château de Malleret, cru bourgeois exceptionnel au Pian Médoc en Gironde © JPS

C’est au printemps 2021 qu’ont été plantés 110 oliviers sur la propriété Aglandau de 15 ans d’âge, auxquels devraient s’ajouter 110 oliviers de mieux de variété clermontaise. Ces oliviers qui devraient entrer en production pour 2022 donneront une huile bien verte et fruitée avec une touche de piquant pour les premiers et une huile plus onctueuse aux saveurs de noisettes pour les seconds; par ailleurs, 5 oliviers Cayon ont aussi été plantés pour favoriser la pollinisation.

« L’idée m’est venue en 3 secondes de planter une oliveraie et de mettre des ruches… Et 3 semaines après, les oliviers étaient plantés après une recherche rapide au niveau du sol, jamais une oliveraie n’a été pensée et plantée aussi rapidement », commente pour Côté Châteaux Paul Bordes, gérant du château de Malleret. « 3 jours après j’avais le design et la bouteille d’huile d’olive pour notre future production. » 

Nous allons travailler ces huiles millésimées comme nos vins, en cherchant le meilleur assemblage, nous aurons les mêmes exigences qualitatives pour nos huiles que pour nos vins », Paul Bordes gérant du château de Malleret.

S’il est courant qu’en Toscane les prestigieuses propriétés viticoles aient des oliveraies et produisent en complément de leurs vins de l’huile d’olive, c’est déjà plus rare dans le bordelais. A ma connaissance, les Perse propriétaires des châteaux Pavie, Monbousquet , de la Table Pavie et de l’Envers du Décor à Saint-Emilion possèdent également une oliveraie mais dans le Midi La Clusière dans la Vallée des Baux de Provence.

Bernard Magrez a aussi planté depuis quelques années de fabuleux oliviers millénaires dans ses crus classés notamment à Pape Clément… »Le symbolisme de l’olivier est très large, c’est à la fois la force, la sérénité, la grandeur… », confiait Bernard Magrez en 2012. « Les rapports entre l’olivier et la vigne, ces symboles sont à peu près identiques, la vigne c’est ce fruit qui est difficile qui est l’oeuvre du temps, l’olivier apporte la paix, il a vu tellement de choses qu’il aurait pu en mourir, et puis en fait il est toujours là, on a des arbres ici qui ont vécu sous les premiers départs des templiers… »

Un haras magique et reconnu depuis le XIXe siècle © JPS

  Le château de Malleret a donc décidé de réparer cette injustice et imprimé cette forte volonté de se lancer dans la production d’huile d’olive : « les terroirs de nos graves günziennes et de nos graves fines sont bien adaptés à la plantation d’oliviers, le réchauffement climatique nous invite à donner à la terre une nouvelle façon de s’exprimer », complète Paul Bordes.

Paul Bordes et Aymar du Vivier dans le nouveau chai à barrique du château de Malleret © JPS

La culture des oliviers n’est pas si éloignée de celle de la vigne, et en y apportant autant de soins et d’attentions nous pourrons tirer de nos arbres une huile aussi qualitative que le vin que nous avons su tirer de nos cépages nobles », Paul Bordes.

Bravo pour cette belle initiative. « J’adore l’huile d’olive, et les propriétaires aussi et puis ça matche bien l’huile d’olive et le vin », conclue Paul Bordes.  A déguster en 2022.

L’oliveraie du © château de Malleret

Revoir le magazine Côté Châteaux n°22 de mars dernier sur les Crus Bourgeois, par Jean-Pierre Stahl et Alexandre Berne avec un focus sur le château de Malleret à 17’43 » :