05 Juin

Les Petites Mains de l’Ombre et Marie-Lys Bibeyran remportent les Gourmand Awards 2022

C’est une belle reconnaissance pour Marie-Lys Bibeyran et son ouvrage consacré aux travailleurs de la vigne. Vendredi soir à Stockholm, son livre « Les Petites Mains de l’Ombre – Gestes et Savoir-Faire des Vins du Médoc » a reçu deux prix, deux distinctions internationales, qui doivent aussi rappeler que le vin est avant tout réalisé par des petites mains, sans lesquelles, il ne serait pas ce qu’il est.

© Marie-Lys Bibeyran et ses 2 prix des Gourmands Awards 2022

« Best Wine Book for Professionals » et « Best Wine Sustainability Book » décernés par les Gourmand Awards 2022 en Suède. Marie-Lys Bibeyran, ancienne salariée viticole, auteure des photographies et textes des Petites Mains de l’Ombre est  de retour sur ses terres médocaines et ne cache pas sa joie d’avoir reçu ces 2 prix :

« Il y a forcément une fierté personnelle, cela a été du travail, un travail qui m’a donné raison, car je savais que ce sujet était susceptible de parler aux gens et qu’il était nécessaire de faire ressortir ce travail de l’ombre… »

Je suis très heureuse pour les travailleurs des vignes, j’ai déjà vécu une belle aventure moi-même en faisant ce livre, ce qui m’a beaucoup plu et suivre ce chemin après, c’est juste fantastique », Marie-Lys Bibeyran

Deux prix, c’est tout de même pas mal, une belle surprise et une belle reconnaissance… « Je savais que j’étais nommée dans la catégorie livre professionnel sur le vin, en compétition avec d’autres auteurs d’Espagne, des Etats-Unis ou de Chine, mais je n’avais pas été prévenue pour la 2e catégorie sur le vin durable également… »

Aujourd’hui, « les travailleurs de l’ombre sont nombreux à me dire merci pour faire reconnaître leur travail… En tant que travailleurs de l’ombre, ils sont tellement invisibilisés. Il y a quand même quelque chose de volontaire là-derrière. En France le vin est très sacré, et il colle à l’image de la France, mais rien n’existe pour mettre à l’honneur ceux qui le font, comme si la récolte arriverait comme par enchantement dans les cuves à la fin… Ils ont l’impression de ne pas exister, cela limite aussi les tentatives de revendications. »

Un bel ouvrage, fruit d’un long travail d’une salariée viticole, qui connaissait le thème et les travailleurs qu’elle côtoyait au quotidien :

J’ai suivi les travailleurs de l’ombre sur 2 ans, pour prendre le temps de prendre en photos tous les gestes… Par exemple sur la taille j’ai consacré une dizaine de pages, ce sont tous les gestes, de toutes les tâches qu’ils accomplissent tout au long des 4 saisons… »

« Mes photos sont volontairement en noir et blanc car elles mettent bien en valeur ces gestes, elles sont accompagnées de textes très pédagogiques pour que les gens qui ne sont pas du milieu puissent bien comprenrdre, se familiariser. Il est essentiel quand on consomme ou encore plus encore quand on est passionné, qu’on sache comment on arrive jusqu’au verre de vin. »

Une chose est sûre, le travail de Marie-Lys Bibeyran fait aussi prendre conscience que sans ces petites mains, il n’y aurait pas de vin, « maintenant on voit de plus en plus les propriétés viticoles qui commencent à communiquer, là dessus, sur les gestes dans les vignes, mais pas forcément encore sur les petites mains de l’ombre, ce qu’elle trouve dommage…

En tout cas, cette aventure aura tiré deux enseignements : « j’espère faire prendre conscience aux travailleurs de l’ombre qu’ils font un travail formidable. Ils ne font pas cela parce qu’ils ne seraient pas capable de faire autre chose, c’est un travail très beau et précieux… Et à ceux qui aiment le vin, de chercher à savoir ce qu’il y a derrière la bouteille. Il y a d’ailleurs un proverbe chinois qui dit « quand tu bois l’eau du puis, n’oublie pas ceux qui l’ont creusé ». Il faut qu’on apprenne à respecter tout le travail des hommes et des femmes qui sont des passionnés malgré leurs conditions de travail, cette situation dans laquelle ils sont maintenus. Ils ne sont pas assez mis à l’honneur, ils sont plus dans l’ombre, il faut qu’on prenne davantage conscience de tout cela. »

« C’est une grande fierté d’avoir porté tout cela jusqu’aux Gourmand Awards en Suède où de nombreux pays ont été sensibilisés, le chemin du livre n’est peut-être pas terminé, pourquoi s’arrêter en si bon chemin ».

Félicitations à Marie-Lys Bibeyran et aux petites mains de l’ombre, à qui Côté Châteaux décerne sa rubrique « vigneron du mois »

Lire ou relire :

Les Petites Mains de l’Ombre, un joli ouvrage qui met en valeur ces anonymes, travailleurs de la vigne par Marie-Lys Bibeyran

18 Mai

Château Guiraud : Sandrine Garbay succède à Luc Planty à la tête de ce 1er cru classé de Sauternes

C’est une page d’histoire qui se tourne à la tête de château Guiraud 1er grand cru classé 1855 de Sauternes. Une femme a pris hier  la direction du domaine, une figure car c’est Sandrine Garbay, la maître de chai du château Yquem. Elle succède à la famille Planty, Luc et Xavier, qui ont dirigé Guiraud pendant plusieurs décennies. Sandrine Garbay, la vigneronne du mois pour Côté Châteaux.

Luc Planty, lors des tries en octobre 2019 à Guiraud © JPS

C’est par un communiqué que Luc Planty, DG a fait savoir que l’histoire de Guiraud allait continuer mais sans lui à sa tête. Il a écrit ces quelques lignes hier:

« L’agriculture, l’agronomie et la biologie me fascinent depuis toujours. Rares sont ceux qui ont pu vivre leur passion dans un vignoble tel que celui du Château Guiraud, et j’en fais partie. Durant ces neuf riches années, j’ai mené des réflexions et acquit mon expérience, dans le but d’engager l’écologie du vignoble toujours plus loin. La viticulture, particulièrement à Sauternes, est un travail de patience, d’observation, qui a permis la reconnaissance de ce terroir fascinant au plus haut niveau. Ces années m’ont également fait vivre des émotions fortes tandis que Dame Nature jouait son rôle de rabat-joie. La pluie, la grêle, le gel, etc… et à chaque fois je m’étonne de la résilience si puissante de ce cru de prestige. »

« Il est temps pour moi de passer la main ».

« Chers amis, ce courrier vous est adressé pour vous remercier à la fois pour la promotion de notre vin et également pour la reconnaissance de notre savoir-faire et de nos recherches culturales. Château Guiraud a toujours évolué pour exprimer son terroir avec sincérité. »

Merci à tous. »

Sandrine Garbay et Pierre Lurton à Yquem en février 2019 © JPS

LA REACTION DE SANDRINE GARBAY POUR COTE CHATEAUX :

« C’est une grande joie, pour moi, de rejoindre l’équipe de Guiraud, et cette magnifique propriété ! C’est l’occasion de prendre plus de responsabilité, de m’occuper du vignoble du début à la fin, de la vigne à l’élaboration du vin, et de gérer entièrement cette propriété.

« C’est une belle propriété, avec un gros projet oenotouristique très encourageant, et quand on m’a proposé de la rejoindre j’ai accepté, c’est un grand bonheur. »

Sandrine Garbay en février 2019 dans les chais d’Yquem © Jean-Pierre Stahl

« Après 27 ans de carrière dans les chais de cette magnifique propriété d’Yquem, j’avais besoin d’un souffle nouveau et c’est arrivé à point nommé. Je reste sur Sauternes, avec une propriété qui bénéficie d’une très belle notoriété, au service de ces grands vins liquoreux et de cette pourriture noble que j’affectionne particulièrement. »

Félicitations et bonne réussite à Sandrine Garbay. Pierre Lurton l’a félicitée à Yquem pour tout son travail durant toutes ces années au service de cette prestigieuse propriété. A Yquem, l’histoire continue avec une équipe bien rodée avec Toni Lkhawand responsable des vinifications, Lorenzo Pasquini directeur d’exploitation, et Francis Mayeur directeur technique.

LE SYMPATHIQUE COMMENTAIRE DE PIERRE LURTON PDG D’YQUEM

De retour de Londres, le PDG d’Yquem a tenu à m’appeler ce soir pour rendre hommage à Sandrine Garbay : « que te dire sur Sandrine, que du bien ! Elle voulait faire autre chose, pour sa fin de carrière professionnelle, et elle m’a demandé, je ne l’ai pas retenue, je ne pouvais pas, je lui ai simplement souhaité bonne chance et tout le bonheur à reprendre un nouveau job… Et comme elle va à Guiraud, qu’elle reste à Sauternes, on pourra manger à l’occasion à midi. Elle apportera beaucoup à Guiraud et on aura toujours plaisir à la voir... »

Regardez le portrait de Sandrine Garbay réalisé par Jean-Pierre Stahl à 4′ sur les femmes du vin pour Côté Châteaux :

13 Avr

Au revoir Jean-François Janoueix, « un Monsieur avec un grand M… d’une simplicité et d’une discrétion de Corrézien »

Il était truculent, bonhomme, gentil et simple, et pourtant il avait sacrément réussi. Jean-François Janoueix vient de disparaître à l’âge de 86 ans. Le propriétaire du château du Haut-Sarpe et du Castelot faisait l’unanimité, Côté Châteaux avait dressé son portrait il y a 2 ans dans son numéro spécial Corrèze.

Jean-François Janoueix propriétaire du château Haut-Sarpe en janvier 2020 © JPS

POUR JEAN-FRANCOIS GALHAUD : « IL ETAIT D’UNE SIMPLICITE ET D’UNE DISCRETION… »

A l’annonce de la nouvelle, un autre Jean-François…Galhaud le président du Conseil des Vins de Saint-Emilion commentait pour Côté Châteaux : « je suis très attristé, c’est quelqu’un que j’appréciais beaucoup, c’était un ami…

Pour moi, c’est un Monsieur avec un grand M ! Il était d’une simplicité et d’une discrétion, digne des Corréziens… » Jean-François Galhaud

« Il va me manquer, on se rencontrait souvent à Saint-Emilion, chez le coiffeur, chez le boucher… J’ai bien sûr une pensée pour son épouse Françoise… Cet après-midi, j’étais avec Jean-Philippe Faure pour mes assemblages et on avait ensemble une pensée pour Jean-François Janoueix, il nous a tous marqué par sa gentillesse, c’était quelqu’un de pondéré, un grand Monsieur. Il m’a toujours soutenu dans mes actions syndicales et me disait merci pour ce que tu fais pour nous…

« Les Janoueix, c’est une famille exceptionnelle. Jean-François c’était le digne fils de son père Joseph, une figure de Saint-Emilion comme sa mère aussi. Jean-François était très affable, très gentil, et il disait ce qu’il avait à dire avec gentillesse… Vraiment cela me peine beaucoup… », complète Jean-François Galhaud.

Jean-François Quenin, du château de Pressac, et ancien président du Conseil des Vins de Saint-Emilion souligne « il avait toujours des approches de bon sens, positives, au sein du syndicat, il a toujours gardé à l’esprit sa curiosité ».

Jean-François Janoueix avec son épouse Françoise, vendangeuse rencontrée en 1962 © JPS

LAURENT MOUJON : « C’EST LA GENTILLESSE QUI RESSORT DE CET HOMME, L’HOMME AUX MILLE CLES 

Pour Laurent Moujon, écrivain de livres de recettes et d’oenotourisme qui l’a connu depuis 2008 : « c’est un homme remarquable, comme un ami, comme un père, un grand-père pour mon fils… Chaque fois que je m’arrêtais à Haut-Sarpe, il me disais « Laurent reste manger avec nous, il y avait toujours une assiette et un verre de vin pour nous, il était hors du commun comme sa mère… Il ne faisaitr pas de différence que tu sois riche ou pauvre. »

Jean-François Janoueix était très serviable, toujours la pêche et un mot de réconfort. C’était un homme passionné, qui aimait recevoir et partager » Laurent Moujon

Les fameuses camionnettes avec lesquelles la famille livrait…JPS

« C’était un Corrézien, moi il m’a aidé et soutenu en 2009 quand j’ai lancé mon projet dans l’oenotourisme. Je pensais qu’il allait être centenaire ce Monsieur. Il va nous manquer. C’est la gentillesse qui ressort de cet homme, l’homme aux mille clés (il avait un énorme trousseau avec lui) et il avait sans doute la clé du paradis. »

JEAN-PHILIPPE JANOUEIX : « DANS LA FAMILLE JANOUEIX, ON NE CULTIVE PAS QUE LA VIGNE, ON CULTIVE L’HOSPITALITE »

Connaissant son fils Jean-Philippe que j’ai pu faire aussi en reportage, je lui ai demandé simplement s’il souhaitait dire un mot, et comme tout fils affecté par la disparition de son père, il a préféré m’envoyer des témoignages touchants, néanmoins il m’a gentiment dit : « je m’entendais super bien avec mon père…

« Dans la famille Janoueix on ne cultive pas que la vigne, la famille cherche à cultiver l’hospitalité… « Et de souligner cette culture chrétienne de son père, « il cherchait à rester humble, il recevait tout le monde sans faire de différence et voulait faire apprécier son vin. C’était l’ami de tous, il était très bienveillant, avec des mots gentils quand il apparaissait dans les syndicats de Saint-Emilion et de Pomerol…Il apparaissait, y mettant de la paix, c’était un artisan de paix… »

« Il aimait le vin, pour ce qu’il était … «  Et de souligner aussi la spiritualité quand il servait les vins, et tous les vins qu’il appréciait, même s’ils n’avaient  pas la même spiritualité. Comme il disait, « ce qui est important c’est qu’on parle du vin », car ce qui le chagrinait c’était la campagne qui visait à moins consommer de vin notamment en France … « C’était un bon vivant, un joyeux, il avait du savoir et aimait les gens de savoir. Par ailleurs, il aimait les animaux et avait une très belle collection de poules, de faisans, à Haut-Sarpe… Il n’avait pas besoin d’aller à l’autre bout de la planète pour être heureux, entre la Corrèze et ici il l’était… »

Regardez le portrait de Jean-François Janoueix à 10’11 dans ce numéro spécial Corrèze de Côté Châteaux tourné   en janvier 2020 :

05 Avr

Bordeaux : ces vignerons qui ont une patte et s’éclatent en vins de France

Ils commencent à constituer une petite tribu… Celle des vignerons qui ont un savoir-faire et se démarquent en produisant des vins sans IG en vins de France… Par choix, ils commercialisent une partie de leurs cuvées en dehors des AOC, des pépites qui souvent sont plus valorisées.

Jean-Baptiste Duquesne, créateur du mouvement Bordeaux Pirate © JPS

S’il en est un qui revendique sa différence, c’est bien Jean-Baptiste Duquesne. Un vigneron dans les Graves à Saint-Pierre-de-Mons en Gironde. Il a créé voilà deux ans le mouvement Bordeaux Pirate sur facebook, qui regroupe 25 vignerons et quelques 2700 membres du groupe.

Devant un cépage de Jurançon Noir © JPS

Quand il ne produit pas en AOC et en bio avec la marque de son château Cazebonne, il s’éclate en produisant des vins de France. Ainsi il revisite ici sur son terroir des cépages d’autrefois, oubliés de Bordeaux, qui ne sont pas retenus par le cahier des charges de l’AOC…

« L’AOC définit un certain nombre de cépages, auxquels on a droit, et il y avait autrefois plus de cent cépages, et puis il y a une petite dizaine de cépages qui sont prévus dans les appellations de Bordeaux, et c’est ce patrimoine ces 90% de cépages qu’on a oublié qui m’intéresse de revisiter, pour se demander lesquels vont nous apporter des solutions à l’avenir… », commente Jean-Baptiste Duquesne. « On a classiquement le cabernet sauvignon, le merlot, le sauvignon, le sémillon, mais on a laissé de côté un certains nombre de cépoages qui étaient autorisés dans l’AOC en 1935 à titre accessoire (la pardotte, le saint-macaire, le mancin, le castets, le bouchalès, (autorisés en 1935 mais qu’on demandait aux vignerons d’arracher sous 10 ans) et peu à peu de manière effective et avec le gel de 1956 ces cépages ont disparu dans nos vignes… »

Sylvain Destrieux goûtant son blanc de noir Pas de la Colline 2021 ©JPS

Ainsi si le temps, le phylloxéra et le gel de 1956 ont rebattu les cartes, récemment le gel de 2021 a aussi contraint Sylvain Destrieux à s’adapter à Ruch. Vu que ses cépages de blancs ont gelé au Clos de la Molénie, il a fait comme en champagne un vin blanc issu de cépage rouge élevé 10 mois en jarre à l’extérieur…

« On a fait un blanc de noir car avec les dégâts de gel de l’an dernier, on n’avait quasiment plus de blanc…donc on a fait du blanc de noir avec du cabernet sauvignon, qui est le cousin du sauvignon blanc, don on sort un blanc plutôt atypique mais pas si incohérent que cela en fait, où on s’est inspiré des Champenois ou d’autres régions où ils font effectivement des  blancs de noirs… »

« Il est interdit dans le cahier des charges de Bordeaux, on ne peut pas en produire en AOC Bordeaux, par contre on peut le produire sur la région de Bordeaux mais il sera commercialisé de fait en vin de France. »

Sur sa dizaine de cuvées, Sylvain Destrieux produit la moitié en vins de France, ce qui représente 1/3 de ses volumes. Il les valorise mieux, parfois 50 % plus cher, car plus originaux comme sur cette cuvée Pas de la Colline: « on a gardé 100% des rafles, on l’a gardé pendant 18 mois, et c’est un assemblage assez atypique merlot 90%, 7% de malbec et 3% de sauvignon blanc…Donc on a fait un petit clin d’oeil à ce qui pouvait se pratiquer en Côte Rôtie en en Hermitage dans les Côtes du Rhône… »

Seulement 132 000 hectolitres sont produits en dehors des AOC à Bordeaux qui eux représentent 3,77 millions d’hectolitres. Un mouvement qui s’est fait jour et pourrait se développer vu les problèmes de commercialisation des vins rouges dans le bordelais.

Christophe Chateau du CIVB © JPS

« Cela reste quand même anecdotique, on est à un peu plus de 1% des surfaces et un peu moins de 2% des volumes, par contre c’est bien que certains puissent se tester en dehors du cahier des charges, et sur des sujets techniques et sur des sujets commerciaux, avec des cuvées particulières…. », commente Christophe Chateau directeur de communication au CIVB.

Jean-Baptiste Duquesne a fait 3 cuvées qui ne cadrent pas avec Bordeaux (au sens des AOC), ainsi avec le « Petnat » un vin pétillant naturellement qui n’est pas un crémant de Bordeaux, avec ses 5 cépages oubliés « comme en 1900 » ou encore avec son « Qui est Yin Qui est Yang » qui fait voyager ressemblant à plus à un gamay qu’à un Bordeaux… « Il est sacrilège de mélanger du raisin blanc et du raisin rouge, là on a fermenté du cabernet franc et du sauvignon blanc pour faire cette cuvée très atypique… Donc voilà ce que m’apporte le vin de France, il me redonne des territoires de liberté, proposer des nouveaux goûts, toucher de nouveaux consommateurs… »

Et preuve que les codes sont aujourd’hui bousculés, il a même fait appel à un rappeur pour décrypter et démocratiser ses vins de France…

Regardez le dossier de Jean-Pierre Stahl, Delphine Roussel-Sax et Olivier Pallas :

 

 

 

10 Fév

Ronan Laborde reconduit comme président de l’Union des Grands Crus de Bordeaux

A l’occasion de la réunion du conseil d’administration qui se tenait ce jeudi 10 février, Ronan Laborde, 42 ans, le propriétaire de Château Clinet à Pomerol a été réélu ce 10 février comme président de l’UGCB.

Ronan Laborde, le président de l’Union des Grands Crus de Bordeaux, lors des primeurs en juin 2020 © JPS

Non ce n’était pas la présidentielle qui fait tant couler d’encre en ce moment, mais Ronan Laborde aussi se présentait comme Emmanuel Macron, à sa succession… Le propriétaire de Château Clinet à Pomerol depuis 2003 a donc été réélu ce 10 février comme président de l’UGCB.

Président depuis 2019, il avait succédé à Olivier Bernard, ancien Président et propriétaire du Domaine de Chevalier. Il avait travaillé avec lui main dans la main durant 2 ans en tant que vice-président de la rive droite.

Je suis très heureux de la confiance témoignée parles membres de l’Union, pour poursuivre ma mission, et œuvrer à la grandeur etau rayonnement des Grands Crus de Bordeaux durant les prochaines années», Ronan Laborde

Engagé dans un contexte de crise sanitaire

Ronan Laborde n’a pas eu de chance mais comme bon nombre il a pris ses responsabilités en 2019 et a été confronté à la crise sanitaire où il a fallu continuer à promouvoir les Grands Crus de Bordeaux et les dégustations notamment lors de campagne primeurs revues et corrigées sur toute la planète vin: il y a donc eu des sessions de dégustations dans les grandes villes du monde, avec des envoi d’échantillons aux distributeurs et journalistes et en France dégustation à Paris et à Bordeaux dès le mois de juin 2020 quand cela a été à nouveau possible mais en comité plus restreint. L’UGCB a pu ainsi présenter les millésimes 2018 et 2019 dans les principaux pays consommateurs de vins.

L’accent mis sur la formation

A l’instar de Parcours Sup, l’UGCB a mis en place son « Parcours Grands Crus » en partenariat avec l’ISVV

Un programme de formation au Grands Crus de Bordeaux à destination des jeunes en sommellerie a ainsi été mis en place avec notamment les lycées hôteliers (mention sommellerie)

Une communication digitale au goût du jour

L’UGCB a lancé en 2020 Vintage by UGCB, un magazine digital consacré à l’actualité des membres de l’UGCB et de l’UGCB elle-même. L’UGCB a aussi financé la présentation de vins et d’appellations sur sa chaîne YouTube

Renforcer les liens avec la sommellerie française

L’UGCB est partenaire du concours ASI de meilleur sommelier du monde, un concours qui va se tenir en France en 2023, sous l’égide de l’UDSF et de son président Philippe Faure-Brac

Pour ce nouveau mandat de 3 ans, Ronan Laborde compte continuer à accroître ces liens entre les pros et les amateurs de vins du monde entier, continuer cette communication novatrice voire l’accélérer, tout en améliorant l’expérience immersive des grands crus vis à vis des pros et des amateurs passionnés.

LE CALENDRIER DES EVENEMENTS DE L’UNION DES GRANDS CRUS DE BORDEAUX

  • 14 février 2022 : Dégustation Millésime 2019 –WineParis & Vinexpo Paris
  • 14 mars 2022 : Dégustation Millésime 2019 –Bruxelles
  • 15 mars 2022 : Dégustation Millésime 2019 –Amsterdam
  • 21 mars 2022 : Dégustation Millésime 2019 –Paris
  • 25 28 avril 2022 : Semaine des Primeurs Millésime 2021 –Bordeaux
  • 17 19 juin 2022 : Week-end des Grands Crus –Bordeaux
  • 23 30 juin 2022 : Tournée Etats-Unis

20 Jan

Disparition d’Anthony Barton, « le plus Irlandais des Médocains » ou « le plus Médocain des Irlandais »

C’est une figure du monde du vin qui est décédée mardi à l’âge de 91 ans : Anthony Barton, considéré comme « le gentleman du Médoc ». Anthony était la 6e génération à la tête de Léoville-Barton (2e grand cru classé 1855) et Langoa-Barton (3e gcc). Cet Irlandais très amoureux du Médoc était connu pour sa « gentillesse et sa sympathie ».

Anthony Barton © château Léoville-Barton

C’est l’un des derniers des Mohicans du Médoc qui s’est éteint cette semaine… Anthony Barton le plus irish des Médocains ou peut-être l’inverse le plus Médocain des Irishs puis qu’il a choisi de reposer à Saint-Julien, sa deuxième terre de coeur.

C’était l’une des plus grandes figures de la viticulture bordelaise, qui a tout connu depuis l’après-guerre et jusqu’à nous jours, avec toute la révolution culturelle des vignobles bordelais », commente pour Côté Châteaux Emmanuel Cruse, Grand Maître de la Commanderie du Bontemps.

Anthony Barton était la 6e génération des Barton, à la tête des fameux châteaux Léoville-Barton, 2e grand cru classé 1855, et Langoa-Barton, 3e cru classé. Anthony Barton qui toujours resta irlandais de coeur et de passeport avait fait des études à  Eton et à Cambridge… Arrivé à Bordeaux en janvier 1951 à l’âge de 21 ans, il commença à   travailler dans la maison de négoce familiale et s’occupa surtout des marchés anglo-saxons. Il fut d’ailleurs l’un des précurseurs des voyages à travers le monde pour promouvoir les vins de ses propriétés et de Bordeaux en général.

De son union avec Eva Sarauw, danoise, naquirent deux enfants, Thomas, décédé malheureusement en 1990 dans un tragique accident de voiture, Lilian, aujourd’hui à la tête des propriétés.

De son parcours, on retiendra qu’en 1954 Seagram acheta 50% du capital de Barton & Guestier, avant de devenir un peu plus tard propriétaire à 100 % de la maison de négoce fondée par la famille en 1802. Toutefois,  Anthony Barton fonda sa propre affaire de négoce « Les Vins Fins Anthony Barton » en 1968, une affaire familiale qui perdure aujourd’hui, avec à sa tête sa fille Lilian et le mari de celle-ci, Michel Sartorius.

C’était un homme formidable, un ami, qui connaissait les marchés et le vin, qui aimait son métier. Un homme extraordinaire, c’est une grande perte pour Bordeaux, un vrai gentleman », Philippe Casteja président du Conseil des Grands Crus Classés en 1855.

Anthony Barton devint propriétaire de Léoville-Barton et Langoa-Barton en 1983, lorsque son oncle Ronald lui fit donation (3 ans avant son décès) et quand Anthony a tenu à le remercier, l’oncle Ronald lui rétorqua « Ce n’est pas moi qu’il faut remercier mais ton ancêtre Hugh, c’est lui qui l’a achetée. »

Emmanuel Cruse tient à rappeler qu’Anthony Barton a toujours fait preuve d’énormément de « gentillesse et de sympathie, notamment avec les jeunes, j’ai le souvenir d’un vol Bordeaux-Londres, où j’avais voyagé à ses côtés, il a fait preuve d’empathie, de gentillesse, de bonté, des gens comme cela on n’en refera plus… »

Anthony Barton n’a jamais cessé de rénover et d’améliorer la propriété, il adorait ses vignes, le jardin et le château, il a progressivement passé le flambeau à sa fille Lilian surtout depuis 2010 et était heureux de voir ses petit-enfants Mélanie et Damien prendre aussi la même voie. « Il était souvent dans la mesure aussi, jamais un éclat de voix, il n’a jamais été dans le show, toujours dans la dignité. Il fait partie des grandes figures de l’histoire de Bordeaux qui disparaissent, des gens comme il n’y en aura plus, «  poursuit Emmanuel Cruse.

Anthony avait été couronné  par Decanter « Man of the Year » : il a marqué tous ceux qui l’ont croisé. Aujourd’hui Léoville-Barton (50 hectares) produit en moyenne 200 000 bouteilles à l’année et Langoa-Barton (20 hectares) 80000 bouteilles.

Emmanuel Cruse regrette que cette disparition survienne en cette période de covid car « on aurait été nombreux à l’accompagner si on avait pu ». Ses obsèques seront célébrées demain dans le Médoc, dans l’intimité familiale. Condoléances à sa famille.

 

 

04 Déc

Disparition de Christian Roche du Domaine de l’Ancienne Cure

C’est une triste nouvelle qui nous vient du Bergeracois. Christian Roche grand vigneron de Monbazillac est décédé. Les Vignerons de Bergerac ont tenu à lui rendre hommage. Côté Châteaux qui l’avait rencontré salue ici ce grand vigneron, sa mémoire et adresse ses condoléances à sa famille.

Christian Roche © Vins de Bergerac et Duras

« Ce samedi gris de fin novembre, une vague d’émotion parcourt le vignoble à l’annonce de la triste nouvelle de la disparition de notre charismatique vigneron. Il s’en est allé après la saison des vendanges… Cette image d’un grand gars aux yeux rieurs, que l’on a connu solide comme un roc (pas un hasard le patronyme Roche !) est ancrée dans notre paysage et l’imaginaire collectif de notre vignoble et le restera. Tout comme son domaine, l’Ancienne Cure, fièrement perché sur les coteaux de Colombier, accolé à la petite église au joli clocher-mur ».

« Un homme qui vivait ses passions à fond, avec ambition et audace. Amateur de rugby, il co-préside l’Union sportive d’Issigeac (UAI). Féru de courses hippiques, il perpétue le mémorable rendez-vous annuel de courses à l’hippodrome, toujours dans ce village médiéval qui lui est cher et où il est connu de tous ».

« Issu d’une famille d’agriculteurs, il reprend en 1989 les vignes du domaine familial, jusqu’alorst raditionnellement mené en polyculture. Quelques années après, l’Ancienne Cure s’inscrit dans les« valeurs sûres » du bergeracois. Sa large gamme de cuvées est référencée dans les circuits de la restauration gastronomique sur le territoire local et national, et même à l’export, en particulier aux Etats-Unis (l’Ancienne Cure s’affiche à la carte de restaurants new-yorkais étoilés). En 2009, il décide d’aller plus loin pour magnifier l’expression de son terroir et il entame la conversion en viticulture biologique, bien en avance sur le mouvement que l’on voit s’accélérer aujourd’hui. Cette prise de risque fait l’objet d’une décision mûrement réfléchie en famille, avec ses enfants, Julie et Corentin et bien sûr Nathalie, son épouse. Attentive et avisée, elle est le soutien de toujours en l’accompagnant dans tous les choix stratégiques et l’encourageant pour aller de l’avant. Son équipe, soudée autour du chef, le suit avec enthousiasme dans cette aventure couronnée de succès et qui propulse les vins du domaine encore un cran plus haut ».

« Visionnaire, il a toujours cru à ce vrai trésor qu’offre notre patrimoine viticole en matière de vins liquoreux avec Monbazillac, son appellation phare, qui donne un coup de projecteur particulier sur la région bergeracoise. Et puis, il rappelait avec fierté que son grand-père, Amédée Roche, fut à l’origine de la création de la cave de Monbazillac avec une poignée de vignerons dans les années 30 ».

« Doué pour la production de cuvées de rouges (3 hectares acquis en Pécharmant viendront compléter la palette déjà large) en plus de blancs secs de haute volée, il travaille les liquoreux en orfèvre. Afin derévéler toutes les facettes et les subtilités de l’appellation, il décline quatre cuvées dans sa gamme, du « jour de Fruit » sur la fraîcheur aromatique à la cuvée nectar dénommée l’Extase (petit clin d’œilmalicieux et pied de nez au côté parfois trop emphatique de certains dégustateurs). Sans oublier la dernière-née, la cuvée « Ca sulfit », sans sulfites, une véritable prouesse technique pour un vin liquoreux ».

« Véritable esthète du vin, son insatiable curiosité le pousse à aller découvrir les autres vignobles. Il noue ainsi des amitiés viticoles et transversales dans tous les vignobles de France avec une prédilection pour les petits cousins du Sud-Ouest. De ses périples de dégustation, il en tire de précieux enseignements qu’il partage avec ses confrères de Monbazillac. Il s’intéresse au rôle de la Muscadelle dansl’assemblage du Monbazillac, au côté du sémillon pour apporter de la fraîcheur, signature des grands liquoreux. De même, il oeuvrera pour l’introduction du chenin en cépage complémentaire dans le décret. Il participera également à la grande étude des terroirs bergeracois menée en 2000, passionné par la découverte des sols et sous-sols et leur rôle sur les qualités organoleptiques des vins ».

« Son sens de l’amitié va le pousser à s’occuper de la destinée d’un domaine qui a contribué à redonnerses lettres d’or au Monbazillac, le Château Haut Bernasse. Ce vignoble, après la disparition de l’artistevigneron, Jacques Blais, qui jouait du violoncelle au milieu des rangs de vigne, tombe à l’abandon.Christian se bat pour monter un projet de reprise, et aujourd’hui, le Château Haut Bernasse a retrouvéson aura, grâce à Julie, sa fille, et Romain Claveille, son gendre, à qui il a transmis sa passion ».

« Une belle histoire d’amitié et de famille, des valeurs qui comptaient plus que tout pour cet épicurien, simple, généreux et sincère ».

« Le jour suivant ta disparition, comme si le ciel était à l’unisson de ce deuil, un linceul de neige est venu recouvrir le plateau du canton d’Issigeac, ton cher terroir, au revoir l’ami Christian… »

« Les obsèques de Christian Roche ont eu lieu dans l’intimité et une collecte a été organisée en faveur del’APTED, l’Association des Patients porteurs de Tumeurs Endocrines Diverses, selon ses souhaits ».

Texte des Vignerons de Bergerac.

Lire ou relire :

La vie de château à Monbazillac : ces liquoreux fêtent les 80 ans de leur appellation !

10 Nov

Adieu l’ami, adieu Dewey, l’amoureux de Bordeaux

C’est une bien triste nouvelle que nous apprend l’un de ses disciples à l’Ecole du Vin où il a officié durant plus de 20 ans. Dewey Markham, new-yorkais nous a quitté à l’âge de 65 ans. Côté châteaux le met à l’honneur comme « vigneron du mois » car il avait l’âme d’un vrai amoureux du vin.

Dewey Markham, lors d’une visite du château de la Lagune en juin 2014 © JPS

« A Dewey, l’un de mes tous premiers Prof à l’École du Vin de Bordeaux, il y a 20 ans déjà », commente ce soir Benoît Manuel Trocard très triste, vigneron et lui-même intervenant à l’Ecole du Vin de Bordeaux qui considère que Dewey était « apprécié dans les châteaux, partout où il allait ». « Grand chercheur et passionné d’histoire sur les vins de Bordeaux. Tu as réalisé un très beau livre, sur le classement de 1855, que je garde encore, précieusement auprès de moi. Je suis si triste ce soir. 65 ans, c’est beaucoup trop jeune pour partir…Tu vas nous manquer l’ami. Ce soir je déboucherais une bouteille en pensant à toi ».

Guy Charnaud, photographe et auteur lui même d’un ouvrage sur 1855 : « Une très grande tristesse vient de m’envahir en lisant ton post Benoit ! C’était une très grande personne, d’une immense générosité……de beaux moments partagés ensemble chez lui à Merignac Arlac, à l’époque ! Vraiment triste ! »

Nicolas Lesaint de Reignac: « mon Dieu que Bordeaux vient de perdre un bel homme, la classe personnifiée, la gentillesse, la pertinence, la compétence, un oeil d’artiste, un palais subtile, un œil tellement brillant qu’il vous éclairait dès que vous le croisiez, le flegme que j’adore, la beauté que je cherche, Dewey Markham, Dewey, Dewey, mes pensées t’accompagnent où que tu sois. »

François des Ligneris, de l’Envers du Décor, avec Dewey Markham et Didier Lambert des Etablissements Thunevin à l’été 2016 © JPS

Moi-même, j’ai eu l’occasion de suivre Dewey en reportage plusieurs fois, avec notamment l’ami Bruno Delmas, lui aussi disparu. Je me souviens de cet horrible jour du 11 septembre où Dewey avait annoncé à une classe d’Américains en visite et en dégusation à Bordeaux l’horrible attentat. Je me souviens aussi de ce moment plus réjouissant avec Dewey au château la Lagune où il servait de guide oenotouristique à un couple d’Australiens, visite que nous avions également suivie. Sans oublier cette soirée à l’Envers du Décor, le repère des bons vivants à l’été 2016…Un chic type, généreux et amoureux de la France et de ses vins. Adieu l’ami.

Lire ou relire : Ils ont changé de vie: ces Américains vivent à Bordeaux et partagent leur amour du vin

Regardez ce reportage de Jean-Pierre Stahl et Ludovic Cagnato réalisé le 25 juin 2014:

 

07 Août

Disparition de Pierre Dubourdieu : « un personnage hors du commun, intuitif et intemporel »

Pierre Dubourdieu est décédé avant-hier midi alors qu’il allait avoir 98 ans le 27 août prochain. Propriétaire de Doisy-Daëne, ce travailleur acharné, intuitif, fan d’innovation a passé sa vie à rechercher l’excellence avec son fils Denis, lui-même disparu en 2016. Un vigneron et grand-père inoxydable que me raconte l’un de ses petit-fils, Jean-Jacques Dubourdieu. 

Pierre Dubourdieu en octobre 2017, entouré de ses petit-fils Jean-Jacques et Fabrice, lors d’un hommage vibrant à Denis Dubourdieu à l’ISVV © Jean-Pierre Stahl

Jean-Pierre Stahl: « bonjour Jean-Jacques, toutes mes condoléances, j’ai appris pour ton grand-père, qu’est que tu as envie de me dire pour un petit hommage »

Jean-Jacques Dubourdieu : « le pauvre, il nous a quitté avant-hier midi. Il allait avoir 98 ans dans 22 jours, le 27 août, il était né en 1923. Il était en pleine forme jusqu’à fin juin; il avait un suivi cardio qui faisait son chemin et cela s’est détérioré subitement en juin, il est devenu plus fragile et avec un peu moins le moral.Je me suis installé avec lui à Doisy, il y a deux semaines et demie, ensuite il y a eu cette descente hyper rapide… »

« C’est dur car depuis 5 ans, je me suis beaucoup occupé de lui, suite au décès de mon père. Il a eu à vivre cela, la perte de son fils unique en 2016 et de sa femme 6 mois plus tard. C’est pour moi un exemple, car il a surmonté tout cela, il a survécu à ces épreuves , en allant voir sa vigne, en continuant d’aller sur le Bassin et au restaurant. C’est un exemple de ténacité et de courage. Il aura vu naître son arrière petit-fils Augustin, il y a 5 mois et demi, il aura vu aussi la rénovation de Doisy Dubroca, qui jouxte Doisy. »

Il m’a toujours impressionné, il a donné un bel exemple à toujours aller de l’avant, ce malgré la perte de son fils et de sa femme à 93 ans, certains ne s’en remettent pas de ce genre de pertes… »

JPS : « Quels étaient ses traits de caractère et qu’a-t-il apporté à Doisy-Daëne ? »

C’était un énorme travailleur, une force de la nature, il a commencé à travailler à 17 ans, il travaillait comme un fou. C’était un intuitif qui aimait améliorer la copie, il a passé sa vie à améliorer les choses pour rendre le travail moins pénible »

Il est passé du cheval de trait au tracteur repéré par GPS et au drone…Il a aussi imaginé des effeuilleuses, des presses automatiques, il a développé tout cela, il a été à l’origine de la stabulation à froid, de manière empirique…où on refroidit les blancs, les moûts, avant fermentation et où on pouvait contrôler la turbidité.

« Il a aussi développé Doisy-Daëne, c’était une toute petite propriété en 1947 quand il l’a reprise, il en a fait un village en rachetant les maisons autour. Il avait un grand ami, Pierre Coste, négociant à Langon, avec qui il avait développé la distribution de ses vins partout.

Mon père est arrivé aussi avec sa carrière d’enseignant et de chercheur, ils ont fait un super duo de 1976 à 2016, c’était quand même une sacrée équipe »

« Ils ont développé ensemble Clos Floridène, certes propriété de mes parents, mais qu’il suivait, il était en permanence sur le terrain, il a d’ailleurs arrêté sa carrière à 81 ans. Il est une partie aussi de la réussite de mon père, il l’a aidé d’une certaine manière. »

JPS : « Un sacré personnage… »

Jean-Jacques Dubourdieu : « Il avait la réputation d’un caractère affirmé. Il n’aimait pas la médiocrité, l’à peu près, il n’aimait pas ni le mauvais vin, ni la mauvaise bouffe, c’était un hédoniste.

« Il était assez direct, parfois un peu trop, beaucoup de gens s’en souviennent, il ne mâchait pas ses mots, et même en famille, on entendait des trucs un peu rudes, c’était pour nous un moteur… »

« Quand j’étais plus jeune, il me disait, tu n’as rien sans rien, si tu veux que ce soit bien fait, il faut se battre, chaque détail compte, et dans le vin la liste de recette est longue, lui était très sensible à cela et il m’a formé comme cela. A 20 ans, je trouvais qu’il en faisait trop, mais aujourd’hui à 40 je trouve qu’on n’en fait beaucoup plus que ce qu’ils nous a dit de faire… J’ai appliqué cela ».

Mon grand père était inoxydable, il était sur son tracteur à un moment donné et l’heure d’après il était capable d’être en complet et de recevoir des gens du bout du monde. »

« Mon grand-père était aussi un fana d’innovations : il a eu la 1ère bagnole, le 1er téléphone portable, 1ère voiture électrique et 1er vélo électrique…Quand la LGV est arrivée en 2018, mon grand-père a voulu connaître ce TGV qui mettait Paris à 2 heures de Bordeaux à plus de 300 km/h, on a fait un aller-retour dans la journée pour déjeuner à la Tour d’Argent. »

« J’ai eu mon père et mon grand-père à mes côtés, c’est une chance. Un grand-père qui a donné sa vie à son village, à Barsac. Il a choisi de mourir dans sa maison, à Barsac, on l’a accompagné. Un jour et demi avant de mourir, il nous avait demandé si on avait vendu assez de vin. Jusqu’en dernier, c’était lui le patron. C’était quelqu’un hors du commun, de très intuitif et au final intemporel. »

28 Mai

Jean-Baptiste Duquesne, la patte du vigneron en biodynamie au château Cazebonne

Voilà un vigneron qui a un joli savoir-faire, une patte. Même s’il n’est pas tout jeune, ce nouveau venu, grand amateur de vin depuis des années incarne la nouvelle génération de vignerons de Bordeaux avec une sacrée personnalité. A la tête du château Cazebonne, à Saint-Pierre-de-Mons, Jea-Baptiste Duquesne s’est lancé non seulement dans le bio, mais aussi la biodynamie. Il sort actuellement une dizaine de cuvées et en promet bientôt le double. Empêcheur de tourner en rond il a créé Bordeaux Pirate sur Facebook  « des vins en dehors des sentiers battus. » Il veut aussi remettre à la page les cépages d’autrefois. A découvrir aussi dans le prochain magazine Côté Châteaux le 7 juin sur France 3 NOA.

Jean-Baptiste Duquesne, vigneron au château Cazebonne © JPS

Jean-Baptiste Duquesne, un personnage, un vigneron un vrai. Embeded dans sa voiture , Jean-Baptiste Duquesne  m’emmène sur la partie surélevée de son terroir de Cazebonne… « Là, on va sur la parcelle de Couet, une parcelle où on a replanté 8 cépages oubliés, d’autrefois, qui étaient plantés au XIXe siècle,et c’est une parcelle où on devrait faire la 1ère récolte cette année…

« Là on est sur notre terroir de Cazebonne, sur ce qu’on appelle la croupe, c’est notre plus beau terroir de graves sur cette parcelle; c’est là qu’on a décidé de surgreffer 2 cépages d’autrefois…le mancin et le castets. On voit qu’on a nos premières grappes avec des repousses car ce sont des pieds qui ont gelé… Le mancin des palus était un très beau cépage d’autrefois en Médoc, tardif et qui aujourd’hui donne des choses très fines ».

Jean-Baptiste Duquesne sort un livre en juin « Bordeaux, une histoire de cépages aux éditions BBD sur les cépages historiques de Bordeaux :

J’ai identifié 52 cépages qui existaient dans les vignes à Bordeaux au XIXe siècle, en fait le vigneron il avait une palette, une palette de peintre énorme pour faire ses vins… », Jean-Baptiste Duquesne vigneron.

« Un cépage qui a plus d’acidité, qui est plus tardif, à 5% dans l’assemblage, il va me redonner de la fraîcheur, des équilibres, alors qu’avec le réchauffement climatique on a des vins qui montent en alcool avec des acidités qui baissent. Donc je veux retester ces cépages, les vinifier pour retrouver des possibles…. »

Les 40 hectares du château Cazebonne sont certifiés bio et biodynamie depuis le millésime 2020 : « dans le bio, il n’y a pas de produit de synthèse, on a droit au soufre et au cuivre, et après on travaille avec un certain nombre de plantes qu’on dynamise, qui vont permettre d’amplifier l’effet du cuivre pour limiter les doses…Nous notre combat, c’est de tenir à moins de 3 kilos de cuivre par hectare, et par an. »

« Le débat de dire, j’ai supprimé des produits de synthèse, j’ai supprimé le glyphosate ce n’est pas un débat suffisant. »

En fait pour moi, le vrai outil de mesure qui devrait être l’outil de mesure dans le bio, c’est pour cela qu’on est en biodynamie, ce serait un outil de mesure de la vie des sols…

Et de montrer: « là dedans, il y a de la vie, il y a de la vie là dedans, c’est cela notre métier et notre mission…Le sol, c’est quelque chose de vivant, il y a énormément d’oligo-éléments, cela ne se résume pas à de la potasse et de l’azote, pour nourrir une plante. Il y a beaucoup d’interaction dans ce sol, de symbiose, avec les champignons, avec les micories, qui permettent d’apporter à la plante ce dont elle a besoin… »

C’est alors la découverte de son chai, oh non pas un chai grandiose, mais un grand chai d’élevage et d vinification que me laisse à penser à ces endroits où l’on faisait des vins de garage… »Voilà notre modeste chai d’élevage… Globalement, on utilise la barrique sur notre grand vin, on ne veut pas des vins trop marqués par le bois, on veut des vins qui sont éclatants de fruits, qui ont de la fraîcheur, et des vins qui doivent être gourmands dès leur première année de consommation…Aujourd’hui, on vend notre 2019 et cela se goûte super bien ».

« L’amphore, elle a les mêmes vertus, elle est poreuse, on choisit nos amphores en fonction de leur porosité, donc on peut choisir des amphores qui sont cuites autour de 800° versus des amphores qui sont cuites autour de 1200° de cuisson. Et plus elles vont être chauffées à une température élevée, moins elles vont être poreuses et plus elles vont ressembler à une porcelaine. C’est ce qu’on cherche sur les amphores et sur nos parcellaires, c’est de revenir à la pureté du fruit, sans aucune aromatisation par le bois… »

« Là c’est notre cuvée entre amis 2020 qu’on vient de mettre en bouteilles…J’ai tendance de traaviller les blancs sur la richesse, sur la maturité avec des dates de vendanges poussées, assumées, en ayant des acidités qui baissent mais avec beaucoup plus de gourmandise au niveau des vins…

Avant tout, je crois que c’est cela qui est important, c’est refaire les vins qu’on aime…Quand on a une passion à communiquer, qu’on aime ce qu’on fait, qu’on aime ses vins, eh bien ça marche quoi !

Jean-Baptiste Duquesne, un savoir-faire à Saint-Pierre de Mons © JPS

« De plus en plus, on ne vend pas du vin, on vend une histoire…Pourquoi ce terroir, pourquoi ce raisin, pourquoi j’ai fait des choix oenologiques, des choix de vendanges, on a fait une fermentation en amphores, on a fait 2-3 mois d’amphores, et après on a fini le vin en barriques… Tout de suite la couleur est beaucoup plus jaune foncé et or… »

Je veux que mes clients me disent 15 jours ou un mois après, ta caisse je l’ai ouverte et les 6 bouteilles, je les ai bues, parce que c’était bon quoi ! »

Retrouvez le portrait réalisé par votre serviteur de Jean-Baptiste Duquesne dans le magazine de 26 minutes Côté Châteaux n°24 spécial Bio le 7 juin à partir de 20h05 sur France 3 Noa :