22 Jan

Côté Châteaux N°13 Spécial Corrèze : la renaissance d’un vignoble au fort caractère

A voir absolument ! Ce Côté Châteaux de janvier est consacré au vignoble de Corrèze, un vignoble méconnu mais qui mérite que l’on s’y attarde, car il a une sacrée histoire. Au XIXe siècle, il était quasiment aussi important que celui d’Alsace, aujourd’hui avec seulement 75 hectares, c’est l’un des plus petits de Nouvelle-Aquitaine. Et pourtant son AOC Corrèze vient d’être consacrée par un arrêt du Conseil d’Etat, qui reconnaît aussi le vin de Paille de Corrèze. Sans compter tous ces Corréziens qui ont bien réussi dans le Bordelais, à l’instar de la famille Janoueix. 

Jean-Pierre Stahl, René Maury et Sébastien Delalot pour ce tournage Côté Châteaux n°13 spécial Corrèze

Attention, vous allez prendre un bon bol d’air pur… « Comment puis-je oublier, ce coin de paradis, ce petit bout de terre où vit encore mon père… » chante le groupe Trois Cafés Gourmands, un groupe 100% corrézien. Côté Châteaux vous propose pour son émission 100% terroirs de Nouvelle-Aquitaine un numéro 13 spécial Corrèze, déjà parce que cela rime, et puis parce que c’est sans doute le plus petit de Nouvelle-Aquitaine : 75 hectares, l’équivalent d’une grosse propriété dans le Médoc, pour une quarantaine de vignerons !

PLUS DE 16 700 HECTARES AU XIXe, 75 HECTARES AUJOURD’HUI

On démarre ce numéro avec René Maury, le président des Coteaux de la Vézère, rencontré sur les hauteurs d’Allassac et de sa cave située au lieu-dit Le Saillant. Il nous raconte l’histoire de ce vignoble, dont « les vieux écrits, les plus anciens, que nous avons sont tout de même du VIe siècle, il y a 15 siècle, ce vignoble a existé et de façon brillante… » « Ce vignoble avait disparu, aux environs de 1850 il représentait pourtant plus de 16 000 hectares, comme partout en France il y a eu le phylloxéra, cette petite bête qui a ravagé le vignoble français… » 

La renaissance, on la doit à une poignée de Corrèziens, persévérants, qui de manière obstinée ont replanté ce vignoble qui avait disparu…Nous avons décidé il y a 20 ans de refaire un vignoble de professionnels, de vignerons, un vignoble de terroir« , René Maury président des Coteaux de la Vézère.

« C’est Albert Parveaux, le chef du château de Castel Novel, deux étoiles Michelin à Varetz, dans les années 90, qui le premier a tapé du poing. Comment ? Etre obligé de servir à sa table des vins de partout et d’ailleurs, sauf de Corrèze ? » explique également le site des Coteaux de la Vézère.

« Sur ce terroir de schiste, d’ardoise, nous avons principalement replanté du chenin comme en Anjou et du cabernet franc car à l’évidence, ce sont les 2 cépages qui ont le plus de typicité, de caractère sur le schiste ardoisier… », complète René Maury.

Un vignoble qui a eu une reconnaissance à double titre, il y a 2 ans à travers l’AOC Corrèze et en justice très récemment : « cette AOC Corrèze a été traduite en justice par des vignerons qui contestaient cette appellation et en octobre dernier, le Conseil d’Etat a définitivement tranché et reconnu la validité de cette AOC Corrèze. »

Jean-Louis Roche devant sa récolte en train de sécher avant pressurage © JPS

FOCUS SUR LE VIN DE PAILLE – AOC CORREZE

Ces déboires m’ont amené forcément sur le vin de Paille de Corrèze. Je suis parti à la rencontre de Jean-Louis Roche, producteur à Queyssac-les-Vignes, en pleine taille de sa vigne : « j’ai 3 hectares de vignes avec moitié en blanc chardonnay et moitié en rouge avec du cabernet franc. » Il n’y a qu’une dizaine de producteurs de vin de paille corrézien, 20 hectares, sur les cantons de Beaulieu et Meyssac.

Et de nous montrer sa récolte dans son hangar : « là, ce sont les raisins cueillis fin septembre, ils sont en train de sécher, cela fait quasiment 4 mois qu’ils sont dans des clayettes…Cette année, on a eu des conditions assez difficiles avec un automne assez pluvieux, cela a eu du mal à sécher…Pour faire un litre de vin, il faut environ 1,3 kilo de raisin, nous pour le vin de paille il nous faut entre 5 et 6 kilos de raisins, chargés en arômes, en sucre, c’est aussi toute la subtilité de ce produit. »

Jean-Louis Roche, fier de son vin de Paille de Corrèze © JPS

A l’origine, ces Corréziens faisaient du vin Paillé, mais attaqués par les viticulteurs du Jura, ils ont perdu ce nom devant le Conseil d’Etat en 2014, avant de retrouver le nom vin de Paille – AOC Corrèze récemment… « pour respecter aujourd’hui le cahier des charges, on est obligé depuis qu’on est passé de vin paillé à vin de paille de faire un élevage de 18 mois dans des contenants en bois. Là, pour le moment, il n’a que 6 mois de vieillissement, et je trouve qu’il dégage des arômes surprenants. En fait, c’est un mal pour un bien, on va faire des vins très typés, goûteux, mais on ne va pas faire de concurrence au Jura, les volumes de production ne sont pas les même (50000 bouteilles en Corrèze contre 200 000 de vin de paille du Jura), mais on va gagner en notoriété. »

LA CAVE DE BRANCEILLES, LA CAVE DES 1001 PIERRES

Direction la cave coopérative de Branceilles, une cave pas mal visitée par les touristes de passage : « on a pas mal d’oenotourisme, c’est une région propice à cela, entre Collonges-la-rouge, Beaulieu et Rocamadour… » m’explique d’emblée Philippe Leymat, président de la Cave de Branceilles. « On a 3 circuits entre visite du vignoble et visite patrimoniale. »

Philippe Leymat, président de la cave coopérative de Branceilles © JPS

Là aussi, on sent la volonté farouche de ces vignerons de faire renaître ce vignoble avec leur cave coopérative : « on est 8 vigneron, cela fait 30 ans qu’on a relancé cette cave en 1988, on avait une histoire avec 500 hectares avant le phylloxéra… L’entre-deux-guerre a amené une grosse dynamique autour de la truffe d’où notre communication autour des terrains truffiers ».

C’est ici la cave aux 1001 pierres, en rapport avec notre sol très calcaire, on est obligé pour planter les vignes de sortir de gros rochers calcaires que l’on broie et cela donne de petits cailloux, un terroir de calcaire qui va rayonner la nuit l’été, » Philippe Leymat, président de la Cave de Branceilles.

« Cette cave produit des rosés et des rouges assez typés avec ce calcaire, ils ont beaucoup de matière et de puissance », poursuit  Philippe Leymat.

Jean-François Janoueix propriétaire du château Haut-Sarpe © JPS

JEAN-FRANCOIS JANOUEIX, LA CORREZE AU COEUR

Qui dit Corrèze, dit forcément Corrèzien en terre de Bordeaux ! On compte de nombreuses familles qui sont venues s’installer dans le Bordelais, le Libournais, … Parmi elles, les Janoueix avec Jean-François Janoueix, 84 ans, un personnage truculent, haut en couleurs, des couleurs oui mais celles de sa Corrèze…

Il me montre sa robe de confrérie « ça cela explique très bien les Corrèziens venus à Saint-Emilion et à Pomerol. C’est là où les Corrèziens ont les plus grands vignobles, on bat les Rothschild, on vend du vin plus cher que celui que vendent les Rothschild dans le Médoc… » On sent la fierté de celui qui avec sa famille a réussi, à la force du poignet comme on dit. Son grand-père a commencé à vendre du vin et démarcher à vélo et en train…Son père a continué à vendre dans le Nord, la Berlgique, en Normandie, en Bretagne, …avec une camionnette, et lui en avion comme il dit.

Les fameuses camionnettes avec lesquelles la famille livrait…JPS

« Ah des souvenirs, j’en ai ! Je garde, vu mon âge l’histoire des Janoueix pour dans 50 ans... » Et de me montrer tous ses albums avec son grand-père Jean Janoueix, le premier arrivé, puis son père Joseph, et lui, on en est même à la 5e génération de Janoueix ! Une famille qui se réunit tous les ans le 15 août en Corrèze, et de poursuivre en montrant ses albums sur les vendanges…« J’ai 4 livres comme celui-là… Regarde, 1962…une vendangeuse qui restera en Gironde et deviendra en 1963 mon épouse… »

Une véritable « Corrèze connection » issue de Meymac: « on a eu jusqu’à 5 banques à Meymac, même des fabricants de bouchons, cela a enrichi le pays, c’était colossal… » Et de s’arrêter aussi et bien sûr sur celui qui disait « c’est loin mais c’est beau » quand il sillonnait sa Corrèze et sa France, Jacques Chirac, aussi en photo : « il est venu ici comme Bernadette »…e

Et de montrer ses voitures de collection, de vieilles camionnettes « une Citroën de 1924 et une Delahaye de 1928 » avec lesquelles son père Joseph Janoueix faisait les livraisons, « tu vois tout cela je garde tout, et elles marchent, chaque fois qu’on fait des mariages ou qu’on reçoit des clients… »

Quand on conserve le passé, on conserve l’amour de nos grand-parents, de nos parents et par ce passé ils vivent encore » Jean-François Janoueix

On ne l’arrête pas Jean-François « là ce sont mes moutons corréziens, et là le coq Sarpinus, un brama de 4?6 kilos, je l’ai échangé au concours agricole de Paris contre 12 bouteilles de Saint-Emilion…Tout ce qui est là vient de la Corrèze, de mes tantes, de mes cousins, ils me disaient, jean-François comme cela tu penseras à nous… »

Enfin, arrive la dégustation des vins de 2 de ses nombreuses propriétés Haut-Sarpe 2015 et Castelot 2010: « le Haut-Sarpe, c’est un vin de rôtis un vin de chasse…ça passe tout seul…

Moi ce que j’aime dans le vin, c’est la rémanence, c’est le souvenir » Jean-François Janoueix du château Haut-Sarpe

« Quand on a reçu Maurice Druon, on voulait ouvrir une belle bouteille, et mon fils avait acheté chez Sotheby’s un Haut-Sarpe de 1904… J’ai goûté les plus grands vins du monde, j’ai eu cette chance-là… » Et de porter un toast: « à la Corrèze et merci de ce que vous faites pour la Corrèze et les grands vins de Bordeaux… »

Gilles Vialle, René Maury et Stéphanie Hebert des Coteaux de la Vézère © JPS

Un numéro spécial Corrèze qui bien sûr se termine à la cave des Coteaux de la Vézère où nous retrouvons avec Sébastien Delalot un autre viticulteur depuis 17 ans Gilles Vialle qui nous confie: « c’est une belle aventure, oui on fait du vin en Corrèze, d’ailleurs vous allez le goûter, on produit 60 000 à 80 000 bouteilles, on va continuer à planter pour atteindre les 100 000 et continuer à travailler la qualité. »

Stéphanie Hebert, responsable de la cave confie « c’est du chenin, avec des notes minérales de pêche de fleurs blanches et de miel aussi ». Et René Maury, le président des Coteaux de la Vézère: « ce sont des vins de caractère, qui ont une typicité et qui sont dans l’air du temps, faciles à boire, avec des arômes de pêche, d’agrumes, qui s’accommodent très bien avec des produits du terroir que nous avons ici comme ces pâtés corréziens de canard et foie gras, ou ces fromages de chèvre produits par un couple d’agriculteur tout près d’ici.. »

18 Jan

Saint-Vincent: 1300 vignerons et négociants mobilisés pour la Tournée des Vins de Bordeaux

A vos tablettes ! Les 24 et 25 janvier prochains, vous allez forcément les rencontrer…Ce sont pas moins de 1300 vignerons et négociants qui seront sur le pont dans 1000 enseignes : dans la grande distribution, chez des cavistes ou dans les restaurants pour faire déguster leurs vins et échanger autour de leur production.

Vous les connaissez, forcément ! Leur visage vous est familier ou leur bouteille… Mais bon, il y a eu ces derniers mois ou années, un petit désamour, ou une petite infidélité… Rassurez-vous, le vigneron de Bordeaux n’est pas rancunier et il le montre.

Fini la com épurée, sans âme, voici de la bonne bouille de tailleur de cep, du vrai, du pur jus, le ou la vigneronne de Bordeaux va vous parler de sa passion, de son beau métier, de ses aléas climatiques et de ses déboires de production et/ou de commercialisation parfois, vous allez voir, il ne mord pas, il est même parfois ou souvent sympathique.

Allez, je vous aide, sur la photo officielle, je vous en présente quelques-unes, des vigneronnes passionnées comme Estelle Roumage (1ère à gauche) qui a un château Lestrille à Saint-Germain-du-Puch en Gironde et qui a ouvert le 1er resto tenu par une vigneronne à Bordeaux « Un château en ville ». 

Il y a aussi une jeune vigneronne qui se démène avec son Rosé Princesse et ses vins faciles à boire : Carole Lecourt (2e à gauche) du château Lecourt Caillet « Nous avons deux rosés sur la propriété, un rosé 100% merlot et un rosé 100% cabernet franc que l’on travaille de manière identique : vendanges très tôt le matin, sur des jeunes vignes avec des raisins à faible maturité pour avoir un rosé frais et vif, »  Et tout-à-fait à droite, on distingue une vigneronne qui ne ménage pas sa peine et qui est de tous les « Blaye au Comptoir » à Bordeaux dont le prochain s’annonce les 6 et 7 février : Laetitia Mauriac du château la Levrette (nom de la femelle du lévrier, je préfère préciser ! pour ceux qui ont toujours les idées mal placées…) Et puis, il y a de nombreux vignerons aussi dont Damien Landouar du château Gaby et président du Conseil des Vins de Fronsac avec qui j’ai réalisé un fameux dossier sur le foncier viticole, qui vous a pas mal interpelé.

Durant 2 jours, vendredi 24 et samedi 25 janvier, vous allez pouvoir non seulement leur serrer la main, eh oui ce sont des vignerons en chair et en os, leur parler, échanger, leur poser les questions que vous voulez, sur la manière de conduire leur vignoble, en traditionnel, HVE, bio, biodynamie, etc…, discuter de leurs difficultés quotidiennes avec certains aléas climatiques comme le gel de 2017 pour sortir au final une production, et puis échanger aussi et surtout sur le goût et les arômes de leur vin. Vous pourrez tout leur dire, mais aussi soutenir la filière qui en a bien besoin en achetant ou en rachetant du Bordeaux.

Ce sont dont 1300 vigneronnes, vignerons, négociants qui seront présents dans 1000 enseignes, dans 670 villes, seul(e)s ou à 2 ou 3 grand max (sinon ça devient une manif).

Profitant de la fête de leur saint patron, la Saint-Vincent, ces femmes et ces hommes, seront facilement reconnaissables avec leur habillement aux couleurs des vins de Bordeaux et pour vous pouvez les retrouver sur le site BORDEAUX.COM où ils sont géolocalisables (avec une puce sur leur sécateur…) Bonne initiative, les vins de Bordeaux et bon courage à vous.

16 Jan

Confluent d’Arts: « c’est comme ça, la, la, la la…. » Catherine Ringer en Guest Star du 4e festival au château de la Rivière

C’était aujourd’hui la présentation du prochain festival Confluent d’Art qui se tiendra le 1er week-end de juillet au château de la Rivière, du 2 au 4 juillet. Un festival de très haut niveau avec les Rita Mitsouko, enfin Catherine Ringer qui chantera les standards des Rita…et Xavier Buffo aussi.

Xavier Buffo le directeur du château est fier de présenter Catherine Ringer à l’affiche de son prochain et 4e Confluent d’Art © JPS

Confluent d’Art, c’est de l’art dans tous ses états au château de la Rivière. Durant 3 jours, ce site magique devient le Confluent des Arts, arts de la scène et arts de la rue. Un savant mélange de concerts et spectacles donnés sur la vaste pelouse du parc au pied du château, arboré de cyprès, aux senteurs de lavandes. Il y a bien sûr du cinéma en plein air, mais aussi  du théâtre de rue, des performances, des artifices, des installations, des sculptures, des dégustations de mots, de mets et de vins…bref un vrai Confluent des Arts.

Après Thomas Dutronc l’an dernier, Goran Bregovic en 2018, et  Yuri Buenaventura en 2017, Confluent d’Arts mise toujours sur des valeurs sûres et entraînantes, des vedettes ou groupes qui ont su à chaque fois déplacer les foules et faire l’unanimité auprès d’un public transgénérationnel. Cette année, c’est Catherine Ringer qui va chanter les tubes des Rita Mitsuko…Elle fera son grand retour après le Rocher de Palmer le 8 novembre 2019

Pour cette 4ème édition nous resterons fidèles à nos principes : pluralité artistique, convivialité, humanité, créativité, modernité et originalité » Dominique Bevly et Xavier Buffo, organisateurs.

CONFLUENT D’ARTS 2020: DEMANDEZ LE PROGRAMME :

JEUDI 2 JUILLET: CHANSON ROCK

Ouverture des portes à 18 h

  • De 18 h 30 à 20 h : Muséum Nomade d’histoires pas naturelles : une exposition ludique d’objets surnaturels.
  • 20 h 30 : concert avec le groupe Les Barbeaux (Folk, rock, festif) En français et en espagnol, Les Barbeaux chantent la vie et vous emmènent dans une guinguette populaire et dansante.

page3image66401072page3image66388176

  • 22 h : CATHERINE RINGER chante LES RITA MITSOUKO

Voilà la promesse d’une soirée inoubliable, avec ce concert de Catherine Ringer au Château de La Rivière. Sans aucun doute un clin d’œil embué à Fred Chichin, le complice disparu de la grande Catherine qui va, une fois de plus, nous bouleverser. C’est l’une de nos héroïnes depuis qu’elle a chanté « Marcia Baïla » avec son look à tomber. Catherine Ringer sera sur la grande scène du festival avec les chansons des Rita Mitsouko en bandoulière pour nous faire encore rire, réfléchir, danser. Certes les histoires d’amour finissent mal en général, mais celle qui nous lie à la fougueuse Catherine n’est de toute façon pas près de s’acherver.

Ce concert est réalisé en partenariat avec le Rocher de Palmer et l’association Musiques de Nuit.
Pré-ventes : 35 euros. Sur place 40 euros. Moins de 18 ans 17,50 euros, moins de 12 ans gratuit. Points de vente : Le Rocher de Palmer, le Château de La Rivière, le Baz’art. et points de ventes habituels : Fnac, francebillet…

VENDREDI 3 JUILLET : SOIREE CONTES ET CINEMA 

Ouvertures des portes à 18 h

  • De 18 h 30 à 21 h : Muséum Nomade d’histoires pas naturelles, une exposition ludique d’objets surnaturels
  • 20 h : Des contes et des vins : avec Yannick Jaulin
    Un moment privilégié dans la cour du Château de La Rivière pour une dégustation exceptionnelle d’histoires et de vins avec YANNICK JAULIN un conteur, un acteur, un dramaturge français, humoriste… Il est à l’art du conte ce que l’auteur de nouvelles est à la littérature.
    (Entrée payante sur réservation uniquement : 15 euros)
  • 21 h : Concert gratuit avec le groupe les ROMANO DANDIES Musique Tsigane. Les Romanos Dandies proposent une musique entraînante, communicative, faite d’humour et de vitalité, empruntée aux traditions slaves
  • 22h30 : CINEMA en Plein air (Gratuit) Projection d’un film sur un écran géant « GREEN BOOK : sur les routes du Sud » Film de Peter Farrelly avec Viggo Mortensen, Mahershaia Ali, Linda Cardellini 2 h 10 VOSF Oscar 2019 du meilleur film, Oscar 2019 du meilleur acteur dans un second rôle, Oscar 2019 du meilleur scénario original, Oscar 2019 du meilleur acteur, Oscar 2019 du meilleur montage.

En 1962, alors que règne la ségrégation, Tony Lip, un videur italo-américain du Bronx est engagé pour conduire et protéger Dr Don Shirley, un pianiste noir de renommée mondiale, lors d’une tournée de concerts….
« Une ode à la tolérance » , « un road trip alternant avec brio entre humour et émotion » « sicefilmfonctionnesibienc’estsansaucundoutedûàl’alchimierégnantentrelesdeux comédiens. » « Une comédie irrésistible » « Un récit d’amitié si simple et si touchant »

SAMEDI 4 JUILLET : LES ARTS DE LA RUE (Gratuit)

Ouverture des portes à 15 h

  • De 15 h 3O à 20 h 30 : Muséum Nomade d’histoires pas naturelles, une exposition ludique d’objets surnaturels. Un entre-sort d’arts vivants, une bulle poétique inspirée de Jules Vernes, Une invitation à un voyage surréaliste avec des machines extraordinaires, des chimères, et autres marionnettes. Un moment de lâcher prise où l’adulte redevient enfant….
  • 16h : Cie Scopitone « Cendrillon » Théâtre d’objets une parfaite ménagère cherche prince vraiment charmant ! 25mn
    Savon noir, eau de javel, bicarbonate ou vinaigre blanc, Cendrillon compte autant de produits ménagers que de tâches à effectuer dans son nouveau foyer……
  • 19 h15 : Cie Scopitone « Cendrillon » Théâtre d’objets 25 mn
  • 16h30:CieLaFemmeChaussette:« Elégance»unspectacleéquestreavecson compagnon : Vizir un beau cheval Mérens ! 8mn.
    Le choix de cette artiste est de mettre en avant le cheval par le biais de la danse et du jeu théâtral au-delà des figures de cirque.
  • 19 h 45 : Cie La femme Chaussette : « Ay amma » un spectacle équestre ave Vago un élégant cheval OC/Lusitanien. 8 mn.
  • 16h 45 : Compagnie A pas Contés « Ivre Déséquilibre, la Terrasse » spectacle acrobatique et musical 25mn
    Un serveur déambule un plateau à la main. Alors, qu’un client intrépide s’élance dans une danse sur un tonneau, faisant fit de la gravité……
  • 20 h : Compagnie A pas Contés « Ivre Déséquilibre, la Terrasse » 25 mn

Xavier Buffo est fier de présenter Catherine Ringer à l’affiche de son prochain. Confluent d’Art © JPS

  • 17h 15 : La Cie TOUT par TERRE : « Welcome ! (or not) » Jonglerie de comptoir 50 mn : « La journée particulière d’un barman revêche et son unique client confrontés à des situations improbables.». Tour à tour jongleurs fous, musiciens classiques ou rock stars on ne sait jamais qui de l’un ou de l’autre mène le jeu….
  • 18 h O5 : Collectif du Prélude « Avare » d’après Molière A votre bon cœur ! Théâtre. Un classique comme vous ne l’avez jamais vu ! Un exercice plein de grâce et de drôlerie ! 60 mn.
    Mais qui va jouer Harpagon, Cléante, Elise, Marianne… ? Ici, il n’y a plus d’âge ni de genre, les comédiens connaissent tous les rôles… C’est au public de décider.
  • 21 h : Concert du groupe Chelabôm funk/pop.
    Groupe participant à la finale des tremplins organisée par le LAMA et sélectionné par le festival Confluent d’Arts.
  • L’événement de la soirée et du festival avec : un spectacle exceptionnel

    22 h : Compagnie DEABRU BELTZAK avec le spectacle SYMFEUNY.Création 2019 (Bilbao Espagne), dans la cour du château.
    Le mouvement, le rythme et le feu sont la base du travail de la compagnie basque espagnole Deabru Beltzak, avec cette nouvelle création la recherche de la fusion des percussions et des artifices est parfaite. Les effets pyrotechniques viennent sublimer les pulsations des tambours, la cadence du feu et de la musique fait une alchimie spectaculaire.

    Exposition : Sculptures Catherine Lacroix exposera ses œuvres dans la cour du Château. Elle a appris le métier de sculpteur dans la tradition des praticiens du XIX siècle. Sa recherche et sa pratique sont liées à l’identité, au corps, à l’intime, au féminin en quête d’unité.

    Installations et décoration avec la plasticienne Constance Malaquin et les élèves du regroupement pédagogique des écoles St Michel de Fronsac, La Rivière et St Germain de la Rivière, et des écoles de Fronsac et de Lugon dans le cadre du projet culturel « Sur les chemins des arts » porté par la Communauté de Communes du Fronsadais

    Et pour que ce festival soit comme chaque année un succès , il y aura de nombreux Food-Trucks chantant les cuisines du monde, un bar à vins qu’on ne présente plus avec des vins exclusivement de La Rivière, vignerons de la commune associés, aux côtés des vins du Château de La Rivière. ( Rosé, blanc, rouge, Fronsac et Bordeaux.) Pour ceux qui seront sages, il y aura aussi visite des caves souterraines.

    Avec Château de La Rivière : renseignements O5 57 55 56 56 ou sur www.chateau-de-la-riviere.com Informations générales avec l’Office de Tourisme du Fronsadais  

31 Déc

Côté Châteaux vous souhaite une bonne année 20vin !

A l’heure où certains regardent encore dans le rétroviseur les événements de l’année 2019 qui viennent de se passer, Côté Châteaux, qui vous a abreuvé durant tout décembre de rétros en tout genre, tourne la page 2019. Bienvenue à 20vin. Aussi je vous propose de vous projeter déjà sur cette fabuleuse année qui s’annonce. Avec 2 fois 20 ou plutôt vin vin ou 2020, de quoi nous rendre zinzin.

2020 vue par l’artiste bordelaise © .hL

2019 l’année de la teuf, 2020 l’année du vin…C’est bien sûr. Car c’est comme, je vous en parlais hier, Bordeaux Fête le Vin qui revient sur les quais de Bordeaux, après une exceptionnelle édition 2018 où le vingtième anniversaire de l’événement avait été célébré en grandes pompes avec de nombreux voiliers et des vignerons, sur le pont moussaillons…Ce sera l’événement phare dans le Port de la Lune.

Mais avant cela, l’année du vin va débuter dès janvier avec l’opération « la Tournée des Vins de Bordeaux » les 24 et 25 janvier pour la Saint-Vincent:  une mobilisation générale de 1000 vignerons et négociants au contact direct avec les consommateurs chez les cavistes, dans les bars à vins, brasseries, restaurants et dans la grande distribution… Ce n’est pas « Il faut sauver le soldat Bordeaux » mais c’est la mobilisation générale pour renouer avec les fondamentaux, aller chercher les parts de marché par des rencontres, des échanges et des dégustations.

En février, ce sont les Blaye Côtes de Bordeaux qui mouilleront le maillot dans une 50aine de bistrots et restaurants bordelais avec leur traditionnelle opération Blaye au Comptoir. Février, ce sera aussi le 1er salon Vinexpo Paris qui se tiendra en même temps que Wine Paris du 10 au 12 février, un salon qui va être regardé à la loupe, histoire de ne pas se louper.

En mars, il devrait y avoir l’enfouissement des barriques dans le sable landais avec les vins de Tursan, et à Bordeaux le grand salon des Vignerons Indépendants.

Avril sera synonyme de primeurs, la semaine intense est programmée du 30 mars au 2 avril surtout avec les dégustations orchestrées par l’Union des Grands Crus de Bordeaux. Un moment crucial avec un millésime 2019 qui s’annonce plutôt pas mal.

Avril et début mai, c’est aussi la période redoutée des vignerons avec le gel tardif, car ne dit-on pas « Noël au balcon, Pâques au tison ? » Je ne leur souhaite pas car les derniers épisodes de 2019 mais surtout de 2017 avaient refroidi plus d’un vigneron aguerri.

Du 18 au 21 juin, 4 jours festifs attendront les amateurs et connaisseurs sur les quais avec Bordeaux Fête le Vin et ses 1200 vignerons et négociants mobilisés pour la réussite de l’opération.  Il y aura aussi le Saint-Emilion Jazz Festival et sa programmation toujours de qualité, à ne pas manquer du 26 au 28 juin à Saint-Emilion.

Début juillet, le festival Confuent d’Arts au château de la Rivière aura pour invitée vedette Catherine Ringer qui viendra chanter les standards des Rita Mitsouko.

En août, ce sera sans doute le coup d’envoi des vendanges en blancs pour les châteaux les plus précoces, si l’été est relativement chaud. A voir. Ce qui nous amènera tranquillement après les vacances bien mérités des châtelains et de leurs petites mains, à un retour en septembre pour de nouvelles vendanges en rouge et ce fameux millésime 20vin, un millésime que je vous annonce déjà divin, coupant ainsi l’herbe sous le pied de mes amis bordelais qui n’hésiteront pas à vanter le nouveau bébé, comme chaque année…

Allez, je ne vous en dis pas plus, portez vous bien, que votre réveillon soit merveilleux et vos vins divins, n’oubliez pas de les carafer pour des vins plutôt jeunes ou de les décanter pour des vins qui ont de la bouteille (vieux), carpe diem.

Du fond du coeur, je vous présente mes meilleurs pour pour l’année du VIN(GT) !

18 Déc

Charte de riverains en Gironde: vers un nouveau dialogue en janvier…

La Chambre d’Agriculture de la Gironde a commencé des réunions avec les organisations professionnelles, et attendait ce lundi une participation d’associations de riverains, beaucoup manquaient à l’appel. Une nouvelle main est tendue pour le mois de janvier.

La manifestation devant la chambre d’agriculture jeudi dernier © France 3 Aquitaine

C’est un projet de décret, il va viser l’utilisation des produits phytosanitaires avec des distances à respecter. Des chartes doivent être élaborées à partir du 1er janvier et sous un délai de 3 mois, au niveau départemental, par les représentants de la profession agricole pour formaliser la charte d’engagement.

Dès novembre, la chambre d’agriculture a lancé une réflexion avec les professionnels, sans attendre de textes officiels, entre filières et organisations professionnels. Jeudi une première réunion s’est tenue, avec une manifestation de plusieurs associations de lutte contre les pesticides et de riverains qui reprochaient à la chambre d’agriculture d’avoir été tenues à l’écart. Il faut dire aussi que les uns et les autres ne sont pas d’accord sur les distances qui devraient être respectées.

Ce lundi une nouvelle réunion s’est tenue, la Chambre d’agriculture y avait convié cette fois PhytoVictimes, la SEPANSO, Générations Futures, Alerte Pesticides Haute Gironde. Mais la plupart d’entre elles n’y ont pas participé, une nouvelle main tendue, une nouvelle invitation est prévue courant janvier.

16 Déc

Cocorico ! La France a le plaisir d’organiser le concours mondial de sommellerie en 2022

C’est fait ! Notre cher pays a de quoi chanter le chant du coq, puisque nous organiserons en 2022 le concours de meilleur sommelier du monde. De quoi réjouir nos célèbres amis sommeliers au premier rang desquels on trouve Philippe Faure-Brac, le président de l’UDSF et meilleur sommelier du monde 1992 et Serge Dubs autre meilleur sommelier du monde français en 1989.

© UDSF

Mieux qu’aux municipales, la France a été élue ! Elle a été choisie par un vote à bulletins secrets des présidents des associations membres de l’ASI, l’Association de la Sommellerie Internationale. Elle accueillera donc sur son sol béni des dieux, Bacchus en tête, le Concours de Meilleur Sommelier du Monde, du 8 au 13 mai 2022. Dans un peu plus de 2 ans

C‘est un moment de fierté pour notre association  » Philippe Faure-Brac, président de l’UDSF.

« Nous apprécions le vote de confiance de nos pairs en faveur à la fois de nos sommeliers et de la capacité de notre pays à accueillir un concours aussi prestigieux. Bien que notre programme se déroule à Paris, tous les sommeliers de France se joignent à moi pour s’engager à organiser et accueillir cet incroyable événement ».

Voila une nouvelle réjouissante, en espérant qu’un de nos compatriotes puisse à nouveau s’illustrer. Il ne manque pas de talents, mais le dernier en date remonte déjà à quelques années. Nul doute que cette nouvelle aurait fait plaisir aussi à notre ami, le regretté Gérard Basset, meilleur sommelier du monde sous les couleurs de l’Angleterre en 2010.

15 Déc

Côté Châteaux consacre un Numéro Spécial sur le 8e Bordeaux Tasting: les clés du succès de ce village viticole

Bordeaux Tasting vient de fermer ses portes sur un nouveau succès populaire avec 7000 visiteurs. Côté  Châteaux a voulu décrypter ce qui fait le succès depuis 8 ans de ce festival de la dégustation en plein coeur de Bordeaux. Rendez-vous le 23 décembre sur NOA à 20H10 pour ce numéro 12 de Côté Châteaux. Paroles d’amateurs, de connaisseurs, de propriétaires de châteaux et des organisateurs au premier rang desquels se trouve Rodolphe Wartel, directeur de Terre de Vins, qui a lancé ce concept.

PAROLE AUX AMATEURS ET CONNAISSEURS

En un week-end, à la mi-décembre, la place de la Bourse se mue en temple du vin. Et Dieu sait que ce temple est fréquenté, de quoi rendre jaloux d’autres églises en ce bas monde. Pas moins de 7000 visiteurs pour cette 8e édition.

Bordeaux Tasting, c’est une super occasion de découvrir beaucoup de vin, on valide, on adore », Marion

Des retrouvailles our Anne avec Andrea Perrin du château de Chevalier © JPS

On croise à Bordeaux Casting de nombreux jeunes amateurs de vin, des étudiants, mais aussi de jeunes actifs et Anne qui a une anecdote singulière : « Lynch Bages, j’aime ça, mais j’ai été baby-sitter de Carbonnieux dans ma tendre jeunesse et j’aimerais bien goûter leurs vins. »

Lilian Barton du château Léoville-Barton au 8e Bordeaux Tasting © JPS

JEAN-PIERRE MESLIER, L’UN DES PILIERS

Au cours de ce premier reportage sur ces amateurs de vins, vous allez découvrir ce qui motive ces passionnés et surtout les belles rencontres qui leur sont permises de faire, avec Lilian Barton-Sartorius la propriétaire de Léoville-Barton : « tous les ans, on est ravi d’être là, on voit vraiment des amateurs et d’échanger c’est très sympathique. »,

Ou encore Coralie de Boüard la Dame de Boüard, Laurent Cisnéros du château de Rouillac ou encore Jean-Pierre Meslier du château Raymond Lafon.

Jean-Pierre Meslier est présent depuis le début, il va nous expliquer pour ce premier plateau sa régularité. S’il est là c’est parce que son château Raymond Lafon est une pépite, l’un des meilleurs Sauternes, qui possède un grand savoir-faire et un terroir magnifique, juste en face de son auguste voisin le château d’Yquem.

 On savait que ça allait être très important, on est des pionniers, on est heureux d’être là chaque année » Jean-Pierre Meslier château Raymond Lafon.

Regardez Côté Châteaux réalisé par Jean-Pierre Stahl et Sébastien Delalot :

MONTAGNE SAINT-EMILION DANS Jean-Pierre Stahl et Sébastien Delalot SA BULLE

Mis en avant cette année par Terre de Vins, l’appellation satellite de Saint-Emilion, Montagne Saint-Emilion a trouvé sa juste place au centre de la Place de la Bourse, dans une bulle, protégée ainsi de la pluie du samedi, l’occasion pour ces vignerons (200 au total sur 1600 hectares de vigne) de prouver que cette appellation a des atouts et sait se défendre face à sa grande soeur.

Montagne Saint-Emilion est une appellation connue pour la qualité de ses vins, un village qui touche Saint-Emilion et qui a les mêmes caractéristiques cépages et climat. »

BERNARD MAGREZ ET SA VISION DE BORDEAUX

 

Autre pilier de ce Bordeaux Tasting, présent dès la 1ère édition, le pape de l’excellence: Bernard Magrez. Toujours aussi jeune, il continue de posséder 42 châteaux partout dans le monde (10 pays dont la France), dont 4 crus classés à Bordeaux, tous les 4 présents à Bordeaux Tasting. Il va confier à Côté Châteaux l’intérêt qu’il trouve dans ce rendez-vous incontournable et va évoquer la crise et la concurrence farouche que connaît Bordeaux aujourd’hui.

« Il y a un milieu concurrentiel important à mon avis, des vins étrangers qui font de bons vins et la 2e concurrence vient du Languedoc, ils innovent et sortent des cuvées singulières… » Et Bernard Magrez d’inviter Bordeaux à en faire de même et de se tourner vers l’innovation.

DES MASTER CLASSES DE HAUT VOL

Pierre Lurton avec les millésimes de légende (1995 et 1988) d’Yquem dégustés lors de la masterclass © JPS

Ce qui fait le succès aussi de Bordeaux Tasting, ce sont les cours qui y sont prodigués à travers les ateliers de l’Ecole du Vin. Et pour ceux qui sont vraiment connaisseurs ou passionnés, il y a encore une gamme au dessus, les master classes: énormes !

  Angélus avec Stéphanie de Boüard ce dimanche et hier soir Yquem commentée par son PDG Pierre Lurton en personne, et avec des fans de renom Boris Diaw, célèbre basketteur. « On s’est rendu compte à Yquem qu’il y avait des périodes beaucoup plus pures…dûes peut-être à la qualité des gens mais aussi à la climatologie.

Christophe Chateau du CIVB, Boris Diaw basketteur, Pierre Lurton PDG d’Yquem et Rodolphe Wartel de Terre de Vins © JPS

On essaye de produire des millésimes éclatants » Pierre Lurton Pdg d’Yquem.

Deux fabuleux millésimes ont été particulièrement appréciés de l’auditoire qui ne buvait pas que les paroles de Pierre Lurton, le 1995 et le1988.

Chacune de ses interventions étaient bues comme du petit lait, comme celle-ci : « Un jour Bernard Arnault a annoncé à un dîner : Yquem se tourne vers le bio et la biodynamie, et je compte sur Pierre Lurton pour le faire ! » J’ai rétorqué que cela se ferait sans problème puisque ça fait 40 ans qu’on le fait ! »

En 2016,  l’engouement se mesurait sur des dizaines de mètres © JPS

RODOLPHE WARTEL LE MAGICIEN DE BORDEAUX TASTING

3e grand invité de cette émission Côté Châteaux, Rodolphe Wartel le directeur de Terre de Vins qui a lancé cet événement, reproduit à Lyon et à Paris avec les champagnes. Il fait figure de magicien car il a réussi à faire un énorme événement qui rassemble chaque année 7000 à 8000 personnes, sur 6 sites autour de la place de la Bourse.

Rodolphe Wartel, directeur de Terre de Vins en 2015 © JPS

La Magie, ce n’est pas moi, ni mon équipe, ce sont les grands crus de Bordeaux, on ne pouvait pas prédire le succès mais la magie, on la doit d’abord à ces domaines » Rodolphe Wartel, directeur de Terre de Vins.

Chaque année, Bordeaux Tasting a réussi à monter en gamme, partant de la découverte des pépites de Bordeaux, aujourd’hui il faut y ajouter les autres appellation et grands vignobles comme Pomerol, Montagne, les Bios, les champagnes, Cognac, les vins étrangers…

Saskia de Rothschild et Rodolphe Wartel de Terre de Vins au Café de la Bourse © JPS

Et puis chaque année, il y a une nouvelle idée comme le Café de la Bourse, le nouvel endroit où l’on cause, avec de nombreux invités passionnés comme Rémi Lamerat ou Saskia de Rothschild, la trentaine, qui dirige désormais le célèbre château Lafite-Rothschild, succèdant au Baron Eric.

A L’ESPACE SAINT-REMI, LE CHAMPAGNE EST ROI

A deux pas du Palais de la Bourse, Cyril Bleeker maître sommelier, membre de l’UDSF et responsable de CAFA Formations à Bordeaux, nous sert de guide et commente spécialement pour Côté Châteaux les champagnes qui feront le bonheur des amateurs sur les tables de fête. C’est une délégation de 25 grands noms de Champagne qui ont fait le déplacement pour faire découvrir leurs fabuleux champagnes.

A l’Espace Saint-Rémi, le casting champagne à l’aube des fêtes de fin d’année avec les maîtres sommeliers Cyril Blecker

« Ce que j’aime dans le champagne, on observe de nouvelles tendances avec des petits vignerons, qui vont faire des cuvées exclusives avec du 100% pinot meunier ou des cuvées parcellaires, et aussi avec les taux de dosage de sucre moins importants et plus digestes », Cyril Bleecker, Maître Sommelier.

Côté Châteaux vous présente à cette occasion de passer de très bonnes fêtes de fin d’année et de savourer ce numéro spécial Bordeaux Tasting réalisé par Jean-Pierre Stahl et Sébastien Delalot, le 23 décembre prochain sur la chaîne NOA 100% Nouvelle Aquitaine à 20H10 et ci-dessous:

13 Déc

8e Bordeaux Tasting: un village viticole en plein coeur de Bordeaux, samedi et dimanche

Depuis 8 ans, la Place de la Bourse devient à la mi-décembre le centre de la dégustation d’avant les fêtes de fin d’année. Une formule éprouvée et qui plaît énormément, 8000 visiteurs y sont attendus pour déguster avec modération quelques 600 vins. Rendez-vous samedi 14 et dimanche 15 décembre place de la Bourse et dans ses environs. 

La bulle va refaire son grand retour place de la Bourse avec l’AOC Montagne Saint-Emilion© JPS

LES PLUS GRANDS VINS A DEGUSTER

Bordeaux Tasting, c’est un rendez-vous devenu incontournable, une réussite signée Terre de Vins. L’ADN de ce rendez-vous, c’est d’y retrouver les plus grands vins de Bordeaux, mais aussi d’autres régions viticoles en France et à l’étranger,

Pour la première fois on y croisera Château le Puy, Château Dassault, Château Talbot, Château Durfort Vivens, Vignoble de Larose, Château Duhart-Milon …

LE RETOUR DE LA BULLE

La bulle qui accueillait les Extra-Terriens de l’AOC Bordeaux et Bordeaux Supérieur fait son grand retour avec cette fois-ces des pépites de l’AOC Montagne Saint_Emilion pour la première fois.

18 de nos viticulteurs prendront place dans la bulle, les visiteurs pourront échanger avec eux et y déguster notamment du 2016, un millésime très porteur et qui illustre bien notre savoir-faire, mais également peut-être quelques primeurs 2018, » Bruno Marchand président de Montagne Saint-Emilion.

ECOLE DU VIN ET MASTERCLASSES

Les amateurs pourront se familiariser avec les conseils avisés de l’Ecole du Vin toujours présente lors de cet événement, les connaisseurs eux auront réservé depuis de longue date leur place au sein de prestigieuses masterclasses, avec notamment Yquem le samedi après-midi, ou encore Angélus le dimanche.

LES POMEROLS FONT LEUR ENTREE AU PALAIS DE LA BOURSE

On était habitué à les déguster au Gabriel, mais vu que l’établissement acheté par la famille de Bouard est en pleins travaux, les grands vins de Pomerol seront les bienvenus au sein du Palais de la Bourse.

ET TOUJOURS CHAMPAGNE A L’ESPACE SAINT REMI !

L’ancienne church, l’église devenue Espace Saint-Rémi aura un air de fête avant Noël, ce sera l’écrin incontournable pour déguster les champagnes de maisons de vignerons.

LE CAFE DE LA BOURSE, LE DERNIER ENDROIT OU L’ON CAUSE

Un Wine Bar, pour grand public et partenaires, avec des rencontres et interviews, c’est la grande nouveauté aussi cette année, avec :

  • ·  Saskia de Rothschild, avec dégustation, en exclusivité, d’un millésime de long Dai, le vin chinois de Lafite Rothschild
  • ·  Yannick Jauzion, ancien joueur emblématique du XV de France, reconverti dans le vin, pour parler de ses investissements viticoleset Rémi Lamerat, «rugbyman-vigneron»
  • ·  Nicolas Florian, maire de Bordeaux, pour présenter sa politique en faveur du vin
  • ·  Le très rare Jean-Pierre Amoreau et son Château Le Puy pour un débat et une dédicace de son livre « Plus pur que l’eau »
  • ·  Laurent Dassault,du groupe international à la passion du vin

Alors bon Bordeaux Tasting à tous. Côté châteaux y sera aussi et notamment avec une émission spéciale Côté Châteaux sur NOA diffusée à partir du 23 décembre. Carpe Diem.

05 Déc

Fallait pas les inviter…vous risquez de vous y attacher : 10e opération « j’irai déguster chez vous » à Lille

Attention ils débarquent dans vos apparts et maisons… Qui ça, quoi ça ? Les Castillon Côtes de Bordeaux. Vendredi 6 et samedi 7 décembre, 2 vignerons de l’appellation vont venir vous faire découvrir leur production et échanger avec vous et vos amis. Un succès dingue !!!

Florence Lavau du château Tuque Bel-Air et Yann Todeschini de La Brande en décembre dernier à Bordeaux © JPS

C’est un peu comme un couple d’inséparables, un couple vous dis-je:  une vigneronne et un vigneron qui arrivent (presque à l’improviste, non je rigole il faut s’être inscrit avant…) chez vous pour vous faire découvrir gratuitement leurs vins.

Au préalable, vous aurez invité votre famille ou vos amis pour une bonne soirée en perspective, à 8 et jusqu’à 15 personnes… Et au moment de l’apéro (12h, 18h30 ou 20h), vous allez recevoir la visite de deux vignerons de Castillon, qui vont tout vous expliquer sur l’appellation, le terroir de Castillon et les vins qu’ils produisent. Chacun aura apporté deux millésimes de son château, et vous aurez préparé de quoi grignoter un peu, des planches de charcuterie et de fromages par exemple…

Pour cette 10e opération dont le succès à Paris, Bordeaux, Rennes et Lille, ne s’est jamais démenti, mais bien au contraire a connu un engouement de plus en plus important, plus de 5600 personnes ont déjà été rencontrées et 274 dégustations réalisées chez les particuliers.

C’est une façon atypique de faire découvrir les vins et le terroir de Castillon Côtes de Bordeaux. Issus du même plateau calcaire que Saint Emilion, c’est le vignoble le plus bio de Bordeaux », Yannick Sabaté, président de Castillon Côtes de Bordeaux.

En attendant ce fameux week-end à Lille, et un ch’ti succès déjà annoncé, les Castillon sont fiers d’annoncer un prochain et le 1er rendez vous « j’irai déguster chez vous » à Bruxelles en 2020.

Pour en savoir plus : www.jiraidegusterchezvous.fr et restez connectés avec le hastag #achacunsoncastillon

Quand Pessac-Léognan fait son show : portes ouvertes ce week-end dans les châteaux !

Samedi 7 et Dimanche 8 décembre, ce sont les traditionnelles portes ouvertes dans 34 châteaux de Pessac-Léognan. L’occasion de rencontrer les propriétaires, les vignerons et de déguster leur vin…De 10h à 18h.

Attention, il va y avoir du monde… A chaque premier week-end de décembre, l’opération portes-ouvertes en Pessac-Léognan engrange succès sur succès. Le bouche à oreille y est sans doute pour quelque chose, car ce sont vraiment des visites et des dîners de qualité qui sont proposés aux amateurs de vin et de gastronomie.

De nombreux visiteurs en général au château de Rouillac durant ce week-end © JPS

Cette année, 34 châteaux participent à ces 2 journées Portes Ouvertes et proposent outre des visites, des dégustations, des balades, parfois des shows ou animations.

Parmi ces châteaux, 12 proposent comme de l’accoutumée des dîners dégustations, qui sont très prisés le samedi soir du 7 décembre, ils affichent d’ailleurs tous complets.

Le chai à barriques de château Seguin à Canéjan © JPS

Ces journées portes ouvertes sont aussi l’occasion pour les connaisseurs et amateurs de non seulement refaire leur cave avant les repas de fêtes de fin d’année, pour la consommation aussi annuelle ou encore pour acheter des vins de garde ou alimenter le fond de roulement de leur cave.

C’est aussi la possibilité de faire des cadeaux originaux pour la famille ou les amis à Noël ou Nouvel An. Carpe Diem.

Portes Ouvertes dans 34 châteaux de l’appellation Pessac-Léognan dont voici la liste :