13 Jan

Michel Ohayon lance le 1er centre oenotouristique d’Europe depuis les anciennes casernes de Libourne

C’est un projet d’envergure, quasi-pharaonique, qui se dessine à l’emplacement de l’ESOG, l’ancienne école de sous-officiers de la gendarmerie qui a fermé ses portes en 2009. Depuis la mairie de Libourne avait espéré relancer une activité jusqu’à l’arrivée en 2019 de Michel Ohayon. Celui-ci souhaite faire de ces 6 hectares et 14 bâtiments un complexe totalement repensé, tout en gardant les anciennes casernes, pour en faire le 1er centre oenotouristique d’Europe où l’on va trouver « la plus grande cave mondiale, le grenier du vin mondial », sans compter une offre de prêt-à-porter de luxe et un hôtel 5 étoiles, comme l’Intercontinental de Bordeaux.

Le projet de centre oenotouristique avec une reconversion des casernes de Libourne par © Michel Ohayon et Michel Pétuaud-Létang

C’est un projet qui décoiffe, en ces temps de paralysie et de pandémie covidaire… « Osons ! », aurait dit en son temps, Jean-Pierre Elkabbach. Eh bien Michel Ohayon, y croit et se lance avec de très nombreux partenaires dans un projet grandiose qui risque de faire passer Bordeaux désormais pour le « petit poucet », face à Libourne qui pourrait devenir l’ogre oenotouristique !

Michel Pétuaud-Létang, Michel Ohayon, Philippe Buisson et Jean-Philippe Le Gal © JPS

C’était cet après-midi un show que nous offraient Michel Ohayon, et Philippe Buisson depuis la salle des mariages de la Mairie de Libourne, avec la présence également de l’architecte bordelais Michel Pétuaud-Létang et Jean-Philippe Le Gal adjoint au maire en charge des casernes. La découverte de ce que Michel Ohayon dépeint comme « le 1er centre oenotouristique d’Europe »:

Michel Ohayon © JPS

Ce sera la plus grande cave mondiale, le grenier du vin mondial, et à côté de cela vous aurez toute une offre de mode très forte, des équipements de la personne, dans le luxe à prix très accessible, on va aussi dupliquer le grand hôtel intercontinental de Bordeaux ici au milieu des vignes, d’ailleurs le bâtiment a des similitudes assez fraternelles avec ce bâtiment », Michel Ohayon

La conférence de presse « historique » à 14h depuis l’Hôtel de Ville de Libourne © JPS

Le projet est assez dantesque, d’ailleurs Michel Ohayon décrit dans son exposé « 2 bâtiments de plus de 120 mètres de long » que sont l’aile des soldats et le manège, perpendiculaires au Pavillon des Officiers. Ces casernes, que nous avons revisitées ce matin, font intimement partie de l’Histoire de Libourne, construites à partir de 1766 sous Louis XV et jusqu’en 1877, sous la IIIe République.

Jean-Philippe Le Gal,  adjoint au projet urbain de la ville de Libourne et aux casernes © JPS

Nous sommes sur un site patrimonial fermé depuis 2009 de 6 ha avec 31000 m2 de bâtiments en plein centre ville,  c’est un lieu vivant patrimonial auquel les libournais sont attachés et donc nous souhaitons le faire revivre et en faire un centre d’attractivité de Libourne », Jean-Philippe Le Gal

 Même si le projet n’est « pas encore abouti » comme le précise Philippe Buisson, il est déjà pas mal avancé, une vidéo immersive a d’ailleurs été projetée cet après-midi à la presse. Fini donc le « dossier fantôme de l’ESOG », bonjour au temple de l’oenotourisme souhaité par Michel Ohayon qui va donner sa propre vision de ce qu’est l’oenotourisme, un terme qu’il n’aime pas forcément, mais qui sera redéfini par ce complexe touristique, commercial et multi-culturel… Car qu’on ne s’y trompe pas Michel Ohayon  mise avant tout sur une rencontre d’hommes, avec « Philippe Buisson et son dynamisme qui m’encouragent et me donnent envie de faire », épaulé aussi par son ami architecte Michel Pétuaud-Létang.

« Ecrire un rêve nécessite beaucoup de contraintes », fort de ce constat et du respect des casernes existantes, il y aura aussi de nouveaux bâtiments et également un décaissement pour permettre d’envisager des déambulations sur plusieurs niveaux avec plusieurs chemins d’accès à tous ces commerces de vin, de bouche et d’habillement…

L’ancien manège à chevaux deviendra-t-il une gigantesque cave ? © JPS

« Le site vient en numéro 2, même si tout le monde dit toujours l’emplacement, l’emplacement »...continue Michel Ohayon qui reconnaît que « si cela n’avait été qu’un projet hôtelier, je reconnais que je ne l’aurais pas fait…La nous avons près de 7 ha en coeur de ville, avec une architecture remarquable, une alliance, une alchimie entre le minéral et le végétal… »

Il y a peu d’individus en France qui peuvent porter un tel projet avec une telle crédibilité et incontestablement Michel Ohayon en est un, en plus c’est un acteur girondin, un grand hôtelier bordelais et un viticulteur libournais…C’est l’histoire d’une rencontre comme il l’a dit d’hommes mais aussi d’un lieu, il a flashé », Philippe Buisson Maire de Libourne

D’autant comme le précise Michel Ohayon que Libourne est doté d’infrastructures qui emportent la mise aussi avec « une gare, un port, des infrastructures autoroutières » non loin. Et puis comme il dit « Libourne est au coeur de la bourgeoisie bordelaise qui fait notre blason, au coeur du vignoble connu mondialement Saint-Emilion, Pomerol, Bordeaux, près des plages océanes, avec un patrimoine exceptionnel ». Bref un cocktail ou un nectar qui devrait attirer l’abeille ou plutôt le touriste. Allez soyons fou, on a parlé peut-être de plusieurs millions qui pourraient venir jusque là. Il faut dire que Michel Ohayon dispose aussi de très nombreux partenaires 150 avancés dont les groupe LVMH ou Kéring qui seront de la partie.

Le Pavillon des Officiers ○ JPS

« L’idée, c’est de faire un endroit où près de 150 marchands vont présenter dans un décor de pierre, de bois, moyenageux ou futuriste, quelque chose d’exceptionnel, l’écrin sera sublime ! » En prime, Michel Ohayon compte également créer ici un musée automobile pour des vieux bolides des années 30 à 60, , un centre d’art contemporain et un lieu dédié à la brocante, des activités qui se complètent bien et plaisent aux amateurs de vin.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Jean-Michel Litvine, montage Robin Nouvelle: 

23 Déc

35e salon des Vins de Loire: un salon reporté aux 11 et 12 avril 2021

On croise les doigts mais le salon des Vins de Loire devrait se tenir au Printemps, si la crise épidémique de coronavirus s’améliore d’ici là. 350 exposants y sont attendus, le flux de fréquentation sera sans doute bien géré, les organisateurs tablent sur 10 000 visiteurs sur ce week-end.

Ce sera un temps fort pour la filière viticole des vins de Loire qui espère se relancer et relancer ces salons qui ont tant fait défaut en 2020. Un salon qui se tiendra non pas fin janvier mais en avril, dans respect des protocoles imposés aux établissements accueillant du public avec le Parc des Expositions d’Angers. Il s’agit de continuer d’occuper le terrain commercial après une année 2020 très impacté par les annulations à répétition des salons et autres événements dans le monde du vin.

« Le Salon Saint-Jean, regroupé aux côtés du Salon des Vins de Loire, de la Levée de la Loire et du Salon Demeter s’unissent et occuperont toute la surface du Parc des Expositions. Si chacun de ces événements gardera son organisation et sa propre identité durant ces deux journées d’accueil des professionnels, c’est bien un dispositif sanitaire global et renforcé qui permettra d’accueillir exposants et visiteurs en toute sécurité » Eric Grelier, Président du Salon des Vins de Loire.

13 Déc

Côté Châteaux n°19 : un magazine spécial crise du coronavirus et monde du vin

Avec Noël et Nouvel An, décembre est traditionnellement synonyme de fêtes. Mais cette année, décembre se ressent comme l’achèvement d’une année 2020 particulièrement difficile avec cette pandémie de coronavirus qui elle n’est pas encore arrêtée. Fort de ce ressentiment, Côté Châteaux a décidé de vous proposer un tour d’horizon des professionnels du monde du vin qui ont été touchés par cette crise de méventes tant en France qu’à l’étranger. Un magazine de 22 minutes réalisé par Jean-Pierre Stahl et Sébastien Delalot à voir lundi 14 décembre à 20h15 sur France 3 NOA

Guillaume Gresta ou le symbole des bars à vins fermés durant ces confinements © JPS

Ils sont ainsi vignerons, cavistes, restaurateurs, négociants, ou encore gérants de bars à vins, tous ont été impacté à des degrés divers par la covid-19, directement ou indirectement, avec des commandes parfois à l’arrêt et la fermeture de leur établissement. Certains souffrent terriblement, d’autres vont sans doute réussir à surmonter cette crise, mais au prix d’adaptations, d’ajustements, de licenciements parfois. 62 000 faillites d’entreprises pourraient intervenir en France en 2021, tous secteurs confondus.

Benoît-Manuel Trocard est allé chercher les clients chez eux… en livrant à domicile dès le 1er confinement © JPS

Ainsi pour le 1er reportage de ce magazine, j’ai suivi Benoît Manuel Trocard, vigneron à Fronsac, qui a décidé dès le 1er confinement de miser sur la livraison à domicile sur la région bordelaise, pour s’en sortir, « une question de survie » comme il dit, pour continuer à vivre de son travail, car il a cette passion chevillée au corps étant issu d’une très vieille famille bordelaise les Trocard, vignerons depuis 1628. Un joli challenge, où chaque semaine, lui ou sa collègue sillonne l’agglomération pour apporter sur le pas de la porte les cartons de 6 bouteilles aux clients, avec les règles sanitaires de distanciation et muni de son gel hydro alcoolique. Un bel instant de partage et une démonstration que le mental est plus fort que tout en ces périodes où les commandes ont chuté pour bon nombre de producteurs de la région de Bordeaux et d’ailleurs aussi.

Jacques Lurton au château Bonnet, c’est d’ici que partent les livraisons pour les particuliers © JPS

Pour le 1er entretien, nous sommes allés à la rencontre de Jacques Lurton, président des vignobles André Lurton, qui avec 300 hectares de vignes en Entre-deux-Mers et 600 au total, s’est lui-même adapté à cette crise de marché. Premier constat, la grande distribution a été plutôt un marché porteur car les super et hypermarchés sont toujours restés ouverts, les vins de la famille ont aussi réussi à l’export à limiter la casse, mais il y a eu comme pour tous les viticulteurs une baisse conséquente des commandes par toute la filière HCR, les hôtels, cafés et restaurants qui ont été fermés pendant 5 mois de l’année 2020 et ce n’est pas fini.

Le nouveau site-boutique en ligne lancé fin juin par les vignobles André Luton © JPS

Les vignobles André Lurton ont décidé au terme du 1er confinement de lancer une boutique en ligne, alors que précédemment ils vendaient mais par le biais de sites de vente en ligne traditionnels. C’est ainsi que cette boutique en ligne a vu le jour au début de l’été dernier, permettant ainsi aux clients en France de se fournir en direct via ce site, une mini-révolution en somme…profitant d’offres aussi pour être compétitifs.

Un grand vide avec cette clientèle désespérément absente au bar à vins du CIVB

Parmi les secteurs qui ont payé un lourd tribu, celui des bars et de la restauration. A Bordeaux, on en compte plusieurs centaines qui sont bien impactés par ces fermetures à répétition. Parmi eux, un emblème en plein coeur du triangle d’or, le bar à vins du CIVB, géré par Guillaume Gresta. Un moment poignant partagé avec lui dans ce lieu qui respirait jusqu’ici la joie de vivre et la découverte par les amateurs de vin et les touristes qui fréquentaient assidument l’endroit à l’heure de l’apéro…

Guillaume Gresta directeur du bar à vins et Christophe Chateau, directeur communication CIVB © JPS

Aujourd’hui, ce lieu mythique est totalement vide avec des employés mis au chômage partiel. Sur l’année ce sera entre 60 et 70% de moins de fréquentation, 50 à 60000 clients en moins. Une fermeture qui va encore durer, on parlerait d’une réouverture des bars qu’au 1er février.  Un coup dur alors que l’établissement avait redonné un coup de neuf et avait totalement changé le mobilier. A travers ce focus, Christophe Chateau pour le CIVB reviendra sur l’impact de ces fermetures et de la conjonction de différents facteurs qui ont touché la filière durant cette année avec la taxe Trump aux USA, les difficultés en Chine, le Brexit en prime de la crise du coronavirus.

Le chef du Bistro du Sommelier préparant les plats à emporter fin novembre © JPS

Petit arrêt au Bistro du Sommelier, un endroit traditionnellement couru des amateurs de vin et de gastronomie tenu depuis près de 35 ans par Hervé Valverde, sommelier qui avait commencé sa carrière chez Dubern ou encore à l’Elysée du temps du président Giscard Destaing.

Hervé Valverde, patron du Bistro du Sommelier © JPS

Il nous reçoit juste après avoir lancé la vente à emporter, un nouveau challenge pour lui et son chef Christophe Richard, mais néanmoins beaucoup d’investissements humains pour finalement une formule pas si rentable. Il va se livrer sans détour sur cette crise qui touche de plein fouet tous les restaurateurs. Ce lundi est prévue une manifestation à Paris de ces professionnels qui réclament la réouverture de tous ces établissements qui se meurent à petit feu, d’autant que le ministre de l’économie Bruno Lemaire ne voit pas de réouverture avant le 20 janvier…

Il nous reçoit au lendemain de la déclaration du Président Macron qui a annoncé des mesures de compensations financières : « Tous les bâtiments qui resteront fermés administrativement se verront verser 20% de leur chiffre d’affaires si cette aide est plus avantageuse que les 10 000 euros versés dans le cadre du fonds de solidarité. Cette aide exceptionnelle sera maintenue jusqu’au 20 janvier ». Des aides qui sont certes bienvenues mais souvent en deçà des charges très importantes qui pèsent sur toutes ces entreprises, comme nous l’explique encore Hervé Valerde.

Thomas Noël, caviste du Wine Shop à Fronsac, en octobre dernier © JPS

Le dernier portrait de ce magazine vous amène à faire connaissance avec Thomas Noël, un caviste qui tient depuis un an et demi le Wine Shop à Fronsac avec son épouse Alexandra. Lui aussi a été impacté car traditionnellement il avait une belle clientèle de touristes. Autant dire durant le 1er confinement, cela a été plutôt difficile, après durant l’été il a pu voir revenir les touristes et a pu compter fort heureusement sur une sacrée clientèle d’habitués et notamment du monde du vin qui sait apprécier chez lui des flacons de vignerons, souvent sur allocations.

Un instant privilégié où vous allez toucher de près la passion qui l’anime, son franc parler, sa bonhommie et son envie de partage. Il va aussi raconter son histoire de son autre boutique la Maison des Millésimes à Paris qui se situe boulevard Saint Germain et qui a été radicalement touchée par l’absence de touristes étrangers dans la capitale, une cave qu’il compte relancer en la revoyant de fond en comble selon le même modèle qu’il a créé à Fronsac et l’appeler le Wine Shop Paris.

La Vinothèque s’est adapté aux nouvelles formes de consommation © JPS

Enfin, nous terminerons ce numéro spécial par une rencontre tout aussi intéressante avec Robert Cottin, PDG de la Maison Dubos et de la Vinothèque de Bordeaux. Il nous raconte ce coup d’arrêt durant le 1er confinement où la Vinothèque est restée fermée, pour jouer le jeu de combattre la propagation du virus. Vinothèque qui s’est adaptée pour le second en restant ouverte avec des horaires moins étendus que d’ordinaire, avec aussi un système de livraison à vélo Delivino, mais aussi un drive en passant commande par téléphone ou en click and collect en passant commande sur le site. Noémie Lavigne à ses côtés, la directrice de la Vinothèque, nous explique fort heureusement que le site a été pour eux un lien toujours très vivant avec la clientèle qui a eu tendance à commander via internet. Une Vinothèque qui a vu durant cette période de morosité sa fréquentation certes baisser mais qui elle n’a pas baissé les bras et a décidé de s’adapter à ces nouvelles formes de consommation et avec une Vinothèque renouvelée dès janvier.

Noémie Lavigne et Robert Cottin souhaitant de bonnes fêtes de fin d’année © JPS

Un Côté Châteaux qui n’oubliera pas de souhaiter avec Robert Cottin et Noémie Lavigne à ses téléspectateurs et fidèles followers du web de passer de bonnes fêtes de fin d’année, en dégustant une bouteille d’un 1er cru classé de Sauternes, Rabaud Promis qui a su aussi innover, avec les larmes de Rabaud, pour conquérir une nouvelle clientèle, notamment de jeunes ou féminine, avec un vin plus facile à déguster à l’apéritif que parfois un Sauternes traditionnel.

Carpe Diem et passez de joyeuses fêtes de fin d’année.

Côté Châteaux n°19 spécial coronavirus et monde du vin, ce lundi 14 décembre à 20H15 sur France 3 NOA (sur les box Free 326, SFR 455, Bouygues 337, Orange 339, ou sur internet France 3 NOA en direct): réalisé par Jean-Pierre Stahl et Sébastien Delalot: 

12 Déc

Journées Portes Ouvertes ce week-end à Sauternes

Samedi 12 et dimanche 13 décembre, de nombreux châteaux de Sauternes ouvrent leurs portes pour accueillir ce week-end en Sauternes et Barsac. Histoire de vous approvisionner avant les fêtes. Ce sont ainsi près de 50 châteaux qui vous accueillent dont 15 Grands Crus Classés 1855. 

Samedi, dimanche, vous allez pouvoir vous ressourcer dans cet endroit magique où coule le Ciron qui apporte ces brouillards qui favorisent la formation du botrytis, cette pourriture noble sans laquelle il n’y aurait pas de vin liquoreux.

5 villages de l’appellation Sauternes et Barsac vous attendent avec les hommes et les femmes qui produisent ces liquoreux d’exception. Si vous souhaitez compléter votre cave, faire des achats de vin pour célébrer comme il se doit les fêtes ou tout simplement pour offrir.

Lire ou relire  Côté Châteaux n°11: Sauternes et sa magie du botrytis

Voir ou revoir: 

Voici les châteaux participants :

BARSAC 

1 / Château CAILLOU (9, caillou – 33720 BARSAC 05 56 27 16 38 – 06 03 75 04 27

2 / Château d’ANNA 16, rue Barrau – 33720 BARSAC 06 49 26 35 98

3 / Château de MYRAT 1, Myrat Sud – 33720 BARSAC 05 56 27 09 06

4 / Château DOISY-DAËNE 15, Gravas – 33720 BARSAC 05 56 62 96 99

5 / Château DOISY-VEDRINES 1, Védrines – 33720 BARSAC 05 56 27 15 13

6/ Château DUDON 1, lieu dit Dudon 33720 BARSAC 05 56 27 29 38

7 / Château GRAVAS 6, lieu dit Gravas – 33720 BARSAC 06 83 12 03 27

8 / Château GUITERONDE Lieu-dit Guiteronde – 33720 BARSAC 06 63 12 66 82

9 / Château JANY 27 rue de la Gare – 33720 BARSAC 05 56 27 03 26 – 06 61 91 61 76

10 / Château LA BOUADE 4, Impasse la bouade – 33720 BARSAC 05 56 27 30 53

11 / Château LA CLOTTE CAZALIS La Clotte – 33720 BARSAC 06 87 20 03 34

12 / Château LIOT Liot – 33720 BARSAC 05 56 27 15 31

13 / Château MASSEREAU La Pachère – 33720 BARSAC 06 32 15 14 04

14 / Château MONT-JOYE Miaille – 33720 BARSAC 06 08 69 35 41

15 / Château PIADA EARL Château PIADA n°1 – 33720 BARSAC 06 12 95 63 77 – 06 78 33 35 58

16 / Château ROUMIEU Lapinesse – 33720 BARSAC 05 56 27 21 01

17 / Château SIMON 7, Simon – 33720 BARSAC 05 56 27 15 35 – 06 38 68 58 14

18 / SCEA VIGNOBLES DU HAYOT ANDOYSE 33720 BARSAC 05 56 27 15 37

19 / Château VILLEFRANCHE Château Villefranche – 33720 BARSAC 06 32 91 19 06 – 06 81 01 18 82

20 / Maison des Vins de Barsac 2, rue du Onze Novembre 1918 – 33720 BARSAC 06 38 47 68 78

BOMMES

21 / Domaine de CARBONNIEU 6, les Chons – 33210 BOMMES 05 56 76 64 48

23 / Château LA TOUR BLANCHE 33210 BOMMES 05 57 98 02 73

24 / Château LAFAURIE-PEYRAGUEY Lieu dit Peyraguey – 33210 BOMMES 05 24 22 80 11 – 06 70 17 92 20

25 / Château LAMOURETTE 4, la Mourette – 33210 BOMMES 06 89 85 67 17

26 / Château RAYNE-VIGNEAU 4, le Vigneau – 33210 BOMMES 05 56 76 64 05

27 / Château SIGALAS RABAUD Sigalas Rabaud – 33210 BOMMES 05 57 31 07 45

28 / Domaine de LA GAUCHE 1 lieu dit La Gauche – 33210 BOMMES 05 56 62 01 13

29 / Domaine de PISTOULET 7, Augey Ouest – 33210 BOMMES 05 56 76 66 75 – 06 73 53 02 12

CERONS

30 / Cave VIGNERONS de TUTIAC 12, Expert-Nord – 33720CERONS Eric Pothiers 06 30 80 39 67 Chrystelle Venancy 06 89 70 08 26

PREIGNAC

32 / Château BASTOR LAMONTAGNE Domaine de Lamontagne 33210 PREIGNAC 05 56 63 27 66

33 / Château BRIATTE VIGNOBLES ROUDES 3, la carotte – 33210 PREIGNAC 05 56 63 00 54

34 / Château CLOS LE COMTE 2, chemin de Jeanton – 33210 PREIGNAC 06 16 80 45 25

36 / Château d’ARMANJAN DES ORMES 33210 PREIGNAC 05 56 62 35 78

37 / Château HAUT-BERGERON 3, Piquey – 33210 PREIGNAC 05 56 63 24 76

38 / Château HAUT-MAYNE 5, lieu dit le Mayne 33210 PREIGNAC 06 81 38 51 54

39 / Château PIERRIE SAINTE MAXIME 15, Quartier Couite 33210 PREIGNAC 06 07 37 01 43

41 / Château VOIGNY Vignobles BON 70, rue de la République 33210 PREIGNAC 06 78 51 84 55

 

SAUTERNES

42 / Château d’ARCHE Lieu dit Arche – 33210 SAUTERNES 05 56 76 67 67

43 / Château FILHOT 33210 SAUTERNES 05 56 76 61 09

44 / Château GUIRAUD 33210 SAUTERNES 05 56 76 61 01

45 / Château LAFON 1, Tretin 33210 SAUTERNES 06 80 00 53 94

46 / Château LAMOTHE 3, Lamothe – 33210 SAUTERNES 05 56 76 67 89 – 06 70 29 09 91

47 / Château LAMOTHE-GUIGNARD 2, Lamothe Ouest 33210 SAUTERNES 05 56 76 60 28

49 / Maison du SAUTERNES 14, place de la Mairie 33210 SAUTERNES 05 56 76 69 83

50 / LA MAISON DU VIGNERON 2, rue principale – 33210 SAUTERNES 06 84 08 19 52

05 Déc

Portes Ouvertes durant 3 week-ends de décembre en Pessac-Léognan

Les 5/6, 12/13 et 19/20 décembre, 34 châteaux de Pessac-Léognan vous accueillent pour préparer avec vous vos fêtes de fin d’année. Une idée originale de découvrir les domaines et d’acheter quelques pépites à déguster en famille ou entre amis.

Le château Haut-Bailly ouvert – ici en septembre dernier © JPS

Habituellement les châteaux de Pessac-Léognan ouvrent leurs portes le 1er week-end de décembre, mais là vue la conjoncture liée au covid-19 et aux méventes que ces châteaux ont subies durant ces périodes de confinement où les bars et restaurants étaient fermés et donc n’étaient pas à l’achat, le syndicat viticole de Pessac-Léognan a décidé d’organiser non pas un mais 3 week-ends de portes ouvertes : ce week-end des 5/6, amis aussi les 2 suivants les 12/13 et 19/20 décembre. C’est aussi et surtout pour étaler les flux car ce type de week-end est d’habitude très fréquenté selon Philbert Perrin président du Syndicat Viticole de Pessac-Léognan qui se souvient que l’an dernier Carbonnieux par exemple avait reçu 5000 personnes, cette année ce sera nettement moins:

Ce sont des Portes Ouvertes révisées, sur 3 week-ends, pour étaler les flux. 34 châteaux sont ouverts et non des moindres comme Smith Haut Lafitte, Haut-Bailly, Latour-Martillac, La Louvière ou encore Carbonnieux » Philbert Perrin président du Syndicat Viticole de Pessac-Léognan.

 

Ce sont donc 34 châteaux qui sont sur le pont durant ces 6 jours pour permettre aux amateurs de vins de préparer leurs cadeaux et repas de Noël et de Nouvel An. « Nous ne proposons pas de visite de chais, mais les boutiques sont ouvertes, et on peut échanger et parler de nos métiers ». Il n’y aura que quelques rares dégustations, certains châteaux n’en font pas, d’autres quelques-unes selon un protocole très strict.

Au moins ces portes ouvertes ont le mérite d’existe, ce alors même que le confinement n’est pas encore levé (le 15 décembre), toutefois ces châteaux répondent à la réglementation comme tout commerce qui a pu réouvrir depuis une semaine. Tout se fera bien sûr dans le respect des règles d’hygiène liées à l’épidémie actuelle de coronavirus.Tout

La liste des châteaux ouvert est ici

30 Nov

Vinitech-Sifel, du 1er au 3 décembre en mode « virtual »

C’est une première, si l’épidémie de coronavirus empêche la tenue physique du fameux salon sur les technologies et la présentation des derniers matériels pour la viticulture, l’arboriculture et la culture maraîchère, ce salon va malgré tout se tenir de manière connectée.

Un Vinitech-Sifel Virtual, qui a le mérite d’exister dans ce contexte si particulier © Marie-Sol Fournier

C’est un salon 100% digital qui va se tenir sur 3 jours à partir de demain. Un salon pas comme les autres, tant il est vrai qu’habituellement plus de 800 exposants envahissent les halls 1 et 3 du Parc des Expositions de Bordeaux. Là il devraient y avoir malgré tout 150 exposants inscrits en mode virtuel…Les professionnels devraient malgré cette absence physique pouvoir rencontrer via la toile fournisseurs et distributeurs dans le cadre d’un « Pavillon Digital ». « La virtualisation   constitue aujourd’hui un nouvel outil au service de la rencontre professionnelle. La crise que nous traversons, nous amène à reconsidérer les modèles et à se réinventer pour une reprise à la hauteur des enjeux économique et innovants », précise Delphien Demade directrice de salons.

Vintech-Sifel Virtual va nous permettre de connecter nos publics entre eux, de donner leur moyen de réaliser des affaires, de communiquer, de continuer à s’informer, se former et de nous ouvrir à des publics qui ne se seraient pas déplacés notamment de l’international… »  Delphine Demade.

Et de poursuivre : « Il s’agit là de répondre dans un instant T à un contexte inédit et non de remplacer. Nous nous retrouverons en physique en 2022, du 29 novembre au 1er décembre, pour la prochaine édition de Vinitech-Sifel »

« A partir de demain, nous aurons des démonstration en « live » de matériel, ce sont des démonstrations virtuelles », commente Marie-Sol Fournier. « Ce qui est intéressant, c’est qu’on a 150 exposants, des exposants internationaux et des nouveaux aussi. On a voulu ainsi accompagner les entreprises qui n’ont pas eu de rendez-vous de toute l’année. On donne ainsi à de l’information dans le monde entier, grâce à de la vidéo. C’est un événement hybride qui sera intégré aussi dans l’événement physique » à l’avenir aussi.

Ce sont donc 23 conférences, 3 colloques, 19 forums qui vont se tenir avec 175 intervenants, avec également 30 pichs lives exposants.

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site www.vinitech-sifel.com 

29 Nov

Loupiac et Foie Gras : une édition en mode drive particulière mais bien maintenue

Les Journées Loupiac et Foie Gras sont organisées ce week-end dans un format particulier, avec un respect strict des règles sanitaires. 18 châteaux sont sur le pont pour recevoir en mode marché et  drive.

C’est un événement traditionnel à un mois de Noël et Nouvel An, ces fêtes de fin d’année tant attendues des familles et amis. Mais cette année, cet événement comme bon nombre est quelque peu bousculé, crise du coronavirus oblige. Les Journées Gourmandes Loupiac et Foie Gras se déroulent ce week-end dans un format particulier : de 10h à 19h, un marché gourmand et un « retrait en drive » dans les jardins des 18 châteaux de Loupiac participant à l’opération.

Sur place, les producteurs vendront donc ces produits alimentaires de première nécessité, à base de foie gras et de magrets de canard, et les fameux vins liquoreux de l’appellation. Les Girondins devront avoir sur eux deux formulaires, leur attestation de déplacement pour l’achat de ces produits alimentaires et un formulaire de pré-commande justifiant d’un achat préalable sur le site drive fermier ici : http://www.vins-loupiac.com/category/actualites/

28 Nov

Fondation Bergonié : une vente aux enchères caritative de 117 lots de vins et séjours oenotouristiques, prévue le 17 décembre

Juste avant les fêtes de Noël, voici une idée originale que vous soumet en exclu Côté Châteaux: offrez donc un lot de vin au profit d’une oeuvre caritative, la Fondation Bergonié; vous pourrez acquérir ainsi un grand flacon, une caisse de vin, ou un séjour dans le vignoble, ou tout simplement faites vous plaisir en participant à cette vente aux enchères qui ira au profit de la Fondation Bergonié, adossée au centre de lutte contre le cancer de Nouvelle-Aquitaine.

La Fondation Bergonié, vous connaissez ? C’est cette fondation créée il y a une dizaine d’année par Josy Reiffers, directeur de l’Institut Bergonié, aujourd’hui disparu. Elle est adossée au centre de lutte contre le cancer de Nouvelle-Aquitaine, il en existe 18 en France de ce type dont le plus connu est l’Institut Curie à Paris. Bergonié est un centre qui soigne bien sûr le cancer et prend en charge des cas compliqués pour essayer de donner davantage de chances de survie.

Régulièrement une quarantaine d’entreprises soutenaient la Fondation Bergonié mais ces derniers temps ont été plus difficile comme me l’explique Marina Mas, directrice de la Fondation Bergonié : « l’idée, c’est d’essayer de mettre en place une nouvelle mécanique pour lever des fonds dans un contexte où certaines entreprises sont très touchées, notamment dans l’événementiel ». L’an dernier, la Fondation avait pu organiser  son traditionnel dîner de gala avec le chef Michel Guérard et organiser une petite vente aux enchères durant le dîner d’une vingtaine de lots de vin, là ce n’a pas été possible. Aussi pour pallier cette absence, la Fondation a contacté une centaine de châteaux qui a répondu présent et offert une ou des bouteilles ou séjours oenotouristiques en vue de cette vente caritative.

Ainsi seront proposés à la vente un magnum de Pétrus 2009, 6 bouteilles de Pavie pour chacun des millésimes 2010,2012 et 2016, un magnum de Cheval Blanc en 2011, un magnum d’Angélus 2012, 6 bouteilles de château Latour, un magnum de Lafite-Rothschild 2009, un double magnum d’Yquem 2010 ou encore 6 magnums de Lafon-Rochet 2009…

Cette vente devrait permettre à la Fondation de réaliser ses objectifs dans l’accompagnement des patients en amont et en aval de la maladie, l’acquisition de nouvelles technologies et de matériels de pointe, et de rechercher des nouvelles pistes thérapeutiques.

La vente aux enchères de ces 117 lots  en ligne sera réalisé avec Drouot Online et Interencheres, avec Eric Lacombe commissaire priseur de l’Hôtel des Ventes des Chartrons à Bordeaux, le 17 décembre à 18 heures.

Et voici les liens utiles si vous voulez y participer: direct-live Interenchères et Drouot Digital  

17 Nov

Bordeaux Tasting reporté à 2021, Terre de Vins propose Bordeaux Tasting autrement

Bordeaux Tasting 2020, le Festival des Grands Vins, ne se tiendra pas les 12 et 13 décembre au Hangar 14 à Bordeaux. L’épidémie de coronavirus et les mesures de précautions sanitaires ont obligé les organisateurs à reporter Bordeaux Tasting dans la forme que l’on connaît à 2021. Néanmoins il y aura un « Bordeaux Tasting Autrement » sous 2 formes: un numéro spécial en kiosque de Terre de Vins et un site de vente en ligne pour accompagner ces fêtes de fin d’année.  

Bordeaux Tasting, un rendez-vous exceptionnel avec sa grande dégustation au Palais de la Bourse qui aurait du être transférée au Hangar 14 © JPS

Quand ça veut pas, ça veut pas. La crise du coronavirus continue d’obliger tous les organisateurs de salons et de festivals d’annuler les uns après les autres. Terre de Vins dans un premier temps avait repensé son rendez-vous incroyable qui rassemble chaque année 8000 participants, en décidant de l’organiser cette année au Hangar 14 (avec une superficie assez importante plus de 5000 m2), et non plus sur le spot de la place de la Bourse et des différents endroits jumelés dans ce périmètre, mais finalement il n’aura pas lieu. 160 châteaux avaient répondu « présent » et étaient prêts jouer le jeu. En vain, le contexte oblige à renoncer à cet événement remarquable.

Nous avons attendu jusqu’au dernier moment mais, en responsabilité, nous pensons qu’il est plus sage de renoncer. Même si nos équipes ont fortement travaillé depuis trois mois, et malgré un protocole d’accueil et de dégustation approuvé par la Préfecture, nous estimons que les conditions ne sont pas réunies pour permettre à nos exposants, à nos partenaires et à nos visiteurs de profiter pleinement de l’événement,  Rodolphe Wartel, directeur général de Terre de Vins.  

Bordeaux Tasting existe depuis 9 ans et rassemble chaque années 8000 amateurs et connaisseurs de vin, place de la Bourse et aux alentours, un rendez-vous qui forcément allait manquer aussi Terre de Vins a décidé d’un Bordeaux Tasting Autrement…

Christophe Chateau du CIVB, Boris Diaw basketteur, Pierre Lurton PDG d’Yquem et Rodolphe Wartel de Terre de Vins, lors de la masterclass Yquem l’an dernier © JPS

A savoir, un numéro spécial collector présentant et intitulé « les Trésors de Bordeaux Tasting » va être éditer en un temps exceptionnel. Tiré à 40 000 exemplaires et distribué dans les kiosques dès le 15 décembre, il mettra en valeur 150 pépites et châteaux habitués de l’événement.

Par ailleurs, un site de vente en ligne bordeauxtasting.com  va permettre aux amateurs de se faire plaisir avec les Grands Vins de Bordeaux Tasting qui seront disponibles à la vente du 15 au 31 décembre, un site conçu par Terre de Vins en partenariat avec la Vinothèque de Bordeaux qui assurera transaction et livraison. Un plan de communication puissant sera déployé sur le digital (terredevins.com, sudouest.fr, programmatique, réseaux sociaux) pour générer des visites sur le site. Malgré tout, la fête restera dans les têtes à tous, en espérant que chacun pourra se faire plaisir, en surfant sur le net et en commandant de grands flacons.

Côté Châteaux profite de cette occasion pour vous faire revivre les grands moments de Bordeaux Tasting 2019 avec ce numéro spécial réalisé pour France 3 Noa par Jean-Pierre Stahl et Sébastien Delalot : 

09 Nov

Hong-Kong Wine and Dine Festival 2020 : un festival « on line » et « off line » du 11 novembre au 15 décembre

C’est une édition repensée. Pour la 1ère fois depuis 2009, le Hong-Kong Wine and Dine Festival se tiendra « online » et « offline » du 11 novembre au 15 décembre 2020, contexte oblige.

« Nous avons décidé d’user de nos ressources et de notre ingéniosité pour adapter nos événements promotionnels au contexte de la pandémie mondiale que nous vivons, » explique YK Pang, Président du Hong Kong Tourism Board. « Nous avons ainsi repensé le format du Hong Kong Wine & Dine Festival 2020. Une édition adaptée à nos nouveaux modes de vie qui permet à tous de participer au Festival et aux professionnels du secteur F&B de faire la promotion de leurs produits en cette période compliquée. »  

Ce sont donc des expériences en ligne qui vont être proposées comme la Cave à Vins Virtuelle avec une centaine de références et des Masterclass cuisine, vins et spiritueux délivrées par des experts renommés. Mais en parallèle, plus de 500 restaurants seront partie prenante du festival avec de nombreuses offres destinées aux festivaliers sur place.

Il y en aura pour tous les goûts, pour les gastronomes et adeptes de vins et spiritueux du monde entier, qui souhaitent tout connaître sur les dernières tendances Vins et Spiritueux, l’art du dressage des assiettes, comment s’alimenter sainement au quotidien, tout savoir sur la mixologie…

34 masterclass en ligne seront proposées durant les trois week-ends du festival (21-22 novembre, 28-29 novembre et 5-6 décembre) avec des experts renommés tels que le critique de vin James Suckling, la Master of Wine Debra Meiburg, le mixologiste primé Jay Khan ou encore les Chefs étoilés Vicky Cheng et Shane Osborn.

« Hong Kong est l’une des plaques tournantes du vin les plus importantes au monde aux côtés de Londres et de New York » selon James Suckling. « Hong Kong est aussi l’importateur numéro 1 des vins de Bordeaux. L’édition 2020 du Hong Kong Wine & Dine Festival rassemblera un public nombreux réparti aux quatre coins de la planète et je m’en réjouis fortement ».

« Notre objectif est de continuer à renforcer l’économie hongkongaise et d’envoyer un message résolument optimiste au reste du monde », complète YK Pang, Président du Hong Kong Tourism Board; « : notre esprit d’entreprise et notre amour du travail n’ont pas été impactés par la pandémie et nous nous préparons au retour des voyageurs en même temps que nous redoublons d’ingéniosité pour faire perdurer nos événements d’envergure internationale. »

Avec le Hong-kong Wine and Dine Festival et le Hong Kong Tourism Board