29 Sep

Californie: les célèbres vignobles de la Napa Valley en proie aux flammes

Attisés par des vents violents, des incendies dévastaient mardi les célèbres vignobles de la Napa Valley dans le nord-ouest de la Californie, où des dizaines de milliers de personnes ont dû évacuer leurs logements, tandis que trois personnes sont mortes plus au nord.
Ciel incandescent, arbres et vignes calcinés, maisons ravagées par les flammes: le brasier nommé « Glass Fire » a brûlé près de 14.000 hectares dans le comté de Napa, l’une des zones de production de vin les plus prestigieuses des Etats-Unis.
Certains domaines viticoles sont partis en fumée, comme le Chateau Boswell dans la ville de St. Helena. Le domaine de Newton Vineyard, qui appartient au groupe LVMH, a lui aussi été touché. « Alors que le Glass Fire continue de se propager, c’est avec tristesse que nous vous informons que le domaine et les vignes de Newton Estate ont été touchées de manière significative », a annoncé le domaine sur son compte Instagram, soulignant que tous les employés avaient pu être mis à l’abri à temps.
Plus au nord, dans une zone boisée et escarpée du comté de Shasta, le « Zogg Fire », qui s’est lui aussi déclaré dimanche, a fait trois morts.
Plus de 35.000 personnes ont reçu l’ordre d’évacuer en raison de ces feux, et des milliers d’autres devaient se tenir prêtes.
Dans la nuit de dimanche à lundi, 4.500 habitants d’une zone résidentielle pour personnes âgées du comté viticole de Sonoma, voisin de celui de Napa et menacé par un autre feu baptisé « Shady Fire », avaient ainsi dû embarquer dans des cars municipaux afin d’être transportés en lieu sûr.

Résidente de St. Helena, Susan Fielder a eu les larmes aux yeux lorsqu’elle a roulé pour rejoindre un refuge de Napa, laissant derrière elle sa maison en emportant seulement un petit sac et une photo de ses grands-parents. « Ce matin, je me disais: « qu’est-ce que tu vas faire si tu perds tout? », confiait-elle à l’AFP. Elle a pu retrouver sa maison, intacte mais recouverte d’une couche de cendres, à la mi-journée.

De nombreux habitants de la zone, traumatisés par les incendies qui ont déjà ravagé la région ces dernières années, sont eux aussi partis en catastrophe dans l’obscurité.  « On pouvait voir les flammes monter dans le ciel toute la nuit », a expliqué à l’AFP CeeBee Thompson, une habitante de Calistoga.

Les comtés de Napa et Sonoma avaient déjà été frappés par des feux dévastateurs en 2017, faisant au total 44 morts et détruisant plusieurs milliers de bâtiments. Les services météo avaient hissé le « drapeau rouge » pour les risques d’incendie sur cette partie de la Californie en raison d’une vague de chaleur et de vents secs créant les conditions idéales pour des départs de feux.
Le gouverneur Gavin Newsom a expliqué que ces vents devaient « se stabiliser, ce qui devrait nous aider dans nos efforts », appelant la population à la prudence et à suivre scrupuleusement les consignes des secours.
Plus de 2.000 pompiers ont combattu lundi pour maîtriser le feu, dans une région qui  » a été frappée encore et encore », a-t-il dit.
Dans le nord-est de la Californie, le comté de Butte déjà fortement touché par des incendies multiples depuis la mi-août a été contraint de mettre en oeuvre de nouvelles évacuations dimanche soir près de la petite ville de Paradise.
La région avait été ravagée par l’un des incendies les plus meurtriers de l’histoire de l’Etat, le Camp Fire, qui avait fait 86 morts en novembre 2018.
Plus de 8.100 feux se sont déclarés depuis le début de la saison, parcourant 1,5 million d’hectares au total, ont indiqué les pompiers de Californie.
Selon le consensus scientifique, l’ampleur exceptionnelle de ces feux est liée au changement climatique, qui aggrave une sécheresse chronique et provoque des conditions météorologiques extrêmes.
Dans la Napa Valley, Susan Fielder n’a d’ailleurs aucune intention de déballer son sac d’urgence avant le mois de novembre et le retour des pluies. « Je resterai jusqu’à ce que quelqu’un frappe à ma porte et me dise que je dois partir », dit-elle.
AFP

24 Sep

Coronavirus : bars et restaurants menacés à nouveau de fermer après 22 heures à Bordeaux

Bordeaux reste dans l’expectative avec les déclarations hier du Ministre de la Santé. Olivier Véran a placé Bordeaux en zone d’alerte renforcée, comme d’autres villes en France. Dans ces villes, les bars devraient fermer pour 22 heures, quid des restaurants ? D’ici demain, la préfète de Gironde devraient prendre des mesures et éclaircir la position du Gouvernement. Réactions de restaurateurs et patron de l’UMIH Gironde et de Philippe Etchebest.

Hervé Valverde,  au Bistro du Sommelier en septembre 2019- JPS

« Il faut qu’il arrête ! », Hervé Valverde, le patron du Bistro du Sommelier ressent très mal ces nouvelles déclarations d’Olivier Véran qui jettent le trouble auprès du grand public et de ses clients. « Il a 10 jours, il a parlé et on n’a rien foutu, hier pareil, il y a un climat de psychose et de ce fait on ne travaille pas… »

On comprend l’exaspération de ce restaurateur-sommelier, un pilier des bonnes tables de Bordeaux, qui a ouvert son établissement depuis plus de 30 ans maintenant, on comprend également qu’il faille prendre des mesures…. « Les gens ne sortent plus, ils viennent manger en mettant leur masques, ils mangent parfois pour certains rapidement et remettent vite leur masque, certains veulent une distance entre chaque convive, il y a des gens carrément traumatisés, je pourrais en écrire un livre… » Evidemment, il y a aussi des clients qui prennent le temps de vivre et d’apprécier la cuisine et la bonne humeur de cette brasserie.

Pourtant Hervé Valverde a mis en place le protocole nécessaire avec gel hydroalcoolique, avec des cartes nettoyées constamment, ses serveurs qui portent le masque et les clients également avant d’être placés à table. « Le mois de septembre, j’enregistre une chute de 20 à 30%, je faisais avant 140 couverts par jour, là c’est entre 80 et 100. Là, l’économie est vraiment à plat, je le vois bien aussi avec mes fournisseurs, les petits châteaux, avant ils me vendaient 11 bouteilles et il y en avait une gratuite, là on est à 9+3″.

C’est dur, le flou dans lequel on est, on ne sait pas quoi faire. J’ai des confrères à moi qui sont à la rue. C’est triste sincèrement, Hervé Valverde.

Pour le Président de l’UMIH, Laurent Fournier : « on est désabusé, en colère également, le Premier Ministre nous avait expliqué la semaine dernière qu’on décidait des choses ici en région, le Ministre de la Santé en a décidé autrement sans concertation, nous avons appris  cette nouvelle mesure très coercitive qui va punir l’ensemble d’un secteur d’activité, l’ensemble d’une profession, alors que nous sommes un maillon nécessaire à la lutte contre le Covid , car nos lieux sont protégés, les gens masqués, les mesures sanitaires y sont appliquées strictement…Alors oui comme dans l’ensemble des professions, il y a des gens qui ne se comportent pas suffisamment bien, mais c’est ceux-là qu’il fallait cibler. »

« Nous avons été fermés durant 3 mois pour le confinement en 24 heures, là nous allons être fermés pour je ne sais combien de mois en 48 heures… En même temps, c’est une ineptie, soit les gens vont se réunir dans la commune d’a côté, soit ils vont se réunir en ayant acheté de l’alcool dans une épicerie à côté et se mettre sur une place avec une enceinte portable….et on aura juste déplacé le problème mais là sans les mesures sanitaires, sans aucun contrôle et à mon avis à l’inverse de ce qu’il faut faire. »

Dans un communiqué envoyé cet après-midi, le maire de Bordeaux a tenu à renouveler son soutien aux acteurs économiques impactés : « je suis très conscient et inquiet des difficultés que traverse une trop large part du tissu économique local en ce moment. Je pense aux acteurs du tourisme, de la culture, du sport aux cafés, bars, restaurants et aux gestionnaires de lieux de sortie ». Tout en précisant : « la situation sanitaire reste préoccupante. Je vous appelle toutes et tous à la plus grande vigilance car il nous faut éviter à tout prix un nouveau confinement ».

Invité ce soir du 19/20 sur France 3 Aquitaine, Philippe Etchebest a voulu rassurer sur cette fermeture à 22H: « de ce que je sais, non, nos établissements ne seraient pas concernés, et grand Dieu, merci heureusement. Je pense à mes collègues Marseillais que l’on a obligé de fermer, et ça c’est un coup terrible qui leur arrive… En plus on n’a pas d’explication, pourquoi fermer un restaurant, on n’est pas plus dangereux qu’une école, un supermarché ou une cantine, au contraire on cadre les gens justement. C’était déjà difficile, les 30% de faillite on va pas être loin et cela va arriver plus vite qu’on ne le pense. Et de critiquer ce qui s’est passer cet été lors de rassemblent: « on a fait tout et n’importe quoi, et aujourd’hui on en paie les conséquences, il y a eu un manque de discipline et on le paie aujourd’hui. »

En espérant que la Préfète entende Philippe Etchebest et l’ensemble des restaurateurs en les laissant demain à 14h une marge de manœuvre aux restaurateurs, déjà éprouvés par la période du confinement et par la reprise qui, parfois, ne s’est pas faite à 100%;  e

17 Sep

HVE : le label mis en cause par Alerte aux Toxiques, Interprofession et vignerons dénoncent une interprétation fausse…

Et voici une polémique de plus, un nouveau focus sur Bordeaux… Alerte aux Toxiques a envoyé cette semaine aux rédactions une étude qui porte sur des analyses sur 22 châteaux labélisés HVE (Haute Valeur Environnementale). Des traces de résidus de pesticides ont été retrouvées, mais en quantité très faible précise le laboratoire Dubernet. CIVB et vignerons dénoncent cette nouvelle campagne qui fait suite au Bordeaux bashing de 2014 alors que des efforts ont été faits. Ils se réservent le droit de porter plainte.

Valérie Murat, la présidente d’Alerte aux Toxiques © JPS

Alerte aux Toxiques a fait analyser 22 bouteilles de domaines estampillés du label HVE pour Haute Valeur Environnementale. Des bouteilles dans lesquelles des traces de résidus de pesticides ont été retrouvées, mais en quantité très faible selon le laboratoire Dubernet joint ce matin par téléphone.

Valérie Murat, la présidente de l’association, qui a fait réaliser ces analyses grâce à un crowfounding qui avait rapporté 5000 euros commente : « ce que j’ai voulu montrer la réalité des pratiques et surtout alerter les consommateurs  sur ce  label  qui se voudrait équivalent à la viticulture biologique ou en biodynamie et qui en est très très loin…parce que dans toutes les bouteilles, nous avons retrouvé 4 à 16 substances actives en résidus de pesticides et des pesticides de synthèses parmi les plus dangereux, des CMR et perturbateurs endocriniens ».

Selon le laboratoire, « les teneurs retrouvés sont tout-à-fait classiques pour la zone de production et plutôt faibles, rien d’alarmant » commentait ce matin par téléphone Vincent Bouazza responsable en chimie fine. Le laboratoire Dubernet a envoyé cet après-midi un communiqué de presse où il est écrit « les teneurs en résidus dans les vins, quand nous en trouvons, sont très faibles, toujours très en dessous des LMR  (limites maximales de résidus) (en moyenne de l’ordre de 0 à 3 % selon les molécules). La situation des vins en France est donc très loin de poser des problèmes vis-à-vis des limites légales. Nous savons aussi que, en raison des progrès permanents des outils d’analyse, des teneurs autrefois non détectées le sont devenues, alors même qu’elles se situent à des seuils infinitésimaux ». 

Jean-Samuel Eynard du château Genibeau Blanchereau © JPS

Aujourd’hui les vignerons contestent l’interprétation qui est faite par Alerte aux Toxiques de cette étude, parmi les 22 vignerons en question bon nombre sont responsables de syndicats viticoles, comme Jean-Samuel Heynard, ancien président des Côtes de Bourg et depuis 2 ans président de la FNSEA Gironde: « c’est une atteinte intolérable à la réputation d’une entreprise, ces analyses, quoiqu’ils en disent prouvent une seule chose c’est que je travaille bien, ils n’ont trouvé que des produits autorisés et à des doses extrêmement faibles, puisque nous sommes entre 120 et 5000 fois en dessous du seuil autorisé », précise Jean-Samuel Eynard du château Genibeau Blanchereau.

Le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux encourage avec le Ministre de l’Agriculture venu en Côtes de Bourg en septembre cette certification HVE. 65 à 70% sont estampillés HVE, bio ou byodynamie en Gironde. Certes le label HVE ne signifie nullement bio, il vise à aller vers moins de traitements, la plantation de haies ou de bois en bordure de vignoble et le traitement des eaux usées. L’association Alerte aux Toxiques souligne de son côté une augmentation de l’utilisation de pesticides, notamment en 2018 de plus de 20% (année où le mildiou avait été intense, comme en 2020).

Christophe Chateau et Marie-Catherine Dufour du CIVB © JPS

« C’est l’utilisation de chiffres avec des interprétations qui sont fausses, jouer sur l’émotion des consommateurs, et puis quelque part attaquer plus de 1000 exploitations qui partent dans cette démarche sur la Nouvelle Aquitaine et plus de 5000 exploitations à l’échelle française », précise Marie-Catherine DUFOUR directrice technique du CIVB.

Le CIVB et les vignerons réfléchissent à porter plainte contre l’association à l’origine de ces analyses qui abondent dans un retour du Bordeaux bashing.

10 Sep

Les Vignobles Ducourt remportent le Grand Prix d’Or « Innovation et Avenir » des Vignobles Engagés

C’est une heureuse nouvelle pour les vignobles Ducourt et notamment les frères Jérémy et Jonathan qui mènent depuis 6 ans des expérimentations sur des cépages hybrides, résistants aux maladies. Ils ont réussi à prouver qu’ils arrivaient à diminuer par 10 les traitements de leurs vignes. Ils ont été récompensés lundi soir à la Cité du Vin par un Grand Prix d’Or « Innovation et Avenir » des Vignobles Engagés. Ce sont les vignerons du mois…

Jonathan Ducourt, dégustant son blanc Métissage, en mars 2019 © JPS

Jean-Pierre Stahl : « Salut Jonathan, alors heureux ? Vous avez remporté  le Grand Prix d’Or des Vignobles Engagés décerné par Terre des Vins ? »

Jonathan Ducourt : « Cela fait effectivement plaisir d’être reconnu par tout ce qui est interprofession, région et journalistes, sur le travail que l’on fait sur les variétés résistantes depuis 6 ans. »

JPS : « Des variétés dont vous avez démontré qu’il était possible de les cultiver à Bordeaux… »

Jonathan Ducourt : « Ce sont des cépages résistants, des hybrides constitués à partir de merlots, de cabernets, de sauvignons blancs avec des vignes sauvages, d’autres variétés vitis, qui amènent de la résistance aux champignons…En faisant ainsi ces croisements, on arrive à trouver un descendant à la 5e ou 6e génération qui fait un bon raisin qui est désormais résistant. C’est assez répandu, dans de nombreux pays mais pas en France car on continue à travailler sur les appellations et les cépages emblématiques. Dans d’autres pays, comme l’Allemagne, la Suisse, le Canada, ils se posent moins de questions car ils sont moins sur les appellations que nous. Ils sont plantés en variétés internationales et en hybrides. »

JPS : Il y a une diminution flagrante des traitements phytosanitaires ? »

Jonathan Ducourt : « On fait effectivement 1 ou 2 traitements par an, par saison et on le fait en bio, avec du cuivre. Au lieu de faire 8 à 10 passages, on en fait presque 10 fois moins. Cela réduit beaucoup. A la fin tu as des raisins sains, un rendement correct et pas de maladies. On est content au niveau qualitatif, cela fonctionne. Au niveau vignoble, le challenge c’est de les faire connaître, surtout tu pars avec des cépages inconnus…

JPS : « Et donc le vin ainsi produit, vous l’avez baptisé Métissage, pourquoi ? »

Jonathan Ducourt :  « Métissage, c‘est un mélange en fait, comme c’est un mélange de variétés, on trouvait cela sympa de le retrouver dans le nom de la marque, et en plus en anglais cela sonne bien. »

Regardez le premier reportage effectué par Jean-Pierre Stahl et Pascal Lécuyer en 2016 avec Jeremy Ducourt :

JPS : « Combien d’hectares avez-vous passés en cépages résistants ? »

Jonathan Ducourt : « Aujourd’hui, à Bordeaux, on a 13,5 hectares de cépages résistants, hybrides. On a de jeunes vignes comme d’autres plus anciennes en production, on fait du vin avec les vignes qu’on a planté il y a 6 ans. On avait eu des débuts assez compliqués, avec notamment le gel de 2017. On produit 15 000 bouteilles de blancs (cépage sauvignac) et 25 000 de rouges (cabernet jura). Les nouvelles variétés sont le muscaris et le sauvignier gris.

JPS : « Cette expérimentation risque d’être dupliquée ? »

Jonathan Ducourt :  « Ce qui est intéressant, c’est que les gens se mettent à tester de nouvelles variétés, ils réfléchissent comment adapter leur terroir au climat à Bordeaux. On a fait des émules, qui ont planté par ci par là. petit à petit, on a un petit groupe de gens qui testent ainsi d’autres variétés. »

Lire ou relire également l’article de mars 2019 : Cépages résistants à Bordeaux : l’expérimentation est déjà menée chez les Vignobles Ducourt

Voir ici la présentation du trophée Bordeaux Vignoble Engagé chez les Ducourt

Regardez le reportage réalisé en mars 2019  par Jean-Pierre Stahl et Sébastien Delalot

13 Août

Bilan de 2 jours d’orages à Bordeaux: des propriétés très sinistrées mais au global ce ne sont pas des « sinistres massifs »

Ces 2 jours d’orages auront été très douloureux pour quelques propriétés en Gironde. Bernard Farges, le président du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux revient sur les orages qui ont « fait payer cher « à certains, quelques centaines d’hectares endommagés de 5 à 80% en Gironde, mais dans l’ensemble beaucoup d’autres propriétés sont passées à travers ces grêlons ravageurs.

De nombreux grains tranchés par les grêlons qui ne pourront pas atteindre ni la maturité ni la période optimale de récolte © Sophie Aribaud

C’est la triste loi du sort, « ce sont des orages classiques d’été » comme le souligne Bernard Farges, le président du CIVB, lui même viticulteur. C’est souvent « très injuste chez qui ça tombe », ce sont ce qu’on appelle des « sinistres qui sont jaloux, à quelques centaines de mètres près, tu peux être sinistré et ton voisin pas du tout. »

Globalement, ce ne sont pas des sinistres massifs, mais l’orage de grêle qui est tombé sur certaines propriétés, cela fait cher… » Bernard Farges, président du CIVB

D’après les remontées d’informations, du terrain, hier « quelques propriétés ont été touchées dans le blayais, autour de Langon à Saint-Pierre-de-Mons, avant hier dans les Graves, sur Saint-Morillon, Baurech très très touchées dans l’Entre-deux Mers à Saint-Germain-du-Puch. et Sauveterre. Ce sont au total plusieurs centaines d’hectares et ça peut aller de 5 à 80% de dégâts sur les parcelles. »

Les dégâts de la grêle sur les blancs © Sophie Aribaud

Des orages classiques mais malheureusement dévastateurs pour certains comme le château Cajus qui a posté sur Facebook : « 15 minutes. Il n’a fallu que 15 minutes pour détruire notre récolte. Triste journée à château Cajus, nous ne pouvons que constater les terribles dégâts qu’a causé l’orage de grêle d’hier. A priori très localisé sur notre village de Saint-Germain-du-Puch, il a endommagé pratiquement toute notre récolte ». De tout coeur avec ce château et d’autres dans cette épreuve.Une de plus puisque « après le gel de 2017, la grêle de 2020  vient assombrir une  fois de plus les perspectives pour l’avenir et nous rappelle notre dépendance au climat, »ajoute château Cajus.

Du côté des orages, le plus gros semble passé, les 8 à 10 jours qui s’annoncent plus frais seront plus tranquilles de ce côté, « les vendanges devraient commencer sous peu, les crémants déjà et la semaine prochaine certaines propriétés de Pessac-Léognan vont ouvrir le bal, »ajoute Bernard Farges.

26 Avr

Envie de vous évader ? Terre de Vins vous a concocté un hors-série spécial oenotourisme en France

En voilà une bonne idée: préparer ses vacances ou séjours de découverte d’après confinement. Terre de Vins et son numéro spécial oenotourisme va vous y aider avec 40 circuits dans les plus beaux vignobles de France. L’occasion de mettre en avant également les 100 lauréats des trophées de l’oenotourisme 2020.

Premier postulat les vacances à l’étranger sont compromises pour certains, deuxième la France est le plus beaux pays du monde, et troisième elle regorge des plus beaux vignobles accueillants, avec de très nombreuses offres de découvertes.

Partant de là, rien de tel que de se plonger dans le hors série de Terre de Vins d’avril, toujours en kiosque, c’est le petit plaisir que je me suis octroyé ces derniers jours, retrouvant de nombreuses et fameuses adresses connues et en découvrant d’autres toutes aussi intéressantes.

Prenez votre canotier, façon Maurice Chevalier, et imaginez-vous prendre les routes de Sauternes. C’est l’un des vignobles du bordelais, qui ces 5 dernières années a connu les plus grosses transformations oenotouristiques. Ainsi la couverture est consacrée au château Lafaurie-Peyraguey, un 1er cru classé de Sauternes, acheté en 2014 par le Suisse Silvio Denz, qui outre la production de ce vin liquoreux s’est lancé à fond dans le réceptif avec des visites et a transformé le château en hôtel-restaurant d’un grand niveau puisque au bout de 6 mois seulement son chef Jérôme Schilling a décroché une étoile au Guide Michelin. Côté Châteaux vous avait partagé cette épopée de la restauration à l’ouverture en juin 2018.

Le magazine propose comme le rappelle sa rédactrice en chef Sylvie Tonnaire « 40 circuits de 5 ou 6 adresses, le format week-end en somme, englobant les 100 finalistes 2020 des Trophées de l’oenotourisme ».

Parmi les circuits proposés dans le Sud-Médoc, Jean-Charles Chapuzet vous a sélectionné 6 étapes, à commencer par le château Hourtin-Ducasse où la famille Marengo vous proposera une série d’ateliers apéro dans les vignes ou dans les chais, expérience sur l’ampélographie ou les soins apportés par la vigne; impossible à rater avec son nouveau chai en forme de vagues, « le navire amiral » Beychevelle à Saint-Julien avec sa masterclass et une dégustation en 6 vins; Lamothe-Bergeron avec ses jeux de lumières dans ses chais et la visite du sommelier à essayer; le château Marquis de Terme qui propose non seulement une nouvelle table mais aussi le Margaux Gourmet Trail qui traverse le château mais aussi Lascombes et Kirwan; il y a aussi le château Siran et ses formidables collections à admirer, avec aussi un escape game dans un bunker antiatomique et un déjeuner sur sa terrasse à 360° sur le vignoble, enfin Dauzac qui propose une expérience sensorielle et gustative avec du boeuf Wagyu en dégustant de vieux millésimes…

Autre route du vin de Graves à Sauternes proposée par Audrey Marret avec Pape-Clément à Pessac et son expérience le vin sur la table (très pratique) à l’atelier B-Winemaker pour s’initier à l’assemblage; le château Bardins vous propose des balades guidées à vélo dans le vignoble de Pessac-Léognan avec dégustation à Bardins; la dégustation insolite à Larrivet-Haut-Brion associant vins et plante avec le jardin millésimé; le château Jouvente qui donne un nouvel élan viticole et culturel avec ses visites-dégustation, la Tour Blanche, 1er cru classé de Bommes, qui lance cet été un bar éphémère au milieu de ses vignes, Rayne-Vigneau qui propose toute une gamme d’expérience avec sa dégustation perchée, un survol du vignoble avec chateau Vénus, un escape game et son atelier d’assemblage; et pour terminer une croisière avec Bordeaux Be Boat de Bordeaux à Cadillac et un petit tour en trottinette électrique jusqu’au château de Cérons où la famille Perromat vous attend pour déjeuner…

D’autres circuits sont proposés bien sûr dans le Nord-Médoc, sur la Rive-Droite ou dans l’Entre-Deux-Mers, la Dordogne n’est pas oubliée, cette fabuleuse région viticole avec Bergerac regorge d’une multitude d’idées et a créé récemment Quai Cyrano pour porter l’oenotoursime et l’histoire de Cyrano de Bergerac. Cognac bien sûr est incontournable en Charente avec notamment la maison Hennessy qui fit connaître l’eau de vie aux 4 coins du monde ou la maison Courvoisier à Jarnac dont l’histoire est intimement liée avec celle de Napoléon.

Je ne vais pas tout vous citer ici, cela n’aurait pas grand intérêt, le plaisir c’est aussi de feuilleter ce beau magazine sur papier glacé avec ces photos qui invitent au voyage…dans le Sud-Ouest avec Cahors ou des appellations qui méritent d’être connues comme Madiran et sa cave de Crouseilles, Irrouléguy aussi…

Du Val de Loire, du Berry à Pouilly, à la Champagne pour découvrir les installations rénovées d’Ayala, les idées ne manquent pas… Et pour continuer encore plus à l’Est pour pourrez découvrir le vignoble d’Alsace avec le Tour.alsace en bus panoramique, le Théâtre du Vin aux 1500 références à Strasbourg, une vue panoramique aussi sur le fameux Haut-Koenigsbourg depuis le domaine Rolly Gassmann, voilà pour le Bas-Rhin et pour le Haut une petite visite en scooter électrique avec le Riqu’Ecotour avec des motards vignerons Estelle et Daniel Klack (vous n’allez pas en prendre une, pas d’inquiétude) ou encore des balades en gyropodes et visite et dégustation depuis une fabuleuse cave panoramique à Voegtlinshoffen (un nom imbuvable mais pas le reste…)

Je m’ y perds quand je reparle de mes racines ou encore du fameux Jura où j’ai travaillé durant 3 ans où il est impensable d’oublier de sillonner les routes d’Arbois (plus tu bois, plus tu roule droit disaient les anciens, pour rire bien sûr) à déguster les fabuleux vins jaunes ou de paille…

Oh et puis la Bourgogne, ses fameuses Côtes de Nuits ou de Beaune et son haut lieu de l’oenotourisme le château de Meursault…Ca me rappelle ma jeunesse. Comme cela on peut descendre tranquillement en passant par la Côte chalonnaise et Mâcon, arriver dans le Beaujolais avec le Hameau Duboeuf (créé par Georges qui nous a quitté en début d’année): lancé en 1993 ce hameau qui a obtenu le grand prix spécial des Trophées de l’Oenotourisme et est aujourd’hui le premier oenoparc d’Europe.

De la Vallée du Rhône passant par le Lubéron là aussi vous serez sous le charme, et pour les amateurs de rosés, la Provence et sa villa Beaulieu propriété des Comtes de Provence au XVIe siècle qui propose un safari 4X4 dans le vignoble outre une demeure spectaculaire pour s’y reposer…Il y a aussi la Corse à ne surtout pas oublier et l’Hérault avec un carnet spécial au sien de ce numéro lui-même spécial. Allez des idées, en voici en voilà, il n’y a plus qu’à feuilleter et déguster…déjà Terre de Vins.

17 Avr

De fâcheux épisodes de grêle en cet fin d’après-midi sur le vignoble de Bordeaux et celui de Bergerac

Il ne manquait plus que cela. Après le gel du début de mois, voici la grêle alors que la vigne était bien sortie et avait surmonté même le gel. Les secteurs les plus touchés se situent dans l’Entre-deux-Mers à Grézillac et Moulon, dans les Côtes de Francs à Saint-Cibard, autour de Saint-Emilion à Lussac et Puisseguin il y a eu un peu de grêle aussi dans le Sauternais. Des dégâts sont aussi recensés sur le vignoble de Bergerac.

On le voit bien, la vigne ici été hachée par la grêle sur le secteur de Saint-Christophe-des-Bardes © Croix de Labrie

Sur les réseaux sociaux, cela tombe comme à Gravelotte. Non seulement la grêle, mais la preuve par l’image vidéo et photo, de nombreux secteurs sont très durement touchés par cette satanée grêle qui s’est invitée juste avant l’heure de l’apéro, sauf que personne n’a été prévenu et ça ne se fait pas!

Malheureusement, ce n’est pas que du virtuel, elle a fait de sacrés dégâts avec des grêlons de type « petits pois » et gros pois » selon Sophie Aribaud conseillère viticole, bref jusqu’à 1 centimètre mais pas mal tranchant….et c’est suffisant pour faire du vilain.

Après le gel, la grêle, c’est la m… Je pense qu’il va y avoir de gros dégâts », Pierre Coudurié du château La Croix de Labrie

« C’est venu pour nous en 3 fois », continue de commenter Pierre Coudurié du château Croix de Labrie qui a des vignes à Saint-Christophe-des-Bardes et Saint-Sulpice-de-Faleyrens. « Je ne sais pas trop si on a bien pris, on verra cela un peu plus tard, c’était des grêlons qui faisaient jusqu’à un centimètre de diamètre. Et pourtant on a fait du préventif, sur Saint-Sulpice notamment, on était 16 domaines mobilisés pour faire de la lutte anti-grêle avec des canons, et le concept Celerys, c’est plutôt efficace », mais bon c’est tombé, disons que peut-être cela a diminué l’intensité et la taille des grêlons ».

© Sophie Aribaud

Ainsi Sophie Aribaud me détaille les secteurs touchés qui sont malheureusement très nombreux : « une cellule orageuse est passée entre 17 et 18h sur des secteurs souvent touchés : la Sauve, Haux, Grézillac comme d’habitude, Gourgue, et puis c’est descendu sur Moulon, cela a traversé la rivière Saint-Sulpice, Saint-Pey et Saint-Laurent des Combes, et une partie de Saint-Emilion, cela a touché le bourg.

Il y a eu des chocs, cela a bien tapé, avec des rameaux cassés et des petites grappes au sol », Sophie Aribaud conseillère viticole

Philippe Carille du château Poupille à Sainte-Colombe commente également : « une partie de Castillon a bien pris, on a bien pris sur une partie de Saint-Emilion aussi, il faudra voir dans 24-48 heures…Tayac cela a bien pris. A un moment donné tu as le noir qui arrive, puis tout est blanc… »

Cela a bien rasé par endroits, c’est comme en hiver, il n’ya plus de feuilles » Philippe Carille.

 

UNE PREMIERE EVALUATION CE SAMEDI DES SECTEURS TOUCHES AVEC LE CIVB

Christophe Chateau, du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux a fait ce samedi matin un tour d’horizon des secteurs très touchés à commencer par « l‘Entre-Deux-Mers avec Espiet, Grézillac, Moulon, les châteaux Marjosse et Bonnet » par exemple, « un peu sur Saint-Emilion, Saint-Etienne de Lisse, beaucoup sur les Côtes de Francs, avec notamment château Le Puy ». 

CASTILLON ET LES SECTEURS AUTOUR DE SAINT-EMILION AUSSI CONCERNES

Françoise Lannoye, la présidente des Côtes de Bordeaux me confie que « Castillon a été touché sur certains secteurs, mais que sur Puisseguin cela a fait encore des dégâts colossaux ». 

C’est catastrophique, finalement cela devient invraisemblable, on a été pris de court, cela n’a été indiqué sur aucune station météo » Françoise Lannoye présidente des Côtes de Bordeaux

Pour Franck Binard, directeur du Conseil des Vins de Saint-Emilion: « on a des retours partiels, il faudra attendre quelques jours pour voir l’évolution. C’est assez hétérogène. Lussac et Puisseguin ont été assez touchés, la taille des grêlons variait de un demi-centimètre à 1,5 centimètre. Pour ceux qui ont été touchés, les estimations peuvent varier entre 10 et 30% de vigne impactée. Dans cette sinistrose, les viticulteurs que j’ai pu avoir au téléphone restent optimistes…J’ai eu Jean-François Quenin, il m’a dit qu’en 23 ans il n’avait jamais vu cela à Pressac, tout était blanc… »

Il faut avoir une sacrée dose d’optimisme, vu le contexte, il ne manquerait plus qu’un nuage de sauterelles ! » Franck Binard directeur du Conseil des Vins de Saint-Emilion.

Une vigne meurtrie, plus une feuille, plus de grapillon, plus rien au © château Le Raz

DANS LE BERGERACOIS, LE SECTEUR DE SAINT-MEARD-DE-GURCON MEURTRI

De nombreux vignerons ont commenté ce soir sur Facebook leur ressenti et la situation dramatique comme Patrick Barde au château le Raz à Saint-Méard de Gurçon : »très gros orage sur notre vignoble, la récolte ne sera pas pour cette année », avec des photos à faire frissonner et des grêlons de 2 centimètres de diamètre. Selon Quentin Deffarge, responsable de la section Montravel, « c’est assez localisé finalement: surtout sur Saint-Méard de Gurçon, au tour de Saint-Michel de Montaigne pas de gros dégâts, assez superficiel sur Fougeyrolles et le nord de l’appellation ».

Joint par téléphone, Patrick Barde dresse ce samedi l’état des lieux :

On ne peut que constater les dégâts aujourd’hui sur les 70 hectares de la propriété, on a a minima 60% touchés et a maxima 100%. On est impuissant devant les éléments, » Patrick Barde château Le Raz.

« Cela s’est passé vers 19h45, après que le Saint-Emilionnais ait été touché, on se doutait que cela allait nous arriver dessus ». Un déluge d’eau puis de grêle dont se serait bien passé Patrick Barde: « la crise, il n’y a pas un vigneron qui ne la sent pas. Pour nous la commercialisation se fait d’habitude par l’export, la restauration et les cavistes. En ce moment il n’ya qu’eux qui marchent et à 20%, on tourne donc à 10% de ce que l’on fait habituellement…Mais bon je positive et j’ai toujours du vin à vendre, pour rassurer mes clients. »

DANS LES COTES DE FRANCS : « SAINT-CIBARD, RAYE DE LA CARTE, AU NIVEAU DE SES VIGNES »

Joint ce samedi matin, Yann Thienpont du château Puygueyraud et Clos Fontaine a fait un tour des vignobles des Francs en Côtes de Bordeaux, puisqu’il est président de cette appellation: 

Francs est touché légèrement, Tayac durement touché et Saint-Cibard quasiment rayé de la carte au niveau du vignoble. C’est totalement exceptionnel. De mémoire de vigneron et selon les anciens, on n’a jamais vu cela ! », Yann Thienpont président du syndicat de Francs.

Et de poursuivre: c’est un phénomène unique, au niveau hygrométrie on a la plus faible car on est équidistant entre la vallée de l’Isle et la Dordogne, on culmine au plus haut à 110 mètres et nos vignes sont à 80-100 mètres d’altitude, bon ça n’a pas raté mais c’est exceptionnel la dernière fois c’était en 1985. On a quelques parcelles sur le haut du plateau pas trop touchées, nous espoirs maintenant ce sont sur les contre-bourgeons pour faire des bois pou l’année prochaine. En 2017 on a eu le gel, en 2018 le mildiou, en 2019 c’était plutôt tranquille, et là en 2020on espérait un rendement correct, mais non, c’est une année bissextile ! C’est une méga catastrophe avec toutes les difficultés que l’on connaît. Il risque d’y avoir des bouleversements prochainement avec des anciens qui vont vouloir arrêter…

Un rang de vigne avec des abats de grêle au © château Le Raz

GREZILLAC ET L’ENTRE-DEUX-MERS BIEN TOUCHES AUSSI

Pierre Lurton, le PDG d’Yquem et de Cheval Blanc, possède à Grézillac son propre château Marjosse: « j’ai grêlé, 30 hectares bien sérieusement, en revanche les vignes plus qualitatives qui font le grand Marjosse sur 15-20 hectares n’ont pas été touchées. Tout ce qui est héritage de mon père, ça cela a été touché…

On s’est pris un peu de gelée, puis la grêle, et on n’est qu’au 18 avril, cela commence vraiment bien.Et en plus on est confiné…Mais on s’en sortira », Pierre Lurton château Marjosse.

Bruno Baylet, président du syndicat de l’Entre-Deux-Mers confirme ce samedi après-midi des dégâts sur « Haux, La Sauve, Targon, Saint-Léon, Daignac et Grézillac, avec par endroits des vignes touchées à 100%, c’est le même couloir qu’en 2017″. Un lourd tribu car des dégâts considérables avaient déjà eu lieu en 2009 et 2013 sur certains de ces secteurs.

Concernant l’évolution de la vigne, Sophie Aribaud apporte encore cette précision: « On avait 5 à 6 feuilles étalées et allongées, et des grappes visibles, elles avaient doublé voire triplé de volume en une semaine !Là il va falloir non seulement constater les dégâts, mais aussi revoir les traitements de la vigne effectués cette semaine: « tous les gens qui avaient traité, le traitement est au sol ! »

A tous ces vignerons touchés à des degrés divers, on leur souhaite du courage et on s’associe à leur peine face à ces éléments souvent très violents et injustes.

27 Mar

Gel à Bordeaux : 2020 commence décidément très mal…

Cette nuit de nombreux viticulteurs étaient mobilisés pour combattre un gel tant redouté et qui est finalement arrivé dans les secteurs traditionnellement « gélifs. » Les températures sont descendues par endroits de -1 à -2,5°C, un souci pour toutes les parcelles qui ont vu la vigne débourrer avec 15 jours d’avance. La semaine prochaine, d’autres températures négatives sont à craindre…

La lutte contre le gel cette nuit au © château Croix de Labrie en Saint-Emilion

Non seulement il y a cette sacrée pandémie, non seulement les viticulteurs éprouvent toujours des difficultés pour vendre, mais aussi revoilà le gel. Le tout donne un climat anxiogène, qui ce matin a mis en pleurs quelques viticulteurs.

Ils étaient quelques-uns à allumer vers 3h30 – 5h leurs bougies, ballots de paille ou système Frostguard. Sophie Aribaud, conseillère viticole dans le libournais et l’Entre-deux-Mers commente : « quand cela commence à geler à 3h30 du matin et que cela continue jusqu’à 7 heures, c’est plié, en général une demi-heure suffit parfois pour faire des dégâts  Je suis sur un groupe What’App. Certains châteaux ont allumé, d’autres ont fait tourner les hélicoptères ».

Quand c’est encore dans le coton, ça tient, mais on a vu les feuilles et petites grappes déjà bien sortir par endroits, et avec des températures de -2 à -3, cela crame… Ce qui est plus gélif a été impacté ce matin… » Sophie Aribaud conseillère viticole.

Nicolas Lesaint au château de Reignac me confie: « vues les températures, c’est limite, ce ne sont pas les grands froids de 2019 et surtout 2017. » Et après un tour d’horizon à 10h30, 11h, « on est touché, tous les coins gélifs habituels sont touchés. J’ai perdu mes deux derniers bourgeons de latte, cux-là ont été balayés, mais bon les vignes sont à des stades étalés… Tout n’est pas encore sorti. Ce n’est pas la cata pour l’instant. »

A Martillac, Fabien Teitgen directeur du château Smith Haut Lafitte :

Il a fait froid, on y était…On a allumé des bougies vers 3H30 dans les coins froids, notamment sur l’autre château Cantelys où on a deux éoliennes avec générateur de chaleur. A Cantelys, c’est descendu à -3°… » Fabien Teitgen directeur Château Smith-Haut-Lafitte

Et d’ajouter : « hier matin, ils annonçaient plus froid et on n’a rien eu, ce matin c’était annoncé 1° au dessus et on a eu 3 degrés de moins ! On verra cet après-midi que cela donne. Mais enfin ce sont vraiment les coins froids usuels. Sur Smith Haut-Lafitte, c’est plus chaud autour du château, on a d’ailleurs une pousse de 7 à 8 centimètres de haut. Je pense c’est passé à côté ce matin. Mais on a 3 matins qui vont être compliqués, plus inquiétants… »

Dans les Côtes de Baye et Côtes de Bourg, Michaël Rouyer et Didier Gontier, les directeurs respectifs des syndicats viticoles se renseignent. Pour Michaël Rouyer« a priori pas de gros dégâts dans le Blayais », quant à Didier Gontier me confie avoir eu un de ses vignerons qui l’ a appelé, « dans les bas-fonds ça a du morfler mais il faut attendre 2 jours, mais ce qui est inquiétant c’est ce qui arrive mardi… »

Jean-François Galhaud, président du Conseil des Vins de Saint-Emilion, se dit inquiet pas tant pour ce matin mais surtout pour la semaine prochaine: « j’ai entendu les hélicos, mais autour de chez moi c’était positif, mais cela a du taper par endroits…Mais enfin tout n’était pas sorti, un pied sur 5 avait débourré. Ils annoncent une gelée forte pour la semaine prochaine, il ne manquait plus que cela… » Il faut dire qu’il est sur plusieurs fronts, à essayer d’organiser des conseils d’administration en Visio-conférence, confinement oblige, pour gérer les problèmes actuels d’aides à l’emploi, de chômage partiel et après la sortie de crise…Et après un tour d’horizon,  » les dégâts ne sont pas significatifs, je n’ai vu que quelques petites feuilles gelées, mais Alain Vauthier comme François Despagne qui sont de grands techniciens ne sont pas inquiets, si cela débourre cela va être plus compliqué la semaine prochaine, je suis plus inquiet par ce qui va arriver mercredi ou jeudi prochain… »

Au château Croix de Labrie en Saint Emilion Grand Cru, Pierre Coudurié a mis les grands moyens avec de nombreuses bougies dans ses vignes  et publie sur Facebook : « 2eme nuit @croixdelabrie -1C dans les vignes . On se bat « 🔥
Le gel arrive tôt cette année

Joint ce midi, Pierre Coudurié me confie : « on vient de décharger deux nouvelles palettes de bougies à la main ».  Cela fait deux nuits de suite qu’il est sur le front du gel : « hier soir, c’était limite, avec quand même des endroits touchés et aujourd’hui « un peu plus chaud » comme on dit. Le plus dur, ce sera dans la nuit de dimanche à lundi et de lundi à mardi. Cela arrive tôt, avec deux semaines d’avance et on n’est pas encore au mois de mai… »

 

En Pessac-Léognan, Arnaud Thomassin du château de France : « on a eu -2,5°C, mais on avait anticipé, cela fait 2 nuits qu’on travaille, on avait anticipé avec des bougies, éoliennes et appareil qui souffle de l’air chaud. On a de petits dégâts dans le bas de la propriété, mais cela a l’air d’aller. Mais c’est surtout la semaine prochaine, cela risque d’être encore plus compliqué, car encore plus froid. Cela devient usant mais on sera prêt. »

 

Avec les températures qui s’annoncent aussi ce week-end, cela va encore favoriser la pousse comme me l’explique Sophie Aribaud: « on a des choses qui vont encore sortir au niveau des bougeons, ils annoncent 20°, mais dans la nuit de lundi à mardi, on devrait avoir des températures encore plus froides, selon  MeteoBlue, ça craint, des températures qui mercredi ou jeudi pourraient être des températures négatives (de -1à -2° sur Saint-Emilion) qui pourraient avoisiner les -5 par endroits. (jusqu’à -8° en ressenti sur 2 ou 3 nuits). Autant dire un nouveau cauchemar. Tout le Bordelais a encore en tête ces 27 et 28 avril 2017 où 40% de la récolte avait été perdue, mais c’était un peu plus tard ce qui est rassurant, la vigne était encore plus avancée.

Pour Sophie Aribaud, dans l’immédiat: « il faut que les viticulteurs arrêtent de travailler les sols, de tondre, il ne faut pas plier, pendant 2 à 4 jours, il ne faut rien toucher au sol, sinon ça attire encore plus le gel.Et puis les viticulteurs avec ce réchauffement climatique vont devoir changer leurs habitudes notamment éviter de tailler trop tôt dès la fin novembre, il faut une taille plus tardive et choisir aussi des porte-greffes plus tardifs. »

Tous les vignerons croisent les doigts pour les jours à venir. Ils vont une fois de plus se tenir prêts à combattre le gel avec les moyens du bord. Suffiront-ils ? A suivre… Bon courage à eux.

Dernière minute : ce week-end les prévisions météo misent sur un léger réchauffement. Des températures qui pourraient repasser positives… On croise les doigts.

14 Mar

#Coronavirus : des annulations en cascade dans le monde du vin

C’est une semaine qui a vu les choses s’accélérer avec l’interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes dimanche soir, interdiction ramenée vendredi matin à 100 personnes. Du coup nombre de manifestations sont tombées les unes après les autres, certaines espérant encore en milieu de semaine et puis finalement non. Bref, à l’image de l’économie qui va tourner au ralenti, le monde du vin tend le dos, en espérant qu’au delà des manifestations, ce ne soit pas toute le filière qui chute…

RETOUR SUR LES DEUX DERNIERES SEMAINES FOLLES

ProWein a quasiment ouvert le bal le 29 février en annonçant le report du salon qui devait se tenir du 15 au 17 mars, une annulation au final, car le salon se tiendra l’an prochain en mars 2021. Vinexpo de son côté avait déjà un plan B dans les tiroirs depuis début février pour reporter Vinexpo Hong-Kong et pensait à un report en juillet, acté le 2 mars

Le Salon des Vignerons Indépendants de Bordeaux a pensé dans un premier temps pouvoir maintenir le salon de Bordeaux du 13 au 15 mars et celui de Paris Porte de Champerret, comme l’avait confié en exclu Cédric Coubrisà Côté Châteaux le 5 mars dans la mesure où l’on en était encore à une jauge à moins de 5000 personnes rassemblées en même temps. Et patatras, l’annonce du Ministre de la Santé dimanche dernier de ramener cette limite à 1000 personnes a fait s’envoler tout espoir de salon, Bordeaux et Paris ont été annulés lundi pour ces dates et reportés en juin pour Bordeaux, au moment de la fête du vin, comme me l’a confirmé dès le lendemain midi Cédric Coubris le président des Vignerons Indépendants de Gironde.

Des interrogations se sont faites jour aussi en début de semaine avec la fameuse Semaine des Primeurs, prévue du 30 mars au 2 avril. Période des primeurs qui déjà a vu quelques dégustations se tenir comme avec les Fronsac et Canon-Fronsac, les Sauternes ou encore les Cadillac…L’Union des Grands Crus qui tenait son assemblée générale a bien voulu jouer la transparence et gérer en temps réel cette situation. Avec courage, Ronan Laborde m’a confirmé mercredi après-midi le maintien de la Semaine, mais avec de nombreux bouleversements, une signalétique partout avec des distributeurs de gels hydro-alcooliques, un service de verres uniques, etc et annonçait que toutes les soirées seraient annulées. Et finalement, ce vendredi matin, après le discours du Président Macron et l’annonce du Premier Ministre de ramener l’interdiction des manifestations à 100 personnes,  l’UGCB a été de facto obligée de suspendre la Semaine des Primeurs…

LES ANNULATIONS SE SONT POURSUIVIES VENDREDI

A son tour le Syndicat Viticole de Pessac-Léognan et son président Philibert Perrin, ont décidé « tout comme l’Union des Grands Crus de Bordeaux, de reporter à des dates ultérieures la Soirée co-organisée avec l’Union des Crus Classés de Graves, prévue le dimanche 29 mars au Palais de la Bourse, ainsi que la présentation du Millésime 2019 du lundi 30 mars au Château Latour-Martillac ».

De même pour le Domaine de Chevalier « contraint d’annuler la présentation du millésime 2019 du Clos des Lunes qui devait avoir lieu jeudi 19 mars au Palais de la Bourse, étant donné la situation sanitaire actuelle »…

Dans l’Entre-deux-Mers, où on ne prend généralement pas l’eau, mais là le le Top Vin de l’AOC E2M prévu le lundi 23 mars prochain, est reporté comme l’a annoncé Frédéric ROGER, tout en précisant que « la date de report reste à fixer » ou  alors l’,« annulation est envisagée pour 2020 ».

A noter aussi « le report de Saint Mont Vignoble en Fête suite à l’arrêté ministériel du 9 mars concernant le Covid-19. Initialement prévu du 27 au 29 mars, l’événement incontournable du Sud-Ouest, présenté par Plaimont, se déroulera au même moment que Saint Mont Vignoble en Course les 18, 19 et 20 septembre 2020 ».

Et c’est aussi sans compter tous les autres événements en France annulés ou reportés… On croise les doigts pour toute la filière. Et on espére que chez eux les gens vont continuer à apprécier le vin… Car le jour où les commerces cavistes et restaurants vont être fermés, si cela arrive comme en Italie, cela va faire mal.

CERTAINS DEGUSTATEURS POURTANT PRESENTS A BORDEAUX

Même si la Semaine des Primeurs est suspendue, de grands noms de la dégustation continuent de venir dans le Bordelais. Ainsi le Suisse Yves Beck est présent depuis deux semaines et a prévu de rester jusque fin avril : « pour moi, pas grand chose ne change, vu que j’ai pas mal de rendez-vous individuels, mais bon certains châteaux ont même annulé ces visites individuelles. Ensuite, je déguste beaucoup dans les laboratoires, ce qui n’est pas un problème et je suis en train de chercher des alternatives pour les vins que je dégustais avec l’UGCB. Et puis, j’ai rendez-vous avec des négociants, je pense qu’ils vont prendre le relais. Donc il y a du boulot. En tout cas, il y a une très belle maturité des cabernets. Quant à savoir si le Beckustator a des craintes: « je suis prudent, la peur n’est pas bonne conseillère. Je me désinfecte régulièrement les mains.J’ai mon propre verre de dégustation et  j’évite les poignées de mains et embrassades. Donc, ça se passe pas mal, mais on ne sait pas comment ça sera dans 10 jours. Je compte déguster au moins 650 vins, 800 si tout va bien. Ce sera 200 à 300 de moins que d’habitude. » Merci à Yves Beck pour ses commentaires, « aaaatttaaaqqquuueee » comme il aime à dire, bon courage à lui et aux autres critiques.

09 Mar

Au final, le salon des Vignerons Indépendants de Bordeaux ne pourra pas se tenir en mars…reporté du 19 au 21 juin

Dimanche soir, à l’issue du Conseil de Défense le Ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, a annoncé que les rassemblements de plus de 1000 personnes seront interdits en France pour éviter la propagation du coronavirus. Cela signifie que le salon des vignerons indépendants qui devait se tenir le week-end prochain du 13 au 15 mars à Bordeaux est annulé pour ce week-end mais néanmoins reporté en juin prochain, comme l’a confirmé ce midi à Côté Châteaux Cédric Coubris le président des Vignerons Indépendants de Gironde.

Cédric Coubris, le Président des Vignerons Indépendants de Gironde dans son chai du château La Mouline à Moulis © JPS

« Le salon est annulé, enfin reporté, on s’en doutait », m’a confirmé ce midi Cédric Coubrisle président des Vignerons Indépendants de Gironde, alors que je lui tirais le portrait pour un prochain numéro de Côté Châteaux (diffusion le 23 mars sur NOA). Vendredi encore, il me confirmait la tenue du salon de Bordeaux, mais entre temps le Ministre de la Santé a annoncé descendre le seuil acceptable des manifestations et événements de 5000 à 1000 personnes. Et forcément, rien qu’avec les 350 vignerons exposants et leurs épouses ou collaborateurs, cela fait déjà 700 personnes et vu que ce sont des milliers d’amateurs qui viennent chaque année, au point d’avoir ces dernières années une fréquentation proche des 30 000 visiteurs sur les 3 jours.

« Il va falloir retrouver une date de report pour compenser la perte pour nos vignerons », et aussitôt il appelait et on lui confirmait qu’une nouvelle date avait été trouvé avec le Parc des Expositions de Bordeaux Lac à savoir du 19 au 21 juin. Certes en même temps que la Fête du Vin sur les quais de Bordeaux, mais bon il n’y avait pas vraiment d’autres dates…considérant qu’en septembre, octobre les vignerons sont trop accaparés par leurs vendanges.

« Notre coeur de métier, c’est la vente au particulier, aussi il va falloir aider nos vignerons qui vont avoir du mal, nous allons contacter nos parlementaires pour voir quels aides on va pouvoir espérer…Dans notre cas, il va y avoir des dégâts chez les vignerons. On est en train de vivre une guerre épidémique. On arrive dans une nouvelle crise, je pense que ce n’est pas la crise épidémique qui va être le plus dur à passer (il faut l’espérer aussi…), ça va être la crise économique. On devrait aussi passer au stade 3 d’ici 10 jours. Depuis ce matin, le siège des Vignerons Indépendants a reçu pas mal d’appels à Artigues-Près-Bordeaux, on attendait de voir et finalement c’est Paris qui nous a confirmé ce report. »

Ce n’est donc pas une annulation mais un report, donc pas de remboursement car le salon devrait bien se tenir en juin prochain. De même pour le salon de Paris à la Porte de Champerret reporté du 12 au 15 juin.