27 Mar

Gel à Bordeaux : 2020 commence décidément très mal…

Cette nuit de nombreux viticulteurs étaient mobilisés pour combattre un gel tant redouté et qui est finalement arrivé dans les secteurs traditionnellement « gélifs. » Les températures sont descendues par endroits de -1 à -2,5°C, un souci pour toutes les parcelles qui ont vu la vigne débourrer avec 15 jours d’avance. La semaine prochaine, d’autres températures négatives sont à craindre…

La lutte contre le gel cette nuit au © château Croix de Labrie en Saint-Emilion

Non seulement il y a cette sacrée pandémie, non seulement les viticulteurs éprouvent toujours des difficultés pour vendre, mais aussi revoilà le gel. Le tout donne un climat anxiogène, qui ce matin a mis en pleurs quelques viticulteurs.

Ils étaient quelques-uns à allumer vers 3h30 – 5h leurs bougies, ballots de paille ou système Frostguard. Sophie Aribaud, conseillère viticole dans le libournais et l’Entre-deux-Mers commente : « quand cela commence à geler à 3h30 du matin et que cela continue jusqu’à 7 heures, c’est plié, en général une demi-heure suffit parfois pour faire des dégâts  Je suis sur un groupe What’App. Certains châteaux ont allumé, d’autres ont fait tourner les hélicoptères ».

Quand c’est encore dans le coton, ça tient, mais on a vu les feuilles et petites grappes déjà bien sortir par endroits, et avec des températures de -2 à -3, cela crame… Ce qui est plus gélif a été impacté ce matin… » Sophie Aribaud conseillère viticole.

Nicolas Lesaint au château de Reignac me confie: « vues les températures, c’est limite, ce ne sont pas les grands froids de 2019 et surtout 2017. » Et après un tour d’horizon à 10h30, 11h, « on est touché, tous les coins gélifs habituels sont touchés. J’ai perdu mes deux derniers bourgeons de latte, cux-là ont été balayés, mais bon les vignes sont à des stades étalés… Tout n’est pas encore sorti. Ce n’est pas la cata pour l’instant. »

A Martillac, Fabien Teitgen directeur du château Smith Haut Lafitte :

Il a fait froid, on y était…On a allumé des bougies vers 3H30 dans les coins froids, notamment sur l’autre château Cantelys où on a deux éoliennes avec générateur de chaleur. A Cantelys, c’est descendu à -3°… » Fabien Teitgen directeur Château Smith-Haut-Lafitte

Et d’ajouter : « hier matin, ils annonçaient plus froid et on n’a rien eu, ce matin c’était annoncé 1° au dessus et on a eu 3 degrés de moins ! On verra cet après-midi que cela donne. Mais enfin ce sont vraiment les coins froids usuels. Sur Smith Haut-Lafitte, c’est plus chaud autour du château, on a d’ailleurs une pousse de 7 à 8 centimètres de haut. Je pense c’est passé à côté ce matin. Mais on a 3 matins qui vont être compliqués, plus inquiétants… »

Dans les Côtes de Baye et Côtes de Bourg, Michaël Rouyer et Didier Gontier, les directeurs respectifs des syndicats viticoles se renseignent. Pour Michaël Rouyer« a priori pas de gros dégâts dans le Blayais », quant à Didier Gontier me confie avoir eu un de ses vignerons qui l’ a appelé, « dans les bas-fonds ça a du morfler mais il faut attendre 2 jours, mais ce qui est inquiétant c’est ce qui arrive mardi… »

Jean-François Galhaud, président du Conseil des Vins de Saint-Emilion, se dit inquiet pas tant pour ce matin mais surtout pour la semaine prochaine: « j’ai entendu les hélicos, mais autour de chez moi c’était positif, mais cela a du taper par endroits…Mais enfin tout n’était pas sorti, un pied sur 5 avait débourré. Ils annoncent une gelée forte pour la semaine prochaine, il ne manquait plus que cela… » Il faut dire qu’il est sur plusieurs fronts, à essayer d’organiser des conseils d’administration en Visio-conférence, confinement oblige, pour gérer les problèmes actuels d’aides à l’emploi, de chômage partiel et après la sortie de crise…Et après un tour d’horizon,  » les dégâts ne sont pas significatifs, je n’ai vu que quelques petites feuilles gelées, mais Alain Vauthier comme François Despagne qui sont de grands techniciens ne sont pas inquiets, si cela débourre cela va être plus compliqué la semaine prochaine, je suis plus inquiet par ce qui va arriver mercredi ou jeudi prochain… »

Au château Croix de Labrie en Saint Emilion Grand Cru, Pierre Coudurié a mis les grands moyens avec de nombreuses bougies dans ses vignes  et publie sur Facebook : « 2eme nuit @croixdelabrie -1C dans les vignes . On se bat « 🔥
Le gel arrive tôt cette année

Joint ce midi, Pierre Coudurié me confie : « on vient de décharger deux nouvelles palettes de bougies à la main ».  Cela fait deux nuits de suite qu’il est sur le front du gel : « hier soir, c’était limite, avec quand même des endroits touchés et aujourd’hui « un peu plus chaud » comme on dit. Le plus dur, ce sera dans la nuit de dimanche à lundi et de lundi à mardi. Cela arrive tôt, avec deux semaines d’avance et on n’est pas encore au mois de mai… »

 

En Pessac-Léognan, Arnaud Thomassin du château de France : « on a eu -2,5°C, mais on avait anticipé, cela fait 2 nuits qu’on travaille, on avait anticipé avec des bougies, éoliennes et appareil qui souffle de l’air chaud. On a de petits dégâts dans le bas de la propriété, mais cela a l’air d’aller. Mais c’est surtout la semaine prochaine, cela risque d’être encore plus compliqué, car encore plus froid. Cela devient usant mais on sera prêt. »

 

Avec les températures qui s’annoncent aussi ce week-end, cela va encore favoriser la pousse comme me l’explique Sophie Aribaud: « on a des choses qui vont encore sortir au niveau des bougeons, ils annoncent 20°, mais dans la nuit de lundi à mardi, on devrait avoir des températures encore plus froides, selon  MeteoBlue, ça craint, des températures qui mercredi ou jeudi pourraient être des températures négatives (de -1à -2° sur Saint-Emilion) qui pourraient avoisiner les -5 par endroits. (jusqu’à -8° en ressenti sur 2 ou 3 nuits). Autant dire un nouveau cauchemar. Tout le Bordelais a encore en tête ces 27 et 28 avril 2017 où 40% de la récolte avait été perdue, mais c’était un peu plus tard ce qui est rassurant, la vigne était encore plus avancée.

Pour Sophie Aribaud, dans l’immédiat: « il faut que les viticulteurs arrêtent de travailler les sols, de tondre, il ne faut pas plier, pendant 2 à 4 jours, il ne faut rien toucher au sol, sinon ça attire encore plus le gel.Et puis les viticulteurs avec ce réchauffement climatique vont devoir changer leurs habitudes notamment éviter de tailler trop tôt dès la fin novembre, il faut une taille plus tardive et choisir aussi des porte-greffes plus tardifs. »

Tous les vignerons croisent les doigts pour les jours à venir. Ils vont une fois de plus se tenir prêts à combattre le gel avec les moyens du bord. Suffiront-ils ? A suivre… Bon courage à eux.

Dernière minute : ce week-end les prévisions météo misent sur un léger réchauffement. Des températures qui pourraient repasser positives… On croise les doigts.

14 Mar

#Coronavirus : des annulations en cascade dans le monde du vin

C’est une semaine qui a vu les choses s’accélérer avec l’interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes dimanche soir, interdiction ramenée vendredi matin à 100 personnes. Du coup nombre de manifestations sont tombées les unes après les autres, certaines espérant encore en milieu de semaine et puis finalement non. Bref, à l’image de l’économie qui va tourner au ralenti, le monde du vin tend le dos, en espérant qu’au delà des manifestations, ce ne soit pas toute le filière qui chute…

RETOUR SUR LES DEUX DERNIERES SEMAINES FOLLES

ProWein a quasiment ouvert le bal le 29 février en annonçant le report du salon qui devait se tenir du 15 au 17 mars, une annulation au final, car le salon se tiendra l’an prochain en mars 2021. Vinexpo de son côté avait déjà un plan B dans les tiroirs depuis début février pour reporter Vinexpo Hong-Kong et pensait à un report en juillet, acté le 2 mars

Le Salon des Vignerons Indépendants de Bordeaux a pensé dans un premier temps pouvoir maintenir le salon de Bordeaux du 13 au 15 mars et celui de Paris Porte de Champerret, comme l’avait confié en exclu Cédric Coubrisà Côté Châteaux le 5 mars dans la mesure où l’on en était encore à une jauge à moins de 5000 personnes rassemblées en même temps. Et patatras, l’annonce du Ministre de la Santé dimanche dernier de ramener cette limite à 1000 personnes a fait s’envoler tout espoir de salon, Bordeaux et Paris ont été annulés lundi pour ces dates et reportés en juin pour Bordeaux, au moment de la fête du vin, comme me l’a confirmé dès le lendemain midi Cédric Coubris le président des Vignerons Indépendants de Gironde.

Des interrogations se sont faites jour aussi en début de semaine avec la fameuse Semaine des Primeurs, prévue du 30 mars au 2 avril. Période des primeurs qui déjà a vu quelques dégustations se tenir comme avec les Fronsac et Canon-Fronsac, les Sauternes ou encore les Cadillac…L’Union des Grands Crus qui tenait son assemblée générale a bien voulu jouer la transparence et gérer en temps réel cette situation. Avec courage, Ronan Laborde m’a confirmé mercredi après-midi le maintien de la Semaine, mais avec de nombreux bouleversements, une signalétique partout avec des distributeurs de gels hydro-alcooliques, un service de verres uniques, etc et annonçait que toutes les soirées seraient annulées. Et finalement, ce vendredi matin, après le discours du Président Macron et l’annonce du Premier Ministre de ramener l’interdiction des manifestations à 100 personnes,  l’UGCB a été de facto obligée de suspendre la Semaine des Primeurs…

LES ANNULATIONS SE SONT POURSUIVIES VENDREDI

A son tour le Syndicat Viticole de Pessac-Léognan et son président Philibert Perrin, ont décidé « tout comme l’Union des Grands Crus de Bordeaux, de reporter à des dates ultérieures la Soirée co-organisée avec l’Union des Crus Classés de Graves, prévue le dimanche 29 mars au Palais de la Bourse, ainsi que la présentation du Millésime 2019 du lundi 30 mars au Château Latour-Martillac ».

De même pour le Domaine de Chevalier « contraint d’annuler la présentation du millésime 2019 du Clos des Lunes qui devait avoir lieu jeudi 19 mars au Palais de la Bourse, étant donné la situation sanitaire actuelle »…

Dans l’Entre-deux-Mers, où on ne prend généralement pas l’eau, mais là le le Top Vin de l’AOC E2M prévu le lundi 23 mars prochain, est reporté comme l’a annoncé Frédéric ROGER, tout en précisant que « la date de report reste à fixer » ou  alors l’,« annulation est envisagée pour 2020 ».

A noter aussi « le report de Saint Mont Vignoble en Fête suite à l’arrêté ministériel du 9 mars concernant le Covid-19. Initialement prévu du 27 au 29 mars, l’événement incontournable du Sud-Ouest, présenté par Plaimont, se déroulera au même moment que Saint Mont Vignoble en Course les 18, 19 et 20 septembre 2020 ».

Et c’est aussi sans compter tous les autres événements en France annulés ou reportés… On croise les doigts pour toute la filière. Et on espére que chez eux les gens vont continuer à apprécier le vin… Car le jour où les commerces cavistes et restaurants vont être fermés, si cela arrive comme en Italie, cela va faire mal.

CERTAINS DEGUSTATEURS POURTANT PRESENTS A BORDEAUX

Même si la Semaine des Primeurs est suspendue, de grands noms de la dégustation continuent de venir dans le Bordelais. Ainsi le Suisse Yves Beck est présent depuis deux semaines et a prévu de rester jusque fin avril : « pour moi, pas grand chose ne change, vu que j’ai pas mal de rendez-vous individuels, mais bon certains châteaux ont même annulé ces visites individuelles. Ensuite, je déguste beaucoup dans les laboratoires, ce qui n’est pas un problème et je suis en train de chercher des alternatives pour les vins que je dégustais avec l’UGCB. Et puis, j’ai rendez-vous avec des négociants, je pense qu’ils vont prendre le relais. Donc il y a du boulot. En tout cas, il y a une très belle maturité des cabernets. Quant à savoir si le Beckustator a des craintes: « je suis prudent, la peur n’est pas bonne conseillère. Je me désinfecte régulièrement les mains.J’ai mon propre verre de dégustation et  j’évite les poignées de mains et embrassades. Donc, ça se passe pas mal, mais on ne sait pas comment ça sera dans 10 jours. Je compte déguster au moins 650 vins, 800 si tout va bien. Ce sera 200 à 300 de moins que d’habitude. » Merci à Yves Beck pour ses commentaires, « aaaatttaaaqqquuueee » comme il aime à dire, bon courage à lui et aux autres critiques.

09 Mar

Au final, le salon des Vignerons Indépendants de Bordeaux ne pourra pas se tenir en mars…reporté du 19 au 21 juin

Dimanche soir, à l’issue du Conseil de Défense le Ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, a annoncé que les rassemblements de plus de 1000 personnes seront interdits en France pour éviter la propagation du coronavirus. Cela signifie que le salon des vignerons indépendants qui devait se tenir le week-end prochain du 13 au 15 mars à Bordeaux est annulé pour ce week-end mais néanmoins reporté en juin prochain, comme l’a confirmé ce midi à Côté Châteaux Cédric Coubris le président des Vignerons Indépendants de Gironde.

Cédric Coubris, le Président des Vignerons Indépendants de Gironde dans son chai du château La Mouline à Moulis © JPS

« Le salon est annulé, enfin reporté, on s’en doutait », m’a confirmé ce midi Cédric Coubrisle président des Vignerons Indépendants de Gironde, alors que je lui tirais le portrait pour un prochain numéro de Côté Châteaux (diffusion le 23 mars sur NOA). Vendredi encore, il me confirmait la tenue du salon de Bordeaux, mais entre temps le Ministre de la Santé a annoncé descendre le seuil acceptable des manifestations et événements de 5000 à 1000 personnes. Et forcément, rien qu’avec les 350 vignerons exposants et leurs épouses ou collaborateurs, cela fait déjà 700 personnes et vu que ce sont des milliers d’amateurs qui viennent chaque année, au point d’avoir ces dernières années une fréquentation proche des 30 000 visiteurs sur les 3 jours.

« Il va falloir retrouver une date de report pour compenser la perte pour nos vignerons », et aussitôt il appelait et on lui confirmait qu’une nouvelle date avait été trouvé avec le Parc des Expositions de Bordeaux Lac à savoir du 19 au 21 juin. Certes en même temps que la Fête du Vin sur les quais de Bordeaux, mais bon il n’y avait pas vraiment d’autres dates…considérant qu’en septembre, octobre les vignerons sont trop accaparés par leurs vendanges.

« Notre coeur de métier, c’est la vente au particulier, aussi il va falloir aider nos vignerons qui vont avoir du mal, nous allons contacter nos parlementaires pour voir quels aides on va pouvoir espérer…Dans notre cas, il va y avoir des dégâts chez les vignerons. On est en train de vivre une guerre épidémique. On arrive dans une nouvelle crise, je pense que ce n’est pas la crise épidémique qui va être le plus dur à passer (il faut l’espérer aussi…), ça va être la crise économique. On devrait aussi passer au stade 3 d’ici 10 jours. Depuis ce matin, le siège des Vignerons Indépendants a reçu pas mal d’appels à Artigues-Près-Bordeaux, on attendait de voir et finalement c’est Paris qui nous a confirmé ce report. »

Ce n’est donc pas une annulation mais un report, donc pas de remboursement car le salon devrait bien se tenir en juin prochain. De même pour le salon de Paris à la Porte de Champerret reporté du 12 au 15 juin.

01 Mar

L’épidémie de coronavirus oblige les organisateurs allemands à reporter ProWein à Düsseldorf

Messe Düsseldorf l’a annoncé samedi sur Facebook et a envoyé des messages aux exposants, le salon ProWein est annulé du 15 au 17 mars et est reporté à une date ultérieure. Un nouveau coup dur pour le commerce du vin.

Les organisateurs Messe Dûsseldorf ont suivi les recommandations du gouvernement allemand. Des recommandations qui ont aussi valu en France avec l’arrêt du salon de l’Agriculture décidé samedi par le gouvernement français.

Devant l’augmentation du nombre de personnes infectées par le coronavirus ou Covid-19, ProWein a donc été reporté à une date ultérieure… Une incertitude planant tant sur les visiteurs que sur les exposants, avec les vols internationaux perturbés, et avec également des risques liés avec un tel rassemblement confiné. Sur sa page Facebook, « Messe Düsseldorf reporte ProWein… En liens étroits avec tous les partenaires, l’entreprise va rapidement décider d’autres dates pour le salon afin de permettre à tous de garantir de bons rendez-vous. »

Il est vrai que ProWein est devenu  en quelques années le salon leader, l’ogre allemand qui a mangé petit à petit des parts de marchés à d’autres salons, Vinexpo notamment, au point de capter quelques 60 000 visiteurs professionnels. En 2019, ce sont 6900 exposants qui y étaient présents, de 64 pays. De très nombreux Bordelais et autres vignerons du Sud-Ouest s’y rendaient habituellement, un salon qui en terme de retombées est devenu incontournable pour vendre, car de très nombreux importateurs internationaux y sont présents.

Le salon © ProWein devait se tenir dans mois de semaines du 13 au 15 mars, il est reporté…

Le PDG Werner M.Dornscheidt s’est exprimé dans ce communiqué : « Nos clients, partenaires et employés nous font confiance. Pas seulement quand ce salon professionnel couronné de succès devient l’un des événements majeurs professionnels. Ils peuvent aussi compter sur nous et nous faire confiance quand nous prenons des décisions concernant des crises et situations critiques qui concerne leur sécurité. » 

« Cette décision nous concernant n’était pas facile à prendre », selon Thomas Geisel, maire de Düsseldorf et responsable du Conseil de Surveillance de Messe Düsseldorf : « mais le report pour le moment est nécessaire pour Messe Düsseldorf et ses clients, compte tenu de son essor. »

Nul doute que cette décision sage va trouver une issue pour sans doute une date où l’accalmie sera revenue, on l’espère.

07 Fév

Etats-Unis: des ventes de vin français qui ont plongé de 44% en novembre dernier

Les exportations de vin français vers les Etats-Unis ont pratiquement été réduites de moitié en novembre après l’entrée en vigueur mi-octobre des taxes de 25% imposées par l’administration Trump, a annoncé vendredi le secrétaire D’État français au Commerce extérieur Jean-Baptiste Lemoyne.

“Les exportations de vin en novembre vers les Etats-Unis ont chuté de 44% par rapport à celles du mois d’octobre”, a précisé le secrétaire d’État lors de la présentation des chiffres annuels du commerce extérieur en 2019, précisant qu’il ne disposait pas encore des chiffres pour l’ensemble de l’année écoulée.

Jean-Baptiste Lemoyne a toutefois appelé à “interpréter” ces chiffres du mois de novembre “avec précaution”. “Il y a peut-être eu en octobre des anticipations pour constituer des stocks”, a-t-il dit, rappellent que les taxes US étaient entrées en vigueur le 18 octobre.

Il a cependant reconnu que l’entrée en vigueur de ces taxes, imposées dans le cadre du différend qui oppose Washington et Bruxelles sur les subventions à Airbus et Boeing, constituait un “choc pour la filière” viticole française et rappelé les mesures prises par le gouvernement pour y faire face.

“Nous avons doublé le budget de l’agence Sopexa (agence de communication spécialisée dans les produits alimentaires) et nous avons demandé à Business France d’accroître ses actions vers un certains nombre de géographies en faveur de la filière viti-vinicole”, notamment le Japon, a-t-il souligné.

A l’échelon européen, avec le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume , “nous avons demandé qu’un fonds de compensation pour les pertes soit mis en place. Nous espérons avoir gain de cause dans les semaines, les mois à venir”, a affirmé M. Lemoyne.

A l’automne, Washington a été autorisé par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à appliquer des taxes sur différents produits européens, dont les vins français, en représailles à des subventions versées à Airbus par les États européens.

Avec AFP

30 Jan

L’INAO prévoit de revoir la carte de l’appellation Bourgogne…Attention aux mécontents…

 C’est une petite tempête qui s’annonce et déplaît aux viticulteurs bourguignons. Ceux-ci ne digèrent pas le projet de révision de l’aire géographique de l’AOC Bourgogne. 64 communes en seraient exclues. Par la même occasion, certains vignobles du Beaujolais seraient désormais en Bourgogne… Cela risque de créer un petit séisme.

Vignoble de Bourgogne sur les hauteurs de Dijon © France 3 Bourgogne

Sur les hauteurs de Dijon, Manuel Olivier a planté 2,5 hectares de vigne. Il prévoit d’en planter d’autres cette année. Sauf que une partie de ce vignoble pourrait perdre le droit à l’appellation BourgogneLes vins produits y seraient déclassés sous le nom de « coteaux bourguignons », beaucoup moins rentable.

Concrètement, cela peut diviser le prix par deux… le prix de la bouteille finale par deux, le prix de la pièce par deux »Manuel Olivier vigneron.

Le Dijonnais n’est pas la seule zone concernée. Plusieurs vignobles sont visés par le projet de l’INAO… En gros, tous ceux situés au nord de la région comme le châtillonnais, le chablisien, le jovinien ou le tonnerrois pourraient ne plus bénéficier de l’appellation Bourgogne.

Pour Thiébault Huber, responsable viticole: « cette appellation, c’est notre socle ».

On est 4500 vignerons. Près de 50% ont 100% d’appellation Bourgogne, et 90% ont au moins une appellation, tout le monde est concerné » Thiébault Huber.

L’appellation remonte à 1937, quand l’INAO a créé de très nombreuses appellations un peu partout en France. Le souci, c’est qu’à l’époque la délimitation du vignoble n’a pas été terminé, et l’INAO veut achever le boulot aujourd’hui, ce qui risque de faire quelques mécontents… Il pourrait inclure dans l’appellation Bourgogne certaines communes du beaujolais, au détriment de 64 communes de Bourgogne. Alors là, cela serait une mini-révolution…

« Qu’au moins les vignerons restent en Bourgogne, qu’on ne dise pas aux vignerons de Chablis ou de Châtillon, eh bien non tu ne fais plus partie de le Bourgogne…. »

On a deux identité, on peut dire vive le Beaujolais vive la Bourgogne, mais attention à ne pas faire du Bourgogne dans le Beaujolais ! »

Les Bourguignons comptent bien se faire entendre et vont se rendre le 6 février au siège de l’Inao, cela risque d’être animé et on le comprend. Ils ont aussi lancé une campagne d’information sous forme humoristique et une pétition qui a déjà recueilli 3.000 signatures. 

Avec France 3 Bourgogne et Muriel Bessard.

Regardez le reportage de mes confrères Muriel Bessard et Guillaume Desmalles:

21 Jan

Espoir d’un sursis pour les produits français menacés de surtaxes aux USA

Rouges à lèvres et champagnes français échapperont-ils à une surtaxe douanière aux États-Unis? C’est ce qu’espère Paris, qui a obtenu de poursuivre les négociations avec les Américains.

Une source diplomatique française a fait état lundi d’un accord entre Emmanuel Macron et Donald Trump pour prolonger « jusqu’à la fin de l’année » les discussions sur la taxation des géants du numérique, défendue par Paris mais qui fâche Washington.

Le chef d’État français et le président américain « se sont mis d’accord pour donner une chance » aux négociations afin de « trouver une solution dans un cadre international » et éviter « une guerre commerciale qui ne serait bénéfique pour personne », a indiqué lundi soir une source diplomatique. « Dans cet intervalle, il n’y aurait pas d’application de sanctions », a-t-elle assuré.

Dans un tweet en début de soirée, Emmanuel Macron a qualifié d' »excellente » la discussion qu’il a eue dimanche avec son homologue américain. « Nous allons travailler ensemble sur un bon accord pour éviter toute escalade des tarifs » douaniers, a-t-il
souligné.

« Excellent! », lui a répondu Donald Trump, toujours sur Twitter. « Les deux dirigeants sont convenus qu’il était important de mener à bien des négociations couronnées de succès », a écrit la Maison Blanche.

Le ton du ministère des Finances est resté plus mesuré. Les négociations avec les États-Unis sur la taxation française des géants du numérique sont « très difficiles » et échapper à des sanctions qui pourraient être annoncées dès mercredi est « loin d’être gagné », avait constaté plus tôt lundi le ministre français de l’Économie Bruno Le Maire sur la chaîne de télévision LCI.

Washington a menacé début décembre de surtaxer « jusqu’à 100% » l’équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits hexagonaux emblématiques, en représailles à l’imposition par la France d’une taxe de 3% sur les grandes entreprises du numérique.

A Washington, on déplore qu’elle cible surtout les géants américains du secteur, les « GAFA » (Google, Amazon, Facebook, Apple).

Seraient visés le champagne, des produits laitiers dont l’emblématique roquefort, les sacs à main en cuir, les cosmétiques, la vaisselle en porcelaine ou encore les cocottes en fonte françaises, très prisées des gourmets américains.
 
Paris a toutefois indiqué qu’il supprimerait son projet de taxe si un accord international sur une fiscalité du numérique était trouvé.

Depuis décembre, la France mène donc d’intenses négociations dans le cadre de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) pour tenter d’éviter cette nouvelle salve de taxes douanières punitives américaines. Celles-ci s’ajouteraient aux taxes déjà appliquées en octobre dans le cadre du conflit commercial Airbus/Boeing, qui ont touché essentiellement les vins non pétillants de moins de 14 degrés d’alcool, soit des exportations représentant un milliard d’euros en
2018.

Le 7 janvier, les États-Unis et la France s’étaient donné quinze jours, jusqu’à ce mardi, pour permettre la poursuite du travail à l’OCDE.

« La France poursuit son objectif de juste taxation des entreprises du numérique et de trouver un compromis dans le cadre de l’OCDE », a rappelé lundi l’Élysée.

Bruno Le Maire doit rencontrer mercredi à Davos son homologue Steven Mnuchin pour discuter de la poursuite des discussions en présence du secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria. « Ils vont travailler », a confirmé lundi soir une source proche du dossier, ajoutant « la France fera des propositions ».

Un deuxième train de taxation américaine « serait un coup terrible pour la viticulture française » avait reconnu M. Le Maire sur LCI. Cependant, dans l’attente d’une fiscalité internationale cadré par l’OCDE, le ministre n’est « certainement pas » prêt à renoncer, a-t-il affirmé, ni à réduire à « presque rien » cette taxe.

« Ce que j’essaye de faire comprendre à nos amis américains, c’est que le combat n’est pas entre la France et les États-Unis, ou entre l’Europe et les États-Unis. Le combat est pour mettre en place une fiscalité juste » sur le numérique, a-t-il insisté.

AFP

19 Jan

Baisse de la consommation de vin, Brexit, Taxes Trump : la viticulture française inquiète

Les ventes de vin en grandes surfaces en France ont tendance à reculer, ajoutant à l’inquiétude des vignerons, déjà touchés par les incertitudes à l’exportation en Grande-Bretagne et aux États-Unis, deux de leurs principaux marchés.

Image d’illustration © JPS

Du 7 janvier au 10 novembre 2019, hors fêtes de fin d’années, les ventes de vins non pétillants ont reculé de 5,3% en volume dans les super et hypermarchés par rapport à la même période de 2018, et de 3,9% en valeur, a indiqué jeudi l’organisme semi-public FranceAgriMer, à l’issue d’un conseil spécialisé consacré à la viticulture.

On ne voit plus aucune certitude sur les marchés, les professionnels sont très inquiets à l’export avec le Brexit et les taxes Trump de 25% sur les vins français” appliquées depuis le 18 octobre 2019, Didier Josso, délégué à la filière vins chez FranceAgriMer, “alors que la consommation intérieure a tendance à régresser aussi”.

Dans le détail, les ventes de vin rouge en grandes surface ont continué de baisser, avec un recul de 7,6% en volume et 6,3% en valeur sur les onze premiers mois de l’année. Les blancs se sont maintenus (-0,2% en volume et +1,9% en valeur). Élément nouveau, les rosés ont aussi reculé (-4,8% en volume et -3,8% en valeur).

Dans ce contexte, les vins IGP (Indication géographique protégée) tirent leur épingle du jeu, stables en volume et en progression en valeur (+1,5% par rapport à 2018), alors que les AOP (appellation d’origine protégée) baissent en volume (-8,4%) et en valeur (-5,7%).

A l’exportation, les ventes des quatre premiers mois de la “campagne” viticole 2019 (août-novembre) ont plutôt progressé, même si les volumes exportés restent en-deçà de ceux des cinq dernières années.

Côté britannique, les vignerons français s’inquiètent de la perspective d’un Brexit sans accord fin 2020, a souligné M. Josso.

Vers les États-Unis, premier marché d’exportation, les ventes d’août à novembre ont baissé de 1% par rapport à 2018.

Pris isolément, le mois de novembre – premier mois de pleine application des taxes décidées par l’administration Trump sur les vins français non effervescents de moins de 14 degrés- a enregistré une baisse de 15% des volumes exportés vers les États-Unis et de 21% en valeur. Les effervescents ont aussi trinqué (-9% en volume et -6% en valeur), alors qu’ils ne sont pas concernés par les taxes, a souligné FranceAgriMer.

AFP

05 Jan

Taxera, taxera pas ? Les produits français dans l’expectative aux Etats-Unis…

La menace de l’administration Trump de taxer les produits français provoque une levée de bouclier aux Etats-Unis, chez les particuliers comme chez les professionnels du secteur. L’administration Trump a récemment menacé de surtaxer « jusqu’à 100% » l’équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits français.

« Ne me prenez pas l’un des derniers plaisirs que je peux encore m’offrir », supplie Gerald Ansel. Cet amateur américain de vin veut convaincre l’administration Trump de renoncer à imposer des tarifs douaniers sur des produits emblématiques pour punir la France de sa taxe GAFA.

L’administration Trump a récemment menacé de surtaxer « jusqu’à 100% » l’équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits français. Champagne, roquefort, sacs à main en cuir, cosmétiques, porcelaine de Limoges, cocottes en fonte Le Creuset et Staub, pourraient ainsi faire les frais du mécontentement des Etats-Unis après l’instauration en France d’une taxe sur les géants du numérique qui frappe en premier lieu les « Gafa » américains (Google, Apple, Facebook et Amazon).

Le représentant américain au commerce (USTR) reçoit jusqu’à lundi soir les commentaires écrits de particuliers et professionnels du secteur, et tiendra mardi une réunion publique, pour examiner les demandes d’exemptions.

« Des petites et moyennes entreprises seront pénalisées tout au long de la chaîne d’approvisionnement en représailles à des taxes sur les géants des services numériques », déplore ainsi, dans son commentaire à l’USTR, la Specialty Food Association (SFA), organisation professionnelle alimentaire qui compte plus de 3.900 membres aux Etats-Unis.

L’organisation estime qu’environ 14.000 détaillants de produits alimentaires spécialisés seront pénalisés par ces droits de douane, ainsi que plus de 20.000 autres détaillants alimentaires.

Dix associations d’importateurs de vins français, qui ont envoyé un courrier commun à l’USTR, ont chiffré de 11.200 à 78.600 les pertes d’emplois aux Etats-Unis si ces menaces sont mises à exécution.

HAUSSE ASTRONOMIQUE DES PRIX

La mesure n’entrera pas en vigueur avant mi-janvier, à l’issue de la période de consultations. Ces droits de douanes supplémentaires, « premièrement, feront perdre leur emploi à des gens, et les consommateurs n’auront plus accès à des produits qu’ils aiment ou devront supporter une hausse astronomique des prix », selon Kermit Lynch Wine Merchant, un importateur de vins français et italiens, dans un courrier transmis à l’USTR. « Malgré l’importance du marché américain pour le vin européen, les producteurs européens ne seront pas autant pénalisés que les consommateurs américains. (…) A la fin, les perdants seront les consommateurs et les entreprises américains », ajoute l’importateur.

De leur côté, les géants du numérique se gardent de condamner ces taxes supplémentaires. La Computer & Communications Industry Association, qui regroupe entre autres Facebook, Amazon et la maison mère de Google, Alphabet, estime ainsi que « l’action de la France mérite une réponse conséquente et proportionnée de la part des Etats-Unis ». « Si des changements sont nécessaires dans la taxation internationale de l’économie numérique, cela doit être mené dans le cadre d’un processus multilatéral à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) », plaide cette organisation.

Pour mettre fin à des pratiques fiscales controversées des multinationales du numérique accusées de minorer leurs revenus en France, le gouvernement français a voté fin 2018 une taxe dite « Gafa » qui impose ces entreprises à hauteur de 3% du chiffre d’affaires réalisé en France.

Le Canada compte également taxer les géants du numérique mais attendra, avant d’agir, la décision de l’OCDE, qui doit rendre à l’été un rapport sur le sujet. « Les menaces de sanctions américaines sont inacceptables. Notre priorité est de trouver une solution internationale à l’OCDE sur la taxation du numérique. Si nécessaire, nous sommes prêts à riposter au niveau européen », avait rétorqué mi-décembre le ministre français de l’Economie Bruno Le Maire.

Si les Etats-Unis concrétisent leurs menaces, il s’agirait d’un deuxième train de sanctions douanières touchant la France: dans la longue bataille juridique autour des subventions accordées à Airbus, l’administration Trump a commencé mi-octobre à appliquer des taxes punitives s’élevant à 10% sur les avions européens, et à 25% sur divers produits alimentaires de l’Union européenne dont une partie des vins français.

AFP

VOICI DES EXTRAITS DE COMMENTAIRES ADRESSES AU REPRESENTANT US AU COMMERCE (UTSR):

  • John LeRoy, travaille pour M.S. Walker, entreprise familiale qui importe des
    vins et spiritueux: « Les droits de douane envisagés pourront avoir des effets dévastateurs sur l’industrie qui me fait vivre avec ma famille. Mon gagne-pain dépend de la croissance continue et du succès de l’entreprise pour laquelle je travaille, et il est évident que ces droits de douane pénaliseront fortement notre capacité à conduire nos activités et servir nos clients. »
  • Elizabeth DiPaolo, acheteuse de vins pour un groupe de magasins d’alcool dans le Massachusetts: « Nous ne devrions pas avoir à payer le prix d’un conflit entièrement hors de notre contrôle. (…) Si les vins importés deviennent trop onéreux pour les consommateurs américains, alors les droits de douane ne servent pas les intérêts qu’ils devraient. A la place, résultera une grande dépression dans l’industrie de l’alcool, au détriment de nombreuses personnes qui travaillent dur. »
  • Kenneth Cusson, restaurateur: « La production américaine de produits de substitution aux produits américains n’est simplement pas suffisante. (…) Ces taxes vont punir les entreprises et consommateurs américains, pas les gouvernements et industries impliqués dans ce conflit. »
  • William Woodruff, de Chloe Wines, importateur à Seattle (Etat de Washington): « Marie Copinet Champagne représente 20% de notre activité, et nous serions contraints de retirer cette offre de notre catalogue, et licencierions immédiatement un de nos deux employés. »
    Whitney Schubert, responsable de l’offre France de Polaner Selections, importateur de vins dans le New Jersey: « Cela va détruire l’activité vinicole américaine. (…) De petites, moyennes, et même grosses entreprises ne seront pas capables de résister à des frais si élevés, ce qui provoquera des fermetures et des pertes d’emploi. »
  • Gerald Ansel, particulier, Anaheim (Californie): « S’il vous plaît n’imposez pas plus les vins européens. Ils sont l’un des derniers luxes que je peux m’offrir. La qualité des vins américains n’a rien à voir avec ceux de France ou d’Italie. NE ME RETIREZ L’UN DES QUELQUES PLAISIRS SIMPLES QUE JE PEUX ENCORE M’OFFRIR. »
  • Shawn Mead, responsable de deux commerces de vin à Seattle (Etat de Washington): « Des droits de douane de 100% sur les vins européens dévasteraient probablement mes deux activités. (…) Je demande urgemment à l’USTR de ne pas appliquer de nouveaux droits de douane, mais plutôt de trouver d’autres solutions (…) de préférence avec les parties concernées, plutôt que de punir une industrie qui n’a rien à voir, et les milliers d’Américains qui gagnent leur vie grâce à cela. »

04 Jan

Bordeaux solidaire de l’Australie en proie aux flammes : « du jamais vu de mémoire d’homme »

L’Australie vit actuellement de sombres heures, encerclée par de nombreux feux qu’elle n’arrive pas à maîtriser. Catherine Leparmetier de la CCI de Bordeaux Gironde est en contact avec ses amis australiens du réseau Great Wine Capitals. Une solidarité s’organise avec d’autres vignobles du réseau touchés par des incendies comme en Californie et au Portugal. Tandis que Jacques Lurton croise les doigts pour que son vignoble sur Kangaroo Island soit épargné…

LE RESEAU GREAT WINE CAPITALS SOLIDAIRE

Jointe ce matin par Côté Châteaux, Catherine Leparmentier-Dayot de la CCI de Bordeaux ne cachait pas son inquiétude vis-à-vis des ses amis australiens d’Adélaïde qui font partie des 10 villes et grandes régions viticoles. Jo Collins vice-présidente, que nous avions rencontré à Bordeaux en novembre dernier à l’occasion des 20 ans du réseau, a contacté par mail Catherine Lepamentier : « elle a demandé à ce que je fasse passer un message et un retour d’expérience avec les autres vignobles de Californie de Napa Valley et Sonoma qui avaient été touchés par les incendies, ainsi qu’au Portugal… »

Jo Collins from Adelaide in Australia au château Marquis de Terme en novembre dernier © JPS

« Déjà avant Noël, on a eu un appel au secours de mes amis d’Adélaïde, même si les feux impactent davantage la Nouvelle-Galles du Sud…Il y a des régions très touchées, avec des propriétés dévastées par le feu. Ils sont désespérés, ils ne savent pas par quel bout le prendre, c’est une catastrophe.En tous les cas, on est très attentif à tout cela et on va voir de quelle manière on va pouvoir les aider… »

Jacques Lurton devant la propriété familiale la Louvière à Léognan © JPS

JACQUES LURTON : « POUR L’AUSTRALIE, C’EST UNE ANNEE ATROCE…SUR KANGAROO ISLAND 1/3 DE L’ILE A BRULE » 

Quand on pense à l’Australie, on pense bien évidemment à toutes ces personnes cernées par les flammes. 23 personnes sont décédées, d’autres disparues, certaines ont été contraintes de trouver refuge sur la plage pour se sortir vivantes de ce terrible brasier et être embarquées sur des bateaux de sauvetage, 100 000 personnes sont évacuées actuellement, et puis on pense aussi à tous ces animaux, on parle sans doute de près de 500 millions de bêtes décimées…

Aerial photos of the fire at Ravine on Kangaroo Iasland. Picture CFS from Daily Examiner

Quand on pense Australie, on pense aussi au Bordelais globe-trotter Jacques Lurton qui a une propriété là-bas: « the Islander Estate Vineyards à Kangaroo Island ». Il me confie ce matin au téléphone: « cela brûle sérieux là-bas ! Pour  l’instant, j’ai de la chance, c’est passé juste à côté mais cela ne nous a pas touché. Fort heureusement le vent souffle dans un autre sens…Néanmoins la sécheresse et la chaleur touche cette zone, les plus grosses infra-structures hôtelières ont brûlé sur Kangaroo Island, c’est la 3e destination touristique en Australie, c’est comme si un 1/3 de la Corse avait brûlé.

Pour l’Australie, c’est une année atroce, du jamais vu de mémoire d’homme », Jacques Lurton propriétaire de Islander Estate Vineyards

 

Et de poursuivre : « Il y a deux semaines, cela a flambé dans les colline d’Adélaïde, il y a plus d’1/3 du vignoble qui a brûlé, avec des noms de domaines très importants comme Henschke, il y a eu de gros feux sur Sydney et depuis une semaine à l’est de Melbourne, des feux qui ont d’ailleurs poussé les gens sur les plages… »

Louis Bouteloup et Juliette, lors d’une soirée dégustation à Bordeaux © JPS

LE REGARD DE LOUIS BOUTELOUP, GIRONDIN ANCIEN HABITANT EN AUSTRALIE

Ami de Côté Châteaux, titulaire d’un BTS commerce vin et spiritueux à la MFR de Vayres, Louis Bouteloup Bèglais a passé avec sa compagne près de 2 ans en Australie, d’octobre 2014 à mars 2016…Il connaît bien le pays qu’il a sillonné « on a fait 35000 kilomètres »; « on a fait les vendanges là-bas, à Mac Laren Vale à côté d’Adélaïde, des vendanges en février-mars où il faisait très chaud très tôt le matin, où l’on apercevait de petits kangourous… »

« On n’est qu’à moitié surpris malheureusement, ce sont des feux courants en Australie, mais avec le réchauffement climatique cela s’aggrave et ce n’est pas un pays écologique car c’est le 1er pays exportateur de charbon au monde. Ils ont creusé un passage au niveau de la grande barrière de corail pour que les cargos puissent passer, et ils sont émis un véto pour que cette grande barrière ne puisse pas être classée Unesco...

« Chaque année, cela crame là-bas, mais surtout au milieu de l’Australie, là où il y a une communauté aborigène, mais cela fait beaucoup moins parler…là c’est beaucoup plus important. Ils auraient pu réagir plus tôt, mais ils sont tellement habitués à des « bushfire », mais là cela a pris beaucoup plus d’importance. C’est terrible pour la faune et notamment les koalas, une espèce déjà en voie de disparition, c’est en train de l’anéantir… »

« On est de tout coeur avec nos « mate » amis australiens… » conclue Louis Bouteloup.

Observation de l’Australie avec le satellite geostationnaire Himawari 8 le 3 janvier 2020.

A cette heure, la situation risque de prendre encore plusieurs semaines, une question de solidarité internationale se pose pour de nombreux Etats qui devraient envoyer des canadairs et autre dash pour essayer de contenir ce désastre planétaire, car ce drame est visible depuis l’espace : sur le site Ciel et Espace, on prend conscience de l’importance de cette catastrophe, des rejets de fumées et retombées : « c’est peut-être à 36 000 km d’altitude, par le biais d’Himawari 8, que le constat est le plus impressionnant » commente Ciel et Espace. « Les images du satellite de l’Agence météorologique du Japon révèle un vaste panache ocre, fait de cendres et de poussières, qui s’échappe vers l’est… jusqu’en Nouvelle-Zélande. Sur place, le 1er janvier 2020, les habitants de l’île du Sud ont constaté que le Soleil adoptait une couleur rouge-orangée. En cause, la diffusion de la lumière par une atmosphère chargée de ces particules rejetées par les incendies australiens. Plus en altitude, la neige de certains glaciers néo-zélandais a même tourné au brun, comme le rapportait hier The Guardian ».

Côté Châteaux a une pensée émue pour toutes les victimes, personnes évacuées, blessées et tous ces animaux, sans parler du vignoble. Bon courage aux Australiens et espérons pour eux une aide internationale.