26 Avr

Envie de vous évader ? Terre de Vins vous a concocté un hors-série spécial oenotourisme en France

En voilà une bonne idée: préparer ses vacances ou séjours de découverte d’après confinement. Terre de Vins et son numéro spécial oenotourisme va vous y aider avec 40 circuits dans les plus beaux vignobles de France. L’occasion de mettre en avant également les 100 lauréats des trophées de l’oenotourisme 2020.

Premier postulat les vacances à l’étranger sont compromises pour certains, deuxième la France est le plus beaux pays du monde, et troisième elle regorge des plus beaux vignobles accueillants, avec de très nombreuses offres de découvertes.

Partant de là, rien de tel que de se plonger dans le hors série de Terre de Vins d’avril, toujours en kiosque, c’est le petit plaisir que je me suis octroyé ces derniers jours, retrouvant de nombreuses et fameuses adresses connues et en découvrant d’autres toutes aussi intéressantes.

Prenez votre canotier, façon Maurice Chevalier, et imaginez-vous prendre les routes de Sauternes. C’est l’un des vignobles du bordelais, qui ces 5 dernières années a connu les plus grosses transformations oenotouristiques. Ainsi la couverture est consacrée au château Lafaurie-Peyraguey, un 1er cru classé de Sauternes, acheté en 2014 par le Suisse Silvio Denz, qui outre la production de ce vin liquoreux s’est lancé à fond dans le réceptif avec des visites et a transformé le château en hôtel-restaurant d’un grand niveau puisque au bout de 6 mois seulement son chef Jérôme Schilling a décroché une étoile au Guide Michelin. Côté Châteaux vous avait partagé cette épopée de la restauration à l’ouverture en juin 2018.

Le magazine propose comme le rappelle sa rédactrice en chef Sylvie Tonnaire « 40 circuits de 5 ou 6 adresses, le format week-end en somme, englobant les 100 finalistes 2020 des Trophées de l’oenotourisme ».

Parmi les circuits proposés dans le Sud-Médoc, Jean-Charles Chapuzet vous a sélectionné 6 étapes, à commencer par le château Hourtin-Ducasse où la famille Marengo vous proposera une série d’ateliers apéro dans les vignes ou dans les chais, expérience sur l’ampélographie ou les soins apportés par la vigne; impossible à rater avec son nouveau chai en forme de vagues, « le navire amiral » Beychevelle à Saint-Julien avec sa masterclass et une dégustation en 6 vins; Lamothe-Bergeron avec ses jeux de lumières dans ses chais et la visite du sommelier à essayer; le château Marquis de Terme qui propose non seulement une nouvelle table mais aussi le Margaux Gourmet Trail qui traverse le château mais aussi Lascombes et Kirwan; il y a aussi le château Siran et ses formidables collections à admirer, avec aussi un escape game dans un bunker antiatomique et un déjeuner sur sa terrasse à 360° sur le vignoble, enfin Dauzac qui propose une expérience sensorielle et gustative avec du boeuf Wagyu en dégustant de vieux millésimes…

Autre route du vin de Graves à Sauternes proposée par Audrey Marret avec Pape-Clément à Pessac et son expérience le vin sur la table (très pratique) à l’atelier B-Winemaker pour s’initier à l’assemblage; le château Bardins vous propose des balades guidées à vélo dans le vignoble de Pessac-Léognan avec dégustation à Bardins; la dégustation insolite à Larrivet-Haut-Brion associant vins et plante avec le jardin millésimé; le château Jouvente qui donne un nouvel élan viticole et culturel avec ses visites-dégustation, la Tour Blanche, 1er cru classé de Bommes, qui lance cet été un bar éphémère au milieu de ses vignes, Rayne-Vigneau qui propose toute une gamme d’expérience avec sa dégustation perchée, un survol du vignoble avec chateau Vénus, un escape game et son atelier d’assemblage; et pour terminer une croisière avec Bordeaux Be Boat de Bordeaux à Cadillac et un petit tour en trottinette électrique jusqu’au château de Cérons où la famille Perromat vous attend pour déjeuner…

D’autres circuits sont proposés bien sûr dans le Nord-Médoc, sur la Rive-Droite ou dans l’Entre-Deux-Mers, la Dordogne n’est pas oubliée, cette fabuleuse région viticole avec Bergerac regorge d’une multitude d’idées et a créé récemment Quai Cyrano pour porter l’oenotoursime et l’histoire de Cyrano de Bergerac. Cognac bien sûr est incontournable en Charente avec notamment la maison Hennessy qui fit connaître l’eau de vie aux 4 coins du monde ou la maison Courvoisier à Jarnac dont l’histoire est intimement liée avec celle de Napoléon.

Je ne vais pas tout vous citer ici, cela n’aurait pas grand intérêt, le plaisir c’est aussi de feuilleter ce beau magazine sur papier glacé avec ces photos qui invitent au voyage…dans le Sud-Ouest avec Cahors ou des appellations qui méritent d’être connues comme Madiran et sa cave de Crouseilles, Irrouléguy aussi…

Du Val de Loire, du Berry à Pouilly, à la Champagne pour découvrir les installations rénovées d’Ayala, les idées ne manquent pas… Et pour continuer encore plus à l’Est pour pourrez découvrir le vignoble d’Alsace avec le Tour.alsace en bus panoramique, le Théâtre du Vin aux 1500 références à Strasbourg, une vue panoramique aussi sur le fameux Haut-Koenigsbourg depuis le domaine Rolly Gassmann, voilà pour le Bas-Rhin et pour le Haut une petite visite en scooter électrique avec le Riqu’Ecotour avec des motards vignerons Estelle et Daniel Klack (vous n’allez pas en prendre une, pas d’inquiétude) ou encore des balades en gyropodes et visite et dégustation depuis une fabuleuse cave panoramique à Voegtlinshoffen (un nom imbuvable mais pas le reste…)

Je m’ y perds quand je reparle de mes racines ou encore du fameux Jura où j’ai travaillé durant 3 ans où il est impensable d’oublier de sillonner les routes d’Arbois (plus tu bois, plus tu roule droit disaient les anciens, pour rire bien sûr) à déguster les fabuleux vins jaunes ou de paille…

Oh et puis la Bourgogne, ses fameuses Côtes de Nuits ou de Beaune et son haut lieu de l’oenotourisme le château de Meursault…Ca me rappelle ma jeunesse. Comme cela on peut descendre tranquillement en passant par la Côte chalonnaise et Mâcon, arriver dans le Beaujolais avec le Hameau Duboeuf (créé par Georges qui nous a quitté en début d’année): lancé en 1993 ce hameau qui a obtenu le grand prix spécial des Trophées de l’Oenotourisme et est aujourd’hui le premier oenoparc d’Europe.

De la Vallée du Rhône passant par le Lubéron là aussi vous serez sous le charme, et pour les amateurs de rosés, la Provence et sa villa Beaulieu propriété des Comtes de Provence au XVIe siècle qui propose un safari 4X4 dans le vignoble outre une demeure spectaculaire pour s’y reposer…Il y a aussi la Corse à ne surtout pas oublier et l’Hérault avec un carnet spécial au sien de ce numéro lui-même spécial. Allez des idées, en voici en voilà, il n’y a plus qu’à feuilleter et déguster…déjà Terre de Vins.

17 Avr

De fâcheux épisodes de grêle en cet fin d’après-midi sur le vignoble de Bordeaux et celui de Bergerac

Il ne manquait plus que cela. Après le gel du début de mois, voici la grêle alors que la vigne était bien sortie et avait surmonté même le gel. Les secteurs les plus touchés se situent dans l’Entre-deux-Mers à Grézillac et Moulon, dans les Côtes de Francs à Saint-Cibard, autour de Saint-Emilion à Lussac et Puisseguin il y a eu un peu de grêle aussi dans le Sauternais. Des dégâts sont aussi recensés sur le vignoble de Bergerac.

On le voit bien, la vigne ici été hachée par la grêle sur le secteur de Saint-Christophe-des-Bardes © Croix de Labrie

Sur les réseaux sociaux, cela tombe comme à Gravelotte. Non seulement la grêle, mais la preuve par l’image vidéo et photo, de nombreux secteurs sont très durement touchés par cette satanée grêle qui s’est invitée juste avant l’heure de l’apéro, sauf que personne n’a été prévenu et ça ne se fait pas!

Malheureusement, ce n’est pas que du virtuel, elle a fait de sacrés dégâts avec des grêlons de type « petits pois » et gros pois » selon Sophie Aribaud conseillère viticole, bref jusqu’à 1 centimètre mais pas mal tranchant….et c’est suffisant pour faire du vilain.

Après le gel, la grêle, c’est la m… Je pense qu’il va y avoir de gros dégâts », Pierre Coudurié du château La Croix de Labrie

« C’est venu pour nous en 3 fois », continue de commenter Pierre Coudurié du château Croix de Labrie qui a des vignes à Saint-Christophe-des-Bardes et Saint-Sulpice-de-Faleyrens. « Je ne sais pas trop si on a bien pris, on verra cela un peu plus tard, c’était des grêlons qui faisaient jusqu’à un centimètre de diamètre. Et pourtant on a fait du préventif, sur Saint-Sulpice notamment, on était 16 domaines mobilisés pour faire de la lutte anti-grêle avec des canons, et le concept Celerys, c’est plutôt efficace », mais bon c’est tombé, disons que peut-être cela a diminué l’intensité et la taille des grêlons ».

© Sophie Aribaud

Ainsi Sophie Aribaud me détaille les secteurs touchés qui sont malheureusement très nombreux : « une cellule orageuse est passée entre 17 et 18h sur des secteurs souvent touchés : la Sauve, Haux, Grézillac comme d’habitude, Gourgue, et puis c’est descendu sur Moulon, cela a traversé la rivière Saint-Sulpice, Saint-Pey et Saint-Laurent des Combes, et une partie de Saint-Emilion, cela a touché le bourg.

Il y a eu des chocs, cela a bien tapé, avec des rameaux cassés et des petites grappes au sol », Sophie Aribaud conseillère viticole

Philippe Carille du château Poupille à Sainte-Colombe commente également : « une partie de Castillon a bien pris, on a bien pris sur une partie de Saint-Emilion aussi, il faudra voir dans 24-48 heures…Tayac cela a bien pris. A un moment donné tu as le noir qui arrive, puis tout est blanc… »

Cela a bien rasé par endroits, c’est comme en hiver, il n’ya plus de feuilles » Philippe Carille.

 

UNE PREMIERE EVALUATION CE SAMEDI DES SECTEURS TOUCHES AVEC LE CIVB

Christophe Chateau, du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux a fait ce samedi matin un tour d’horizon des secteurs très touchés à commencer par « l‘Entre-Deux-Mers avec Espiet, Grézillac, Moulon, les châteaux Marjosse et Bonnet » par exemple, « un peu sur Saint-Emilion, Saint-Etienne de Lisse, beaucoup sur les Côtes de Francs, avec notamment château Le Puy ». 

CASTILLON ET LES SECTEURS AUTOUR DE SAINT-EMILION AUSSI CONCERNES

Françoise Lannoye, la présidente des Côtes de Bordeaux me confie que « Castillon a été touché sur certains secteurs, mais que sur Puisseguin cela a fait encore des dégâts colossaux ». 

C’est catastrophique, finalement cela devient invraisemblable, on a été pris de court, cela n’a été indiqué sur aucune station météo » Françoise Lannoye présidente des Côtes de Bordeaux

Pour Franck Binard, directeur du Conseil des Vins de Saint-Emilion: « on a des retours partiels, il faudra attendre quelques jours pour voir l’évolution. C’est assez hétérogène. Lussac et Puisseguin ont été assez touchés, la taille des grêlons variait de un demi-centimètre à 1,5 centimètre. Pour ceux qui ont été touchés, les estimations peuvent varier entre 10 et 30% de vigne impactée. Dans cette sinistrose, les viticulteurs que j’ai pu avoir au téléphone restent optimistes…J’ai eu Jean-François Quenin, il m’a dit qu’en 23 ans il n’avait jamais vu cela à Pressac, tout était blanc… »

Il faut avoir une sacrée dose d’optimisme, vu le contexte, il ne manquerait plus qu’un nuage de sauterelles ! » Franck Binard directeur du Conseil des Vins de Saint-Emilion.

Une vigne meurtrie, plus une feuille, plus de grapillon, plus rien au © château Le Raz

DANS LE BERGERACOIS, LE SECTEUR DE SAINT-MEARD-DE-GURCON MEURTRI

De nombreux vignerons ont commenté ce soir sur Facebook leur ressenti et la situation dramatique comme Patrick Barde au château le Raz à Saint-Méard de Gurçon : »très gros orage sur notre vignoble, la récolte ne sera pas pour cette année », avec des photos à faire frissonner et des grêlons de 2 centimètres de diamètre. Selon Quentin Deffarge, responsable de la section Montravel, « c’est assez localisé finalement: surtout sur Saint-Méard de Gurçon, au tour de Saint-Michel de Montaigne pas de gros dégâts, assez superficiel sur Fougeyrolles et le nord de l’appellation ».

Joint par téléphone, Patrick Barde dresse ce samedi l’état des lieux :

On ne peut que constater les dégâts aujourd’hui sur les 70 hectares de la propriété, on a a minima 60% touchés et a maxima 100%. On est impuissant devant les éléments, » Patrick Barde château Le Raz.

« Cela s’est passé vers 19h45, après que le Saint-Emilionnais ait été touché, on se doutait que cela allait nous arriver dessus ». Un déluge d’eau puis de grêle dont se serait bien passé Patrick Barde: « la crise, il n’y a pas un vigneron qui ne la sent pas. Pour nous la commercialisation se fait d’habitude par l’export, la restauration et les cavistes. En ce moment il n’ya qu’eux qui marchent et à 20%, on tourne donc à 10% de ce que l’on fait habituellement…Mais bon je positive et j’ai toujours du vin à vendre, pour rassurer mes clients. »

DANS LES COTES DE FRANCS : « SAINT-CIBARD, RAYE DE LA CARTE, AU NIVEAU DE SES VIGNES »

Joint ce samedi matin, Yann Thienpont du château Puygueyraud et Clos Fontaine a fait un tour des vignobles des Francs en Côtes de Bordeaux, puisqu’il est président de cette appellation: 

Francs est touché légèrement, Tayac durement touché et Saint-Cibard quasiment rayé de la carte au niveau du vignoble. C’est totalement exceptionnel. De mémoire de vigneron et selon les anciens, on n’a jamais vu cela ! », Yann Thienpont président du syndicat de Francs.

Et de poursuivre: c’est un phénomène unique, au niveau hygrométrie on a la plus faible car on est équidistant entre la vallée de l’Isle et la Dordogne, on culmine au plus haut à 110 mètres et nos vignes sont à 80-100 mètres d’altitude, bon ça n’a pas raté mais c’est exceptionnel la dernière fois c’était en 1985. On a quelques parcelles sur le haut du plateau pas trop touchées, nous espoirs maintenant ce sont sur les contre-bourgeons pour faire des bois pou l’année prochaine. En 2017 on a eu le gel, en 2018 le mildiou, en 2019 c’était plutôt tranquille, et là en 2020on espérait un rendement correct, mais non, c’est une année bissextile ! C’est une méga catastrophe avec toutes les difficultés que l’on connaît. Il risque d’y avoir des bouleversements prochainement avec des anciens qui vont vouloir arrêter…

Un rang de vigne avec des abats de grêle au © château Le Raz

GREZILLAC ET L’ENTRE-DEUX-MERS BIEN TOUCHES AUSSI

Pierre Lurton, le PDG d’Yquem et de Cheval Blanc, possède à Grézillac son propre château Marjosse: « j’ai grêlé, 30 hectares bien sérieusement, en revanche les vignes plus qualitatives qui font le grand Marjosse sur 15-20 hectares n’ont pas été touchées. Tout ce qui est héritage de mon père, ça cela a été touché…

On s’est pris un peu de gelée, puis la grêle, et on n’est qu’au 18 avril, cela commence vraiment bien.Et en plus on est confiné…Mais on s’en sortira », Pierre Lurton château Marjosse.

Bruno Baylet, président du syndicat de l’Entre-Deux-Mers confirme ce samedi après-midi des dégâts sur « Haux, La Sauve, Targon, Saint-Léon, Daignac et Grézillac, avec par endroits des vignes touchées à 100%, c’est le même couloir qu’en 2017″. Un lourd tribu car des dégâts considérables avaient déjà eu lieu en 2009 et 2013 sur certains de ces secteurs.

Concernant l’évolution de la vigne, Sophie Aribaud apporte encore cette précision: « On avait 5 à 6 feuilles étalées et allongées, et des grappes visibles, elles avaient doublé voire triplé de volume en une semaine !Là il va falloir non seulement constater les dégâts, mais aussi revoir les traitements de la vigne effectués cette semaine: « tous les gens qui avaient traité, le traitement est au sol ! »

A tous ces vignerons touchés à des degrés divers, on leur souhaite du courage et on s’associe à leur peine face à ces éléments souvent très violents et injustes.

27 Mar

Gel à Bordeaux : 2020 commence décidément très mal…

Cette nuit de nombreux viticulteurs étaient mobilisés pour combattre un gel tant redouté et qui est finalement arrivé dans les secteurs traditionnellement « gélifs. » Les températures sont descendues par endroits de -1 à -2,5°C, un souci pour toutes les parcelles qui ont vu la vigne débourrer avec 15 jours d’avance. La semaine prochaine, d’autres températures négatives sont à craindre…

La lutte contre le gel cette nuit au © château Croix de Labrie en Saint-Emilion

Non seulement il y a cette sacrée pandémie, non seulement les viticulteurs éprouvent toujours des difficultés pour vendre, mais aussi revoilà le gel. Le tout donne un climat anxiogène, qui ce matin a mis en pleurs quelques viticulteurs.

Ils étaient quelques-uns à allumer vers 3h30 – 5h leurs bougies, ballots de paille ou système Frostguard. Sophie Aribaud, conseillère viticole dans le libournais et l’Entre-deux-Mers commente : « quand cela commence à geler à 3h30 du matin et que cela continue jusqu’à 7 heures, c’est plié, en général une demi-heure suffit parfois pour faire des dégâts  Je suis sur un groupe What’App. Certains châteaux ont allumé, d’autres ont fait tourner les hélicoptères ».

Quand c’est encore dans le coton, ça tient, mais on a vu les feuilles et petites grappes déjà bien sortir par endroits, et avec des températures de -2 à -3, cela crame… Ce qui est plus gélif a été impacté ce matin… » Sophie Aribaud conseillère viticole.

Nicolas Lesaint au château de Reignac me confie: « vues les températures, c’est limite, ce ne sont pas les grands froids de 2019 et surtout 2017. » Et après un tour d’horizon à 10h30, 11h, « on est touché, tous les coins gélifs habituels sont touchés. J’ai perdu mes deux derniers bourgeons de latte, cux-là ont été balayés, mais bon les vignes sont à des stades étalés… Tout n’est pas encore sorti. Ce n’est pas la cata pour l’instant. »

A Martillac, Fabien Teitgen directeur du château Smith Haut Lafitte :

Il a fait froid, on y était…On a allumé des bougies vers 3H30 dans les coins froids, notamment sur l’autre château Cantelys où on a deux éoliennes avec générateur de chaleur. A Cantelys, c’est descendu à -3°… » Fabien Teitgen directeur Château Smith-Haut-Lafitte

Et d’ajouter : « hier matin, ils annonçaient plus froid et on n’a rien eu, ce matin c’était annoncé 1° au dessus et on a eu 3 degrés de moins ! On verra cet après-midi que cela donne. Mais enfin ce sont vraiment les coins froids usuels. Sur Smith Haut-Lafitte, c’est plus chaud autour du château, on a d’ailleurs une pousse de 7 à 8 centimètres de haut. Je pense c’est passé à côté ce matin. Mais on a 3 matins qui vont être compliqués, plus inquiétants… »

Dans les Côtes de Baye et Côtes de Bourg, Michaël Rouyer et Didier Gontier, les directeurs respectifs des syndicats viticoles se renseignent. Pour Michaël Rouyer« a priori pas de gros dégâts dans le Blayais », quant à Didier Gontier me confie avoir eu un de ses vignerons qui l’ a appelé, « dans les bas-fonds ça a du morfler mais il faut attendre 2 jours, mais ce qui est inquiétant c’est ce qui arrive mardi… »

Jean-François Galhaud, président du Conseil des Vins de Saint-Emilion, se dit inquiet pas tant pour ce matin mais surtout pour la semaine prochaine: « j’ai entendu les hélicos, mais autour de chez moi c’était positif, mais cela a du taper par endroits…Mais enfin tout n’était pas sorti, un pied sur 5 avait débourré. Ils annoncent une gelée forte pour la semaine prochaine, il ne manquait plus que cela… » Il faut dire qu’il est sur plusieurs fronts, à essayer d’organiser des conseils d’administration en Visio-conférence, confinement oblige, pour gérer les problèmes actuels d’aides à l’emploi, de chômage partiel et après la sortie de crise…Et après un tour d’horizon,  » les dégâts ne sont pas significatifs, je n’ai vu que quelques petites feuilles gelées, mais Alain Vauthier comme François Despagne qui sont de grands techniciens ne sont pas inquiets, si cela débourre cela va être plus compliqué la semaine prochaine, je suis plus inquiet par ce qui va arriver mercredi ou jeudi prochain… »

Au château Croix de Labrie en Saint Emilion Grand Cru, Pierre Coudurié a mis les grands moyens avec de nombreuses bougies dans ses vignes  et publie sur Facebook : « 2eme nuit @croixdelabrie -1C dans les vignes . On se bat « 🔥
Le gel arrive tôt cette année

Joint ce midi, Pierre Coudurié me confie : « on vient de décharger deux nouvelles palettes de bougies à la main ».  Cela fait deux nuits de suite qu’il est sur le front du gel : « hier soir, c’était limite, avec quand même des endroits touchés et aujourd’hui « un peu plus chaud » comme on dit. Le plus dur, ce sera dans la nuit de dimanche à lundi et de lundi à mardi. Cela arrive tôt, avec deux semaines d’avance et on n’est pas encore au mois de mai… »

 

En Pessac-Léognan, Arnaud Thomassin du château de France : « on a eu -2,5°C, mais on avait anticipé, cela fait 2 nuits qu’on travaille, on avait anticipé avec des bougies, éoliennes et appareil qui souffle de l’air chaud. On a de petits dégâts dans le bas de la propriété, mais cela a l’air d’aller. Mais c’est surtout la semaine prochaine, cela risque d’être encore plus compliqué, car encore plus froid. Cela devient usant mais on sera prêt. »

 

Avec les températures qui s’annoncent aussi ce week-end, cela va encore favoriser la pousse comme me l’explique Sophie Aribaud: « on a des choses qui vont encore sortir au niveau des bougeons, ils annoncent 20°, mais dans la nuit de lundi à mardi, on devrait avoir des températures encore plus froides, selon  MeteoBlue, ça craint, des températures qui mercredi ou jeudi pourraient être des températures négatives (de -1à -2° sur Saint-Emilion) qui pourraient avoisiner les -5 par endroits. (jusqu’à -8° en ressenti sur 2 ou 3 nuits). Autant dire un nouveau cauchemar. Tout le Bordelais a encore en tête ces 27 et 28 avril 2017 où 40% de la récolte avait été perdue, mais c’était un peu plus tard ce qui est rassurant, la vigne était encore plus avancée.

Pour Sophie Aribaud, dans l’immédiat: « il faut que les viticulteurs arrêtent de travailler les sols, de tondre, il ne faut pas plier, pendant 2 à 4 jours, il ne faut rien toucher au sol, sinon ça attire encore plus le gel.Et puis les viticulteurs avec ce réchauffement climatique vont devoir changer leurs habitudes notamment éviter de tailler trop tôt dès la fin novembre, il faut une taille plus tardive et choisir aussi des porte-greffes plus tardifs. »

Tous les vignerons croisent les doigts pour les jours à venir. Ils vont une fois de plus se tenir prêts à combattre le gel avec les moyens du bord. Suffiront-ils ? A suivre… Bon courage à eux.

Dernière minute : ce week-end les prévisions météo misent sur un léger réchauffement. Des températures qui pourraient repasser positives… On croise les doigts.

14 Mar

#Coronavirus : des annulations en cascade dans le monde du vin

C’est une semaine qui a vu les choses s’accélérer avec l’interdiction des rassemblements de plus de 1000 personnes dimanche soir, interdiction ramenée vendredi matin à 100 personnes. Du coup nombre de manifestations sont tombées les unes après les autres, certaines espérant encore en milieu de semaine et puis finalement non. Bref, à l’image de l’économie qui va tourner au ralenti, le monde du vin tend le dos, en espérant qu’au delà des manifestations, ce ne soit pas toute le filière qui chute…

RETOUR SUR LES DEUX DERNIERES SEMAINES FOLLES

ProWein a quasiment ouvert le bal le 29 février en annonçant le report du salon qui devait se tenir du 15 au 17 mars, une annulation au final, car le salon se tiendra l’an prochain en mars 2021. Vinexpo de son côté avait déjà un plan B dans les tiroirs depuis début février pour reporter Vinexpo Hong-Kong et pensait à un report en juillet, acté le 2 mars

Le Salon des Vignerons Indépendants de Bordeaux a pensé dans un premier temps pouvoir maintenir le salon de Bordeaux du 13 au 15 mars et celui de Paris Porte de Champerret, comme l’avait confié en exclu Cédric Coubrisà Côté Châteaux le 5 mars dans la mesure où l’on en était encore à une jauge à moins de 5000 personnes rassemblées en même temps. Et patatras, l’annonce du Ministre de la Santé dimanche dernier de ramener cette limite à 1000 personnes a fait s’envoler tout espoir de salon, Bordeaux et Paris ont été annulés lundi pour ces dates et reportés en juin pour Bordeaux, au moment de la fête du vin, comme me l’a confirmé dès le lendemain midi Cédric Coubris le président des Vignerons Indépendants de Gironde.

Des interrogations se sont faites jour aussi en début de semaine avec la fameuse Semaine des Primeurs, prévue du 30 mars au 2 avril. Période des primeurs qui déjà a vu quelques dégustations se tenir comme avec les Fronsac et Canon-Fronsac, les Sauternes ou encore les Cadillac…L’Union des Grands Crus qui tenait son assemblée générale a bien voulu jouer la transparence et gérer en temps réel cette situation. Avec courage, Ronan Laborde m’a confirmé mercredi après-midi le maintien de la Semaine, mais avec de nombreux bouleversements, une signalétique partout avec des distributeurs de gels hydro-alcooliques, un service de verres uniques, etc et annonçait que toutes les soirées seraient annulées. Et finalement, ce vendredi matin, après le discours du Président Macron et l’annonce du Premier Ministre de ramener l’interdiction des manifestations à 100 personnes,  l’UGCB a été de facto obligée de suspendre la Semaine des Primeurs…

LES ANNULATIONS SE SONT POURSUIVIES VENDREDI

A son tour le Syndicat Viticole de Pessac-Léognan et son président Philibert Perrin, ont décidé « tout comme l’Union des Grands Crus de Bordeaux, de reporter à des dates ultérieures la Soirée co-organisée avec l’Union des Crus Classés de Graves, prévue le dimanche 29 mars au Palais de la Bourse, ainsi que la présentation du Millésime 2019 du lundi 30 mars au Château Latour-Martillac ».

De même pour le Domaine de Chevalier « contraint d’annuler la présentation du millésime 2019 du Clos des Lunes qui devait avoir lieu jeudi 19 mars au Palais de la Bourse, étant donné la situation sanitaire actuelle »…

Dans l’Entre-deux-Mers, où on ne prend généralement pas l’eau, mais là le le Top Vin de l’AOC E2M prévu le lundi 23 mars prochain, est reporté comme l’a annoncé Frédéric ROGER, tout en précisant que « la date de report reste à fixer » ou  alors l’,« annulation est envisagée pour 2020 ».

A noter aussi « le report de Saint Mont Vignoble en Fête suite à l’arrêté ministériel du 9 mars concernant le Covid-19. Initialement prévu du 27 au 29 mars, l’événement incontournable du Sud-Ouest, présenté par Plaimont, se déroulera au même moment que Saint Mont Vignoble en Course les 18, 19 et 20 septembre 2020 ».

Et c’est aussi sans compter tous les autres événements en France annulés ou reportés… On croise les doigts pour toute la filière. Et on espére que chez eux les gens vont continuer à apprécier le vin… Car le jour où les commerces cavistes et restaurants vont être fermés, si cela arrive comme en Italie, cela va faire mal.

CERTAINS DEGUSTATEURS POURTANT PRESENTS A BORDEAUX

Même si la Semaine des Primeurs est suspendue, de grands noms de la dégustation continuent de venir dans le Bordelais. Ainsi le Suisse Yves Beck est présent depuis deux semaines et a prévu de rester jusque fin avril : « pour moi, pas grand chose ne change, vu que j’ai pas mal de rendez-vous individuels, mais bon certains châteaux ont même annulé ces visites individuelles. Ensuite, je déguste beaucoup dans les laboratoires, ce qui n’est pas un problème et je suis en train de chercher des alternatives pour les vins que je dégustais avec l’UGCB. Et puis, j’ai rendez-vous avec des négociants, je pense qu’ils vont prendre le relais. Donc il y a du boulot. En tout cas, il y a une très belle maturité des cabernets. Quant à savoir si le Beckustator a des craintes: « je suis prudent, la peur n’est pas bonne conseillère. Je me désinfecte régulièrement les mains.J’ai mon propre verre de dégustation et  j’évite les poignées de mains et embrassades. Donc, ça se passe pas mal, mais on ne sait pas comment ça sera dans 10 jours. Je compte déguster au moins 650 vins, 800 si tout va bien. Ce sera 200 à 300 de moins que d’habitude. » Merci à Yves Beck pour ses commentaires, « aaaatttaaaqqquuueee » comme il aime à dire, bon courage à lui et aux autres critiques.

09 Mar

Au final, le salon des Vignerons Indépendants de Bordeaux ne pourra pas se tenir en mars…reporté du 19 au 21 juin

Dimanche soir, à l’issue du Conseil de Défense le Ministre des Solidarités et de la Santé, Olivier Véran, a annoncé que les rassemblements de plus de 1000 personnes seront interdits en France pour éviter la propagation du coronavirus. Cela signifie que le salon des vignerons indépendants qui devait se tenir le week-end prochain du 13 au 15 mars à Bordeaux est annulé pour ce week-end mais néanmoins reporté en juin prochain, comme l’a confirmé ce midi à Côté Châteaux Cédric Coubris le président des Vignerons Indépendants de Gironde.

Cédric Coubris, le Président des Vignerons Indépendants de Gironde dans son chai du château La Mouline à Moulis © JPS

« Le salon est annulé, enfin reporté, on s’en doutait », m’a confirmé ce midi Cédric Coubrisle président des Vignerons Indépendants de Gironde, alors que je lui tirais le portrait pour un prochain numéro de Côté Châteaux (diffusion le 23 mars sur NOA). Vendredi encore, il me confirmait la tenue du salon de Bordeaux, mais entre temps le Ministre de la Santé a annoncé descendre le seuil acceptable des manifestations et événements de 5000 à 1000 personnes. Et forcément, rien qu’avec les 350 vignerons exposants et leurs épouses ou collaborateurs, cela fait déjà 700 personnes et vu que ce sont des milliers d’amateurs qui viennent chaque année, au point d’avoir ces dernières années une fréquentation proche des 30 000 visiteurs sur les 3 jours.

« Il va falloir retrouver une date de report pour compenser la perte pour nos vignerons », et aussitôt il appelait et on lui confirmait qu’une nouvelle date avait été trouvé avec le Parc des Expositions de Bordeaux Lac à savoir du 19 au 21 juin. Certes en même temps que la Fête du Vin sur les quais de Bordeaux, mais bon il n’y avait pas vraiment d’autres dates…considérant qu’en septembre, octobre les vignerons sont trop accaparés par leurs vendanges.

« Notre coeur de métier, c’est la vente au particulier, aussi il va falloir aider nos vignerons qui vont avoir du mal, nous allons contacter nos parlementaires pour voir quels aides on va pouvoir espérer…Dans notre cas, il va y avoir des dégâts chez les vignerons. On est en train de vivre une guerre épidémique. On arrive dans une nouvelle crise, je pense que ce n’est pas la crise épidémique qui va être le plus dur à passer (il faut l’espérer aussi…), ça va être la crise économique. On devrait aussi passer au stade 3 d’ici 10 jours. Depuis ce matin, le siège des Vignerons Indépendants a reçu pas mal d’appels à Artigues-Près-Bordeaux, on attendait de voir et finalement c’est Paris qui nous a confirmé ce report. »

Ce n’est donc pas une annulation mais un report, donc pas de remboursement car le salon devrait bien se tenir en juin prochain. De même pour le salon de Paris à la Porte de Champerret reporté du 12 au 15 juin.

01 Mar

L’épidémie de coronavirus oblige les organisateurs allemands à reporter ProWein à Düsseldorf

Messe Düsseldorf l’a annoncé samedi sur Facebook et a envoyé des messages aux exposants, le salon ProWein est annulé du 15 au 17 mars et est reporté à une date ultérieure. Un nouveau coup dur pour le commerce du vin.

Les organisateurs Messe Dûsseldorf ont suivi les recommandations du gouvernement allemand. Des recommandations qui ont aussi valu en France avec l’arrêt du salon de l’Agriculture décidé samedi par le gouvernement français.

Devant l’augmentation du nombre de personnes infectées par le coronavirus ou Covid-19, ProWein a donc été reporté à une date ultérieure… Une incertitude planant tant sur les visiteurs que sur les exposants, avec les vols internationaux perturbés, et avec également des risques liés avec un tel rassemblement confiné. Sur sa page Facebook, « Messe Düsseldorf reporte ProWein… En liens étroits avec tous les partenaires, l’entreprise va rapidement décider d’autres dates pour le salon afin de permettre à tous de garantir de bons rendez-vous. »

Il est vrai que ProWein est devenu  en quelques années le salon leader, l’ogre allemand qui a mangé petit à petit des parts de marchés à d’autres salons, Vinexpo notamment, au point de capter quelques 60 000 visiteurs professionnels. En 2019, ce sont 6900 exposants qui y étaient présents, de 64 pays. De très nombreux Bordelais et autres vignerons du Sud-Ouest s’y rendaient habituellement, un salon qui en terme de retombées est devenu incontournable pour vendre, car de très nombreux importateurs internationaux y sont présents.

Le salon © ProWein devait se tenir dans mois de semaines du 13 au 15 mars, il est reporté…

Le PDG Werner M.Dornscheidt s’est exprimé dans ce communiqué : « Nos clients, partenaires et employés nous font confiance. Pas seulement quand ce salon professionnel couronné de succès devient l’un des événements majeurs professionnels. Ils peuvent aussi compter sur nous et nous faire confiance quand nous prenons des décisions concernant des crises et situations critiques qui concerne leur sécurité. » 

« Cette décision nous concernant n’était pas facile à prendre », selon Thomas Geisel, maire de Düsseldorf et responsable du Conseil de Surveillance de Messe Düsseldorf : « mais le report pour le moment est nécessaire pour Messe Düsseldorf et ses clients, compte tenu de son essor. »

Nul doute que cette décision sage va trouver une issue pour sans doute une date où l’accalmie sera revenue, on l’espère.

07 Fév

Etats-Unis: des ventes de vin français qui ont plongé de 44% en novembre dernier

Les exportations de vin français vers les Etats-Unis ont pratiquement été réduites de moitié en novembre après l’entrée en vigueur mi-octobre des taxes de 25% imposées par l’administration Trump, a annoncé vendredi le secrétaire D’État français au Commerce extérieur Jean-Baptiste Lemoyne.

“Les exportations de vin en novembre vers les Etats-Unis ont chuté de 44% par rapport à celles du mois d’octobre”, a précisé le secrétaire d’État lors de la présentation des chiffres annuels du commerce extérieur en 2019, précisant qu’il ne disposait pas encore des chiffres pour l’ensemble de l’année écoulée.

Jean-Baptiste Lemoyne a toutefois appelé à “interpréter” ces chiffres du mois de novembre “avec précaution”. “Il y a peut-être eu en octobre des anticipations pour constituer des stocks”, a-t-il dit, rappellent que les taxes US étaient entrées en vigueur le 18 octobre.

Il a cependant reconnu que l’entrée en vigueur de ces taxes, imposées dans le cadre du différend qui oppose Washington et Bruxelles sur les subventions à Airbus et Boeing, constituait un “choc pour la filière” viticole française et rappelé les mesures prises par le gouvernement pour y faire face.

“Nous avons doublé le budget de l’agence Sopexa (agence de communication spécialisée dans les produits alimentaires) et nous avons demandé à Business France d’accroître ses actions vers un certains nombre de géographies en faveur de la filière viti-vinicole”, notamment le Japon, a-t-il souligné.

A l’échelon européen, avec le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume , “nous avons demandé qu’un fonds de compensation pour les pertes soit mis en place. Nous espérons avoir gain de cause dans les semaines, les mois à venir”, a affirmé M. Lemoyne.

A l’automne, Washington a été autorisé par l’Organisation mondiale du commerce (OMC) à appliquer des taxes sur différents produits européens, dont les vins français, en représailles à des subventions versées à Airbus par les États européens.

Avec AFP

30 Jan

L’INAO prévoit de revoir la carte de l’appellation Bourgogne…Attention aux mécontents…

 C’est une petite tempête qui s’annonce et déplaît aux viticulteurs bourguignons. Ceux-ci ne digèrent pas le projet de révision de l’aire géographique de l’AOC Bourgogne. 64 communes en seraient exclues. Par la même occasion, certains vignobles du Beaujolais seraient désormais en Bourgogne… Cela risque de créer un petit séisme.

Vignoble de Bourgogne sur les hauteurs de Dijon © France 3 Bourgogne

Sur les hauteurs de Dijon, Manuel Olivier a planté 2,5 hectares de vigne. Il prévoit d’en planter d’autres cette année. Sauf que une partie de ce vignoble pourrait perdre le droit à l’appellation BourgogneLes vins produits y seraient déclassés sous le nom de « coteaux bourguignons », beaucoup moins rentable.

Concrètement, cela peut diviser le prix par deux… le prix de la bouteille finale par deux, le prix de la pièce par deux »Manuel Olivier vigneron.

Le Dijonnais n’est pas la seule zone concernée. Plusieurs vignobles sont visés par le projet de l’INAO… En gros, tous ceux situés au nord de la région comme le châtillonnais, le chablisien, le jovinien ou le tonnerrois pourraient ne plus bénéficier de l’appellation Bourgogne.

Pour Thiébault Huber, responsable viticole: « cette appellation, c’est notre socle ».

On est 4500 vignerons. Près de 50% ont 100% d’appellation Bourgogne, et 90% ont au moins une appellation, tout le monde est concerné » Thiébault Huber.

L’appellation remonte à 1937, quand l’INAO a créé de très nombreuses appellations un peu partout en France. Le souci, c’est qu’à l’époque la délimitation du vignoble n’a pas été terminé, et l’INAO veut achever le boulot aujourd’hui, ce qui risque de faire quelques mécontents… Il pourrait inclure dans l’appellation Bourgogne certaines communes du beaujolais, au détriment de 64 communes de Bourgogne. Alors là, cela serait une mini-révolution…

« Qu’au moins les vignerons restent en Bourgogne, qu’on ne dise pas aux vignerons de Chablis ou de Châtillon, eh bien non tu ne fais plus partie de le Bourgogne…. »

On a deux identité, on peut dire vive le Beaujolais vive la Bourgogne, mais attention à ne pas faire du Bourgogne dans le Beaujolais ! »

Les Bourguignons comptent bien se faire entendre et vont se rendre le 6 février au siège de l’Inao, cela risque d’être animé et on le comprend. Ils ont aussi lancé une campagne d’information sous forme humoristique et une pétition qui a déjà recueilli 3.000 signatures. 

Avec France 3 Bourgogne et Muriel Bessard.

Regardez le reportage de mes confrères Muriel Bessard et Guillaume Desmalles:

21 Jan

Espoir d’un sursis pour les produits français menacés de surtaxes aux USA

Rouges à lèvres et champagnes français échapperont-ils à une surtaxe douanière aux États-Unis? C’est ce qu’espère Paris, qui a obtenu de poursuivre les négociations avec les Américains.

Une source diplomatique française a fait état lundi d’un accord entre Emmanuel Macron et Donald Trump pour prolonger « jusqu’à la fin de l’année » les discussions sur la taxation des géants du numérique, défendue par Paris mais qui fâche Washington.

Le chef d’État français et le président américain « se sont mis d’accord pour donner une chance » aux négociations afin de « trouver une solution dans un cadre international » et éviter « une guerre commerciale qui ne serait bénéfique pour personne », a indiqué lundi soir une source diplomatique. « Dans cet intervalle, il n’y aurait pas d’application de sanctions », a-t-elle assuré.

Dans un tweet en début de soirée, Emmanuel Macron a qualifié d' »excellente » la discussion qu’il a eue dimanche avec son homologue américain. « Nous allons travailler ensemble sur un bon accord pour éviter toute escalade des tarifs » douaniers, a-t-il
souligné.

« Excellent! », lui a répondu Donald Trump, toujours sur Twitter. « Les deux dirigeants sont convenus qu’il était important de mener à bien des négociations couronnées de succès », a écrit la Maison Blanche.

Le ton du ministère des Finances est resté plus mesuré. Les négociations avec les États-Unis sur la taxation française des géants du numérique sont « très difficiles » et échapper à des sanctions qui pourraient être annoncées dès mercredi est « loin d’être gagné », avait constaté plus tôt lundi le ministre français de l’Économie Bruno Le Maire sur la chaîne de télévision LCI.

Washington a menacé début décembre de surtaxer « jusqu’à 100% » l’équivalent de 2,4 milliards de dollars de produits hexagonaux emblématiques, en représailles à l’imposition par la France d’une taxe de 3% sur les grandes entreprises du numérique.

A Washington, on déplore qu’elle cible surtout les géants américains du secteur, les « GAFA » (Google, Amazon, Facebook, Apple).

Seraient visés le champagne, des produits laitiers dont l’emblématique roquefort, les sacs à main en cuir, les cosmétiques, la vaisselle en porcelaine ou encore les cocottes en fonte françaises, très prisées des gourmets américains.
 
Paris a toutefois indiqué qu’il supprimerait son projet de taxe si un accord international sur une fiscalité du numérique était trouvé.

Depuis décembre, la France mène donc d’intenses négociations dans le cadre de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) pour tenter d’éviter cette nouvelle salve de taxes douanières punitives américaines. Celles-ci s’ajouteraient aux taxes déjà appliquées en octobre dans le cadre du conflit commercial Airbus/Boeing, qui ont touché essentiellement les vins non pétillants de moins de 14 degrés d’alcool, soit des exportations représentant un milliard d’euros en
2018.

Le 7 janvier, les États-Unis et la France s’étaient donné quinze jours, jusqu’à ce mardi, pour permettre la poursuite du travail à l’OCDE.

« La France poursuit son objectif de juste taxation des entreprises du numérique et de trouver un compromis dans le cadre de l’OCDE », a rappelé lundi l’Élysée.

Bruno Le Maire doit rencontrer mercredi à Davos son homologue Steven Mnuchin pour discuter de la poursuite des discussions en présence du secrétaire général de l’OCDE, Angel Gurria. « Ils vont travailler », a confirmé lundi soir une source proche du dossier, ajoutant « la France fera des propositions ».

Un deuxième train de taxation américaine « serait un coup terrible pour la viticulture française » avait reconnu M. Le Maire sur LCI. Cependant, dans l’attente d’une fiscalité internationale cadré par l’OCDE, le ministre n’est « certainement pas » prêt à renoncer, a-t-il affirmé, ni à réduire à « presque rien » cette taxe.

« Ce que j’essaye de faire comprendre à nos amis américains, c’est que le combat n’est pas entre la France et les États-Unis, ou entre l’Europe et les États-Unis. Le combat est pour mettre en place une fiscalité juste » sur le numérique, a-t-il insisté.

AFP

19 Jan

Baisse de la consommation de vin, Brexit, Taxes Trump : la viticulture française inquiète

Les ventes de vin en grandes surfaces en France ont tendance à reculer, ajoutant à l’inquiétude des vignerons, déjà touchés par les incertitudes à l’exportation en Grande-Bretagne et aux États-Unis, deux de leurs principaux marchés.

Image d’illustration © JPS

Du 7 janvier au 10 novembre 2019, hors fêtes de fin d’années, les ventes de vins non pétillants ont reculé de 5,3% en volume dans les super et hypermarchés par rapport à la même période de 2018, et de 3,9% en valeur, a indiqué jeudi l’organisme semi-public FranceAgriMer, à l’issue d’un conseil spécialisé consacré à la viticulture.

On ne voit plus aucune certitude sur les marchés, les professionnels sont très inquiets à l’export avec le Brexit et les taxes Trump de 25% sur les vins français” appliquées depuis le 18 octobre 2019, Didier Josso, délégué à la filière vins chez FranceAgriMer, “alors que la consommation intérieure a tendance à régresser aussi”.

Dans le détail, les ventes de vin rouge en grandes surface ont continué de baisser, avec un recul de 7,6% en volume et 6,3% en valeur sur les onze premiers mois de l’année. Les blancs se sont maintenus (-0,2% en volume et +1,9% en valeur). Élément nouveau, les rosés ont aussi reculé (-4,8% en volume et -3,8% en valeur).

Dans ce contexte, les vins IGP (Indication géographique protégée) tirent leur épingle du jeu, stables en volume et en progression en valeur (+1,5% par rapport à 2018), alors que les AOP (appellation d’origine protégée) baissent en volume (-8,4%) et en valeur (-5,7%).

A l’exportation, les ventes des quatre premiers mois de la “campagne” viticole 2019 (août-novembre) ont plutôt progressé, même si les volumes exportés restent en-deçà de ceux des cinq dernières années.

Côté britannique, les vignerons français s’inquiètent de la perspective d’un Brexit sans accord fin 2020, a souligné M. Josso.

Vers les États-Unis, premier marché d’exportation, les ventes d’août à novembre ont baissé de 1% par rapport à 2018.

Pris isolément, le mois de novembre – premier mois de pleine application des taxes décidées par l’administration Trump sur les vins français non effervescents de moins de 14 degrés- a enregistré une baisse de 15% des volumes exportés vers les États-Unis et de 21% en valeur. Les effervescents ont aussi trinqué (-9% en volume et -6% en valeur), alors qu’ils ne sont pas concernés par les taxes, a souligné FranceAgriMer.

AFP