23 Mai

Des voiliers, des expos, un tonneau et du vin pour Bordeaux Fête le Fleuve

Les deux navires-écoles les plus grands du monde, des expositions sur les grands navigateurs et un tonneau qui a traversé l’Atlantique sont parmi les temps forts du prochain festival « Bordeaux Fête le Fleuve » qui célébrera aussi le vin blanc, ont annoncé mercredi les organisateurs devant la presse.

Des matelots russes du Kruzensthern lors de Bordeaux Fête le Vin en 2018 © JPS

Le festival bisannuel — en alternance avec « Bordeaux Fête le Vin » — qui fête cette année les 20 ans de sa création et sa 11e édition, a rassemblé il y a deux ans entre 300.000 et 350.000 personnes sur les quais de la Garonne. Des dizaines d’animations, concerts gratuits, événements gastronomiques, ponctueront du 20 au 23 juin le festival associé à la saison culturelle « Liberté ! Bordeaux 2019 » elle-même organisatrice de dizaines d’événements artistiques.

Le quatre-mâts russe le « Sedov », le plus grand navire-école du monde, remontera pour la première fois la Garonne jusqu’à Bordeaux, avec son concitoyen le « Kruzenshtern », deuxième plus grand voilier-école du monde.

Le festival recevra le navigateur et artiste Titouan Lamazou dans le cadre d’une exposition consacrée aux grands navigateurs et aventuriers épris de liberté, avec un coup de projecteur sur l’odyssée maritime des migrants d’aujourd’hui.

L’aventurier Jean-Jacques Savin, qui vient de traverser l’Atlantique dans un tonneau, mu par la simple force des courants, sera présent avec son embarcation. Des centaines de nageurs devraient affronter les tourbillons limoneux de la Garonne pour traverser le fleuve.

Quatre jours de colloque sous la houlette de l’ancien président d’Arte Jérôme Clément seront consacrés aux libertés avec la présence notamment du cinéaste israélien Amos Gitaï ou de l’historienne Elisabeth Roudinesco.

Le « village de la fête », installé le long des quais, célébrera pour la première fois les vins blancs de Bordeaux (10% du vignoble) avec la présence de 80 vignerons de l’Entre-Deux-Mers, Pessac-Léognan, Graves ou Sauternes entre autres.

Avec AFP.

01 Mar

L’image du jour, les Vins de Bordeaux saluent le départ du maire de Bordeaux : « c’est Alain Juppé qui a fait de la marque Bordeaux, une marque  forte »

 Ce soir à la Cité du Vin, la filière des Vins de Bordeaux voulait marquer le coup: remercier Alain Juppé et dire un dernier « au revoir » au maire de Bordeaux. Alain Juppé a remis ce jour sa démission du poste de maire, avant de de faire son entrée le 11 mars prochain au Conseil Constitutionnel. Alain Juppé a été un réel ambassadeur du vin de Bordeaux, créant notamment la Fête du Vin en 1998 et la Cité du Vin en 2016. Un moment d’émotion partagé avec les acteurs de la filière, CIVB et Fondation pour la Culture et les Civilisations du Vin.

Allan Sichel et Alain Juppé pour un moment de remerciements échangés © Civb

Allan Sichel, le président du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux, a d’abord tenu à rappeler qu’ « Alain Juppé a toujours eu une oreille bienveillante et attentive pour la filière viticole. Il a su, dès son arrivée, se rapprocher du négoce, des propriétés et des manifestations. Par ailleurs il a su comprendre filière, son fonctionnement, et les hommes et les femmes qui la font vivre. »

BORDEAUX, UNE RENOMMEE MONDIALE

Alain Juppé a donné à la ville « une renommée mondiale », tirant profit de ses deux passages au Ministère des Affaires Etrangères, de son poste de Premier Ministre, et de cette « sensibilité très forte à l’international », « et si nous bénéficions aujourd’hui de l’image et de la dynamique « Bordeaux la ville, Bordeaux le vin, » c’est grâce à Alain Juppé, c’est lui qui a rendu ces deux entités indissociables. »

Et le boss de la Maison Sichel de poursuivre : « c’est Alain Juppé qui a fait de la marque Bordeaux, une marque  forte, qu’il a valorisé au fil des années. » C’est clair que le placement Juppé était presque mieux qu’un placement en bourse, rajouterait Côté Châteaux, tant au niveau immobilier, qu’avec l’envolée en 20 ans des prix des vins de Bordeaux.

Et Allan Sichel de rappeler: « la transformation profonde de la ville initiée par Alain Juppé, avec ce vaste projet urbain qui a révélé la beauté et la modernité de notre ville.  Il nous a permis de ne plus tourner le dos à notre fleuve, de réunir les deux rives et de redécouvrir nos quais, avec notamment la façade historique du quai des chartrons intimement liée au monde du vin. »

BORDEAUX ET SA FETE DU VIN

« C’est Alain Juppé qui a eu l’idée de la Fête du Vin, il y a 20 ans, pour mettre le vin à l’honneur, et donner l’occasion aux vignerons, au contact d’un public enthousiaste, de mettre en valeur leur production et leur savoir-faire. » Un modèle qu’il a fait en sorte aussi de reproduire avec la copie de cette fête à l’étranger, en commençant par Hong-Kong, Québec, Bruxelles puis Liverpool.

BORDEAUX ET SA CITE DU VIN

« C’est Alain Juppé qui a aussi eu l’idée de la Cité du Vin, qui a ouvert ses portes en juin 2016. Il a su passer votre les réticences de certains, y compris au sein même de notre filière, puisque la Cité du Vin n’avait pas vocation à ne parler que des vins de Bordeaux. Mais aujourd’hui tout le monde salue le résultat, on parle des vins de Bordeaux et du monde et c’est comme cela que Bordeaux mérite le titre de « Capitale Mondiale du Vin », concluait Allan Sichel.

Et voici donc notre Sage de Bordeaux qui s’en va rejoindre d’autres sages du Conseil Constitutionnel. Un conseil, Mr Juppé ? Emmenez-leur quelques bouteilles de Bordeaux, histoire de continuer la promotion parisienne de ce nectar…

Côté Châteaux, qui ne dort pas, vous avait permis, en avant première, de vous rendre compte du legs d’Alain Juppé dans le précédent article le 19 février dernier, avec les réactions d’Allan Sichel, d’Olivier Bernard, de Stéphan Delaux et Sylvie Cazes, à retrouver ci-dessous.

Lire ou relire l’article :

Le legs d’Alain Juppé dans le monde du vin à Bordeaux : « très important, durable et structurant »

19 Fév

Le legs d’Alain Juppé dans le monde du vin à Bordeaux : « très important, durable et structurant »

Alain Juppé a décidé de mettre un terme mercredi à son mandat de maire. Aujourd’hui, les acteurs du monde du vin et de l’oenotourisme rendent hommage au visionnaire qu’il fut en créant en 1998 la Fête du Vin à Bordeaux, désormais démultipliée dans 4 grandes villes du monde, mais aussi en lançant la Cité du Vin. « Il a remis dans la même dynamique Bordeaux la ville, Bordeaux le vin, ce qui a multiplié par 5 le tourisme à Bordeaux », selon Stephan Delaux.

Alain Juppé a souvent fait référence au Guggenheim de Bilbao pour lancer la Cité des Civilisations du Vin à Bordeaux © Jean-Pierre Stahl

Côté Châteaux a couvert depuis 18 ans non seulement Juppé et sa carrière politique à Bordeaux, mais davantage Juppé l’ambassadeur du vin. Aussi, c’est tout naturellement que je me suis dit, c’est vrai « avec Juppé, c’est la transformation » : un slogan qui aurait sans doute été bon après AJ pour la France pour transformer l’essai à l’Elysée, mais ça c’est du passé. Il n’empêche, la transformation de sa ville impose le respect, mais au-delà il y a un autre legs, la transformation de l’image de Bordeaux au niveau du vin, qui est tout aussi énorme, et qui s’est imposée à mon esprit. Côté Châteaux a donc décidé de donner la parole à ces acteurs du monde du vin qui l’ont côtoyé et ont vu la métamorphose de cette image désormais indissociable « Bordeaux la ville et Bordeaux le vin. »

POUR ALLAN SICHEL : « C’EST LUI QUI A EU L’IDEE DE LA FETE DU VIN »

Quel legs et quelle portée laisse Alain Juppé à Bordeaux au niveau du vin ? D’emblée le Président du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux qualifie ce legs de « très important, durable et structurant. Il a poussé à l’ouverture… »

« C’est lui qui a eu l’idée de la Fête du Vin, dont on a célébré les 20 ans en juin dernier. Il est à l’initiative des Fêtes du Vin à l’étranger aussi à travers les contacts qu’il avait à Québec ou à Bruxelles. Pour Hong-Kong, c’était un peu différent…Il a poussé à ces projets, on s’est aperçu du bienfait indéniable de ces manifestations. C’est tellement visible que les villes viennent directement nous demander pour organiser chez eux des fêtes du vin » (comme Hong-Kong ou Liverpool).

Conférence de presse à mi-chemin du chantier de la Cité du Vin en novembre 2014 © JPS

En 2e position, la Cité du Vin, c’est lui qui a eu l’idée aussi (on fête cette année les 10 ans du lancement du projet depuis Saint-Emilion). Il y a eu beaucoup de réticences au début, à Bordeaux on avait une attitude peu enthousiaste, notamment pour investir des sommes qui allaient promouvoir le vin au niveau mondial et pas seulement parler de nous. Aujourd’hui tout le monde est ravi du résultat, on parle des vins de Bordeaux et du monde, et c’est comme cela que Bordeaux peut mériter le titre de « capitale mondiale du vin ».

En 3e, le tourisme avec aussi Stéphan Delaux : l’inclusion de l’oenotourisme permet d’attirer beaucoup de monde à Bordeaux et de faire rayonner la marque. Tous ces grands succès ont certainement existé grâce à Alain Juppé. Il a toujours eu une écoute pour la filière viticole. La marque Bordeaux on peut y rattacher le plus de choses possibles, c’est un concept. A Bordeaux, on peut s’assoir sur un grand nombre de sujets pour faire rayonner la marque. »

Los Angeles invité d’honneur en 2014 à Bordeaux Fête le Vin © JPS

POUR OLIVIER BERNARD : « LA MARQUE BORDEAUX S’EST VRAIMENT VALORISEE CES DERNIERES ANNEES »

L’ancien Président et actuel vice-président de l’Union des Grands Crus de Bordeaux, Olivier Bernard commente : « la 1e chose qui m’a marqué quand il est arrivé à Bordeaux, c’est qu’il avait cette communication avec le monde du vin, il s’est rapproché du négoce, des propriétés, des manifestations, avec aussi la Fête de la Fleur. Il n’a pas hésité à prendre parfois des positions et en s’exprimant, même si ce n’était pas un passionné, c’était un amateur de vin. »

« 2e, c’est la résonance de la marque Bordeaux à travers le monde depuis 20 ans, largement amélioré et de manière qualitative grâce à son nom: le fait que Bordeaux a été largement réveillé en ville, cela a profité au vin. On le voit sur les bouteilles à 30, 40,…et jusqu’à 70 euros, des gens n’hésitent pas à mettre la marque Bordeaux sur leurs bouteilles. La marque Bordeaux s’est vraiment valorisée ces dernières années. La notion de marque Bordeaux est majeure ».

3e si je devais retenir un des éléments marquants, c’est la rénovation des quais, intimement liés au monde du vin, notamment le quai des chartrons. On a retrouvé une façade historique que je n’imaginais pas voir depuis le jour de ma naissance…

4e point bien sûr la Cité du Vin et 5e la fête du vin ». 

POUR STEPHAN DELAUX : IL Y A UNE CONJONCTION ENTRE LE PATRIMOINE ET LE VIN

« Lorsqu’Alain Juppé est devenu maire de Bordeaux, Bordeaux était plus connu à l’international pour ses vins que pour sa ville », rappelle Stéphan Delaux adjoint au maire d’Alain Juppé, mais aussi Président de Tourisme Bordeaux Métropole et de Bordeaux Grands Evénements (organisateur de la Fête du Vin). « Les vins de Bordeaux avaient 2 millénaires de renommée et la ville alors était mal connue. Il a lancé ce projet urbain, aussi sur les quais des chartrons (où il y avait de nombreux chais), et cela a été tout d’un coup révélateur d’une ville sublime, il y a alors eu une conjonction entre ce patrimoine et le vin. »

« La 2e chose, c’est qu’il a été Ministre des Affaires étrangères, ce qui lui a donné une sensibilité très forte à l’international.Il a poussé beaucoup la ville à l’international pendant tout ce temps. Caban le faisait aussi avec la famille Ford et une partie de l’Intelligentsia américaine, mais Juppé a vraiment positionné la ville au niveau international à travers sa présence. Il avait une aura très forte au niveau diplomatique.

Quant à la création de Bordeaux Fête le Vin, dans sa tête c’était d’abord offrir un événement festif un peu sudiste à la ville en créant sur les quais, quelque chose autour du vin, et aussi quelque chose autour du fleuve. Cela faisait un certain temps qu’on disait qu’il manquait quelque chose. Il a réussi à convaincre les réticents, et le succès a été là, les Bordelais l’ont accepté et certains Bordelais (du public) se sont rendu compte qu’ils ne s’y connaissaient pas tant que cela au niveau vin, comme ils le pensaient.

Dans le fond, c’est ce sur quoi je lui disais qu’il fallait travailler sur une convergence dans les stratégies de Bordeaux la ville et de Bordeaux le Vin. On a ainsi réuni dans la même dynamique Bordeaux la Ville et Bordeaux le Vin. »

Visite en avril 2015 avec Laurent Fabius ou quand deux ministres des Affaires Etrangères plaident la cause de la Cité du Vin © JPS

Quant à l’oenotourisme, on est dans la même dynamique: tout s’appuie sur cette transformation de la ville à travers la révélation de sa beauté et sa modernité, le tram a repoussé la voiture, il y a eu une mise en valeur du fleuve et aussi une réunion des deux rives.

« Quand on m’a confié cette responsabilité en 2001, Alain Juppé m’a demandé au niveau touristique ce que l’on pouvait faire, je lui ai dit qu’on pouvait multiplier par deux le nombre de touristes et en fait on les a multiplié par 5 (avec notamment le classement de Bordeaux au patrimoine mondial de l’humanité). Sur l’oenotourisme, les châteaux étaient alors fermés, hormis quelques-uns qui avaient été pionniers comme Jean-Michel Cazes, Philippine de Rothschild, les Raoux ou Cathiard avaient déjà une vision de l’oenotourisme, mais on avait du retard, aujourd’hui ce n’est plus le cas. Le rayonnement de la ville, des châteaux et du vin est porté par le tourisme, un tourisme choisi ».

L’inauguration de la dernière Fête du Vin, celle des 20 ans, avec Jean-Baptiste Lemoyne © JPS

« Aujourd’hui la fête du vin est un élément stratégique fort du CIVB, De nombreuses institutions y sont désormais associées comme les Crus Classés 1855, l’Union des Grands Crus, l’Académie du Vin, le Grand Conseil, tout le monde est aujourd’hui présent, ça fait parte de leur patrimoine ».

Bordeaux Fête le Vin 2014 avec Stépan Delaux, Alain Juppé et Tom Labonge © JPS

« Au final ces fêtes du vin, on les a monté avec des amis et avec des partenariats. Parmi eux, il y a eu Tom Labonge, le maire de Hollywood, un personnage incroyable, une personnalité très joviale et très francophile, amoureux du vin. Avec lui on était dans des camions de pompiers à L.A., on a eu avec lui notamment lors de Bordeaux Fête le Vin une relation tellement amicale et joyeuse…Le vin s’y prête aussi largement. » Un moment apprécié également par Côté Châteaux qui a eu la joie d’immortaliser cet instant où Alain Juppé avait fendu l’armure, avec Stéphan Delaux et Tom Labonge, et mis ce chapeau si sympathique de la Fête du Vin.

Alain Juppé, Sylvie Cazes, la présidente de la Fondation pour la Culture et les civilisations du vin et Bernard Farges, président du CIVB en février 2016 © JPS

POUR SYLVIE CAZES : « LA CITE DU VIN, CELA A ETE SA VOLONTE TRES FORTE »

Sylvie Cazes la présidente de la Fondation pour la Culture et les Civilisations du Vin a été au coeur de la genèse du projet et l’a préparé durant de nombreuses années avec le maire de Bordeaux : « La Cité du Vin, cela a été sa volonté très forte, très assumée. Il avait déjà eu l’idée depuis quelques années, mais cela avait été contré par la profession qui ne voyait pas trop d’intérêt dans l’oenotourisme. Après, je lui ai dit que la profession était prête, il a alors mis tout en oeuvre pour que cela se fasse… Il était très à l’écoute du monde du vin, des professionnels, de Philippe Massol et des agences, et était très respectueux des choix opérés par les viticulteurs ».

« Il a été très heureux que cela puisse voir le jour et rattacher ainsi la ville à son vignoble. Il a eu un rôle de rassembleur avec les mécènes de la Cité du Vin. Il s’est beaucoup impliqué dans le projet, il est allé chercher l’Europe… Quand on a créé la fondation « American Friends of la Cité du Vin », il était aussi présent aux Nations-Unies lors d’un dîner à New-York avec de nombreux ambassadeurs et mécènes américains. Il a porté haut les couleurs de Bordeaux lors de cette soirée, c’est là où je me suis rendue compte de sa dimension internationale ».

Ce retrait de la vie politique annoncé la semaine passée et appris mercredi après-midi a été « soudain, inattendu, ni moi, ni Gaétan n’étions dans la confidence. On a même pensé à une « fake-news ». Il avait d’ailleurs participé le 31 janvier au 4e dîner de gala de la Cité du Vin, je l’ai trouvé très détendu, profitant du moment, un vrai bonheur d’être là. Evidemment pour nous, cela a été un choc, il va beaucoup manquer à la Cité du Vin… »

Si la page Alain Juppé se tourne, les événements et projets ont été mis en place et ont prouvé leur succès et efficacité. Un bilan plutôt positif pour la filière vin, qui va continuer à profiter et faire fructifier cet héritage culturel autour du vin.

29 Oct

Le 10e Wine and Dine Festival bat tous les records

Cette 10e édition a été un véritable succès avec 185000 visiteurs et une hausse de 18% des dégustations effectuées sur son pavillon des appellations.

Samedi soir au Hong Kong Wine and Dine Festival… les vignerons et négociants bordelais ont servi quelques bouteilles de © Vins de Bordeaux – Guillaume Bonnaud .

LE WINE AND DINE EN CHIFFRES

  • 185000 visiteurs
  • la délégation Bordeaux forte de 60 participants
  • 44 stands aux couleurs de Bordeaux
  • une hausse de 18% des dégustations effectuées sur son pavillon des appellations.

LES NOUVEAUTES :

  •  Des occasions de dégustation exceptionnelles comme ce « Sunset Tasting » sur la Grande Scène commentée par le Président du CIVB en
    personne,
  • chaque soir des Happy Hours avec l’ouverture d’un mathusalem,
  • un passeport permettant avec 4 dégustations validées sur le village Bordeaux d’emporter une bouteille de Bordeaux à déguster chez soi !
  • Le logo de Bordeaux esquissé en plein ciel lors d’un spectacle de drones inédit
    Cette année L’Ecole du vin de Bordeaux et le dispositif Everyday Bordeaux occupaient le même
    stand, offrant une expérience de dégustation et d’apprentissage globale jouant sur l’accessibilité des
    vins de Bordeaux.

UNE INVITATION A VENIR DECOUVRIR BORDEAUX

  •  L’Office de Tourisme et des Congrès de Bordeaux Métropole partageait son stand avec le Conseil des Crus classés en 1855. Ils y présentaient l’offre
    oenotouristique du vignoble bordelais ainsi que le dernier livre consacré aux Bordeaux Grands Crus Classés 1855 (Médoc & Sauternes) qui vient de paraître à Hong Kong (Editions Flammarion).
  • La décoration du stand qui reprenait les plus beaux visuels du livre a suscité beaucoup de selfies chez les connaisseurs posant devant l’incontournable Château Margaux mais aussi La Cité du Vin et la place de la Bourse

 

26 Oct

Wine and Dine Festival : une 10e édition qui ravit toujours plus Hong-Kong

Le Wine and Dine Festival a ouvert ses portes en ce 25 octobre à l’autre bout de la planète. C’est le 10e festival de la gastronomie et du vin à Hong-Kong qui a pris exemple sur Bordeaux Fête le Vin. Un succès qui ne se dément pas. 60 vignerons de Bordeaux ont d’ailleurs fait le déplacement.

Quand il a été lancé, le pari était loin d’être gagné. Une volonté commune du gouvernement de Hong-Kong avec l’aide des Vins de Bordeaux de célébrer le vin à Hong-Kong en prenant modèle sur la Fête du Vin de Bordeaux.

Voici la 10e édition, et l’on peut dire qu’au fil des ans non seulement l’engouement des Chinois et Hongkongais ne s’est pas effrité, mais en prime les Bordelais ont toujours mouillé le maillot pour faire en sorte que cette fête sur 4 jours soit une réussite, ils sont encore une soixantaine cette année.

Pari tenu puisque l’an dernier, 150000 visiteurs ont fréquenté les différents pavillons et villages, avec une suprêmatie pour le village Bordeaux et ses 200 exposants. Plus de 2500 personnes avaient été formées à l’Ecole du Vin de Bordeaux, 44000 dégustations avaient été enregistrées. So good Wine and Dine Festival to everybody, et comment dit-on déjà en mandarin avec modération ? On va demander à notre Ministre de la Santé.

10 Sep

100 000 visiteurs pour la 5e opération « eat ! Brussels, drink ! Bordeaux »

Encore un pari gagné pour les organisateurs bruxellois, le CIVB et les 60 vignerons qui ont fait le déplacement pour cette 5e Fête du Vin de Bordeaux à Bruxelles qui s’est déroulée durant ce grand week-end, de jeudi à dimanche.

© CIVB – Guillaume Bonnaud

L’édition bruxelloise 2018 de Bordeaux Fête le Vin a réuni cette année 100 000 visiteurs, ce qui est pas mal au pays du Mannenken Pis. Plus de 90 000 dégustations
de vins de Bordeaux qui ont été servies sur les 8 pavillons vin présents au parc bruxellois : Bordeaux – Bordeaux Supérieur, Rosés de Bordeaux – Bordeaux Blanc – Entre-Deux-Mers et Crémants de Bordeaux, Médoc, Côtes de Bordeaux, Sweet Bordeaux, SaintEmilion – Pomerol – Fronsac, Graves -Sauternes et le nouveau venu Mouton Cadet.

RECORD BATTU POUR LES ASSIETTES DEGUSTEES

Ce sont près de 8 000 bouteilles qui on été dégustées avec les plats de 36 chefs bruxellois, allant de l’échine de porc ibérique, en passant par la tartare de saumon, le thon rouge, le risotto à la crème de truffe, jusqu’aux fromages affinés belges et comptoirs de desserts. Le record a été battu cette année avec 30 000 assiettes dégustées pendant
les 4 jours.

Un attrait aussi pour la diversité et la qualité des vins de Bordeaux qui ont pu montrer comme à Bordeaux, Québec ou Hong-Kong toute la gamme et l’accessibilité en prix des vins de Bordeaux.

ECOLE DU VIN ET SA TABLE BORDEAUX BLACKJACK

L’Ecole du Vin de Bordeaux  a accueilli et formé reçu près de 1 500 pesonnes. Elle était fière de présenter une nouvelle série d’ateliers, déjà présents lors de Bordeaux Fête le Vin en juin dernier : les parfums du Vin, l’Art de l’assemblage, Cheese & Tchin ainsi qu’une table Bordeaux Blackjack.

DES MASTERCLASS EN PRIME

Pour la première fois, 4 masterclass étaient proposées aux amateurs le plus experts : les Crus Classés de Graves, Les Grands Vins médocains, Les Grands Crus Classés de Saint-Emilion et les Grands Vins liquoreux avec les fromages affinés belges.

LA BANDE A BONNAUD

L’exposition « les belles gueules de Bordeaux » réalisée par le photographe Guillaume Bonnaud a été exportée pour la 1ère fois.52 portraits de vigneronnes et vignerons des appellations Bordeaux et Bordeaux Supérieur, ont été exposés sur les grilles du parc, face au Palais Royal, on a pu aussi les retrouver et apprécier durant tout cet été à la Cité du Vin de Bordeaux.

09 Juil

Retour sur la Fête de la Fleur 2018

C’était le 15 juin dernier, en plein Bordeaux Fête le Vin, la traditionnelle Fête de la Fleur organisée par la Commanderie du Bontemps. Plus de 1000 personnes étaient invitées à ce grand rendez-vous  du monde du vin.C’est une tradition instaurée depuis 1949 par la Commanderie du Bontemps. Chaque année est célébrée la Fête de la Fleur. Une fête qui marque la floraison de la vigne.

La Fête de la Fleur s’est installée au fil des ans comme le rendez-vous incontournable des amateurs de vin du monde entier. Cette année, elle prenait place comme par le passé au Jardin Public ; d’autres années, elle s’était tenue place des Quinconces et lors des années impaires où Vinexpo est organisé à Bordeaux, elle a lieu dans de célèbres châteaux du Médoc (comme Montrose ou Lascombes), des Graves (Malartic-Lagravière), de Sauternes ou Barsac.

La soirée de gala a débuté, comme il se doit, par la fameuse cérémonie
des intronisations. Pour cette Fête de la Fleur 2018, 31 nouveaux commandeurs ont en effet été intronisés par le Grand Maître de la Commanderie du Bontemps Emmanuel Cruse, dont l’Ambassadeur des Etats-Unis en France, son excellence Mme Jamie McCourt.

Le chef Julien Lefebvre, Chef étoilé au restaurant du Château Cordeillan-Bages à Pauillac, qui a réalisé ce dîner d’exception avec Mr Cazes et Emmanuel Cruse – Commanderie du Bontemps © Phil-Labeguerie

Tout le monde du vin, propriétaires, négociants, distributeurs, journalistes, ainsi que quelques personnalités du cinéma, de la musique, ou des chefs étoilés étaient de la Fête (excepté votre serviteur qui couvrait le fameux concert magistral de l’ONBA à Darwin avec Paul Daniel), à noter la présence parmi les invités Adriana Karembeu.

19 Juin

Les 20 ans de Bordeaux Fête le Vin : 20 images d’un pur bonheur

Au lendemain de ces 5 jours de fête, Côté Châteaux vous propose un résumé en images de cette 11e édition. 20 clichés pour 20 ans.

Marine au stand du Brulhois et des Vins d’Aquitaine © JPS

Munich, l’une des entrées du site de Bordeaux Fête le vin © JPS

Les organisateurs et partenaires qui ont fait de l’événement le succès que l’on sait © JPS

Barbara, Muriel, Valou et Delphine de Nantes © JPS

L’équipe du Baron de Lestac © JPS

Emma et sa mère Angelina de Liverpool avec Caroline Mourée du château Lamothe de Haux © JPS

Le Kruzensthern et la flèche saint-Michel © JPS

v

Côté Châteaux : 9 reportages télés, 4 invités en direct dans le 12/13 et 19/20 avec Sébastien Hondelatte, Thierry Gardet, Sébastien Delalot, Delphine Roussel Sax, Nicolas Pressigout et Eric Delawarde, Xavier Granger, Boris Chague, Sarah Paulin…, mais aussi 18 articles sur le blog ! En photo avec le Big Band l’Impérial de Bordeaux © SD

Des matelots russes du Kruzenshtern © JPS

El Galeon, Pirate des Caraïbes à Bordeaux ! © JPS

Les vignerons des Côteaux de la Vézère © JPS

Solidarité avec Olivier Cadarbacasse grêlé en 2013 et gelé en 2017. Il a pu installer un stand de spécialités réunionnaises qui a cartonné © JPS

Hervé Grandeau, président de la Fédération des Grands Vins  sur le stand des Bordeaux et Bordeaux Supérieur © JPS

Darwin et le concert de l’ONBA vendredi soir © JPS

Incroyable Paul Daniel interprétant les standards des Beatles avec l’ONBA © Jean-Pierre Stahl

La famille des vignerons bio d’Aquitaine avec le viggoble Boudou (à Soulignac) et le château Moulin de Lagnet (St Emilion) avec Gwenaëlle Le Guillou au centre © JPS

18000 personnes à l’Ecole du Vin © JPS

Christophe Chateau en direct dans le 12/13 avec Sébastien Hondelatte et Eric Delwarde © JPS

Le Big Band l’Impériale de Bordeaux a continuer à animer la fête jusqu’au bout © JPS

18 Juin

Enorme succès de Bordeaux Fête le Vin : pour les prochaines éditions, on réfléchit à y associer aussi les bateaux !

Qui a dit 1 million de visiteurs. Personne. Mais tout le monde se dit que la fréquentation de Bordeaux Fête le Vin a du, a pu, approcher ce chiffre symbolique. Un succès historique dû à la présence des grands voiliers, à additionner aux 520000 dégustations enregistrées sur les pavillons.

Pari gagné, et même au-delà ! Même si Stéphan Delaux, le Président de Bordeaux Grands Evénements, reste silencieux sur le nombre de participants « des centaines de milliers », en off certains pensent que ça pourrait approcher le million de visiteurs.

De toute évidence, si l’on en croit les photos et l’observation que l’on fait de cet événement, c’est une grande foule qui s’est réunie à Bordeaux avec la croissance historique de BFV depuis 20 ans et cet attrait particulier pour les bateaux », Stéphan Delaux Président de Bordeaux Grands Evénements.

Ce matin, la parade avec El Galeon, suivi du Belem avec un public très nombreux © JPS

C’ETAIT « NOIR DE MONDE »

Dès mercredi, le public s’est massé pour accompagner l’arrivée des grands voiliers, jeudi matin jamais on avait vu autant de monde se presser dès l’ouverture, en journée c’était bien plein (jeudi,vendredi samedi et dimanche) et, comme on dit ici, les soirs, c’était « gavé Bordeaux » ! Des images d’une foule immense tant sur la place de la Bourse que sur l’ensemble des quais. Ce qui bien sûr accrédite une fréquentation des plus importantes.

520000 DEGUSTATIONS

520000 dégustations ont été enregistrées sur les pavillons, soit une augmentation de 25% par rapport au précédent record, le nombre de pass vendus s’établit à 61660 soit 26% de mieux que 2014 et 2016 ;

On a 1200 viticulteurs et négociants qui sont venus servir 60000 bouteilles sur le week-end », Allan Sichel président du CIVB.

LA PARADE DES GRANDS VOILIERS PLEBISCITEE

Ce matin encore, le public est venu en masse pour l’appareillage et la parade des ces vieux gréements sur la Garonne, certains en sont tout émus :

C’est émouvant, savoir que des petits bateaux comme le Pen Duick vont traverser l’océan, je trouve cela extraordinaire », Hélène de Bordeaux.

« Cela nous rappelle un peu l’histoire des caravelles de la conquête, c’est très intéressant de voir le moyen de locomotion de cette époque là », Dominique de Quito (Equateur).

« Ca fait un moment qu’on en a entendu parlé, à la télé, dans les journaux, partout, c’est vrai que pour Bordeaux une ville fleuve, c’est magnifique »  Gilles de Mérignac

Barbara, Muriel, Valou et Delphine, venues de Nantes © JPS

DE NOMBREUSES VISITES SUR LES VOILIERS

Sur l’Etoile du Roy, ce sont 6000 à 8000 personnes qui visitaient chaque jour ce voilier, 1500 sur la Belle Poule. Une soixantaine de réceptions ont été organisées sur les différents voiliers. Dont une qui a connu un malheureux accident: un homme d’une soixantaine d’année est tombé à l’eau, depuis un ponton, en toute fin de soirée. Stéphan Delaux a présenté, une fois de plus, ses plus sincères condoléances à la famille.

BORDEAUX FETE LE VIN DE PLUS EN PLUS INTERNATIONAL

Si la Fête du Vin, associée à la Tall Ships Regatta, a rencontré un tel succès, c’est bien grâce au rassemblement de cette 30aine de voiliers. Les visiteurs sont ainsi venus de partout en France, et de plus en plus de l’étranger, pour voir ce spectacle : « Je trouve que c’est super même si c’est dommage à cause du temps, mais c’est extraordinaire », explique Peter Campbell de Norwich en Angleterre.  » Nous sommes venus en famille pour 4 jours, un grand week-end, de vendredi à lundi, et on a assisté à tout, Fête du Vin et visite des voiliers, » explique François Bonnet de Montluçon.

Le Big Band l’Impériale de Bordeaux a continuer à animer la fête aujourd’hui © JPS

LA PATROUILLE DE FRANCE FINALEMENT ANNULEE

Des scolaires étaient aussi venus assister au survol de la Patrouille de France, initialement prévu à 10h45…« C’est toujours chouette de voir la patrouille de France faire un beau défilé dans le ciel », commentait, ce matin, Pauline de l’Ecole Montgolfier de Bordeaux. Une patrouille de France malheureusement annulée à cause de la météo et d’un plafond trop bas.

RESEAUX SOCIAUX ET JOURNALISTES EN AUGMENTATION

217000 visiteurs uniques ont été dénombrés sur le site Bordeaux Fête le Vin depuis le début 2018, dont 138000 en juin ; 355 journalistes ont été accrédités avec 27% de journalistes étrangers venant de Chine, des USA ou de Grande-Bretagne.

Au regard de cette 11e édition historique, les organisateurs vont essayer de garder le cap, de tenir la barre, et réfléchissent, comme nous l’a confié Allan Sichel à continuer à associer d’une manière ou d’une autre Bordeaux Fête le Vin avec un nouveau rassemblement de beaux bateaux en 2020.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Sébastien Delalot, montage Sarah Paulin :

17 Juin

Les petites appellations de Nouvelle-Aquitaine aussi assaillies à Bordeaux Fête le Vin !

Situées non loin du Pavillon de la Région Nouvelle-Aquitaine, les Vins de la grande région Nouvelle-Aquitaine ont aussi réussi à se faire une place au soleil lors de cette 11e édition de Bordeaux Fête le Vin. Tous étaient réunis sous la même bannière orange des Vins de la Nouvelle-Aquitaine.

  A Bordeaux Fête le Vin, on s’est bousculé sur les quais pour se rendre sur les stands des « grandes appellations » comme Saint-Emilion et Pomerol.

Romain Magnaudet du château Vieux Larmande © JPS

Romain Magnaudeix du château Vieux Larmande en Saint-Emilion Grand Cru :« Saint-Emilion,Pomerol, Fronsac, on est là pour promouvoir nos appellations, et on voit que ce sont des appellations qui attirent…

Samedi soir, un monde de folie sur les appellations de Saint-Emilion et satellites

Les gens les ont choisi en « coup de coeur » (parmi les 12 pass dégustation), ça veut dire qu’on a une belle image envers le public. ».

Marine, de Savoie, est venue déguster les vins du Brulhois © JPS

Mais c’est sans compter aussi les Vins de Nouvelle-Aquitaine où plus d’une vingtaine d’appellations était réunies sous la même bannière orange. Souvent le public découvrait ces appellations : « du Brulhois situé à mi-chemin entre Bordeaux et Toulouse, avec le village d’Astaffort qui est assez emblématique.  » Marine venant de la Savoie ne connaissait pas du tout, mais elle va déguster avec curiosité « exactement et on va se balader et prendre du bon temps ».

Juste à côté, « Monsieur vous connaissez Buzet ? Pas du tout…On est 200 viticulteurs, entre Bordeaux et Toulouse, c’est une AOC sur des coteaux avec des graves et de l’argilo-calcaire ».

Incroyable ! Le Pavillon des Vins de Nouvelle-Aquitaine a réussi à démontrer toute sa diversité et ses vins de qualité: depuis Irouléguy jusqu’aux vins de pays charentais, en passant par ces vins de Corrèze sans oublier les appellations de Bergerac venues en nombre aussi.

vBenoît Beigner vigneron du château Pécany à Montbazillac © JPS

« Hier on a eu un monde important et on a été victime de notre succès », me confiait Benoît Beigner vigneron du château Pécany à Montbazillac. Pas de honte à avoir pour exister à coté de Bordeaux, « bien sûr on a la richesse de nos terroirs qui nous permet d’avoir des vins très variés. Des blancs secs, des moelleux, liquoreux, rosés et rouges… » Et Nicolas Montaut du Domaine Montaut à Monein de confirmer : « oui, les gens sont assez curieux quand même, donc il y en a pas mal qui viennent goûter et il y en a pas mal qui connaissent le Jurançon. »

Les vignerons des Côteaux de la Vézère, sans doute la plus petite appellation en taille avec 22 hectares © JPS

Parmi les plus petits (au niveau taille bien sûr !), on a pu rencontrer René Maury, Président de la Cave des Côteaux de la Vézère qui nous a fait déguster les Périères (un chenin sec) aux notes minérales fort sympathiques, alors que le groupe « Cuine en Do et Cha Danse », Claude et Robert jouaient de la cabrette auvergnate et de l’accordéon diatonique juste à côté du stand. On se croyait déjà en Corrèze ou comme René Maury aimait à le rappeler, à Bordeaux on n’est pas dépaysé car il y a aussi pas mal de Corrèziens à Bordeaux…

Tannat, Abouriou, Gros Manseng et Petit Courbu… Rien de tel que cette 11e Fête du Vin pour faire connaître ces autres cépages de la Nouvelle-Aquitaine.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Thierry Gardet, montage Xavier Granger: