23 Mar

Wine and Co lance la plus grande dégustation de France à l’aveugle

C’est insolite, vin…solite même ! Côté châteaux s’attarde sur ce jeu concours proposé par Wineandco, l’un des sites spécialisés dans la vente de vins en ligne. Il s’agit de la plus grande dégustation de France à l’aveugle, avec des échantillons envoyés dans ces fameuses vignottes. Comme cela, néophytes, comme amateurs éclairés partent sur un pied d’égalité et vont pouvoir tenter leur chance ou leurs connaissances.

La plus grande dégustation avec des vignottes par Wine and Co © JPS

C’est un jeu concours qui se fait uniquement sur inscription. Ainsi  l’amateur de vin va recevoir un coffret de 6 échantillons de vins français à déguster, contre tout de même le paiement de 19,90€ pour pouvoir y participer.

Chaque vignotte correspond à un échantillon de 2 centilitres. Aucune indication sur le vin n’est inscrite. Seule la couleur du vin peut déjà renseigner mais c’est tout. L’amateur va devoir répondre à 22 questions à propos de chaque vin (région, appellation, cépage, domaine…), avec ou sans propositions de réponses.

PLUSIEURS NIVEAUX DE DIFFICULTES : 

Face à ces 6 échantillons, le participant doit affronter trois niveaux de difficultés :

  • Niveau 1 : L’Echauffement !
    Echantillon A (3 points)
    Echantillon B (3 points)
    Retrouver le nom de la bonne cuvée parmi les 10 réponses proposées (3 points)
  • Niveau 2 : Ca se complique !
    Echantillon C (7 points)
    Echantillon D (7 points)
    Retrouver la région (1 point), le millésime (1 point), le cépage (1 point) parmi les 5 propositions.
    Retrouver à l’aveugle l’appellation (2 points),
    le domaine (2 points)
  • Niveau 3 : C’est du sérieux
    Echantillon E (10 points)
    Echantillon F (10 points)
    Retrouver à l’aveugle : la région (1 point), l’appellation (3 points), le millésime (2 points), le cépage (1 point), le domaine (3 points)

UN TIMING POUR PARTICIPER

  • Les inscriptions auront lieu jusqu’au 10 avril : pour recevoir à domicile le ou les coffret(s) de dégustation, les participants sont invités à s’inscrire sur le formulaire qui se trouve sur
    www.lagrandedegustation.fr 19,90€ le coffret de 6 échantillons
  • Chaque participant recevra un mail indiquant l’expédition des coffrets de dégustation à partir du 10 avril.
  • envoi des réponses jusqu’au 24 avril :  les participants auront 14 jours pour déposer leur bulletin de participation sur le site dédié à la dégustation www.lagrandedegustation.fr

DE NOMBREUX PRIX A GAGNER

Les 50 premiers participants au palmarès remporteront les gains suivants :
Gain 1 : Un Jeroboam de Château Lagrange 2009, Grand Cru Classé de Saint-Julien, d’une valeur approximative de 800 € TTC
+ 1 Atlas des vins « La carte des Vins de s’il vous Plait » – Jules Gaubert-Turpin (Auteur) & Adrien Grant Smith Bianchi (Illustration) – Edition Marabout (valeur de 25€)
+ Le Livre « Le vin, son histoire, ses terroirs » – Philippe BIDALON – Edition Le Particulier (valeur de 34.90€)
• Gain 2 : Une dotation en vins d’une valeur approximative de 600 € TTC
+ 1 Atlas des vins « La carte des Vins de s’il vous Plait » – Jules Gaubert-Turpin (Auteur) & Adrien Grant Smith Bianchi (Illustration) – Edition Marabout (valeur de 25€)
+ Le Livre « Le vin, son histoire, ses terroirs » – Philippe BIDALON – Edition Le Particulier (valeur de 34.90€)
• Gain 3 : Une dotation en vins d’une valeur approximative de 400 € TTC
+ 1 Atlas des vins « La carte des Vins de s’il vous Plait » – Jules Gaubert-Turpin (Auteur) & Adrien Grant Smith Bianchi (Illustration) – Edition Marabout (valeur de 25€)
+ Le Livre « Le vin, son histoire, ses terroirs » – Philippe BIDALON – Edition Le Particulier (valeur de 34.90€)
• Gain 4 : Une dotation en vins d’une valeur approximative de 200 € TTC
+ 1 Atlas des vins « La carte des Vins de s’il vous Plait » – Jules Gaubert-Turpin (Auteur) & Adrien Grant Smith Bianchi (Illustration) – Edition Marabout (valeur de 25€)
+ Le Livre « Le vin, son histoire, ses terroirs » – Philippe BIDALON – Edition Le Particulier (valeur de 34.90€)
• Gain 5 : Une dotation en vins d’une valeur approximative de 150 € TTC
+ 1 Atlas des vins « La carte des Vins de s’il vous Plait » – Jules Gaubert-Turpin (Auteur) & Adrien Grant Smith Bianchi (Illustration) – Edition Marabout (valeur de 25€)
+ Le Livre « Le vin, son histoire, ses terroirs » – Philippe BIDALON – Edition Le Particulier (valeur de 34.90€)
• Gain 6 à 20 : Coffret de dégustation d’une valeur de 89€
+ 1 Carte des vins « La carte des Vins de s’il vous Plait » (valeur de 20€)
+ Le Livre « Le vin, son histoire, ses terroirs » – Philippe BIDALON – Edition Le Particulier (valeur de 34.90€)
• Gain 20 à 50 : Coffret de dégustation d’une valeur de 89€ TTC

Alors à vos marques, prêt ? Dégustez !

22 Mar

Une vente de charité à Bordeaux en faveur de la Fondation John Bost

Cet après-midi va se tenir à l’Hôtel Mercure de la Cité Mondiale à Bordeaux une vente de charité en faveur de la Fondation John Bost. 1200 belles bouteilles à saisir pour une cause charitable.

La Fondation John Bost a été créée en 1848 par le pasteur Jean-Antoine Bost, surnommé John, elle a été reconnue d’utilité publique en 1877; son but est d’accueillir et de soigner des personnes souffrant de troubles psychiques ou de handicaps physiques ou mentaux et dont l’état nécessite une vie sociale adaptée. Pour les aider, des familles, professionnels et bénévoles s’investissent et réalisent des actions pour améliorer leur quotidien.

Cette vente de charité en faveur de la Fondation John Bost a donc lieu cet après-midi à 17 heures, au Mercure de la Cité Mondiale. La Fondation John Bost est une fondation protestante. Les protestants de Bordeaux sont très actifs dans le monde du vin à Bordeaux et ont depuis des décennies organisé une vente de vins, comptant sur la générosité des propriétaires viticulteurs et négociants, qui donnent chaque année des caisses de vin. 

Parmi les acteurs du monde du vin bien connu à Bordeaux qui s’occupent de cette opération : Annabelle Cruse Bardinet (château Corbin), Vanessa Duboscq Armelle Cruse (Château  La Dame Blanche) Daniel et Christine Lawton, Marie Louise et Yann Schyler (château Kirwan).

La vente a lieu ce vendredi 22 mars, à 17h au Mercure de la Cite Mondiale. 1200 bouteilles seront vendues, 100% du montant de la vente ira à la Fondation (40.000 euros en 2018).

18 Mar

Les Citadelles du Vin : un concours feutré avec ses dégustateurs aguerris…et au final une reconnaissance mondiale.

C’était à Bourg 3 jours intenses pour des dégustateurs venus du monde entier. Ils se sont retrouvés pour cette 19e édition des Citadelles du Vin au Chai des Portiers

Cette 19e édition des Citadelles du Vin à Bourg est une édition bien rodée. Elle a ses dégustateurs aguerris, qui vont apprécier le nez, la vue et le goût du vin, déceler les défauts de certains, pour ne garder que les meilleurs, qui se verront décerner des médailles d’or, d’argent voire de bronze.

Ils sont ainsi une quarantaine d’oenologues, de sommeliers, de distributeurs et critiques internationaux sur le pont depuis samedi.  Yann Chaigne, responsable de l’IPC Vins (Institut de Promotion Commerciale, rattaché à la CCI de Bordeaux) en est à sa 3e participation aussi les quelques 40 échantillons dégustés sur la journée d’hier et encore 22 de blancs secs ce matin, ne l’ont pas effrayé:  » Il y a une grille de notation avec les critères sur la vue , l’odorat et le goût ; on note aussi ce tout ce qui est franchise, intensité positive, tout ce qui est intensité olfactive et gustative, après on note également l’harmonie entre vue, odorat et goût. »

Dans l’arrière boutique, durant ces 3 jours, ce sont 867 échantillons de 34 pays du monde qui sont préparés et dont on conserve un anonymat absolu, en apposant notamment un film opaque sur chaque bouteille.

Toute la dégustation se passe à l’aveugle… Ils ne connaissent en aucun cas l’origine, même pas le millésime, il ne connaissent rien, à la limite que le type de vin qu’ils vont déguster » Jean-Philippe Pricart, Président des Citadelles du Vin

Parmi les dégustateurs, 40% d’Européens, 32% de Français, 18%  d’Américains, 3% d’Africains et 7% d’Asiatiques dont Nelson Chow Président de l’Association des Sommeliers Chinois, pour qui ces médailles sont importantes pour les consommateurs chinois.

« Ce sont de très bons indicateurs pour les consommateurs chinois, parce qu’ils ont été éduqués au vin en un temps record et ils n’ont pas du tout une grande expérience sur les différents types de vins, » commente Nelson Chow Président de l’Association des Sommeliers de Hong-Kong.

« Montrer au monde les bons vins, c’est très bien parce que c’est une reconnaissance pour les producteurs de vins », Régina Vanderlinde, présidente de l’Organisation Internationale du Vin.

4 prix spéciaux ont été attribués dont le meilleur merlot de Bordeaux pour un Blaye 2015 (le Clos de Bonnange) – Des Citadelles qui font parler d’elles partout dans le monde.

Les Prix Spéciaux 2019 :

  • Meilleur Malbec : Coletto 2015 (Argentine-Valle de Uco) par Grupo Penaflor 
  • Pininsula de Setubal : Vinha da fonte Reserva 2016 (Portugal) par Cas Ermelinda
  • Meilleur Cabernet Sauvignon: Château Malaire Cuvée Grande 2015 (France) par Domaine CGR
  • Meilleur Merlot de Bordeaux : le Clos de Bonnange 2015 (France-Blaye) par Vignobles Bonnange

15 Mar

L’Allemand Marc Almert est le meilleur sommelier du monde 2019

Albert…ach, le meilleur ! On ne va pas refaire le match ni la guerre entre notre Français David Biraud qui espérait cette année encore et l’Allemand qui s’est finalement imposé, car il a été meilleur.  Il s’est imposé dans la dernière épreuve devant Nina Hjgaard Jensen, deuxième et Raimond Tomsons, troisième.

Marc Almert le vainqueur du © concours de Meilleur Sommelier du Monde 2019

La nouvelle est tombée à 17H35. And the winner is…Marc Almert. L’Allemand, Sommelier au restaurant Baur au Lac, à Zurich, remporte le titre de Meilleur Sommelier du Monde 2019 à seulement 27 ans. Il s’est imposé dans la dernière ligne droite en gagnant aux points devant Nina Hjgaard Jensen du Danemark, deuxième et Raimond Tomsons, troisième, meilleur Sommelier d’Europe.

Sur la dernière épreuve, Marc Almert, Raimond Tomsons et Nina Hjgaard Jensen devaient servir 16 verres avec un magnum de vin effervescent italien (Villafranca rosé, Franciacorta). Jon Arvid Rosengren, le dernier meilleur sommelier du monde leur précisait : « chaque verre doit recevoir la même quantité, vous ne pouvez pas revenir en arrière une fois qu’un verre est rempli et vous devez vider la bouteille. Vous avez cinq minutes… »

Cette année encore les espoirs français reposaient pour sa 4e tentative sur David Biraud, il avait derrière lui notre ami Philippe Faure-Brac, Meilleur Sommelier du Monde 1992, qui comme de nombreux français espéraient une nouvelle victoire de la France, comme pour rendre grâce à Gérard Basset, le dernier en date qui avait gagné en 2010, disparu cette année. Il commentait sur Facebook : « Et le gagnant est : « Marc Almert d’Allemagne. Bravo à tous les participants et une Grande pensée pour David Biraud. » 

14 Mar

« rEnVerSaNt ! » : quand la Cité du Vin explore « l’uni….verre » des contenants du Vin, c’est époustouflant !

C’est la nouvelle expo de la Cité du Vin : « Renversant » à voir absolument. Une exposition autour des contenants du vin, verres, carafes, décanteurs, bouteilles et autres objets insolites qui font référence à la vigne et au vin. Une exposition du 15 mars au 30 juin, salle des colonnes. 

Des affiches Renversant accompagnent le visiteurs jusqu’à l’entrée de la Cité du Vin…Renversant, non ? © JPS

En préambule, je ne vais pas en faire tout un plat, mais en matière de verre et de cristal… eh bien oui, ce sont encore les Lorrains qui ont marqué l’Histoire, avec ces célèbres cristallerie de Baccarat, Saint-Louis ou Daum, et je ne vous parle même pas de Lalique en Alsace…Renversant, non ?

Les verres à nez par Anthony Duchêne © JPS

Mais « Renversant », c’est surtout une exposition tout-à-fait en phase avec le XXIe siècle, une exposition 100% contemporaine, conceptuelle, avec près d’une centaine d’objets en verre, de créateurs, d’artistes ou de maîtres verriers,  comme ce « jardin d’addiction » par Berdaguer & Péjus (ça me rappelle l’ancien maire en verlan bien sûr, pour lequel Bordeaux avait aussi son addiction), ces « équilibres » (j’oserai dire fragiles), ou ce « calendrier de verre », des 4 saisons, réalisé pour le compte de la Maison de Champagne Ruinart.

Marion Eybert, responsable des expositions temporaires devant l’oeuvre de Fabien Verschaere © JPS

Sur cette exposition autour du verre et des contenants du vin, il fallait que l’on démarre par l’explication de ces objets et de leur usage. Donc dans la 1ère partie de l’exposition on va avoir des décanteurs, des verres à boire et des bouteilles », Marion Eybert, responsable des expositions temporaires.

Palette de 100 magnums de Romanée Conti DRC 1946, un millésime qui n’a jamais existé, pour cause d’arrachage par Nicolas Boulard © JPS

Pour cette exposition, des élèves ont planché sur des prototypes de carafes, réalisés avec des maîtres verriers du CIA, centre international d’art verrier, de Meisenthal, où l’industrie du verre est apparu dès le XVe siècle dans ces Vosges du Nord en Moselle : « pour l’atelier, ce sont 17 propositions d’étudiants qui ont travaillé durant deux semaines sur le décanteur, la carafe et ses usages et notamment l’oxygénation du vin.

« Du coup, ils ont fait 17 propositions extrêmement différentes, ce sont des écoles allemandes et belges qui ont travaillé sur ces projets-là, souvent avec beaucoup d’humour et d’inventivité. Il y a toute une série de carafes qui interrogent sur l’oxygénation du vin, comment le vin doit tourner dans la carafe, pour s’aérer, comme cette carafe toupie tout-à-fait étonnante, ou une autre qu’on peut utiliser soit couchée, soit debout en fonction du vin qu’on va boire…. »

La commissaire de l’exposition Bettina Tschumi au milieu du calendrier de verre ou les 4 saisons de verre © JPS

Des « fonctions » aux « symboles », en passant pour « les détournements » et « les images du vin ». Des tableaux qui parlent aux épicuriens et amateurs d’art.

La Commissaire de l’Exposition Bettina Tschumi, formée à l’histoire de l’art à l’Université de Lausanne, nous parle de l’oeuvre assez renversante et pour cause de verres cassés de fin de soirée de Beth Lipman: « Beth Lipman une Américaine propose une oeuvre fantastique qui s’appelle « Still Life with Detritus », elle est fascinée par les peintures mortes de la peinture occidentale, en particulier hollandaise, et elle transpose cet univers en 3D et en verre exclusivement. 

« Still Life with Detritus » by Beth Lipman © JPS

« C’est une oeuvre en verre et en cristal qui symbolise l’univers mélancolique après une fête, un banquet… C’est univers est associé au cristal dans l’univers collectif…C’est pourquoi l’artiste a recours a ce matériau pour évoque la fragilité et la mélancolie. Le transport et le montage depuis les USA a demandé beaucoup de temps et de précaution. Chacun des éléments arrive séparément et il faut véritablement composer cette installation, faite d’objets en verre et en cristal soufflé, qui sont ébréchés et donc particulièrement coupants. »

« Vino sospeso »  par Matali Crasset © JPS

Parmi les grands intervenants, il y a Matali Crasset, artiste designer qui a réalisé un projet baptisé « Vino sospeso » : avec les verriers du CIAV de Meisenthal, elle a dessiné « l’objet à boire » nomade Vino Sospeso, des verres tout en rondeurs suspendus aux branches d’un arbre imaginaire, comme une invitation à déguster en pleine nature : « Le projet, c’est de réinventer un rituel de dégustation pour du vin en biodynamie. Donc l’idée, c’est de se donner rendez-vous dans la nature, on va choisir un arbre, et on va réaliser l’accroche de verres et y mettre le vin à l’intérieur.Le verre quand il a un pied, il est domestiqué, il est à l’intérieur de la maison et il a une sorte de posture… »

Là, l’idée c’est de revenir à un geste beaucoup plus naturel, non seulement sentir le vin, c’est important avant de le déguster. En fait on va simplement prendre le verre, on va boire et on va le redonner en fait comme si on venait ponctionner juste temporairement, le rendre à son cadre naturel dans lequel il s’est épanoui », Matali Crasset designer.

 

« Eat me », service de 24 pièces par Fabien Versachaere © JPS

Dans la dernière section de l’exposition, ce sont « les images du vin » qui sont à l’honneur : « l’idée c’est de parler à la fois des images de prestige (avec l’exposition Baccarat et ses traditionnels verres Harcourt redesignés par Philippe Starck), et puis des images un peu plus détournées. L’oeuvre que l’on présente ici est celle d’un artiste Fabien Versachaere, qui est plutôt un artiste plasticien du dessin, et qui là s’est expérimenté à la matière verre avec un atelier de création. Il propose son univers d’artiste avec des démons et des diables mais dans un service de 24 pièces tout-à-fait conventionnel…avec les assiettes, les couverts et les verres , mais qui sont en forme de diable, d’ange voire de tête de mort quelque fois… »

« Renversant ! »: à la Cité du Vin À Bordeaux, du 15 mars au 30 juin, regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Pascal Lécuyer et Xavier Granger :

12 Mar

2e Workshop Oenotourisme à Bordeaux : un potentiel énorme de touristes à aller chercher

C’est aujourd’hui la 2e édition du Workshop Oenotourisme organisé par NeedWine. 122 exposants, 5 fois plus que l’an dernier, avec près de 1000 professionnels et tour-opérateurs au Hangar 14 pour peaufiner une offre oenotouristique en plein boom en France. On dénombre déjà 10 millions d’oenotouristes, et ce n’est que le début !

Près d’un millier d’opérateurs sont présents à ce 2e workshop oenotourisme de Bordeaux, organisé par NeedWine. Parmi eux, Winepaths une plateforme bordelaise qui offre des séjours dans 13 pays du monde et 90 destinations, notamment dans de grands châteaux : « le château de Pommard en Bougogne est déjà un de nos partenaires privilégiés, » commente Madeleine Marchand de Winepaths.

En face d’eux des domaines viticoles de toute la France, notamment d’Alsace, avec un Philippe Frick, des Vignobles Arthur Metz, fier d’avoir dans sa région la 1ère route du vin en 1953. « En Alsace, on est une terre d’accueil et on sait accueillir tous les étrangers de tous les pays du monde, on parle plusieurs langues, je ne connais pas de gens qui soient déçus d’une visite en Alsace, » me confie Philippe Frick.

Toute la journée, ce sont des rencontres et des conférences sur l’utilité des réseaux sociaux et les clés du développement de la filière oenotourisme.

Il y a une vrai engouement sur l’oenotourisme depuis quelques années…On a 10 millions d’oenotouristes chaque année, aussi les châteaux ont de plus en plus envie de capter ces visiteur, » Benjamin Moreau de NeedWine.

Parmi les tour-opérateurs, on rencontre un Landais installé depuis 10 ans en Bulgarie. Les Pays de l’Est ont vu ces dernières années leur pouvoir d’achat augmenter et ce sont des clients potentiels, susceptibles de voyager. « Nous sommes venus ici à Bordeaux pour découvrir les prestataires, la culture et voir ce que nous allons pouvoir proposer par la suite à cette clientèle locale », commente Guy Labeyrie de Vitis Tour.

Le vin, c’est un produit certes, mais il contient l’identité territoriale. Et le fait que la france ait 2/3 de son pays couvert par des territoires viti-vinicoles, c’est une opportunité extaordinaire pour que cette filière oenotouristique se développe, » Hervé Novelli président du Conseil Supérieur de l’Oenotourisme.

Guy Labeyrie de Vitis Tour avec le château Vauban de Blaye © JPS

Le potentiel est énorme, quand on sait que le nombre de visiteurs étrangers avoisine aujourd’hui les 90 millions de visiteurs en France.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Jean-Michel Litvine, Boris Chague : 

11 Mar

Vin en jarre : plus qu’une mode, une recherche de fruité, de pureté et de complexité

Depuis 10 ans, on voit fleurir de plus en plus de jarres ou amphores en terre cuite dans les chais du bordelais. Effet de mode ? Pas vraiment. Une recherche de plus de fruit et de complexité. Des vins encore plus fins qui donnent une autre touche à l’assemblage final ou des vins réalisés en quasi-totalité en amphore.

Guilaume Pouthier, une fine lame dans le monde du vin © JPS

Avec son chai futuriste dessiné par Philippe Starck, le château des Carmes Haut-Brion, en Pessac-Léognan, renoue aussi avec le passé.

Le chai dessiné par Philippe Starck et réalisé par Luc-Arsène Henry © JPS

Son directeur, Guillaume Pouthier, ingénieur agronome, aime essayer tous les outils, mis à sa disposition. Des cuves inox, en passant par des foudres bois tronconiques inversés, en passant par des cuves en béton. Il a toujours ce souci de recherche, mais avec bien sûr un élevage traditionnel en barriques de chêne et 75% de bois neuf.

Et depuis presque 7 ans, il a aussi introduit ces petits oeufs au fond du chai, des jarres en terre cuite, au deuxième niveau du chai thermo-régulé des Carmes Haut-Brion, en dessous du niveau du Peugue.

« On ne change pas nos traditions, car on élève toujours notre vin en barrique à hauteur de 90%, par contre depuis le millésime 2012, on a fait une expérimentation en amphores ou en jarres… Des jarres qui varient entre 2 et 4 hectolitres, avec des cuissons différentes pour amener quelque chose de différent dans l’élevage : un peu plus de complexité à notre grand vin. »

Cette vingtaine de jarres en terre cuite renferme 9 à 11% de vin qui ira dans l’assemblage final.

« Nous , on a opté pour deux types de jarres. Une type de jarre cuite à 800°C qui permet elle un échange gazeux avec l’extérieur, c’est à peu près l’équivalent d’un échange gazeux d’une barrique ».

La différence, c’est que dans une barrique vous apportez du toasté ou de l’aromatique secondaire, alors que dans une jarre, vous ne gardez que le principe aromatique du raisin. On a aussi opté pour des jarres cuites à 1200°, et là carrément on fige le vin et il n’y a plus d’échange avec l’extérieur. Là on va travailler la réduction et l’aromatique de réduction, » Guillaume Pouthier directeur des Carmes Haut-Brion.

Le château Mangot en Saint-Emilion Grand Cru © JPS

Au château Mangot à Saint-Etienne-de-Lisse, les frères Todeschini, Karl et Yann, autres grands techniciens et vinificateurs en Saint-Emilion Grand Cru, ont commencé à expérimenter depuis 2 ans les jarres et les amphores.

4 types de 160 litres à 10 hectolitres, en argile de Castelnaudary et de Toscane en Italie, de 2 à 3 centimètres d’épaisseur, cuites entre 1045 pour les plus petites à 1200° (par palier durant 72 heures).

On a toujours cherché à ce que la barrique soit discrète, que la barrique s’efface et que ce soit le vin qui soit en avant. Malgré tout une barrique, ça apporte toujours de la structure, même si on travaille avec des barriques avec des chauffes très légères respectueuses du fruit.

Nous on a des vins qui ont déjà une structure naturelle assez puissante, de par les terroirs calcaires et des petits rendements, donc on ne cherche pas à ce que le contenant qui soit bois ou terre apporte une structure. Et l’amphore se dessine là pour préserver l’aromatique, le côté juteux, croquant et aussi la texture, » Yann Todeschini de Mangot.

Ces vins en jarre sont élevés entre 3 mois et jusqu’à 10 à 12 mois dans les plus gros contenants. Une cuvée spéciale a été réalisée, l’Autre Mangot, 100% en amphore.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Pascal Lécuyer : 

10 Mar

Retour sur Vinexpo New-York : une deuxième édition prometteuse

Après un Vinexpo 2018 qui avait jeté les bases d’un nouveau salon à New-York, cette édition 2019 confirme que Vinexpo s’impose comme le 1er salon international en Amérique du Nord exclusivement dédié aux professionnels des vins et spiritueux. Un succès confirmé avec la présence de 3000 professionnels issus de 40 States US et de 7 provinces canadiennes.

© Vinexpo s’affichait dans Manhattan et aux abords du Javits Convention Center (à droite)

Le 2e Vinexpo New-York, version dépoussiérée, s’est tenu lundi 4 et mardi 5 mars au Jacob K. Javits Convention Center.  Un Vinexpo New York qui a rassemblé plus de 400 exposants de 26 pays et 3 000 professionnels des vins et spiritueux (importateurs, distributeurs, grossistes, acheteurs et spécialistes du e-commerce). Un salon qui avait comme vocation d’être « une plateforme majeure de rencontres d’affaires accompagnées d’un programme de conférences de haut niveau ».

 « C’était notre deuxième participation à Vinexpo New York et une fois de plus nous avons été très satisfaits de la qualité des acheteurs et du nombre de rendez-vous réalisés », selon Lientjie McLachlan, de Robinson and Sinclair, exposant d’Afrique du Sud. « Grâce au service des One to Wine Meetings, et à notre préparation en amont, nous avons enchaîné des rendez-vous très productifs pendant les deux jours du salon. Et au vu des résultats obtenus cette année, nous savons déjà que nous serons de retour à Vinexpo New York en 2020. »

Pour Cédric Duquenoy, directeur commercial chez LGI Wines en France : « « C’était formidable de voir l’évolution de l’événement cette année, on y a rencontré encore plus de clients et d’importants détaillants. »

« C’est un marqueur important pour nous qui souhaitons continuer d’investir le marché nord-américain. Je crois au concept proposé par Vinexpo, il n’existe pas de tel marché du vin américain et New York est un excellent choix de surcroît. Nous serons là l’année prochaine c’est certain ! »

Nous sommes ravis des résultats de Vinexpo New York cette année. Cela confirme l’élan que nous avions ressenti à la suite du lancement inaugural l’année dernière », Mathieu Vanhalst, directeur commercial de Vinexpo.

Les stands des Vins de Bordeaux à Vinexpo NY© Vinexpo -AC

Et de compléter : « Son succès témoigne des efforts conjugués des équipes de Vinexpo et de Diversified, et de l’importance sans cesse croissante du marché nord-américain dans l’industrie mondiale des vins et spiritueux. »

Armelle Cruse y était en tant qu’ambassadrice des Crus Bourgeois © Vinexpo

UN PROGRAMME DE 6 CONFERENCES BIEN REMPLI

  • 6 conférences ont été concentrées sur les 2 après-midis avec notamment « le changement climatique et son impact sur l’industrie du vin », animée par John P. Holdren, ancien conseiller de l’administration Obama et Professeur de politique environnementale à l’Université de Harvard.
  • D’autres experts ont pu débattre sur « les technologies émergentes dans l’industrie du vin et des spiritueux », « les tendances du marché américain » ou « l’exploration étonnante de la perception du vin par les hommes et par les femmes. »

DES MASTERCLASSES INTERESSANTES

9 masterclasses étaient organisées, avec notamment comme thèmes « une plongée au cœur du grenache » et « l’influence de la forme du verre sur la dégustation du vin ».

« WOW! » POUR LES VINS BIO 

C’était la Nouveauté de ce Vinexpo New York 2019. A l’instar de Vinexpo 2017 à Bordeaux, un espace était dédié à WOW! (pour World of Organic Wines). Plus de 20 producteurs de vins bio ou biodynamiques de cinq pays ont fait dégusté leur production

Le stand Bernard Magrez à Vinexpo New-York @ Vinexpo AC

ET BIEN D’AUTRES NOUVEAUTES

  •  Une classe éphémère du WSET (Wine & Spirit Education Trust),
  • la mise en avant de producteurs locaux parrainés par la New York Wine & Grape Foundation,
  • le bar de dégustation du Wine Spectator 90+ présentant des vins ayant obtenu un score supérieur ou égal à 90 points lors des dégustations à l’aveugle du Wine Spectator,
  • la présentation des vins biodynamiques reconnus par La Renaissance des Appellations.

La forte fréquentation et la qualité des participants de Vinexpo New York 2019 démontrent qu’en un an le salon international s’est imposé comme un événement incontournable pour les principaux acheteurs et décideurs du marché américain des vins et spiritueux. », Mary Larkin, présidente de Diversified Communications, co-organisatrice.

Vinexpo annonce d’ores et déjà une 3e édition de Vinexpo New York 2020. Celle-ci se tiendra également au Jacob K. Javits Convention Center. Les dates sont déjà connues : les 2 et 3 mars 2020. Les visiteurs pourront s’inscrire dès septembre 2019. 

Avec Vinexpo.

Daniel Mouty sur les 20 ans du salon des Vignerons Indépendants à Bordeaux : « 20 ans un bel âge, c’est un âge où l’on commence à prendre en qualité ».

Retour sur le salon des vignerons indépendants de Bordeaux qui a été un franc succès avec 31 000 visiteurs, avec Daniel Mouty le président des salons des Vignerons Indépendants. Il nous donne les clés de ce succès. Un salon qui a progressivement gonflé au fil des années et a gagné en qualité et en diversité avec aujourd’hui plus de 300 vignerons de la France entière. Daniel Mouty est le Vigneron du mois pour Côté Châteaux. Cocorico.

Daniel Mouty le président des Salons des Vignerons Indépendants ce week-end au salon de Bordeaux © Jean-Pierre Stahl

Jean-Pierre Stahl : « Daniel Mouty, vous fêtez ce week-end les 20 ans du salon des vignerons indépendants à Bordeaux, qu’est-ce que cela vous fait ? Ce n’était pas comme cela il y a 20 ans ?

Daniel Mouty : « D’abord 20 ans, c’est d’abord un bel âge, c’est un âge où l’on commence à prendre en qualité. D’abord je n’oublierai jamais, le salon a été créé il y a 20 ans et on avait 2800 visiteurs, aujourd’hui on en attend j’espère 35000. C’est ça un anniversaire, une vraie fête d’un challenge réussi.

« Pour nos visiteurs, qui sont les rois ici, on tire au sort tous les quart d’heure dans une urne, des réponses au petit quizz que j’ai fait tout seul, sympa, et on va offrir 300 bouteilles…des t-shirts, des verres édités spécialement pour ces 20 ans… Pour nous, toutes les occasions sont bonnes pour mettre en avant un salon qui est magnifique. »

JPS : « Au départ, vous étiez une centaine, aujourd’hui vous êtes combien ? »

Daniel Mouty : « Aujourd’hui, on est 313 exactement. Ce qui est important, c’est la représentation de tous les vins de France. Un échantillon unique au monde pour le visiteur. 313 stands, ce sont 1500 peut-être 2000 produits différents car chacun a une gamme, donc une richesse formidable, un choix exceptionnel. Et puis à l’occasion de cette fête, il y a une ambiance, j’ai donné des consignes, l’accueil, les cadeaux, … c’est vraiment une fête de la gastronomie et du vin magnifique ».

Même des bloggeurs britanniques présents © JPS

JPS : « Au départ, vous avez eu des réactions un peu cocasses ? « 

Daniel Mouty : « J’ai eu des réactions cocasses, car il y a 20 ans, il y avait encore une ambiance très locale, le chauvinisme ambiant était toujours bien là.Les Bordelais et les Girondins avaient cette réputation. Une de mes fiertés, je crois qu’on a cassé un peu ce rythme, cette mentalité, peut-être parce qu’on a changé de génération. Et aujourd’hui, quand je vois des vignerons qui viennent vendre du Bourgogne rouge à Bordeaux, c’est quand même un sacré challenge réussi. Pour moi, c’est une fierté car on a compris qu’on n’était pas le centre du monde, même si on fait des vins magnifiques. Mais les visiteurs achètent de tout du champagne, des rosés de Provence, des Côtes du Rhône, de tout, et c’est ce choix-là qui fait que dès ce vendredi matin à l’ouverture, il y avait des centaines et des centaines de gens qui attendaient pour rentrer. »

JPS : « C’est vraiment la fête des terroirs, qu’est ce qu’on retrouve comme types de typicités ? »

Daniel Mouty : « Il y a toutes les typicités…c’est comme si vous me le demandiez pour les fromages...Dans le nord de la vallée du Rhône, on va trouver des terrains schisteux qui vont donner un goût, je pense aux « Condrieu », aux « Côte-Rôtie », et puis en descendant vers le sud vers Châteauneuf ces gros galets avec cette chaleur, ces vins chaleureux et corsés….et puis on va faire le tour par la Provence, remonter par le bordelais, faut quand même pas l’oublier…avec toutes ses appellations, c’est une palette magnifique et ils sont très représentés ici, ne croyez pas que les Bordelais aient boudé ce salon, bien au contraire. Il y a 1/3 d’exposants de Bordeaux et de Nouvelle-Aquitaine. La richesse des terroirs de France est infinie et elle est là.

Daniel Mouty le président natioanl des Vignerons Indépendants avec Nelly et Sophie © JPS

« Et le vigneron est là en direct, comme si on avait inventé les circuits courts il y a 40 ans, avec sa passion, ce lien là qui fait que le salon a un succès magnifique. Et puis on peut faire son marché ici aussi, les caddys qui sortent à côté de nous sont chargés de toute cette diversité. On repart, on a son coffre de voiture chargé, le soir on arrive chez soi, on est tout content… On débouche la 1ère bouteille… Le vin a toujours rassemblé les hommes ! Le vin a toujours été la convivialité avant tout, c’est pour cela que le 20e anniversaire est une fête et ce sera avec une bonne bouteille, que nous avec notre équipe on va le fêter ! »

Regardez l’interview réalisée par Jean-Pierre Stahl et Jean-Michel Litvine :

09 Mar

MFR de Vayres : la relève est assurée…

La Maison Familiale et Rurale de Vayres en Gironde honorait hier soir ses anciens élèves, leur remettant leur diplôme obtenu en 2018. Des jeunes en devenir dans les métiers de la viticulture, de la vente de vin et de spiritueux ou encore en matière d’oenotourisme.

Carton plein. Ils sont venus, ils sont tous là, ou presque. C’est en ce vendredi une journée particulière, non seulement pour les femmes dont on fêtait cette journée internationale des droits des femmes, mais aussi pour Carole Maugé, la directrice de la MFR de Vayres (américaine d’origine) qui a de quoi être fière de ses élèves de BTSA. Ils ont bien carburé l’an dernier et obtenu pour la grande majorité leur diplôme.

Ils étaient ainsi 28 élèves inscrits en BTSA Viticulture Oenologie, à continuer dans cette voie après avoir obtenu leur bac en VO ou en filière générale. 78% ont réussi et obtenu leur diplôme. 10 étaient présents hier soir, 10 autres à l’étranger, et le reste à droite, à gauche, ou au travail. A l’issu de leur formation certains ont continué leurs études, souvent en alternance, d’autres ont commencé à travailler, une chose est sûre la plupart d’entre eux sont assurés de décrocher relativement facilement du travail, dans une filière où bon nombre de salariés de la vigne sont en âge de partir à la retraite en Gironde.

Vous êtes de formidables ambassadeurs de la Maison Familiale et Rurale de Vayres, nous avons eu beaucoup de plaisir à travailler avec vous » Christine Massol, professeure en viticulture-oenologie.

L’autre section était venue en masse : les Technico-Commerciaux, qui ont réussi à décrocher à 86% leur BTSA, ce précieux sésame qui leur permet de continuer leurs études ou de travailler aussi directement. 22 ont obtenu une mention dont Louis, mention TB, qui aujourd’hui travaille déjà dans le négoce bordelais.

Mais il y a encore mieux Karl et Hanna, un couple d’Estoniens, qui ont non seulement vaincu la barrière de la langue mais ont aussi été diplômés avec une mention TB pour le premier et Bien pour la seconde. Karl est actuellement chez Bernard Magrez et Hanna dans le cognac chez Maxime Trijol. Des jeunes qui en promettent et que vous pouvez aussi rencontrer dans vos sorties comme Youri, étudiant à l’Inseec , qui travaille aussi au 4 Coins du Vin à Bordeaux. Tout ce beau petit monde a été chaleureusement félicité par Nicolas Bibeyran, professeur de commerce et marketing, très ému : « c’est une promotion qui me tenait beaucoup à coeur, une très très bonne promotion. »

 La section chargée de développement oenotourisme avec notamment Armelle, en restauration aujourd’hui, et Hélène, chargée d’oenotourisme au château du Tailhas, a obtenu 100% de réussite, sans oublier également la formation de responsable qualité que s’arrachent également les châteaux et qui a bien marché.

Un coup de chapeau à tous ces jeunes qui incarnent la relève, le devenir de Bordeaux mais aussi dans d’autres domaines viticoles et maisons de négoce en France et à l’étranger.