21 Jan

Voeux du Grand Conseil du Vin : le Maire de Bordeaux affirme son soutien et des mesures durant cette période difficile

A l’occasion de la traditionnelle cérémonie des voeux, le Maire Nicolas Florian a reçu le Grand Conseil du Vin de Bordeaux et les organisations viticoles représentatives de Bordeaux, leur assurant de son soutien indéfectible et de mesures pour soutenir la filière.

Le grand Conseil avec le Maire Nicolas Florian à l’occasion des voeux 2020 © ND

C’est une tradition, un peu comme la galette… Depuis 1952, le Grand Conseil du Vin de Bordeaux qui représente les grandes organisations viticoles défile dans les rues du centre ville, partant du CIVB pour arriver au Palais Rohan, où sur le perron, le maire Nicolas Florian les accueille, ainsi qu’un orchestre à l’intérieur de l’Hôtel de Ville. Une tradition que certains verraient désuète, mais si elle n’existait plus, on dirait c’était mieux avant…Tipically frenchy…

Alors, il y a certes le contexte, à l’aube des municipales, mais Nicolas Florian a toujours montré son soutien dès qu’il a été élu et même avant, à la filière viticole bordelaise qui fait face à une crise, un séisme, qu’elle n’avait peut-être pas vécu(e) depuis longtemps.

En effet, le marché est en recul depuis plus de 18 mois, avec un horizon en Asie plutôt obscurci, notamment sur Hong-Kong, et un  marché américain (1er pays consommateur de vin au monde) qui s’est fermé, à cause des 25% de taxes supplémentaires imposées par l’administration Trump depuis le 18 octobre. Ce qui amène le commentaire suivant du maire : « Le marché américain est irremplaçable et cette forte taxation en représailles aux subventions accordées à Airbus, aura bientôt pour conséquence de sortir du marché la plupart des vins français entrainant la faillite ou la mise en difficulté de nombreuses exploitations viticoles et de maisons de négoce. La filière viticole représente 500 000 emplois directs et indirects non délocalisables.

Nicolas Florian a donc proposé au cours de ces voeux de créer un groupe avec les maires de communes viticoles afin de faire face et répondre à ces menaces que font peser les Usa.

Et d’ajouter : « l’Etat ne doit pas abandonner les vins et spiritueux, second poste excédentaire de sa balance commerciale. Il doit entendre le besoin de compensation de la filière sans lequel elle ne pourra pas survivre à une taxation inique et pour des conflits commerciaux qui ne la concernent pas. Une situation d’autant plus grave que Donald Trump menace de passer cette taxe à 100% pour tous les vins et spiritueux ».  Nicolas Florian a proposé l’adoption d’une motion spéciale le 27 janvier lors du prochain conseil municipal de Bordeaux.

Entre temps, a-t-il été entendu ? En tout cas, Emmanuel Macron tweettait le soir même avoir eu « une excellente discussion avec Donald Trump » et annonçant « travailler ensemble sur un bon accord pour éviter toute escalade des tarifs ». 

Comme quoi, sortez toges, étendards et envolées lyriques gauloises, celles-ci peuvent raisonner outre-atlantique… ou pas. Affaire à suivre. Meilleurs voeux à tous.

18 Jan

Saint-Vincent: 1300 vignerons et négociants mobilisés pour la Tournée des Vins de Bordeaux

A vos tablettes ! Les 24 et 25 janvier prochains, vous allez forcément les rencontrer…Ce sont pas moins de 1300 vignerons et négociants qui seront sur le pont dans 1000 enseignes : dans la grande distribution, chez des cavistes ou dans les restaurants pour faire déguster leurs vins et échanger autour de leur production.

Vous les connaissez, forcément ! Leur visage vous est familier ou leur bouteille… Mais bon, il y a eu ces derniers mois ou années, un petit désamour, ou une petite infidélité… Rassurez-vous, le vigneron de Bordeaux n’est pas rancunier et il le montre.

Fini la com épurée, sans âme, voici de la bonne bouille de tailleur de cep, du vrai, du pur jus, le ou la vigneronne de Bordeaux va vous parler de sa passion, de son beau métier, de ses aléas climatiques et de ses déboires de production et/ou de commercialisation parfois, vous allez voir, il ne mord pas, il est même parfois ou souvent sympathique.

Allez, je vous aide, sur la photo officielle, je vous en présente quelques-unes, des vigneronnes passionnées comme Estelle Roumage (1ère à gauche) qui a un château Lestrille à Saint-Germain-du-Puch en Gironde et qui a ouvert le 1er resto tenu par une vigneronne à Bordeaux « Un château en ville ». 

Il y a aussi une jeune vigneronne qui se démène avec son Rosé Princesse et ses vins faciles à boire : Carole Lecourt (2e à gauche) du château Lecourt Caillet « Nous avons deux rosés sur la propriété, un rosé 100% merlot et un rosé 100% cabernet franc que l’on travaille de manière identique : vendanges très tôt le matin, sur des jeunes vignes avec des raisins à faible maturité pour avoir un rosé frais et vif, »  Et tout-à-fait à droite, on distingue une vigneronne qui ne ménage pas sa peine et qui est de tous les « Blaye au Comptoir » à Bordeaux dont le prochain s’annonce les 6 et 7 février : Laetitia Mauriac du château la Levrette (nom de la femelle du lévrier, je préfère préciser ! pour ceux qui ont toujours les idées mal placées…) Et puis, il y a de nombreux vignerons aussi dont Damien Landouar du château Gaby et président du Conseil des Vins de Fronsac avec qui j’ai réalisé un fameux dossier sur le foncier viticole, qui vous a pas mal interpelé.

Durant 2 jours, vendredi 24 et samedi 25 janvier, vous allez pouvoir non seulement leur serrer la main, eh oui ce sont des vignerons en chair et en os, leur parler, échanger, leur poser les questions que vous voulez, sur la manière de conduire leur vignoble, en traditionnel, HVE, bio, biodynamie, etc…, discuter de leurs difficultés quotidiennes avec certains aléas climatiques comme le gel de 2017 pour sortir au final une production, et puis échanger aussi et surtout sur le goût et les arômes de leur vin. Vous pourrez tout leur dire, mais aussi soutenir la filière qui en a bien besoin en achetant ou en rachetant du Bordeaux.

Ce sont dont 1300 vigneronnes, vignerons, négociants qui seront présents dans 1000 enseignes, dans 670 villes, seul(e)s ou à 2 ou 3 grand max (sinon ça devient une manif).

Profitant de la fête de leur saint patron, la Saint-Vincent, ces femmes et ces hommes, seront facilement reconnaissables avec leur habillement aux couleurs des vins de Bordeaux et pour vous pouvez les retrouver sur le site BORDEAUX.COM où ils sont géolocalisables (avec une puce sur leur sécateur…) Bonne initiative, les vins de Bordeaux et bon courage à vous.

16 Jan

Confluent d’Arts: « c’est comme ça, la, la, la la…. » Catherine Ringer en Guest Star du 4e festival au château de la Rivière

C’était aujourd’hui la présentation du prochain festival Confluent d’Art qui se tiendra le 1er week-end de juillet au château de la Rivière, du 2 au 4 juillet. Un festival de très haut niveau avec les Rita Mitsouko, enfin Catherine Ringer qui chantera les standards des Rita…et Xavier Buffo aussi.

Xavier Buffo le directeur du château est fier de présenter Catherine Ringer à l’affiche de son prochain et 4e Confluent d’Art © JPS

Confluent d’Art, c’est de l’art dans tous ses états au château de la Rivière. Durant 3 jours, ce site magique devient le Confluent des Arts, arts de la scène et arts de la rue. Un savant mélange de concerts et spectacles donnés sur la vaste pelouse du parc au pied du château, arboré de cyprès, aux senteurs de lavandes. Il y a bien sûr du cinéma en plein air, mais aussi  du théâtre de rue, des performances, des artifices, des installations, des sculptures, des dégustations de mots, de mets et de vins…bref un vrai Confluent des Arts.

Après Thomas Dutronc l’an dernier, Goran Bregovic en 2018, et  Yuri Buenaventura en 2017, Confluent d’Arts mise toujours sur des valeurs sûres et entraînantes, des vedettes ou groupes qui ont su à chaque fois déplacer les foules et faire l’unanimité auprès d’un public transgénérationnel. Cette année, c’est Catherine Ringer qui va chanter les tubes des Rita Mitsuko…Elle fera son grand retour après le Rocher de Palmer le 8 novembre 2019

Pour cette 4ème édition nous resterons fidèles à nos principes : pluralité artistique, convivialité, humanité, créativité, modernité et originalité » Dominique Bevly et Xavier Buffo, organisateurs.

CONFLUENT D’ARTS 2020: DEMANDEZ LE PROGRAMME :

JEUDI 2 JUILLET: CHANSON ROCK

Ouverture des portes à 18 h

  • De 18 h 30 à 20 h : Muséum Nomade d’histoires pas naturelles : une exposition ludique d’objets surnaturels.
  • 20 h 30 : concert avec le groupe Les Barbeaux (Folk, rock, festif) En français et en espagnol, Les Barbeaux chantent la vie et vous emmènent dans une guinguette populaire et dansante.

page3image66401072page3image66388176

  • 22 h : CATHERINE RINGER chante LES RITA MITSOUKO

Voilà la promesse d’une soirée inoubliable, avec ce concert de Catherine Ringer au Château de La Rivière. Sans aucun doute un clin d’œil embué à Fred Chichin, le complice disparu de la grande Catherine qui va, une fois de plus, nous bouleverser. C’est l’une de nos héroïnes depuis qu’elle a chanté « Marcia Baïla » avec son look à tomber. Catherine Ringer sera sur la grande scène du festival avec les chansons des Rita Mitsouko en bandoulière pour nous faire encore rire, réfléchir, danser. Certes les histoires d’amour finissent mal en général, mais celle qui nous lie à la fougueuse Catherine n’est de toute façon pas près de s’acherver.

Ce concert est réalisé en partenariat avec le Rocher de Palmer et l’association Musiques de Nuit.
Pré-ventes : 35 euros. Sur place 40 euros. Moins de 18 ans 17,50 euros, moins de 12 ans gratuit. Points de vente : Le Rocher de Palmer, le Château de La Rivière, le Baz’art. et points de ventes habituels : Fnac, francebillet…

VENDREDI 3 JUILLET : SOIREE CONTES ET CINEMA 

Ouvertures des portes à 18 h

  • De 18 h 30 à 21 h : Muséum Nomade d’histoires pas naturelles, une exposition ludique d’objets surnaturels
  • 20 h : Des contes et des vins : avec Yannick Jaulin
    Un moment privilégié dans la cour du Château de La Rivière pour une dégustation exceptionnelle d’histoires et de vins avec YANNICK JAULIN un conteur, un acteur, un dramaturge français, humoriste… Il est à l’art du conte ce que l’auteur de nouvelles est à la littérature.
    (Entrée payante sur réservation uniquement : 15 euros)
  • 21 h : Concert gratuit avec le groupe les ROMANO DANDIES Musique Tsigane. Les Romanos Dandies proposent une musique entraînante, communicative, faite d’humour et de vitalité, empruntée aux traditions slaves
  • 22h30 : CINEMA en Plein air (Gratuit) Projection d’un film sur un écran géant « GREEN BOOK : sur les routes du Sud » Film de Peter Farrelly avec Viggo Mortensen, Mahershaia Ali, Linda Cardellini 2 h 10 VOSF Oscar 2019 du meilleur film, Oscar 2019 du meilleur acteur dans un second rôle, Oscar 2019 du meilleur scénario original, Oscar 2019 du meilleur acteur, Oscar 2019 du meilleur montage.

En 1962, alors que règne la ségrégation, Tony Lip, un videur italo-américain du Bronx est engagé pour conduire et protéger Dr Don Shirley, un pianiste noir de renommée mondiale, lors d’une tournée de concerts….
« Une ode à la tolérance » , « un road trip alternant avec brio entre humour et émotion » « sicefilmfonctionnesibienc’estsansaucundoutedûàl’alchimierégnantentrelesdeux comédiens. » « Une comédie irrésistible » « Un récit d’amitié si simple et si touchant »

SAMEDI 4 JUILLET : LES ARTS DE LA RUE (Gratuit)

Ouverture des portes à 15 h

  • De 15 h 3O à 20 h 30 : Muséum Nomade d’histoires pas naturelles, une exposition ludique d’objets surnaturels. Un entre-sort d’arts vivants, une bulle poétique inspirée de Jules Vernes, Une invitation à un voyage surréaliste avec des machines extraordinaires, des chimères, et autres marionnettes. Un moment de lâcher prise où l’adulte redevient enfant….
  • 16h : Cie Scopitone « Cendrillon » Théâtre d’objets une parfaite ménagère cherche prince vraiment charmant ! 25mn
    Savon noir, eau de javel, bicarbonate ou vinaigre blanc, Cendrillon compte autant de produits ménagers que de tâches à effectuer dans son nouveau foyer……
  • 19 h15 : Cie Scopitone « Cendrillon » Théâtre d’objets 25 mn
  • 16h30:CieLaFemmeChaussette:« Elégance»unspectacleéquestreavecson compagnon : Vizir un beau cheval Mérens ! 8mn.
    Le choix de cette artiste est de mettre en avant le cheval par le biais de la danse et du jeu théâtral au-delà des figures de cirque.
  • 19 h 45 : Cie La femme Chaussette : « Ay amma » un spectacle équestre ave Vago un élégant cheval OC/Lusitanien. 8 mn.
  • 16h 45 : Compagnie A pas Contés « Ivre Déséquilibre, la Terrasse » spectacle acrobatique et musical 25mn
    Un serveur déambule un plateau à la main. Alors, qu’un client intrépide s’élance dans une danse sur un tonneau, faisant fit de la gravité……
  • 20 h : Compagnie A pas Contés « Ivre Déséquilibre, la Terrasse » 25 mn

Xavier Buffo est fier de présenter Catherine Ringer à l’affiche de son prochain. Confluent d’Art © JPS

  • 17h 15 : La Cie TOUT par TERRE : « Welcome ! (or not) » Jonglerie de comptoir 50 mn : « La journée particulière d’un barman revêche et son unique client confrontés à des situations improbables.». Tour à tour jongleurs fous, musiciens classiques ou rock stars on ne sait jamais qui de l’un ou de l’autre mène le jeu….
  • 18 h O5 : Collectif du Prélude « Avare » d’après Molière A votre bon cœur ! Théâtre. Un classique comme vous ne l’avez jamais vu ! Un exercice plein de grâce et de drôlerie ! 60 mn.
    Mais qui va jouer Harpagon, Cléante, Elise, Marianne… ? Ici, il n’y a plus d’âge ni de genre, les comédiens connaissent tous les rôles… C’est au public de décider.
  • 21 h : Concert du groupe Chelabôm funk/pop.
    Groupe participant à la finale des tremplins organisée par le LAMA et sélectionné par le festival Confluent d’Arts.
  • L’événement de la soirée et du festival avec : un spectacle exceptionnel

    22 h : Compagnie DEABRU BELTZAK avec le spectacle SYMFEUNY.Création 2019 (Bilbao Espagne), dans la cour du château.
    Le mouvement, le rythme et le feu sont la base du travail de la compagnie basque espagnole Deabru Beltzak, avec cette nouvelle création la recherche de la fusion des percussions et des artifices est parfaite. Les effets pyrotechniques viennent sublimer les pulsations des tambours, la cadence du feu et de la musique fait une alchimie spectaculaire.

    Exposition : Sculptures Catherine Lacroix exposera ses œuvres dans la cour du Château. Elle a appris le métier de sculpteur dans la tradition des praticiens du XIX siècle. Sa recherche et sa pratique sont liées à l’identité, au corps, à l’intime, au féminin en quête d’unité.

    Installations et décoration avec la plasticienne Constance Malaquin et les élèves du regroupement pédagogique des écoles St Michel de Fronsac, La Rivière et St Germain de la Rivière, et des écoles de Fronsac et de Lugon dans le cadre du projet culturel « Sur les chemins des arts » porté par la Communauté de Communes du Fronsadais

    Et pour que ce festival soit comme chaque année un succès , il y aura de nombreux Food-Trucks chantant les cuisines du monde, un bar à vins qu’on ne présente plus avec des vins exclusivement de La Rivière, vignerons de la commune associés, aux côtés des vins du Château de La Rivière. ( Rosé, blanc, rouge, Fronsac et Bordeaux.) Pour ceux qui seront sages, il y aura aussi visite des caves souterraines.

    Avec Château de La Rivière : renseignements O5 57 55 56 56 ou sur www.chateau-de-la-riviere.com Informations générales avec l’Office de Tourisme du Fronsadais  

15 Jan

Chantal Larnaudie, nouvelle présidente de la Maison des Vins de Cadillac

La Maison des Vins de Cadillac est désormais une affaire de femmes, avec l’élection de sa nouvelle présidente Chantal Larnaudie, du château SaInt-Nicolas à Cardan, épaulée d’une vice-présidente Emilie Douence, du château Peneau à Haux.

Chantal Larnaudie nouvelle président de la Maison du Vin de Cadillac © JB Nadeau

UNE VIGNERONNE DE CONVICTIONS

Chantal Larnaudie est une vigneronne indépendante, qui gère depuis 10 ans la propriété familiale le château Saint-Nicolas à Cardan, un vignoble certifié HVE et AREA. Ses convictions sont empreintes de biodiversité et d’oenotourisme. Une femme qui a souhaité s’investir pour la Maison des Vins de Cadillac. Maison des Vins où l’on peut aussi rencontrer Emma Baudry, directrice de l’appellation Cadillac Côtes de Bordeaux.

PARMI SES PROJETS, LE CLASSEMENT UNESCO

Clairement, elle s’est positionné en faveur du classement des paysages viticoles à l’UNESCO, elle souhaite lancer la première phase à savoir l’étude avec les collectivités.

En 2020, elle souhaite lancer de nouveaux rendez-vous comme des apéros-vignerons et mettre en place des circuits thématiques, afin de valoriser au mieux des rencontres avec des vignerons et vigneronnes fiers de leurs produits à travers des visites sur la base des 3 routes du vin qui existent.

« Je suis persuadée que l’ensemble des activités permettront d’assurer le développement économique de la région, et de la faire rayonner ainsi que ses vins dans le monde entier » selon Chantal Larnaudie. La Maison des Vins de Cadillac reçoit 17 000 visiteurs à l’année.

Bravo et bon courage à Chantal.

13 Jan

La question du foncier viticole: encore des affaires à Bordeaux mais aussi des prix à l’hectare prohibitifs pour certaines appellations

Côté Châteaux vous propose un dossier sur le foncier viticole. Si certaines appellations restent accessibles (Bordeaux, Entre-Deux-Mers, Bourg, Blaye et les Côtes), d’autres s’envolent (Saint-Estèphe, Margaux, Pauillac et Saint-Emilion-Pomerol). C’est aussi le prochain rendez-vous vigne et vin sur France 3 Aquitaine. Gros plan sur Fronsac, les chiffres de la Safer et la question de la transmission.

Damien Landouar, président du syndicat de Fronsac et Canon Fronsac © JPS

Sur ces 5 dernières années, Fronsac a repris ses lettres de noblesse… L’hectare en 2019 se vendait de 30 000 à 60 000 € et de 80 000 € à 130 000 €pour Canon-Fronsac. Un terroir argilo-calcaire où 3 propriétés se sont envolées récemment depuis 2013 : Gaby s’est vendu 13 millions d’euros, la Rivière 35 millions et la Dauphine plusieurs millions aussi, le prix n’a pas été révélé…

« Nous, pour ce qui est de Gaby par exemple au niveau du prix à l’hectare, on était à 500 000-550 000 euros l’hectare, chargé, comprenant le bâti le château, les chais, l’équipement, enfin tout ce qui fait que cela fonctionne« , commente Damien Landouar directeur de château Gaby mais aussi président de l’appellation.Le château Gaby a été racheté en 2016 par l’entrepreneur américain Tom Sullivan.

Fronsac reprend ses lettres de noblesse, on a un paysage exceptionnel et la qualité des vins est reconnue » Damien Landouar président du Conseil des Vins de Fronsac.

Le château La Dauphine s’est vendu en 2015, le prix n’a pas été communiqué © JPS

A ce niveau de prix, ce sont des étrangers ou de grandes familles françaises qui sont sur les rangs. Après la famille Halley de Carrefour Promodès, c’est la famille Labrune qui a racheté la Dauphine en 2015.

Stéphanie Barousse, directrice du château La Dauphine © JPS

« Si je prends l’exemple de la famille Labrune, ils ont aujourd’hui une holding qui est à Paris, leur coeur de métier ce sont des logiciels médicaux, pharmaceutiques mais également des logiciels de paie et ils ont également investi dans des tas de domaines » confie Stéphanie Barousse directrice du château La Dauphine.

Le château de la Rivière fait partie des plus de 150 châteaux du bordelais acheté par des Chinois. La propriétaire aujourd’hui est Madame Lau, la veuve de Lam Kok, disparu tragiquement dans l’accident d’hélicoptère avec l’ancien propriétaire James Grégoire. C’est une famille chinoise qui a fait fortune dans le thé de Pu’Er et les hôtels.

Xavier Buffo, directeur général du château de la Rivière © JPS

« Il y a un pouvoir d’achat oui, mais d’autres investisseurs étrangers en ont aussi, Fronsac est attractif par la beauté de ses paysages, on y produit des vins dont la réputation est en train de monter fortement, on a de très beaux terroirs argilo-calcaires », commente Xavier Buffo le directeur du château de la Rivière.

A la Safer, Michel Lachat suit les transactions et l’évolution des prix. Il veille avec cet organisme, notamment par des préemptions, à ce que de jeunes vignerons puissent s’installer. C’est bien sûr davantage possible sur l’Entre-Deux-Mers, le Sauternais, Blaye, Bourg ou en Bordeaux-Bordeaux Supérieur…

Michel Lachat de la Safer © JPS

« Aujourd’hui on trouve des hectares de Bordeaux à 15 000 euros l’hectare, avec un terroir correct et un matériel végétal en bon état, cela peut être une opportunité pour des jeunes qui maîtrisent la commercialisation, après si on a beaucoup plus de moyens, on peut accéder à des appellations plus chères à l’achat, qui en terme de facilité de vente et de prix à la bouteille permettent d’accéder à un niveau un peu plus important », commente Michel Lachat de la Safer.

Pomerol, Saint-Emilion, c’est le 1er groupe et deuxième groupe d’appellations qui se monnayent très bien, ce sont aussi les communales du Médoc avec Pauillac et désormais Margaux qui progresse au niveau des prix… ensuite dans les Graves, il y a Pessac-Léognan en plein développement dont les prix avoisinent les 500 000 et 650000 € l’hectare » Michel Lachat de la Safer.

Car les prix les plus chers aujourd’hui sont à Saint-Emilion-Pomerol où certains hectares peuvent grimper à 3,5 millions d’euros (avec une fourchette à St Emilion qui démarre à 240 000 et jusqu’à 3,7 millions d’euros), Pauillac (entre 1,7 et 2,6 millions d’€) et Margaux (entre 1 et 2,5 millions d’€). A Saint-Estèphe sur un très beau terroir de graves, c’est monté récemment à 900000€ l’hectare

Saint-Emilion, de 240 000 à 3,7 millions d’€ l’hectare © JPS

Se pose alors le problème de la transmission… A Saint-Emilion où la fourchette varie entre 240000 € l’hectare et 3,7 millions, c’est un casse-tête pour certains. On a vu ainsi le château familial Soutard ou encore Yquem (à Sauternes) ne plus rester dans les familles Ligneries ou Lur Saluces et être racheté par des compagnies d’assurance ou le patron d’LVMH.

Ainsi les Vignobles Bardet, 4 propriétés, 55 hectares en Saint-Emilion Grand Cru (Val d’Or, Pontet-Fumet, Franc Le Maine et Du Paradis) sont en pleine transmission avec les 4 enfants.

Thibault Bardet, la transmission en question des 4 châteaux familiaux © JPS

« Il y a une partie des vignes que mon père arrive à nous transmettre, c’est sûr qu’avec les prix de la vigne ça met un peu plus de temps, mais c’est comme la vigne c’est un travail à long terme, » commenteThibault Bardet. « Il existe des solutions maintenant notamment où on se met en société, je ne suis plus vraiment propriétaire des vignes mais je les loue aux sociétés ».

En tout cas, certains prix aujourd’hui sur les meilleurs terroirs de Pauillac, Margaux, Pomerol ou Saint-Emilion ne s’adressent qu’à une élite, à raison de 2,5 à 3,5 millions d’euros l’hectare de vigne…

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Nicolas Pressigout, Xavier Granger et Thierry Culnaert, suivi de l’éclairage de Frédéric Lot et Vincent Dubroca en plateau du 12/13 de France 3 Aquitaine: 

VOICI LES PRIX EN 2018 AVEC TENDANCES 2019 (source SAFER 33):

  • Bordeaux 16 500 € en moyenne
  • Entre-Deux-Mers 16 500 €
  • les Côtes de Blaye de 17-18 000 à 25 000 ; Bourg de 15-20 000 à 30 000 €
  • Graves de Vayres 17 000 €
  • Fronsac de 30 000 à 60 000 € Canon Fronsac de 90 000 à 120 000€
  • Lussac-Puisseguin 80-90 000 €
  • Satellites Saint-Emilion 120 000-140 000 €
  • Saint-Emilion 240-250 000 à 3,6-3,7 millions d’€ (voire plus)
  • Pomerol de 900 000 à 3,6 millions d’€
  • Côtes de Castillon de 25-30 000 à 50 000€
  • Graves moyenne 32 000€ pouvant monter à 50 000€
  • Pessac-Léognan 650 000€ pouvant atteindre 2,5 millions pour les plus connus
  • Sauternes 30 000€
  • Médoc 55 000€ Haut-Médoc 80 000 €
  • Listrac Moulis 80 000 €
  • Margaux de 1,2-1,3 millions à 2,5 millions €
  • Pauillac de 1,7 à 2,5-2,6 millions €
  • Saint-Estèphe de 200-250 000 à 900 000€, moyenne à 500-550 000€

AILLEURS EN NOUVELLE-AQUITAINE

  • Jurançon 42 000€
  • Madiran 16 000€
  • Bergerac 11 000 € blancs et 8 000 € rouges
  • Monbazillac 17-20 000€
  • Pécharmant 30 000€
  • Tursan 12 000€
  • Buzet 15 000€
  • Duras 11 000€
  • Côtes du Marmandais 10 000€
  • Charente Bons bois 35 000, Borderie 52 000 Grande Champagne 53 000  à 100 000€
  • Sans IG zone Armagnac 10 000€
  • Sans IG Lot-et-Garonne 5000€

03 Jan

« Parole de vignerons »: quand les vignerons se retrouvent au coeur de la nouvelle campagne des vins de Blaye Côtes de Bordeaux

Pas question de dormir, en ce début d’année les vignerons de Blaye se bougent et le font savoir. A travers un nouveau site internet, de nouveaux visuels et une campagne de spots à la radio, ils incarnent véritablement leur profession et leur terroir, et cela s’appelle « parole de vignerons ».

© Blaye au Comptoir

Logo, slogan, visuels, tout y passe, tout il est beau, tout il est neuf mon fils ! A Blaye, on ne fait pas dans la dentelle, mais plus dans la Citadelle, et moins dans la cicadelle ! Le vigneron ? Il est authentique, cela se voit et s’entend même…à la radio depuis la fin novembre sur RTL et Europe 1.

On a décidé de mettre le vigneron au coeur de la communication, Blaye c’est du vin mais avant tout un vigneron et donc tout naturellement on a donné la parole aux vignerons, » Michaël Rouyer directeur du syndicat de Blaye Côtes de Bordeaux.

Depuis le 14 novembre dernier, le site internet a été entièrement lifté (vin-blaye.com), on a retiré quelques rides à Michaël Rouyer, et c’est reparti comme en 14. Normal un 14 novembre ! Trêve de plaisanterie, ils ont cassé la tirelire pour financer de nouveaux visuels incarnés par les vignerons eux-mêmes et des spots avec 6 vignerons pour vanter l’appellation à la radio.

Cela a un double sens, c’est une nouvelle signature pour  Blaye Côtes de Bordeaux et c’est une parole incarnée par les vignerons, qui seront mis en avant tout au long de l’année à l’occasion du prochain Blaye au Comptoir Bordeaux les 6 et 7 février prochains, du Printemps de Blaye, de Blaye au Comptoir Paris à l’automne. Des vignerons qui investissent le terrain partout, non seulement « à la Maison du Vin de Blaye où régulièrement un vigneron fait déguster les vins et lors de spectacles comme au Pin Galant à Mérignac, au TNBA ou au Casino Barrière.« 

Cette signature est une promesse d’authenticité et d’engagement en phase avec les valeurs de convivialité et d’accessibilité de l’appellation, » Michaël Rouyer.

Ce dépoussiérage permet de mettre directement en relation l’internaute avec le vigneron, de lui faire partager les prochains rendez-vous et prochaines dégustations et de découvrir le trombinoscope des vignerons de Blaye.

Bravo Blayyyyyye et non Blaie comme certains le disent encore dans le Nord de la France, parole de vigneron…ou de blogueur descendant de vignerons alsaciens.

31 Déc

Côté Châteaux vous souhaite une bonne année 20vin !

A l’heure où certains regardent encore dans le rétroviseur les événements de l’année 2019 qui viennent de se passer, Côté Châteaux, qui vous a abreuvé durant tout décembre de rétros en tout genre, tourne la page 2019. Bienvenue à 20vin. Aussi je vous propose de vous projeter déjà sur cette fabuleuse année qui s’annonce. Avec 2 fois 20 ou plutôt vin vin ou 2020, de quoi nous rendre zinzin.

2020 vue par l’artiste bordelaise © .hL

2019 l’année de la teuf, 2020 l’année du vin…C’est bien sûr. Car c’est comme, je vous en parlais hier, Bordeaux Fête le Vin qui revient sur les quais de Bordeaux, après une exceptionnelle édition 2018 où le vingtième anniversaire de l’événement avait été célébré en grandes pompes avec de nombreux voiliers et des vignerons, sur le pont moussaillons…Ce sera l’événement phare dans le Port de la Lune.

Mais avant cela, l’année du vin va débuter dès janvier avec l’opération « la Tournée des Vins de Bordeaux » les 24 et 25 janvier pour la Saint-Vincent:  une mobilisation générale de 1000 vignerons et négociants au contact direct avec les consommateurs chez les cavistes, dans les bars à vins, brasseries, restaurants et dans la grande distribution… Ce n’est pas « Il faut sauver le soldat Bordeaux » mais c’est la mobilisation générale pour renouer avec les fondamentaux, aller chercher les parts de marché par des rencontres, des échanges et des dégustations.

En février, ce sont les Blaye Côtes de Bordeaux qui mouilleront le maillot dans une 50aine de bistrots et restaurants bordelais avec leur traditionnelle opération Blaye au Comptoir. Février, ce sera aussi le 1er salon Vinexpo Paris qui se tiendra en même temps que Wine Paris du 10 au 12 février, un salon qui va être regardé à la loupe, histoire de ne pas se louper.

En mars, il devrait y avoir l’enfouissement des barriques dans le sable landais avec les vins de Tursan, et à Bordeaux le grand salon des Vignerons Indépendants.

Avril sera synonyme de primeurs, la semaine intense est programmée du 30 mars au 2 avril surtout avec les dégustations orchestrées par l’Union des Grands Crus de Bordeaux. Un moment crucial avec un millésime 2019 qui s’annonce plutôt pas mal.

Avril et début mai, c’est aussi la période redoutée des vignerons avec le gel tardif, car ne dit-on pas « Noël au balcon, Pâques au tison ? » Je ne leur souhaite pas car les derniers épisodes de 2019 mais surtout de 2017 avaient refroidi plus d’un vigneron aguerri.

Du 18 au 21 juin, 4 jours festifs attendront les amateurs et connaisseurs sur les quais avec Bordeaux Fête le Vin et ses 1200 vignerons et négociants mobilisés pour la réussite de l’opération.  Il y aura aussi le Saint-Emilion Jazz Festival et sa programmation toujours de qualité, à ne pas manquer du 26 au 28 juin à Saint-Emilion.

Début juillet, le festival Confuent d’Arts au château de la Rivière aura pour invitée vedette Catherine Ringer qui viendra chanter les standards des Rita Mitsouko.

En août, ce sera sans doute le coup d’envoi des vendanges en blancs pour les châteaux les plus précoces, si l’été est relativement chaud. A voir. Ce qui nous amènera tranquillement après les vacances bien mérités des châtelains et de leurs petites mains, à un retour en septembre pour de nouvelles vendanges en rouge et ce fameux millésime 20vin, un millésime que je vous annonce déjà divin, coupant ainsi l’herbe sous le pied de mes amis bordelais qui n’hésiteront pas à vanter le nouveau bébé, comme chaque année…

Allez, je ne vous en dis pas plus, portez vous bien, que votre réveillon soit merveilleux et vos vins divins, n’oubliez pas de les carafer pour des vins plutôt jeunes ou de les décanter pour des vins qui ont de la bouteille (vieux), carpe diem.

Du fond du coeur, je vous présente mes meilleurs pour pour l’année du VIN(GT) !

28 Déc

Record du monde du plus grand cours d’oenologie avec Fabrizio Buccella

Ce sont 529 étudiants en oenologie qui se sont retrouvés dans un amphi de l’Université Libre de Bruxelles pour un cours magistral avec Fabrizzio Buccella et pour un record du monde inscrit au Guinness Book.

© Fabrizio Bucella entouré de ses 529 étudiants pour un record et un cours magistral

Pour ces fêtes de fin d’année, rien de tel qu’un cours sur les crémants et champagnes. Et puisqu’on fait péter, on a ici fait péter le record du monde du plus grand cours d’oenologie avec 529 participants contre 309 l’année précédente. A l’issu de l’exposé du sommelier professeur Fabrizio Buccella, les étudiants ont pu déguster 3 vins effervescents : un cava espagnol, un crémant de Bourgogne et un vin wallon, soit au total 252 bouteilles débouchées…

Ce rendez-vous a été orchestré par l’Ecole d’Oenologie Inter Wine & Dine (IWD) et le Cercle Oenologique de l’ULB, avec le sémillant ou plutôt pétillant Fabrizio Buccella qui postait sur son compte Facebook :

« Quelle aventure les amis. Nous avons réalisé ce 3 décembre un cours d’oenologie devant 529 personnes, énumérées et validées, avant même d’avoir bu. Tout cela sans tenir compte de la vingtaine d’étudiants-organisateurs.

Cette aventure c’est à vous tous que je le dois et je ne vous en remercierai jamais assez. En vérité, mais vous le savez, j’adore enseigner, j’adore préparer mes cours, les revoir encore, vérifier une référence, corriger un transparent et puis les donner.

Il ne faut que peu de choses pour rendre un prof heureux : un sourire, un message, un salutation… C’est ce qui nous tient debout et nous pousse à donner chaque jour d’avantage.

Un tout grand merci à vous tous qui permettez cette aventure quotidienne. Chaque matin je me dis que j’ai trop de chance et que j’ai la vie dont je rêvais. Comme le dit mon papa : « Elle n’est pas belle la vie ? ». Cela fait du bien de le dire.

Je vous embrasse tous ».

Coup de chapeau à Fabrizzio, à son envie de partager son savoir et d’échanger, à sa sagesse d’esprit et à l’ensemble des étudiants voués à une belle carrière.

24 Déc

Un joyeux Noël de Côté Châteaux: le blog fête ses 6 ans et plus de 3000 articles

A l’heure où tout le monde s’apprête à passer un heureux réveillon, Côté Châteaux en profite pour souhaiter à ses fidèles lecteurs un joyeux Noël en famille. Et comme à cette même époque c’est synonyme d’anniversaire pour le blog, qui fête chaque 23 décembre son anniversaire: 6 ans déjà…

Côté Châteaux vous souhaite un très joyeux Noël, en famille, entre amis, entre amateurs et passionnés de vin. Pour l’occasion, je vous ai concocté un superbe dossier « doit-on carafer les vins blancs et effervescents », avec Jean-Michel Litvine, diffusé ce midi sur France 3 Aquitaine, réalisé avec le concours de Benoît Manuel Trocard de l’Ecole du Vin de Bordeaux, avec aussi l’éclairage de Frédéric Lot en plateau. Pour les vins rouges, vous pouvez aussi vous référer aux conseils d’un grand sommelier Dominique Garcia et de Jean-Jacques Casano du Bistro du Sommelier: carafage ou décantation: un rituel où le temps d’aération est très délicat (article du 23/04/15). Et puis si vous cherchez encore quelques idées pour choisir les bons verres, c’est Alexandre Morin autre sommelier qui vous donnait des conseils il y a 3 ans sur le blog: « repas de fêtes : quel verre pour quel vin ? » (article du 10/12/15) Des conseils dans le cadre de la rubrique « vigne et vin » lancée également il y a plus de 6 ans, avec Frédéric Lot, un rendez-vous plébiscité par les lecteurs chaque mois.

En 6 ans, Côté Châteaux a réussi à tenir le rythme en essayant de vous informer au quotidien sur l’actualité de la vigne et du vin, avec des nouvelles réjouissantes (portrait de Michel-Jack Chasseuil le plus grand collectionneur de vin (40200 pages lues en février 2017) ou beaucoup moins, lors d’intempéries gel et grêle, des infos qui ont battu le record de lecteurs : gel sur le vignoble de Bordeaux, la catastrophe redoutée est malheureusement arrivée « on a perdu pas loin de 50% de la récolte en une nuit ! » (article lu près de 40000 fois en avril 2017). Plus récemment, c’est le gel à Bordeaux en mai 2019 qui a retenu énormément votre attention (11700 pages lues) : « gel à Bordeaux : « on a combattu pendant 6 heures cette nuit » 

Depuis plus d’un an, Côté Châteaux c’est aussi une émission sur les terroirs de Nouvelle-Aquitaine que je vous propose chaque mois, avec Sébastien Delalot. 12 numéros ont déjà été réalisés et diffusés sur la chaîne NOA et d’autres sont à venir en 2020 avec sans doute un petit tour en Corrèze, en Côtes de Blaye ou pour Blaye au Comptoir Bordeaux et une émission spéciale Bordeaux Fête le Vin, sans oublier les terroirs du sud de l’Aquitaine…

Chers amis, c’est du fond du coeur que je vous souhaite de passer un bon réveillon, de boire de bonnes choses, avec modération…comme on dit, en alternant aussi avec des verres d’eau c’est pas mal. Allez carpe diem à tous.

21 Déc

Pour les fêtes, faut-il ou non carafer les vins blancs secs et les effervescents ?

Pour ces fêtes de fin d’année, voici les précieux conseils de Benoît-Manuel Trocard de l’Ecole du Vin de Bordeaux. Il répond aux interrogations des amateurs et connaisseurs de vin: doit-on ou peut-on carafer des vins blancs secs, des champagnes ou crémants ?

Le carafage d’un très grand vin blanc de Pessac-Léognan par Benoît-Manuel Trocard © Jean-Pierre Stahl

« Avant de carafer un vin blanc, on va le goûter un tout petit peu. Là, on est sur un vin sur un vin limpide et brillant. Ensuite, on va enchaîner avec un premier nez, une partie minérale et un deuxième nez… Là, on est sur un côté un peu minéral et puis il a un côté pamplemousse et citron vert… »

Ici, on est plutôt sur un Bordeaux blanc de type classique, qui n’est pas vieilli en fût de chêne, donc qui ne mérite pas ni carafage ni décantation, » Benoît Manuel Trocard de l’Ecole du Vin.

Pour de grands vins blancs de type Pessac-Léognan ou encore de grands Bourgogne, il est nécessaire de carafer ces vins :  » là ça tombe très bien, on est sur un vin qui est très fermé donc on va le carafer… »

« Je vous donne une petite astuce intéressante, si vous voulez carafer un grand vin de Pessac Léognan, vous pouvez le verser dans une carafe plus étroite, elle même placée dans un seau à glace, pour le garder au frais durant l’aération ».

Alors toujours penser à la différence entre décanter et carafer un vin, je carafe un vin jeune et je décante un vin vieux,  » Benoît-Manuel Trocart Ecole du Vin

« On va « shaker » un tout petit peu la carafe de manière à révéler tous les les arômes;  là on a des arômes toastés, vanillés… » 

Et de proposer un accord mets-vins qui fonctionne très très bien : « on oublie toujours mais de grands vins blancs de Pessac-Léognan sur des fromages, cela fonctionne très bien, c’est idéal à Noël.

Un joli plateau de fromages de chez Deruelle préparé pour l’Ecole du Vin de Bordeaux © JPS

« Avec un vin complexe de Pessac-Léognan, on va choisir des fromages fermiers, pasteurisés, on va avoir du gras, de l’épaisseur, un joli équilibre et une finesse en bouche. »

Du côté des champagnes ou crémants puisque l’on est à Bordeaux: « pour les fêtes, nous allons ouvrir un crémant ensemble… », « les crémants je vous déconseille de les mettre au congélateur, cela a  tendance à tuer les arômes… »

L’intérêt de carafer un crémant, c’est pour éviter ce côté oxydatif qu’on pourrait avoir au nez, et d’avoir de fines bulles qui peuvent là encore se marier avec des fromages, comme on la vu aussi avec des blancs »

Crémant en apéritif ou même en fin de repas, pourquoi pas ?

« Aujourd’hui, on ne sert les crémants que dans des verres à pied, on oublie les verres ou coupes des années 30. Après carafage, on obtient au nez des arômes avec des notes d’agrumes, de vanille, et en dégustation on a des vins qui sont beaucoup plus ouverts, beaucoup plus charnus, beaucoup plus gras. » »Je vous conseille de le faire plutôt au moment de l’apéritif, 5 à 6 minutes avant de servir…

« Sur ce je vous souhaite de bonnes fêtes de fin d’année », Côté Châteaux d’associe à Benoît-Manuel Trocard pour vous souhaiter déjà un très joyeux Noël

A voir le reportage et les conseils de Benoît Manuel Trocard dans le rendez-vous mensuel « Vigne et Vin » que je vous propose chaque fin de mois, avec l’éclairage en bateau de Frédéric Lot. Un dossier réalisé par Jean-Pierre Stahl Jean-Michel Litvine, Eric Delwarde, Emilie Jeannot et Thierry Culnaert, avec bien sûr le talentueux Benoît Manuel Trocard.

Merci à l’Ecole du Vin de Bordeaux pour ces précieux conseils. L’Ecole du Vin de Bordeaux réalise des ateliers et cours toute l’année pour amateurs et connaisseurs, c’est une bonne idée de cadeau aussi pour Noël.