06 Avr

Wine-drives, livraisons à domicile ou cavistes ouverts: comment on s’adapte durant le confinement

Demain Millésima ouvrira son wine-drive à Bordeaux, d’autres ont aussi fait preuve de réactivité pour ne pas perdre trop de marchés, comme des cavistes ou des vignerons-négociants qui livrent, enfin quelques cavistes restent malgré tout ouverts. Car il faut bien se rendre compte que jamais depuis le confinement, les gens n’ont autant bu ou dégusté des vins…

Fabrice Bernard, le Pdg de Millésima lors des primeurs 2017 © JPS

Cet après-midi, Fabrice Bernard me confie « on va lancer demain Millésima Drive depuis le Quai de Paludate à Bordeaux, avec bien sûr un protocole pour que les gens ne se touchent pas. Il n’y aura aucun contact, tous auront payé avant et auront réservé un créneau horaire pour venir chercher leur caisse(s) de vins. Et pour ceux qui redoutent, ils pourront même laisser leur caisse dans leur coffre de voiture et décharger le lendemain.

« Alors que 70% des salariés sont en télétravail, on a 5 personnes dans les chais pour traiter les commandes. La 1ère semaine on avait lancé une opération frais de port gratuits, la deuxième sur les vente de champagne Billecart-Salmon on reversait 20% du prix aux Hôpitaux de France, là on lance le drive et on réfléchit à d’autres idées « sociales »

Guillaume Cottin, le Président de la Vinothèque de Bordeaux © JPS

La Vinothèque de Bordeaux a été très réactive : « on a fermé le samedi 14 mars juste après l’annonce d’Edouard Philippe » de fermeture des restaurants et autres commerces, « même si on aurait pu rester ouvert (comme cela a été précisé le lundi qui a suivi)… Mais on a trouvé que ce n’était pas sérieux, vue la configuration de la Vinothèque et en prime quand on conseille les gens on reste proche d’eux. C’est très dur de respecter les distances de sécurité et donc pour la sécurité tant de nos clients que de nos salariés on a décidé de fermer. On a fermé aussi Dubos, puis finalement réouvert la semaine dernière, avec 2 personnes qui viennent travailler au lieu de 6, pour des commandes déjà prêtes ou toutes les commandes internet sur le site de la Vinothèque qu’on assure dans un délai de 4 à 5 jours pour les livraisons. Et puisque le hasard fait bien les choses, « on est en pleine foire aux vins, avec des prix intéressants. »

Cash Vin s’est aussi adapté et a inventé le « Call & Collect » où vous pouvez commander et retirer vos produits en drive du lundi au samedi de 9h30 à 12h30. Il suffit d’appeler son magasin par téléphone ou par mail, vous commandez au minimum 6 bouteilles et payez à distance. Vous venez ensuite récupérer en convenant avec le caviste d’un jour et d’une heure pour être servi façon drive où on vous met le carton dans le coffre directement.

Parmi les cavistes qui ont fait le choix de rester ouverts Guy Hiblot et Prestige des Bulles à Pessac : « je suis resté ouvert car le décret du 16 mars nous a autorisé à rester ouvert, je fais partie de la liste mais je ne suis pas le seul à Bordeaux. En plus la chance que j’ai c’est que je suis tout seul, je n’ai pas de salarié et donc je ne fais pas prendre de risque à mes employés, » par ailleurs « je fais tout pour respecter la sécurité de mes clients, une personne à la fois pour garder  les distances. Je privilégie aussi beaucoup le drive… » Ses clients peuvent l’appeler et tout est préparé en amont, à distance…Après, il est clair que « si je reste ferme je n’aurai droit à rien et donc c’est non seulement par passion mais aussi pour payer les charges, sinon je mettrais la clé sous la porte ». Et de faire comprendre aussi que « il faut aussi que les vignerons continuent à vivre, notamment ceux qui ont gelé, cette semaine j’ai eu en ligne un vigneron de Chablis dont je vends son vin qui m’a dit que cela avait encore été rude… »

Benoit-Manuel Trocard livre toutes les semaines © JPS

Sur le pont aussi et depuis le début du confinement, Benoît-Manuel Trocard avec sa petite maison de négoce Wine Ressource qu’il manage avec Célia Carrillo : « on a réfléchi et on a mis en place au lendemain du confinement un système de livraison à domicile avec tous nos clients sur Bordeaux Métropole et le grande Gironde. On a fait un mailing et on a proposé nos blancs Octave Trocard qui venaient par exemple de sortir à 30€ le carton livraison comprise, et on s’est aussi adapté avec des bag-in-box en 5 litres plus facile pour la consommation en appartement… Pour nous pas de contact direct non plus on fonctionne avec des RIB, on regroupe les commandes et on livre une fois par semaine, la prochaine livraison ce sera mercredi pour 600 bouteilles, une palette…C’est vrai que les caves se vident quand les gens sont confinés… »

Bon ce n’est pas bien de dire cela, mais on redoute que le volume de consommation en France par an et par habitant -qui était plus proche des 40 litres- ne remonte brutalement, tant le confinement a tapé sur le système des gens. Même l’actrice Ariane Ascaride s’est laissée allée sur France 2, le 29 mars, en plein direct où elle en a profité pour non seulement saluer les soignants (qu’il faudra après, quand cela sera fini, continuer à aider…) mais aussi à dire qu’à l’issue du confinement elle irait non seulement voir ses enfants (qu’elle ne peut pas voir) et « la deuxième chose je vais faire c’est me saouler la gueule »… Avec modération l’a reprise ma consoeur Sophie Lesaint, loi Evin oblige, « aucune modération, je vous assure ». On espère en tout cas que les gens resteront « raisonnables », il ne faudrait tout de même pas renouer avec les 120 litres par an et par habitant comme dans les années 60. Hips…ou oups…

05 Avr

Durant le confinement, débouchez donc « Le Goût du Vin » sur Netflix

Jamais les plateformes de films et séries n’ont aussi bien marché. Profitez-en pour vous ouvrir l’esprit avec ce joli film réalisé par Prentice Penny qui dresse le portrait d’un jeune américain dont le rêve est de devenir sommelier. Un film pour cinéphiles et amateurs de vin, qui met en avant notamment les vins français et la Maison Albert Bichot.

C’est un joli rôle que nos offre Mamadou Athie, alias Elijah dans le film, « le Goût du Vin » ou « Unkorked » de son titre originel en anglais « débouché ». Il incarne un jeune noir dont le destin est presque déjà écrit, à suivre les traces de son père cuisinier et son son grand-père avant lui, qui ont monté un restaurant spécialisé dans le barbecue dans un Memphis très vivant, une affaire qui marche grâce à la passion et l’investissement de toute la famille. Mais Elijah a vu naître en lui une autre passion, celle du vin et il souhaite poursuivre des études de sommelier, tout en continuant de travailler quelque peu comme caviste et auprès de son père.

Au cours de ce film, certains vins américains sont mis en avant de la Napa ou Sonoma, mais pas seulement, il ya aussi des vins du vieux continent italiens de Barolo, ou français Pouilly, Chablis, ou d’autres appellations de Côte d’Or. Ce qui montre la belle ouverture d’esprit, qui correspond au métier de sommelier « open mind » avec tous les vins locaux mais étrangers. Et des pépites comme un Chablis de chez Simmonnet-Febvre ou un Corton Charlemagne de chez Louis Latour. Avec un clin d’oeil aussi à la Maison Albert Bichot, une institution en Bourgogne, maison quasi bi-centenaire, dirigée par Guillaume Deglise (ancien directeur de Vinexpo à Bordeaux), très présente à Chablis, Nuits-Saint-Georges, Pommard, Mercurey…Elijah encense ainsi de son Corton Grand Cru 2016.

Un film fort sympathique (loin d’être un chef d’ouvre, et désolé pour Télérama, mais cela se laisse regarder, pas vraiment « piquette », à force de vouloir tomber dans les clichés de l’utilisation de mots, il faut savoir laisser s’aérer et reconnaître les efforts pour se mettre à la portée du grand public) où avec des airs entrainants de R&B ou de rap, où vous allez voir si Elijah va finalement réaliser son rêve de devenir Master of Wine.

Regardez la bande annonce sur You Tube du Goût du Vin réalisé par Prentice Penny : 

02 Avr

Les viticulteurs et maisons de Cognac mobilisés pour produire des solutions hydroalcooliques

Comme le groupe Pernod Ricard ou LVMH, d’autres entreprises et notamment celles liées à la production de Cognac se mobilisent pour produire des solutions hydroalcooliques. les premières bouteilles viennent de sortir des chaînes qui embouteillent d’habitude du Cognac.

Des solutions hydro alcooliques commencent à sortir des chaînes de maisons de Cognac © Cécile Landais- France 3 Poitou Charentes

C’est une ligne d’embouteillage un peu spéciale, une ligne qui met en bouteille de solution hydroalcoolique, juste à côté d’une autre qui continue à embouteiller du Cognac.

En tant de crise, en tant de guerre, l’industrie et les producteurs de Cognac s’adaptent…

Le Cognac fait au maximum 72°, il ne contient pas suffisamment d’alcool pour produire la solution hydroalcoolique, en revanche on est un certain nombre d’opérateurs dans la région à détenir de l’alcool de plus fort degré, qui sert soit à la fabrication de liqueurs, voire des ventes de vodka » Philippe Coste PDG de Meukow

En seulement 10 jours, la mobilisation a été rapide avec notamment le Bureau National Interprofessionnel du Cognac à la manoeuvre et plusieurs viticulteurs et producteurs ont donné de l’alcool.

Plusieurs viticulteurs, plusieurs négociants en avaient à disposition, après il a fallu trouver un partenaire, le laboratoire Calix de La Rochelle pour faire le mélange avec de l’eau oxygénée et du glycérol…Cela a été une belle opération de coordination », Patrick Raguenaud président du BNIC.

La chaîne de mis en bouteille de la solution hydroalcoolique© Bruno Pillet

C‘est un bel élan de solidarité que l’on doit aussi au concours du syndicat des viticulteurs : « on dit souvent qu’on est acteur de notre territoire, aujourd’hui on le montre.Le Cognac est là, il est dans le monde entier, mais il peut aussi accompagner tout ce qui est médical, les hôpitaux, les Ephad ou autres professions.

En tout 8000 bouteilles de 50 centilitres ont déjà été produites en une matinée, des bouteilles distribuées ensuite dans les pharmacies de la Charente et des cabinets médicaux en première ligne pour recevoir des patients dont la pathologie n’est pas trop grave.

Avec mes confrères de France 3 Poitou-Charentes Bruno Pillet et Cécile Landais, regardez leur reportage: 

01 Avr

Quand des chefs cuisiniers se mettent aux fourneaux pour soutenir les personnels soignants du CHU Pellegrin

C’est une nouvelle démarche qui vient du coeur et qui voit le jour ce mercredi. Une bande de copains cuisiniers et pâtissiers du saint-émilionnais se mobilise pour égailler le quotidien des soignants du service Covid-19 à l’Hôpital Pellegrin à Bordeaux en leur préparant de bons petits plats. 

Les chefs de Saint_emilion et alentours mobilisés pour l’Hôpital © Alexandre Baumard

A l’origine, c’est une bande de copains, des chefs qui partagent avec les soignants une tenue blanche. Mais au-delà de l’aspect vestimentaire, il y a aussi l’élan du coeur de ces chefs étoilés ou de restaurants bistronomiques: vouloir « soutenir ces gens qui font un travail remarquable », comme me l’explique Alexandre Baumard le chef étoilé du Logis de la Cadène à Saint-Emilion.

« On a l’habitude de se retrouver tous les 2 mois, à faire un repas chez les uns ou chez les autres », commence à m’expliquer Alexandre. Cette bande de copains, ce sont des figures de la gastronomie tout autour de Saint-Emilion: il y a Thomas l’Hérisson de l’Auberge Saint-Jean (*), David Charrier des Belles Perdrix(*) , Kendji Wongsodikromo de la Table de Catusseau à Pomerol, Stéphane Casset du Caffé Cuisine et Jean-Baptiste Depons de château Canon, auxquels se sont ajoutés Damien Amilien chef pâtissier et Mathieu Texier second du Logis de la Cadène (*).

Les chefs étoilés et de restaurants bistronomiques en pleine préparation ce midi © Alexandre Baumard

« Là durant le confinement, on prend notre café en visio par Messenger et un jour je leur ai dit : « cela ne vous dirait pas de récupérer un max de denrées de nos producteurs, avec lesquelles nous travaillons d’habitude, des produits parfois jetés, pour les apporter à l’hôpital. Les amis étaient prêts à me suivre, et en parallèle Stéphanie de Bouard Rivoal (la propriétaire du Logis de le Cadène et d’Angélus) m’a aussi proposé d’apporter un soutien à notre façon auprès des hôpitaux…Elle m’a dit avoir une connaissance au niveau de l’hôpital Pellegrin et qu’elle allait voir ce qu’on pouvait faire. Je suis rentré ainsi en contact avec Frédérique Albertoni, la directrice du mécénat du CHU et après plusieurs échanges avec cette dame fantastique, j’ai présenté le projet, qui a été validé lundi. »

Ainsi on a contacté aussi nos producteurs et éleveurs chez qui je suis passé ce matin chercher les matières premières…

Durant 3 semaines, à raison de 2 fois par semaine, sans doute les mardis et vendredis, on va livrer 120 repas en verrines au CHU Pellegrin » Alexandre Baumard

C’est aujourd’hui mercredi leur première livraison qui doit se faire entre 16h30 et 17, une livraison pour les personnels soignants qui sont dans le service Covid 19.

« En plat, on a fait un flan champignons et épinards avec du saumon deux cuissons, condiments, poivrons, crevettes grises et feuille d’huître et en dessert un crumble de pommes sur une base cacahuète ». Le tout réalisé en verrines, car ici avec la réalisation de paniers repas nous avons l’habitude et l’avantage de pouvoir stériliser avant d’utiliser les bocaux et après, cela fait une protection supplémentaire. »

Le Professeur Denis Malvy à droite qui co-gère la cellule de crise sur le coronavus civid-19 depuis le début

Pour la réalisation, les chefs ont bien sûr pris les protections nécessaires avec masques, gants et respecté un minimum de distance. « C’est l’idée de se retrouver entre copains et surtout de soutenir ces gens de l’hôpital qui font un travail remarquable. »

« En prime, Stéphanie de Bouard Rivoal et son père ont déposé un peu plus d’une centaine de bouteilles de leurs propriétés qu’on va partager sur les 6 prestations qu’on va faire, » complète Alexandre Baumard.

Un grand bravo à tous, chefs, producteurs et viticulteurs.

30 Mar

Le château Mayne-Lalande offre un week-end aux personnels soignants en guise de soutien moral et de solidarité

C’est une démarche désintéressée, qui vient du coeur. Un vigneron de Listrac, qui a côtoyé le monde médical il y a 10 ans et a vaincu une maladie, a décidé d’offrir 5 week-ends en septembre et 5 autres en octobre à des personnels soignants sur le front du coronavirus.

Le © château Mayne Lalande à Listrac Médoc, une belle longère qui va accueillir les soignants en septembre, octobre

Bernard Lartigue est un « vigneron parti de rien », comme me le décrit Loïc Siri;  un vigneron qui aujourd’hui a atteint 20 hectares au niveau de son château Mayne-Lalande, situé sur l’appellation Listrac dans le Médoc.

Son histoire est certes intéressante, c’est parait-il « un personnage », que j’ai hâte de rencontrer (et que j’ai déjà du croiser d’ailleurs) et qui est bien « scoré » dans le monde du vin. Mais moi, ce qui m’a touché, c’est sa démarche humaniste, cette fibre qui me tire souvent les larmes aux yeux quand le projet ou le film est beau. La semaine dernière, avec Loïc Siri son community manager, ils ont partagé sur Facebook une photo montage du domaine avec des personnels soignants habillés de la tête aux pieds pour se protéger du coronavirus, avec ce message « solidarité ».

Du coup j’ai cherché à en savoir plus et ai contacté Loïc Siri puis Bernard Lartigue… « Je ne me suis pas posé longtemps la question, puisque j’en ai l’occasion et la possibilité », me confie Bernard Lartigue. « Je me suis dit pourquoi ne pas offrir un week-end à ces gens, à ces soignants pour les soutenir, et pourquoi pas au moment des vendanges pour vivre une expérience avec les vendangeurs et leur organiser un repas gastronomique…un vrai moment de convivialité… »

Une initiative qui va sans doute réchauffer le coeur de nos soignants, une initiative signée Bernard Lartigue 

Je suis et j’ai toujours été admiratif et reconnaissant pour ces personnes qui travaillent dans le milieu médical. Ils font preuve de prouesse et d’un exceptionnel esprit de générosité, de dévouement et d’attention, avec pour certains soignants des rémunérations qui ne sont pas à la hauteur du travail et des responsabilités« , Bernard Lartigue vigneron.

« J’ai donc penser associer ces gens de la médecine avec nous le monde du vin dans cet endroit du Médoc pour un week-end. Cela sera un moment agréable ». Et dans le principe ?  « Ce sera un week-end en septembre et un autre week-end en octobre pour 5 couples à chaque fois car c’est notre capacité d’accueil. Il y aura non seulement la partie hôtellerie mais aussi gastronomie que je souhaite aussi, on mettra tout en oeuvre pour régaler ces personnes, c’est également important.

Derrière cette belle initiative, il y a une belle personne qui a vécu en 2008 une épreuve, un cancer : « oui, j’ai eu un cancer de la peau, un mélanome, que j’ai moi-même observé et que j’ai vu grossir, j’ai pris rendez-vous avec un dermatologue de Bordeaux, sans doute le meilleur, qui m’a diagnostiqué immédiatement et me l’a enlevé, puis j’ai eu 2 as de traitement, et si je suis là aujourd’hui c’est graves à eux, aux soignants qui font preuve de sérieux et d’un grand talent, face à la maladie qui peut être sournoise, comme pour moi, c’était une course cotre-la-montre. »

Aujourd’hui, c’est pour lui une évidence, un geste qui sonne presque comme un juste retour, quant aux réponses ? « On attend de voir, d’avoir les personnes, après on fera un tirage au sort, avec une représentativité un équilibre, on aura par exemple un(e) chirurgien, un(e) anesthésiste, un(e) infirmière et un(e) aide-soignant(e) bien sûr…une parcelle de tout le corps médical représenté, pour qu’il y ait ce moment de partage, d’échange et de dialogue, tellement nécessaire en cette période de confinement. »

Un coup de chapeau de Côté Châteaux et merci Bernard.

Et pour entrer en contact:  vous pouvez envoyer un mail à Bernard Lartigue à son adresse mail: blartigue2@wanadoo.fr ou joindre Bernard Lartigue au 06 12 70 97 28

25 Mar

Un bel élan de solidarité avec les soignants du CHU de Bordeaux

Les initiatives se multiplient. Elles partent de démarches souvent individuelles mais sont à souligner car elles partent du coeur. Ainsi un négociant en vins a fait jouer ses relations avec un supermarché qu’il connaît bien pour livrer des petits-déjeuners les services hospitaliers du CHU de Bordeaux, en cette période intense du fait du coronavirus. Un petit geste mais qui réchauffe le coeur des personnels soignants.

Louis Monnier, négociant pour The Wine Merchant à Artigues-Près-Bordeaux a fait marché ses méninges : « l’idée m’a prise ce week-end. Mais déjà avec le confinement décidé lundi dernier et mis en place mardi, j’ai commencé à réfléchir compte tenu du travail assez réduit pour nous et du temps que j’avais de disponible. »

« Lundi, j’ai appelé Guillaume Halley, le propriétaire de Carrefour Market à Bordeaux Caudéran, que je connais bien, et je lui ai parlé de cette idée de porter des denrées aux différents services du CHU, il m’a dit « banco, tu as besoin de quoi ? »; on a demandé aux équipes de soignants qui voulaient surtout des petits déjeuners. C’est aussi grâce à Ariane Fragonard-Monnier qui travaille pour le laboratoire Roche, elle est en lien avec les services hospitaliers et on a d’abord livré la réanimation du CHU, demain ce sera la réa du service de maladies infectieuses, etc… je fais le relais aussi avec le professeur Patrick Dehail qui est à l’Agence Régionale de Santé,. l’idée c’est de faire tourner les services… »

« On leur a livré 300 à 400 dosettes de café, des centaines de gobelets, des dosettes de sucre, des jus de fruits, du pain de mie, du beurre, des confitures…grâce aussi à Olivier Cornouaille de Carrefour Market. On le fait pour les gens qui sont dans le feu de l’action, même si à l’hôpital ils le sont tous et tout le temps, au moment des relèves pour les petits-déjeuners, ils en ont pour 3 jours de réserves, en général. »

« En parallèle, j’ai créé une cagnotte leetchi pour le personnel hospitalier en réanimation, en plus de celle qui existe pour le matériel, afin de leur remettre bientôt, cela commence à tomber… » (Aider le Personnel du CHU de Bordeaux)

Ce jeudi matin, avec le professeur Cazenave au service des maladies infectieuses et tropicales © Louis Monnier

« Et puis j’ai pensé aussi pourquoi ne pas permettre aux salariés de donner une journée de RTT pour le personnel soignants, je vais en parler à Nathalie Delattre pour éventuellement une proposition de loi pour faire monétiser ces jours de RTT qui seraient donnés aux personnels hospitaliers… »

En voilà de bonnes idées qui fleurissent ici où là, bravo à ce bel élan de générosité et de solidarité pour le CHU de Bordeaux qui s’apprête à voir arriver une vague de malades dans les prochains jours.

22 Mar

Caviste à Fronsac et à Paris, Thomas Noël a « décidé de fermer pour ne pas participer à la propagation du virus »

Une semaine après l’annonce de la fermeture des commerces par le Premier Ministre, Thomas Noël caviste à Fronsac mais aussi à Paris, me confie son état d’esprit, sa décision de fermeture, pas facile à prendre car il n’a pas droit à des aides, comme d’autres cavistes d’ailleurs en France. Il revient aussi sur sa passion et espère des jours meilleurs pour tous. Il est ce mois-ci en focus dans la rubrique « le vigneron du mois »

Alexandra et Thomas Noël lors de l’ouverture du © Wine Shop à Fronsac en juillet 2019

Jean-Pierre Stahl: « Bonjour Thomas Noël, comment ça va ? Cela fait une semaine qu’Edouard Philippe a annoncé la fermeture samedi à minuit de tous les commerces non-alimentaires, cafés et restaurants, avec cette précision apportée le lundi suivant que les cavistes pouvaient rester ouverts s’ils le souhaitaient » ?

Thomas Noël : « On fait aller… Entre ce qu’on a le droit de faire et ce que l’on fait, c’est deux choses différentes. A titre personnel, j’ai décidé de ne pas être un point de relais de propagation du virus pour la santé de nos concitoyens… »

JPS : « C’est une décision sage… »

Thomas Noël : « Economiquement non, éthiquement oui, une décision que je ne regrette pas. Je suis super passionné de ce que je fais depuis longtemps, tant à Paris avec la Maison des Millésimes qu’à Fronsac avec le Wine Shop que je tiens avec mon épouse Alexandra. Au final grâce à Fronsac, cela va être un instinct de survie, en étant moins dépendant de Paris. »

JPS : « Comment cela se passe-t-il au niveau des aides ? »

Thomas Noël : « Cela change toutes les 5 minutes, mais aux dernières nouvelles, comme nous avons le droit d’être ouvert, nous n’avons pas le droit aux aides, tant à titre personnel qu’au niveau des salariés pour bénéficier du chômage partiel, donc c’est la double peine.

Mais qu’est-ce que l’économie par rapport à la santé, la question ne se pose pas, car si on n’est plus là, l’économie n’existe plus non plus, la santé doit primer avant tout. »

JPS : « A Paris, il y avait déjà une baisse ces dernières semaines ? »

Thomas Noël : « Avant l’annonce du Premier Ministre, je dois dire que c’est une cave pérenne et qui fonctionne bien, l’emplacement au 137 boulevard Saint-Germain est pas trop mal, mais nous avons subi la succession d’événements entre les attentats, les gilets jaunes et le coronavirus, cela a créé un climat d’anxiété, on n’est pas très serein et là où on est placé on voit ce qui se passe très très vite. Evidemment avant l’épisode du coronavirus, j’avais été impacté par ces autres événements, mais c’est une cave qui existe depuis 12 ans, ce qui fait qu’on a les reins solides, mais c’est beaucoup plus dur ces dernières années. »

JPS : « Il y a eu aussi le Bordeaux bashing, comment l’avez-vous ressenti ? »

Thomas Noël : « Depuis 12 ans, 80% des ventes que je fais, ce sont des vins de Bordeaux. Le Bordeaux bashing, je l’ai vécu à Paris, mais je n’ai pas vu spécialement de renforcement du Bordeaux bashing en mettant en avant des vignerons comme Olivier Techer avec Gombaude Guillot ou les frères Todeschini avec Mangot. Il y a beaucoup de gens qui se remettent du bashing, beaucoup qui gomment les excès que Bordeaux a pu faire par le passé. Il y a encore beaucoup de gens qui consomment du Bordeaux et qui me prennent des 24 bouteilles de Bordeaux. Bordeaux n’est pas forcément le plus pollueur, le plus impropre de tous les vignobles, il a eu une image injuste entretenue par les médias, entre Bordeaux et les pesticides, c’est vraiment très lourd et c’est handicapant… »

JPS : « Et vous avez aussi créé votre cave à Fronsac…le Wine Shop »

Thomas Noël : « On habite à Fronsac depuis 8 ans. L’histoire a été une belle rencontre avec la famille Ponty. Comme on avait un peu de temps, on a décidé d’ouvrir une cave avec tous les coups de coeur que j’ai eus en 18 ans de dégustations. C’est comme cela que j’ai pu avoir des allocations de Dujac (Morey Saint Denis), Ramonet (Chassagne Montrachet) ou Gangloff (Condrieu), je n’avais pas envie que cela ne soit disponible que dans les beaux quartiers de Paris ou dans les grands palaces. Beaucoup de vignerons ont joué le jeu pour m’octroyer ces allocations, d’un point de vue humain et éthique c’est très intéressant, 2 mois après avoir ouvert on avait ainsi des Gangloff à disposition à Fronsac. Ce sont donc mes 600 vins préférés au même endroit, c’est vraiment ma cave perso idéale, on trouve des vins de toute la région, des vins « nature », « bio », en « biodynamic », des vins plus traditionnels, bref tout ce qui est bon et sain.

JPS : « Alors, comment on s’occupe en ce moment ? »

Thomas Noël : « On s’occupe avec la réalisation d’un joli catalogue, on a beaucoup de demandes, on fait parvenir ce catalogue avec beaucoup de réservations. Les gens se montrent solidaires et comptent remplir leur cave. Pour l’instant je mets de côté et ils viendront chercher quand cela ira mieux. Après on peut ouvrir sur rendez-vous de manière exceptionnelle comme un « drive », on prépare une commande, il n’y a pas de contact les gens ne touchent pas les bouteilles en boutique, on se salue de loin, je fais quelques livraisons aussi avec toutes les précautions. Finalement à Fronsac, on va faire un bon mois de mars. C’est le projet d’une vie, on espère que l’aventure va continuer, avec la solidarité dont les gens font preuve envers le Wine Shop, on pourra redémarrer solidement dans 2 mois, je trouve cela extrêmement touchant. vraiment, c’est mon projet et celui de mon épouse, on est deux, je kiffe et j’ai hâte de réouvrir car il y a de  bonnes bouteilles que je vais encore rentrer. »

07 Mar

A l’aube de son inauguration, voici le nouveau chai gravitaire du château Latour Martillac

C’est beau, sobre et fonctionnel. En avant-première pour Côté Châteaux, les Kressmann dévoilent à Martillac leur nouveau chai terminé et entièrement gravitaire aux couleurs de l’étiquette Latour Martillac, au terme de 18 mois de travaux. Son inauguration a lieu ce lundi 9 mars.

Edouard, Tristan et Loïc Kressmann dans leur nouveau chai inauguré ce lundi © JPS

Le pari était osé, il est aujourd’hui réussi. Les Kressmann se sont projetés dans le XXIe siècle avec ce nouveau chai, détruisant l’ancien chai dédié aux rouges pour en refaire un nouveau plus fonctionnel et pour faire davantage de parcellaire.

La première impression que j’ai eue était l’ergonomie que l’on a réussie à améliorer. Pouvoir travailler à la lumière naturelle est sympathique. Le soir, je passe 5 à 10 minutes seul dans le bâtiment pour me l’approprier encore plus… » Loïc Kressmann.

La part de modernité qui s’insert bien dans les bâtiments plus anciens © JPS

Un bâtiment dont on parierait qu’il a toujours été là, s’inscrivant dans l’ensemble des différents corps de façon harmonieuse, un bâtiment avec des parties en pierre et une modernité qui lui va très bien depuis la cour du château avec sa verrière en aluminium noir qui préfigure l’accueil à la propriété… « C’est ici que nous aurons l’accueil et le caveau de vente, derrière cette verrière en aluminium », commente Edouard Kressmann, le fils de Loïc, chargé notamment du marketing.

L’un des 8 tableaux réalisés par Max Ducos avec la vieille Tour du château © JPS

Dans cet espace de 100 m2, il y aura non seulement l’accueil du public et des visites à la propriété, mais aussi la boutique avec ses casiers de bouteilles en bois, pour lesquels Tristan met la dernière couche de vernis. Un espace où le visiteur sera captivé par 8 tableaux réalisés par Max Ducos, le fils de l‘architecte Philippe Ducos qui signe la construction du nouveau chai dans un style d’inspiration art déco, correspondant à la date d’acquisition de la propriété par Alfred Kressmann en 1930.

« Ce sont 8 tableaux, en 2 fresques qui dépeignent Martillac à l’époque où la famille a acheté le château: on y voit l’or du sol qui se concentre dans les grappes et part dans les barriques, jusqu’au port de Bordeaux. Ces tableaux ont été composés par mon oncle Joël à partir de photos d’époque, on y distingue toujours un enfant ou encore là la 404 de mon grand-père », commente Edouard Kressmann.

Et de dévoiler ce fabuleux cuvier dont la partie supérieure offre une superbe vue sur les 45 hectares du vignoble de Latour Martillac : « comme le soulignait l’architecte, ce qui est très sympa ici avec cette vue et cette lumière, c’est qu’on a l’impression que les raisins remplissent directement les cuves. C’est beaucoup plus agréable de travailler avec la lumière du jour, les vitres ont été réalisées avec un verre spécial traité pour la chaleur, ainsi cet été il y avait une différence de 15° entre l’extérieur et le chai. »

22 cuves inox dont 16 de 125 hectolitres © JPS

Ce cuvier comprend 22 cuves inox tronconiques, fabriquées en France dans par l’entreprise Serap en Mayenne: 6 de 70 hectolitres et 16 de 125 hectolitres, « ce sont les grandes orgues » plaisante Tristan Kresmann, co-propriétaire et frère de Loïc. « Pour le 2019, on a fait avec le retard dans les travaux, une cuve de merlot, sinon tous les cabernets dedans, cela nous a permis de séparer les différents lots, d’être encore plus précis au niveau des parcelles ».

Ces cuves tronconiques en inox ont une double peau, un isolant thermique permet d’avoir un contrôle de température exceptionnel, c’est du pilotage tout en douceur comme une cuisinière et cela marche de manière impeccable. »

« C’est un outil auquel on pensait depuis très longtemps, cela fait 10 ans que l’on était à l’étroit, comme nous le faisait remarquer Valérie Vialard notre oenologue et maître de chai. On attendait le bon moment pour le faire et quand les taux sont tombés, on s’est dit c’est le moment ». Un chai dont la réalisation a coûté 5,5 millions d’euros.

C’est l’outil que l’on va donner à nos enfants et à nos petits-enfants par la suite, ils n’auront pas besoin de le faire, ils vont se régaler avec cela », Tristan Kressmann.

Ce grand cuvier de 730 m2 au sol  est désormais au goût du jour, aux couleurs noire et ocre qui rappellent celles de l’étiquette. Celui-ci est optimum pour produire 2000 hectolitres de vin rouge, ce sont quelques 240 à 250 000 bouteilles de 1er vin qui vont sortir de ce nouveau chai. Le château Latour Martillac est aussi réputé pour ses vins blancs 30 à 40 0000 bouteilles produites chaque année dans le chai plus ancien. La moitié des vins du château est commercialisée en France, l’autre moitié à l’export (notamment vers les USA et la Chine).

En dessous, c’est bien sûr le chai à barriques, en deux parties, pour quelques 640 barriques de rouge. L’ambiance y est aussi bien sentie: « on a essayé de faire en sorte que ce soit chaleureux et que les barriques ressortent de l’obscurité » précise Loïc Kressmann.

Et Edouard et Loïc Kressmann de saisir une pipette et deux verres et de goûter une barrique de cabernet de ce nouveau millésime 2019 : « c’est un  grand millésime de cabernet…On a défini l’assemblage qui sera présenté lundi avec 70% de cabernet sauvignon et 30% de merlot, issu de barriques neuves et de 1, 2 et 3 ans, comme nous le suggérait Denis Dubourdieu », dont le suivi est aujourd’hui assuré par Christophe Olivier et Axel Marchal.

Edouard et Loic Kressmann dans le nouveau chai à barriques © JPS

« Moi, c’est mon premier millésime que je suis entièrement depuis mon retour de Chine, de la taille jusqu’aux vendanges », commente Edouard Kressmann diplômé de Purpan; « une vigne qui en 2019 a démarré précocement, et puis il y a eu deux coups de froid les 13 avril et 5-6 mai qui fort heureusement ne nous ont pas touché, il y a eu aussi la sécheresse fin juin et en juillet, puis 30 millimètres de pluie le 27 juillet, un peu de pluie en août, les blancs n’ont pas trop souffert du manque d’eau, sur les rouges, cela a été plus long à venir, la fraîcheur qui nous manquait sur les merlots on l’a récupérée sur les cabernets sauvignons. 2019 est définitivement un grand millésime de cabernets ».

Un chai aux 640 barriques de vin rouge © JPS

Et Loïc Kressmann de conclure, « on est content de faire ce millésime dans des installations comme celles-là, cela va nous permettre d’être beaucoup plus précis sur la qualité des vins, on va pouvoir séparer davantage les parcelles dans les chais, c’est un atout important, honnêtement je n’y croyais pas autant que cela et pourtant… Maintenant c’est comme une Formule 1, il y a un bon potentiel, mais il y a encore plein de réglages à faire. »

Un millésime 2019 réussi au château Latour Martillac grâce aux cabernets © JPS

Alors bonne course à la scuderia Kressmann sur le circuit de Pessac-Léognan, en terre de graves. Les derniers réglages les amèneront jusqu’aux primeurs où ils auront la joie de présenter leurs vins fin mars, début avril au château avec les autres propriétés de Pessac-Léognan ainsi qu’avec l’Union des Grands Crus.

27 Fév

L’image du jour: le joli déhanché de Jean Lassalle au rythme de l’Impériale de Bordeaux

Il est habitué à faire le show. Jean Lassalle, le marcheur, le vrai, a déambulé aujourd’hui à travers les allées du salon de l’Agriculture. Et le député des Pyrénées-Atlantiques qui ne manque ni de gouaille ni de forme s’est laissé attendrir par le rythme endiablé de la banda bordelaise l’Impériale de Bordeaux.Alors là, c’était parti, on ne l’arrête plus notre Jean…

Jean Lassalle au salon de l’agriculture © l’Impériale de Bordeaux

Les ingrédients, une coupe grisonnante en brosse et une cravate rouge, une banda enlevée et un salon de l’agriculture et là, vous réveillez l’animal qui sommeille en lui, je veux dire en un mot comme en mille: c’est Jean Lassalle, le député de Lourdios dans les Pyrénées-Atlantiques, qui cette année a décidé de faire encore le buzz au salon de l’agriculture.

L’humanité transpire en lui, il a cette faconde et cette bonhommie de se lâcher, entraîné par les fameux airs de l’Impériale de Bordeaux, cette fameuse banda du Sud-Ouest et de Bordeaux, dont le nom fait bien sûr référence à la bouteille de vin de 6 litres.

Allez, je vous laisse regarder, bravo Jeannot comme ils disent là-haut dans la montagne, bravo Jean Lassalle, qui par ailleurs était à l’Assemblée Nationale cette nuit et a fait cette déclaration à propos de l’examen de la réforme des retraites: « je me demande quand même s’il y a le 49.3, on va être embêté, parce qu’on ne va pas calmer du tout ceux qui sont en colère, mais n’en parlons pas nous n’y sommes pas… » On verra, en tout cas ce sont déjà des milliers de gens qui apprécient Jean Lassalle au salon de l’agriculture et qui fait ainsi le buzz, avec plus de 150 000 vues en moins de 5  heures…et 370 000 en 20 heures !

Regardez ici Jean Lassalle et la banda l’Impériale de Bordeaux au Salon de l’Agriculture 2020

26 Fév

Monbazillac: les vignerons ont décidé de planter 800 arbres fruitiers dans le vignoble

Non les vignerons de Monbazillac n’ont pas décidé de remplacer leur nectar par de la poire ou de la pomme, même si « y en a aussi ». Ce projet mené avec le département va dans le sens de la biodiversité et une démarche citoyenne puisque les gens pourront se servir…

Guillaume Barou, la nouvelle génération des vignerons de Monbazillac © Jean-Pierre Stahl

En bordure de parcelle de vigne et près des chemins communaux, vous allez voir fleurir de nouvelles plantations: des arbres fruitiers en libre accès pour tous, d’ailleurs des panneaux « fruits pour tous – Servez-vous » seront apposés.

C’est une démarche originale des vignerons de Monbazillac, des 5 communes de l’appellation, qui ont toujours à coeur de préserver l’environnement (ces arbres contribueront à leur petite échelle à combattre le carbone) et de promouvoir la biodiversité dans le vignoble.

Une action qui n’est pas inintéressante, dont pourraient s’inspirer d’autres vignobles, et vise à rapprocher les vignerons des riverains, et des habitants qui comme les scolaires, sont invités à la mise en place des ces arbres fruitiers. Une cartographie numérique pour géolocaliser ces arbres et ces variétés sera mise en place aussi, pour permettre aux public de venir les voir et de cueillir à bonne date les fruits de ceux-ci.

UNE FABRIQUE DES TRANSITIONS

Dans le Bergeracois, 20% des exploitations sont certifiées en agriculture biologique, et haute valeur environnementale ; 60% des exploitations sont engagées dans une démarche environnementale.

En 2018, la filière, voulant aller plus loin a créé la Fabrique des Transitions pour la transition environnementale du territoire et cette action de planter ces 800 arbres fruitiers s’inscrit dans cette démarche. Cette Fabrique est pilotée par la mission environnementale et Cécile Lelabousse au sein de l’IVBD, l’interprofessionnel des Vins de Bergerac et de Duras.

Voir ou revoir le spécial Côté Châteaux à Monbazillac réalisé en novembre 2018 par Jean-Pierre Stahl et Sébastien Delalot: