22 Avr

Investir pour combattre le gel : la Préfète de Nouvelle-Aquitaine au château de Sénéjac pour dévoiler les dispositifs de France Relance

2 semaines après les épisodes intenses de gel à Bordeaux des 7 et 8 avril, Fabienne Buccio s’est rendue ce matin dans un château du Pian-Médoc en Gironde qui a valeur d’exemple. Doublement touché par les gels de 2021 et 2017, il s’est équipé de tours anti-gel et compte en implanter une autre avec le dispositif d’aide de France Relance et de France Agrimer. Voici les pistes d’investissements et de recherche pour essayer de mieux appréhender le phénomène de gel de la vigne qui avec le réchauffement climatique devient récurrent.        

Fabien Fort, directeur d’exploitation du château de Sénéjac © JPS

 « Là, vous voyez, on est à plus de 10 jours de gel et c’est complétement sec… » Fabien Fort, directeur d’exploitation au château de Sénéjac, 40 hectares de vigne au Pian-Médoc, constate les dégâts dus au gel de ce printemps 2021. 30% de la propriété a été impacté à des degrés divers, il a fait -3,5°C, les 7 et 8 avril derniers.

« Le gel ne disparaîtra pas, bien au contraire, ce qui était exceptionnel il y a 10 ans va devenir récurrent dans les années à venir, certainement lié au changement climatique », commente Fabien Fort.

L’idée, c’est de réfléchir, trouver des solutions, tailler plus tard les vignes, peut-être laisser des rameaux avec tous les bourgeons (…), cela va être aussi des équipements anti-gel comme l’installation à Sénéjac de tours anti-gel, complétées par des systèmes de bougies sur des bordures pour avoir une efficacité maximale, » Fabien Fort directeur d’exploitation château de Sénéjac

Ces solutions, il les a amorcées depuis le fameux gel du 27 avril 2017 où 95% de la propriété de la famille Bignon-Cordier avait été touchée. Ainsi il a commencé à se doter de tours anti-gel et il en prévoit une supplémentaire; Il a constitué un dossier en janvier dernier qui devrait aboutir avant juin, avec un investissement de 60 000 euros, dont 30% de la somme sera financé dans le cadre de ce plan France Relance.

Pour le gel, c’est très clair, nous finançons tout ce qui va pouvoir aider les agriculteurs à lutter contre ce gel et maintenant on se rend compte que l’occurence est malheureusement de plus en plus fréquente, donc il faut travailler sur les cépages, sur la recherche, tout cela est financé par le plan de relance et tout ce qui est équipement comme ici ces tours anti-gel », Fabienne Buccio Préfète de Nouvelle-Aquitaine.

D’autres pistes sont aussi évoquées comme l’aspersion ou encore l’installation de fils chauffants, des investissements lourds mais qui seront aussi étudiés. Ce plan France Relance est doté d’un buget conséquent d’1,5 milliard et vise également à amener l’agriculture, l’alimentation et la forêt  vers une transition écologique, vers davantage de respect environnemental.

Depuis l’annonce samedi par le Premier Ministre Jean Castex d’un fonds de solidarité d’un milliard d’euros pour les dégâts dus au gel en agriculture, les viticulteurs attendent aussi ces aides qui, en plus de l’investissement seront les bienvenues…

« Il y aura des réductions de cotisations sociales pour les plus impactés, c’est ce qui se passe à chaque fois, il y a la mise en place du dispositif de chômage partiel, applicable à toutes les activités qui ont eu des conséquences liées au gel. Donc cela est une décision qui a été prise aussi très rapidement, sachant que les conséquences peuvent être sur du long terme… », précise Jean-Louis Duboug, président de la Chambre d’Agriculture de la Gironde.  » Si on prend l’exemple des caves coopératives, si une cave coop se retrouve avec 30 à 50% de vendange en moins, il y aura peut-être du personnel qui ne sera pas utilisé et donc cela pourra être utilisé à ce moment là…et puis pour les travaux dans les vignes, s’il y a moins de travail, les viticulteurs pourront utiliser ces dispositifs. »

Dans le cadre de France Relance, déjà 600 dossiers ont été déposés en Nouvelle-Aquitaine. Les aides attribuées seront de 30% de l’investissement avec un plafond de 40 000 €.

Gel: la récolte de vin française amputée « de 28% à 30% », selon la filière

L’épisode de gel exceptionnel qui a sévi sur la France en avril pourrait la priver d’environ 28% à 30% de sa récolte de vin 2021 par rapport à la moyenne des cinq dernières années, selon les estimations de la profession, a indiqué jeudi l’organisme public FranceAgriMer.

Vigne gelée de début avril, ce matin au Pian-Médoc © JPS

Le pays « pourrait perdre entre 12,5 et 15 millions d’hectolitres », d’après ce bilan provisoire à prendre « avec précaution » car il faudra du temps pour estimer vraiment les dégâts, a précisé Ygor Gibelind, délégué pour la filière viticole à FranceAgriMer.

Le manque à gagner se situerait « entre 1,5 et 2 milliards d’euros » pour le secteur, toujours selon la profession, a-t-il dit lors d’une visioconférence.

Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA et président du conseil spécialisé « Vin et cidre » de FranceAgriMer, avait annoncé le 15 avril à l’AFP que la filière s’attendait à perdre un tiers de la récolte, donc « à peu près deux milliards d’euros ». Soit la fourchette haute de cette estimation. « Les estimations de pertes par les professionnels semblent cohérentes avec celles de nos services », indique le cabinet du ministre de l’Agriculture.

Les récoltes de vin connaissant d’assez fortes variations d’une année sur l’autre du fait de la météo, il est d’usage de faire des moyennes sur cinq ans. La récolte moyenne des cinq dernières années s’établit à 44,5 millions d’hectolitres.

En 2017, année de gel également, elle avait été de 37,6 millions d’hectolitres. En 2020, année très favorable sur le plan de la météo, elle avait atteint 46,7
millions d’hectolitres.

En 2021, la récolte pourrait donc se monter à 32 millions d’hectolitres, selon ces premières estimations. Mais cela dépendra aussi de la reprise de la végétation
et des conditions météorologiques futures.

Le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé samedi un milliard d’euros d’aides pour les agriculteurs (viticulteurs, arboriculteurs, betteraviers notamment) touchés par l’épisode de gel intense qui a frappé le pays en avril.

AFP

21 Avr

Le millésime 2020 vu par les oenologues et consultants : « c’est une régalade ! »

Petit tour d’horizon des oenologues et consultants du bordelais pour recueillir leur avis sur le millésime 2020. Un millésime « assez exceptionnel » qui s’ajoute à 2018 et 2019, et déjà on parle d’une nouvelle trilogie d’anthologie. Bizarres ces années en 8,9 et 0, qui depuis 40 ans sont gages de succès à Bordeaux. Les avis de Stéphane Toutoundji, Stéphane Derenoncourt, Hubert de Boüard, et Julien Viaud, actuellement en Argentine.

Stéphane Toutoundji, dégustant ce matin le 2020 dans son © laboratoire Oenoteam à Libourne

QUE PENSEZ-VOUS DU 2020 ?

Stéphane Toutoundji (Oenoteam) : « c’est un millésime assez exceptionnel. Avec beaucoup d’équilibre et un gout extraordinaire en bouche. On a eu un hiver et un printemps très pluvieux, vraiment doux, dès lors une vigne qui était prête à encaisser une situation estivale « costaud ». La floraison a été précoce, signe de millésime qualitatif à Bordeaux, puis un été sec et frais, favorable à la croissance des raisins, de belles accumulations d’anthocyanes et de tanins.Au niveau maturation, les températures chaudes en journée et la très grande amplitude thermique entre le jour et la nuit favorisent ainsi à Bordeaux les grands millésimes comme ce 2020″.

Stéphane Derenoncourt (Derenoncourt Consultants): « 2020, c’est une très très grande surprise, quant à l’identité des vins. On a des vins extrêmement frais, des tanins mûrs mais très doux, enveloppés, pas fatiguants  jolis, qui ont gardé énormément de fraîcheur »  

Pascal Chatonnet (Laboratoire Excell): « ce millésime, je trouve qu’il a une belle gueule. Ce n’était pas gagné, pas si facile que cela avec un printemps très compliqué, en plus avec le covid on n’était pas assuré d’avoir de la main d’oeuvre, dans les vignes c’était aussi compliqué avec le mildiou, bref assez chaotique jusqu’à fin juin. Puis début juillet, l’été est apparu avec une caractéristique peu connue à Bordeaux : une période de sécheresse, plus de 50 jours sans pluie. Cela a changé considérablement le profil du millésime et d’une année mal barrée c’est redevenu une année à potentiel énorme. Les pluies d’août sont arrivées plus tardivement que prévues avec  une hétérogénéité marquée. En septembre juste assez de pluies pour que la maturité se passe dans de bonnes conditions jusqu’à début octobre. Quant aux vendanges, les premiers blancs fin août, on a vendangé les rouges 2e quinzaine de septembre, sans pression.

« A la fin cela a donné une qualité assez intéressante. Des vins très denses, très frais, très aromatiques avec des tanins très souples. »

Hubert de Boüard © Bee Bordeaux

Hubert de Bouard (Hubert de Boüard Consulting et Oeno-Lab)  « C’est un millésime assez reposant, presque un pêcher mignon. Je le représenterais un peu comme un super 2001 rive droite et entre un 2008 et 2010, avec cependant moins riche en alcool que le 2010, et un peu plus chaleureux que 2019. C’est un millésime intéressant, avec des pluies présentes de novembre à juin, on a eu peur avec le mildiou, mais finalement cela a bien tenu. Il a fait chaud mais finalement rien caniculaire, un grande sécheresse c’est vrai cet été, avec un vignoble qui a souffert mais sans pic. C’est construit, c’est un millésime dans l’harmonie, on a une vraie identité, de très belles couleurs, des vins magnifiques partout, avec une typicité marquée, en Côtes de Blaye, Pessac-Léognan, Graves, Nord-Médoc, un côté salin qui donne de la fraîcheur. Depuis 20 ans que je fais du consultant, ce sont les meilleurs merlots que j’ai goûté pour la rive gauche. »

Julien Viaud (Michel Rolland): « C’est un millésime avec ce qu’il faut de petits tanins et d’arômes, il a fallu se faire violence pour garder tout cet équilibre, il fallait ne rien faire, ce qui est une épreuve pour nous et assez drôle. C’est un millésime récolté précocement , éclatant de fruits. Finalement l’équilibre a eu tendance à bouger très rapidement, les raisins étaient bons plus tôt et donc on a anticipé les vendanges de 5 à 6 jours pour garder cet éclat de fruits et cette fraîcheur aromatique. »

Stéphane Derenoncourt (à gauche), dans sa salle de dégustation à Sainte-Colombe lors du Palmarès Castillon en novembre dernier © JPS

2018, 2019 PUIS 2020, UNE SACREE TRILOGIE

Julien Viaud : « Avec ce 2020, on vient de faire un troisième bon millésime après 2018 et 2019. Il ne faut pas s’en excuser. Des trilogies comme celle-là, il n’y en a pas beaucoup. 2018 était plus solaire, 2019 plus en puissance et 2020 très soyeux. Aujourd’hui, on travaille les vins plus en délicatesse. »

Stéphane Toutoundji : « on est sur 3 grands millésimes… 2018, très pur, intéressant par le côté chaleureux; 2019, avec une belle précision aromatique, 2020 un millésime de très haut niveau, avec un bel équilibre, de la fraîcheur et un gout extraordinaire. »

Hubert de Bouard : « c’est une vraie trilogie bordelaise et il n’y en a pas beaucoup. 2018 était très solaire, 2019 avait cette typicité, cette verticalité et ce classicisme bordelais, 2020 plus harmonieux, de la suavité, un coté salin, une vraie appétence tanins-fraîcheur. « 

Stéphane Derenoncourt : « En 2018, 19 et 20, ce sont des millésimes sans excès de style, on retrouve le traditionnel équilibre bordelais, avec de la maturité, de la fraîcheur, les 3 sont réussis, avec pas de gros rendements, comme pour ce 2020 où la floraison n’était pas géniale, beaucoup de sécheresse des peaux épaisses et peu de jus. »

Pascal Chatonnet : « La trilogie 18,19, 20, moi elle me fait penser à 2008, 09,10… Le 2020, je trouve que c’est un hybride entre 2018 -puissance, fraîcheur, densité- et 2019 -souplesse-finesse… Globalement, c’est bon partout, c’est assez hétérogène sur les rendements, dans le Médoc on a eu moins de cabernet sauvignon que prévu.Sur la rive droite, cela a été hétérogène à cause des événements climatiques (grêle du 17 avril). Pour ceux qui ont ramassé un peu tard, il y a eu un phénomène de concentration sur pied avec des rendements encore plus faibles, notamment sur des sols argileux. »

Julien Viaud en pleine dégustation © Mika Boudot

LES MILLESIMES EN 8,9 ET 0 DEPUIS 40 ANS SEMBLENT BENIS A BORDEAUX, 40 ANS DE TRILOGIES ?

Stéphane Derenoncourt : « c’est vrai, c’est assez juste et un peu plus homogène dans la qualité. En 2008, c’était très frais, 2009 très solaire et 2010 mûr et frais. On retrouve cela aussi 10 ans plus tôt. Et puis en 88, 89, 1990 on a retrouvé une homogénéité. 

Stéphane Toutoundji : « Je n’ai pas d’explication particulière, et pourquoi les années en 7 gèlent aussi ? 2020, on était parti pour faire un millésime épouvantable et au finale c’est un millésime de surprise, de régalade. C’est le hasard, 4 fois trois grands millésimes en 40 ans… »

Hubert de Bouard : « C’est vrai, on a cette année encore une trilogie construite. En 2008, 09 et 10, on avait une trilogie mais en 2008 un beau millésime mais pas du même niveau que 2009 et 2010. De même, pour le 88 en dessous de 1989 et 1990. Cette année tous les 3 sont du même niveau mais dans des profils différents. Je suis pragmatique, je regarde cela avec intérêt, je n’ai pas d’explication, je laisse cela à ceux qui ont des explications ésotériques. En tout cas, c’est formidable pour Bordeaux, à une période où Bordeaux souffre, il y a beaucoup de fresh air avec des notions de salinité et d’appétence sur le 2020. »

Julien Viaud : « En comparaison, il y en a toujours un plus faible: ainsi le 2008 est plus faible que 2009 et 2010 qui sont monstres; en 1998, 1999 et 2000, on a souvent parlé de la qualité du 2000 car c’était aussi un millésime avec trois zéros, le prochain le 3000 on ne le verra pas ! Mais 2001 en suivant était à mon avis meilleur. Ensuite 88, 89 et 90: 89 et surtout 90 était meilleur que 88. Après,il n’y a pas de problème mais 3 millésimes d’un même niveau, il y en a peu.

Pascal Chatonnet : (rires) « Peut-être bien, oui. Absolument, mais on s’améliore avec les années, les dernières trilogies sont meilleures que les plus anciennes. En tout cas très content du millésime, en qualité ce sera très bon et il y a une accessibilité organoleptique. Le 2020 est plus subtil que le 2010 qui est plus massif. »

20 Avr

Bordeaux face au gel : les réactions du monde viticole à l’annonce du fonds de solidarité exceptionnel de 1 milliard d’euros

Samedi Jean Castex a annoncé le déblocage d’un fonds de solidarité de un milliard d’euros pour venir en aide à l’agriculture sinistrée par le gel. Concrètement, comment vont s’orchestrer ces aides, dans quels délais pour les agriculteurs et viticulteurs sinistrés. Quels sont leurs attentes et leurs réactions face à ces aides annoncées.

Au Château Figeac, Frédéric Faye directeur a rassemblé 35 personnes pour combattre le gel le 7 avril © JPS

La première réaction de Bernard Farges, président du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux est de reconnaître que « c’est une bonne chose que le Premier Ministre soit allé sur le terrain, quelques jours après le sinistre. Les annonces ont été rapides, c’est une bonne chose également même si maintenant il faut voir dans les faits. » Même réaction de Luc Planty, directeur de château Guiraud à Sauternes qui a vu 90% de son domaine être gelé les 7-8 avril :« que l’Etat veuille nous aider, c’est une bonne chose maintenant, il faut voir dans les actes. »

Jean Castex, en déplacement samedi matin dans une exploitation viticole de l’Hétault, a donc annoncé « un fonds de solidarité exceptionnel à hauteur d’un milliard d’euros car la situation le justifie », a-t-il indiqué, tout en détaillant les mesures phares qui allaient être prises à savoir : « une année blanche pour les cotisations sociales pour tous les agriculteurs concernés, il y aura également un dégrèvement de la taxe foncière pour toutes les exploitations concernées et nous allons également débloquer des crédits d’urgence ».

SAUTERNES ET BARSAC, APPELLATIONS TRES TOUCHEES

Joint ce matin, Jean-Jacques Dubourdieu, touché à 100% sur les châteaux Doisy Daëne et Cantegril, commente: « on panse nos plaies, sur Sauternes et Barsac, cela a été assez violent, tout le monde a souffert, il n’y a pas eu de phénomène jaloux, même le plateau de Sauternes a été touché… Normalement, ce sont les versants nords, les zones les plus basses qui sont touchées, mais là il n’y a pas de logique. On avait eu un mois de mars très sec et ce n’est pas une bonne chose, l’humidité aurait peut-etre fait tampon. On a eu des -5 à -7°C, alors qu’on nous avait annoncé -1° ! »

Jean-Jacques Dubourdieu réagit aussi en tant que Président de l’Organisme de Défense Sauternes-Barsac face à ces annonces : « tout cela est très bien…

Jean-Jacques Dubourdieu dans les chais de Reynon en septembre 2020 © JPS

Face à un impondérable, que l’Etat nous aide c’est très bien, mais j’estime qu’on le mérite, comme d’ailleurs nos collègues de la Vallée du Rhône, de Loire ou d’ailleurs en France… « Jean-Jacques Dubourdieu

Et d’ajouter : « En viticulture, on est de bons petits soldats, on représente tout de même 20% des actifs en Gironde, on fait vivre nos villages, on crée de l’emploi, on fait rentrer des devises et on est indélocalisable ! Au delà de la symbolique culturelle, Bordeaux a une symbolique économique et donc c’est justifié, on compte vraiment. »

CHOMAGE PARTIEL POSSIBLE

Concernant ces crédits d’urgence, une enveloppe devrait être débloquée sous 10 à 15 jours par le biais des préfets pour les exploitations les plus en difficultés. « En terme d’urgence pour la viticulture, le gel a gelé des vignes mais par le vin, le sujet est la conséquence économique du gel et est donc décalé dans le temps. On a appris hier que des mesures de chômage partiel pourraient être mises en place pour les entreprises sinistrées, car quand les vignes ont gelé, le travail d’avril va être décalé plus tard et il va y avoir beaucoup de travail à venir… »

Bernard Farges en mai 2018 © JPS

On avait besoin d’avoir accès au chômage partiel pour les entreprises viticoles sinistrées, et ça c’est acquis », Bernard Farges, président du CIVB.

En terme d’urgence, ce sera décalé et ça concernera 2022, on peut néanmoins considérer que des mesures d’urgence pourront compenser la perte de jeunes plants détruits par le gel, sinon l’effet économique du gel est décalé, ce qui n’enlève rien aux difficulté économiques du moment liées au covid et à la crise de commercialisation.  »

Pour les exploitations le plus impactées, il a été précisé par le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie, pour qui « les agriculteurs viennent de vivre la pire catastrophe agronomique depuis le début du XXIe siècle », que « les aides seront proportionnelles aux pertes, et ce avec des données précises de déclarations de récoltes », ajoute Bernard Farges.

« Il y aura une exonération de charges, avec une année blanche en terme de cotisations sociales qu’il reste à préciser, est ce que cela va s’appliquer dès 2021 ou 2022…Ce qui est particulier, c’est l’accès au fond de calamité agricole, que l’entreprise soit assurée ou non assurée, le fond devrait s’appliquer, on va examiner les baisses de chiffre d’affaire, baisses qui seront compensées par le fond de solidarité. »

« Il y aura aussi une exonération de taxes foncières sur le non bâti fonction de la perte et de la sinistralité, commune par commune, évalué par les services de l’Etat ».

Du côté des services de l’Etat, ce matin il a été précisé que des réunions sont programmées en ce début de semaine et la Préfète Fabienne Buccio se rendra sur le terrain jeudi matin dans un château du Pian-Médoc pour revenir sur ces dispositifs d’aides.

Tout est bon pour réchauffer les jeunes pousses, parfois du foin, parfois du bois aussi…nuit du 7 avril © JPS

DES IDEES POUR FAIRE FRONT FACE AUX PROCHAINS EPISODES DE GEL

Quant au moral et à la foi des viticulteurs, ceux-ci font face. « Là, c’est sûr c’est très dur à Sauternes, sur le moral », commente Luc Planty. « On avait besoin de faire une belle récolte…On avait déjà connu la grêle en 2018 (95% de Guiraud grêlé), le jour de la coupe du monde de football: on a gagné la coupe mais on a perdu la récolte. On travaille avec la nature, il faut l’accepter, on n’a pas le choix. »

Déjà ils pensent à des solutions face à ces épisodes de gel à répétition avec le changement climatique.

Il va falloir réfléchir à des tailles plus tardives, même si tu ne peux pas tout faire la veille car ce n’est pas possible de tailler uniquement en mars, cela prend du temps… », commente Jean-Jacques Dubourdieu.

Celui-ci redoute aussi que les aides « en terme sonnantes et trébuchantes par rapport aux pertes réelles » arrivent tardivement car d’abord l’Etat va aider les arboriculteurs qui ont perdu toute leur récolte. « Nous il faudra attendre après les vendanges pour estimer nos pertes réelles, j’espère qu’il va rester quelque chose… Je ne crois pas au père Noël mais j’espère qu’on sera aidé car notre tissu économique a été soudoyé par le covid, les taxes Trump, les méventes en 2019 avec le mouvement des gilets jaunes; on comptait sur le millésime 2021 pour se relancer…Là on pourrait ne faire qu’entre 1/3 ou la moitié d’une récolte, avec la repousse… »

Depuis 2016, on ne compte plus les événements climatiques à répétition dans le bordelais, entre le gel, la grêle, le mildiou, sans parler des méventes… Le vigneron doit avoir le coeur bien accroché…

17 Avr

Gel en France : Jean Castex annonce une « aide significative de l’Etat à hauteur d’un milliard d’euros car la situation le justifie »

En déplacement ce matin sur une exploitation meurtrie par le gel de ces derniers jours, le Premier Ministre Jean Castex a annoncé la solidarité du gouvernement et un plan de soutien aux exploitations agricoles, arboricoles et viticoles. 

En visite ce matin sur un domaine viticole sinistré de l’Hérault, le Premier Ministre Jean Castex a annoncé « une aide significative de l’Etat à hauteur d’un milliard d’euros car la situation le justifie… »

« Il y a d’abord des mesures d’urgence (qui vont être prises) et notamment une année blanche pour les cotisations sociales pour tous les agriculteurs concernés, il y aura également un dégrèvement de la taxe foncière pour toutes les exploitations concernées et nous allons également débloquer des crédits d’urgence ».

Ces épisodes de gel qui se sont déroulés sur une quinzaine de jours depuis début avril ont violemment touché l’ensemble des régions viticoles de France mais aussi toutes les exploitations arboricoles, augurant d’une des productions ses plus impactées depuis 50 ans, avec les gels de 2017 et 1991 pour les exploitations viticoles notamment.

Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA, avançait en milieu de semaine des pertes estimées à 2 milliards d’euros de chiffre d’affaire en moins.

Stéphane Derenoncourt : « le 2020 est un très bon millésime »

Stéphane Derenoncourt, consultant en viticulture et vinification, propriétaire du Domaine de l’A, livre à Côté Châteaux ses premières impressions sur le millésime 2020 qui est actuellement sorti en primeurs et se fait déguster à Bordeaux mais aussi à l’étranger avec l’envoi d’échantillons. Il est l’invité de Parole d’Expert.

Stéphane Derenoncourt, dans son chai du Domaine de l’A, en novembre 2020 lors du Palmarès Castillon © Jean-Pierre Stahl

Jean-Pierre Stahl : « Bonjour Stéphane, le 2020 on a envie de dire que c’est un millésime quelque peu sauvé du gel… On a vu le phénomène cette année recommencer de manière intense début avril et compromettre une bonne partie des récoltes par endroits. On a l’impression que le réchauffement en 2020 et 2021 a favorisé la précocité et du coup le danger avec le gel… »

Stéphane Derenoncourt: « Effectivement, il y a eu des producteurs qui n’ont pas réussi à produire, notamment en Pessac-Léognan; il y a eu un épisode très froid en début de campagne…. On a assisté à un hiver relativement doux et pluvieux, ce qui a favorisé un débourrement précoce. J’ai effectivement quelques souvenirs de gelées de manière jalouse, c’est une des conséquences du réchauffement climatique ».

« On assiste en fait à 2 saisons: d’un côté un hiver et un printemps doux et pluvieux avec de grosses pressions maladies avec notamment le mildiou cela a été compliqué et la floraison n’a pas été super… Et de l’autre un été très sec à partir de fin juin, une grande sécheresse avec des vignes qui ont accusé le coup fin  juillet, avec fort heureusement quelques pluies au mois d’août…Il y a d’ailleurs eu 4 fois plus de pluies rive gauche (100 mm) par rapport à la rive droite où il n’est tombé que 25 millimètres ».

« En septembre, on a goûté les raisins, on a eu peur d’un millésime très solaire comme le 2003, avec des degrés et des maturités qui augmentaient…Mais finalement, on a pu vendanger à sa guise, sur pratiquement 3 semaines, on a pu amener les parcelles là où on voulait et on a eu ce luxe-là. A Bordeaux, on vendange souvent vite car ça peut partir en sucette… Mais, là non. »

JPS : « quelles sont alors les caractéristiques de ce millésime 2020 ?

Stéphane Derenoncourt:

2020, c’est une très très grande surprise, quant à l’identité des vins. On a des vins extrêmement frais, des tanins mûrs mais très doux, enveloppés, pas fatiguants  jolis, qui ont gardé énormément de fraîcheur » Stéphane Derenoncourt.

« Et là, c’est la rançon du travail du vigneron avec une bonne gestion des sols, tu ne vois plus de sols nus…Cela favorise un enracinement profond et c’est bénéfique pour le millésime… »

« On a un caractère très identitaire. A Pomerol, on trouve des vins charnus, très jolis, à Saint-Emilion c’est plus droit, des vins crayeux, plus salins dus à l’identité du calcaire, c’est un peu vrai aussi pour Pessac-Léognan, à Saint-Julien on retrouve ces graves fines… »

« A Bordeaux, c’est de plus en plus assumé, on assiste à un changement de style, pas de grosse surmaturité et beaucoup moins d’extraction, on n’est pas gêné par le côté boisé, on a des vins assez équilibrés, assez justes. On a plus de buvabilité, d’accessibilité et moins de maquillage qu’autrefois… »

JPS : « Ces dernières années, il y avait la dégustation des primeurs de la Grappe, des vins de propriétés que vous conseillez, mais comme l’an dernier la version traditionnelle ne se tiendra pas, comment vous organisez vous finalement ?

Stéphane Derenoncourt: « Nous, on a organisé une logistique pour envoyer des bouteilles aux dégustateurs étrangers, avec une synthèse du millésime écrite et possibilité d’échanger en visio pour parler du millésime ».

« Pour ceux qui peuvent venir, comme les Européens, on arrive à organiser à Sainte-Colombe au Domaine de l’A, des dégustations dans le respect des consignes sanitaires, dans 3 salles. Finalement, on va recevoir pas mal de monde entre fin mars et fin avril, et c’est ouvert aux négociants et aux courtiers.

JPS : « Là, on enchaîne 3 années assez exceptionnelles, peut-on faire un rapprochement aussi avec les 2008, 2009, 2010 ? J’ai envie de dire c’est une succession de trilogies avec encore les 1998, 1999, 2000 et encore avant les 1988, 1989 et 1990… »

Stéphane Derenoncourt : « c’est vrai, c’est assez juste et un peu plus homogène dans la qualité. En 2008, c’était très frais, 2009 très solaire et 2010 mûr et frais. On retrouve cela aussi 10 ans plus tôt. Et puis en 88, 89, 1990 on a retrouvé une homogénéité. 

« En 2018, 19 et 20, ce sont des millésimes sans excès de style, on retrouve le traditionnel équilibre bordelais, avec de la maturité, de la fraîcheur, les 3 sont réussis, avec pas de gros rendements, comme pour ce 2020 où la floraison n’était pas géniale, beaucoup de sécheresse des peaux épaisses et peu de jus. »

JPS: « Au final, s’il fallait résumer ce 2020, est-ce un grand millésime ?

Stéphane Derenoncourt: « C’est le millésime de la surprise, un grand millésime de fraîcheur, mais pas un grand grand, c’est un millésime de riches qui a demandé beaucoup de moyens à la vigne, pour certains, il y en a qui vont afficher des vins meilleurs que 2019. On a 18, 19 et 20, plus ou moins, de même calibre, incontestablement ces 3 millésimes font partie des réussites de la décennie. Globalement, 2020 est un très bon millésime. »

15 Avr

Gel de la vigne : la chambre d’agriculture de la Gironde dresse la carte des dégâts hétérogènes sur le département

La Chambre d’Agriculture a répertorié les dégâts provisoires avec ses conseillers et établi une cartographie des zones les plus touchées avec forcément les températures les plus basses relevées. Les secteurs des Graves, de Sauternes et du Sud-Gironde ont été fortement abimés, ainsi qu’une partie vallée de la Dordogne et du Nord-Gironde. Toutefois la chambre attend le 15 mai pour dresser un bilan plus complet avec les contre-bourgeons qui vont sortir.

« Avec nos conseillers sur le terrain, depuis la fin de semaine dernière et ce début de semaine, on approche les 1000 relevés; il y a une similitude très forte entre les dégâts constatés et la carte des températures minimales du mois d’avril », commente Philippe Abadie, directeur du Pôle Entreprises à la Chambre d’Agriculture de la Gironde.

Dégâts des vignes, épisodes gélifs 2021 © Chambre d’Agriculture de la Gironde

Ce jeudi en fin d’après-midi, la Chambre d’Agriculture a ainsi dévoilé la carte des dégâts provisoires dus au gel, arrêtée au 15 avril, où l’on distingue bien des zones très meurtries, comme indiquées dès la semaine dernière dans les précédents articles du blog, à savoir les Graves, Sauternes et Barsac et le Sud-Gironde, mais aussi une partie du Nord-Gironde dans le Blayais et les Côtes de Bourg où souvent le gel a touché 80% des vignes…Des zones où les températures sont descendues en dessous de -4° lorsque l’on regarde aussi la carte des températures minimales relevées.

C’est un gel précoce de début avril, différent des gels généralisés et plus tardifs de 2017 et 1991 à une période où toute la végétation de la vigne était sortie », Philippe Abadie, Chambre d’Agriculture de la Gironde.

« Là toute la végétation n’était pas sortie sur tout le vignoble, et même si une plante a été gelée, un contre-bourgeon peut repartir et compenser partiellement la production perdue ».

Nous sommes très prudents pour avancer une estimation précise, mais nous le ferons dans la 2e quinzaine de mai, quand toute la végétation aura démarré…

Petit rappel, en 2017, après la vendange la perte de récolte a été de près de 40%, en 1991 de 50%, c’est un phénomène différent intervenu fin avril mais celui-ci de début avril qui a été très violent par endroits peut laisser espérer une repousse partielle d’où la prudence de la Chambre d’Agriculture. « Cette fois-ci on peu les plus fortes baisses de températures et des dégâts importants sur les Graves, Sauternes, le Sud-Gironde, la vallée de la Dordogne des bords de Saint-Emilion à Sainte-Foy-la-Grande et au Nord-Gironde ».

Gel d’avril, la note sera salée : au moins 2 milliards d’euros de pertes pour la viticulture

Un tiers au moins de la production viticole française “sera perdu” à cause de l’épisode de gel, ce qui représente “à peu près deux milliards d’euros de chiffre d’affaires en moins” pour la filière, a déclaré mercredi à l’AFP la FNSEA.

Dégâts sur les jeunes pousses de la vigne © Sophie Aribaud

“Avec mes collègues, nous avons fait le tour de tous les bassins de production, avec les interprofessions, les chambres d’agriculture, les coopérateurs, les vignerons indépendants”, a indiqué Jérôme Despey, viticulteur dans l’Hérault et secrétaire général de la FNSEA. « Cette estimation est une consolidation de remontées professionnelles », a-t-il expliqué.

La semaine dernière, la France a connu un épisode de gel très sévère qui a touché les vignobles, mais aussi les vergers et certaines cultures. C’est “probablement la plus grande catastrophe agronomique de ce début de XXIe siècle”, selon le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie.

“C’est une période très difficile pour le monde agricole”, a souligné Jean-Marie Barillère, président du Cniv, qui réunit les interprofessions des vins à appellation d’origine et à indication géographique.

Avec AFP

13 Avr

Figeac : la renaissance de ce 1er grand cru classé de Saint-Emilion avec son somptueux chai

Figeac, un nom mythique à Saint-Emilion. Le nom d’un 1er grand cru classé, 54 hectares dont 41 de vigne qui vient de terminer des travaux titanesques qui ont duré 30 mois et coûté quelques 15 millions d’euros. Tour d’horizon avec la famille Manoncourt qui me sert de guide et Frédéric Faye, le directeur général du château. Ce chai et cette histoire seront dans le prochain Côté Châteaux spécial nouveaux chais du bordelais en mai prochain sur France 3 Noa.

Une partie de la famille Manoncourt devant la bâtisse historique de Château Figeac © JPS

« Bonjour Jean-Pierre, je suis heureuse de vous recevoir, bienvenue, bienvenue à château Figeac ! Je vous présente Blandine, une de mes filles, Hortense, une autre de mes filles… La famille est ici depuis 1892,ce n’était pas un millésime terrible mais 1893 était très très bon », commente la maman  Marie-France Manoncourt. « Figeac vit depuis très longtemps avec ce nom de figeacus qui date d’un Romain qui était dans les lieux…au 2e siècle… »

Et Blandine de Brier-Manoncourt de me montrer cette cloche qui fait partie intégrante de la famille et des traditions dans ce magnifique château : « c’est la cloche qui permet d’appeler les enfants et les membres de la famille à passer à table… Quand c’est prêt, en général on nous appelle comme cela, ce qui est amusant car cela date d’avant le téléphone portable, mais on utilise toujours la cloche parce qu’on l’aime bien, on y est attaché… »

Blandine de Brier-Manoncourt, Marie-France Manoncourt et Hortense Idoine Manoncourt © JPS

« Depuis bientôt 2 millénaires, il y a toujours eu des constructions à Figeac », commente Hortense Idoine Manoncourt. « Cela a toujours évolué et à un moment donné, il faut savoir se mettre à la page… » Et Marie-France de me montrer le magnifique portail qui ouvre sur le tout nouveau chai de Figeac : « vous voyez cette frise, elle a été dessinée par mes petites filles, pendant le confinement, elles se sont rendues utiles durant le 1er confinement avec ce côté artistique, avec aussi l’ajout de la chèvre et du lion, emblèmes de la famille aussi. Et suivant la lumière cette frise rayonne de façon différente…

Le portail du nouveau chai avec ses lettres découpées au laser et la frise réalisée par les enfants Manoncourt © JPS

Durant 30 mois, château Figeac a engagé des travaux dantesques, avec pas moins de 50 entreprises, des travaux sous l’égide du cabinet d’architectes bordelais A3A, pour un montant de 15 millions d’euros. « Le plafond est une vague qui fait son petit effet et nous sommes très contents d’avoir utilisé le bois, la pierre, l’acier, des beaux matériaux…Nous n’avons utilisé que des entreprises régionales, ça cela nous faisait plaisir…« commente Marie-France Manoncout.

L’extérieur du nouveau chai en partie enterré © JPS

« Nous entrons maintenant dans le cuvier de château Figeac », explique à son tout le directeur général Frédéric Faye. « Nous avons profité du relief collinaire de la propriété pour l’intégrer dans le sol, puisque 63% du projet se trouve sous le niveau du sol. Il était important pour nous d’équipe avec la dernière technologie l’ensemble de cet outil, mais toutefois cette technologie est cachée car ce n’est pas cela qui fait un grand vin, c’est la qualité du terroir de château Figeac ».

Le chai de Figeac, doté de 32 cuves inox et 8 cuves bois © JPS

Toutes ces cuves ont été faites sur mesure, 32 cuves inox et 8 cuves bois, en relation avec nos parcelles voire nos intra-parcelles… » « Nous avons demandé au tonnelier Seguin-Moreau de nous mettre 2 douelles transparentes qui permettent d’observer ce qui se passe dans la cuve. Personnellement, j’aime beaucoup au moment de la fermentation, coller mon oreille contre la cuve car on entend tous les glouglous de ce qui se passe lors de la transformation des sucres en alcool. »

A l’étage, « nous sommes ici au dessus du cuvier bois, et une part d’innovation pour nous est liée à l’ergonomie et à la qualité de travail pour le personnel. Pour preuve ici un couvercle qui est manipulable par une seule personne… L’entreprise qui a créé cette cuve a fait appel à une entreprise qui travaille pour le théâtre et qui utilise des contre-poids. » « Cela a démarré par quelque chose qui est très tourné vers mle process, le confort de travail et le confort aussoi de la vie sur Figeac…Figeac, ce n’est pas seulement un vignoble, c’est un ensemble, avec une famille qui vit dans le château, une équipe qui travaille juste à côté dans les chais »

« Là, nous allons présenter, l’âme, la mémoire de Figeac, dans ce caveau qui est dédié à l’ensemble des millésimes, le plus ancien remonte à 1893, premier millésime de la famille Manoncourt… »

Et de passer à la partie dégustation commentée par Frédéric Faye, dans la magnifique salle qui surplombe le grand chai flambant neuf: « château Figeac 2015, très grande réussite, superbe réussite, solaire dans le bordelais, où Figeac révèle toute la fraîcheur toute la subtilité de ses graves, avec des fruits rouges, des fruits noirs, des épices… »

« On construit un chai pour durer, on fait des vins pour durer, Figeac s’inscrit dans un temps long »,  Blandine de Brier-Manoncourt.

Un toast avec le millésime 2015 en l’honneur de Figeac © JPS

Et de porter un toast, « au nouveau chai, longue vie à Figeac », « bravo à l’équipe », remercie Marie-France Manoncourt.

11 Avr

Retour sur le gel en 20 photos : un épisode fâcheux pour tout le vignoble à Bordeaux comme partout en France

Alors qu’un nouvel épisode ce gel pourrait se dessiner en début de semaine, après un week-end en partie pluvieux, les viticulteurs ont déjà subi de lourdes pertes ce mercredi et ce jeudi à Bordeaux, mais aussi dans d’autres vignobles de Bourgogne, Champagne, Loire, Alsace, Languedoc, etc… Retour en photos sur ce moment tragique à l’heure du réchauffement climatique qui avec l’avancement de la pousse de la vigne prend les vignerons au dépourvu.

La lutte contre le gel en allumant des bougies dans les rangs de vigne, ici avec Marine Bossuet au château Grand Corbin-Despagne à Saint-Emilion © JPS

Tout est bon pour réchauffer les jeunes pousses, parfois du foin, parfois du bois aussi…5h30 à Saint-Emilion, mercredi © JPS

9000 bougies disposées au château Figeac à 7h15 au Château Figeac © JPS

Louis, François et Gérard Despagne 3 générations de vignerons sur le front du gel © JPS

Des éoliennes, brassant de l’air chaud pour tenter de réchauffer l’atmosphère au sol © JPS

La famille Despagne et son équipe engagés durant 10h durant la nuit de mardi à mercredi sur les parcelles de Grand Corbin Despagne © JPS

Au Château Figeac, 1er cru classé B de Saint-Emilion, Frédéric Faye directeur a rassemblé 35 personnes pour combattre le gel © JPS

La lutte contre le gel au château d’Arche © Daniel Detrieux

Bougies, feux de paille mais aussi hélicoptères à Saint-Emilion © JPS

Apocalypse Now à Saint-Em… © JPS

Au château Badette à 8 heures, ce mercredi matin, un hélicoptère a pu réchauffer l’atmosphère © JPS

Encore une soirée de lutte et des températures très froides au petit matin de jeudi © Sophie Aribaud

Moins 3° à Chablis à 8 heures du matin mardi chez © Daniel-Etienne Defaix

Les dégâts dus au gel de mercredi, feuilles brunies en milieu de matinée © Nicolas Lesaint

Dégâts sur les jeunes pousses de la vigne jeudi, en train de flétrir © Sophie Aribaud

De l’aspersion à la Tour Carnet pour protéger la vigne © ODG Médoc Haut Medoc Listrac

Un jeune vigneron de 22 ans © Thomas Fernandez a perdu 13 hectares à 100% et 3 hectares à 50 % sur les 23,80 hectares de sa propriété. Il a lancé une cagnotte pour l’aider à passer ce mauvais cap et éviter de mettre la clé sous la porte…

Les vignerons et leurs équipes ont été beaucoup sollicités la semaine dernière © Sophie Aribaud

Scène de réchauffement dans le vignoble de Bommes, avec Rayne Vigneau au fond © Daniel Detrieux

-6° deux matinées de suite dans les endroits les plus froids en Gironde © Nicolas Lesaint