16 Déc

7e Bordeaux Tasting : un peu moins de monde que l’an dernier, mais avec toujours autant d’engouement des amateurs de vin

La 7e édition de Bordeaux Tasting va refermer ses portes sur un bilan toujours aussi positif, malgré une légère baisse de fréquentation estimée à 15%, avec 6500 visiteurs. Les 200 châteaux et domaines ont tous répondu présent, à l’exception d’un, dans le contexte social que l’on connaît. Une offre de découverte de 700 vins d’un très grand niveau a fait de ce festival de la dégustation d’avant les fêtes un événement réussi.

Lionel et Carole Peyrout du château Lafargue © JPS

 « Les châteaux ont montré leur présence et leur fidélité à Bordeaux Tasting »… Par ce premier commentaire, Rodolphe Wartel a été d’emblée rassuré quant au succès à nouveau espéré. « Sur les 200 propriétés inscrites, il n’y a eu qu’un seul désistement, dans le contexte de mouvements sociaux actuels ». Bordeaux Tasting n’aura pas fermé ses portes, comme redouté la veille, avec la manifestation de gilets jaunes partie de la place de la Bourse. Les acteurs ont été à la hauteur, tant au niveau du « réacteur (les grands Bordeaux et pépites) au Palais de la Bourse, que des ambassadeurs et des champagnes à l’espace Saint-Rémi ». « Le spectacle a eu lieu, pour nous c’est l’essentiel »,me confiait Rodolphe Wartel à 13 heures, s’attendant encore cet après-midi à de nombreux dégustateurs. « Le visitorat en baisse de 15% par rapport à l’an dernier où nous avions enregistré 7600 personnes, mais c’était beaucoup ». Cette année on revient à un nombre normal. « On a vu aujourd’hui pas mal de professionnels, en plus du public d’amateurs : des cavistes et restaurateurs. Pour la 1ère année, on avait investi la maison Darnauzan pour présenter les bio, entre 800 à 1000 personnes y sont passées. En tout cas on est très content d’avoir réussi à monter Bordeaux Tasting avant tout. »

Comme à chaque édition, il y avait  de nouveaux venus, comme le château Lafargue en Pessac-Léognan. Carole et Lionel Peyrout s’estiment « contents, on a eu du monde notamment hier, plus que ce à quoi nous nous attendions. Les gens sont en recherche d’histoire de la propriété, ils viennent chercher une relation avec le viticulteur, pas que pour la dégustation et pour nous c’est appréciable. Ils sont ainsi la 5e génération à avoir repris le château Lafargue, c’est l’arrière-arrière grand père de Carole, Pierre Benjamin qui avait créé la propriété en 1920 on va bientôt fêter le centenaire… »

Arnaud Thomassin du château de France et Shanaelle, future oenologue © JPS

Autre château de Pessac-Léognan qui a retrouvé des couleurs et le sourire : le château de France qui faisait déguster son blanc 2016, et en rouge Coquillas 2016 et château de France 2015. Cette année 2018 on a eu une belle récolte sur les 2 couleurs. On est content, après 2 années 2016 et 2017 où on avit subi le gel (70% de récolte en moins en 2017), commente Arnaud Thomassin. « On a fort heureusement échappé au mildiou, dans une année compliquée entre maladie et sécheresse, on a bien géré. » « Notre actualité, c’est surtout d’avoir obtenu la certification HVE niveau 3 : on fait attention à la biodiversité et à l’environnement au niveau des pratiques vitcoles et culturales, par le biais du système SME de Bordeaux. »

Guy Charneau et Bernard Magrez © JPS

Autre pilier et grand Monsieur de Bordeaux, Bernard Magrez qui se fait un point d’honneur chaque année à présenter ses 4 crus classés Pape-Clément, Fombrauge, la Tour Carnet et Clos Haut-Peyraguey, avec les Chênes verts en prime. Bernard Magrez curieux de nature a pu aussi découvrir des pépites : « il y a des choses magnifiques ici, de belles découvertes, comme un Pic Saint-Loup que j’ai goûté à l’étage (Château de la Salade), c’est très très bon. »

Jean-Marie, Pascalline et Pauline Villier sur le stand du château d’Arche © JPS

Le public, cette année encore était ravi des vins proposés et des découvertes, comme Jean-Marie de Bègles venu avec une amie Pascaline. C’est pour lui la 3e édition, « c’est très très bien, on peut déguster beaucoup de vin qu’on n’a pas forcément l’habitude de boire », me précise-t-il en face du château d’Arche qui faisait déguster ses 1997, 2013 et 2015 avec Pauline Villier.

Une chose est sûre, ce Bordeaux Tasting avait une autre saveur que celui de 2017 qui s’inscrivait après un gel conséquent qui a fait perdre 40% de récolte à Bordeaux. « Ce millésime 2018 est très bon, un très grand millésime pour ceux qui ont du vin (c’est vrai que certains ont été pas mal impacté par le mildiou), commente Jean-François Quenin du château de Pressac à Saint-Emilion. « La floraison a été rapide chez nous, en une semaine, ce qui s’est traduit par du qualitatif. On a eu un peu de mildiou comme tout le monde, mais les vendanges étaient idéales. On est très optimiste sur le résultat. »

Frédérique Bouyer et Jean-Charles Trocard du Clos Dubreuil, et des vignobles JL Trocard © JPS

Parmi les pépites dégustées, il y avait aussi le Clos Dubreuil. Un vignoble de 6,5 hectares sur le plateau calcaire de Saint-Emilion à Saint-Christophe -des-Bardes, propriété de Benoît et Jean-Charles Trocard. Une propriété travaaillée au chzeval, on cherche à réduire nos impacts avec les traitements, on y fait des vendanges manuelles avec table de tri. L’encuvage se fait également par gravité. On réalise des rendements de 35 à 40 hectares, pas plus.On vend nos 15000 bouteilles 70% à l’étranger et le reste en ente directe à destination des CHR et cavistes », commentait Jean-Charles Trocard.

10 Nov

Nouvelle tendance : ces vignerons qui débarquent à Bordeaux et ouvrent leur bar à vin

C’est « un château en ville » qui a ouvert le bal il y a un an rue Saint-James. Aujourd’hui, Tutiac ouvre un tout nouveau Bar à Vin également central à Bordeaux : le Tutiac Direct Wine Bar. Comment ces vignerons décident de faire bouger les lignes et se diversifient. Côté châteaux vous dévoile leur démarche.

Le chef Frédéric Coiffé, Laurent Querion, Arnaud Courjaud vice-présidents de Tutiac, et Damien Malejacq responsable marketing © JPS

Attention, c’est une machine de guerre qui a décidé de frapper fort en ouvrant ce jour le Tutiac Direct Wine Bar, le premier bar à vin de coopérateurs en France. En circuit court, en direct !

L’ouverture était annoncée depuis plusieurs mois sur la vitrine cours Alsace-Lorraine © JPS

Tutiac, c’était jusqu’à récemment cette coopérative aux 450 adhérents, 4000 hectares de vignes, qui produit 220000 hectolitres, soit 30 millions de bouteilles à l’année.

Le lieu est vraiment proche de l’un des emblèmes de Bordeaux © JPS

Mais Tutiac s’est rapproché des caves d’ Unimédoc, de Lugon et de Sauternes, ce qui lui donne encore plus de puissance: « aujourd’hui, on produit 320000 hectolitres, l’équivalent de 40 millions de bouteilles… »

Au centre Eric Hénaux, le directeur de Tutiac, entouré de l’équipe du Wine Bar © JPS

Avant on produisait du vin de Blaye en vrac, puis du Blaye en bouteilles, et désormais on produit du vin dans 15 appellations de Bordeaux, on veut être une marque qui soit crédible sur la place de Bordeaux« , Eric Hénaux, directeur de Tutiac.

Bar à vin et caviste en même temps © JPS

« Tutiac compte désormais 650 viticulteurs sur 6000 hectares, on impacte la vie de 1500 familles ».

Cela faisait un moment que cette idée originale d’ouvrir un bar à vin central à Bordeaux leur trottait dans la tête.Tout s’est fait rapidement depuis février et en quelques mois, un superbe bar à vin traversant entre le Cours Alsace Lorraine et la place qui donne sur la Porte Cailhau, a vu le jour, un investissement de 500000 €.

« On a fait appel à l’agence Versions qui a réalisé les magasins pour Comtesse du Barry, on essaie à chaque fois de s’appuyer sur des gens dont c’est le métier ».

Après avoir réalisé son marathon de soirées inaugurales avec les salariés (mardi la 1ère à laquelle Côté Châteaux participait en primeur), les clients, les journalistes, les étudiants de Kedge, c’est aujourd’hui le grand jour, l’ouverture au grand public.

C’est le 1er bar à vin de coopérateurs en France. Un projet un peu fou. On veut toujours être en avance sur les tendances, avec un rapport qualité-prix juste. C’est du circuit court en plein coeur de Bordeaux. » Damien Malejacq responsable marketing.

Cela va être un bar à vin de producteurs, ce sont des vignerons qui sont derrière ce projet là. Tutiac affiche quelque 50 références, auxquelles s’ajoutent une quarantaine d’autres caves coopératives d’autres régions viticoles comme Vinovalie, Alliance Loire, Nicolas Feuillate, ou Wolfberger (2 à 3 référence par coopérative) : « ce sont les vins de coop…ains » me précise Eric Hénaux.

Le chef Frédéric Coiffé participe à cette nouvelle aventure de Tutiac © JPS

Derrière le zinc, il y a aussi un chef Frédéric Coiffé, avec pour objectif de « changer de la restauration traditionnelle, même si à midi il y aura un menu du marché à 16€, on ne va travailler qu’avec desd poroducteurs du Sud-Ouest comme les produits de Louis Ospital, d’autres aussi de la charcuterie Sylvain Andrieux, etc… mais c’est ici le vigneron la star. Il va y avoir des vignerons partout, avec des portaits accrochés au mur et avec un écran plat qui va projeter le travail de ces vignerons coopérateurs. » Des vignerons, qui tous affichent au minimum un label de développement durable HVE2 ou HVE3. « On veut montrer avec les vignerons de Tutiac que ce projet est possible et servir de modèle aux autres vignobles français », poursuit Damien Malejacq.

Cette démarche est assez innovante, même si depuis plus de 10 ans, ils ont compris qu’il fallait aller chercher le goût du consommateur, là ils vont chercher l’amateur de vin, qui ne fait pas toujours la démarche de se rendre dans les propriétés ou à la cave coopérative.

Le but, il est là, c’est de partager avec le consommateur, comment ça se passe à la vigne, comment on fait du vin, c’est vraiment de l’échange à 100%

Estelle Roumage, la première à avoir eu l’idée de rapprocher son château de Bordeaux © JPS

La pionnière a tout de même été Estelle Roumage, 5e génération de vignerons dans l’Entre-Deux-Mers. Avec son château Lestrille, elle a décidé de s’implanter juste à côté de la Grosse Cloche, rue Saint-James, en créant « un château en ville », un nom original où tout est dit.

Dans son chai à barriques, la vigneronne Estelle Roumage au château Lestrille à Saint-Germain-du-Puch © JPS

Estelle Roumage avait pourtant de quoi s’occuper avec ses 45 hectares de vignes à Saint-Germain-du-Puch où elle produit la moitié en blanc et rosé et l’autre moitié de vin en rouge (en cuve, en barriques et avec une cuvée supérieure le Secret de Lestrille, 100% merlot élevé en barriques de chêne, en bois neuf).

Une ambiance de chai avec ces tonneaux comme table, avec Joël Bureau, Diane et Jacqueline © JPS

Estelle Roumage a repris cette propriété familiale créée par son arrière-grand-père en 1901, au moment où celle-ci fêtait son centenaire en 2001. Depuis elle a su la faire avancer, améliorer encore la qualité de ses vins et se remettre totalement en question : « on a au château une boutique qui fonctionne bien, mais parfois les bordelais ne viennent pas jusqu’à nous alors on est venu à eux ».Et depuis le 1er décembre 2017, elle a su aménager un petit nid douillet réalisé par un brillant architecte de Libourne, Alain Arnaud, où elle propose, pour agrémenter ses vins, des planches de légumes et fruits frais, de charcuteries et fromages, mais aussi des assiettes d’huîtres,… servies par Mathieu Bureau et Jan Braun. Un château en ville qui a réussi à trouver ses marques et qui est ouvert du mercredi au dimanche midi, avec ses formules qui plaisent.

On a du mal à attirer les bordelais, et on s’est dit puisque eux ne se déplacent pas vers nous, à nous de nous déplacer vers eux…Ce n’est pas un bar à vin classique, c’est vraiment le château qui s’est déplacé en ville. C’est un plus que l’on apporte, le côté local et en direct. » Estelle Roumage, château Lestrille.

a

Alain Arnaud, Guillaume Puyo et Marie-Pierre Cosquier

Mes grand-parents étaient viticulteurs, et je retrouve ici l’ambiance, cela a un côté magique », Alain Arnaud.

L’originalité, c’est non seulement de trouver tous les produits du château Lestrille, de pouvoir les déguster à moindre coût en mangeant (avec une licence 2), de voir accroché au mur toute l’histoire de la famille Roumage dans la vigne depuis Eugène l’ancêtre.

 

Estelle Roumage et sa team Mathieu Bureau et Jan Braun de « un château en ville » © JPS

Et puis comme dit Estelle, cela permet de mieux passer certains moments délicats dans le vigne, car avec toutes ces intempéries, en 5 ans elle a perdu quasiment une récolte et demi. Pareil, pour Tutiac qui a perdu 30% avec la grêle du 26 mai dernier, « on a perdu 60000 hectolitres », selon Eric Hénaux.

Une nouvelle tendance et de belles initiatives saluées par Côté Châteaux, le blog du vin, qui prends le pouls de l’actu viticole.

Et pour être complet, le tout premier à avoir lancé l’idée, c’était François des Ligneris, du château Soutard qui avait ouvert l’Envers du Décor à Saint-Emilion, repris depuis par la famille Perse et Ronan Kervarrec.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Pascal Lécuyer, Xavier Granger, suivi de la chronique de Frédéric Lot :

01 Oct

Vendanges de l’UBB : ça envoie du lourd en Côtes de Bourg !

C’était ce matin le traditionnel décrassage d’après-match pour les joueurs victorieux de La Rochelle. Mais pas n’importe lequel, un peu physique, eh oui les beaux gosses et molosses ont dû encore se baisser pour ramasser non pas le ballon ovale mais la baie bien ronde.

« Je m’appelle Adrien Pélissié, je suis talonneur à l’UBB, c’est ma 2e saison ». « Cyril Cazaux, je joue 2e ligne » ou encore « Lucas Méret, ouvreur à l’UBB Rugby », ils sont venus, ils sont tous là comme aurait pu chanter le Grand Charles Aznavour qui vient de nous quitter, mais à l’heure du reportage, les joueurs n’avaient pas appris la nouvelle, sinon pour sûr ils auraient entonné l’un  de ses tubes.

Ah, là il y a de sacrés molosses, des colosses, c’est très impressionnant de les voir avec nous, on mesure vraiment les athlètes qu’ils sont », Cyril Jourdan du château Eyquem.

UBB et Côtes de Bourg ensemble pour gagner… le match face au merlot… © JPS

Comme de l’accoutumée, ils sont venus, fidèles au poste, donner de leur temps, donner de leur image aux Côtes de Bourg, cette appellation partenaire qui les suit et les finance depuis 7 ans maintenant.

Ce château, comme d’autres en Côtes de Bourg, a été victime de la grêle du 26 mai dernier, sévèrement touché il ne va récolter que 10-20 % de ce qu’il devrait récolter, m’explique Xavier Carreau co-propriétaire. Un château de 33 hectares qui a une sacrée histoire qui remonte au XVIIe siècle, il a appartenu à un petit neveu de Michel Montaigne.

Même s’ils n’ont pas le temps de faire totalement le tour de la propriété et de son histoire, les rugbymen de l’UBB ne ménagent pas leur peine : « bon, moi ça va je suis jeune, donc ça va aller mais pour les anciens, ils vont avoir mal au dos avant la fin de la journée », me confie Lucas Méret, l’ouvreur de rang pour l’occasion.

Les coupeurs ne sont pas tous égaux, les grands sont un peu désavantagés : « j’ai un camarade en face de moi qui fait un boulot exceptionnel, on dirait qu’il a fait ça toute sa vie, pour ma part tout ce qui est en dessous de 59 cm au niveau du sol, j’ai du mal à voir » selon Cyril Cazaux.

La trentaine de joueurs revenus victorieux de leur match à domicile face à La Rochelle (34 à 22), avec une superbe première mi-temps, profite de ce moment de décrassage pour partager aussi un bon moment de rigolade, la pression du match retombée, ils ont ici ou là pressé quelques grappes. « Ca se passe très très bien les mecs bossent bien », commentent-ils non sans humour.

« Ils sont beaucoup plus sérieux que d’habitude, je suis très surpris, ils sont presque studieux », commente le président de l’appellation qui s’empresse d’ajouter « ils ne travaillent pas tous, ils sont un peu dissipés mais le raisin est dans le panier et je n’en n’ai pas vu beaucoup voler, c’est plutôt une bonne vendange. »

Même si quelques rangs ont été coupés, la photo de famille UBB-Côtes de Bourg sonnait l’union sacrée de sportifs et de vignerons imaginatifs.

Après le verre de l’amitié, une intronisation par L’Union de Guyenne en Côtes de Bourg attendait 4 ambassadeurs et responsables de l’UBB au nouveau bar à vins des Côtes de Bourg: Jefferson Poirot, le capitaine(depuis 7 ans à l’UBB), James Brock et Mahamadou Diaby, sans oublier le manager général

Rory Teague qui me confiait « on est très content d’être venus ici, c’est un plaisir et un honneur, après notre nouvelle et belle victoire des joueurs sur nos voisins charentais de La Rochelle. C’était un type de récupération un peu différent par rapport à d’habitude, mais ça fait du bien quand même. »

© Photos et article de Jean-Pierre Stahl

19 Sep

Début des vendanges en rouge à Pomerol : « un millésime sauvé des eaux »

C’était ce matin le coup d’envoi de la récolte des merlots au château la Conseillante à Pomerol. 32 vendangeurs sur le pont pour cueillir de très beaux raisins « sauvés des eaux » comme l’exprime Marielle Cazaux, la directrice, après un printemps très pluvieux, grâce à 3 mois de beau temps cet été, avec de la chaleur et des matinés plutôt fraîches.

Marielle Cazaux donne le top départ des vendanges en rouge au château la Conseillante © JPS

Ce matin c’est pour Marielle Cazaux enfin ce moment tant attendu, pour ses 4e vendanges au château la Conseillante : « c’est sûr, c’est un millésime qui s’annonce superbe, avec une réelle libération et une excitation et un enthousiasme incroyable »

Pour ce ban des vendanges en rouge ici à Pomerol, c’est en effet l’excitation des grands jours au château la Conseillante su ce terroir d’argile, de graves et de sable,  terroir typique et mythique du plateau de Pomerol.

« Aujourd’hui ça va être une grosse journée, on va couper deux hectares, donc je vais vous demander de faire attention, c’est la qualité en premier puisque nous sommes à Pomerol, » Marielle Cazaux directrice de la Conseillante.

Sur ce dommaine de 12 hectares, voisin de Pétrus, Vieux-Château-Certan, et l’Evangile, la récolte s’annonce prometteuse alors que 52 centimètres de pluie sont tombés de janvier à juin. La Conseillante qui était en conversion bio a du revenir à des traitements conventionnels pour éviter la casse. Le mildiou aurait ainsi été minimisé, 2 à 3 % des vignes touchées selon Marielle Cazaux.

Le millésime est sauvé des eaux avec des superbes mois de juillet, d’août et encore en septembre des températures incroyables au dessus de la normale qui nous ont permis d’attendre le maximum et la maturité parfaite pour nos raisins », Marielle Cazaux directrice de la Conseillante.

« On revient de très loin parce que cette année 2018 est un peu l’année de tous les extrêmes », complète Jean-Marie Garde le président du Syndicat Viticole de Pomerol (800 hectares). On a eu une pluviométrie très importante dès le mois de novembre et jusqu’à la fin juin, avec des inquiétudes pour les viticulteurs, des attaques de mildiou et puis tout à coup le beau temps est arrivé avec des températures qui nous paraissaient excessives… »

Jean-Marie Garde, le président du syndicat viticole de Pomerol © JPS

Nous n’avons pas connu de canicule. Nous avons eu une amplitude de températures entre le jour et la nuit et ça c’est le signe de grands millésimes », selon Jean-Marie Garde.

Fort heureusement il n’y a pas vraiment eu de canicule comme en 2003, les matinées fraîches et les quelques précipitations de septembre, devraient augurer d’une belle récolte de merlots, parmi les 800 hectares de vignes à Pomerol.

« A priori, sur les potentiels d’extraction, des anthocyanes, des pigments colorés, des tanins, on a des valeurs qui sont vraiment très très intéressantes, et tout-à-fait dans la lignée des millésimes 2015 et 2016 », Bertrand Nicolas co-propriétaire de la Conseillante.

Tant que les cabernets ne sont pas rentrés, il est encore difficile de crier totalement victoire, mais les planètes sembles alignées pour réaliser un très bon millésime ici, qui pourrait rappeler le 2015 ou le 2016.

29 Août

Le millionième visiteur de la Cité du Vin à l’honneur

C’est peu avant midi que François Gerbert a eu l’agréable surprise de se voir décerner le titre du millionième visiteur de la Cité du Vin. Ce retraité breton a été fêté par l’ensemble du personnel de la Cité du Vin et a gagné un an d’abonnement et un dîner pour deux au restaurant le 7 de la Cité.

François Gerbert fêté comme il se doit par Philippe Massol le directeur de la Cité du Vin © Jean-Pierre Stahl

François Gerbert est aujourd’hui passé de l’ombre à la lumière, un peu comme les facettes de la Cité du Vin qui passent des teintes grises aux teintes dorées. A 11h30, un énorme comité d’accueil attendait ce retraité de Rennes, venu en camping-car avec son épouse Marie-Christine.

Surpris déjà, car on n’était pas venu pour cela. C’est impressionnant de voir le nombre de visiteurs dans cet espace depuis juin 2016″, François Gerbert le millionième visiteur de la Cité du Vin

 Il n’était pas le seul, ce matin c’était l’affluence des grands jours, à croire que tous s’étaient passés le mot pour être le millionième (car Côté Châteaux avait annoncé que c’était ce mercredi).

Charlette et Camille de l’Ardèche © JPS

Durant l’été, ce sont 1200 à 1800 personnes qui ont fréquenté la Cité du Vin, les jours de forte fréquentation sont évidemment les jours où il fait moche…un peu comme ce matin, un temps mi-figue mi-raisin.

La Cité du Vin a été conçue et réalisée par les arcitectes d’X-TU Anouk Legendre et Nicolas Desmazières © JPS

Depuis le 1er juin 2016, sur le million de visiteurs, la Cité du Vin a enregistré 176 nationalités, 74% de français et 26 % d’étrangers. Pour encore plus être précis 26% d’étrangers, 44% de Français et 30% de Bordelais. « Je suis Bordelaise, je n’avais pas eu l’occasion jusqu’à présent de venir mais là je profite de la fin de des vacances pour venir », m’explique Magali Thillard

De nombreux Espagnols sont également venus ce matin, ils figurent à la troisième place du visitorat étranger après les Anglais et les Américains.

« Pour moi, c’est magnifique », me confie Miguel de San Sébastien au Pays-Basque en Espagne. Un autre groupe de touristes espagnols attestent dans le hall d’entrée être venus aujourd’hui pour l’aspect culturel mais aussi en tant que passionnés de vin : « Oui, oui, lui il aime bien le vin mais nous nous sommes des amateurs »

Pour Philippe Massol, directeur général de La Cité du Vin, ce millionième visiteur vient récompenser le travail d’une équipe soudée et investie. Il y a eu beaucoup de Bordelais et d’habitants de la communauté urbaine et de Gironde dans un premier temps, et donc « les visiteurs de Bordeaux, au nombre de 300000 sont en train de baisser, ce qui est normal, mais on a une très très forte progression de touristes étrangers » (près de 50% cet été):

On a une très très forte progression de touristes étrangers, la notoriété de ce lieu a progressé, il y a 2 ans on était inconnu du monde entier, maintenant on commence à être de plus en plus connu », Philippe Massol directeur général Cité du Vin.

François Gerbert s’est vu remettre une bouteille de Mérul vin bulgare d’une des plus ancienne région viticole au monde (venant de la cave Latitude 20), mais aussi un abonnement d’un an à la Cité du Vin, un dîner pour 2 au restaurant panoramique le 7 (pour ce soir) et bien sûr le tablier collector du millionième visiteur signé La Cité du Vin.

Voilà plein de souvenirs pour François Gerbert et son épouse Marie-Chrisitine. Bravo à la Cité du Vin. Juste pour la photo avec un verre de vin à la main, cela aurait aussi cadré avec l’endroit. Bon ce sera pour le 2millionième visiteur…

Reportage de Jean-Pierre Stahl et Pascal Lécuyer :

06 Juil

2e Confluent d’Arts : Goran Bregovic transcende 2000 festivaliers au château de la Rivière

Lancé l’an dernier, le festival Confluent d’Arts a trouvé son public au château de la Rivière. Après Youri Buenaventura l’an passé c’est au tour de Goran Bregovic survolté de faire danser plus de 2000 festivaliers sur sa musique slave et son orchestre de cuivre « des mariages et des enterrements ».

Dominique Beyly, Goran Bregovic, Xavier Buffo et Gilles Troulet, les organisateurs de Confluent d’Arts © Jean-Pierre Stahl

« Ce festival est  né, il y a maintenant un an, d’une envie commune de partager la culture, le vin et un lieu magique ici au château de la Rivière », commente d’emblée Xavier Buffo, le directeur général du château de la Rivière.

Emmanuelle Roques et Claire Dufau de Bordeaux pour ce festival magique au château de la Rivière © JPS

« C’est la volonté partagée de faire un festival pluri-disciplinaire : de la musique, du cinéma, des dégustations, du théâtre de rue et des expositions, c’est mêler les arts au sein d’une propriété viticole. »

La team de bénévoles sans qui le festival n’existerait pas © JPS

Pour cette première journée du festival, Mexique et Balkans étaient à l’honneur dans les jardins du magistral château de la Rivière, sur les hauteurs du fronsadais.

L’artiste sculpteur et plasticien verrier Luc de Muelenaere avec ses personnages fantasmagoriques

« Incroyable,, c’est vraiment l’endroit idéal pour écouter de la musique, avec des amis », témoigne Emmanuelle Roques de Bordeaux.

Apostol Cumbia en 1ère partie © JPS

Apostol Cumbia, un groupe franco-mexicain transmettait dès 19h30 la chaleur de l’Amérique Latine.

Pour Dominique Beyly, co-organisateur et maire de La Rivière, qui fut à l’origine de Fest’Arts, il y a 25 ans à Libourne : « C’est un pari, c’est un challenge, en même temps il n’y avait rien sur le fronsadais. Il était important de créer cet événement sous une forme de multiples expressions artistiques. »

Ce festival est né l’année dernière, a trouvé son public, et c’est un plébiscite dès la première soirée. »  Dominique Beyly, co-organisateur et maire de la Rivière.

Les musiciens de Goran Bregovic ont joué en fendant la foule compacte © JPS

Mais la tête d’affiche tant attendue, c’est Goran Bregovic le célèbre compositeur originaire de Sarajevo, qui s’est illustré par de nombreuses musiques de film comme celle d’Underground dans les années 90, une carrière boosté par Emir Kusturica qui en a fait son compositeur fétiche. 

Goran Bregovic, avant d’entrer sur scène © Jean-Pierre Stahl

Je viens d’une famille qui depuis toujours avait une petite vigne ; mon père produisait 1000 litres de vin par an mais le buvait tout seul ! (s’amuse-t-il), alors j’adore venir dans les vignes ! Goran Bregovic

S’il n’a pas trop « la chance de jouer dans des endroits comme celui-là » qu’il trouve « formidable », le chanteur-compositeur slave continue « je viens d’une tradition où la musique était toujours faite pour alcool… (bon, la loi nous oblige à dire à ce moment là : attention l’abus d’alcool est dangereux pour la santé…mais l’abus de Goran et de sa musique hier rendait les gens heureux). « Nous on n’avait pas la musique classique, à l’époque de Monte Verdi et des premiers opéras, nous on avait juste un instrument avec une corde ! »

« Moi j’aime bien l’idée que je vais laisser un peu dans cette tradition de la musique, quand j’imagine le destin de ma musique les femmes sont sur les tables dansant, les musiciens ils ont un bon bakchich, c’est de la joie avec cette musique ».

Goran Bregovic une atmosphère slave unique © JPS

Quant à savoir si aujourd’hui cette terre des Balkans est apaisée ? « C’est un endroit difficile, pendant 5 siècles, on était l’unique frontière directe entre catholiques, orthodoxes et musulmans, alors c’est pour cela qu’on a une histoire difficile, mais aujourd’hui on est dans un moment d’optimisme, j’ai l’impression. Tout le monde croit qu même en Europe il y a un plan pour nous. »

Deux heures d’un concert ébouriffant et entraînant avec ces 2 voix féminines bulgares et ces 6 cuivres rutilants. « Ca envoie toujours autant de steack ! Je l’avais déjà vu à Arles, il y a 15 ans, et il dégage beaucoup d’énergie », témoigne Thomas de Libourne. Une énergie communicative pour les 2000 festivaliers qui promettent de revenir.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Sébastien Delalot et Sarah Paulin, mixage Isabelle Rougeot :

19 Juin

Les 20 ans de Bordeaux Fête le Vin : 20 images d’un pur bonheur

Au lendemain de ces 5 jours de fête, Côté Châteaux vous propose un résumé en images de cette 11e édition. 20 clichés pour 20 ans.

Marine au stand du Brulhois et des Vins d’Aquitaine © JPS

Munich, l’une des entrées du site de Bordeaux Fête le vin © JPS

Les organisateurs et partenaires qui ont fait de l’événement le succès que l’on sait © JPS

Barbara, Muriel, Valou et Delphine de Nantes © JPS

L’équipe du Baron de Lestac © JPS

Emma et sa mère Angelina de Liverpool avec Caroline Mourée du château Lamothe de Haux © JPS

Le Kruzensthern et la flèche saint-Michel © JPS

v

Côté Châteaux : 9 reportages télés, 4 invités en direct dans le 12/13 et 19/20 avec Sébastien Hondelatte, Thierry Gardet, Sébastien Delalot, Delphine Roussel Sax, Nicolas Pressigout et Eric Delawarde, Xavier Granger, Boris Chague, Sarah Paulin…, mais aussi 18 articles sur le blog ! En photo avec le Big Band l’Impérial de Bordeaux © SD

Des matelots russes du Kruzenshtern © JPS

El Galeon, Pirate des Caraïbes à Bordeaux ! © JPS

Les vignerons des Côteaux de la Vézère © JPS

Solidarité avec Olivier Cadarbacasse grêlé en 2013 et gelé en 2017. Il a pu installer un stand de spécialités réunionnaises qui a cartonné © JPS

Hervé Grandeau, président de la Fédération des Grands Vins  sur le stand des Bordeaux et Bordeaux Supérieur © JPS

Darwin et le concert de l’ONBA vendredi soir © JPS

Incroyable Paul Daniel interprétant les standards des Beatles avec l’ONBA © Jean-Pierre Stahl

La famille des vignerons bio d’Aquitaine avec le viggoble Boudou (à Soulignac) et le château Moulin de Lagnet (St Emilion) avec Gwenaëlle Le Guillou au centre © JPS

18000 personnes à l’Ecole du Vin © JPS

Christophe Chateau en direct dans le 12/13 avec Sébastien Hondelatte et Eric Delwarde © JPS

Le Big Band l’Impériale de Bordeaux a continuer à animer la fête jusqu’au bout © JPS

26 Mai

Des vignes totalement hachées par la grêle en Côtes de Bourg

Les premiers constats effectués cet après-midi sont dramatiques. De nombreux domaines ont perdu la récolte à venir. Des bois sont meurtris pour deux millésimes. Les Côtes de Bourg estiment les dégâts à 1500 hectares touchés.

Une couche de grêlons intacts 2 heures après le drame dans la vigne des Côtes de Bourg © Jean-Pierre Stahl

Lansac ou Samonac, le haut de l’appellation des Côtes de Bourg est jonché de feuilles et branches cassées..

En suivant Didier Gontier et Stéphane Donze, le directeur et président de l’appellation, c’est un spectacle de désolation qui s’offre à nous: une route fume encore, 2 heures après cet amas de grêle qui n’a rien laissé sur les bois de vigne !

On est abasourdi par l’impact, par la gravité sur la récolte mais aussi sur celle qui va arriver derrière car on ne sait pas quels sont les bois qu’on pourra récupérer de la vigne », Stéphane Donze président de l’appellation

Lionel Lorente du château du Luc à Bayon commente avec eux cet épisode des plus violents : « c’est pire qu’en 2009, le même couloir de grêle qu’on a eu en 2009 mais avec des intensités plus fortes ».

En 10 minutes à 14 heures, de gros grêlons de 2 à 3 centimètres, très tranchants ont totalement haché la vigne à de nombreux endroits.

Stéphane Donze, Cyril Giresse et Didier Gontier, observant les dégâts © JPS

Cyril Giresse, du château Gravette Samonac, vient évaluer cette catastrophe en se tenant le visage… Ses 9 hectares de vigne, d’un seul tenant, sont totalement hachés.

Cela a duré 10 minutes à un quart d’heure, avec des grêlons très gros… Il y avait un vent assez violent, qui les projetait sur la végétation. Cela a été bref mais très, très fort », Cyril Ginesse

« On a d’autres vignobles à Bordeaux qui sont touchés aussi mais on a une Fédération des Grands Vins, on a une interprofession, un syndicat viticole et des collectivités qui seront là surtout dans ces moments difficiles ».

« On mettra tout en oeuvre pour les soutenir dans cet épisode violent », m’explique Didier Gontier directeur des Côtes de Bourg.

La solidarité devra jouer à plein, alors que bon nombre de vignerons à Bordeaux ont été fragilisés par le gel en avril 2017 où 40% de la récolte a été perdue.

Et pour résumer, Gérard Ginesse, le père de Cyril a lancé « belle apparence, petite abondance » disaient les anciens…la voix de la sagesse en cette fin de journée où la nature avait repris ses droits et où un soleil brillait, comme un pied de nez à tout ce qui venait de se passer.

Il y a toujours une lueur d’espoir, celle de se dire qu’au moins la France entière aura parler de cette fabuleuse appellation qui gagne à être plus connue et qui a des stocks à s’arracher en guise de solidarité avec les vignerons des Côtes de Bourg.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Delphine Roussel-Sax et Rémi Grillot :

07 Avr

Sting en guest star pour l’inauguration du château Monlot

Un moment unique comme il y en a peu dans le monde du vin. Sting reprenant son tube « Message In a Bottle » comme un clin d’oeil à Saint-Emilion qui voit l’une de ses propriétés achetée par l’actrice chinoise Zhao Wei renaître dans le petit village de Saint-Hippolyte. Un Saint-Emilion Grand Gru travaillé comme l’un des tous premiers crus classés de Saint-Emilion. Amazing !

Zhao Wei, l’actrice et chanteuse chinoise propriétaire de château Monlot © Jean-Pierre Stahl

             Zhao Wei, c’est cette grande actrice et chanteuse chinoise de 42 ans, qui a acquis château Monlot en 2011.

Elle souhaite élever ces 8 hectares de Saint-Emilion Grand Cru à cru classé de saint-Emilion prochainement, pour cela elle s’est entourée des meilleurs, Jean-Claude Berrouet l’ancien oenologue de Pétrus et l’ingénieur agronome français reconnu dans le monde Claude Bourguignon.

Jean de Cournuaud, le directeur technique du château avec Zhao Wei dans le chai à barriques © JPS

Les ambitions sont très fortes depuis le début on a démarré assez tôt les travaux de restructuration, pour hisser au plus haut sommet le vignoble du château Monlot, les ambitions sont telles qu’on pourrait un jour espérer être classé comme d’autres », Jean de Cournuaud directeur technique château Monlot

Et d’ajouter : « la décision d’acheter cette propriété est née des travaux faits à la fois par Claude Bourguignon sur l’analyse des sols et Jean-Claude Berrouet sur les potentialités oenologiques ».  

Zhao Wei et Hubert de Boüard er Jurat de la Jurade de Saint-Emilion, dans le cuvier du château © JPS

Quand j’ai acheté château Monlot, c’était déjà pour moi un rêve. Maintenant, je souhaite le faire partager, l’améliorer et le faire connaître au monde entier », Zhao Wei propriétaire de château Monlot

Sting et Zhao Wei une amitié dans le monde du vin et de la chanson © JPS

Monlot, c’est donc ce château dont le vignoble est en passe d’être restructuré mais aussi cette fabuleuse demeure restaurée et dont les chais ont été entièrement reconstruits dans les règles de l’art, comme s’ils avaient toujours existés, par l’architecte de Pétrus et d’Angélus, Jean-Pierre Errath: 

L’architecte Jean-Pierre Errhat, son épouse et et le président du Conseil des Vins de Saint-Emilion Jean-François Galhaud © JPS

« les Chinois aiment beaucoup la France, tous ceux que j’ai cotoyés, et ils ont une volonté de s’intégrer, de faire partie de la société de Saint-Emilion, et d’être loyal dans le travail du vin et dans le patrimoine à travers la demeure où il vont recevoir, habiter, comme autrefois où le château était la représentation de la propriété. »‘ m’explique Jean-Pierre Errath

Les men in black de Saint-Emilion Dominique Renard et Franck Binard (Saint-Emilion Jazz Festival et Conseil des Vins) avec Mr et Mme Jean-Luc Thunevin © JPS

Hubert de Bouard, le 1er Jurat,  a retracé l’histoire fabuleuse de cette légende de la pop anglaise à commencer par the beginning :« you were born in 51 », « I do, a good year » commentait l’artiste amusé.

Et d’énumérer une bonne partie de ses tubes qui ont marqué le monde entier pendant plusieurs décennies avec le groupe légendaire Police – « Roxanne » (1978), « message in a bottle », « walking on the moon » – avant d’entamer une brillante carrière solo où Sting s’est à nouveau illustré avec « Englishman in New-York » en 1987.

Nous sommes très honorés de vous accueillir dans la Jurade de Saint-Emilion en tant que vigneron d’honneur, Hubert de Boüard 1er Jurat

Hubert de Boüard, 1er Jurat, Sting le chanteur intronisé et Bernard Lauret le maire de Saint-Emilion © Jean-Pierre Stahl

Quant à savoir si c’est un grand honneur pour la star anglaise d’être intronisée dans la Jurade de Saint-Emilion :

 Je ne m’attendais pas à avoir un nouveau costume dont je rêvais mais je n’ai pas eu le chapeau, alors sans doute l’année prochaine en revenant…Mais bien sûr, je connais l’histoire de Saint-Emilion, de son vignoble et de faire partie de ceci est un grand Honneur », Sting

« Bien sûr j’apprécie les vins de Bordeaux et de Saint-Emilion, ce sont les meilleurs vins au monde ! », ajoute la star.

Instant magique s’il en est, ce début de soirée où flotte une ambiance quasi religieuse quand Sting se fraye un passage entre les tables pour sasir une guitare et interpréter son fameux tube « Message In a Bottle » comme un écho aux vins de Bordeaux et certainement un hommage aux vins de Saint-Emilion et au château Monlot.

Une Soirée unique dans le monde du vin, où d’autres grands artistes chinois, se sont produits pour célébrer le nouveau visage de château Monlot en la personne de Zhao Wei.

Standing ovation pour le show !

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Sébastien Delalot, Eric Delwarde, Ines Cardenas et Christian Arliguié :

07 Mar

Success story de Millésima New-York sous l’impulsion de la charmante bordelaise Hortense Bernard

Une Bordelaise a réussi a se faire une jolie place sur le marché américain : Hortense Bernard manage Millésima USA. Elle est à la tête d’une superbe cave sur la 2e Avenue, dans l’Upper East Side. Une enseigne qui met en avant avant tout les Bordeaux et vins français mais aussi des vins d’autres régions viticoles du monde entier.

Hortense Bernard à la conquête du marché américain © JPS

Hortense Bernard à la conquête du marché américain © JPS

Hortense Bernard a réalisé son rêve américain. A 35 ans, cette Bordelaise diplômée de l’école de commerce EDHEC est partie à New-York il y a quelques années pour conquérir le marché US. Opération réussie, elle dirige Millésima USA et propose de nombreux vins français et de Bordeaux, dans sa cave dans le quartier de l’Upper East Side.

IMG_5336« Je suis arrivée il y a 7 ans déjà, mon premier choc culturel a été de voir des clients entrer dans la boutique et demander un « chardonnay », explique Hortense Bernard. « En France d’habitude on demande par exemple un Bourgogne blanc ou une région viticole, ici c’est vraiment le cépage (qui est demandé), cela implique aussi une région comme la Californie pour le chardonnay. Cela a été un peu difficile pour moi de m’habituer à cette grosse différence. »

Une superbe cave avec plus de 50% de visn français Bordeaux, Bourgogne, Etc mais aussi des vins italiens, californiens, d'Amérique du sud, d'A frique du Sud, d'Autriche, d'Allemagne, ...

Une superbe cave avec plus de 50% de vins français de Bordeaux, de Bourgogne, ou d’aiileurs, mais aussi des vins italiens, californiens, d’Amérique du Sud, d’Afrique du Sud, d’Autriche, d’Allemagne, …

Situé sur la 2e avenue, Millésima a obtenu sa licence après de nombreuses démarches et avec une concurrence qui a essayé de contrer son installation. Cela n’a pas découragé Hortense Bernard qui a réussi a ouvrir cette antenne américaine de Millésima. L’autre difficulté qu’elle a  pu rencontrer, comme n’importe quel revendeur, c’est le mode de fonctionnement avec ses règles américaines propres, c’est-à-dire que c’est un système tripartite avec des intermédiaires.

Un bureau à l'arrière de la boutique au milieu des caisses, original et bon pour l'inspiration © JPS

Un bureau à l’arrière de la boutique au milieu des caisses de vin, original et bon pour l’inspiration © JPS

« Techniquement il y a un tiers système, l’importateur, distributeur et le retailer, et on ne peut pas importer ou distribuer, donc on est obligé d’avoir des partenaires qui vont faire cette importation pour nous. Pour ce qui est de Bordeaux, on travaille avec un importateur en direct qui va faire venir les vins de nos chais. »

IMG_5337Aujourd’hui, Hortense Bernard est confiante vis-à-vis du marché américain, où l’on consomme seulement 14 litres par an et par habitant en moyenne contre 45 litres en France pour se donner une idée. La marge de progression, vu le nombre d’habitants est donc considérable.

« Les consommateurs américains ont vraiment envie de découvrir, envie de s’intéresser et ils ont tout à apprendre. Ce n’est pas comme nous, on apprend le vin dès qu’on est jeune à table, c’est important de marier le vin et les bons repas. Ici à travers le vin, ils découvrent aussi les arts de la table, apprennent à apprécier un bon repas avec le vin, quel vins choisir pour faire des accords mets et vins. »

Hortense Bernard, la manager de Millésima New-York © Jean-Pierre Stahl

Hortense Bernard, la manager de Millésima New-York © Jean-Pierre Stahl

Depuis 23 ans le marché du vin aux Etats-Unis n’a jamais cessé de croître, ce qui laisse présager pour Millésima et Hortense Bernard de belles perspectives : « c’est un marché en pleine croissance, il y a vraiment une part de marché à prendre tous les jours à chaque endroit des USA, c’est un marché extrêmement grand avec tellement de lois différentes. Mais c’est beaucoup plus difficile de livrer partout aux USA que de livrer en Europe où c’est très simple ou beaucoup moins compliqué. » Mais Hortense Bernard est persuadé que le marché américain va considérablement se développer et comme elle le dit tès bien, « il se peut qu’un jour Millésima USA devienne plus important que Millésima en Europe ».

Reportage de Jean-Pierre Stahl et Guillaume Decaix :