24 Nov

Les Vins Charentais s’exposent aux Gastronomades d’Angoulême !

Fiers de leur nouvelle identité dévoilée le mois dernier, les Vins Charentais s’invitent ce week-end au festival « Gastronomades ». Demandez le programme.

Affiche Gastronomades 2017A noter sur vos tablettes ces deux rendez-vous :

Les coups de cœur du public

Pour leur seconde participation aux « Gastronomades », les Vins Charentais vont à la rencontre des visiteurs et les invitent, pendant trois jours à enfiler leur costume de dégustateurs, pour élire leurs trois cuvées coups de cœur en rouge, rosé et blanc. La dégustation qui se déroulera à l’aveugle permettra à chacun de donner son avis en notant les qualités organoleptiques des vins. Chaque domaine lauréat sera labellisé « coup de cœur du public 2017. En 2016, 300 personnes avaient joué le jeu de cette dégustation inédite.

Où ? Espace des Vins Charentais, Stand n°3 – Halle du Champ de Mars

Quand ? du 24 au 26 novembre

Des ateliers pour les dégustateurs en herbe  

Pour poursuivre l’échange avec le grand public moins initié, le syndicat des Vins Charentais joue la pédagogie et organise les 25 et 26 novembre, en alternance avec l’Interprofession du Pineau des Charentes, des Masterclass sur le thème de la découverte.

Objectif : s’initier à la dégustation et (re)découvrir les Vins Charentais.

Où ?  Masterclass/Atelier découverte – Place des Halles

Quand ? les 25 et 26 novembre

Pour tout savoir sur les Gastronomades c’est ici

Ce week-end, c’est le 6e Paris Cocktail Festival

Toute l’équipe du Paris Cocktail Festival s’affaire pour la  6ème édition. Elle vous fixe rendez-vous dimanche dans la salle mythique de l’Élysée-Montmartre.

© Le Paris Cocktail Festival

© Le Paris Cocktail Festival


Demandez le programme : 

DES CONFÉRENCES DANS L’AIR DU TEMPS
Accès gratuit. Inscriptions recommandées, soit sur le site (avec le numéro du billet), soit sur place (dans la limite des places disponibles).

  • 14h // Proposer une offre cocktail dans son établissement
Par Stanislas Jouenne (Tiger, ex-ambassadeur Grey Goose) et François Lemoine (METRO)

  • 15h // Zéro déchet, le bar écoresponsable
Par Hyacinthe Lescoët (Les Grands Verres, Quixotic Projects : Candelaria, Mary Céleste, Glass)

  • 16h // Barman français, un profil qui s’exporte
Par Pierre-Marie Bisson (Milk & Honey, Londres)

  • 17h // Infusez, infusions
Par Chic des Plantes ! avec Carine Baudry, aromaticienne, Corinne Lacoste & Laura Guillemin, fondatrices

DES ANIMATIONS POUR COMPRENDRE, TESTER ET SHAKER
Accès gratuit. Animations et ateliers en continu sur le salon.

  • Atelier Gin & Tonic
Par Danilo Grenci (Bluebird, Paris)

  • Les 6 drinks du moment
Par Jean Munos (Buddha Bar, Paris – Pelicano, Australie …)

  • Réaliser ses sirops et ses infusions maison
Par Baptiste Bochet (Atelier Colada.fr)

  • Boissons chaudes, des cocktails pour l’hiver
Par Nir Chouchana (champion de France 2014 Coffee in good spirits)

DES MARQUES EMBLÉMATIQUES ET DES NOUVEAUTÉS A DÉCOUVRIR EN COCKTAILS
En short ou long drinks, le salon propose des cocktails à base d’armagnac, calvados, cognac, Pineau des Charentes, gin, tequila, vodka, whisky, amer, liqueur et même d’effervescent ou encore de vin.
Chaque cocktail est présenté avec sa recette et la méthode pour le réaliser.
Le tout à retrouver sur le site, pour refaire son cocktail préféré à la maison : RECETTES PARIS COCKTAIL FESTIVAL

Et pour tout savoir sur le http://www.paris-cocktail-festival.com/

(Attention l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération)

23 Nov

La Scena : une réplique de caisse en bois mais surtout un écrin transparent pour révéler le vin

Là, on est dans la pureté ! Un design, une sobriété et un effacement devant le vin. L’idée est originale et elle vient de Bordeaux. Son inventeur Jean-Michel Marle. Un écrin qui va séduire de plus en plus, tant les professionnels du monde du vin que les particuliers, amateurs d’art, de design et de vin. Un concept en verre acrylique, d’une brillance exceptionnelle.

© La Scena : "laissez vos bouteilles parler !"

© La Scena : « laissez vos bouteilles parler ! »

La Scena, ce n’est pas « un vulgaire » carton ou une caisse en bois; non, c’est autre chose, c’est une sorte de show-room intérieur. Elle offre un packaging de luxe qui permet de regarder, que dis-je d’admirer les flacons.

L’idée est partie de la volonté de révéler les bouteilles de vin pour les mettre en valeur. Elle accueille six bouteilles de 75 cl de formats variés, révélant leur beauté par sa transparence absolue et la pureté de ses lignes. « Une bouteille contient toujours une part de rêve ; j’ai voulu révéler cette beauté sur une scène transparente, chaque bouteille comme une sculpture entrant sobrement dans le monde du design », explique Jean-Michel Marle.

La Scena, c’est la meilleure amie du bois, elle révèle le mystère et glorifie les bouteilles », Jean-Michel Marle

Le concept s’est imposé, révélé à Jean-Michel Marle en 2014 à Bordeaux :  « créer La Scena autour du vin était une évidence, comme la vision d’un coffret qui irait ensuite célébrer toutes les bouteilles du monde ». 

Sa société, du même nom, il l’a créée en juillet 2015 :  La Scena est ainsi devenue un hommage à la caisse bois 6 bouteilles de Grand Crus de Bordeaux, mais en enlevant le traditionnel pour le remplacer par le passionnel, dépoussiérant la bonne vieille caisse en bois…

© La Scena - Grand Cru

© La Scena – Grand Cru

« C’est un objet de présentation, de marketing, pour les professionnels mais aussi un bel objet pour les amateurs. Après avoir travaillé sur la capsule, sur la forme de la bouteille ou sur l’étiquette, ici à Bordeaux on a repenser la caisse, sans chercher à casser totalement les codes, mais plutôt présenter ces bouteilles comme des stars qu’on aime tous », me confie Jean-Michel Marle.

Et il y a déjà toute une gamme développée : Uno pour une bouteille, Duo et Trio, pour deux et trois, et Aria le coffret moulé 6 bouteilles comme une caisse bois, qui va aussi se décliner prochainement en 6 à plat…

Quant au prix, comptez 45€ pour uno et 120€ pour aria.

Pour plus d’informations : https://www.lascena.com/

La Scena découverte par Côté Châteaux lors de Vinexpo 2017, sur le stand de Lafaurie-Peyraguey (fin du reportage)

51000 visiteurs enthousiastes par la 4e édition de Bordeaux SO Good

Voici une édition bien remplie. Pas moins de 51000 visiteurs ont participé au Festival la Gastronomie et de l’Art de Vivre. Voici le bilan chiffré de Bordeaux SO Good 2017. Une prochaine édition est déjà prévue du 

IMG_2193

BORDEAUX SO GOOD 2017 :

  • 51 000 visiteurs dont près de 60% répartis entre les deux lieux principaux, la Grande Halle Gourmande du Hangar 14 (20000) et le Palais de l’Art de Vivre installé au Palais de la Bourse.
  • 3600 Pass Privilège remis aux festivaliers ravis de découvrir les dégustations des pavillons partenaires : à l’instar du Pavillon de l’huître, du Pavillon du sucré, du Pavillon Best Ferrandi, le pavillon des restaurateurs (UMIH33) ou encore celui de Québec où ont pu être dégustés produits et recettes de qualité.
  • Plus de 100 chefs impliqués bénévolement et partenaires de Bordeaux S.O Good. : ils ont signé des banquets à 4 ou 6 mains, se sont prêtés au jeu des démonstrations culinaires, des animations insolites ou encore des cours de cuisine pour partager avec une grande générosité leur passion avec les festivaliers
  • Un parrain d’exception du parrain de cette édition, Pierre Gagnaire entouré de : Stéphane Carrade, Christopher Coutanceau, David Delieuvin, Julien Duboué, Vivien Durand, Philippe Etchebest, Arthur Fèvre, Daniel Gallacher, Christophe Girardot, Thierry Lalet, Jean-Denis Le Bras, Thomas L’Hérisson, Vincent Lucas, Nicolas Masse, Pierre Mirgalet, Pascal Nibaudeau, Victor Ostronzec, Michel Portos, Jean-Luc Rocha, leurs copains des Afamés ainsi que les québécois Arnaud Marchand, David Forbes et Mathieu Brisson et tous les autres… !
  • 2 conférences couronnées de succès dont celle sur les accords mets et vins avec la participation du célèbre œnologue Michel Rolland et du sommelier international Enrico Bernardo.

A Vos Tablettes : prochain Bordeaux SO Good / 5e édition du 16 au 18 novembre 2018

22 Nov

Vins: vente record aux Hospices de Beaune, plus de 12,3 millions d’euros récoltés

La 157e vente des vins des Hospices de Beaune, célèbres enchères à des fins caritatives, a totalisé dimanche plus de 12,3 millions d’euros, un record historique, selon ses coorganisateurs.

b

L »émission spéciale de France 3 Bourgogne dimanche soir © Samuel Peltier

La vente totalise 12.366.511 euros, soit « le meilleur résultat jamais réalisé pour la vente du Domaine des Hospices de Beaune », ont indiqué dans un communiqué
conjoint l’institution bourguignonne et la maison d’enchères britannique Christie’s. Le précédent record remontait à 2015 avec un total de 11,3 millions d’euros. La vente de 2016 avait enregistré environ 8,4 millions d’euros.

Agathe de Saint Céran, spécialiste du département Vin chez Christie’s, s’est félicitée de cet « excellent résultat » qu’elle a notamment attribué à « une salle active et dynamique » dimanche et à un « important travail de promotion dans le monde entier, à Paris, Londres, Shanghai, Hong-Kong, Tokyo, Los Angeles, Bordeaux et Beijing ».

Les magnifiques Hospices de Beaune © Samuel Peltier

Les magnifiques Hospices de Beaune © Samuel Peltier

Cette année, il y avait non pas une, comme d’habitude, mais deux « pièces des Présidents », issues de l’appellation Corton grand cru Clos du Roi, vendues au profit de trois
associations. Elles ont été adjugées à 420.000 euros, en deçà du record de 2015 de 480.000 euros au profit notamment des victimes des attaques du Bataclan et des terrasses à Paris survenus deux jours auparavant.

Les enchères se disputaient entre un acheteur au téléphone et un homme d’affaires chinois, Shek Kong Leung, client de la maison de négoce bourguignonne Albert-Bichot. A 410.000 euros, ce dernier allait perdre quand un acheteur brésilien, Alaor Pereira Lino, lui a offert d’ajouter 10.000 euros pour remporter le lot. En échange de cette généreuse contribution, M. Pereira Lino a demandé à son associé d’un jour de bénéficier d’une bouteille – « minimum » – sur les deux fûts adjugés.

La vente des Hospices, qui attire toujours de nombreux acheteurs étrangers, proposait cette année 787 pièces de vin contre 596 l’an dernier, de 50 cuvées (33 de rouge et 17 de blanc). Chaque pièce (tonneau) contient 228 litres.

Le domaine des Hospices, qui s’étend sur environ 60 hectares, s’est constitué au fil des siècles grâce à des donations. La recette des enchères est reversée à l’institution hospitalière des Hospices, fondée au XVe siècle.

Avec AFP

21 Nov

L’étiquette de Mouton Rothschild 2015 a été confiée à l’artiste allemand Gerhard Richter

Mieux que le Beaujolais, l’étiquette de Mouton. Toujours autant attendue de la planète entière car depuis 1945, c’est un grand artiste reconnu mondialement qui l’illustre. Pour le 2015, c’est l’artiste allemand Gerhard Richter qui l’a peinte. Autre nouveauté, l’étiquette est signée au nom de la famille par Philippe Sereys de Rothschild, dans la continuité du Baron Philippe et de la Baronne Philippine car « Mouton ne change »

Etiquette specimen Ch Mouton Rothschild 2015

Depuis 1945, un grand artiste illustre chaque année l’étiquette de Château Mouton Rothschild. Ainsi se constitue une collection qui réunit les noms les plus célèbres de la création contemporaine et qui, tous les ans, s’enrichit d’une œuvre nouvelle.

L’étiquette du millésime 2015, par sa présentation légèrement modifiée, porte la marque de la nouvelle génération qui a succédé à la Baronne Philippine de Rothschild, disparue en 2014 : Camille Sereys de Rothschild, Philippe Sereys de Rothschild et Julien de Beaumarchais de Rothschild. Elle est signée par Philippe Sereys de Rothschild, représentant les trois propriétaires familiaux.

L’illustration du millésime 2015 a été confiée à l’Allemand Gerhard Richter, né en 1932, prodigieux inventeur de formes et de techniques picturales. Célèbre dans le monde entier, il fonde son travail sur la relation dialectique entre peinture et photographie, entre figuration et abstraction. Son œuvre pour Mouton est le fruit d’un processus à la fois aléatoire et savamment élaboré qu’il appelle Flux. L’artiste fixe sur photo des couleurs en mouvement, saisies à l’instant idéal de leur composition : de même, un assemblage harmonieux donne au grand vin, matière vivante, son équilibre et sa plénitude.

Avec Mouton Rothschild

 

20 Nov

Une belle démonstration de sommellerie à Exp’Hotel

Les sommeliers de Bordeaux avaient rendez-vous aujourd’hui du côté de Bordeaux Lac pour Exp’Hôtel, le salon de la restauration, de l’hôtellerie et des métiers de bouche. Leagh Barcley du Chapon Fin a remporté l’épreuve.

Christophe Chateau du CIVB, avec

Christophe Chateau du CIVB, avec Alexandre Morin, Leagh Barkley et Dimitri Nalin © Cyril Bleeker de Ecole de Sommellerie Cafa Formations

Un petit concours avait lieu aujourd’hui à Exp’Hôtel, le grand rendez-vous des professionnels de l’Hotellerie et de la Restauration. Parmi les disciplines à l’honneur, bien sûr la sommellerie pour laquelle le CIVB avait oraganisé un Trophée Michel Rolland.

C’est au final au Leagh Barkley du restaurant le Chapon Fin qui s’est imposé devant Dimitri Nalin? 2e de la Grande Maison (Pierre Gagnaire-Bernard Magrez) et enfin devant Alexandre Morin, 3e ancien chef sommelier du Chapon Fin et du Point Rouge. Bravo à tous les 3. Le vainqueur a gagné un séjour d’une semaine à Hong-Kong pour les 20 ans de Vinexpo Asie.

Disparition de Patrick Maroteaux : le monde du vin rend hommage à l’ancien Président de l’Union des Grands Crus de Bordeaux

Le monde du vin a appris avec douleur et regret le décès de Patrick Maroteaux, à l’âge de 67 ans, il était propriétaire du fameux château Branaire-Ducru. Olivier Bernard, le président de l’UGCB, Hervé Grandeau le président de la Fédération des Grands Vins de Bordeaux, Allan Sichel, président du CIVB, et Jacques Dupont lui rendent hommage.

Patrick Maroteaux, le Président de l'Union des Grands Crus (à qui Sylvie Cazes puis Olivier Bernard ont succédé) a lancé l'événement avec l'UGC en 2005 © Photo Jean-Pierre Stahl en mai 2014.

Patrick Maroteaux, le Président de l’Union des Grands Crus (de 2000 à 2008) a lancé le week-end des Grands Crus de Bordeaux avec l’UGCB en 2005 © Photo Jean-Pierre Stahl en mai 2014.

Patrick Maroteaux est arrivé à Bordeaux, comme le souligne Olivier Bernard, « après une première vie professionnelle et industrielle dans le sucre. Sa famille a racheté le château Branaire-Ducru, 4e cru classé, en 1993 et à l’époque il ne connaissait à l’époque pas grand chose au monde du vin ».

Pour autant, on va lui confier la présidence de l’Union des Grands Crus de Bordeaux de 2000 à 2008. Dès le départ, il s’est beaucoup engagé :

C’était un homme avec beaucoup de qualités humaines, des principes, des valeurs et un engagement reconnu très tôt », Olivier Bernard président de l’UGCB.

Retrouvez Patrick Maroteaux dans ce reportage de Jean-Pierre Stahl sur le week-end des Grands Crus de Bordeaux qu’il avait créé en 2005 :

« Depuis plus de 20 ans, Patrick Maroteaux a donné sa vie à Branaire Ducru. Il est devenu passionné par ce métier. On lui a ensuite confié la présidence de l’appellation Saint-Julien, il aimait donner de son temps, de son énergie, c’était un fédérateur, il aimait bien rassembler autour d’idées fortes », me confie Olivier Bernard depuis le Japon, où il est en tournée en Asie avec 96 grands crus de Bordeaux durant 10 jours.

Hervé Grandeau s’incline également devant ce grand homme : « la Fédération des Grands Vins de Bordeaux est en deuil, on a une pensée très émue pour lui et sa famille. On a beaucoup appris de Patrick Maroteaux, c’était un membre du conseil d’administration. Il était très engagé au sein de la Fédération et il y représentait les Communales du Médoc pour lesquelles il prenait la défense et il portait une attention toute particulière. »

Patrick Maroteaux était un érudit, quelqu’un de brillant, il nous éclairait sur de nombreux sujets avec un certain recul, » Hervé Grandeau, président de la Fédération des Grands Vins de Bordeaux.

George Sape (à droite) au château Branaire-Ducru avec Patrick Maroteaux (2e à gauge© Sébastien Delalot

George Sape (à droite), à la tête des mécènes américains de la Cité du Vin, en visite au château Branaire-Ducru avec Patrick Maroteaux (2e à gauche © Sébastien Delalot – France 3 Aquitaine en juin 2016

Pour Allan Sichel, le Président du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux : « C’est très triste, tout le monde a appris cela avec beaucoup d’émotion. C’est quelqu’un qui laissera des traces, il était apprécié de tous les opérateurs qui l’ont côtoyé. Il nous avait présenté François-Xavier, son fils, qui va lui succéder. »

« Patrick était très apprécié de la filière, lui-même venait d’une autre filière, celle du sucre. Il a appris très vite et s’intéressait de tout ce qui se passait. Il a toujours eu un esprit collectif. »

Il a toujours été très impliqué, n’hésitait pas à bousculer un peu, quand il parlait c’était toujours pertinent, il avait cette fraîcheur de pensée et ce dynamisme », Allan Sichel président du CIVB.

Mon confrère et ami Jacques Dupont, journaliste et critique du Point, se rappelle surtout de ses débuts : « je l’ai connu quand il s’est installé. Il avait tout le confort et venait de l’industrie du sucre où il avait aussi été président de la filière. Il a décidé de changer de vie, dans le Médoc des années 80, pas aussi fun qu’aujourd’hui. Et reprendre Ducru n’était pas très facile. On pensait que c’était un type qui investissait et n’allait pas s’en occuper. Mais il posait des questions et savait ce qu’il voulait faire comme type de vin. On était content de se voir et de discuter ensemble.

Il sortait de l’argile de la Brie et s’est fondu dans les Graves, il est devenu un Médocain pur jus », Jacques Dupont du Point.

« C’était un organisateur, un vrai chef d’entreprise, il n’a pas fait flambé son vin, il l’a géré comme un placement intelligent.C’est quelqu’un que j’aimais beaucoup et qui a doublement réussi. Et de savoir que son fils François-Xavier allait être là et reprendre, ça lui a fait du bien. C’est une sacrée réussite, c’est la projection vers l’avenir qui me semble formidable. »

Et Olivier Bernard de me rappeler : « c’est lui aussi qui a eu l’idée que l’Union des Grands Vins de Bordeaux rejoigne comme mécène bâtisseur la Cité du Vin. C’était quelqu’un de tourné vers les autres. » Patrick Maroteaux était originaire de Picardie et « il aura marqué le paysage de Bordeaux par son ouverture d’esprit. A Bordeaux, on a aussi besoin des gens qui arrivent de l’extérieur, des gens solides, avec des valeurs et notamment familiales. »

« Jeudi, on va monter à Séoul en Corée du Sud une petite cérémonie de recueillement, le jour de son enterrement, en mémoire de Patrick », conclue ainsi Olivier Bernard le président de l’UGCB.

Côté Châteaux présente ses plus sincères condoléances à sa famille.

La cérémonie religieuse aura lieu le jeudi 23 novembre à 10h30, en l’église de Saint-Julien-de-Beychevelle (33).

19 Nov

Emission spéciale Vente des Hospices de Beaune ce soir sur France 3 Bourgogne

Cet après-midi s’est déroulée la 157e Vente des Vins des Hospices de Beaune. Les deux « pièces des Présidents » mises aux enchères au profit de trois associations, ont été adjugées dimanche après-midi à 420.000 euros, en dessous  du record de 2015.

v

Agnès b., Charles Aznavour, Julie Depardieu et Marc-Olivier Fogiel © Anne Berger-France 3 Bourgogne

La vente était cette année présidée par quatre parrains, réunis pour la photo, dans la cour des Hospices de Beaune : Agnès b., Charles Aznavour, Julie Depardieu et Marc-Olivier Fogiel.

23621583_325785347887650_6270987120089561235_nUne Vente aux enchères traditionnelle pour la bonne cause, au profit de 3 associations :

la Fondation Tara Expéditions qui organise des expéditions pour étudier et comprendre l’impact des changements climatiques et de la crise écologique sur nos océans. 
la FRC (Fédération pour la recherche sur le cerveau) 
la Fondation pour la recherche sur Alzheimer 

Cet après-midi,  les deux « pièces des Présidents« , issues de l’appellation Corton grand cru Clos du Roi, ont été adjugées 420000 €; en dessous du record de 2015 à 480000 €;

Vous pourrez revivre ces grands moments dans une émission spéciale que vous propose mes confrères de France 3 Bourgogne sur vos box, à ne pas manquer:

23659428_325828291216689_1191193523025680637_nUne émission spéciale à 20h 20 : Beaune, au coeur de la vente des vins

Arnaud Lefèvre reviendra sur les temps forts de ce grand week-end viticole de l’automne. Avec lui vous pénétrerez dans le secret des caves.

©

Les parrains qui ont animé la vente © Samuel Peltier – France 3 Bourgogne Franche Comté

Il vous fera aussi revivre les moments les plus spectaculaires de cette prestigieuse vente, côté salle et côté coulisses.

Avec France 3 Bourgogne

Une sacrée Nuit des Banquets pour Bordeaux SO Good

Une vingtaine de banquets étaient organisés hier soir, partout dans la ville. Une centaine de chefs sur le pont pour cette nouvelle Nuit des Banquets dans le cadre de Bordeaux SO Good. Des lieux insolites pour certains et même un « banquet de la mer » sur la Garonne par Christopher Coutanceau et Stéphane Carrade.

 Stéphane Carrade et Christopher Coutanceau, les deux grands chefs ont bien tenu la barre © JPS

Stéphane Carrade et Christopher Coutanceau, les deux grands chefs ont bien tenu la barre © JPS

Embarquement immédiat à 20 heures, ce samedi soir, sur le Sicambre. A bord, deux grands chefs pour une croisière délicieuse qui va durer environ 2h30.

IMG_2200Mais pour commencer les festivités, les deux chefs avaient réalisé d’exquises petites bouchées à 4 mains, histoire de faire saliver les convives avec l’assortiment d’une dizaine d’amuse-bouches sur le thème de la mer.

Clément et Emma de Bordeaux River Cruse © JPS

Clément et Emma de Bordeaux River Cruse © JPS

Ce dialogue entre le chef de la Rochelle Christopher Coutanceau et Stéphane Carrade, le chef du Skiff Club (restaurant de l’hôtel Ha(a)ïtza au Pyla), incarne la cuisine de l’Atlantique. D’un côté la douceur du Bassin d’Arcachon incarnée par Stéphane Carrade et de l’autre la cuisine marine généreuse et inventive, que sublime Christopher Coutanceau. Ce dernier se définit comme le cusinier pêcheur : « , la pêche, c’est ma grande passion, je la pratique le dimanche et le lundi, suivant la houle. On pêche au leurre. Le bar, la carpe à la saison, le thon rouge aussi, avec des semi-rigides, entre les îles d’Aix, d’Oléron et l’île de Ré… »

Première Nuit des Banquets pour Marine et Benjamin © JPS

Première Nuit des Banquets pour Marine et Benjamin © JPS

Stéphane Carrade me confie que leur duo avait déjà sévi, il y a plus de vingt ans : « on a travaillé ensemble chez Jean Bardet à Tours, j’étais chef de partie puis second. C’est sympathique de se retrouver 20 ans après et de réaliser ce repas ensemble. »

27 banquets partout dans la ville © JPS

27 banquets partout dans la ville pour cette 4e édition de Bordeaux SO Good © JPS

Cette nuit des banquets est une ode à la gastronomie qui tend à se démocratiser. Ce qui rassemble tous ces convives, ce sont les plaisirs de la table et l’envie d’échanger autour de ces produits de différentes cultures et terroirs.

b

« Civet gourmand de homard breton au gingembre », par Christopher Coutanceau

Pour bien démarrer démarrer ce concert de la mer : « une huître tiède au beurre de citron vert et caviar », suivi par un « civet gourmand de homard breton au gingembre », signés par Christopher Coutanceau (2 étoiles au Michelin), et pour continuer « pavé de maigre de ligne, sauce homardine au corail d’oursin, mousseline de cerfeuil tubéreux et cèpes à la pékinoise » par Stéphane Carrade (1 étoile au Michelin)…

v

Sylvie Dimulle, Marie Bidart, Laurent Le Dez (maître de chai du château Bonnet), Karine Bidondo, les ostréiculteurs Laurent Bidart (Gujan-Mestras) et Benoît Bidondo (l’Herbe), et Jean-Michel Conradi © JPS

Et enfin en dessert des meringues aux algues garnies d’une ganache dulcey, crème à l’avocat, suprême et sorbet à l’orange » par Adrien Salavert et Christopher Coutanceau.

Une dizaine de cuisiniers avec Stéphane Carrade, Christopher Coutanceau et Adrien Salavert ont régalé les convives avec un menu 100% produits de la mer © JPS

Une dizaine de cuisiniers avec Stéphane Carrade, Christopher Coutanceau et Adrien Salavert ont régalé les convives avec un menu 100% produits de la mer © JPS

Des mets savamment assortis de vins blancs de Bordeaux, avec les châteaux Bertinerie, Bonnet, Jouvente, Juncarret et château Majoureau en 2016.