08 Déc

Le Tour du Monde en 80 Verres…Là, vous allez voyager !

Dans la série des beaux livres pour Noël, en voici un original. « Le Tour du Monde en 80 Verres ». Il est l’oeuvre de Jules Gaubert-Turpin et Adrien Grant Smith Bianchi. Des compères qui depuis leurs études foisonnent d’imagination et qui travaillent ensemble depuis 5 ans. 

Ce sont deux « passionnés de graphisme et de gastronomie…liquide », comme ils aiment à se définir. Ils ont créé il y a quelques années « La Carte des Vins s’il-vous-plaît » dont Côté Châteaux s’était fait l’écho dès la création. Ils réalisent depuis des cartes viticoles au style moderne, épuré mais aussi avec ce brin de nostalgie des grandes cartes que l’on trouvaient accrochées dans nos anciennes salles de classes.

Aussi, après nous avoir fait rêver avec leur atlas des vignobles, Jules Gaubert-Turpin et Adrien Grant Smith Bianchi nous font un tour de la planète dans ce livre à la découverte des alcools du monde. On y découvre la fameuse bière belge, le vin argentin, le rhum des caraïbes, mais aussi le vin du Piémont italien, le whisky japonais,

Vous allez y trouver résumés l’histoire, le terroir, la dégustation, les caractéristiques et potentiel de garde, mais aussi des infos pratiques sur la production, le taux d’alcool et le prix moyen d’une bouteille, le tout agrémenté de commentaires sur les variétés, les cépages et arômes qui s’y affairent. Avec bien sur en prime une superbe carte.

Ce livre raconte ainsi l’histoire de chaque verre, l’inventivité de l’homme, partout sur la planète vin et spiritueux, qui du Piémont italien au saké japonais, en passant par le baiju chinois, mais aussi le shiraz d’Australie ou le Malbec de Mendoza a su conquérir les papilles et les marchés mondiaux.

Vraiment un bien bel ouvrage, vin…solite et 1structif qui risque de de ravir les amateurs et connaisseurs en vins et spiritueux. Et pour qui souhaiterait comme moi faire un peu d’humour, avec ce prix-là pour un tel ouvrage on peut voir le verre à moitié plein, mais il ne parle que de 80 verres, alors là à moitié vide…Non, c’est pas que la coupe (de blagues) est pleine, celle de champ ou de crémant bientôt, mais c’est un bouquin plein…d’esprit, de richesse et d’envergure qui mérite un coup de chapeau de Côté Châteaux.

Le Tour du Monde en 80 Verres par Jules Gaubert-Turpin et Adrien Grant Smith Bianchi, 25€ aux éditions Marabout.

(PS: l’abus d’alcool est dangereux pour la santé…à consommer avec modération)

07 Déc

Champagne : et si on dégustait un petit Pol Roger de 1900 ?

En février 1900 les caves de la prestigieuse maison de Champagne Pol Roger à Epernay s’étaient effondrées. Un accident industriel qui avait enfoui à jamais, croyait-on à l’époque, 1,5 millions de bouteilles et 500 fûts. Presque 120 ans plus tard une petite centaine de bouteilles a été retrouvée. Trois d’entre elles ont été dégustées par des experts du vin.

Francis Mainguet est à la manoeuvre, sous les feux des projecteurs. Tout le monde retient son souffle…Entre les mains du maître du dégorgement une rescapée de l’éboulement de 1900 de la Maison de Champagne Pol Roger. « Si je vais trop profond, je peux casser le goulot, et la bouteille, elle casse, oui car les verres soufflés à la main étaient fragiles… » confie Francis Mainguet, responsable du dégorgement des bouteilles 1900.

Ensevelies dans la craie pendant 118 ans, cette bouteille et une centaine d’autres sont découvertes en septembre 2018, lors d’opérations de sondages en vue de travaux d’agrandissement. C’était alors une fort agréable surprise de retrouver ces bouteilles qu’on pensait à tout jamais perdues, il y avait 1,5 millions de bouteilles en caves.

Ces vins sont partis sous l’éboulement, 3 mois après la mort de Pol Roger…Aujourd’hui on a la chance d’avoir la 4e, 5e ou 6e génération de la famille qui peut goûter ce vin, c’est un instant d’émotion… En plus les vins sont incroyablement conservés », Laurent d’Harcourt président du directoire de la Maison Pol Roger.

Entre 15 et 20 minutes sont nécessaires pour recouvrer ce magnifique breuvage : « beaucoup d’émotion, c’est impressionnant, très surpris du vin et du bouchon pour un vin de 1900 et même un petit peu avant… » selon  Francis Mainguet.

Bon vin très pur, pas de dépôt, on vient de le dégorger évidemment », Christian Billy petit-fils du fondateur.

On s’attend à quelque chose de vineux, presque un peu lourd, presque un peu pompeux et en fait on a une petite note d’agrumes, un petit côté zest, c’est impressionnant d’avoir cela encore 119 ans après », commente Damien Cambres, chef de Cave de la Maison Pol Roger.

Avec le temps l’effervescence de ces vieux millésimes a disparu. Et l’histoire s’est répétée, car un mois après avaoir révélé ces bouteilles ensevelies, la galerie s’est à nouveau effondrée…

Par Sophie Dumay et Xavier Clayes, confrères de France 3 Champagne-Ardennes, regardez aussi leur reportage :

Spéciale dédicace de Côté Châteaux à Sir Winston Churchill, grand amateur de Pol Roger.

05 Déc

Fallait pas les inviter…vous risquez de vous y attacher : 10e opération « j’irai déguster chez vous » à Lille

Attention ils débarquent dans vos apparts et maisons… Qui ça, quoi ça ? Les Castillon Côtes de Bordeaux. Vendredi 6 et samedi 7 décembre, 2 vignerons de l’appellation vont venir vous faire découvrir leur production et échanger avec vous et vos amis. Un succès dingue !!!

Florence Lavau du château Tuque Bel-Air et Yann Todeschini de La Brande en décembre dernier à Bordeaux © JPS

C’est un peu comme un couple d’inséparables, un couple vous dis-je:  une vigneronne et un vigneron qui arrivent (presque à l’improviste, non je rigole il faut s’être inscrit avant…) chez vous pour vous faire découvrir gratuitement leurs vins.

Au préalable, vous aurez invité votre famille ou vos amis pour une bonne soirée en perspective, à 8 et jusqu’à 15 personnes… Et au moment de l’apéro (12h, 18h30 ou 20h), vous allez recevoir la visite de deux vignerons de Castillon, qui vont tout vous expliquer sur l’appellation, le terroir de Castillon et les vins qu’ils produisent. Chacun aura apporté deux millésimes de son château, et vous aurez préparé de quoi grignoter un peu, des planches de charcuterie et de fromages par exemple…

Pour cette 10e opération dont le succès à Paris, Bordeaux, Rennes et Lille, ne s’est jamais démenti, mais bien au contraire a connu un engouement de plus en plus important, plus de 5600 personnes ont déjà été rencontrées et 274 dégustations réalisées chez les particuliers.

C’est une façon atypique de faire découvrir les vins et le terroir de Castillon Côtes de Bordeaux. Issus du même plateau calcaire que Saint Emilion, c’est le vignoble le plus bio de Bordeaux », Yannick Sabaté, président de Castillon Côtes de Bordeaux.

En attendant ce fameux week-end à Lille, et un ch’ti succès déjà annoncé, les Castillon sont fiers d’annoncer un prochain et le 1er rendez vous « j’irai déguster chez vous » à Bruxelles en 2020.

Pour en savoir plus : www.jiraidegusterchezvous.fr et restez connectés avec le hastag #achacunsoncastillon

Quand Pessac-Léognan fait son show : portes ouvertes ce week-end dans les châteaux !

Samedi 7 et Dimanche 8 décembre, ce sont les traditionnelles portes ouvertes dans 34 châteaux de Pessac-Léognan. L’occasion de rencontrer les propriétaires, les vignerons et de déguster leur vin…De 10h à 18h.

Attention, il va y avoir du monde… A chaque premier week-end de décembre, l’opération portes-ouvertes en Pessac-Léognan engrange succès sur succès. Le bouche à oreille y est sans doute pour quelque chose, car ce sont vraiment des visites et des dîners de qualité qui sont proposés aux amateurs de vin et de gastronomie.

De nombreux visiteurs en général au château de Rouillac durant ce week-end © JPS

Cette année, 34 châteaux participent à ces 2 journées Portes Ouvertes et proposent outre des visites, des dégustations, des balades, parfois des shows ou animations.

Parmi ces châteaux, 12 proposent comme de l’accoutumée des dîners dégustations, qui sont très prisés le samedi soir du 7 décembre, ils affichent d’ailleurs tous complets.

Le chai à barriques de château Seguin à Canéjan © JPS

Ces journées portes ouvertes sont aussi l’occasion pour les connaisseurs et amateurs de non seulement refaire leur cave avant les repas de fêtes de fin d’année, pour la consommation aussi annuelle ou encore pour acheter des vins de garde ou alimenter le fond de roulement de leur cave.

C’est aussi la possibilité de faire des cadeaux originaux pour la famille ou les amis à Noël ou Nouvel An. Carpe Diem.

Portes Ouvertes dans 34 châteaux de l’appellation Pessac-Léognan dont voici la liste : 

04 Déc

Gastronomie: mort de l’ancien chef gascon André Daguin, « inventeur » du magret de canard

André Daguin, l’ancien chef étoilé et charismatique patron des restaurateurs français dans les années 2000, est décédé mardi à Auch à l’âge de 84 ans, a-t-on appris auprès de sa fille. Il avait promu le fameux « magret de canard ».

© André Daguin -photo profil Facebook

« Il s’est éteint aujourd’hui (mardi), paisiblement, ma mère était à ses côtés, elle lui tenait la main. Il s’est battu jusqu’au bout contre un cancer du pancréas », a indiqué à l’AFP sa fille Ariane Daguin, confirmant une information du quotidien Sud-Ouest.

André Daguin avait donné ses lettres de noblesse au magret de canard. Il est décédé à son domicile d’Auch, à deux pas de l’Hôtel de France où trois générations de Daguin se sont succédé jusqu’en 1997, année où il avait cédé l’affaire au chef Roland Garreau, selon La Dépêche du Midi.

En 1900, son grand père, chef de cuisine à l’Hôtel de France, à Auch (Gers), avait été remarqué par le premier Guide Michelin. En 1926, le fils du cuisinier avait acheté l’hôtel, où André est né le 20 septembre 1935.

A sa sortie de l’école hôtelière, il avait repris le restaurant familial, où il avait reçu en 1960 une première étoile Michelin et, dix ans plus tard, une seconde.

BAISSE DE LA TVA

En 1991, ce Gascon, père de trois enfants, était devenu président de la Fédération nationale de la restauration française puis, en 1997, de la Fédération nationale de l’industrie hôtelière (FNIH). Il avait abandonné alors définitivement les fourneaux pour devenir porte-drapeau des hôteliers-restaurateurs, pendant une dizaine d’années.

A ce titre, M. Daguin avait mené dans les années 2000 un combat pour la baisse de la TVA à 5,5% (contre 19,6%) dans la restauration. Une mesure dont il avait fait son cheval de bataille et qui était entrée en vigueur en juillet 2009.

Ce bouillant personnage, à la carrure de joueur de rugby qu’il a été, avait aussi voulu mettre sa faconde et ses talents de lobbyiste au service de la « modernisation » du secteur de l’hôtellerie-restauration. Il avait ainsi plaidé pour la revalorisation des métiers et des salaires, négociant de nombreuses conventions collectives.

L’hôtellerie-restauration est en deuil. La profession est très très triste de perdre un grand défenseur et un ambassadeur de la restauration, et des bons produits », Roland Héguy président de l’Union des métiers et des Industries de l’Hôtellerie.

« Il avait une personnalité, une faconde, une présence, un charisme uniques. Il avait une énorme présence, toujours le béret sur la tête, et a donné beaucoup de couleur à ce métier », a souligné M. Héguy, pour qui André Daguin « a toujours pris la défense du monde agricole, des gens qui travaillent, et des bons produits ».

INVENTEUR DU MAGRET DE CANARD

« C’est lui qui avait +inventé+ le magret de canard, en le commercialisant dans la restauration, et sa fille Ariane plus tard a relayé tout ça aux Etats-Unis en insistant, elle, sur le foie gras », a-t-il rappelé.

« Une grande figure de l’Occitanie nous quitte », a réagi la présidente (PS) de la Région Occitanie, Carole Delga, sur Twitter. « Par son travail et son talent, André #Daguin a révolutionné la cuisine du sud-ouest, lui donnant un écho international. Nous avions travaillé main dans la main pour mettre en place le label « fait maison » », a ajouté Mme Delga.

Un grand chef nous a quittés. Homme engagé pour la défense du terroir, des bons produits et de la cuisine française », Guillaume Gomez chef des cuisines de l’Elysée.

« Il va cruellement manquer au #Gers », tweete pour sa part le président du Conseil départemental du Gers Philippe Martin. « André Daguin aura été, tout au long de sa vie, le plus extraordinaire et le plus intransigeant défenseur de notre Gascogne ».

AFP

03 Déc

Pour les 40 ans du film, un cuvée spéciale « les Bronzés font du ski »

Après le planter de bâton, il y a la sortie du flacon… Non pas celui avec la grenouille séchée à l’intérieur, mais une cuvée spéciale du Domaine de la Citadelle dans le Lubéron, un Côtes du Rhône bio signé par Yves Rousset-Rouard. 

La Cuvée spéciale du © Domaine de la Citadelle

Pour le 40e anniversaire du film culte « Les Bronzés font du ski », le producteur Yves Rousset-Rouard, qui s’est reconverti depuis 30 ans dans la viticulture, a sorti une cuvée spéciale pour l’occasion: tout en bleu avec des flocons de neige.

La contre-étiquette, qui rend hommage notamment aux comédiens du Splendid et au réalisateur Patrice Leconte, est assortie d’un QR code pour écouter la chanson du générique réenregistrée. « Cela amuse beaucoup les gens, c’est la première fois que ça se fait! », sourit M. Rousset-Rouard à la tête du Domaine de la Citadelle dans le Luberon.

Ces trois dernières années, son vignoble de 50 hectares a été successivement touché par la grêle, le gel puis le mildiou. « Je me suis dit comment surmonter ce problème climatique. J’ai recherché une cuvée en bio et en conventionnel, facile à boire pour fêter cet événement », explique l’oncle de Christian Clavier.

Ces vins de 2017 pour le bio et 2018 viennent de deux producteurs de la vallée du Rhône et sont vendus via sa société de commercialisation, après avoir obtenu l’accord des acteurs et de Canal + qui détient les droits du film.

Pour remercier les comédiens, les Bronzés se retrouveront prochainement à Val d’Isère afin de recevoir leur poids en bouteilles de cette cuvée si spéciale.

Avec AFP.

02 Déc

Gault & Millau Tour 2019 : 12 ambassadeurs de la gastronomie primés pour le Grand Sud-Ouest

C’était en cette fin de matinée la remise de 12 trophées par le Guide Gault & Millau, au château Lafaurie-Peyraguey à Bommes en Gironde. Jacques Bally le président de Gault & Millau a souligné « le carré magique », ce qui fait la réussite de ces établissements : « une expérience globale vécue aujourd’hui grâce au chefs cuisiniers, sommeliers, pâtissiers et au service en salle. »

Marc Esquerré, directeur des sélections, le chef Cédric Béchade Gault et Millau d’Or, Jacques Bally, président de Gault et Millau et les chefs étoilés Michel Trama et Michel Guérard © JPS

Ils sont venus, ils sont tous là (ou presque):  les plus grands chefs des tables du Grand Sud Ouest ont répondu présent au Guide Gault-et-Millau, à commencer par le plus illustre et étoilé d’entre eux Michel Guérard, 3*** pour les Prés d’Eugénie à Eugénie-les-Bains (40) , Michel Trama 2** à Puymirol (47) ou encore Nicolas Masse 2** à la Grand’Vigne à Martillac (33).

3 étoiles pour Michel Guérard et 2 pour Michel Trama, les 2 grands parrains de ce Gault et Millau 2019 avec Jacques Bally et Marc Esquerré © JPS

Ce Gault et Millau Tour, c’est l’occasion de récompenser en régions les talents du Grand Sud-Ouest comme Michaël Lemonnier, à la tête depuis 6 ans de l’auberge « le Lion d’Or » à Arcins en Gironde, qu’avait fait connaître le précédent propriétaire Pascal Barbe (auberge qui a une formidable bibliothèque en bois remplie de grands crus du Médoc et tenue par les châetaux eux-mêmes). Michaël Lemonnier, autrefois second du Lion d’Or, a tenu à continuer à incarner en tant que chef cette cuisine de tradition, réalisant devant le public venu en nombre une recette traditionnelle de cervelle de veau.

Même un simple lièvre à la royale, c’est pas compliqué à faire mais c’est énormément de temps, et   c’est des recettes comme celles-là font que les gens viennent nous chercher à Arcins dans le Médoc et c’est beau pour une petite auberge de village », Michaël Lemonnier chef « le Lion d’Or » (Arcins).

Bordelais de coeur, le jeune chef japonais, Akashi Kaneho a reçu un trophée dans la catégorie « cuisine de la mer », pour une cuisine sachant habillement marier des saveurs terre et mer…

Je suis Japonais donc forcément j’aime bien le poisson et tout ce qui est fruits de mer. Là j’ai fait des langoustines saisies, avec escalopes de foie gras, sabayon de framboises et caviar »  Akashi Kaneko chef restaurant « Akashi » (Bordeaux).

Parmi les jeunes talents très prometteurs, Jonathan Vallenari et Gautier Alvarez pour « Maynats », un établissement ouvert il y a seulement un an à Pau. « Maynats, cela signifie gamins en béarnais », des gamins qui se défendent pas mal car depuis 1 an leur restaurant ne désemplit pas ! Il y a aussi les valeurs sûres de la sommellerie comme Aurélien Farrouil, le chef sommelier de la Grand’Vigne à Martillac en Gironde…

C’est l’image de marque de la France, c’est l’image de marque des régions, c’est l’art de vivre, il faut que les gens sachent que cela existe, les meilleurs sont ici venez goûtez, venez vivre l’expérience » Jacques Bally président de Gault et Millau.

Et de décerner le Gault et Millau d’Or pour le Sud-Ouest 2019 à Cédric Béchade, le chef de la Table de l’Auberge Basque à Saint-Pée-sur-Nivelle. « C’est une mise en lumière, on est ouvert depuis 12 ans, le Gault et Millau nous a suivi dès le départ, on a été révélation de l’année 2008 », commente Cédric Béchade. « Là on a un nouveau cap dans notre maison, dans notre entreprise : on est passé établissement « Relais et Châteaux », notre hôtel est passé de 3 à 4 étoiles, et puis on s’est dit on va aller au bout de notre démarche, c’est à dire le restaurant est 100% producteur, même pour les produits secondaires, on ne travaille qu’avec des producteurs. »

Pour moi, c’est un encouragement fort à continuer dans cette démarche, on a déterminé notre cuisine comme une cuisine de sens et de l’essentiel, et c’est un grand encouragement à cela », Cédric Béchade, chef de la Table de l’Auberge Basque Gault&Millau d’Or.

Le Gault et Millau Tour est ainsi un formidable coup de projecteur sur la transmission, la tradition et l’excellence de la gastronomie régionale française, et aujourd’hui spécialement du Sud-Ouest. Jacques Bally a annoncé créer l’an prochain pour les 6 tours de France un nouveau « trophée de l’éloquence pour consacrer ceux qui ont en prime des plats un talent pour s’exprimer dessus et transmettre une émotion. »

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Bertrand Joucla-Parker, Christophe Varone

30 Nov

350 000€ récoltés au profit de la Cité du Vin au cours d’une vente exceptionnelle chez Sotheby’s Wine

C’est une vente aux enchères exceptionnelle, en ligne durant 10 jours, de 42 lots qui a permis de récolter 350 000 € au profit de la Cité du Vin. Une vente qui s’est conclue à Hong-Kong lors d’un dîner de gala. Les lots et séjours exceptionnels ont été offerts par de prestigieuses propriétés et ont trouvés preneurs.

C’est une vente sans précédent, pour laquelle Sotheby’s s’est associé à la Cité du Vin, dans l’optique de participer au financement et au développement du programme culturel de la City of Wine pour 2020…

Cette vente aux enchères s’est clôturée le 22 novembre dernier lors d’un dîner de gala à Hong-Kong,42 lots avaient été mis en jeu durant 10 jours. Les lots de cette vente intitulée « Wine and Dine Expérience » (Benefiting the City du Vin Bordeaux) avaient été généreusement donnés par de grandes propriétés du monde entier: des lots comportants des séjours féériques dans des châteaux, repas gastronomiques, notamment dans des restaurants étoilés par le Guide Michelin et de fabuleux flacons en fdifférents formats.

Nous sommes ravis de soutenir la Cité du Vin pour cette vente très spéciale, qui a vu affluer des enchérisseurs du monde entier pour saisir l’occasion de faire le voyage de leur vie.  Grâce à ces expériences uniques, les heureux gagnants peuvent désormais s’attendre à bénéficier de l’hospitalité légendaire des personnes extraordinaires qui façonnent ces vins,» Jamie Ritchie, président de Sotheby’s Wine.

La Cité du Vin a été dessinée par les architectes d’X-TU

Ce dîner de gala était organisé par Jeannie Cho Lee, Master of Wine, avec le soutien de Peter Lam, ancien Président du Hong Kong Tourism Board. Durant cette soirée 3 lots supplémentaires ont été mis en vente, ce qui porte le total à très exactement 45 lots.

Pour Sylvie Cazes, la Présidente de la Fondation pour la culture et les civilisations du vin : « nous sommes très heureux du grand succès de cette vente aux enchères et nous remercions chaleureusement tous les domaines viticoles et les donateurs de ces lots prestigieux, ainsi que l’équipe de Sotheby’s Wine qui a soutenu et rendu possible cette vente.

Ce succès permettra à la Fondation de réaliser de nouveaux projets culturels en 2020, tels que la programmation d’expositions temporaires d’exception comme « Boire avec les Dieux » (avril 2020), et d’aller encore plus loin dans sa mission de sauvegarde, de protection et de transmission au grand public du patrimoine culturel et universel qu’est le vin,» Sylvie Cazes.

En novembre, la Cité du Vin est ouverte tous les jours de 10h00 à 18h00, et les week-ends jusqu’à 19h. Informations pratiques & tarifs: laciteduvin.com/fr/organisez-votre-visite/informations-pratiques

28 Nov

Le château Lamothe-Bergeron change de mains

Laurent Méry, le directeur du château Lamothe-Bergeron, l’a annoncé ce mercredi. Le château Lamothe-Bergeron devient la propriété de l’institution de prévoyance française CAPSSA. Un château du Médoc qui depuis 10 ans a amélioré la qualité de ses vins et la partie oenotouristique.

Le © château Lamothe-Bergeron avec l’équipe et au centre Laurent Méry et Jean-Pierre Mottura

C’est la période du mercato des châteaux qui continue… Ce cru bourgeois de 68 hectares a été cédé le 21 novembre dernier à l’Institution de Prévoyance française CAPSSA. Un château qu’avait découvert avec plaisir Jean-Pierre Mottura, directeur général de la Capssa, par l’intermédiaire du cabinet de conseil en acquisition TransMillésimes et du consultant et oenologue Mr beneteau.

Nul doute que la qualité des vins produits par le château dirigé de mains de maître depuis 10 ans par Laurent Méry ont convaincu ce nouvel acquéreur d’investir dans le foncier viticole de ce domaine situé à Cussac-Fort-Médoc.

3 des 6 Best Of d’Or décernés en octobre 2017 avec notamment les châteaux Lamothe-Bergeron (Cussac), La Dominique (Saint-Emilion) et Castera (Saint-Germain d’Esteuil) © JPS

Ce château du XIXe siècle avait été rénové récemment et avait misé sur l’eonotourisme, recevant aujourd’hui quelque 8 000 visiteurs, il avait d’ailleurs été primé par les Best Of Wine Toursim. Un projet de restauration pourrait aussi voir le jour.

Laurent Méry directeur du © château Lamothe-Bergeron avec Jean-Pierre Mottura, directeur général de la Capssa,

Ce château qui produit environ 400 000 bouteilles par an, va pouvoir compter sur cet investisseur important, la CAPSSA, qui a annoncé aux salariés du château Lamothe-Bergeron son objectif de « pérennisation du vignoble » et son ambition « d’asseoir davantage la notoriété de la marque au niveau national et international ».

27 Nov

Tombés amoureux du vignoble bordelais durant leur lune de miel, Melody et Andrew Kuk achètent et redonnent vie au château la Commanderie

C’est une belle histoire d’amour en terre de Pomerol. Ce jeune couple de Hongkongais qui passait leur lune de miel en 2011 à Bordeaux a acquis en 2013 le château la Commanderie, réalisant leur rêve d’art de vivre à la française et de détenir un vignoble à Pomerol. Des amoureux de la France et passionnés de vin.

Melody et Andrew Kuk, les propriétaires de château la Commanderie à Pomerol © Jean-Pierre Stahl

Lui est âgé de 40 ans, elle de 31. Tous deux sont Hongkongais mais ont en commun d’aimer la France et ses vins. En 2011, ils décident de passer leur honeymoon dans le Bordelais et là patatras, ils tombent amoureux du vignoble et se disent qu’ils vont écrire leur propre histoire à Bordeaux. Evidemment Andrew Kuk travaille dans la finance,  et Melody dans la communication, ils sont issus de familles de collectionneurs et connaisseurs passionnés, le grand père d’Andrew était d’ailleurs amateur de Cognac.

Château la Commanderie 6 hectares à Pomerol © JPS

En 2013, ils décident d’acheter le château la Commanderie, une belle endormie de 6 hectares pour 8 millions d’euros, située sur le glacis sableux faisant face à Saint-Emilion: « tous les 2 nous sommes des amoureux du vin…La première fois qu’on est venu à Bordeaux c’était durant notre lune de miel, on a visité puis on a voulu investir dans un vignoble pour nos enfants. Donc après 2 ans, on a trouvé un joli vignoble à Pomerol et on s’est décidé rapidement pour devenir propriétaire, » Andrew Kuk.

« Avant de nous décider sur la Commanderie, Pomerol était l’appellation sur laquelle nous étions tous deux d’accord, c’est l’appellation que nous préférons et dont nous avons pas mal de bouteilles dans notre collection, » ajoute son épouse Melody. Et comme l’histoire est un coup de foudre et une belle romance à la française, le couple a donné à leurs deux enfants des prénoms français : Francis et Sophie, aujourd’hui âgés respectivement de 6 et 3 ans.

On est très chanceux d’avoir acquis cette terre, pour nous c’était un rêve. Pour nos amis et notre famille, cela a été une surprise mais ils sont très fiers que nous ayons eu cette opportunité, »  Andew Kuk propriétaire du château la Commanderie.

Ce château de 5,8 hectare situé non loin de Nenin est une petite pépite à Pomerol, un château, « une propriété quelque peu abandonnée depuis très longtemps, même si elle était bien travaillée vu de l’extérieur », analyse Pascal Chatonnet, consultant embauché par la famille Kuk, qui conseille par ailleurs les crus classés Cos d’Estournel et Issan dans le Médoc. Pascal Chatonnet explique sa philosophie « on essaie de faire des vins au niveau du vignoble, au niveau du terroir qui fait ce qu’il peut, cela ne sert à rien d’essayer de lui faire dire ce qu’il ne peut pas dire… »

Et de compléter : « on est ici à Pomerol et donc on essaie de faire du Pomerol, c’est un vin qui est assis sur du merlot avec un terroir typiquement pomerolais, en surface assez variable mais dessous assez constant, c’est de l’argile. 

Grâce à cet argile, on peut cultiver des merlots qui à Pomerol sont assez uniques. Je fais des merlots partout dans le monde mais l’identité, l’ADN du merlot il est quand même à Pomerol, on a  aussi l’avantage d’avoir de vieux cabernet francs assez typiques et qui se marient harmonieusement qui vont donner cette vivacité, cette fraîcheur que l’on recherche, et ce fruit qui sont absolument uniques » Pascal Chatonnet consultant.

Des amateurs de vins depuis déjà de nombreuses années © JPS

Ce sont des travaux dantesques qui ont été entrepris à la Commanderie pour 3 millions d’euros, une rénovation totale dans le respect du paysage historique. Les procédés les plus respectueux de la réception de vendange ont été mis en oeuvre avec un triage moderne par densité et un transfert du raisin gravitaire dans 7 cuves inox avec une régulation de température très performante comme le précise Julien Bordas responsable d’exploitation.  Un cuvier avec dans la continuité son chai à barriques contenant 180 barriques contre 40 précédemment, avec 3 tonneliers fournisseurs Séguin, Sylvain et Darnajou, des barriques à grain fin et en chauffe moyenne. Aujourd’hui le rendement est de 35 à 40 hectolitres à l’hectare, 15000 à 20000 bouteilles de 1er vin (château la Commanderie) et 10000 de second vin (l’esprit).

Et de passer enfin à la dégustation verticale des millésimes 2015 à 2018 avec Pascal Chatonnet, Julien Bordas et bien sûr Melody et Andew Kuk…

Avec un 2015 des plus charmeurs : « on ne veut pas faire des vins confiturés comme dans la Napa Valley, on va rester sur la fraîcheur et la tension, des vins facile à boire, souples, élégants. On est assez fier du résultat avec un vin charmant, taillé pour le vieillissement ». Sur le 2016, « le grand millésime par excellence, sur le fruit, on a trouvé le profil de vin que l’on souhaitait faire ici ». 2017, un millésime à boire plus rapidement que 15 et 16 qui sont des millésimes de garde par excellence. Quant au 2018, » il s’approche assez du 2016, on aura un millésime supérieur ou égal au 2016… » Voilà qui augure d’une belle propriété, dont les vins vont encore se bonifier avec le temps.

Le couple confirme sa vision pour le château la Commanderie et son ancrage local : « chaque année, on va essayer de faire de mieux en mieux » affirme Andrew Kuk, quant à savoir si l’intégralité de la production risque d’être commercialisée uniquement en Chine ? « Il serait facile de tout envoyer en Chine et de vendre là-bas, mais ce n’est pas ce que l’on veut faire, on veut avant tout faire une grande marque château la Commanderie ici et le marché français est un bon marché pour cela, le marché principal, et le reste ce sera pour nos amis et le business. »

Pascal Chatonnet, Melody et Andew Kuk, et Julien Bordas © JPS

Quant à savoir s’ils vont poser définitivement leurs valises en France ? « Notre français n’est aops encore assez bon, mais c’est notre rêve ainsi que pour nos enfants, qui apprennent le français », selon Melody. Et on a un projet, à la retraite, on espère bien vivre ici », renchérit Andrew Kuk.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Pascal Lécuyer, Boris Chague et Christian Arliguié :