17 Juin

Cussac-Fort-Médoc : 50 volontaires ont participé à la « campagne glyphosate » avec des prélèvements d’urine

Entre 6h et 8h ce matin, ce sont 50 volontaires qui sont venus, avant leur travail, à la salle polyvalente de Cussac-Fort-Médoc, pour ce prélèvement d’urine. Tous veulent savoir s’il y a des traces de glyphosate dans leur corps, pour intenter des action en justice, en fonction bien sûr des résultats.

Ils sont salariés agricoles, riverains des vignes, militants anti-pesticides ou tout simplement des habitants du Médoc…Même s’ils n’ont pas forcément peur, ils sont préoccupés et veulent savoir s’ils ont du glyphosate dans leur organisme:  « c’est quand même pas un produit cool, donc c’est bien de savoir si on a été exposé et si on stocke… » « C’est cancérigène, mutagène et neurotoxique, donc c’est quand même bien de savoir si moi j’ai été impacté… » commentent deux des participants.

Tout se fait sous le contrôle des deux huissiers de justice dont Christophe Peychez, huissier à Castelnau et Mérignac :« je suis là pour certifier le bon déroulement des opérations et pour expédier après, les prélèvements sous scellés à un laboratoire indépendant. »

A droite, le maire Dominique Fedieu, lui même viticulteur, en bio © JPS

Parmi eux, le maire Dominique Fedieu, également viticulteur en bio, qui a prêté pour l’occasion la salle polyvalente: « Très longtemps, il y a eu un discours positif par les vendeurs, et puis on s’est rendu compte que cette molécule pouvait poser des problèmes, et notamment par rapport à l’apparition de maladies et de certains cancers… Donc, ça me touche de voir à quel point on peut être contaminé et les uns et les autres et c’est une question de santé publique. »

Les participants paient une légère contribution (pour payer les analyses et après le dépôt de plainte (un avocat et les frais de justice) et remplissent un questionnaire sur leur lieu d’habitation et leur mode de vie, à rapprocher des résultats des analyses qui seront connus d’ici un mois.

Certes le glyphosate n’est pas d’utilisation exclusivement viticole, mais il est aussi utilisé dans la viticulture, il est encore utilisé, et donc c’est très intéressant de pouvoir avoir un aperçu de l’exposition de la contamination de ces gens qui habitent le Médoc et qui pour certains sont travailleurs des vignes » Marie-Lys Bibeyran Info Médoc Pesticides

En fonction des résultats, des plaintes seront déposées devant le Tribunal de Grande Instance de Bordeaux. Arrivée vers 7h, Marion Ricaud nous confie « en fait je m’implique déjà dans le Mouvement des Coquelicots, et j’ai trouvé très concret le fait de porter plainte en fait. Dès fois on perd un peu de courage, dans la mobilisation, parce que notre action était simplement symbolique, mais là elle est concrête parce qu’on va porter plainte. »

Jacky Berrahil de la Campagne Glyphosate 33 © JPS

Ce sont des plaintes qui visent tous les responsables en poste, des fabricants jusqu’à ceux qui l’ont autorisé, de la commission européenne et tous les organismes, pour atteinte à l’environnement, tromperie aggravée et mise en danger de la vie d’autrui », Jacky Berrahil trésorier de Campagne Glyphosate 33.

Cinq opérations de ce type sont menées en Gironde à Cussac ce jour, mais aussi à Libourne, La Teste, Langon et le 28 juin au Haillan. Les dépôts de plainte ne devraient intervenir qu’en septembre ou octobre. Affaire à suivre…

16 Juin

La Belle Epoque renoue avec la tradition des belles brasseries bordelaises d’antan

C’est une nouvelle page d’histoire qui s’écrit pour la Belle Epoque, l’une des plus vieilles brasseries de Bordeaux, qui remonte à 1865. Un trio gagnant du monde du vin a décidé de lui redonner tout son cachet et de mettre en avant des pépites et vins de Bordeaux. Sophie Wolff, Laurie Mouyen et Marcello Roudil vont faire revivre ce bel endroit situé sur les quais et décoré de faïences Vieillard.

Sophie Wolff, Marcello Roudil et Laurie Mouyen, à la tête de la Belle Epoque © JPS

1855…1865 ! La Belle Epoque a ouvert 10 ans après le fameux classement des vins de Bordeaux, réclamé par Napoléon III. Lorsqu’elle ouvre, l’Empereur est encore au pouvoir, mais dans la seconde partie de son règne, un peu plus éclairé, moins absolutiste. Avant d’être ce restaurant que tout le monde connaît, il s’agissait d’un hôtel, l’Hôtel de Nantes, qui aujourd’hui a disparu, mais dont demeure cette salle de restaurant et le fumoir. C’est en 1870, que la décoration actuelle a été exécutée, le propriétaire souhaitant un décor inspiré de ce qui se faisait de mieux à Bordeaux à l’époque, les faïences de la faïencerie Vieillard : Amédée Caranza s’inspira ainsi des motifs abstraits et végétaux que l’on retrouve dans la céramique orientale et qui ornent les murs et plafonds.

Partout sur les murs, des faïences Vieillard, un décor imaginé par Amédée Caranza © JPS

« J’ai toujours adoré cet endroit, j’y venais déjà avec mon grand-père », me confie Sophie Wolff, « fille et ex-femme de négociant » (comme elle aime se définir), qui dirige la Belle Epoque avec ses deux associés. Restauratrice, elle a commencé il y a 25 ans, a travaillé « chez Jean-Marie (Amat) au Saint-James », au Café des Quinconces, au Bistrot Bordelais et avait repris avec un associé le Café de Lugon à la gare… « Je me disais qu’il y avait quelque chose à faire ici, en petit dépoussiérage, en gardant bien sûr ces faïences qui sont classées. C’est très gai cet endroit. » 

« L’idée était déjà de remettre la Belle Epoque dans le jus, on a repeint les murs en blanc, pour réhausser les faïences; avant c’était une couleur plutôt jaune et sombre sur les murs », commente à son tour Marcello Roudil. Marcello est le directeur du Bachelor Commercialisation des Vins et Spiritueux et du MBA 1 Wine & Spirit à l’INSEEC, l’école de commerce de Bordeaux dont il a accompagné son développement (« en 2006, on avait 50 étudiants, aujourd’hui 450… »). « Moi, je passe devant la Belle Epoque tous les jours, j’ai des bureaux près du conservatoire et habite près de l’Intendant. Je venais y déjeuner, passais aussi en tramway et voyais la terrasse souvent vide, je cherchais une activité connexe dans l’esprit de ce que je faisais déjà, et je me suis intéressé à l’affaire. Une amie, Nathalie, m’a présenté Sophie, qui est devenue mon associée. »

Cette nouvelle casquette pour Marcello Roudil est venue aussi tout naturellement: « je suis au resto tous les jours, je n’ai qu’une petite cuisine chez moi, et je passe mon temps dans les restaurants…En plus, j’ai le sens du détail et du service, je fais le service ici une fois par semaine, j’aime, cela permet de comprendre ce qui se passe, de parler avec les gens et d’être au service au sens propre… » Marcello Roudil a les yeux qui brillent, il aime le contact, les gens, parler et les recevoir, il se souvient d’ailleurs de ses débuts dans le commerce, lorsqu’il menait de front ses études de droit, il voulait à tout prix rentrer chez Weston, cela était pour lui un rêve réalisé. Un peu comme la Belle Epoque aujourd’hui. De plus, il est aussi associé à Laurie Mouyen, ancienne avocate et camarade de fac de droit, également directrice du Bachelor Real Estate à l’Inseec. « Moi, je suis passionnée d’art depuis toujours, je vais beaucoup au resto et j’ai envie que les gens viennent ici et s’approprient le lieu ».

Laurie Mouyen ne manque pas d’idées, comme avoir réalisé une carte des petits princes et princesses à colorier, avec à la base une photographie détourée par Arnaud Brukhnoff de la place des Quinconces…à garder en souvenir. Une idée qui a même plu à des touristes étrangers adultes venus se restaurer, et qui ont gardé leur propre oeuvre. Laurie a travaillé aussi avec Christine Valette (cf ancienne propriétaire de Troplong Mondot à Saint-Emilion, malheureusement disparue) pour l’ouverture des Belles Perdrix, et depuis « j’ai toujours eu envie d’avoir un restaurant… » De plus elle a eu cette idée originale : « on souhaiterait renouer avec un menu Belle Epoque, avec des plats traditionnels de 1900-1920, pour avoir cette continuité historique car le lieu est très très beau… » 

Marcello Roudil, Laurie Mouyen, Sophie Wolff, Vincent Vigneau, le chef SteeveJudith et les reste de l’équipe © JPS

Quant à la carte des vins,  » on souhaite avoir 25 à 30 références, je bosse avec Alexandre Morin, sommelier consultant, sur certaines et Nicolas Touchez, qui lui est un dénicheur de vins à Paris », explique Marcello Roudil. « Je travaille un tiers avec l’un, 1 autre tiers avec l’autre et pour le dernier tiers ce sont les vins des amis…comme le blanc, le Thieuley  des soeurs Courselle, le rouge de Haut-Marbuzet, on travaille aussi avec Nicolas Despagne (Maison Blanche) et François Despagne (Grand Corbin Despagne), Olivier Fleury du château Pavillon à Sainte-Croix-du-Mont. Je fais goûter le vin à tout le monde et je vois à qui ça plaît et pourquoi ça ne plaît pas. En tout cas, on ne fait pas de gros coefficient sur le vin, moins que l’ancien propriétaire, proposé au verre ou à la bouteille…L’idée est de faire aussi une autre carte en parallèle, avec des crus classés ou assimilés, comme des crus bourgeois ». Alors que bon nombre de commentateurs critiquent les restaurants qui n’ont pas ou peu de Bordeaux à leur carte, ici ce n’est pas le cas bien au contraire :  » Les gens prennent beaucoup de Bordeaux parce qu’on a pas mal de clientèle étrangère qui passe ici, on a beaucoup de gens qui apprécient les vins blancs. J’ai aussi l’idée de trouver un formule où le vin sera au prix des négociants, pour redonner au vin la place qu’il mérite… » Et en face des quais d’où partaient les barriques en bateau autrefois, cela a du sens bien évidemment…

Enfin, « la mixologie, c’est une chose qui se développe à Bordeaux, j’ai fait venir Vincent Vigneau qui m’a été recommandé par le chef sommelier du Mama Shelter, on va explorer et développer  l’offre cocktail », poursuit Marcello Roudil. Avec ce fabuleux bar remis en l’état, cela va avoir de la gueule dans cet endroit central de Bordeaux juste en face des Quinconces et des fameuses colonnes Rostral…

Orages de grêle : de gros dégâts en Apremont et dans la Drôme

De violents orages, dans les départements placés en vigilance orange de la région Auvergne-Rhône-Alpes et en Suisse, ont fait un mort samedi en Haute-Savoie, et une autre plaisancière décédée sur le lac Léman en Suisse. De très gros dégâts sont enregistrés également dans la Drôme. Les dégâts dans le vignoble d’Apremont sont très importants.

La grêle à Romans-sur-Isère samedi 15 juin 2019 / © France 3 Rhône Alpes

DEUX TOURISTES DECEDES EN HAUTE-SAVOIE ET EN SUISSE

L’alerte a été levée en fin de journée de ce samedi après que la pluie, la grêle et le vent eurent balayé la région Auvergne-Rhône-Alpes dans l’après-midi.

Une touriste allemande de 51 ans est décédée dans un camping à Tanninges (Haute-Savoie), écrasée par un arbre tombé sur son camping-car vers 17H00. Par ailleurs, une autre touriste s’est noyée samedi dans le lac Léman, au large de Genève, quand le bateau de plaisance sur lequel elle naviguait a coulé lors d’un violent orage.

A Romans-sur-Isère (Drôme), la grêle n’est tombée qu’un quart d’heure mais l’épisode a été « d’une violence inouïe, accompagné de vents très forts tourbillonnants », a souligné la mairie dans un communiqué. Des rues de la ville se sont transformées en torrents durant l’épisode.

Les grêlons, « de la taille de balles de tennis », (de 5 à 7 centimètres de diamètre) ont causé « des dégâts extrêmement importants sur des bâtiments privés et publics sur toute la ville, ainsi que sur le réseau électrique », selon la même source. Le plan communal de sauvegarde a été déclenché et la préfecture a ouvert une cellule de crise. La maire, Marie-Hélène Thoraval, demandera dimanche la reconnaissance d’un état de catastrophe naturelle.

Les pompiers sont intervenus à près de 380 reprises dans le département, dont plus de 200 rien qu’à Romans. Une dizaine de personnes ont été légèrement blessées par les grêlons ou des éclats de verre brisé, selon la préfecture. Quatre écoles ont été endommagées – dont deux resteront fermées lundi – et les urgences de l’hôpital ont été évacuées temporairement.

La commune voisine de Bourg-de-Péage a également été touchée. Les dégâts sont en cours d’évaluation dans le secteur, notamment dans les vergers et les vignes. « Certains avaient des filets anti-grêle qui ont tenu, d’autres pas », a relevé une porte-parole de la préfecture.

Toute ma solidarité avec les agriculteurs et les drômois touchés par cette violente tornade de grêle. Je serai sur place pour constater de visu« , Didier Guillaume ministre de l’Agriculture .

Jusqu’à neuf départements avaient été mis en alerte dans la région par Météo-France: l’Ain, l’Ardèche, la Drôme, l’Isère, la Loire, la Haute-Loire, le Rhône, la Savoie et la Haute-Savoie. « Cet épisode orageux s’est avéré très actif avec de fortes chutes de grêle, de fortes rafales de vent ayant atteint ou dépassé assez fréquemment les 100 km/h dans les départements de la Loire, de l’Isère, de la Haute-Savoie », souligne le service de prévision météo.

Une rafale a notamment atteint 111 km/h à Voiron (Isère) et il est tombé plus de 120 litres d’eau au mètre carré en deux heures dans certains secteurs de l’Ardèche, 25 litres en moins d’une demi-heure près de Saint-Étienne. Ces précipitations ont perturbé la circulation sur les autoroutes A72 et A47 ainsi que sur la route nationale 88 dans l’agglomération stéphanoise. La circulation des trains régionaux a été interrompue entre Chambéry et Grenoble et vers les vallées savoyardes. Un gymnase doit accueillir les passagers qui ne pourront pas atteindre leur destination samedi soir.

Dans plusieurs départements, les pompiers sont intervenus à des centaines de reprises pour des locaux inondés, des habitations endommagées ou des routes coupées par la montée des eaux ou des chutes d’arbres.

Dans la Loire, deux personnes ont dû être évacuées de leur voiture bloquée par la montée des eaux, selon les secours. Une maison a été évacuée dans un village de l’Ardèche, au nord de Privas.

Le vignoble d’Apremont, en Savoie, a été en grande partie dévasté par les orages de samedi © Maxime Quemener France 3 Alpes

LE VIGNOBLE D’APREMONT TOUCHE

Pour ce qui est de la vigne, un  orage très violent s’est  abattu dans le secteur d’Apremont et du Granier en Savoie.  « Des trames de grêle ont impacté tout le vignoble sur le Granier« , a expliqué à France Bleu Savoie Yannick Uchet qui est lui-même viticulteur et président des vins d’Apremont. Le secteur le plus touché par les dégâts est celui de Saint-Baldoph et Saint-Jeoire-Prieuré. « On a l’impression qu’on est en hiver dans les vignes. La récolte 2019 va être nulle et celle de 2020 est très compromise car les bois sont touché » a-t-il confié à mes confrères de France Bleu Savoie.

Avec AFP, France 3 Alpes et France Bleu Savoie.

14 Juin

Les Estivales en Pessac-Léognan : c’est ce samedi 15 juin, visites et dégustations gratuites…

Si vous n’avez rien de prévu ce samedi, 14 châteaux de Pessac-Léognan vous ouvrent leurs portes ce samedi 15 juin. Au programme, visites des propriétés et dégustations, ainsi que de nombreuses animations.

Les châteaux qui participent à cette nouvelle édition vous ouvrent leurs portes de 10h à 19h ce samedi 15 juin. Vous pourrez ainsi visiter quelques 14 châteaux et profiter de leurs domaines, parcs et vignobles et réaliser des dégustations gratuites. Si vous vous êtes inscrits, également participer à un déjeuner champêtre.

Les châteaux participants sont les châteaux Brown, Carbonnieux, Couhins, Couhins Lurton, d’Eyran, Grandmaison, Haut-Bergey, Haut-Nouchet, Haut-Lagrange, Lafargue, Léognan, Pont-Saint-Martin, Rouillac, et La Solitude.

Pour en savoir plus ici leur programme

Découvrez en vidéo l’appellation de Pessac-Léognan : 

Salon ViniBio : une première édition au Hangar 14 à Bordeaux, du 14 au 16 juin

ViniBio se veut le rendez-vous des oenophiles et amateurs de vins bio. 50 exposants participent à partir d’aujourd’hui au salon bio, en parallèle de Zen&Bio, le salon bio, bien-être et habitat sain. C’est tout ce week-end, du vendredi 14 au dimanche 16 juin.

 Il y a un réel engouement et une demande sur les produits bio, il n’y a qu’à voir le virage opéré par la grande distribution et le nombre de petits commerces de quartier, « biocoop » ou autres, s’ouvrir chaque année. A Vinexpo Bordeaux, les WoW World Organic Wines ont aussi connu un succès certain.

Fort de ce constat, le nombre de rendez-vous bio augmente aussi à Bordeaux… Le Salon ViniBio Bordeaux, 1er du nom, se tient aujourd’hui au Hangar 14 sur les quais à Bordeaux. Av

50 exposants y sont présents avec leur certification AB (agriculture biologique) et label Demeter ou Biodyvin, pour les vins biodynamiques ; des vignerons, qui travaillent dans le respect de l’environnement, de la biodiversité et la recherche d’authenticité du goût et du terroir. Un salon organisé avec le soutien du Syndicat des Vignerons Bio de la Nouvelle Aquitaine.

AU PROGRAMME

  • Une quinzaine d’animations
  • Des conférences sur les thématiques du vin animées par des experts, sommeliers et journalistes, des 4 coins de France et d’Europe.
  • Des dégustations commentées, l’occasion d’échanger avec les producteurs

Pour en savoir plus :    

 

13 Juin

Thierry et Claude Sergenton, élus « Vignerons de l’année »pour leur cuvée Jules Domaine de Lacombe, Côtes de Bergerac rouge 2017

En voilà une bonne nouvelle, Thierry et Claude Sergenton, du Domaine de Lacombe ont décroché le titre de « Vigneron de l’année » à Lascaux IV. 

Thierry et Claude Sergenton, au centre, entourés des membres du jury © Vins de Bergerac

Thierry Sergenton est passionné de viticulture… Depuis tout petit, il voulait faire cela et à l’âge de 14 ans, il s’est dirigé vers une formation viticole, décrochant notamment un BTS a la Tour Blanche à Bommes. Une vocation que lui a donné son père, Claude, lui même vigneron à la tête du Domaine de Lacombe, 26 hectares, à Razac de Saussignac. Tous deux produisent des vins en AOC Bergerac (en blanc sec, en rouge et rosé), en Côtes de Bergerac (blanc et rouge) et en AOC Saussignac (liquoreux).

Ils ont ainsi décroché cette belle sculpture en bronze (créée par Henri Redon), un trophée remis dans le cadre de Lascaux IV.Pour cette édition, 234 échantillons étaient en lice et ont été dégustés par 18 jurys composés de 4 personnes. Ce concours, lancé en 1984, était ouvert aux producteurs des Appellations d’Origine Contrôlée du Bergeracois, des Côtes de Duras (depuis 2018) et de l’IGP Périgord.

Un beau challenge qui permet de mettre en avant les 7 grands terroirs du Bergeracois et de décerner ce fabuleux trophée de « Vigneron de l’année 2019 », sur une cuvée coup de coeur. Un prix qui consacre également une belle transmission familiale.

12 Juin

Le cépage à l’origine du vin jaune du Jura vieux d’au moins 900 ans

L’analyse génétique d’anciennes graines de vignes révèle que certains cépages sont cultivés en France depuis des centaines d’années, notamment le savagnin blanc, vieux de plus de 900 ans.

Vieilles bouteilles de vin jaune dans leur clavelin © Comité Régional du Toursime de Franche-Comté

« L’un des échantillons prélevés sur un site médiéval d’Orléans correspond au savagnin blanc. En faisant des boutures ou des greffes, des personnes ont maintenu cette lignée depuis au moins 900 ans », explique à l’AFP Nathan Wales de l’université d’York au Royaume-Uni, coauteur de l’étude publiée lundi dans Nature Plants.

Le savagnin, un cépage blanc, cultivé dans les vignobles du Jura est notamment utilisé dans la préparation du vin jaune, vin emblématique de cette région, vieilli plus de six ans en fûts de chêne et surnommé le « vin des rois ».

Introduite en France par les Grecs au VIe siècle avant Jésus-Christ, la viticulture ne s’est répandue dans la majeure partie du sud de la France que sous l’occupation
romaine. Un autre échantillon, datant justement de cette époque, est « extrêmement proche » de l’humagne blanc, un cépage du canton du Valais en Suisse que l’on appelle au XIXe siècle le « vin des accouchées » du fait de sa forte teneur en fer. Les chercheurs ont également retrouvé une graine correspondant au pinot noir.

En tout, Nathan Wales et ses collègues ont analysé l’ADN de 28 graines retrouvées sur neuf sites archéologiques différents, datant pour les plus anciennes de 500 ans avant Jesus-Christ, notant « des relations très étroites entre les échantillons archéologiques et les échantillons cultivés aujourd’hui ».

Selon les auteurs de l’étude, la vigne Vitis vinifera aurait été domestiquée en Asie du sud-ouest il y a environ 6.000 ans. La production et la consommation de
vin s’est ensuite répandue progressivement dans le Moyen-Orient et le bassin méditerranéen, s’intégrant dans la vie sociale et religieuse.

La plupart des cépages classiques appartiennent à cette espèce (6.000 et 7.000 environ) même si 95% de la surface viticole est occupée par une quarantaine de cépages seulement, dont une bonne quinzaine sont ultraprésents dans le monde entier: chardonnay, merlot, pinot et autre syrah.

AFP.

11 Juin

Taxes américaines sur le vin: « rien de dramatique » pour le négoce bordelais

Des représentants du négoce bordelais ont assuré mardi que les menaces de Donald Trump d’augmenter les taxes d’importation sur les vins français n’avaient « rien de dramatique » et qu’un rééquilibrage des taxes n’aurait qu’un « impact marginal » sur les vins de Bordeaux.

Fabrice Bernard, le PDG de Millésima s’est voulu rassurant sur France 3 Aquitaine © JPS

« La différence [de droits de douane sur les vins entre États-Unis et Union européenne] est de quelques centimes. Donc si jamais Trump voulait équilibrer les taxes, ça ne serait pas dramatique », a affirmé à l’AFP Christophe Reboul-Salzes, patron de The Wine Merchant.

Selon Fabrice Bernard, PDG de Millésima, la différence de droits de douanes sur les vins aux Etats-Unis et dans l’UE est en moyenne de « 7 centimes pour une bouteille de 75 cl inférieure à 14 degrés » d’alcool. Une augmentation de « 7 centimes par bouteille », « je ne pense pas que ce serait significatif », a-t-il dit dans le 12/13 sur notre antenne de France 3 Aquitaine.

Chez Sherry-Lehmann en mars 2018, l’un des plus ancien caviste de New-York © JPS

« Beaucoup de vins vendus aux USA valent plus de 10 euros », a aussi assuré Christophe Reboul Salze. « Réajuster de 7 centimes sur une bouteille à 10 euros, ça reste moins cher que l’augmentation du coût des matières sèches (bouteilles, cartons, capsules, palettes etc.) ». « L’impact [d’un tel rééquilibrage] serait marginal pour les vins français, selon moi. Mais pour les moins chers, comme des vins espagnols, 10 centimes d’augmentation, ça peut commencer à peser un peu… », concède-t-il.

« Une hausse serait certes ennuyeuse, mais pas de quoi monter un grand truc », a également réagi Philippe Castéja, président du Conseil des grands crus classés 1855. « M. Trump estime que le marché européen ne traite pas les vins américains gentiment? Mais c’est une fausse barbe de sa part car les vins américains sont extrêmement peu exportateurs. Leur marché intérieur, qui est le premier au monde pour la consommation de vin, leur suffit », a-t-il dit à l’AFP. Cette posture, « c’est du Donald Trump à 100% ».

Le Président Américain « défend son beefsteak à sa manière, pas toujours élégante », a estimé M. Reboul Salze, qui se dit « plus préoccupé » par ce qui se passe à Hong Kong, ex-colonie britannique où un million de personnes ont manifesté dimanche contre un projet de loi favorable à Pékin. La situation de tension « ne favorise pas le business des grands vins car on parle là d’acheteurs qui ont des caves généralement déjà bien garnies et qui peuvent se passer d’acheter pendant plusieurs années… »

Selon le Conseil interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB), les Etats-Unis -marché de grands millésimes- sont le deuxième pays d’exportation des vins de Bordeaux en volume (après la Chine), avec 26 millions de bouteilles, et le troisième en valeur (après Hong Kong et la Chine) avec 279 millions d’euros.

Les exportations de Bordeaux vers les Etats-Unis ont augmenté de 21% en 2018, selon le CIVB, qui n’a pas souhaité réagir aux déclarations de Donald Trump.

Avec AFP.

LES USA ET BORDEAUX EN CHIFFRES :

  • 199 000 hectolitres, l’équivalent de 26 millions de bouteilles, exportés en 2018 soit -1% en volume
  • une hausse de +21% en valeur en 2018
  • 2e destination pour les vins blancs de Bordeaux vers les USA et hausse de 3% avec 3,6 millions de bouteilles
  • poids des exportations de Bordeaux vers les Etats-Unis : 11% en volume et 13% en valeur
  • Bordeaux leader dans les exportations françaises de vins AOP vers les USA : 22% des volumes et 30% en valeur

Ecoutez Fabrice Bernard, PDG de Millésima, invité par votre serviteur pour parler avec Marie-Pierre d’Abrigeon de cette menace qui pèse sur les vins français : JT de France  Aquitaine du 11 juin à midi dans le 12/13 :

10 Juin

Château Pavie : une « signature Perse »

Un nouvel ouvrage vient de sortir aux éditions Glénat. « Château Pavie, Signature Perse » par Jean-François Chaigneau, grand reporter, écrivain et créateur de la rubrique vin à Paris Match et Anne-Emmanuelle Thion, photographe. Un joli livre à lire cet été.

Château Pavie, c’est l’un des 4 premiers crus classés A de Saint-Emilion. Un château mythique qui tutoie l’excellence, voulue par Chantal et Gérard Perse. D’un beau vignoble acheté en 1998, ils en ont fait une pépite, repensant totalement le château entièrement reconstruit et décoré sous la direction d’Alberto Pinto, mais ils ont aussi fait de cette colline qui surplombe cette plaine de Saint-Emilion un vignoble remarquable avec ces terrasses en pierre, un suivi du vignoble réalisé avec l’aide de Michel Rolland.

Un travail qui a été encensé par le célèbre critique en vin Robert Parker (qui a officiellement pris sa retraite) il y a quelques années: « Pavie est aujourd’hui l’un des meilleurs vins au monde », avait-il déclaré en décernant la note maximale de 100 au millésime 2000.

Gérard et Chantal Perse dans le livre Château Pavie © Anne-Emmanuelle Thion

Cet ouvrage réalisé par Jean-François Chaigneau, ancien rédacteur en chef adjoint de Paris Match (jusqu’en 2008), responsable des pages cultures et art de vivre et de la rubrique vin, et par la photographe Anne-Emmanuelle Thion, retrace le parcours incroyable de Chantal et Gérard Perse.

Henrique Da Costa, Chantal et Gérard Perse, leur fille Angélique Da Costa et Ronan Kervarrec © JPS

« Ces entrepreneurs qui se sont faits eux-mêmes » ,anciens propriétaires de supermarchés en région parisienne, sont tombés amoureux du terroir de Saint-Emilion, ils se sont offerts dans un premier temps Monbousquet puis Pavie, en donnant à ce dernier l’aura internationale que l’on connaît.

Dans l’ouvrage, on découvre la passion aussi du chef de l’Hostellerie de Plaisance Ronan Kervarrec © Anne-Emmanuelle Thion

Ils ont aussi su porté haut les couleurs de l’Hostellerie de Plaisance, dirigée par Chantal et Angélique Perse, en confiant les cuisines au très doué chef Ronan Kervarrec, qui y a déjà décroché deux étoiles au Guide Michelin. Une histoire qui se poursuit avec la relève Angélique Perse et son époux Henrique Da Costa, qui est également pleinement investi dans cette formidable saga dans le monde du vin.

Gérard Perse dans le chapitre les Millésimes © Anne-Emmanuelle Thion

Château Pavie, Signature Perse, par Jean-François Chaigneau et Anne-Emmanuelle Thion, collection Le Verre et l’Assiette, 288 pages, aux éditions Glénat

A lire ou relire :

La famille Perse célèbre ses 20 ans à château Pavie

08 Juin

Le Jardin Millésimé : un jardin paysagé inspiré par les millésimes du château Larrivet Haut-Brion

C’est un doux rêve imaginé par Emilie Gervoson et Soline Portmann, qui aujourd’hui est réalité. Un jardin dédié au monde du vin. Un jardin qui évoque la vigne, déjà à travers ses piquets que l’on retrouve dans les rangs de vigne, mais aussi à travers ses senteurs végétales. Initialement baptisé le Jardin d’Ivresse, il porte désormais le nom de Jardin Millésimé… Une création végétale dédiée aux vins qui a conquis de nombreux visiteurs ce samedi à l’occasion des « rendez-vous aux jardins »

Emilie Gervoson, propriétaire du château Larrivet Haut-Brion et Soline Portmann scénographe-paysagiste dans le Jardin Millésimé © Jean-Pierre Stahl

Tout est parti d’une petite création paysagère pour arriver à un plus grand jardin, le Jardin d’Ivresse… Au départ, il y a cette volonté de créer un espace avec cette rose unique créée en hommage aux 3 filles des propriétaires Christine et Philippe Gervoson : Emilie, Charlotte et Valentine. Une rose créée en 2013 par la maison Meilland Richardier et baptisée « les Demoiselles de Larrivet Haut-Brion », du même nom que le second vin de la propriété achetée en 1987 par la famille en Pessac-Léognan (même année que la création de l’appellation).

Et puis, après le vin, la rose, vint le jardin : un jardin lancé en juin 2015 sous le joli nom de Jardin d’Ivresse, mais pour lequel il était difficile de communiquer et d’inciter les gens à venir boire, un verre, car la loi Evin se serait rappelé aux initiateurs, d’où ce nouveau nom original de Jardin Millésimé:  « ce changement de nom me va très bien, car on parle beaucoup de millésimes dans le jardin… », me confie Emilie Gervoson.

On déguste un jardin, comme on déguste un vin, on joue sur la vue, le nez, et on a planté ces arbustes à cassis et framboises que l’on retrouve dans les vins rouges » Soline Portmann scénographe-paysagiste.

Et c’est ainsi qu’a émergé en face du château et des chais ce merveilleux Jardin Millésimé sur 4000 m2, avec ses piquets en bois rouge, de 20 centimètres à 4 mètres de hauteur; un jardin savamment étudié pour évoquer dans sa première partie les vins blancs, avec 7500 végétaux dont ces « cheveux d’ange qui apportent un aspect très aérien » mais aussi une palette de végétaux aux robes anis, vert amande, jaune paille, aux senteurs d’agrumes. Dans la seconde partie, l’évocation des vins rouges avec 15000 végétaux, avec des teintes rubis des persicaires « blackfield », des pétales bordeaux des échinées « vintage Wine » et des iris merlot. Au total 150 espèces différentes. « Ce jardin, c’est vraiment par passion », commente Emilie Gervoson, devant un parterre de passionnés de jardins et amateurs de vins aussi.

L’originalité de ces deux espaces (occupés à 20% par les blancs et 80% par les rouges, en respect de la proportion des vignes de la propriété et de ses cépages en blancs et en rouge) tient également dans la floraison: « une floraison précoce, printanière et en début d’été en avril-mai et en juillet pour la 1ère partie du jardin qui incarne les vins blancs, avec un mélange de graminées, de plantes vivaces et de plantes aromatiques ; une floraison plus tardive en août-septembre-octobre pour la 2e partie rouge avec des graminées et vivaces et ces massifs de cassis et framboisiers. Au coeur de la déambulation, j’avais vraiment envie qu’on ait toutes ces touches de surprises. »

Et des surprises, il n’en manque pas dans ce vaste parc de 13 hectares, avec aussi ce deck créé juste en face du Jardin Millésimé, un lieu de fête, d’événements avec une double vue sur le château et ses chais, sans oublier le plan d’eau où les poules d’eau se font entendre, comme pour dire, ce jardin d’ivresse, il est à nous aussi…ne seraient-elles pas enivrées par toutes ces senteurs ?

Une visite de plus d’une heure qui s’est conclue par une dégustation toute aussi originale des vins de la propriété : avec des magnums en blanc des Demoiselles de Larrivet Haut-Brion (95% de sauvignon et 5% de sémillon, élevage 30% en oeufs béton et 70% en barriques « on cherche un vin de partage, entre copains, on recherche de la fraîcheur » selon Emilie Gervoson) et des Demoiselles en rouge (70% merlot, 30% cabernet sauvignon, élevé 1/3 de barriques neuves, 1/3 en foudres et 1/3 en cuves) :

« là on est sur des vins gourmands alors que sur les 1ers vins on est sur des vins plus structurés ». Une dégustation agrémentée par les senteurs de plantes aromatiques disposées sur la table. Une invitation à l’évasion sensorielle dans un cadre idyllique.

Si vous aussi, vous voulez vivre cette expérience unique dans cette propriété viticole: le Jardin Millésimé se visite de mai à octobre : visite du jardin avec carnet de route 6€, visite du jardin et dégustation de 2 vins 15€. Le château Larrivet Haut-Brion se situe à Léognan, 84 avenue de Cadaujac, tél 05 56 64 99 87.