25 Jan

Le magazine Côté châteaux explore les vignobles du Poitou-Charentes

 Le magazine Côté châteaux de janvier met à l’honneur les vignobles du Poitou-Charentes. C’est un numéro intéressant que ce numéro 46 de côté châteaux. Jean-Pierre Stahl et Vincent Rivière sont allés à la rencontre de ces vignerons du Poitou-Charentes pour ce premier numéro de l’année 2024.  

Ce nouveau numéro de Côté Châteaux vous transporte dans le Poitou-Charentes. Tout commence sur l’île de Ré avec des vendanges qui se terminent fin septembre…

Vous allez faire connaissance avec ces vignerons de l’île de Ré, adhérents de la cave coopérative de l’île UNIRE, que l’on retrouve en pleine période de la taille de la vigne, à l’instar de Rémi Carré sur Saint-Martin-en-Ré ; une taille cruciale comme en témoigne ce vigneron :  « là on est sur une tâche très importante, si ce n’est la plus importante dans notre travail de vigneron » car elle détermine en effet la récolte 2024 à venir. Un travail qui s’échelonne sur trois à quatre mois en général, jusqu’en mars.

Le directeur de la cave Christophe Barthère nous explique que la cave coopérative regroupe aujourd’hui « 40 vignerons qui exploitent 500 hectares de vigne et produisent environ 35 000 hectolitres une année normale »,entre du vin tranquille et du cognac, et « une belle année 45000 hectolitres comme en 2023 ». Des vignerons qui s’en tirent pas trop mal : « des rouges, ce n’est pas ce que l’on vend le plus, nous on est plus rosés et blancs secs pour accompagner les fruits de mers. Notre clientèle est sur l’île de Ré, à 70 % on vend sur l’île de Ré, le reste est vendu autour de La Rochelle, mais pas très loin, ça c’est un gros avantage. »

Qui dit vignoble du Poitou-Charentes dit bien évidemment Cognac. Vous verrez dans un reportage que les producteurs ont su se relancer après avoir subi une crise dans les années 90. Les ventes sont reparties au beau fixe grâce au marché américain notamment et aux rappeurs qui ont fait la promotion du Cognac.

La suite de ce Côté Châteaux nous emmène à bord d’un vieux DB4 Peugeot conduit par Frédéric Bourgoin, producteur de cognac, qui nous emmène visiter avec son épouse Rebecca  son vignoble à Saint-Saturnin (16).

Dans ses chais, nous arrivons en pleine distillation avec ses vieux alambics : « c’est en effet une double distillation, on commence à l’origine avec du vin que l’on commence à faire bouillir et on va jouer sur la température d’ébullition pour séparer les composés, sachant que l’eau s’évapore à 100 degrés, nous on va chauffer un tout petit peu moins… C’est un processus très lent qui se fait en deux fois… Ici à partir de novembre on distille jour et nuit… »

Frédéric nous présente aussi son père, producteur lui-même, qui avait appris le métier avec son grand père : « j’ai participé à la distillation dans cet alambic, là il distillait au bois, j’ai fait mes débuts, mon apprentissage avec lui, qui sortait les braises toutes chaudes, parce qu’à un moment donné il faut ralentir le feu. »

Et Frédéric de commenter les arômes de son cognac : « on va se retrouver avec des notes de surmaturité, de banane flambée, d’ananas rôti… sur ce cognac de 2002 mis en bouteille en 2022. »

Les vignobles en Poitou-Charentes sont pas mal étendus, puisqu’on trouve de la vigne aussi au nord de Poitiers. A Jaugnay Marigny, nous retrouvons Isabella Meuli, jeune anglaise propriétaire du château des Roches : « en 1990, mes parents cherchaient une résidence secondaire, on habitait à Londres, et ils ont trouvé le château des Roches et sont tombés amoureux ». Depuis le domaine s’est enrichi avec des associés et s’appelle le domaine Ampelidae, dirigé par Gilles de Bollardière comme directeur technique…

On fêtera les 20 ans des vendanges ensemble ici au château des roches, et c’est devenu un des principaux domaines en agriculture biologique de la Loire et de Nouvelle-Aquitaine. » Gilles de Bollardière directeur technique Ampelidae

Petite visite des chais qui renferment une cinquantaine de cuves de tailles et de formes différentes correspondant aux différentes parcelles, avant de découvrir le fleuron de leur production une cuvée de pinot noir : « ce cépage est particulièrement bien adapté à nos sols de silex et de tuffeau et c’est pour cela qu’on arrive à exprimer beaucoup de finesse dans notre cuvée », précise Gilles de Bollardière.

En ce dry january, c’est aussi l’occasion de voir ce qui se fait chez Ampelidae, ce domaine produit outre son blanc d’hiver, un vin sans alcool, découvert lors d’une opération porte-ouvertes au château avec des visiteurs agréablement surpris.

La dernière séquence de ce Côté Châteaux nous emmène chez une productrice de Cognac et de pineau des charentes, Fanny Fougerat à Burie (17) : « je suis la 4e génération à faire du vin et à distiller ici…. »

A ses côtés, le chef Pascal Pressac, ancien chef de la Grange aux Oies, responsable des Tables Gourmandes de Poitou-Charentes ; il lui propose un savant accord met et pineau : « pour accompagner le pineau de Fanny, on va travailler la coquille Saint-Jacques, produit de saison, et l’association est très intéressante avec un pineau très jeune, avec une quenelle de topinambour, quelques pickles d’oignon et un peu de fraîcheur avec quelques jeunes pousses…  Très belles alliances Fanny, non ? »

Un magazine de 28 minutes, réalisé par Jean-Pierre Stahl et Vincent Rivière, à voir ce jeudi 25 janvier et ce samedi 27 janvier à 20h sur France 3 Noa. A voir ici sur la plate-forme France Tv

22 Nov

Focus sur les vins liquoreux et fabuleux châteaux de Sauternes et Barsac dans le magazine Côté Châteaux sur France 3 NOA

C’est une première, les châteaux vus du ciel, grâce à un drone dans le numéro 44 de Côté Châteaux. A l’aube des fêtes de fin d’année,  Côté Châteaux vous offre ce samedi 25 novembre à 20h sur France 3 Noa un joli cadeau: le survol en drone des magnifiques châteaux crus classés ou plus modestes de l’appellation Sauternes-Barsac.

Le château de Myrat © JPS

Jean-Pierre Stahl et Vincent Rivière sont allés à la rencontre de Slanie et Elisabeth de Pontac au château de Myrat à Barsac en Gironde.

Les soeurs Pontac avec JPS et Vincent Rivière

Ces deux soeurs reviennent sur l’histoire impressionnante de leur aïeul qui a créé le château Haut-Brion (à Pessac), qui a participé à la renommée des vins de Bordeaux en Angleterre et elles vont aussi restituer l’histoire du château de Myrat à Barsac qui remonte à 1730.

Marie-Amélie

Marie-Amélie David du château de Liot, à Barsac, explique comment se réalisent ces vins liquoreux, par des vendanges, tries successives en septembre et en octobre. C’est à ce moment-là que se réalise la magie de Sauternes, avec les grappes touchées par le botrytis cinerea. Un champignon qui impacte les baies de sémillons, sauvignons ou muscadelles grâce au micro-climat du Ciron, avec la chaleur et l’humidité environnante. Un phénomène toutefois difficile à obtenir, certaines années il n’y a pas de production.

Jean-Jacques Dubourdieu à la Maison du Sauternes © JPS

Avec Jean-Jacques Dubourdieu, président de l’Organisme de Défense et de Gestion de Sauternes-Barsac, il dévoile la nouvelle maison du Sauternes, créée par Robert Lamothe, qui a été entièrement remise au goût du jour avec un mur et un jeu de lumière sur ces bouteilles jaunes et orangées. Une maison tenue par 140 producteurs de l’appellation, une appellation qui ne représente qu’1% du vignoble de Bordeaux mais qui est mondialement connue. Il revient sur les habitudes de consommation du Sauternes, pas forcément que sur du foie gras, ou un dessert, mais aussi et de plus en plus sur des plats salés, épicés et sur du fromage. Il nous dévoile aussi le projet de l’appellation de créer une sorte de « cité du vin » à Sauternes pour parler de cette biodiversité et de la magie qui s’opère à Sauternes et Barsac.

Yoann Amado et Sandrine Garbay au Cercle Guiraud © JPS

Parmi les plus illustres châteaux, il y a au sommet de la hiérarchie, Yquem. Nous avons rencontré Sandrine Garbay, qui a été sa maître de chai pendant 27 ans, et est aujourd’hui à la tête de château Guiraud, à Sauternes,  comme directrice générale. Elle nous parle de la production du château 60 000 bouteilles de 1er vin liquoreux et 200 000 de blancs secs. Elle nous présente également le chef Yoann Amado du Cercle Guiraud qui propose une association met et vin sur une recette locale d’oeuf mollet d’un grand de la région.

JPS et Philippe de Lur Saluces © Vincent Rivière

 Enfin la dernière partie de Côté Châteaux vous transporte encore dans l’histoire des Lur Saluces, ancien propriétaire durant quelques siècles d’Yquem, et toujours propriétaire du château de Fargues depuis 1472. Philippe de Lur Saluces accueille les journées Tokaj-Sauternes, des rencontres sur l’histoire de ces appellations connues mondialement, un destin commun écrit en Hongrie et en Gironde. Des échanges fructueux sur l’histoire et la sauvegarde des ces appellations et patrimoines.

Côté Châteaux n°44 Spécial Liquoreux en Sauternes et Barsac à voir à 20h ce 25 novenmbre sur France 3 NOA. Un magazine de 27 minutes réalisé par Jean-Pierre Stahl et Vincent Rivière. Et ici sur la plate forme Francetv.com

31 Oct

Consommation de vin : comment Bordeaux se réinvente ?

A l’heure des vendanges, nous sommes allés à la rencontre de 3 vignerons aux profils différents dans l’Entre-Deux-Mers, en Médoc et à Saint-Emilion pour voir comment ils abordaient ce moment important de récolte. Le tout dans un contexte que tout le monde connaît de baisse de consommation: depuis les années 60, la consommation a été divisée par 3 passant de 120 litres par an et par habitant à 40 aujourd’hui. Pour comprendre la nouvelle approche, nous avons aussi rencontré les jeunes consommateurs et moins jeunes, en afterwork, dans les bars, brasseries, chez les cavistes et en grande distribution avec aussi les acteurs sur internet. A voir sur France 3 Aquitaine et notamment le 22 novembre dans Enquête de Région à 23h présenté par Vincent Dubroca.

Comme une lueur d’espoir, septembre sonne l’heure des vendanges en rouge…Plus précoces, cette année encore, pour ces merlots avec le réchauffement climatique…

Pour Stéphane Defraine, vigneron depuis 41 ans dans l’Entre-Deux-Mers, ce moment est toujours aussi intense : « c’est un moment de récolte, donc c’est un moment où il y a pas mal d’euphorie, on ramasse le résultat de son travail donc c’est assez excitant en fait. »

Ce Belge autodidacte a acheté son domaine en 1989, de 15 hectares de vigne il est passé à 56 ha aujourd’hui : « je crois que dans l’Entre-Deux-Mers on a des terroirs qui sont vraiment top, à partir du moment où l’on plante à la bonne densité (plus de 5000 pieds/ha), avec le bon matériel végétal, on obtient des résultats qui sont fabuleux… »

Mais en 15 ans la crise est passé par là, comme d’autres, il s’est réorganisé, il vend désormais 80% de sa production à l’export … « Fontenille, aujourd’hui on commercialise à peu près 300 000 bouteilles, on augmente un tout petit peu les ventes tous les ans, mais ça va à un rythme assez faible car on a une conjoncture économique très compliquée à Bordeaux ». Stéphane Defraine a du adapter l’offre à la demande, faire des cuvées originales, à côté de ses Bordeaux de tradition, il développe 14 cuvées différentes…. « Des fois on fait des vins sans soufre, des vins parfois aussi qui sortent des appellations d’origine contrôlées ». Face à la surproduction, il s’efforce de produire des vins meilleurs, il a décidé d’arracher 6 hectares de vignes moins qualitatives (peut-être pour aussi replanter plus tard plus densément) « Exploiter un hectare de vigne, ça coûte à peu près 10 000 euros, et si on vend pas le vin derrière on perd 10 000 euros, donc le calcul pour moi a été vite fait… »

Symbole de cette déconsommation qui touche le vin et Bordeaux en particulier, la manifestation du 6 décembre dernier organisée par le collectif viti 33 où 1200 vignerons de toutes appellations s’étaient retrouvés place des Quinconces pour rejoindre la préfecture de la Gironde. En 1960, on buvait 120 litres par an et par habitant et aujourd’hui 40 litres…

Au printemps, un plan d’arrachage de près de 9500 hectares de vigne est acté par le Ministre Marc Fesneau (lors du salon de l’agriculture), il vient d’ailleurs détailler l’enveloppe d’aides à l’arrachage primé à hauteur de 57 millions d’euros début juin à Salleboeuf chez Régis Falxa (arrachage prévu cet hiver et dont les premiers versements d’aides interviendraient en 2024):

L’Etat met 30 millions, qu’il pourra pousser jusqu’à 38, la Région 10 millions et l’interprofession met 19 millions d’euros »,  Marc Fesneau ministre de l’Agriculture

« Certains vont aller vers ce dispositif, d’autres le trouvent trop contraignant ils n’iront pas, mais nous savons qu’il faut faire fonctionner ce dispositif maintenant. », précise à Salleboeuf en juin Bernard Farges, vice-président du CIVB.

    Il faut reconnaître que l’image carte postale ou sur l’étiquette de ces beaux châteaux du Médoc ou d’ailleurs, ne suffit plus pour vendre. A la tête du château Lamothe-Cissac, Vincent Fabre en a pris conscience, lui qui exploite 90 hectares en Haut-Médoc et à Margaux.

Produire, c’est déjà pas simple et commercialiser aujourd’hui c’est encore plus compliqué, notamment pour les vins rouges de Bordeaux où il ya une certaine désaffection de la consommation traditionnelle et historique de Bordeaux… » Vincent Fabre vigneron.

La production de Vincent Fabre est très importante 600 000 bouteilles, aussi depuis 5 ans il s’est diversifié avec des vins mono-cépages et des étiquettes rajeunies…

 « Là, sur ces bouteilles, on est bien dans le monde de l’AOC, on a toujours revendiqué le monde de l’AOC, mais avec un packaging très novateur et qui s’adresse à ces jeunes  qui attendent : pas de bois, ils veulent du fruit, des vins gouleyants, qui éventuellement sortent du frigo (notamment l’été), même pour des vins rouges on peut le faire… Là sur ce merlot, c’est un grand bol de fruits rouges, pour le malbec, c’est du pruneau, des noix, pour le cabernet sauvignon, c’est de l’épice poivre blanc, et au final on a un vrai moment de partage et de plaisir, fruité… »

Chez les cavistes, on mesure la réalité de la demande… Dans cette enseigne qui propose 600 références de vin et 1000 bières du monde entier, le consommateur a l’embarras du choix… « Moi je viens de Lille, donc du coup la bière c’est une tradition chez nous…Après j’ai pas mal été élevé au vin, car j’ai un oncle sommelier… » précise un acheteur en cave de V&B Mérignac.

Le concept afterwork marche à fond, avec des dizaines et dizaines de jeunes salariés qui viennent après le boulot… Ici le principal concurrent du vin, c’est la bière… « Ils proposent du vin, mais on vient principalement boire de la bière », « on va commander une bouteille de vin blanc en moelleux »… »Ce soir c’est de la bière », « Moi c’est du vin rouge de Bordeaux »… « Le verre de vin on le boit trop vite, la bière il y en a plus…

« En fait dès la sortie de travail vers 17h30, 18h, on a énormément de personnes qui viennent entre potes ou collègues boire un coup. On  pas mal de bières, c’est ce qui sort le plus, mais c’est un tout il y a beaucoup de vin aussi, il y en a pour tous les goûts… » caviste de chez V&B;

 

Pour contrer ce phénomène et relancer les ventes de vin, une campagne d’affichage est lancée en septembre par l’interprofession…L’idée : montrer qu’à Bordeaux il existe des rouges de toutes les couleurs, et justement dans ce bar à vin central du CIVB, les touristes sont conquis par les vins locaux… « Tous les vins de Bordeaux sont magnifiques, et surtout plus complexes que les vins australiens… », commente ce touriste australien.

Je vois plus un engouement pour les vins de Bordeaux plutôt qu’une déconsommation, là on est quand même à +12% sur la période janvier-août », Guillaume Gresta, gérant du bar à vin du CIVB.

Si les ventes de Bordeaux s’établissent désormais à 4 millions d’hectolitres, les Bordeaux rouges ont baissé de 44% en 10 ans en grande distribution…« Nos grands-parents buvaient du vin tous les jours, ils avaient un repas qui était entrée, plat, fromage, dessert, 2 fois par jour et 7 jours par semaine, aujourd’hui ce n’est plus le cas des jeunes générations, ils picorent, ils grignotent, ils font des apéros, il faut que les vignerons adaptent leurs produits, aux modes de consommation d’aujourd’hui… », selon Christophe Chateau directeur de la communication des vins de Bordeaux.

Aux restaurants, comme dans cette brasserie bien connue de Mériadeck, on a vu évoluer les habitudes des clients, et notamment lors des commandes du déjeuner; pour certains hommes d’affaires : « je ne bois jamais à midi et a fortiori quand je travaille », pour d’autres amateurs de vin : « le vin rouge autour d’un met, d’une table, raisonnablement est un appui excellent, cela fait parti de notre patrimoine en fait ». « Depuis une dizaine d’années, il y a la clientèle du midi et la clientèle du soir, le midi on fait attention, il y a un petit peu la peur du gendarme, ensuite on est passé sur un seul vin, avant on faisait des mélanges, on prenait un vin blanc pour l’entrée et un vin rouge par la suite… » commente Hervé Valverde du Bistro du Sommelier. « Il y a aussi l’état de santé qui joue, des gens font peut-être plus attention par rapport à ce qu’ils faisaient attention autrefois… Mais j’ai quand même une gamme de vin entre 50 et 100€ que je vends encore très très bien ! »

Un contexte qui rend difficile l’installation des jeunes vignerons. Noémie Tanneau  l’a fait en 2020  en reprenant un domaine de 6 hectares en Lussac Saint-Emilion; elle gère au mieux son château St Ferdinand avec les aléas climatiques et les maladies de la vigne : « on a eu un climat tropical au mois de juin, et en viticulture biologique, cela a été compliqué à endiguer on a eu beaucoup de mildiou cette année et cela provoque forcément une grosse perte de rendement… »

70% de perte pour sa récolte 2023, alors que depuis 4 ans elle ne se verse pas de salaire…Une année qui pour elle se solde par un couronnement, car lauréate du trophée vignerons engagées, son vin a été choisi pour être dégusté par le Roi Charles 3 d’Angleterre, depuis ses ventes se sont envolées,  les 3000 bouteilles de sa cuvée Source en bio se sont arrachées  en quelques jours… « C’est très simple, mais à la fois on revient vraiment à l’essentiel, et à ce qu’attendent les consommateurs aujourd’hui, du fruit et quelque chose de pas trop boisé, et ne pas se prendre la tête en ouvrant une bouteille… »

En grande distribution, les foires aux vins d’automne sont l’occasion de bonnes affaires,  avec des rabais à 10, 15% et des remises après avec des cartes de fidélité aussi parfois, de quoi mettre en avant les vins dd Bordeaux comme ici dans cette enseigne à Talence. « On aime entretenir le chauvinisme, et puis ce n’est pas si mauvais que cela les vins de Bordeaux… » confie un client… Ce supermarché réalise tout de même 1% de son chiffre d’affaire durant cette période de foire aux vins…

« On a des vins ici à moins de 4€ et qui sont remarquables et qui vont tenir quelques années de vieillissement », comme d’autres plus élaborés bien sûr et de grands noms… « Je pense que Bordeaux aujourd’hui est le meilleur rapport qualité-prix au monde, puisque souvent on nous parle de grands vins italiens, mais quand on fait une comparaison avec des Bordeaux aux mêmes prix, je pense que Bordeaux est largement meilleur…

Chez les négociants, Fabrice Bernard connaît bien le marché des particulier avec Millésima, qui vend énormément de vin en direct sur internet. La consommation des vins dans le monde entier a continué de progresser depuis le covid « ça ce sont des commandes qui vont partir sur l’Allemagne et sur la Suisse », mais elle s’est ralentie dernièrement :

« depuis le 1er janvier, on constate quelque part une diminution du panier moyen, le client continue d’acheter du vin de Bordeaux et du monde entier, le prix moyen à la bouteille est plutôt stable, ce qui a changé c’est le nombre de bouteilles dans son panier.  Si quelque part les cavistes, les restaurants et la vente par internet on fait la promotion des vins de Bordeaux, Bordeaux s’en sortira, sera encore plus fort et redonnera au consommateur l’envie d’acheter sa bouteille. »

Ce nouveau virage des vins de Bordeaux, la famille Defraine l’a déjà amorcé dans l’Entre-Deux-Mers; Stéphane et sa fille Macha misent énormément sur les vins blancs secs: « pour recruter les nouveaux consommateurs, les vins blancs, c’est l’idéal…Car les jeunes aujourd’hui viennent vers le vin avec ce type de produit, très aromatiques, légers en alcool et bio en plus… »

A 66 ans, Stéphane Defraine compte bien passer le relais à sa fille Macha : « C’est un sacré défi, la conjoncture fait que c’est compliqué, je pense qu’il faut se battre, pas de victoire sans combat » selon Macha Defraine.

Si pour nos 3 vignerons et bien d’autres la passion demeure, leur nombre a largement baissé passant de plus de 10000 exploitants en 2000 à 5300 aujourd’hui.

18 Oct

Alexis et Alexandra Mentzelopoulos succèdent à leur mère Corinne à la tête de château Margaux

C’est un château mythique : Château Margaux à Margaux, parmi les cinq 1er cru classé 1855 en rouge du Médoc et des Graves. Géré depuis 43 ans par Corinne Mentzelopoulos, sa direction vient d’être confiée à Alexis Leven-Mentzelopoulos, Alexandra Petit-Mentzelopoulos devient Présidente du Conseil de Surveillance.

Corinne Mentzelopoulos-Petit, propriétaire et gérante de la société Château Margaux, avec ses enfants Alexis et Alexandra ©  Laura Stevens -château Margaux

Ils incarnent la 3e génération à la tête de château Margaux depuis André Mentzelopoulos,  une continuité familiale du domaine en somme…  Alexis Leven-Mentzelopoulos avait intégré le domaine familial en 2020 comme attaché de direction, puis directeur général adjoint chargé de la stratégie et du développement, il succède à sa mère Corinne qui a décidé de  prendre sa retraite après 43 ans de gestion de château Margaux. Alexis sera épaulé par Philippe Bascaule, Directeur Général depuis 2016, et d’une équipe de professionnels au service de Château Margaux.

Pour Corinne Mentzelopoulos  : « C’est pour moi une profonde fierté de voir Alexis reprendre les rênes d’une entreprise que j’ai dirigée pendant 43 ans. C’est une évolution naturelle dans le cadre de cette belle aventure familiale. Ses qualités humaines et opérationnelles lui permettront, avec Alexandra à ses côtés, de relever les défis de demain et à Château Margaux de conserver sa place. Je suis pleinement confiante dans l’avenir de Château Margaux car je sais qu’il saura perpétuer, dans une recherche constante de progrès et d’innovation, la tradition d’excellence de Château Margaux poursuivie depuis 5 siècles ».

Alexis Leven-Mentzelopoulos déclare :« Mon grand-père, André Mentzelopoulos, a racheté Château Margaux en 1977 et a continué à le porter à l’excellence. Ma mère a su relever le défi à sa disparition en maintenant la position de Château Margaux qui reste l’unique 1er Grand Cru Classé de l’Appellation. Comme elle, je mettrai toute mon énergie à développer le Domaine en restant attaché à l’esprit de long terme et d’excellence. Je m’inscris avec ma sœur résolument dans la continuité de l’engagement familial à faire de Château Margaux l’un des plus grands vins au monde ».

Alexandra Petit-Mentzelopoulos, Directrice Générale Adjointe Communication et Image, depuis 2016, devient Présidente du Conseil de Surveillance de la société holding.

12 Oct

Le Côté Châteaux n°43 consacré aux vendanges en rouge

C’est un numéro spécial et concentré, un peu comme le millésime, que vous allez retrouver ce samedi 14 octobre sur France 3 Noa. Jean-Pierre Stahl et Vincent Rivière sont allés à la rencontre des vignerons des châteaux Haut-Mâco et Beaulieu en Côtes de Bourg, Leroy-Beauval en Bordeaux Supérieur, la Rivière en Fronsac et La Grâce Fonrazade en Saint-Emilion. 5 entretiens agrémentés de reportages réalisés en septembre sur les vendanges et l’actualité du vignoble bordelais.

Hugues Mallet du château Haut-Macô

Avec ce numéro 43, vous allez partager ces instants de vendanges en rouge dans le bordelais. Pour ce numéro 43, nous allons vous donner un aperçu de ce millésime concentré, réalisé avec quelques épisodes de chaleur et de pluie.

Au château Haut-Macô, à Tauriac, Hugues Mallet jeune vigneron nous donne ses impressions : « on est content de vendanger et de rentrer de beaux et bons raisins; c’est vrai que le printemps a été pas mal sportif, il a fallu être très vigilant, pour protéger le végétal et ses fruits, on s’en est pas trop mal sorti, c’est vrai qu’il y a eu par-ci par-là quelques gros dégâts de mildiou, ça a été quelques parcelles localisées, mais à mon sens on va rentrer un beau millésime et on fera un très joli vin…. »

« Ça fait partie ne notre métier ces contraintes climatiques, c’est vrai que ça tombe dans une période économique un petit peu difficile, mais on sent qu’il y a un virage dans le vignoble bordelais dans la reconstruction des profils de vin, pour s’adapter aux nouveaux consommateurs et à leur goût… Il y a de la difficulté, elle existe…

Une année quasi subtropicale où la vigne a su se gérer, c’est une plante méditerranéenne, déjà ce sont les romains qui ont amené la vigne à Bordeaux, d’elle-même elle a la capacité à absorber et à subir des fortes chaleurs, elle n’a pas besoin d’énormément d’eau » Hugues Mallet vigneron château Haut-Macô

« Il a fallu faire attention à ne pas trop effeuiller, et a minima des côtés pas trop exposés au soleil, mais il y a eu quelques 36-37° qui ont pu échauder dans la dernière semaine d’août, mais cela reste anecdotique… »

« Cela fait presque 20 ans qu’on a des millésimes plutôt bons, ensoleillés et généralement des vendanges sous le soleil, cette dernière ligne droite nous apporte des raisins gorgés de soleil, de matière, des raisins concentrés avec des couleurs quitte révèlent rapidement dans les cuves, et très rapidement on a tout ce qui faut pour faire un bon vin… »

Durant ces vendanges vous pourrez voir que pour ceux qui recherchent de la main d’oeuvre, un prestataire de service a Michel Gomez a acheté un camping pour héberger décemment ses vendangeurs au camping de la Rivière,  à la limite de la Dordogne et de la Gironde….

L’autre entretien nous amène sur un domaine qui se relance, le château Beaulieu à Samonac en Côtes de Bourg, un château racheté par la famille Roueix qui souhaite redorer le blason de cette propriété, son directeur nous le présente: « Mr Roueix est un passionné, un amoureux des vins, on a un patron qui nous aide à faire du bon vin »,commente Victor Ribeiro.

Par ce jeudi 21 septembre jour de pluie, une pause a été observée pour la récolte comme en témoigne Nicolas Lafargeas responsable technique : « on a fait une grosse journée hier pour rentrer les merlots, la on commence les vinifications, avec ce processus de remontage et d’extraction, pour sortir la couleur et extraire les tannins… » « Sur les blancs secs on essaie de conserver la fraîcheur et le côté aromatique, fruits frais, fruits exotiques et agrumes…Et pour les rouges, révéler le fruit aussi, cette année nous avons fait un teste de vinification intégrale sur nos plus beaux merlots… »

Ce château qui produit en moyenne 70 000 bouteilles, avec une cuvée en blanc et 4 en rouge, essaie de se bouger : « il y a des difficultés mais encore des marchés à prendre, en 2 ans on a ouvert pas mal de marchés, en Asie, en Europe, en Amérique du Nord et là j’ai passé une semaine au Brésil et effectivement il ya des parts de marchés à prendre… » commente Victor Ribeiro.

Un reportage vous sera proposé sur la nouvelle campagne de promotion des vins de Bordeaux intitulée « Terroirs de Bordeaux: des rouges de toutes les couleurs » pour orienter et relancer la consommation auprès de nouveaux consommateurs et des jeunes, en associant vins de Bordeaux et mets, des associations simples lors d’apéritifs ou de repas sans chichis…

La suite de nos entretiens nous emmène à Saint-Sulpice-et-Cameyrac au château Leroy-Beauval, une pépite en Bordeaux Supérieur, révélée par Stéphanie et Alexandre Leroy, une grande famille du Nord. Elle est dirigée par Mathieu Richard (directeur général) et Xavier Leclerc (directeur commercial): « ils ont acheté la Chartreuse fin 2011 pour le caviar Sturia, et il y avait des vignes avec, et faire du vn pour eux c’était aussi un objectif, Alexandre et Stéphanie veulent remettre les lettres de noblesse à la propriété, ils ont refait la Chartreuse, sa toiture et on avait un ancien chai (pour le moment démoli), un nouveau chai vient d’être construit, premier millésime en 2022 et là c’est son 2e millésime, un second baptême en somme… »

  Avec Steve Subinlou, Xavier Leclerc nous propose de visiter ces installations de dernière génération, dignes d’un cru classé de Saint-Emilion non loin à vol d’oiseau…« La on a 60 cuves de 80 et 90 hectolitres, pour vraiment faire de la sélection parcellaire, en 2013 on a fait 200 forages sur l’ensemble de la propriété, aujourd’hui on a 42 hectares en production, et ça nous permet de comprendre au mieux le terroir, et pour comprendre au mieux ce terroir on a fait des forages dans le sous-sol, là où pousse la vigne… », selon Xavier Leclerc.

« C’est très important d’avoir un outil comme ça car on fait du parcellaire, par la qualité des vins; on a rentré les blancs, on a un bon quota, on a de bons jus, très fruités, sur des fruits un peu exotiques… », explique Steve Subinlou.

Juste à côté ce ce cuvier high tech, le chai à barriques, sous terre….: « notre chai se veut le plus passif possible, pour contrôler la température, et en étant sous terre on arrive à. avoir un chai totalement passif, et au niveau contrôle de température et d’hygrométrie, c’est beaucoup plus facile… »

Septembre est synonyme de vendanges, mais aussi de grand rassemblement populaire avec le 37e marathon du Médoc où cette année 8500 coureurs de 72 pays ont participé pour traverser 50 châteaux du Médoc, vous retrouverez ce grand moment dans un reportage…

Petit focus aussi sur les châteaux de la rive droite et notamment à Fronsac avec le château de la Rivière où nous attend Xavier Buffo, son directeur général: « là on est en pleine vendange de rouge, mais en cette journée pluvieuse on a arrêté la troupe, ça a commencé la semaine dernière et on en a encore pour 15 jours, on en profite au chais pour faire les remontages et soutirages aussi, travailler les blancs et rosés aussi qu’on a fait la semaine dernière…. »Les indicateurs sont au vert sur la qualité des raisins qu’on ramasse et qu’on va ramasser dans quelques jours… »

Petit clin d’oeil aussi à la coupe du monde de Rugby qui se déroule actuellement : « on s’est mis d’accord avec Jean-Pierre Rives pour pouvoir illustrer nos bouteilles par ses peintures, il a fait toute une série de lithographies autour du coq, l’emblème de ce sport et de la France, et ses belles lithographies on les a mises sur les bouteilles de rouge, de blanc et de rosé, c’est extraordinaire car on est en pleine actualité du rugby et c’est un clin d’oeil magnifique entre le vin le sport et la réussite…

Il nous racontera aussi cette belle visite de l’équipe roumaine qui participe à la coupe du monde et qui est venue visiter le château de la Rivière. Autre focus au Dôme à Saint-Emilion sur l’exposition du photographe Gérad Rancinan et de l’auteure Caroline Gaudriault, une expo en plein coeur du chai et de la réception de vendange…

Dernier rendez-vous à Saint-Emilion, au château la Grâce Fonrazade où nous attendent Bénédicte Simonet et François-Thomas Bon, les propriétaires. C’est un château qui renaît de ses cendres: « la Grace Fonrazade a une renaissance, on a démarré cette structure sur une coquille vide, cette propriété a cessé de produire du vin en 1985, tous les anciens chais étaient en ruine, la charpente était posée sur l’herbe, il y avait des pierres par terre, la maison de maître était encore début et durant quelques années on a eu des échanges avec les bâtiments de France (St Emilion classé Unesco oblige) et on tout reconstruit…

Moi j’étais viticulteur en Entre-Deux-Mers où on avait déjà réalisé le travail du bio depuis de nombreuses années, et en arrivant à St Emilion l’idée de faire autrement ne nous a pas traversé l’esprit…Et on l’a fait pour un choix environnemental vraiment… » François-Thomas Bon château La Grâce Fonrazade

La visite de cette propriété survient alors que le Roi Charles, emprunt d’écologie, est venu rendre visite à Bordeaux avec la reine consort, et François-Thomas nous confie le connaître : « j’ai fait mes études dans un collège militaire en Grande-Bretagne, et le Prince Charles à l’époque m’a remis mes gallons dans mon école de militaire… »

Le Roi Charles aura pu déguster au château de Versailles un Mouton-Rothschild 2004 au cours du dîner d’Etat avec le Président Macron, déguster aussi le vin d’une vigneronne prometteuse Noémie Tanneau du château St Ferdinand à la Cité du Vin et aussi un grand cru classé à Smith Haut Lafitte qu’il a visité avec la famille Cathiard.

REGARDEZ ICI le magazine Côté Châteaux, réalisé par JP Stahl et V. Rivière sur la plate-forme Francetv

26 Sep

Un couronnement mérité pour Noémie Tanneau avec son château St Ferdinand dégusté par le Roi Charles III

C’est enfin la rançon de la gloire pour cette jeune vigneronne de Lussac installée depuis 2020 à Lussac. Sa cuvée Source millésime 2022 en bio a été dégustée vendredi par le roi Charles III à la cité du Vin. Enfin une visibilité pour cette jeune qui incarne la nouvelle génération de vignerons à Bordeaux.

« You’re simply the best », c’est un clin d’oeil de Noémie Tanneau avec la musique de Tina Turner. Elle a ainsi fêté hier  avec son équipe du château St Ferdinand cette reconnaissance royale, cet adoubement par le Roi d’Angleterre lui-même, qui a dégusté son vin à la Cité du Vin ce vendredi lors de son voyage d’Etat en France.

Côté châteaux l’avait su dès mardi dernier, lui rendant visite, à l’occasion d’un tournage pour le magazine Enquête de Région de novembre prochain sur la consommation de vin et comment Bordeaux se relance, puisque Noémie Tanneau incarne la nouvelle génération de vignerons. Et c’est tout naturellement en fin d’après midi vendredi que les followers sur Facebook ont pu découvrir son visage et son vin, la cuvée Source millésime 2022 effectivement dégustée par le Roi Charles III.

« Franchement, c’est inespéré, quand on part de rien, qu’on n’est pas du milieu du vin, et qu’au bout de 4 ans on travaille de manière acharnée, franchement on n’imaginais pas du tout… »

Je suis hyper émue, je suis fière de moi et de nous, de ma toute petite équipe et de ma famille qui me soutient vraiment », Noémie Tanneau vigneronne

Tout est parti d’un texto du CIVB : « en fait j’ai reçu ce texto : est-ce que ça te dit Noémie de faire goûter ton vin au Roi Charles ? Et moi, je réponds ce Roi Charles d’Angleterre là ? Ils me disent YES ! Et là je me dis c’est incroyable ! «  Noémie n’y croiyait pas : « j’ai cru que c’était une blague au début et en fait, ils m’ont sélectionné parce que j’ai eu le Trophée de la Vigneronne Engagée de l’Année, on était 300 vignerons à candidater et j’ai été élue la vigneronne engagée de l’année…

C’est vraiment une consécration car le Roi voulait déguster un vin engagé puisqu’il est très proche de la nature; et donc avec cette cuvée Source on veut montrer qu’on fait de nouvelles choses, dynamiques, le vin là est en conversion bio, sans soufre, montrer aussi que tout est possible » Noémie Tanneau

Aujourd’hui, la réalité l’a rattrapée puisqu’elle croule sous les mails et les commandes de curieux et de professionnels qui veulent découvrir cette cuvée : « comme je suis en agriculture biologique depuis 2021, c’était important pour moi d’aller jusqu’au bout et de réduire mon empreinte carbone, c’est étiquette en mélasse de canne à sucre, on n’a plus de capsule en aluminium, on a un bouchon 100% en liège, et on n’a pas de contre-étiquette, c’est une bouteille légère..Comme cela le consommateur peut se concentrer sur ce qu’il y a dedans…sur le vin, c’est très simple, très épuré, et c’est important de mlettre en avant le travail d’autres artisans, d’autres créateurs et la j’ai travaillé avec une lithographe belge… »

Encore bravo à Noémie Tanneau qui a réussi là à se faire connaître de la planète entière grâce à Charles III. Vive le King, vive la vigneronne.

25 Sep

Des joueurs des Fidji au château de Malherbes pour un élan de solidarité avec le club de rugby fidjien Eastern Saints Rugby

C’était samedi soir au château de Malherbes à Latresne le lancement officiel de la campagne de soutien au club de rugby Fidjien, les Eastern Saints Rugby. 3 joueurs internationaux de la coupe du monde, ainsi que Seremaia Bai ( 53 sélections internationales) étaient présents comme invités d’honneur. Le but aider ce club à s’équiper en tenues et matériel.

Les 3 joueurs fidjiens, Christophe Bedouet et Seremaia Bai © Château de Malherbes

C’est un bel élan de générosité qui était organisé ce samedi au château de Malherbes à Latresne en Gironde. Christophe Bedouet, son président, résume ainsi ce qui a motivé cette initiative qui a ému et surpris Seremaia Bai, ancien joueur international de Castres et de Clermont, aux 53 sélections : « c’est lui qui a fondé cette école de rugby, les Eastern Saints Rugby, dans l’esprit de rendre aux Fidjiens ce qu’ils lui ont donné… Ce club manque de fonds et c’est en ce sens qu’il y a un bel élan de solidarité bordelais… »

Le Eastern Saints Rugby, c’est en fait l’unique club de quartier de l’île, créé en 2020 par la famille Bai. Ouvert à tous et toutes, sans condition de niveau, traditionnellement le rugby se pratique dans les écoles et à l’université. Il veut offrir un lieu d’apprentissage du rugby et de partage de ses valeurs, un lieu sécurisant pour que les enfants puissent jouer et apprendre, et inculquer aux enfants le respect et les valeurs de solidarité et de bien vivre ensemble.

Aussi, quand Arthur, le cousin de Léo Chauvin jeune espoir de l’UBB est parti vivre à Suva avec ses parents, il s’est inscrit dans ce club…Il a tout de suite découvert la passion de tous ses membres mais aussi le manque criant de moyens…  Par solidarité, Léo Chauvin a expédié aussitôt plusieurs paires de crampons, de shots et t-shirts, une goutte d’eau dans un océan de besoins…

« Il s’est dit qu’on devait se fédérer pour essayer d’envoyer plus », commente Christophe Bedouet. Aussi, c’est ce qui a été fait auprès de nombreux clubs de la région : « il a été surpris de voir ce bel élan de solidarité des différents clubs de rugby bordelais pour soutenir cette action. Au château de Malherbes, on les a fait venir pour davantage de visibilité en  réunissant les différents clubs qui font la collecte, et le fait de les réunir autour d’un pot de l’amitié c’est sympa, ainsi en les fédérant et pour mieux promouvoir leur cause.

© château de Malherbes

« En plus au château de Malherbes on est partenaire de l’UBB Grands Crus depuis 2 ans. Ce qui nous plaît ce sont ces notions de partage et de générosité et on a ainsi voulu s’associer à eux pour leur lancement et dynamiser ainsi leur action. » Une cagnotte leetchi a été mise en place.

Le château de Malherbes est ce superbe château construit au XIVe par Guilhem de Malherbes, chevalier des croisades, qui représente aujourd’hui  12 hectares de vignes, doté d’un tout nouveau chai gravitaire.

Pour en savoir plus : Instagram : easternsaintsrugby
Facebook : Eastern Saints Rugby Club

Pour tout renseignement : partenariatesrc@gmail.com

14 Sep

Prochain magazine Côté Châteaux sur les vendanges en blancs en Pessac-Léognan et dans l’Entre-deux-Mers samedi 20h sur France 3 NOA

C’est la rentrée de Côté Châteaux, ce samedi à 20h sur France 3 NOA ! Jean-Pierre Stahl et Vincent Rivière vous proposent un magazine de 27 minutes à l’occasion des vendanges en blancs en Pessac-Léognan et dans l’Entre-Deux-mers; De nombreux entretiens dans les vignobles et focus de l’actualité des châteaux de Pessac-Léognan. Un numéro complet en reportages et en interviews dans les vignes et châteaux.

C’est un numéro spécial vendanges en blancs qui vous est proposé avec des vendanges précoces sous la canicule, un premier reportage vous emmènera aux châteaux de Couhins et de Smith Haut-Lafitte avec des vendangeurs dont les horaires ont été adaptés face aux épisodes de canicule fin août…

Le premier entretien de ce magazine nous emmène au château Bouscaut, cru classé de Graves à Cadaujac en Gironde, avec Laurent Cogombles, directeur général du château qui va nous parler de ce rendez-vous des vendanges à ne pas louper avec des équipes de saisonniers et de personnels du château.

Il va évoquer aussi ce millésime 2023 qui s’annonce de bonne facture, sans oublier le problème cette année du mildiou qui a été très prègnant à la vigne.

Le second reportage sera consacré justement à ce phénomène de mildiou et comment les vignerons bio y ont fait face. Un reportage réalisé entre Saint-Emilion au château avec et Grand-Launay à Teuillac chez Pierre-Henri Cosyns, président des vignerons bio de Nouvelle-Aquitaine.

Nous poursuivons le magazine avec Arnaud Thomassin au château de France en pleines vendanges de ses 3 hectares de sauvignons, pour parler de la notoriété de ce château au nom bien français et de la production de ces vins, qui certaines années ont pu être confrontées aux aléas climatiques, mais cette année reste belle.

François Godichon directeur d’exploitation et Charlotte Mignon directrice développement du château Larrivet Haut-Brion pour nous parler de la rentrée et de la manière de faire les vinifications de ces blancs secs de Bordeaux, mais aussi des différents contenants et de la commercialisation.

Petit tour d’horizon également avec les crémants dont le coup d’envoi des vendanges a été donné plus tôt encore, le 16 août avec notamment la Maison Louis Vallon et retour dans l’Entre-Deux-Mers chez ces petits viticulteurs qui éprouvent des difficulté à commercialiser et s’apprêtent à arracher une partie de leurs vignes.

Nous évoquerons également les vendanges qui se pratiquent généralement à la machine dans le bordelais au château Thieuley à la Sauve dans l’Entre-Deux-Mers. Un domaine tenu par Marie Courselle et sa soeur Sylvie.

Toutes deux réalisent une gamme assez étendu de vins blancs secs qu’elles nous font découvrir à l’occasion du tournage.

La suite de ce Côté Châteaux nous amène au château Léognan acheté en 2007 par Chantal et Philippe Miecaze: ils ont réussi à faire reconnaître leur vin comme un incontournable de Pessac Léognan mais ils ont aussi fait évoluer leur offre oenotouristique…

Après avoir créé 5 chambres d’hôtes et ouvert le restaurant le manège, ils ont ouvert 17 chambres dans le château, 3 cabanes perchées dans les arbres et un SPA; ils  s’apprêtent à augmenter encore leur capacité en mars prochain encore leur hôtel avec au total 46 chambres.

Enfin, la dernière actualité nous emmènera au château Haut-Bailly à Léognan qui ce 7 septembre a fêté l’arrivée de la famille Wilmers à la tête de la propriété. Bob Wilmers, banquier américain, amoureux des vins de Bordeaux a acquis le domaine en 1998, il a été bienfaiteur de la Cité du Vin et dans de nombreux autres domaines artistiques.

Son fils, Chris, est aujourd’hui à la tête avec Véronique Sanders qui gère comme présidente de Haut-Bailly. Ce professeur d’écologie aux Etats-Unis étudie le réchauffement climatique et ses conséquences, il est très axé biodiversité. Un numéro savoureux à voir le samedi 16 septembre à 20 heures.

A voir ici sur la plateforme france.tv: le numero 42 de Côté Châteaux Spécial Vendanges en Blancs

12 Sep

Bordeaux : coup d’envoi général des vendanges en rouge

C’est parti depuis lundi pour les vendanges en rouge. Partout dans le bordelais, la récolte des merlots se précipite avec les températures caniculaires de la semaine dernière. Des vendanges précoces du au réchauffement climatique qui augure d’un millésime qui pourrait être bon. Un millésime en volume moins important du fait aussi du mildiou et d’un manque de jus. Reportage ce lundi au château Larrivet Haut-Brion et au château de Rochemorin.

Arrivée de la vendange au château Larrivet Haut-Brion © JPS

Un coup d’envoi général cette semaine pour la récolte des merlots comme ici au château Larrivet Haut-Brion.

Des merlots touchés de 10 à 15 % par le mildiou sur ces 52 hectares de cépages rouges. Il faut dire que la climatologie a été inhabituelle entre pluie, humidité et canicule.

François Godichon, à l’arrivée des merlots © JPS

A partir du mois de mai, on a eu des conditions météorologiques un petit peu compliquées, chaleur et humidité, un climat sub-tropical,  qui n’est pas typiquement classique dans la région, donc il y a eu une pression mildiou assez importante… François Godichon directeur d’exploitation du château Larrivet Haut-Brion

« On a réussi à la contenir, on a quelques traces de dégâts, mais ce qui nous sauve il y a une très belle sortie de récolte, cela a compensé. Mais derrière on a quelques petites attaques sur des zones spécifiques sur des parcelles qui manquent de ventilation… »

Au château, sur la table de tri, la vendange s’annonce plutôt belle. L’ensoleillement a permis de gagner en qualité et d’anticiper la récolte par rapport à un début d’été très frais. « C’est plutôt une belle surprise car on s’attendait à les vendanger un petit peu plus tard que ça et finalement la semaine dernière il y a eu un bel épisode de chaleur, cela a concentré les jus qui étaient pas mal dilués, donc on a des merlots qui ont un beau potentiel, on a des jolis tannins, ils sont légèrement concentrés là, avec quelques jours de forte chaleur, donc je pense qu’on part là sur un millésime de concentration… », selon François Godichon directeur d’exploitation du château Larrivet Haut-Brion.

Si les merlots ont été plus impactés par le mildiou sur certains terroirs du bordelais, en Pessac-Léognan on se satisfait de cette première récolte. Elle sera toutefois moindre en volume que des années fastes comme 2016…Comme en témoigne Jacques Lurton, viticulteur du château Rochemorin, et président du syndicat viticole de Pessac-Léognan:

Jacques Lurton, devant le château Rochemorin © JPS

Notre problème est plus quantitatif que qualitatif… Depuis 2 décennies, le réchauffement climatique permet à Bordeaux de faire des bons vins presque tous les ans, vraiment des années catastrophiques comme on en a eu dans les années 60 ou 70 on n’en a plus » Jacques Lurton président du syndicat viticole de Pessac-Léognan

« Il se trouve que le dérèglement climatique entraîne des problèmes de gelée de printemps, on a des problèmes de grêle, des problèmes de sécheresse, des problèmes cryptogamiques avec le mildiou comme cette année, donc on a un vrai problème quantitatif… », continue Jacques Lurton.

Les vendanges des rouges entre merlots, cabernets, malbecs et petits verdots devrait s’échelonner sur 3 semaines jusqu’à début octobre.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Nicolas Pressigout et Floriane Pelé :

05 Sep

Grenat, rubis, pourpre ou carmin, « des rouges de toutes les couleurs » ou quand les vins de Bordeaux reboostent l’image de leurs vins rouges

« Terroirs de Bordeaux : des rouges de toutes les couleurs » C’est la nouvelle campagne du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux en ce mois de septembre pour relancer la consommation en France des vins rouges. Une campagne médiatique dans la presse magazine, mais aussi sur 7000 panneaux d’affichages et à la radio.

Florence Bossard, directrice marketing des vins de Bordeaux, et Christophe Chateau, directeur communication du CIVB, devant la campagne « terroirs de Bordeaux : des rouges de toutes les couleurs » © JPS

Genat, rubis, pourpre ou encore carmin… Bordeaux affiche ses couleurs de rouges avec une campagne dans la presse (plus de 30 titres magazines (news, gastronomie, art de vivre, suppléments de foire aux vins et de fêtes de fin d’année), mais aussi sur 7000 panneaux en Gironde et dans les grandes villes de France, sans compter 700 spots en radio.

Le but relancer la consommation de vin rouge, en baisse de 36 % ces 10 dernières années en grande distribution…

C’est un camaïeu de rouges à Bordeaux, il y en a qui sont plus classiques, il y en a qui sont frais et gourmands, d’autres légers, d’autres plus raffinés, et donc notre ambition, c’est vraiment de raconter cela à travers le prisme des couleurs », Florence Bossard, directrice marketing des vins de Bordeaux

« La consommation de vin rouge dans le monde était plutôt en baisse, parce que les gens vivent différemment, mangent différemment, et Bordeaux, c’est 85% de vin rouge », commente Christophe Chateau directeur communication du CIVB

Il était très important que pendant ce temps fort des vendanges et des foires aux vins, grosse période d’achat pour les vins de Bordeaux, on fasse un focus et on insiste auprès des consommateurs à venir et à revenir vers les rouges de Bordeaux, qu’ils connaissent pour partie mais pas en totalité et qu’ils vont consommer dans des occasions auxquelles ils n’auraient peut-être pas pensé », Christophe Chateau CIVB

Au salon des vignerons bio de Nouvelle-Aquitaine, BtoBio au Palais de la Bourse hier à Bordeaux, cette nouvelle campagne est plutôt bien accueillie, avec toujours un objectif primordial :

Pour l’instant, il faut batailler pour vendre, peu importe la couleur, il faut que le vin soit bon déjà », commente Gilles Nardou vigneron bio du château Clos Séric.

« La couleur, c’est la première approche, la porte vers le vin, si la couleur est belle, si la couleur est intense, forcément cela va nous donner envie de goûter… », selon Josée Baudouin micro-entrepreneuse, « Les Mots du Vin ».

Du vin à vendre, il y en a, 3,5 millions d’hectolitres de rouges produits en 2022 soit l’équivalent 464 millions de bouteilles (source CIVB)… 5100 vignerons de 32 appellations de Bordeaux en produisent, c’est 85 % de la production actuelle de Bordeaux, sur 91 600 hectares…

L’idée est donc de séduire à nouveau, le coeur de cible les 35-59 ans, voire de plus jeunes consommateurs, avec des  cuvées rubis (légères et fruitées), pourpres (fraîches et gourmandes), ou alors grenats (soyeuses et équilibrées) et carmins (raffinées et complexes).

« Les jeunes ne boivent plus de vieux vins, ils boivent des vins prêts à boire maintenant », commente Hervé Valverde, sommelier et patron du restaurant le Bistro du Sommelier. « Donc effectivement, cette démarche sur les nouvelles couleurs, on peut avoir une approche intéressante au niveau des nouveaux consommateurs… »

Et sur ces affiches, les différents rouges sont associés à des plats ou mets faciles à comprendre…

« A chaque occasion, on peut trouver un rouge de Bordeaux, un rouge bio, la cuisine internationale s’est démocratisée aujourd’hui, on a des sushis, on peut avoir des pom bowl vagan, beaucoup de choses différentes, on ne s’arrête plus à l’entrecôte traditionnelle bordelaise… » selon Pierre Heny Cosyns président des Vignerons Bio de Nouvelle-Aquitaine.

En prime, les vignerons travaillent aussi sur le goût bien sûr avec des cuvées mono-cépages plus faciles d’approche parfois, ou aussi sur des étiquettes plus accrocheuses…

RSS