10 Juil

Cet été Côté Châteaux vous propose un spécial Vignerons Indépendants sur NOA

Les Vignerons Indépendants devaient tenir leur salon fin juillet au parc des expositions après avoir été reporté du mois de mars au mois de juin puis au 24 juillet…Finalement il ne se tiendra qu’en mars 2021. Dommage, mais le magazine n°15 de Côté Châteaux leur consacre un numéro spécial en leur honneur. Vous allez y découvrir des personnalités jeunes et moins jeunes, des présidents et anciens présidents, des femmes, des conventionnels et pas mal de bios aussi, de Saint-Emilion jusqu’au Médoc en passant par l’Entre-Deux-Mers, bref des vignerons qui ont tatoué sur le coeur leur métier…vigneron oui mais indépendant !

Romain Magnaudeix et Guillaume Bruny du château Vieux Larmande et Vieux Château Pelletan en St Emilion Grand Cru © Jean-Pierre Stahl

C’est un Côté Châteaux que vous aurez attendu… un peu plus de 3 mois de gestation. Un beau bébé. L’émission a été enregistrée, avec des iphones, début mars avec mon collègue et compère Sébastien Delalot, au moment où l’épidémie de coronavirus commençait en FRance, où l’on commençait aussi à faire attention et juste avant le confinement. Durant toute cette période, des mesures de sécurité sanitaires ont été prises dans de nombreuses entreprises et notamment à France Télévisions. Il ne m’a pas été possible de monter sur site ce numéro, il fallait prendre son mal en patience. Toutefois j’étais reversé à l’actu sur France 3 Nouvelle-Aquitaine et aussi en télétravail sur notre site web et le blog également. Mais voilà, le bébé est sorti, un beau bébé de plus de 22 minutes.

Vous allez donc faire connaissance avec tout d’abord des cousins, Romain Manaudeix et Guillaume Bruny, 6e génération de vignerons, qui tiennent deux domaines en Saint-Emilion Grand Cru : château Vieux Larmande (4,25 hectare) à Saint-Emilion et Vieux Château Pelletan (6,90 ha) à Saint-Christophe-des-Bardes… « C’est notre grand-père qui est un des pionniers, il est sorti de la cave coopérative, il a décidé de produire, vinifier et vendre son vin lui-même dans les années 60« , commente Romain Magnaudeix. Quelle est donc cette philosophie qui anime ces vignerons indépendants ?  « Le viticulteur cultive lui-même son terroir sa vigne et ensuite il réalise l’ensemble des étapes de vinifications lui-même, et ensuite il va vendre lui-même son vin et faire connaître sa passion auprès du public… », ajoute Guillaume Bruny. Vous allez ensuite découvrir leur chai et leur fameuse table arômatique du château Vieux Lamande, un univers dédié à l’oenotourisme…« l’idée est de poser des noms sur des sensations, les visiteurs auront la possibilité de retrouver 4 arômes différents qu’ils ont d’habitude dans nos vins »

Cédric Coubris manage la propriété avec son frère Jean-Christophe à Moulis © JPS

A Moulis-en-Médoc, je vous propose ensuite de découvrir Cédric Coubris, vigneron, dont la famille fête cette année le centenaire de l’acquisition de la propriété château La Mouline : « le château la Mouline a été acheté par mon arrière-arrière grand-père Jean-Ismaël Lasserre le 20 juin 1920 au vi-comtre de Courselle ».  Vous allez découvrir aussi avec lui et les ouvriers viticoles les travaux pratiqués l’hiver dans la vigne.

Une petite séquence émotion où vous allez mieux comprendre comment s’est construit le domaine au fil des générations avec l’apport des uns et des autres, avec notamment le classement en Cru Bourgeois en 1932 avec l’arrière-grand-père Jean-André Lasserre… Une famille qui a aussi épousé une carrière d’avocat avec le père de Cédric et son frère également Jean-Christophe Coubris, spécialiste des affaires de santé et scandales sanitaires…

Cédric Coubris, le Président des Vignerons Indépendants de Gironde dans son chai du château La Mouline à Moulis © JPS

Un petit détour par le chai à barrique pour y goûter le fameux millésime 2019 avant la campagne des primeurs qui cette année aussi a eu une saveur particulière. « On a un très beau millésime avec une très belle charpente et un très joli fruit », commente Cédric Coubris, par ailleurs Président des Vignerons Indépendants de Gironde.

Le château Vignol et son architecture très Louisiane © JPS

Allez un petit détour dans l’Entre-Deux-Mers, à Saint-Quentin-de-Baron où l’on va avec Sébastien Delalot rencontrer au château Vignol, une jolie bâtisse qui fait penser à ces maisons de Louisiane, une femme qui a durant toutes ces années sillonné de nombreux salons de vignerons indépendants : Dominique Doublet. 

La famille Doublet, Jean-Thomas, Dominique et Alexandre au château Vignol © JPS

Avec ses 2 fils Jean-Thomas (responsable des ventes et du marketing) et Alexandre (en charge de l’exploitation et des vinifications), elle va nous parler de sa passion pour la nature et les sols :« mon mari quand il voit un terroir, il goûte le sol, il veut avoir un rapport avec le sol…mes enfants de même, ils ont racheté il y a 10 ans un petit terroir à Saint-Emilion et l’objectif c’est de faire éclore le plus de saveurs possibles, de finesse et d’harmonie ».

Elle va ainsi déguster avec ses fils son blanc en Entre-Deeux-Mers très subtil, un assemblmage de 4 cépages sauvignon blanc, gris, muscadelle et sémillon… Entre Vignol, Tour de Calens dans les Graves et Saint-Ange en St Emilion Grand Cru, ils produisent quelques 300 000 bouteilles à l’année.

Christine Nadalié, vigneronne-oenologue à la tête de château Beau Rivage et du Clos la Bohème © JPS

Le second portrait de ce magazine est consacré à une femme vigneronne-oenologue Christine Nadalié, issue également d’une grande famille de tonneliers : « ma vocation, c’était vraiment l’oenologie, donc j’ai suggéré à mon père qu’il fallait qu’on fasse des essais « grandeur nature » sur nos produits et nous avons acheté cette propriété château Beau Rivage en 1995

Une femme qui s’est lancé dans le bio très rapidement et même la biodynamie avec ses châteaux Beau Rivage, 7 hectares en Bordeaux Supérieur, et Clos La Bohème, 8 hectares en Cru Bourgeois: «  j’avais visité un salon des vignerons indépendants et j’avais trouvé cette famille formidable, pour moi c’était les petits vignerons de France… »

Et avec sa maître de chai Karine Mattei, de déguster le millésime 2019 toujours en barriques : « c’est un super millésime, fruité, puissant, mais tout en souplesse »

La suite de son portrait nous transporte dans l’antre du domaine familial, créé en 1902 à Montpellier par Auguste Nadalié et transferré par la suite à Ludon-Médoc, le site historique. Les tonnelleries Nadalié sont implantées sur 6 autres sites 2 en Charente, en Bourgogne, aux USA, au Chili, et en Australie.

L’entreprise, managée par Chrsitine, Stéphane, Guillaume et Vincent Nadalié, emploie aujourd’hui 250 salariés, elle produit 30 000 fûts à Ludon et 70 000 au total dans le monde.

Enfin nous terminerons ce Côté Châteaux avec Daniel Mouty à Sainte-Terre, un personnage haut en couleurs, un pionnier des vignerons indépendants qui a été jusqu’à récemment Président des Salon des Vignerons Indépendants de France. Il nous expliquera les débuts du salon de Bordeaux qui réunissait une quarantaine de domaines pour aujourd’hui compter 350 domaines de l’ensemble des régions viticoles de France.

Daniel Mouty, dan sson chai à barriques à Sainte-Terre © JPS

« Je crois que c’est un peu unique au monde, on y trouve tous les vins de France, entre un Pomerol et un Châteauneuf-du-Pape et tout à coup on va découvrir les Côteaux du Marmandais ou ceux du Brulois…Il y a des bons vins partout. Je sais qu’au niveau qualitatif on n’a jamais été aussi bon. »

L’échange entre le consommateur et le vigneron, c’est la clé, la clé de voûte de ce salon, et c’est cela qui attire les jeunes et les « vieux », enfin tout le monde et l’on voit sur le salon de Bordeaux facilement 1 million de bouteilles quitter le hall pour aller abonder les caves de nos visiteurs, » Daniel Mouty.

Daniel Mouty, Françoise, Côté Châteaux et Bertrand Mouty, une émission tournée avec © Sébastien Delalot

C’est aussi la rencontre avec la famille Mouty, Françoise son épouse et Bertrand, chargé de la création et des vendanges, sa fille Sabine, en charge de la logistique et des salons, étant retenue par ailleurs: « c’est une génération qui arrive avec de l’innovation » Là nous allons découvrir le savoir-faire, la patte du vigneron, père et fils, avec la dégustation notamment d’un Chardonnay en terre de Bordeaux, mais commercialisé en vin de France mais aussi ses autres cuvées en rosé et en rouge en Pomerol et Saint-Emilion.

« Avoir un métier qui finit sur une table, un soir de fête, et de participer à la joie de vivre des gens quel bonheur ! »

Côté Châteaux n°15 spécial Vignerons Indépendants réalisé par Jean-Pierre Stahl et Sébastien Delalot à voir à partir du 19 juillet à 19h50 sur France 3 NOA

Découvrez les Trophées de l’Oenotourisme décernés par Terre de Vins à la Cité du Vin

C’était mercredi la cérémonie officielle de remise des Trophées de l’Oenotourisme à l’Amphithéâtre Thomas Jefferson à la Cité du Vin de Bordeaux. Voici les lauréats de l’édition 2020. Histoire de vous donner des idées pour découvrir ces domaines et châteaux partout en France.

Sophie Gaillard de l’Office de Tourisme de Bordeaux, Silvio Denz, Jérôme Schilling et David Bolzan du château Lafaurie-Peyraguey dans les grands prix d’Or © Michaël Boudot pour Terre de Vins

LES GRANDS PRIX D’OR :
Architecture & Paysage : Domaine de Fontenille (84360 Lauris)
Art & Culture : Château l’Hospitalet (11100 Narbonne)
Pédagogie & Valorisation de l’environnement : Château de l’Escarelle (83170 La Celle)
Le vignoble en Famille : Château Lamothe-Bergeron (33460 Cussac-Fort-Médoc)
Initiatives créatives & originalités : Les Frères Moine (16200 Chassors)
Restauration dans le vignoble “Prestige” : Château Lafaurie-Peyraguey (33210 Bommes)
Restauration dans le vignoble “Bistronomique” : Chêne Bleu (84110 Crestet)
Séjour à la propriété : Domaine d’Anglas (34190 Brissac)
Promotion du terroir : Quai Cyrano (24100 Bergerac)
Œnotourisme d’affaires & événements privés : Domaine de Rocheville (49730 Parnay)

LES PRIX D’ARGENT :
Architecture & Paysage : Maison Champy (21200 Beaune)
Art & Culture : Château Larrivet Haut-Brion (33850 Léognan)
Pédagogie & Valorisation de l’environnement : Rhônéa (84190 Beaumes-de-Venise)
Le vignoble en Famille : Château Saint Roux (83310 Cannet-des-Maures)
Initiatives créatives & originalités : Château Boutinet (33141 Villegouge)
Restauration dans le vignoble : Château de Haute-Serre (46230 Cieurac)
Séjour à la propriété : Domaine Riberach (66720 Bélesta)
Promotion du terroir : Vignes,Vins, Randos – Interloire (37019 Tours)
Œnotourisme d’affaires & événements privés : Château Saint Pierre de Serjac (34480 Puissalicon)

La remise des Trophées dans l’Amphi Thomas Jefferson à la Cité du Vin © Michaël Boudot pour Terre de Vins

LES PRIX DE BRONZE :
Architecture & Paysage : La Villa Baulieu – Domaine Baulieu (13840 Rognes)
Art & Culture : Commanderie de Peyrassol (83340 Flassans-sur-Issole)
Pédagogie & Valorisation de l’environnement : Château de Minière (37140 Ingrandes-de-Touraine)
Le vignoble en Famille : Domaine du Dragon (83300 Draguignan)
Initiatives créatives & originalités : Vignerons Ardéchois (07120 Ruoms)
Séjour à la propriété : Plaimont (32400 Saint-Mont)
Promotion du terroir : Syndicat Touraine Chenonceaux & Château de Chenonceau (41110 Saint-Aignan-sur-Cher)
Œnotourisme d’affaires & événements privés : La Maison Cattin (68420 Voeglinshoffen)

PRIX SPÉCIAL
Pionnier de l’Œnotourisme : Hameau Duboeuf (71570 Romanéche-Thorins) dans le vignoble du Beaujolais.

09 Juil

Vente aux enchères des Vins de Bordeaux : 69 500 € récoltés pour améliorer le quotidien des soignants et l’achat de matériel

Cet après-midi le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux a remis un chèque de 69500 € au profit du CHU de Bordeaux et de l’Hôpital de Libourne. Cette somme est le fruit de la vente aux enchères de plus de 600 lots de vins et de séjours oenotouristiques dans les châteaux qui s’est déroulée du 15 au 21 juin. Ces fonds sont destinés à l’amélioration des conditions de travail du personnel.

Un chèque de 69 500€ remis cet après-midi à 17h au Bar à Vins du © CIVB

« Les Vins de Bordeaux leur disent Merci ! », c’est ainsi que l’opération caritative avait été baptisée durant la période de confinement, où les châteaux et l’interprofession avaient réfléchi quel geste faire envers les personnels soignants qui étaient sur le front du covid-19.

L’idée leur est naturellement venue d’organiser une collecte de lots de vins 400 au total et de 180 séjours dans les châteaux afin de réaliser une vente aux enchères durant la période du 15 au 21 juin, qui aurait du être une fête à Bordeaux, à savoir la Fête du Vin qui a été annulée et reportée à l’an prochain.

La direction du CHU de Bordeaux a souhaité que ces fonds servent à l’amélioration des conditions de travail du personnel à savoir la rénovation des salles de repos des soignants, mais aussi à l’achat de matériel pour optimiser le travail des ASH, les agents des services hospitaliers. Ces agents assurent au quotiiden les activités de bio-netoyage, et la gestion des déchets. Ils ont eu un rôle primordial durant cette crise du coronavirus, pour briser la chaîne de contamination. Un métier comme, celui des aides soignantes et infirmières à complimenter, trop souvent oublié. Un chèque qui est fort honorable, on peut aussi penser au projet de réhausser le salaire des soignants dans le cadre du Ségur de la Santé avec l’accord dévoilé ce jour qui prévoit 180 € d’augmentation net par mois, qui serait versé en 2 fois. Une augmentation que certains soignants auraient vu plus importante au regard du gel des salaires ces dernières années et du rôle fondamental que jouent ces personnels au quotidien.

08 Juil

Raphaël Delpech nommé directeur général du Bureau National Interprofessionnel du Cognac

Raphaël Delpech, 46 ans, prendra ses fonctions à Cognac le 7 septembre prochain. Cet ancien cadre du groupe LVMH succèdera à Catherine Le Page. Sa tâche est de définir à son tour les orientations stratégiques de la filière Cognac. A ses côtés, 118 salariés au sein du BNIC qui fédère les professionnels du Cognac, viticulteurs, négociants et bouilleurs de profession.

Raphaël Delpech © BNIC

C’est une tête qui arrive au BNIC : diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’Ecole Supérieure de Commerce de Bordeaux (Kedge), Raphaël Delpech a débuté au ministère de l’Économie et des Finances comme conseiller juridique à l’ambassade de France au Mexique puis au Maroc.

Par la suite, il a été en charge pour la France du Comité de Politique Commerciale du Conseil de l’Union Européenne puis conseiller juridique pour la Politique Commerciale et l’Investissement.

En 2008, Raphaël Delpech a rejoint le groupe LVMH comme directeur des Affaires Publiques en charge des réglementations commerciales internationales puis de directeur de la Communication et des Affaires Publiques. Depuis 5 ans, il faisait partie du groupe coopératif sucrier français Tereos, avant de diriger une agence de conseil.

A compter du 7 septembre, Raphaël Delpech prendra ses nouvelles fonctions à Cognac, Cognac par ailleurs première filière à l’export en valeur dans le secteur des vins et spiritueux français avec un chiffre d’affaires évalué en août 2019 à 3,4 milliards d’euros. Il devra gérer les équipes du BNIC mais aussi poursuivre le développement de la stratégie RSE de la filière Cognac et contribuer à la transition écologique, enfin renforcer les relations institutionnelles régionales, nationales et internationales de l’interprofession.

Tous nos voeux de réussite.

07 Juil

Pique-Nique chez le Vigneron Indépendant : 10 ans, ça se fête !

L’évènement organisé dans tous les vignobles de France fêtera ses 10 ans les 26 et 27 juillet prochains. Habituellement programmé pour le week-end de Pentecôte, il a dû être reporté cette année, les autorités limitant encore à cette période les rassemblements de plus de 10 personnes.

33 DOMAINES PARTICIPANTS

Une participation en forte hausse pour cette édition un peu particulière, post-confinement avec très probablement l’envie des vignerons de retrouver leur clientèle et renouer avec une activité qui leur tient à cœur : parler de leur passion pour leur métier !

Des vignerons-nes qui seront aux petits soins pour leurs invités ce jour là avec une formule simple : chaque participant amène son pique-nique et le vigneron offre les vins pour l’accompagner. Il propose également des visites et animations autour de la vigne et du vin. Une façon ludique pour toute la famille de comprendre le métier de vigneron.

UNE ÉDITION EN TOUTE SÉCURITÉ

Dans un contexte sanitaire certes assoupli, les Vignerons Indépendants ont mis en place un accueil responsable en toute sécurité dans le respect des conditions sanitaires. Des fiches techniques sur les mesures sanitaires ont été réalisées et mises à disposition des vignerons permettant de recevoir les visiteurs en toute responsabilité. Activités en plein air, distanciation obligatoire, visites, nombres maximum, gel et zone d’accueil : tous les points y sont abordés.

UN ÉVÈNEMENT FÉDÉRATEUR ET LUDIQUE

L’évènement est ouvert à tous, passionnés et néophytes du vin, inconditionnels du grand air et des beaux paysages, ou encore aux amoureux du patrimoine culturel, architectural et local. C’est un événement pour tous et tous les âges. De multiples activités sont proposées, de l’initiation à la dégustation, des quizz oenologiques, expositions d’art, concerts, balades à pied, à vélo, en calèche, en poney et même en segway, une démonstration de labour à cheval, concours de golf, yoga en plein air, jeux de pistes, mais aussi une découverte de la biodiversité à travers le vignoble…

Retrouvez la liste des vignerons participants en ligne sur www.vigneron-independant.com/pique-nique et sur www.vigneron-independant-aquitaine.com

Et en Gironde c’est  ici

Avec les Vignerons Indépendants.

05 Juil

Oscars des Bordeaux de l’été : un palmarès digital des vins frais de l’été 2020

Face à la situation actuelle, le Syndicat des Bordeaux et Bordeaux Sup s’est adapté et a proposé un nouveau format avec une dégustation connectée pour dévoiler le palmarès des Oscars des Bordeaux de l’Eté 2020.

Ce sont plus de 300 échantillons de Bordeaux Blancs, Bordeaux Rosés, Bordeaux Clairets et Crémants de Bordeaux qui avaient été présentés et dégustés par un premier jury de professionnels, blogueurs, journalistes ou personnalités du monde du vin à planète Bordeaux.

Courant juin, 20 experts ont goûté à domicile les 12 lauréats préselectionnés dans chaque AOC mentionnée ci-dessus pour consacrer ces 24 vins oscarisés qui vont être tendance cet été. Voici le palmarès:

RÉSULTATS MILLÉSIMES 2019

Bordeaux blanc millésime 2019

  • Château Haut-Rieuflaget (7,90 )
  • Château La Freynelle (6,50 )
  • Château La Rame (8 )
  • Château Moulin de Launay (10 )
  • Château Roc de Minvielle (8 ) Sirius (7 )

Bordeaux rosé millésime 2019

  • Château de La Dauphine (14 )
  • Château Labatut cuvée Prestige (3,80 )
  • Château Tour de Mirambeau (8 )
  • Château Tour des Graves (6 )
  • Tifayne (6 )
  • Villa Gaubert (8 )

Bordeaux clairet millésime 2019

  • Château de Lisennes (6 )
  • Château La Grande Metairie (6,25 )
  • Château Penin (7,05 €)
  • Château Sainte Catherine (5,40 €)
  • Le Clairet de Château Boutinet (9,50 €)
  • Le Clairet de Chelivette (8,40 €)

Crémant de Bordeaux

  • Bulles de Lisennes (blanc) (8,50 )
  • Domaine de Cassard (blanc) (9 )
  • La Tentation par Maucaillou (blanc) (12 )
  • Château Ferreyres (rosé)
  • Fleur de Rauzan (rosé) (7,50 )
  • Les Cordeliers « Vintage » (rosé) (15,90 )

04 Juil

« Pensons local, vivons Bordeaux » : un nouveau label #Bordeauxlocal et un nouvel élan pour  » le consommer local »

Jeudi soir, les acteurs et ambassadeurs de #Bordeauxlocal présentaient au Hangar 14 cette nouvelle démarche: elle fait écho à cette prise de conscience collective durant le confinement qu’il faut retrouver des circuits courts et de vraies valeurs en promouvant les produits et richesses de nos terroirs. Un élan porté par le CIVB, l’UMIH et l’Office du Tourisme de Bordeaux Métropole.

Le #BordeauxLocal lancé jeudi soir au H14avec Bernard Farges, Julie Rambaud-Texier, Oliver Occelli de l’Office de Tourisme de Bordeaux, Camille Cabiro de Bordeaux Open Air, Nicolas Lascombes de la Brasserie Bordelaise et Carole Lecourt vigneronne du château Lecourt-Caillet © Jean-Pierre Stahl

Etait-ce prémonitoire ? Le communiqué de #Bordeauxlocal sur fond vert… et une présentation la veille de l’installation du nouveau maire vert, Pierre Hurmic… Non, m’a-t-on assuré, ce n’est qu’une ironie du sort.

Bien sûr, le consommer local, on y pense depuis des lustres à Bordeaux, avec déjà le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux qui en septembre dernier a lancé l’opération « Bordeaux Fête ses Vendanges » pour promouvoir les vins de Bordeaux dans les brasseries et restaurants de la capitale girondine, et puis il y a eu cette page créée sur Facebook avec son hashtag #Bordeauxlocal. Cela fait écho à ce sentiment partagé durant le confinement et cette crise du coronavirus de consommer localement, de retrouver des circuits courts plus vert…ueux : 

C’est un réseau d’entente entre Bordelais, on est fier d’arborer ce label, tout le monde a conscience des vertus du consommer local et envie de le développer », Astrid Deysine du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux.

« On crée ainsi un réseau consommer local et on va l’afficher, entre cavistes, restaurateurs et vignerons qui vont être fiers de l’arborer, des kits vont être distribuer au niveau des restaurants et commerces et une vidéo diffusée à partir de septembre… »

Pour Julie Rambaud-Texier, directrice du marketing du CIVB : « c’est déjà une réponse au consommer moins mais mieux, c‘était déjà une tendance avant Covid… C’est aussi donner un coup demain aux petits artisans et commerçants. A Bordeaux, on ne sait pas forcément où aller, on a des pépites, des produits alimentaires, vins et produits culturels. Ce n’est pas fléché comme tel, mais avec ce label c’est un élan commun et transverse avec influences et institutionnels. »

L’idée, c’est un élan commun pour aider les consommateurs à se repérer avec des visuels, la règle d’or est de privilégier les produits et  les gens locaux, c’est une démarche éco-solidaire » Julie Rambaud-Texier, directrice du marketing du CIVB

« On ne renonce pas à exporter du vin, mais c’est bien d’être plus fort ici aussi. Il faut qu’on envisage de partir en meute, en bande, pour mieux partir ailleurs », commente à son tour Bernard Farges.

Même si on ne vendra pas tout à Bordeaux, on doit penser ici avec des produits locaux. C’est tout sauf un replis sur soi. On travaille ici et on le dit. On croit beaucoup à ce que ce label #bordeauxlocal s’installe », Bernard Farges président du CIVB

C’est donc une plate-forme bordeauxlocal.fr avec des règles bien précises qui est lancée en ce début juillet, avec derrière une communauté solidaire et engagée et permanente avec ses ambassadeurs, et ses institutionnels avec le CIVB, l’Office du Tourisme de Bordeaux, l’Union des Métiers et de l’Industrie Hôtelière, les Commerçants Bordelais et l’Union des Cavistes de Gironde.

 Parmi les premiers ambassadeurs de ce #BordeauxLocal, on y croise Nicolas Lascombes, un poids poids lourd de la restauration à la tête de 8 restos en Gironde dont la Brasserie Bordelaise, le 7 à la Cité du Vin ou encore l’Hôtel de la Plage au village de l’Herbe…Il y a aussi Philippe Lherme maraîcher, Jérémie Ballarin du Wanted Café, Chloé Allano de la Laiterie Burdigala, Carole Lecourt vigneronne, Philippe Maurice humoriste, Camille Abiro de Bordeaux Open, Anaïs Lassalle Saint-Jean maison Meneau sirops et jus…

Je suis très fière de participer à cet événement et à ce label, je fais partie des gens qui consomment « local. J’aime bien mettre un visage sur un produit et raconter une histoire » Carole Lecourt vigneronne

Et de montrer que ce consommer local est une lutte de tous les instants : « j’ai fait virer un rosé de Provence à la carte d’un restaurant pour le remplacer par mon Bordeaux Rosé, on arrive à avoir ici aussi des rosés clairs et de qualité » explique Carole Lecourt. « Buvons Bordeaux, c’est une évidence, c’est bien que cela se sache, c’est pertinent », commente Nicolas Lascombes. « Moi, j’habite en Gironde, cela me fait plaisir d’acheter un produit de Gironde. On a laissé trop longtemps le consommateur en dehors des soirées, des châteaux ou encore de Vinexpo. On a pris le truc à l’envers, durant toutes ces années et là on est peut-être sauvé avec le truc à nouveau à l’endroit… »

D’autres bordelais ont fait preuve d’imagination et on voulu essayer de faire du local comme Isabelle et Fabrice Voyer, de FrenchDisorder, implantés à 200m de la base sous-marine et qui se sont spécialisés dans le sweet et t-shirt imprimé et sérigraphié, qui ont fait ces T-Shirts #Bordeauxlocal. Ils distribuent dans 300 pots de vente en France et à l’étranger. Même si la matière première vient du Portugal, toute la transformation se fait ici à Bordeaux.

02 Juil

ODG Sauternes-Barsac : un tandem Jean-Jacques Dubourdieu et David Bolzan pour succéder à Xavier Planty

Mardi dernier, Jean-Jacques Dubourdieu a été élu Président de l’ODG Sauternes et Barsac, avec David Bolzan comme vice-président. Un tandem qui succède à Xavier Planty, personnage haut en couleurs, qui a défendu et tiré vers le haut cette appellation durant de nombreuses années. Dubourdieu et Bolzan comptent bien à leur tour donner aussi une nouvelle impulsion à cette grande appellation de vins liquoreux mondialement connus tant au niveau production que de son image et commercialement.

© Jean-Jacques Dubourdieu – photo de profil facbook

« Xavier nous avait dit depuis un petit moment qu’il raccrochait… Il fallait trouver une solution pour continuer et donner une impulsion un peu nouvelle et trouver le moment de le faire », commente ce matin Jean-Jacques Dubourdieu pour Côté Châteaux. « David Bolzan, que j’ai connu dans sa première vie de négociant, puis comme directeur à Lafaurie-Peyraguey, m’a dit c’est toi qui devrait y aller. Je lui ait dit non, non, pas tout seul, car je n’ai pas vraiment le temps d’y consacrer tout mon temps (car vigneron, gérant de nombreuses propriétés par ailleurs). Partager ce genre de poste c’est aussi compliqué, il faut que ce soit avec des gens en qui on a confiance, une confiance presque aveugle, et avec David j’ai dit oui sans hésiter… Seuls, on ne l’aurait pas fait, mais à deux on est content de le faire. »

« On l’avait annoncé à tout le monde avant d’être élus », poursuit David Bolzan qui confirme qu’une assemblée générale extraordinaire aura lieu en septembre pour modifier les statuts et permettre une co-présidence entre Jean-Jacques Dubourdieu et David Bolzan. « C’est fondateur, structurant, c’est un respect de l’appellation et de la production, c’est un sujet extrêmement important et à côté de cela on va donner plus d’importance à la commercialisation. Nous, on est très complémentaire: lui vigneron, qui maîtrise totalement la production, et moi qui ai une bonne connaissance de la filière et de la distribution. On doit avoir aujourd’hui à Sauternes et Barsac les deux aspects: production et commercialisation ».

C’est donc un « chantier immense » qui s’ouvre pour la relève : « les énergies sont là; on démarre avec un fond d’écran sur lequel le message est claire : il faut faire quelque chose à Sauternes pour que chacun puisse vivre de ce métier. L’appellation cumule des difficultés qu’il faut regarder les yeux dans les yeux, elle est connue et bénéficie d’un capital sympathie, il y a beaucoup d’éléments positifs dans les tuyaux, c’est quand même assez excitant ».

« Sauternes-Barsac a plein d’énergie en elle, mais elle a à régler des problèmes de commercialisation… Les aléas climatiques ne sont pas nouveaux, on devrait relever ce défi; l’autre défi est un défi environnemental comme beaucoup d’autres appellations ».

On devra continuer ce qui a été démarré, parler d’environnement, d’agro-écologie et préserver notre capital environnemental. Préserver ce capital que nous partageaons tous, la vallée du Ciron et le vignoble qu’on doit protéger le mieux qu’on peut avec les contraintes qui sont les nôtres », Jean-Jacques Dubourdieu

Didier Fréchinet, Miguel Aguirre de la Tour Blanche, David Bolzan de Lafaurie-Peyraguey, Vincent bergère de Rayne-Vigneau et Pierre Montegut de Suidiraut lors des primeurs en 2019 au Chapon Fin © JPS

UN POLE OENOTOURISTIQUE  A SAUTERNES-BARSAC

« Nous avons aussi en deuxième point un pôle oenotouristique au menu » continue Jean-Jacues Dubourdieu; « un acte fondateur pour faire venir les gens, c’est notre priorité », continue David Bolzan. « Nous essayons aussi de dessiner un contour Unesco non seulement pour Sauternes, mais aussi pour englober la vallée du Ciron et la hêtraie. »

LE MODE DE CONSOMMATION A EXPLIQUER

« Le 3e axe, c’est le mode et le moment de consommation des vins liquoreux, nous allons essayer d’expliquer qu’il ne sont pas seulement à accorder sur les sempiternels desserts« , selon Jean-Jacques Dubourdieu. « Nos vins sont aujourd’hui de très grande qualité, d’une qualité exemplaire, et au goût du jour, on va donner des idées aux consommateurs », ajoute David Bolzan.

Pour lancer des actions communes, David Bolzan rappelle qu’on a lancé les 5 premiers: « c’est unique, 5 premiers crus classés, tous voisins et concurrents et qui s’entendent… » Il y a aussi les ambassadeurs… on va accélérer tout cela mais à un niveau encore plus haut encore, avec tout le monde à Sauternes et Barsac.

Voilà un tandem qui ne manque pas d’idées et qui va essayer de faire partager son enthousiasme : « c’est facile de dire aux autres de s’entendre, eh bien on va d’abord se l’appliquer à nous-même et montrer que c’est possible », conclue David Bolzan.

29 Juin

Jacques-Olivier Pesme: nouveau directeur du Wine Research Center de l’Université de British Columbia au Canada

Figure de Kedge Bordeaux où il a été directeur associé depuis 2006, et où il dirigeait notamment la Wine & Spirits Academy, Jacques-Olivier Pesme rejoint l’Université de Colombie-Britannique (UBC), l’une des plus prestigieuses universités au monde, en tant que de directeur de son centre d’excellence sur le vin.

Jacques-Olivier Pesme ou Bordeaux à la conquête du Canada…

C’est une première dans l’histoire du  Wine Research Center (réputé pour ses travaux sur le séquençage du génome du vin), il est dirigé par un Français, et qui plus est un ancien Bordelais, diplômé de Kedge Business School, et qui y a exercé de hautes fonctions: Jacques-Olivier Pesme qui prend officiellement ses fonctions début juillet.

L’Université de Colombie-Britannique réorganise ainsi son pôle vin créé en 1999 pour développer un Centre d’expertise globale de renommée mondiale. Le Wine Research Center regroupe désormais une équipe pluridisciplinaire de 30 personnes issues des facultés de sciences, sciences sociales, management, chimie et biologie de UBC réparties sur deux campus : Vancouver et Kelowna en Okanagan, au cœur de la région canadienne viticole. Jacques-Olivier Pesme, jusqu’ici Senior Advisor auprès du Directeur de la faculté de management de UBC, va apporter une spécialisation en management et stratégie ainsi qu’une volonté d’innover dans les programmes de formation et les axes de recherche :

Le Wine Research Center est un outil formidable avec des ambitions fortes pour servir la filière et je suis fier
d’apporter ma contribution à ce projet aux cotés des équipes », Jacques-Olivier Pesme.

Pour Roger Sugden, Directeur de la faculté de management de UBC : « UBC investit pour accompagner le développement de nouveaux territoires viticoles. C’est une université d’excellence et nous voulons faire de UBC l’un des grands centres de recherche mondial en vin et porter ainsi la croissance du vignoble canadien et de son marché intérieur, l’un des plus importants au monde »

Le Wine Research Center est à la pointe de la technologie avec ses labos de recherche, sa salle de dégustation et autres infrastructures dédiés à des modules d’enseignement au vin aux 600 étudiants (Bachelor et Master). Sa cave est dotée de 5000 bouteilles dont de vieux millésimes de crus prestigieux, un support pédagogique inégalé dans le monde.

27 Juin

Baron Philippe de Rothschild SA : Ariane Khaida succède à Philippe Dhalluin comme directrice du Pôle Châteaux

C’est un pilier des domaines de Baron Philippe de Rothschild S.A. qui part bientôt à la retraite. Philippe Dhalluin directeur général délégué du Pôle d’Activité Châteaux quitte ses fonctions le 1er juillet, remplacé par Ariane Khaida, ancienne directrice de la maison de négoce bordelaise Duclot.

Philippe Dhalluin à droite faisant déguster le millésime 2016 de Mouton Rothschild © JPS

Au terme de 15 ans passés à diriger les propriétés comme Mouton Rothschild (1er cru classé 1855), d’Armailhac et Clerc Millon, Philippe Dhalluin tire sa révérence et va bientôt faire valoir ses droits à la retraite. S’il laisse à Ariane Khaida son fauteuil, il reste jusqu’au 1er décembre en tant que conseiller auprès du PDG Philippe Sereys de Rothschild, en charge précisément de la transmission des responsabilités au sein du Pôle d’Activité Châteaux.

Philippe Dhalluin aura travaillé de concert avec la Baronne Philippine de Rotshcild puis avec ses enfants Philippe Sereys de Rothschild, Camille Sereys de Rothschild et Julien de Beaumarchais de Rothschild. Avec ses équipes, il a permis de perpétuer la légende de Mouton dont la devise est « Premier je suis, Second je fus, Mouton ne change » et à maintenir, voire améliorer la qualité de ce vin, ainsi que des vins des autres propriétés.

Ma famille et moi-même adressons un immense merci à Monsieur Philippe Dhalluin pour le formidable travail accompli. En 15 ans, il a conduit Mouton Rothschild et nos autres châteaux familiaux à un niveau de qualité et de notoriété qu’ils n’avaient sans doute jamais connu auparavant. Il a également su s’entourer et former les talents nécessaires pour assurer la continuité de cette quête perpétuelle de l’excellence, ” Philippe Sereys de Rothschild PDG de Baron Philippe de Rothschild SA.

Mouton Rothschild et ses chais depuis les vignes © JPS

Ariane Khaida était déjà arrivée dans le groupe à la fin de l’année 2019 comme directrice de la startégie et du développement, précédemment elle a dirigé la Maison de Négoce Duclot, l’une des plus importantes de la Place de Bordeaux. Elle devient Directrice Générale Déléguée du Pôle d’Activité Châteaux (Château Mouton Rothschild, Château Clerc Milon, Château d’Armailhac, Domaine de Baronarques).

Baron Philippe souligne « son énergie, sa capacité de décision ou son sens de la prospective, ainsi que sa parfaite connaissance du monde des grands vins » à travers les différentes fonctions qu’elle a occupées.

Par ailleurs, Jean-Emmanuel Danjoy, directeur-oenologue durant 10 ans de Clerc Milon devient directeur des Propriétés, nouveau poste, il est ainsi responsable technique des trois châteaux Mouton Rothschild, Château Clerc Milon et Château d’Armailhac.

Lire ou relire : Saga Rothschild : Camille, Philippe et Julien continuent d’écrire la légende de Mouton et l’histoire de la société Baron Philippe de Rothschild

Voir ou revoir ce magazine sur la nouvelle génération Rothschild avec une interview de Philippe Dhalluin, réalisé par Jean-Pierre Stahl, Sylvie-Tuscq-Mounet, Thierry Julien: 

RSS