16 Déc

7e Bordeaux Tasting : un peu moins de monde que l’an dernier, mais avec toujours autant d’engouement des amateurs de vin

La 7e édition de Bordeaux Tasting va refermer ses portes sur un bilan toujours aussi positif, malgré une légère baisse de fréquentation estimée à 15%, avec 6500 visiteurs. Les 200 châteaux et domaines ont tous répondu présent, à l’exception d’un, dans le contexte social que l’on connaît. Une offre de découverte de 700 vins d’un très grand niveau a fait de ce festival de la dégustation d’avant les fêtes un événement réussi.

Lionel et Carole Peyrout du château Lafargue © JPS

 « Les châteaux ont montré leur présence et leur fidélité à Bordeaux Tasting »… Par ce premier commentaire, Rodolphe Wartel a été d’emblée rassuré quant au succès à nouveau espéré. « Sur les 200 propriétés inscrites, il n’y a eu qu’un seul désistement, dans le contexte de mouvements sociaux actuels ». Bordeaux Tasting n’aura pas fermé ses portes, comme redouté la veille, avec la manifestation de gilets jaunes partie de la place de la Bourse. Les acteurs ont été à la hauteur, tant au niveau du « réacteur (les grands Bordeaux et pépites) au Palais de la Bourse, que des ambassadeurs et des champagnes à l’espace Saint-Rémi ». « Le spectacle a eu lieu, pour nous c’est l’essentiel »,me confiait Rodolphe Wartel à 13 heures, s’attendant encore cet après-midi à de nombreux dégustateurs. « Le visitorat en baisse de 15% par rapport à l’an dernier où nous avions enregistré 7600 personnes, mais c’était beaucoup ». Cette année on revient à un nombre normal. « On a vu aujourd’hui pas mal de professionnels, en plus du public d’amateurs : des cavistes et restaurateurs. Pour la 1ère année, on avait investi la maison Darnauzan pour présenter les bio, entre 800 à 1000 personnes y sont passées. En tout cas on est très content d’avoir réussi à monter Bordeaux Tasting avant tout. »

Comme à chaque édition, il y avait  de nouveaux venus, comme le château Lafargue en Pessac-Léognan. Carole et Lionel Peyrout s’estiment « contents, on a eu du monde notamment hier, plus que ce à quoi nous nous attendions. Les gens sont en recherche d’histoire de la propriété, ils viennent chercher une relation avec le viticulteur, pas que pour la dégustation et pour nous c’est appréciable. Ils sont ainsi la 5e génération à avoir repris le château Lafargue, c’est l’arrière-arrière grand père de Carole, Pierre Benjamin qui avait créé la propriété en 1920 on va bientôt fêter le centenaire… »

Arnaud Thomassin du château de France et Shanaelle, future oenologue © JPS

Autre château de Pessac-Léognan qui a retrouvé des couleurs et le sourire : le château de France qui faisait déguster son blanc 2016, et en rouge Coquillas 2016 et château de France 2015. Cette année 2018 on a eu une belle récolte sur les 2 couleurs. On est content, après 2 années 2016 et 2017 où on avit subi le gel (70% de récolte en moins en 2017), commente Arnaud Thomassin. « On a fort heureusement échappé au mildiou, dans une année compliquée entre maladie et sécheresse, on a bien géré. » « Notre actualité, c’est surtout d’avoir obtenu la certification HVE niveau 3 : on fait attention à la biodiversité et à l’environnement au niveau des pratiques vitcoles et culturales, par le biais du système SME de Bordeaux. »

Guy Charneau et Bernard Magrez © JPS

Autre pilier et grand Monsieur de Bordeaux, Bernard Magrez qui se fait un point d’honneur chaque année à présenter ses 4 crus classés Pape-Clément, Fombrauge, la Tour Carnet et Clos Haut-Peyraguey, avec les Chênes verts en prime. Bernard Magrez curieux de nature a pu aussi découvrir des pépites : « il y a des choses magnifiques ici, de belles découvertes, comme un Pic Saint-Loup que j’ai goûté à l’étage (Château de la Salade), c’est très très bon. »

Jean-Marie, Pascalline et Pauline Villier sur le stand du château d’Arche © JPS

Le public, cette année encore était ravi des vins proposés et des découvertes, comme Jean-Marie de Bègles venu avec une amie Pascaline. C’est pour lui la 3e édition, « c’est très très bien, on peut déguster beaucoup de vin qu’on n’a pas forcément l’habitude de boire », me précise-t-il en face du château d’Arche qui faisait déguster ses 1997, 2013 et 2015 avec Pauline Villier.

Une chose est sûre, ce Bordeaux Tasting avait une autre saveur que celui de 2017 qui s’inscrivait après un gel conséquent qui a fait perdre 40% de récolte à Bordeaux. « Ce millésime 2018 est très bon, un très grand millésime pour ceux qui ont du vin (c’est vrai que certains ont été pas mal impacté par le mildiou), commente Jean-François Quenin du château de Pressac à Saint-Emilion. « La floraison a été rapide chez nous, en une semaine, ce qui s’est traduit par du qualitatif. On a eu un peu de mildiou comme tout le monde, mais les vendanges étaient idéales. On est très optimiste sur le résultat. »

Frédérique Bouyer et Jean-Charles Trocard du Clos Dubreuil, et des vignobles JL Trocard © JPS

Parmi les pépites dégustées, il y avait aussi le Clos Dubreuil. Un vignoble de 6,5 hectares sur le plateau calcaire de Saint-Emilion à Saint-Christophe -des-Bardes, propriété de Benoît et Jean-Charles Trocard. Une propriété travaaillée au chzeval, on cherche à réduire nos impacts avec les traitements, on y fait des vendanges manuelles avec table de tri. L’encuvage se fait également par gravité. On réalise des rendements de 35 à 40 hectares, pas plus.On vend nos 15000 bouteilles 70% à l’étranger et le reste en ente directe à destination des CHR et cavistes », commentait Jean-Charles Trocard.

Bordeaux Tasting : un chèque de 11565 € remis à l’Institut Bergonié

C’est de tradition, une appellation fait preuve de générosité à l’occasion de chaque Bordeaux Tasting et organise avec iDealWine une vente aux enchères afin de remettre un chèque à une bonne oeuvre, en l’occurrence au profit de l’Institut de soins et de recherche sur le cancer de Bordeaux. Bravo à Saint-Julien pour son élan du coeur.

Rodolphe Wartel,  François-Xavier Maroteaux, François-Xavier Mahon , Angélique de Lencquesaing © Jean-Pierre Stahl

Tous les producteurs de Saint-Julien se sont réunis et ont répondu comme un seul homme à Rodolphe Wartel, le directeur de Terre de Vins : « on le fera avec grand plaisir » ; l’objectif était de « donner l’équivalent d’une caisse de 12 bouteilles ou d’un gros flacon comme un impériale de Bordeaux. « On connaît la qualité de l’Institut Bergonié et on aimait bien l’idée de travailler pour une cause locale, même si Bergonié a une dimension régionale », m’explique François-Xavier Maroteaux président du château Branaire-Ducru et représentant l’appellation.

C’est grâce à la vente aux enchères de ces bouteilles remises par 15 grands châteaux qu’IdealWine a pu recueillir cette somme de 11565 €, un beau et gros chèque remis vers 13h au Palais de la Bourse, en plein Bordeaux Tasting.

En tant que directeur général de l’Institut Begonié, c’est François-Xavier Mahon qui a reçu le chèque : « cela fait vraiment plaisir, l’Institut Bergonié est un centre dédié avant tout aux soins mais aussi à la recherche sur le cancer. Il faut que l’on arrive aussi à développer l’innovation, être capables de proposer des traitements de demain : ce financement va servir à identifier les anomalies moléculaires et aussi à des traitements spécifiques des tumeurs et des traitements de plus en plus personnalisés. Le but recherché aussi est de permettre au système immunitaire des patients de reconnaître leur tumeur. »

Un coup de chapeau de Côté Châteaux à Saint-Julien, Terre de Vins et iDealWine pour ce beau geste envers l’Institut Bergonié.

 

12 Déc

7e Bordeaux Tasting : il se tiendra bien ce week-end à Bordeaux, avec quelques petits aménagements

Prévu de longue date, le prochain Bordeaux Tasting des samedi 15 et dimanche 16 décembre s’annonce comme le grand rendez-vous des amateurs de vins et champagnes. Compte tenu du contexte « urgence attentat » et d’une possible manifestation de gilets jaunes place de la Bourse, la bulle des Extra-Terriens ne sera pas installée sur la place. Mais l’ensemble du dispositif est maintenu. Interview exclusive de Rodolphe Wartel pour Côté Châteaux.

Bordeaux Tasting, c’est avant tout la grande dégustation au Palais de la Bourse © JPS

Comme chaque année, « Terre de vins »  se prépare à accueillir les connaisseurs ou découvreurs de vins et champagnes. Mais cette 7e édition de « Bordeaux Tasting » aura cette année une saveur un peu différente.

Compte tenu de la fusillade qui s’est déroulée hier près du marché de Noël de Strasbourg, le préfet de la Gironde a communiqué ce matin : « la cellule interministérielle de crise présidée par le Président de la République a relevé la posture du plan vigipirate au niveau « Urgence Attentat » ».  Didier Lallement annonce « un renforcement sans délai des contrôles à l’aéroport de Bordeaux Mérignac, dans les gares et ports, mais aussi un renforcement de la surveillance des marchés de Noël, des centres commerciaux et bâtiments publics. »  Autre mesure « l’interdiction de toutes les manifestations ou rassemblements sur la voie publique ». (avec une précision apportée dans un deuxième communiqué de la préfecture : « les mesures ne visent bien évidemment pas à interdire les manifestations sur la voie publique mais à s’assurer que les manifestations déclarées se produisent dans des conditions de sécurité optimale »)

Annulation de la Bulle des Extra-Terriens place de la Bourse © JPS

LA SECURITE SUR LE SITE DE BORDEAUX TASTING

Joint par téléphone, Rodolphe Wartel, directeur délégué de Terre de Vins m’a confié ce matin :

Rodolphe Wartel, le directeur de Terre de Vins © JPS

On a été amené à prendre quelques mesures de sécurité : à titre préventif, on a décidé de ne pas mettre la bulle sur la Place de la Bourse qui recevait les Bordeaux et Bordeaux Supérieur. On va par ailleurs renforcer la sécurité par une multitude de mesures invisibles sur nos sites. » Rodolphe Wartel Terre de Vins

La quasi-totalité de l’événement va bel et bien se tenir avec ce concept de « village » et de 5 sites autour de la place de la Bourse. « S’il y a manifestation de gilets jaunes (qui visiblement est interdite par le communiqué envoyé par le préfet) place de la Bourse, on ne s’interdit pas de fermer momentanément l’accueil de 13h30 à 14h30, avec la possibilité d’accueillir et reporter le public au lendemain, car une coagulation est possible entre nos visiteurs et la manifestation comme elle s’est déroulée dans le calme place de la Bourse la semaine dernière. C’est ce point là qu l’on va devoir gérer intelligemment. Depuis l’an dernier, on avait repensé une billetterie permettant davantage de fluidité, et on ne devrait pas créer de files d’attente. » En conséquence, Bordeaux Tasting devrait cette fois encore ravir le public, la rue Saint-Rémi va d’ailleurs se parer aux couleurs de « Bordeaux Tasting » avec ses restaurants partenaires.

LES NOUVEAUTES :

Bordeaux Tasting a prévu  plusieurs nouveautés parmi lesquelles un espace dédié aux vins bio, une programmation artistique inédite, une billetterie repensée permettant davantage de fluidité et la rue Saint-Rémi décorée aux couleurs de « Bordeaux Tasting » avec des restaurants partenaires, ainsi qu’une montée en gamme des Master class.

Manon de l’Ecole Hôtelière de Talence, Hugo Gallimard Matthieu Buyssière, Cyrill Blecker et Patrick Letellier pour l’équipe Mumm l’an dernier à l’espace Saint-Rémi dédié aux champagnes © JPS

LES DIFFERENTS ESPACES DEDIES A LA DEGUSTATION

Durant deux jours, « Bordeaux Tasting » se déploiera – dans le centre historique de Bordeaux – sur 5 sites situés Place de la Bourse et dans sa proximité. Le festival sera à nouveau présent dans les lieux qui ont contribué à forger son succès (excepté la Bulle des Extra-Terriens, comme précisé plus haut) et en investira un nouveau, entièrement dédié aux vins bio de
Gironde.

  • La Maison Darnauzan, rue Saint-Rémi, nouvelle étape dans le parcours des festivaliers, proposera aux dégustateurs de découvrir l’une des grandes nouveautés de
    cette édition : un espace consacré aux vins bio de Gironde. Une vingtaine de propriétés conseillées par les œnologues de la Chambre départementale d’agriculture y sera présentée
  • Le Palais de la Bourse accueillera les grands Bordeaux, les cognacs, les grands vins invités, les Master class, les ateliers de l’Ecole du vin de Bordeaux, encore plus nombreux.
  • Le Musée National des Douanes, lieu chargé d’histoire, ouvrira ses portes aux grands vins étrangers.
  • Le Gabriel, prestigieux restaurant dominant la Place de la Bourse, permettra aux visiteurs de déguster les grands pomerols de Pomerol Séduction.
  • L’espace Saint-Rémi, ancienne église située à deux pas de la Place de la Bourse, servira d’écrin à une remarquable sélection de champagnes de maisons et de vignerons.

Le temps d’un week-end, venez déguster de remarquables flacons et approfondir vos connaissances dans le vin, le cognac, les champagnes. Vous pourrez échanger avec les producteurs, propriétaires de châteaux et professionnels qui se feront une joie de répondre à vos questions.

11 Déc

Carton plein : 8000 visiteurs au 6e Bordeaux Tasting

 La 6ème édition de « Bordeaux Tasting » organisée par Terre de Vins a accueilli 8000 visiteurs ce week end. Un nouveau succès calibré sur la même fréquentation que l’an dernier, dans l’optique de permettre aux amateurs de déguster ces merveilleux vins dans les meilleurs conditions.

IMG_2604

Passant de la galaxie Bordeaux aux grandes appellations françaises, puis aux belles étiquettes de vignobles étrangers, le public a vécu cette expérience comme une initiation pour certains, alors que d’autres oscillaient entre révision de leurs acquis et découverte de nouveaux crus.

Château la Vzerière sous la bulle des Extarterriens © JPS

Château la Verière sous la bulle des Extarterriens © JPS

BORDEAUX TASTING EN CHIFFRES

  • Aux manettes, une équipe de 400 personnes (dont 112 élèves sommeliers)
  • Cinq sites de dégustation : Palais de la Bourse – Musée des Douanes – Restaurant Le Gabriel – La bulle des extra-terriens place de la Bourse – l’Église Saint-Rémi
  •  une boutique éphémère : Badie (groupe Duclot) rue Saint Rémi,
  • 200 propriétés représentant 600 étiquettes de vins tranquilles, effervescents et spiritueux.

Malgré une pluie dominicale persistante et décourageante, ces deux journées nous a permis d’accueillir un visitorat égal à notre meilleur score de fréquentation » Rodolphe Wartel directeur de Terre de Vins

Châteaux Carbonnieeux toujours très prisé des dégustateurs © JPS

Châteaux Carbonnieeux toujours très prisé des dégustateurs © JPS

Et de poursuivre : « Ce public est largement ouvert sur les jeunes, les fidèles de la manifestation, les étrangers de passage à Bordeaux. Nous avions mis en place une logistique impressionnante : 24 500 verres Riedel utilisés, près de 9000 bouteilles ouvertes afin d’être dégustées, en respectant l’objectif de cet événement, la découverte et l’apprentissage dans la modération ».

IMG_2441UN CLIN D’OEIL A JOHNNY

Parmi les temps forts et nouveautés qui auront marqué l’édition 2017 : – un hommage à Johnny a sonné place « Gabriel » dans le hall de la Bourse, pour clore la journée du samedi dédiée à l’idole des jeunes,

IMG_2535

A LA PORTEE DES MAL VOYANTS

Une master class exclusive géosensorielle, basée sur une découverte tactile et gustative des terroirs afin de permettre aux non-voyants et mal-voyants d’oraliser leurs sensations, – la remise par iDealwine d’un chèque de 5015 € à l’UNADEV France (Union Nationale des Aveugles et Déficients Visuels ), un montant collecté via une vente aux enchères de grands crus de vin (D’Yquem, Cheval Blanc) et d’Armagnac (De Laubade).

09 Déc

Au détour de Bordeaux Tasting, on apprend l’acquisition de château le Sartre par Bernard Magrez

Par ici les nouvelles fraîches… Bernard Magrez l’homme aux 40 châteaux et 4 crus classés vient de s’offrir château le Sartre en Pessac-Léognan. Un château qu’il ne fallait pas louper selon lui. Et il va aussi avoir très prochainement un domaine en Géorgie. Ah Bernard, toujours en avance sur les autres…

Bernard Magrez, nous a confirmé la nouvelle ce midi sur son stand de Fombrauge - Pape Clément © JPS

Bernard Magrez, nous a confirmé la nouvelle ce midi sur son stand de Fombrauge – Pape Clément © JPS

Jean-Pierre Stahl : « Bernard Magrez, vous venez de faire une nouvelle acquisition, quelle est-elle ?

Bernard Magrez : « C’est le château le Sartre, qui fait 33 hectares, dans l’appellation Pessac-Léognan. C’est un vin de grande qualité et donc c’était à vendre et on n’a pas voulu laisser passer la chose. »

JPS : « Ca représente un gros domaine qui s’ajoute à celui que vous avez déjà Pape-Clément… »

BM : « C’est un complément…Dans le monde entier, l’appellation Pessac-Léognan Graves est une appellation qui a de la résonance, et il y a très peu de choses à vendre, donc quand il y a quelque chose à vendre, il faut sauter dessus. »

Jefferson Desport : « Quels sont vos projets pour le Sartre, aller plus loin, relancer une marque déjà établie ? »

BM :« Oui, elle est établie, à mon avis il y a mieux à faire encore un peu dans la qualité, en diminuant les rendements, peut-être en reprenant un peu aussi la vigne. »

JPS : « C’est un monde qui évolue tout le temps, et un peu grâce à vous ? »

BM : « C’est un monde qui évolue parce qu’il y a des gens qui veulent vendre, des acheteurs aussi, français et étrangers. Mais enfin, le milieu concurrentiel, ce n’est pas Bordeaux, il est dans 7 ou 8 pays. Ils font de très bons vins et de très haute qualité au niveau du Bordeaux. Par conséquent le milieu concurrentiel de Bordeaux n’a plus rien à voir avec celui d’il y a 10 ou 15 ans. Et celui qui ferme les yeux là-dessus, il aura du mal dans les prochaines années. Je peux me tromper mais enfin c’est mon avis »

Regardez l’interview réalisée par Jean-Pierre Stahl et Pascal Lécuyer, avec Jefferson Desport de Terre de Vins :

6e Bordeaux Tasting : des instants de partage et de convivialité en plein coeur de Bordeaux

300 vins, champagnes et cognacs d’exception sont présentés durant tout ce week-end autour de la Place de la Bourse à Bordeaux. De grands vins à déguster, avec modération, et des rencontres extraordinaires à faire dans des endroits somptueux ou magiques.

IMG_2476

Ce nouveau Bordeaux Tasting est une fois de plus une invitation au voyage. Avec déjà une bulle qui interpelle, celle des Extraterriens ou plutôt des 18 petites pépites de Bordeaux et Bordeaux Supérieurs.

IMG_2451

Morgane Soubrane de Tarnos dans les Landes est impressionné : « c’est la toute première fois qu’on vient à Bordeaux Tasting, la bulle c’est original. Pour l’instant c’est très réussi. »

Morgane

Morgane Soubrane de Tarnos enthousiate pour son 1er Tatsting à Bordeaux © JPS

« C’est vraiment extraordinaire de se retrouver au beau milieu de la place de la Bourse, avec un beau  temps comme cela, et avec ce monde passionné par le vin3.

Là on se r »Lend compte qu’il y a des gens qui aiment découvrir de nouveaux vins, et tous ces jeunes qui dégustent cela nous fait vraiment plaisir » commente Alain Bessette du château La Verrière en Bordeaux Supérieur.

IMG_2575

Dans le hall du Palais de la Bourse, 110 crus classés et pépites de toutes les appellations de Bordeaux qui intéressent un public d’amateurs d’horizons très divers, venant de toute la région aquitaine et même de l’étranger avec de nombreux étudiants comme ceux Business School Lausanne.

c

Théophane Ramé de Bordeaux, avec ses amis de la Business School de Lausanne :  le Hollandais Adriaan Trampe, le Luxembourgeois Alexandre Dupont et l’Allemand René Schoemaker © JPS.

« On s’est rencontré à Lausanne, en études là-bas, et le vin c’est un point commun et on a fait aussi quelques dégustations en Suisse », m’explique Théophane Ramé de Bordeaux, accompagné de ses amis le Hollandais Adriaan Trampe, le Luxembourgeois Alexandre Dupont et l’Allemand René Schoemaker.

Véro d'Hossegor et son groupe © JPS

Véro d’Hossegor et son groupe © JPS

« Très sympa un moment agréable avant les fêtes de Noël », poursuit Véro de Hossegor qui en est à son 3e Bordeaux Tasting, avec un groupe de 6 amis.

Des amis de toujours l'avocat Pierre Blazy et Bernard Magrez, l'homme aux 40 châteaux © JPS

Des amis de toujours l’avocat Pierre Blazy et Bernard Magrez, l’homme aux 40 châteaux © JPS

Un rendez-vous prisé par ces rencontres privilégiées avec de grands propriétaires comme Bernard Magrez (Pape-Clément), Eric Perrin (Carbonnieux), rythmé à chaque édition par un mercato des châteaux : le Sartre en Pessac-Léognan, acheté par Bernard Magrez (à lire en suivant).

Jean-Michel Deiss, en mission

Jean-Michel Deiss, en « terre de mission » © JPS

Un rendez-vous où l’on rencontre aussi des personnages authentiques comme l’Alsacien Jean-Michel Deiss (Domaine Marcel Deiss à Bergheim) : « je suis en terre de mission, je fais avancer une cause extraordinaire qui est celle des terroirs, celle d’une salivation profonde, qui donne l’âme du vin »

Rodolphe Wartel, le directeur de Terre de Vins © JPS

Rodolphe Wartel, le directeur de Terre de Vins © JPS

Le coeur du réacteur ce sont les grands Bordeaux, mais nous avons aussi une quizaine d’ambassadeurs de grands terroirs français, une quinzaine de pays étrangers, les Pomerols aussi, il y a 24 maisons de champagne et vignerons d’excellence qui font rêver au bout du monde et qui constituent la magie de Bordeaux Tasting »,  Rodolphe Wartel directeur de Terre de Vins.

Manon de l'Ecole Hôtelière de Talence, Hugo Gallimard Matthieu Buyssière, Cyrill Blecker et Patrick Letellier pour l'équipe Mumm à l'espace Saint-Rémi © JPS

Manon de l’Ecole Hôtelière de Talence, Hugo Gallimard Matthieu Buyssière, Cyril Bleeker et Patrick Letellier pour l’équipe Mumm à l’espace Saint-Rémi © JPS

Des champagnes de grande qualité, comme cette cuvée rosée RSRV de chez Mumm, en blanc de blancs et blanc de noirs millésimés, à déguster à l’Espace Saint Rémi. Un samedi qui a été marqué par une plus grande fluidité avec des caisses ouvertes 40 mn plus tôt, moins de file d’attente que l’an dernier. 7500 visiteurs sont attendus jusqu’à demain soir. Alors si vous n’y êtes jamais allé ou si vous hésitiez encore… c’est définitivement d’un grand niveau.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Pascal Lécuyer et Catherine Collin

08 Déc

Bordeaux Tasting, c’est ce week-end le grand rendez-vous des amateurs de vins

Samedi, on s’attend à une affluence comme l’an dernier assez importante, dimanche cela devrait être plus fluide. 300 vins et champagnes seront proposés à la dégustation, des vins de haute volée et d’autres plus abordables qui pourront venir pourquoi pas garnir vos tables de fin d’année, grâce à la présence d’une boutique éphémère.

Jérémie, Stéphanie et Sylvie Milhard-Bessard du château Vieux Mougnac © JPS

Jérémie, Stéphanie et Sylvie Milhard-Bessard du château Vieux Mougnac, l’an dernier parmi les Bordeaux Extra-Terriens© JPS

« Bordeaux Tasting » est l’occasion de déguster et de choisir les vins qui accompagneront les menus de Noël et du réveillon du nouvel an. La notion de « vin de fête » ayant beaucoup évolué, le festival offre un large choix de références, classiques ou plus novatrices, pour répondre aux envies et budget de chaque visiteur. La notion de « vin de fête » est aujourd’hui assez floue.

« Communément, il s’agit d’un vin qui honore la table » mais comme l’explique Rodolphe Wartel, directeur de Terre de Vins, « on peut faire honneur aux plats servis en cette fin d’année en les accompagnant naturellement d’étiquettes à très forte notoriété, nombreuses à « Bordeaux Tasting », mais également de grands vins dont les prix restent encore abordables, eux aussi très présents sur le festival.

Que l’on parle d’un Château Beychevelle Grand Cru Classé 1855 ou d’un Clos Floridène qui n’est pas classé et coûte moins de 20€, dans les deux cas, ces crus feront honneur aux mets servis. Ce sont là deux exemples de vins magnifiques qui certes correspondent à des prix et à des sociologies différentes, mais illustrent pleinement la notion de « vin de fête » ; celle-ci doit rester assez ouverte et permettre à tous de faire son choix.

Il ne faut pas forcément investir 200€ dans une bouteille de vin pour accompagner dignement un dîner de réveillon. On en trouve à tous les prix. Il en va de même pour les Champagnes, incontournables en cette fin d’année. Proposer des grands vins avec une gamme de prix assez large, de 15 à 200€, c’est aussi ça Bordeaux Tasting »

Avec Bordeaux Tasting

Pour mieux fluidifier l’entrée des visiteurs, les réservations devront être effectuées préalablement sur www.terredevins.com : Pass 1 jour ou 2 jours de 23 à 45 € – TARIF SUR PLACE : Pass 1 jour samedi 32 €, Pass 1 jour dimanche 28 € (avec abonnement d’un an au magazine « Terre de vins »).

11 Déc

Bordeaux Tasting 2016 se referme sur un nouveau record avec 8000 participants

C’était l’événement du week-end à ne pas manquer et vous avez été 8000 personnes a sillonner les différents lieux de Bordeaux Tasting en deux jours…Un bilan plus que positif vu le nombre d’amateurs de vins, la qualité des dégustations et des rencontres.

De nombreuses informations et le programme partagé en live sur Twitter durant ces deux jours notamment par Côté Châteaux et Terre de Vins © JPS

De nombreuses informations et le programme partagé en live sur Twitter durant ces deux jours notamment par Côté Châteaux et Terre de Vins © JPS

8000, tout rond. On est à la limite maximum de ses possibilités d’accueil dans des conditions de dégustation et d’échanges auxquels « Terre de vins », organisateur de l’événement, tient essentiellement.

Coralie et Quentin de Boüard faisaient déguster la Fleur de Boürd et Plus de la Fleur avec la carafe de poche OptiWine © JPS

Coralie et Quentin de Boüard faisaient déguster la Fleur de Boürd et Plus de la Fleur avec la carafe de poche OptiWine © JPS

5 LIEUX, 5 ENDROITS POUR DEGUSTER DANS DE BONNES CONDITIONS

Bordeaux Tasting 2016 a innové par sa la multiplication d’endroits pour découvrir vins et champagnes, et somme toute dans un périmètre resserré, ce qui en fait un exploit : ainsi les champagnes, représentés par 25 maisons, ont été sanctifiés dans l’Espace Saint-Rémi. Les grands vins étrangers ont su intéresser les amateurs au Musée des Douanes, Pomerol avait son écrin au Gabriel et les Bordeaux et Bordeaux Sup pouvaient faire le buzz sous leur bulle. Quant au Palais de la Bourse, il était une fois de plus dédié aux 120 grands Bordeaux et à quelques pépites d’autres régions viticoles dans les salons XVIIIe du 1er étage.

Que de monde pour déguster le nabuchodonosor du Domaine de Chevalier 1996 © JPS

Que de monde pour déguster le nabuchodonosor du Domaine de Chevalier 1996 © JPS

DE GRANDS FLACONS

On a pu découvrir des formats XXL du côté des grands Bordeaux où Bernard Magrez avait sorti des jéroboams de Château Fombrauge. Mais il y avait également foule au Domaine de Chevalier devant un un nabuchodonosor 1996 : 240 verres par bouteille grâce au système expérimental permettant de puiser des doses de dégustation dans ce nabuchodonosor d’une capacité de 15 litres.

Samedi après-midi, un pic de fréquentation vers 16h © JPS

Samedi après-midi, un pic de fréquentation vers 16h © JPS

Que « Bordeaux Tasting » ait remporté un tel succès de fréquentation (et d’organisation) nous conforte dans l’idée que ce rendez-vous correspond à une réelle attente à cette période de l’année » Rodolphe Wartel, directeur de Terre de Vins.

Bernard Magrez, l'homme aux 4 crus classés de Bordeaux, et Pierre Blazy, célèbre avocat © JPS

Bernard Magrez, l’homme aux 4 crus classés de Bordeaux, et Pierre Blazy, célèbre avocat © JPS

« La satisfaction des vignerons, propriétaires, étrangers venus de très loin (les australiens de Penfolds présents pour la 1ère fois…), tous séduits par l’esprit de fête et de spectacle du festival, ne nous empêche pas de se poser les bonnes questions, voire celles qui divisent : la biodynamie a été mise en débat au cours d’une master classe consacrée à ce mode cultural très controversé, et dans les allées de « Bordeaux Tasting » il était question des enjeux écologiques, climatiques… mais également de chocs arômatiques, du plaisir de déguster des vins et spiritueux allant de 4€ à 320 €… et de pouvoir les acheter sur place pour la première fois. ».

Une cave éphémère avec Badie où les amateurs pouvaient acheter les vins qu'ils venaient de déguster dans les mêmes millésimes © JPS

Une cave éphémère avec Badie où les amateurs pouvaient acheter les vins qu’ils venaient de déguster dans les mêmes millésimes © JPS

UN CAVISTE PRESENT POUR LES ACHATS

BADIE hors ses murs… une première pour l’institution bordelaise Ouvrir une troisième boutique dans Bordeaux – même éphémère – a symbolisé le dynamisme de cette maison qui fait, en quelque sorte, partie du patrimoine viticole. Avec cette nouveauté 2016, les visiteurs de « Bordeaux Tasting » ont pu y transformer leurs essais gustatifs en achats de Noël.

De nombreuses découvertes pour les jeunes notamment les Cognacs proposés par Rémy Martin, VSOP, 1738 et XO © JPS

De nombreuses découvertes pour les jeunes notamment les Cognacs proposés par Rémy Martin, VSOP, 1738 et XO © JPS

UN NOUVEAU NE AVEC LYON TASTING

Vu le succès des 5 éditions de Bordeaux et après l’expérience menée à Lille, Terre de Vins annonce la naissance de « Lyon Tasting » les 14 et 15 octobre 2017.

La carte magnétique et la billetterie en amont ont permis une meilleure fluidité © JPS

La carte magnétique et la billetterie en amont ont permis une meilleure fluidité © JPS

La Vallée du Rhône, le Beaujolais, la Bourgogne, constitueront la colonne vertébrale de cet événement, dans lequel tous les vins et spiritueux présents à « Bordeaux Tasting » pourront également trouver leur place.

La Team de Terre de Vins : Noëlle Arnault de Canal Com, les journalistes Laure Goy et Laura Bernaute,  avec Gérard Basset meilleur sommelier du monde 2010 © Jps

La Team de Terre de Vins : Noëlle Arnault de Canal Com, les journalistes Laure Goy et Laura Bernaulte, avec Gérard Basset meilleur sommelier du monde 2010 © Jps

Un grand bravo à Terre de Vins pour ce bel événement. Et merci aux fidèles lecteurs de Côté Châteaux qui ont pu suivre ou revivre Bordeaux Tasting, à travers ses 6 billets et reportages, postés tout ce week-end.

Prochain Bordeaux Tasting les 9 et 10 décembre 2017 !!!

Bordeaux Tasting : les grands vins de Bordeaux au Palais de la Bourse

Bordeaux Tasting permet de découvrir plus de 200 vins et champagnes. Mais le coeur du réacteur se trouve au Palais de la Bourse. C’est surtout la grosse centaine de crus classés et de pépites qui attire chaque année de plus en plus d’amateurs et connaisseurs.

Vincent Labergère, Jean Labatut et son épouse, © JPS

Vincent Labergère, château Rayne-Vigneau, Jean Labatut et son épouse, et Agnès Zambon © JPS

C’est une première pour Vincent Labergère, et en plus ça rime ce qui n’est pas pour déplaire à Côté Châteaux. Et on continue : le directeur de Rayne-Vigneau n’est pas là par hasard : « l’idée, c’est pour nous, d’augmenter la visibilité ». Ce vin de Sauternes qu’il propose à la dégustation est un grand liquoreux, un 1er grand cru classé de Sauternes, toujours égal dans la qualité, avec sa jolie étiquette or et rouge (presque aux couleurs de Genève).

Sur son stand, des gens fort sympathiques Jean Labatut, sortant de table, ne voulait déguster lui que du Sauternes. Il reconnaît qu’il en boit et va en déguster lors des fêtes de fin d’année. Il y a aussi Agnès Zambon qui elle a été « initiée au vin par les moëlleux et liquoreux. C’est vrai que pour les fêtes de fin d’année, on ne peut pas éviter. Mais à Bordeaux, on boit surtout du rouge… »

Clio et Laurent Cisnéros du château de Rouillac et Didier Fréchinet du château La Tour Blanche © JPS

Clio et Laurent Cisnéros du château de Rouillac et Didier Fréchinet du château La Tour Blanche © JPS

Eh bien, les ambassadeurs de ces grands vins sont là pour que ça change. A l’image également quelques rangs plus loin de château La Tour Blanche, autre très grand 1er cru classé de Sauternes, château voisin de Rayne Vigneau, également à Bommes. Didier Fréchinet, son directeur commercial, est fidèle à Bordeaux Tasting, présent à chaque édition depuis le début. Tout comme son voisin, le château de Rouillac, propriété de Laurent Cisnéros à Canéjan. Lui n’étant pas classé, figure parmi les pépites mises en avant par Terre de Vin et depuis ces 5 ans, il a connu une ascension fulgurante…

La fourmilière dans le Grand Hall du Palais de la Bourse © JPS

La fourmilière dans le Grand Hall du Palais de la Bourse © JPS

Laurent Cisnéros vient d’enchaîner une sorte de marathon de la dégustation entre le Grand Tasting de Paris, les journées portes ouvertes en Pessac-Léognan et Bordeaux Tasting : le week-end dernier, il a enregistré 700 visiteurs supplémentaires par rapport à 2015, avec 2000 visiteurs à Rouillac. Quant au célèbre château La Tour Blanche, lui aussi a connu un bel engouement les 11-12-13 novembre : 1800 personnes enchantées par l’accueil des professionnels et aussi des élèves de La Tour Blanche, car c’est aussi un lycée viticole qui depuis 1911, depuis sa donation par Daniel Iffla, a formé des milliers de vignerons.

Philippe Raoux du château d'Arsac en AOC Margaux avec Nicolas et Léa © JPS

Philippe Raoux du château d’Arsac en AOC Margaux avec Nicolas et Léa © JPS

Et puis il y a aussi Philippe Raoux, le célèbre propriétaire du château d’Arsac en AOC Margaux. Lui aime à faire déguster son 1er vin mais aussi sa cuvée spéciale des Winemakers : il en est à sa 12e production avec toujours les plus grands vignerons et oenologues de la planète qui réalise leur propre vin sur une parcelle de 8 ha qu’il leur confie ; en 2016, ce fut Hubert de Boüard, d’Angélus, en 2017 ce sera Jean-Luc Thunevin, de Valendraud. Depuis le début, 6 sur 12 sont issus bizarrement de Saint-Emilion : « les propriétés sont plus petites et la patte de l’homme se révèle davantage » explique Philippe Raoux. Sur son stand Nicolas et Léa qui précise préférer le vin réalisé par Dany Rolland, sa saison 9 des Winemakers.

Bordeaux Tasting : quand le champagne se déguste à l’Espace Saint-Rémi

C’est la grande nouveauté de cette 5e édition de Bordeaux Tasting. Le champagne a pris possession de l’Espace Saint-Rémi, à un peu plus de deux cents mètres de la place de la Bourse. Tout le monde a l’air très satisfait de ce nouveau spot de dégustation.

Johan Jarry, chef adjoints des caves Mumm, Cyril Bleeker maître sommelier de l'UDSF Bordeaux Aquitaine, et Mathieu Bouyssière © JPS

Johan Jarry, chef adjoints des caves Mumm, Cyrille Bleeker maître sommelier, membre de l’UDSF Bordeaux Aquitaine, et Mathieu Bouyssière © JPS

« Depuis 10 heures ce matin, on a reçu beaucoup de monde », confie Mathieu Bouyssière, responsable communication pour Mumm à Bordeaux. « A l’unanimité, les gens sont ravis d’être ici. Il y a plus d’espace, c’est plus aéré, les gens sont moins serrées. Et puis il y a un vrai attrait pour le champagne. »

Parmi les amateurs de champagne, justement il y a Thierry, qui déguste un blanc de blanc, 100% chardonnay, de la maison Besserat de Bellefon : « les blancs de blancs, ce sont les meilleurs. »

Bordeaux Tasting 145

Pour Philippe Mezrich, de la Maison Besserat Bellefon : « le cadre est joli mais on est un peu éloigné des vins de Bordeaux. Moi qui viens pour la première fois, j’aurais aimé être avec les châteaux. (sans doute pour goûter…) « Au début, j’avais un peu peur, en étant délocalisé, qu’on ait moins de personnes, mais finalement il y a du monde. »

Thierry et Philippe Mezrich de la Maison Besserat Bellefon © JPS

Thierry et Philippe Mezrich de la Maison Besserat Bellefon © JPS

Philippe Mezrich se plaît à expliquer comment le champagne est réalisé, champagne d’assemblage avec les 3 cépages pinot noir, pinot meunier et chardonnay, ou 100% chardonnays avec le blanc de blanc : « il y a beaucoup de jeunes qui découvrent nos vins et c’est très bien. Pour moi, ce sont les jeunes et les femmes qui sont l’avenir, le marché il est là. »

La nouveauté chez Cordon Rouge, le cordon intégré à la bouteille © JPS

La nouveauté chez Cordon Rouge, le cordon intégré à la bouteille © JPS

Retour chez Mumm, fondée à Reims en 1827, avec ses 230 ha de vignobles dans le Montagne de Reims et dans la Côte des Blancs. C’est sans doute l’un des plus connu et commercialisé, son prix oscille entre 24€ pour le Cordon Rouge et 120 € pour la cuvée R.Lalou, avec actuellement le millésime 2002. « Nous sommes en croissance surtout à l’export : en pleine conquête des USA, très bien placé en Australie et partout en Europe. Ce sont 8 à 9 millions de cols qui sont produits annuellement. » La grande nouveauté c’est la bouteille Mumm avec le Cordon Rouge gravé dans le verre de la bouteille, l’étiquette sur le devant a disparu. Une bouteille aussi plus légère, spéciale, « on voulait le flacon le plus léger de la Champagne avec 830 grammes au lieu de 900.  Et on a relevé le défi avec le cordon rouge intégré »