05 Août

Comme un avant-goût de Vinexpo Shangai

Vinexpo Shangai va se tenir les 23, 24 et 25 octobre prochains au Shanghai World Expo Exhibition & Convention Center. Après 20 ans en Asie-Pacifique avec Vinexpo Hong Kong, Vinexpo confirme sa présence en Chine continentale avec Vinexpo Shanghai. Rodolphe Lameyse, directeur de Vinexpo, vient d’y effectuer une petite tournée d’avant salon. 

Rodolphe Lameyse en tournée en Chine © Laurent Moujon

Le marché chinois même s’il est en berne ces derniers temps pour le vins de Bordeaux reste un marché d’avenir car les importations de vins continuent d’augmenter en Chine et devraient atteindre 89,7 millions de caisses de 9 litres en 2021, soit une augmentation de 23,7% en 3 ans.

Les accords de libre-échange signés entre la Chine et l’Australie d’une part et le Chili d’autre part expliquent ce recul des vins français et la place de plus en plus importante des producteurs australiens, comme Accolade wines ou des grandes sociétés chiliennes, comme Concha Y Toro, Emiliana ou encore Sur Valles Wine group, des producteurs qui seront présents à Vinexpo Shanghai 2019.

Toutefois, la France reste le 1er pays fournisseur de vins en Chine en volume et en valeur. Elle sera bien représentée avec la Champagne et les Maisons Charles et Piper Heidsieck ou les Côtes du Rhône, avec la Maison Chapoutier. Les grands noms de Bordeaux y vont aussi pour prendre une place prépondérante en Chine: Joanne, CVBG Grands Crus, Borie-Manoux, Sovex Grands Châteaux, Nathaniel Johnston, Twins.  

Ce salon sera le reflet des marques les plus importantes dans le domaine des vins et spiritueux. Un potentiel intéressant avec près de 30 000 acheteurs et influenceurs professionnels chinois à conquérir.

En déplacement en Chine, Rodolphe Lameyse s’est livré à cet entretien avec Laurent Moujon, auteur et éditeur à Bordeaux Vins Editions 

LM : »Quelles sont vos impressions, après 100 jours depuis votre prise de fonction à la tête de Vinexpo ? »

RL : « J’ai pris un train en pleine face ». Il fallait avoir un mental fort pour tout encaisser : les remarques, les conseils, les problèmes, les attentes, les enjeux économiques,.

Aujourd’hui, après ces 100 jours, je suis ravi d’avoir pris le train en marche et d’avoir fait le bon choix car Vinexpo est une marque internationale, avec son propre ADN. Il y a de belles choses à faire mais il faut reprendre le travail, remettre le bleu de chauffe et prendre certainement de nouvelles décisions dans notre rôle de leader global auprès de tous les acteurs de la filière mondiale du vin et des spiritueux.

Il faut donner une nouvelle orientation à Vinexpo avec une dimension internationale encore plus forte et surtout aller au contact et à la redécouverte du client. Il faut redevenir le leader en Asie : Hong Kong et le nouveau salon à Shanghai..

LM : « Quelle est votre analyse sur la tournée Asie pour préparer Vinexpo Shanghai qui se tiendra du 23 au 25 octobre 2019 ? »

RL:  » «Je veux labourer la Chine. Après avoir passé 6 ans en Asie du sud-Est, je connais bien la culture asiatique et ses codes comme le « Quànxi ». (Le guānxì est une valeur vieille de deux millénaires, qui est apparue avec le confucianisme, et qui continue à imprégner profondément la vie des Chinois d’aujourd’hui. Il s’agit tout simplement de la mise en relation volontaire d’êtres humains. Les personnes chercheront ainsi à créer un rapport de confiance et de loyauté. En Chine, ces réseaux constituent l’une des clés principales de la réussite, supplantant même des notions plus techniques telles que l’effort, l’intelligence ou la connaissance. Développer et entretenir ses guānxì sont des objectifs naturels et indispensables d’une vie. Dans la culture chinoise, l’existence au sein de la société est définie par rapport aux autres.)

« L’équipe qui été mise en place à Shanghai réalise un excellent travail : les objectifs ont été largement atteints. C’est une équipe sérieuse et compétente par la qualité des rendez-vous.

Les produits chinois premium seront mis en lumière sur la scène internationale : Vinexpo Shanghai sera l’occasion pour les producteurs chinois de promouvoir la montée en qualité de leurs Baijus par

la dégustation. Les grands producteurs de Baiju comme Fenjiu Groupe ou Chengdu Xiangbeijinqiu rivaliseront avec les grands spiritueux internationaux.

Ce déplacement en Chine a permis de mieux comprendre le marché et leurs attentes en terme de business. Il faut dorénavant apporter des corrections à la stratégie pour avoir une vraie vision de ce marché ».

LM : « Quelles sont les caractéristiques du marché chinois ? »

RL : « Il y a 2 critères importants à ce marché :

1) Il faut donner de la face, se montrer car ils aiment rencontrer le CEO.

2) Le contact humain : il faut aller sur le terrain pour instaurer de bonnes relations, développer le Quànxi, & l’art du « Ganbei » où j’ai fait honneur à cette tradition. Il faut signer des contrats et voir au delà de 2019.

La stratégie est d’être leader sur son secteur. Il faut également un bon équilibre entre le qualitatif et le quantitatif au niveau des exposants.

Le consommateur chinois a besoin de comprendre. C’est un marché compliqué car la Chine est un continent divisé en provinces et c’est un marché très compétitif avec plusieurs salons. Tout évolue très vite !

Il faut redonner de la confiance à la marque Vinexpo. La mission est de faire venir les acheteurs « one to one » les prendre en charge, faire la mise en relation, organiser les réunions, développer les prospects avec un bon « business » pour les exposants, mettre en place des partenariats.

L’enjeu est très fort : à Vinexpo Bordeaux, il y avait eu plus de 2400 réunions.

Tous les voyants sont au vert pour faire de Vinexpo Shanghai, une réussite ». 

(propos recueillis par Laurent Moujon)

18 Mai

Fête de la Fleur : la famille Castéja célébrait les 100 ans d’acquisition du château Lynch-Moussas à Pauillac

Jeudi soir se tenait la traditionnelle Fête de la Fleur, l’événement créé par la Commanderie du Bontemps. 1650 invités au château Lynch Moussas avec la famille Castéja qui fêtait les 100 ans de propriété du château. Un dîner orchestré par le fameux chef alsacien Marc Haerbelin, avec aussi un invité surprise Jack Ma d’Alibaba.

Ils sont venus, ils sont tous là. Tous les grands acteurs de la planète vin. Ceux du bordelais, d’autres régions viticoles de France, mais aussi des Etats-Unis, de Chine, d’Australie, d’Argentine, du Chili, de Suisse, d’Allemagne, d’Espagne et d’Italie. 1650 au total, contre 1500 il y a deux ans au château Malartic-Lagravière qui avait réussi l’exploit de réussir cette soirée en pleine canicule. Mais le record reste encore celui réalisé par la Baronne Philippine de Rothschild à Mouton-Rothschild en 2003 pour les 150 ans du château.

Cette année, la famille Castéja invitait, car pour elle l’occasion était trop belle de célébrer ,en même temps que Vinexpo, les 100 ans de l’acquisition du château Lynch-Moussas (5e cru classé 1855) par Jean Castéja en 1919, juste après la grande guerre, auprès de la famille Vasquez. Un château qui sera ensuite dirigé par Emile, son fils, 50 ans plus tard. Aujourd’hui, c’est Philippe Castéja qui au nom de la famille remerciait l’assistance d’être venue pour cet événement. Une famille affichée partout sous l’impressionnant chapiteau dressé pour l’occasion.

Philippe Castéja en introduction rappelait que « cette Fête de la Fleur vient clôturer un excellent Vinexpo…les contacts ont été nombreux et fructueux. » Il a aussi souligné la jolie « mutation de Bordeaux et de son vignoble avec l’action formidable d’Alain Juppé, son successeur Nicolas Florian s’inscrira dans cette dynamique ».

Et d’avoir pour cette Fête de la Fleur qui marque le 100e anniversaire du rachat de la propriété une pensée pour se parents à qui il avait annoncé il y a deux ans qu’il souhaitait l’organiser à Lynch-Moussas, ce qui en soit est toujours un exploit vu l’ampleur de l’événement. « Notre mère depuis nous a quitté et notre père n’a pas pu venir à cause de son grand âge. »

Saint-Exupéry a écrit : « nous héritons de la terre de nos parents et nous l’empruntons à nos enfants » « Philippe Castéjà co-propriétaire de Lynch-Moussas.

Michel Rolland toujours très sollicité par ses admirateurs © JPS

Le Grand Maître de la Commanderie Emmanuel Cruse enchaînait : « il est important d’organiser cette Fête de la Fleur dans ces propriétés qui appartiennent encore à des familles ». Et de parler de l’avenir incarné par le nouveau maire de Bordeaux : « sous votre impulsion, Bordeaux est aujourd’hui la ville la plus attractive de France après Paris et aussi d’Europe. La construction de la Cité du Vin a été un projet exemplaire et visionnaire porté par Sylvie Cazes et Philippe Massol. Nous comptons sur vous pour poursuivre cette dynamique. »

Et d’en venir au salon Vinexpo qui a fermé ses portes jeudi : « Vinexpo va perdurer ! Nous sommes bien décidés d’en faire à partir de 2021 un rendez-vous annuel du monde du vin et des spiritueux. Depuis 1981, Vinexpo s’est inscrit parmi les grands salons internationaux, j’espère que nous allons faire de Vinexpo le n°1 mondial des salons vinicoles. »

Le millésime 2018e est vraiment reconnu d’une qualité exceptionnelle, il va permettre à Bordeaux d’affirmer son leadership mondial… » selon Emmanuel Cruse également co-propriétaire de château d’Issan.

Sabine, François et Jacques Lurton ont apprécié avec Christine les différents hommages à André Lurton © JPS

Et le Grand Maître d’avoir une pensée pour André Lurton, dont le décès a été annoncé ce jeudi matin.

A Christine, François et Jacques, « votre père André Lurton a été un ambassadeur des vins de Bordeaux et particulièrement de l’appellation chérie de Pessac-Léognan, » Emmanuel Cruse Grand Maître de la Commanderie du Bontemps.

 

Joseph Helfrich Pdg des Grands Chais de France, au centre le maire de Bordeaux Nicolas Florian et son épouse Hélène, à droite Bernard Farges président des « Bordeaux et Bordeaux Supérieur » © JPS

De son côté Nicolas Florian, le maire de Bordeaux a aussi rendu hommage à André Lurton « grand artisan de la création d Pessac-Léognan, directeur pendant 20 ans du CIVB, figure politique locale comme maire de Grézillac et président de la chambre d’agriculture.

Avant le démarrage de Vinexpo, Nicolas Florian expliquait : « j’avais en tête des inquiétudes et les peurs que quelques-uns s’évertuent à entretenir. On a la démonstration que les initiatives et l’impulsion de Mr Navarre et de ses équipes font qu’aujourd’hui Vinexpo est une réussite et qu’on fera une 21e et une 22e édition. Je peux vous dire on va même accélérer et aller encore plus loin : faire la promotion de ce nectar qu’est le vin de Bordeaux, on a la chance d’avoir une ville et un produit connus mondialement… »

Jack Ma a fait une apparition surprise et a charmé son auditoire © JPS

Enfin, à La tribune, un invité, non annoncé par les organisateurs, a fait sensation : Jack Ma le fondateur d’Alibaba, 2e fortune de Chine et 20e personnalité la plus riche au monde selon Forbes : « je ne me suis jamais habillé comme cela, mais c’est amusant…

 « C’est un grand honneur d’être ici, car je suis un grand amateur de vin ». Il a souligné « la qualité, la valeur, le caractère » des vins de Bordeaux. « Vous ne produisez pas du vin, vous produisez du bonheur », a conclu Jack Ma le géant de la vente en ligne chinoise, de quoi emporter les vivas de l’assistance.

Le chef Marc Haerbelin en plein dressage des assiettes avec son équipe © JPS

Mais celui qui méritait une ovation, encore plus marquée, c’est sans nul doute le grand chef Marc Haerbelin, 2** au Guide Michelin avec l’Auberge de l’Ill, une institution en Alsace fondée par son arrière-grand-père en 1882.

Il a réalisé avec ses équipes un dîner digne de ses 3 étoiles qu’il n’aurait jamais du perdre, avec une préparation et un service impeccable au beau milieu de l’assistance, comme dans son restaurant gastronomique. Chapeau chef pour cette soirée mémorable.

17 Mai

Vinexpo 2019 : l’heure du bilan…et « la nécessité d’un changement radical de stratégie » selon Rodolphe Lameyse

La 20e édition de Vinexpo s’est refermée sur un bilan avec plusieurs lectures possibles. Le salon historique de Bordeaux créé en 1981 connaît un effritement du nombre de ses exposants et de son visitorat de 30%, pourtant ce salon a montré une qualité et une grande tenue qui laissent à penser qu’il n’est pas fini. Les dirigeants savent qu’ils sont pourtant à un tournant et qu’il va falloir relancer la machine pour éviter de voir disparaître ce beau salon : il devrait être jumelé aux primeurs, et Vinexpo Paris au salon Wine Paris en février prochain.

LE CONSTAT : UNE FREQUENTATION EN BAISSE

Les chiffres parlent d’eux mêmes : 1600 exposants de 30 pays annoncés par les organisateurs, soit 30% de moins par rapport aux 2300 de 2017. Le nombre de visiteurs en 2017 avait baissé de 15%, là Vinexpo annonce une baisse de 30%, en dessous de 30000 professionnels, ce qui par rapport à 2015 confirme l’effritement d’au moins 40%. De nombreux professionnels croisés dans les allées me parlaient du parking nettement moins fréquenté que dans les éditions précédentes.

 LES ATOUTS : UN SALON D’UN TRES GRAND PROFESSIONNALISME

Sur cette édition 2019, ce qui était étonnamment frappant c’est la grande qualité des stands toujours plus beaux, rivalisant d’agencements originaux, avec de nombreux importateurs étrangers très satisfaits de leurs rencontres et des exposants aussi des contacts noués et contrats qui vont en découler.

  • Plus de 2300 rendez-vous qualifiés avec un visitorat composé à 65% de décideurs.
  • Un salon WOW des World Organics Wines qui a enregistré 22% d’exposants en plus avec 140 producteurs venus d’Espagne, d’Italie et de toute la France, des bio qui ont le vent en poupe et vont encore se développer dans les années qui viennent. WOW sera présent sur les salons Vinexpo de Shangaï, New-York et Hong-Kong.

  • 650 participants pour le 1er Symposium VINEXPO Act For Change pour parler de l’urgence face aux changements climatiques et de l’adaptation nécessaire des vignobles du monde face à ces changements.
  • 300 participants sur la conférence sur le e-commerce « comment optimiser ses ventes en ligne » avec les dirigeants de Vivino, de Petit Ballon, Tannico et Alibaba…
  • Le Diner du Palais a permis aux exposants d’inviter à leur table leurs clients et de faire déguster leurs vins, français et étrangers, avec un repas organisé par Michel Roth et François Adamski.
  • 700 personnes à la Grande Dégustation des Vins du Monde organisée avec Terre de Vins pour le grand public d’amateurs en plein coeur de Bordeaux.

UN TOURNANT ET UN PROCHAIN SALON REPENSE

Rodolphe Lameyse, le directeur de Vinexpo, a du pain sur la planche, arrivé moins de 30 jours avant le début de la 20e édition de Vinexpo, il n’a pas pu marquer encore vraiment de son empreinte ce Vinexpo, qui malgré tout je le répète avait « de la gueule ». Néanmoins pour demain, les décisions doivent être fortes : elles ont déjà commencé avec le choix de la raison de jumeler les dates et le lieu de Vinexpo Paris avec Wine Paris du 10 au 12 février à la Porte de Versailles à Paris. Un salon qui va pouvoir inverser la tendance sur ProWein, situé un mois avant le salon allemand de Düsseldorf. L’autre point est bien sûr Vinexpo Bordeaux, les dirigeants n’ont pas encore arrêté sa physionomie mais il pourrait être jumelé avec les primeurs, à une époque de l’année où 7000 professionnels du monde du vin s’inscrivent pour venir déguster le nouveau millésime, ce qui n’est pas de tout repos,  mais aussi à une époque de l’année où les domaines de l’hémisphère sud sont en plein boom…

Rodolphe Lameyse interviewé également par mes confrères de l’AFP¢ JPS

La réalité des chiffres met en évidence la nécessité d’un changement radical de stratégie pour relancer Vinexpo Bordeaux et le faire vivre en harmonie avec Vinexpo Paris », Rodolphe Lameyse dg de Vinexpo.

Et de poursuivre : « nous devons nous appuyer sur nos points forts pour nous réinventer. Le nouveau souffle passera par 3 axes clés : le business, le contenu et l’expérience. »

Le prochain Vinexpo Bordeaux fêtera ses 40 ans en 2021, ce sera encore un nouveau modèle, il faut espérer qu’il séduise à nouveau la planète vin et que le bashing ambiant, souvent très bordelais aussi, s’arrête, car ce salon a malgré tout sa raison d’être à Bordeaux jusqu’ici qualifié de capitale mondiale du vin…

Les prochains Vinexpo programmés : Shangaï (23-25/10/2019), Paris avec Wine Paris (10-12/02/2020), New-York (2-3/03/2020) et Hong-Kong (26-28/05/2020).

15 Mai

Wine Paris et Vinexpo Paris vont se tenir aux mêmes dates du 10 au 12 février 2020

C’est sans doute le choix de la raison. Vinexpo annonce que son salon de Paris se tiendra du 10 au 12 février finalement plutôt qu’en janvier 2020 et se tiendra en même temps que Wine Paris, en un même lieu commun, à Paris Expo Porte de Versailles.

Ca bouge dans le monde des salons. Et plutôt que de prendre des risques inconsidérés, Vinexpo et Wine Paris ont décidé de s’entendre. Ca vaut mieux…

Ainsi ils annoncent: « dates identiques et site commun, pour la création d’un nouveau rendez-vous au service de la filière mondiale du vin et des spiritueux ».

C’est donc en février 2020, que vont se tenir à Paris, Wine Paris et Vinexpo Paris initialement annoncé en du 13 au 15 janvier 2020. Cela va couper l’herbe sous le pied des Allemands de Dusseldorf avec leur traditionnel salon ProWein qui se tient toujours en mars !

L’épicentre mondial du vin et des spiritueux va-t-il se déplacer plus à l’ouest ? Une chose est sûr cette tenue simultanée de WINE PARIS et de VINEXPO PARIS relance les dés et évite des « morts » au niveau des salons.

POUR REPONDRE AUX ATTENTES DU MARCHÉ

WINE PARIS et VINEXPO PARIS ont donc choisi de cohabiter et de rassembler leurs éditions 2020 du 10 au 12 février 2020 à Paris Expo Porte de Versailles. Cette annonce a pour objectif de donner de la visibilité à l’ensemble des opérateurs et les échanges se poursuivront dans les prochaines semaines.

Cela va booster ces deux salons et leur attractivité vis-à-vis des acheteurs nationaux (cavistes, réseau CHR, sommeliers, distributeurs et grossistes spécialisés, agents commerciaux) et des acheteurs internationaux. La date est aussi favorable aux achats, ProWein peut en attester…

UNE COMPLÉMENTARITÉ ASSUMEE À PARIS

WINE PARIS est né cette année du 11 au 13 février 2019, de la rencontre de VINISUD et de VINOVISION PARIS, des vins méridionaux et des vins septentrionaux. Ce 1er salon a connu un certain succès avec 2 000 exposants et 26 700 professionnels dont 30% d’internationaux. .

De son côté VINEXPO a tenu à créer VINEXPO PARIS pour contrer ProWein et saisir les opportunités sur le marché mondial des vins et des spiritueux. Un salon annoncé en fanfare en juin 2017, confirmé en septembre 2018 avec l’annonce du calendrier et finalement reporté et jumelé avec Wine Paris.

Les pour-parlers sont sans doute toujours en cours, pour qui sait, ne faire qu’un seul et même salon, une seule et même marque, ce qui serait le rêve…mais déjà c’est une grande avancée.

WINE PARIS & VINEXPO PARIS du 10 au 12 février 2020 à Paris Expo Porte de Versailles
 

« Les petits plats dans les grands » pour les exposants de #Vinexpo au Dîner du Palais

C’était une innovation cette année : le dîner du Palais qui s’est tenu mardi soir au Palais de la Bourse à Bordeaux. L’originalité de cette soirée était de permettre aux exposants français et étrangers d’accueillir des invités de leur choix et de mettre en avant leurs vins, accompagnés des mets préparés par les chefs François Adamski et Michel Roth.

Les chefs MOF reconnaissables à leur col bleu, blanc, rouge, Michel Roth et François Adamski © JPS

Cette soirée, c’était une soirée pour remercier et mettre à l’honneur les exposants et acteurs de ce Vinexpo 2019.

Un Vinexpo qui n’est pas prêt de s’arrêter et pour lequel son Président Patrick Seguin, également Président de la CCI de Bordeaux Gironde, confiait à l’assemblée « nous avons beaucoup de bons retours. » Et le directeur général Rodolphe Lameyse de renchérir en anglais : « c’est le premier nouveau Vinexpo, mais ce n’est pas le dernier », se faisant largement applaudir.

Jacques Lurton, Jacques Faurens président de Great Wines Capitals, Lise Latrille de Prieuré-Lichine, à droite Patrick Seguin, président de Vinexpo et de la CCI, et Catherine Leparmentier de la CCI © JPS

Patrick Seguin annonçait d’ailleurs de nouvelles annonces ce même mardi midi auprès de chefs d’entreprises sur le salon: celles-ci sont déjà tombées mercredi après-midi avec l’annonce d’un salon parisien de Vinexpo jumelé avec Wine Paris, même lieu et même dates du 10 au 12 février 2020. L’autre grande nouveauté pourrait être un salon de Bordeaux remodelé et peut-être jumelé à la semaine des primeurs.

Jacques Faurens, Mathieu Vanhalst directeur commercial de Vinexpo et Peter Gago, chief winemaker chez Penfolds © JPS

Parmi les grands oenologues de la planète croisés lors de cette soirée, il y avait Peter Gago « une sommité en Australie, avec une aura incommensurable que j’ai toujours comparée à celle de Paul Pontallier (cf château Margaux), d’une compétence et d’une technicité, il est à l’aise partout et sait charmer son auditoire. C’est l’un des meilleurs de ce pays », me confiait Jacques Lurton autre grand vigneron de Bordeaux qui a acquis aussi ses lettres de noblesse à l’étranger, associé à son frère François Lurton depuis le début des années 90, et qui aujourd’hui continue de faire du vin en Australie…

Fernando Urdaniz manager de ProMendoza (Argentine), Florence Forzy Raffard et Rafael Vivanco Saenz (Espagne) © JPS

« J’ai une grosse ferme avec 10 hectares de vignes, un domaine qui s’appelle « the Islander » sur Kangaroo Island, à 14 kilomètres du continent australien et 200 kms d’Adélaïde », me racontait Jacques Lurton. « C’est mon 2e pays, j’ai aussi mon coeur là-bas. C’est un petit cru comme à Saint-Emilion, tout est fait à la main, avec des vins fermentés en barriques, vieillis 2 ans avant la mise sur le marché, je me suis spécialisé dans les vins haut de gamme. »

Parmi ces exposants, un amoureux de Bordeaux Rafael Vivanco Saenz, qui fréquente le salon Vinexpo depuis 1997 et qui est partenaire de la Cité du Vin. Il a passé son diplôme national d’oenologie à Talence et aujourd’hui est à la tête de Vivanco, une Bodega – Fondation et Musée de la Culture du Vin dans la Rioja en Espagne. « C’est le premier projet professionnel d’oenotourisme qu’on a créé dans la région, un an avant la Bodega de Marques de Riscal

Avec son recul et son expérience sur les différents salons Vinexpo, Rafael Vivanco Saenz me confiait : « il y a beaucoup moins d’exposants, mais bon on va voir ce que donne le négoce. Je me souviens avant on n’avait pas toujours le temps de tout visiter, j’ai de très bons souvenirs et en prime il y avait sur les Allées de Tourny une foire (les Epicuriales), cela donnait une atmosphère aussi… » 

Aujourd’hui Rafael Vivanco Saenzproduit 1 million de bouteilles, essentiellement en rouge à 85%, 10% de blanc et 5% de rosé. Je fais aussi un peu de vin  doux avec des raisins rouges, dans le style de Sauternes: « quand j’étais jeune j’avais fais un stage à Sainte-Croix-du-Mont. »

Pour ce Diner du Palais, les exposants de Vinexpo Bordeaux 2019 ont ainsi eu l’occasion d’accueillir les invités de leur choix à une table où étaient servis leurs vins, magnifiés par un menu élaboré à 4 mains par deux chefs aux parcours remarquables: meilleurs Ouvriers de France, étoilés au Michelin:  Michel Roth ancien chef du Ritz, est le chef du Bayview le restaurant étoilé du Président Wilsson à Genève, et François Adamski, MOF en 2007, ancien chef du Plaza Athénée, du Ritz, et de Matignon, il avait décroché une étoile au Gabriel à Bordeaux et est aujourd’hui chef consultant.

14 Mai

1er Symposium #Vinexpo : il est temps d’agir pour le climat !

« Act For Change » le mot d’ordre est lancé depuis Vinexpo. Les acteurs de la filière et les politiques de la région Nouvelle-Aquitaine tirent la sonnette d’alarme et dressent un constat édifiant sur l’urgence d’agir, avant tout pour les populations, mais bien sûr aussi pour le vignoble…

ACT FOR CHANGE ! Dès l’entrée de Vinexpo, le ton était donné ce matin avec des hôtesses qui invitaient les professionnels à se joindre aux différentes conférences de la journée. Mais là aussi il y avait des réactions contrastées avec un bon accueil et parfois un je-m’en-foutisme …terrible non seulement pour ces jeunes filles mais aussi pour le bien commun !

C’est pourtant une prise de conscience collective qu’il faut avoir. Il est temps d’agir et il faudrait tant agir aussi pour limiter l’impact du changement climatique qui a déjà eu lieu et qui va encore s’amplifier dans les années qui viennent. De grosses légumes sont venus le dire haut et fort, des écologistes mais pas que des gens en responsabilité, et notamment le président de la Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset « l’urgence s’accélère : les rapports des scientifiques sont de plus en plus alarmants sur l’évolution du climat. »   

La célèbre phrase du Président Chirac « la planète brûle et nous regardons ailleurs » est plus que jamais d’actualité. Ce n’est d’ailleurs pas pour rien que ce week-end il a eu droit à une énorme bannière accrochée à l’échafaudage de réfection du Palais de la Bourse : « Chirac reviens »

 Il va faire plus chaud, cela va avoir évidemment une incidence sur la vie de la vigne et sur l’eau : l’eau va devenir un facteur limitant, on va être soit entre l’inondation, soit la sécheresse et cela va devenir un peu imprévisible » Brice Lalonde ancien Ministre de l’Environnement.

Le dérèglement climatique annoncé lors de la COP 21 risque d’être encore plus important, plus violent que prévu d’où l’urgence de la situation. Même Christine Lagarde, la présidente du FMI interviewée pour l’occasion racontait qu’elle était quasiment « tombée du cocotier » ou plutôt de sa chaise quand elle a appris qu’en Angleterre poussait désormais de la vigne. Amazing !

« Un certain nombre de ces gaz à effet de serre, je pense notamment au CO2, s’accumulent et restent très longtemps dans l’atmosphère, donc si on n’agit pas maintenant, les conséquences à long terme seront beaucoup plus catastrophiques que si on agit maintenant », commente Michel Jarraud secrétaire général émérite de l’Organisation météorologique mondiale.

L’objectif de l’accord de Paris est de limiter le réchauffement à 2°, pour le moment on n’est pas du tout sur cette trajectoire là, parce que les engagements qui sont pris ne sont pas du tout suffisant pour rester sous la barre des 2° », Michel Jarraud secrétaire général émérite de l’Organisation météorologique mondiale.

Au niveau du vignoble, on se rend compte depuis plusieurs années le degré de sucre et d’alcool dans le vin ne cesse d’augmenter pour flirter avec les 14 à 15° à Bordeaux désormais (il est où le temps de la chaptalisation ?), les vendanges sont devenues de plus en plus précoces fin juillet dans le Languedoc-Roussillon, vers le 20 août parfois pour les blancs dans le Bordelais et mi -septembre au lieu de début octobre pour les rouges, et des cépages comme le merlot ne sont plus adaptés...

A l’intérieur des cépages traditionnels, on va étudier la diversité des clones, certains individus résistent mieux à des fortes températures, et on va orienter la sélection vers ces clones là. Deuxième axe les pratiques viticoles pour protéger la vigne comme l’effeuillage, l’enherbement pour résister aux fortes températures, » Philippe Mauguin président de l’INRA.

A plus long terme, d’ici 15 ou 20 ans, les chercheurs réfléchissent à de nouveaux cépages résistants aux changements climatiques et aux maladies pour utiliser moins de pesticides. Les vignobles Ducourt en Gironde ont expérimenté depuis plusieurs années ce type de nouveaux cépages résistants, ils pourraient à l’avenir être rejoints par d’autre vignerons. C’est l’un des gros chantiers de l’INAO et des appellations qui vont sans doute aussi revoir leurs cahiers des charges, certaines voix se sont d’ailleurs élevées pour dire attention à ne pas perdre l’identité des vins et la notion de terroir.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Pascal Lécuyer et Nicolas Titonel : 

13 Mai

#Vinexpo : un salon recentré sur le business et les rencontres de qualité

Vinexpo Bordeaux s’est ouvert sur fond de concurrence avec les autres salons mondiaux. Si 1600 exposants sont au rendez-vous, moins qu’en 2017, ce salon garde une grande qualité au niveau de ses intervenants et des rencontres bénéfiques. Vinexpo se relance pour mieux poursuivre ses prochaines éditions.

Du monde ce matin avant l’ouverture de Vinexpo © JPS

« C’est important, c’est l’occasion de venir voir nos clients de leur parler de nos nouveaux produits, de notre société et du business du vin », confie Christophe Boudin de la Maison de Champagne Yvon Mau.

« Vinexpo fête sa 20e édition, c’est un salon historique, il a toujours sa place ici à Bordeaux, même si Vinexpo a essaimé aux Usa, à Hong-Kong et à Shangai, ça reste un salon très ancré Bordeaux et de toute la France « , me confie Yann Jestin courtier en grands vins de Bordeaux à l’entrée du salon.

Juste avant l’ouverture à 9h, plusieurs centaines de visiteurs professionnels se pressent à l’extérieur du nouveau Hall 2 pour ce Vinexpo 2019 : « c’est la plus grand salon de l’industrie du vin et je suis content d’être ici », confie Xingkun Ma visiteur chinois.

1600 exposants venus de 30 pays différents, c’est un peu moins qu’en 2017 qui en comptait 2300, mais en tout cas ce sont des rencontres de qualité comme en témoigne la Canadienne  Kathy Cannon, directrice de LCBO pour les Vins Européens : 

C’est bien on vient ici pour 4-5 jours rencontrer beaucoup de fournisseurs. On importe beaucoup de vin du monde entier et c’est l’endroit rêvé pour les déguster, » Kathy Cannon importatrice canadienne LCBO. 

Le Bordelais François Lurton, vigneron globe-trotteur qui produit plus de 70 marques en France mais aussi en Argentine, au Chili et Espagne a ses raisons d’être à nouveau présent : « dans les autres salons que l’on a, il y a surtout des européens voire des nord-américains, mais là on a pas mal le Pacifique, l’Amérique du Sud, l’Afrique… »

Parmi les nouveaux consommateurs outre les Asiatiques, pal mal d’Africains : Manfred Eboumbou travaille ainsi depuis plus de 10 ans le marché du Cameroun : 

Le marché (en Afrique) se développe même plus vite qu’on ne le pense, et notamment pour le vin de Bordeaux très connu au Cameroun, »  Manfred Eboumbou

De nombreuses maisons de négoce sont présentes mais aussi cette maison familiale bourguignonne fidèle depuis la création : « Nous venons à Vinexpo depuis le début, c’est très important, d’autre part nos clients étrangers viennent nous retrouver à Vinexpo. Bordeaux attire quand même beaucoup de monde. »

Jonathan Choukroun Chicheportiche et Juliette Hirschy du Magazine Vert de Vin sur Vinexpo © JPS

« C’était le salon primordial il y a quelques années, cela  a perdu un petit peu de son prestige par contre Bordeaux reste un lieu incontournable car c’est le salon où l’on peut recevoir nos clients et leur consacrer plus de temps ici qu’ailleurs », confie Philippe Marion directeur commercial de Barton et Guestier.

Philippe Marion de Barton & Guestier et Franck Crouzet de Castel Frères © JPS

Cette maison de négoce, associée à Patriarche et Listel sur le stand fait partie du Groupe Castel, le groupe n°1 et France et 3e dans le monde pour la commercialisation de vin. Castel commercialise ainsi 19 bouteilles par secondes. Ça en impose, non ?

Le maire de Bordeaux. Nicolas Florian entouré des dirigeants de Vinexpo et de maisons de négoce et de CEB ©JPS

Quant à savoir si Vinexpo va continuer ? Demandez donc aux frères Cottin de la Maison Dubos ce qu’ils en pensent…« Mon père fait partie de ceux qui ont créé Vinexpo…avec rien. Ce n’est pas pour le perdre aujourd’hui, Vinexpo ne mourra pas », commente l’aîné Robert Cottin.Et celui-ci de compléter : « on a vu autant de clients qu’en 2017″.

La Maison Dubos à Bordeaux avec Robert, Emmanuel et Guillaume Cottin © JPS

« Tout le monde critique mais Vinexpo doit rester, il faut que ça reparte », renchérit Emmanuel Cottin. En somme, il faut arrêter de s’auto-flagelller comme bien souvent à Bordeaux et ce Vinexpo bashing.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Pascal Lécuyer, Xavier Granger, Jean-Marc Ceccaldi :

Rodolphe Lameyse sur Vinexpo : « je trouve que c’est une bonne chose la concurrence, cela permet de retravailler sur les fondamentaux du salon… »

Le directeur général de Vinexpo était interviewé ce jour à l’ouverture du salon. L’occasion de revenir de manière peu plus longue sur la couleur et les orientation de Vinexpo Bordeaux et en dehors du salon historique.

Rodolphe Lameyse interviewé également par mes confrères de l’AFP  

Jean-Pierre Stahl : « Rodolphe Lameyse, dites-nous, quelle ampleur a ce salon 2019 ?

Rodolphe Lameyse : « Le salon Vinexpo 2019 est un salon qui va regrouper 1600 exposants, 30 pays, on attend un peu plus de 40000 personnes du monde entier… Vous avez des participants de l’Uruguay, de l’Argentine, bien entendu de la France, mais nous avons aussi des nouveaux venus : des exposants qui viennent de la Turquie et du Vietnam et de l’Asie du Sud-Est d’où je viens… »

JPS : « C’est un salon un peu plus petit qu’en 2017 ? »

Rodolphe Lameyse : « C’est un salon qui est différent, il est différent our deux raisons: déjà on a approché la date au mois de mai, traditionnellement c’est un salon qui avait lieu plutôt au mois de juin. On a voulu un petit peu répondre aux interrogations et aux inquiétudes de nos exposants par rapport à l’incidence de la chaleur sur la dégustation, donc on a rapproché un petit peu au mois de mai. On a essayé aussi de trouver une synergie avec le calendrier de nos acheteurs internationaux, et puis c’est un salon qui répond à la nouvelle stratégie de Vinexpo…

« Vinexpo, on se veut d’être un acteur global sur l’industrie des foires et des salons des vins et des spiritueux : on a ainsi des salons aux Etats-Unis, en Europe avec Vinexpo Bordeaux qui commence ce jour, mais aussi en Asie, et on offre une plate-forme à tous nos clients au sein de laquelle ils vont choisir…Donc certains vont peut-être se redéployer, un peu plus sur l’Asie, un peu plus sur les Etats-Unis, donc on a un petit mouvement de balancer. Moi j’appelle cela de l’inspiration, on est plutôt sur un mouvement d’inspiration sur Bordeaux et on inspire sur d’autres lieux ».

JPS : « Il y a tout de même une forte concurrence avec ProWein ? »

Rodolphe Lameyse : « Toujours, on a toujours une grosse concurrence internationale, vous venez de citer notre concurrent allemand, mais il y en a d’autres. Moi je trouve que c’est une bonne chose la concurrence, cela permet de retravailler sur les fondamentaux du salon…de comprendre ce qui fait l’ADN et la spécificité de la marque Vinexpo, et de mobiliser toutes les équipes et tous les acteurs de la filière autour de Vinexpo, dans le patrimoine bordelais et dans l’environnement économique français.

« Vinexpo, on a des atouts, il faut qu’on les exploite, cela a toujours été un rendez-vous d’affaires, cela le sera à l’avenir, c’est aussi un rendez-vous de savoirs, on partage autour des masterclass de l’académie où on va mettre en valeur des cépages, des terroirs, mais aussi demain le 14 mai on va lancer le Symposium consacré au dérèglement climatique, de l’impact que cela peut avoir sur l’ensemble de la filière viticole et vinicole, ça c’est très important… C’est unique, je pense qu’on est les seuls à le faire.

« Enfin, cela fait partie de la magie de Bordeaux, c’est une terre de vin, qui vit au rythme de la viticulture, et de l’industrie vinicole, eh bien on a cette synergie qui se met avec les châteaux, avec le public, hier on avait la grande dégustation qui était ouverte aux partculiers, qui ont pu déguster 600 vins différents, voilà on a une atmosphère à Bordeaux qui est particulière, qu’on ne retrouve nul part ailleurs et qui fait que les gens viennent avec plaisir sur le salon. »

Regardez l’interview réalisée ce matin de Rodolphe Lameyse par Jean-Pierre Stahl et Pascal Lécuyer :

12 Mai

#Vinexpo : soirée d’ouverture très internationale chez François Lurton à Couhins-Lurton

C’était ce soir les soirées d’ouverture de Vinexpo. Entre la soirée Jurade de Saint-Emilion à Soutard, celle des Crus Classés de Graves à Malartic-Lagravière, c’est finalement une soirée très internationale aussi qui a retenu l’attention de Côté Châteaux, celle de François Lurton le vigneron globe-trotter, producteur dans 4 pays au monde.

Lancement des soirées Vinexpo ici à Couhins Lurton © JPS

François Lurton, c’est l’un des viticulteurs de Bordeaux qui connaît bien le monde, car il l’a parcouru et même plusieurs fois. Côté Châteaux a tendance à le considérer comme le vigneron globe-trotter. Avec son frère Jacques, ils ont été au début des années 90 les pionniers bordelais à produire en dehors de Bordeaux, dans le « nouveau monde. »

Le château Couhins Lurton en Pessac-Léognan © JPS

Là, le monde, il le voit partout pour ces soirées, de quoi donner une première tendance de ce que Vinexpo sera : « il y a du monde partout aux Crus Classés de Graves, à la Jurade, à Yquem avec les 1855, chez Chevalier, et 1500 pour la fête de la Fleur… Ce soir on a pas mal de monde qui vient de l’étranger, on doit avoir à Couhins Lurton environ 30 pays différents… »

Fort heureusement pour son organisation, le temps était fort agréable ce soir avec une douce température et un sublime coucher de soleil sur ce joyau de Pessac-Léognan que son père André Lurton avait fait restaurer au début des années 2000. Il fallait alors que ce château soit digne d’accueillir en 2003 la soirée d’ouverture de Vinexpo et des Crus Classés de Graves.

Seize ans plus tard, c’est François qui reçoit en ce lieu magnifique et qui fait déguster les vins qu’il produit à l’étranger et en France aussi, avec notamment en Languedoc Roussillon sa dernière acquisition Nizas à Pezenas (Languedoc), avec « des cépages un peu différents de ce que je fais dans le Roussillon (Viognier et vermentino) ».

François Lurton produit pas loin de 70 vins sur 4 pays du monde, France, Argentine, Chili et Espagne. Et auparavant, il était aussi présent au Portugal et en Australie. Des vins bien équilibrés aux belles structures, où il réussit à sublimer les cépages de chaque région viticole.

Que pense-t-il du prochain salon Vinexpo qui s’annonce ? Ce soir il est un peu trop tôt pour parler de sa réussite ou non mais une chose est sûre ce salon va conditionner sans aucun doute la suite.

Lui était plutôt « favorable de le conserver en juin plutôt que mai », car pour François Lurton trop proche de Prowein, « en juin il aurait peut-être eu plus de succès, mais ils ont eu peur du temps » (cf en 2017, Vinexpo avait connu une période caniculaire). « Là ils tentent en plein milieu de la campagne des primeurs, bon on verra. »

Lancement de Vinexpo à Couhins Lurton avec Sabine et François Lurton © JPS

François Lurton, lui a choisi d’être bien présent pour ce Vinexpo 2019 au début du Hall 1, il y sera dès la première heure ce lundi 13 mai, mais en attendant ce soir il a tenu à inviter ses clients et distributeurs de par le monde au château Couhins Lurton, près de 140 personnes ainsi présentes.

Le chef Hugo Naon d’El Nacional © JPS

Et pour les recevoir, rien de tel que de donner une note de cuisine argentine avec le chef Hugo Naon, du restaurant El Nacional, qui était aux fourneaux et derrière un immense barbecue, à faire cuire ses spécialités de ris de veau, rognons et aiguillettes de rumsteck… Un instant de partage et de convivialité qui lançait ainsi dignement ce Vinexpo millésimé 2019.

11 Mai

20e Vinexpo : tous dans les starting blocks

A J-2 du salon professionnel international dédié aux vins et spiritueux, les préparatifs vont bon train. Ce nouveau salon va prendre ses marques pour se relancer. Un salon à taille plus humaine, peut-être recentré sur le business et les contacts fructueux, qui va être crucial pour la suite.

Vinexpo Bordeaux ouvre ses portes lundi matin à 9h et pour 4 jours, au lieu de 5 précédemment. Un salon bordelais avancé dans la saison, en mai désormais au lieu de juin, pour répondre aux critiques formulées précédemment concernant la canicule vécue en 2017, où le parc des expositions avait peiné à rafraîchir tant ses allées que les vins, surtout les après-midi quand les températures extérieures frôlaient les 40°… Ce rendez-vous avancé peut aussi mieux coller aux attentes des professionnels par rapport aux affaires.

Passé ce préambule et ce postulat, les organisateurs annoncent une « 20ème édition placée sous le signe de la performance des contacts et de la convivialité ». L’accueil devrait être amélioré, de nombreux gestes ont été faits à destination des exposants et des professionnels qui vont sillonner les allées des Hall1 et 2, des gestes réalisés de concert entre la ville de Bordeaux, Bordeaux Métropole et Vinexpo.

DES VISITEURS QUELQUE PEU CHOYES

L’objectif clairement affiché est de faciliter la vie et l’accès des visiteurs sur le salon. Aussi, Vinexpo, la ville et Bordeaux Métropole ont mis en place des dispositifs pour favoriser la mobilité des professionnels avec :

  • Mise en place de navettes gratuites depuis l’aéroport, la gare Saint-Jean, Mériadeck, le centre-ville et la zone hôtelière de Bordeaux-Lac
  • Un « Pass Vinexpo » offert à tous les exposants et visiteurs afin qu’ils puissent circuler gratuitement sur le réseau de transport TBM (tramway et bus)
  • Un séjour aussi culturel avec un accès gratuit à la Cité du Vin et à plusieurs autres musées

UN RENDEZ-VOUS AXE SUR LE BUSINESS

  • UN VINEXPO COSMOPOLITE :

* 120 nationalités attendues pour Vinexpo, ce rendez-vous mondial du vin et des spiritueux. Parmi ces experts et acheteurs, 65% seront des décideurs.

29 pays exposants dont 2 nouveaux : la Turquie et le Vietnam. 

                 * 1 600 Sociétés (dont 15% de nouvelles par rapport à 2017) occuperont la totalité du Hall 1. Le nouveau Hall 2, baptisé Palais 2 l’Atlantique sera dédié aux grandes dégustations et au 1er Symposium International consacré à « l’impact du changement climatique sur la filière du vin et des spiritueux ».

  • UN TOUR DE FRANCE DES REGIONS VITICOLES

Toutes les régions productrices de France seront représentées, certes avec un peu moins en volume car il n’y a pas cette fois-ci de Hall 3, mais en qualité, de grandes marques françaises internationales seront bien présentes : les Grands Chais de France, Minuty, GH Martel & Cie, Henri Bourgeois, Albert Bichot, Champagne Bollinger, Joanne, Baron Philippe de Rothschild, Bernard Magrez ou encore CVBG-Dourthe Kressmann.

  • LES MARQUES ETRANGERES PRESENTES A VINEXPO

Parmi les marques étrangères annoncées : Clos de los Siete, Catena Zapata (Argentine), Robinson & Sinclair (Afrique du Sud), Felix Solis Avantis, Marqués de Cáceres (Espagne), Piccini, Emilia Romagna (Italie) ou encore Cofco Greatwall (Chine).

The blend au Palais de la Bourse en 2017 © Vinexpo

UN VINEXPO HORS LES MURS

Le Off de Vinexpo, c’est aussi ce qui fait l’attrait ou le charme de ce salon, et que l’on ne trouve pas à ProWein. Des soirées organisées par Vinexpo mais aussi des soirées organisées par les grandes associations et commanderies des vins de Bordeaux.

  • LE DINER DU PALAIS

Mardi 14 mai, au Palais de la Bourse, ce sera une soirée remarquable destinée à répondre à une demande des exposants (notamment non bordelais) d’accueillir leurs invités et leur faire sentir qu’ils comptent pour eux, business oblige. Cette soirée Vinexpo sera orchestrée par les chefs François Adamski et Michel Roth, en association avec leurs propres vins

  • THE BLEND

Mercredi 15 mai, également au Palais de la Bourse, ce sera la soirée officielle et gratuite pour tous visiteurs et exposants de Vinexpo en mode afterwork, une soirée décontracté, pour continuer éventuellement à développer son réseau.

LES 8 INCONTOURNABLES DE VINEXPO

  • Les cépages autochtones du monde (Lundi 13 mai 13h00/14h30 Hall 1 salle 2)
    Olivier Poussier, Meilleur Sommelier du Monde 2000, propose à travers cette dégustationunique, de faire un tour du monde des meilleurs vins de cépages autochtones, que l’on qualifieainsi par opposition aux cépages internationaux.
  • Shochu, le spiritueux japonais (Lundi 13 mai 16h00/17h30 Hall1 – salle 2)
    Une dégustation permettra de découvrir l’histoire, les techniques de production et l’art de ladégustation de ces deux alcools japonais.
  • 1er Symposium International « Act for change » sur « l’impact du changement climatique sur lafilière du vin et des spiritueux » (Mardi 14 mai 10h00/16h30 Hall 2)
  • Renaissance des appellations (Mardi 14 mai 10h30/18h30 Hall 1 salle3)
    Cette célèbre association sera pour la première fois présente à Vinexpo Bordeaux au traversd’une dégustation regroupant 60 vignerons en biodynamie de nombreux pays, dont : Autriche, Espagne, France, Italie, Slovénie, Suisse.
  • Les Victoires du Liège 2019 (Mercredi 15 mai – 11h30/14h30 Hall 1 salle 3)
    Créées à l’initiative de la Fédération du Liège et de Rayon Boissons, les Victoires du Liège récompensent les démarches innovantes des enseignes de la grande distribution française.
  • La battle des Meilleurs Sommeliers nouvelle génération ! (Mercredi 15 mai 16h/17h30 Hall 1Salle 2)Trois brillants jeunes sommeliers s’affronteront en toute amitié pour convaincre l’auditoire que le vin blanc et le vin rouge qu’ils ont sélectionnés, dans leur cépage préféré, sont les plus remarquables.
  • Vinexpo Challenge (Jeudi 16 mai11h00/12h30 Hall 1 – Salle 1)
    Animée par Marc Almert, Meilleur Sommelier du Monde et sponsorisée cette année par Vinc by Cork Supply, cette masterclass propose de tester ses compétences en dégustant à l’anonyme 10 vins d’exception de producteurs exposants à Vinexpo Bordeaux 2019.