05 Avr

Guillaume Deglise quitte ses fonctions de directeur général de Vinexpo

C’est une nouvelle apprise ce matin dans le monde du vin. Guillaume Deglise va quitter son poste de directeur général de Vinexpo, à l’issue du salon Vinexpo Hong Kong, qui se tiendra du 29 au 31 mai. Anne Cusson, directrice de la communication de Vinexpo, lui rend hommage.

Guillaume Deglise, juste avant son départ pour Vinexpo New-York © Jean-Pierre Stahl

Guillaume Deglise était arrivé à Bordeaux en 2013, après avoir assumé les fonctions de responsable export chez Bollinger et DG de la filiale suisse du groupe Laurent-Perrier. Il avait pu suivre le salon Vinexpo Bordeaux en juin 2013, alors que Robert Beynat étant toujours en fonction. C’est en septembre 2013 qu’il avait pris officiellement la direction générale de ce gros navire lancé par la CCI de Bordeaux. L’objectif lui avait été fixé de redresser Vinexpo Bordeaux et de continuer à développer Vinexpo Hong Kong, le leader des événements du secteur des vins et spiritueux en Asie.  

Anne Cusson, la directrice communication tient à commenter pour Côté Châteaux :

Il fait un travail remarquable. Il a réussi un vrai repositionnement et une vraie relance de Vinexpo Bordeaux », Anne Cusson directrice communication Vinexpo

La team de Guillaume Deglise présentée en mai 2015 avant le nouveau salon Vinexpo de 2015 © JPS

Et d’ajouter : « il y a avec lui un vrai travail sur le contenu, les conférences, les tastings et l’événementiel. L’approche client a été développée. Il est allé non seulement à la rencontre des exposants mais aussi il a su écouter et se mettre au service du client. Il fait preuve d’un dynamisme à toute épreuve et il a cette dimension internationale. »

Nous saluons le professionnalisme et le leadership de Guillaume Deglise, qui a réussi le développement de la marque Vinexpo dans un secteur très concurrentiel » Président du directoire de l’entreprise et Président de la CCI de Bordeaux-Gironde

Guilaume Deglise, lors de Vinexpo Bordeaux 2017 © Jean-Pierre Stahl

Guillaume Deglise et son nouveau staff ont redonné un coup de jeune à Vinexpo Bordeaux, tout en enregistrant un effritement de 15% de fréquentation lors du dernier salon (un peu plus de 40000 visiteurs). Vinexpo souffre pas mal de la concurrence de ProWein à Dusseldorf en Allemagne (60000 visiteurs), au point de lancer, à l’automne dernier, un nouveau salon en alternance tous les ans en France et ce dès 2019 avec Bordeaux et en 2020 avec Paris. A noter également le lancement des salons de Tokyo (2014), New York (2018) et Paris (prévu en 2020), ainsi que du concept de convention d’acheteurs, Vinexpo Explorer (en Autriche par exemple), qui ont aussi été ses « bébés ».

Guillaume Deglise déclare dans un communiqué : « Ces cinq années à la tête de Vinexpo, au contact des vignerons, du négoce et des acheteurs de la filière, ont été pour moi très enrichissantes »  « Je remercie les clients et les partenaires de Vinexpo pour leur confiance, et l’équipe de Vinexpo que j’ai eu l’honneur de diriger » . Il entend poursuivre sa carrière dans le secteur des vins et spiritueux, et qui sait peut-être revenir dans le monde du Champagne…

09 Mar

La Commanderie du Bontemps honore les passionnés de Vin de Bordeaux à New-York

Encore un moment comme seul Bordeaux sait les organiser. La Commanderie du Bontemps Barsac, Sauternes, Graves et Médoc avait convié 300 passionnés de vins de Bordeaux pour une soirée de prestige au Metropolitan Club de New-York.

La prestation de serment des personnalités intonisées © JPS

La prestation de serment des personnalités intonisées © JPS

« Nous sommes de retour à New-York pour écrire une nouvelle histoire », d’emblée le début du discours en anglais du Grand Maître Emmanuel Cruse de la Commanderie du Bontemps (la plus grande institution de Bordeaux créée en 1949 avec des antennes partout dans le monde) signifie que Bordeaux n’a jamais oublié ce grand marché, même si Bordeaux s’est laissé charmé par la Chine depuis la fin des années 2000, captant jusqu’à 25% des exportations.

IMG_5252Ce retour de Vinexpo et de Bordeaux n’a rien en commun avec les début des années 2000 où la 1ère édition de Vinexpo New-York s’était déroulée juste après les attentats du 11 septembre, ou encore en 2004 quand Vinexpo Chicago s’était tenu sur fond de french bashing à cause de la position de la France vis-à-vis de la guerre en Irak lancée par l’administration Bush.

Emmanuel Cruse, le Grand Maître avec Georges Sape, directeur manageur de Epstein Becker Green, grand mécène et fondateur des American Friends of la Cité du Vin © JPS

Emmanuel Cruse, le Grand Maître avec George Sape, directeur manageur de Epstein Becker Green, grand mécène et fondateur des American Friends of la Cité du Vin © JPS

« Si aujourd’hui la compétition est plus forte,  on est  prêt à se battre », continue Emmanuel Cruse, par ailleurs propriétaire du fameux château d’Issan, 2e cru classé 1855 à Margaux; « Bordeaux n’est pas si cher que cela et très compétitif, on va créer une nouvelle génération d’amateurs de vins de Bordeaux ». Et de vanter le millésime 2017 qui va être très prochainement goûté (pour ceux qui n’ont pas trop gelé ou pour la partie de production sauvée) à l’occasion des primeurs début avril à Bordeaux, « this vintage is very good ! ».

Philippe Tapie (HMS Selection) Dimitri Augenblick (famille de Cos d'Estournel) et Carlos Sanchez, le big boss brésilien de labo pharmaceutique © JPS

Philippe Tapie (HMS Selection) Dimitri Augenblick (famille de Cos d’Estournel) et Carlos Sanchez, le big boss brésilien de labo pharmaceutique © JPS

Parmi les grands amateurs de vins de Bordeaux, on a pu rencontrer à la table de Philippe Tapie (Haut Medoc Slection) Carlos Sanchez qui avait réussi l’exploit planétaire d’organiser en décembre dernier un dîner avec dégustation de 180 bouteilles du mythique millésime bordelais 1947…ça calme, non ?

IMG_5276Voici les nouveaux passionnés de vins de Bordeaux intronisés comme commandeurs de la Commanderie du Bontemps :

  • Laura WILLIAMSON, ancien Chef Sommelier du fameux Jean-Georges Restaurant and Directrice Vin Mandarin Oriental in New York City
  • Carlos E. SANCHEZ, dirigeant du plus grand groupe pharmaceutique du Brésil, grand collectionneur de vins de Bordeaux
  • Peter BRUNET, distributeur de vins français sur New-York, le New-Jersey et le Massachussets avec une liste exclusive de crus classés de Bordeaux

IMG_5277

  • Adam FRIEDBERG, distributeur de vins et notamment de grands crus de Bordeaux,
  • James FINKEL, ancien dirigeant dans le monde de la finance, expert et amabassadeur de vins de Bordeaux, organisateur de soirées de charité.
  • Tony MORELLO, a travaillé dans la vente de détail de vins et dans des restaurants, importateur également.
  • Tom CAO, wine trading compagnie en Chine.

08 Mar

Vinexpo New-York : essai transformé avec près de 3500 visiteurs

Le salon international des vins et spiritueux des 5 et 6 mars a tenu promesse : il tablait sur 2500 à 3000 visiteurs et affichent au final 3 446 participants. Cette nouvelle formule est donc couronnée de succès. Les organisateurs prévoient de réitérer Vinexpo New-York en espérant voir plus grand. Prochain rendez-vous à Big Apple les 4 et 5 mars 2019 au Javits Center. Le pré-enregistrement ouvrira en septembre.

Vinexpo présent sur les 3 plus gros continents consommateurs de vin et spiritueux © JPS

Vinexpo présent sur les 3 plus gros continents consommateurs de vin et spiritueux © JPS

« Nos clients attendaient beaucoup du lancement de Vinexpo New York et nous sommes ravis d’avoir pu répondre à leurs attentes », selon Guillaume Deglise, Directeur général de Vinexpo. « Les États-Unis sont le premier marché de consommation au monde et la part de marché des vins importés va augmenter dans les années à venir, en particulier auprès de la génération Y. »

Au rez-de-chaussée, beaucoup de vignobles étrangers

Au rez-de-chaussée, beaucoup de vignobles étrangers comme ici l’Australie © JPS

Le salon Vinexpo nouvelle formule ou 1er du genre au Javits Center a été de qualité au niveau des rencontres. Plusieurs négociants ou vignerons m’ont confié attendre de belles retombées suite à ces échanges et dégustations, même quelques-uns avouaient au contraire avoir vu peu de monde.

Il ne fallait pas se poser de question, il fallait être présent, c’est une première édition, donc tout n’est pas formidable, si on a déjà 2-3 bons contacts c’est déjà une belle avancée et il faudra revenir pour enfoncer le clou » Hervé Grandeau, Président de la Fédération des Grands Vins de Bordeaux

Par rapport à la fréquentation annoncée avant le salon, c’est un contrat rempli, les organisateurs tablaient sur 2500 à 3000 visiteurs, ce sont 3446 qui se sont déplacés.

L'entrée du 4 étage avec superbe vue sur l'Hudson River © JPS

L’entrée du 4 étage avec superbe vue sur l’Hudson River © JPS

De nombreuses conférences et dégustations ont fait salle comble avec des thématiques telles que l’évolution des modes de production et de consommation, les effets du changement climatique, le pouvoir d’achat de la génération Y et l’essor du e-commerce. Wine Origins Alliance, qui œuvre pour la protection des appellations des régions viticoles, a présenté les dernières mesures mises en place en termes de communication vers les consommateurs du monde entier. 

Nous sommes très satisfaits de la qualité des participants à Vinexpo New YorkNous avons rencontré des acheteurs très importants aux États-Unis et nous avons profité de cette belle opportunité pour présenter des vins d’Uruguay. »  Fabiana Bracco, Responsable des exportations de la société uruguayenne Narbona Winery

Du monde ici sur le stand de l'Uruguay © JPS

Du monde ici sur le stand de l’Uruguay © JPS

Le service des rendez-vous One to Wine proposé gracieusement en amont du salon a permis plus de 1 000 rencontres sur place entre visiteurs et exposants.

Quand on sait que Vinexpo est resté absent du territoire US depuis Chicago en 2004, ce salon part de loin et va essayer d’en faire un bien plus gros rendez-vous les 4 et 5 mars 2019;  le pré-enregistrement sera ouvert dès septembre.

07 Mar

Success story de Millésima New-York sous l’impulsion de la charmante bordelaise Hortense Bernard

Une Bordelaise a réussi a se faire une jolie place sur le marché américain : Hortense Bernard manage Millésima USA. Elle est à la tête d’une superbe cave sur la 2e Avenue, dans l’Upper East Side. Une enseigne qui met en avant avant tout les Bordeaux et vins français mais aussi des vins d’autres régions viticoles du monde entier.

Hortense Bernard à la conquête du marché américain © JPS

Hortense Bernard à la conquête du marché américain © JPS

Hortense Bernard a réalisé son rêve américain. A 35 ans, cette Bordelaise diplômée de l’école de commerce EDHEC est partie à New-York il y a quelques années pour conquérir le marché US. Opération réussie, elle dirige Millésima USA et propose de nombreux vins français et de Bordeaux, dans sa cave dans le quartier de l’Upper East Side.

IMG_5336« Je suis arrivée il y a 7 ans déjà, mon premier choc culturel a été de voir des clients entrer dans la boutique et demander un « chardonnay », explique Hortense Bernard. « En France d’habitude on demande par exemple un Bourgogne blanc ou une région viticole, ici c’est vraiment le cépage (qui est demandé), cela implique aussi une région comme la Californie pour le chardonnay. Cela a été un peu difficile pour moi de m’habituer à cette grosse différence. »

Une superbe cave avec plus de 50% de visn français Bordeaux, Bourgogne, Etc mais aussi des vins italiens, californiens, d'Amérique du sud, d'A frique du Sud, d'Autriche, d'Allemagne, ...

Une superbe cave avec plus de 50% de vins français de Bordeaux, de Bourgogne, ou d’aiileurs, mais aussi des vins italiens, californiens, d’Amérique du Sud, d’Afrique du Sud, d’Autriche, d’Allemagne, …

Situé sur la 2e avenue, Millésima a obtenu sa licence après de nombreuses démarches et avec une concurrence qui a essayé de contrer son installation. Cela n’a pas découragé Hortense Bernard qui a réussi a ouvrir cette antenne américaine de Millésima. L’autre difficulté qu’elle a  pu rencontrer, comme n’importe quel revendeur, c’est le mode de fonctionnement avec ses règles américaines propres, c’est-à-dire que c’est un système tripartite avec des intermédiaires.

Un bureau à l'arrière de la boutique au milieu des caisses, original et bon pour l'inspiration © JPS

Un bureau à l’arrière de la boutique au milieu des caisses de vin, original et bon pour l’inspiration © JPS

« Techniquement il y a un tiers système, l’importateur, distributeur et le retailer, et on ne peut pas importer ou distribuer, donc on est obligé d’avoir des partenaires qui vont faire cette importation pour nous. Pour ce qui est de Bordeaux, on travaille avec un importateur en direct qui va faire venir les vins de nos chais. »

IMG_5337Aujourd’hui, Hortense Bernard est confiante vis-à-vis du marché américain, où l’on consomme seulement 14 litres par an et par habitant en moyenne contre 45 litres en France pour se donner une idée. La marge de progression, vu le nombre d’habitants est donc considérable.

« Les consommateurs américains ont vraiment envie de découvrir, envie de s’intéresser et ils ont tout à apprendre. Ce n’est pas comme nous, on apprend le vin dès qu’on est jeune à table, c’est important de marier le vin et les bons repas. Ici à travers le vin, ils découvrent aussi les arts de la table, apprennent à apprécier un bon repas avec le vin, quel vins choisir pour faire des accords mets et vins. »

Hortense Bernard, la manager de Millésima New-York © Jean-Pierre Stahl

Hortense Bernard, la manager de Millésima New-York © Jean-Pierre Stahl

Depuis 23 ans le marché du vin aux Etats-Unis n’a jamais cessé de croître, ce qui laisse présager pour Millésima et Hortense Bernard de belles perspectives : « c’est un marché en pleine croissance, il y a vraiment une part de marché à prendre tous les jours à chaque endroit des USA, c’est un marché extrêmement grand avec tellement de lois différentes. Mais c’est beaucoup plus difficile de livrer partout aux USA que de livrer en Europe où c’est très simple ou beaucoup moins compliqué. » Mais Hortense Bernard est persuadé que le marché américain va considérablement se développer et comme elle le dit tès bien, « il se peut qu’un jour Millésima USA devienne plus important que Millésima en Europe ».

Reportage de Jean-Pierre Stahl et Guillaume Decaix :

06 Mar

En marge de Vinexpo, focus sur Sherry-Lehmann l’un des plus anciens temples du vin à New-York

C’est une îcone, une institution, presque un temple…Sherry-Lehmann continue d’attirer depuis 1934 les connaisseurs et amateurs de vins et spiritueux de la nouvelle génération. Rencontre avec Chris Adams co-propriétaire de Sherry-Lehmann « the fine wine leader » in New-York and America.

Urs

Urs Kaufmann nous invite à entrer dans le temple du vin © JPS

Sherry-Lehmann, c’est déjà une fameuse adresse au 505 Park Avenue, une sorte de temple du vin, idéalement situé entre le quartier des affaires et le quartier résidentiel.

C’est Urs Kaufmann qui nous accueille « Welcome to Sherry-Lehmann », c’est un Suisse qui fait partie de l’équipe des cavistes très prévenants toujours prêts à vous donner « the good advise », le bon conseil. Lui n’est là que depuis un an, mais d’autres depuis plus de 10 ans, comme Hernando Courtright. 10 ans, c’est justement la date du déménagement de l’enseignement ici, une institution créée en 1934 et toujours à la pointe. Respect.

Tous les plus grands Bordeaux sont présnets © JPS

Tous les plus grands Bordeaux sont présnets © JPS

Dès l’entrée, à gauche et en tête de gondole, les rayons regorgent des plus grands Bordeaux, ils y sont tous à commencer par les 1ers grands crus de la rive gauche, La Tour, Margaux, Lafite-Rothschild, Mouton, mais aussi de plus petits vins abordables comme ce blanc sec de château Bonnet dans l’Entre-Deux-Mers à un prix modique ici environ 12$. Mais il y a aussi les plus gros flacons qui trônent en bonne place au fond de la cave pour quelques milliers de dollars…

Vincent Labruyere et

Vincent Labruyere et Bernard Rey, deux Bourguignons fiers d’être référencés chez Sherry-Lehmann © JPS

Sherry-Lehmann vend aussi l »autre grosse région viticole de France « Burgundy » ! Là aussi on retrouve les plus grands domaines de Gevrey-Chanmbertin, Meurseult, Corton-Charlemagne et aussi un peu plus bas le fameux Domaine de la Romanée Conti. Heureux hasard, nous croisons les représentants du Groupe Labruyère qui vont nous expliquer ce que représente ici Sherry-Lehmann :

Sherry-Lehmann, c’est un peu l’îcone de New-York, l’enseigne phare de la distribution des grands vins » , Vincent Labruyere président du Groupe Labruyère

« Il est important d’être dans cette maison et nous y sommes référencés avec plaisir car sur un domaine qui est le nôtre Jacques Prieur, nous avons 10 Climats (de Bourgogne) représentés ici et cela a beaucoup de sens », me confie Bernard Rey le secrétaire général du Groupe Labruyere.

IMG_5215Vincent Labruyere enfonce le clou et résume le poids de ce monument de NYC :

Moi, il y a toujours une chose qui m’a toujours étonné chez Sherry-Lehmann, c’est le seul endroit où vous pouvez acheter une caisse de 12 bouteilles de la Romanée-Conti, Vincent Labruyere président du Groupe Labruyere.

Et de compléter : « Si vous essayez d’aller au Domaine de la Romanée-Conti, et d’acheter 12 bouteilles, on vous donnera une caisse de 12 bouteilles dont 1 de la Romanée-Conti at quelques autres grandes bouteilles comme La Tâche, Echézeaux ou autres… »

Chris Adams, le grand patron de Sherri-Lehmann © JPS

Chris Adams, le grand patron de Sherry-Lehmann © JPS

Chris Adams, c’est le boss, le PDG de Sherry-Lehmann qui va nous confier proposer à sa clientèle quelques 5000 références. Il a commencé sa carrière en 1997 chez Sherri-Lehmann et a progressivement gravi les échelons co-propriétaire et Chief Executive Officer.

Pour lui, les consommateurs New-Yorkais aiment les vins de qualité, de France avant tout Bordeaux, Bourgogne mais aussi d’autres grands pays producteurs comme la Californie, l’Argentine, le Chili, ll’Autriche. La consommation que l’on sait importante aux USA et qui n’a jamais cessé de croître depuis 23 ans, n’est pas prête de s’arrêter ou de ralentir, au conttraire :

Je crois que la consommations de boissons sucrées (sodas) chute actuellement aux USA parce que les gens font plus attention à leur santé » Chris Adams

« Et donc la consommation modérée d’un verre de vin est bonne alors que plusieurs verres de sodas ce n’est pas bon pour la santé, c’est ce qui explique que la consommation de vin ici en Amérique continue d’augmenter d’année en année », conclue Chris Adams.

Sherry-Lehmann compte bien profiter de cette nouvelle croissance du marché qui s’annonce pour la décennie à venir.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Guillaume Decaix :

Vinexpo New-York : les Bordelais à la conquête de l’Ouest !

Vinexpo New-York a ouvert ses portes à 10 heures (heure locale) au Javits Convention Center. Un salon où les français sont venus en force 180 exposants dont 77 bordelais. En avant la conquête de l’Ouest

Le salon a ouvert sous les meilleurs auspices au coeur de Manhattan © JPS

Le salon a ouvert sous les meilleurs auspices au coeur de Manhattan © JPS

C’est un Vinexpo qui était très attendu ici en plein coeur de Manhattan, et sur ce territoire US qui est le 1er marché au monde, où plus d’un milliard de bouteilles sont importées par an.

c

Antoine Fanjat et Mathilde Gombeaud, Brand Ambassadeurs Bernard Magrez pour les USA © JPS

Le marché américain est très important pour nous, c’est une 1ère en sorte ici, Vinexpo revient en force et c’est important d’être là » Antoine Fanjat Brand Ambassadeur Bernard Magrez pour les USA

IMG_5183Parmi les 500 exposants, près de 180 vignerons français, négociants et distributeurs dont 77 bordelais. Petit par la taille, le château Bernateau et ses 20 hectares a tenu à faire le déplacement et ce malgré un coût assez important, les stands se louaient à partir de 5000 $

Karine et Pierrick LAVAU ont misé sur Vinexpo New-York © JPS

Karine et Pierrick LAVAU ont misé sur Vinexpo New-York © JPS

Oui, c’est un lourd investissement entre le salon et le déplacement, mais après cela peut être des retombées intéressantes, quand on fait ce genre de salon c’est toujours un pari » Karine Lavau château Bernateau.

IMG_5187Un pari souvent réussi car bon nombre de petits importateurs américains se sont déplacés comme des restaurateurs ou cavistes:

Jeff Carrel, Olivier Cazenave château de Bel et

Jeff Carrel, Olivier Cazenave château de Bel et William Reynolds de Vino Venue Atlanta © JPS

Pour moi les vins de France, ce sont les meilleurs du monde. J’aime les champagnes, les vins de la Vallée du Rhône et bien sûr les vins de Bordeaux », William Reynolds de Vino Venue Atlanta

Ce caviste de Brooklyn à New-York précise que ce qui intéresse l’importateur américain, c’est bien sûr la qualité mais avant tout les prix autour de 10$ ou au dessus de 20$ : « pour ce qui est de la fourchette de prix, les vins français sont intéressant sur le marché américain, ils sont abordables », pour Gilbert Bahadoor.

Depuis quelques années on parle de la Chine, de la Chine, mais il ne faut pas oublier que sur ce pays les USA, on a une consommation de qualité et un pouvoir d’achat important », Hervé Grandeau Président de la Fédération des Grands Vins de Bordeaux

Vinexpo a accueilli aujourd'hui de nombreux visiteurs © JPS

Vinexpo a accueilli aujourd’hui de nombreux visiteurs © JPS

Ce d’autant que le marché américain représentera 45 milliards de dollars en 2021 !

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Guillaume Decaix, montage Corinne Berge :

05 Mar

Au coeur de Manhattan, quelles sont les attentes du tout nouveau Vinexpo New-York

Vinexpo revient à New-York 16 ans après une première expérience, mais cette fois le marché est mature comme nous l’explique Guillaume Cottin ambassadeur de la Maison de négoce Dubos. Rencontre également avec les consommateurs New-Yorkais qui nous confient leur habitudes de consommation. Enfin le staff de Terroir nous devoile les clés de son succès à Manhattan.

Guillaume Cottin, en quête de nouveaux marchés © JPS

Guillaume Cottin, en quête de nouveaux marchés © JPS

Guillaume Cottin, à la conquête de l’Amérique ! Responsable du marché nord-américain de la Maison Dubos, ce négociant bordelais compte bien profiter de Vinexpo gagner des parts de marché au Pays de l’Oncle Sam. D’ailleurs il sera présent avec sa soeur qui vit à Boston et son frère Robert.

Robert et Guillaume à Times Square © JPS

Robert et Guillaume à Times Square © JPS

A New-York, il y a énormément de grande et belle restauration avec de bons produits notamment français, les New-Yorkais sortent beaucoup et aiment la belle vie, donc ils boivent nos produits et Bordeaux est bien représenté », Guillaume Cottin Maison Dubos.

L’étude menée par Vinexpo prévoit la poursuite de la croissance du marché américain au cours des cinq prochaines années. D’ici à 2021, les ventes américaines de vins tranquilles et effervescents devraient croître encore de 25%% et atteindre 45 milliards de dollars, pour un marché mondial estimé à 224 milliards de dollars et 2,66 milliards de caisses de 9 litres.

IMG_5158Pour autant lorsqu’on interroge l’Américain moyen dans les rues de New-York, il y a encore de la marge, certains avouent ne jamais avoir bu de vin, « jamais de toute ma vie », d’autres avouent ne pas boire trop de vin mais préfèrent la bière, enfin des connaisseurs « oui j’aime le vin, mais les vins que je préfère sont encore les vins italiens, de l’Italie du Nord ».

Emilie-Anne depuis 10 mois chez Terrois © jps

Emilie-Anne depuis 10 mois chez Terrois © jps

Les États-Unis sont le leader mondial des volumes de vins consommés pour la 23ème année consécutive. Parmi principaux pays producteurs qui importent aux USA on trouve :

  1. Italie (25,5 millions de caisses de 9 litres importées en 2016. TCAC 2016-2021 : -1 %)
  2. Australie (15,7 millions de caisses de 9 litres importées en 2016. TCAC 2016-2021: -1,4 %)
  3. France (10,4 millions de caisses de 9 litres importées en 2016. TCAC 2016-2021 : +2,8 %)
  4. Chili (6,8 millions de caisses de 9 litres importées en 2016. TCAC 2016-2021 : +0,5 %) Argentine (6,1 millions de caisses de 9 litres importées en 2016. TCAC 2016-2021: +0,5 %)
  5. Nouvelle Zélande (5,2 millions de caisses de 9 litres importées en 2016. TCAC 2016-2021: +9,9 %)

Dans le quartier de Tribeca dans le bas de Manhattan, non loin du One World Trade Center, Terroir est très certainement  le plus « famous » bar à vins-restaurant de New-York. Ici on propose quelques vins californiens, mais surtout « des vins de terroir » du monde entier d’Italie, de France, du Chili, d’Espagne, du Liban,…

Il y a vraiment une ouverture d’esprit , vers de nouveaux cépages, de nouvelles régions. Dans un restaurant bar à vins comme Terroir, on a 80 sélectionsque l’on propose à déguster à nos clients » Emilie Ann de Terroir

Joshua en plein travail à Terroir © jps

L’équipe est constituée d’Emilie-Ann, de Joshua et Jonathan, elle ne cesse de dénicher pour sa clientèle d’hommes d’affaires, de jeunes actifs et de quartier de véritables pépites qui réjouissent les consommateurs qui en profitent aussi pour casser la croute avec un chef qui se défend.

IMG_5171Et puisque cette institution mérite qu’on parle d’elle, elle fête d’ailleurs en ce lundi les 10  ans de sa création par Paul Grieco. Chapeau pour ce beau « Terroir ».

Regardez le reportage à New-York de Jean-Pierre Stahl, Guillaume Decaix et Corinne Berge :

31 Oct

Vinexpo, l’esprit de conquête : en plus de Bordeaux en 2019, Vinexpo sera présent à Paris en 2020

ProWein n’a qu’à bien se tenir, car Vinexpo va lui couper l’herbe sous le pied; Vinexpo lance désormais un salon annuel en France, Paris dès janvier 2020 et Bordeaux avancé au mois de mai 2019. Vinexpo qui stagnait au niveau fréquentation depuis la crise de 2008 se relance avec des offres multiples. La profession des Vins et Spiritueux accueille favorablement.

Guillaume Deglise le directeur général de Vinexpo et Patrick Seguin, le président de la CCI de Bordeaux Gironde © Jean-Pierre Stahl

Guillaume Deglise le directeur général de Vinexpo et Patrick Seguin, le président de la CCI de Bordeaux Gironde © Jean-Pierre Stahl

« Nous sommes le leader mondial et nous voulons le rester face à la concurrence », d’emblée Patrick Seguin, le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux, annonce la couleur.

IMG_1753Si Tontons Flingueurs il y a, c’est sans doute pour couper l’herbe sous le pied de nos « amis de toujours » allemands. Düsseldorf avait pris un peu trop d’ampleur avec 60000 visiteurs et des exposants qui en avaient plein la bouche en parlant de ProWein et en faisant du Bordeaux bashing.

Nous voulons faire de Bordeaux un Vinexpo Premium, c’est le Navire Amiral, » Patrick Seguin Président de la CCI de Bordeaux

A l'entrée du hall 3, WOW vous prend dans ses filets © JPS

Nouveauté de juin 2017, le lancement de l’espace WOW, à Vinexpo Bordeaux, dédié aux vins bios © JPS

Stratégiquement, Vinexpo devient un salon annuel en France alors qu’il se déroulait en alternance à Bordeaux et à Hong-Kong. L’offre se démultiplie, en plus de Hong-Kong, Tokyo, New-York, Explorer, Bordeaux, voici Paris du 13 au 15 janvier 2020, un salon sur 3 jours qui se tiendra Porte de Versailles dans le nouveau Hall 7.

Paris est une ville très accessible, elle offre une opportunité par sa neutralité et sera complémentaire notamment pour les vignobles de Bourgogne, de la Loire, d’Alsace et de Champagne, ils pourront venir plus facilement » Guillaume Deglise directeur général de Vinexpo

Et Guillaume Deglise de préciser « il y a beaucoup de concurrents sur le marché des salons, il faut se mettre à la place de l’acheteur, sur Paris on pense qu’on va faire venir des exposants qui ne viennent pas forcément à Bordeaux, notamment pour les spiritueux. A Bordeaux, nous avons 40 pays exposants , ce sera de même aussi à Paris ».

Ce nouveau projet a été adopté hier soir lors de l’Assemblée Générale de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux, qui possède à 96% Vinexpo, et qui a créé le 1er Vinexpo en 1981 à Bordeaux :

Patrick Seguin, le président de la CCI de Bordeaux Gironde

Patrick Seguin, le président de la CCI de Bordeaux Gironde

En 1981, nous étions seuls, les meilleurs et les plus beaux » Patrick Seguin président de la CCI de Bordeaux

« Mais il a fallu s’adapter au développement mondial des salons Vins et Spiritueux », car en plus de Vinexpo, on compte d’autres grands salons comme Vinisud en France à Montpellier, ProWein en Allemagne, Vinitaly en Italie ou the London Wine Fair en Angleterre.

Vinexpo 2015 à Bordeaux © JPS

Vinexpo 2015 à Bordeaux © JPS

Ces changements ont été savamment étudiés, avec un cabinet international AWR qui a mesuré l’aura du salon de Bordeaux, le ressenti des exposants et des acheteurs, ainsi que des décideurs politiques. Si Vinexpo restait la référence, ProWein commençait à inquiéter et donc il fallait avoir une réponse à cette « concurrence agressive ». Vinexpo Paris va ainsi devenir le « 1er événement dans le calendrier des vins et spiritueux » comme le précise Guillaume Deglise.

Du côté des professionnels, la nouvelle est plutôt bien accueillie, comme le précise François Lurton : « cela faisait des années que je faisais du lobbing pour aller sur Paris…Les Bourgognes, les Champenois, un certains nombre de gens de la Loire ne voulaient pas venir jusqu’à Bordeaux. Aujourd’hui le salon international qui se dessine comme le salon européen c’est ProWein, donc pour survivre, il fallait créer Paris »

François Lurton, une succes story à partir de Vayres près de Bordeaux: il produit 10 millions de bouteilles en France, argentine, Espagne, Chili et argentine © JPS

François Lurton, une succes story à partir de Vayres près de Bordeaux: il produit 10 millions de bouteilles en France, argentine, Espagne, Chili et argentine © JPS

C’est une bonne chose de créer Vinexpo Paris, cela va couper l’herbe sous le pied de ProWein, même si ça va cailler un peu en janvier » François Lurton

« On parlait de Vinisud Paris aussi, il faut peut-être qu’on se mette ensemble, et peut-être aller vers un regroupement des salons… »

La CCI de Bordeaux où se tenait ce matin la conférence de presse de Vinexpo et de la CCI © JPS

La CCI de Bordeaux où se tenait ce matin la conférence de presse de Vinexpo et de la CCI © JPS

Pour Thierry Decré de LD Vins :« je pense qu’il fallait une réponse à ProWein et Vinitaly et c’est bien de faire tous les ans une année à Bordeaux et une année à Paris. Ca a du sens de le faire avant ProWein, avec tous les vins de France à Paris. De tout façon, il fallait qu’on se bouge, c’est ce qu’ils avaient de mieux à faire ».

Allan Sichel, le président du CIVB et négociant est toujours très attaché au salon de Bordeaux © JPS

Allan Sichel, le président du CIVB et négociant est toujours très attaché au salon de Bordeaux © JPS

Un peu jet-laggué, de retour du Wine and Dine Festival, l’autre négociant Allan Sichel commente : « c’est bon pour le rayonnement de Bordeaux, il faut que Vinexpo reste leader. On a changé la date de Vinexpo de juin à mai à Bordeaux, cela pourra éviter (comme cette année) les grosses chaleurs. Un mois plus tôt cela permet d’éviter ces phénomènes-là. Concernant Vinexpo paris, l’important c’est que cela ne cannibalise pas Vinexpo Bordeaux. Mais, comme je le pressens, cela va être 2 Vinexpos différents, je les vois plus complémentaires que concurrents. »

IMG_1761En tout cas, pour couper court à toute fausse rumeur, Vinexpo Bordeaux va continuer avec un cahier des charges bientôt en discussion. Inutile de se dire que les Bordelais sont fous au point de laisser partir cette manne financière avec « 85 millions d’euros de retombées à Bordeaux et 425 équivalents temps pleins, ce n’est pas neutre. On va tout faire pour que cela perdure et s’améliore », précise Patrick Seguin.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Pascal Lécuyer et Robin Nouvelle

11 Sep

Le concept de Vinexpo fait des petits… avec Vinexpo Explorer en Autriche

Vinexpo se diversifie et cible la découverte de grandes régions viticoles ou de pays comme l’Autriche.  Sur deux jours est ainsi organisé en Autriche Vinexpo Explorer : c’est un nouveau concept qui rassemble 90 acheteurs internationaux et 95 vignerons autrichiens. Une mise en relation et une découverte de ce vignoble à destination du monde entier.

© Vinexpo

© Vinexpo Explorer – Guillaume Deglise, directeur général de Vinexpo et Willi Klinger, directeur de  AWMB, lors de la conférence d’ouverture

C’est une nouvelle page qui s’écrit et qui vise des marchés ciblés. Le but et l’originalité de la formule est de faire découvrir une grande région viticole, en l’occurrence celle de l’Autriche.

L’événement est prévu sur deux jours, les 11 et 12 septembre, et se nomme Vinexpo Explorer. C’est le premier chapitre d’une longue série. 90 acheteurs internationaux, ciblés pour leur potentiel d’achats et de développement, comme la Thaïlande ou le Vietnam, vont rencontrer sur place 95 vignerons autrichiens.

Au programme découverte de vignobles, réunions d’affaires, dégustations bien sûr et networking pour des acheteurs issus d’une trentaine de pays différents. Le grand export, véritable force des salons Vinexpo, est également représentéavec 10 professionnels chinois, 8 américains et 5 canadiens. Les marchés européens où la consommation de vins reste très importantes sont aussi intéressés par le nouveau Vinexpo Explorer, à l’instar de cet acheteur suèdois :

Je suis toujours à la recherche de vins. Vinexpo Explorer va non seulement me permettre de mieux appréhender et déguster les vins autrichiens, mais c’est aussi l’opportunité d’échanger sur des stratégies marketing et commerciales liées à la vente de ces vins avec des confrères internationaux»,  Peter Moschna, Directeur des Achats pour AMKA Sweden

Global Tasting © Vinexpo Explorer Day 1

Global Tasting © Vinexpo Explorer Day 1

Vinexpo Explorer en Autriche a été possible grâce à la très bonne réputation des vins autrichiens présents sur de nombreuses grandes tables de restaurants en France et en Europe, grâce à l’implication d’Austrian Wine et bien sûr grâce à Vinexpo.

28 Juin

La presse internationale à l’honneur au château Latour à Pauillac

Retour sur l’une des soirées emblématiques à l’occasion de Vinexpo, le dîner de la presse internationale. Cette année la famille Pinault et le Conseil des Grands Crus Classés en 1855 recevaient les représentants de la presse internationale et spécialisée dans le vin à Château La Tour.

La fameuse tour du château éponyme et les chais en fond © Jean-Pierre Stahl

La fameuse tour du château éponyme et les chais en fond © Jean-Pierre Stahl

Après château Margaux il y a 2 ans qui inaugurerait son nouveau chai, cette année le dîner donné en l’honneur de la presse internationale par le Conseil des Grands Crus Classés en 1855 se tenait dans les chais du prestigieux Château Latour, 1er Cru Classé situé à Pauillac.

Le cuvier avec ses cuves inox © JPS

Le cuvier avec ses cuves inox © JPS

Dès 19h30, les convives étaient invités à visiter les nouveaux chais, enterrés de façon magistrale, avec ascenseur et escaliers menant jusqu’à 12 mètres de profondeur. Une réalisation extraordinaire menée par les architecte et décorateur, Bernard Mazières et Bruno Moinart. Sur 9000 m2, les bâtiments d’exploitation vinicole de l’ensemble de la propriété ont été détruits et reconstruits à l’emplacement des existants pour répondre à la modernisation des installations et à la réorganisation des locaux.

Yann Schÿler entouré de deux journalistes du Wine Spectator (à droite Suzane Mustachich) © JPS

Yann Schÿler entouré de deux journalistes du Wine Spectator : à gauche, Dana Nigro senior editor et managing editor du Wine Spectator et à droite Suzanne Mustachich correspondante du Wine Spectator à Bordeaux © JPS

« Le cuvier, composé d’un ensemble de cuves inox posées sur le sol de granit noir, est recouvert d’une charpente en bois de chêne chaulé. Les murs, sols, plafonds et poteaux des chais à barriques ont été réalisés en béton teinté brut de décoffrage. L’ensemble est éclairé par une nappe d’ampoules suspendues.
Les aménagements, tels que la salle de dégustation, sont totalement épurés. »

Les grands flacons de château Latour, pour rêver © JPS

Les grands flacons de château Latour, pour rêver © JPS

Pièce maîtresse de cet ensemble, la cave bibliothèque de grands formats de vins de château Latour renferme les double-magnums, jéroboams et impériales, dans une ambiance sobre, noire, mais de toute beauté.

Pierre Lurton PDG d'Yquem et gérant de Cheval Blanc © JPS

Pierre Lurton PDG d’Yquem et gérant de Cheval Blanc © JPS

Des chais à l’image des « équipes de château Latour qui chaque année essaient de rechercher la perfection, en tenant compte du terroir » soulignait François Pinault, c’est un savoir-faire de passion…

François Pinault © JPS

François-Henri Pinault, président d’Artémis © JPS

Aussi pour « souligner la liberté de la presse comme fondamentale en démocratie » et remercier les contributions des médias, existe cette soirée où de grands noms de l’écriture se côtoient.

Jean-Paul Kauuffmann, Bernard Burtschy et Jacques Glénat des éditions Glénat © JPS

Jean-Paul Kauuffmann, Bernard Burtschy et Jacques Glénat, éditeur de la série de BD Châteaux Bordeaux © JPS

Des journalistes comme Bernard Burtschy journaliste chroniqueur Vin et Spiritueux au Figaro, Jean-Paul Kauffmann journaliste et écrivain, Olivier Poels chroniqueur gastronomique à Europe 1, mais aussi les journalistes anglaise et américaine Jane Anson de Decanter ou Suzanne Mustachich du Wine Spectator.

IMG_6226Ce sont au total 400 personnes dont 200 journalistes de 30 pays au monde qui participaient à cette soirée hors du temps.

IMG_6266Un dîner exceptionnel réalisé par le très grand Michel Guérard des Près d’Eugénie et orchestré par Philippe Castéjà le président du Conseil des Grands Crus Classés en 1855 qui remerciait François et François-Henri Pinault de l’accueil.

IMG_6235Une soirée clôturée par un magnifique feu d’artifice avant que ne reprenne, le lendemain, le rythme effraîné de Vinepo Bordeaux.