01 Fév

Côté châteaux consacre son numéro 38 à la crise viticole à Bordeaux

La crise de consommation de vin touche depuis plusieurs années de nombreux vignobles et notamment le plus important en France: Bordeaux. Côté Châteaux est allé sur le terrain à la rencontre de ces petits vignerons qui produisent en Bordeaux et en Entre-deux-Mers pour se rendre compte de leurs difficultés au quotidien. Ceux-ci réclament un plan d’arrachage primé de 15 000 hectares à Bordeaux pour s’en sortir et réguler la surproduction. Un magazine de plus de 27 minutes à voir ce 1er février sur France 3 NOA, réalisé par Alexandre Berne et Jean-Pierre Stahl.

Le 6 décembre dernier, ils étaient 1200 vignerons représentants de toutes les appellations à manifester dans les rues de Bordeaux pour réclamer un arrachage primé de la vigne d’environ 15% du vignoble de Bordeaux.

Le premier reportage revient sur le cas de Fabien Ribeireau qui a fait le choix d’arracher une partie de sa vigne, sans aide, pour maîtriser ses coûts et sa surproduction au château Bellevue à Cadarsac : « c’est triste car c’est de la vigne que j’ai plantée avec mon papa quand il était encore de ce monde… »

Fabien Ribeireau, vigneron du château Bellevue à Cadarsac © JPS

C’est toujours un crève-coeur, réduire la production pour rééquilibrer les marchés, l’offre et la demande, je pense que c’est du bon sens, cependant c’est quand même un aveu d’échec… » Fabien Ribéreau vigneron château Bellevue à Cadarsac

Il lui reste 50 hectares qu’il cultive fièrement, à l’heure de la vendange, il vend à 1€ du litre mais certains ont vendu à 70 centimes: « c’est ridicule, c’est pas possible qu’on accepte que Bordeaux implose, c’est un fleuron national… »

Manifestation du 6 décembre dernier à Bordeaux © JPS

De retour au Pian-sur-Garonne, chez Didier Cousiney, le porte parole des viticulteurs de Gironde : « la chambre d’agriculture va sortir les chiffres bientôt du questionnaire envoyé aux viticulteurs, 1500 ont répondu  (1320 ont reconnu être en difficulté pour être exact). Il y a plein de mesures menées par la chambre d’agriculture, le CIVB, les organisations professionnelles de la filière, mais nous

Nous prônons toujours l’arrachage primé car s’il n’y a pas un arrachage primé, définitif, rapidement dans les 2 mois qui viennent jusqu’à fin mars, cela va être une catastrophe, car déjà il y a des ruptures de contrats chez des viticulteurs qui comptaient dessus, et qui se retrouvent du jour au lendemain dans une catastrophe financière qu’ils n’ont jamais vue… » Didier Cousiney porte parole des viticulteurs 33.

Le problème de l’arrachage primé était autorisé par l’Europe jusqu’à 2008 et puis cela a été abandonné, alors comment retrouver cette négociation avec l’Europe ? « Ça va être très long, durer peut-être des années, car changer des textes européens ça ne se fait pas du jour au lendemain…Mais il faut absolument cet arrachage, il faut qu’il y ait quelque chose qui se passe pour sauver la viticulture bordelaise, alors même si parfois le collectif s’y prend mal, il faut que tous ensemble, toute la filière trouve rapidement des solutions parce que c’est tout un pan qui va s’écrouler… »

Didier Cousiney, l’organisateur de la manifestation de décembre et porte-parole du collectif des vignerons © JPS

L’autre jour en conseil d’administration, nous avons proposé à ce que tout le monde mette la main à la poche, entre la filière viticole , la Région et l’Etat pour arriver à ces 150 millions d’euros, » Didier Cousiney porte parole des viticulteurs 33.

Frédéric Arino vigneron coopérateur à Pujols © JPS

A Pujols, le collectif nous a emmené chez Frédéric Arino qui a 65 ans et voudrait bien prendre sa retraite, il ne vit qu’avec 10 000 euros de revenu annuel et du coup souhaite arracher ses 19 hectares de vigne avec la prime souhaitée de 10 000e à l’hectare. « Je ne peux pas prendre la retraite car je n’ai pas de repreneur et trop de surface en vigne qui me reste pour demander mes droits à la retraite, je suis dans un statu quo, je ne peux plus avancer, reculer, je ne peux que subir… » Et de nous montrer le terrain d’un papy « il a proposé des fermages et personne n’en voulait », il a bien été obligé d’arracher à ses frais…

Sébastien Léglise, vignobles Falgueret-Léglise © JPS

A Castelviel, nous voici chez un vigneron qui n’a pas encore la cinquantaine et qui travaille bien ses vins, comme bon nombre. Sébastien Léglise, 48 ans, 4e génération de vignerons, est à la tête de 60 hectares en Bordeaux et en Entre-deux-Mers avec ses vignobles Falgueret-Léglise: « oui, c’est de plus en plus dur de vendre notre vin effectivement… J’ai encore la fougue de ma jeunesse même si elle s’éloigne un peu et en même temps je me dis que l’avenir s’assombrit de jour en jour… »

Pour s’en sortir, il a choisi la voie de la diversification : « depuis quelques années on voyait bien que les ventes commençaient à stagner ou se réduire, donc on s’est tourné un petit peu vers l’oenotourisme avec mon épouse on a monté un 1er gîte et on aimerait bien en monter un second voire un troisième, on voit qu’il y a vraiment un attrait pour cela, et en parallèle j’ai arraché quelques vignes pour planter une culture céréalière… »

Quant à se reconvertir, il n’en est pas encore à ce stade fort heureusement, mais il y pense : « on l’a dans le coin de la tête, on se dit si on n’arrive pas à vendre notre production, il faudra peut-être arrêter et vendre, et pourquoi pas trouver un emploi fixe, un CDI chez quelqu’un… Mais je garde espoir, espoir que mes enfants reprendront cette propriété mais pour l’instant je n’en suis pas sûr… »

« Ça eu marché, mais ça marche plus » complète sur un trait d’humour Didier Cousiney, « aujourd’hui c’est la réalité on a des jeunes qui sont au bord du gouffre, même si les banques disent non non c’est pas vrai, la réalité c’est du jour au lendemain débrouillez-vous on ne peut plus rien pour vous…Donc on est dans une situation alarmante… et des vignobles de 4 ou 5 générations comme cela peuvent ou vont s’éteindre. C’est dommageable et ce qui est dommageable, c’est que personne ne fait rien pour les sauver… »

La solution serait-elle de faire davantage de vins blancs secs quand on voit la baisse de consommation surtout sur les rouges ? « Vous savez dans l’Entre-Deux-Mers, on faisait beaucoup beaucoup de blancs, là c’est vrai il y a un effet conjoncturel où les blancs ont le vent en poupe, mais si on revient à un niveau de production correct les prix es blancs vont redescendre, il ne faut pas se leurrer il y a une méconsommation du vin, à nous de réadapter notre produit à ce que demandent les futurs consommateurs, il faut que la profession se remette en question, sauver ce qui est sauvable et il va falloir un plan Marshall »

 

Chaîne d’embouteillage de la Maison Bouey © JPS

Petit focus sur les courtiers et le négoce bordelais qui essaient de commercialiser au jour le jour et sur le moyen et long terme ces vins: « chaque fois qu’une génération ancienne disparaît, la nouvelle génération qui arrive consomme moins », explique Stéphane Lefebvre directeur général de la maison de négoce Bouey, une maison de négoce familiale. « En France, la consommation de vin va continuer à baisser et devrait se stabiliser à 25 litres par tête d’habitant d’ici une dizaine d’années » 

Aujourd’hui on veut des vins qui sont sur le fruit, sur le gourmand, on ne veut plus des vins trop sophistiqués avec beaucoup de tannins qu’on doit garder dans sa cave 10 ans, parce plus personne n’a de cave, ou très peu, et surtout pas à Paris », Stéphane Lefebvre directeur Maison Bouey.

Un négoce qui a vu les ventes en Chine, 1er marché à l’export, chuter sur les 3 dernières années à cause du covid, du repli sur soi, et de la concurrence, encore -27% sur les 12 derniers mois. Même si la baisse moyenne à l’export est de 9%, bon nombre de négociants essaient de travailler de nouveaux débouchés comme Jean-Pierre Durand de la Maison Antoine Moueix-Jules Lebègue : « vous verrez autour de vous certaines palettes qui sont à destination de l’Afrique, du Moyen Orient et de l’sérique du Sud, ce sont de nouveaux marchés sur lesquels on se déploient pour conquérir des parts de marché…. »

Yves D’Amécourt du château Bellevue à Sauveterre-de-Guyenne © JPS

La suite de notre vadrouille nous emmène chez Yves D’Amécourt au château Bellevue à Sauveterre-de-Guyenne : « oui, c’est la crise dans toute notre région de l’Entre-Deux-Mers en fait; les aléas climatiques se succèdent et notre production diminue et il y a une mévente de vin au niveau national ce qui fait que les prix du vin diminuent, donc on a une perte de production et une baisse des prix donc on boit le bouillon. »

« En France, les anciens qui buvaient du vin tous les jours, disparaissent tous les jours, ils sont remplacés par la jeune génération qui boit beaucoup de bière, ou d’autres choses mais peu de vin… »

A l’étranger, on souffre d’un manque d’ambition de la France pour aider la filière viticole à exporter et aussi le contexte international, avec les années Trump on a perdu beaucoup de ventes à cause des taxes sur le vin » Yves D’Amécourt château Bellevue

« Et on n’a pas retrouvé les parts de marchés qu’on avait perdues quand Joe Biden a été élu, et puis il y a des pays qui sont très agressifs pour vendre leurs vins comme le Chili, l’Argentine, l’Australie… »

La crise sanitaire n’a pas aidé non plus : « le covid ça a été compliqué car en France 1 bouteille sur 3 est consommée en restauration, les restaurateurs étaient fermés, les restaurants ont été aidés par le gouvernement mais leurs fournisseurs n’ont pas été aidés, comme les producteurs de viande, de légumes, etc…Et à l’étranger ce sont 2 bouteilles sur 3 qui sont consommées dans les pubs et les restaurants….Et les restaurants ont aussi vidé leurs stocks, il y a eu une compensation car les gens étaient chez eux et ils ont eu tendance à acheter plus et consommer plus…mais ça n’a pas compensé les pertes en restauration. » Tout ça sans parler de la hausse des prix de l’énergie (« on est entre +200 et +400% d’augmentation en fonction des heures ») et des matières premières (« +45% sur le verre »)… Des charges difficiles à supporter : « on exploite 111 hectares et il faut qu’on sorte 100 000€ par mois pour payer nos factures….Aujourd’hui, c’est compliqué, très compliqué, « on a fait 30 hectos à l’hectare cette année, notre point d’équilibre c’est 50 hectos à l’hectare, c’est très tendu…C’est dommage parce que c’est un beau métier, le plus beau métier du monde, on a fait énormément de choses pour améliorer la qualité de nos produits et respecter davantage l’environnement, on a eu aussi des meilleures qualités, et cela ne se retrouve pas du tout dans notre bilan… »

Vous ferez aussi connaissance avec Bastien Mercier, jeune vigneron à Camiran, qui reprend la propriété de son père Daniel mais dans un contexte des plus difficiles…Le domaine a été placé en redressement judiciaire en décembre dernier, ce qui n’obère en rien l’idée pour lui de rebondir. Juste à redéfinir le périmètre de son vignoble de 65 hectares.

Sur 65 hectares de vigne, il y a une partie en fermage que nous allons devoir abandonner… Sur les 2 autres tiers, une partie sera vouée à l’arrachage…Et le dernier, on le garde car nous sommes en capacité de vendre à la clientèle particulière cette production… », Bastien Mercier vigneron à Camiran.

En redressement judiciaire depuis 2 mois, il prévoit d’implanter des panneaux photovoltaïques pour payer les dettes, car pas question pour lui d’y laisser la bâtisse.

Daniel et Bastien Mercier, fiers de leur vin © JPS

Les Mercier produisent en moyenne 3000 hectolitres de vin à l’année, une production, une passion qu’ils voudraient bien vendre et partager avec une gamme de vins bien faits, représentant toutes les couleurs de Bordeaux et avec des étiquettes originales.

Et de nous faire déguster leur crémant de Bordeaux, la Marquise de Lavardac : « on a sorti cette méthode traditionnelle qui est réalisée avec du sauvignon blanc, et qui est passée en étage entre 9 et 18 mois, quand on en a besoin… », selon Daniel Mercier le papa.

La diversification, nous l’avons commencé en 2016 avec un nouveau rosé et d’un blanc qui ne fait pas partie du cahier des charges de l’appellation,  qui est un vin de table mais qui fait partie du goût du client aujourd’hui », Bastien Mercier.

Outre leur rosé aussi le Tête à Tête, chez les Mercier on en a dans la tête car il vont se tourner ver les panneaux photovoltaïques : « c’est de l’agrivoltaïsme, c’est de pouvoir continuer à travailler une culture et compléter par une production énergétique, pouvoir cultiver de nouvelles variétés de plantes, se dégager un salaire et de compléter par de l’agrivoltaïsme pour faire en sorte que notre structure reste pérenne et sereine, et de faire en sorte que nous puissions passer au remboursement de nos dettes… »

Voilà de beaux projets de la part de vignerons qui sont fiers de leur métier : vigneron, une passion qu’ils veulent partager, tout en souhaitant simplement s’en sortir dignement dans cette crise viticole à Bordeaux.

Côté Châteaux n°38 Spécial Crise Viticole à Bordeaux, à voir ce mercredi 1er Février 2023 à 20h30 sur France 3 NOA ( sur les box Orange 339, Free 326, SFR 455, Bouygues 337) ou encore dimanche 5 février à 13h45 et 20H20 sur France 3 NOA

 

06 Jan

Pour bien commencer l’année, voici le numéro 37 de Côté Châteaux spécial Bordeaux Tasting

Une bonne année à vous tous et aux amateurs de pépites… Côté Châteaux a choisi de mettre en avant ce grand rendez-vous de la dégustation de vins de  Bordeaux, de Champagnes, Cognac et autres spiritueux. Un bel engouement qui a réunit quelques 6500 personnes du côté de la place de la Bourse les 11 et 12 décembre dernier.

Le Côté Châteaux n°37 est consacré à Bordeaux Tasting, le grand rendez-vous de la dégustation des pépites de Bordeaux, de Champagne et d’ailleurs, place de la Bourse qui a rassemblé 6500 amateurs le week-end des 10 et 11 décembre dernier.

Un vaste succès populaire organisé par le magazine Terre de Vins pour cette 11e édition qui a retrouvé sa vitesse de croisière. Les amateurs en témoignent : « on vient déguster tout plein de bonnes choses… Et là on va aller voir les vins rouges, passer un bon moment avec des amis… » Oui c’est un rendez-vous dont on parle depuis un moment… Effectivement on l’a calé depuis plusieurs mois… »

Pour moi Bordeaux Tasting, c’est un rendez-vous entre amis où on déguste du vin, on découvre des vins qu’on n’aurait pas bu au quotidien…« , un habitué

« Cela fait 8 ans qu’on vient, entre copains, c’est une bonne journée qu’on partage… » Et Anne Melchior de faire déguster ses 2012 et 2018 du château Lamothe-Bergeron en Haut-Médoc : « ils sont curieux de découvrir, de déguster de nouveaux vins, voir ce qui se fait dans la région et connaître l’histoire des propriétés, c’est un beau week-end et de belles rencontres. »

C’est aussi  l’occasion de revenir sur la crise viticole qui secoue actuellement Bordeaux avec plus de 1200 vignerons qui ont manifesté le 6 décembre et réclament un plan d’arrachage primé. L’occasion d’en parler avec Xavier Leclerc directeur commercial du château Leroy-Beauval en Bordeaux Supérieur, lui-même était responsable du sourcing chez Auchan avant de devenir directeur commercial de Leroy-Beauval : « nous on est sur un terroir magique, en prix de sortie en rouge comme en blanc on est dans les 14€, prix public, et le rosé sort à 9€, et on s’aperçoit qu’il y a une demande dans cette catégorie de vin par le grand public qui est hyper importante à partir du moment où la qualité s’y retrouve… C’est vrai que j’arrive dans un secteur qui est en difficulté, voire très en difficulté, mais je suis là pour voir plutôt le côté positif, on ne veut pas se taire, la preuve c’est qu’on sait faire de très grands vins et même si le secteur est en difficulté, on doit pouvoir faire de très grands vins et pouvoir le dire… J’ai envie de fédérer un certain nombre de propriétés pour pouvoir se dire allez Bordeaux, c’est autre chose que le Bordeaux bashing et je pense qu’il va falloir vraiment se battre… »

Christophe Chateau directeur de la communication est également l’invité de ce numéro pour évoquer largement cette crise : « Bordeaux souffre aujourd’hui… Il y a deux phénomènes : déjà, la baisse de consommation en France : depuis une cinquantaine d’années la consommation de vin et notamment de vin rouge est en perpétuelle baisse, et forcément cela impacte les grandes régions de production de vin rouge dont Bordeaux. Et puis Bordeaux exportait énormément en Chine et la Chine est quasiment à l’arrêt ou au ralenti depuis 3 ans, donc nos deux premiers marchés sont en baisse et on a aujourd’hui un phénomène de déséquilibre entre l’offre et la demande… »

Quant à savoir s’il y a un million d’hectolitres en trop  ? « Non ce n’est pas tout-à-fait cela, la production moyenne sur les 4 dernières années c’est 4,3 millions d’hectolitres, et la commercialisation l’année dernière c’est 4 millions d’hectolitres donc on serait en sur production d’environ 300 000 hectolitres », poursuit Christophe Chateau. « On estime qu’il faut arracher environ 10% de notre vignoble. On est en train de mettre en place des plans stratégiques pour retrouver des équilibres offre et demande, notamment en réduisant l’offre avec de l’arrachage pour aider des gens qui sont en grande difficulté notamment des vignerons qui ont travaillé toute leur vie, qui veulent partir à la retraite et qui ont besoin d’être aidés pour partir décemment à la retraite…Donc on travaille là-dessus avec les pouvoirs publics, avec la région, avec l’Etat et avec l’Europe… » Oui mais pour l’heure en Europe les textes n’autorisent plus l’arrachage... « Oui, ils autorisent l’arrachage mais plus l’arrachage primé depuis 2008 donc il faut trouver de nouvelles solutions réglementaires pour aider ces gens à partir à la retraite… Malgré cela il ne faut pas oublier l’avenir, il y a 90% du vignoble dynamique, qui avance et on le voit à Bordeaux Tasting, les allées sont pleines avec plein de jeunes qui sont passionnés qui viennent déguster du vin… Donc il faut aussi travailler pour l’avenir, continuer à commercialiser et travailler sur des marchés prometteurs USA, Asie du sud-est ou encore l’Afrique marché assez dynamique aujourd’hui. »

Peut-être explorer aussi des marchés plus porteurs ceux des vins d’apéro blancs, rosés ou crémants ? « C’est déjà le cas, puisque la consommation de vin rouge est en baisse, les blancs les rosés, les crémants progressent, la production de crémants a été multiplié par 4 en 10 ans ».

Mais Bordeaux, c’est aussi un joli millésime 2022 qui va sortir des chais et peut-être permettre de relancer aussi les ventes de vin de Bordeaux comme vous le découvrirez aussi dans un reportage.

« Le millésime est très beau, cela redonne le moral aux vitis, en terme d’équilibre d’acidité, d’alcool, de buvabilité, de fraîcheur et de couleur tous les oenologues nous annoncent un millésime magnifique ! » Christophe Chateau du CIVB

La suite de ce Côté Châteaux nous emmène  à l’Ecole du Vin de Bordeaux qui a proposé durant ces 2 journées une petite vingtaine d’ateliers, permettant  une meilleure approche des goûts du vin et des associations mets et vins. « Là durant ces ateliers on a souhaité présenté le crémant de Bordeaux, car il y a un engouement sur ce produit qui est plébiscité, il y a aussi un effet de mode, il représente aujourd’hui 1% du volume mais avec une réelle augmentation…Blanc ou rosé, à l’occasion des fêtes il peut aussi remplacer le champagne ».  Et pour les professionnels, on vous propose de découvrir ce focus sur une formation très pointue sur la dégustation avec le DUAD, le diplôme d’aptitude à la dégustation…

Bordeaux Tasting c’était aussi la possibilité pour certains privilégiés de déguster des Bordeaux de Légende comme les châteaux Trolong Mondot, Pichon Baron et les Carmes Haut-Brion avec leurs directeurs lors d’une master class de haut vol. « Trolong-Mondot fait partie des vins assez mythiques à Saint-Emilion et on a surtout un terroir et un vin très très différent des autres et on est là aujourd’hui pour pouvoir le montrer… », affirme Aymeric de Gironde son directeur. Pour Pierre Montégut dir technique de Pichon Baron dans le Médoc à Pauillac : « c’est un grand terroir, avec un autre cépage, différent de mes 2 collègues, une autre expression des grands Bordeaux » Il y a aussi Guillaume Pouthier pour les Carmes Haut-Brion « On a la chance d’être intra-muros dans un clos avec une dimension atypique , singulière où se fait le grand vin… » Un focus fera également découvrir château Lascombes racheté par un milliardaire américain.

Enfin ce numéro se terminera à l’espace des champagnes avec 20 maisons de champagne réunies pour fêter cette nouvelle année. A consommer avec modération.

Regardez le Côté Châteaux n°37 Spécial Bordeaux Tasting : 

31 Déc

Côté châteaux vous souhaite une bonne année 2023

L’année 2022 fut difficile, 2023 ne sera pas facile. La crise viticole est structurellement installée, malgré tout il faut en ce jour positiver. A vos côtés, Côté Châteaux vous souhaite un bon réveillon et ses meilleurs voeux pour 2023. Carpe Diem

Alexandre Berne et Jean-Pierre Stahl avec au centre Jean-Jacques Dubourdieu, lors du tournage Côté Châteaux spécial Sauternes

Passez de bonnes fêtes à déguster de bonnes choses. Avec l’ami et confrère Alexandre Berne, nous vous souhaitons une bonne année 2023 depuis ce chai à barriques du château Doisy-Daëne chez Jean-Jacques Dubourdieu à Barsac.

2022 aura été marquée par un gel au printemps, la grêle du 20 juin et une jolie fête du vin en suivant à Bordeaux, après 2 années d’annulation pour cause de covid. La sécheresse aurait pu hypothéquer la qualité du millésime 2022, mais il n’en a rien été, au contraire la vigne a su puiser très profondément les réserves nécessaires et a donné un millésime exceptionnel, peut-être sur la même lignée que le 1982… Et puis là où le botrytis s’est laissé désirer, il est aussi arrivé comme par enchantement pour tous ceux comme ici à Barsac et Sauternes produisent ces fameux liquoreux.

Décembre aura refroidi tout le monde avec la manifestation des vignerons qui réclament l’arrachage primé de 15 000 hectares de vignes à Bordeaux du fait d’une surproduction… L’année 2023 va être difficile ou décisive pour certains, aussi restons solidaires avec cette 1ère économie qui fait vivre la Gironde et induit quelques 60 000 emplois.

Bonne année à tous et à bientôt avec Côté Châteaux. Carpe Diem.

24 Déc

Côté châteaux vous souhaite un Joyeux Noël

C’est un moment de partage, de retrouvailles en famille ou entre amis, aussi Côté Châteaux vous souhaite de passer un sympathique réveillon avec des mets et vins joliment associés. C’est aussi le 9e anniversaire du blog qui continue malgré les années à vous informer sur l’actualité de la vigne et du vin. Passez de bonnes fêtes.

Lumières de Sauternes, lumières de Noël, je vous souhaite un bon réveillon… Entre ces couleurs or, jaune, orangée, ambrée, et marron, j’ai trouvé original de vous régaler les yeux avec cette photo prise à la Maison du Sauternes; la boutique rénovée est à parcourir, ainsi que les jolis flacons de vins liquoreux des 5 villages de l’appellation Barsac Sauternes, qui sauront égayer vos tables de fêtes sur des millésimes assez remarquables, jeunes et plus anciens…

Nous aurons une pensée bien sûr pour le peuple en Ukraine, qui souffre, et n’aura pas la chance de réveillonner comme nous, nous penserons aussi aux vignerons bordelais en pleine crise pour qui l’année 2023 sera peut-être décisive, nous leur envoyons notre soutien. Et à tous ceux qui passerons ce Noël avec simplicité, nous leur souhaitons de bonnes choses pour eux et à l’avenir.

Le blog a fêté le 23 décembre 9 ans d’existence. Plus de 3660 articles ont été publiés. Avec toujours le souci d’accompagner l’actualité viti-vinicole, et notamment ces derniers temps la manifestation des vignerons de Bordeaux qui réclament l’arrachage primé de 15% des vignes pour mieux valoriser leur production, partir décemment… Ce mois-ci le magazine Côté Châteaux réalisé avec Alexandre Berne vous fait découvrir Sauternes, la meilleure façon de mieux apprendre sur ces vins liquoreux qui se dégustent aux fêtes mais pas seulement… Vous pourrez le revoir sur France 3 Noa ce jour le 24/12 à 12h30 et 20h00, ça c’est Noël… l Le prochain diffusé en janvier sera consacré à Bordeaux Tasting, encore un joli numéro…

En attendant passez de joyeuses fêtes de fin d’année. Embrassez votre famille et vos proches. Carpe diem.

14 Déc

A déguster, ce Côté Châteaux n°36 spécial Sauternes pour les fêtes….

 C’est le n°36 de Côté Châteaux, un numéro qui ne pouvait être que festif, à l’aube des fêtes de Noël et Nouvel An. Avec Alexandre Berne, je vous propose ce joli tour d’horizon entre les châteaux Caillou, Cantegril, Doisy-Daëne, Rayne-Vigneau, La Tour Blanche et Lafaurie-Peyraguey…

Château Caillou, cru classé de Barsac © JPS

Voici un numéro qui va vous donner le liquoreux à la bouche… Ce Côté Châteaux n° 36 tourné entre deux averses début novembre, à la fin des tries.

Avec Alexandre Berne nous sommes allés à la rencontre de la famille Pierre qui détient depuis 1909 le château Caillou un grand cru classé 1855, Jean-Noël nous retrace l’histoire de ce domaine familial acheté par son arrière-grand-père et qu’il manage avec son frère Sébastien, c’est la 4e génération au manettes… Et la maman Marie-Josée de faire découvrir cette cuvée spéciale de 2001 sur des vieilles vignes qui ont plus de 100 ans, « une très très belle cuvée qui peut se déguster en fin de repas comme un digestif, elle a une telle complexité aromatique, c’est comme un vin de méditation… »

Marie-Josée et Jean-Noël Pierre de château Caillou © JPS

Et question méditation à Barsac les vignerons sont pas mal soignés avec ce terroir remarquable avec pas mal de fraîcheur…

On a à Barsac un sous-sol argilo-calcaire qui nous permet de faire des vins très complexes, dans la finesse et dans la fraîcheur… », selon Jean-Noël Pierre du château Caillou

Cette année a été particulière car le botrytis a eu du mal a démarrer : « cette année, oui cela a été très compliqué, même si on a fait les blancs secs au 15 août, pendant tout septembre le botrytis avait beaucoup de mal à s’installer, enfin des jours de pluie sont arrivés et là c’était le bonheur, avec aussi du très beau temps et le botrytis est enfin arrivé… »

Voilà et pour bien comprendre comment s’opère cette magie de la pourriture noble, vous pourrez voir ou revoir ce reportage réalisé début octobre au moment des premières tries aux châteaux Cantegril et Rayne-Vigneau…

L’occasion était toute trouvée pour rencontrer le co-président de l’appellation Barsac Sauternes, Jean-Jacques Dubourdieu au château Doisy Daëne, acheté par son arrière-grand-père en 1924 Georges Dubourdieu…

Sauternes Barsac, ce sont 140 vignerons répartis sur 1800 hectares et 5 communes », Jean-Jacques Dubourdieu président de l’ODG Barsac Saiuternes

Au niveau du millésime 2022 et de la production : « on est dans la moyenne, on espérait beaucoup au début, à la fin on est sur un rendement entre 10 et 15 hectolitres à l’hectare, et ici à Doisy Daene on est entre 17 et 18 donc c’est notre moyenne décennale… »

Quant à savoir si Sauternes revient sur le devant de la scène, en dehors des périodes festives de fin d’année : « oui ça revient, on est en nette augmentation, l’apéritif ça a été l’âge d’or de nos vins, le dessert c’est quelque chose d’assez moderne dans le mode de consommation de nos vins, mais aussi  le fait de consommer au verre du Sauternes à l’apéritif dans toute la mouvance bars à vins, et nos vins liquoreux avec du salé notamment s’accordent particulièrement bien… »

Et pour se rendre compte de ce nouvel engouement pour Sauternes, vous aurez droit à un reportage de Taliane Elobo et Guillaume Decaix à l’occasion des portes ouvertes des 10, 11 et 12 novembre à Sauternes.

Petit focus au château La Tour Blanche en compagnie de Miguel Aguirre, directeur d’exploitation, et de Philippe Pelicano le maître de chai qui nous expliquent ces soutirages : « les fermentations du millésime 2022 viennent de se terminer et on est en train de mettre au clair les vins qu’on vient de réaliser pour les préparer progressivement aux événements primeurs courant mars… », explique Philippe Pelicano.

« Chaque année, c’est un enjeu, un nouveau challenge, en faisant les plus beaux raisins jusqu’au 15 septembre et après c’est au petit bonheur la chance en fonction des conditions climatiques… », selon Miguel Aguirre. Il y a eu certaines années d’ailleurs où il n’y a pas eu de production, « des années où le botrytis a été très capricieux et n’a pas pu s’installer comme nous on souhaitait… »

Miguel Aguirre et Philippe Pelicano du château La Tour Blanche © JPS

Et ces deux sympathiques vignerons de nous faire découvrir la nouvelle boutique or et noir du chateau La Tour Blanche pour une dégustation des millésimes 2014 et 2004:  « l’oenotourisme est un axe de développement et c’est vrai qu’on a cet outil aujourd’hui qui est fabuleux pour accueillir dans de belles conditions nos clients et surtout leur faire vivre un moment d’émotion…' »

La dernière partie de ce côté châteaux nous mènera au Château Lafaurie-Peyraguey, à la rencontre du chef Jérôme Schilling, 2 étoiles au Guide Michelin depuis mars dernier avec son restaurant Lalique au sein du château et devenu Meilleur ouvrier de France en novembre à Grenoble. Un grand chef originaire d’Alsace…

L’Alsace est dans mon coeur et ma région natale, évidemment, c’est une grande fierté, 80 % de mes chefs étaient MOF donc c’est pour moi une grande fierté et un honneur de pouvoir rentrer dans leur famille« , Jérôme Shilling

Depuis 4 ans, au sein de Lafaurie-Peyraguey 1er grand cru classé 1855, il est devenu le « cuisinier des vignes » comme il aime à se définir, en jouant du Sauternes sous toutes ses formes et textures depuis le végétal, la macération, les sarments, les pépins et marcs de raisin, mouts, verjus, une créativité de tous les instants…

Jérôme Schilling, chef 2** au Guide Michelin et MOF © JPS

« On me qualifie de cuisinier des vignes, finalement ma cuisine est toujours axée sur tous les tenants et aboutissants du monde viticole, que j’associe avec ma cuisine, pour pouvoir avoir du sens à ce que l’on fait tous les jours et être de bon sens avec le lieu et l’histoire que l’on porte »

Regardez le Côté Châteaux n°36 Spécial Sauternes réalisé par Jean-Pierre Stahl et Alexandre Berne :

Diffusion sur France 3 NOA le 14/12 à 20h30, vous pourrez le voir aussi les 18/12 à 13h45 et 20h30, le 19 à 20h10 et le 23/12 à 0h50. Puis le 24/12 à 12h30 et 20h00, ça c’est Noël… le 26/12 à 20h10 et le 28/12 à 3h20 sur France 3 NOA

13 Déc

Un nouveau succès populaire: Bordeaux Tasting a rassemblé 6 500 amateurs pour sa 11e édition

Retour en 10 images sur cette 11e édition de Bordeaux Tasting, ce week-end place de la Bourse…Un nouveau succès populaire à vivre dans le prochain Côté Châteaux de janvier.

Samedi 10 et Dimanche 11 décembre, Bordeaux Tasting a rassemblé plus de 6 500 amateurs de vins, des épicuriens venus de Bordeaux, de son agglomération, de toute la Gironde et de Nouvelle-Aquitaine. Le palais de la Bourse était noir de monde, des queues à l’extérieur se sont formées devant les spots de dégustation de spiritueux au Musée de Douane et de champagne au Pavillon Patrimoine Mondial…

Un événement installé depuis plus de 10 ans et qui hormis la parenthèse des épidémies de covid a toujours rencontré un énorme succès variant de 6500 et parfois même 8000 personnes.

« Entrer à Bordeaux Tasting, c’est comme partir en week-end dans une ville européenne. Il faut un peu préparer son séjour, idéalement déguster les vins blancs en premier, les champagnes, les grands invités venus d’ailleurs et finir par une balade au fil des spiritueux. »

Il ne faut pas se ruer sur les grandes étiquettes mais flâner comme on flâne dans les ruelles de Venise ou de Soho et dénicher les pépites non classées qui font aussi la réputation de Bordeaux. Les valeurs sûres, les grands crus classés, viendront très logiquement valider et récompenser votre parcours et démontreront, au final, que Bordeaux tient son rang. Et qu’en les dégustant, on fait vraiment « waouh »… » , Rodolphe Wartel, directeur de Terre de vins

Ces amateurs et connaisseurs ont pu venir à la rencontre de quelques 200 propriétés de Bordeaux et d’autres régions viticoles pour déguster quelques jolis flacons parmi quelques 600 références.

Au total, ce sont 5 masterclass dont celle des 3 Bordeaux de légende et 23 ateliers de dégustations dont 19 réalisés par l’Ecole du Vin de Bordeaux qui ont également animé ce week-end.

Une organisation signée Terre de Vins et une machine bien huilées que vous découvrirez dans le prochain Côté Châteaux de janvier avec de nombreux reportages d’actualité et des intervenants des plus intéressants.

20 Oct

Côté Châteaux n°35: en avant les vendanges en Bergerac

 Pour ce numéro 35 de Côté Châteaux, Alexandre Berne et moi-même sommes allés en Périgord pour réaliser une émission spéciale millésime 2022 dans le vignoble de Bergerac. L’occasion de parler de ces vendanges précoces et de ce millésime qui a mûri sous un été très chaud et un mois de septembre plus clément. Retour sur ces vendanges en blanc et en rouge au château les Eyssards, focus également sur le château Monestier La Tour en biodynamie, et sur les vendanges en liquoreux avec le château de Monbazillac et le château Haut Bernasse. Vous découvrirez également la nouvelle scénographie du château de Monbazillac.

Flavie et Pascal Cuisset au château des Eyssards © JPS

On se retrouve à Monestier en Dordogne en pleines vendanges des rouges avec Flavie et Pascal Cuisset, père et fille, de grands vignerons du bergeracois et du château des Eyssards… Les vendanges se poursuivent  » des vendanges longues ! On a commencé les blancs le 22 août et là on est le 11 octobre et on finit nos merlots et il reste encore tous les cabernets francs et cabernets sauvignons…. » précise Pascal Cuisset. Alors que les vendanges en liquoreux par tries successives s’étalent également et ont commencé super tôt à la cave coopérative de Monbazillac comme le montre le reportage de Bertrand Lasseguette et Pascal Tinon.

« C’était une très longue année avec un épisode de gel au mois d’avril, un épisode de grêle sur une partie de la propriété au mois de juin et une sécheresse qui était imprévue et qui a été plutôt longue… », commente Flavie Cuisset. « Sur les blancs, on a démarré de bonne heure avec une très très jolie qualité, sur les rouges on a pris le pari d’attendre la pluie pour la 4e année et le pari a payé parce que les qualité ont remonté, les tannins sont bien extraits et les couleurs aussi, donc ça va être un très joli millésime, petit en quantité mais grand en qualité. »

« Si on regarde en 10 jours, puisqu’on a eu une semaine où on a eu 30 millimètres, on a gagné 17% de volume sur les baies, donc c’est phénoménal! » ajoute Pascal Cuisset. « L’intérêt de cette année, c’est qu’on va faire des tannins très riches, fondus et pas du tout agressifs… »

« En blanc on a fait beaucoup de technique…A savoir que les sauvignons blancs, comme on avait les grosses chaleur on ne les épointe pas, ca permet d’avoir encore des raisins à l’ombre et on conserve un potentiel aromatique très intéressant… Un millésime comme cette année, il faut travailler au vignoble, c’est au vignoble que tu fais ta qualité…

Si tu as fais de supers raisins, c’est trop facile à vinifier, si tu n’as pas des raisins au top cela devient très compliqué, donc mieux vaut jouer au cuisinier qu’au docteur, c’est beaucoup plus simple… » Pascal Cuisset vigneron du château des Eyssards

« C’est notre 4e millésime où on attend la pluie pour démarrer les vendanges, de rouge… », nous explique Flavie dans leur salle de dégustation après d’autres millésimes solaires 2018,2019, 2020. « Cette cuvée s’appelle la vigne à Léonce (millésime 2019), une cuvée hommage à mon grand-père décédé à la même période que la plantation de cette vigne, un joli malbec sur la concentration avec de jolis tannins et de jolies couleurs… » Et question hommage, il y a celui rendu à la reine d’Angleterre; son fils Charles se trouve tout naturellement en photo dans la salle de dégustation : « pendant longtemps on a travaillé avec des agences en Angleterre, et chaque fois ils nous sollicitaient pour participer aux galas de charité de la Reine d’Angleterre. Et à chaque fois on donnait des vins de Saussignac pour finir les dîners de charité royaux. »

L’autre grand rendez-vous imaginé par Pascal Cuisset c’est le Winestock : un woodstock façon vin : « il y a 50 ans aux USA, il y a eu le woodstock qui a eu du succès, mais ici on a plus de wine que de wood ! L’idée simple est de communiquer différemment autour du vin, donc on va être une vingtaine de vignerons de toute la France où on va mettre en avant, le vin, la bonne bouffe et la musique ! »? commente Pascal Cuisset (Le winestock festival aura lieu du 28 au 30 avril, un concept très festif, musical et avec des masterclass).

Après un focus à Rosette, petite appellation de 43 hectares du Bergeracois qui redémarre, nous voilà de retour pour les tries qui se poursuivent au château Haut-Bernasse avec Romain Claveille, vigneron indépendant, par un temps idéal d’automne avec un brouillard qui favorise la formation du botrytis.

« Les vendanges de liquoreux touchent à leur fin, on est sur le dernier passage de tries successives, avec cette parcelle de muscadelle. C’est un millésime très joli en qualité, avec un été très ensoleillé, le raisin s’est concentré, on a eu un peu de mal à voir apparaître le botrytis donc on a eu des vendanges sur des raisins dorés et passeriés au début et enfin la pluie et le brouillard sont arrivés. »

Romain Claveille du château Haut Bernasse © JPS

« Il nous faut de l’humidité comme ce matin, c’est l’exemple parfait, de l’humidité sur le sols, et des températures encore clémentes, on a une surmaturité des raisins à Monbazillac et à partir de cette surmaturité, où on peut atteindre les degrés requis pour faire du Monbazillac, on peut obtenir notre botrytis cinerea, qui se développe grâce à l’humidité et au soleil. »

Quand au fameux débat de savoir si ces vins liquoreux ne sont pas trop chargés en sucres résiduels : « notre première cuvée ici démarre autour des 60 grammes de sucres résiduels, avec des assemblages pour pouvoir développer l’aromatique au maximum…et des cuvées plus traditionnelles avec des élevages en barriques avec des cuvées autour des 100-120 grammes de sucres résiduels, en essayant de travailler au mieux des vins aromatiques, élégants avec une belle finesse et de la fraîcheur. »

Mattheiu Eymard du château Monestier La Tour © JPS

La suite de ce Côté Châteaux nous emmène au château Monestier La Tour, l’un de fleurons du Bergeracois, dont les origines remontent au XIIIe siècle, un ancien monastère, aujourd’hui propriété viticole. Nous y rencontrons Matthieu Eymard, maître de chai et chai de culture qui va nous faire découvrir la tisanerie de ce château mené en biodynamie :

« on utilise toutes les plantes de notre jardin biodynamique qu’on met à sécher…Et ensuite en fonction de notre besoin, de la météo, on va utiliser l’ortie, la presle, qui viennent compléter nos traitements de cuivre et de soufre, et ce qu’il faut savoir c’est que les plantes permettent de diminuer la quantité de cuivre et ça ce n’est pas négligeable. »

Ce fut une volonté du nouveau propriétaire Karl-Friedrich Scheufele, de la Maison Chopard, de mener cette vigne en bio et biodynamie : « c’était la priorité de transformer le domaine en biodynamie (depuis 2014 pour le vignoble), de convertir les vins en bio (depuis 2018 pour les vins)…On le ressent beaucoup sur les vins, on sent que la biodynamie a fait son travail… Et de déguster le millésime 2018, avec « le cépage cabernet franc majoritaire, un élevage en barrique de 15 à 16 mois…Avec la biodynamie on va retrouver un fruit expressif, ce fruit noir, concentré, un côté tannin velours, des tannins soyeux, délicats… »

Gilles Bartoszek, le directeur, et Guillaume Barou, le président de la cave coopérative de Monbazillac © JPS

Plongeon dans la nouvelle scénographie du château de Monbazillac : « un monde d’art et d’arômes » : « la volonté était de pouvoir évoquer tous les arts, les arts de la vigne (l’art du travail de la vigne, l’art de la dégustation) mais aussi l’art du patrimoine et l’art contemporain… « , précise Guillaume Barou président de la Cave Coopérative de Monbazillac.

Avec à l’entrée déjà toute une série de portraits de vignerons de la cave coopérative qui accueillent le visiteur avant de pousser la porte du musée immersif et interactif dédié au Monbazillac…

Un univers totalement repensé, digne du XXIe siècle : « c’est un musée dédié au Monbazillac, à sa singularité la pourriture noble, avec en projection les paysages, puis la vinification, les métiers et donc ce sont les vignerons qui témoignent dans tous les visuels et expliquent leurs métiers… »

On ne pouvait pas faire un musée sur Monbazillac sans montrer le botrytis ce don du ciel, ce cadeau de la nature et donc là on a un time-lapse qui permet de voir au fil du temps la graine évoluer pour ensuite pourrir et nous permettre d’avoir ce vin liquoreux… » Guillaume Barou président de la Cave Coopérative de Monbazillac.

« C’est très réaliste, cela permet d’avoir une vision globale du domaine, c’est extrêmement bien fait dans le détail », témoigne un visiteur….

A l’intérieur du château, on retrouve Pauline Auban, responsable oenotourisme : « à l’intérieur du château on a souhaite développer différents univers : un univers historique avec 2 expositions, la première portant sur le protestantisme, une deuxième sur la famille de Bacalan qui a vécu au château au moment de la révolution française, on va suivre cette famille dans les 5 salles et chaque membre va développer sa vision des événements révolutionnaires…. » Autre univers artistique avec des expositions temporaires d’art contemporain et puis la rénovation des caves du château avec un parcours pour enfants sous forme de jeux, d’énigmes, très ludique sur le travail de la vigne… »

Gilles Bartoszek, Pauline Auban et Guillaume Barou, les acteurs de la cave coopérative de Monbazillac © JPS

La visite se termine bien sûr par des dégustations, avec deux univers, une salle spécifique où l’on peut déguster jusqu’à 3 vins et à la toute nouvelle boutique « suivant la visite que l’on veut faire, si on vient plus pour la partie patrimoine et musée, on a une dégustation classique à 10e avec un petit verre à la fin pour découvrir le produit et pour les amateurs on offre une dégustation de 3 vins pour un prix de 15€ où on va découvrir avec une personne qualifiée les différences entre les différents produits…avec 3 vins pour s’immerger dans ce qu’est le Monbazillac, » précise Guillaume Barou.

Cet été c’était déjà pari gagné puisque le château de Monbazillac a touché plus de 38 000 visiteurs sur juillet, août et septembre….

Regardez ce Côté Châteaux n°35 spécial vendanges à Bergerac, à voir le 9 novembre sur France 3 NOA à 20h20, ou ici surYOu Tube

12 Oct

Côté Châteaux vous offre un Spécial Cité du Vin pour son numéro 34

La Cité du Vin reprend des couleurs…En cet été, elle a explosé les chiffres de fréquentations avec 105 000 visiteurs. Une bonne santé qui lui redonne de jolis reflets. 6 ans déjà qu’elle fait parler d’elle à Bordeaux et dans le monde, les touristes viennent de toute la planète pour la visiter. Dans ce numéro tout en saveurs réalisé par Jean-Pierre Stahl et Alexandre Berne, vous allez découvrir les acteurs de la Cité du Vin, ses dernières actualités et même un musée universal du vin en Chine qui s’en inspire…

Bonjour et bienvenue à la Cité du Vin, vous ne connaissez pas cette jolie dame aux reflets dorés et argentés en Bord de Garonne ? Vous allez la découvrir, à l’instar de ce groupe de jeunes élèves en BTS viticulture-oenologie Richemond venus de Cherves en Charente« C’est une carafe », selon Hector Milord qui essaie de deviner comment est venue l’inspiration des architectes d’XTU Anouk Legendre et Nicolas Desmazières….

« C’est assez emblématique comme structure, c’est bien pensé, c’est un très joli bâtiment en tout cas….« commente Féliz Vergnaud.

La fréquentation repart et elle repart bien, car juillet août c’est pour nous le record de fréquentation qui datait de 2017, donc on va cumuler 105 000 visiteurs…

On a une progression des Bordelais, des Européens, Italiens, Espagnols et Allemands à la Cité du Vin, donc on est tous très très content après ces deux années compliquées… », Philippe Massol directeur de la Fondation pour la Culture et les Civilisations du Vin

Pour bien se rendre compte de cette parenthèse, nous allons faire un flash-back avec cette période de crise sanitaire de 2020, ce 1er confinement, et la réouverture qui s’en est suivie le 19 juin 2020…

Petite déambulation dans le fameux parcours permanent au 2e étage, dont la scénographie est signée par les Anglais de CassonMann.

Philippe Massol revient sur les 20 modules à l’origine de la construction qui vont connaître prochainement une évolution : « dès le mois de novembre, on va avoir une évolution des contenus des modules qui vont changer…comme le banquet des hommes illustres qui va devenir ça tourne donc le vin et le cinéma…et le gros changement on ferme en janvier et on rouvre début février, là ça va permettre pour nous de toucher les modules où il y avait de la scénographie… On a ainsi un projet de renouvellement de 8 millions d’euros… »

La scénographie du Musée Universel du Vin à Pékin signée © Adeline Rispal

La suite va vous emmener du côté en Chine où vous allez découvrir le projet de Musée Universel du Vin souhaité par Mr Tang un riche Chinois qui a voulu aussi sa Cité du Vin adapté au public Chinois.

Petit détour au salon de lecture où nous allons vous présenter Véronique Lemoine, la responsable scientifique à la Cité du Vin qui avait planché sur les contenus du parcours permanent et là a été consultée par le projet chinois : « quand on dit les contenus sur un musée, ce n’est pas seulement une histoire à raconter, c’est aussi une façon de mettre en scène donc c’est un grand travail collectif… » L’inspiration, certes elle existe mais c’est beaucoup de sources, beaucoup d’informations que l’on trouve dans les ouvrages et aussi chez les experts, spécialistes de la Chine, de l’histoire de la Chine, et spécialistes de la façon de déguster le vin à la chinoise… »

Instant privilégié partagé avec Régis Delthil qui nous dévoile la fabuleuse cave de la Cité du Vin Latitude 20: « la forme ronde a été designée par un architecte parisien qui s’appelle Laurent Karst qui a imaginé cet espace qui a de bonnes ondes, un côté assez magique, la forme ronde évoque les cuves, la couleur noir les caveaux on est dans l’ambiance ! C’est la plus grande cave du monde par le nombre de pays représentés, il y a 800 références de vin dont un peu moins de 500 originaires de 72 pays…. Ici on vend 60 % de vins Français, 40% de vins du monde t et parmi les vins français la majorité c’est Bordeaux…

L’occasion était trop belle de vous faire partager également ce reportage sur les foires aux vins…

En ce mois de septembre, c’est aussi la présentation de la nouvelle saison culturelle de la Cité du Vin avec ses rendez-vous habituels et avec de nombreux afterworks que nous présente Elodie Gratuze : « on a une très belle programmation en vue, à la fois sur les événements conférences mais aussi les afterworks du soir: chaque jeudi on aura une programmation au 1er étage, à la salle de dégustation, on aura des thématiques liés à des produits phares comme le fromage, la charcuterie, le chocolat ou encore le caviar, et on poursuit avec des régions mises en avant comme le Pays-Basque, du Poitou ou du Périgord… Et à l’approche des fêtes des astuces sur comment accorder les vins durant ces fêtes… »

La Cité du Vin, c’est une centaine de salariés et notamment Christophe qui a intégré la cité du vin en septembre… « C’est vrai que cela fait rêver puisque c’est un lieu multiculturel, international, les visiteurs sont libres de choisir un parcours libre ou individualisé… »

Au 7e étage, de ce superbe bâtiment de 55 mètres, on va retrouver Nicolas Lascombes, le directeur du 7 le restaurant panoramique de la Cité du Vin: « Bordeaux est le centre du monde pour le vin, la Cité du Vin est un événement lorsqu’elle est arrivée, et nous on est au sommet donc on reçoit des gens du monde entier, donc c’est un privilège...

Oui, cela fait rêver, c’est panoramique c’est comme si on était en haut d’un phare, c’est la Tour Eiffel de Bordeaux en quelque sorte… » Nicolas Lascombes le 7 restaurant panoramique

Et puis la visite du parcours permanent se termine comme chacun sait par une dégustation d’un vin du monde avec les sommeliers et notamment Catherine Haurie qui va vous faire découvrir ce panel de 20 vins offerts à la curiosité des visiteurs…

On ne pouvait pas conclure ce côté châteaux, sans la présidente Sylvie Cazes : « cela a été une formidable aventure pendant les 8 années qui ont précédé et puis depuis ce 1er juin 2016 une aventure extraordinaire car dès le départ nous avons reçu plus de visiteurs que nous envisagions, plus de 400 000 visiteurs par an, nous avons dépassé les 2 millions il y a quelques mois, et nous sommes très heureux. »

Le time-lapse de Philippe Caumes, photographe d’architecture de l’atelier Caumes, retrace ces travaux titanesques avec ces 300 pieux en bétons de 30 mètres de profondeur qui soutiennent l‘édifice de 9000 m3 de béton, et avec ces panneaux de verre et d’aluminium qui lui donnent un aspect unique…

« C’était un pari puisque quand on a vu ce bâtiment pour la première fois, tout le monde était très étonné, on se demandait ça va marcher ou ca va pas marcher c’était vraiment exceptionnel, quand vous regardez autour de vous vous voyez que cette structure est faite de 575 arches en lamellé-collé, chacun a un moule différent… C’est une véritable prouesse architecturale… » conclue ainsi Sylvie Cazes, la présidente de la Fondation pour la Culture et les Civilisations du Vin.

A voir ce 34e numéro de Côté Châteaux par Jean-Pierre Stahl et Alexandre Berne : mercredi soir à 20h20 sur France 3 NOA et dimanche à 13h45 et 20h30 (sur les box Orange 339, SFR 455, Free 326, Bouygues 337, ou en direct sur internet France 3 NOA), mais aussi ici sur You Tube

14 Sep

Côté châteaux n°33 : un numéro de rentrée consacré à la sécheresse, au réchauffement climatique et aux vendanges précoces

Pour cette rentrée de septembre, je vous propose avec Alexandre Berne un magazine Côté Châteaux très complet sur ces vendanges historiques qui  ont débuté avant le 15 août en Pessac-Léognan pour les blancs et fin août pour les rouges à Léognan, à Pomerol et à Saint-Emilion. Joli tour d’horizon avec 4 reportages et 4 entretiens au milieu des vignobles de Grandmaison, Couhins-Lurton, La Louvière et Troplong-Mondot.

Le n° 33 de Côté châteaux, numéro de rentrée, est intitulé « sécheresse et vendanges précoces ». Un signe. Le réchauffement climatique s’accélère et cet été on était aux premières loges pour le voir. Aussi ai-je voulu revenir à travers 4 reportages et 4 grands entretiens sur ces épisodes de canicule et sécheresse qui ont touché non seulement les hommes mais la vigne…. Allez bienvenue dans ces rangs de vigne, sous un soleil de plomb, certaines après-midi à plus de 50°… »en plein cagnard »…

Ce millésime 2022 sauvé du gel aura été marqué par 4 épisodes de canicule, une sécheresse qui a conduit parfois à certains phénomènes de blocage de la vigne avec des baies parfois plus petites, ce qui devrait augurer d’un millésime plus faible en volume. Alors que la qualité sera au rendez-vous.

Le Domaine de Grandmaison a vu ses vendanges de merlot démarrer le 2 septembre © JPS

Du coup les vendanges se sont accélérées avec un raisin arrivé à maturité plus rapidement, avec deux semaines d’avance en moyenne. Ainsi les blancs ont commencé à être vendangés à la mi-août en Pessac-Léognan et les rouges, phénomène exceptionnel, fin août, en Pessac-Léognan, Pomerol ou Saint-Emilion sur quelques domaines.

François Bouquier, vigneron propriétaire du Domaine de Grandmaison © JPS

Des vendanges historiques par rapport au démarrage qui est le plus précoce depuis très longtemps…Ce qui fait que la vigne, le végétal, a mûri rapidement », comment François Bouquier du Domaine de Grandmaison.

Ce numéro spécial millésime 2022 nous emmènera tout d’abord aux châteaux Carbonnieux et Luchey Halde pour ces vendanges en blancs historiques, avec un entretien suivant au Domaine de Grandmaison avec François Bouquier qui nous parle de cette sécheresse et de la récurrence ou non de ces phénomènes de réchauffement, c’est tout de même l’été le plus chaud depuis 2003, qui a battu depuis de nombreux records de températures sur ces 3 mois.

« Tout dépend du cycle végétatif dans la saison, il faut voir le cumul des précipitations au fil des mois, effectivement on a constaté cette année très peu de pluies; l’état sanitaire du vignoble est très bon, la vigne travaille au maximum avec tout ce soleil. »

Y aura-t-il assez d’acidité pour atteindre les équilibres ? « Ce qui est important c’est de prendre en considération nos terroirs constitué d’argile et de sols graveleux…Le mixte permet de combiner la maturité des raisins sur l’ensemble de la propriété. Une année comme celle-ci, où il fait très chaud, les terroirs argileux ont garanti une alimentation en eau et permettent une maturité optimale et les terroirs graveleux sableux eux sont davantage intéressants quand il y a des années plus pluvieuses. Il faut repenser le travail du sol et la moindre goutte d’eau il faut savoir la garder pour qu’elle serve pour les pieds de vigne…. »

Quant au phénomènes de blocage ? « On craignait beaucoup la taille des baies, cela va se confirmer sur les sols un peu sableux, sur les terroirs argileux ils se sont mieux sorti et on a eu la chance d’avoir quelques épisodes de pluie… », complète François Bouquier.

L’autre souci va être de trouver des vendangeurs surtout quand on commence de plus en plus tôt… Ces vendanges sont l’occasion également d’aller à la rencontre des petites mains de la vigne, sans qui il n’y aurait pas de vendange…

Le château la Louvière à Léognan © JPS

De retour à la Louvière, nous avons interrogé Jacques Lurton, le président des Pessac-Léognan sur l’adaptation des cépages bordelais, les degrés d’alcool qui risquent d’augmenter mais qui sont compensés au niveau des équilibres grâce à la fraîcheur qu’apporte les bons terroirs.

« A part 2003 et 2020, nous n’avions jamais commencé si précocement… Il y a une accélération de la variation climatique, en terme de somme de chaleur on n’avait  pas vécu cela depuis 2003 et en terme de sécheresse depuis 1976... Même si cela peut-être en dents de scie, l’an dernier année extrêmement froide et pluvieuse et cette année extrêmement sèche et chaude… Il y aura un peu plus de sucre, cela veut dire un petit peu plus d’alcool, une acidité un petit peu plus faible…

On va faire des vins mûrs, très ronds, très chaleureux, très souples, à consommer plus précocement, mais c’est intéressant aussi car je dis souvent ces années chaudes c’est à l’avantage du consommateur », Jacques Lurton président des vignobles André Lurton

Quant à savoir si on s’achemine vers des vins californiens à Bordeaux ? « Depuis 2 décennies, les vins de Bordeaux n’ont jamais été aussi bons, on réussit des années exceptionnelles avec de très grands vins parce que maintenant ils sont rentrés en compétition complète avec les vins du nouveau monde sur les mêmes cépages, des vins chaleureux souples, faciles à boire, un peu plus précocement. Mais maintenant on en a encore sous la pédale à Bordeaux on arrive à passer tous ces millésimes assez chauds avec des acidités naturelles. On a des cépages comme le sauvignon en blanc ou le cabernet sauvignon qui ont encore des beaux jours devant eux avant qu’on soit obligé d’intervenir différemment. »

Un reportage sur la sécheresse nous conduira dans les Graves au château du Tros et dans l’Entre-Deux-Mers avec le Président des Bordeaux et Bordeaux Supérieur.

Jacques Lurton et son Jack Russel dans son chi de blancs de la Louvière © JPS

Face à cette année super sèche où la vigne a souffert, des solutions ont pu être trouvées, avec l’arrosage de manière exceptionnelle accordé par l’INAO : « c’est assez exceptionnel car la règle en AOC c’est la non autorisation d’irriguer… Et dans notre cahier des charges en 2016 en Pessac-Léognan, nous avons introduit la possibilité de déroger à cette interdiction… Avec une demande auprès des services de l’INAO, avec un justificatif de photos des vignes en souffrance, et aussi le type de terroir et la surface que l’on compte arroser… A ce moment là, l’INAO nous délivre cette autorisation et cela permet d’apporter un peu d’eau à des vignes en difficulté…  » Cela a représenté un peu moins de 2% de la surface de l’appellation.

Dans les chais nous parlerons avec Jacques Lurton aussi des incendies de cet été qui ont ravagé la Gironde et se sont déclenchés non loin des vignes, avec son expérience en Australie où il a connu pareil phénomène…Et évoquerons le colloque des oenologues de France organisé le 31 août dernier à l’ISVV sur la problématique des goûts de fumées dans les vins.

« J’ai eu la malchance que mon vignoble australien soit complétement brûlé, nous avons ces phénomènes récurrents en Australie de feux de forêts avec les complications que cela peut avoir, et surtout la prévention à laquelle il faut s’astreindre, on a connu cela ici mais c’est quelque chose de nouveau pour nous… »

La suite de ce côté châteaux nous emmènera à Saint-Emilion au château Troplong Mondot, où l’œnologue Thomas Duclos a demandé aux équipe du château de commencer à vendanger dès la fin août les rouges et notamment les merlots.

« Pourquoi, tout simplement tout le monde a vécu un millésime plutôt sec, avec de fortes montées en températures… On a la chance d’avoir à Troplong Mondot un terroir qui réagit plutôt bien à ces conditions, car il y a ici de l’argile et du calcaire sur une partie… Les argiles ont cette capacité à garder l’eau et à restituer l’eau, petit à petit, et donc le vignoble a fonctionné de façon normale malgré le manque de pluie et gros coups de chaud… »

Thomas Duclos, oenologue goûtant les merlots de Troplong Mondot et donnant le coup d’envoi des vendanges © JPS

La recherche de l’équilibre c’est important dans les vins et même avec des vins qui vont monter en degrés d’alcool, comme on peut le voir sur le vignoble californien, peut-on avoir des vins qui restent digestes, buvables ? « Complètement le but dans cette quête est d’avoir le vin qui va avoir le goût de l’endroit, la notion d’équilibre où on va contrebalancer de l’alcool par une aromatique fraîche et de l’acidité. L’aromatique est très importante, il ne faut pas cramler le fruit, ce qui vous amène dans la confiture et amène votre cerveau dans des choses lourdes »

L’occasion d’évoquer le goûts des fumées, après le colloque organisé par les œnologues de France. Pour lui, il n’y aura aucune répercussion sur les vins.

Enfin nous nous retrouverons avec Aymeric de Gironde, le directeur, dans le tout nouveau cuvier de Trolong Mondot pour goûter avec son oenlogue les premiers jus de ce millésime 2022, très prometteurs. « ce chai nous l’avons attendu durant 4 ans, 4 années de réflexion, de discussions et de petites baguarres interne. Mais ça y est il est en service depuis le millésime 2021, donc c’est notre 2e millésime à l’intérieur de ce chai… »

Et avec la palette des terroirs de Troplong, cela nous permet d’avoir toutes les identités, toutes les couleurs pour faire le tableau le plus complexe possible et le plus unique aussi dans l’idée de ce qu’est Troplong Mondot »

Côté Châteaux n° 34, un magazine de 26 minutes, réalisé par Jean-Pierre Stahl et Alexandre Berne à voir mercredi 21 septembre à 20h20 sur France 3 NOA et ici sur You Tube

06 Juil

Côté châteaux n°32 : une émission spéciale au coeur de Bordeaux Fête le Vin

Le 32e numéro du magazine Côté Châteaux va vous emmener au coeur de la 11e édition de Bordeaux Fête le Vin, tellement attendue du public car cela faisait 4 ans qu’elle ne s’était pas tenue sur les quais de Bordeaux. Alexandre Berne et moi-même, nous donnons la parole aux amateurs de vin, aux vignerons exposants, vous allez découvrir 4 reportages réalisés à l’occasion de BFV dont un sur le terrible épisode de grêle. De nombreux entretiens avec les acteurs de la filière également, allez entrez Côté Châteaux Bordeaux Fête le Vin c’est chai vous !

Bordeaux Fête le Vin 2022, l’édition des retrouvailles ! Un public d’amateurs de vin et de cette grande fête populaire enthousiaste à l’idée de revenir sillonner les 1200 mètres de quais dédiés à ce patrimoine culturel qu’est le vin… « J’adore tellement la ville de Bordeaux que dès que je peux, je viens à la fête du vin… »

Depuis 2018, l’édition des 20 ans il n’y avait pas eu de fête du vin. Aussi anglais, belges, suisses, espagnols sont revenus en nombre : « nous on vient de Suisse , pour moi c’est une découverte, ce n’est que du bonheur…  » « Je suis plus que prêt à faire la fête, Bordeaux c’est le QG du vin dans le monde, où voulez-vous trouver meilleur vin? « commente cet anglais.

Et entre deux averses, les éclaircies ont tout de même prévalu, notamment les jeudi et vendredi soirs : « c’est super, la température est parfaite et il fait beau », « c’est bon, c’est frais, là à l’heure de l’apéro, c’est extra, il ne manque plus que le saucisson… » « c’est super sympa, cela a manqué ces dernières années avec le covid, on est vraiment content de retrouver tout cela… C’est une super ambiance dans tous les stands, dans toutes les animations… » « C’est vraiment formidable sur les quais dans un cadre magnifique », autant de réactions plutôt emballées par cette 11e édition.

L’objectif sur ces quais c’est de faire déguster des vins de terroirs… « C’est exactement cela, et cela  permet au consommateur de découvrir plein d’autres vins, on partage, on leur transmet notre passion et on peut prendre le temps quand il n’y a pas trop de monde de leur expliquer ce que l’on fait et de partager un moment, la convivialité », commente Pierre Rebaud du château de la Rivière... « quand on fait un bon travail à la vigne, après c’est beaucoup plus facile au chai et on fait des belles choses. »

Cette édition, c’est aussi une démarche environnementale un peu plus affirmée, voulue notamment par la mairie verte de Bordeaux, comme le souligne Julie Mounet Brun du château Moulin des Laurets en Puisseguin: « beaucoup de châteaux sont certifiés aujourd’hui, on ressent effectivement que c’est une demande des consommateurs, de voir des vins qui correspondent au profil gustatif qu’ils recherchent …mais aussi avec des manières de produire aujourd’hui où on fait attention à la biodiversité, à la manière où on consomme de l’eau et où on rejette des effluents dans la viticulture… Effectivement c’est une des attentes des consommateurs de vins aujourd’hui… »

Vous verrez également à travers un reportage que Bordeaux Fête le Vin aura commencé une semaine plus tôt avec les avant-premières de Bordeaux Fête le Vin et les restaurants et cavistes de Bordeaux Métropole qui ont été associés…

C’est aussi l’occasion de retrouver sur les grilles du Jardin Public une magnifique exposition signée par Guillaume Bonnaud, photographe à Sud-Ouest, qui a avec Xavier Sota sorti un ouvrage intitulé les « Gueules de Bordeaux » : « sur les grilles du Jardin Public, ce sont 23 belles gueules des Bordeaux Supérieur… Au total, il y avait 50 vignerons représentés dans le livre (sorti aux éditions Sud-Ouest), cela montre le travail du vigneron tout au long d’une année », à l’instar de Sylvie Courselle du château Thieuley dans sa cuve: « elle en bave, elle en bave, elle est rentrée dans la cuve pour sortir après tout le raisin, après la fermentation alcoolique, c’est très physique, on rentre dans la cuve et on a toutes les émanations du vin, et ensuite il faut sortir le mou, pour pouvoir le jeter et ensuite nettoyer la cuve… »

Guillaume Bonnaud, devant le portrait de Anne-Cécile Rozier sur les grilles du Jardin Public © JPS

Une séquence tournée sous la pluie et qui n’est pas sans rappeler tous ces aléas climatiques, gel, grêle, sans parler du mildiou et des maladies… Une grêle qui a touché plus de 14000 hectares en juin dans le bordelais et notamment les soeurs Rozier du château des Arras à Saint-Germain : « on peut vraiment penser à elles, elles ont tout perdu, la grêle est passée, et déjà en 2017 quand j’ai commencé ce travail là on a été confronté au gel et on a failli arrêter carrément le reportage sur ces 50 vignerons car beaucoup avaient gelé… On a pris le parti de continuer car cela fait partie des aléas du viticulteur , mais c’est vrai que pour Anne-Cécile Rozier, sa soeur et sa mère, c’est gravissime… » Vous aurez l’occasion d’ailleurs de voir ou revoir un reportage qui leur a été consacré le 24 juin dans le jt de France 3 Aquitaine. « Je suis fière de nous car on a monté cela (une visite des autorités sur leur vignoble très touché), on s’est dit ce n’est pas possible faut qu’on se réunisse, il faut qu’on soit soudé », témoigne Marie-Caroline Rozier, du château des Arras« Les vins que je vends aujourd’hui paient les avances que j’ai faites pour la récolte précédente, mais cette récolte que je ne vais pas avoir ne va pas payer ce que j’ai avancé ces derniers mois. »

Entre 2 averses, l’occasion est trop belle de se retrouver à la Cité du Vin au bout des quais, remplie de monde, avec Frédéric Lot et Gérard Spatafora qui ont écrit et co-produit un documentaire de 90 minutes narré par Jeffrey Davies « Eastbound Westbound, a winemaker’s story from Bordeaux and California », un film réalisé et co-produit par Julien Couson: « le coeur du sujet c’est comment se sont mises en place les relations culturelles entre les vins de Bordeaux, la France et les Etats-Unis et les vins californiens en l’occurrence… ce par l’intermédiaire d’un personnage clé, historique Thomas Jefferson, futur 3e président des Etats-Unis« , commente Frédéric Lot.

Frédéric Lot et Gérard Spatafora, auteur et co-producteurs de Eastbound Westbound © JPS

« Jeffrey Davies est le narrateur et co-auteur du film, il suit cette enquête à travers des rencontres », selon Gérard Spatafora : « il est allé voir la famille Tesseron, avec ses enfants, et puis Madame Adams qui est américaine et qui a un château à Saint-Emilion, nous avons aussi Claire et Gonzague Lurton , et puis bien sûr le Prince Robert du Luxembourg, sans oublier une personnalité très importante qui est Robert Parker… »

Un film docu présenté à Cannes « dans le cadre du marché du film qui est un salon business à la fois films, documentaires, séries, fictions, nous avons fait la même choses à La Rochelle consacré aux documentaires et nous avons inscrit également ce film dans douze festivals… »

Bordeaux, ses vélos et sa fête du vin sur les quais © JPS

Au Belvédère de la Cité du Vin nous retrouvons Christophe Chateau commissaire général de BFV, l’organisateur qui apporte son éclairage sur cette édition particulière avec ces vignerons (dont Yann Arthus Bertrand a tiré le portrait de ceux de Blaye en expo dans les jardins de la Cité du Vin et qu’il inaugure ce lundi 11 juillet) ont subi de gros dommages au mois de juin : « ça a été très dur de démarrer la semaine avec ce terrible orage de grêle lundi soir (20 juin) qui a dévasté près de 10 000 hectares du vignoble, le moral des troupes n’est pas au beau fixe, il faut l’avouer, mais au contraire on se serre les coudes et il faut regarder devant, reconstruire et on essaie de célébrer la fête et venir rencontrer les consommateurs pour remonter le moral des vignerons sinistrés. »

Christophe Chateau et Rudy Vervoort © JPS

Avec nous il y a le ministre belge, président de la région Bruxelles-Capitale, Rudy Vervoort : « nous participons avec les vins de Bordeaux à une activité tous les ans qui s’appelle « Eat! Brussels, drink ! Bordeaux », c’est l’occasion pour nous de faire venir les vignerons bordelais pour qu’ils présentent leurs produits dans un cadre festif, de partager le travail des vignerons et celui de nos chefs, nos grands cuisiniers…Ce sont des journées où on célèbre l’amitié entre Bordeaux et Bruxelles. »

Bordeaux Fête le Vin a énormément été dupliqué ces dernières années et récemment à Liverpool : « tout-à-fait, on était il y a 15 jours à Liverpool, Liverpool nous avait invité en 2018 quand Bordeaux accueillait la Tall Ship Regatta, les bateaux partaient de Liverpool pour aller à Bordeaux et on a noué des liens très forts avec eux et on a fait un Taste Liverpool, drink Bordeaux où ils se sont un peu inspiré de l’idée bruxelloise pour mettre en avant la gastronomie et les chefs de Liverpool, et cela a été une très très belle édition… », selon Christophe Chateau.

Par rapport à l’édition 2018, beaucoup moins de bateaux présents le long des quais mais tout de même le Belem et puis le Nao Victoria (réplique du 1er bateau de Magellan à avoir fait le tour du monde) où l’on retrouve Romain Bertrand de Gironde Tourisme, en charge de l’oenotourisme au sein de Bordeaux Wine Trip : « c’est le réseau qui rassemble l’ensemble des acteurs qui font de l’oenotourisme en Gironde, essentiellement des châteaux viticoles, mais aussi des hébergeurs, des restaurateurs, des prestataires d’activités de pleine nature, tout ceux par qui on peut découvrir ce qu’est le vignoble bordelais. »

« On a un site Bordeaux Wine Trip qui est le portail de l’oenotourisme en Gironde, où l’on retrouve toute l’offre qui existe…Et on a souhaité créer depuis 3 ans Pulpe, un média pour rendre tout cela plus vivant et montrer ce qu’est le vignoble bordelais…. »

La fin de ce numéro spécial est toute aussi spéciale, puisqu’elle se termine en musique et en dégustation ludique sur le stand de l’Ecole du Vin qui chaque soir propose des ateliers Rock and Wine… « Super, alors là c’est fantastique, c’est vraiment top, top, top…. » « On a vraiment une très grosse ambiance, on voulait au départ un atelier extrêmement ludique, en alliant un groupe de musique qu’on connaît bien et le vin, en montrant qu’à chaque étape de la dégustation on pouvait aussi accorder la musique et le vin… Le public est super enthousiaste, on essaie de les faire danser à la fin, parce qu’on est sur Bordeaux Fête le Vin et il faut impérativement que les gens s’amusent… », commente Benoît Manuel Trocard de l’Ecole du Vin.

Une ambiance de folie sur l’atelier Rock and Wine de l’Ecole du Vin © JPS

Ainsi se termine ce Côté Châteaux à voir absolument samedi 9 juillet sur France 3 NOA à 20H25. Carpe Diem, portez vous bien et bonnes vacances.

Regardez Côté Châteaux n° 32 réalisé par Jean-Pierre Stahl et Alexandre Berne, diffusé à 20h15 sur France 3 NOA :