06 Mar

Le 8 mars la Cité du Vin se met aussi au féminin : « elles font bouger le vin »

Demain, à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes, La Cité du Vin propose « elles font bouger le vin » :  une journée où la place des femmes dans le monde du vin va être décortiquée. Au programme : une soirée avec projection d’un documentaire, rencontre avec 4 invitées exceptionnelles et soirée networking pour célébrer celles qui, hier étaient dans l’ombre, et aujourd’hui sont dans tous les métiers du vin.

ELLES OCCUPENT DES METIERS AUTREFOIS SURTOUT MASCULINS

Elles sont vigneronnes, œnologues, viticultrices, sommelières… Elles sont bien sûr des femmes et de plus en plus nombreuses dans le monde du vin. « Nous avons choisi de profiter de cette date symbolique, pour proposer une soirée mettant à l’honneur celles qui ont su se faire une place dans un univers très masculin, voire parfois macho, » selon Solène Jaboulet, directrice marketing et communication de La Cité du Vin.

UNE SOIREE EVENEMENT

  • A 17h : un documentaire « Les héritières », écrit et réalisé par Vincent Herissé, sera projeté dans l’auditorium et dressera le portrait de 6 femmes bourguignonnes qui ont su s’imposer sur le devant de la scène viticole.
  • A 18h : quatre invitées aux parcours exceptionnels : Caroline Meesemaecker, directrice de Wine Services, Jocelyne Perard, fondatrice de la Chaire Unesco « Culture et traditions du vin », Virginie Routis, caviste sommelière de la Présidence de la République et Vitalie Taitttinger, directrice du marketing et de la communication de la maison de champagne Taittinger) échangeront sur leur expérience dans des domaines variés, de la
    recherche jusqu’au marketing et à la communication, en passant par la valorisation des vins sur les
    tables les plus prestigieuses.
  • Une soirée networking au belvédère, avec un cocktail signé par l’équipe du Seasons Food Truck, en partenariat avec « Le Journal des Femmes » et avec le soutien de la Maison de Champagne Taittinger.

01 Mar

L’image du jour, les Vins de Bordeaux saluent le départ du maire de Bordeaux : « c’est Alain Juppé qui a fait de la marque Bordeaux, une marque  forte »

 Ce soir à la Cité du Vin, la filière des Vins de Bordeaux voulait marquer le coup: remercier Alain Juppé et dire un dernier « au revoir » au maire de Bordeaux. Alain Juppé a remis ce jour sa démission du poste de maire, avant de de faire son entrée le 11 mars prochain au Conseil Constitutionnel. Alain Juppé a été un réel ambassadeur du vin de Bordeaux, créant notamment la Fête du Vin en 1998 et la Cité du Vin en 2016. Un moment d’émotion partagé avec les acteurs de la filière, CIVB et Fondation pour la Culture et les Civilisations du Vin.

Allan Sichel et Alain Juppé pour un moment de remerciements échangés © Civb

Allan Sichel, le président du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux, a d’abord tenu à rappeler qu’ « Alain Juppé a toujours eu une oreille bienveillante et attentive pour la filière viticole. Il a su, dès son arrivée, se rapprocher du négoce, des propriétés et des manifestations. Par ailleurs il a su comprendre filière, son fonctionnement, et les hommes et les femmes qui la font vivre. »

BORDEAUX, UNE RENOMMEE MONDIALE

Alain Juppé a donné à la ville « une renommée mondiale », tirant profit de ses deux passages au Ministère des Affaires Etrangères, de son poste de Premier Ministre, et de cette « sensibilité très forte à l’international », « et si nous bénéficions aujourd’hui de l’image et de la dynamique « Bordeaux la ville, Bordeaux le vin, » c’est grâce à Alain Juppé, c’est lui qui a rendu ces deux entités indissociables. »

Et le boss de la Maison Sichel de poursuivre : « c’est Alain Juppé qui a fait de la marque Bordeaux, une marque  forte, qu’il a valorisé au fil des années. » C’est clair que le placement Juppé était presque mieux qu’un placement en bourse, rajouterait Côté Châteaux, tant au niveau immobilier, qu’avec l’envolée en 20 ans des prix des vins de Bordeaux.

Et Allan Sichel de rappeler: « la transformation profonde de la ville initiée par Alain Juppé, avec ce vaste projet urbain qui a révélé la beauté et la modernité de notre ville.  Il nous a permis de ne plus tourner le dos à notre fleuve, de réunir les deux rives et de redécouvrir nos quais, avec notamment la façade historique du quai des chartrons intimement liée au monde du vin. »

BORDEAUX ET SA FETE DU VIN

« C’est Alain Juppé qui a eu l’idée de la Fête du Vin, il y a 20 ans, pour mettre le vin à l’honneur, et donner l’occasion aux vignerons, au contact d’un public enthousiaste, de mettre en valeur leur production et leur savoir-faire. » Un modèle qu’il a fait en sorte aussi de reproduire avec la copie de cette fête à l’étranger, en commençant par Hong-Kong, Québec, Bruxelles puis Liverpool.

BORDEAUX ET SA CITE DU VIN

« C’est Alain Juppé qui a aussi eu l’idée de la Cité du Vin, qui a ouvert ses portes en juin 2016. Il a su passer votre les réticences de certains, y compris au sein même de notre filière, puisque la Cité du Vin n’avait pas vocation à ne parler que des vins de Bordeaux. Mais aujourd’hui tout le monde salue le résultat, on parle des vins de Bordeaux et du monde et c’est comme cela que Bordeaux mérite le titre de « Capitale Mondiale du Vin », concluait Allan Sichel.

Et voici donc notre Sage de Bordeaux qui s’en va rejoindre d’autres sages du Conseil Constitutionnel. Un conseil, Mr Juppé ? Emmenez-leur quelques bouteilles de Bordeaux, histoire de continuer la promotion parisienne de ce nectar…

Côté Châteaux, qui ne dort pas, vous avait permis, en avant première, de vous rendre compte du legs d’Alain Juppé dans le précédent article le 19 février dernier, avec les réactions d’Allan Sichel, d’Olivier Bernard, de Stéphan Delaux et Sylvie Cazes, à retrouver ci-dessous.

Lire ou relire l’article :

Le legs d’Alain Juppé dans le monde du vin à Bordeaux : « très important, durable et structurant »

19 Fév

Le legs d’Alain Juppé dans le monde du vin à Bordeaux : « très important, durable et structurant »

Alain Juppé a décidé de mettre un terme mercredi à son mandat de maire. Aujourd’hui, les acteurs du monde du vin et de l’oenotourisme rendent hommage au visionnaire qu’il fut en créant en 1998 la Fête du Vin à Bordeaux, désormais démultipliée dans 4 grandes villes du monde, mais aussi en lançant la Cité du Vin. « Il a remis dans la même dynamique Bordeaux la ville, Bordeaux le vin, ce qui a multiplié par 5 le tourisme à Bordeaux », selon Stephan Delaux.

Alain Juppé a souvent fait référence au Guggenheim de Bilbao pour lancer la Cité des Civilisations du Vin à Bordeaux © Jean-Pierre Stahl

Côté Châteaux a couvert depuis 18 ans non seulement Juppé et sa carrière politique à Bordeaux, mais davantage Juppé l’ambassadeur du vin. Aussi, c’est tout naturellement que je me suis dit, c’est vrai « avec Juppé, c’est la transformation » : un slogan qui aurait sans doute été bon après AJ pour la France pour transformer l’essai à l’Elysée, mais ça c’est du passé. Il n’empêche, la transformation de sa ville impose le respect, mais au-delà il y a un autre legs, la transformation de l’image de Bordeaux au niveau du vin, qui est tout aussi énorme, et qui s’est imposée à mon esprit. Côté Châteaux a donc décidé de donner la parole à ces acteurs du monde du vin qui l’ont côtoyé et ont vu la métamorphose de cette image désormais indissociable « Bordeaux la ville et Bordeaux le vin. »

POUR ALLAN SICHEL : « C’EST LUI QUI A EU L’IDEE DE LA FETE DU VIN »

Quel legs et quelle portée laisse Alain Juppé à Bordeaux au niveau du vin ? D’emblée le Président du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux qualifie ce legs de « très important, durable et structurant. Il a poussé à l’ouverture… »

« C’est lui qui a eu l’idée de la Fête du Vin, dont on a célébré les 20 ans en juin dernier. Il est à l’initiative des Fêtes du Vin à l’étranger aussi à travers les contacts qu’il avait à Québec ou à Bruxelles. Pour Hong-Kong, c’était un peu différent…Il a poussé à ces projets, on s’est aperçu du bienfait indéniable de ces manifestations. C’est tellement visible que les villes viennent directement nous demander pour organiser chez eux des fêtes du vin » (comme Hong-Kong ou Liverpool).

Conférence de presse à mi-chemin du chantier de la Cité du Vin en novembre 2014 © JPS

En 2e position, la Cité du Vin, c’est lui qui a eu l’idée aussi (on fête cette année les 10 ans du lancement du projet depuis Saint-Emilion). Il y a eu beaucoup de réticences au début, à Bordeaux on avait une attitude peu enthousiaste, notamment pour investir des sommes qui allaient promouvoir le vin au niveau mondial et pas seulement parler de nous. Aujourd’hui tout le monde est ravi du résultat, on parle des vins de Bordeaux et du monde, et c’est comme cela que Bordeaux peut mériter le titre de « capitale mondiale du vin ».

En 3e, le tourisme avec aussi Stéphan Delaux : l’inclusion de l’oenotourisme permet d’attirer beaucoup de monde à Bordeaux et de faire rayonner la marque. Tous ces grands succès ont certainement existé grâce à Alain Juppé. Il a toujours eu une écoute pour la filière viticole. La marque Bordeaux on peut y rattacher le plus de choses possibles, c’est un concept. A Bordeaux, on peut s’assoir sur un grand nombre de sujets pour faire rayonner la marque. »

Los Angeles invité d’honneur en 2014 à Bordeaux Fête le Vin © JPS

POUR OLIVIER BERNARD : « LA MARQUE BORDEAUX S’EST VRAIMENT VALORISEE CES DERNIERES ANNEES »

L’ancien Président et actuel vice-président de l’Union des Grands Crus de Bordeaux, Olivier Bernard commente : « la 1e chose qui m’a marqué quand il est arrivé à Bordeaux, c’est qu’il avait cette communication avec le monde du vin, il s’est rapproché du négoce, des propriétés, des manifestations, avec aussi la Fête de la Fleur. Il n’a pas hésité à prendre parfois des positions et en s’exprimant, même si ce n’était pas un passionné, c’était un amateur de vin. »

« 2e, c’est la résonance de la marque Bordeaux à travers le monde depuis 20 ans, largement amélioré et de manière qualitative grâce à son nom: le fait que Bordeaux a été largement réveillé en ville, cela a profité au vin. On le voit sur les bouteilles à 30, 40,…et jusqu’à 70 euros, des gens n’hésitent pas à mettre la marque Bordeaux sur leurs bouteilles. La marque Bordeaux s’est vraiment valorisée ces dernières années. La notion de marque Bordeaux est majeure ».

3e si je devais retenir un des éléments marquants, c’est la rénovation des quais, intimement liés au monde du vin, notamment le quai des chartrons. On a retrouvé une façade historique que je n’imaginais pas voir depuis le jour de ma naissance…

4e point bien sûr la Cité du Vin et 5e la fête du vin ». 

POUR STEPHAN DELAUX : IL Y A UNE CONJONCTION ENTRE LE PATRIMOINE ET LE VIN

« Lorsqu’Alain Juppé est devenu maire de Bordeaux, Bordeaux était plus connu à l’international pour ses vins que pour sa ville », rappelle Stéphan Delaux adjoint au maire d’Alain Juppé, mais aussi Président de Tourisme Bordeaux Métropole et de Bordeaux Grands Evénements (organisateur de la Fête du Vin). « Les vins de Bordeaux avaient 2 millénaires de renommée et la ville alors était mal connue. Il a lancé ce projet urbain, aussi sur les quais des chartrons (où il y avait de nombreux chais), et cela a été tout d’un coup révélateur d’une ville sublime, il y a alors eu une conjonction entre ce patrimoine et le vin. »

« La 2e chose, c’est qu’il a été Ministre des Affaires étrangères, ce qui lui a donné une sensibilité très forte à l’international.Il a poussé beaucoup la ville à l’international pendant tout ce temps. Caban le faisait aussi avec la famille Ford et une partie de l’Intelligentsia américaine, mais Juppé a vraiment positionné la ville au niveau international à travers sa présence. Il avait une aura très forte au niveau diplomatique.

Quant à la création de Bordeaux Fête le Vin, dans sa tête c’était d’abord offrir un événement festif un peu sudiste à la ville en créant sur les quais, quelque chose autour du vin, et aussi quelque chose autour du fleuve. Cela faisait un certain temps qu’on disait qu’il manquait quelque chose. Il a réussi à convaincre les réticents, et le succès a été là, les Bordelais l’ont accepté et certains Bordelais (du public) se sont rendu compte qu’ils ne s’y connaissaient pas tant que cela au niveau vin, comme ils le pensaient.

Dans le fond, c’est ce sur quoi je lui disais qu’il fallait travailler sur une convergence dans les stratégies de Bordeaux la ville et de Bordeaux le Vin. On a ainsi réuni dans la même dynamique Bordeaux la Ville et Bordeaux le Vin. »

Visite en avril 2015 avec Laurent Fabius ou quand deux ministres des Affaires Etrangères plaident la cause de la Cité du Vin © JPS

Quant à l’oenotourisme, on est dans la même dynamique: tout s’appuie sur cette transformation de la ville à travers la révélation de sa beauté et sa modernité, le tram a repoussé la voiture, il y a eu une mise en valeur du fleuve et aussi une réunion des deux rives.

« Quand on m’a confié cette responsabilité en 2001, Alain Juppé m’a demandé au niveau touristique ce que l’on pouvait faire, je lui ai dit qu’on pouvait multiplier par deux le nombre de touristes et en fait on les a multiplié par 5 (avec notamment le classement de Bordeaux au patrimoine mondial de l’humanité). Sur l’oenotourisme, les châteaux étaient alors fermés, hormis quelques-uns qui avaient été pionniers comme Jean-Michel Cazes, Philippine de Rothschild, les Raoux ou Cathiard avaient déjà une vision de l’oenotourisme, mais on avait du retard, aujourd’hui ce n’est plus le cas. Le rayonnement de la ville, des châteaux et du vin est porté par le tourisme, un tourisme choisi ».

L’inauguration de la dernière Fête du Vin, celle des 20 ans, avec Jean-Baptiste Lemoyne © JPS

« Aujourd’hui la fête du vin est un élément stratégique fort du CIVB, De nombreuses institutions y sont désormais associées comme les Crus Classés 1855, l’Union des Grands Crus, l’Académie du Vin, le Grand Conseil, tout le monde est aujourd’hui présent, ça fait parte de leur patrimoine ».

Bordeaux Fête le Vin 2014 avec Stépan Delaux, Alain Juppé et Tom Labonge © JPS

« Au final ces fêtes du vin, on les a monté avec des amis et avec des partenariats. Parmi eux, il y a eu Tom Labonge, le maire de Hollywood, un personnage incroyable, une personnalité très joviale et très francophile, amoureux du vin. Avec lui on était dans des camions de pompiers à L.A., on a eu avec lui notamment lors de Bordeaux Fête le Vin une relation tellement amicale et joyeuse…Le vin s’y prête aussi largement. » Un moment apprécié également par Côté Châteaux qui a eu la joie d’immortaliser cet instant où Alain Juppé avait fendu l’armure, avec Stéphan Delaux et Tom Labonge, et mis ce chapeau si sympathique de la Fête du Vin.

Alain Juppé, Sylvie Cazes, la présidente de la Fondation pour la Culture et les civilisations du vin et Bernard Farges, président du CIVB en février 2016 © JPS

POUR SYLVIE CAZES : « LA CITE DU VIN, CELA A ETE SA VOLONTE TRES FORTE »

Sylvie Cazes la présidente de la Fondation pour la Culture et les Civilisations du Vin a été au coeur de la genèse du projet et l’a préparé durant de nombreuses années avec le maire de Bordeaux : « La Cité du Vin, cela a été sa volonté très forte, très assumée. Il avait déjà eu l’idée depuis quelques années, mais cela avait été contré par la profession qui ne voyait pas trop d’intérêt dans l’oenotourisme. Après, je lui ai dit que la profession était prête, il a alors mis tout en oeuvre pour que cela se fasse… Il était très à l’écoute du monde du vin, des professionnels, de Philippe Massol et des agences, et était très respectueux des choix opérés par les viticulteurs ».

« Il a été très heureux que cela puisse voir le jour et rattacher ainsi la ville à son vignoble. Il a eu un rôle de rassembleur avec les mécènes de la Cité du Vin. Il s’est beaucoup impliqué dans le projet, il est allé chercher l’Europe… Quand on a créé la fondation « American Friends of la Cité du Vin », il était aussi présent aux Nations-Unies lors d’un dîner à New-York avec de nombreux ambassadeurs et mécènes américains. Il a porté haut les couleurs de Bordeaux lors de cette soirée, c’est là où je me suis rendue compte de sa dimension internationale ».

Ce retrait de la vie politique annoncé la semaine passée et appris mercredi après-midi a été « soudain, inattendu, ni moi, ni Gaétan n’étions dans la confidence. On a même pensé à une « fake-news ». Il avait d’ailleurs participé le 31 janvier au 4e dîner de gala de la Cité du Vin, je l’ai trouvé très détendu, profitant du moment, un vrai bonheur d’être là. Evidemment pour nous, cela a été un choc, il va beaucoup manquer à la Cité du Vin… »

Si la page Alain Juppé se tourne, les événements et projets ont été mis en place et ont prouvé leur succès et efficacité. Un bilan plutôt positif pour la filière vin, qui va continuer à profiter et faire fructifier cet héritage culturel autour du vin.

29 Août

Le millionième visiteur de la Cité du Vin à l’honneur

C’est peu avant midi que François Gerbert a eu l’agréable surprise de se voir décerner le titre du millionième visiteur de la Cité du Vin. Ce retraité breton a été fêté par l’ensemble du personnel de la Cité du Vin et a gagné un an d’abonnement et un dîner pour deux au restaurant le 7 de la Cité.

François Gerbert fêté comme il se doit par Philippe Massol le directeur de la Cité du Vin © Jean-Pierre Stahl

François Gerbert est aujourd’hui passé de l’ombre à la lumière, un peu comme les facettes de la Cité du Vin qui passent des teintes grises aux teintes dorées. A 11h30, un énorme comité d’accueil attendait ce retraité de Rennes, venu en camping-car avec son épouse Marie-Christine.

Surpris déjà, car on n’était pas venu pour cela. C’est impressionnant de voir le nombre de visiteurs dans cet espace depuis juin 2016″, François Gerbert le millionième visiteur de la Cité du Vin

 Il n’était pas le seul, ce matin c’était l’affluence des grands jours, à croire que tous s’étaient passés le mot pour être le millionième (car Côté Châteaux avait annoncé que c’était ce mercredi).

Charlette et Camille de l’Ardèche © JPS

Durant l’été, ce sont 1200 à 1800 personnes qui ont fréquenté la Cité du Vin, les jours de forte fréquentation sont évidemment les jours où il fait moche…un peu comme ce matin, un temps mi-figue mi-raisin.

La Cité du Vin a été conçue et réalisée par les arcitectes d’X-TU Anouk Legendre et Nicolas Desmazières © JPS

Depuis le 1er juin 2016, sur le million de visiteurs, la Cité du Vin a enregistré 176 nationalités, 74% de français et 26 % d’étrangers. Pour encore plus être précis 26% d’étrangers, 44% de Français et 30% de Bordelais. « Je suis Bordelaise, je n’avais pas eu l’occasion jusqu’à présent de venir mais là je profite de la fin de des vacances pour venir », m’explique Magali Thillard

De nombreux Espagnols sont également venus ce matin, ils figurent à la troisième place du visitorat étranger après les Anglais et les Américains.

« Pour moi, c’est magnifique », me confie Miguel de San Sébastien au Pays-Basque en Espagne. Un autre groupe de touristes espagnols attestent dans le hall d’entrée être venus aujourd’hui pour l’aspect culturel mais aussi en tant que passionnés de vin : « Oui, oui, lui il aime bien le vin mais nous nous sommes des amateurs »

Pour Philippe Massol, directeur général de La Cité du Vin, ce millionième visiteur vient récompenser le travail d’une équipe soudée et investie. Il y a eu beaucoup de Bordelais et d’habitants de la communauté urbaine et de Gironde dans un premier temps, et donc « les visiteurs de Bordeaux, au nombre de 300000 sont en train de baisser, ce qui est normal, mais on a une très très forte progression de touristes étrangers » (près de 50% cet été):

On a une très très forte progression de touristes étrangers, la notoriété de ce lieu a progressé, il y a 2 ans on était inconnu du monde entier, maintenant on commence à être de plus en plus connu », Philippe Massol directeur général Cité du Vin.

François Gerbert s’est vu remettre une bouteille de Mérul vin bulgare d’une des plus ancienne région viticole au monde (venant de la cave Latitude 20), mais aussi un abonnement d’un an à la Cité du Vin, un dîner pour 2 au restaurant panoramique le 7 (pour ce soir) et bien sûr le tablier collector du millionième visiteur signé La Cité du Vin.

Voilà plein de souvenirs pour François Gerbert et son épouse Marie-Chrisitine. Bravo à la Cité du Vin. Juste pour la photo avec un verre de vin à la main, cela aurait aussi cadré avec l’endroit. Bon ce sera pour le 2millionième visiteur…

Reportage de Jean-Pierre Stahl et Pascal Lécuyer :

22 Août

1 million de visiteurs pour la Cité du Vin !

C’est mercredi prochain que le cap du millionième visiteur sera franchi. Depuis son ouverture au public le 1er juin 2016, la Cité du Vin a trouvé sa vitesse de croisière avec de nombreux visiteurs de la région et pas mal d’étrangers. Qui sera l’heureux gagnant ? réponse mercredi matin.

La Cité du Vin dessinée par X-TU Architects © JPS

Le D-Day est prévu, sauf gros pic de fréquentation ce week-end, mercredi matin selon les estimations des équipes de la Cité du Vin, qui s’apprêtent à fêter le millionième visiteur selon les règles de l’art.

Nicolas Desmazières (architecte de la Cité du Vin XTU), Sylvie Cazes et Philippe Massol (Fondation pour la Culture et les Civilisations du Vin) et Anouk Legendre (architecte -XTU de la Cité du Vin)

Il se verra ainsi offrir un pass annuel et un dîner pour 2 personnes au 7, le restaurant panoramique, situé au 7e étage de la Cité du Vin, tenu par Nicolas Lascombes.

Les scénographes du Parcours Permanent de CassonMann, Dinah Casson, Gary Shelley et Roger Mann © JPS

C’est donc un nouveau cap qui est franchi. Le pari était osé en lançant ce projet, il n’était pas sûr que l’endroit aller connaître un réel succès de fréquentation. Mais l’architecture de la Cité du Vin dessinée par Anouk Legendre et Nicola Desmazières en a fait un emblème de Bordeaux.

Anouk Legendre et Nicolas Desmazières devant la Cité du Vin © Jean-Pierre Stahl

Son parcours permanent, réalisé par CassonMann, ainsi que tous les restaurants, boutique et espaces sensoriels de dégustation, sans oublier les expositions temporaires, en ont fait une attraction qui suscite dans le monde entier un réel intérêt, une Cité du Vin couronnée d’ailleurs par de nombreux prix et articles.

Regardez le magazine réalisé par Jean-Pierre Stahl, Guillaume Decaix, Eric Delwarde, Francis Lassus-Lalanne, Xavier Granger :

01 Juin

La Cité du Vin fête ses 2 ans : en route vers le million de visiteurs !

La Cité du Vin a ouvert au grand public, il y a tout juste deux ans. Inauguré la veille le 31 mai par le Président Hollande et Alain Juppé. Une Cité qui a trouvé sa vitesse de croisière avec 870000 visiteurs et ses rendez-vous culturels autour du vin. Sylvie Cazes la Présidente de la Fondation est l’invitée exclusive de Parole d’Expert pour Côté Châteaux.

Sylvie Cazes devant la Cité du Vin (avril 2016) © Jean-Pierre Stahl

Jean-Pierre Stahl : Bonjour Sylvie, c’est le 2e anniversaire de la Cité du Vin aujourd’hui, qu’est ce que cela vous inspire, vous allez le fêter ?

Sylvie Cazes : « J’arrive tout juste de Vinexpo Hong-Kong; non, on n’a rien prévu… Les équipes se sont donné à fond durant 2 ans. Le succès est au rendez-vous grâce à l’investissement de l’équipe originelle avec Philippe Massol, Géraldine (Clerc), Laurence (Chesneau-Dupin) et (Véronique Lemoine), mais aussi grâce à l’équipe d’aujourd’hui. C’est une belle récompense de pouvoir fêter ces 2 ans, on a fait un travail « du feu de Dieu ».

 JPS: « Où en est-on en terme de visiteurs ? »

Sylvie Cazes : « En 2017, on a enregistré 445000 visiteurs » (la 1ère année sur les 12 mois glissants 425000) (Philippe Massol m’a confié faire désormais des bilans sur une année entière, toutefois à ce stade ce sont 870000 visiteurs depuis le 1er juin 2016). « J’attends les chiffres de mai qui devraient cartonner. C‘est un succès car nous avons des retours et études de satisfaction à la fois sur les contenus et sur la qualité de l’accueil ».

« Cela a été un travail considérable de créer de toute pièce une équipe de 100 personnes, avec une vrai philosophie d’entreprise, un travail de fond, de gestion sociale et entreprenariale. Ces jeunes qui travaillent là ont tous le feu sacré.

« On a fédéré toute une profession avec les viticulteurs et les politiques vers un même but. Tout le monde a réussi à s’impliquer dans cette réussite. »

« Les institutionnels, les privés, les négociants et viticulteurs sont très présents, les gens se l’ont appropriée… »

« Je rentre de 3 semaines à l’étranger entre les USA et l’Asie, quand je demande aux gens vous connaissez la Cité du Vin ? Ils me répondent souvent non nous n’y sommes pas encore allés, mais on a très envie de s’y rendre. Il y a une espèce d’onde positive qui dit que c’est un lieu où il faut y aller. Il y a eu la reconnaissance par le National Géographic, le New-York Times, et bien d’autres articles de presse qui en ont parlé. »

Les mécènes américains sont fiers de leur participation, octobre 2015 © JPS

JPS : « Qu’en est-il du mécénat et notamment le mécénat américain, le financement de l’amphithéâtre est enfin bouclé ? »

Sylvie Cazes : « L’amphithéâtre, oui c’est bouclé, avec les USA; 1,5 million d’euros réunis et désormais ils ont aussi insisté pour co-financer les expositions temporaires tous les ans. Ils ont  cette volonté de continuer à accompagner la Cité du Vin en co-finançant les expositions. »

JPS : « Quelles sont les prochaines expositions, elles rencontrent aussi leur public ? »

Sylvie Cazes : « Oui, c’est un beau succès, « Le Vin et la Musique » continue jusqu’au 24 juin. Quand elle sera terminée, à la rentrée, début octobre il y aura Porto et la Vallée du Douro (exposition intitulée « Vignoble invité Porto : Douro,l’air de la terre au bord des eaux »), à l’occasion du 40e anniversaire du jumelage de Bordeaux et de Porto. Au printemps suivant, nous aurons une exposition sur l’art du verre, sur le design un peu plus contemporain, alors qu’avec l’exposition « Bistrot » on était surtout plongé dans le XIXe et avec « Vin et Musique » du Moyen Age au XVIIIe surtout. On a aussi signé récemment un partenariat pour une exposition avec les vins argentins« .

Les scénographes du Parcours Permanent de CassonMann, Dinah Casson, Gary Shelley et Roger Mann © JPS

JPS : « Quel avenir désormais pour la Cité du Vin ? »

Sylvie Cazes : « Tout peut arriver, mais on peut penser que la fréquentation va augmenter, sans doute un peu moins rapidement que précédemment, la notoriété de la ville ne cesse aussi d’augmenter, le tourisme ne cesse de se développer. Quant au mécénat, bien sûr il continue mais on a un besoin beaucoup moins important que par le passé ».

« En tout cas, l’avenir est envisagé avec la même équipe qui était là à la création en 2009, avec la même motivation, c’est peut-être cela le plus important par rapport à tout le reste. On continue à préserver l’esprit de la Cité du Vin ». 

Laurence Chesneau-Dupin, directrice de la culture à la Cité du Vin, lors de la présentation de l’expo Vin et Musique © JPS

« Désormais son rayonnement est international et l’objectif est que les expositions voyagent comme celle de « la Géorgie, le berceau de la viticulture » qui sera exposée au printemps 2019 à Tokyo puis en fin d’année à New-York. On a aussi des idées qu’on dévoilera plus tard de créer des choses hors les murs et on travaille sur des projets en collaboration avec la Chine à Pékin… »

Côté Châteaux ne pouvait pas oublier un tel anniversaire. Happy Birthday of course à La Cité du Vin, ce bel édifice, HB aux architectes Anouk Legendre et Nicola Desmazière ses architectes, HB aux équipes de CassonMann qui ont réalisé le Parcours Permanent, HB à Sylvie Cazes, Philippe Massol, la présidente et le directeur de la Fondation pour la Culture et les Civilisations du Vin, HB à Alain Juppé qui l’a lancé, HB à l’ensemble des mécènes et des équipes.

Nicolas Desmazières (architecte de la Cité du Vin XTU), Sylvie Cazes et Philippe Massol (Fondation pour la Culture et les Civilisations du Vin) et Anouk Legendre (architecte -XTU de la Cité du Vin)

Et pour couronner le tout : voici le magazine « La Cité du Vin, au confluent des civilisations » signé Jean-Pierre Stahl, Guillaume Decaix, Eric Delwarde, Xavier Granger et Véronique Lamartinère pour France 3 Aquitaine.

21 Mar

A la Cité du Vin, la nouvelle exposition temporaire « Le Vin & la Musique, accords et désaccords »

Après « Bistrot ! De Baudelaire à Picasso », après la « Géorgie, berceau de la viticulture » et en attendant Porto comme vignoble invité à l’automne, voici « Le Vin et la Musique, accords et désaccords », l’exposition temporaire à voir et à écouter d’urgence à la Cité du Vin de Bordeaux. Epicuriens, historiens et mélomanes vont communier ensemble dans une ambiance de baccanales, de ballets et de bals populaires.  

Ces expositions temporaires sont des rendez-vous culturels et patrimoniaux de grande envolée musicale et de grande qualité patrimoniale. Vous allez ainsi découvrir les liens parfois étroits ou discordants entre le vin et la musique à travers les âges…

« Le triomphe de Bacchus » 1624 – Nicolaes Cornelisz Moeyaert © JPS

La Cité du Vin vous convie du 23 mars au 24 juin à sa nouvelle exposition temporaire « Le Vin & la Musique, accords et désaccords ».

Vous allez ainsi pouvoir découvrir plus de 150 œuvres issues de collections françaises et européennes, de la Renaissance à la fin du XIXsiècle, prêtées par la Bibliothèque Nationale, par le Louvre, le Château de Versailles, le Musée Pablo Picasso ou d’autres Musées internationaux.

Laurence Chesneau-Dupin, directrice de la culture à la Cité du Vin © JPS

C’est un instrument de musique, une basse de viole réalisée par Collichon à Paris en 1689, qui a la particularité d’être ornée d’une tête de Bacchus, ce qui était  extrêmement rare, il n’y en a que 4 au monde de connues avec cette représentation, » Laurence Chesneau-Dupin directrice de la culture à la Cité du Vin

« Le cortège du boeuf gras », vers 1640. Prêt du Musée Picasso © JPS

« Le Vin et la Musique sont vraiment intimement liés dans la vie quotidienne et pas seulement chez les élites et dans les opéras, mais aussi dans la rue:  les gens chantaient, dansaient et faisaient de la musique, et ici on a un bon exemple avec le cortège du boeuf gras qui était le cortège de la confrérie des bouchers de Paris », continue Laurence Chesneau-Dupin.

A travers 6 sections thématiques (Dyonisos: triomphes et cortèges bachiques; danse: bacchanales, ballets, bals populaires; amour et ivresse; figures de caractère et allégories; concerts et tables galantes; banquet, tavernes et cabarets) la richesse des liens entre la musique et le vin va vous être dévoilée, à travers un parcours sonore et visuel, qui mêle peinture, musique et scène.

Il y aura aussi des temps forts (événements, spectacles, ateliers, visites et animations) durant ces 3 mois, tout autour de l’exposition:

« On va trouver des temps de rencontres et de conférences, notamment avec Florence Gétreau la commissaire de l’exposition », commente Mélanie Parie, Chargée de la Programmation Culturelle,

Mélanie Paris Chargée de la Programmation Culturelle à la Cité du Vin © JPS

« mais aussi des temps de concerts avec le conservatoire de Bordeaux autour de Lully et Rameau, un concert aussi dans le cadre de la Fête de la Musique dans l’Auditorium de la Cité du Vin, et aussi un concert avec la Clique des Lunaisiens avec Arnaud Marzorati, qu’on aura la chance d’accueillir sur la chanson française. »

Karine Marchadour, responsable de la médiation culturelle complète : « dans cette scène, on investira le temps des vacances  avec une malle aux trésors qui sera proposée pour les enfants;  ils pourront se mettre en scène dans l’exposition en rebond avec les oeuvres présentes autour d’eux et avec un accessoire un chapeau ou quelque chose… »

Cette exposition est réalisée sous forme d’une déambulation joyeuse entre toutes ces peintures des écoles françaises, hollandaises ou européennes, des partitions de musiques et de nombreux petits « livres d’airs sérieux et à boire. » 

Pour tout connaître de la programmation culturelle de La Cité du Vin jusqu’à juin.
A noter : les 23 et 24 mars, la radio France Musique s’installera dans l’auditorium de La Cité du Vin pour 2 jours d’émissions en direct et en public.

Le Vin et la Musique, accords et désaccords, l’exposition temporaire du 23 mars au 24 juin à ne pas louper. Prix d’entrée 8€

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Pascal Lécuyer, Eric Delwarde, Françoise Dupuis et Emmanuel Cremese :

 

15 Jan

La Cité du Vin confirme sa bonne santé oenotouristique : 445000 visiteurs en 2017

La Cité du Vin vient de communiquer les chiffres de sa fréquentation sur l’année 2017 : 445 000 visiteurs de 176 nationalités ont été accueilli, dont plus de 1000 journalistes français et internationaux. Ses deux premières expositions temporaires : « Bistrot! De Baudelaire à Picasso » du 17 mars au 21 juin et la « Géorgie, berceau de la viticulture » du 31 juillet au 5 novembre ont accueilli 92 500 visiteurs. Aussi un bon succès.

Un nouvel écrin pour la bouteille royale © JPS

La Cité du Vin en octobre dernier © JPS

LA FREQUENTATION EN CHIFFRES :

  • 445 000 visiteurs ont visité La Cité du Vin et les événements de la programmation culturelle, auxquels s’ajoutent les visiteurs des espaces en accès libre (La boutique, le salon de lecture, les jardins…) et les restaurants ;
  • 86% de la clientèle est individuelle, 14% a visité en groupe, on a dénombré plus de 1100 groupes
  • Plus de 2 800 abonnements ont été commercialisés : les visiteurs convertissent leur visite en abonnement afin de pouvoir profiter pleinement de l’offre de La Cité du Vin.
Rémi de Sivry et Maylis Bouteille avec la Cité en toile de fond © JPS

Rémi de Sivry et Maylis Bouteille venus visiter la Cité en mai © JPS

LA PHYSIONNOMIE DES VISITEURS

  • 77% de visiteurs français ( 42% de résidents, 40% de touristes français et 18% d’excursionnistes)
  • 23% de visiteurs étrangers
  • Parmi les touristes : 43% d’entre eux sont internationaux et 57% sont français.
  • Par région :  La Nouvelle Aquitaine représente plus de la moitié des ventes France (57%),  l’Ile de France compte 1 visiteur français sur 10 en moyenne (11%) et l’Occitanie 5%. Trois régions se démarquent avec une belle progression : PACA (+26%), Bretagne (+38%) et Normandie (+60%).
  • Par nationalités : 176 nations sont venues, un record !  Hormis la France, les Anglais sont majoritaires, suivis par les Américains puis  les Espagnols.  5 pays étrangers totalisent 50% des ventes : Royaume-Uni, Etats-Unis, Espagne, Suisse et Italie.Top 7 des pays d’Europe : Royaume-Uni, Belgique, Suisse, Allemagne, Espagne, Italie et Pays-Bas; Top 7 des pays hors Europe : Etats-Unis, Canada, Australie, Chine, Brésil, Japon et Mexique.

IMG_5203LES RETOMBEES PRESSE ET SATISFACTION  :

  • 96.5% de visiteurs satisfaits ou enchantés par leur visite selon une enquête menée par Kedge Business School en août dernier
  • Plus de 1000 journalistes et blogueurs, français et internationaux, reçus à La Cité du Vin, générant plus de 1300 retombées presse dont de très nombreuses sur Côté Châteaux, the « blog du vin » !
Laure

Laurence Chesneau-Dupin, devant un tableau sur le Cabaret de Ramponneau par Eugène Fichel (1877) © JPS

LES EXPOS BISTROT ET GEORGIE, CARTON PLEIN !

Regardez l’émission spéciale de France 3 Bordeaux Métropole réalisée à l’occasion de l’expo Bistrot !

En janvier 2018, La Cité du Vin est ouverte de 10h00 à 18h00.

Jours de fermeture exceptionnelle : les 10, 17, 24 et 31 janvier 2018.

Billet Parcours permanent et Belvédère :

·      Plein tarif adulte : 20 € – billet daté, inclut la visite du parcours permanent avec le compagnon de voyage interactif et une dégustation de vin du monde au Belvédère.

·      Tarif jeunes (6 à 17 ans) : 9 € – billet daté, inclut la visite du parcours permanent et un jus de raisin offert au Belvédère.

Abonnement annuel avec un accès illimité :

·      Plein tarif adulte : 48 € – Tarif jeunes (6 à 17 ans) : 22 €.

Regardez le reportage réalisé par Jean-Pierre Stahl, Marc Lasbarrère et Cécile Lagaüzere pour le premier anniversaire de la Cité du Vin :

07 Juil

Jazz and Wine, victime de son succès ce samedi à la Cité du Vin

Jazz and Wine c’est le festival de Jazz itinérant;  La Cité du Vin le reçoit ce samedi pour un concert unique à 20h30 et une dégustation de vins en suivant.1150241_1_1

Un moment de convivialité autour de la passion du Vin et du Jazz où ces artistes vont se produire dans l’amphitéâtre Thomas Jefferson. Malheureusement vu le nombre de places restreint, l’amphi affiche déjà complet.

Avec :

  • Miguel Zenón : saxophone alto
  • Luis Perdomo : piano
  • Hans Glawischnig : contrebasse
  • Henry Cole : batterie

A l’issue du concert, une dégustation de vins américains de Washington State Wine aura lieu dans le hall de La Cité du Vin.

A noter : la Brasserie-Bar à vins Latitude20 proposera une restauration légère (planches de charcuteries et fromages) de 19h à 20h15.

En partenariat avec Le Festival Jazz And Wine Bordeaux 2017 et Washington State Wine.

Entre Lascaux 4 et la Cité du Vin, quels points communs ? Les mêmes scénographes et une invitation cet été au voyage

Un peu plus d’un mois après le 1er anniversaire de la Cité du Vin, Côté Châteaux s’est immergé dans l’autre lieu emblématique d’Aquitaine : Lascaux 4, livrée en décembre dernier à Montignac, qui est aussi un véritable succès, dû notamment à CassonMann les scénographes anglais qui signent les deux musées.

Un voyage immersif pour petits et grands avec des pans de la grotte expliqué grâce au Compagnon de Visite et à CassonMann © Jean-Pierre Stahl

Un voyage immersif pour petits et grands avec des pans de la grotte expliqués grâce au Compagnon de Visite et à CassonMann © Jean-Pierre Stahl

Vous avez envie d’être étonné ? Choisissez la Cité du Vin, une architecture bleuffante (dûe à XTU Anouk Legendre et Nicolas Desmazières), ou Lascaux 4 et le fac-similé de la grotte pour tutoyer nos ancêtres, mais pas n’importe lesquels : des artistes d’il y a 20 000 ans.

Comme une faille découverte par les 4 adolescents en 1960 © jps

Comme une faille découverte par les 4 adolescents en 1940, un projet signé par l’architecte norvégien Kjetil Thorsen © JPS

Entre les deux une même colonne vertébrale : le savoir-faire de CassonMann, Dinah Casson, Roger Mann et leur équipe, les scénographes anglais des deux sites parmi les plus visités d’Aquitaine.

IMG_7535La Cité du Vin a tiré début juin le bilan d’une année de visites en son sein, à Bordeaux en Gironde : 425000 visiteurs, un succès tel qu’imaginé à la base.

L'équipe d'accueil et de Semitour avec au centre Laurent

L’équipe d’accueil et de Semitour avec au centre Laurent Corbel, directeur adjoint de Semitour

Lascaux 4 a ouvert 6 mois plus tard, le 15 décembre 2016 à Montignac en Dordogne.

Durant les 15 premiers jours, nous avons eu 20000 visiteurs, et jusqu’à aujourd’hui plus de 220000 depuis l’ouverture », Laurent Corbel, directeur adjoint de Semitour

IMG_7534L’objectif fixé de 400000 visiteurs à l’année a toutes les chances d’être atteint d’autant qu’ « il y a beaucoup de réservations en juillet, les ventes en ligne fonctionnent pas mal aussi », me précise Laurent Corbel. « Tout va dépendre aussi de notre capacité d’absorption entre le 15 juillet et le 15 août ».

IMG_7554La machine aujourd’hui est bien huilée, par groupes d’une trentaine de visiteurs, Français ou étrangers, les visites partent à un bon rythme dans cette déambulation immersive. Tous sont équipés du CDV, le compagnon de visite, mais aussi accompagnés pour la visite de la grotte réalisée à l’identique de Lascaux, telle que découverte le 8 septembre 1940 par 4 adolescents du village de Montignac, à la recherche de leur chien Robot.

IMG_7563Le public est ainsi subjugué par la reproduction parfaite de la grotte réalisée par l’Atelier des Fac-Similés du Périgord et par cette « Chapelle Sixtine de la Préhistoire » : la salle des taureaux, les deux bisons adossés, la grande vache noire, les 5 cerfs nageant, toutes ces peintures venues de l’au-delà interpellent et laissent le visiteur en émoi.

Les outils et silex dont se servaient les artistes © jps

Les outils et silex dont se servaient les artistes © jps

Mais ce n’est pas que le fac-similé qui est bleuffant, c’est aussi toute cette déambulation, depuis le belvédère avec vue sur la vallée de la Vézère, en passant par le petit film introductif, avant de plonger dans cette grotte avec une température de 13°C et un taux d’humidité à l’identique de la grotte originelle.

Casson Mann va livrer Lascaux 4 en Dordogne en décembre © JPS

L’équipe de Casson Mann à Londres, fin mars 2016, avant de livrer Lascaux 4 en Dordogne en décembre © JPS

C’est aussi l’Atelier de Lascaux, où tout le savoir-faire de CassonMann a été révélé. Les scénographes se sont amusés à découper 8 pans de grotte, en relief, afin de les expliquer au visiteur, ainsi que la manière avec laquelle ces quelques 5 à 10 artistes ont pu réaliser ces dessins, avec la peur au ventre de croiser un ours ou un autre animal féroce dans la grotte.

Le Compagnon de Visite explique en audio ou video les différentes scènes, ici

Le Compagnon de Visite explique en audio ou video les différentes scènes, ici les bisons adossés avec pelages d’hiver et d’été © JPS

Un parcours ponctué par 6 séquences différentes : le belvédère, l’abri, la grotte, l’atelier de Lascaux, le théâtre de l’art pariétal, le cinema 3D, la galerie de l’imaginaire et l’exposition temporaire.

Une visite en 3D de la grotte de Lascaux à donner le vertige © JPS

Une visite en 3D de la grotte de Lascaux à donner le vertige © JPS

Un début de saison pour lequel Laurent Corbel se dit « plutôt content », avec toujours des agents de médiation partout pour garder le contact humain, malgré le compagnon de visite; c’est une centaine de personnes qui est sur le pont, quasiment tous en CDI, dans une région où il y avait beaucoup de saisonniers, cela change la donne.

Lascaux 4, c’est juste incroyable, on a commencé sur les chapeaux de roues », Fabien Delmar directeur du Café Lascaux.

L'équipe du Café Lascaux avec des vins de Bergerac :

L’équipe du Café Lascaux avec des vins de Bergerac : Benoît Gaillard maître d’hôtel, Stéphane Meynardie,chef de cuisine, Fabien Delmar directeur, Mélanie Lacombe assistante de direction © JPS

Le Café Lascaux situé à gauche en entrant est un peu la jauge de fréquentation de Lascaux: « dès le début, on a fait 500 à 600 couverts/jour, on a du doubler de suite les équipes. On était 6 au démarrage, on finit à 14 et même 18 en juillet et août. C’est comme cela midi et soir, c’est cosmopolite au possible », explique Fabien Delmar.

Un voyage immersif pour petits et grands avec des pans de la grotte expliqué grâce au Compagnon de Visite et à CassonMann © Jean-Pierre Stahl

Un voyage immersif pour petits et grands avec des pans de la grotte expliqué grâce au Compagnon de Visite et à CassonMann © Jean-Pierre Stahl

Et l’enquête de Côté Châteaux ne serait pas complète, si Côté Châteaux n’avait pas investigué à Lascaux… Oui Cro Magnon appréciait déjà les vins de Bergerac, d’ailleurs ils figurent en bonne place sur la carte du Café Lascaux : on y trouve le très bon Pécharmant château de Tiregand en 2014, mais aussi des petits vins du coin un Bergerac rouge Julien de Savignac ou encore  en IGP Périgord Domaine de Dalbanie, un Montbazillac, sans compter un mousseux de Villandry (là c’est une grotte plus haut) dont raffolent les Anglo-saxons et Hollandais (tribus venues du Nord)… Un carte qui sera plus étoffée bientôt promet Fabien Delmar qui a eu d’abord à gérer une horde de visiteurs.

Découvrez les scénographes CassonMann de la Cité du Vin et de Lascaux 4 à Londres : reportage Jean-Pierre Stahl, Guillaume Decaix, Christophe Varone :