02 Sep

Coup d’envoi des vendanges en blanc aux châteaux Carbonnieux et Smith Haut Lafitte en Pessac-Léognan

A 8 heures, ont été donnés les premiers coups de sécateurs à Léognan et à Martillac en Gironde. Ces deux châteaux du bordelais, Carbonnieux et Smith Haut-Lafitte, sont d’habitude très précoces. Cette année, ils n’auront pas démarré juste après le 15 août comme l’an dernier, mais en septembre, fait exceptionnel par rapport aux 10 dernières années, du fait du réchauffement climatique. Un millésime sauvé du gel et du mildiou. 

Au château Carbonnieux, ces vendanges du 2 septembre sonnent comme un plongeon en arrière, car depuis 10 ans elles débutent plus tôt aux alentours du 20 août, du fait du réchauffement climatique.

Eric Perrin, propriétaire du château Carbonnieux © JPS

On a été habitué à vendanger juste après le 15 août comme l’an dernier et là on se retrouve avec presque une quinzaine de jours de décalage par rapport à ce qu’on a connu les années précédentes », Eric Perrin propriétaire du château Carbonnieux.

Marie-José vient depuis 1975 faire les vendanges à Carbonnieux © JPS

Ce sont 45 hectares de sauvignon et sémillon qui vont être ramassés durant 2 semaines au château Carbonnieux, sur ce terroir frais d’argilo-calcaire.

Une année particulière avec moins de volume, 45 hectolitres à l’hectare, marquée par le terrible gel d’avril.

Marc Perrin, à la réception de vendanges, pendant qu’Andrea effectuait les derniers réglages des machines © JPS

Récolter du raisin en 2021, c’est déjà un exploit ! On a passé 8 nuit à lutter contre le gel, le printemps a été horrible. Finalement on a du raisin, il est arômatiquement assez intéressant et les acidités sont très bonnes.. », Andrea Perrin, oenologue du château Carbonnieux.

A Martillac, le château Smith Haut-Lafitte en bio et biodynamie a été confronté en plus du gel à une sévère attaque de mildiou à cause de cet été très pluvieux.

Ce matin, il démarrait sa récolte de jeunes plants de sauvignon sur ses 11 hectares de blancs.

 

Fabien Teitgen, directeur du château Smith Haut Lafitte © JPS

Le mildiou, il a touché un peu partout, et on a un certain nombre de dégâts,  en agriculture biologique, on a que le cuivre et les plantes pour lutter, ce n’est pas une partie de plaisir, mais on a sauvé une partie de la récolte et on peut commencer les vendanges dans un esprit plus souriant. » Fabien Teitgen, directeur du château Smith Haut Lafitte

Les vendanges des sauvignons, sémillons et bientôt des merlots semblent bien partie. Avec toutefois ici 15 à 20% de récolte en moins à cause du mildiou.

« Là on a peur d’avoir une petite récolte vraiment, ça va être beaucoup plus mince qu’en 2020, 2020 millésime de légende où tout était au rendez-vous… mais parfois c’est bien,regardez 2001 après 2000, et 2021 après le fameux 20-20, on a quand même bon espoir… », commente Florence Cathiard, propriétaire du château Smith Haut Lafitte

Daniel et Florence Cathiard, dans le Cuvier de Smith Haut Lafitte JPS

La grande interrogation demeure sur la météo de septembre et d’octobre…Si l’ensoleillement est là, les cabernets devraient bien s’en sortir, en revanche si le temps change à nouveau et venait à repasser à la pluie, là il y aurait un problème au niveau maturité. A suivre…

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Sylvie Tuscq-Mounet et Eric Delwarde : 

 

30 Août

Vendanges en blanc à Bordeaux : cela ne devrait plus trop tarder…

Côté Châteaux fait le point aujourd’hui sur les vendanges en blanc dans le bordelais qui cette année seront beaucoup plus classiques, absolument pas précoces comme ces dernières années chaudes que l’on a pu connaître. Certains vont lancer leurs équipes cette semaine, d’autres vont encore attendre la semaine prochaine pour viser la meilleure maturité.

 Vendanges du 24 août 2020 © JPS

Le blanc se fait attendre pour ne pas dire tirer l’oreille... « On est patient encore, ce n’est pas encore mûr, on a encore 10 à 15 jours à attendre », me confie Edouard Kressmann du château Latour-Martillac en Pessac-Léognan. « Il a fait froid, on n’a pas eu d’été à Bordeaux, le mois de juillet a peut-être été le plus chaud ailleurs sur la planète mais pas chez nous…Et puis le gel nous a mis un coup de frein sur les vignes… »

Tristan, Edouard et Loïc Kressmann en septembre 2019 © JPS

On a tout de même actuellement des super conditions avec de la chaleur les après-midi avec des 26-28° et des matinées fraîches idéales, entre 12 et 14 °,  pour les arômes et de belles acidités pour produire de très jolis vins blancs, » Edouard Kressmann du château Latour-Martillac

Paul Garcin et Anne-Laurence de Gramont dans leur vignoble du château Haut-Bergey à Léognan en septembre 2019 © Jps

Au château Haut-Bergey, en biodynamie, Paul Garcin explique : « on a beaucoup gelé sur les blancs. On attend encore un petit peu, mais on n’est pas très loin de la vérité. On doit refaire un point. Je dirais semaine prochaine a priori…On est tardif du fait du gel, c’est compliqué d’avoir quelque chose de mûr. Et puis il y a eu le mildiou, le dernier traitement c’était le 10 août alors que l’année dernière on avait fini début juillet. Et puis on fait aussi attention au botrytis. C’est donc assez compliqué d’être ferme sur nos positions, c’est au dernier moment qu’on verra… » En tout cas cela n’entame pas le moral de Paul Garcin qui s’apprête à ouvrir une petite guinguette sur sa propriété au château Haut-Bergey histoire de créer un peu d’animation et de faire venir des passionnés de vin.

Philibert et Eric Perrin dans leurs rangs de vigne en août 2020 © JPS

Président des Pessac-Léognan et propriétaire de château Carbonnieux, Philibert Perrin est dans les starting-blocks : « on a prévu de commencer les vendanges ce jeudi. On va envoyer une troupe de 40 personnes environ, 35 coupeurs et 5 porteurs, après on verra si on augmente la troupe ». Une chose est sûre :

C’est plus tardif que l’an dernier car on avait commencé le 19 août, donc environ deus semaines de retard par rapport à l’an dernier », Philibert Perrin du château Carbonnieux.

« Et si on a cette météo qui perdure en septembre, cela compensera bien ce manque d’ensoleillement de cet été », conclue Philibert Perrin.

26 Août

Vendanges dans le bordelais : de nombreuses offres traitées par pôle emploi, les châteaux et les prestataires

A Pauillac, les offres d’emplois de vendangeurs -coupeurs, porteurs, tractoristes et ouvriers de chais- affluent depuis plus de 2 mois. 35 châteaux dont les plus grands ont sollicité l’antenne de Pôle Emploi de Lesparre-Pauillac en Gironde dans leurs recherches…Le point avec des châteaux qui recrutent également.

« Au niveau du volume on est à 1200 postes, sachant qu’on diffuse entre 2000 et 2500 postes par an, on continue donc à rescencer les besoins des recruteurs sur le territoire », commente Mélanie Piard, conseillère entreprises à Pôle Emploi de Pauillac.

Ces offres sont disponibles sur internet, via les réseaux sociaux également, auprès des communautés de communes et dans ce bureau de Pauillac qui ouvre un forum spécifique à partir de lundi et ce pour 2 mois.

« On a un volume d’offres tellement important qu’il est ouvert aux demandeurs d’emplois, mais pas que, également aux étudiants… », selon Patrick Chapon responsable du site Pôle Emploi de Lesparre-Pauillac. « Sur Pauillac on a une population française d’origine étrangère qui est sur place, donc il n’y a pas le problème du confinement, il y a largement la place pour tout le monde et il n’y a pas de problème à ce niveau là ».

A Margaux, au château Tour de Bessan, Marie-Laure Lurton continue à constituer son équipe, elle a déjà trouvé les 2/3 de vendangeurs.

« On a toujours un petit stock de vendangeurs qui reviennent d’une années sur l’autre, on essaie de les sélectionner, éviter de prendre des familles trop nombreuses car quand il y en a un qui part ils partent tous à ce moment là et c’est difficile à gérer. Aujourd’hui, sur 35 postes, il nous manque 10 personnes ».

Plus loin dans le Médoc, pas facile de faire venir depuis Bordeaux de la main d’oeuvre par exemple à Saint-Germain d’Esteuil, cela se ressent déjà pour les travaux en verts pour lesquels le château Castera fait appel à un prestataire de service. Pour vendanger les 83 hectares du domaine en revanche, depuis le début des années 90, ici on a recours à la machine à vendanger, machine qui s’est nettement améliorer. « On a une grosse difficulté à trouver de la main d’oeuvre, malheureusement ou heureusement, on a réglé ce problème par la machine. Les machines à vendanger aujourd’hui sont très performantes avec des tris embarqués », selon Jean-Pierre Darmuzey directeur du château Castera.

Entre les blancs, les rouges et les liquoreux, les vendanges vont s’échelonner sur 2 à 3 mois dans le bordelais.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Margot Michel :

 

25 Août

Coup d’envoi des vendanges de merlot pour réaliser le Crémant de Bordeaux

C’était aujourd’hui l’effervescence à Sauveterre-de-Guyenne au domaine de la famille Souan. La récolte des merlots a débuté à 7h30 ce matin pour réaliser le crémant de Bordeaux, avec une recherche d’acidité. Une récolte sur fond de gel d’avril et d’un peu de mildiou au début de l’été. Reportage dans l’Entre-Deux-Mers également à la cave Louis Vallon de Saint-Pey-de-Castets.

Un coup d’envoi, pour une année plus classique à Bordeaux. Ce matin, en ce 25 août, les coupeurs ont retrouvé sécateurs et seaux pour récolter les merlots destinés à faire du crémant sur cette  parcelle de 1,46 hectares à Sauveterre-de-Guyenne en Gironde; l’an dernier la récolte avait été des plus précoces du fait du réchauffement climatique puisque pour les crémants le coup d’envoi avait été donné le 12 août…

« On a retrouvé l’équipe de l’année dernière, donc on est super content, il y a une bonne ambiance », commente Maud Danger pour qui ce sont les 2e venanges ici. « Il y a quelques pieds où il y a du volume et d’autres où il n’y a pas grand chose, mais bon on va faire la récolte comme tous les ans… »

Ici, la famille Souan a perdu 40% de sa récolte sur les 38 hectares de vigne que compte le domaine, essentiellement à cause du gel des 7 et 8 avril. Fort heureusement, ce domaine familial a été davantage épargné par le mildiou, pâr rapport à d’autres propriétés de Gironde où il a été assez violent. « Je n’ai pas du tout été impacté ou très légèrement par le mildiou… » m’explique David Souan 4e génération de vignerons.

 La récolte par rapport à l’année dernière va être moins élevée, mais après on va faire quand même une très bonne récolte, qualitativement très bonne mais après quantitativement c’est difficile à estimer. »

A la cave Louis Vallon, à Saint-Pey-de-Castets, ce sont ainsi 2 semaines de récolte à la main de merlot, sémillon, cabernet franc et ugny blanc qui s’annoncent pour réaliser le crémant.

En 2021, 1 million 300 000 bouteilles ont été commercialisées, malgré les aléas climatiques, ils espèrent en produire 2 millions d’ici deux ans.

« C’est une année un peu particulière, on a commencé par le gel, un gel de printemps qui nous a pas mal impacté sur le secteur…Et puis après toutes les intempéries qu’on a connues avec « un été magnifique, qu’on a eu qui est un peu problématique sur le mildiou…Cela a un impact de diminution de l’ordre de 30 à 40 % pour les crémants, »selon Xavier Bonnin, technicien viticole et responsable du site de la cave Louis Vallon à Saint-Pey-de-Castets »

Cette année, la récolte s’annonce aussi plus tardive pour les cépages blancs pour réaliser les blancs secs et pour les rouges, elle sera décalée de 10 à 15 jours par rapport à l’année dernière.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Margot Michel : 

09 Sep

Millésime 2020: une production de vin en légère hausse en France, bousculée par le climat

Un peu plus de vin que l’an passé, mais des niveaux de production contenus surtout pour les appellations: l’année viticole 2020 en France devrait surtout rester marquée par le démarrage très précoce des vendanges dû au climat, a indiqué mardi le ministère de l’agriculture. La production viticole 2020 de l’hexagone devrait s’élever à 45 millions d’hectolitres, en hausse de 6% par rapport à celle de 2019 et de 1% par rapport à la moyenne des cinq dernières années, selon Agreste, le service statistiques du ministère de l’Agriculture.

Démarrage ce mercredi des vendanges des merlots au château Reynon à Beguey en Cadillac Côtes de Bordeaux © JPS

Elle est en hausse sur l’ensemble des bassins par rapport à l’année passée, qui a été l’une des plus basses depuis cinq ans, à l’exception des vins du sud-est, touchés par la sécheresse, dont la production prévue de 4,75 millions d’hectolitres accuse un recul de 6% par rapport à 2019 et de 8% par rapport à la moyenne quinquennale.

Bien qu’en légère augmentation annuelle (+2%), les volumes de vins sous appellation d’origine (AOP), qui constituent la grande majorité du vignoble français, devraient être inférieurs à leur niveau moyen sur cinq ans (-2%), selon Agreste.

Certaines interprofessions de bassins ont en effet décidé de fixer leur niveau de production en appellation plus bas qu’en 2019, en raison d’un marché économique dégradé par la crise du Covid-19 et les conséquences des taxes américaines imposées depuis octobre 2019.

Les vendanges ont démarré en août dans presque tous les bassins et présentent une avance « remarquable » par rapport à 2019. Dans le Grand-Est, les premières vendanges établissent même le record de précocité de leur histoire. Ceci s’explique par un printemps à la seconde place des plus chauds depuis 120 ans et par un hiver relativement doux, souligne Agreste.

Didier Fage, président des oenologues de France, estime la qualité très bonne cette année, avec « une belle tenue, un jus très aromatique et un potentiel très élevé », mais souligne que les rendements seront « très différents selon les domaines » en raison de la sécheresse et du stress hydrique qui ont bloqué en certains endroits le développement des plantes.

AFP

07 Sep

Début des vendanges en rouge dans le Bordelais : une précocité rarement vue au Domaine de Grandmaison

2020 l’année du vin, mais surtout de la précocité. Alors que les premiers coups de sécateurs ont été donnés dès le 17 août pour les blancs à Bordeaux, voici cette semaine le début des vendanges en rouge pour plusieurs domaines. Grandmaison ouvre le bal dans l’appellation Pessac-Léognan ce matin.

Des merlots ramassés précocément en Pessac-Léognan © JPS

Des merlots à maturité 10 jours plus tôt. Au Domaine de Grandmaison, 19 hectares, à Léognan, ce millésime 2020 rime avec précocité.

Les blancs ont été récoltés avec un début de bvendanges le 26 août. Rarement vu, selon Roger Lieballe, chef d’équipe ici au château depuis plus de 30 ans.

Cela doit faire 5 ans, on avait commencé fin août, mais là c’est quand même une première-là. Cette année on a gagné à peu près douze jours, c’est énorme. Je pense que dans les années à venir il faudra vendanger la nuit » Roger Lieballe, chef d’équipe

L’hiver et le printemps très doux ont accéléré le cycle végétatif de la vigne, gagnant ainsi jusqu’à 3 semaines au printemps. Une avance ralentie en juin et cet été…Quant aux fortes chaleurs et au stress hydrique, ils ont été compensés par un sol argilo-calcaire qui a su garder de la fraîcheur…

François Bouquier devant son château de Grandmaison à Léognan © JPS

On recherche un équilibre du raisin, certes le sucre augmente de façon plus importante qu’avant. Heureusement les autres éléments constituants du raisin sont là aussi l’acidité, les polyphénols… Il faut s’attacher à ramasser un raisin à bonne maturité pour garder son caractère fruité qui par la suite donnera plus de buvabilité au vin », François Bouquier Domaine de Grandmaison

Pour François Bouquié, 2020 a quelques similitudes avec le millésime 2019, qui continue son élevage en barriques. Celui-ci a connu aussi de fortes chaleurs dès le mois de juin 2019...

Ne pas se laisser se laisser griser par le soleil, il faut ramasser au bon moment pour éviter de faire des vins qui seraient trop concentrés et trop riches », François Bouquier Domaine de Grandmaison .

De nombreux domaines en Pessac-Léognan, à Pomerol ou encore à Saint-Emilion, vont démarrer cette semaine les vendanges en rouge pour les plus précoces. Certains, comme le Domaine de Grandmaison, pourraient avoir fini de ramasser leurs cabernets avant début octobre… Du jamais vu dans le Bordelais.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Ludovic Cagnato et Sarah Colpaert : 

29 Août

Côtes de Bourg : le Ministre de l’Agriculture interpelé par des vignerons victimes de la crise

Julien Denormandie est venu au chevet de la vigne et de ses vignerons. Le ministre de l’Agriculture a été reçu par un petit comité d’accueil qui vit actuellement très difficilement de son travail. Des vignerons exaspérés qui s’estiment au bord du gouffre, « la corde au cou », comme ils disent. Ils ont eu une oreille attentive du ministre qui souhaite des vignerons indépendants qui puissent vivre dignement de leur travail. Il a visité le château Grand Launay en biodynamie, à l’occasion des vendanges.

Un échange sans langue de bois entre Damien Labiche, vigneron, et Julien Denormandie, ministre de l’agriculture © Jean-Pierre Stahl

« On ne fait plus de salons, les marchés et le négoce sont totalement à l’arrêt, on veut interpeller notre ministre pour dire quel futur pour nos enfants…? », explique Damien Labiche, vigneron du château Tour Birol.

D’emblée, la dizaine de vignerons, plus ou moins jeunes, mais tous en grandes difficultés, est venue faire passer un message clair : « no future ». Ils ne peuvent plus ni garantir pour eux ni pour leurs enfants de pouvoir vivre dignement de leur exploitation viticole. Avant la venue du ministre, ils ont posé avec une corde au cou…

Moi, ça va faire deux ans que je ne me verse plus de salaire, j’ai deux enfants en bas âge, si ça continue comme cela, je mets la clé sous la porte… Dans notre entourage , on a tous un copain qui s’est foutu en l’air… » Damien Labiche vigneron.

« Donc moi je vous promets une chose : de faire tout ce que je peux, j’ai la même passion que vous, de faire mon possible, pour que demain vous arrêtiez d’avoir cela sur vos machines », commentait en réponse le ministre Julien Denormandie, ingénieur agronome à la base.

A Bourg, le ministre est arrivé un peu plus tôt, à 13 heures, à l’invitation de la députée Véronique Hammerer, pour échanger librement avec tous les acteurs de la filière viticole de Gironde, 3 semaines après le plan d’aide du gouvernant à hauteur de 250 millions d’euros, finançant en partie la distillation de crise.

Julien Denormandie, accompagné de la Préfète de Nouvelle-Aquitaine, lors du tour de table avec Bernard Farges du CIVB, Nicolas Carreau de Blaye et Stéphane Donze des Côtes de Bourg © JPS

250 millions d’euros pour l’ensemble de la filière française, cela reste faible, d’autant que la moitié étaient des fonds européens déjà prévus. Les conséquences du covid, nous allons les voir durant plusieurs mois, la commercialisation est très ralentie donc nous avons besoin de soutien comme d’autres filières », Bernard Farges président du CIVB.

Concernant ces aides, qui ne sont pas encore toutes débloquées, Julien Denormandie a précisé qu’au cours de cet été:

 J’ai décidé que dans l’aide des 250 millions d’€, on booste le stockage plutôt que la distillation, car ça me fait mal aux tripes comme vous, notre belle production d’en faire de la distillation, je préfère qu’on la stocke, » Julien Denormandie Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

 

Au château Grand Launay à Teuillac, cette période de vendange est propice pour parler transformation du vignoble avec les labels HVE haute valeur environnemental de niveau 3, le bio ou la biodynamie.

Julien Denormandie et Pierre-Henri Cozyns, propriétaire du château Grand Launay © JPS

Le vignoble français, c’est une part de notre identité d’hier, d’aujourd’hui mais aussi de demain grâce justement à cette volonté d’innovation, à cette capacité à déterminer quelles seront les bonnes pratiques de demain, Julien Denormandie, Ministre de l’Agriculture. »

Ici les 30 hectares sont valorisés par la famille Cozyns en agriculture biologique et certifié depuis 2018 en biodynamie. « Oui le bio à Bordeaux, ça peut fonctionner, cela demande beaucoup de technicité de formation et d’investissement, mais ça marche, cette année en 2020, on va faire des rendement supérieurs aux rendements autorisés par l’appellation », Pierre-Henri Cozyns, du château Grand Launay.

D’autres aides pour la filière pourraient être annoncées la semaine prochaine par le président Macron avec le plan de relance de l’économie dans le volet qui touche la viticulture, 2e balance excédentaire commerciale, qui représente 12 milliards d’euros et près de 600  000 emplois.

Reportage de Jean-Pierre Stahl, Dominique Mazères, Xavier Granger (Intervenants : Damien Labiche vigneron, Julien Denormandie Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Bernard Farges président du CIVB et Pierre Henri Cozyns propriétaire du château Grand Launay)

:

26 Août

Au château Montrose, 84 saisonniers espagnols ont pris leurs quartiers d’été pour les vendanges avec un protocole sanitaire très respecté

Fidèles au poste depuis plus de 50 ans ! Ce sont 84 Espagnols tous originaires du même village Pruna  en Andalousie qui viennent faire les vendanges au château Montrose à Saint-Estèphe. Cette année, ils sont venus avec 14 jours d’avance, histoire de leur faire respecter une quatorzaine pour prévenir tout risque. Des prises de températures sont régulières et des mesures d’hygiène et de distanciation sont prises avec le plus grand sérieux.

Une troupe de 84 vendangeurs espagnols arrivés le 15 août au château © JPS

Des vendanges et effeuillages particuliers avec les mesures de distanciation nécessaires dans le contexte de prévention du coronavirus…Leur chef Antonio veille au bon respect des consignes de distanciation :

 Ils gardent les distances de sécurité, il y a une personne intercalée avec un rang pour garder de la distance et comme cela ils peuvent travailler et ils ne sont pas côte à côte », explique Antonio Vera Sanchez chef d’équipe

Au lieu d’un ravitaillement collectif en eau en jerrican, c’est une distribution cette année de bouteilles individuelles dans les rangs de vigne et un port du masque pour chacun…« C’est difficile de travailler avec le masque, surtout quand il fait chaud » commente Francisco Manuel 23 ans qui vient pour la 2e fois.

Le château Montrose à Saint Estèphe © JPS

A  quelques mètres du château, leur logement collectif est nettoyé en permanence, matin, midi et soir. Partout, des panneaux en espagnol, des bornes de gel hydroalcoolique , un sens de circulation et des chambres qui ont été réaménagées :

« Ce dortoir à l’origine était prévu pour 8 personnes, là vous voyez qu’il n’y a que 5 lits, on a aménagé des espaces minimuns de 1,5 mètres entre chaque lit et pour d’autres chambres on a aménagé des chambres pour des couples », précise Hélène Brochet directrice de la communication du château Montrose.

 Au réfectoire, finies les grandes tablées, désormais des tables par famille ou pour 3 saisonniers…les distances sociales sont ainsi respectées.

« A leur départ ils ont certifié n’avoir aucune symptôme du covid-19, on a pris leur température au départ du bus, pendant le voyage ils ont été isolés, ils ne sont descendus dans aucune halte et aucune brasserie, leur température a également été prise à l’arrivée, on a constaté qu’il n’y avait aucun problème et qu’ils étaient entre 35-36°.

Régulièrement dans la journée plusieurs fois par jour, il y a des prises de température pendant cette quatorzaine, pour s’assurer qu’à l’issue de cette période on a une équipe parfaitement saine, qui n’est pas porteuse du virus et qui peut être mise en contact aussi avec nos propres équipes », Hélène Brochet directrice communication château Montrose.

Des mesures de sécurité sanitaires quelque peu contraignantes, mais nécessaires, qui n’empêchent ces Espagnols de garder les bonne humeur qui n’oublient pas de fêter les anniversaires au sein de la troupe.

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Jean-Michel Litvine, Stéphanie Plessis et Christian Arliguié: 

25 Août

Au château Bertinerie, les saisonniers effectuent les premiers tests Covid avant de faire les vendanges

C’est une première dans un château viticole du bordelais. On doit cette initiative à Eric Bantegnies, propriétaire du château Bertinerie, pour qui le bon sens réclamait la mise en place de tests covid-19 avant le début des vendanges ce jeudi. Après un rapide échange de mails, l’ARS a répondu banco avec la Chambre d’Agriculture, MSA et le CIVB qui proposent à d’autres domaines de se faire connaître pour effectuer des tests in-situ. 14 000 saisonniers pourraient être intéressés…

Dépistage ce matin au château Bertinerie © JPS

C’est une première réalisée ce matin à Cubnezais en Gironde. Des tests au beau milieu des vignes.

Ils sont ainsi arrivés par groupe de 20, pour un premier rendez-vous à 8h30 au château Bertinerie, puis 3 autres à 9h30, 10h30, 11h30. Tous sont saisonniers et volontaires pour passer ces tests souhaités ardemment par Eric Bantegnies, le propriétaire, avant le début des vendanges en blancs prévues ici jeudi 27 août. Une mesure de bon sens, encore fallait-il y penser, et de précaution, plutôt bien perçue par les saisonniers…

Je trouve ça super, moi j’ai des petits enfants et je veux savoir avec qui je travaille, il faut bien se protéger », Anne-Marie saisonnière

Jusqu’à midi et demi, ils sont ainsi 80 à être pris en charge par une infirmière d’ADN Santé Bordeaux et par les volontaires de la Sécurité Civile. Ce dépistage, réalisé à côté de la grande salle de réception, sur une terrasse qui surplombe les vignes, est une première. Il a été réclamé par Eric Bantegnies qui a envoyé une série de mails à la Mutualité Sociale Agricole, aux Vignerons Indépendants auxquels il adhère et à l’ARS, soulignant le fait que « nous allons accueillir environ 70 vendangeurs tous les jours pendant 4 semaines, …, sauf que la promiscuité dès que l’on dépasse les 20 ou 25 vendangeurs sera INEVITABLE…et demandant qu »attendez-vous pour nous proposer des tests de dépistages gratuits avant l’embauche… »

Eric Bantegnies, co-propriétaire du château Bertinerie © JPS

Si demain vous avez un ou deux individus asymptomatiques, au milieu d’une équipe de 72 personnes, et qu’au bout 15 jours votre équipe est en quarantaine, que vos vendanges sont arrêtés, que moi même je suis contaminé, et qui risque de contaminer l’équipe du chai, cela veut dire que les vendanges s’arrêtent les vinifications s’arrêtent et j’ai 72 personnes qui n’ont rien demandé qui se retrouvent en quarantaine« , Eric Bantegnies vigneron.

Il a ainsi eu un écho rapidement favorable auprès du nouveau directeur de l’ARS Olivier Serre, qui  déjà fin juin avait eu une démarche similaire avec un prestataire de service

Olivier Serre, directeur de la Serre © JPS

On est vraiment sur une dynamique de travail collaboratif avec le seul objectif, d’une part traquer le virus, et d’autre part de casser la chaîne de contamination » Olivier Serre directeur de l’Agence Régionale de Santé

« La chance que l’on a nous c’est de travailler avec les employeurs qui ont une capacité de conviction que l’on n’aurait pas si on restait sur le domaine de la proposition comme on a pu le faire précédemment », poursuit le directeur de l’ARS

Si certains châteaux ont déjà démarré les vendanges avec les règles édictées par la MSA et l’ARS, « le gros des chantiers va débuter là maintenant, donc on a encore un peu de temps, on recueille par un formulaire en ligne toutes les infos nécessaires document auquel l’ARS a accès , en pratiquant des tests au plus près du besoin », commente Fabien Bova le directeur du Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux.

Dans le courant du mois de septembre, il y a 14000 salariés de plus que les salariés habituels, donc ça fait de gros volumes, le pari qu’on a fait avec l’ARS est d’être le plus réactif possible, d’être au plus prêt du terrain, on essaiera de répondre à toutes les demandes », Fabien Bova directeur du CIVB.

Sur le terrain, dès jeudi, le château Bertinerie procédera à la distribution de flacons individuels de gel hydroalcoolique, le port du masque sera obligatoire en dehors des rangs de vigne, vue la promiscuité habituelle des vendangeurs.

Pour les châteaux qui souhaitent aussi faire dépister leurs saisonniers ou salariés : c’est ici le formulaire à remplir

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Ludovic Cagnato et Xavier Granger : 

24 Août

Vendanges au château Carbonnieux : une année particulière marquée par la précocité et des mesures sanitaires

C’est l’une des 4 vendanges les plus précoces pour le château Carbonnieux depuis 1997. Ce matin une troupe d’une quarantaine de coupeurs et porteurs a embauché dès 7h pour ramasser « à la fraîche » les raisins sur différentes parcelles de ce château de Léognan. Reportage en immersion avec la famille Perrin. A voir dans le prochain Côté Châteaux sur France 3 NoA.

Les deux symboles de ce millésime 2020, une belle grappe de sauvignon, tenue par Eric Perrin, dans le contexte de crise sanitaire © JPS

7h, le jour vient tout juste de se lever. Philibert et Eric Perrin, les propriétaires du château Carbonnieux retrouvent leurs vendangeurs : « la température est idéale ce matin », se réjouit Philibert avec un petit 14°C qui tranche de ces matinées de canicule, qui ne descendaient pas en dessous de 20°, et même souvent entre 22 et 24° ces derniers jours…« Pour la conservation des arômes, c’est formidable » « Cette année, c’est exceptionnellement précoce, c’est incroyable », renchérit Eric Perrin son frère aîné, sachant qu’ils ont débuté les premières parcelles mercredi dernier. Là le véritable coup d’envoi est donné.

« Les raisins sont mûrs, il y a un bon équilibre, on renforce ce matin, l’équipe de 15 personnes supplémentaires, fin de semaine on devrait avoir fini les sauvignons, donc tout s’annonce bien, poursuit Philibert.« 

De mémoire de vigneron et de coupeurs ici à Carbonnieux, 2020 fait partie des années les plus précoces, Marie-Josée Denjean qui fait les vendanges depuis 1983 peut en témoigner, elle qui a connu le grand-père ou le père d’Eric et Philibert.

Philibert et Eric Perrin dans leurs rangs de vigne ce matin © JPS

« Quand j’étais enfant, on avait la rentrée scolaire qui était après le 15 septembre et donc on était souvent frustré de ne pas venir goûter à la cuve les premiers jus de raisins », commente Eric Perrin « et puis, dans les années 90 on a commencé à voir les dates de vendange s’avancer, est-ce du au travail de la vigne ou au réchauffement, et on avait les premières vendanges qui se passaient sur les 1ères quinzaines du mois de septembre, là j’ai vécu ce phénomène 4 fois entre 1997, 2003, 2011 et 2020, on a des vendanges qui se situent juste après le 15 août. »

   Cette année est aussi marqué par un autre invité, non désiré celui-là le coronavirus ou tu du moins la menace qu’il fait planer sur les exploitations. Partout sur les tracteurs ou enjambeurs, avec leur bennes, des panneaux récapitulent les gestes barrières et bonnes pratiques que rappelle volontiers Philibert Perrin : « oui c’est une année particulière en organisation, avec plus de temps, de réflexion, des gestes supplémentaires, moins de discussions sur le chantier, le côté convivial face à face pour se raconter ses vacances on essaie de respecter des distances et puis un peu d’inquiétudes des uns et des autres car on voit bien que le virus prend de l’ampleur dans notre région. Tout le monde est très conscient, respectueux pour éviter tout problème. Ils ont aussi installé un camion plateau avec une cuve d’eau claire et des distributeurs de savons et d’eau, donc à chaque fois qu’ils arrivent en bout de rang ils se lavent les mains, et les chefs d’équipe ont des sprays pour leur mettre du gel hydroalcoolique. »

Et alors que les coupeurs ne ménagent pas leur peine, avec ou sans masque, mais en gardant des distances de sécurité, les porteurs eux s’affairent avec leurs casque et ceux qui s’occupent du tri au chai doivent obligatoirement porter un masque…

Andrea Perrin, le fils d’Eric, oenologue au château commente les difficultés pour conserver les arômes des raisins blancs: « en général, les journées comme cela assez longues d’été, on aime bien commencer assez tôt pour pouvoir faire jusqu’à midi les 3/4 de ce que l’on va récolter dans la journée. Cela permet d’approvisionner le pressoir en raisins très frais et au moment du pressurage on va conserver beaucoup plus d’arômes et surtout on va avoir des jus beaucoup plus facile à travailler grâce à la température…ce qui va nous faciliter le process tout au long de la vinification. » 

La nouvelle génération de Perrin au chai avec Andrea et Marc © JPS

Quant à cette précocité dans la maturité : « les équilibres sont là, les acidités, l’alcool, la vigne n’a jamais stressé elle a toujours bien poussé, bien mûri. Mais c’est vrai que l’année dernière on a ramassé le 29 août et là le 18, c’est un phénomène exceptionnel du à l’année. »

Une année qui rappelle aussi un millésime solaire, le 2003, que les 4 Perrin aiment redécouvrir et déguster dans leur grand chai de blancs, à cette occasion de vendanges précoces :  « on retrouve la couleur bien dorée du sémillon mais avec une belle évolution… » selon Philibert. « On avait peur à l’époque d’avoir des combustions d’arômes voire des chutes d’acidité, et là on ne les retrouve pas, renchérit Eric ». « On a une pointe d’acidité et en bouge on a vraiment le sémillon mûr, riche, onctueux, c’est une bonne surprise… », complète Philibert.

Eric, Andrea, Philibert et Marc Perrin, dégustant ce fameux 2003© JPS

Pour Andréa, « oui c’est quand même agréable de pouvoir voir que dans des conditions extrêmes on peut faire des vins qui vieillissent. » Et Marc de conclure : « on voit aussi l’évolution de style, avec la trame commune et les vins d’aujourd’hui, mais avec plus de précision avec la manière avec laquelle on travaille. Et là, c’est un grand vin à associer avec une belle gastronomie, une belle viande blanche et des champignons… »

Comme quoi ces années précoces peuvent être synonymes aussi de grands millésimes, déjà pour les blancs. A confirmer aussi pour les rouges, les merlots sont déjà bien partis, avec une vendange prévue ici à partir du 7 septembre.