31 Mai

François Hollande devrait inaugurer Vinexpo le 14 juin à Bordeaux

Une visite à Bordeaux qui sonne comme un soutien à la filière vin qui en a bien besoin. François Hollande, notre président et chef des armées, qui s’était déjà illustré au salon de l’agriculture avec sa petite phrase sur un vin de Bergerac, va-t-il sortir l’artillerie lourde pour soutenir la filière… « C’est de la bombe, ça » avait-il lancé tout en ajoutant « c’est dans les usines d’armement ! »

François Hollande samedi sur le stand des vins de Bergerac et du Sud-Ouest

François Hollande en février dernier sur le stand des vins de Bergerac et du Sud-Ouest

Côté châteaux confirme que Vinexpo est en contact direct et quotidien avec l’Elysée. La venue du Président de la République est quasiment acquise. Et ce serait pour le dimanche 14 juin au matin pour l’ouverture du salon.

A moins que son agenda ne soit bouleversé, le président Hollande serait ainsi le 1er Président de la République à venir au salon mondial du vin, ce depuis sa création en 1981; cela reste encore à confirmer officiellement par l’Elysée et par la Préfecture de Gironde.

C’est Libération qui a sorti le premier l’info le 18 mai dernier. Une info persistante puisque reprise par La Vigne et Sud Ouest.

François Hollande multiplie ainsi sa tournée des popotes, dans l’hypothèse d’une candidature en 2017, comme son agenda le fait remarquer après une cure de jouvence aux Antilles et à Cuba, revoici notre Président à cheval sur tous les fronts: Libé écrivait le 18 mai: « Le chef de l’Etat «est en mouvement, ce que vous traduisez par « il est en campagne », mais je ne vous le dirai pas», sourit un de ses proches. D’où un programme chargé dans les jours prochains : Limoges (signature du contratde plan Etat-Région, 28 mai), Marseille (climat, 4 juin), Tulle (cérémonie des pendus, 9 juin), Nantes (congrès de la mutualité, 12 juin), Bordeaux (salon Vinexpo, 14 juin) avant le salon aéronautique du Bourget. »

Ironie de l’histoire, François Hollande possible candidat à sa réélection se retrouverait sur les terres d’Alain Juppé candidat déclaré à la primaire à droite.

Du côté de Vinexpo, on reconnait qu’une invitation a bien été envoyée il y a des mois,  et que c’est rentré dans le calendrier élyséen. Mais tant que ce n’est pas confirmé officiellement…

C’est en train de se préciser, on s’y prépare. S’il vient, c’est le dimanche matin à l’ouverture.Vinexpo est en contact direct et quotidien avec l’Elysée » Vinexpo

Mathieu Vanhalst, Anne Cusson, Guillaume Deglise, Laurent Bosse et Richard Guyon © Jean-Pierre Stahl

Mathieu Vanhalst, Anne Cusson, Guillaume Deglise, Laurent Bosse et Richard Guyon, la nouvelle équipe de Vinexpo © Jean-Pierre Stahl

Les chances pour que le Président de la République vienne sont très importantes. On parierait presque sa chemise…C’est vrai que le rappeur Jay-Z était déjà annoncé, mais là il risque de se faire voler la vedette par François Hollande. A moins que ce ne soit Vinexpo qui devienne « the place to be » (comme Bordeaux) avec toutes les nouveautés annoncées le mois dernier.

La venue et ce soutien affiché du Président pour la filière vin sont d’autant bien venus que Vinexpo se cherche un nouveau souffle face à ProWein qui prend de plus en plus d’ampleur ces dernières années. La refonte totale du salon par la nouvelle équipe de Guillaume Deglise doit logiquement redynamiser et ancrer Vinexpo comme étant La Référence Mondiale. Nul doute qu’avec un Président qui aligne les contrats de vente de Rafale, qui s’illustre dans les métaphores avec les usines d’armement, Vinexpo devienne la nouvelle place forte imprenable. Car Vinexpo, « c’est de la bombe, ça ! »

Relire l’article sur François Hollande dégustant un verre de Bergerac rouge: « c’est de la bombe ça…c’est dans les industries d’armement ! »

Revoir l’extrait de François Hollande au salon de l’agriculture:

30 Mai

10ème anniversaire du Week-End des Grands Crus de Bordeaux : ça vaut bien une fête, non ?

Cette année encore, le Week-End des Grands Crus de Bordeaux s’annonce comme étant un grand millésime. De nombreux étrangers et français se sont donnés rendez-vous au Hangar 14 pour passer un bon moment entre la dégustation du millésime 2012 et d’autres vins plus anciens. La fête et le week-end se poursuivent ce soir avec les dîners dans des châteaux prestigieux et demain par des visites dans le vignoble.

 Jérôme Levre,  Jean-Luc Lerognon, Régis Facchin et Eric Lefebvre, de grands amateurs de vin de Bordeaux et du Week-End de l'UGCB © Jean-Pierre Stahl

Jérôme Levre, Jean-Luc Lerognon, Régis Facchin et Eric Lefebvre, de grands amateurs de vin de Bordeaux et du Week-End de l’UGCB © Jean-Pierre Stahl

Avant l’ouverture des portes du H14, ils sont là, le sourire aux lèvres, avec leur valise à leurs pieds. Il est 9h45 et nos 4 compères parisiens sont dans les starting-blocks: Eric Lefèbvre, Régis Facchin, Jérôme Levre, et Jean-Luc Lerognon n’allaient pas louper pareil événement ! D’ailleurs, ce sont plus que des habitués, presque des piliers, en un mot des passionnés…de Grands Crus de Bordeaux. En effet, il n’y a guère que Jean-Luc qui soit le petit nouveau du groupe car il en est à sa 2e édition alors que les 3 autres en sont à 5 ou 6.

Pour les recevoir en grandes pompes (cirées), les propriétaires, maîtres de chais, collaborateurs de 120 châteaux de renoms de Bordeaux. Côté gauche (rive gauche de la Garonne oblige), les Pessac-Léognans leur proposent de déguster leur superbes blancs secs pour commencer la matinée, mais aussi leurs rouges avec le millésime 2012. En blanc sec 2014, Régis Facchin après avoir dégusté quelques propriétés: « manifestement c’est un millésime qui va bien aux blancs, beaucoup de fraîcheur, alors il y a évidemment des différences entre les châteaux mais c’est justement tout l’intérêt de cet exercice. »

Trois figures de Pessac-Léognan: © JPS

Trois figures de Pessac-Léognan: Daina Paulin du château Haut-Bailly, Emilie Gervoson de Larrivet-Haut-Brion, Tristan Kressmann de Latour Martillac © JPS

Parmi les têtes connues, Daina Paulin du château Haut-Bailly, Emilie Gervoson de Larrivet-Haut-Brion, Tristan Kressmann de Latour Martillac ou encore juste à côté Christine Lurton pour La Louvière ou Couhins Lurton.

C’est une boule de neige qui grossit un petit peu tous les ans d’elle-même. Le bouche à oreilles y fait beaucoup dans cette croissance. L’image de Bordeaux est très forte sur les vins, on le sait depuis longtemps, mais cette année avec la synchronisation avec le Fête du Fleuve, ça ne peut pas mieux tomber », Trsitan Kressmann vice-président de l’Union des Grands Crus de Bordeaux.

Qui de mieux qu'un maître de chai pour parler de l'élevage de 12 mois en barriques comme Jean-Luc Chazeau © JPS

Qui de mieux qu’un maître de chai pour parler de l’élevage de 12 mois en barriques comme Jean-Luc Chazeau © JPS

Mais il n’y a pas que ces grandes écuries de ce terroir de Graves, on trouve aussi de grands Sauternes comme château Coutet ou de grands Saint-Estèphe comme château de Pez représenté par son maître de chai Jean-Luc Chazeau qui fait déguster son 2012 mais aussi un plus vieux millésime des années 2000 laissé au choix de la propriété.

De nombreux étrangers profitent des beaux jours de mai pour venir à Bordeaux, et cette année avec le départ de la Solitaire de la Figaro, c’est pour eux carton plein ! L’an dernier, 26 nationalités étaient représentées, cette année il se peut que la diversité soit encore plus grande. Ainsi, nous avons pu croiser de nombreux chinois dont certains sont négociants, d’autres étudiants à l’INSEEC Bordeaux comme Zeng Luyu et Wei Zhe.

16 Thaïlandais venus spécialement pour l'occasion © JPS

16 Thaïlandais venus spécialement pour l’occasion © JPS

Et puis de manière encore plus étonnante, une troupe de 16 Thaïlandais emmenés par Praphan Boonyakiat, avait fait ce long voyage spécialement pour cette occasion unique.

Les vins de Bordeaux sont très populaires dans notre pays. Pour la plupart des gens qui boivent du vin, leur premier choix se porte sur Bordeaux ! » Praphan Boonyakiat, venu de Thaïlande.

Preuve que ce millésime là, ce 10e anniversaire du Week-End des Grands Crus est bel est bien l’événement incontournable ce week-end de la planète vin !

Regardez ce reportage de Jean-Pierre Stahl et Jean-Michel Litvine

Vue imprenable sur le départ de la Solitaire du Figaro avec un verre de vin blanc…

Ce samedi, à 17h, les Blancs Secs de Bordeaux organisent une dégustation exclusive à la terrasse de l’INSEEC au Hangar 18 à Bordeaux. Un apéro convivial au passage des voiliers et pour chanter…oh ! mon bateau !

Capture

Une occasion unique de découvrir les Blancs Secs de Bordeaux désireux de faire connaître la qualité de leurs vins, tout en admirant ce ballet de somptueux voiliers de la Solitaire du Figaro. Ce rendez-vous incontournable permettra aux convives de profiter d’une vue imprenable sur le départ de la course afin d’assister au défilé de ces somptueux voiliers en compagnie d’un bon verre de blanc.

La diversité Blancs de Bordeaux sera à explorer au hasard des rencontres :Bordeaux, Entre-deux-Mers, Graves, Blaye Côtes de Bordeaux, Pessac-Léognan, Graves de Vayres, Côtes de Bourg, Francs Côtes de Bordeaux, Côtes de Blaye, Sainte-Foy Bordeaux et Côtes de Bordeaux Saint-Macaire.

Produits dans tout le vignoble bordelais à partir de Sauvignon et de Sémillon, les vins blancs secs savent aussi s’enrichir d’autres saveurs portées par des cépages typiques telle que la Muscadelle. Frais et aromatiques, des blancs secs vifs et fruités aux blancs structurés et généreux, leurs spécificités ainsi que leurs accords avec des mets variés n’auront plus aucun secret pour les amateurs.Cette démarche initiée par les acteurs de Bordeaux en Blancs symbolise la volonté collective de « porter haut » la couleur des Blancs Secs de Bordeaux afin de faire vivre une expérience unique à tous ceux qui ont soif de découverte.Une rencontre sous le signe de la voile pour partir à la découverte de ces perles de blancs…

Suivez les Blancs Secs de Bordeaux sur les réseaux sociaux #BS2Bx

Ce samedi 30 mai, à partir de 17h, à la terrasse de l’INSEEC au Hangar 18 à Bordeaux (face à l’hôtel Seeko’o).

29 Mai

Quand les étudiants voient la vie en « rosé » , pour le concours 2015 Bordeaux Rosé l’autre rosé

C’était hier soir la remise des prix du 4e Concours Bordeaux Rosé l’autre rosé au palais de la Bourse à Bordeaux. La consécration pour 15 lauréats finalistes, alors que la production de rosé ne s’est jamais aussi bien portée.

Les lauréats Jérémy Marel, Brice Noinski, Delphine Texier et Sandrine Praud de l'IPC 92 dans la catégorie marketing et communication © Jean-Pierre Stahl

Les lauréats Jérémy Marel, Brice Noinski, Delphine Texier et Sandrine Praud de l’IPC Vin dans la catégorie marketing et communication © Jean-Pierre Stahl

Le concours 2015 Bordeaux Rosé l’autre rosé n’était pas un championnat de la biture, ni un concours ouvert aux boit-sans-soifs !

Pas du tout, ce concours nécessitait beaucoup de réflexion et d’imagination pour émouvoir un jury de professionnels du monde du vin ou de journalistes spécialisés.

700 participants pour cette 4e concours Bordeaux Rosé © JPS

700 participants pour cette 4e concours Bordeaux Rosé © JPS

Ce sont ainsi 35 écoles qui ont participé, issues de 4 grandes métropoles: Bordeaux, Rennes, Paris et Toulouse. 330 équipes se sont inscrites soit 700 participants pour au final ne retenir que 15 lauréats. Bigre sélection…

Luc Plissonneau, Hrevé Grandeau, Laurent Marty et Allan Sichel président Union des Maisons de Négoce © JPS

Luc Plissonneau, Hrevé Grandeau, Laurent Marty et Allan Sichel président Union des Maisons de Négoce © JPS

En digne parrain de cette édition, Laurent Marty, le président de l’Union Bordeaux Bègles, a confié à Côté Châteaux qu’il a bien sûr répondu présent car c’est d’abord « un sentiment d’amitié mélée (faut toujours que ces gens du rugby parlent de mêlée…joke) pour Bernard Farges, Christophe Château et Hervé Grandeau qui sont sponsors de l’UBB depuis des années. C’est un plaisir d’être le parrain surtout que les dossiers sont de qualité avec des jeunes qui montrent un certain talent. C’est un vrai plaisir. »

Bordeaux Rosé 052

Et d’ajouter à propos de l’engouement autour du Bordeaux Rosé: « moi, je suis devenu chauvin de Bordeaux, de son rosé qui se développe, il n’a rien à envier à d’autres. A l’avenir, il est appelé à se développer davantage encore donc il faut en faire la promotion car c’est excellent. »

C’est justement l’objet de ce concours national: promouvoir le Bordeaux Rosé auprès d’étudiants de grandes écoles. Un succès grandissant car on dénombre 55% d’inscriptions de plus par rapport à 2014; Bordeaux détenant 41% de  participants et Rennes 36%.

Pour Hervé Grandeau, le président de l’appellation « Bordeaux et Bordeaux Supérieur: « la production de rosé en 2014, ce sont 35 millions d ebouteilles vendues en France et à l’exportation. Ce qui place la France comme le 1er producteur de rosé dans le monde et 1er pays consommateur également. »

Bordeaux Rosé 058

Dans la catégorie Marketing et Communication,  c’est l’IPC Vin qui a raflé la mise avec Jérémy Marel, Brice Noinski, Delphine Texier et Sandrine Praud. Leur projet intitulé « la Renaissance Bordeaux Rosé » visait à conceptualiser un plan de communication par affichage, voie de presse, radio, trend marketing et le digital. Moderniser cette appellation et offrir une communication sur le digital avec les réseaux sociaux ou encore grâce aux QR code qui donnent toutes informations organoleptiques ou sur les vignerons », précisait hier soir Delphine Texier.

Et voici la liste des lauréats dans les différentes catégories:

Marketing-Communication : IPC Vin
– Communication Digitale : HETIC
– Arts Appliqués : ECV
– Aménagement de l’espace : IDAE
– Design Verre : Projet Eclipse: Ecole de Design de Nantes Atlantique
– Prix du Public : Arts Appliqués : STRAT,
Aménagement de l’Espace : Ecole de chez soi.
Et en avant-première, voici Bordeaux Rosé Saison 4 réalisé par Luc Plissonneau ( le Clip du Bordeaux Rosé ose le Slam du Viticulteur. Un viticulteur qui évoque ses inspirations, tout en fantaisie et en clin d’oeil)
(l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération)

Le restaurant panoramique du 7e étage de la Cité des Civilisations est confié à Nicolas Lascombes

Ca se précise… Le restaurant du 7e ciel est confié au restaurateur bordelais Nicolas Lascombes de la Brasserie Bordelaise, tandis que le bar à vins, la boutique de vins et la restauration rapide seront dirigés par le groupe Arom.

Nicolas Lascombes de la Brasserie Bordelaise avec Marion Reculet du château le Camplat © JPS

Nicolas Lascombes de la Brasserie Bordelaise avec Marion Reculet du château le Camplat lors de Blaye au Comptoir 2015 © Jean-Pierre Stahl

L’offre de services de la Cité des civilisations du vin se précise : les deux lots concernant les commerces de bouche et la restauration de la Cité des civilisations du vin ont été désignés.

Au 7ème étage, l’exploitation du restaurant panoramique est confiée au restaurateur bordelais Nicolas Lascombes, avec le soutien du groupe Arom présidé par Didier Oudin, récemment désigné traiteur du Nouveau Stade de Bordeaux. Le Groupe Lascombes Développement exploite à ce jour la Brasserie Bordelaise, le Bouchon du Ferret & L’Hôtel de la Plage au Cap Ferret, Le Comptoir du Port à Arcachon et dernièrement la Terrasse Rouge au Château la Dominique à Saint Emilion.

Lieu de vie, d’échanges et de culture, l’offre de services de la Cité des civilisations du vin sera basée sur une colonne vertébrale forte : le vin, dans son universalité, sa singularité et sa diversité. Dans ce lieu unique, les différents espaces de restauration et de commerce se répondront, comme autant de traits d’union multiples. Dans les prochains mois, les concepts forts de ces espaces seront dévoilés, ainsi que l’offre complète de la Cité des civilisations du vin.

Avec Cité des Civilisations du Vin.

28 Mai

Cannes : quand les stars et le jury tirent leur révérence au wine bar de Mouton Cadet

En clôture du 68e Festival de Cannes, la fête s’est poursuivie au Mouton Cadet Wine Bar. Tous les membres du jury se sont retrouvés pour un cocktail de clôture, pour fêter les récompenses et se fixer rendez-vous à l’année prochaine.

m

Les membres du jury du 68e Festival de Cannes au © Mouton Cadet Wine Bar dans l’enceinte du Palais des Festivals

Ils étaient tous là au Mouton Cadet Wine Bar:  Joel et Ethan Coen, Rossy De Palma, Sophie Marceau, Sienna Miller, Rokia Traoré, Guillermo Del Toro, Xavier Dolan et Jake Gyllenhall ont eu le privilège de déguster des grands vins. Le Jury 2015 a pu profiter de l’art d’être reçu à la française dans l’espace Mouton Cadet, vin officiel du Festival de Cannes.

Histoire de fêter également la palmes d’or de Jacques Audiard, le cinéaste français, récompensé pour « Dheepan », le prix d’interprétation masculine pour Vincent Lindon pour « la loi du marché ou encore celui d’Emmanuelle Bercot comme prix d’interprétation féminine dans « Mon Roi ».

 

 

27 Mai

Le château d’Issan a rendu hommage à Aliénor d’Aquitaine dans le cloître de l’Abbaye de Westminster

Un vibrant hommage au coeur de Londres, à l’occasion d’un dîner exceptionnel. Le château d’Issan a convié une cinquantaine d’amis britanniques dans le cloître de l’Abbaye de Westminster en l’honneur d’Aliénor d’Aquitaine qui s’est uni à Henri Plantagenêt, en buvant du vin du château d’Issan (anciennement Lamothe-Cantenac).

Un dîner hommage à Aliénor d'Aquitaine dans le "cellarium" de l'Abbaye de Westminster © château d'Issan

Un dîner hommage à Aliénor d’Aquitaine dans le « cellarium » de l’Abbaye de Westminster © château d’Issan

863 ans ont passé…Mais le Grand Maître n’a pas oublié. Grand Maître de la Commanderie du Bontemps mais aussi propriétaire du château d’Issan, Emmanuel Cruse a tenu à rendre hommage à la célèbre Aliénor d’Aquitaine dont les noces avec Henri Plantagenêt furent célébrées le 18 mai 1152. 

Les vins servis au cours du dîner provenaient des Vignobles Lamothe-Cantenac qui devinrent plus tard, le Château d’Issan. Le mariage a uni les régions de France, l’Aquitaine, l’Anjou et la Normandie en vertu d’une règle, et ainsi a commencé la longue implication des Anglais dans la région du vin la plus célèbre de France, Bordeaux. Une histoire commune qui a pesé dans le développement des vins de Bordeaux.

Emmanuel Cruse, à l'initiative de cette soirée offerte par le © château d'Issan

Emmanuel Cruse, à l’initiative de cette soirée offerte par le © château d’Issan

Aussi le 18 mai dernier, le Château d’Issan a convié une cinquantaine d’amis britanniques à un dîner exceptionnel qui se tenait dans le Cloître de l’Abbaye de Westminster. 863 ans plus tard, le Château d’Issan, Grand Cru Classé en 1855 de Margaux, a décidé de célébrer cet anniversaire au coeur de Londres, à l’Abbaye de Westminster, célèbre pour accueillir les mariages et les couronnements de la Famille Royale d’Angleterre.

Ce dîner confidentiel s’est tenu dans le « Cellarium » (cellier) de l’abbaye, là où les moines avaient l’habitude de conserver leurs vins.
Une seule et grande table a réuni l’ensemble des distributeurs historiques pour partager cette expérience exclusive.
Tout au long du dîner ont été servis :
– Double Magnum de Château d’Issan 2005
– Jéroboam de Château d’Issan 2000
– Impériale de Château d’Issan 1990
– Impériale de Château d’Issan 1985

La devise du Château d’Issan « Regum Mensi Aris Que Deorum » – « Pour la table des Rois et l’autel des Dieux » est gravée dans la pierre du Château d’Issan et sur son étiquette, une devise qui devait résonner ce soir-là dans la tête d’Emmanuel Cruse et dans ce fameux « cellarium »…

26 Mai

Saussignac, une petite appellation de liquoreux qui mérite le détour…

Saussignac est certainement l’une des plus intimistes des appellations de Bergerac, elle est située dans le Périgord Pourpre entre Bordeaux et Sarlat. Une appellation de liquoreux qui vise l’excellence avec un cahier des charges contraignant  et un degré de ramassage de minimum 17°

Olivier et Mireille Roches du château le Tap © Jean-Pierre Stahl

Olivier et Mireille Roches du château le Tap © Jean-Pierre Stahl

Ils ne sont que 30 vignerons à produire environ 400 hectolitres à l’année de ce vin liquoreux sur 30 hectares.

Olivier Roches, dans ses vignes, devant le château de Saussignac du XVIe siècle © JPS

Olivier Roches, dans ses vignes, devant le château de Saussignac du XVIIe siècle © JPS

Olivier Roches, propriétaire depuis 2001 du château le Tap à Saussignac (12 ha) est le nouveau président de l’appellation. Il a succédé à l’anglais Richard Doughty de château Richard: « c’est une appellation élitiste de liquoreux. On est une trentaine de vignerons à en faire »

Et Olivier Roches d’ajouter : « Saussignac, c’est une petite appellation, dont le nouveau cahier des charges a été validé en 2005. Des liquoreux avec une belle fraîcheur et une belle acidité, qui se ramasse à minimum 17°. Il n’est pas rare d’en trouver à 20-22°en degrés de ramassage. C’est des vins « plaisir ! On peut les apprécier en apéritif, ou sur du foie gras ou bien sûr sur des desserts. »  

Il fait partager sa passion avec son épouse Mireille en recevant les vacanciers au château le Tap et en leur faisant déguster leur Saussignac et d’autres vins de Bergerac dans leur chai ou dans les 2 gîtes qu’ils tiennent « le petit chai » et « le grand chai » , ce dernier restauré en matériaux écologiques.

Parmi les figures de l’appellation, il y a aussi Pascal Cuisset. Impossible de louper ce beau gabarit qui est par ailleurs est l’un des piliers de la Bamdas officielle des vins de Bergerac avec son tuba: In Vino Veritas.

Pascal Cuisset et Richard Craven, l'entente cordiale entre la France viticole et la Grande-Bretagne qui déguste © JPS

Pascal Cuisset et Richard Craven, l’entente cordiale entre la France viticole et la Grande-Bretagne qui déguste © JPS

Pascal Cuisset ne paie pas de mine mais il est certainement l’un des plus connus à l’étranger: dans sa salle de dégustation trône fièrement un tableau du Prince Charles, grand amateur de liquoreux et notamment du château des Eyssards en Saussignac. Il y a d’ailleurs un British, Richard Craven (en Dordogne depuis 15 ans) que l’on croise, il est venu se ravitailler en blanc de Bergerac et s’exclame: « oh, le Prince de Galles. Le Prince Charles appriciate les vins de cette région beaucoup ! »

Saussignac 010

Pascal Cuisset exporte pas moins de 80% dont 100000 bouteilles au Japon. Mais il fait  surtout ses volumes avec les autres vins de Bergerac: « le marché des liquoreux est un petit marché et les productions restent aléatoires en raison des événements climatiques, donc on peut certaines années réussir et certaines années tout perdre (il avait été grêlé au soir du 2e jour de vendanges fin septembre 2013). Donc on ne peut pas jouer que sur une couleur comme le Saussignac. C’est vrai que les volumes on les fait surtout avec du Bergerac sec et on travaille essentiellement le sauvignon blanc. »

Les plus gros volumes sont encore réalisés par la cave coopérative de Sigoulès. Avec ses 94 adhérents, les Vignerons de Sigoules viennent d’investir dans cette cuverie de vinification en rouge et en blanc. Quant au Saussignac, cela ne représente pour eux que 200 à 300 hectolitres par an à rapporter à leurs 50000 hectolitres produits au total sur 880 ha.

Lionel Candeau, le maître de chai explique toutefois l’importance du Saussignac pour leur cave: « c’est vrai que c’est un peu le paradoxe, on produit 50000 hectolitres de vins dont une toute petite part de Saussignac, mais c’est une part importante, un produit de niche que l’on veut développer. »

Nul doute que ce nectar d’une grande qualité, déjà en bonne place chez les cavistes et les particuliers, trouvera des débouchés dans la grande distribution et se fera une renommée internationale, avec ce nom tellement rigolo à entendre dans la bouche des anglais…

25 Mai

Un très ancien pressoir à raisins datant de 1400 ans découvert à Jérusalem-Est

Une étonnante découverte dans un quartier de colonisation de Jérusalem-Est. L’Autorité israélienne des Antiquités a annoncé la découverte d’un pressoir à raisin datant de 1.400 ans, mis au jour par un adolescent israélien.

Le site à Jérusalem-Est et le pressoir vieux de 1400 ans © inewstv

Le site à Jérusalem-Est et le pressoir vieux de 1400 ans © inewstv

Un jeune garçon israélien et ses amis, âgés de 13 ans, amateurs d’archéologie, ont découvert un pressoir de 1400 ans à Jérusalem, a rapporté lundi le quotidien israélien Haaretz. Selon certaines sources, c‘est une femme promenant son chien dans le quartier de Neve Yaakov qui a alerté les autorités après avoir vu des fouilles archéologiques récentes près de chez elle, d’autres relatent que c’était un homme faisant son jogging qui a donné l’alerte.

Le site avait pratiquement entièrement été fouillé et déterré par les jeunes. Selon Haaretz, « les inspecteurs qui sont arrivés sur les lieux ont vite compris que quelqu’un avait auparavant opéré des fouilles méthodiquement et avec soin, » en dépit de l’Autorité des Antiquités d’Israël qui n’autorise pas les fouilles « privées ».

L’outil de presse du vin mesure 5 mètres sur 5 et a été sculpté dans la pierre des collines de Jérusalem dans le quartier de Neve Yaakov. Amit Reem a déclaré qu’il remontait au sixième ou septième siècle mais aucune date précise n’a encore été déterminée.

«Cette histoire nous a touchés, mais il faut savoir que toute fouille archéologique sans contrôle peut détruire des antiquités importantes», a déclaré Amit Reem, archéologue de l’Autorité des antiquités, selon le communiqué de cet organisme.

Il a précisé avoir invité les jeunes archéologues amateurs à participer à des fouilles sous le contrôle de professionnels.

 

 

17e Médocaine VTT : une ambiance déguisée et déjantée dans les vignes

Une fois de plus un franc succès et une belle réussite, cette organisation de la 17e Médocaine VTT. Ils étaient plus de 6500 vététistes à sillonner samedi les chemins des châteaux du Médoc avec au choix des circuits de 20 à 80 km. Le tout déguisé…

Quand on voit dit qu'il y a de la mauvaise humeur  à al Médocaine VTT !!!

Quand on voit dit qu’il y a de la mauvaise humeur à al Médocaine VTT !!! © Philippe Roy

Margaux, Moulis, Listrac, Haut-Medoc et Bordeaux, des animations et des dégustations dans près de 20 châteaux. la Médocaine VTT avait des airs de fête d’autant que les concurrents avaient eu recours aux déguisements digne du carnaval de Rio !

medocchate

Ainsi des tribus d’infirmières, des « Super Mario », des hippies, les 101 dalmatiens, des canettes et même les YMCA, voici les quelques images fort sympathiques qu’ont donné les participants.

medocainevtt

Un doux délire qui fait de ce rendez-vous désormais un succès international avec la présence de randonneurs anglais, allemands, belges, danois et même brésiliens. Le cortège coloré a traversé les châteaux prestigieux, goûté avec modération dans ces propriétés traversées et a découvert les paysages du Sud-Médoc qui vont des bords de Garonne aux propriétés viticoles les plus célèbres.

medoc

6500 randonneurs au total ont parcouru les chemins et routes du Médoc, à l’occasion de la plus grande randonnée VTT française sur un jour ! Sur les 7 circuits de 20 a 80 km de l’épreuve girondine, ils ont pédalé, chanté et dégusté dans les propriétés de cinq appellations viticole de renom, Margaux, Moulis, Listrac, Haut-Medoc et Bordeaux. Une epreuve unique en son genre entre fête, sport et oenotourisme.

benevoles

Un événement qui doit aussi son succès grâce à la mobilisation de 750 bénévoles, la population des 13 communes traversées sans compter les propriétaires des châteaux, maîtres de chai, ou simples ouvriers qui se sont investis pour la réussite de cette journée si particulière et originale.

Photos Philippe Roy