14 Mai

Bernard Magrez, l’homme aux quatre crus classés, qui tutoie l’excellence

Bernard Magrez, autodidacte, 102 ème fortune en France, est aujourd’hui propriétaire de 4 grands crus classés en Médoc, Graves, Saint-Emilion et Sauternes. Une réussite exceptionnelle. Parole d’expert a réalisé l’entretien du mois avec ce passionné de vin, d’antiquités et d’art (propriétaire du Centre Culturel Bernard Magrez). Un homme exigeant qui vise constamment l’excellence.

Bernard Magrez

Bernard Magrez, un exemple de réussite à la française @ Didier Bonnet – France 3 Aquitaine

Jean-Pierre Stahl: « Bernard Magrez, aujourd’hui vous possédez plus de 40 châteaux à travers le monde, en France et en particulier à Bordeaux, mais vous êtes le seul à posséder 4 grands crus classés. Est-ce une reconnaissance supplémentaire ? »

Bernard Magrez : « Les Grands Crus Classés, c’est Bordeaux. Il y a eu 1855, sous Napoléon III, qui a créé ce classement. Auparavant, il y avait un prestigieux voisin d’ici, le château Haut-Brion qui dans les années 1660 s’est fait connaître comme un vin de grande qualité. Et donc l’image des Bordeaux de grande qualité a commencé à cette époque-là et s’est confirmé en 1855.

D’abord j’avais eu le château Pape-Clément, en 2000 j’ai acheté le château la Tour Carnet qui était un grand cru classé; il y a deux ans, on a présenté le château Fombrauge au classement de Saint-Emilion, et il a été classé, déjà j’avais vu combien c’était dynamique au niveau de l’image, au niveau de la vente, de la connaissance et de la reconnaissance de la signature et des crus en question; et quand une certaine famille, propriétaire du Clos Haut-Peyraguey a voulu céder, par chance, on a été informé, et je me suis dit, ça c’est une bonne initiative, et nous sommes les seuls à Bordeaux à posséder 4 Grands Crus Classés. »

Et quand vous êtes à Shanghai, à Pékin, ou ailleurs, les Chinois, dans des soirées de dégustations, avec le doigt, viennent et demandent (en montrant) ou est marqué Grand Cru Classé ? C’est un accélérateur d’image, de sérieux et de crédibilité. », selon Bernard Magrez

JPS: « C’est quelque chose qui rayonne dans certains pays plus que d’autres ? »

BM: « Incontestablement ça rayonne partout, et encore plus dans certains pays émergents, dans la mesure où il n’ont pas conscience du passé. Par conséquent, la mention Grand Cru Classé a un pouvoir de crédibilité et c’est aussi statufiant: si vous m’invitez et que je vais chez vous avec une bouteille de grand cru classé, moi ça va flatter mon égo et vous, vous, je vais vous montrer que je vous prends en considération. Il y a l’effet statufiant qui s’ajoute à l’effet crédibilité qualitative. »

20140512_173102_resized_1

Château Pape-Clément, en Pessac-Léognan @ Jean-Pierre Stahl

BM: « Moi, je ne suis pas héritier, donc j’ai créé cela petit à petit. Vous savez que j’ai commencé dans les spiritueux, dans une entreprise où il y avait 3 personnes, on faisait du porto simplement…Donc, je n’ai pas de passé, c’est clair, je n’ai pas le passé des grandes familles de Bordeaux, et donc c’est un accélérateur de reconnaissance. »

JPS: « Aujourd’hui, vous êtes quelqu’un d’entreprenant, vous n’arrêtez pas d’entreprendre (Bernard Magrez est âgé de 77 ans), quels sont vos prochain projets ? »

BM: « Mon prochain projet, c’est jeudi (demain), je vais en Espagne visiter des vignobles. Vous savez que l’Espagne a une image de plus en plus prépondérante, qualitative. Les prix sont compétitifs, les qualités sont belles. On a déjà deux vignobles là-bas, peut-être qu’on en aura un troisième…

Il y a cet hôtel que l’on monte à Bordeaux, de 6 chambres, en face de la fondation Bernard Magrez. Et Joël Robuchon avec qui je suis très lié m’a dit: « il te faut un bon cuisinier ? Et bien, le bon cuisinier, ce sera moi et à nous les trois étoiles. »

JPS: « Lui, comme vous, aujourd’hui, vous tutoyez l’excellence ? »

magrez

Joël Robuchon, l’homme au 26 étoiles au Michelin et Bernard Magrez, l’homme au 4 Grands Crus Classés @ Michel Bouilliez – France 3 Aquitaine (2010)

BM: « Lui avant moi, bien avant moi ! Il a commencé, il a soixante et quelques années, il a commencé dans la grande cuisine, il y a bien longtemps. Il était séminariste d’ailleurs, c’est assez amusant. Et il a 17 restaurants. Il en monte un à Bombay, un autre en Asie et il en remonte un à New-York et un autre à Genève. Donc, c’est un homme qui va se retrouver en janvier, avec 22 restaurants et il a à ce jour 26 étoiles au Michelin ! Donc, il a montré le sens de l’excellence bien avant moi qui ai commencé dans les spiritueux, qui n’avait pas l’aura des restaurants, bien entendu. »

JPS: « Alors, il y a un drone que vous avez acheté, qui s’appelle « Vers l’Excellence », est-ce un gadget, pour vous ? »

BM: « Ce n’est pas un gadget. C’est quelque chose que l’on a découvert dans des vignobles que l’on avait en Languedoc. On a fait une expérience la-bas qui était très positive. Vous savez qu’aujourd’hui la gestion par parcelle est très importante, donc ça nous permet de mieux gérer la vigne, par micro-parcelle et le drone nous permet ainsi de faire des segmentations. Il faudrait bien une heure pour vous expliquer tout cela. D’ailleurs, je ne me fais pas beaucoup d’illusions, dans quelques années à Bordeaux, beaucoup auront des drones et tant mieux car ça améliore la qualité. Mais ce n’est pas du tout un gadget, c’est quelque chose nécessaire pour la vigne ! »

Le site officiel de Bernard Magrez

Entretien à voir ci-dessous, réalisé par Jean-Pierre Stahl et Didier Bonnet 

A revoir également le magazine des primeurs 2009 avec Bernard Magrez et Joël Robuchon par Jean-Pierre Stahl et Michel Bouilliez

 

2 thoughts on “Bernard Magrez, l’homme aux quatre crus classés, qui tutoie l’excellence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *