13 Fév

Dégustation du nouveau millésime 2014: rencontre avec les blancs de Bordeaux

Première dégustation des blancs de Bordeaux, de tous les blancs -sauvignon, sémillon, d’assemblage, boisés- marquant la sortie du millésime 2014.

En pleine saison des sports d’hiver, les blancs de Bordeaux ont décidé de bouder les pistes ce jeudi soir. Il faut dire qu’ils ont bien mieux à faire qu’une descente tout schuss: une dégustation dans les règles de l’art du nouveau millésime 2014 au Bar à Vin du CIVB à Bordeaux de 16 h à 19h.

Marc Médeville, vice-président du syndicat des Bordeaux et Bordeaux Supérieur, résume le concept voulu pour cette 1ère présentation du millésime 2014 en blanc: 

Il n’y a pas de champion ici, l’idée c’est de voir la diversité de l’offre » Marc Médeville, vice-président du syndicat viticole Bordeaux et Bordeaux Supérieur

Tous les blancs de Bordeaux sont là sans hiérarchie en effet: Bordeaux, Entre-Deux-Mers, Côtes de Bordeaux, Graves et Pessac-Léognan. Quatre spots de dégustation ont été savamment disposés dans la grande salle du bar à Vins du CIVB: vins à dominante sauvignon d’un côté, vins à dominante sémillon de l’autre, vins d’assemblage sauvignon-sémillon et les blancs boisés…

Dominique Guignard du château Roquetaillade la Grange, également président du syndicat des vins de Graves, rappelle que « 2014 a été sauvé des eaux…on a eu un mois de septembre extraordinaire, il a fallu faire des tris. On a eu des vendanges de qualité mais avec de très petits rendements: 35 hectos/hectare alors qu’habituellement on fait 40-45. »  Et de commenter la dégustation du blanc du château de Cérons: « on est sur de la pomme, de l’acidulé, il y a du gras, c’est un typique vin de Graves »

Jonathan Ducourt du château Beauregard-Ducourt dans l'Entre-Deux-Mers © JPS

Jonathan Ducourt du château Beauregard-Ducourt dans l’Entre-Deux-Mers © JPS

Représentant l’Entre-Deux-Mers, Jonathan Ducourt fait déguster son château Beauregard-Ducourt 2014 sauvignon-sémillon: « 

C’est fruité, c’est vif, moins vif toutefois que le 2013 mais plus de rondeur et plus de gras, » Jonathan Ducourt château Beauregard Ducourt

« On a ce côté sauvignon bien pétant au niveau arômes.C’est un vin avec une belle acidité. On le vend sur deux-trois ans; actuellement on livre au Japon du 2012, le sémillon se révèle et donne des notes de miel… »

Dans l’assistance, de nombreuses têtes connues de la place de Bordeaux, viticulteurs, négociants, syndicats viticoles ou journalistes spécialisés. Vincent Cruège, oenologue, directeur communication et marketing en charge des vignobles d’André Lurton est fier de présenter château Bonnet, 1 million de bouteilles produites dans l’Entre-deux-Mers (7500 hectolitres): « le 2014, on l’aime beaucoup, on est sur les agrumes, le pamplemousse, l’ananas, les fleurs blanches…beaucoup de longueur et le sémillon lui apporte une note complexe, fumée même. Tout cela est assez harmonieux. » 

Du côté des blancs boisés, Philibert Perrin du Château Carbonnieux et Gauthier Briest de Haut-Nouchet à Martillac présentent leur 2013. car l’élevage en barrique prend environ 12 mois (parfois moins, 8 mois), alors que les blancs tradis ne sont gardés qu’entre 1 et 5 mois en cuve inox.

Gauthier Briest et Philibert Perrin © JPS

Gauthier Briest et Philibert Perrin © JPS

Pour Philibert Perrin, propriétaire avec son frère Eric du château Carbonnieux: « 2013, c’est déjà 1/3 de volume en moins. 75% sauvignon – 25% sémillon, élevé en barrique jusqu’en juin et mis en bouteille en novembre. C’est vif, arômatique, il y a de la fraîcheur et de l’acidité.Ca s’est bien passé pour les blancs, on les a vendangé à bonne maturité. les amateurs vont se faire plaisir car c’est super. »

Pour Gauthier Briest qui a acheté le château Haut-Nouchet à Martillac en 2008 et qui travaille avec Derenoncourt Consultants: « On fait des vendanges par tri entre 2 et 4 passages; on fait un pressurage direct en grappes. On a poussé les maturités. Toutes les fermentations se font en barriques. On utilise principalement des barriques de 400 litres comme en Bourgogne. On a beaucoup plus de complexité et de finesse, le boisé est plus fondu ».

Les blancs de Bordeaux sortent toujours à la fin de l’hiver et au printemps pour permettre de ne pas louper la saison car ils sont bien évidemment très appréciés l’été à l’apéritif ou au cours des repas. Une campagne à ne pas manquer.

(L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *