10 Juil

Les Bordeaux et Bordeaux Supérieur changent de peau !

Avec l’été, certains se déshabillent, d’autres se rhabillent… C’est le cas des « Bordeaux et Bordeaux Supérieur » qui lancent leur nouvelle campagne de communication du Syndicat des Bordeaux et Bordeaux Supérieur : « Bienvenue sur la planète Bordeaux ».

Campagne-bouteille-1016x683-copieLe Syndicat des AOC Bordeaux & Bordeaux Supérieur ne dort pas, à l’image de son dynamique président Hervé Grandeau à l’origine avec son équipe de cette nouvelle peau pour leur Bordeaux.

Et pour bien démarrer l’été, rien de telle qu’une belle visibilité ! Ainsi les Bordeaux et Bordeaux Sup affichent une nouvelle campagne de communication « résolument moderne et dans l’air du temps » en ce début d’été.

Pour se démarquer et répondre aux nouvelles attentes des consommateurs, une stratégie de promotion offensive a été mise en place pour valoriser les 7 Appellations avec une ligne de conduite colorée et décomplexée. Il est vrai que les Bordeaux et Bordeaux Supérieur évoluent sur un marché Complexe et concurrentiel. Il ont commercialisé 2,7 millions d’hectolitres en 2015.

Et voici les messages pensés et apposés respectivement sur chacune des 7 appellations:

  • Bordeaux Supérieur Rouge : Bien élevé à tous points de vue
  • Bordeaux Rouge : Rester simple c’est tout un art
  • Bordeaux Rosé : Le Vin gourmand des bonbons moments
  • Bordeaux Blanc : La fraîcheur a trouvé sa couleur
  • Bordeaux Supérieur Blanc : Le vin qui affiche sa douceur
  • Crémant de Bordeaux : Il met la table en effervescence
  • Bordeaux Clairet : Pourquoi hésiter entre rouge et rosé ?

Bref à chacun sa couleur, mais aujourd’hui pour la finale, c’est « bleu, blanc, rouge » !

(L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération)

09 Juil

« Marche à pied de vigne » : un voyage au coeur des vignobles jusqu’en Crête, la terre des ancêtres de Jean-Pierre Xiradakis

Jean-Pierre Xiradakis est ce grand chef bordelais chez qui de nombreux politiques et peoples aimaient se restaurer. A la veille de sa retraite, il a entamé en septembre dernier un voyage insolite d’un mois qui l’a mené à pied de l’Entre-Deux-Mers en Gironde jusqu’en Crête, la terre de ses aïeuls. Il partage dans ce livre ses goûts pour les cépages, parfois insolites, et ses rencontres avec des producteurs passionnés.

Xiradakis 006

C’était l’année dernière au mois de septembre. Jean-Pierre Xaradakis longtemps sous les feux de ses fourneaux mais aussi des projecteurs (on ne compte plus les Juppé, Chirac, Sarkozy, et autres stars comme Vincent Lindon et Johnny Halliday qui ont déjeuné ou dîné à la Tupina) s’est lancé dans un défi, à la veille de sa retraite : rejoindre la terre de ses ancêtres, la Crête, en passant par de nombreux vignobles et en donnant son point de vue sur « les cépages, les vins « nature » et les cépages originels. »

Il faut dire que JPX, restaurateur et propriétaire de la Tupina depuis 1968, est un vrai marcheur, arpentant de nombreux sentiers de randonnée, traversant les vignobles (qui sont en dehors de la cuisine son autre grande passion) mais jamais plus de 3 ou 4 jours d’affilée.

Il est ainsi parti de Saint-Ferme dans l’Entre-Deux-Mers, est passé par la Dordogne, le Lot-et-Garonne, le Lot, le Tarn, puis les Bouches du Rhône, le Gard, le Var et les Alpes-Maritimes pour arriver bien sûr en Italie.

« Ce n’est pas que de la balade, c’est aussi le retour aux sources en Crête où tous les Xiradakis sont issus » confie à Côté Châteaux Jean-Pierre Xiradakis. On le suit pas à pas dans ces régions viticoles, où il livre à coeur ouvert ses réflexions, souvenirs et autres expériences dans « Marche à pied… de vigne », publié chez Féret.

Il nous fait découvrir de nombreuses personnages comme Alain Dutournier, autre grande figure de la gastronomie française, un fier gascon monté il y a plus 40 ans à Paris pour y faire une cuisine de caractère mais il s’est engagé aussi dans la production de vin « formidables » :avec le projet Terre de Vénus, l’objectif est de « faire du vin de lambruche ou lambrusque (vignes sauvages) sur un site préhistorique » celui de Brassempouy, entre Bordelais et Pyrénées, connu pour la découverte d’une petite statuette en ivoire d’environ 23000 ans.

Alain, le boucher, Jean-Pierre Xiradakis, et Gilles l'éleveur

Jean-Pierre Xiradakis, lors de la Tue-Cochon un événement qu’il a créé à Bordeaux rue Porte-de-la-Monnaie, ici en mars 2015 avec ses amis bouchers © JPS

Les cépages pour ces hommes, ces terriens, qu’il rencontre ont une réelle importance: ces vieux « tannat », ces « carignan », « grenache » et autre « syrah » vendangés à la main traduisent le travail de l’homme :

Le vin est enfant du sol et de la sueur des hommes » Jean-Pierre Xiradakis

Il y a aussi cette rencontre avec Hervé, meilleur sommelier de France, viticulteur paysan dans les Corbières avec le « Clos des Fées » qui ne veut plus être dans le degré, mais créer des vins moins alcoolisés, « le vin du seigneur, le vin originel » : « quand les gens goûtent ils tombent à la renverse » c’est la cuvée baptisée « modeste » un « vin simple, gourmand, carmin rouge à violacé, lilas, un jus de fruit à 12°. »

Un peu plus loin en Italie, c’est la Ligurie avec ses cépages abondants le « vermentino » (en blanc), le « sangiovese » (en rouge) dont l’étymologie du nom sangis lovis signifierait « sang de Jupiter » très présent dans toute l’Italie. On y découvre le vignoble de Cinque Terre qui produit des vins originaux sur des pentes abruptes avec des « vignes en espalier chouchoutées comme des jardins ».

Ce voyage en 12 chapitre est très agréable à parcourir au bord de la plage ou d’une piscine, pourquoi pas avec un petit verre à la main (mais avec modération, l’ami bien français) ; un voyage qui nous mène enfin au « berceau » en Crête . Ici Jean-Pierre Xiradakis vous fait découvrir encore des « cépages indigènes » comme l’Athiri et le Roditis pour les blancs, le Limnio et le Xinomavro pour les rouges, des cépages préservés qui cohabitent avec les plus répandus Chardonnay, Syrah et Cabernet…

L’auteur vous invite à déguster cet itinéraire comme si vous savoureriez un bon plat ou un bon vin, « notre marcheur se met à nu et se dévoile pour renouer avec son passé, ses racines et cette île qui a porté ses ancêtres. »

« Marche à pied… de vigne » par Jean-Pierre Xiradakis aux éditions Féret, 17,50 € dans toutes les bonnes librairies et notamment dans la toute nouvelle la librairie Féret et de la Comédie à Bordeaux.

08 Juil

Les Vignerons de Tutiac portent chance à l’équipe de France

Ils avaient affiché la couleur et même la drapeau tricolore. Remontés comme le coq français, les Vignerons de Tutiac avaient redressé leur crête et sorti l’artillerie lourde pour soutenir l’équipe de France. Et ce fut la victoire 2-0 face à l’Allemagne et la qualification pour la finale contre le Portugal.

#ALLEZLESBLEUS par les © Vignerons de Tutiac

#ALLEZLESBLEUS par les © Vignerons de Tutiac

Souvenez-vous, ces vignerons de Tutiac avaient fait boire ou plutôt déguster notre président lors de sa visite à Vinexpo en 2015 lors du déjeûner à Tutiac . Il en restait quelque chose hier avec un président très en forme.

Mais d’autres verront aussi les vertus des vins de Bourgogne sur le meilleur buteur de cet euro 2016. Antoine Griezmann est en effet originaire de Mâcon, où l’on fait également d’excellents vins.

Allez les bleus ! It’s great, Noël !

07 Juil

Fondation Philippine de Rothschild : le premier prix Clerc Milon de la Danse récompense deux jeunes talents de l’Opéra National de Bordeaux

C’était un événement rempli d’émotions, ce mercredi soir, au château Clerc Milon à Pauillac. Les enfants de la Baronne, Camille et Philippe Sereys de Rothschild, ainsi que Julien de Beaumarchais de Rothschild, ont rendu hommage à leur mère en créant le Prix de la Danse Clerc Milon. Un écho à la passion que consacrait Philippine de Rothschild aux arts et lettres, elle-même, ancienne sociétaire de la Comédie Française.

Ashley Whittle, le premier dans eur a être primé par le Prix Clerc Milon avec Julien de Beaumarchais de Rothschild et la présidente Brigitte Lefèbvre © JPS

Ashley Whittle, le premier dans eur a être primé par le Prix Clerc Milon avec Julien de Beaumarchais de Rothschild et la présidente Brigitte Lefèbvre © JPS

Ils sont jeunes et plein de talent. Ashley Whittle, jeune anglais de 25 ans, et Claire Teisseire, 23 ans, tous deux danseurs au ballet de l’Opéra National de Bordeaux Aquitaine, sous la direction de Charles Jude, viennent d’être récompensés par le 1er Prix Clerc Milon de la Danse (fondation Philippine de Rothschild).

Les deux lauréats, la famille Rothschild, les trois membres du jury, Charles Jude directeur der la Danse, Laurence Dessertine et Marc Minkowski présidente et directeur de l'ONBA.

Les deux lauréats, la famille Rothschild, les trois membres du jury, Charles Jude directeur der la Danse, Laurence Dessertine et Marc Minkowski présidente et directeur de l’ONBA.

« Qui a eu l’idée de la fondation ? » Peu importe, ce qui est important c’est ce qu’on en fait », a déclaré Philippe Sereys de Rothschild dans son discours introductif. La vente aux enchères à Hong-Kong, organisée par Sotheby’s de 834 bouteilles de Château Mouton ­Rothschild venues directement de la propriété, avait permis de réunir 3,6 millions d’euros pour financer notamment la Fondation ­Philippine de Rothschild.

Claire Teisseyre et Kase Craig dans Adage 2e acte du Lac des Cygnes © JPS

Claire Teisseyre et Kase Craig dans Adage 2e acte du Lac des Cygnes © JPS

Une fondation dédiée « au spectacle vivant et à l’écriture, au verbe » car comme aime à le rappeler son fils « elle était très exacte sur l’utilisation des mots et on n’avait le droit de se tromper qu’une seule fois. »

Les 22 danseurs du ballet de Bordeaux longuement applaudis avec leur directeur de la danse à gauche Charles Jude © JPS

Les 22 danseurs du ballet de Bordeaux longuement applaudis avec leur directeur de la danse à gauche Charles Jude © JPS

La Baronne considérait que « la création artistique ne peut pas exister sans effort, sans ténacité absolue. Que ce 1er Prix de la Danse soit le 1er Prix de la Danse Classique : la maîtrise de son propre corps est la chose la plus difficile au monde, expliquait Philippe Sereys de Rothschild devant un parterre de 120 personnalités de Bordeaux, du monde du vin, de la danse et du théâtre.

Clerc Milon famille Rothschild 110

Hier soir, les 22 jeunes danseurs ont dévoilé tout leur art à travers 4 représentations : « les Indomptés », « Etreintes Brsiées », « Adage 2e acte du Lac des Cygnes » et des extraits du « Messie ». Un spectacle époustouflant de près d’une heure au pied du nouveau chai que la Baronne Philippine de Rothschild avait inauguré elle-même lors de Vinexpo 2011. (voir video) Des danseurs jugés par leurs pairs, de grands danseurs et chorégraphes, Brigitte Lefèvre, Nicolas Le Riche et Cyril Atanasoff.

Clerc Milon famille Rothschild 130

La présidente du Jury Brigitte Lefèvre a tenu a préciser :« j’ai accepté spontanément (cette mission) parce que c’est Philippine, pour moi c’est la femme de théâtre, je l’ai vue jouer plusieurs fois, c’est Madame Philippine de la Comédie Française ».

« Deuxièmement, parce que c’est Bordeaux, c’est un grand balai avec cette force et ce nombre, c’est ça l’Opéra, associer le chant, la musique et la danse.

« Et enfin c’est parce que c’est un honneur avec Charles Jude ».

l

La famille Rothschild, Charles Jude, les deux danseurs lauréats, Carole Bouquet et Jean-Pierre de Beaumarchais © JPS

Et Julien de Beaumarchais de passer la parole à la présidente de l’ONBA, Laurence Dessertine : « j’ éprouve beaucoup de fierté de présider cette très belle maison qu’est l’ONBA. Charles leur demande quotidiennement beaucoup de rigueur dans leur travail. L’art lyrique est un art d’exception. Ils font rayonner notre balai et Bordeaux en France mais aussi à l’international. »

Une belle soirée qui s’est poursuivie en terrasse de ce très beau chai en bois souhaité par la Baronne. Avec un coucher de soleil à l’identique de celui de l’inauguration de Clerc Milon en 2011… Sans nul doute Philippine de Rothschild était aussi présente hier soir.

Retrouvez le reportage lors de l’inauguration de Clerc Milon en 2011 de Jean-Pierre Stahl et Jean-Michel Litvine

06 Juil

Hommage unanime à Frédéric de Luze, le président des Crus Bourgeois du Médoc disparu

C’est une bien triste nouvelle qui chagrine tout Bordeaux et particulièrement le Médoc. Frédéric de Luze, le président des Crus Bourgeois est décédé le 5 juillet des suites d’une très longue maladie. Il dirigeait depuis plus de 20 ans l’une des plus grandes maisons de négoce de Bordeaux avec Thierry Decré, LD Vins et était à la tête avec sa famille du château Paveil de Luze.

CIVB

Frédéric de Luze à gauche, lors de la remise de la coupe des Crus Bourgeois avec Olivier Bompas et Jacques Dupont du Point au Bar à Vins du CIVB © JPS

Frédéric de Luze est ce genre de personnage attachant par son professionnalisme, sa réussite à valeur d’exemple et l’humilité qu’il dégageait. J’ai eu l’occasion de l’interviewer plusieurs fois en tant que président de l’Alliance ou des Crus Bourgeois du Médoc lors des dégustations primeurs, mais aussi en Chine lors de Vinexpo Hong-Kong sur l’émergence du marché chinois en 2008.

Propriétaire du château Paveil de Luze à Margaux (sa famille détient ce domaine depuis 1862), il s’était lancé récemment dans un nouveau projet en mettant son domaine viticole en location, le premier du genre, sur AirBnB; on pouvait d’ailleurs le voir dans un petit film fort sympathique réalisé par toute la famille intitulé « Bienvenue au château Paveil de Luze ».

Viticulteur à la tête d’un vignoble de 32 ha, il était aussi président des Crus Bourgeois du Médoc, cette association qui rassemble 250 châteaux et notamment bon nombre de ces grands vins du Médoc qui n’ont pas été retenus dans le classement de 1855 mais qui sont de très bonne facture d’une manière générale. Il avait d’ailleurs remis la coupe des Crus Bourgeois à Jérôme Bibey en mai 2014 au Bar à Vins du CIVB (photo ci-dessus).

Les témoignages de reconnaissance et de sympathie du monde du vin bordelais et de la presse spécialisée commencent à affluer, pour souligner ce grand personnage du monde du vin et grand humaniste également:

Pour Jérôme Bibey, viticulteur et membre du Conseil d’Administration des Crus Bourgeois : « c’est une énorme perte, on est tous émus. Ce que j’appréciais chez lui, c’est sa simplicité, sa capacité à se mettre au niveau de tous les gens, de tout type de personnalité, sa capacité à faciliter les échanges. Je fais partie du Conseil d’Administration, j’en suis un des plus jeunes, il a toujours eu les bonnes phrases pour faciliter mon intégration… »

C’était quelqu’un de foncièrement gentil, j’en suis persuadé, quelqu’un qui faisait l’unanimité », Jérôme Bibey viticulteur des Crus Bourgeois

Pour Bernard Farges, président du CIVB, « c’est une perte difficile, on le savait malade depuis longtemps. C’est un personnage important : viticulteur, négociant, président de Crus Bourgeois, il détenait plusieurs responsabilités importantes. Il était très attaché au bordelais et à la valorisation des vins de Bordeaux. Il a vécu une belle aventure avec les Crus Bourgeois du Médoc, oui c’est une perte importante pour la filière bordelaise. »

Il s’est toujours comporté avec une sorte de simplicité aristocratique, beaucoup d’aisance, un grand sens de l’humour et très fidèle en amitié » Christophe Reboul-Salze président The Wine Merchant

Très ému également, Jacques Dupont, journaliste au Point : « c’est quelqu’un que j’aimais beaucoup, de très pur, de très droit, avec un courage invraissemblable face à la maladie. Il avait ce sourire aristocratique que j’avais connu chez un de mes bons amis de Moët et Chandon qui a lutté contre cette même maladie avec ce même sourire. Il avait cette espèce de classe.  Je ne pensais pas qu’il allait disparaître, il triomphait tellement de la maladie, il ne montrait tellement pas qu’il était malade et il dominait tellement la situation, qu’à chaque rebondissement, j’avais l’impression qu’il gagnait des étapes mais ce qu’on ne se rendait pas compte, c’est qu’en fait la maladie gagnait ces étapes ».

Et de rendre hommage à tout son travail :

Son boulot à l’Alliance était formidable, il a réussi à fédérer tout le monde, à redonner envie à tous ces châteaux de se retrouver au sein des Crus Bourgeois », Jacques Dupont journaliste du Point.

« Malheureusement il n’a pas achevé le travail, et c’est bien dommage. On espère tous qu’un jour, il y aura un classement dans la durée, pérenne. Je pense que lui aurait aimé cela. »

Frédéric de Luze et Thierry Decré, les fondateurs d’une des plus grosses maisons de négoce de Bordeaux © LD Vins

Frédéric de Luze c’est aussi ce grand personnage du négoce bordelais. En 1992, il a créé LD Vins, avec son associé Thierry Decré, une société de négoce sur la rive droite de Bordeaux, une société qui a grandi au fil du temps pour compter plusieurs dizaines de  collaborateurs. Une société spécialisée dans la commercialisation dans le monde entier des grands crus de Bordeaux.

« Cela a été une grande aventure de jeunesse, car on était jeune en 1992, on avait moins de 30 ans tous les deux, on est de la même année (1961, Thierry de janvier et Frédéric de novembre), on était ami depuis l’âge de 14 ans… », me confie Thierry Decré son associé de LD VINS.

C’est le hasard de la vie qui a fait que l’on crée cette maison de négoce. Cela a été une très belle aventure, en partant de rien, on est allé assez loin en exportant dans tous les pays du monde », Thierry Decré PDG de LD Vins.

« Aujourd’hui, on travaille avec une trentaine de personnes et notre chiffre d’affaire varie selon les années entre 50 et 70 millions d’euros. »

« Pendant 20, on n’a jamais reculé au niveau chiffre d’affaire, on a toujours progressé. Notre association était peu commune, on était ami dans la vie privée et on a continué à partager ensemble dans le travail. On était très différent mais on partageait souvent les mêmes goûts. Même si les angles n’étaient pas les mêmes, nous avions au final le même avis. »

Le Baron Frédéric de Luze était marié et père de 4 enfants. Ses obsèques seront célébrées mardi matin, à 10h15, en l’église Saint-Louis des Chartrons à Bordeaux. A sa famille, à ses amis dont son associé et ami Thierry Decré, à la famille des Crus Bourgeois, Côté Châteaux présente ses plus sincères condoléances.

Et voici « baby Bordeaux » : Sajane, né lors de Bordeaux Fête le Vin

C’est l’histoire conte de fées de Bordeaux Fête le Vin. Marjorie et Keshar s’étaient rencontré dans un bar à vins de Bordeaux il y a plus d’un an, maman travaille chez un négociant en vins, papa comme second de cuisine, et bébé a tout naturellement voulu naître lors de la 10e édition de Bordeaux Fête le Vin.

Christophe Chateau et Stéphan Delaux, un rôle de parrains inattendus pour les organisateurs de #BFV2016, avec Sajane 10 jours et ses parents © Jean-Pierre Stahl

Christophe Chateau et Stéphan Delaux, un rôle inattendu de parrains pour les organisateurs de #BFV2016, avec Sajane 10 jours et ses parents Keshar et Marjorie © Jean-Pierre Stahl

Samedi 25 juin, en pleine Fête du Vin, Marjorie vient de perdre les eaux. Il est passé 21 heures, l’histoire se passe du côté du village 3 où elle souhaitait se restaurer avec son  compagnon, Kashar originaire du Népal.

Bienvenue à Sajane et bravo à sa maman Marjorie © JPS

Bienvenue à Sajane et bravo à sa maman Marjorie © JPS

« On cherchait à manger, on est allé au village 3, quand ça s’est passé. Sur le moment, j’ai eu peur, car on s’est dit que ce n’était pas le meilleur endroit. Kashar a appelé les pompiers, mais en fait ils étaient déjà sur place. On a été escorté par plusieurs policiers, la caravane présidentielle, en quelque sorte, qui nous a ouvert la voie jusqu’à Bagatelle à Talence. L’après-midi on avait pas mal marché avec de la famille de Kashar pour leur faire découvrir Saint-Emilion. »

Bébé qui n’était plus sur le site de la fête est finalement né un peu plus tard le dimanche à 11h50; « en pleine conférence de presse, renchérit Christophe Château, au moment où Stéphan Delaux annonçait la naissance… » Si ça ce n’est pas du timing !

baby bordeaux 054Et c’est donc Sajane, un beau garçon de 3,6 kilos qui a vu le jour, en ce dimanche 26 juin, avec des bonnes fées sur son berceau qui annonçaient un geste pour bébé et ses parents.

Chose promise, chose due, ce midi, Stéphan Delaux, le président de l’Office de Tourisme et de Bordeaux Grands Evenements, et Christophe Chateau, pour le Conseil Interprofessionnel du Vin de Bordeaux, ont invité les parents âgés de 33 et 32 ans au Bar à Vins du CIVB. Ils ont remis à Sajane un maillot « baby Bordeaux », aux parents l’ouvrage sur les 10 ans de Bordeaux Fête le Vin ainsi que 2 coffrets avec 6 vins, les 6 couleurs et vins représentatifs de Bordeaux.

Kashar, le papa, Marjorie, la maman, Sajane et Stéphan Delaux © Jean-Pierre Stahl

Kashar, le papa, Marjorie, la maman, Sajane et Stéphan Delaux © Jean-Pierre Stahl

L’histoire ne serait pas aussi magique si maman ne travaillait pas dans le monde du vin : « je travaille aux Grands Chais de France, dans la branche crus classés : « Crus et Domaines de France ». Qui plus est, c’est une fidèle lectrice de Côté Châteaux qui lui décerne les rubriques « Vigneron du Mois » et Vin…Solite » pour cette superbe histoire. Keshar lui est second de cuisine au Café Gourmand.

Stéphan Delaux est très fier de cette histoire qui une fois de plus met Bordeaux en lumière : « Bordeaux Fête le Vin, c’est souvent un public assez jeune et c’est très international et vous vous êtes un couple international. En plus vous travaillez dans le vin et la restauration. Vous reflétez vraiment l’esprit de BFV ».

Marjorie, en spécialiste, commence à initier son compagnon à apprécier et à déguster les vins de Bordeaux, car au Népal on est plus attiré vers les choses sucrées.

Et comme le conte de fée a toujours une « happy end », non seulement le bébé va bien, ses parents sont aux anges mais en plus papa, maman et bébé une fois majeur auront chacun leur pass à vie à Bordeaux Fête le Vin

05 Juil

Les Estivales de Musique en Médoc : place aux jeunes…

Jusqu’au 15 juillet, de nombreux concerts de musique classique sont donnés dans les châteaux du Médoc. Une fois de plus l’excellence est à la baguette car ce sont les lauréats des grands concours internationaux qui vont se produire dans les prestigieux châteaux du Médoc.

© Les Estivales en Médoc : des virtuoses dans le châteaux jusqu'au 15 juillet

© Les Estivales en Médoc : des virtuoses dans le châteaux jusqu’au 15 juillet

Les Estivales de musique en Médoc sont un véritable tremplin pour les artistes qui s’y produisent. Unique en Europe, le festival programme exclusivement les lauréats de grands concours internationaux de musique classique et de chant lyrique. Chaque première quinzaine de juillet, ces jeunes prodiges se produisent sur les scènes des plus beaux domaines viticoles du Médoc, écrins remarquables dédiés eux aussi à l’excellence.
Parrainé depuis dix ans par Frédéric Lodéon, l’événement nourrit l’ambition de devenir au mois de juillet une étape sur le chemin des grands festivals hexagonaux tels que La Roque d’Anthéron, Orange ou Aix-en-Provence.

Donné à 21h, chaque concert est suivi par une dégustation des vins offerte par la propriété hôte, à l’exception du Château D’Agassac dont l’horaire est différent

  • 6 juillet 2016 – Château Batailley (Pauillac)Paolo Tagliamento violon – 1er Prix concours Lipizer 2015 Hervé N’Kaoua piano – Soirée commentée par Frédéric Lodéon

Beethoven Sonate pour violon n° 7 en do mineur, opus 30
Schubert Rondo brillant pour violon et piano D.895, opus 70
Mendelssohn Sonate pour violon et piano en fa majeur (1838)

  • 7 juillet 2016 – Château Lafite-Rothschild (Pauillac) Nathalya Milstein piano 1er Prix concours de Dublin 2015

Schumann Arabesque op.18  / Schumann Fantaisie op.17
Prokofiev Extraits des « 10 pièces pour piano » op.12
Prokofiev Sonate n.6 op.82

au château Lascombes © Estivales en Médoc

Trio Atanassov au château Lascombes le 12 juillet  © Estivales en Médoc

  • 11 juillet 2016 – Château Loudenne (Saint Yzans de Médoc) Chant Lyrique : Marion Lebègue mezzo soprano 1er Prix concours de Toulouse et Marmande, troisième prix ARD Munich 2015 Anaïs Constans soprano 3ème Prix Opéralia et Montserrat Caballe 2014 Hervé N’Kaoua piano Soirée commentée par Philippe Banel

Bellini I Capuleti e i Montecchi
Duo de Romeo et Giuletta « Ah, crudel, d’onor ragioni »
Air de Giulietta « Eccomi in lieta vesta… Oh quante volte »
Air de Roméo « Se Romeo, t’uccise se un figlio »
Verdi Rigoletto – Air de Gilda « Caro nome »
Rossini Cenerentola – Air d’Angela « Nacqui all’affanno… Non piu mesta »
Bellini Norma – Duo Norma et Adalgisa « Mira o Norma »
Offenbach Les Contes d’Hoffmann – Duo Giuletta et Nicklauss « Belle Nuit ô nuit d’amour »
Massenet Werther – Air de Charlotte « Werther, Werther »
Manon Gavotte de Manon « Suis-je gentille ainsi »
Gounod Sapho – Stances de Sapho « O ma lyre immortelle »
Roméo et Juliette – Air de Juliette « Amour ranime mon courage »
Bizet Carmen – Séguedille de Carmen « Près des remparts de Séville »
Poulenc Les Mamelles de Tiresias – Air de Thérèse « Non monsieur mon mari »
Delibes Lakmé – Duo de Lakmé et Malika « Viens, Malika… »

  • 12 juillet 2016 – Lascombes (Margaux) Trio Atanassov piano, violon, violoncelle 1er Prix Concours Graz 2015 (+ 9 prix internationaux)

Mozart Trio K 502 si b Majeur
Brahms Trio nº3 op 101 do mineur
Schubert Trio op 99 si b majeur

  • 13 juillet 2016 – Branaire-Ducru (Saint Julien Beychevelle) Pierre Genisson clarinette 1er Prix et Prix du public du concours international J. Lancelot Tokyo 2014 Hervé N’Kaoua piano

Saint Saëns Sonate op.167
Poulenc Sonate
Debussy Rhapsodie
Schumann 3 romances
Brahms Sonate N°2 op.120

  • 15 juillet 2016 – Château d’Agassac (Ludon Médoc) Kotaro Fukuma piano 1er Prix + prix Chopin Cleveland 2003 

« Hommage à l’eau et aux oiseaux »

Rameau Rappel des oiseaux
Bizet Chants du Rhin (1. L’aurore, 2. Le départ, 3. Les rêves, 4. La bohémienne, 5. Les Confidences, 6. Le Retour)
Glinka L’alouette (transcription par Balakirev)
Smetana La Moldau (transcription par Fukuma)
Ravel Oiseaux tristes, Une barque sur l’océan (extraits des Miroirs)
Messiaen Le Rouge-gorge (extrait de Petites esquisses d’Oiseaux)
Takemitsu Rain Tree Sketch (1982)
Liszt St François d’Assise : la prédication aux oiseaux
St François de Paule marchant sur les flots

TARIFS

Tarif Plein : 32 €
Tarif Réduit * : 16 €
Enfants (-12 ans) : gratuit
Pass nominatif 3 concerts : 75 €
Pass nominatif 6 concerts : 140 €
*Tarif réduit pour les -28 ans et les chômeurs (carte)

RENSEIGNEMENTS
Hélène EDITH
 06 69 32 48 19
secretaire@estivales-musique-medoc.com

RESERVATION EN LIGNE

La billetterie électronique du site Internet des Estivales
http://www.estivales-musique-medoc.com
Lieux de vente des billets de concerts
Office de Tourisme de Bordeaux
12 cours du 30 Juillet – Bordeaux
Comptoirs visites guidées
 05 56 00 66 20
Maison du tourisme et du vin
La Verrerie – Pauillac
 05.56.59.03.08
Également sur place 1 heure avant le spectacle
(Si le concert n’est pas complet)

40 000 visiteurs de 70 nationalités ont fréquenté la Cité du Vin au mois de juin

Près de 40 000 visiteurs ont été accueillis dans les espaces payants de la Cité du Vin.

Max, le 1er à avoir franchi le ponton Cité du Vin et quasi 1er en caisse, c'est parti pour la visite ! © Jean-Pierre Stahl

Max, le 1er à avoir franchi le ponton Cité du Vin et quasi 1er en caisse, c’est parti pour la visite ! © Jean-Pierre Stahl

Un mois après l’ouverture au public, La Cité du Vin a accueilli dans les espaces payants près de 40 000 visiteurs de plus de 70 nationalités, ainsi que 120 journalistes français et internationaux et 118 groupes. Le calendrier des privatisations ne désemplit pas.

Grâce au tout nouveau « Billet Open » sans datage, et aux ateliers oenoculturels, La Cité du Vin prépare la montée en puissance de son offre culturelle pour continuer d’attirer le public durant la saison estivale, et au-delà.

« Depuis l’ouverture de La Cité du Vin le 1er juin, toutes nos équipes se mobilisent afin d’assurer un accueil, une qualité de service et une expérience de visite optimum pour chacun de nos visiteurs. Ces premières semaines d’activité nous permettent de dresser un premier bilan, de nous ajuster et de toujours faire évoluer le lieu. Nous entamons aujourd’hui notre premier trimestre d’activité estivale, période touristique importante. Nous préparons déjà 2017 et 2018 pour continuer à faire voyager nos visiteurs dans un monde de cultures. », explique le directeur Philippe Massol

LES CHIFFRES CLES
– Près de 40 000 visiteurs ont fréquenté les espaces payants de La Cité du Vin, auxquels s’ajoutent les visiteurs des espaces en accès libre (La boutique, le salon de lecture, les jardins…) et les restaurants ;
Plus de 70 nationalités sont représentées : les Français sont majoritaires, suivis par les Anglais puis par les Américains ;
1/3 des visiteurs français est girondin ;
– Mais aussi des visiteurs du Népal, du Nicaragua, d’Inde, de la Thaïlande, du Kazakhstan…
– 92% de la clientèle est individuelle, 8% a visité en groupe ;

Plus de 1 000 abonnements ont été commercialisés : les visiteurs convertissent leur visite en abonnement afin de pouvoir profiter pleinement de l’offre de La Cité du Vin.

David Bolzan nommé directeur général des Vignobles Silvio Denz

Cela promet de belles perspectives. David Bolzan, ancien directeur général de Cordier-Mestrézat, devient le bras droit du président de Lalique pour ses vignobles qu’il possède à Saint-Emilion et Sauternes. David Bolzan avait fait preuve de beaucoup de créativité en valorisant, notamment par du packaging, la vente de grands crus de Bordeaux. 

Sylvio Denz @ Château Faugères

Sylvio Denz @ Château Faugères

Silvio Denz, propriétaire des Vignobles Silvio Denz, regroupant les Châteaux Péby Faugères, Faugères, Cap de Faugères et Rocheyron à Saint-Emilion, ainsi que le Château Lafaurie- Peyraguey à Sauternes, annonce l’arrivée de David Bolzan, en qualité de Directeur Général des Vignobles Silvio Denz.

David Bolzan, 46 ans, est originaire de Bordeaux. Il a travaillé pendant dix-huit ans pour la Maison de négoce Cordier Mestrezat Grands Crus dont il a été Directeur Général dans les dix dernières années.

© David Bolzan lors de Vinexpo à Hong-Kong

© David Bolzan, ancien directeur général de Cordier-Mestrézat, lors de Vinexpo à Hong-Kong, devient directeur général des vignobles Silvio Denz.

Cette création de poste vise à accélérer le développement ainsi que les ambitieux projets des Vignobles Silvio Denz. Il aura également pour mission d’assurer la synergie entre ces vignobles bordelais et la prestigieuse Maison Lalique qui ont le même propriétaire.

Yann Buchwalter, quant à lui, devient directeur d’exploitation et de gestion des propriétés de la rive droite (Châteaux Péby Faugères, Château Faugères, Château Cap de Faugères et Château Rocheyron). Originaire du Libournais, ce fils de viticulteur et oenologue de formation a passé dix-sept ans au sein du groupe Edmond de Rothschild, dont quinze années à la direction technique du château Clarke à Listrac-Médoc.

Il succède ainsi à Alain Dourthe, lequel a travaillé pendant dix-neuf ans, d’abord aux côtés de Péby et Corinne Guisez jusqu’en 2005 avec l’aide de Michel Rolland, toujours conseil des propriétés Saint-Emilionnaises.

Silvio Denz remercie Alain Dourthe de l’avoir accompagné pendant presque dix ans couronnés de succès : Le millésime 2005 distingué d’un « 100 points Robert Parker », le suivi de la réalisation du chai de Mario Botta inauguré en 2009 ainsi que l’intégration au classement de Château Faugères et Château Péby Faugères en 2012.

Éric Larramona, quant à lui, continue à officier rive gauche en tant que directeur d’exploitation du Château Lafaurie-Peyraguey à Sauternes, Premier Grand Cru Classé en 1855. Cette magnifique propriété, achetée en Février 2014 par Silvio Denz, va faire partie d’un grand projet qui verra le jour dans les prochains mois.

04 Juil

Domaine de Sentout : « Quand la musique rencontre le vin »

C’est reparti pour le festival « wine and music » 2016 au Domaine de Sentout, à Lignan-de-Bordeaux, durant l’été. Plusieurs idées de sorties en musique et au contact des producteurs de vin.

sentout

« Pour nous, la musique et le vin sont avant tout une histoire d’émotion et de partage. De ces deux passions naîtra le festival Rock in Sentout en 2011. Depuis, entre vignes, prairies et forêt, le Domaine de Sentout vibre chaque été aux sons du rock, du swing et des musiques latino américaines »

Nicolas et Karina Pons, vignerons à Lignan de Bordeaux, vous ouvrent les portes du domaine familial et vous proposent trois événements oenomusicaux du 7 au 9 Juillet 2016: Swing in Sentout, Rock in Sentout et Latino Sentout.

Des moments conviviaux, d’échange et de partage vous attendent dans ce lieu champêtre qui doit son charme à ses grands espaces, la maison de maître du XVIIIème siècle, la grange, la tradition agricole, les animaux… tout est propice pour passer un bon moment et en toute simplicité !

Karina et Olivier Pons du © Domaine de Sentout

Karina et Nicolas Pons du © Domaine de Sentout

Petit plus: le vigneron-musicien sera en concert avec son groupe Maras Band vendredi 8 Juillet et, le même jour, le dernier millésime de la cuvée Rock in Sentout sera présenté.

** SWING IN SENTOUT ** Jeudi 7 Juillet  ON LEE WAY 

** ROCK IN SENTOUT ** Vendredi 8 Juillet WOOD DOG HOUSE et MARAS BAND

** LATINA  SENTOUT ** Samedi 9 Juillet PAGODE OS FURIOSOS

Ouverture des portes: 19h00. Entrée: 8 € jeudi et vendredi, 10 € le samedi
Entrée gratuite enfants jusqu’à 12 ans

Domaine de Sentout, 43 Route de la Lande, 33360 Lignan de Bordeaux
T: 06 85 95 61 54 – sentoutwines@gmail.com
www.facebook.com/DomainedeSentout
https://twitter.com/SentoutWines

(l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération)