19 Fév

Plus de 100 châteaux acquis par les Chinois dans le Bordelais

Avec Château Renon en AOC Cadillac, le nombre de propriétés viticoles achetées par les Chinois a dépassé le nombre symbolique de 100 châteaux. Le mouvement se poursuit avec Li Lijuan agent immobilier chinoise installée dans le Bordelais.

n

Li Lijuan, agent immobilier, devant château Renon © Jean-Pierre Stahl

Li Lijuan, c’est cette petite chinoise, qui a réussi à se faire une grande place à Bordeaux. Chanteuse, ancienne étudiante à l’Inseec, parlant 5 langues couramment, elle est aujourd’hui une pièce maîtresse chez Maxwell-Story-Baynes, en tant qu’agent immobilier, dont la carte de visite en jette estampillée aussi Christie’s. Elle fait visiter les propriétés en vente, négocie, et est joignable quasiment de jour comme de nuit par ses compatriotes de Chine avec son téléphone portable à portée de main. C’est elle qui est à la conclusion de plusieurs propriétés dont Renon, une bâtisse du XVIIe siècle à Tabanac en AOC Cadillac, vendue par la famille Belliard fin décembre 2014.

Château Lezongars acquis en 2011 dans l'Entre-Deux-Mers © JPS

Château Lezongars acquis en 2011 dans l’Entre-Deux-Mers © JPS

En cette période de Nouvel An Chinois, et avec les événements récents en France, les propriétaires ou managers chinois actuellement à Bordeaux sont peu nombreux. Li Lijuan me présente toutefois Lu Yankun, jeune cadre du groupe de distribution chinois Dashang.
C’est lui le manager du château Lezongars à Villenave-de-Rions
à 25 km de Bordeaux. Une propriété de 40 ha achetée en 2011 en Côtes de Bordeaux. C’est un château construit sous Napoléon Ier par un ancien négociant de Bordeaux, Pierre Ladurantie. Un château qui a une véritable histoire, outre le négociant très connu à Bordeaux au XIXe, il effleure aussi l’histoire napoléonienne, et ça les Chinois en sont friands…

On a investi dans ce château tout d’abord pour son histoire, mais aussi pour la qualité de son vin et enfin pour un très bon rapport qualité prix pour notre groupe, » Lu Yankun directeur du château Lezongars.

Jusqu’ici les châteaux achetés valent quelques millions ou dizaines de millions d’euros. Les plus chers, beaux et prestigieux sont sans doute Bellefont-Belcier, cru classé de Saint-Emilion, château La Rivière en AOC Fronsac ou encore le château du Grand Mouëys à Capian.

Les acquéreurs sont des patrons grands groupes ou encore cette actrice chinoise Zhao Wei, intronsiée par la Jurade de Saint-Emilion en 2012, peu de temps après l’achat de château Monlot. C’est comme une « danseuse », il s’achètent ici une histoire, un bout de patrimoine de France, qu’ils ne vont pas rapporter en Chine mais dont il vont utiliser le nom ou la marque, et commercialiser les vins bien sûr en Asie.

Il y a aussi  ce milliardaire de Hong-Kong qui s’est offert le château Mylord à Grézillac dans l’Entre-Deux-Mers que nous montre encore Li Lijuan: on aime bien la « french style’s life » et la culture française. Ce Hong-Kongais possède 10000 bouteilles de grands crus classés, là il voulait passer au stade supérieur: s’offrir le château.

Li Lijuan devant le château Mylord vendu à un milliardaire de Hong-Kong © Jean-Pierre Stahl

Li Lijuan devant le château Mylord vendu à un milliardaire de Hong-Kong © Jean-Pierre Stahl

Acheter un vignoble, c’est pas cher…Pour 4 millions d’euros, tu peux avoir un domaine, alors qu’à Hong-Kong tu peux à peine espérer un petit appartement dans le Central de Hong-Kong », Li Lijuan agent immobilier chez Maxwell, Storrie, Baynes.

Les Chinois au début ont été charmés par des châteaux aux allures de contes de fée: ainsi avec Latour-Laguens à Saint-Martin-du-Puy. Des châteaux aussi avec tourelles comme Lagarosse ou encore les tours de Branda… Il faut que cela ressemble à un vrai château et pas ces maisons ou girondines qu’on appelle château dans la région de Bordeaux car devant ces bâtissent ils ne comprennent pas.

Jean-Baptiste Soula, régisseur du château Latour-Laguens © JPS

Jean-Baptiste Soula, régisseur du château Latour-Laguens © JPS

Si le château porte un nom évocateur comme Richelieu en AOC Fronsac, ou rappelle de plus grands châteaux, c’est tant mieux: ainsi de Latour…Laguens, Lafitte…Chenu, ils ont failli acheter Laffite…Laguens mais ce sont au final les frères Bonhur qui ont fait l’affaire.

C’est en 2008 que Daisy Cheng est tombée amoureuse de Latour-Laguens. Un vrai coup de foudre pour ce petit château un peu paumé mais qui dégage quelque chose. C’est Jean-Baptiste Soula, le régisseur, qui nous fait revisiter ce domaine où nous sommes déjà venu en 2010 et 2011. Les travaux titanesques qui avaient été lancés ont été fortement ralentis, voire stoppés par endroits. En effet, il a fallu d’abord restructurer le vignoble en piteux état: « on a du arracher et replanter un tiers du domaine… » confie le régisseur.

Dans le chai à barriques ainsi que sur les bouteilles, tout avait été fait pour rappeler l’histoire de France, avec notamment des reproductions de Napoléon Ier sur les bouteilles, sur les capsules et aussi le Napoléon à cheval peint par David sur les barriques…

D’une manière générale les achats de châteaux par les Chinois se sont traduits par des investissements et un maintien des emplois ou des embauches de personnels permettant de tirer les propriétés vers le haut.

 

Pour Laurent Gapenne, Président de la Fédération des Grands vins de Bordeaux: « on est ravi que les Chinois continuent de s’intéresser au vignoble bordelais, très heureux de ces investissements, Bordeaux s’est toujours construit avec des gens venant de l’extérieur, ça ne représente toujours qu’entre 1 et 2% des ha de vignes. »

Toutefois parmi tous ces châteaux achetés, une affaire a éclaté courant 2014, certains auraient été acquis avec des fonds publics chinois, une enquête est en cours. Une fois encore, une fois l’orage passé, les ventes reprendront de plus bel. C’est d’ailleurs le cas en 2015, après une brève accalmie en 2014;

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Pascal Lécuyer 

Et pour aller plus loin: Laurence Lemaire qui a écrit cet ouvrage: Le Vin, le Rouge, la Chine

6 thoughts on “Plus de 100 châteaux acquis par les Chinois dans le Bordelais

  1. c’est payer en Dollar pas en Yuan et l’art: 63 du TFUE autorise(interdit d’interdire!!!) les pays tiers a racheté la France par appartement, a l’inverse il est impossible d’acheter un jardin de thé en chine sans l’accord explicite du gouvernement chinois http://www.upr.fr

  2. Messieurs Mesdames de la presse.

    Pour information Monsieur Peter Kwok est le premier Asiatique à
    avoir investi dans le vignoble, il est à la tête depuis 1997 du Château
    Haut-Brisson, 22 hectares à Saint-Émilion. Transaction réalisé à l’époque par une agence de Saint-Emilion. Donc presque 10 ans avant le Château Tour Laguens ( 2008).

    Notre agence lui a vendu en 2012 le Château Tour Saint-Christophe ainsi
    que quelques parcelles de vignes en AOC Saint-Emilion Grand Cru.

    Il est entendu qu’il a toujours su faire appel à des professionnels de ce type de transaction. Raison pour laquelle il n’est pas dans l’obligation
    de replanter son vignoble …. !

    Donc merci à ces investisseurs qui restent quelquefois plus sensibles
    aux charmes des vielles pierres, au détriment de la qualité des terroirs de l’état des vignobles, pas le cas de Monsieur Peter Kwok.
    http://www.sudouest.fr/2013/04/09/avec-trois-chateaux-peter-kwok-fait-sa-campagne-des-primeurs-1019276-3101.php

    Mais comme le précise avec juste raison le Président on est ravi
    que les Chinois continuent de s’intéresser au vignoble bordelais, très heureux de ces investissements, Bordeaux s’est toujours construit avec des gens venant de l’extérieur, ça ne représente toujours qu’entre 1 et 2% des ha de vignes ! Et il en reste !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *