29 Juin

Bordeaux épargnée, Beaune saccagée par la grêle !

Alors que Bordeaux avait été placée en vigilance orange et au final a été épargnée, ce week-end, malgré une évacuation en fanfare de la fête du vin, la grêle s’est abattue sur les vignobles de la côte de Beaune en Bourgogne. Des vignobles prestigieux, comme Pommard ou Meursault, ont été ravagés par des grêlons, comme dans le Médoc et à Cognac en début de mois.

Les vignes hachées par la grêle dans des vignobles prestigieux de Bourgogne © Romain Lafabrègue AFP.

C’est un drame pour certains viticulteurs. Leur vignes ont été saccagées entre 40 et 80 %; Santenay, Meursault, Volnay, Pommard… ces vignobles parlent aux amateurs de vin. Et bien, ces vignobles des communes renommées de la côte de Beaune (Côte-d’Or) ont été touchés samedi après-midi par de violents orages de grêle.

Jean-Louis Moissenet, le président de Pommard, parle de pertes de récoltes, entre 50 et 90%, et dépeint un paysage «désolant» !

Les raisins sont à terre, le feuillage est haché et les bois sont largement touchés. C’est une véritable catastrophe. On était parti sur une belle récolte et ça tombe à l’eau» Jean-Louis Moissenet, le président de Pommard.

Sur la côte de Beaune, les viticulteurs ressentent d’autant plus injustement ce phénomène climatique que la grêle a frappé ici pour la 3ème année consécutive: après 2012, 2013, voilà 2014 ! Capture

Et Jean-Louis Moissenet, d’ajouter: « pour fournir le monde entier, des importateurs […] vont préférer se tourner vers d’autres vins, si les cours augmentent trop, on aura des méventes derrière, ce qui sera encore plus catastrophique ! »

Le reportage de Sylvain Bouillot et Damien Rabeisen, à Meursault et à Pommard de France 3 Bourgogne

Intervenants

  • Vincent Latour, Viticulteur à Meursault
  • Jean-Louis Moissenet, Viticulteur, Président du syndicat de Pommard
  • Emmanuelle-Sophie Moissenet, Viticultrice et experte grêle

28 Juin

« Bordeaux Fête le Vin » annulé à cause d’un avis de tempête ! Evacuation par les CRS…

bfv anu 043

Pour l’acteur Antoine Duléry et Bernard Montiel, la fête est finie aussi…Evacuation sous les yeux des CRS. © Jean-Pierre Stahl

 

A la surprise générale, Bordeaux Fête le Vin a été annulé purement et simplement. Principe de précaution oblige. Il y avait des dizaines de milliers de personnes déjà sur le site.

bfv anu 017

10 minutes avant l’évacuation, les quais étaient « noirs de monde » © JPS

La Gironde, comme d’autres départements avait été placée en vigilance orange. Mais certaines prévisions pouvaient laisser présager des incidents sur les quais où il y a des dizaines de tentes et pavillons.

bfv anu 035

Les CRS ont invité les participants à quitter le site gentiment, mais sûrement. @JPS

Aussi les organisateurs, un comité de 10 personnes responsables de l’organisation ainsi que la mairie de Bordeaux, ont jugé préférable de ne prendre aucun risque pour les populations. Le bulletin d’alerte de météo France Mérignac annonçant des vents pouvant être violents, jusqu’à 90 km/h en rafale a eu raison de la fête.

bfv anu 030

Joël Dupuch et Antoine Duréry à la fête des Bordeaux et Bordeaux Sup, à cet instant, la nouvelle de l’évacuation a été annoncée © JPS

Au stand des Bordeaux et Bordeaux Supérieur, le fête battait son plein. Les VIP y avaient été invitées pour le lancement de la campagne de « Bordeaux Rosé, l’autre Rosé ». Parmi eux, Antoine Duléry, l’acteur de Camping (« Paulo »), mais aussi Bernard Montiel, le très célèbre animateur du Bassin d’Arcachon qui permet chaque année de faire venir des personnalités pour faire la campagne de promotion. Et il y avait aussi Joël Dupuch (« Jean-Louis » dans les « Petits Mouchoirs »).

bfv anu 047

Le restaurant « l’éphémère » portait bien son nom, il a fallu « plier les gaules »…ou ranger les chaises © JPS

Tous ont aussi du évacuer. Hervé Grandeau, le président des Bordeaux et Bordeaux Supérieur était désolé, mais il fallait aussi se plier à la décision.

bfv anu 053

Les Bordelais étaient partis pour faire la fête ce soir…Dire qu’ils auraient pu rester chez eux pour regarder le mondial…

Le site était totalement évacué vers 20h15-20h30, il n’ y avait plus « âme qui vive ». Concert d’Earth, Wind (c’est le cas de le dire) and Fire annulé. Spectacle place de la Bourse et feu d’artifices également annulés. Même sort pour les Epicuriales…

bfv anu 038Bordeaux Fête le Vin ouvrira de nouveau demain à 11h. Nul doute que la conférence de presse bilan prévue dimanche à 11h30 sera monopolisée par le sujet de cette « annulation pour cause de tempête ». (Il faudra oublier le record de fréquentation pour le quel cette édition 2014 semblait y parvenir…)

Au final, il n’y a jamais eu ni vent violent (58km/h en rafales contre 90 km/h annoncés), ni tempête, ni orage ce samedi soir mais un fabuleux arc-en-ciel au dessus du tonneau de 9 mètres © Gabriel de Vaucelles

Retrouvez sur FaceBook toutes les photos de la soirée annulée 

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl, Guillaume Decaix et Dominique Lizot

21 Juin

Le plus grand collectionneur de vins au monde a été sequestré chez lui durant deux heures

Michel-Jack Chasseuil, le collectionneur qui possède les plus beaux flacons de Bordeaux et d’autres régions viticoles, a été victime de malfrats. Il l’ont séquestré durant deux heures chez lui dans la région de Poitiers.

le plus grand collectionneur de vins 079

Plusieurs hommes cagoulés et armés ont séquestré pendant deux heures le propriétaire de ce qui est considéré comme « la plus belle cave du monde », mais les malfaiteurs ont dû repartir avec un maigre butin, ont indiqué hier une source judiciaire et la victime, Michel-Jack Chasseuil.

Le Deux-Sévrien Michel-Jack Chasseuil, qui dispose de la cave la plus réputée au monde, a été braqué à son domicile jeudi matin.

Mr Chasseuil est ancien de chez Dassault Aviation dont la cave, constituée de quelque 35.000 bouteilles de grands vins et de spiritueux, est considérée comme la plus prestigieuse au monde.

Sa cave, il raconte l’avoir bâtie de ses mains sous sa maison. Et pourtant, il disposait d’un important système de sécurité, jusqu’ici sa citadelle était réputée imprenable.

Les malfaiteurs n’ont en effet pas réussi à avoir accès à ses lingots d’or, les plus grands millésimes des plus grands domaines, dont ceux de la Romanée-Conti, Pétrus ou château Yquem, parmi les 40.000 bouteilles qu’il collectionne, dont de nombreux rares spiritueux.

Une chasse à l’homme a été lancée: quatre hommes sont recherchés pour vol en bande organisée et séquestration, a indiqué le parquet de Niort.

« Pourtant préparé psychologiquement« , Michel-Jack Chasseuil n’a pas senti venir la ruse lorsqu’un livreur en camionnette lui annonce venir livrer des bouteilles. « A peine je m’approchais de lui que plusieurs types cagoulés et armés m’ont sauté dessus en me disant ‘tais-toi’, ‘ne crie pas’ et m’ont traîné dans la maison », explique-t-il « parce que ça fait du bien de parler et pour que d’autres sachent qu’ils n’arriveront pas à me voler ».

Michel-Jack Chasseuil raconte que les quatre hommes l’ont menacé avec des armes. Ils voulaient l’obliger à ouvrir son « sanctuaire », la cave qui regorge des plus grands vins, protégés par une porte blindée. Il dit se féliciter aujourd’hui d’avoir pris la décision de placer « la clé du sanctuaire dans un coffre de banque ».

Séquestré pendant deux heures, il s’en sort finalement avec un doigt cassé avant que ses bourreaux ne prennent la fuite avec une quinzaine de caisses de vin « de seconde zone », et sa voiture.

Un véhicule de type fourgonnette a été retrouvé dans les environs de Saint-Maixent (Deux-Sèvres) recouvert d’eau de javel, sans doute pour effacer toutes traces.

Michel-Jack Chasseuil voudrait ne plus conserver chez lui ce qu’il considère comme « le patrimoine de la France ». Il cherche des mécènes pour créer « un Louvre du vin à Saint-Emilion ».

Avec Agence France Presse

Reportage de France 3 Poitiers lors de la visite de SAS Albert II de Monaco chez Miche-Jack Chasseuil

18 Juin

Boycott tous azimuts des sites internet « .vin » et « .wine »

Les vignerons européens produisant des vins d’appellation veulent boycotter les futurs site internet se terminant « .vin » ou « .wine ». Sauf surprise de dernière minute, ils devraient apparaître prochainement sur la toile malgré les oppositions des professionnels.

© wikipedia

Les professionnels, soutenus par le gouvernement français, craignent que l’existence de ces sites ouvre la porte à des tricheries sur les appellations et contrefaçons, et étaient en négociations sur la question avec les aspirants à « .vin ».

L’Icann (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) « nous a contactés cette nuit et nous a confirmé que ces adresses seraient bien mises en place », Pascal
Bobillier Monnot, directeur de la Confédération nationale des producteurs de vins et eaux de vie de vin à appellations d’origine contrôlées (Cnaoc).

« Il n’y aura pas de décision formelle annoncée », a poursuivi Pascal Bobillier Monnot. Le délai de négociations entre les différentes parties ayant expiré le 3 juin, le projet suit son cours comme prévu.
Dans ces conditions, le dernier espoir serait que le président de l’Icann en personne décide, lors de la session de l’organisme qui s’ouvrira le 22 juin à Londres, de ne pas attribuer ces adresses tant que les différentes parties ne se seront pas entendues, explique-t-on à la Cnaoc.

Mais sans attendre l’organisation et son homologue européenne Efow se disent prêtes dans un communiqué commun « à engager une vaste campagne de sensibilisation vers
les vignerons pour les dissuader d’acheter les noms de domaine se terminant par  » .vin  » et  » .wine  » (boycott) et vers les consommateurs pour les alerter sur les risques encourus en achetant sur ces sites (pas de lien entre les produits proposés et la région citée, contrefaçon etc.) ».

Le seul prétendant au « .vin » est un groupe américain, Donuts, qui a également déposé un dossier pour « .wine », en concurrence avec une société basée à Gibraltar et une autre en Irlande.
Si elle obtient l’extension « .vin », la société aura en effet le droit de la commercialiser pour qu’elle soit déclinée en noms de domaine de second niveau, comme « www.bordeaux.vin » ou « www.champagne.vin ».

Agence France Presse.

13 Juin

5 ouvriers viticoles foudroyés en Côte d’Or

En fin d’après-midi, jeudi 12 juin, 5 ouvriers viticoles ont été touchés par la foudre alors qu’ils travaillaient à Gamay, hameau de Saint-Aubin, en Côte d’Or (Bourgogne). Une personne a été admise au centre hospitalier de Beaune en « urgence absolue »
grele1Ils ont été surpris alors qu’ils continuaient à travailler à la vigne. La foudre est tombée à Saint-Aubin en Côte d’Or. 5 personnes ont été touchées, 1 est grièvement blessée, 4 le sont plus légèrement.
Un important orage s’est déclaré en fin d’après-midi de ce jeudi au-dessus des communes viticoles bien connues de Chassagne-Montrachet, Puligny-Montrachet et Saint-Aubin. Alors qu’ils travaillaient dans les vignes, au lieu-dit La-Chatenière, à Gamay, hameau de Saint-Aubin, six ouvriers viticoles, ont été touchés par la foudre aux environs de 18 heures. L’éclair est tombé tout près d’eux, engendrant une forte électrisation.
La personne gravement blessée a été transportée au centre hospitalier de Beaune. Par ailleurs la grêle est tombée en abondance en Côte-d’Or. Des grêlons de la taille d’une mirabelle.
Ce sont quatre hommes et une femme, employés au domaine Lamy, installé à Saint-Aubin, qui ont alors été touchés et brûlés par le choc. L’un d’entre eux, présent sur les lieux,  est toutefois indemne.

Les quatre hommes ont été légèrement brûlés tandis que la jeune femme a été blessée plus grièvement. « Cette dernière victime a été classée en « urgence absolue », même si le pronostic vital n’est, pour le moment pas engagé », nous confiait-on ce jeudi soir du côté des pompiers.

Les victimes souffrent également de traumatisme de tympan ou de l’oreille interne. Elles ont toutes été transportées au centre hospitalier de Beaune par SAMU et sapeurs pompiers.

Avec France 3 Bourgogne et Bien Public.

 

10 Juin

La clameur des paysans du Médoc victimes de la grêle: « nos pieds de vignes, c’est nos copains…ils sont complètement « destroy », ça nous fait mal à nous physiquement ! »

Ce matin, plus de 50 vignerons-paysans se sont retrouvés à une réunion de crise à Blaignan dans le Médoc. Le constat est sévère 500 ha de vignes totalement ravagés à 100 %, 2000 ha au total ont été touchés. Les viticulteurs qui n’avaient eu qu’une demi-récolte en 2013 savent que 2014 et 2015 seront aussi terribles.

Dégâts vignes médoc 072

A la sortie de la réunion, les viticulteurs-paysans laissent éclater leur désarroi face à une aide des pouvoirs publics dont ils doutent © Jean-Pierre Stahl

Ils n’ont pas traîné ce matin devant la salle polyvalente de Blaignan, l’une des communes les plus impactées avec 680 ha touchés par la grêle. A 10 heures précises, les 50 viticulteurs des secteurs de Lesparre, Saint-Yzan, Blaignan, Ordonnac et Saint-Christoly ont pris place autour de la Sous-Préfête de Lesparre,Valérie Commin, et du Maire de Blaignan, Christian Benillan. Une réunion à huis clos, où la presse ne pouvait pas assister. Une réunion surtout de constatations et de remontées d’informations dans un premier temps pour la Préfecture de la Gironde, pour dresser un état des lieux de ce vignoble meurtri par un couloir de grêle.

Dégâts vignes médoc 067

Christine Courrian du château Chantelys et Fabien Courrian, château Tour Haut Caussan, cousin et cousine paysans touchés par la grêle @ Jean-Pierre Stahl

On est des paysans, on est toute l’année dans nos vignes…et ce qui est terrible, c’est que nos pieds de vignes, c’est nos copains. Ils sont complètement « destroy » et là, c’est affreux ! » dixit Christine Courrian viticultrice du Château Chantelys. »Ca nous fait mal, à nous physiquement ! »

Fabien Courrian, semble encore plus abattu: « l’année dernière on a eu une demi-récolte, elle nous pèse sur les épaules, on avait grêlé déjà à l’an 2000 où on commençait seulement à remonter, et là on a perdu, on pense, 100% de récolte, il y a très peu de grappes qui restent. On n’a pas de solution actuellement ! »

Dégâts vignes médoc 046

La réunion à Blaignan (Médoc), ce matin avec la Sous-Préfête © JPS

Et de renchérir: « On a fait une réunion avec la sous-Préfête mais elle peut pas nous apporter de solution non plus. Si on a quelques allègements de charges (48% d’après lui), peut-être qu’on s’en sortira. On veut pas dire que c’est politique, maic ça l’est quand même un petit peu. C’est un choix: soit on garde la paysannerie française, soit on vend aux Chinois, il y a déjà des Chinois sur la commune et on disparaît quoi ! »

Dégâts vignes médoc 052

La vigne meurtrie à 80-90 % à Blaignan @ JPS

Un problème de cette ampleur, dans le Médoc on n’a jamais vu cela ! Il y a vraiment des changements climatiques profonds… », selon Francis Etourneaud ou encore « c’était l’apocalypse, ça a duré un quart d’heure ! », renchérit Christine Courrian à la sortie de réunion.

Dégâts vignes médoc 056

Dès 8 heures, ce matin les engins étaient dans les rangs de vigne pour traiter et sauver ce qui peut encore être sauvés © JPS

Pour Valérie Commin, Sous-Préfête de Lesparre, représentante de Michel Delpuech, le Préfet de Gironde: « l’objectif de la réunion d’aujourd’hui était de faire un état des lieux des pertes, je pense que d’ici 5 jours on aura un bilan exhaustif, mais oui, plusieurs communes du Nord-Est du Médoc ont été touchées par les phénomènes orageux. » Quant à savoir, si la Préfecture a quelque chose à leur proposer: « La grêle est un phénomène assurable, donc c’est la première solution qui doit être proposée. Après on va faire un état des lieux des dispositifs avec lesquels on va pouvoir les accompagner. Les services de l’Etat seront mobilisés pour apporter une réponse par exploitation. »

La préfecture a préconisé la mise en p^lace d’un groupe « coordination grêle »: l’accompagnement et les aides devraient être du même ordre que pour l’épisode de grêle dans l’Entre-Deux-Mers en 2013…ce qui risque de susciter quelques amertumes. Face à un préjudice de 150 millions d’euros en 2013, les viticulteurs dont un très faible nombre étaient assurés ont touché un peu plus de 10 % de cette somme…C’est dire…

Il serait question de dégrêvement de la taxe foncière non bâtie pour les parcelles touchées, d’autorisation d’achat de vendanges, de recours à l’activité partielle et sans doute de prise en charge des cotisations MSA…en autres mesures.

Le Maire de Blaignan, Christian Benillan, d’enfoncer le clou:  « on a fait connaître les dégâts, les charges et le manque de récolte aux pouvoirs publics. Vous êtes sur une commune sinistrée à 80-90 %. On avait eu 25 % de perte l’an dernier, dues à la coulure. Je me fais un réel souci pour nos entreprises de demain qui sont le tissu économique de notre Médoc. Il faut que les pouvoirs publics et les banques comprennent la situation: il est plus intéressant d’avoir 200 entreprises en vie demain que d’en faire disparaître plus de la moitié aujourd’hui ! »

Regardez le reportage de Jean-Pierre Stahl et Olivier Prax: 

09 Juin

Grêle: de gros dégâts à Cognac et dans le Médoc

De violents orages de grêle ont ravagé cette nuit les vignobles de Cognac et du Médoc. Des grêlons gros comme des balles de golf. Les dégâts par endroits sont terribles. Près de 2000 ha seraient impactés en Gironde, Blaignan est la commune la plus touchée avec 700 ha. Réunion de crise demain à Blaignan avec la préfecture de la Gironde.

20140609_101526

Les sapeurs pompiers de la région Poitou-Charentes ont du enlever des brouettes de grêlons, pour dire l’importance et l’intensité de ce qui est tombé du ciel © France 3 Poitiers

Le pays de Cognac a été très sévèrement touché avec des toitures arrachés, des cheminées et pans de murs tombés et des arbres à terre.

Des rafales de vents de 130 km/h ont en effet frappé le pays cognaçais dans un rayon de 20 km la nuit dernière vers 3 heures du matin.

10369060_413862408754370_8342244510260970548_o

« les vignobles ont pris cher ! » dans le Médoc @ Stéphane Motard France 3 Aquitaine

Ces orages qui se sont abattus sur l’Aquitaine dans la nuit de dimanche à lundi ont occasionné beaucoup de dégâts sur la ville de Cognac et nécessité de nombreuses sorties des pompiers de Poitou-Charentes (photo au-dessus).

Le vignoble de Cognac a été très touché tout comme celui du Médoc, sur la rive gauche de l’estuaire de la Gironde, qui a été localement grêlé. C’est l’appellation Médoc qui a été impactée très fortement par endroit. Plus de 1000 ha seraient concernés mais certaines communes seraient plus particulièrement touchées, comme Lesparre, Prignac-en-Médoc ou Saint-Yzans de Médoc. Certains viticulteurs font état de parcelles ravagées à 100 %. D’après la préfecture de la Gironde, 700 ha ont été ravagés à Blaignan.

Dans un communiqué envoyé ce lundi en fin de journée, la préfecture de la Gironde assure que « dès mardi matin, une réunion se tiendra à Blaignan avec les services de l’Etat, les maires et les professionnels pour évaluer les pertes et préparer des réponses individualisées exploitation par exploitation. »  Blaignan serait la commune du Médoc la plus touchée avec 680 hectares frappés.
Par ailleurs, « le Préfet mettra en œuvre immédiatement la procédure de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle dès que la demande sera remontée des communes concernées. »

« C’est irrégulier mais il y a des parcelles où il n’y a plus de feuilles sur les branches », a expliqué à l’AFP  Antoine Médeville, du laboratoire Oenoconseil.Sur une zone regroupant quatre à cinq villages en bord de Garonne, au nord des propriétés en appellation Margaux et Saint-Estèphe, « près de 50% du vignoble a été touché, 25% pour les uns et quasiment 100% pour d’autres. »

Les vigne déchiquetée dans le Médoc © Photo France Bleu Gironde

Certains sont toujours en grandes difficultés financières, regroupés dans l’association SOS Vignerons Sinistrés, ils attendent toujours un geste de l’Etat. Ce nouvel épisode douloureux interpelle une fois de plus les pouvoirs publics et la solidarité de tous.

Regardez  le reportage de Cendrine Albo et Bernard Hostein-Aris chez Jean-Yves Merlet, viticulteur de Prignac-en-Médoc  et chez Christian Benillan à Blaignan sinistrés par l’orage de grêle cette nuit dans le Médoc

 

Personnes interviewées dans ce reportage : Jean-Yves Merlet (viticulteur), Christian Benillan (maire de Blaignan – viticulteur), et Alexandre Pierrard (maire de Prignac-en-Médoc).

Lire la suite:

La clameur des paysans du Médoc victimes de la grêle: « nos pieds de vignes, c’est nos copains…ils sont complètement « destroy », ça nous fait mal à nous physiquement ! »

twitter

Sur les réseaux sociaux, les victimes de la grêle se comptent par dizaines © Twitter

31 Mai

La contrefaçon ne touche pas que la Chine: en Italie, on a remplacé du chianti par du vin de table !

L’Italie a beau être comme la France hier, le plus grand pays producteur de vin au monde, surtout en 2013, ce joli pays connaît des histoires de contrefaçons. Du vin de table au lieu de Chianti ou de Brunelleo: ainsi va l’arnaque aux grands crus made in Italie. Plus de 30 000 bouteilles ont ainsi été contrefaites.

Le Chianti un grand vin d’Italie…victime de contrefaçon © wikipedia.org

Les carabiniers italiens ont mis au jour une arnaque de grande envergure : du vin de table, d’une valeur d’un euro, acheté en grande quantité remplaçait de prestigieux vins toscans tels le Brunello di Montalcino, le Sagrantino di Montefalco, ou encore le chianti, qui sont tous des dénominations d’origine contrôlée et garantie (DOCG, équivalente de l’AOC française). Le tout avec des étiquettes de grands vins bien sûr.

Les bouteilles étaient vendues environ trente euros l’unité, avec et des emballages fidèlement reproduits quitte à inventer le nom de faux producteurs.

Ces bouteilles de contrefaçon étaient ensuite revendues dans des oenothèques du pays, mais aussi dans des supermarchés et sur des sites internet de ventes de vins.

Les carabiniers ont procédé à environ 25 perquisitions pour mettre à jour cette escroquerie. Cette fraude représente un sacré préjudice pour l’industrie vinicole italienne. En 2013,elle a vu ses exportations augmentées de 10 % selon la Coldiretti, une des plus grandes fédérations de cultivateurs et producteurs en Italie.

 Andrea Bocelli, le ténor italien, qui possède des vignobles dans la région de Pise  fait partie des nombreux producteurs lésés par cette arnaque…

Avec AFP.

23 Mai

Affaire d’épandage près d’une école à Villeneuve-de-Blaye en Gironde: la Sepanso dépose plainte contre X…

La Sépanso en a la preuve. Les traitements de vigne réalisés le 5 mai à proximité de l’école primaire de Villeneuve seraient illégaux. Les conditions météo et la force du vent interdisaient tout traitement. 23 élèves et une institutrice ont été victimes de vertiges, nausées, certains nécessitant d’être pris en charge par les secours.

Chateau Lauduc contrefacon et depot de plainte épandage 090

Daniel Delestre, Président de la Sepanso Gironde, a déposé plainte ce matin avec son avocat François Ruffié © Jean-Pierre Stahl

L’affaire avait fait grand bruit la semaine dernière et continue d’avoir des répercussions avec Ségolène Royal qui a annoncé des mesures…Et ce n’est qu’un début. Une enquête administrative a été diligentée par la préfecture de la Gironde. Une enquête judiciaire, préliminaire, pourrait être ouverte très prochainement par le parquet de Libourne suite au dépôt de plainte contre X de la Sepanso.

Ainsi les faits rappelés dans la plainte sont les suivants: « Le 5 mai 2014, suite à un épandage de produit phytosanitaire (fongicide) sur les parcelles jouxtant l’école de Villeneuve-de-Baye en Gironde, vingt-trois écoliers des deux classes de la petite école primaire du village ainsi que l’institutrice ont été pris de malaises en fin de matinée.
Le directeur de l’école a rapporté au centre antipoison que la seule chose qu’il ait pu constater était le traitement depuis le matin, des vignes qui entourent l’école. D’ailleurs pour la responsable de la cellule veille, alerte et gestion sanitaire de l’Agence régionale de santé, l’épandage et les symptômes « semblent être liés, cela ne fait aucun doute ».

bon_blaye1

L’école de Villeneuve-de-Blaye où les élèves et l’institutrice ont été intoxiqués © France Aquitaine

Par ailleurs, François Ruffié, avocat de la Sepanso (Association agréée au titre de la protection de l’environnement par arrêté de Mr le Préfet de la Gironde en date du 23 novembre 2012) rappelle que:

 » l’administration par un Arrêté du 12 septembre 2006 relatif à la mise sur le marché et à l’utilisation des produits visés à l’article L253-1 du code rural a entendu encadrer les conditions d’utilisation de ces produits phytosanitaires. L’article 2 de cet arrêté dispose ainsi que :

« Quelle que soit l’évolution des conditions météorologiques durant l’utilisation des produits, des moyens appropriés doivent être mis en oeuvre pour éviter leur entraînement hors de la parcelle ou de la zone traitée.
Les produits ne peuvent être utilisés en pulvérisation ou poudrage que si le vent a un degré d’intensité inférieur ou égal à 3 sur l’échelle de Beaufort. »
Les vents de force 3 sur l’échelle de Beaufort correspondent à des vents de 12 à 19 km/h.
Or la station météo de Bordeaux-Mérignac a relevé dès dix heures du matin, le 5 mai 2014 des rafales de vent à plus de 20km/h. »

Pour Daniel Delestre, Président de la Sepanso Gironde: « ce jour-là, l’épandage a eu lieu dans des conditions de vent largement supérieures aux conditions autorisées. Il n’est pas normal que des gens risquent leur santé en vivant à côté de viticulteurs ou d’autres activités agricoles. Il est important d’alerter par un signal. »

météo

Relevés météo du 5 mai avec force du vent et rafales, déposés comme preuve auprès du parquet de Libourne

relevé météoEt Maître Ruffié de préciser que la station météorologique de Météo France à Mérignac a relevé à 10h une force du vent de 24,1 km/h, de 27,8 à 11h et 31,5 km/h à 12h, par rafales, et qui dépassent de facto la force 3 sur l’échelle de Beaufort

Quand les gens épandent à côté d’une école comme cela, là je dis stop ! », selon François Ruffié avocat de la Sépanso de la Gironde.

Et de rappeler qu’il s’agit là d’un délit puni jusqu’à 150 000 euros d’amende et jusqu’à 6 mois de prison.

 Interview de Daniel Delestre, le Président de la Sepanso Gironde sur le dépot de plainte contre X par Jean-Pierre Stahl et Guillaume Decaix

 

14 Mai

Traitements phyto-sanitaires dans la vigne: Préservez au moins les enfants !

Une polémique de plus et une de trop ! L’affaire a été révélée ce matin par Sud-Ouest: 23 élèves de primaire à Villeneuve, près de Bourg en Gironde auraient été intoxiqués par des traitements de la vigne. Un nouveau scandale, après des procédures lancées en justice et la « faute inexcusable » de l’employeur reconnue récemment pour une salariée viticole. Il est grand temps que des règles plus strictes soient prises.

bon_blaye1

L’école et les vignes © France 3 Aquitaine

Révélée ce matin par nos confrères de Sud-Ouest, cette affaire de traitement pose une fois de plus la plume dans la plaie, comme dirait Albert Londres.

Les élèves, 23 au total, de 2 classes de primaire scolarisés à Villeneuve, près de Bourg-sur-Gironde, ont été pris de toux, de nausées et maux de tête. Ces enfants et une institutrice ont ressenti également des douleurs dans la gorge et la langue, des irritations des yeux ce lundi 5 mai en fin de matinée.

Le directeur de l’école a averti le médecin scolaire après le déjeuner car les symptômes s’accentuaient. Ce-dernier s’est mis en relation avec le centre anti-poison de Bordeaux à qui il aurait confirmé que les vignes toutes proches de l’école étaient traitées depuis le matin

Ma fille sentait le sulfate à plein nez, je connais l’odeur », raconte un père de famille qui travaille à la vigne depuis une vingtaine d’années. « Elle a été malade pendant deux jours, pourtant elle a l’habitude d’être dans la vigne. » selon l’interview réalisée par Sud-Ouest

Selon Sud-Ouest, le directeur de l’école avait pourtant appelé Madame le Maire de Villeneuve, qui est aussi propriétaire des vigne,s pour demander à stopper le traitement en journée. En Vain ! 

Les enfants ont été pris en charge par les pompiers l’après-midi, l’institutrice conduite aux urgences de Blaye. Des enfants se sont plaints jusqu’au lendemain de symptômes. Des analyses sont en cours, l’inspection d’Académie été saisie, ainsi que le sous-préfet de Blaye qui a suivi l’affaire dès le début.

Ce dernier rappelle qu’il existe des règles au sujet des épandages selon des conditions précises de météo. S’il y a eu contravention, il y aura sanction. Des parents pourraient également déposer plainte.